Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Covid-19 en AfriqueLes impacts socioéconomiques de l...

Covid-19 en Afrique

Les impacts socioéconomiques de la COVID-19 sur le tourisme littoral : le cas de la station de Saly Portudal (Sénégal)

The Socioeconomic Impacts of The COVID-19 Pandemic Crisis on the Littoral Tourism: The Case of Saly Resort (Senegal)
Mamadou Diombera

Résumés

Cet article analyse la problématique des processus de développement de la pandémie de COVID-19 et de ses corollaires sur l’économie touristique à Saly (Sénégal). Elle se propose de faire un état des lieux de l’impact économique et social de la crise sanitaire du coronavirus sur l’industrie touristique sénégalaise en général, et à Saly en particulier. Sous ce rapport, une soixantaine d’acteurs institutionnels et privés de tourisme, des touristes résidents et des populations autochtones composées de pêcheurs, d’agriculteurs, d’artisans, de commerçants et de travailleurs du domaine du tourisme ont été interviewés. Les résultats à l’issue des travaux de terrain au travers le questionnaire et le guide d’entretien montrent globalement que la crise sanitaire du coronavirus a sévèrement affecté les opérateurs touristiques et les communautés d’accueil. En plus du contexte dominé par le ralentissement des activités balnéaires à Saly qui ne cessent de s’exacerber depuis ces dix dernières années, sont venues s’ajouter les multiples conséquences négatives de la pandémie à coronavirus. C’est dans ce contexte que l’étude examine la possibilité de valoriser au mieux le tourisme domestique et promouvoir la digitalisation des produits touristiques à Saly. À cet effet, nous avons, d’abord, fait l’état des lieux pour identifier les implications socioéconomiques de la COVID-19 sur le secteur touristique à Saly. Puis, nous avons analysé celles-ci en vue de dégager des pistes de réflexion et d’action pour des solutions alternatives durables dans le cadre de la stratégie de résilience et de la compétitivité de l’activité touristique post-COVID à Saly.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Sénégal
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’instar de l’industrie touristique mondiale, le tourisme sénégalais est touché de plein fouet par la crise sanitaire du coronavirus avec des répercussions sur les voyages et l’offre. Les mesures sanitaires obligeant la distanciation sociale et la réduction de contacts humains ont demeuré à l’avant-plan au cours de ces deux dernières années. Dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, les pertes en chiffres d’affaires se chiffrent à 96 milliards (MTTA, 2020). Aujourd’hui, c’est toute la destination Sénégal qui est menacée. Les conséquences désastreuses se lisent sur le plan sanitaire, économique et social. De façon spécifique, cette répercussion est d’autant plus accentuée qu’elle a fini par mettre à terre le tourisme de loisirs à Saly qui assure la subsistance de nombreuses communautés d’agriculteurs et de pêcheurs. La station de Saly est devenue dès les premiers jours de l’épidémie une ville fantôme (Malbos, 2020). Depuis maintenant un an, tout est à l’arrêt complet et les touristes se font rares. Dans ce contexte, les inquiétudes se dégagent en posant un regard particulier sur l’avenir du modèle touristique actuel à Saly.

2Au demeurant, l’analyse des impacts de la pandémie sur le tourisme à Saly n’a pas été approfondie par des chercheurs au Sénégal. Peu d’études se sont intéressées à la question au moment où la station balnéaire de Saly vit la plus sombre page de son histoire. Or, la pandémie eut des impacts négatifs au plan économique et social, qui n’ont pas été analysés de manière exhaustive.

3En effet, l’économie de la localité qui demeure largement tributaire de l’activité touristique est également mise à rude épreuve. Les plages sont totalement désertes et les activités au sein des résidences hôtelières complètement à l’arrêt. Sur le plan social, l’une des conséquences immédiates de la fermeture précoce des réceptifs hôteliers en pleine saison touristique est la mise en chômage partiel ou définitif de milliers de salariés à Saly, voire sur toute l’étendue du territoire national. Cela tient en partie au fait que la plupart des réservations dans ces établissements sont d’origine étrangère. Dans ces conditions, il semble pertinent de s’interroger sur les orientations gouvernementales pour faire face à la pandémie.

4En vérité, la crise du coronavirus s’avère incompatible avec l’imaginaire associé au voyage et au tourisme à cause de son rythme de propagation (OMS, 2020a). Elle continue de sévir et se présente comme une épreuve quotidienne depuis son apparition. Aucun domaine d’activité n’est épargné depuis son apparition surtout le tourisme (OMT, 2020b). Au Sénégal, la pandémie de COVID-19 a perturbé et ralenti les efforts des pouvoirs publics en faveur du développement du tourisme à Saly. Dans ces conditions, aussi incertaine que la situation puisse paraître, la pandémie a aussi offert des opportunités à certaines structures hôtelières, soit 2 % des réceptifs de Saly.

5La présente étude a pour objectif, d’abord de présenter et analyser les répercussions majeures de la pandémie sur l’économie touristique à Saly et, ensuite de dégager de nouvelles perspectives de relance du secteur. Le choix de Saly s’explique par le fait que le tourisme est le moteur incontournable de l’économie locale qui a été fortement impactée par la COVID-19. Cette crise sanitaire qui n’est pas la première du genre est considérée comme la plus redoutable de toutes les épidémies qu’a connue la destination Saly. À cet égard, le travail examine les graves conséquences socioéconomiques directes de cette crise sur les mobilités touristiques (Gountien, Lankoande, 2020). En d’autres termes, il s’agit de montrer comment les mesures barrières et le « Restez chez vous » scandé dès le début de la crise ont impacté négativement les mobilités touristiques.

6Partant des objectifs de recherche, nous avons émis deux hypothèses majeures, à savoir, d’abord comment la pandémie a affecté profondément les métiers du tourisme plus que tout autre métier en entraînant des effets socioéconomiques néfastes à Saly et, comment celle-ci pourrait être une opportunité qui peut se décliner en termes de diversification de l’offre et de la demande, et de l’étalement de la carte touristique en y intégrant des produits alternatifs durables mettant en avant la diversité et les richesses naturelles et culturelles de la localité. D’autant que le secteur devrait se réinventer en vue de mettre en place une nouvelle économie, plus locale et plus adaptée au contexte de la crise sanitaire et économique.

7Pour vérifier les hypothèses et répondre à la problématique de la recherche, nous avons adopté la démarche méthodologique et la posture épistémologique de type structuro-fonctionnaliste. La conclusion de l’étude a confirmé toutes les hypothèses en montrant comment le tourisme qui constitue un secteur essentiel de l’économie à Saly est durement affecté par la pandémie COVID-19. Pour ce faire, l’accent est porté sur les principaux indicateurs de fonctionnement et de performance des structures hôtelières en période normale en comparaison à la situation actuelle de pandémie du coronavirus.

1. Matériaux et Méthodologie de recherche

1.1. Présentation du cadre spatial d’étude

8La station balnéaire de Saly est située à 80 km au sud de Dakar dans la Petite Côte. Créée de toutes pièces à proximité du village du même nom, la station de Saly a été inaugurée en 1984. Elle dispose de 17 hôtels et 35 résidences hôtelières pour un total de 8 500 lits nonobstant un grand nombre de restaurants, de discothèques et de commerces ainsi qu’un superbe golf de 18 trous construit sur 60 hectares à proximité directe des hôtels.

9L’importance cruciale du secteur du tourisme se mesure à l’ampleur des investissements en capital dans l’hébergement et les attractions. En effet, la station de Saly abrite deux unités d’aménagements touristiques (UAT) : Saly sud et Saly nord. L’unité d’aménagement de Saly sud s’étend sur une superficie de 230 ha entièrement viabilisés, pour un coût global de 3,5 milliards de FCFA. Elle est initialement prévue pour être une zone privative hôtelière comprenant treize (13) modules de « pieds dans l’eau », trois autres modules au golf et deux autres ouverts sur la lagune, un centre commercial, un village artisanal et un centre d’animation. Les hôtels sont principalement concentrés dans cette unité et sont en majorité la propriété des grands groupes européens comme FRAM, Nouvelles Frontières, Look Voyages et Accor. La carte ci-dessous présente la station de Saly Portudal.

Figure 1 : Carte de la station touristique de Saly Portudal

Figure 1 : Carte de la station touristique de Saly Portudal

Source : Compilation de l’auteur à partir des données de la SAPCO

10Pour l’unité d’aménagement touristique de Saly nord, celle-ci couvre une superficie de 350 ha entièrement viabilisés, pour un coût global de 3,5 milliards de FCFA. Elle est prévue pour être une zone privative réservée au « time sharing » et à la copropriété. Le coût global de financement des travaux d’infrastructures et d’équipements collectifs s’élève à 100 milliards de FCFA (200 millions de $ US), avec 3000 emplois créés.

1.2. Méthodologie de collecte des données

11Dans le cadre de cette étude, nous avons combiné à la fois, la recherche documentaire, les enquêtes de terrain par le biais d’entretiens semi-directifs et l’observation participante. La recherche documentaire nous a permis de passer en revue les principales sources faisant l’état des lieux de la connaissance sur la thématique. À cet effet, nous avons parcouru des articles et suivi des interviews et débats télévisés sur la question principale de la pandémie au niveau national et international. Sur ce plan, notons que la documentation disponible n’est pas bien fournie en données statistiques. Celles-ci sont rares, sporadiques et utilisent des indicateurs variables qui nous ont néanmoins permis d’estimer l’ampleur des conséquences sur l’activité touristique. Quant aux observations faites sur le terrain d’étude, elles ont permis de saisir l’ampleur des effets néfastes sur les acteurs locaux et d’orienter les enquêtes vers les professionnels résidents à Saly et les habitants du village vivant directement ou indirectement du tourisme. À ce titre, signalons que les enquêtes au travers le questionnaire et le guide d’entretien nous ont permis d’interviewer une soixantaine d’acteurs institutionnels et privés du tourisme, mais aussi des populations autochtones composées de pêcheurs, d’agriculteurs, d’artisans, de commerçants et de travailleurs du secteur.

12Des analyses ont été réalisées sur la question de recherche grâce à une démarche méthodologique combinant une approche mixte, c’est-à-dire le qualitatif et le quantitatif. Ce qui a permis d’appréhender l’ampleur des effets économiques et sociaux. Si la première approche nous a permis d’obtenir des renseignements sur la perception des acteurs du secteur à propos de leur situation et des modes d’adaptation face à la pandémie, la seconde approche quant à elle, nous a permis de cerner des données statistiques sur les flux économiques intimement liés au tourisme.

1.2.1 Outils de collecte des données

13Le questionnaire composé de questions structurées et parfois de questions ouvertes est destiné aux propriétaires d’hôtels et de résidences secondaires, mais aussi aux touristes, aux vendeurs d’arts, aux guides touristiques et aux populations autochtones. Ce questionnaire a permis, d’une part, d’avoir quelques éclairages sur la façon dont ces acteurs interrogés ont vécu les différentes phases de la crise sanitaire et, d’autre part, d’identifier et d’analyser leur degré de perception des mesures de résiliences mises en place par les pouvoirs publics pour prendre en charge leurs difficultés socioéconomiques. Le questionnaire comportait une première partie « identification des problèmes socioéconomiques de la pandémie dans le secteur touristique à Saly » et une seconde partie qui s’articulait autour des solutions urgentes de résilience, c’est-à-dire les mesures prises en vue de faire renaître le secteur du tourisme face à l’ampleur des effets négatifs de la COVID-19 à Saly. Le questionnaire et le guide d’entretien utilisés ont donc porté sur les questions relatives à la problématique de la crise et de ses répercussions sociales sur les différentes catégories d’acteurs. Ces outils nous ont permis de réaliser la collecte des données sur la situation du secteur touristique et de la matière dont ces acteurs pensent s’en sortir.

1.2.2. Traitement des données

  • 1 Le tourisme interne désigne les activités touristiques des résidents d’un pays qui voyagent au sein (...)

14L’analyse et l’interprétation des données collectées ont permis de réaliser un diagnostic de l’état actuel du secteur touristique suite à l’épidémie de COVID-19 et d’identifier ses principales caractéristiques ainsi que ses incidences socioéconomiques sur le tourisme à Saly. Par ailleurs, les résultats de l’étude ont permis d’obtenir des informations sur les préoccupations mentionnées plus haut et également de mieux comprendre et appréhender fondamentalement comment la pandémie a impacté le tourisme à Saly. Avant de répondre à cette interrogation, il faudrait souligner que deux contraintes majeures pèsent sur le tourisme à Saly. La première contrainte est liée au caractère extraverti du tourisme à Saly, c’est-à-dire que la commercialisation de la destination Saly reste littéralement dominée par les sociétés étrangères et la majorité des touristes sont étrangers. Dans ce contexte, les marges de manœuvre des pouvoirs publics pour trouver des politiques efficaces de résiliences demeurent limitées en raison de la situation sanitaire dans les principaux marchés émetteurs qui dictent les mesures sanitaires pour orienter les touristes. La seconde contrainte est liée au vieillissement du tourisme balnéaire de masse qui constitue le produit phare de la destination. Cela freine leur aptitude, en raison de la recrudescence de la pandémie, à assurer convenablement des mesures appropriées pour limiter ses multiples impacts négatifs. Sous ce rapport, la crise est l’occasion de repenser l’avenir du tourisme à Saly. C’est pourquoi il est recommandé de valoriser le tourisme interne1 et développer la digitalisation du secteur. Pour une meilleure compréhension des stratégies adoptées par l’État face à la COVID-19, nous explorerons une analyse systémique des enjeux majeurs liés aux dispositifs de relance de l’activité touristique à Saly dans ce contexte de pandémie afin de lever le voile sur les modes de gestions et les solutions proposées.

15Dans cette contribution, il sera question de mettre l’accent sur trois points. Il s’agit d’abord, d’examiner le contexte de la propagation de la pandémie à Saly en insistant sur les relations entre la crise sanitaire et les mobilités touristiques, ensuite d’analyser les conséquences de celle-ci sur l’économie locale et, enfin de mettre en lumière les nouveaux défis de taille dans les choix stratégiques de résiliences des différents acteurs pour faire face aux impacts négatifs de la crise sanitaire.

2. Résultats

16Les résultats obtenus montrent globalement que cette pandémie a eu des impacts considérables sur l’industrie touristique, notamment sur les emplois directs et indirects. De plus, le tourisme procure 79,1 % du total des emplois à Saly (ANSD, 2019). Des mesures soudaines, participant de la volonté de casser la chaîne de transmission du virus et de préserver la santé des populations ont parfois été perçues assez durement par les populations. À cet effet, la majorité des enquêtés notamment parmi les acteurs professionnels, soit 80 % déclarent avoir perdu totalement ou partiellement leurs revenus à cause de la pandémie contre 20 %. Parallèlement à ces questionnaires, nous avons réalisé des entrevues avec 5 touristes, 8 employés d’hôtels, 5 employés de bar, 5 employés de café, 5 employés de restaurant, 5 commerçants, 7 artisans d’art, 6 chauffeurs de taxi, 6 guides touristiques, 8 habitants du village de Saly et 6 ouvriers de bâtiment à propos de la principale question des multiples impacts de la crise sanitaire sur leurs activités et les mesures de résiliences. Ils ont quasiment tous affirmé à 98 % avoir été durement affectés. Il en est de même pour les employés de résidences secondaires privées à Saly. Parmi les artisans et les ouvriers, deux tiers (2/3) se disent être également touchés. Ainsi, avant l’avènement de la COVID-19, 87,3 % des personnes enquêtées parmi les travailleurs à titre indépendant du secteur du tourisme déclarent avoir une recette journalière supérieure à 10 000 CFA, contre seulement 10 % avec l’arrivée de la pandémie. Sur le plan social, à propos du fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la COVID-19, Force COVID-19, 60 % des enquêtés ont affirmé ne pas avoir bénéficié véritablement de l’appui de l’État pendant cette période. Ce qui explique leur reconversion sociale vers le petit commerce de détail et la pêche traditionnelle en vue de parer à la précarité dans laquelle ils étaient soumis.

17À partir de la documentation disponible, des entretiens avec des responsables institutionnels et opérateurs du monde touristique, ainsi que des observations faites sur le terrain, il apparaît que malgré quelques obstacles, l’économie touristique à Saly bénéficie de perspectives favorables. En raison de ses multiples atouts, Saly peut bel et bien s’approprier véritablement du tourisme interne au travers la digitalisation de son offre en vue de préserver son environnement et ses ressources marines. 

18À la suite des travaux de recherche sur le terrain, nous sommes parvenus à des résultats au sujet de notre problématique. C’est ainsi que concernant la première hypothèse « la pandémie COVID-19 a des implications négatives sur les activités hôtelières et touristiques », les résultats montrent un net ralentissement de l’activité qui s’est traduit par l’évolution croissante du taux de chômage dans le temps. Quant à la seconde hypothèse, nous pouvons confirmer que la pandémie a négativement impacté les entreprises au point de fermer ou à la limite réduire leurs effectifs. Enfin, s’agissant de la troisième hypothèse « les stratégies de résilience ne sont pas les mêmes en fonction des d’acteurs ». Il est à noter que pour certains, il y a une impression de précipitation sans concertation et l’adoption de mesures copiées sur d’autres pays plutôt que de réfléchir et asseoir des mesures adaptées au contexte local.

2.1. L’analyse de l’impact de la COVID-19 sur les mobilités touristiques

19La maladie de coronavirus a migré de l’Asie à l’Europe et de l’Europe à l’Afrique jusqu’à faire le tour du monde. Elle s’est surtout propagée à cause au tourisme. Aujourd’hui, elle est déclarée pandémie par l’Organisation mondiale de la Santé. Cette pandémie a négativement impacté le secteur du tourisme au vu des interdictions de séjours des étrangers. Dans ce contexte, après que l’État du Sénégal a décidé de fermer ses frontières le 15 mars 2020 (MSAS, 2020), il était devenu quasi impossible pour les acteurs du tourisme à Saly de trouver des clients. Ils ont donc pour la plupart été contraints d’arrêter leurs activités.

20Le Sénégal a enregistré son premier cas positif à la COVID-19 le 2 mars 2020. Le 22 mars, il comptait 5 970 cas dont 3 953 guéris et 86 décès (MSAS, 2020). Les personnes sous traitement sont admises dans les 20 centres de prise en charge répartis dans huit (8) régions. Les premiers cas de la pandémie ont été enregistrés dans la région de Dakar suivie de la ville de Touba avant de se répandre dans les autres régions. Le nombre de nouveaux cas quotidiens suit une courbe ascendante (MSAS, 2020). Actuellement toutes les régions du Sénégal sont affectées par la pandémie. Ces derniers jours sont particulièrement marqués par les contaminations communautaires et le retour des cas importés suite à l’assouplissement des mesures barrières et à l’ouverture de l’aéroport pour les vols domestiques et internationaux.

21Durant les jours qui ont suivi les dernières mesures d’assouplissement, une forte augmentation inquiétante de cas communautaires a été notée et surtout des décès. En effet, entre la date d’assouplissement des heures du couvre-feu le 7 juin et le 29 juillet 2020, 150 cas de décès ont été officiellement enregistrés (MSAS, 2020). Le nombre officiel de morts au Sénégal a été multiplié par plus de quatre depuis la mise en place des premières mesures. Il est important de relever que les décès associés à la COVID-19 sont certainement bien plus nombreux en incluant les cas non identifiés. Actuellement, il a été recensé environ 150 000 cas au total et la pandémie risque de perdurer encore avec son corollaire sur l’économie faisant ainsi planer une menace inquiétante sur l’activité touristique à Saly notamment.

2.2. La décadence de l’économie et de la chaîne de valeur touristique à Saly

22La pandémie est devenue le principal frein de toute l’économie nationale mettant l’activité touristique à rude épreuve. Trois mois après le début de la crise, le Sénégal a perdu l’équivalent de 96 milliards de francs CFA (MTTA, 2020). De l’avis de plusieurs experts, cette perte sera encore plus importante avec la pandémie qui ne cesse de se propager et qui risque de perdurer davantage aggravant la situation économique. Cela ne manquera pas d’avoir des implications négatives sur le tourisme à Saly.

  • 2 Le tourisme international désigne les activités touristiques des personnes ayant franchi une fronti (...)

23Le tourisme est toujours perçu comme un secteur à fort potentiel de croissance, de création d’emplois et de réduction de la pauvreté. Mais, la COVID-19 a entraîné la décadence de l’économie touristique à Saly. Catastrophe sanitaire, mais également véritable virus financier pour les entreprises du tourisme, la COVID-19 a fini aujourd’hui par paralyser l’économie touristique à Saly. La saison 2019-2020 est complètement compromise. Le tourisme international2 a chuté de 72 % au cours du premier trimestre 2020. D’après des estimations, cette baisse pourrait s’étendre à 85 % tout au long de l’année (MTTA, 2020).

24Au regard de ces considérations, les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration qui sont les secteurs clés de l’économie nationale sont les plus durement touchés par la COVID-19 engendrant des milliers de pertes d’emplois (MTTA, 2020). En vue d’un réel changement de la situation, il importe de mettre en œuvre une stratégie adaptée afin que ces activités retrouvent leur situation pré-COVID-19 et reprennent leur personnel en chômage technique prolongé. À titre de rappel, le secteur de la restauration a perdu 56 milliards de FCFA, celui de l’hôtellerie 40 milliards, du transport aérien 34,3 milliards et du transport terrestre 24,3 milliards. Les premiers à subir les conséquences de ces baisses de recettes de manière spectaculaire sont bien entendu les salariés, car pas de recette, pas de salaires. Ainsi, dans la stratégie de création et de consolidation des emplois, il importe de songer à récupérer les emplois perdus. Dans la mesure où le Gouvernement est à la recherche de points de croissance supplémentaires et de filons créateurs d’emplois, notamment pour les jeunes.

2.2.1. Les incidences socioéconomiques sur les acteurs touristiques à Saly

25L’analyse de l’impact de la pandémie sur l’emploi permet de déterminer plus d’un millier d’emplois perdus. En effet, le tourisme par les revenus qu’il procure et par sa contribution importante à l’économie de la localité, constitue l’un des secteurs les plus dynamiques de la Petite Côte. C’est un important pourvoyeur d’emplois à Saly où les populations dépendent beaucoup de ce secteur pour leur survie économique. Près de 90 % des personnes interrogées à Saly disent qu’elles vivent directement ou indirectement du tourisme. À cet effet, la crise sanitaire du coronavirus a eu des conséquences directes sur ces populations résidentes compte tenu du fait que la grande majorité travaille directement ou indirectement dans ce secteur. Le tableau ci-après montre l’impact de la Covid sur le nombre de salariés selon le secteur d’activité de 2019 à 2021 à Saly.

Tableau 1 : Variation du nombre de salariés selon le secteur d’activité à Saly

Secteurs d’activité

Nombres de salariés

2019

2020

2021

Var. 20/19

Var. 21/20

Hôtels-résidences-campements

15

8

12

-87,5 %

50 %

Restaurants-cafés-bars

21

05

18

-76,19 %

260 %

Agences de voyages

9

2

6

-77,7 %

200 %

Transports

12

4

7

-91,6 %

75 %

Activités récréatives et culturelles

10

3

8

-70 %

166 %

Bâtiments

6

4

6

-33,3 %

50 %

Total

73

26

56

-180,7 %

53,5 %

Source : compilation de l’auteur à partir des données d’enquêtes de terrain à Saly

26L’analyse du tableau fait ressortir que tous les secteurs d’activité n’ont pas su résister à la crise. De façon spécifique, les secteurs des réceptifs, à savoir les hôtels, résidences et campements ont au plus fort de la crise de la pandémie en 2020 procédé à des diminutions de leurs effectifs plus que tous les autres sous-secteurs. Ils ont connu une baisse considérable de l’ordre de -87,5 %. Cela correspond à la période où ces établissements affichaient des taux de fréquentation les plus faibles de l’ordre de 5 à 12 %. C’est à ce titre que toutes les personnes interrogées se sont accordées à reconnaitre que la crise du coronavirus a participé à compromettre la croissance des entreprises touristiques et à aggraver la situation socioéconomique des salariés, voire de la communauté hôte à Saly.

27L’appréciation générale de l’impact de la crise par les organisations professionnelles fait état d’une situation alarmante allant d’un arrêt complet ou d’un repli de l’activité dans tous les secteurs se soldant par des pertes d’emplois (BIT, 2020). La pandémie a aggravé la situation de vulnérabilité séculaire des travailleurs à Saly conjuguée à la crise structurelle de la destination Sénégal. De toute évidence, ce sont tous les secteurs de l’économie du pays qui sont durement touchés, plus particulièrement celui du tourisme déjà dominé par un contexte économique et social morose. Certaines personnes interrogées estiment que des mesures ont été décrétées précocement pour empêcher la diffusion à l’échelle nationale du virus qui n’était encore confirmé que dans deux régions, à savoir Dakar et Touba. Dans les sous-secteurs des cafés, bars, restaurants, de l’artisanat d’art, de l’évènementiel et des loisirs, la situation est plus qu’alarmante avec un arrêt total des travailleurs. Ceci a entraîné des pertes d’emplois et des risques de paupérisation de pans entiers de la population de Saly.

28Le tourisme est un secteur à forte intensité de main-d’œuvre. Il représente 7 % de l’emploi en moyenne dans le tertiaire soient 25 000 emplois directs (MTTA, 2020). Cependant, il fait face à de nouveaux défis liés notamment à leur préservation. Le secteur utilise de nombreux saisonniers, des travailleurs à temps partiel et à durée déterminée. L’absence d’activités est ressentie par ces derniers qui travaillent directement dans le secteur ou dans des activités connexes. Le sous-secteur de l’hôtellerie a été fortement impacté surtout avec l’interdiction des regroupements comme les séminaires, les rencontres, les conférences et les hébergements. À ce niveau l’on a enregistré plusieurs licenciements. Les emplois faiblement qualifiés, mal rémunérés et précaires ont été les plus durement touchés. Il s’agit notamment des agents de nettoiement et de sécurité, mais aussi des jardiniers. Or, dans la plupart des cas, ces emplois représentent un moyen de lutter contre la pauvreté et constituent un facteur d’intégration sociale pour les femmes et les jeunes. Le tableau ci-après présente la répartition du nombre de salariés dans les services de l’hôtellerie selon le sexe entre 2019 et 2020 à Saly.

Tableau 2 : Nombre de salariés selon le sexe par services

Services

2019

2020

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Étages

7

14

6

2

Service en salle

5

15

2

0

Cuisine

4

4

2

0

Massage

2

8

1

7

Total

18

41

11

9

Source : compilation de l’auteur à partir des données d’enquêtes de terrain

29Les femmes représentent la couche la plus exposée au licenciement pendant cette période de Covid. À cet égard, la répartition par sexe montre que les hommes et les femmes subissent les effets négatifs différemment. Les femmes sont les plus durement affectées en raison de la place qu’elles occupent dans les emplois subalternes au sein des établissements d’hébergement et de restauration. Leur nombre a considérablement chuté à l’échelle de tous les services de l’hôtellerie à Saly. Le secteur de l’hôtellerie et des cafés, bars, restaurants, avec 50 000 emplois, représente presque 90 % des effectifs des salariés de l’industrie touristique à Saly, soit 50 % de l’effectif global des travailleurs du secteur du tourisme du pays (MTTA, 2020). Fondamentalement, depuis dix ans la croissance moyenne de l’emploi dans le tourisme est de l’ordre de 1 000 emplois par an, ce qui fait de ce secteur un fort pourvoyeur d’emplois (ANSD, 2020). Sur le long terme, les activités où l’emploi progresse le plus sont la restauration, et plus particulièrement la restauration rapide ainsi que les agences de voyages.

2.2.2. Les incidences sur l’offre touristique

30La pandémie COVID-19 a eu un impact négatif sur les prestations hôtelières et touristiques. En effet, la fermeture des liaisons aériennes avec certains pays, notamment la France et l’Espagne ainsi que les mesures de restrictions prises par le Gouvernement du Sénégal, a entrainé une baisse importante, voire l’arrêt des activités pour une bonne partie des entreprises. Dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, les pertes en chiffres d’affaires se chiffrent à 96 milliards (MTTA, 2020).

2.2.3. Les incidences sur la demande touristique

31Les récents développements de la crise sanitaire permettent d’envisager des pistes de réflexion et d’action pour assurer une véritable relance de l’économie touristique. Cela signifie que la destination doit s’employer à attirer d’autres marchés et retrouver son éclat d’antan. Il est urgent de créer un partenariat remarquable en direction de tous les propriétaires d’hôtels et permettre l’ouverture des réceptifs pour accueillir les touristes locaux. Il s’agit d’adapter l’offre touristique à l’après-Corona en développant le tourisme interne et trouver de nouveaux marchés. D’autant plus que le tourisme interne constitue 25,6 % des arrivées globales hôtelières en 2016 contre 28,1 % en 2017 et 32 % en 2018. En volume, les arrivées des résidents sont passées de 484 952 en 2017 (dont 438 353 Sénégalais) à 671 803 en 2018 (MTTA, 2020).

3. Discussion des résultats et perspectives

32Actuellement, la crise sanitaire a complètement bouleversé les habitudes et les modes de fonctionnement de tous les secteurs (BIT, 2020). La COVID-19 a influencé négativement les activités touristiques à Saly avec ses conséquences dramatiques sur le plan économique et social. Dans ce cadre, de nombreux questionnements surgissent sur la situation des populations et des professionnels du tourisme, sur la manière dont l’activité doit être relancée, ou mieux encore sur une éventuelle évolution du modèle touristique. La crise actuelle, malgré tous les problèmes qu’elle pose, est un moment important pour réfléchir à ce qui sera le mieux pour un futur proche. Dès lors, se pose la question centrale de la gestion de la crise par les pouvoirs publics et les opérateurs touristiques privés à Saly qui se heurtent à des difficultés liées au caractère extraverti de la problématique touristique.

33Dans cette perspective, les structures touristiques se mobilisent comme elles peuvent pour trouver des solutions idoines à la crise. Néanmoins, ces initiatives demeurent marginales et ne peuvent permettre de sauver l’ensemble du secteur. Dès lors, la crise économique qui a suivi devrait-elle être envisagée comme une menace inquiétante pour le tourisme ? Cela dépendra, nous le pensons naturellement, de la durée de la crise et de la reprise de l’activité touristique.

3.1. Les mesures de résilience en faveur des acteurs touristiques

34L’économie locale est complètement transformée et chaque catégorie d’acteurs du tourisme met en place de nouvelles stratégies d’adaptation (Malbos, 2020) pour échapper aux difficultés économiques de l’heure. C’est ainsi que certains établissements hôteliers ouverts ont mis en place des protocoles sanitaires pour se conformer aux mesures édictées par les pouvoirs publics en vue d’accueillir des patients malades de la COVID-19 durant leur phase de quarantaine. Cette initiative visait à combler le déficit de recettes en trouvant des revenus de substitution. Pendant que les travailleurs du secteur cherchent à survivre, les habitants du village quant à eux tentent de trouver des dons ou de bénéficier de la solidarité nationale à travers des denrées du fonds Force COVID-19.

  • 3 http://www.sante.gouv.sn.

35À l’heure actuelle, les entreprises et les travailleurs du secteur ont bénéficié des mesures d’aide adoptées pour l’ensemble de l’économie. Ces mesures ont consisté en la mise en place d’un fonds de riposte et de solidarité contre les effets économiques et sociaux de la COVID-19 communément appelé Force COVID-19, doté de 1 000 milliards de FCFA. Cette riposte est traduite dans un programme de résilience économique et sociale qui se décline en quatre piliers que sont : (i) soutien au secteur de la santé ; (ii) renforcement de la résilience sociale des populations ; (iii) stabilité macroéconomique et financière pour soutenir le secteur privé et maintenir les emplois ; et (iv) approvisionnement régulier en hydrocarbures, produits médicaux, pharmaceutiques et denrées de première nécessité3.

36Au même moment, l’État du Sénégal a instauré des mesures urgentes de soutien propres au patronat privé du tourisme en lui accordant une subvention de 52 milliards de FCFCA qui sert à mettre aux normes internationales les réceptifs hôteliers et les services des agences de voyages. Cette mesure bien qu’étant salutaire est loin d’être suffisante pour les employés du secteur qui considèrent que malgré cet appui, ils sont à la merci des employeurs. C’est pourquoi, ils estiment que l’État doit prendre des mesures nécessaires pour les protéger contre les abus des chefs d’entreprises touristiques qui procèdent aux licenciements massifs comme ce fût le cas à l’hôtel King Fahad Palace à Dakar. Pris de colère, certains employés de cet hôtel ont organisé des manifestations publiques pour décrier leur sort.

3.2. Les mesures de résilience en faveur du maintien des emplois

37À la lumière de tout ce que nous venons de mentionner, nous pouvons noter sans ambages que la COVID-19 a grandement contribué à la détérioration de la situation économique de la population déjà vulnérable (UNESCO, 2020). Face à l’état d’exaspération observé des salariés, la situation de « non-tourisme » est d’autant plus compliquée qu’elle est décrite par B. S., guide touristique à Saly en ces termes :

« La situation que l’on vit présentement est difficile à plusieurs égards. Avant l’arrivée de la COVID-19, les activités étaient bonnes, mais avec son apparition, toutes ces activités sont tombées à l’eau. La fermeture précoce des hôtels a été un coup dur pour moi. Ce sont quelques amis de bonne volonté qui me viennent en aide. Ainsi, plusieurs collègues se sont intéressés grandement à la pêche ou encore s’activent sur les travaux de bâtiments afin de parer à la précarité. Personne ne peut prédire la fin de cette crise ».

38Au regard de ces considérations, il faut remarquer que la tendance générale des employés du secteur est la reconversion sociale vers des activités comme la pêche, le bâtiment ou le petit commerce pour se tirer d’affaire. La situation actuelle exige une nécessaire rupture dans la gestion du tourisme existant sur le littoral. La planification du développement du tourisme a été effectivement dominée par une vision extérieure et une bonne part des investissements sont effectués par des sociétés étrangères pour des touristes étrangers. C’est pourquoi la pandémie a fini par prouver la nécessité de repenser la stratégie actuelle vers un ancrage sociologique du tourisme. Selon le secrétaire général de l’Organisation mondiale du Tourisme, Zurab Pololikashvili, « il est important de faire redémarrer le tourisme dès qu’il est sûr de le faire. L’effondrement du tourisme international met en danger les moyens d’existence de millions de personnes, notamment dans les pays en développement »4. Les maladies passent au-dessus des frontières tout comme les touristes et mettent en danger les populations et les secteurs les plus vulnérables (ONU, 2020).

3.3. Les mesures de résilience et de relance de l’offre et de la demande touristique

39Les entretiens et les témoignages recueillis auprès des travailleurs du secteur ont surtout permis d’identifier les principales contraintes pour la reprise des activités, que ce soit sur le plan de l’offre ou de la demande. De plus, la reprise a également servi à faire ressortir leurs principaux besoins d’assistance en vue de pouvoir retrouver leur niveau d’activité antérieur à la crise. Pour s’en convaincre, le nombre de visiteurs reste encore timide avec le desserrement des mesures barrières et devra certainement retrouver son niveau d’avant si la stabilité sanitaire revient. À cet égard, il semble impératif de jeter les bases d’une stratégie de résilience adaptée pour une meilleure compétitivité de la station de Saly. Plus particulièrement, il s’agit d’étudier comment le tourisme à Saly doit changer et s’adapter à l’évolution des besoins du marché.

3.3.1. Sur le plan de l’offre touristique

40La crise sanitaire, sociale et économique liée à la COVID-19 et les mesures de confinement ont produit de puissants impacts d’une ampleur inégalée en affectant simultanément la production des biens et services, la mobilité des personnes ainsi que les rapports entre l’offre et la demande de biens et services (Sipoka et Enougam, 2020). Au moment critique, de nombreux secteurs et filières ont connu une cessation totale de leurs activités tandis que d’autres ont été plus ou moins épargnées, mais ont connu de fortes réductions (BIT, 2020). Au regard de ces considérations, quelles sont les recommandations à formuler pour maintenir l’activité touristique pendant cette période de crise ?

41Au Sénégal, la stratégie en matière de tourisme est surtout tirée par l’offre. Il devient nécessaire de mettre en place une offre en phase avec les attentes d’une clientèle touristique internationale. En observant les efforts déployés par les opérateurs touristiques privés pour remettre sur pied leurs activités, nous nous sommes rendu compte que plusieurs difficultés persistent. Parfois, celles-ci dépassent les conséquences de la crise et s’étendent jusqu’à d’anciens problèmes existants avant la crise. L’enjeu à cet instant est de reconstruire une base solide et durable du tourisme pour la destination Saly (OMT, 2020b). En effet, la crise soudaine de la COVID-19 s’accompagne de nouveaux défis de taille pour la destination Saly autour de la diversification des produits et des marchés émetteurs (MTTA, 2020). À partir du bilan rapidement établi, il est question de tracer à grands traits quelques perspectives en tenant compte des mutations à venir. Pour que ce secteur puisse résister à la crise, les pouvoirs publics se doivent de changer de paradigme en prenant des mesures hardies aussi bien sur le plan conjoncturel que structurel. En fait, quels enseignements les décideurs touristiques doivent-ils tirer de la pandémie de COVID-19 ? Et comment celle-ci offre-t-elle de nouvelles perspectives pour Saly ?

42Dans cette optique et pour insuffler une dynamique de relance des activités touristiques, des actions dans le court, moyen et long terme mériteraient d’être prises tant au niveau national par le gouvernement sénégalais, au niveau international par les tour-opérateurs et les compagnies aériennes. C’est donc vraisemblablement une démarche progressive qu’il convient de mettre en place, fortement soutenue par les pouvoirs publics et les organisations professionnelles pour arriver à transformer le tourisme à Saly. Pour l’heure, il est urgent de travailler au rétablissement de la confiance parmi les voyageurs et à l’adaptation du secteur du tourisme aux réalités futures.

43Des changements sont à venir. Pour s’attaquer à ces lancinantes questions, les pouvoirs publics doivent prendre des mesures fortes de soutien pour la relance de l’activité économique à destination des entreprises de tourisme. Quant aux opérateurs privés, ils doivent alors être proactifs en se tournant vers une quête de l’authenticité, car les attentes des touristes ont changé. Le consommateur du produit touristique est le moteur de la transformation de ce secteur. C’est à travers de nouvelles tendances émergentes que les entreprises touristiques se développeront. Cela passe par la construction d’un nouveau modèle de tourisme de niche accès sur la nature et la culture. Dans la perspective du tourisme post-COVID, l’offre se doit de s’adapter aux évolutions croissantes en exploitant pleinement le potentiel culturel, naturel et historique. Cette forme de tourisme est particulièrement indiquée pour répondre efficacement aux besoins des nouvelles tendances touristiques émergentes. Il est admis que l’approche des comportements des touristes en matière de consommation touristique montre globalement une perspective favorable pour le secteur, même si certaines branches peuvent être fragilisées par la montée du tourisme durable (Touhami, 2020).

44Dans ce domaine, des efforts ont déjà été faits en matière d’intégration du développement touristique durable. Cependant, il est nécessaire de réviser la manière de formuler et de mettre en œuvre les politiques de gestion des ressources naturelles pour que les populations locales puissent en tirer le meilleur profit. Ainsi, les aspects politiques et de gouvernance jouent un rôle essentiel dans la gestion des ressources naturelles. De façon spécifique, la protection et la gestion intégrée de ces ressources naturelles sont donc indispensables pour assurer la viabilité permanente de l’industrie touristique. Les caractéristiques particulières de ces ressources d’une part, et la faiblesse des institutions, de l’autre, constituent autant de problèmes pour permettre au tourisme durable de prospérer à Saly malgré sa portée économique, sociale et environnementale.

45Pour le meilleur ou pour le pire, la COVID-19 a incité les opérateurs touristiques à réfléchir sur le devenir de leurs activités en proposant des offres adaptées à l’évolution des nouvelles tendances de consommation. Aujourd’hui, les entreprises ne sont performantes que lorsqu’elles offrent une expérience au client, car l’expérience, comme l’affirme la maxime de Confucius, reste « une lanterne que l’on porte sur le dos et qui n’éclaire jamais que le chemin parcouru ». À cet égard, il ressort de tout ce qui précède que l’évolution croissante de l’offre touristique en matière de tourisme durable doit tenir compte des problématiques inhérentes à ces filières tant en matière d’équipements et de produits qu’en matière d’emplois et de métiers.

46Des efforts sont en train d’être faits en direction du développement durable, mais ceux-ci restent encore bien modestes au regard des mutations nécessaires à faire dans l’offre touristique et des investissements. Par conséquent, il est nécessaire de passer du tourisme de niche au tourisme d’ensemble. Pour réussir le changement inexorable du développement durable dans le secteur du tourisme, les premiers à convaincre et à former restent les chefs d’entreprises eux-mêmes. S’il est vrai que le succès du tourisme dépend des entreprises privées, il n’en demeure pas moins qu’il exige une gestion responsable et que tous les intervenants tels que les pouvoirs publics, les opérateurs privés, les touristes et les communautés d’accueil doivent être sensibilisés pour participer ensemble à la gestion du patrimoine touristique. En cela, le Projet de Développement du Tourisme et des Entreprises (PDTE), financé par la Banque mondiale (BM), qui vise à créer les conditions nécessaires pour accroître les investissements privés dans le domaine du tourisme à Saly et à renforcer le développement des entreprises au Sénégal trouve toute sa pertinence. D’ailleurs, en se concentrant sur les PME et les startups touristiques, le PDTE soutient l’adoption de la technologie et l’innovation au niveau des entreprises. En particulier, il répond à un besoin de mieux formaliser les petites entreprises et de renforcer le capital humain pour la créativité et l’innovation. Il vise également à offrir plus d’excellence et de fluidité aux services touristiques du Sénégal (air, services aéroportuaires, hébergement, restauration, activités touristiques, promotion) en intégrant des solutions innovantes pour la notoriété de la destination en portant l’information aux touristes et aux porteurs de projets dans le domaine du tourisme.

47Cela ne pourra s’envisager que sur une longue période au regard des investissements nécessaires, en particulier en matière d’hébergements dans les stations touristiques créées lors des grands programmes d’aménagement touristiques en cours à Mbodièenne et à Pointe Sarène. Ces sites peuvent faire partie des potentiels lieux de développement du tourisme. Les opérateurs touristiques doivent opérer dans cette nouvelle normalité en constante évolution eu égard à l’essor des pratiques touristiques. C’est pourquoi, il urge de renouveler l’offre pour éviter sa mise en péril et répondre aux exigences de nouvelles pratiques touristiques en vue de renforcer l’attractivité et la compétitivité de Saly. Or, la crise sanitaire du coronavirus intervenue conjoncturellement influe sur l’évolution des comportements des touristes et structurellement sur l’activité touristique en laissant penser que les efforts des pouvoirs publics pour piloter ou accompagner le secteur au plan national étaient insuffisants. Il est certain qu’à ce jour encore, l’attractivité du pays pour les étrangers, comme pour les résidents, constitue une valeur sûre pour l’économie.

48La crise sanitaire a induit des changements de comportements. D’emblée, les habitudes de consommations touristiques ont été modifiées. La plupart des touristes utilisent Internet pour s’informer, préparer et organiser leurs voyages, et partager de leur expérience après leur séjour. La digitalisation de l’offre est devenue le levier le plus impactant pour la reprise rapide des activités, car il est le plus accessible dans ces circonstances. Dans un environnement aussi bouleversant, il est essentiel que les opérateurs touristiques locaux s’appuient sur des applications permettant d’informer les visiteurs, mais aussi sur des campagnes de promotion du tourisme interne. Pour ce faire, ils doivent assumer une grande adaptabilité et améliorer leurs ressources en ligne pour fidéliser les clients potentiels. L’adoption d’outils numériques, avant, pendant et après le séjour des touristes, permet d’améliorer et renforcer leur expérience touristique. Sur cette base, il s’agit de mettre en place une stratégie de marketing digital pour la destination Saly. Celle-ci devra être cohérente avec les stratégies existantes dans les secteurs du tourisme et du numérique comme le Plan stratégique de développement du tourisme et du transport aérien (PSDTTA), Stratégie numérique Sénégal 2025 (SN2025), Stratégie nationale de cybersécurité du Sénégal (SNC2022).

49En d’autres termes, il est possible de trouver des moyens de promouvoir efficacement la digitalisation dans le cadre de la commercialisation de la destination Saly. Le tourisme numérique et le tourisme collaboratif bousculent déjà les structures traditionnelles de commercialisation des grandes stations balnéaires du monde. C’est pourquoi la digitalisation représente une innovation majeure qui permettra, une fois réalisée, d’être utilisée pour collecter des données et analyser les politiques publiques du secteur. Ce soutien sera accordé en mettant l’accent sur les Petites et Moyennes Entreprises (PME) locales qui sont le moteur de la croissance du secteur du tourisme.

50La digitalisation de l’offre touristique facilite la mise en œuvre des procédures de santé, le partage d’informations sur les protocoles appliqués, les compétences numériques et l’innovation tout au long de la chaîne de valeur touristique et des services disponibles en minimisant les interactions humaines. Sur cette base, elle permettra aux touristes de rechercher des informations (logements, transports, loisirs, déplacements), de planifier des activités durant leur séjour et de partager des informations. De plus, elle permettra, par exemple, aux acteurs du tourisme de sensibiliser au développement du tourisme durable. L’enjeu majeur pour le tourisme durable est notamment de développer la communication sur le web en lien avec les bonnes pratiques liées aux loisirs et aux activités touristiques via des outils interactifs et communautaires (Touhami, 2020).

51Par ailleurs, il faudrait également envisager la requalification de la station balnéaire en centre de tourisme d’affaires, c’est-à-dire faire de Saly une ville de services en raison de sa proximité avec l’aéroport international Blaise Diagne et du futur port à container de Ndayane. Cela contribuerait à une meilleure valorisation des sites secondaires et à équilibrer la balance. Mais cela suppose notamment d’investir dans les produits et les installations en diversifiant leur répartition géographique. À ce propos, l’énorme projet de port qui toucherait les communes de Yenne, Toubab Dialaw, Ndayane et Popenguine, constitue un argument de taille pour transformer Saly en centre d’affaires. De ce point de vue, les nouvelles stations plus inclusives de Mbodienne et de Pointe Sarène pourraient éventuellement se substituer au tourisme de séjours balnéaires existant à Saly.

52Avec la persistance de la pandémie, les entreprises touristiques sont obligées de renvoyer au chômage leurs employés parce que n’ayant plus les moyens financiers de les payer. Dès lors, s’interroger sur l’influence de la COVID-19 sur l’offre touristique, c’est s’interroger sur les pratiques émergentes ou en croissance. Il semble que la faillite de l’agence Thomas Cook avant la crise sanitaire est symptomatique d’une réinvention en cours du secteur. Sans doute, la peur tenace et persistante du virus dans le cadre des voyages à l’étranger pourrait être à l’origine de profondes mutations pour le tourisme à Saly. C’est dans ce sens que l’État devrait explorer les voies et moyens de développer de nouveaux produits touristiques et attirer un plus large éventail de touristes.

53La COVID-19 est stimulée par le tourisme, mais aujourd’hui elle inhibe le tourisme qui est à l’origine de sa propagation. Compte tenu de la forte incidence négative de la crise sanitaire sur l’économie touristique et la population autochtone à Saly, les recommandations devraient, dans un premier temps, favoriser le maintien et la relance des activités touristiques, dans un second temps, relancer, renforcer et pérenniser le processus graduel d’innovation de produits et de diversification de marchés touristiques émetteurs. Dans le cadre de ce processus plus long, il serait opportun de favoriser des mesures innovantes et porteuses de solutions pérennes pour permettre à la destination Saly de se réinventer après la crise de la COVID-19.

54Face à l’urgence de la situation, le ministère du Tourisme et des Transports aériens se doit de mener une politique efficace en matière d’offre de produits et d’équipements pour valoriser auprès des touristes nationaux et internationaux le capital touristique de Saly, voire du pays. De façon spécifique, les entreprises de tourisme, c’est-à-dire les agences de voyages, les tour-opérateurs et les compagnies aériennes font face aujourd’hui à des problèmes aigus avec la clientèle. À l’heure actuelle, le client ne pouvant plus voyager, il est tenu d’annuler son voyage souvent réservé plusieurs mois à l’avance.

3.3.2. Sur le plan de la demande touristique

55Le coronavirus a tragiquement étendu sa toile à travers la planète perturbant les flux touristiques internationaux. Le Sénégal, de l’indépendance à nos jours, a mis en place une politique touristique tendant à développer l’aménagement des sites, la construction de réceptifs, la création et la réhabilitation des infrastructures de base et un cadre réglementaire pour attirer une clientèle internationale en négligeant la dimension durable. Certes les aménagements d’infrastructures sont indispensables au développement du tourisme, mais les investissements doivent intégrer des approches liées à la prise en compte d’une démarche de tourisme durable ayant de véritables retombées locales en termes de revenus, d’emplois qualifiés et de formation, mais aussi répondant à des critères d’économie en matière d’utilisation de ressources naturelles, de protection du patrimoine naturel et culturel.

56Dans ce contexte sanitaire et économique particulier, les autorités étatiques doivent encourager les entreprises à créer des programmes, itinéraires, listes d’espèces animales et végétales, et à élaborer des codes de conduite pour un tourisme responsable. Elles doivent également encourager les entreprises à sélectionner les fournisseurs et sociétés qui réinvestissent leurs profits dans le pays. Veiller au respect et à la valorisation, par les voyageurs du patrimoine naturel et culturel qui requiert le contrôle et la gestion des espèces sauvages et de l’environnement naturel doit être une exigence tout comme sensibiliser les touristes sur la nécessité de respecter le patrimoine naturel et culturel des communautés locales : photos, habillement et comportements (Touhami, 2020). Les opportunités d’achat, notamment les initiatives communautaires le long des circuits touristiques, doivent être promues, tout en évitant que l’élite ne capte ces opportunités d’affaires.

57La reprise prendra du temps du côté de la demande internationale, en raison de l’enchevêtrement des conséquences des crises économique et sanitaire et de la levée timide des restrictions de déplacement. C’est fort de ce constat que le Sénégal a opté pour le tourisme domestique en sortant des moyens de marketing territorial durant la période la plus forte de la crise. C’est pourquoi, à Saly, les chaînes hôtelières mondiales continuent d’investir, à la fois pour répondre efficacement à la demande internationale et satisfaire les besoins de la classe moyenne locale en pleine croissance. Et au fur et à mesure que les revenus augmentent, les voyages internes aux fins de loisirs iront croissant. C’est pourquoi, les autorités en charge de la promotion de la destination ont fait preuve d’une imagination débordante en mettant subtilement en place l’opération « Taamu Sénégal», c’est-à-dire donner la préférence au tourisme interne afin de rester visible auprès des résidents et des expatriés dans le but de compenser les pertes liées à la diminution de la traditionnelle clientèle étrangère composée essentiellement des Français et des Espagnols. Fort de ce constat, le tourisme domestique est un marché porteur pour la station balnéaire de Saly surtout pour les séminaires et les congrès. Il s’agit également de développer un tourisme de proximité et de courts séjours, formes de tourisme recherchées par la clientèle touristique urbaine en quête d’authenticité.

Conclusion

58Dans tout ce qui précède, il a été mis en évidence l’importance cruciale de l’impact de la pandémie sur le tourisme et les autres secteurs qui lui sont indispensables. Deux enseignements majeurs ressortent de l’étude. D’une part, les résultats montrent que le tourisme, par son importance et par l’impact qu’il a sur les autres secteurs connexes, a été durement touché par la pandémie en paralysant la chaîne de valeur. D’autre part, ces résultats révèlent la nécessité pour les pouvoirs publics et les opérateurs touristiques de gérer la crise de manière responsable. Au regard de ces considérations, cette pandémie est l’occasion de repenser les formes de pratiquer le tourisme dont les fondements étaient déjà remis en question par la vulnérabilité environnementale et des conflits de nature diverse. Dans ce cadre, il semble indispensable dans le contexte actuel d’adapter le tourisme vers plus de résilience en explorant le tourisme interne et en s’appuyant sur la digitalisation de l’offre.

59Les potentialités du tourisme en matière de création d’emplois sont considérables, étant donné que sa part dépasse 7 % de la main-d’œuvre active. Ce qui permettra de faire face aux défis actuels en matière de création d’emplois pour les jeunes. Dans cette perspective, les acteurs du tourisme parmi lesquels les responsables d’agences ou d’hôtels doivent repenser les offres touristiques et les adapter aux réalités économico-sociales du pays pour mieux capter la clientèle locale.

60Malheureusement, le tourisme peine à être inscrit dans le comportement social des Sénégalais, pour qui le temps des vacances est un moment privilégié de partir à l’étranger ou d’aller loger chez un proche parent. D’où la nécessité d’encourager les pratiques touristiques notamment chez les cadres et d’accompagner les prestataires hôteliers par une baisse des tarifs. Par ailleurs, le potentiel d’attractivité est fortement combattu par l’éloignement des principaux marchés émetteurs. La préoccupation de proximité devient une donnée majeure. Elle est accentuée par les nouveaux modes de consommation apparus avec la crise. Malgré la levée de toutes les restrictions, l’activité n’évolue pas et tend à stagner parfois selon les catégories d’hôtels.

Haut de page

Bibliographie

Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (2019). Rapport ANSD 2019, Dakar.

BIT (2020). « Étude de l’impact de la COVID-19 sur les entreprises et travailleurs de l’économie informelle au Sénégal, rapport, Genève, 100 p.

Malbos, C. (2020). « Les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire du coronavirus : Mahahual (Mexique), un village fantôme de la côte caribéenne », Études caribéennes, 47 ; URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19708

Gountieni, D. et Lankoande (2020). Thèse du catastrophisme du COVID-19 en Afrique : ressentiment des Africains ou réalité ?, GRAAD Working paper, 31 p.

Ministère de la Santé et de l’Action sociale [MSA] (2020). Plan d’action pour la prévention et la réponse à la maladie à coronavirus, mars.

Ministère du Tourisme et des Transports aériens [MTTA] (2020). Plan de résilience et de relance des secteurs du tourisme et des transports aériens face à la crise liée à la pandémie du covid-19, Dakar, mars, 24 p.

Ndonzo, Zeynil El Abdine (2020). « L’analyse de l’évolution de la pandémie du COVID-19 au Sénégal », mars.

OMS (2020a). Novel Coronavirus (2019-ncov) situation report -1, 21 of January.

OMS (2020 b). Protocole d’enquête sur la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Les X premiers cas et contacts (FFX), 23 février.

OMT (2003). Étude d’impacts du Tourisme sur l’Économie sénégalaise, Madrid, Rapport final (SEN 01/002).

ONU (2020). Note de synthèse : la COVID-19 et la transformation du tourisme, août.

Perreault, M. (2005). « Tourisme et santé : quelques rapports possibles », Teoros, UQAM, p.3-4.

Sipoka Lawson, A. et M. Enouga (2020). « COVID-19, tourisme et croissance économique en Afrique de l’Ouest : Évidence du Sénégal et du Togo », 13 p. 

Touhami, R. (2014). L’importance économique et sociale du tourisme mondial et le développement durable, REFEG, 19 p.

UNESCO (2020). La réponse de l’UNESCO à la pandémie COVID-19 en Afrique subsaharienne, Rapport, Mai, 15 p.

World Economic Outlook (2020). The Great Lockdown, April https://www.imf.org/en/Publications/WEO/Issues/2020/04/14/weo-april-2020

Haut de page

Notes

1 Le tourisme interne désigne les activités touristiques des résidents d’un pays qui voyagent au sein de ce pays.

2 Le tourisme international désigne les activités touristiques des personnes ayant franchi une frontière nationale, C’est le cas du tourisme de loisirs et du tourisme d’affaires.

3 http://www.sante.gouv.sn.

4 Pololikashvili Zurab, secrétaire général de l’OMT https://www.unwto.org/fr/news/limpact-de-la-COVID-19-sur-le-tourisme-mondial-apparait-dans-toute-son-ampleur-alors-que-lomt-chiffre-le-cout-du-blocage

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de la station touristique de Saly Portudal
Crédits Source : Compilation de l’auteur à partir des données de la SAPCO
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamadou Diombera, « Les impacts socioéconomiques de la COVID-19 sur le tourisme littoral : le cas de la station de Saly Portudal (Sénégal) », Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21099

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search