Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Aménagements littoraux et gestion...L’évolution des milieux naturels ...

Aménagements littoraux et gestion des ressources

L’évolution des milieux naturels perçue par les gestionnaires des aires marines protégées ouest-africaines

Pierre Failler, Oumar Sadio, Grégoire Touron-Gardic et Marie-Suzanne Traoré

Résumés

L’évolution des milieux des Aires marines protégées (AMP) en Afrique de l’Ouest est appréhendée à partir de la perception des gestionnaires. Les données sont issues de l’enquête menée entre 2017 et 2018 à l’occasion de l’élaboration de l’état de référence des AMP du réseau régional des AMP en Afrique de l’Ouest (RAMPAO). Il en résulte que l’intégralité des milieux situés dans les AMP est sujette, d’après les gestionnaires, à des pertes de surface. Les milieux les plus touchés sont les zones de plage, les vasières et les chenaux estuariens. Les causes principales de ces dommages semblent être l’érosion ainsi qu’un déficit pluviométrique. L’activité humaine et les changements climatiques, en raison de leur caractère diffus, ne sont pas suffisamment quantifiés. Parmi les écosystèmes qui font l’objet d’un suivi satisfaisant, seules les forêts semblent connaître des évolutions globalement positives, en raison d’actions régulières de reboisement. En revanche, les herbiers ainsi que les fonds rocheux et coralliens ne sont que très peu connus des gestionnaires, qui ne leur accordent quasiment aucun suivi. La comparaison de la perception des gestionnaires avec les articles scientifiques utilisant l’imagerie satellite montre que leur jugement est similaire pour certains habitats (plages et forêts), bien qu’il existe des différences entre leur perception et les analyses scientifiques sur les changements des mangroves, et même entre les analyses scientifiques elles-mêmes. Par ailleurs, il y a un manque de données SIG au sein des AMP. Enfin, l’efficacité des actions des équipes de gestion est questionnée au regard de ces évolutions : il apparaît dans la littérature que les surfaces de forêts et de mangroves à proximité des AMP de la région subissent des pertes plus importantes qu’à l’intérieur des aires protégées

Haut de page

Texte intégral

Remerciements

Les auteurs remercient tous les gestionnaires des AMP, le RAMPAO, le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest (PRCM) ainsi que toutes les personnes dans les administrations qui ont bien voulu fournir les informations demandées.

Introduction

  • 1 Dans ce travail, la zone d’étude comprend les AMP qui sont membres du RAMPAO (le réseau régional de (...)
  • 2 www.cbd.int/sp/targets/
  • 3 Un projet financé par la MAVA et mis en œuvre par le GRID-ARENDAL a été lancé en 2018 afin de carto (...)
  • 4 Le projet GIBAO (Groupe Indicateurs Biologiques d’Afrique de l’Ouest) conduit par la Commission sou (...)

1Avec une population qui double en moyenne tous les 27 ans (United Nations, 2017) et une salinité qui gagne l’intérieur des terres, le littoral ouest-africain est de plus en plus menacé écologiquement (Cormier-Salem et al., 2016 ; Dia, 2012 ; IPBES, 2018). Les aires marines protégées (AMP) ne sont pas épargnées (Sarr et al., 2018). Pourtant, peu de programmes de suivi de l’évolution des milieux naturels du littoral ouest-africain1 existent bien que des conventions internationales et des objectifs tels que les cibles d’Aichi préconisent que les connaissances sur la biodiversité soient « améliorées, largement partagées et transférées, et appliquées »2. Seules les mangroves font l’objet d’un suivi continu (Carney et al., 2014 ; Cormier-Salem et Panfili, 2016 ; Duncan et al., 2018 ; Temudo et Cabral, 2017)3, néanmoins ces études ne prennent pas en compte l’évolution des habitats des AMP4 ouest-africaines, bien que certaines recherches aient été conduites à l’échelle de sites (Vasconcelos et al., 2002 ; Gourmelon et al., 2006 ; Sakho et al., 2011 ; Carney et al., 2014).

  • 5 Sur un total de 88 répertoriées en 2018 (Failler et al. 2018).

2L’objectif de cet article est ainsi de présenter l’évolution des milieux naturels des 28 AMP adhérentes au réseau d’aires marines protégées d’Afrique de l’Ouest (RAMPAO)5. Les résultats sont issus d’un travail d’enquête réalisé entre 2017 et 2018 auprès des gestionnaires des AMP afin de réaliser un état de référence de l’ensemble des AMP du réseau (Failler et al. 2018). Ils expriment ainsi l’évolution des milieux selon la perception des personnes en charge de la gestion des AMP. En l’absence de suivi régulier, de telles enquêtes de perception se présentent comme une alternative probante pour étudier les changements affectant les milieux naturels (Alvarez-Berastegui et al., 2014). Celles-ci ont plus particulièrement porté sur l’évolution des surfaces des milieux naturels qui peut être considérée comme un indicateur de changement (He et al., 2014).

3Ce travail se compose de trois parties. La méthode, notamment le mode de collecte des données, le type de données et leur analyse, est décrite dans la première partie. Les principaux milieux présents dans les AMP du RAMPAO ainsi que leur évolution d’après les gestionnaires sont exposés dans la seconde partie tandis que dans la troisième partie, ces évolutions sont confrontées aux études récentes qui ont eu recours à l’imagerie satellite. Sont également discutées dans cette section les limites des enquêtes de perception dans le domaine du suivi environnemental, de même que le niveau d’atteinte par les AMP de leurs objectifs de conservation des milieux. La conclusion reprend de manière concise les principaux points développés dans l’article et suggère des pistes de développement.

1. Méthode

  • 6 Une copie de ce questionnaire peut être obtenue en s’adressant aux auteurs de ce travail.

4Dans le cadre de la réalisation de l’état de référence des AMP du RAMPAO réalisé entre juin 2017 et mai 2018, les gestionnaires de ces AMP ont été interrogés, à l’aide d’un questionnaire, sur leurs perceptions de l’évolution des milieux naturels. Celui-ci visait à définir l’état de santé et l’évolution de la superficie des écosystèmes protégés, les pressions qui affectent leur fonctionnement ainsi que les actions devant garantir leur pérennité. Les gestionnaires devaient renseigner, en outre, la nature du suivi effectué par leur équipe par catégorie de milieu6.

5L’évolution de l’état de santé et celle de la superficie de chaque milieu naturel devait être renseignée selon la connaissance du gestionnaire, considérée comme « dire d’expert ». Dans la mesure du possible, celle-ci s’appuyait sur les documents disponibles et les comptes rendus du suivi réalisé. La perception cognitive du gestionnaire prenait également en compte les informations glanées auprès des groupes d’usagers. Les gestionnaires sont des agents des administrations qui restent en place dans leur AMP pendant plusieurs années, avant d’être assignés à un autre site. Le reste de l’équipe de gestion travaille en général durant la plus grande partie de leur carrière. Les gestionnaires qui étaient relativement nouveaux dans leur AMP ont de la sorte bénéficié de l’appui du reste de l’équipe de gestion au sujet des tendances passées. La durée des tendances observées par les gestionnaires a ainsi été considérée comme étant équivalente à environ cinq années. Deux questions ont été posées aux gestionnaires :

  • « Quels changements observez-vous dans la surface des habitats naturels présents dans l’AMP ? » Les gestionnaires devaient répondre selon un barème déterminé : très forte progression, forte progression, progression modérée, pas de changements, baisse modérée, forte baisse, très forte baisse. Les gestionnaires ont dû répondre de façon séparée pour chaque habitat présent dans l’AMP. 8 habitats étaient contenus dans le questionnaire : plage, mangrove, vasière, herbiers, forêt, chenaux estuariens, fonds rocheux et fonds coralliens (avec la possibilité ouverte de rajouter des types d’habitats supplémentaires).

  • « Quels changements observez-vous dans l’état de santé des habitats naturels présents dans l’AMP ? » (Suivant la même classification que la première question).

  • 7 La réserve satellite du Cap-Blanc (Mauritanie), les Parcs nationaux du Djoudj et du Delta du Saloum (...)

6Les questionnaires de 28 AMP ont été complétés sur un total de 32 AMP membres du réseau, soit un taux de réponse de 87 %7. Le taux de remplissage des aspects relatifs à l’évolution de l’état de santé des milieux a été de 40 % contre près de 66 % pour ceux associés aux surfaces. En d’autres termes, les gestionnaires ont peu renseigné le niveau de dégradation ou d’amélioration des états de santé des milieux naturels, tandis qu’ils ont bien mieux qualifié les changements de leur étendue. Par conséquent, seuls les changements afférents aux surfaces des différents milieux ont été pris en compte, pour cet article.

7Pour valider les perceptions des gestionnaires, ces dernières ont été confrontées à des analyses utilisant l’imagerie satellite pour visualiser la modification des habitats le long du littoral ouest-africain. Basée sur des cartes réalisées par Andrieu et al. (2018), Balla Dieye et al. (2013), Carney et al. (2014) et Conchedda (2008, dans Zwarts 2014) auxquelles ont été ajoutés les contours des AMP étudiées, l’évolution surfacique de leurs milieux naturels a ainsi pu être représentée suivant un mode opératoire différent des enquêtes de perception.

2. Résultats

2.1. Questionnaire

  • 8 Il s’agit des AMP de Saint-Louis, Kayar, Joal, Sangomar et Abéné
  • 9 Ceux-ci sont présents, d’après les gestionnaires, dans 7 AMP du réseau (cf. tableau 1). Toutefois, (...)

8Les plages, les mangroves et les vasières sont les milieux les plus représentés au sein du réseau, suivis par les herbiers et les forêts (cf. figure 1). Ces milieux, propres aux littoraux, démontrent le caractère particulièrement côtier et estuarien du réseau RAMPAO. Ce constat est renforcé par l’absence d’AMP hauturières et le faible nombre de sites exclusivement marins (5 AMP au Sénégal8). Certains milieux sont très peu connus, à l’image des herbiers, des fonds rocheux et des récifs coralliens9. Ces milieux immergés sont difficiles à évaluer sans ressources techniques et humaines idoines.

Figure 1 : Nombre de mentions de types d’habitats parmi les questionnaires et nombre de mentions pour chaque habitat qui fait l’objet d’un suivi régulier de la part des gestionnaires

Figure 1 : Nombre de mentions de types d’habitats parmi les questionnaires et nombre de mentions pour chaque habitat qui fait l’objet d’un suivi régulier de la part des gestionnaires

Source : les auteurs

9De l’avis des gestionnaires, tous les milieux présents dans les AMP du RAMPAO ont subi des dégradations au cours de la dernière décennie (cf. figure 2). Les plus affectés sont, selon eux, les plages, les vasières et les mangroves, qui ont été sujettes à un déficit pluviométrique par le passé et qui font face à diverses pressions telles que l’érosion et la coupe de bois.

Figure 2 : L’évolution de la surface des habitats dans les AMP du réseau RAMPAO

Figure 2 : L’évolution de la surface des habitats dans les AMP du réseau RAMPAO

Note : les habitats sont ordonnés du plus récurrent au moins récurrent

Source : les auteurs

10La réduction ou l’accroissement des surfaces, qui semblent faire état d’une tendance régionale, présentent des démarcations très fortes entre AMP (cf. tableau 1). Par exemple, la perte globale de surface de vasières ne se vérifie pas pour l’AMP de Bamboung, ni celle du Diawling et du Parc national du Banc d’Arguin. Il en va de même de celle des mangroves puisque les AMP de la Langue de Barbarie, d’Abéné, de Palmarin ou encore de la Somone au Sénégal présentent une expansion de la surface de palétuviers. Les forêts connaissent également des cas d’évolution positive, notamment dans les AMP du Diawling, de Palmarin, de Popenguine, de Cacheu et de Niumi.

Tableau 1 : Récapitulatif de l’évolution de la superficie des milieux naturels par site

Tableau 1 : Récapitulatif de l’évolution de la superficie des milieux naturels par site

Source : les auteurs

11Le seul habitat identifié comme subissant une très forte baisse de surface est l’estuaire du fleuve Sénégal en amont du Parc national de la Langue de Barbarie, en raison d’une brèche dans la flèche sableuse causée par l’activité humaine. Cela affecte le Parc national de la Langue de Barbarie en modifiant considérablement les habitats et en menaçant de disparition l’île aux oiseaux, lieu de nidification important : la brèche se déplaçant progressivement vers le sud de la langue où se trouve celle-ci. Phénomène inverse : la création du Parc national du Diawling dans les années 1980 a permis de redonner une impulsion nouvelle aux milieux naturels estuariens, asséchés à la suite de l’érection d’un complexe de barrages à cet endroit, dans les années 1960 et 1970, utilisés à présent pour la régulation des débits d’eau dans l’AMP (El Habib Barry et Nuscia, 2011).

2.2. Imagerie satellite

12Les études récentes, faites à partir d’images satellites, précisent l’évolution de l’occupation des sols le long du littoral ouest-africain (Andrieu, 2018 ; Balla Deye et al., 2013 ; Carney et al., 2014 ; Conchedda, 2008 dans Zwarts, 2014). En apposant le contour des AMP sur ces images, il est possible de confronter les constats faits par les gestionnaires aux conclusions issues de ces études. Si elles concernent essentiellement les zones de mangroves, celle d’Andrieu (2018) couvre aussi celles occupées par les forêts. Cet auteur constate ainsi que les pertes de surface sont essentiellement présentes dans les forêts des AMP du Delta du Saloum au Sénégal (sites 2, 3 et 4 cf. figure 3) et dans le Parc national de Rio Cacheu en Guinée-Bissau (site 11 cf. figure 3). À l’inverse, il note une évolution positive des zones de mangroves de tous les sites examinés. Ce dernier constat entre en contradiction avec celui des gestionnaires qui exprime globalement le contraire (cf. tableau 1) à l’exception des sites de Palmarin (2) et de Rio Cacheu (11) pour lesquels ils indiquent une augmentation de la surface de forêt et de mangrove.

Figure 3 : Photo satellite illustrant l’évolution des habitats entre 1999 et 2015

Figure 3 : Photo satellite illustrant l’évolution des habitats entre 1999 et 2015

13Les analyses réalisées à une échelle plus fine par Carney et al. (2014) et Balla Dieye et al. (2013), selon le même mode opératoire, n’ont ciblé que les mangroves. Dans le Delta du Saloum, leur surface a augmenté à l’intérieur des limites des AMP depuis le début des années 2000 (cf. figure 4 ; Balla Dieye et al., 2013 ; Zwarts, 2014), particulièrement le long des canaux (bolongs). Le constat des gestionnaires rejoint ici parfaitement celui des chercheurs : les surfaces de mangroves augmentent de façon continue depuis une décennie (Andrieu, 2018 ; Balla Dieye et al., 2013).

Figure 4 : Évolution des mangroves entre 2001 et 2010 via photos satellites

Figure 4 : Évolution des mangroves entre 2001 et 2010 via photos satellites

La numérotation des sites correspond à : 1. Palmarin ; 2. Gandoul ; 3. Sangomar ; 4. Bamboung

Source : Balla Dieye (2013) dans le Delta du Saloum, complétée par l’ajout du contour des AMP interrogées dans ce travail (en orange foncé).

14Concernant l’estuaire du fleuve Gambie, l’étude de Carney et al. (2014) conclue à une perte de superficie des mangroves au cours de la période 1986-2010 au sein des AMP, notamment à leur bordure et le long des bolongs (sites 1, 2 et 3, cf. figure 5). Sur le littoral gambien, la perception des gestionnaires de l’évolution des mangroves au sein des AMP (sites 1, 2 et 3, cf. figure 5) concorde avec les conclusions de l’étude de Carney, à savoir une perte de surface généralisée (ce qui se trouve être en contradiction avec les conclusions d’Andrieu ; cf. supra). La perte d’habitats apparaît, selon Carney, comme étant encore plus importante en dehors des AMP, surtout en amont des principaux affluents (notamment le long de la rive nord ; cf. figure 5).

Figure 5 : Évolution des mangroves entre 1986 et 2010 via photos satellites

Figure 5 : Évolution des mangroves entre 1986 et 2010 via photos satellites

La numérotation des sites correspond à : 1. Niumi ; 2. Tanbi ; 3. Tanji ; 4. Abene ; 5. Kawawana

Source : Carney 2014, complétée par l’ajout du contour des AMP interrogées dans ce travail (en bleu).

15L’évolution de la mangrove à l’embouchure du fleuve Casamance est plus contrastée puisque certaines surfaces rétrécissent tandis que d’autres augmentent. Plus problématique : il n’existe pas nécessairement de consensus entre les auteurs observant pourtant les mêmes lieux à des périodes relativement similaires (1986 à 2010 pour Carney et 1986-2006 pour Conchedda).

16Ainsi, d’après Carney et al. (2014), l’aire protégée de Kawawana a vu la surface de sa mangrove diminuer le long des bras de fleuve et à sa bordure (site 5, cf. figure 5) ; le gestionnaire n’a toutefois pas précisé l’évolution des milieux au sein de ce site. Le même phénomène affecte les zones à l’extérieur des AMP, notamment au nord, en amont des principaux affluents de la Casamance. À l’inverse, Conchedda (2008), considère que l’évolution des surfaces de mangroves en Casamance entre 1986 et 2006 est globalement positive (cf. figure 6), rejoignant en cela l’analyse d’Andrieu (2018). L’avis des gestionnaires interrogés dans cette zone n’a toutefois que peu renseigné l’évolution des milieux au cours de cette période. Les constats émis se sont en effet limités à la période récente, généralement postérieure à 2010.

Figure 7 : Évolution des mangroves entre 1986 et 2006 via photos satellites

Figure 7 : Évolution des mangroves entre 1986 et 2006 via photos satellites

La numérotation des sites correspond à : 1. Abéné ; 2. Kawawana

Source : Conchedda 2008 (dans Zwarts 2014), complétée par l’ajout du contour des AMP interrogées dans ce travail (en jaune).

17Les rapprochements et discordances entre les constats des uns et des autres sont résumés au Tableau 2 : chaque gestionnaire utilise son propre référent spatial et temporel, son vécu propre et son historicité au sein de l’AMP pour élaborer son constat.

Tableau  : Récapitulatif des évolutions des habitats dans les différentes études via images satellites et comparaison avec la perception des gestionnaires

Perception des gestionnaires du présent travail

Andrieu 2018

Carney et al. 2014

Balla Dieye 2013

Conchedda 2008 dans Zwarts 2014

Période d’étude

2018

1999-2015

1986-2010

2001-2010

1986-2006

Mangroves

Delta du fleuve Saloum

Hausse

Hausse

Hausse

Estuaire du fleuve Gambie

Baisse

Hausse

Baisse

Estuaire du fleuve Casamance

Baisse

Hausse

Baisse

Hausse

Forêts

Delta du fleuve Saloum

Contrasté

Baisse

Estuaire du fleuve Gambie

Contrasté

Hausse

Estuaire du fleuve Casamance

Baisse

Source : les auteurs

3. Discussion

18D’après la perception des gestionnaires, les plages, les mangroves et les vasières sont les habitats naturels dont la surface régresserait le plus dans les AMP étudiées, en raison de l’augmentation de la pression humaine (Diop et al., 2018 ; Ndour et al., 2018), des changements climatiques et d’autres phénomènes naturels qui peuvent être exacerbés par les changements climatiques tels que l’érosion et un déficit d’apport en sédiments (Faye, 2010a et 2010b ; Banque mondiale, 2019). Les gestionnaires ont affirmé que l’érosion était la principale menace survenant dans les AMP du réseau RAMPAO (Failler et al., 2019). Les déficits pluviométriques observés depuis la fin du XXe siècle (Niang et al., 2010 ; Zwarts, 2014) ont pu entraîner l’érosion des chenaux estuariens et des côtes, en raison de la réduction de l’apport d’eau douce et de sédiments (Niang et al., 2010 ; Dia, 2012). Cependant, la principale cause de l’altération des mangroves (tant d’un point de vue surfacique que de l’état de santé) semble être la coupe de bois pour diverses activités (bois de chauffage, fumage du poisson, récolte des huîtres, constructions, extension des surfaces dédiées à l’agriculture) (Ndour et al., 2012), en particulier dans les zones de mangrove les plus en amont des bras de fleuve. Concernant l’augmentation des superficies forestières, les programmes de reboisement assez éloignés du littoral ont permis une régénération des forêts côtières et, dans une certaine mesure, ont ralenti l’érosion dans certaines zones (Failler et Ba, 2017). Les programmes de replantation de mangroves n’apparaissent, quant à eux, pas avoir atteint le même succès (Cormier-Salem et Panfili, 2016).

19Les herbiers marins, les fonds rocheux et les récifs coralliens, presque dépourvus de surveillance, n’ont pas pu être renseignés de façon satisfaisante dans ce travail. Ces habitats sont très peu connus (Renard et Touré, 2014 ; PNUE, 2016), comme le démontre le signalement de récifs coralliens dans l’AMP d’Abene, ce qui semble irréaliste, car les conditions environnementales ne sont pas rassemblées (en outre, ils n’y ont jamais été signalés à cet endroit auparavant, selon Reefbase.org). Étant donné que les gestionnaires d’AMP du réseau rendent compte de l’évolution des habitats en fonction des impressions visuelles, il leur est difficile d’évaluer un environnement vaste et submergé.

20Par la suite, les perceptions des gestionnaires ont été comparées à différentes analyses sur les mangroves et les forêts à l’aide d’images satellites, bien que ces analyses aient concerné des zones entières au lieu des seules surfaces délimitées par les AMP. En conséquence, l’apposition de contours d’AMP sur ces cartes peut induire des tendances différentes de l’évolution régionale, car les pertes d’habitats en surface semblent plus importantes en dehors des AMP. Néanmoins, un point important est que les analyses réalisées par images satellites diffèrent des impressions des managers, à l’exception de celle réalisée par Carney (2014). Alors que les images satellites montrent globalement une amélioration de la surface des mangroves et des forêts selon Andrieu (2018), Conchedda (2008) et Balla Dieye et al. (2013) appuyés par une analyse de Temudo et Cabral (2017) en Guinée Bissau, les opinions des managers sont plus alarmantes. La principale raison de la différence entre la perception des gestionnaires et les cartes des changements d’habitats est l’utilisation de différentes périodes de référence : celles utilisées par les gestionnaires pour prendre des décisions sont généralement plus courtes que celle soumise à l’examen de l’imagerie satellite. Les gestionnaires sont également en mesure d’exprimer une précision plus élevée dans les changements des habitats, parce qu’ils y ajoutent leurs observations sur la qualité et la densité de la végétation, la densité des espèces, etc., ce que les études par images satellites ne peuvent généralement pas intégrer. De plus, le manque d’accord, au niveau des AMP, des résultats de Conchedda et Andrieu avec ceux de Carney montre le manque de consensus entre les chercheurs scientifiques, ce qui rend plus difficile la comparaison des opinions des gestionnaires avec celles issues de travaux scientifiques. Alors que Conchedda et Andrieu ont noté une amélioration globale de la superficie des mangroves et des forêts, Carney était beaucoup plus pessimiste. L’utilisation de différentes méthodes peut ainsi produire des résultats divergents pour les zones humides en raison des difficultés liées à une lecture correcte du signal spécifique à chaque type de végétation (Turmine et al., 2011 ; Perennou et al., 2018). Par exemple, pour démontrer certains manquements de l’étude de Carney, Andrieu a fait une analyse de l’évolution des mangroves au même endroit (dans ce cas l’AMP de Tanbi) et pendant la même période, montrant des résultats différents (Andrieu et al., 2019).

21L’écart entre la perception des gestionnaires et l’imagerie satellite est cependant la conséquence de l’absence de situation de référence en termes de surface des écosystèmes et de leur état de santé, ce qui rend impossible toute comparaison intertemporelle (Failler et al., 2015 ; Trégarot et al., 2017). Cela explique également le manque de concordance entre les observations des uns et des autres puisque chaque gestionnaire utilise son propre référent spatial et temporel, sa propre expérience et son historicité au sein de l’AMP pour formuler son opinion.

22Les gestionnaires d’AMP du réseau rapportent l’évolution des habitats en fonction des impressions visuelles, qui peuvent être considérées comme un « avis d’expert » lorsque le gestionnaire est en poste depuis de nombreuses années. Toutefois, en plus d’être perfectible, cela pose le problème de l’absence d’une situation de référence éloignée pour tout nouveau directeur. De plus, les gestionnaires disposent de ressources financières, matérielles et techniques limitées (Joyeux et al., 2010 ; Staub et al., 2014 ; PNUD/Go-Wamer, 2017), compromettant leur capacité à surveiller efficacement le territoire dans leur aire protégée. En complément, les images satellites haute résolution, les caméras sous-marines, les ressources logistiques et humaines pour la vérification sur le terrain sont des méthodes d’évaluation plus appropriées. Par ailleurs, l’absence de données tangibles sur les pressions induites par une population en constante expansion sur les ressources naturelles (Gemenne et al., 2017) ainsi que par l’industrialisation associée semble influencer les gestionnaires, et pourrait développer chez eux une perception généralement négative des modifications des habitats naturels. En projetant une dégradation imminente des habitats, ils opèrent un glissement temporel et considèrent que ceux-ci sont déjà exposés. La confusion entre l’état réel et le risque potentiel est perceptible dans les réponses — en particulier les explications fournies concernant les raisons de la dégradation de l’environnement. Cela semble résulter du fait que les gestionnaires confondent la cause explicative (représentant les échelles de temps passées et présentes) et les causes probables (représentant l’avenir). Les effets du changement climatique sont également redoutés comme des risques majeurs. Cela est d’autant plus vrai que les événements, peu connus en dehors du déficit pluviométrique et de ses conséquences, devraient augmenter dans un proche avenir (PNUE, 2016). Ainsi, une mesure inexacte du changement d’habitat peut entraîner une réponse de gestion disproportionnée.

23Présenter un constat plus alarmiste qu’il ne le faudrait constitue, en outre, une stratégie de plaidoyer pour obtenir davantage de budgets pour la conservation des milieux naturels. À l’inverse, émettre un avis qui embellit la situation réelle témoigne de la volonté de faire valoir le travail réalisé et de capter des fonds additionnels sur la base des succès réalisés. Dans tous les cas, l’absence de situation de référence est préjudiciable : que ce soit à l’échelle des AMP ou à celui de l’ensemble du littoral ouest-africain puisque toute comparaison temporelle et spatiale est impossible (sans mentionner le syndrome du changement des points de référence ; Pauly, 1995).

24En l’absence de données, les enquêtes de perception restent une bonne alternative pour combler les lacunes dans les connaissances (Álvarez-Fernández et al., 2017). Outre son faible prix, cette approche permet l’émergence de savoirs locaux à travers un processus « bottom up » qui valorise la participation des parties prenantes (dans ce cas, les gestionnaires locaux des AMP). De plus, leurs perceptions renseignent sur le contexte socio-environnemental (Fatorić et Morén-Alegret, 2013). Confronté à des analyses d’images satellitaires, il a permis de mieux situer ce contexte en identifiant les différences de résultats (manque de fonds entraînant un plaidoyer, manque de visibilité, augmentation diffuse des menaces sur les AMP…). En outre, les approches d’évaluation rapide dont les enquêtes de perception font partie se sont largement répandues depuis le début des années 1990 dans des situations de manque de données et lorsque des informations doivent être fournies rapidement pour aider les décideurs (Pido, 1995), en particulier dans le domaine de la conservation littorale (Haridhi et al., 2018). Cette surveillance au niveau du réseau RAMPAO devrait être renouvelée sur une base régulière, effectuée conjointement par les administrations régionales et d’autres parties prenantes.

Conclusion

25Selon les gestionnaires des AMP du réseau RAMPAO, les milieux actuellement les plus affectés par les changements globaux (naturels et anthropiques) sont les plages, les vasières et les mangroves. Pour le premier milieu, ils constatent, depuis de nombreuses années, une accélération de l’érosion, en raison de l’augmentation de la fréquence des tempêtes et de l’amplitude des vagues (Failler et al., 2018 ; Faye, 2010a). Pour les vasières, ils considèrent qu’elles souffrent d’un stress hydrique dû à un déficit pluviométrique (Balla Dieye et al., 2013 ; Diop et al., 2018) et une élévation générale des températures en Afrique de l’Ouest (IPBES, 2018). Aucun travail de suivi ni d’analyse scientifique n’est pour le moment disponible pour pouvoir dresser un constat parallèle à celui des gestionnaires. Pour les mangroves, ceux-ci avancent les mêmes maux que ceux évoqués ci-devant avec, en sus, une pression anthropique résultant de la coupe de bois pour le fumage du poisson et lors de la cueillette des huîtres afin de gagner du temps, la construction d’habitats et d’outils et la cuisson alimentaire (Reynolds et al., 2011). Les analyses à l’aide d’images satellites ne sont pas d’une résolution suffisamment précise, au vu de la taille modeste de la plupart des AMP pourvues de mangroves pour apporter des éléments informationnels complémentaires aux constats des gestionnaires. De plus, ces études se contredisent parfois entre elles et vis-à-vis des impressions des gestionnaires des sites.

26Les forêts sont les seules à connaître, d’après les gestionnaires des AMP, une évolution relativement positive, ce que les conclusions des travaux scientifiques confirment. Elle s’explique, en partie, par une certaine prise de conscience des populations des AMP et par la mise en place de projets de reforestation conséquents les associant (Cormier-Salem, 2017 ; WWF, 2012). La perception de l’évolution de ce milieu s’appuie, tout comme pour les trois précédemment cités, sur une observation visuelle régulière. Celle de l’évolution des autres milieux est moins maitrisée par les gestionnaires, faute de moyen simple d’observation. Le suivi des milieux est ainsi de moins en moins précis au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la côte vers le large et le niveau de précision du constat des gestionnaires s’en trouve diminué d’autant. L’absence de situation de référence constitue un autre handicap à l’établissement d’une observation fondée (Renard et Touré, 2014).

27Le non-suivi des surfaces d’herbiers, des fonds coralliens et des fonds rocheux est symptomatique d’une situation généralisée d’absence de connaissances du milieu marin. Si le recensement des herbiers vient d’être fait au PNBA (Trégarot et al., 2018), le projet Resiliensea10, dont le but est d’améliorer l’état des connaissances des herbiers en Afrique de l’Ouest, devrait poser les bases d’un suivi plus systématique des herbiers le long de la côte ouest-africaine11. Cela devrait ainsi permettre aux gestionnaires de mieux appréhender les changements intervenants sur le milieu marin.

28Ainsi, les enquêtes de perception présentent une qualité globalement satisfaisante dès lors qu’il s’agit d’émettre un constat résultant d’observations visuelles. Elles permettent de combler partiellement les lacunes liées au manque de suivi scientifique (Alvarez-Fernandez et al., 2017). Elles valorisent de plus les savoirs in situ, indispensables à l’élaboration d’un tissu de connaissances régionales utilisable à des fins de gestion (Fatorić et Morén-Alegret, 2013 ; Rodriguez-Rodriguez et al., 2016). En revanche, dans un tel contexte de pauvreté informationnelle, sur le milieu marin notamment, elles s’avèrent très vite inopportunes puisqu’elles ne s’appuient sur aucun élément tangible. Ce dernier point doit être tout particulièrement considéré lors des travaux portant sur l’établissement d’état des lieux, de situation de référence, d’étude des changements, des évolutions des milieux, etc. notamment avec les méthodes dites d’évaluation rapide (Rapid Appraisal Approach). Une attention toute particulière doit ainsi être portée à la nature et le fondement de l’appréciation émise par le gestionnaire.

Haut de page

Bibliographie

Alvarez-Berastegui, Diego et al. (2014). “Multidisciplinary Rapid Assessment of Coastal Areas as a Tool for the Design and Management of Marine Protected Areas”, Journal for Nature Conservation 22(1):1–14.

Alvarez-Fernández, Inma, Nuria Fernández, Noela Sánchez-Carnero, and Juan Freire (2017). “The Management Performance of Marine Protected Areas in the North-East Atlantic Ocean”, Marine Policy 76(February):159–68.

Andrieu, Julien (2018). “Land Cover Changes on the West-African Coastline from the Saloum Delta (Senegal) to Rio Geba (Guinea-Bissau) between 1979 and 2015 Land Cover Changes on the West-African Coastline from the Saloum Delta”; European Journal of Remote Sensing 51(1):314–25.

Andrieu, Julien, Marie-Christine Cormier-Salem, Luc Descroix, Tidiane Sané, El Hadji Balla Dieye, Ngor Ndour (2019). “Correctly assessing forest change in a priority West African mangrove ecosystem: 1986–2010: An answer to Carney et al. (2014) paper “Assessing forest change in a priority West African mangrove ecosystem: 1986–2010”, Remote Sensing Applications: Society and Environment 13:337–347

Balla Dieye, El Hadji, Amadou Tahirou Diaw, Tidiane Sané et Ngor Ndour (2013). « Dynamique de la mangrove de l’estuaire du Saloum (Sénégal) entre 1972 et 2010 », Cybergeo: European Journal of Geography 629; URL: https://www.researchgate.net/publication/276256599_Dynamique_de_la_mangrove_de_l'estuaire_du_Saloum_Senegal_entre_1972_et_2010

Carney, Judith, Thomas W. Gillespie, and Richard Rosomoff (2014). “Assessing Forest Change in a Priority West African Mangrove Ecosystem: 1986–2010”, Geoforum 53:126 – 35.

Cormier-Salem, M. C., B. Dieye et T. Sane (2016). « Légitimité des politiques de reboisements de mangrove en Casamance », dans Eaux et sociétés face au changement climatique dans le bassin de la Casamance, Paris : 189–210.

Cormier-Salem, M. C. and J. Panfili (2016). “Mangrove Reforestation: Greening or Grabbing Coastal Zones and Deltas? Case Studies in Senegal”, African Journal of Aquatic Science 41(1):89–98.

Cormier-Salem, Marie-Christine (2017). “Let the Women Harvest the Mangrove. Carbon Policy, and Environmental Injustice”, Sustainability 9(1485) ; URL: https://www.researchgate.net/publication/319223278_Let_the_Women_Harvest_the_Mangrove_Carbon_Policy_and_Environmental_Injustice

Dia, Ibrahima (2012). Vulnerability assessment of central coastal Senegal (Saloum) and the Gambia marine coast and estuary to climate change induced effects, Banjul, The Gambia; URL: https://www.crc.uri.edu/download/Climate_Change_VA_CR.pdf

Diop, Aimé et al. (2018). “Dynamiques d’occupation du sol des zones humides urbanisées de Dakar (Sénégal) de 1942 à 2014”, VertigO 18(1); URL : https://journals.openedition.org/vertigo/20120?lang=pt

Duncan, Clare et al. (2018). “Satellite Remote Sensing to Monitor Mangrove Forest Resilience and Resistance to Sea Level Rise”, Methods in Ecology and Evolution 9:1837–52.

Failler, Pierre, Elise Petre, Thomas Binet and Jean-Philippe Maréchal (2015). “Valuation of marine and coastal ecosystem services as a tool for conservation: the case of Martinique in the Caribbean”, Journal of Ecosystem Services 11:67–75.

Failler, Pierre, Grégoire Touron-Gardic, Oumar Sadio et Marie-Suzanne Traore (2019). « Menaces sur les aires marines protégées en Afrique de l’Ouest : de la pêche non contrôlée aux changements climatiques », Mondes Développement 187(3) : 133-152

Failler, Pierre, Oumar Sadio, and Grégoire Touron-Gardic (2018). État de référence des aires marines protégées du RAMPAO, Dakar, Sénégal.

Failler, Pierre et Taibou Ba (2017). Évaluation finale du projet Gestion intégrée des zones côtières — Sénégal, rapport final, contrat-cadre bénéficiaires 2013, EuropeAid/132633/C/SER/Multi, Lot 6 : Environnement, Requête n°2016/379204-1, 116 p.

Fatorić, Sandra and Ricard Morén-Alegret (2013). “Integrating Local Knowledge and Perception for Assessing Vulnerability to Climate Change in Economically Dynamic Coastal Areas : The Case of Natural Protected Area Aiguamolls de L’Empordà, Spain”, Ocean & Coastal Management 85:90–102.

Faye, Ibrahima (2010). Dynamique du trait de côte sur les littoraux sableux de la Mauritanie à la Guinée-Bissau (Afrique de L’Ouest) : approches régionale et locale par photo-interprétation, traitement d’images et analyse de cartes anciennes, Université de Bretagne occidentale, Brest.

Gemenne, Françoise, Julia Blocher, Florence De Longueville and Sara Vigil (2017). “Climate Change, Natural Disasters and Population Displacements in West Africa”, Geo-Eco-Trop 41(3):317–37.

Gourmelon Françoise, Marc Robin, Jade Georis Creuseveau, Gwenaëlle Pennober, Alfredo Simao da Silva, K Affian., C. Hauhouot et Patrick Pottier (2006). « Contraintes d’utilisation des technologies de l’information géographique pour la GIZC en Afrique », VertigO 7 (3) ; URL : https://journals.openedition.org/vertigo/9086

El Habib Barry, Mohamed et Aude Taïbi Nuscia (2011). “Du Parc national du Diawling à la réserve de biosphère transfrontalière : jeux d’échelles à l’épreuve du développement durable dans le bas delta du fleuve Sénégal, dans Natures tropicales : enjeux actuels et perspectives, Presses universitaires de Bordeaux : 147–56 ; HAL Id : Hal-00936306.

Haridhi, H. A. et al. (2018). ‘Application of Rapid Appraisals of Fisheries Management System (RAFMS) to identify the seasonal variation of fishing ground locations and its corresponding fish species availability at Aceh waters, Indonesia’, Ocean and Coastal Management 154:46–54.

He, Chunyang, Zhifeng Liu, Jie Tian, and Qun Ma (2014). “Urban Expansion Dynamics and Natural Habitat Loss in China: A Multiscale Landscape Perspective”, Global Change Biology: 1–17; URL: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24643992/

IPBES (2018). Biodiversity and Ecosystem Services for Africa. Summary for Policymakers. Technical Support, Bonn, Germany.

Joyeux, C., J. Gale et S. Cobb (2010). Analyse des mécanismes de financement des aires protégées d’Afrique de l’Ouest — Proposition de renforcement de leur durabilité ; URL : https://www.cairn.info/revue-des-sciences-de-gestion-2016-2-page-79.htm

Ndour, Abdoulaye et al. (2018). “Management Strategies for Coastal Erosion Problems in West Africa : Analysis, Issues, and Constraints Drawn from the Examples of Senegal and Benin D E.” Ocean & Coastal Management 156:92–106.

Ndour, Ngor, Sara Dieng et Mamadou Fall (2012). “Rôles des mangroves, modes et perspectives de gestion au delta du Saloum (Sénégal).” VertigO 11(3) ; URL : https://www.erudit.org/fr/revues/vertigo/2012-v11-n3-vertigo0523/1015052ar/

Niang, Isabelle, Mamadou Dansokho, Serigne Faye, Khadim Gueye, and Pape Ndiaye (2010). “Impacts of Climate Change on the Senegalese Coastal Zones : Examples of the Cap Vert Peninsula and Saloum Estuary.” Global and Planetary Change 72(4):294–301.

Pauly, Daniel (1995). “Anecdotes and the shifting baseline syndrome of fisheries”, Trends in Ecology and Evolution 10(10):430.

Pido, M. D. (1995). “The application of Rapid Rural Appraisal techniques in coastal resources planning: experience in Malampaya Sound, Philippines”, Ocean and Coastal Management 26(1):57–72.

Perennou, Christian et al. (2018). “Mapping Mediterranean Wetlands With Remote Sensing: A Good-Looking Map Is Not Always a Good Map”, Advances in Ecological Research 58:243 – 77.

PNUD/Go-wamer (2017). Étude sur l’évaluation de l’efficacité de gestion des AMP dans la sous-région Go-Wamer - Rapport final, Dakar, Sénégal.

PNUE (2016). Impacts du changement climatique sur la biodiversité et les aires protégées en Afrique de l’Ouest. Résumé des résultats du projet PARCC Aires Protégées Résilientes, UNEP-WCMC. Cambridge, UK.

Renard, Yves et Oussouby Touré (2014). Itinéraires de création d’aires marines protégées en Afrique de l’Ouest — Expériences et leçons Apprises, Dakar, Sénégal.

Reynolds, Glen, Junaidi Payne, Waidi Sinun, Gregory Mosigil and Rory P. D. Walsh (2011). “Changes in Forest Land Use and Management in Sabah, Malaysian Borneo, 1990 − 2010, with a Focus on the Danum Valley Region”, Philosophical Transactions of the Royal Society of London B: Biological Sciences 366:3168 – 76.

Rizk, Charbel, Julien Semelin et Charlotte Karibuhoye (2011). Guide méthodologique pour l’élaboration des plans de gestion des aires marines protégées, Morges, Suisse, FIBA.

Rodriguez-Rodriguez, David, Javier Rodriguez, and Dania Abdul Malak (2016). “Development and Testing of a New Framework for Rapidly Assessing Legal and Managerial Protection Afforded by Marine Protected Areas: Mediterranean Sea Case Study”, Journal of Environmental Management 167(February):29–37.

Sarr, Serigne Modou, Mamadou Ndiaye, El Hadji Faye et Djibril Keita Diedhiou (2018). « Richesse spécifique et abondance du peuplement ichtylogique de l’aire marine protégée de Joal-Fadiouth au Sénégal », VertigO 18(1) ; URL : https://www.erudit.org/fr/revues/vertigo/2018-v18-n1-vertigo04481/1058442ar/

Staub, F., D.D. Diop et P. Tendeng (2014). RAMPAO 2014 : Analyse de compétences et lacunes des acteurs du Réseau régional d’aires marines protégées en Afrique de l’Ouest et recommandations, Dakar, Sénégal.

Temudo, Marina Padrão and Ana Isabel Cabral (2017). “The Social Dynamics of Mangrove Forests in Guinea-Bissau, West Africa”, Human Ecology 45(3):307–20.

Trégarot, Ewan, Pierre Failler and Jean-Philippe Maréchal (2017). “Evaluation of coastal and marine ecosystem services of Mayotte: Indirect use values of coral reefs and associated ecosystems”, International Journal of Biodiversity Science, Ecosystem Services & Management 13(3):19–34.

Trégarot, Ewan et al. (2018). « Parc national du Banc d’Arguin : évaluation des services rendus par les écosystèmes du Banc d’Arguin. Compte rendu des ateliers relatifs aux services indirects et carbone », dans Évaluation des services écosystémiques du Parc national du Banc d’Arguin : 1-141.

Turmine, Vincent, Thomas Binet et Pierre Failler (2012). « L’usage de la télédétection pour l’évaluation économique des écosystèmes marins : application à l’aire marine protégée de Tristão en Guinée », VertigO, 11(3) ; URL: https://journals.openedition.org/vertigo/12234

United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects.

Vasconcelos Maria J. P., J. C. Mussa Biai, A. Araujo, M. A. Diniz (2002). “Land cover change in two protected areas of Guinea-Bissau (1956–1998)”, Applied Geography 22(2): 139–156.

World Bank (2019). “The Cost of Coastal Zone Degradation in West Africa”; URL: http://documents1.worldbank.org/curated/en/822421552504665834/pdf/The-Cost-of-Coastal-Zone-Degradation-in-West-Africa-Benin-Cote-dIvoire-Senegal-and-Togo.pdf

WWF (2012). Projet Mangrove. Projet de gestion et de conservation durable de la mangrove au Sénégal ; URL : https://awsassets.panda.org/downloads/presentation_succinte_du_projet_mangroves_vf.pdf

Zwarts, L. (2014). Mangrove Dynamics in West Africa, Gland, Switzerland.

Haut de page

Notes

1 Dans ce travail, la zone d’étude comprend les AMP qui sont membres du RAMPAO (le réseau régional des AMP en Afrique de l’ouest) en Mauritanie, Sénégal, Cabo Verde, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée et Sierra Leone.

2 www.cbd.int/sp/targets/

3 Un projet financé par la MAVA et mis en œuvre par le GRID-ARENDAL a été lancé en 2018 afin de cartographier les herbiers marins en Afrique de l’ouest (voir http://resiliensea.org).

4 Le projet GIBAO (Groupe Indicateurs Biologiques d’Afrique de l’Ouest) conduit par la Commission sous régional des pêches (CSRP) en partenariat avec l’IRD a rassemblé entre 2005 et 2008 des données sur la santé des écosystèmes dans la zone d’étude (données non disponibles).

5 Sur un total de 88 répertoriées en 2018 (Failler et al. 2018).

6 Une copie de ce questionnaire peut être obtenue en s’adressant aux auteurs de ce travail.

7 La réserve satellite du Cap-Blanc (Mauritanie), les Parcs nationaux du Djoudj et du Delta du Saloum (Sénégal) et le Parc national d’Orango (Guinée-Bissau) n’ont pas retourné de questionnaires

8 Il s’agit des AMP de Saint-Louis, Kayar, Joal, Sangomar et Abéné

9 Ceux-ci sont présents, d’après les gestionnaires, dans 7 AMP du réseau (cf. tableau 1). Toutefois, en se fiant aux bases de données des Nations-Unies (http://data.unep-wcmc.org/datasets/3) et Reefbase (http://www.reefbase.org), l’aire de répartition des coraux d’eaux froides et d’eaux chaudes ne correspond pas aux sites d’Abéné, Loos, Tristao et Alcatraz, bien que ces sites déclarent en héberger. À l’inverse, l’équipe de gestion de l’AMP de Cayar n’a pas recensé de coraux alors que la base de données des Nations-Unies informe que des coraux d’eaux froides sont présents à cet endroit.

10 http://mava-foundation.org/grants/resiliensea-resilient-seagrasses/

11 Un programme de même nature, financé par l’UE et mis en œuvre par l’UICN, devrait voir le jour en 2019 pour les mangroves de la région.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Nombre de mentions de types d’habitats parmi les questionnaires et nombre de mentions pour chaque habitat qui fait l’objet d’un suivi régulier de la part des gestionnaires
Crédits Source : les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2 : L’évolution de la surface des habitats dans les AMP du réseau RAMPAO
Légende Note : les habitats sont ordonnés du plus récurrent au moins récurrent
Crédits Source : les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 1 : Récapitulatif de l’évolution de la superficie des milieux naturels par site
Crédits Source : les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21133/img-3.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 3 : Photo satellite illustrant l’évolution des habitats entre 1999 et 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21133/img-4.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figure 4 : Évolution des mangroves entre 2001 et 2010 via photos satellites
Légende La numérotation des sites correspond à : 1. Palmarin ; 2. Gandoul ; 3. Sangomar ; 4. Bamboung
Crédits Source : Balla Dieye (2013) dans le Delta du Saloum, complétée par l’ajout du contour des AMP interrogées dans ce travail (en orange foncé).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21133/img-5.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure 5 : Évolution des mangroves entre 1986 et 2010 via photos satellites
Légende La numérotation des sites correspond à : 1. Niumi ; 2. Tanbi ; 3. Tanji ; 4. Abene ; 5. Kawawana
Crédits Source : Carney 2014, complétée par l’ajout du contour des AMP interrogées dans ce travail (en bleu).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21133/img-6.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 7 : Évolution des mangroves entre 1986 et 2006 via photos satellites
Légende La numérotation des sites correspond à : 1. Abéné ; 2. Kawawana
Crédits Source : Conchedda 2008 (dans Zwarts 2014), complétée par l’ajout du contour des AMP interrogées dans ce travail (en jaune).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21133/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Failler, Oumar Sadio, Grégoire Touron-Gardic et Marie-Suzanne Traoré, « L’évolution des milieux naturels perçue par les gestionnaires des aires marines protégées ouest-africaines  », Études caribéennes [En ligne], 48 | Avril 2021, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21133

Haut de page

Auteurs

Pierre Failler

Directeur de recherche, Groupe de recherche en Gouvernance bleue, Faculté d’économie et de droit, Université de Portsmouth, Portsmouth, P01 3DE, Royaume-Uni. pierre.failler@port.ac.uk

Articles du même auteur

Oumar Sadio

Associé de recherche, Institut de Recherches pour le développement (IRD), UMR LEMAR 195 (Laboratoire des sciences de l’Environnement MARin), BP 1386, Dakar, Sénégal. oumar.sadio@ird.fr

Grégoire Touron-Gardic

Associé de recherche, Groupe de recherche en Gouvernance bleue, Faculté d’économie et de droit, Université de Portsmouth, Portsmouth, P01 3DE, Royaume-Uni. gregoire.touron-gardic@port.ac.uk

Articles du même auteur

Marie-Suzanne Traoré

Secrétaire générale, Réseau des aires marines protégées de l’Afrique de l’Ouest (RAMPAO), Dakar, S.I.C.A.P Sacré-Cœur 3, Sénégal. secretariat@rampao.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search