Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Aménagements littoraux et gestion...La filière de la pêche en Haïti :...

Aménagements littoraux et gestion des ressources

La filière de la pêche en Haïti : quelles perspectives face à l’insécurité alimentaire ?

Which prospects for the fishing industry in Haiti in the face of food insecurity?
Grégoire Touron-Gardic, Pierre Failler, Asmine Désirade, Moramade Blanc et Gilbert David

Résumés

De tous les pays de la mer des Caraïbes, Haïti est le pays dont le poisson contribue le moins à la couverture des besoins nutritionnels. Les ménages haïtiens ayant un pouvoir d’achat parmi les plus faibles au monde, la cherté du poisson constitue un frein à l’augmentation de la consommation per capita. La rareté des débarquements de poisson dans les zones urbaines, notamment à Port-au-Prince, nécessite un approvisionnement depuis les régions du sud principalement, isolées sur le plan logistique. Si les filières d’exportation, spécialisées dans les crustacées à forte valeur marchande s’accommodent de ces difficultés de transport, celles dédiées à la satisfaction du marché domestique en pâtissent. Et cela d’autant plus fortement que ces dernières, entachées de clientélisme, sont investies par une multitude d’acteurs informels, peu propices à la performance économique et à la salubrité.
Afin de pallier de telles déficiences, un certain nombre de recommandations est émis. La première est d’organiser progressivement l’ensemble de la filière domestique selon des principes d’efficacité économique et de salubrité. La fédération des différentes catégories d’acteurs en entités légales constitue un préambule à la professionnalisation de chacun des maillons (pêcheurs, agences et commerçantes) et l’organisation globale de la filière halieutique domestique. La deuxième est d’accroître la qualité des produits par l’amélioration et le maintien de la chaîne du froid de la capture à la dernière vente ainsi que la diffusion de techniques de transformation et de conditionnement à même de garantir une bonne qualité des produits. La troisième consiste à faire valoir les espèces de poisson qui ne sont pas prisées par les Haïtiens, mais dont les qualités nutritionnelles sont fortes, par exemple les gros poissons pélagiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Crédit

Le texte est adapté du rapport de l’expertise collective réalisée par l’IRD en collaboration avec le MARNDR, les figures sont tirées de ce rapport.

Texte intégral

Introduction

1Haïti fait face à une situation de grande pauvreté et de faiblesse de ses institutions. Les trois quarts de la population vivent sous le seuil de pauvreté (2 US $/jour) (FAO, 2013), et la population rurale, qui représente 40 % de la population totale1, est la plus exposée (Action contre la faim, 2017). Dans un tel contexte, la sous-alimentation touche pratiquement la moitié de la population1. En outre, les apports nutritionnels sont disparates et incomplets. Les apports en protéines, par exemple, constitués essentiellement de pois et légumineux et complétés parfois par du poulet d’importation et de la viande bovine sont insuffisants (CIRAD, 2016 ; FAOSTAT 2019). La consommation de poisson est très faible : autour de 5 kg par habitant et par an2, contre 8,7 pour la République dominicaine voisine, ou 25,8 pour la Jamaïque. Par conséquent, l’accroissement de la consommation de produits marins issus de la pêche haïtienne pourrait être un vecteur d’amélioration de la situation alimentaire, bien que la filière soit déficiente (Favreliere, 2008 ; Felix, 2012).

2Le but de ce travail est de présenter la filière de pêche nationale, d’en identifier les acteurs et les principaux flux nationaux, ainsi que d’en analyser les principales défaillances, afin d’en extraire des recommandations adaptées à la situation actuellement difficile. Dans le cadre de l’expertise collective de la pêche en Haïti réalisée par Institut français de recherche pour le développement (IRD) et le Ministère haïtien de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), un travail d’enquête de terrain a été mené au plus près des acteurs de la filière en collaboration avec des chercheurs de l’Université d’État d’Haïti, complété par un travail de documentation et par les données de la deuxième phase du recensement national de la pêche artisanale. Les plus-values de cet article sont multiples : tout d’abord, une présentation actualisée de la filière est réalisée avec les données les plus récentes, alors que les précédentes études sont relativement anciennes (Favreliere, 2008 ; Felix, 2012). Une cartographie des principaux flux est réalisée pour la première fois, de même qu’une analyse de l’évolution des prix à l’échelle nationale. Enfin des recommandations pratiques et adaptées au contexte actuel sont énoncées pour améliorer la filière, en concertation avec toutes les parties prenantes. De la sorte, cet article fournit les connaissances de base nécessaires pour des recherches subséquentes, et pour appuyer les décideurs et orienter leurs interventions.

1. Méthode

3Cet article présente les principaux résultats du chapitre 6.2 (« Quelles stratégies pour accroître la contribution des produits de la pêche à la couverture des besoins protéiques de la population haïtienne ? ») de l’expertise collective sur la pêche en Haïti réalisée conjointement par l’IRD et le MARNDR entre 2017 et 2020 et diligentée par la banque interaméricaine de développement (BID).

4Deux missions de terrain ont été réalisées en mars 2019 et en septembre 2019, afin d’interroger les acteurs de terrain de la filière de la pêche, et afin de rencontrer les administrations concernées au sein du MARNDR et de l’administration des douanes. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des différentes parties prenantes de la filière, selon la méthodologie mise en œuvre par Brewer (2011) aux iles Salomon et reprise par Pioch & Hardy à Haïti (Pioch and Hardy, 2018). Au total, ce sont plus de 80 personnes qui ont été interrogées (Tableau 1), en plus des points focaux du MARNDR et de l’université d’État d’Haïti, sur les lieux de débarquements de la pêche, dans les marchés et sur leurs lieux de travail (locaux commerciaux, locaux administratifs, etc.) dans neuf localités du pays : quatre dans le département de l’ouest (Port-au-Prince, Damien, Ganthier et Luly/Arcahaie), trois dans le département du Sud-est (Cayes-Jacmel, Marigot et Anse-à-Pitre), une dans le département des Nippes (Miragoane), et une dans le département du Nord (Cap-Haïtien). Des visites de terrain ont aussi eu lieu dans d’autres localités, sans que des entretiens semi-directifs y aient été réalisés : Jérémie, Pestel, Dame-Marie, Abricot, Anse d’Hainault (département de la Grande-Anse) et Belle-Anse (département du Sud-Est).

Tableau 1. Détail des acteurs de la filière interrogés

Type d’acteurs

Nombre de personnes interrogées

Marchands/Marchandes

27

Agences

22

Pêcheurs

12

Administration

7

Référents associations et administration

6

Industriels

Filière : 4
Autre : 1

ONG, organisations internationales

2

Autres (transport, transformation)

2

Note : les acteurs de la filière cumulent souvent plusieurs fonctions (pêche, vente, transport, transformation). Seule l’activité principale est renseignée dans le Tableau 1.

5Les informations inédites de la seconde phase du recensement national de la pêche artisanale3, ainsi que de plusieurs mémoires de fin d’études traitant de la filière de la pêche et réalisés entre 2018 et 2019 à l’université d’État d’Haïti et à l’université des Caraïbes ont complété les données de terrain (voir Bibliographie – mémoires de fin d’études).

2. Filière

2.1. Acteurs

  • 4 Le terme pisquette recouvre deux catégories de poissons juvéniles : les anchois de la famille des e (...)
  • 5 A noter qu’il existe une filière parallèle pour les civelles, et dont le prix au kilo très élevé le (...)

6Au retour de la pêche, il existe plusieurs cas de figure pour l’écoulement des produits. Les premiers acheteurs sont essentiellement des marchandes, parfois des intermédiaires de plus grande taille (appelés « agences de pêche »), des restaurateurs ou des particuliers (MARNDR, 2010a). Présents en grand nombre, les marchandes – qui sont souvent les épouses des pêcheurs – jouent un rôle déterminant dans la filière de distribution des produits de la pêche artisanale (Favreliere, 2008 ; Felix, 2012). Elles achètent directement les poissons au débarquement et le revendent ensuite aux abords du port ou dans les marchés locaux (voir Figure 1). Les invendus des petites commerçantes sont salés et séchés, afin d’être vendus ultérieurement. Des « Dames Sara » – sortes de marchandes irriguant les marchés urbains avec les denrées collectées dans les villages (Stam, 2012 ; World Bank, 2016) – acheminent ensuite le poisson directement sous cette forme dans les marchés des autres communes ou des centres urbains. Les agences de pêche tiennent aussi un rôle prépondérant dans cette filière. Dans la plupart des cas, ces agences ne sont que des intermédiaires de taille modeste qui possèdent quelques caisses isothermes (qualifiées d’« igloos »), qui tiennent une comptabilité et qui peuvent acheter et revendre des quantités plus importantes que les marchandes. Ces intermédiaires achètent les prises qui possèdent les plus fortes valeurs marchandes : les poissons de « catégorie 1 » (poissons démersaux des fonds peu profonds, notamment les poissons de récifs dits « poissons colorés » tels que les colas (Ocyurus chrysurus) et poissons-perroquets (Sparisoma sp.), les poissons de « catégorie 2 » (poissons « blancs » de grande taille telles que les dorades coryphènes (Coryphaena hippurus), bonites, petits thons) ainsi que les « homards » (langoustes (Panulirus sp.) et autres crustacés). Toutefois, en raison de la raréfaction des poissons de catégorie 1, les agences intègrent toujours plus de produits de catégories inférieures dans leur commerce (la « catégorie 3 » : petites sardines, pisquettes4, anchois, etc.). Il existe plusieurs niveaux d’agences, et ces différents niveaux opèrent différemment. De nombreuses agences achètent directement aux pêcheurs et revendent aux restaurateurs et hôtels locaux ou à des agences de niveau supérieur. Les agences de niveau supérieur se fournissent en province puis acheminent leurs produits dans les centres urbains pour les revendre ensuite aux poissonneries, aux grossistes, aux hôtels et restaurants ou aux marchandes présentes dans les marchés. Parmi les rares grossistes, seuls les plus importants d’entre eux exportent, essentiellement des langoustes en Amérique du Nord (les produits d’exportation sont connus sous l’appellation de « produits nobles » en Haïti)5. Ils revendent les autres produits dans leurs locaux ou chez leurs partenaires (poissonneries, hôtels, restaurants).

Figure 1. Schéma de la filière de pêche artisanale en Haïti.

Figure 1. Schéma de la filière de pêche artisanale en Haïti.

Source : D’après Desirade (2020), Felix (2012) et Favrelière (2008)

7Cependant, il n’y a dans la pratique pas de limites claires entre les différents types d’acteurs. Une seule et même personne peut cumuler plusieurs fonctions (ou équivalent) : pêcheur et agence, marchande et dame Sara, etc. Il a, par exemple, été constaté au marché de Marigot (Sud-est) que des agences achetaient sur place à des agences issues des petites villes de la région, pour revendre au même endroit à d’autres agences venant de Port-au-Prince ! À l’opposé, certains grossistes et grosses agences n’hésitent pas à « court-circuiter » la filière pour aller se fournir localement auprès des pêcheurs ou des plus petits intermédiaires. Aussi, afin de mieux comprendre les mécanismes qui régissent les relations entre acteurs dans cette filière informelle, complexe et éclatée, faut-il admettre que les jeux d’acteurs (habitudes, affinités) prennent souvent le dessus sur un fonctionnement structuré et rationnel des filières domestiques. Par ailleurs, d’autres acteurs fournissant des prestations variées viennent se greffer dans la filière : manutentionnaires, livreurs de glace, fabricants de glace, transporteurs (motos, camions), transformatrices (écaillage, éviscération, salage, séchage), etc. (MARNDR, 2015b).

2.2. Flux de distribution

8La pêche est davantage développée dans la portion sud du pays (voir Figure 2), avec les principales zones de pêche qui sont situées dans les départements du Sud, du Sud-Est et de la Grande-Anse, ainsi qu’à proximité de la capitale Port-au-Prince. Le marché national de La Rochelle, le principal marché de Port-au-Prince, est essentiellement fourni par les agences provenant du sud-est (Anse-à-Pitre notamment) via le marché de Marigot (à proximité de Jacmel) (Pioch and Hardy, 2018). Toutefois, les agences de Port-au-Prince n’hésitent plus à se déplacer jusqu’aux villes les plus reculées pour chercher leur marchandise. Et de la même façon, les plus grandes agences locales se déplacent d’elles-mêmes régulièrement jusqu’à la capitale. Il existe en outre d’autres filières d’approvisionnement de la capitale : l’une provient des départements de la Grande-Anse et du Sud via la ville de Les Cayes, une autre voie provient des environs de la capitale, et enfin la dernière comprend les importations (formelles ou informelles). La coopération espagnole (AECID) a œuvré pour le développement de la filière dans le sud-est durant de nombreuses années (AECID, 2015), posant les bases d’une structuration plus avancée que dans le reste du pays (Unions communales -UCPM- regroupées au sein d’une fédération).

Figure 2. Estimation des principaux flux de distribution des produits de la pêche.

Figure 2. Estimation des principaux flux de distribution des produits de la pêche.

Les tailles des flèches illustrant ces flux sont indicatives et basées sur leur importance relative. Elles ne sont pas basées sur les volumes de produits en transit

Sources : routes : https://data.humdata.org/​dataset/​hotosm_hti_roads ; limites administratives : https://data.humdata.org/​dataset/​hti-polbndl-adm1-cnigs-zip ; bathymétrie : GEBCO 2019 ; zones de débarquement & zones de pêche : interprétées d’après les données du second recensement du MARNDR (https://www.haitistatagri.com/​statPhase2.php) ; flux : réalisation propre.

9Les produits transitent tant par les routes terrestres que par la mer. Les flux se trouvant dans la partie nord du pays semblent de tailles plus modestes, toutefois ceux-ci sont peu connus. Seuls Miller et l’ONG FoProBim (Miller, 2018) ont analysé l’activité de pêche dans le Nord-Est jusqu’à maintenant, et la Figure 2 nécessite une lecture en conséquence.

2.3. Évolution du prix

10La catégorisation des produits de la pêche n’est pas propre aux espèces, mais à la valeur marchande. Pour les produits de catégorie « A » (ou « 1 ») et « B » (« 2 »), le grand nombre d’intermédiaires intervenant dans leur distribution impacte sur le prix de vente final. Cette tendance concerne aussi de plus en plus les produits de catégorie inférieure (« C » et moins), puisque les agences approvisionnant les centres urbains n’hésitent plus à les intégrer à leur marchandise. Les prix sont relativement homogènes dans les zones rurales visitées, mais ils augmentent dès lors que les produits changent de main le long de la filière (Tableau 2). Les marchandes vendent en général leurs produits à des prix moindres que les agences, car ceux-ci sont destinés à la vente directe aux particuliers à proximité et, faute de moyens de conservation, doivent être vendus rapidement.

Tableau 2. Prix de vente moyen des produits frais de la pêche artisanale en gourdes/livres haïtiennes, en fonction du lieu, de la catégorie du produit et du type d’acteur

  • 6 Les lambis sont vendus par lots en fonction de leur taille. À l’unité, leur prix serait de <10 gourdes pour les plus petits à >100 gour</10> (...)

Catégorie de produit

Pêcheurs

Pêcheurs-agences

Marchandes

Associations de pêcheurs

Cap-Haïtien

A

250

B

150

LANGOUSTE

300

Cayes-Jacmel

E-C

Absents

118,75

C et moins

Absents

100

Petits hors classe

200

32,75

Miragoane

A

125

300

B

25

170

C et moins

Lambi

Par lot6

Langouste

450

Anse-à-Pitre

A

217,5

325

B

142,5

150

B-C

C

85

C et moins

87,5

125

Luly/Arcahaie

A

218,75

262,5

B

166,67

200

B-C

C

100

125

Langouste

300

Marigot

A

A-B

B

C

Lambi

Port-au-Prince

A

B-C

Lambi

Langouste

Damien (Port-au-Prince)

A

Langouste

  • 7 Dans ce cas, il s’agit probablement d’achats en gros pour la revente à des agences de Port-au-Princ (...)
  • 8 Ici il est possible que les prix de vente comprennent la vente aux particuliers et aux hôtels de la (...)

Catégorie de produit

Agences locales

Agences

Grossistes -Exportateur

Cap-Haïtien

A

B

LANGOUSTE

Cayes-Jacmel

E-C

C et moins

Petits hors classe

Miragoane

A

B

C et moins

Lambi

Langouste

Anse-à-Pitre

A

308

B

175

B-C

150

C

120 625

C et moins

1007

Luly/Arcahaie

A

425

B

B-C

300

C

Langouste

Marigot

A

333,338

300

A-B

35 012

B

20 012

184 375

C

12 712

123,33

Lambi

237,5

Port-au-Prince

A

B-C

Lambi

Langouste

Damien (Port-au-Prince)

A

365

Langouste

450

11Le grand nombre d’intermédiaires est un facteur de hausse de prix (bien que leurs marges soient relativement faibles), en plus des coûts extérieurs (glace, manutention, carburant, transport…). En outre, la faible capacité de conservation des produits (en particulier pour les poissons les moins chers et dans les zones reculées) oblige les marchandes à vendre les poissons rapidement et avec une faible marge, sous peine de devoir saler et sécher les produits et de les vendre à des prix beaucoup plus bas. Le principal problème de prix pour les pêcheurs concerne le carburant et la mise à disposition d’embarcations et du matériel de pêche. Ces derniers se plaignent aussi du manque de clients en raison de la pénurie de carburant qui les immobilise et des difficultés de conservation des produits. Pour les intermédiaires, les principaux coûts sont liés à l’achat de glace, à l’achat de carburant (lorsque celui-ci est disponible), et, pour ceux qui souscrivent à des prêts, aux taux d’intérêt. Néanmoins, nombreux sont ceux qui souhaiteraient être en capacité d’investir davantage de fonds, bien que l’offre soit saturée dans certaines zones rurales côtières (Cayes-Jacmel, Grand’Anse…). Le but de cette démarche est de capter davantage de produits de la vente, au détriment des autres acteurs.

2.4. Principales défaillances

2.4.1. Un contexte socio-économique très pauvre

12Le contexte socio-économique, plus que tout autre facteur, est limitant pour la consommation de poisson en Haïti (FAO, 2013). Dans un pays où 71 % de la population gagne moins de 2US $ par jour (MARNDR, 2010 a), le poisson devient une denrée rare, voire inaccessible. À ces faibles revenus, s’ajoute le manque de moyens de conservation et de transports efficients, notamment du fait des infrastructures routières défaillantes. Le transport maritime est assuré par de petites embarcations à moteur qui font face à de fréquentes pénuries de carburant. Dans ces conditions et alors que les produits de la mer sont périssables, l’approvisionnement des marchés situés dans les terres est difficile, long et coûteux (FAO, 2013). Du reste, l’absence d’infrastructures de base (quais de déchargements, étalages propres, etc.) et les apports insuffisants en électricité compliquent encore la situation, déjà précaire (Felix, 2012 ; MARNDR, 2015b ; Gordon et al., 2017), de même que le manque d’investisseurs (Felix, 2012; MARNDR, 2015b).

2.4.2. Une ressource mal exploitée

13L’espace marin proche des côtes est surexploité (MARNDR, 2010b) en raison du manque de moyens, mais aussi en raison des pratiques usuelles de pêche peu favorables aux sorties en haute mer. Par conséquent, la quantité et la taille des poissons baissent et les pêcheurs n’hésitent pas à capturer des proies de plus en plus petites et de plus en plus jeunes (MARNDR, 2015b). Dans le même temps, les zones de mangroves sises le long des côtes, essentielles au cycle de vie de nombreuses espèces marines, sont peu à peu détruites (FEWS NET/ USAID, 2014; MARNDR, 2015b; Inter-American Development Bank, 2017).

  • 9 Communément appelé « ciguatéra » ou « phénomène de poissons cuivrés » en Haïti, l’ichtyosarchotoxis (...)

14En revanche, les ressources halieutiques situées au large sont exploitées en dessous de leur seuil maximal durable. En raison de moyens techniques limités et du coût élevé du carburant, seule une faible proportion des embarcations effectue des campagnes en haute mer. Des projets de mise en place de dispositifs de concentration de poissons (DCP) au large ont bien été menés depuis plusieurs dizaines d’années (Vallès, 2016), mais leur utilisation reste marginale. En Haïti, les DCP sont généralement mouillés à des profondeurs de 3000 à 4000 m, soit à des distances de 10 à 30 km, ce qui limite leur fréquentation aux pêcheurs disposant d’embarcations d’un rayon d’action suffisant. Dans des zones où les fonds marins sont très pentus, l’usage des DCP à cette profondeur permettrait cependant de réduire considérablement la distance et le temps de trajet et d’accroître ainsi leur fréquentation par les pêcheurs locaux. Si l’offre s’accroît, encore faut-il que la demande soit au rendez-vous. Or, la population est souvent réticente à consommer les poissons provenant de la pêche au large, car ils sont associés à des maladies dans l’imaginaire collectif, en raison de leur grande taille. Pourtant les thonidés et autres grands pélagiques capturés autour des DCP sont exempts d’ichtyosarchotixisme9, risque qui peut affecter les poissons récifaux.

2.4.3. Un secteur artisanal déficient : conservation des produits, hygiène, iniquité sociale, désorganisation

15Dès leur capture, les poissons sont sujets à une altération progressive de leur qualité organoleptique, puisqu’ils ne sont pas systématiquement placés dans des caissons remplis de glace (MARNDR, 2010 a ; Felix, 2012). Par la suite, les moyens de transport et de stockage réfrigérés y sont peu répandus. En effet, les revendeurs sont souvent des petits intermédiaires qui possèdent peu de ressources matérielles et financières et qui sont dans l’incapacité de conserver efficacement les produits (Favreliere, 2008). La disponibilité en glace est limitée, tout comme l’usage des caisses isothermes (« igloos »), l’unique outil de conservation. Les agences les utilisent en priorité pour leurs produits à forte valeur marchande, tandis que les poissons de catégories inférieures ne sont que très rarement conservés au froid. Par ailleurs, les rares chambres froides présentes dans le pays sont la propriété de quelques grossistes basés à la capitale. Certaines unions communales de pêcheurs ont bénéficié de tels outils, mais la pénurie actuelle en carburant ainsi que leur manque d’entretien ont compromis leur usage. Enfin, pour les poissons de grandes tailles issus de la pêche au large (pas encore bien intégrés aux habitudes haïtiennes), l’absence de découpage rend d’autant plus délicate leur conservation. Lorsque les produits ne sont pas vendus rapidement, les marchandes sont obligées de les saler et de les faire sécher pour les vendre dans les environs. Ces procédés de conservation feraient perdre de leurs valeurs nutritives aux poissons (Felix, 2012), s’ils ne sont pas intégrés à un régime alimentaire spécifique. Quant au fumage, cette pratique est rare en Haïti (MARNDR, 2010a) en raison du manque de bois. Il convient toutefois de noter que d’un point de vue nutritif, le poisson salé et séché associé en petite quantité à des féculents permet, grâce aux acides aminés soufrés qu’il contient et à la lysine dont il est riche, une meilleure assimilation des protéines végétales, réalisant une supplémentation protéique (Jardin and Crosnier, 1975; David, 1988).

16Tout au long de la filière, les règles d’hygiène les plus élémentaires ne sont pas respectées. Au moment de la capture, les pêcheurs jettent les poissons au fond de leurs embarcations au lieu de les conserver au froid dans des lieux de stockage adéquats. Par la suite, les premières mesures de traitement (écaillage, éviscération) se font souvent à même le sol à proximité des lieux de débarquement et de vente (MARNDR, 2015a). De surcroît, la propreté dans les étals des vendeuses est toute aussi insuffisante (Samapundo et al., 2015), de même que dans les caisses isothermes et les véhicules de transport. Enfin, la glace utilisée pour la conservation est souvent critiquée pour l’origine douteuse de son eau.

17La filière actuelle est peu structurée, mal organisée et peu contrôlée, au détriment des pêcheurs. L’ordre social étant compromis, c’est toute la filière qui est lésée (Favreliere, 2008). Les intermédiaires profitent de la précarité des pêcheurs et de leur manque d’instruction pour imposer des prix d’achat qui ne leur permettent pas de dégager des marges importantes. Dans le cas où ces intermédiaires sont des agences, alors ces dernières possèdent un moyen de pression supplémentaire : elles avancent régulièrement les ressources financières et matérielles nécessaires aux campagnes en mer des pêcheurs. Elles bénéficient en retour de prix avantageux, de l’exclusivité sur les meilleures prises, et parfois même d’une part des revenus issus de la vente des pêcheurs.

18Enfin, il s’agit d’une filière peu réfléchie, qui n’est pas structurée en fonction de la demande des consommateurs, à l’image d’autres pays des Caraïbes (Hackshaw, 2015). Pour les pêcheurs et les marchandes dont le niveau d’instruction est globalement faible, la pêche est un moyen de subsistance qui se perpétue selon les habitudes de toujours sans réflexion entrepreneuriale.

3. Quelles perspectives pour la filière ?

3.1. Constat de la situation difficile du pays

19Avant d’énumérer quelques pistes d’amélioration de la filière, il est important de les replacer dans un contexte plus large : les recommandations adressées dans de précédentes études (Breuil, 2000 ; Felix, 2012) sont toujours d’actualité. Sans répéter ces recommandations ni remettre en question l’ensemble de la filière, il est important de tenir compte de la dure réalité du terrain à Haïti et de développer une approche pragmatique. Ces recommandations pratiques devraient avoir des effets bénéfiques limités, mais rapides. Les grands travaux – bien que nécessaires – ne pourront être implémentés de façon efficace que lorsque le pays aura retrouvé une certaine stabilité (stabilité politique et disponibilité en carburant en premier). Les points de constat les plus récurrents ressortis de nos investigations sont les suivants :

  • Avant toute mesure de développement de la filière de pêche, les stocks de ressources marines (poissons et crustacés) présents dans les eaux nationales doivent être sécurisés. Les acteurs locaux de la filière regrettent les nombreuses intrusions étrangères, notamment celles illégales de pêcheurs de la République dominicaine.

  • La mise en place de coopératives de pêche a régulièrement été citée comme étant préférable aux associations de pêcheurs. Les pêcheurs agissent par la force des habitudes et ne seraient pas aptes à rationaliser leurs pratiques par eux-mêmes. L’intégration des pêcheurs dans des organismes commerciaux tels que les coopératives pourraient les aider à sortir de l’assistanat et à basculer vers une logique entrepreneuriale.

  • Le matériel (de pêche, de stockage, de transport, de conservation, etc.) est inadapté, en mauvais état ou absent dans l’ensemble du pays et parmi tous les acteurs. Cela se répercute sur la productivité et l’hygiène de la filière.

  • Les coûts de fonctionnement sont très élevés tant pour les pêcheurs que pour les intermédiaires, notamment pour la glace et le carburant.

  • Enfin, la grande majorité des personnes questionnées se sont accordées pour dire que le développement de la filière est tributaire du développement du pays. Le contexte extrêmement difficile dans lequel évolue la filière compromet toute tentative d’amélioration. Tant que le pays reste bloqué dans cette crise, la population sera pessimiste concernant le succès des projets de développement.

3.2. Recommandations

20Sur la base de ce constat ont été extraites quelques recommandations qui semblent en adéquation avec le contexte :

  1. Mise en place de coopératives de pêche et généralisation de l’usage de glace dans les régions qui souffrent le plus de l’insécurité alimentaire, à savoir le département du Nord-Ouest, la région du Haut-Artibonite, l’île de la Gonâve (CIRAD, 2016 ; Action contre la faim, 2017) et dans une moindre mesure le département de la Grande-Anse. De plus, la pêche est moins développée dans le nord-ouest du pays et dans le Haut-Artibonite, à l’exception de certaines localités : île de la tortue, Port-de-Paix, Saint-Louis-du-Nord, Jean Rabel, Môle Saint-Nicolas et Les Gonaïves (Figure 2). Des mesures pour améliorer la conservation des produits devraient être intégrées à la mise en place de coopératives, telles que des subventions pour l’usage de réfrigérateurs (servant aussi à la fabrication des blocs de glace) au sein de ces coopératives. De la sorte, le basculement vers une logique entrepreneuriale pourrait permettre à la filière de se rationaliser (David, 2011 ; Purcell et al., 2017). Un service de maintenance pourrait être garanti par le MARNDR, afin de garantir le bon usage de ces réfrigérateurs.

  2. Sensibiliser la population et les pêcheurs à l’importance du respect d’une taille minimale pour les captures, sous peine de voir les ressources marines disparaître. Cette vaste campagne de sensibilisation devrait être assortie de l’installation de panneaux imagés dans les principaux points de débarquement et marchés et appuyée par la distribution de gabarits indiquant les tailles minimales de capture pour les espèces les plus couramment commercialisées (Cillaurren, David and Grandperrin, 2001; Brewer, 2011). Il est primordial que ces tailles minimales soient imposées dans le court terme et que des contrôles soient réalisés. Toutefois, à l’heure actuelle et en raison du fort mécontentement général, toute mesure contraignante semble impossible à mettre en place.

  3. Mise à niveau de l’hygiène sur les marchés et zones de débarquement. Les nombreux groupements/associations/coopératives de pêcheurs pourraient se charger du nettoyage et de l’entretien des lieux en échange de subventions et de matériel (caisses isothermes neuves, matériel de pêche). Ces mêmes groupements/associations/coopératives pourraient en outre être tenus de respecter un cahier des charges comportant un volet « sensibilisation et diffusion des bonnes pratiques ». Enfin, il incombe au gouvernement d’alimenter en eau potable les sites de débarquement et de transformation des produits.

  4. Impulser un changement de mentalité vis-à-vis des produits de la pêche au large. Les grands pélagiques sont généralement boudés par la population locale, en raison d’une croyance populaire selon laquelle les gros poissons seraient vecteurs de maladies. De plus, la chair de ces grosses pièces est difficile à conserver pour les Haïtiens, puisque ces derniers ne sont pas familiers de la transformation en tranches ou en filets. Pour commencer, une diffusion stratégique de niche au sein des classes aisées, des cantines des écoles et des administrations (accompagnée de campagnes de promotion) pourrait entraîner un effet de mode au sein des classes populaires par effet de ruissellement. Toutefois une éviscération rapide et le maintien de la chaîne de froid doivent être observés pour ces espèces.

  5. En lien avec la précédente recommandation, il est impératif de généraliser les pratiques de transformation des produits halieutiques. Certaines structures (telle que l’UCPM de Cayes-Jacmel) ont déjà commencé à vendre des produits transformés (tranches, filets, poissons éviscérés, boulettes…) avec succès avant la pénurie de carburant. Ces bonnes pratiques pourraient être diffusées auprès des groupements/associations/coopératives de pêcheurs, ou auprès de structures spécialisées. Les produits ainsi transformés gagneraient en valeur ajoutée et en qualité, et leur conservation et leur transport s’en retrouveraient facilités. Certains gros poissons pourraient devenir plus attrayants. Enfin, ce processus génèrerait de nouveaux emplois.

  6. Réaliser une étude sur la disponibilité en glace. La glace étant en grande partie fabriquée de façon domestique et informelle, il est nécessaire d’identifier les flux de glace et de déterminer leur origine, ainsi que les zones où leur usage est prioritaire.

  7. Réaliser une campagne d’information et de promotion pour l’intégration des poissons salés-séchés dans le régime alimentaire dans les zones les plus reculées. De faibles quantités de poudre de poisson salé-séché permettent d’accroître l’assimilation des protéines d’origine végétale, en raison de son pouvoir de supplémentation protéique. De plus, le faible prix du poisson séché-salé le rend accessible à la plupart des consommateurs.

21Pour finir, il semble important de justifier l’absence, dans ce rapport, de certaines recommandations qui seraient pourtant nécessaires. Tout d’abord, en l’état actuel des choses, le développement d’une flotte semi-industrielle comporte trop d’incertitudes au regard du contexte de faible développement, d’absence d’infrastructures et de pénurie de carburant et d’électricité. Ce type de pêche serait de surcroît mal perçue par les pêcheurs artisanaux, qui se sentiraient concurrencés de façon déloyale. De tels essais ont déjà été réalisés en vain par le passé par certains grossistes. D’autre part, la pêche au large n’a que peu été évoquée, car, dans le contexte actuel et en l’absence d’un marché demandeur, les produits à forte valeur marchande qui en découlent ne sauraient être traités à leur juste valeur. Dans le même temps, faute de données et de capacité de gestion adéquates, leurs stocks pourraient être sévèrement menacés. Un basculement mal géré de la pêche côtière vers la pêche sur DCP induit parfois des effets négatifs et une baisse des débarquements totaux (Failler, 2002). Lorsque le moment opportun sera venu, il sera toujours temps de gérer efficacement l’usage des DCP. Par ailleurs, ont également été sciemment mis de côté le rôle déterminant que pourraient jouer agences pour la diffusion des bonnes pratiques de conservation et de distribution. Il apparaît en effet que les rares agences capables de soutenir des mesures de grande envergure sont aussi celles qui jouissent des moyens financiers et techniques les plus importants dans le pays. Par souci d’équité sociale, ces dernières ne peuvent pas être les premières bénéficiaires de programmes de développement.

Conclusion

22La pêche nationale a une portée limitée dans la réponse aux besoins nutritifs de la population haïtienne. Les ressources marines doivent être gérées de façon à ne pas compromettre les stocks : la marge de progression semble ainsi faible pour la pêche côtière tandis que la pêche au large ne pourra pas se développer à court terme. Il est en revanche possible d’accroître la disponibilité en produits halieutiques nationaux en améliorant les circuits de distribution. Toutefois cette filière connaît des manquements chroniques à l’image de la situation socio-économique du pays. La production est déficiente, la conservation est sommaire, les moyens de transformations sont quasiment inexistants et la distribution est lente et incomplète. Les produits sont coûteux alors que leur qualité est globalement faible. Par ailleurs, la filière rassemble un grand nombre d’acteurs informels qui opèrent dans un grand désordre. Les nombreux intermédiaires n’apportent que peu de valeur ajoutée aux produits du fait de leur capacité trop faible à conserver et valoriser les produits. Les zones rurales montagneuses sont négligées et les populations pauvres des zones urbaines n’ont pas les moyens financiers pour acheter ce type de denrées alimentaires.

23Ce travail a ainsi permis de mettre en lumière une fois de plus certains blocages majeurs de la filière domestique : contexte, conservation, hygiène, iniquité sociale et désorganisation. En outre, les principaux flux de distribution des produits dans le pays ont été esquissés, de même que l’évolution de leurs prix. De nombreuses sources d’amélioration de l’efficacité de la filière existent, toutefois celles-ci sont compromises par le sous-développement du pays et par les pénuries chroniques en carburant et en électricité. Néanmoins certaines actions concrètes peuvent être entreprises en tenant compte du contexte difficile : il est par exemple possible d’initier un changement des mentalités afin de faire basculer les pratiques habituelles vers plus de rationalité. Par-delà une telle initiative, la quête de la formalisation de la filière représente un travail considérable et ne peut être entreprise efficacement que lorsque le pays sera stable. Il est toutefois primordial de maintenir les appuis et les efforts de développement en les adaptant à la situation actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Action contre la faim (2017). "Qui nourrit les Haïtiens ?", p. 44.

AECID (2015). Rapport sur le marché de poisson pélagique à Haïti, Port-au-Prince.

Breuil, B. (2000). Définition d’une politique et élaboration d’un plan d’action pour la pêche et l’aquaculture (Phase II Programme d’action pour le secteur de la pêche et l’aquaculture).

Brewer, T. (2011). ‘Coral reef fish value chains in Solomon Islands: Market opportunities and market effects on fish stocks’, ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies report to Solomon Islands Ministry of Fisheries and Marine Resources and Secretariat of the Pacific Community, p. 46.

Cillaurren, E., D. David et R. Grandperrin (2001). Atlas des pêcheries côtières de Vanuatu - Un bilan décennal pour le développement, Paris, IRD éditions.

CIRAD (2016). Les filières agricoles haïtiennes : un marché intérieur à reconquérir.

David, G. (1988). "Le marché des produits de la pêche à Vanuatu", Notes et documents d’océanographie, 18: 116.

David, G. (2011). "Le Vanuatu côté océan : La révolution bleue et les premières années de l’indépendance", Journal de la Société des Océanistes, 133 (2): 2–18.

Failler, P. (2002). "Quelques caractéristiques socio-économiques de la pêche martiniquaise", dans G. Blanchet, B. Gobert et J-A. Guérédrat (dir.), La pêche aux Antilles, IRD Editions : 141–155.

FAO (2013). Cadre de Programme Pays (CPP Haïti 2013-2016).

Favreliere, P. (2008). Diagnostic du secteur de la pêche : Département du Sud-Est Haïti, Brest.

Felix, M. (2012). Supply Chain Analysis for Fresh Seafood in Haiti.

FEWS NET/USAID (2014). Haïti sécurité alimentaire en bref, Port-au-Prince.

Gordon, A. et al. (2017). ‘Engineering Aquaculture in Rural Haiti : A Case Study’, International Journal for Service Learning in Engineering, Humanitarian Engineering and Social Entrepreneurship, 12(2): 15–33.

Hackshaw, L. (2015). Evaluating and Developing a Market-Driven Chain that provides High Quality Fresh Fish Products, United Nations University.

Inter-American Development Bank (2017). Haiti artisanal fisheries Development program.

Jardin, C. et J. Crosnier (1975). "Un taro, un poisson, une papaye", Cahiers d’outre-mer, 119.

Laurent, D. et al. (1993). La gratte ou ciguatera. ses remèdes traditionnels dans le Pacifique sud. Paris, Editions.

MARNDR (2010 a). Plan d’investissement pour la croissance du secteur agricole - Production et développement des filières, annexe 4 - Composante aquaculture et pêche’, Port-au-Prince.

MARNDR (2010 b). Programme national pour le développement de la pêche maritime en Haïti 2010-2014, Port-au-Prince.

MARNDR (2015a). Annexe du Plan de gestion environnementale et sociale (PGES), Programme de modernisation du secteur de la pêche (HA-L1096), Port-au-Prince.

MARNDR (2015 b). Plan de gestion environnementale et sociale (PGES), Programme de modernisation du secteur de la pêche (HA-L1096), Port-au-Prince.

Miller, J. (2018). Identification de créneaux potentiels dans la filière pêche du parc national des Trois Baies : étude de faisabilité des maricultures.

Pioch, S. et Hardy, P.-Y. (2018). Habitats Artificiels adaptés à la petite pêche côtière : Rapport de mission en Haïti, Département Sud et Sud-Est.

Purcell, S. W. et al. (2017). ‘Distribution of economic returns in small-scale fisheries for international markets: A value-chain analysis’, Marine Policy, 86 (September): 9–16.

Samapundo, S. et al. (2015). ‘Food safety knowledge, attitudes and practices of street food vendors and consumers in Port-au-Prince, Haiti’, Food Control, 50: 457–466.

Stam, T. (2012). From Gardens to Markets - A Madam Sara Perspective.

Taylor, F. G. R. (1985) ‘Distribution of the dinoflagellate Gambierdiscus toxicus in the eastern carribean’, in Tahiti : Proceedings of the fifth international coral reef congress, Tahiti: 423–428.

Vallès, H. (2016) ‘A Snapshot View of the Moored Fish Aggregating Device (FAD) Fishery in South Haiti’, in 68th Gulf and Caribbean Fisheries Institute, Panama City: 427–435.

World Bank (2016). Haïti artisanal fisheries development program.

Mémoires de fin d’études

Brutus, M. (2019) Impacts socio-économiques et environnementaux de l’utilisation des Dispositifs de Concentrations de Poissons (DCP) sur la pêche dans le département Sud. Études de cas : Tiburon et Chardonnières, Université d’État d’Haïti, Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire, 81 p.

Celange, R.M.M. (2020) Analyse des systèmes de production et de distribution des produits de pêche (poisson et fruits de mer) dans la commune de Dame Marie - Département de la Grande-Anse, Université d’État d’Haïti, Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire, 87 p.

Delouis, E. (2019) Contribution à l’analyse de la situation socio-économique des exploitants de la pêche marine dans la localité de Luly (3ème section des vases, commune Arcahaie, Ouest, Haïti), Université des Caraïbes, Faculté des Sciences agronomiques et de l’Environnement, 107 p.

Desirade, A. (2020) Étude et analyse de la filière des produits de la pêche maritime en provenance de la commune de Belle-Anse, Université d’État d’Haïti, Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire, 85 p.

Jacques, R. A. C. (2019) Impacts socio-économiques et environnementaux de l’utilisation des DCP (Dispositifs de Concentration de Poissons) sur la pêche dans le département de la Grand’Anse. Études de cas : Irois et Anse-d’Hainault, Université d’État d’Haïti, Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire, 128 p.

Roseme, E. (2018) Diagnostic des activités de pêche dans la commune d’Anse-à-Pitres (Sud-Est, Haïti), Université des Caraïbes, Faculté des Sciences agronomiques et de l’Environnement, 91 p.

Haut de page

Notes

1 http://www.fao.org/faostat/fr/#country/93

2 http://www.fao.org/fishery/facp

3 https://haitistatagri.com/

4 Le terme pisquette recouvre deux catégories de poissons juvéniles : les anchois de la famille des engraulidés, et les petites pisquettes, plus recherchées, qui sont des juvéniles d’athérinidiés (Favreliere, 2008)

5 A noter qu’il existe une filière parallèle pour les civelles, et dont le prix au kilo très élevé les destinent à l’exportation. Toutefois la pêche à la civelle n’est pas abordée dans ce travail, car il s’agit ici d’une pratique saisonnière populaire qui n’est pas liée à la pêche marine.

6 Les lambis sont vendus par lots en fonction de leur taille. À l’unité, leur prix serait de <10 gourdes pour les plus petits à >100 gourdes pour les plus grands.

7 Dans ce cas, il s’agit probablement d’achats en gros pour la revente à des agences de Port-au-Prince.

8 Ici il est possible que les prix de vente comprennent la vente aux particuliers et aux hôtels de la région, expliquant en partie les prix plus hauts que ceux des agences nationales.

9 Communément appelé « ciguatéra » ou « phénomène de poissons cuivrés » en Haïti, l’ichtyosarchotoxisme est provoqué par une toxine (la ciguatoxine) élaborée par une microalgue peuplant les récifs coralliens (Taylor, 1985). Par bioaccumulation dans la chaîne alimentaire, ces toxines se concentrent chez certaines espèces de poissons jusqu’à des taux susceptibles d’intoxiquer les consommateurs humains, le risque augmentant avec la taille et l’âge du poisson ingéré. Chez l’homme, la ciguatoxine agit principalement sur le système nerveux et se traduit par des symptômes digestifs, neurologiques, cardio-vasculaires et un état général de grande faiblesse, et rarement de la paralysie voire la mort (Laurent et al., 1993).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma de la filière de pêche artisanale en Haïti.
Crédits Source : D’après Desirade (2020), Felix (2012) et Favrelière (2008)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21208/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Titre Figure 2. Estimation des principaux flux de distribution des produits de la pêche.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/21208/img-2.png
Fichier image/png, 703k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire Touron-Gardic, Pierre Failler, Asmine Désirade, Moramade Blanc et Gilbert David, « La filière de la pêche en Haïti : quelles perspectives face à l’insécurité alimentaire ? », Études caribéennes [En ligne], 48 | Avril 2021, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21208

Haut de page

Auteurs

Grégoire Touron-Gardic

Centre for Blue Governance, University of Portsmouth, Richmond Building, Portland Street, Portsmouth, PO1 3DE, UK

Articles du même auteur

Pierre Failler

Centre for Blue Governance, University of Portsmouth, Richmond Building, Portland Street, Portsmouth, PO1 3DE, UK

Articles du même auteur

Asmine Désirade

Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV) de l’Université d’Etat d’Haïti, Route Nationale # 1, Damien Port-au-Prince, Haïti (W.I) B.P 1441

Moramade Blanc

MARNDR, Port-au-Prince, Haïti

Gilbert David

UMR 228 Espace-Dev, IRD, Maison de la télédétection, 500 rue JF Breton, 34093 Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search