Navigation – Plan du site

AccueilHors-série7DossierJosé Martí, au nom de Cuba

Dossier

José Martí, au nom de Cuba

Regard sur la trajectoire de l’Apôtre de l’indépendance
Salim Lamrani

Résumés

La vie brève et intense de José Martí, dont l’engagement en faveur de l’indépendance de la dernière colonie espagnole du continent américain a été total, a marqué l’histoire de Cuba. Fédérateur des forces patriotiques, Martí a consacré son existence à l’avènement d’une République libre et souveraine, sacrifiant sa vie personnelle au nom de l’intérêt supérieur de la nation et de l’affranchissement de tous les Cubains. Constructeur de l’édifice national, il est considéré comme l’Apôtre de l’émancipation qui, dès les premiers instants, mit en garde son peuple contre le danger de la domination du pays par les Etats-Unis.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba, Espagne, Etats-Unis

Palabras claves :

José Martí, independencia
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La vie brève et intense de José Martí, dont l’engagement en faveur de l’indépendance de la dernière colonie espagnole du continent américain a été constant et total, a marqué l’histoire de Cuba de manière indélébile. Fédérateur des forces patriotiques, Martí consacra son existence à l’avènement d’une République libre et souveraine, sacrifiant sa vie personnelle au nom de l’intérêt supérieur de la nation et de l’affranchissement de tous les Cubains. Constructeur de l’édifice national, il est considéré comme l’Apôtre de l’émancipation qui, dès les premiers instants, mit en garde son peuple contre le danger de la domination du pays par les Etats-Unis.

2Quel regard peut-on porter sur la trajectoire personnelle et surtout politique du plus universel des Cubains ? Quels furent les évènements qui ont guidé son engagement en faveur de la liberté de sa patrie ? Quels furent ses principaux accomplissements ?

3La jeunesse de José Martí fut marquée par la cruauté de l’esclavage qui sévissait encore à Cuba et qui l’amena vers son engagement politique en faveur de l’autonomie définitive de son île et de tous ses habitants. En s’opposant à l’exploitation de sa terre par la métropole coloniale, Martí subit dans sa chair la violence de la répression et fut contraint à l’exil en Espagne pour avoir osé remettre en cause l’ordre colonial. Ses séjours au Mexique et au Guatemala développèrent sa fibre latino-américaniste et sa doctrine politique en faveur d’une union continentale pour préserver l’identité, la culture et l’indépendance des nations hispano-américaines. Suite à l’échec de la Première Guerre d’indépendance de Cuba, il s’engagea corps et âme dans la « Petite Guerre », refusant d’abandonner à leur sort les combattants qui avaient rejeté le Pacte de Zanjón qui scellait une paix sans liberté ni souveraineté. Après un bref séjour au Venezuela, Martí s’installa définitivement à New York où il s’attela à parachever l’union de toutes les forces patriotiques afin de lancer la Seconde Guerre d’indépendance qui devait permettre à Cuba de conquérir enfin sa liberté.

1. La jeunesse de José Martí

  • 1 José Martí, « Fermín Valdés Domínguez », Patria, 3 février 1894, in Centro de Estudios Martianos. h (...)

4José Julián Martí Pérez naquit le 28 janvier 1853 à La Havane de l’union de Mariano de los Santos Martí y Navarro et de Leonor Antonia de la Concepción Micaela Pérez y Cabrera, tous deux espagnols, respectivement originaires de Valence et de Tenerife. Il fut l’ainé et le seul garçon d’une famille de huit enfants. A l’âge de 7 ans, il intégra l’école San Anacleto où il rencontra Fermín Valdés Domínguez, qui devint un ami intime, et qui resta « fidèle à toute heure à la patrie1 ».

5En 1862, son père, fonctionnaire de justice, fut nommé juge itinérant dans la province de Matanzas, dans la zone centrale de l’île. Ainsi, dès l’âge de 9 ans, le jeune José découvrit avec effroi la réalité de l’esclavage et les conditions misérables auxquelles était soumise une grande partie de la population. Il fut marqué à vie par la traite négrière et en fera l’un de ses principaux combats. Il écrivit plus tard à ce sujet :

  • 2 José Martí, « El plato de lentejas », 5 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, (...)

6En vain, les Cubains illustres ont demandé la fin de l’esclavage, que n’ont jamais demandée les Espagnols. L’Espagne, sourde, était la seule nation du monde chrétien qui maintenait les hommes en esclavage. […] Et les Cubains sont entrés en guerre. Ils ont brisé dès le premier jour de liberté les chaînes de leurs serfs et ont converti, au risque de leur vie, l’indignité espagnole en un peuple d’hommes libres. La révolution a ramené à l’humanité la race noire, elle a fait disparaître le fait terrible. […] L’abolition de l’esclavage [par l’Assemblée de Guáimaro le 10 avril 1869] est le fait le plus pur et transcendant de la révolution cubaine2.

  • 3 José Martí, « Carta al Sr. Enrique Trujillo, 1891, in in Centro de Estudios Martianos. http://www.j (...)

7De retour à La Havane en 1865, José Martí intégra une institution scolaire où il y fit une rencontre décisive : Rafael María de Mendive, alors Directeur de l’école, favorable à l’indépendance de Cuba, qui devint son père spirituel et son maître. Il en garda un profond souvenir : « Comment pourrais-je en quelques lignes exprimer toute la bonté […] de cet amoureux de la beauté […] qui n’a jamais écrit que des vérités de son cœur ou sur les malheurs de la patrie ? […] comment il a réuni, avec l’affection qui émanait de sa personne, ceux […] qui aimaient comme lui la patrie ». Un an plus tard, José Martí fréquenta l’Institut d’enseignement secondaire de la calle Obispo de La Havane et résida chez son maître Mendive3.

2. L’engagement politique

8Le 10 octobre 1868 éclata la Première Guerre d’Indépendance cubaine. Carlos Manuel de Céspedes libéra ses esclaves et lança l’Appel de Yara, lors du soulèvement de La Demajagua, près de Manzanillo. Le jeune Martí suivit passionnément les événements grâce aux informations fournies par Mendive, fervent patriote, et publia un sonnet à la gloire des mambises intitulé ¡10 de octubre4!. Pour Martí, l’abolition de l’esclavage décrétée par Céspedes constituait le premier acte de Cuba en tant que nation5.

  • 6 José Martí, « El Diablo Cojuelo », 19 janvier 1869 in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, (...)
  • 7 José Martí, « Abdala », La Patria Libre, 23 janvier 1869 in José Martí, Obras completas, Edición Cr (...)

9Le 19 janvier 1869, à l’âge de 16 ans, Martí lança avec son ami d’enfance Fermín Valdés Domínguez le journal El Diablo Cojuelo dans lequel il fustigea le système colonial et la répression des libertés individuelles : « Vous avez fait un commentaire ou évoqué un épisode de la Révolution ? En prison ! […] Il y a tant de personnes incarcérées » que La Havane en était devenue un pénitencier6. Le même mois, Martí lança son journal La Patria Libre dont une seule édition parut. Il y publia son poème Abdala dans lequel il y scella son destin : « Oh, que la mort est douce quand on se sacrifie avec audace pour défendre la patrie7 ! »

  • 8 José Martí, « El Presidio político en Cuba », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica (...)

10Le 21 octobre 1869, José Martí fut arrêté par les autorités coloniales suite à la découverte d’une lettre, signée par Fermín Valdés et lui-même, dans laquelle ils qualifiaient leur camarade Carlos de Castro y Castro d’apostat, car ce dernier s’était enrôlé dans le corps des Volontaires au service de la Couronne. Le jeune Martí fut déclaré ennemi de l’Espagne. Cinq mois plus tard, le 4 mars 1870, Martí fit face au Conseil de Guerre et revendiqua la paternité de la lettre. Refusant d’abandonner son ami, Fermín Valdés déclara aux autorités qu’il en était le seul et unique auteur. Le tribunal militaire décida de condamner José Martí, à peine âgé de 17 ans, à six ans de travaux forcés, et Valdés à six mois de prison. L’épreuve dans la prison de La Havane, où il était soumis aux travaux forcés pendant onze heures par jour, le marqua à jamais : « Douleur infinie, car la douleur de la prison est la plus rude, la plus dévastatrice des douleurs, celle qui tue l’intelligence, et sèche l’âme, et laisse en elle des traces qui ne s’effaceront jamais8 ».

3. L’exil en Espagne

  • 9 José Martí, « A Rafael María de Mendive », 15 janvier 1871, in José Martí, Obras completas, Edición (...)

11En août 1870, les autorités coloniales commuèrent la peine de José Martí, dont la santé ne résistait pas aux sévices. Il fut transféré à l’Île des Pins en octobre 1870 et il fut placé en résidence surveillée. Le 15 janvier 1871, José Martí fut déporté en Espagne, loin de sa famille. Le jeune patriote en fut profondément marqué et il fit part de son tourment à son maître Rafael Mendive : « J’ai beaucoup souffert, mais j’ai la conviction que j’ai su souffrir9 ».

  • 10 José Martí, « Carta a Manuel Mercado », 12 septembre 1892, in Centro de Estudios Martianos. http:// (...)

12Dans la capitale espagnole, Martí continua de militer en faveur de l’indépendance de Cuba et refusa de sombrer dans la haine de l’Espagnol. Il était au contraire convaincu que « la seule force et la seule vérité qu’il y a dans la vie est l’amour. Le patriotisme n’est rien d’autre qu’amour, l’amitié n’est rien d’autre qu’amour ». José Martí exprima ainsi son attachement à sa terre et aux siens10.

  • 11 José Martí, « Guatemala », 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, (...)
  • 12 José Martí, Cartas desde Nueva York, México, Siglo XXI, 1980, p. 213.

13José Martí s’inscrivit à la Faculté de Droit de l’Université centrale de Madrid. Lucide, il reconnut que le salut de l’être humain passait par la culture : « Être cultivé pour être libre. Savoir lire signifie savoir marcher. Savoir écrire signifie savoir s’élever11 ». Tout passait par l’éducation selon le Cubain : « la mère de la décence, la sève de la liberté, le maintien de la République et le remède à ses maux est, avant tout, la propagation de la culture12 ». Un peuple ne pouvait être fondé qu’à travers le savoir et la connaissance.

  • 13 José Martí, « Castillo », La Soberanía Nacional, 24 mars 1871, op. cit., p. 50-51.

14En 1871, Martí publia à Madrid Castillo, en hommage au brigadier révolutionnaire Nicolas del Castillo, prisonnier politique de 75 ans, condamné à dix ans de travaux forcés. Il dénonça le système colonial et l’oppression dont était victime le peuple cubain. « Les douleurs ignorées sont souvent les douleurs les plus terribles », lança-t-il à l’opinion publique espagnole pour attirer son attention sur le drame cubain. Au sujet du traitement réservé au vénérable vieillard, le jeune Martí exprima sa stupeur : « Je savais que l’on nous punissait au bagne. Je savais que l’on nous traitait avec cruauté, mais je ne pouvais pas croire, ni que la cruauté atteindrait un tel raffinement, ni que le châtiment atteindrait l’iniquité13 ».

  • 14 José Martí, « El Presidio político en Cuba », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica (...)

15Quelque temps plus tard, la même année, Martí publia un essai intitulé La Prison politique à Cuba dans lequel il dénonçait le sort de ses compatriotes enfermés pour avoir revendiqué leur droit à l’autodétermination. L’Espagne avait « jeté un anathème sur la pétition des droits » qu’elle revendiquait pour elle-même mais qu’elle refusait pour les Cubains. Elle opprimait l’aspiration à l’indépendance et « sanctifi[ait] comme représentants de la paix et de la morale la guerre d’extermination et l’oubli du cœur ». Hier, l’Espagne aspirait à la liberté la plus ample pour elle et aujourd’hui, elle applaudissait « la guerre inconditionnelle pour étouffer la requête de liberté des autres ». Martí invita Madrid à ne pas sous-estimer la détermination des Cubains et cita l’exemple de l’incendie de la ville de Bayamo par ses propres habitants le 12 janvier 1869 : « Les femmes bayamaises ont mis le feu à la maison où gisait le corps glacé de leurs parents, où a souri leur enfance, où a fleuri leur jeunesse et où s’est reproduite sa belle nature14 ». Le patriote cubain exhorta les Espagnols à prendre conscience du sort réservé à leurs frères américains :

  • 15 Ibid., p. 69, 71.

Au nom de l’intégrité et de l’honneur véritables, l’intégrité des liens de protection et d’amour que vous n’auriez jamais dû rompre ; au nom du bien, Dieu suprême ; au nom de la justice, vérité suprême ; j’exige de vous compassion pour ceux qui souffrent en prison […]. L’honneur peut être souillé. La justice peut être vendue. Tout peut être arraché. Mais la notion du bien flotte sur tout et ne fait jamais naufrage. Sauvez-la, car il est encore temps d’être cette nation qui, même lorsqu’elle a perdu tous ses sentiments, garde à la fin le sentiment de la douleur et de la dignité15.

  • 16 José Martí, « El día 27 de noviembre de 1871 », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Críti (...)

16En 1872, parut également un écrit intitulé « Le 27 novembre 1871 », un hommage à la mémoire des huit étudiants en médecine, arbitrairement fusillés par l’armée espagnole à cette date. Trois jours auparavant, le 24 novembre 1871, Alonso Álvarez de la Campa y Gamba, âgé de 16 ans, Anacleto Bermúdez y González, âgé de 20 ans, Alonso Álvarez de la Campa, âgé de 16 ans, Juan Pascual Rodríguez y Pérez, âgé de 21 ans, Carlos Augusto de la Torre y Madrigal, âgé de 20 ans, Ángel Laborde y Perera, âgé de 17 ans, Carlos Verdugo y Martínez, âgé de 17 ans, Eladio González Toledo, âgé de 20 ans et José de Marcos y Medina, âgé de 20 ans, furent injustement accusés, en compagnie de trente-cinq autres camarades, d’avoir profané la tombe du journaliste espagnol Gonzalo Castañón, ancien directeur du quotidien La Voz de Cuba. Arrêtés par le gouverneur espagnol Dionisio López Roberts, lequel souhaitait faire un exemple et adresser un message de fermeté et de terreur en pleine guerre d’indépendance, ils furent condamnés à mort après un procès sommaire et exécutés, le tout en l’espace de quelques heures. Les autres étudiants échappèrent à la mort mais la justice coloniale se montra impitoyable à leur égard : onze d’entre eux furent condamnés à six ans de prison, vingt à quatre ans de prison et quatre à six mois de réclusion. Martí, révolté par la cruauté des autorités espagnoles et la sentence sans commune mesure avec le fait reproché, dénonça l’arbitraire colonial et s’inclina devant la mémoire des innocents : « Chaque jour qui passe, nous aimons davantage nos frères qui sont morts, et nous ne souhaitons pas que leurs restes reposent en paix, parce qu’ils vivent dans les agitations éminentes de la gloire16 ».

17Le 11 février 1873, face à l’abdication du roi Amédée de Savoie, le Sénat et le Congrès se constituèrent en Parlement et la République espagnole fut proclamée. José Martí rédigea alors un texte intitulé La République espagnole face à la Révolution cubaine et le fit parvenir à l’ensemble des membres du nouveau gouvernement. Le jeune patriote y réaffirma le droit inaliénable de Cuba – en pleine guerre contre l’Espagne – à être indépendante. Il y dénonça le système colonial injuste et obsolète. D’après lui, la volonté qui comprimait une autre volonté ne devait pas être respectée et la République espagnole ne pouvait pas rejeter la volonté unanime d’un peuple. Le droit d’insurrection contre la tyrannie était inaliénable pour un « peuple humilié, garroté, opprimé, appauvri, vendu ». Toute autre issue que la pleine souveraineté était illusoire car les insurgés ne cédaient pas, et un républicain honorable ne pouvait nier à un peuple un droit dont il avait lui-même fait usage. Cuba écrivait « avec du sang sa résolution irrévocable […] ; sur les cadavres de ses enfants, elle se [levait] pour dire qu’elle souhait[ait] fermement son indépendance ». Pour Martí, la République devait être conséquente avec ses principes fondateurs. Si elle rejetait la conquête et l’oppression, elle ne pouvait accepter le statut quo à Cuba. Si la République espagnole se basait sur le suffrage universel et la volonté du peuple, il devait en être de même à Cuba :

  • 17 José Martí, « La República Española ante la Revolución Cubana », 1871, in José Martí, Obras complet (...)

Quand un peuple exprime-t-il plus fermement ses désirs que quand il se soulève en armes pour les obtenir ? […] Cuba réclame son indépendance à laquelle elle a droit pour la vie qu’elle sait posséder, pour la constance énergique de ses enfants, pour la richesse de son territoire, pour l’indépendance naturelle de celui-ci, et, surtout, […] parce que c’est la volonté ferme et unanime du peuple cubain. Cuba veut être libre […]. Par la loi de sa volonté irrévocable, par la loi de nécessité historique, elle doit obtenir son indépendance17.

18L’état de santé de José Martí se dégrada des suites des séquelles laissées par les travaux forcés. Atteint d’une tumeur produite par les chaînes qu’il avait dû porter en prison, il fut opéré à plusieurs reprises. Il se rendit en convalescence à Saragosse auprès de son ami Fermín Valdés Domínguez et en profita pour obtenir entre 1872 et 1874 sa licence en Droit civil et canonique et sa licence en Lettres et Philosophie, avant de quitter l’Espagne18.

4. Les séjours au Mexique et au Guatemala

  • 19 José Martí, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, (...)
  • 20 José Martí, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1985, La Havane, (...)

19En janvier 1875, José Martí décida de se rendre à Veracruz, au Mexique, en passant par Paris et l’Angleterre, pour rejoindre sa famille qu’il n’avait pas vue depuis janvier 1871. Au Mexique, Martí intégra l’univers du journalisme et publia entre 1875 et 1877 de nombreux articles dans la revue Revista Universal sous les pseudonymes Anáhuac et Orestes. Ses thèmes de prédilection restaient l’indépendance de Cuba et de l’Amérique latine ainsi que l’expansionnisme des Etats-Unis. Il abordait également divers sujets liés à la politique nationale du Mexique, aux relations internationales et s’intéressait aussi à l’art et à la littérature19. Sensible à la condition ouvrière et paysanne, il collabora avec le journal El Socialista, organe de presse du Gran Círculo Obrero de México20.

  • 21 José Martí, « Sociedad Alarcón », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, (...)

20Par la suite, il écrivit dans divers journaux et revues de toute l’Amérique et obtint une notoriété continentale (La Nación de Buenos Aires, La América de New York, El Partido Liberal de México, La Opinión Pública de Montevideo et La República du Honduras). Martí était reconnu par le monde intellectuel aztèque qui l’intégra dans ses cercles. Il fonda la Société Alarcón en compagnie d’éminentes figures mexicaines et devint membre de la Société Hidalgo à la demande de son président21.

  • 22 José Martí, « A Manuel A. Mercado », 1er janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crít (...)
  • 23 José Martí, « A Manuel A. Mercado », 22 janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Críti (...)
  • 24 José Martí, « Ismaelillo », 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centr (...)

21En 1877, dans la capitale aztèque, il épousa Carmen Zayas-Bazán e Hidalgo, une jeune cubaine, pour laquelle il éprouvait un amour profond, et qui lui donna un an plus tard un fils, nommé José Francisco, leur unique enfant. Dans un courrier à son ami Manuel Mercado, il écrivit : « Je pars avec Carmen, ce qui signifie partir plein de force22 ». Dans une autre missive datée du même mois, il lui fit part de la place qu’occupait son épouse dans sa vie : « Je ne me cache pas à moi-même que pour entreprendre et imaginer, pour encourager avec foi et œuvrer avec brio, la présence de Carmen m’est indispensable. Elle exerce sur mon esprit une douce influence fortifiante23 ». Martí intitula son premier livre de vers Ismaelillo et le dédia à son fils. Dans celui-ci, il écrivit : « J’ai foi en l’amélioration humaine, en l’utilité de la vertu et en toi24 ».

  • 25 José Martí, « A Nicolás Domínguez Cowan », 1er janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edició (...)

22Mais le renversement du gouvernement de José María Iglesias par le General Porfirio Díaz contraint José Martí à quitter le Mexique pour rejoindre clandestinement La Havane sous le nom de Julián Pérez - ses seconds nom et prénom - en janvier 1877. Son séjour dans la capitale cubaine dura à peine quelques mois25.

  • 26 José Martí, « A Manuel A. Mercado », 19 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica (...)

23Face aux difficultés, en avril 1877, Martí décida de s’installer au Guatemala. Grâce à plusieurs lettres de recommandation fournies par José Mariano Domínguez, père de son ami Fermín Valdés, il obtint une chaire de littérature et de philosophie à l’Université nationale. Le patriote cubain prit la défense du peuple guatémaltèque face à ses détracteurs : « Je n’aime pas entendre dire les étrangers – ceux qui sont véritablement étrangers, par leur esprit acerbe d’aversion, – que notre Amérique malade manque des intelligences ardentes alors que c’est tout le contraire. Ici, comme au Mexique, tout le monde dispose de talent ». Il dispensa également des enseignements de manière bénévole à l’Académie pour filles d’Amérique centrale26.

  • 27 José Martí, « A Joaquín Macal », 11 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 20 (...)
  • 28 José Martí, « Patria y Libertad », 11 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, (...)

24En avril 1877, le gouvernement du Guatemala sollicita Martí pour réaliser une étude sur le système juridique national et parut alors l’article Los Códigos Nuevos27. Lors de son séjour dans le pays, José Martí fut profondément marqué par le sort des peuples indigènes, qu’il appelait la « race-mère » et qui composaient la majeure partie des habitants du pays. Choqué par l’exploitation dont ils étaient victimes et par leurs conditions de vie, il prit leur défense et publia le poème Patrie et Liberté dans lequel il dénonça les discriminations à leur égard : « Son esprit d’homme brisé, il ne reste à l’indien des champs plus que ses épaules pour porter les fardeaux de l’Eglise, pour payer le tribut aux caciques, pour acheter ses toiles à l’Espagnol ». Pour Martí, l’Amérique ne pouvait exister sans les indigènes. Liant le destin des Indiens à celui du continent, il déclara que « tant que l’Indien n’ira pas de l’avant, l’Amérique n’avancera pas28 ».

25Martí fit le constat que l’histoire du continent américain restait méconnue. En février 1878, il publia un ouvrage intitulé Guatemala dans le but de faire connaitre la réalité du pays, ses traditions et ses coutumes. « Le Guatemala est une terre hospitalière, riche et franche », nota-t-il dans son plaidoyer. « Elle ne rejette pas le bon étranger : elle l’appelle et l’aime », ajouta-t-il. Il était vrai que la domination espagnole avait quelque peu brisé le caractère du Guatémaltèque. « Mais il ressuscitera », avertit Martí, car « la dignité est comme l’éponge : on l’opprime mais elle garde toujours sa force de tension. La dignité ne meurt jamais ». Le patriote cubain s’appuya ensuite sur l’histoire du continent pour rappeler le prix des divisions :

  • 29 José Martí, « Guatemala », 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, (...)

Pizarro a conquis le Pérou quand Atahualpa était en guerre contre Huáscar. Cortés a vaincu Cuauhtémoc parce que Xicotencatl l’a aidé dans son entreprise ; Alvarado est entré au Guatemala car les Quichés assiégeaient les Zutujiles. Vu que la désunion a été notre mort, à quel esprit vulgaire ou à quel cœur mesquin faut-il encore dire que de l’union dépend notre vie29 ?

26José Martí allait œuvrer à cette union nécessaire pour obtenir l’indépendance de sa patrie.

5. L’engagement dans la « Petite Guerre »

  • 30 José Martí, « A Manuel Mercado », 6 juillet 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, (...)

27La signature du Pacte de Zanjón en 1878 entre les rebelles cubains divisés par des luttes intestines et l’Espagne mit un terme à la Guerre de dix ans et déboucha sur une paix sans liberté ni indépendance. Martí décida de se rendre à Cuba afin de tenter de fédérer les forces patriotiques autour du projet émancipateur et de mettre un terme aux fragmentations. Dans une missive du 6 juillet 1878 à son ami mexicain Manuel Mercado, il lui fit part de son objectif : « Dois-je vous dire que je ne cesse de penser à mon peuple malheureux […] ? Je me rends à Cuba pour œuvrer pour les miens et me fortifier pour la lutte30 ».

  • 31 José Martí, « Fragmentos del discurso pronunciado en la inauguración del Liceo de Regla », 1er févr (...)
  • 32 José Martí, « Brindis en el banquete celebrado en honor a Adolfo Márquez Sterling, en los salones a (...)
  • 33 José Martí, « Apuntes para un discurso », 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 20 (...)

28De retour à Cuba, le patriote cubain déploya tous ses efforts en faveur de l’émancipation de son peuple. Lors de son premier discours prononcé le 8 février 1879 à l’occasion de l’inauguration d’un lycée à Regla, il indiqua le chemin à suivre : « Les plus braves ont le droit de mener le drapeau au combat […]. L’union de tous les Cubains pour lutter pour la liberté » est une nécessité impérieuse31. Le 21 avril 1879, il exhorta ses compatriotes « à maintenir en vie la dignité, la liberté et la décence32 ». Cuba devait défendre « le culte des grandes idées, l’amour des grands faits, cette passion pour les grandes audaces » et conquérir son indépendance. Martí entra en contact avec le patriote Juan Gualberto Gómez et tenta de réorganiser le mouvement en faveur de l’émancipation de Cuba, dans ce qui serait appelé « La Petite Guerre » 1879-188033.

  • 34 José Martí, « A Leandro J. de Viniegra », 11 octobre 1879, in José Martí, Obras completas, Edición (...)
  • 35 José Martí, « A Miguel F. Viondi », 13 octobre 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crític (...)

29Mais les autorités coloniales procédèrent une nouvelle fois à l’arrestation de Martí, lequel fut accusé de conspiration avec d’autres partisans de la souveraineté de Cuba. Il fut de nouveau déporté en Espagne, à Santander, en septembre 1879, et séparé de force de sa famille34. Dans une lettre à son ami Miguel Viondi, il lui fit part de sa tristesse et de sa solitude35.

  • 36 José Martí, « A Miguel F. Viondi », 8 janvier 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica (...)

30Peu de temps après, José Martí réussit à se réfugier en France et s’exila vers les Etats-Unis où il vivrait pendant 14 ans. Le 3 janvier 1880, il débarqua à New York et tissa des liens avec les leaders indépendantistes cubains. Il fut nommé, à l’unanimité de ses membres, porte-parole du Comité Révolutionnaire Cubain dès le 9 janvier et se chargea de fédérer les principaux groupes patriotiques. Son quotidien était marqué par diverses difficultés matérielles et il se voyait obligé de solliciter l’aide de son ami Viondi pour payer le voyage de son épouse depuis Cuba36.

31Le 24 janvier 1880, José Martí prononça son premier discours sur le territoire étasunien, à Steck Hall. Il procéda à une analyse lucide de la Première Guerre d’Indépendance, appela à l’union de toutes les forces révolutionnaires et jeta les bases d’une nouvelle action collective qui déboucherait sur l’émancipation définitive de l’île du joug colonial espagnol. Il exhorta ses compatriotes à s’unir, à rejeter les rivalités personnelles qui divisaient les forces et entravaient la victoire, à honnir les préjugés racistes dans une île où l’esclavage n’était toujours pas aboli et à soutenir les révolutionnaires qui s’étaient rebellés contre le Pacte de Zanjón en lançant « la Petite Guerre » le 24 août 1879, sous la direction de Calixto García. « Nous ne nous résignons pas à vivre sans patrie », clama-t-il. Les Cubains devaient conquérir leur indépendance et se préparer à en payer le prix : « La liberté coûte très cher et il est nécessaire, soit de se résigner à vivre sans elle, soit de se décider à l’acheter à son prix ». Il conclut son propos par un appel à la mobilisation :

  • 37 José Martí, « Asuntos cubanos. Lectura en Steck Hall, New York », 24 janvier 1880, in José Martí, O (...)

Que les enfants [des révolutionnaires de la première guerre d’indépendance] se préparent à répéter sans peur les prouesses de ces hommes courageux et magnifiques qui se sont alimentés de racines. […] Les grands droits ne s’achètent pas avec des larmes, mais avec du sang […]. Quel avenir sombre que celui de notre terre si nous abandonnons à leurs efforts les braves qui luttent, et nous ne nous rassemblons pas pour leur apporter notre aide37.

  • 38 José Martí, « El Comité Revolucionario de Nueva York », 28 avril 1880, in José Martí, Obras complet (...)
  • 39 José Martí, « Circular », 28 avril 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La (...)
  • 40 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 20 juillet 1882, in José Martí, Obras completas, Edición (...)

32Le 26 mars 1880, Martí devint Président par intérim du Comité révolutionnaire cubain de New York durant trois mois, suite au départ de l’expédition du général Calixto García à Cuba38. Un mois plus tard, il lança un appel à tous les Cubains de bonne volonté afin qu’ils portent secours aux patriotes qui luttaient contre l’Espagne : « Abandonner ceux qui meurent, pour ensuite jouir du bien-être conquis par leur trépas n’est pas l’œuvre d’hommes dignes. Les droits sont conquis avec des sacrifices39 ». Martí organisa une collecte de fonds pour apporter un concours matériel aux patriotes qui avaient rejeté le Pacte de Zanjón et prononcé le serment de Baraguá sous l’égide du chef militaire Antonio Maceo, dans lequel ils s’engageaient à poursuivre la lutte jusqu’à l’obtention de l’indépendance. A propos de Maceo, Martí écrivit la chose suivante : « Je ne connais pas de soldat plus courageux ni de Cubain plus tenace40 ».

  • 41 José Martí, « A Ramón Emeterio Betances », mai 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crític (...)

33Martí sollicita également les patriotes d’Amérique latine. En mai 1880, il écrivit à Ramón Emeterio Betances, leader indépendantiste de Puerto Rico qui se trouvait alors à Paris, lui demandant de fédérer les patriotes latino-américains présents dans la capitale française pour venir en aide aux révolutionnaires cubains et d’obtenir le soutien de l’opinion publique nationale : « Je sais que pour vous il n’y a pas de mer entre Cuba et Porto Rico et que vous ressentez dans votre poitrine les coups des armes qui blessent les nôtres41 »

  • 42 José Martí, « A Emilio Núñez », 13 octobre 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2 (...)

34Face au manque de soutien à l’intérieur de l’île, la Petite Guerre s’acheva par un échec sur le champ de bataille. Martí, dans une missive au colonel Emilio Núñez Rodríguez, l’un des derniers à déposer les armes, l’exhorta à ne pas sacrifier inutilement sa vie et celles de ses hommes : « Emu par la colère en raison de la solitude criminelle dans laquelle le pays abandonne ses défenseurs, et par l’amour et le respect à votre généreux sacrifice, je me préparais à vous supplier d’épargner vos vies ». En raison des divisions internes entre les chefs, l’entreprise armée fut une nouvelle fois un échec. Martí regretta que « les chefs de la Révolution [n’aient] pas trouvé lors des deux dernières années le moyen de travailler ensemble […]. Notre honneur, notre cause même, exigent que nous abandonnions le champ de la lutte armée », conclut-il avec regret42.

6. Le bref séjour au Venezuela et l’installation définitive à New York

  • 43 José Martí, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 22 mars 1881, in José Martí, Obras completas, Edición C (...)
  • 44 José Martí, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 27 juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edició (...)
  • 45 José Martí, « Revista Venezolana », 1er juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Críti (...)

35En janvier 1881, Martí quitta New York pour le Venezuela. Dans la patrie de Bolívar, « cette noble terre, mère de toutes les terres américaines et de la nôtre », il affirma sa fibre latino-américaniste et internationaliste43. Il enseigna dans différents collèges et collabora avec le journal La Opinión Nacional de Caracas. Le Cubain exprima son admiration pour la patrie de Simon Bolívar : « Je suis un enfant de l’Amérique et je lui suis redevable. [Le Venezuela] est le berceau de l’Amérique. […] Que le Venezuela me permette de le servir : je suis son fils44 ». Il fonda à cet effet la Revue vénézuélienne dont le but était de promouvoir la culture du pays et du continent45.

  • 46 José Martí, « Cecilio Acosta », 15 juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, L (...)
  • 47 José Martí, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 27 juillet 1881, op. cit.

36En juillet 1881, suite à la disparition du penseur vénézuélien Cecilio Acosta, José Martí rédigea un témoignage à sa mémoire : « Etudier ses vertus et les imiter est le seul hommage satisfaisant pour les grandes natures et digne d’elles46 ». Cependant, ce dernier étant honni par le Président du Venezuela Guzmán Blanco, le patriote cubain fut déclaré persona non grata et se vit contraint, un mois plus tard, de retourner à New York47.

  • 48 José Martí, « Cartas de Nueva York », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, L (...)
  • 49 José Martí, « Carta de Nueva York expresamente escrita para La Opinión Nacional », 4 février 1882, (...)

37Une fois installé aux Etats-Unis, Martí n’abandonna pas pour autant le Venezuela et poursuivit sa collaboration avec La Opinión Nacional, dont il devint le correspondant pendant près de deux années. Le métier de journaliste lui permit ainsi de devenir un connaisseur avisé de la culture et de la société étasuniennes. Ses très nombreuses chroniques politiques, sociétales et culturelles embrassaient l’actualité nationale et internationale48. Martí fut marqué par l’exploitation et la misère qui frappaient la classe ouvrière. Dans une chronique de février 1882, il relata le sort du petit peuple : « Ils font le travail d’un homme et gagnent un salaire mesquin, beaucoup plus bas que celui d’un homme. Ces amertumes affligent quelques bons cœurs, qui ne trouvent pas la manière de remédier à cette misère qui ronge corps et âmes49 ».

38A partir de juillet 1882, il débuta sa collaboration avec le quotidien argentin La Nación. Son intérêt pour le sort de la classe ouvrière des Etats-Unis ne se démentit pas et il relata les manifestations populaires en faveur d’un meilleur niveau de vie. Sa sensibilité l’obligeait à choisir le camp des travailleurs en grève et il se félicitait de leur coalition pour défendre leurs droits : « Quelle joie de les voir soudainement ennoblis par l’exercice de leur dignité ! ». Les causes de leur rébellion étaient connues :

  • 50 José Martí, « Carta de Nueva York », 4 février 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crític (...)

Le capitaliste prospère exploite le pauvre ouvrier à vil prix […]. Pour le capitaliste, quelques centimes de plus sur les articles alimentaires sont simplement un chiffre sur le bilan annuel. Pour l’ouvrier, ces centimes génèrent […] la privation immédiate d’articles de première nécessité indispensables. L’ouvrier demande un salaire qui lui permette de se vêtir et de manger. Le capitaliste le lui refuse50.

  • 51 José Martí, « Carta de Nueva York », 29 mars 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, (...)

39Le 29 mars 1883, Martí rendit hommage à Karl Marx dans un article paru dans La Nación : « Karl Marx est mort [le 14 mars 1883]. Parce qu’il il a choisi le camp des faibles, il mérite d’être honoré ». L’auteur du Capital n’avait « pas simplement été un catalyseur titanesque des colères des travailleurs européens, mais un visionnaire, profondément lucide quant aux raisons des misères humaines et au destin des hommes, dévoré par la soif de faire le bien51 ».

  • 52 José Martí, « A Bartolomé Vitre Vedia », 19 décembre 1882, in José Martí, Obras completas, Edición (...)
  • 53 José Martí, « A Amalia Martí Pérez », 28 février 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crít (...)

40Séparé de sa femme et de son fils qu’il ne voyait pas depuis plus de deux ans52, Martí devait également assumer la charge de subvenir aux besoins de ses parents restés à Cuba. Dans un courrier à sa sœur Amalia, il lui fit part de ses difficultés financières : « Je suis affligé par le fait que maman doive vivre dans une maison étrangère [chez sa fille]. A partir du mois d’avril, elle recevra chaque mois 20 ou 25 dollars-or. Ce mois-ci, je peux seulement lui en envoyer 1053 ».

  • 54 José Martí, « Cartas de Martí, Estados Unidos de América », 1er septembre 1883, in José Martí, Obra (...)

41Sa situation personnelle et la sensibilité qui l’animait ne le laissaient pas indifférent aux souffrances des autres. Il s’émut particulièrement du sort qui frappait les enfants pauvres de New York, abandonnés à leur destinée, dans un article daté de septembre 1883 : « Les enfants pauvres meurent par centaines durant l’été. Le choléra infantum leur prend la vie comme les ogres dans les contes […] Ils se traînent comme des vers et poussent des gémissements. Je dis qu’il s’agit là d’un crime public, et que le devoir de remédier à la misère est un devoir de l’Etat54 ! ».

  • 55 José Martí, « La revolución del trabajo », 25 mars 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Cr (...)

42Tout en dédiant la majeure partie de son temps à l’organisation de l’émigration cubaine aux Etats-Unis, Martí continuait de s’intéresser à l’actualité nationale de son pays de résidence. Les grandes grèves ouvrières à travers tout le pays l’amenaient à se ranger, naturellement, du côté des travailleurs. Dans plusieurs chroniques publiées dans La Nación, le journaliste relata l’insurrection des exploités contre l’oppression des grandes entreprises ainsi que la bataille en faveur de la journée à huit heures. « Entre les capitalistes et les travailleurs », il fallait choisir son camp55. « La grève des conducteurs était juste », écrivit-il. Il exprima sa solidarité avec les grévistes :

  • 56 Ibid., p. 97.

Il faut être une mauvaise âme pour ne pas ressentir de l’affection pour ces pauvres soldats de la vie, debout jour et nuit sur la plateforme de leur calèche, fouettés par la neige, trempés par la pluie, assaillis par la tempête, éclaboussés par la boue. Les habitants de la ville doivent à leur détermination et à leur résistance le pouvoir d’aller d’un endroit à un autre, au chaud, pour nourrir leurs familles56.

43Martí relata la grande grève dans le secteur du charbon et s’indigna du sort réservé aux ouvriers. « Il y aurait moins de grèves ou elles dureraient moins longtemps si ceux qui les favorisent par leur injustice n’en aggravaient pas les raisons avec leur air hautain et leur exhibition de force qui aggravent la blessure de ceux qui sont trop fatigués de voir la force arbitraire exercée sur eux », écrivit-il dans l’une de ses chroniques. Il fit part de son admiration pour ceux qui se battaient pour leur dignité et exprimaient leur solidarité avec leurs collègues victimes de l’exploitation :

  • 57 José Martí, « Correspondencia particular para El Partido Liberal », 2 février 1887, in José Martí, (...)

Les travailleurs seront probablement vaincus dans les différentes grèves qu’ils mènent actuellement. Mais, vaincus ou vainqueurs, l’importance de ces grèves réside dans le fait que quarante mille hommes, quarante mille chefs de famille sont disposés à abandonner leur travail pendant tout un mois en plein hiver, pour aider un groupe de porteurs de charbon ou de dockers à obtenir un salaire qui leur permette au moins de payer le pain, le toit et le charbon quotidiens. [..] Ceux qui souhaitent parler à bon escient de la condition des ouvriers doivent descendre de leur piédestal et connaître de près leur misère57.

  • 58 José Martí, « Cartas de Martí », 17 août 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La (...)

44Martí était également marqué par le sort réservé aux populations noires des Etats-Unis, où sévissait une ségrégation implacable et où les crimes quotidiens restaient impunis. Dans un article, il évoqua l’oppression dont ils étaient victimes : « Les Noirs sont tristes car il n’y a pas un seul jour qui ne se lève sur le cadavre de l’un d’eux, assassiné par les Blancs du Sud en raison des liens d’amitié ou d’affection avec des femmes blanches58 ».

  • 59 José Martí, « A Manuel Mercado », entre le 9 février et août 1884, in José Martí, Obras completas, (...)

45Si Martí était sensible aux misères qui frappaient les plus vulnérables, il ne perdait pas de vue son grand objectif qui était l’indépendance de Cuba. Il exprima ses craintes et ses doutes à son ami mexicain Manuel Mercado : « J’ai peur de quitter la vie sans avoir eu l’occasion d’accomplir mon devoir59 ». Dans un courrier au général Máximo Gómez, il lui fit part du danger que représentait la tendance annexionniste au sein des possédants de l’île. En effet, une partie de l’élite locale souhaitait ardemment l’annexion de l’île aux Etats-Unis, devenus le principal partenaire commercial de Cuba :

  • 60 José Martí, « Al General Máximo Gómez », 20 juillet 1882, in José Martí, Obras completas, Edición C (...)

Il y a un autre danger plus grand, sans doute plus grand que tous les autres dangers. A Cuba, il y a toujours eu un groupe important d’hommes prudents, assez orgueilleux pour abhorrer la domination espagnole, mais assez timides pour ne pas exposer leur bien-être personnel à la combattre. Cette classe d’hommes, aidés par tous ceux qui souhaiteraient jouir des bénéfices de la liberté sans en payer le prix sanglant, favorisent de façon véhémente l’annexion de Cuba aux Etats-Unis60.

  • 61 José Martí, « Cartas de Martí », 15 janvier 1885, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, (...)

46Martí était d’autant plus préoccupé que l’Espagne avait signé un modus vivendi avec les Etats-Unis en janvier 1884, qui rendait potentiellement l’île totalement dépendante du Voisin du Nord au niveau commercial. L’accord liait « de manière si absolue l’existence de l’île aux Etats-Unis » que cela déboucherait sur la perte « pour l’Amérique espagnole de l’île qui aurait dû être son bastion61 », s’insurgeait le patriote cubain.

  • 62 José Martí, « A Manuel Mercado », 13 novembre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica (...)
  • 63 José Martí, « A Carlos Farini », 10 octobre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, (...)

47En mai 1884, la République d’Uruguay sollicita José Martí afin qu’il occupe le poste de Consul par intérim à New York, son « seul moyen de subsistance62 ». Ce dernier accepta la proposition, à laquelle il se vit cependant contraint de renoncer en octobre 1884. Dans son courrier de démission, il en expliqua les raisons, liées à son combat pour l’indépendance de sa patrie : « Aujourd’hui, les espoirs de mon pays renaissent et je commence à les encourager publiquement. Je ferais preuve d’une bien mauvaise affection pour l’Uruguay si je l’exposais, avec ma participation signalée dans les affaires de mon pays, à une altercation désagréable avec la Nation qui nous gouverne, et qui est votre amie63 ».

  • 64 José Martí, « Al General Máximo Gómez », 20 octobre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición C (...)

48Effectivement, ce même mois d’octobre 1884, à New York, Martí se réunit pour la première fois avec Máximo Gómez et Antonio Maceo, principales figures du mouvement indépendantiste, pour donner un élan nouveau au projet émancipateur. La rencontre fut houleuse à cause d’une divergence de principe. Pour Martí, il était inconcevable de fonder une nation qui reposerait uniquement sur un pouvoir militaire et qui serait antidémocratique. Il fit part de sa « détermination à ne pas contribuer le moins du monde […] à mettre en place sur [s]a terre un régime de despotisme personnel, qui sera plus honteux et funeste que le despotisme politique qu’elle supporte actuellement et plus grave et difficile à déraciner, car il viendrait excusé par quelques vertus, embelli par l’idée incarnée en lui et légitimé par le triomphe ». Martí posa une question essentielle pour expliquer son rejet d’un pouvoir militaire : « Quelles garanties peut-on avoir que les libertés publiques, seul objet digne de lancer un pays à la lutte, seront mieux respectées demain ? » Les patriotes devaient être « les serviteurs héroïques et modestes d’une idée » et non pas les caudillos qui imposeraient leur volonté au peuple. Martí ne remettait pas en cause le désintéressement du général Gómez mais préféra le mettre en garde contre un pouvoir personnel : « On ne fonde pas un peuple comme l’on commande un campement, Général ». Martí s’opposa à une nouvelle entreprise armée, défendue par Gómez et Maceo, et fut d’avis de différer le déclenchement de la nouvelle guerre contre l’Espagne. A ses yeux, celle-ci ne pouvait se réaliser sans une minutieuse préparation et une déclaration publique des objectifs recherchés, et il était impossible de faire l’impasse sur le nécessaire travail politique et idéologique64.

  • 65 José Martí, « Reforma esencial en el programa de las universidades americanas. Estudio de las lengu (...)
  • 66 José Martí, « Maestros ambulantes, espíritu de la instrucción que proponemos, manera en que puede r (...)

49Martí avait en effet toujours porté un grand intérêt pour le développement spirituel de ses concitoyens. Selon lui, « l’éducation a un devoir inévitable envers l’homme – et ne pas l’accomplir est un crime : ce devoir est de le conformer à son temps, sans le dévier de la tendance humaine grandiose et finale ». Le peuple devait vivre « en analogie avec l’univers et avec son époque65 ». Dans un article publié en 1884, il insista sur l’importance du savoir et des valeurs morales pour l’épanouissement personnel : « Le bonheur existe sur terre et se conquiert avec l’exercice prudent de la raison, la connaissance de l’harmonie de l’univers et la pratique constante de la générosité ». Pour lui, « être bon est le seul moyen d’être heureux » et « être cultivé est le seul moyen d’être libre ». Il fallait diffuser « la tendresse qui est si nécessaire et qui fait tant de bien aux hommes66 ».

  • 67 José Martí, « A Manuel Mercado », 22 avril 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, L (...)

50José Martí était confronté à de grandes difficultés financières. Dans un courrier à Manuel Mercado, il lui fit part de son désarroi et de la « terreur d’âme » dans laquelle il vivait au quotidien. Affecté par ses problèmes de santé, il se trouvait dans un état d’épuisement physique et moral : « Je tire de moi une énergie sauvage sans me fatiguer, mais je note que j’arrive au fond de mes entrailles ». Il évoqua même la possibilité de devenir éditeur de livres afin de subvenir à ses besoins. Sa vie à New York était un calvaire : « Je me sens comme rongé de l’intérieur par un poison qui me retourne l’âme […]. C’est une mort à petit feu ». Pourquoi restait-il alors dans cette mégalopole étasunienne ? Pour servir sa patrie : « Tout me lie à New York : les conséquences des erreurs politiques de notre pays, la proximité de ma terre, qui ignore tout de moi, et pour laquelle je meurs67 ».

7. L’union des forces patriotiques

  • 68 José Martí, « Cartas de Martí », 10 octobre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, (...)
  • 69 José Martí, « A Juan Fernández Ruz », 20 octobre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crít (...)
  • 70 José Martí, « Al General Máximo Gómez», 16 décembre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición C (...)

51Le 10 octobre 1887, à l’occasion de la commémoration du soulèvement de 1868, José Martí apparut de nouveau dans la vie publique après un long silence et prononça un discours devant les émigrés cubains. « Nous devons veiller sur la patrie sans violenter son destin avec nos passions. Nous devons préparer la liberté de façon à ce qu’elle soit digne d’elle », rappela-t-il à ses compatriotes68. Pour Martí, le gouvernement espagnol avait démontré maintes fois son incapacité à gouverner Cuba selon la culture et les besoins de ses habitants69. Cette réunion donna lieu à la création d’une Commission exécutive, présidée par Martí, dont l’objectif était d’unir tous les émigrés favorables à l’indépendance de l’île70.

  • 71 José Martí, « ¿Queremos a Cuba », The Manufacturer, 16 mars 1889, in José Martí, Obras Completas, t (...)
  • 72 José Martí, « Vindicación de Cuba », 25 mars 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La (...)

52Martí s’impliquait ainsi pleinement dans le projet de l’émancipation de Cuba. Le 21 mars 1889, il répondit à un article du journal de Philadelphie, The Manufacturer, qui évoquait l’achat possible de Cuba et son éventuelle annexion par les Etats-Unis, tout en exprimant un mépris teinté de racisme pour le peuple cubain71. Martí rejeta fermement le projet : « Aucun Cubain digne de ce nom ne s’humiliera au point de se voir reçu comme un pestiféré moral […] chez un peuple qui nie sa capacité, insulte sa vertu et méprise son caractère […]. Ceux qui ont combattu durant la guerre […] ne souhaitent pas l’annexion de Cuba aux Etats-Unis ». Par ailleurs, Martí souligna que les Cubains avaient une divergence de principe au sujet du modèle de société. Ils ne croyaient pas en « l’individualisme excessif [ni] en l’adoration de la richesse » qui cimentaient la société étasunienne et rejetaient « l’appétit immodéré du pouvoir [et] l’acquisition ou les triomphes contraires à la bonté et à la justice ». Martí rappela que les Cubains n’étaient pas « ce peuple de vagabonds miséreux ou de pygmées immoraux » que décrivait le journal. Puis il conclut : « Nous avons souffert avec impatience sous la tyrannie, nous nous sommes battus comme des hommes, et parfois comme des géants pour être libres […]. Nous méritons, à l’heure de notre infortune, le respect de ceux qui ne nous ont pas aidés72 ».

  • 73 José Martí, « A Gonzalo de Quesada », 29 octobre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Car (...)

53Le 29 octobre 1889, Martí fit part de ses craintes à Gonzalo de Quesada au sujet d’une possible annexion de Cuba. Il fallait « savoir quelle [était] la position de ce voisin cupide73 ». Dans une autre missive du 14 décembre 1889, le patriote cubain renouvela son inquiétude et dénonça les prétentions de Washington de s’emparer de l’île :

  • 74 José Martí, « A Gonzalo de Quesada », 14 décembre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Ca (...)

Sur notre terre, Gonzalo, il y a un autre plan plus ténébreux que ce que nous avons connu jusqu’à présent : il s’agit de l’entreprise inique de forcer l’île, de la précipiter dans la guerre, pour avoir le prétexte d’intervenir et, avec le crédit du médiateur et de garant, de s’en emparer. Il n’y a pas de pire veulerie dans les annales des peuples libres74.

  • 75 José Martí, « Carta a Serafín Bello », 16 novembre 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 19 (...)

54Dans un autre courrier du 16 novembre 1889 au patriote Serafín Bello, Martí exprima une nouvelle fois sa préoccupation. Il se méfiait de l’ambition des Etats-Unis de s’emparer de l’île et regrettait que certaines nations latino-américaines perçoivent cette possibilité comme un moindre mal. Elles ne comprenaient pas « qu’il en [allait] de leur tranquillité et même de leur véritable indépendance que de consentir à laisser la clé de l’autre Amérique entre ces mains étrangères ». Etant donné que Washington « n’os[ait] pas poser ses yeux ni sur le Mexique ni sur le Canada, il les pos[ait] sur les îles du Pacifique et sur les Antilles, sur nous ». Il fallait à tout prix empêcher la convergence entre les « annexionnistes de l’île et les annexionnistes yankees75 ».

  • 76 José Martí, « Discurso pronunciado ante la Sociedad Literaria Hispanoaméricana (‘Madre América’) », (...)
  • 77 José Martí, « Tres héroes », juillet 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblio (...)

55Le 19 décembre 1889, Martí prononça à Washington son célèbre discours « Mère Amérique » devant les représentants de 18 gouvernements latino-américains. Il s’agissait d’un plaidoyer ardent en faveur de la libération de la dernière patrie américaine sous le joug de l’oppresseur espagnol76. La même année, Martí fonda la revue mensuelle La Edad de Oro destinée aux enfants, et visant à faire découvrir l’histoire du continent et ses libérateurs aux nouvelles générations et à rappeler la nécessité d’une union latino-américaine. Grand admirateur de Simón Bolívar, fondateur de l’idée panaméricaine, il évoqua dans le premier numéro la figure du Libérateur, symbole de l’unité continentale : « On raconte qu’un voyageur est un jour arrivé à Caracas à la tombée de la nuit, et avant même de secouer la poussière du chemin, il ne demanda point où l’on mangeait ou dormait, mais où se trouvait la statue de Bolívar […]. Ce voyageur a bien agi, car tous les Américains doivent aimer Bolívar comme un père77 ».

  • 78 José Martí, « Carta a Emilio Núñez », 15 mai 1890, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La (...)

56Martí déploya de grands efforts pour fédérer les Cubains autour de la cause de l’indépendance. Dans un courrier de mai 1890 à Emilio Núñez, il rappela que le devoir des Cubains de l’émigration était de fournir toute l’aide nécessaire aux indépendantistes de l’île dans la guerre inévitable contre l’Espagne. Il invita ses compatriotes à respecter toutes les opinions afin de réunir le plus grand nombre autour de l’objectif commun78. Les exclusions injustes et inadéquates étaient à proscrire de manière absolue. « Nous essayons avec les forces unies de tous les honnêtes hommes de lever et préparer notre propre armée », conclut-il. Le contraire serait « une faute impardonnable face à notre histoire ».

  • 79 José Martí, « Carta a Juan Bonilla », 8 août 1890 1890, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 197 (...)

57Martí était conscient que l’entreprise serait ardue. Il fallait affronter un empire espagnol, certes décadent, mais encore solide, vaincre idéologiquement les annexionnistes cubains et faire face à l’hostilité des Etats-Unis qui souhaitaient s’emparer de l’île. « Il n’y a jamais eu de pires conditions pour entrer dans une guerre d’indépendance, ni de nécessité plus grande de faire la guerre79 », écrivit-il dans une missive d’août 1890. Néanmoins, le devoir appelait à la prise de conscience de cette réalité et à la préparation du projet de lutte armée cimenté dans l’union de toutes les forces patriotiques.

  • 80 José Martí, « Nuestra América », 30 janvier 1891, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, (...)
  • 81 José Martí, « Las conferencias internacional y monetaria », 28 septembre 1889, in José Martí, Nuest (...)
  • 82 José Martí, « Al Ministro de la Argentina », 17 octobre 1891, in José Martí, Obras Completas, tomo (...)

58Cette même année, en 1890, José Martí publia son essai magistral Nuestra América, ode à l’union continentale80. L’Argentine et le Paraguay décidèrent alors de le nommer Consul à New York, exprimant ainsi leur reconnaissance au Cubain et voyant en lui le meilleur défenseur des intérêts de l’Amérique latine. L’Uruguay en fit également son représentant officiel auprès de la Commission monétaire internationale81. Ce fait exceptionnel – une personne représentant simultanément trois nations dont elle n’était pas ressortissante – illustrait le prestige de Martí en Amérique latine : sa vocation internationaliste en faisait le plus universel ambassadeur du continent de son époque. Il occupa ces fonctions jusqu’en 1892, année où il décida de se consacrer entièrement à l’entreprise révolutionnaire de l’indépendance de Cuba, ce qui le contraint à renoncer à ses fonctions82.

  • 83 José Martí, « Carta a Manuel Mercado », 18 mai 1895, in Granma, 18 mai 2010. http://www.granma.cu/g (...)
  • 84 Juan Marinello, Obras Martianas, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1987, p. 154.

59Pour y avoir vécu de nombreuses années, José Martí était devenu un observateur perspicace de la société étasunienne : « J’ai vécu au sein du monstre. J’en connais les entrailles83 ». Il pointa du doigt les violences et les inégalités qui touchaient les plus vulnérables et souligna « deux vérités utiles à notre Amérique : le caractère cru, inégal et décadent des Etats-Unis, et l’existence, chez eux continue, de toutes les violences, discordes, immoralités et désordres dont on accuse les peuples latino-américains84 ». Pour toutes ces raisons, il était impératif d’empêcher toute annexion de Cuba.

8. La préparation du soulèvement armé

60Le 26 novembre 1891, José Martí prononça un discours au Lycée cubain de Tampa et jeta les bases de la future Cuba souveraine : « Je veux que la première loi de notre République soit le culte des Cubains pour la dignité pleine de l’homme ». La personne humaine devait être sacrée et son intégrité physique inviolable : « Chaque homme doit ressentir sur sa joue le soufflet reçu par n’importe quel homme ». La solidarité et la compassion pour les souffrances d’autrui devaient constituer la base de la société. L’indépendance devait être « une révolution de justice et de réalité, pour la reconnaissance et la pratique franche des véritables libertés ». Ces libertés devaient concerner tous les Cubains, sans exception aucune, et en particulier les populations noires. Les Espagnols installés à Cuba seraient chez eux : « On se bat pour la liberté de l’homme à Cuba, et il y a beaucoup d’Espagnols qui aiment la liberté ». Il fallait retenir les leçons du passé et éliminer les vices qui étaient responsables de la défaite. Le combat pour l’indépendance devait être mené « avec tous et pour le bien de tous » :

  • 85 José Martí, « Discurso en el Liceo Cubano de Tampa », 26 novembre 1891, in Centro de Estudios Marti (...)

Soit la République a pour base le caractère entier de chacun de ses enfants, l’habitude de travailler de ses mains et de penser par elle-même, l’exercice intègre de soi et le respect […], en somme la passion pour la dignité de l’homme, soit la République ne vaudra pas une larme de nos femmes ni une seule goutte de sang de nos braves85.

  • 86 José Martí, « Bases del Partido Revolucionario Cubano », janvier 1892, in José Martí, Obras Complet (...)
  • 87 José Martí, « Discurso en Cayo Hueso”, 25 décembre 1891, in Centro de Estudios Martianos. http://ww (...)

61Un mois plus tard, en janvier 1892, José Martí fonda le Parti Révolutionnaire Cubain (PRC) à Cayo Hueso, où se trouvait une importante communauté cubaine composée en grande majorité d’ouvriers travaillant dans le secteur du tabac. L’objectif était de fédérer toutes les forces indépendantistes sous une structure commune et de mener à bien la lutte pour la souveraineté nationale de Cuba. Martí fut nommé Secrétaire Général du PRC. Le mot d’ordre était l’union entre tous les clubs patriotiques et l’objectif annoncé était la pleine souveraineté de Cuba et de Porto Rico. L’article premier rappelait que « le Parti Révolutionnaire Cubain se constitue pour obtenir, avec les efforts réunis de tous les hommes de bonne volonté, l’indépendance absolue de l’île de Cuba, et fomenter et aider celle de Porto Rico ». Le but était de déclencher une guerre « brève, destinée à assurer dans la paix et le travail le bonheur des habitants de l’île86 ». Le PRC avait pour objectif de fonder à Cuba « une nation capable d’assurer le bonheur de ses enfants et d’accomplir, dans la vie historique du continent, les devoirs difficiles que sa situation géographique lui signale ». Cuba devait devenir « l’asile des proscrits87 ».

  • 88 José Martí, « Nuestras ideas », 14 mars 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Hava (...)

62En mars 1892, Martí lança le premier numéro de la revue Patria, organe officiel du PRC, qui serait publiée jusqu’en 1898 avec un total de 522 numéros. Dans le premier éditorial intitulé « Nos idées », Martí rappela l’impérieuse nécessité de l’union des hommes bons et utiles de toutes origines et ascensions sociales qui avaient au cœur le sacrifice de l’émancipation. La guerre contre le colonialisme espagnol était inéluctable et elle était « la conséquence inévitable de la négation continue, dissimulée ou éhontée, des conditions nécessaires pour le bonheur à un peuple qui refuse de se corrompre et de se désordonner dans la misère ». Martí appela à l’altruisme car « la dignité dangereuse » était préférable à « la vie inutile », la paix républicaine étant le but ultime. Puis, il conclut sur le propos suivant : « Le patriotisme est un devoir saint quand on lutte pour que la patrie devienne une demeure où les hommes vivront plus heureux ». Martí répéta l’absence de haine des Cubains à l’égard des Espagnols. La guerre ne se faisait pas contre les enfants nés en Espagne mais contre la cupidité et l’incapacité de celle-ci88.

  • 89 José Martí, « La política », 19 mars 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, (...)
  • 90 José Martí, « La política », 3 avril 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, (...)

63Dans Patria, Marti rappelait le noble objectif de la politique qui était l’art de rendre les hommes heureux. Son but était de « sauver pour la vertu et le bonheur un peuple d’êtres humains que l’oppression pourrit dans le vice et que la faim lance vers le crime89 ». Sa mission était de mettre un terme aux injustices dont souffraient les habitants et de permettre aux plus vulnérables de vivre dans la dignité. La guerre serait menée contre le gouvernement étranger qui étouffait et corrompait « les forces du pays », qui niait les droits de l’homme et attisait « la haine entre fils et père » et contre « la constitution coloniale qui empêcherait dans la patrie libre la pratique pacifique de l’indépendance90 ».

  • 91 José Martí, « A los Presidentes de los Clubs del Partido Revolucionario Cubano », 13 mai 1892, in J (...)
  • 92 José Martí, « A José Dolores Poyo », août 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Ha (...)

64José Martí était conscient que l’indépendance de Cuba et de Porto Rico ne serait garantie de manière définitive que lorsque le peuple des Etats-Unis exprimerait sa solidarité pour les peuples en lutte. « Nous courrions un grand risque si nous n’arrivions pas à susciter l’affection et la considération du peuple et du gouvernement des Etats-Unis », nota-t-il dans un message à tous les Présidents des clubs patriotiques du Parti révolutionnaire cubain. Il s’engagea alors dans la sensibilisation de l’opinion publique en diffusant un manifeste en langue anglaise91. Il restait cependant lucide quant aux chances de succès d’une telle entreprise : « La presse n’est pas amie » de l’indépendance de Cuba. Il en allait de même pour « le Gouvernement de Washington qui n’[était] pas ami » mais plutôt « un ennemi invisible et puissant » du projet d’émancipation du peuple de l’île92.

  • 93 José Martí, « A Serafín Sánchez », 18 août 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La H (...)
  • 94 José Martí, « Máximo Gómez », 26 août 1893, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Bibli (...)

65En septembre 1892, Martí se rendit en République dominicaine pour convaincre le général Máximo Gómez de prendre la tête des indépendantistes cubains. Dans un courrier à Serafín Sánchez, il exprima son estime vis-à-vis du militaire : « De Gómez, je n’attends que de la grandeur93 ». Martí ajouta à son sujet : « Là où se trouve Gómez, se trouve la partie saine du pays ». Il précisa un aspect qui, selon lui, le définissait : « Il préfère Don Quichotte à toutes les autres lectures parce qu’il lui semble qu’il ‘s’agit du livre dans lequel on a le mieux défendu les droits de l’homme pauvre’94 ». Vétéran de la guerre de 1868, Gómez était un internationaliste reconnu pour son génie militaire. Dans le courrier qui lui était adressé, Martí lui fit part de l’avis unanime des patriotes : « Le peuple libre cubain vous prie de bien vouloir renouveler votre sacrifice en aidant la révolution en tant que responsable suprême du domaine de la guerre ». Le chef du Parti révolutionnaire cubain termina sa missive sur le propos suivant :

  • 95 José Martí, « A Máximo Gómez », 13 septembre 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La (...)

Je n’ai d’autre rémunération à vous offrir que le plaisir du sacrifice et l’ingratitude probable des hommes. […] Les grands moments requièrent de grands sacrifices. Je viens vous demander d’abandonner vos enfants et votre épouse […] pour aider Cuba à conquérir sa liberté, avec le risque de la mort. Je viens vous demander de substituer la fierté de votre bien-être et la paix glorieuse de votre repos aux hasards de la révolution et à l’amertume de la vie consacrée au service des hommes […] pour la liberté […] et l’indépendance définitive des Antilles95.

  • 96 José Martí, « A Nicolás Domínguez Cowan », 25 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 197 (...)
  • 97 José Martí, « A Máximo Gómez », 6 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane (...)
  • 98 José Martí, « El Partido Revolucionario a Cuba », 27 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo (...)

66En tant que représentant du PRC, en dépit de sa santé fragile qui lui ôtait même parfois la force de rédiger un courrier96, Martí consacrait tout son temps à fédérer l’émigration cubaine à travers les clubs patriotiques ainsi que les indépendantistes de l’île autour du projet émancipateur. Il déployait d’immenses efforts pour obtenir le plus vaste soutien à l’entreprise révolutionnaire et multipliait les réunions politiques à travers les Etats-Unis dans le but de sensibiliser ses compatriotes et collecter des fonds. En juin 1893, après avoir convaincu Máximo Gómez de prendre la tête de l’organisation des opérations militaires97, Martí se rendit de nouveau en République dominicaine pour échafauder les plans de la future expédition armée qui culminerait avec un soulèvement général dans l’île. Pour lui, la séparation de l’Espagne était le seul remède aux maux cubains98.

  • 99 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 25 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975 (...)
  • 100 José Martí, « A Serafín Sánchez », 25 juillet 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, L (...)
  • 101 José Martí, « A Máximo Gómez », 29 août 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Hava (...)

67José Martí sollicita également le général Antonio Maceo, qui avait rejeté le Pacte de Zanjón avec l’Espagne en 1878, pour participer au soulèvement révolutionnaire. « La patrie réclame une nouvelle fois toute votre bravoure99 », écrivit-il. En juillet 1893, il se rendit au Costa Rica où résidait Maceo afin de lui présenter le projet final. Il le chargea de l’organisation du front révolutionnaire dans la province orientale de Cuba100. Maceo accepta le leadership de Máximo Gómez et fit part de sa disposition à accomplir son devoir « avec enthousiasme et foi101 ».

  • 102 José Martí, « La crisis y el Partido Revolucionario Cubano », 19 août 1893, in José Martí, Obras Co (...)

68Dans un message d’août 1893 adressé aux Cubains émigrés, José Martí rappela qu’il était indispensable de conquérir la patrie. Il émit également un jugement sans concessions sur la société étasunienne. « Le Nord a été injuste et cupide » et « n’a pensé qu’à assurer à quelques-uns la fortune au lieu de fonder un peuple pour le bien de tous ». De plus, « toutes les haines des anciennes monarchies ont été transférées à la nouvelle terre américaine ». Il n’y avait pas de racines ni d’abri aux Etats-Unis et « la charité et le patriotisme n’exist[ai]ent pas ». Martí dénonça l’individualisme forcené : ici, « les hommes n’apprennent pas à s’aimer ». La terre était mal répartie. « Ici, il y a de plus en plus de riches d’un côté et de désespérés de l’autre102 ». Cuba devait être différente.

  • 103 José Martí, « A Máximo Gómez », 23 novembre 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La (...)

69En novembre 1893, Martí envoya une missive à Máximo Gómez pour lui rappeler le soutien et la confiance de tous les Cubains à son égard : « L’élément principal de la foi que l’on a à Cuba dans le succès de la guerre est la certitude que vous allez la diriger ». Les armes ne devaient être expédiées à Cuba qu’à l’approche du soulèvement général pour éviter toute mauvaise surprise. De son côté, l’Espagne était consciente de l’effervescence patriotique et ne serait pas prise au dépourvu, nota Martí. Au contraire, elle se préparait minutieusement à la guerre103.

  • 104 José Martí, « A Serafín Sánchez », décembre 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La (...)

70En tant qu’organisateur du mouvement révolutionnaire, José Martí se retrouva dans la ligne de mire du gouvernement espagnol, qui décida de l’assassiner. Des agents envoyés par Madrid tentèrent de l’empoisonner lors de son séjour à Tampa en novembre 1893. Sérieusement malade, le leader du PRV se retrouva diminué pendant de longues semaines. Dans un courrier à Serafín Sánchez, il lui relata sa mésaventure : « Ma maladie à Tampa n’était pas naturelle. J’ai beaucoup souffert. Je ne peux toujours pas tenir un stylo. Mon estomac ne supporte toujours aucun aliment un mois après104 ».

  • 105 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 8 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1 (...)
  • 106 José Martí, « A los Presidentes de los Clubs en el Cuerpo de Consejo de Key West », 9 janvier 1894, (...)

71En janvier 1894, José Martí informa Antonio Maceo que le général Gómez, face à la répression orchestrée par l’Espagne contre les figures révolutionnaires présentes à Cuba, était proche de fixer la date du soulèvement général105. Le 9 janvier 1894, Martí expédia un message à tous les clubs de Key West, les invitant à fournir toute l’aide nécessaire à l’insurrection. « Il est d’une urgence absolue et définitive de réaliser, sans perdre un instant, l’effort souscrit » au vu de la situation révolutionnaire du pays106.

  • 107 José Martí, « Los cubanos de Jamaica y los revolucionarios de Haití », 31 mars 1894, in José Martí, (...)

72Face à l’imminence de la guerre insurrectionnelle, l’Espagne, dans le but de répandre la peur, n’hésita pas à agiter le spectre de la « guerre des races » et d’une domination de la population noire dans la Cuba indépendante. Dans la revue Patria du 31 mars 1894, José Martí apporta sa réponse. Il dénonça « la minorité arrogante, qui comprend par liberté sa domination libre sur ses concitoyens qu’elle considère comme étant inférieurs », et qui s’opposait à l’avènement d’une République égalitaire. Cette élite « préfère s’humilier face au maître étranger et lui servir d’instrument plutôt que de reconnaître dans la vie politique, et confirmer avec la juste considération du traitement, l’égalité du droit de tous les hommes107 ».

73Le 17 avril 1894, Martí lança un appel à toutes les personnes de bonne volonté et les invita à soutenir le projet indépendantiste de Cuba afin de sauvegarder l’indépendance du continent latino-américain :

  • 108 José Martí, « El tercer año del Partido Revolucionario Cubano », 17 avril 1894, in José Martí, Obra (...)

Qui se lève aujourd’hui pour Cuba se lève pour tous les temps […] L’indépendance de Cuba et de Porto Rico n’est pas simplement le seul moyen d’assurer le bien-être de l’homme libre dans le travail juste aux habitants des deux îles, mais aussi l’évènement historique indispensable pour sauver l’indépendance menacée des Antilles libres, l’indépendance menacée de l’Amérique libre, et la dignité de la République nord-américaine108.

74La guerre d’indépendance de Cuba devait déboucher sur l’émancipation pleine et entière de l’île et mettre un frein à l’expansionnisme des Etats-Unis.

9. La Seconde guerre d’indépendance

  • 109 José Martí, « Al General Máximo Gómez », 25 juin 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975 (...)
  • 110 José Martí, « A Serafín Sánchez », 2 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, (...)
  • 111 José Martí, « A Gualterío García y otros », 5 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo (...)
  • 112 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 22 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3 (...)

75En juin 1894, José Martí et Máximo Gómez échafaudèrent le plan d’invasion de l’île. Trois expéditions auraient lieu simultanément depuis les Etats-Unis, la République dominicaine et le Costa Rica. Gómez et Maceo seraient à la tête des débarquements en provenance d’Amérique latine. « Je crois vraiment que notre heure est arrivée », écrivit Martí à Gómez109. Le 2 septembre 1894, Martí informa Serafín Sánchez de l’imminence de l’action : « Je prépare les bateaux et les armes […]. Cuba dispose de deux mois de préparation finale qui nous sont indispensables110 ». Le leader cubain rappela aux principaux responsables l’importance fondamentale de la discrétion : « La dissimulation est sans doute la seule condition nécessaire pour le succès […] de notre organisation expéditionnaire111 ». Dans un courrier du 22 septembre à Maceo, Martí lui demanda d’être absolument prêt pour mi-octobre car l’arrivée des différentes expéditions devait coïncider avec tous les soulèvements de l’intérieur112.

  • 113 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 3 novembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, (...)
  • 114 José Martí, José María Rodríguez & Enrique Collazo, « Plan de Alzamiento », 8 décembre 1894, in Jos (...)

76Pour divers motifs liés aux préparatifs à l’intérieur de l’île, l’insurrection fut finalement repoussée à une date ultérieure. Martí en informa Maceo dans un courrier du 3 novembre 1894. « Les révolutions, aussi individuelles qu’elles paraissent, sont l’œuvre de nombreuses volontés et il faut souvent incliner la sienne », écrivit-il à ce sujet113. Finalement, le 8 décembre 1894, José Martí signa le Plan de Fernandina – du nom d’un port de Floride – avec le colonel José María Rodríguez, représentant de Máximo Gómez, et le colonel Enrique Collazo, nommé par les indépendantistes de l’île, jetant les bases d’une insurrection courte et décisive. Le soulèvement était prévu pour la fin du mois de décembre. Les insurgés devaient toujours avoir comme norme l’indulgence et non la persécution vis-à-vis des Espagnols de l’île qui ne prendraient pas les armes, respecter toutes les propriétés et n’exiger aucune contribution financière de leur part. Il faudrait agir « contre les Cubains qui s’opposeraient en armes à la révolution, ou qui probablement contribueraient matériellement contre elle, en respectant toujours, dans ce dernier cas, leurs vies114 ».

  • 115 José Martí, « Al General Antonio Maceo », décembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 19 (...)
  • 116 José Martí, « A Juan Gualberto Gómez », 17 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 19 (...)
  • 117 José Martí, « A José Dolores Poyo », 7 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, (...)
  • 118 José Martí, « Al General Máximo Gómez », janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975 (...)

77Le projet était sur le point de se réaliser avec le débarquement de trois expéditions armées depuis la Floride, le Costa Rica et la République dominicaine à bord des bateaux Amadís, Baracoa et Lagonda115. Cependant, une dénonciation déclencha l’intervention des autorités étasuniennes – opposées à l’indépendance de Cuba –, fit échouer le plan et retarda le déclenchement de la Seconde Guerre d’indépendance. De nombreuses armes furent confisquées par Washington116. Dans un courrier au patriote José Dolores Poyo du 7 janvier 1895, Martí ne se laissa pas abattre par la trahison : « La lâcheté, ou plus, d’un homme inepte, nous a poignardés dès le départ dans notre grande œuvre. Nous renaîtrons. Nous sommes entourés et soutenus par un respect et une foi plus grands que jamais117 ». Dans une missive à Máximo Gómez, Martí fit preuve de résilience : « Nous avons sauvé le plus important : la discipline et le respect de l’île, étonnée par cet effort, et l’affection de l’émigration, indignée par cette patente vilénie118 »

  • 119 José Martí, « Orden de Alzamiento », 29 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, (...)
  • 120 José Martí, « A Tomás Estrada Palma », 30 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 197 (...)
  • 121 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 31 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, (...)
  • 122 José Martí, « A José C. Pons y Naranjo », 31 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, (...)

78Le 29 janvier 1895, José Martí, José María Rodríguez – représentant de Máximo Gómez – et Enrique Collazo signèrent depuis New York l’ordre de soulèvement général contre l’Espagne, lequel fut fixé au 24 février 1895119. Le 31 janvier, Martí quitta New York à bord du bateau Athos en direction de la République dominicaine, afin de rejoindre le général Máximo Gómez120. Il demanda à Antonio Maceo d’organiser sa propre expédition à partir du Costa Rica et lui fit parvenir les fonds nécessaires121. Martí était sûr de la victoire finale : « La liberté vient à notre rencontre, je la vois, je la palpe… Le sang versé en 1868 a fertilisé les cœurs et a fait surgir de nouveaux caractères122 ».

  • 123 José Martí, « A Eduardo H. Gato », janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La H (...)
  • 124 José Martí, « A Gonzalo de Quesada », février 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, L (...)

79Martí prêcha l’unité indispensable de tous les Cubains favorables à l’émancipation de l’île. Dans un courrier de février 1895 à son fils spirituel Gonzalo de Quesada123, il le conjura de lutter de toutes ses forces contre les divisions qui pourraient miner le processus révolutionnaire. « Que personne n’ose croire que demain puisse survenir, à l’heure de l’effort commun, la moindre méfiance, la moindre censure, la moindre distance, la moindre réminiscence d’amertume, la moindre arrogance fratricide de la part des Cubains favorables à la Révolution vis-à-vis des autres Cubains », écrivit-il124.

  • 125 José Martí, « A Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 26 février 1895, in José Martí, Obras Compl (...)

80Le 26 février 1895, Martí écrivit une nouvelle fois à Gonzalo de Quesada à propos de la situation de l’île. « Cuba est en flammes », lui notifia-t-il. Le but de la guerre était que « les Espagnols et les Cubains puissent profiter d’une terre ordonnée en paix ». Il rejeta tout sectarisme : « La révolution, généreuse et sereine, ne traitera jamais comme ennemi, dans le Cubain d’aujourd’hui, l’autonomiste d’hier ». Selon lui, riches et pauvres luttaient ensemble sous le même drapeau de l’indépendance et avaient mis de côté leurs différends au nom de l’intérêt supérieur d’une patrie de fraternité et de justice125.

  • 126 José Martí & Máximo Gómez, « Manifiesto de Montecristi », 25 mars 1895, in José Martí, Obras Comple (...)

81Le 25 mars 1895, en République dominicaine, José Martí et Máximo Gómez rédigèrent le Manifeste de Montecristi, programme d’action politico-militaire dans lequel ils revendiquaient les objectifs d’indépendance nationale. « Tous les éléments qui se consacrent à l’assainissement et à l’émancipation du pays, pour le bien de l’Amérique et du monde », s’étaient réunis sous un même drapeau. Ceux qui agitaient le spectre de la guerre raciale pour s’opposer au soulèvement étaient les mêmes qui avaient toujours soutenu l’esclavage du peuple noir : « Seuls ceux qui haïssent les Noirs voient de la haine chez le Noir ». La guerre, loin d’être un acte de revanche, était « la démonstration solennelle de la volonté d’un pays » à conquérir sa liberté et n’avait « d’autre d’issue que la victoire ou le tombeau ». La guerre était « le produit bien mesuré de la résolution d’hommes inébranlables qui, s’appuyant sur l’expérience, ont pris la décision d’affronter une fois encore tous les dangers qu’ils connaissent, et du rassemblement cordial des Cubains des origines les plus diverses, persuadés que l’on acquiert bien mieux dans la conquête de la liberté que dans l’abjecte prostration les vertus nécessaires à son maintien ». La guerre ne se faisait pas contre l’Espagnol et elle était dépourvue de haine à son égard. La Révolution exprimait « sa volonté absolue de respecter et de faire respecter l’Espagnol neutre et honnête » et ne serait « inflexible qu’avec le vice, le crime et l’inhumanité ». Il n’y avait aucun ressentiment de la part des patriotes envers leurs cousins de la péninsule ibérique : « Le Cubain salue dans la mort l’Espagnol que le service forcé a arraché cruellement à son foyer et à sa terre pour aller, en perçant des poitrines humaines, assassiner la liberté que lui-même désire126 ».

  • 127 José Martí, « A Fernando Henríquez y Carvajal », 25 mars 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo (...)

82Dans une lettre, écrite le même jour, à son ami dominicain Federico Henríquez y Carvajal, Martí expliqua les raisons pour lesquelles il avait le devoir moral de combattre auprès des révolutionnaires. Il n’était pas possible de prêcher auprès de son peuple la nécessité de mourir pour la liberté si l’on n’était pas soi-même disposé à risquer sa propre vie. « Pour moi, l’heure est venue », écrivit-il. Il rappelait enfin que la libération de Cuba était vitale pour le continent : « Les Antilles libres sauveront l’indépendance de notre Amérique […]. Si je tombe, ce sera également pour l’indépendance de votre patrie127 ».

83Martí rédigea également une lettre d’adieu à sa mère et lui rappela, face au chagrin de celle-ci qui voyait son fils prêt au sacrifice ultime, que « le devoir d’un homme est d’être là où il est le plus utile ». Sollicitant sa bénédiction, il lui transmit ce dernier message : « Jamais ne sortira de mon cœur une œuvre sans piété ni pureté128 ».

  • 129 José Martí, « Carta a Gonzalo de Quesada, 1er avril 1895, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, (...)
  • 130 José Martí, « Carta a Enrique Collazo », 12 janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1 (...)
  • 131 José Martí, « Carta a Fernando Figueredo », 15 janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1 (...)

84Dans un courrier du 1er avril 1895 à Gonzalo de Quesada, Martí justifia sa participation au combat, lui l’homme de pensée : « Vous savez bien que servir est la meilleure façon de parler129 ». Dans une autre missive à Enrique Collazo, Martí réitéra sa disposition au sacrifice ultime : « Je crois que j’ai donné à ma terre, depuis que j’ai connu la douceur de son amour, tout ce qu’un homme peut donner […]. Je crois que je ne manque pas du courage nécessaire pour mourir en sa défense130 ». Dans un autre échange avec son ami patriote Fernando Figueredo, Martí rappela les sacrifices effectués : « J’ai tout donné à ma patrie, y compris la paix de ma maison », en référence à la séparation forcée avec son épouse et son fils rentrés définitivement à Cuba au début des années 1880131.

  • 132 José Martí, « Carta a Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 15 avril 1895, in José Martí, Obras C (...)
  • 133 José Martí, « A Tomás Estrada Palma », 15 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, (...)

85Le 11 avril 1895, José Martí débarqua à La Playita, près de Cajobabo, dans la partie orientale de l’île, en compagnie de Máximo Gómez et ils furent reçus par des membres de la guérilla locale132. Quelques jours plus tard, le 15 avril, les principaux chefs indépendantistes, sur proposition de Máximo Gómez, décidèrent de nommer Martí Major Général de l’armée de Libération. « Quel privilège de vivre parmi des hommes à l’heure de leur grandeur », écrivit-il133.

  • 134 José Martí, « A Bartolomé Masó », 25 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La H (...)
  • 135 José Martí, « Carta a Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 26 avril 1895, in José Martí, Obras C (...)

86Martí était conscient de la situation politique et économique de l’Espagne et du rapport de force entre royalistes et indépendantistes. Dans un courrier au patriote Bartolomé Masó du 25 avril 1895, il nota que l’ennemi « ne dispos[ait] pas des éléments suffisants ni dans l’île ni à l’extérieur pour soutenir ses longues et coûteuses campagnes, et encore moins pour obtenir la victoire134 ». Par ailleurs, le soutien de la population aux révolutionnaires était unanime : « Les vétérans avouent qu’ils n’ont jamais reçu de la part du pays une aide similaire135 ».

87Le 26 avril 1895, Máximo Gómez et José Martí transmirent une circulaire à tous les chefs indépendantistes pour leur rappeler les principes qui cimentaient le soulèvement armé. Les patriotes devaient s’opposer à « la dévastation non nécessaire et à la violence inutile ». Les armes ne seraient déposées par les insurgés qu’avec « la reconnaissance de l’indépendance du pays ». La circulaire ratifia l’aspiration des Cubains à la dignité :

  • 136 José Martí & Máximo Gómez, « Circular a los Jefes », 26 avril 1895, in José Martí, Obras Completas,(...)

Un peuple américain comme Cuba, avec un caractère et des éléments de vie qui lui sont propres, capable de se gouverner par la culture et le travail de ses enfants et uni après l’esclavage dans le sacrifice de la guerre ne peut pas continuer à vivre dans la servitude d’un peuple lointain comme l’espagnol […]. La guerre pour l’indépendance d’un peuple et pour la dignité des hommes humiliés est une guerre sacrée, et la création d’un peuple libre que l’on conquiert avec elle est un service universel 136.

  • 137 José Martí & Máximo Gómez, « Circular: Política de guerra a los Jefes », 28 avril 1895, in José Mar (...)

88Deux jours plus tard, le 28 avril, Gómez et Martí rappelèrent la politique de guerre qui devait animer les patriotes. « La guerre doit être sincèrement généreuse, libre de tout acte de violence inutile contre les personnes et les propriétés, et de toute démonstration ou indication de haine envers l’Espagnol ». Les personnes originaires de la péninsule ibérique et installées à Cuba devaient sentir « la confiance qu’elles pourront vivre tranquillement à Cuba après la paix ». Enfin, les prisonniers de guerre devraient être libérés « en vie et reconnaissants137 ».

89Le 18 mai 1895, la veille de son sacrifice au combat, José Martí rédigea sa dernière lettre à son ami mexicain Manuel Mercado. Il lui exprima ses profondes craintes : « L’Espagne préfèrerait s’entendre avec les Etats-Unis plutôt que de rendre l’île aux Cubains ». Il fallait absolument éviter « l’annexion de Cuba aux Etats-Unis ». Il dénonça la volonté de domination de Washington :

  • 138 José Martí, « Carta a Manuel Mercado », 18 mai 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, (...)

Maintenant je risque tous les jours de donner ma vie pour mon pays et pour mon devoir […] qui est d’empêcher avant qu’il ne soit trop tard, au moyen de l’indépendance de Cuba, que les États-Unis ne se répandent par les Antilles avant de s’abattre, avec cette force supplémentaire, sur nos patries d’Amériques […]. Ces obligations mineures et officielles qui sont propres aux peuples […] intéressés de la manière la plus vitale à empêcher qu’à Cuba, à l’occasion de son annexion par les impérialistes du Nord et à cause des Espagnols, ne soit ouvert le chemin – qui doit être obstrué et qu’avec notre sang nous allons obstruant – de l’annexion des peuples de notre Amérique au Nord agité et brutal qui les méprise138.

  • 139 Delfín Xiqués Cutiño, « Cuatro versiones sobre la muerte de José Martí », Granma, 17 mai 2019. http (...)

90Le 19 mai 1895, José Martí tomba au champ d’honneur à l’âge de 42 ans lors d’un affrontement contre les troupes espagnoles à Dos Ríos, près de Palma Soriano, alors qu’il se trouvait en compagnie de Máximo Gómez et Bartolomé Masó. Refusant de rester à l’arrière-garde, Martí se sépara de sa troupe avec son aide de camp Angel de la Guardia et chargea l’armée espagnole. Il fut alors atteint de trois balles qui provoquèrent des blessures mortelles. Le capitaine espagnol Antonio Serra Orts qui commandait les troupes exprima sa stupeur en découvrant l’identité du leader cubain : « Mon Dieu ! Pourquoi Martí se battait-il à l’avant-garde ? Comment est-ce possible qu’un futur Président de la République cubaine se batte comme un guérillero ? » Le 27 mai 1895, José Martí fut enterré dans le cimetière Santa Ifigenia de Santiago de Cuba139..

Conclusion

91 En 1898, après trois années de guerre, les patriotes cubains étaient sur le point de remporter la victoire finale contre l’Espagne et de conquérir enfin leur indépendance après près de trente ans de lutte. Au moment même où le triomphe ultime apparaissait à l’horizon, les Etats-Unis décidèrent d’intervenir militairement à Cuba pour empêcher l’île d’accéder à sa légitime émancipation. Le Traité de paix de Paris serait signé en 1898 entre Madrid et Washington, sans la présence des Cubains qui avaient pourtant versé leur sang pour conquérir leur liberté. Après trois années d’occupation militaire, Washington imposa à Cuba l’intégration de l’amendement Platt au sein de la nouvelle Constitution, lequel verrouillait toute possibilité d’indépendance véritable. Celui-ci autorisait en effet le puissant voisin à intervenir militairement à tout moment dans l’île pour protéger ses intérêts et exigeait des nouvelles autorités cubaines d’obtenir son accord avant de signer tout accord – quel qu’il soit – avec une puissance étrangère. Les craintes de José Martí s’avérèrent justes et Cuba passa du statut de colonie espagnole à celui de protectorat étasunien.

92Cent ans après la naissance de José Martí, le 26 juillet 1953, Fidel Castro prendrait la tête d’un mouvement insurrectionnel de la jeunesse cubaine, appelée « la génération du centenaire ». Celle-ci se revendiquerait des idéaux de l’Apôtre cubain, « l’auteur intellectuel » de l’attaque de la caserne Moncada contre la dictature de Fulgencio Batista. Le 1er janvier 1959 triompherait la Révolution cubaine et se réaliserait enfin le rêve martinien d’une Cuba libre et souveraine. La Constitution cubaine s’appuierait sur « les idéaux de José Martí140 » et le Parti communiste cubain se présenterait comme « un successeur fidèle du Parti révolutionnaire cubaine fondé par José Martí141 ».

  • 142 José Martí, « Versos Sencillos », 1891, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, (...)
  • 143 Gonzalo de Quesada, Así fue Martí, La Havane, Editorial Gente Nueva, 1977, p. 93.

93Homme d’idées et d’action, José Martí est avant tout le symbole de l’indépendance et de la souveraineté de Cuba et l’architecte de la nationalité cubaine, la cubanía. Porteur d’idées universelles d’émancipation, il jeta les bases de l’unité nationale, non seulement contre le colonialisme espagnol mais surtout contre l’expansionnisme des Etats-Unis, tout en préconisant une grande union panaméricaine qui réaliserait le rêve de Bolívar de la « Grande Patrie ». A la fois visionnaire et homme de son temps, précurseur de l’anti-impérialisme, convaincu que « la Patrie, c’est l’humanité », il lia son destin avec le sort des humbles, « avec les pauvres de la terre » comme il le clama dans Vers simples142, et fut fidèle à l’adage selon lequel « le seul autographe digne d’un homme est celui qu’il écrit avec ses actes143 ».

Haut de page

Bibliographie

CENTRO DE ESTUDIOS MARTIANOS, « Biografía ». http://www.josemarti.cu/biografia/ (site consulté le 31 août 2019).

MARINELLO, Juan, Obras Martianas, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1987.

MARTÍ José, « Fermín Valdés Domínguez », Patria, 3 février 1894, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/fermin-valdes-dominguez/ (site consulté le 31 août 2019).

MARTÍ José, « El plato de lentejas », 5 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta al Sr. Enrique Trujillo, 1891, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/rafael-maria-de-mendive/ (site consulté le 31 août 2019).

MARTÍ José, « ¡10 de octubre! », Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/wp-content/uploads/2014/06/025_%C2%A110_DE_OCTUBRE.pdf (site consulté le 11 septembre 2019).

MARTÍ José, « El Diablo Cojuelo », 19 janvier 1869 in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1.

MARTÍ José, « Abdala », La Patria Libre, 23 janvier 1869 in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1.

MARTÍ José, « El Presidio político en Cuba », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1.

MARTÍ José, « A Rafael María de Mendive », 15 janvier 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1.

MARTÍ José, « Carta a Manuel Mercado », 12 septembre 1892, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/el-album-de-clemencia-gomez/ (site consulté le 11 septembre 2019).

MARTÍ José, « Guatemala », 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, Cartas desde Nueva York, México, Siglo XXI, 1980.

MARTÍ José, « El día 27 de noviembre de 1871 », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1.

MARTÍ José, « La República Española ante la Revolución Cubana », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1.

MARTÍ José, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1.

MARTÍ José, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1985, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 2.

MARTÍ José, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2000, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 3.

MARTÍ José, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 4.

MARTÍ José, « Sociedad Alarcón », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 4.

MARTÍ José, « A Manuel A. Mercado », 1er janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « A Manuel A. Mercado », 22 janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « Ismaelillo », 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2007, tomo 14.

MARTÍ José, « A Nicolás Domínguez Cowan », 1er janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « A Manuel A. Mercado », 19 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « A Joaquín Macal », 11 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « Los Códigos Nuevos », 22 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « Patria y Libertad », 11 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « Guatemala », 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « A Manuel Mercado », 6 juillet 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5.

MARTÍ José, « Fragmentos del discurso pronunciado en la inauguración del Liceo de Regla », 1er février 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « Brindis en el banquete celebrado en honor a Adolfo Márquez Sterling, en los salones altos de El Louvre », 21 avril 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « Apuntes para un discurso », 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « A Leandro J. de Viniegra », 11 octobre 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « A Miguel F. Viondi », 13 octobre 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « A Miguel F. Viondi », 8 janvier 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « Asuntos cubanos. Lectura en Steck Hall, New York », 24 janvier 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « El Comité Revolucionario de Nueva York », 28 avril 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « Circular », 28 avril 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 20 juillet 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « A Ramón Emeterio Betances », mai 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « A Emilio Núñez », 13 octobre 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6.

MARTÍ José, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 22 mars 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8.

MARTÍ José, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 27 juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8.

MARTÍ José, « Revista Venezolana », 1er juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8.

MARTÍ José, « Cecilio Acosta », 15 juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8.

MARTÍ José, « Cartas de Nueva York », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2004, tomo 9.

MARTÍ José, « Cartas de Nueva York », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2005, tomo 10.

MARTÍ José, « Cartas de Nueva York », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2006, tomo 11.

MARTÍ José, « Sección constante », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2006, tomo 12.

MARTÍ José, « Sección constante », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 13.

MARTÍ José, « Carta de Nueva York expresamente escrita para La Opinión Nacional », 4 février 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2004, tomo 9.

MARTÍ José, « Carta de Nueva York », 4 février 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « Carta de Nueva York », 29 mars 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « A Bartolomé Vitre Vedia », 19 décembre 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « A Amalia Martí Pérez », 28 février 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « Cartas de Martí, Estados Unidos de América », 1er septembre 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « La revolución del trabajo », 25 mars 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23.

MARTÍ José, « Las huelgas en Estados Unidos », 25 mars 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23.

MARTÍ José, « Las grandes huelgas en los Estados Unidos », 27 avril 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23.

MARTÍ José, « Grandes motines de obreros », 16 mai 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23.

MARTÍ José, « Correspondencia particular para El Partido Liberal », 2 février 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2013, tomo 25.

MARTÍ José, « Cartas de Martí », 17 août 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2015, tomo 26.

MARTÍ José, « A Manuel Mercado », entre le 9 février et août 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « Al General Máximo Gómez », 20 juillet 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « Cartas de Martí », 15 janvier 1885, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 22.

MARTÍ José, « A Manuel Mercado », 13 novembre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « A Carlos Farini », 10 octobre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « Al General Máximo Gómez », 20 octobre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17.

MARTÍ José, « Reforma esencial en el programa de las universidades americanas. Estudio de las lenguas vivas. Gradual desentendimiento del estudio de las lenguas muertas », janvier 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 19.

MARTÍ José, « Maestros ambulantes, espíritu de la instrucción que proponemos, manera en que puede realizarse, urge establecer la enseñanza elemental científica », mai 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 19.

MARTÍ José, « A Manuel Mercado », 22 avril 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23.

MARTÍ José, « Cartas de Martí », 10 octobre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2017, tomo 27.

MARTÍ José, « A Juan Fernández Ruz », 20 octobre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2017, tomo 27.

MARTÍ José, « Al General Máximo Gómez», 16 décembre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2017, tomo 27.

MARTÍ José, « ¿Queremos a Cuba », The Manufacturer, 16 mars 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Vindicación de Cuba », 25 mars 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Gonzalo de Quesada », 29 octobre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « A Gonzalo de Quesada », 14 décembre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « Carta a Serafín Bello », 16 novembre 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Discurso pronunciado ante la Sociedad Literaria Hispanoaméricana (‘Madre América’) », 19 décembre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « Tres héroes », juillet 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « Carta a Emilio Núñez », 15 mai 1890, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta a Juan Bonilla », 8 août 1890 1890, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Nuestra América », 30 janvier 1891, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « Las conferencias internacional y monetaria », 28 septembre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « Al Ministro de la Argentina », 17 octobre 1891, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta a Manuel Mercado », 18 mai 1895, in Granma, 18 mai 2010. http://www.granma.cu/granmad/2010/05/18/nacional/artic01.html (site consulté le 31 août 2019)

MARTÍ José, « Discurso en el Liceo Cubano de Tampa », 26 novembre 1891, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/wp-content/uploads/2014/06/DI06.pdf (site consulté le 31 août 2019).

MARTÍ José, « Bases del Partido Revolucionario Cubano », janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Discurso en Cayo Hueso”, 25 décembre 1891, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/wp-content/uploads/2014/06/DI06.pdf (site consulté le 1er septembre 2019).

MARTÍ José, « Nuestras ideas », 14 mars 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « La política », 19 mars 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « La política », 3 avril 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A los Presidentes de los Clubs del Partido Revolucionario Cubano », 13 mai 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A José Dolores Poyo », août 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Serafín Sánchez », 18 août 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Máximo Gómez », 26 août 1893, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « A Máximo Gómez », 13 septembre 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Nicolás Domínguez Cowan », 25 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Máximo Gómez », 6 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « El Partido Revolucionario a Cuba », 27 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 25 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Serafín Sánchez », 25 juillet 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Máximo Gómez », 29 août 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « La crisis y el Partido Revolucionario Cubano », 19 août 1893, in José Martí, Obras Completas, -tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Máximo Gómez », 23 novembre 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Serafín Sánchez », décembre 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 8 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A los Presidentes de los Clubs en el Cuerpo de Consejo de Key West », 9 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Los cubanos de Jamaica y los revolucionarios de Haití », 31 mars 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « El tercer año del Partido Revolucionario Cubano », 17 avril 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Máximo Gómez », 25 juin 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Serafín Sánchez », 2 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Gualterío García y otros », 5 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 22 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 3 novembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, José María Rodríguez & Enrique Collazo, « Plan de Alzamiento », 8 décembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », décembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 25 décembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Juan Gualberto Gómez », 17 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 19 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A José Dolores Poyo », 7 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Máximo Gómez », janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Orden de Alzamiento », 29 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Tomás Estrada Palma », 30 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Al General Antonio Maceo », 31 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A José C. Pons y Naranjo », 31 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Eduardo H. Gato », janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Gonzalo de Quesada », février 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 26 février 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, & Máximo Gómez, « Manifiesto de Montecristi », 25 mars 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Fernando Henríquez y Carvajal », 25 mars 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta a su madre », 25 mars 1895, Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/montecristi-25-marzo-1895/ (site consulté le 30 août 2019).

MARTÍ José, « Carta a Gonzalo de Quesada, 1er avril 1895, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005.

MARTÍ José, « Carta a Enrique Collazo », 12 janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta a Fernando Figueredo », 15 janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta a Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 15 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Tomás Estrada Palma », 15 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « A Bartolomé Masó », 25 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta a Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 26 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, & Máximo Gómez, « Circular a los Jefes », 26 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, & Máximo Gómez, « Circular: Política de guerra a los Jefes », 28 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Carta a Manuel Mercado », 18 mai 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La -Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991.

MARTÍ José, « Versos Sencillos », 1891, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2007, tomo 14.

PARTIDO COMUNISTA DE CUBA, « Estatutos del PCC ». http://congresopcc.cip.cu/wp-content/uploads/2011/01/estatutos.pdf (site consulté le 31 août 2019).

QUESADA, Gonzalo de, Así fue Martí, La Havane, Editorial Gente Nueva, 1977.

REPÚBLICA DE CUBA, « Constitución de la República de Cuba ». http://www.cuba.cu/gobierno/cuba.htm (site consulté le 31 août 2019).

XIQUÉS CUTIÑO, Delfín, « Cuatro versiones sobre la muerte de José Martí », Granma, 17 mai 2019. http://www.granma.cu/hoy-en-la-historia/2019-05-17/cuatro-versiones-sobre-la-muerte-de-jose-marti-17-05-2019-15-05-58 (site consulté le 13 septembre 2019).

Haut de page

Notes

1 José Martí, « Fermín Valdés Domínguez », Patria, 3 février 1894, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/fermin-valdes-dominguez/ (site consulté le 31 août 2019).

2 José Martí, « El plato de lentejas », 5 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 26-27.

3 José Martí, « Carta al Sr. Enrique Trujillo, 1891, in in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/rafael-maria-de-mendive/ (site consulté le 31 août 2019).

4 José Martí, « ¡10 de octubre! », Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/wp-content/uploads/2014/06/025_%C2%A110_DE_OCTUBRE.pdf (site consulté le 11 septembre 2019).

5 José Martí, « El plato de lentejas », 5 janvier 1894, op. cit.

6 José Martí, « El Diablo Cojuelo », 19 janvier 1869 in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 19-20.

7 José Martí, « Abdala », La Patria Libre, 23 janvier 1869 in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 33.

8 José Martí, « El Presidio político en Cuba », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 63.

9 José Martí, « A Rafael María de Mendive », 15 janvier 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 49.

10 José Martí, « Carta a Manuel Mercado », 12 septembre 1892, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/el-album-de-clemencia-gomez/ (site consulté le 11 septembre 2019).

11 José Martí, « Guatemala », 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 284.

12 José Martí, Cartas desde Nueva York, México, Siglo XXI, 1980, p. 213.

13 José Martí, « Castillo », La Soberanía Nacional, 24 mars 1871, op. cit., p. 50-51.

14 José Martí, « El Presidio político en Cuba », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 66.

15 Ibid., p. 69, 71.

16 José Martí, « El día 27 de noviembre de 1871 », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 98.

17 José Martí, « La República Española ante la Revolución Cubana », 1871, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 101-110.

18 Centro de Estudios Martianos, « Biografía ». http://www.josemarti.cu/biografia/ (site consulté le 31 août 2019).

19 José Martí, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1983, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 1, p. 245-283 ; José Martí, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1985, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 2, p. 11-283 ; José Martí, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2000, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 3, p. 11-242 ; José Martí, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 4, p. 11-387.

20 José Martí, « 1875-1876 México », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 1985, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 2, p. 284-287.

21 José Martí, « Sociedad Alarcón », in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 4, p. 231-232, 234-235.

22 José Martí, « A Manuel A. Mercado », 1er janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 13-16.

23 José Martí, « A Manuel A. Mercado », 22 janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 13-16.

24 José Martí, « Ismaelillo », 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2007, tomo 14, p. 17-197.

25 José Martí, « A Nicolás Domínguez Cowan », 1er janvier 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 17-18.

26 José Martí, « A Manuel A. Mercado », 19 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 85-86.

27 José Martí, « A Joaquín Macal », 11 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 83 ; José Martí, « Los Códigos Nuevos », 22 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 89-93.

28 José Martí, « Patria y Libertad », 11 avril 1877, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 109-135.

29 José Martí, « Guatemala », 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 235-287.

30 José Martí, « A Manuel Mercado », 6 juillet 1878, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2001, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 5, p. 311.

31 José Martí, « Fragmentos del discurso pronunciado en la inauguración del Liceo de Regla », 1er février 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 15-16.

32 José Martí, « Brindis en el banquete celebrado en honor a Adolfo Márquez Sterling, en los salones altos de El Louvre », 21 avril 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 59.

33 José Martí, « Apuntes para un discurso », 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 94.

34 José Martí, « A Leandro J. de Viniegra », 11 octobre 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 116.

35 José Martí, « A Miguel F. Viondi », 13 octobre 1879, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 117-118.

36 José Martí, « A Miguel F. Viondi », 8 janvier 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 188.

37 José Martí, « Asuntos cubanos. Lectura en Steck Hall, New York », 24 janvier 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 133-165.

38 José Martí, « El Comité Revolucionario de Nueva York », 28 avril 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 171-183.

39 José Martí, « Circular », 28 avril 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 169.

40 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 20 juillet 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 323.

41 José Martí, « A Ramón Emeterio Betances », mai 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 216.

42 José Martí, « A Emilio Núñez », 13 octobre 1880, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, 2002, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 6, p. 222-225.

43 José Martí, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 22 mars 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8, p. 50.

44 José Martí, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 27 juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8, p. 110.

45 José Martí, « Revista Venezolana », 1er juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8, p. 53-58, 85-92.

46 José Martí, « Cecilio Acosta », 15 juillet 1881, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2003, tomo 8, p. 93-108.

47 José Martí, « A Fausto Teodoro de Aldrey », 27 juillet 1881, op. cit.

48 José Martí, « Cartas de Nueva York », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2004, tomo 9, p. 15-352 ; José Martí, « Cartas de Nueva York », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2005, tomo 10, p. 13-208 ; José Martí, « Cartas de Nueva York », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2006, tomo 11, p. 13-220 ; José Martí, « Sección constante », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2006, tomo 12, p. 11-271 ; José Martí, « Sección constante », 1881-1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2009, tomo 13, p. 13-197.

49 José Martí, « Carta de Nueva York expresamente escrita para La Opinión Nacional », 4 février 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2004, tomo 9, p. 253.

50 José Martí, « Carta de Nueva York », 4 février 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 17-19.

51 José Martí, « Carta de Nueva York », 29 mars 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 64-65.

52 José Martí, « A Bartolomé Vitre Vedia », 19 décembre 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 354.

53 José Martí, « A Amalia Martí Pérez », 28 février 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 364.

54 José Martí, « Cartas de Martí, Estados Unidos de América », 1er septembre 1883, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 136.

55 José Martí, « La revolución del trabajo », 25 mars 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23, p. 93-99. Voir également José Martí, « Las huelgas en Estados Unidos », 25 mars 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23, p. 100-113 ; José Martí, « Las grandes huelgas en los Estados Unidos », 27 avril 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23, p. 114-127 ; José Martí, « Grandes motines de obreros », 16 mai 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23, p. 156-168.

56 Ibid., p. 97.

57 José Martí, « Correspondencia particular para El Partido Liberal », 2 février 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2013, tomo 25, p. 139-140.

58 José Martí, « Cartas de Martí », 17 août 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2015, tomo 26, p. 126.

59 José Martí, « A Manuel Mercado », entre le 9 février et août 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 376.

60 José Martí, « Al General Máximo Gómez », 20 juillet 1882, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 328.

61 José Martí, « Cartas de Martí », 15 janvier 1885, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 22, p. 24.

62 José Martí, « A Manuel Mercado », 13 novembre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 394.

63 José Martí, « A Carlos Farini », 10 octobre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 383.

64 José Martí, « Al General Máximo Gómez », 20 octobre 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2010, tomo 17, p. 384-387.

65 José Martí, « Reforma esencial en el programa de las universidades americanas. Estudio de las lenguas vivas. Gradual desentendimiento del estudio de las lenguas muertas », janvier 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 19, p. 39.

66 José Martí, « Maestros ambulantes, espíritu de la instrucción que proponemos, manera en que puede realizarse, urge establecer la enseñanza elemental científica », mai 1884, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 19, p. 185-186.

67 José Martí, « A Manuel Mercado », 22 avril 1886, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2011, tomo 23, p. 193-200.

68 José Martí, « Cartas de Martí », 10 octobre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2017, tomo 27, p. 25.

69 José Martí, « A Juan Fernández Ruz », 20 octobre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2017, tomo 27, p.170 .

70 José Martí, « Al General Máximo Gómez», 16 décembre 1887, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2017, tomo 27, p. 217-225.

71 José Martí, « ¿Queremos a Cuba », The Manufacturer, 16 mars 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 232-234.

72 José Martí, « Vindicación de Cuba », 25 mars 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 236-241.

73 José Martí, « A Gonzalo de Quesada », 29 octobre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 136.

74 José Martí, « A Gonzalo de Quesada », 14 décembre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 140.

75 José Martí, « Carta a Serafín Bello », 16 novembre 1889, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 255.

76 José Martí, « Discurso pronunciado ante la Sociedad Literaria Hispanoaméricana (‘Madre América’) », 19 décembre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 22-30.

77 José Martí, « Tres héroes », juillet 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 257.

78 José Martí, « Carta a Emilio Núñez », 15 mai 1890, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 259-260.

79 José Martí, « Carta a Juan Bonilla », 8 août 1890 1890, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 261.

80 José Martí, « Nuestra América », 30 janvier 1891, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 31-39.

81 José Martí, « Las conferencias internacional y monetaria », 28 septembre 1889, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 41-132.

82 José Martí, « Al Ministro de la Argentina », 17 octobre 1891, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 265-266.

83 José Martí, « Carta a Manuel Mercado », 18 mai 1895, in Granma, 18 mai 2010. http://www.granma.cu/granmad/2010/05/18/nacional/artic01.html (site consulté le 31 août 2019)

84 Juan Marinello, Obras Martianas, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1987, p. 154.

85 José Martí, « Discurso en el Liceo Cubano de Tampa », 26 novembre 1891, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/wp-content/uploads/2014/06/DI06.pdf (site consulté le 31 août 2019).

86 José Martí, « Bases del Partido Revolucionario Cubano », janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 279-280.

87 José Martí, « Discurso en Cayo Hueso”, 25 décembre 1891, in Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/wp-content/uploads/2014/06/DI06.pdf (site consulté le 1er septembre 2019).

88 José Martí, « Nuestras ideas », 14 mars 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 315-322.

89 José Martí, « La política », 19 mars 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 335-337.

90 José Martí, « La política », 3 avril 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 365.

91 José Martí, « A los Presidentes de los Clubs del Partido Revolucionario Cubano », 13 mai 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 447.

92 José Martí, « A José Dolores Poyo », août 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 81.

93 José Martí, « A Serafín Sánchez », 18 août 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 121.

94 José Martí, « Máximo Gómez », 26 août 1893, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 246-247.

95 José Martí, « A Máximo Gómez », 13 septembre 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 160-164.

96 José Martí, « A Nicolás Domínguez Cowan », 25 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 326-327.

97 José Martí, « A Máximo Gómez », 6 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 321-323.

98 José Martí, « El Partido Revolucionario a Cuba », 27 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 342.

99 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 25 mai 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 328-329.

100 José Martí, « A Serafín Sánchez », 25 juillet 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 356-358.

101 José Martí, « A Máximo Gómez », 29 août 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 386.

102 José Martí, « La crisis y el Partido Revolucionario Cubano », 19 août 1893, in José Martí, Obras Completas, -tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 367-368.

103 José Martí, « A Máximo Gómez », 23 novembre 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 443-446.

104 José Martí, « A Serafín Sánchez », décembre 1893, in José Martí, Obras Completas, tomo 2, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 467.

105 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 8 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 35-37.

106 José Martí, « A los Presidentes de los Clubs en el Cuerpo de Consejo de Key West », 9 janvier 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 37-38.

107 José Martí, « Los cubanos de Jamaica y los revolucionarios de Haití », 31 mars 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 104.

108 José Martí, « El tercer año del Partido Revolucionario Cubano », 17 avril 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 143.

109 José Martí, « Al General Máximo Gómez », 25 juin 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 217-221.

110 José Martí, « A Serafín Sánchez », 2 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 243-244.

111 José Martí, « A Gualterío García y otros », 5 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 244.

112 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 22 septembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 269.

113 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 3 novembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 331.

114 José Martí, José María Rodríguez & Enrique Collazo, « Plan de Alzamiento », 8 décembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 419-421.

115 José Martí, « Al General Antonio Maceo », décembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 442-444 ; José Martí, « Al General Antonio Maceo », 25 décembre 1894, in José Martí, Obras Completas, tomo 3, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 445-447.

116 José Martí, « A Juan Gualberto Gómez », 17 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 18-21 ; José Martí, « Al General Antonio Maceo », 19 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 22-25.

117 José Martí, « A José Dolores Poyo », 7 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 15.

118 José Martí, « Al General Máximo Gómez », janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 18.

119 José Martí, « Orden de Alzamiento », 29 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 41-42.

120 José Martí, « A Tomás Estrada Palma », 30 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 49.

121 José Martí, « Al General Antonio Maceo », 31 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 52.

122 José Martí, « A José C. Pons y Naranjo », 31 janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 53.

123 José Martí, « A Eduardo H. Gato », janvier 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 51.

124 José Martí, « A Gonzalo de Quesada », février 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 59.

125 José Martí, « A Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 26 février 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 71-75.

126 José Martí & Máximo Gómez, « Manifiesto de Montecristi », 25 mars 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 93-101.

127 José Martí, « A Fernando Henríquez y Carvajal », 25 mars 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 110-112.

128 José Martí, « Carta a su madre », 25 mars 1895, Centro de Estudios Martianos. http://www.josemarti.cu/publicacion/montecristi-25-marzo-1895/ (site consulté le 30 août 2019).

129 José Martí, « Carta a Gonzalo de Quesada, 1er avril 1895, in José Martí, Nuestra América 15, 1977, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2005, p. 5.

130 José Martí, « Carta a Enrique Collazo », 12 janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 293.

131 José Martí, « Carta a Fernando Figueredo », 15 janvier 1892, in José Martí, Obras Completas, tomo 1, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 294.

132 José Martí, « Carta a Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 15 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 124-130.

133 José Martí, « A Tomás Estrada Palma », 15 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 131.

134 José Martí, « A Bartolomé Masó », 25 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 132.

135 José Martí, « Carta a Gonzalo de Quesada y Benjamín Guerra », 26 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 134.

136 José Martí & Máximo Gómez, « Circular a los Jefes », 26 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 135-137.

137 José Martí & Máximo Gómez, « Circular: Política de guerra a los Jefes », 28 avril 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 140-141.

138 José Martí, « Carta a Manuel Mercado », 18 mai 1895, in José Martí, Obras Completas, tomo 4, 1975, La -Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1991, p. 167-170.

139 Delfín Xiqués Cutiño, « Cuatro versiones sobre la muerte de José Martí », Granma, 17 mai 2019. http://www.granma.cu/hoy-en-la-historia/2019-05-17/cuatro-versiones-sobre-la-muerte-de-jose-marti-17-05-2019-15-05-58 (site consulté le 13 septembre 2019).

140 República de Cuba, « Constitución de la República de Cuba ». http://www.cuba.cu/gobierno/cuba.htm (site consulté le 31 août 2019).

141 Partido Comunista de Cuba, « Estatutos del PCC ». http://congresopcc.cip.cu/wp-content/uploads/2011/01/estatutos.pdf (site consulté le 31 août 2019).

142 José Martí, « Versos Sencillos », 1891, in José Martí, Obras completas, Edición Crítica, La Havane, Centro de Estudios Martianos, 2007, tomo 14, p. 303.

143 Gonzalo de Quesada, Así fue Martí, La Havane, Editorial Gente Nueva, 1977, p. 93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « José Martí, au nom de Cuba », Études caribéennes [En ligne], 7 | Juillet 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21345

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Maître de Conférences HDR, Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search