Navigation – Plan du site

AccueilHors-série7DossierL’émigration cubaine vers les Éta...

Dossier

L’émigration cubaine vers les États-Unis de 1860 à 2019 : une analyse statistique et comparative

Salim Lamrani
Traduction(s) :
La emigración cubana hacia los Estados Unidos de 1860 a 2019: un análisis estadístico y comparativo

Résumés

Depuis 1959, l’émigration cubaine semble faire l’objet de deux consensus. Tout d’abord, la Révolution cubaine aurait entraîné un important mouvement migratoire vers les États-Unis. Ensuite, celui-ci serait le reflet du rejet du processus de transformation sociale structuré autour d’un système politique à parti unique mis en place par Fidel Castro. Les statistiques migratoires des autorités étasuniennes, disponibles pour la période allant de 1860 à 2019, permettront de faire la lumière sur cette question en comparant les divers flux en provenance de Cuba à différentes époques (1860-1959, 1960-1989, 1990-2019). De la même manière, une analyse comparative des courants migratoires émis par les pays de la région évaluera la pertinence de ces deux hypothèses.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Depuis la Révolution cubaine en 1959, la problématique migratoire cubaine fait l’objet de débats. Deux postulats semblent faire consensus. Tout d’abord, il est communément accepté que le processus de transformation sociale entrepris sous le leadership de Fidel Castro depuis son arrivée au pouvoir et l’instauration d’un système politique à parti unique ont été à l’origine d’un phénomène migratoire, sans précédent dans l’histoire du pays, principalement à destination des États-Unis. Ensuite, une part importante des observateurs de la réalité cubaine considère que l’émigration massive de Cubains à partir de 1959 reflète l’expression du rejet du système politique, économique et social actuellement en vigueur dans la plus grande île de la Caraïbe.

2 Les statistiques relatives à l’émigration cubaine vers les États-Unis, disponibles pour la période allant de 1860 à 2019, à l’exception des années 1900-1919, permettent d’évaluer la pertinence de ces grilles de lecture. Quelle était la réalité migratoire à Cuba avant 1959 par rapport au reste du continent américain ? L’émigration cubaine à partir de 1959 est-elle exceptionnelle en comparaison avec les chiffres antérieurs et les départs en provenance des autres pays de la région ? Existe-t-il des facteurs objectifs d’incitation à l’émigration vers les États-Unis spécifiques à Cuba à partir de 1959 ? Quelle a été la réalité migratoire lors de la « Période spéciale » en général et plus précisément durant la fameuse crise des Balseros en 1994 ? Quelle est la réalité des flux migratoires aujourd’hui ? Enfin, peut-on considérer l’émigration cubaine comme un instrument d’évaluation de l’adhésion de la population au régime politique et socio-économique présent dans l’île ?

3 Après une présentation du postulat initial, trois axes chronologiques structureront cette étude. Dans un premier temps, il conviendra d’analyser l’émigration cubaine durant la période 1860-1959, c’est-à-dire du début de la décennie qui marque le déclenchement de la Première guerre d’indépendance à Cuba (1868-1878) jusqu’à la fin du règne du régime militaire de Fulgencio Batista en 1959. Dans un deuxième temps, un regard sera porté sur la réalité migratoire cubaine de 1960 jusqu’en 1989, soit de l’imposition des premières sanctions économiques par l’administration Eisenhower jusqu’à l’année de la chute du mur de Berlin. Enfin, cette analyse s’achèvera sur la réalité migratoire de Cuba depuis la fin de la Guerre froide jusqu’à nos jours (1990-2019).

1. Présentation du postulat initial

4Selon les États-Unis, l’émigration cubaine vers leur territoire depuis 1959 est un fait qu’il faut interpréter sous un angle politique. Ce phénomène serait l’illustration du rejet que suscite chez une partie substantielle de la population le système politique et socio-économique en vigueur dans l’île, qui aurait poussé de nombreux Cubains l’exil. Ainsi, d’après le Département d’État, « dans les années qui ont suivi la Révolution de 1959, des centaines de milliers de Cubains ont fui l’île1 ». Washington souligne que ce phénomène migratoire perdure à ce jour : « Depuis des décennies, les Cubains ont fui Cuba, souvent par bateau, à la recherche de la liberté aux États-Unis2 ».

5Cet avis est partagé par le démographe Gérard-François Dumont, Professeur à Sorbonne Université, pour qui l’émigration cubaine depuis 1959 s’explique essentiellement par des raisons politiques :

  • 3 Gérard-François Dumont, « Cuba : histoire d’un exode », Population & Avenir, 2015/5, n°725, p. 3. h (...)

À Cuba, le déficit migratoire cumulé s’établit, pour la période 1959-2015, à plus d’un million, soit 12 % de la population moyenne durant cette période. En moins d’un demi-siècle [sic], un Cubain sur huit choisit donc de quitter l’île et de tourner le dos à la Révolution castriste. Les quatre cinquièmes optent pour les États-Unis qui, dans les périodes où ce pays les accepte, accueillent ces immigrants comme des « réfugiés », victimes de la dictature communiste. […] Une telle intensité d’exode s’explique principalement par le caractère liberticide du régime castriste. […] Elle est facilitée puisque Castro ne souhaite nullement empêcher l’émigration d’éventuels opposants3.

  • 4 Felix Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants: Cuban Migration to the U.S., 1959-1 (...)

6 Le Professeur Felix Masud-Piloto, historien à l’Université DePaul de l’Illinois, porte un regard plus nuancé et souligne dans son ouvrage de référence From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants : Cuban Migration to the U.S., 1959-1995 que « l’émigration cubaine a été déclenchée principalement par des changements révolutionnaires complexes à Cuba et par la réponse des États-Unis à ces changements, qui a inclus, parmi d’autres mesures, de favoriser cette émigration ». L’universitaire explique les deux raisons d’une telle politique : « Déstabiliser le gouvernement de Castro en le privant de ressources humaines vitales (tels que les médecins, les enseignants et les techniciens) ; et discréditer le régime en encourageant la fuite de milliers de personnes d’une dictature communiste vers une démocratie capitaliste ». Washington a alloué d’importants moyens à cette politique et « a assumé une responsabilité financière sur le long terme pour permettre aux Cubains de s’installer » sur le territoire étasunien4.

  • 5 Francisco Rojas Ochoa, « El número de médicos en Cuba”, Revista Cubana de Salud Pública, janvier-ma (...)

7Ainsi, à titre d’exemple, sur les 6 286 médecins dont disposait l’île en 1959 pour une population totale de 6 millions d’habitants – soit un ratio d’un docteur pour 1 064 personnes –, en l’espace de trois ans, 1 402 d’entre eux choisirent de quitter le pays pour les États-Unis, attirés par de meilleures opportunités professionnelles et une politique migratoire favorable mise en place par Washington pour les cadres cubains de tous les secteurs5.

8 Ce postulat est communément considéré comme une réalité par la presse. Ainsi, selon l’Agence France Presse, « plus de deux millions de Cubains ont émigré depuis un demi-siècle, pour une population qui compte aujourd'hui 11,2 millions d'habitants. Près de 80% d'entre eux sont partis aux États-Unis, particulièrement en Floride, à 150 kilomètres au nord de l'île6 ».

9 Il convient de confronter ces différentes grilles de lecture à la réalité des statistiques migratoires.

2. L’émigration cubaine vers les États-Unis de 1860 à 1959

2.1. 1860-1869

  • 7 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », 2020, Table 2. ht (...)

10Selon les statistiques officielles du U.S Department of Homeland Security, de 1860 à 1869, 3 420 Cubains ont choisi d’émigrer vers les États-Unis7. L’île de la Caraïbe, située à 150 kilomètres des côtes de Floride et alors peuplée de 1,2 million d’habitants, a toujours considéré ce pays comme une terre d’asile naturelle à la fois pour des raisons historiques et géographiques. À titre de comparaison, le Mexique, mastodonte démographique (7,7 millions d’habitants) qui partage une immense frontière avec le puissant voisin, n’a enregistré que de 1 957 départs sur cette même période. Haïti (0,9 million d’habitants), situé à l’est de l’île, n’a enregistré que 78 candidats à l’émigration vers le Nord. Quant à la Jamaïque, située au sud de Cuba, elle n’a observé que 61 départs. L’ensemble de l’Amérique du Sud (18 millions d’habitants), de la Colombie jusqu’à l’Argentine, a été à l’origine de 1 536 sorties vers les États-Unis, soit plus de deux fois moins que l’île de la Caraïbe. Ainsi, Cuba a eu durant cette décennie une émission migratoire 106 fois supérieure à celle d’un géant tel que le Brésil (7,2 millions / 32 départs). Quant à l’Amérique centrale (1,7 million d’habitants), elle n’a observé que 70 départs.

2.2. 1870-1879

  • 8 Ibid.

11De 1870 à 1879, période marquée par la Première guerre d’indépendance (1868-1878), Cuba a été à l’origine de 8 705 sorties vers le territoire étasunien, soit une augmentation de 150% par rapport à la décennie précédente. De son côté, le Mexique a généré une émission migratoire à hauteur de 5 133 personnes sur la même période. Haïti a observé 149 départs et la Jamaïque, 257. L’Amérique du Sud, de son côté, n’a enregistré que 1 109 départs, soit près de huit fois moins que l’île de la Caraïbe. À titre d’exemple, le Brésil a généré un flux migratoire de 219 personnes, la Colombie (2,2 millions) de 196, le Venezuela (1,5 million) de 190 et le Pérou (1,9 million) de 127. Quant à l’Amérique centrale, elle n’a observé que 202 sorties8.

2.3. 1880-1889

  • 9 Ibid.

12De 1880 à 1889, Cuba a enregistré un total de 20 134 départs, soit une hausse d’environ 130% par rapport à la décennie antérieure. De son côté, le Mexique a vu son chiffre migratoire chuter à 2 405. Haïti, pour sa part, a émis 255 sorties, alors que la Jamaïque a vu 355 personnes migrer vers les États-Unis. L’Amérique centrale a observé une émigration totale de 359 personnes pour la même période, alors que l’Amérique du Sud a produit pour sa part 1 954 départs. La Colombie a été le principal pourvoyeur de capital humain de cette partie du monde avec 1 210 sorties9.

2.4. 1890-1899

  • 10 Ibid.

13Pour la décennie 1890-1899, marquée par la Seconde Guerre d’indépendance de l’île (1895-1898) et la fin de la domination coloniale espagnole, l’émigration cubaine vers les États-Unis a continué de croître avec un total de 23 669 sorties, soit une hausse d’environ 17%. De son côté, le Mexique a vu son flux migratoire chuter à seulement 734 éléments, soit trente-deux fois moins que l’île de la Caraïbe. Haïti (101) et la Jamaïque (223) ont observé à leur tour moins de départs que les années précédentes. Cette tendance à la baisse a également concerné l’Amérique centrale avec un total de 674 départs et l’Amérique du Sud avec 1 389 départs10.

Classement par nombre d’émigrants vers les États-Unis de 1860 à 1899

  • 11 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », Population Bulletin, Washington D. C., Pop (...)

Pays et région

Population en millions d’habitants11

1860-1869

1870-1879

1880-1889

1890-1899

1860-1899

1850

1900

1

Cuba

1,2

1,6

3 420

8 705

20 134

23 669

55 928

2

Mexique

7,7

13,6

1 957

5 133

2 405

734

10 229

3

Amérique du Sud

18

39,2

1 536

1 109

1 954

1 389

5 988

4

Amérique centrale

1,7

3,5

70

202

359

674

1305

14Ainsi, durant cette période de quarante ans, Cuba a occupé le premier rang dans la région (Mexique, Amérique centrale, Amérique du Sud et Caraïbe) en termes d’émission migratoire vers les États-Unis, devant un géant démographique partageant une frontière commune avec la terre de destination tel que le Mexique, et devant un autre colosse démographique, mais plus éloigné, tel que le Brésil. Cette réalité montre que Cuba a historiquement été une terre d’émigration vers les États-Unis, bien plus que n’importe quelle autre nation de la zone qui va du Rio Bravo à la Terre de Feu.

2.5. 1920-1959

  • 12 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

15 Les statistiques officielles du gouvernement des États-Unis n’étant pas disponibles pour Cuba pour la période allant de 1900 à 1919, il convient désormais de s’intéresser à la décennie 1920-1929. Cuba était alors une République formellement indépendante, mais qui se trouvait en réalité sous la domination de Washington, les États-Unis ayant imposé l’amendement Platt à l’île depuis 1902. Par rapport à la dernière décennie du XIXe siècle, Cuba a réduit son émission migratoire, avec seulement 12 769 départs vers le Nord. En revanche, le Mexique a vu son émigration croître de façon exponentielle avec pas moins de 498 945 sorties, soit une augmentation de 269% par rapport à la décennie antérieure. Pour sa part, l’Amérique centrale a observé une émission migratoire de 16 511 personnes et l’Amérique du Sud de 43 025 personnes. Malgré cette baisse, Cuba a néanmoins envoyé trois fois plus d’émigrants vers les États-Unis qu’un pays tel que le Brésil (4 627), nation qui a produit la plus forte émission migratoire d’Amérique latine, après le Mexique et l’île de la Caraïbe. De 1920 à 1929, Cuba a occupé le deuxième rang du classement derrière le Mexique12.

  • 13 Ibid.

16 Pour la période allant de 1930 à 1939, l’émigration cubaine vers le Nord a poursuivi sa baisse avec 10 641 sorties. Pour sa part, le Mexique a divisé par quinze son émission migratoire vers les États-Unis, avec seulement 32 709 départs, sans doute en raison des conséquences de la crise de 1929. Les voisins de Cuba ont eu une production migratoire moins forte. Ainsi, la République dominicaine, dont les statistiques apparaissent pour la première fois pour cette décennie, a vu 1 161 de ses ressortissants émigrer chez le Voisin du Nord. Haïti n’a observé que 207 départs. L’Amérique centrale a produit un total 6 840 migrants. Quant à l’Amérique du Sud, son nombre a chuté à 9 990. Pour cette décennie, Cuba a conservé sa deuxième place derrière le Mexique13.

  • 14 Ibid.

17 En revanche, la décennie 1940-1949 a vu l’émigration cubaine exploser par rapport aux années antérieures avec pas moins de 25 976 sorties, soit une augmentation de 144%, dépassant ainsi en chiffres absolus le record du XIXe siècle. Ce chiffre est supérieur à celui de toutes les autres nations de la Caraïbe réunies (20 218 émigrants), à celui de l’Amérique centrale (20 135) et à celui de l’Amérique du Sud (19 662). Pour sa part, le Mexique a quasiment doublé son émission migratoire avec 56 158 départs. Une nouvelle fois, l’île de la Caraïbe se classait au deuxième rang sur le continent14.

  • 15 Ibid.
  • 16 Felix Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants: Cuban Migration to the U.S., 1959-1 (...)

18 De 1950 à 1959, l’émigration cubaine vers les États-Unis a atteint 73 221 sorties, soit une hausse de 181% par rapport à la décennie antérieure. Pour sa part, avec 273 847 départs, le Mexique a observé une augmentation de 387%. La République dominicaine a dépassé les 10 000 sorties (10 219), soit une croissance de 112%. Cuba a ainsi dépassé l’Amérique centrale (40 201), mais s’est située pour la première fois derrière l’Amérique du Sud (78 418)15. Le Professeur Felix Masud-Piloto précise que 26 527 Cubains ont quitté l’île en 1959, après l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro16. Ainsi, de 1950 à 1958, 46 694 personnes ont quitté Cuba pour les États-Unis. Même avec cette réduction, Cuba conserve sa deuxième place au classement.

Classement par nombre d’émigrants vers les États-Unis de 1920 à 1959

  • 17 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

Pays et région

Population en millions d’habitants en 195017

1920-1929

1930-1939

1940-1949

1950-1959

1959

Total

1

Mexique

27,7

498 945

32 709

56 158

273 847

861 659

2

Amérique du Sud

109,4

43 025

9 990

19 662

78 418

151 095

3

Cuba

5,9

12 769

10 641

25 976

73 221

26 527

122 607

4

Amérique centrale

9,3

16 511

6 840

20 135

40 201

83 687

19Ainsi, durant la période de quarante ans allant de 1920 à 1959, en termes de nombre de départs vers les États-Unis, Cuba est passé du premier rang du continent allant du Mexique à l’Argentine, au deuxième rang. L’île de la Caraïbe a produit une émission migratoire plus forte que celle de l’Amérique centrale durant ces quatre décennies. Elle a également dépassé l’Amérique du Sud, sauf pour la période allant de 1920 à 1929 et de 1950 à 1959. Cuba a conservé son profil de nation d’émigration, principalement à destination des États-Unis.

3. L’émigration cubaine vers les États-Unis de 1960 à 1989

3.1. Le contexte historique

  • 18 Dwight D. Eisenhower, « Paper Prepared by the 5412 Committee », 16 mars 1960, Eisenhower Library, P (...)

20Avant d’aborder la question migratoire, il convient de rappeler le contexte historique de la décennie 1960-1969. En 1959, la Révolution cubaine dirigée par Fidel Castro est arrivée au pouvoir et a entrepris un processus de transformation sociale radical qui a remis en cause l’ordre établi, les structures socio-économiques existantes et les privilèges de classe. La récupération des ressources naturelles du pays par le biais de nationalisations a généré de fortes tensions avec l’administration Eisenhower, qui s’est résolument opposée au nouveau régime, créant ainsi dès les premiers mois une situation conflictuelle. En mars 1960, la Maison-Blanche a pris la décision formelle de renverser le gouvernement d’Osvaldo Dorticós et du Premier Ministre Fidel Castro et a lancé une opération de guerre clandestine contre l’île avec une campagne de terrorisme et de sabotage, créant un sentiment d’insécurité chez la population18.

  • 19 Don Paarlberg, « Memorandum of Discussion, White House », 6 juillet 1960, Eisenhower Library, Proje (...)
  • 20 Robert A. Hurwich, « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 3 janvier 1961 (...)
  • 21 Robert F. Kennedy, « Memorandum From the Attorney General (Kennedy) to President Kennedy », 19 avri (...)
  • 22 Nikita Khruschev, « Message From Chairman Khruschev to President Kennedy », 28 octobre 1962, Depart (...)

21En juillet et octobre 1960, Washington a imposé des sanctions économiques contre l’île en supprimant d’abord le quota sucrier, principale source de revenus du pays, et en mettant un terme à toutes les exportations et importations entre les deux nations19. En janvier 1961, les États-Unis ont décidé de rompre les relations diplomatiques avec La Havane20. En avril 1961, un contingent paramilitaire de près de 1 500 hommes entraînés et armés par la CIA a envahi la Baie des Cochons, opération destinée à renverser le pouvoir révolutionnaire, mais qui s’est soldée par un échec cuisant en l’espace de 72 heures21. En octobre 1962, alors que la Maison-Blanche poursuit sa politique hostile contre Cuba en multipliant les actes d’agression en tout genre, la crise des missiles a éclaté, plongeant le monde au bord d’un cataclysme nucléaire. Après treize jours de tensions, une solution fut finalement trouvée entre Washington et Moscou pour un retrait de l’arsenal nucléaire de l’île22.

22 Ainsi, durant les premières années de la Révolution cubaine, l’île a vécu dans une atmosphère de tensions permanentes, marquée par l’hostilité du puissant voisin et les conséquences des actes d’agression économique et paramilitaire. On peut considérer que ce contexte géopolitique inédit a constitué un facteur objectif d’incitation à l’émigration pour une partie de la population.

23 Du côté des États-Unis, l’administration de John F. Kennedy a déployé les grands moyens en créant en février 1961 le Programme pour les réfugiés cubains (Cuban Refugee Program) dont pouvait bénéficier toute personne « de nationalité cubaine » ayant « quitté Cuba le 1er janvier 1959 ou après23 ». Comme l’indique le texte officiel, cette politique gouvernementale est sans précédent :

  • 24 Ibid.

Pour la première fois de leur histoire, les États-Unis sont devenus le premier asile pour un nombre important de personnes déplacées vu que des milliers de réfugiés cubains ont trouvé un refuge politique ici. Pour la première fois également, le gouvernement des États-Unis a jugé nécessaire de développer un programme pour aider les réfugiés d’une autre nation de cet hémisphère24.

24Selon son directeur John F. Thomas, « le Cuban Refugee Program est unique dans le sens où il a été développé à travers l’utilisation des services d’agences déjà existantes dans la plus ample mesure possible, même si la responsabilité générale était du ressort du Département de la Santé, de l’Éducation et de la Sécurité sociale25 ».

25Le Programme avait pour objectif de subvenir aux besoins des émigrants cubains en leur fournissant toute l’assistance nécessaire. L’enjeu politique et idéologique était de taille : démontrer la supériorité du capitalisme sur le communisme. Ce programme était détaillé en neuf points :

  1. Fournir toute l’assistance possible aux agences de soutien qui offrent quotidiennement une aide à de nombreux réfugiés, afin de permettre l’installation du plus grand nombre possible et pour leur assurer un emploi.

  2. Obtenir l’assistance des agences à la fois privées et gouvernementales pour offrir des opportunités d’emploi concrètes aux Cubains déplacés, en accord avec la situation générale de l’emploi en Floride.

  3. Fournir des fonds supplémentaires pour la réinstallation des réfugiés dans d’autres régions, y compris le transport et les coûts d’ajustements pour les nouvelles communautés et pour leur éventuel retour à Miami en vue un rapatriement vers leur pays dès que cela sera possible.

  4. Fournir une assistance financière pour répondre aux besoins de première nécessité des familles de réfugiés cubains dans le besoin dans la région de Miami et dans les communautés de réinstallation, administrée à travers les canaux local, fédéral et étatique et basée sur des standards en vigueur dans les communautés impliquées.

  5. Fournir une assistance médicale de base à travers le programme d’assistance financière offert par les services de santé publique et les services de santé infantile, ainsi que les autres services nécessaires.

  6. Fournir une assistance fédérale pour les coûts de scolarisation dans les écoles publiques liés à l’impact non prévu des enfants cubains réfugiés sur les établissements scolaires locaux.

  7. Mettre en place les mesures nécessaires afin d’accroître les opportunités de formation et d’éducation pour les réfugiés cubains, y compris les médecins, les enseignants et ceux ayant un autre parcours professionnel.

  8. Fournir une aide financière pour l’attention et la protection des enfants non accompagnés – le groupe le plus fragile et le plus vulnérable parmi la population de réfugiés.

  9. Mettre en place un programme de distribution alimentaire, qui sera géré par les services sociaux locaux, afin qu’une aide alimentaire supplémentaire soit distribuée aux réfugiés dans le besoin.26

26Aucun autre groupe national n’a bénéficié d’un programme d’une telle ampleur. À cela, s’est ajoutée l’adoption de la loi d’Ajustement cubain en 1966, autre législation d’exception.

3.2. La loi d’Ajustement cubain

27 Le 2 novembre 1966, en conformité avec la politique hostile du Président Lyndon B. Johnson, le Congrès des États-Unis a décidé d’adopter la loi d’Ajustement cubain – encore en vigueur à ce jour –, qui octroie un statut spécial à tous les Cubains qui abandonnent leur pays à partir du 1er janvier 1959. Cette législation, unique au monde, permet à tout citoyen cubain qui émigre légalement ou illégalement vers les États-Unis d’obtenir au bout d’un an et un jour le statut de résident permanent, ainsi que diverses aides sociales. On peut considérer que ce texte constitue objectivement un outil d’incitation à l’émigration légale et illégale. En voici un extrait :

  • 27 United States Congress, « Cuban Adjustment Act », Public Law 89-732, 2 novembre 1966. https://www.g (...)

Afin d’ajuster le statut des réfugiés cubains et d’en faire des résidents légaux permanents des États-Unis, et pour d’autres motifs […] le statut de tout étranger qui est natif ou citoyen de Cuba et qui a été inspecté et admis ou qui se trouve en liberté conditionnelle aux États-Unis après le 1er janvier 1959, et a été physiquement présent aux États-Unis durant au moins deux années [un an et un jour], peut être ajusté par le Ministre de la Justice […] en tant qu’étranger légalement admis pour une résidence permanente. […]. Les provisions de cette Loi sont applicables au conjoint et aux enfants de tout étranger décrit dans cette sous-section, sans considération de leur citoyenneté et lieu de naissance, qui vivent avec l’étranger en question aux États-Unis27.

28 Ricardo Alarcón de Quesada, Président du Parlement cubain de 1993 à 2013, a souligné le caractère spécifique de la loi d’Ajustement cubain :

Il y a deux éléments fondamentaux dans cette législation. Tout d’abord, on fait référence à une date très précise, et tout le monde sait ce qu’elle évoque. Que veut dire le fait que l’on accepte des gens à partir de cette date ?

Cela veut dire que l’on exclut tous ceux qui étaient arrivés plus tôt, et il s’agissait du deuxième pays émetteur d’émigrants vers les États-Unis. Cette loi ne concerne pas ceux qui étaient arrivés avant le 1er janvier 1959, et ils ne peuvent donc pas en bénéficier.

Pourquoi les personnes d’origine cubaine arrivées aux États-Unis avant cette date en sont-elles exclues ? Tout simplement, car elles représentaient une population très importante ; sinon, il n’y aurait aucune raison de fixer une date.

[Ensuite], cette loi a une dimension déstabilisatrice, car elle est l’instrument d’une politique qui cherche à promouvoir l’émigration de Cubains vers les États-Unis.

La seule catégorie de personnes parmi tous les habitants de la planète à disposer du privilège de pouvoir acquérir la résidence légale aux États-Unis, si elle se présente aux autorités, est celle d’origine cubaine.

Le seul pays du monde à disposer de cette loi qui stimule, promeut, cherche à grand renfort de publicité et de campagnes médiatiques et par d’autres formes d’incitation à provoquer l’émigration de Cubains, uniquement de Cubains, est les États-Unis.

  • 28 Salim Lamrani, Fidel Castro, Cuba et les États-Unis (Pantin : Le Temps des Cerises, 2007), p. 48-49

Il y a eu d’autres programmes d’incitation et d’assistance tel que le programme pour les Réfugiés cubains, où des logements et des emplois étaient fournis aux émigrants, contrairement à ce qui est réservé à tout autre immigrant qui, en général, est délaissé quand il a un statut légal et emprisonné quand il se trouve en situation irrégulière. Eux ne disposent pas de ces privilèges28.

3.3. 1960-1969

29 Au vu de ces éléments, quelle a été la réalité migratoire de Cuba durant les trente premières années de la Révolution ? La voici en chiffres.

  • 29 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

30De 1960 à 1969, pas moins de 202 030 Cubains ont quitté l’île vers les États-Unis, soit une hausse de 175% par rapport à la décennie antérieure. À titre de comparaison, il y a eu 83 522 départs de République dominicaine, soit une augmentation de 717% sur la même période. De la même manière, 28 992 Haïtiens ont émigré vers le Nord, soit une croissance de 665%. Avec 62 218 sorties, la Jamaïque a observé un accroissement de 741%. Cet essor migratoire ne s’est pas limité aux pays de la Caraïbe puisqu’il a concerné presque tout le continent. Ainsi, l’Amérique centrale recense une émigration de 98 569 personnes, soit une croissance de 145%. Dans le détail, le Costa Rica, avec 17 975 départs, a observé une augmentation de 344%, le Belize (4 185) de 269%, le Guatemala (14 357) 242%, le Honduras (15 087) 183% et le Salvador (4 185) 182%29.

  • 30 Ibid.

31De son côté, l’Amérique du Sud a émis 250 754 départs, soit une hausse de 219%. Dans le détail, l’Argentine a vu le départ de 49 384 personnes, soit une croissance de 202%. Avec 6 205 candidats à l’émigration, la Bolivie a observé une augmentation de 124%. Pour sa part, le Brésil, avec 29 238 sorties, a vu son émigration vers les États-Unis croître de 153%. Quant au Chili (12 384), ses sorties ont cru de 165%. Il en a été de même pour la Colombie (68 371, +339%), l’Équateur (34 107, +297%), le Pérou (19 783, +230%), l’Uruguay (4 089, +298%) ou le Venezuela (20 758, +109%)30.

Nombre d’émigrants vers les États-Unis de 1960 à 1969

Pays

Population en millions d’habitants en 196031

Nombre d’émigrants sur la décennie

1960-1969

Évolution par rapport à la décennie antérieure

Classement en pourcentage

1

Mexique

36,9

441 824

+61%

19ème

2

Cuba

7

202 030

+175%

14ème

3

République dominicaine

3,2

83 522

+717%

2ème

4

Colombie

16,9

68 371

+339%

5ème

5

Jamaïque

1,632

62 218

+741%

1er

6

Argentine

20,6

49 384

+202%

11ème

7

Équateur

4,4

34 107

+297%

7ème

8

Brésil

72,8

29 238

+153%

16ème

9

Haïti

3,8

28 992

+665%

3ème

10

Venezuela

7,6

20 758

+109%

18ème

11

Pérou

9,9

19 783

+230%

10ème

12

Costa Rica

1,2

17 975

+344%

4ème

13

Honduras

1,9

15 087

+183%

12ème

14

Guatemala

4

14 357

+242%

9ème

15

Chili

7,6

12 384

+165%

15ème

16

Bolivie

3,4

6 205

+124%

17ème

17

Salvador

2,6

4 185

+182%

13ème

18

Belize

0,0933

4 185

+269%

8ème

19

Uruguay

2,5

4 089

+298%

6ème

Amérique du Sud

250 754

Amérique centrale

98 569

32À la fin des années 1960, Cuba occupait toujours le deuxième rang derrière le Mexique (441 824) en termes de départs migratoires vers les États-Unis, malgré le Cuban Refugee Program, la loi d’Ajustement cubain, les sanctions économiques et la guerre clandestine menée contre l’île. En termes d’augmentation en pourcentage par rapport à la décennie précédente, l’île de la Caraïbe n’occupait que le quatorzième rang du continent latino-américain.

3.4. 1970-1979

  • 34 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

33 Pour la période allant de 1970 à 1979, 256 497 Cubains ont quitté leur pays pour se rendre aux États-Unis, soit une hausse de 26% par rapport à la décennie précédente. Le Mexique, avec 621 218 départs, a observé une croissance de 40%. De son côté, la République dominicaine a produit 139 249 migrants, soit une augmentation de 66%. Haïti a vu le départ de 55 192 de ses ressortissants vers les États-Unis, soit une croissance de 90%. La Jamaïque (130 226) a vu une hausse de 109%. Pour ce qui concerne l’Amérique centrale, avec 120 376 départs, son émigration a augmenté de 22%. Dans le détail, le Belize (6 747) a observé une hausse de 61%, le Guatemala (23 837) de 65% et le Salvador (29 428) de 104%. Pour l’Amérique du Sud (273 529), son émigration a cru de manière plus modeste avec une hausse de 9% seulement par rapport à la décennie précédente. Certains pays comme le Pérou (25 311, +27%), l’Équateur (47 464, +39%), l’Uruguay (8 416, +105%) ou le Guyana (38 278, +742%) ou ont suivi la même tendance à la hausse34.

Nombre d’émigrants vers les États-Unis de 1970 à 1979

  • 35 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.
  • 36 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020, op. cit.
  • 37 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020.
  • 38 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020, op. cit.

Pays

Population en millions d’habitants en 197035

Nombre d’émigrants sur la décennie

1970-1979

Évolution par rapport à la décennie antérieure

Classement en pourcentage

1

Mexique

50,6

621 218

+40%

9ème

2

Cuba

8,5

256 497

+26%

12ème

3

République dominicaine

4,4

139 249

+66%

6ème

4

Jamaïque

1,8736

130 226

+109%

2ème

5

Haïti

4,5

55 192

+90%

5ème

6

Équateur

6

47 464

+39%

10ème

7

Guyana

0,737

38 278

+742%

1er

8

Salvador

3,6

29 428

+104%

4ème

9

Pérou

13,2

25 311

+27%

11ème

10

Guatemala

5,2

23 837

+65%

7ème

11

Uruguay

2,8

8 416

+105%

3ème

12

Belize

0,1138

6 747

+61%

8ème

Amérique du Sud

273 529

Amérique centrale

120 376

34 À la fin des années 1970, Cuba conservait sa deuxième place au classement derrière le Mexique. En termes de pourcentage d’augmentation par rapport à la décennie antérieure, l’île de la Caraïbe se classait au douzième rang dans l’hémisphère.

3.5. 1980-1989

  • 39 Ronald Copeland, « The Cuban Boatlift of 1980: Strategies in Federal Crisis Management », The Annal (...)

35 En 1980, dans un contexte de tensions politiques avec les États-Unis et d’insatisfactions matérielles au sein de la société cubaine, est survenue la crise de Mariel qui a débouché sur le départ d’environ 125 000 Cubains. En avril 1980, un groupe de six Cubains ont pénétré de force dans l’ambassade du Pérou. Lors d’un tir de barrage effectué par la police pour empêcher le bus de foncer sur le portail de l’enceinte diplomatique, un policier a été touché par une balle ayant ricoché sur le véhicule et a perdu la vie. Le gouvernement cubain a alors exigé que les organisateurs de l’action soient livrés aux autorités, ce que l’ambassadeur péruvien a refusé de faire. La Havane alors décidé de retirer son personnel de sécurité à la représentation diplomatique, entraînant un envahissement de celle-ci par plusieurs milliers de candidats à l’émigration39.

  • 40 Steven R. Weisman, « President Says U.S. Offers ‘Open Arms’ to Cuban Refugees », The New York Times(...)

36 Au départ, les États-Unis n’étaient pas impliqués dans cette affaire qui concernait uniquement Cuba et le Pérou. Le Président James Carter, qui avait pourtant adopté une position constructive à l’égard de l’île depuis son arrivée au pouvoir, s’est laissé convaincre par son conseiller à la sécurité nationale, Zbigniew Brezinski, qui l’encouragea à prendre position sur le sujet. La Maison-Blanche déclara alors que les États-Unis ouvriraient leurs portes à tous les candidats à l’émigration. Ces derniers seraient accueillis « à bras ouverts », déclara le Président40.

  • 41 Brian Hufker & Gray Cavender, « From Freedom Flotilla to America’s Burden: The Social Construction (...)
  • 42 José Manuel García, Voices from Mariel: Oral Histories of the 1980 Cuban Boatlift, Florida, Univers (...)

37Le gouvernement de La Havane répliqua alors en annonçant que toutes les personnes souhaitant quitter l’île pour les États-Unis pourraient le faire à partir du port de Mariel, sur une période de six mois, autorisant même les Cubains de Floride à venir chercher leurs proches. D’après certains dires, le gouvernement cubain en aurait même profité pour vider les prisons du pays. Ainsi, entre avril et septembre 1980, environ 125 000 Cubains quittèrent le pays41. Cet épisode est considéré par les historiens et universitaires comme l’une des plus grandes vagues migratoires qu’ait connu Cuba42.

  • 43 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

38 Les statistiques migratoires officielles du gouvernement des États-Unis portant sur la décennie 1980-1989 permettent de porter un regard plus nuancé sur cette période. En effet, Cuba a observé le départ de 132 552 personnes, soit une baisse de 93% par rapport à la décennie antérieure. Dans le même temps, le Mexique a vu son émigration croître au point de dépasser le million avec 1 009 586 sorties, soit une augmentation de 62%. Pour sa part, la République dominicaine a vu son nombre de départs exploser et dépasser pour la première fois celui de Cuba avec 221 552 migrations, soit une croissance de 59%. La Jamaïque est également passée devant Cuba avec 193 874 sorties, soit un accroissement de 48%. Le Salvador, en proie à la guerre civile, a également dépassé le nombre d’émigrants partant de Cuba avec 137 418 sorties, soit une hausse de 366%43.

  • 44 Ibid.

39D’autres pays, sans dépasser Cuba en chiffres absolus, ont vu leur émigration augmenter de façon substantielle. Ainsi, Haïti, avec 121 406 départs, a observé une croissance de 120%. L’Amérique centrale, dans son ensemble, a vu son nombre d’émigrés (339 376) croître de 181%. Le Panama a ainsi observé 32 957 départs, soit une hausse de 54%, le Costa Rica (25 017) de 101%, Belize (14 964) de 121%, le Honduras (39 071) de 149%, le Guatemala (58 847) de 151% et le Nicaragua (31 102) de 185%44.

  • 45 Ibid.

40En Amérique du Sud, le nombre de candidats au départ (399 803) a augmenté de 46% par rapport à la décennie antérieure. Ainsi, la Colombie (105 494) a observé une hausse de 48%. Pour sa part, le Brésil (22 944) a subi une augmentation de 23%, le Chili (19 749) de 31%, la Bolivie (9 798) de 73%, le Pérou (49 958) de 97%, le Venezuela (22 405) de 103%, le Guyana (85 886) de 124% et le Paraguay (3 518) de 136%. Ainsi, en chiffres absolus, Cuba s’est classée au cinquième rang du continent sur la décennie. En termes de pourcentage par rapport à la décennie précédente, Cuba a occupé le vingtième rang de la région45.

Nombre d’émigrants vers les États-Unis de 1980 à 1989

  • 46 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.
  • 47 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 202, op. cit.
  • 48 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020, op. cit.
  • 49 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020, op. cit.

Pays

Population en millions d’habitants en 198046

Nombre d’émigrants sur la décennie

1980-1989

Évolution par rapport à la décennie antérieure

Classement en pourcentage

1

Mexique

67,6

1 009 586

+62%

13ème

2

République dominicaine

5,7

221 552

+59%

14ème

3

Jamaïque

2,147

193 874

+48%

16ème

4

Salvador

4,6

137 418

+336%

1er

5

Cuba

9,7

132 552

-93%

20ème

6

Haïti

5,5

121 406

+120%

8ème

7

Colombie

28,4

105 494

+48%

17ème

8

Guyana

0,7848

85 886

+124%

6ème

9

Guatemala

6,8

58 847

+151%

3ème

10

Pérou

17,3

49 958

+97%

11ème

11

Honduras

3,6

39 071

+141%

4ème

12

Panama

2

32 957

+54%

15ème

13

Nicaragua

2,9

31 102

+185%

2ème

14

Costa Rica

2,3

25 017

+101%

10ème

15

Brésil

121,7

22 944

+23%

19ème

16

Venezuela

15,1

22 405

+103%

9ème

17

Chili

11,1

19 749

+31%

18ème

18

Belize

0,1449

14 964

+121%

7ème

19

Bolivie

5,4

9 798

+73%

12ème

20

Paraguay

3,1

3 518

+136%

5ème

Amérique centrale

339 376

Amérique du Sud

399 803

41 Ainsi, en l’espace de trente ans, en dépit des sanctions économiques, du Cuban Refugee Program, de la guerre asymétrique menée par Washington contre l’île et de la loi d’Ajustement cubain, qui constituent tous des éléments objectifs d’incitation à l’émigration, Cuba est passé du deuxième rang des pays émetteurs d’émigrants vers les États-Unis en 1960, au cinquième rang en 1989. Hormis le Mexique, tous les autres pays devançant l’île au classement disposent d’une population inférieure à celle de l’île. Ainsi, sur cette période, les Cubains ont en moyenne moins émigré vers les États-Unis que leurs voisins du continent.

4. L’émigration cubaine vers les États-Unis de 1990 à 2019

  • 50 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por Fidel Castro Ruz, Presidente de la República de Cuba, (...)
  • 51 Doyle McManus, « Soviet Troops to Leave Cuba, Gorbachev Says », The Los Angeles Times, 12 septembre (...)
  • 52 Economic Commission for Latin America and the Caribbean (ECLAC), The Cuban Economy. Structural Refo (...)

42En janvier 1990, suite à la chute du mur de Berlin, le gouvernement cubain a instauré la « Période spéciale en temps de paix », imposant des restrictions au niveau de la consommation énergétique, en conséquence de la baisse des livraisons de pétrole50. En septembre 1991, la Russie a annoncé la fin de son union politique, économique et militaire avec Cuba et a retiré ses troupes du pays51. L’impact du retrait russe a été dévastateur pour l’économie cubaine. Ainsi, de 1989 à 1993, le PIB a chuté de 33% et Cuba a dû faire face à la plus grave crise de son histoire. Près de 85% du commerce international de l’île était réalisé avec l’Union soviétique. Les importations sont passées de 8,1 milliards de dollars à 1,2 milliard de dollars et les exportations ont baissé de 75%. La consommation totale a diminué de 27% et celle des ménages de 33%. La formation de capital – part des investissements étrangers dans l’économie nationale – a chuté de 25% à moins de 5% du PIB et le déficit fiscal est passé de 7% à 30% du PIB. Le revenu de la balance des paiements s’est effondré, passant de 4,1 milliards de dollars à 356 millions de dollars. Quant au salaire réel, il a diminué de 25%. Le coefficient de libéralisation de l’économie cubaine (valeur du commerce international dans le PIB) a chuté de 70,2% à 25,9%52.

43Dans le même temps, les États-Unis, au lieu de normaliser les relations avec Cuba suite à la disparition de l’Union soviétique, ont au contraire accru les mesures de rétorsion contre l’île. L’administration Bush a adopté la loi Torricelli en 1992, qui octroie un caractère extraterritorial aux sanctions. Depuis, les filiales étasuniennes présentes à l’étranger ne peuvent plus avoir de relations commerciales avec Cuba. De plus, les pays qui commercent avec l’île sont sanctionnés et les bateaux accostant à un port cubain se voient interdire tout accès aux États-Unis pendant six mois, dans le but de faire obstacle au développement du commerce international de l’île avec le reste du monde53. L’impact a été rude. Ainsi, le montant des achats effectués auprès des filiales étasuniennes passa de 725 millions de dollars en 1991 à 1,5 million en 1993, alors que 90% de ce commerce étant composé de produits alimentaires et de médicaments54.

  • 55 United States Congress, « Cuban Liberty and Democratic Solidarity (LIBERTAD) Act », 1996. https://w (...)

44En 1996, le Président Bill Clinton a accru les sanctions contre Cuba en faisant adopter la loi Helms-Burton, à la portée extraterritoriale et rétroactive. Ainsi, tout pays ayant une coopération commerciale avec Cuba se voit refuser tout crédit de la part de Washington. De plus, les entreprises investissant dans l’île sur les propriétés nationalisées dans les années 1960 peuvent être poursuivies devant les tribunaux étasuniens. En outre, les produits contenant des composants cubains ne peuvent plus être vendus sur le marché étasunien55.

45Quelles ont été les conséquences migratoires de la crise économique et des nouvelles sanctions imposées par les États-Unis ?

4.1. 1990-1999

  • 56 U.S. Immigration and Naturalization Service, Statistical Yearbook of the Immigration and Naturaliza (...)

46 Durant cette décennie marquée par la pire crise économique de l’histoire de Cuba depuis 1959 et la recrudescence des sanctions de la part de Washington, 170 675 Cubains ont quitté l’île – d’une population moyenne de 11,1 millions de personnes – pour les États-Unis. Quelle a été la réalité des autres pays voisins ayant une démographie similaire ou inférieure à celle de Cuba ? Sur la même période, la République dominicaine, peuplée de 7,1 millions d’habitants, a observé 365 598 départs, soit un chiffre deux fois supérieur à celui de Cuba. Haïti, avec une population de 6,9 millions d’habitants, a généré 179 725 sorties, soit un chiffre supérieur à celui de Cuba. La Jamaïque, peuplée de 2,6 millions d’habitants, a produit 182 552 migrants vers les États-Unis, soit un nombre largement supérieur à celui de Cuba malgré une population près de quatre fois inférieure. Le Salvador, peuplé de 5,1 millions d’habitants, a été à l’origine de 274 989 départs, soit près du double de celui de Cuba pour une population deux fois inférieure. Le Mexique, pour sa part, a observé 2 855 157 départs sur la décennie, pour une population totale de 83,2 millions d’habitants56.

47 Cuba s’est ainsi classé au 5ème rang des pays ayant une démographie similaire ou inférieure et au 6ème rang du continent. En revanche, si l’on se réfère au pourcentage de hausse par rapport à la décennie précédente, Cuba se classe au 13ème rang.

Nombre d’émigrants vers les États-Unis de 1990 à 1999

  • 57 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.
  • 58 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020. https://data.worldbank.org/indicator/S (...)
  • 59 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », op. cit.
  • 60 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », op. cit.

Pays

Population en millions d’habitants en 199057

Nombre d’émigrants sur la décennie

1990-1999

Évolution par rapport à la décennie antérieure

Classement en pourcentage

1

Mexique

83,2

2 855 157

+182%

1er

2

République dominicaine

7,1

365 598

+65%

9ème

3

Salvador

5,1

274 989

+100%

5ème

4

Jamaïque

2,458

182 552

-6%

16ème

5

Haïti

6,9

179 725

+48%

10ème

6

Cuba

10,6

170 675

+28%

13ème

7

Colombie

35

140 685

+33%

12ème

8

Guatemala

8,7

118 130

+100%

6ème

9

Pérou

21,8

111 777

+123%

3ème

10

Nicaragua

3,8

85 246

+174%

2ème

11

Guyana

0,7459

79 519

-8%

17ème

12

Honduras

4.9

72 852

+86%

7ème

13

Brésil

148

49 509

+115%

4ème

14

Venezuela

19,5

28 341

+26%

14ème

15

Panama

2,4

25 619

-23%

19ème

16

Chili

13,1

19 261

-3%

15ème

17

Bolivie

6,6

18 248

+86%

8ème

18

Costa Rica

3

15 220

-40%

20ème

19

Belize

0,1860

12 233

-19%

18ème

20

Paraguay

4,2

5 183

+47%

11ème

  • 61 U.S. Immigration and Naturalization Service, Statistical Yearbook of the Immigration and Naturaliza (...)

Classement de l’émigration par pays et par année sur la décennie 1990-199961

Pays

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1

Mexique

679 068

946 167

213 802

126 561

111 398

89 932

2

République dominicaine

42 195

41 405

41 969

45 420

51 189

38 512

3

Salvador

80 173

47 351

26 191

26 818

17 644

11 744

4

Jamaïque

25 013

23 828

18 915

17 241

14 349

16 398

5

Haïti

20 324

47 527

11 002

10 094

13 333

14 021

6

Cuba

10 645

10 349

11 791

13 666

14 727

17 937

7

Colombie

24 189

19 702

13 201

12 819

10 847

10 838

8

Guatemala

32 303

25 527

10 521

11 870

7 389

6 213

9

Pérou

15 726

16 237

9 868

10 447

9 177

8 066

10

Nicaragua

11,562

17,842

8,949

7,086

5,255

4,408

11

Guyana

11 362

11 666

9 064

8 384

7 662

7 362

12

Honduras

12 024

11 451

6 552

7 306

5 265

5 496

13

Brésil

4,191

8,133

4,755

4,604

4,491

4,558

14

Venezuela

3,142

2,622

2,340

2,743

2,427

2,627

15

Panama

3,433

4,204

2,845

2,679

2,378

2,247

16

Chili

4,049

2,842

1,937

1,778

1,640

1,534

17

Bolivie

2,843

3,006

1,510

1,545

1,404

1,332

18

Costa Rica

2,840

2,341

1,480

1,368

1,205

1,062

19

Belize

3,867

2,377

1,020

1,035

772

644

20

Paraguay

704

538

514

668

789

559

Pays

1996

1997

1998

1999

Total

1

Mexique

163 572

146 865

131 575

147 573

2 855 157

2

République dominicaine

39 604

27 053

20 387

17 864

365 598

3

Salvador

17 903

17 969

14 590

14 606

274 989

4

Jamaïque

19 089

17 840

15 146

14 733

182 552

5

Haïti

18 386

15 057

13 449

16 532

179 725

6

Cuba

26 466

33 587

17 375

14 132

170 675

7

Colombie

14 283

13 004

11 836

9 966

140 685

8

Guatemala

8 763

7 785

7 759

7 308

118 130

9

Pérou

12 871

10 853

10 154

8 438

111 777

10

Nicaragua

6,903

6,331

3,521

13,389

85 246

11

Guyana

9 489

7 257

3 963

3 300

79 519

12

Honduras

5 870

7 616

6 463

4 809

72 852

13

Brésil

5,891

4,583

4,401

3,902

49 509

14

Venezuela

3,468

3,328

3,136

2,508

28 341

15

Panama

2,560

1,981

1,646

1,646

25 619

16

Chili

1,706

1,443

1,240

1,092

19 261

17

Bolivie

1,913

1,734

1,513

1,448

18 248

18

Costa Rica

1,504

1,330

1,204

886

15 220

19

Belize

786

664

496

572

12 233

20

Paraguay

615

304

275

217

5 183

  • 62 Ibid.

48 Dans le détail, pour l’année 1993, considérée comme le pire moment de la « Période spéciale », 13 666 Cubains sont partis vers les États-Unis. Dans le même temps, le Mexique avec 126 561 départs, la République dominicaine (45 420), le Salvador (26 818) et la Jamaïque (17 241) ont observé une migration plus forte que celle de l’île. Cuba a ainsi occupé le cinquième rang continental62.

  • 63 Ibid.

49 L’année 1994 a été marquée par les vagues de balseros cubains vers les États-Unis. Pourtant, il n’y a eu que 14 727 départs, soit un chiffre inférieur à celui du Mexique (111 398), de la République dominicaine (51 189) et du Salvador (17 644). Cuba a ainsi occupé le quatrième rang de la région. À titre de comparaison, la République dominicaine a produit une émigration trois fois plus importante que celle de Cuba avec une population inférieure. Quant au Salvador, son émission migratoire a été plus forte que celle de Cuba, alors que sa population est près de deux fois inférieure. La vague des balseros a été davantage un phénomène médiatique qu’une véritable réalité statistique63.

  • 64 United States General Accounting Office, « Cuba. U.S. Response to the 1994 Cuban Migration Crisis » (...)

50 Le 19 août 1994, le Président Bill Clinton a cependant décidé, pour la première fois depuis 1959, d’appliquer une politique migratoire plus restrictive à l’égard de Cuba avec l’adoption de la législation Wet Foot, Dry Foot. Selon cette dernière, les candidats à l’émigration illégale interceptés en mer sont envoyés sur la base navale de Guantanamo pour une durée indéterminée puis renvoyés à Cuba. En revanche, ceux qui atteignent le sol étasunien sont acceptés et éligibles à la loi d’Ajustement cubain. Dans un accord signé le 9 septembre 1994 avec le gouvernement de La Havane, Washington s’est engagé à fournir un minimum de 20 000 visas par an aux Cubains souhaitant quitter le pays. Ainsi, pour la première fois depuis trente-cinq ans, la Maison-Blanche mettait un frein à une émigration qu’elle avait encouragée depuis 195964.

  • 65 Felix Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants: Cuban Migration to the U.S., 1959-1 (...)
  • 66 Daniela Trota, « U.S., Cuba Clash Over Immigration at Start of Historic Talk », Reuters, 21 janvier (...)

51Selon le Professeur Masud-Piloto, le Président Clinton a mis fin à une pratique qui consistait « à accueillir à bras ouverts les Cubains qui ‘fuyaient’ le régime de Castro65 ». L’agence de presse britannique Reuters souligne néanmoins que cette loi « continue de fournir à presque tous les immigrants cubains qui atteignent le sol américain un statut spécial qui leur permet de rester dans le pays, alors que les ressortissants des autres pays sont déportés s’ils arrivent dans des circonstances similaires66 »

  • 67 Ibid.

52 De son côté, afin de permettre une émigration dans des conditions de sécurité suffisantes et éviter les départs clandestins, le gouvernement de La Havane était favorable à l’émission d’un nombre illimité de visas pour les États-Unis, en raison de l’existence de la loi d’Ajustement cubain. De point de vue cubain, Washington ne pouvait pas en même temps inciter à l’émigration en proposant exclusivement aux Cubains d’obtenir automatiquement le statut de résident permanent au bout d’un an et un jour s’ils parvenaient à mettre un pied sur le territoire étasunien tout en limitant le nombre de visas permettant une émigration légale et sûre, ce qui avait pour conséquence de favoriser les départs illégaux et dangereux, en liaison avec le crime organisé de la région67.

Évolution du classement des flux migratoires par pays sur la décennie 1990-1999

Pays

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

1

Mexique

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

2

République dominicaine

3ème

4ème

2ème

2ème

2ème

2ème

2ème

3ème

2ème

2ème

3

Salvador

2ème

3ème

3ème

3ème

3ème

6ème

6ème

4ème

5ème

5ème

4

Jamaïque

5ème

6ème

4ème

4ème

5ème

4ème

4ème

5ème

4ème

4ème

5

Haïti

7ème

2ème

7ème

9ème

6ème

5ème

5ème

6ème

6ème

3ème

6

Cuba

13ème

10ème

6ème

5ème

4ème

3ème

3ème

2ème

3ème

6ème

4.2. 2000-2009

  • 68 Colin L. Powell, Commission for Assistance to a Free Cuba. Report for the President, mai 2004, Unit (...)

53 La décennie 2000-2009 a été marquée par les nouvelles sanctions prises par l’administration Bush en 2004 et 2006 qui ont singulièrement accru les difficultés économiques de l’île. Les deux mesures les plus emblématiques, qui ont pu avoir un impact favorisant l’émigration vers les États-Unis, ont été prises en mai 2004. La première limitait fortement les voyages de la communauté cubaine des États-Unis vers l’île. La deuxième réduisait substantiellement les transferts d’argent aux familles cubaines. Ainsi, de 2004 à 2009, les Cubains des États-Unis ne pouvaient se rendre que 14 jours tous les trois ans dans leur pays d’origine, à condition de pouvoir démontrer au Département du Trésor qu’ils avaient un membre direct de leur famille dans l’île. L’administration Bush avait même redéfini le concept de famille en le limitant aux grands-parents, aux parents, aux frères et sœurs, aux époux et aux enfants. Ainsi, un Cubain de Miami qui n’aurait qu’une tante, un cousin germain ou un neveu à La Havane ne pouvait plus se rendre dans sa patrie d’origine, même pas deux semaines tous les trois ans68.

  • 69 Ibid.

54De la même manière, l’administration Bush a limité les transferts d’argent à 100 dollars par mois et uniquement à destination d’un membre direct de la famille, selon la nouvelle définition imposée par la Maison-Blanche. Par ailleurs, les membres dits directs de la famille qui étaient inscrits au Parti communiste cubain (3 millions de militants sur un total d’environ 6 millions d’adultes), ou qui travaillaient pour le Ministère de l’intérieur ou le Ministère des forces armées (l’État étant le premier employeur du pays) étaient exclus de ce cadre et ne pouvaient pas recevoir d’aide financière de leur famille vivant aux États-Unis. On peut considérer que ces sanctions ont constitué un facteur objectif d’incitation à l’émigration pour la période allant de 2004 à 200969.

  • 70 United States Department of State, « Cuban Medical Professional Parole Program », 26 janvier 2009. (...)
  • 71 Victoria Burnett & Frances Robles, « U.S. and Cuba at Odds Over Exodus of the Island’s Doctors », T (...)

55 Par ailleurs, en 2006, en plus d’avoir adopté de nouvelles sanctions, l’administration Bush a mis en place le Programme d’Accueil pour les Médecins Cubains destiné aux professionnels de santé de l’île en mission à l’étranger, dans le but de priver Cuba de sa première source de revenus. L’objectif est d’inciter ces médecins à abandonner leur poste en leur offrant la possibilité d’exercer leur profession aux États-Unis, où les rémunérations sont plus attractives. La portée du programme est large puisqu’il inclut « les médecins, les infirmières, le personnel paramédical, les physiothérapeutes, les techniciens de laboratoire et les professeurs de sport70 ». Selon le New York Times, « des milliers de personnels de santé cubains ont émigré » vers les États-Unis en vertu de cette politique, privant l’île d’un précieux capital humain71.

  • 72 U.S Department of Homeland Security, « 2010 Yearbook of Immigration Statistics », août 2011.

Classement des pays par année de 2000 à 200972

Pays

2000

2001

2002

2003

2004

2005

1

Mexique

173 919

205 560

218 822

115 585

175 411

161 445

2

République dominicaine

17 536

21 195

22 515

26 159

30 506

27 503

3

Cuba

20 831

27 453

28 182

9 262

20 488

36 261

4

Salvador

22 578

31 089

31 060

28 231

29 807

21 359

5

Colombie

14,498

16,627

18,758

14,720

18,846

25,566

6

Haïti

22 363

27 031

20 213

12 293

14 191

14 524

7

Jamaïque

16 000

15 322

14 835

13 347

14 430

18 345

8

Guatemala

9,970

13,496

16,178

14,386

18,920

16,818

9

Pérou

9,613

11,062

11,918

9,409

11,794

15,676

10

Brésil

6,959

9,448

9,439

6,331

10,556

16,662

11

Nicaragua

24,029

19,634

10,659

4,094

4,009

3,305

12

Venezuela

4,716

5,170

5,228

4,018

6,220

10,645

13

Guyana

5,746

8,279

9,938

6,809

6,351

9,317

14

Honduras

5,939

6,571

6,435

4,645

5,508

7,012

15

Bolivie

1,772

1,819

1,664

1,376

1,768

2,197

16

Chili

1,712

1,921

1,839

1,310

1,810

2,404

17

Costa Rica

1,324

1,733

1,591

1,246

1,755

2,278

18

Panama

1,843

1,867

1,680

1,164

1,417

1,815

19

Belize

760

936

966

588

871

876

20

Paraguay

342

401

356

207

328

516

Pays

2006

2007

2008

2009

Total

1

Mexique

173 749

148 640

189 989

164 920

1 728 040

2

République dominicaine

38 068

28 024

31 879

49 414

292 826

3

Cuba

45 614

29 104

49 500

38 954

284 818

4

Salvador

31 782

21 127

19 659

19 909

256 601

5

Colombie

43,144

33,187

30,213

27,849

243 408

6

Haïti

22 226

30 405

26 007

24 280

191 170

7

Jamaïque

24 976

19 375

18 477

21 783

176 890

8

Guatemala

24,133

17,908

16,182

12,187

160 178

9

Pérou

21,718

17,699

15,184

16,957

141 030

10

Brésil

17,903

14,295

12,195

14,701

118 489

11

Nicaragua

4,145

3,716

3,614

4,137

81 342

12

Venezuela

11,341

10,692

10,514

11,154

79 698

13

Guyana

9,552

5,726

6,823

6,670

75 211

14

Honduras

8,177

7,646

6,540

6,404

64 877

15

Bolivie

4,025

2,590

2,436

2,837

22 484

16

Chili

2,774

2,274

2,017

2,250

20 311

17

Costa Rica

3,109

2,540

2,090

2,384

20 050

18

Panama

2,418

1,916

1,678

1,806

17 604

19

Belize

1,252

1,073

1,077

1,041

9 440

20

Paraguay

719

545

481 

530

4 425

Évolution du classement sur la décennie 2000-2009

Pays

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

1

Mexique

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

2

République dominicaine

6ème

5ème

4ème

3ème

2ème

3ème

4ème

5ème

3ème

2ème

3

Cuba

5ème

3ème

3ème

9ème

4ème

2ème

2ème

4ème

2ème

3ème

4

Salvador

3ème

2ème

2ème

2ème

3ème

5ème

5ème

6ème

6ème

7ème

5

Colombie

8ème

7ème

6ème

4ème

6ème

4ème

3ème

2ème

4ème

4ème

6

Haïti

4ème

4ème

5ème

7ème

8ème

10ème

8ème

3ème

5ème

5ème

7

Jamaïque

7ème

8ème

8ème

6ème

7ème

6ème

6ème

7ème

7ème

6ème

  • 73 Ibid.

56 Pour cette décennie, il est possible d’observer une hausse migratoire à Cuba entre 2004 et 2009, probablement liée aux sanctions économiques et aux restrictions de voyage des Cubano-américains imposées par l’administration Bush. Au total, 284 818 Cubains ont quitté l’île pour les États-Unis entre 2000 et 2009 soit environ 115 000 de plus que la décennie précédente. Dans le même temps, le Mexique a été à l’origine de 1 728 040 départs, se plaçant au premier rang. La République dominicaine a observé 292 826 sorties. Le Salvador (256 601), la Colombie (243 408), Haïti (191 170) et la Jamaïque (176 890) ont complété le classement73.

57En chiffres absolus, Cuba a ainsi occupé le troisième rang du tableau sur la décennie, derrière le Mexique et la République dominicaine. En termes de pourcentage de hausse par rapport à la décennie précédente, l’île se situe au quatrième rang.

Nombre d’émigrants vers les États-Unis de 2000 à 2009

  • 74 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.
  • 75 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020, op. cit.
  • 76 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020, op. cit.
  • 77 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020, op. cit.

Pays

Population en millions d’habitants en 200074

Nombre d’émigrants sur la décennie

2000-2009

Évolution par rapport à la décennie antérieure

Classement en pourcentage

1

Mexique

98,9

1 728 040

-40%

20ème

2

République dominicaine

8,4

292 826

-20%

17ème

3

Cuba

11,2

284 818

+58%

4ème

4

Salvador

6,3

256 601

-7%

14ème

5

Colombie

42,3

243 408

+73%

3ème

6

Haïti

8,4

191 170

+6%

9ème

7

Jamaïque

2,675

176 890

-4%

11ème

8

Guatemala

11,4

160 178

+35%

5ème

9

Pérou

25,9

141 030

+26%

7ème

10

Brésil

170,7

118 489

+139%

2ème

11

Nicaragua

5,1

81 342

-5%

12ème

12

Venezuela

24,2

79 698

+181%

1er

13

Guyana

0,7476

75 211

-6%

13ème

14

Honduras

6.5

64 877

-11%

15ème

15

Bolivie

8,3

22 484

+23%

8ème

16

Chili

15,2

20 311

+5%

10ème

17

Costa Rica

4

20 050

+31%

6ème

18

Panama

2,9

17 604

-32%

19ème

19

Belize

0,2477

9 440

-23%

18ème

20

Paraguay

5,5

4 425

-15%

16ème

  • 78 U.S Department of Homeland Security, « 2010 Yearbook of Immigration Statistics », août 2011, op. ci (...)

58En revanche, en proportion à sa population, Cuba (11,2 millions / 2,54% de départs) se place derrière la République dominicaine (8,4 M/ 3,48%), le Salvador (6,3 M / 4,07%), la Jamaïque (2,6 M/ 6,8%) et le Guyana (75 211 départs, 0,8 million d’habitants, 9,4%), soit au cinquième rang78.

Classement des pays par pourcentage de départ / nombre d’habitants de 2000 à 2009

  • 79 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020, op. cit.

Pays

Pourcentage de départs

Population en millions d’habitants en 2000

1

Guyana

9,4% (75 211 départs)

0,7479

2

Jamaïque

6,09%

2,6

3

Salvador

3,94%

6,3

4

République dominicaine

2,73%

8,4

5

Cuba

2,52%

11,2

6

Haïti

2,27%

8,4

4.3. 2010-2019

  • 80 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

59Sur la décennie 2010-2019, en chiffres absolus, Cuba a occupé le troisième rang sur le continent avec 479 818 départs, soit le chiffre le plus élevé depuis 1959. Le Mexique avec 1 506 738 départs et la République dominicaine avec 503 978 émigrants ont dépassé Cuba. Ces trois nations sont suivies par Haïti (201 329), la Jamaïque (199 928) et le Salvador (198 974)80.

  • 81 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

Classement des pays par année81

Pays

2010

2011

2012

2013

2014

2015

1

Mexique

138 717

142 823

145 326

134 198

133 107

157 227

2

République dominicaine

53 890

46 036

41 535

41 487

44 450

50 382

3

Cuba

33 573

36 261

32 551

31 343

46 505

54 178

4

Haïti

22 336

21 802

22 446

20 083

15 107

16 787

5

Jamaïque

19 439

19 298

20 300

19 052

18 804

17 362

6

Salvador

18 547

18 477

15 874

18 015

18 964

18 699

7

Colombie

21861

22130

20272

20611

17614

16509

8

Brésil

12057

11643

11248

10772

10246

11247

9

Guatemala

10263

10795

9857

9829

9871

11466

10

Pérou

14063

13836

12414

12370

10450

9973

11

Venezuela

9497

9229

9464

9512

8289

8985

12

Honduras

6381

6053

6773

8795

8025

9071

13

Guyana

6441

6288

5282

5564

6031

5313

14

Nicaragua

3476

3314

2943

2940

2773

3262

15

Costa Rica

2306

2230

2152

2232

2018

2121

16

Bolivie

2211

2113

1920

2005

1663

1549

17

Chili

1940

1854

1628

1751

1591

1620

18

Panama

1627

1447

1363

1276

1164

1133

19

Belize

997

933

875

969

823

804

20

Paraguay

449

501

454

437

363

353

Pays

2016

2017

2018

2019

Total

1

Mexique

172 726

168 980

160 132

153 502

1 506 738

2

République dominicaine

60 613

58 384

57 159

49 815

503 978

3

Cuba

66 120

64 749

75 159

39 580

479 818

4

Haïti

23 185

(21 501

21 091

16 991

201 329

5

Jamaïque

22 833

21 517

19 986

21 337

199 928

6

Salvador

21 268

21 920

22 884

24 386

198 974

7

Colombie

16830

16341

15950

18715

186 833

8

Brésil

13528

14832

15286

19607

130 466

9

Guatemala

12548

12792

15172

13111

115 704

10

Pérou

10519

9767

9488

9873

112 753

11

Venezuela

10590

11465

11481

15159

103 671

12

Honduras

12996

11147

13492

15543

98 276

13

Guyana

4909

4683

4573

4837

53 921

14

Nicaragua

3397

3014

2967

3689

31 775

15

Costa Rica

2295

2259

2241

2466

22 320

16

Bolivie

1481

1399

1398

1425

17 164

17

Chili

1711

1664

1566

1817

17 142

18

Panama

1130

1021

994

1135

12 290

19

Belize

878

754

637

817

8 487

20

Paraguay

364

361

435

4 117

Évolution du classement sur la décennie 2010-2019

Pays

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

1

Mexique

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

1er

2

République dominicaine

2ème

2ème

2ème

2ème

3ème

3ème

3ème

3ème

3ème

2ème

3

Cuba

3ème

3ème

3ème

3ème

2ème

2ème

2ème

2ème

2ème

3ème

4

Haïti

4ème

5ème

4ème

5ème

7ème

6ème

4ème

6ème

5ème

5ème

5

Jamaïque

6ème

6ème

5ème

6ème

5ème

5ème

5ème

5ème

6ème

6ème

6

Salvador

7ème

7ème

7ème

7ème

4ème

4ème

7ème

4ème

4ème

4ème

  • 82 Salim Lamrani, « Assessing Cuba Policy under Trump and Prospects for a Second Term », International (...)

60Le 17 décembre 2014, les États-Unis et Cuba ont entamé un processus historique de rapprochement sous l’égide de Barack Obama et Raúl Castro. En l’espace de deux ans, des ambassades ont été ouvertes dans les capitales des deux pays, Cuba a été rayée de la liste des nations soutenant le terrorisme, les sanctions économiques ont été quelque peu allégées, les vols commerciaux directs ont été rétablis et certaines catégories de citoyens étasuniens ont été autorisées par leur gouvernement à se rendre dans l’île. Le Président Obama a même effectué une visite historique à Cuba en 2016, une première depuis le déplacement de Calvin Coolidge en 192882.

  • 83 Alicia A. Caldwell & Julie Pace, « Obama Ends Visa-Free Path for Cubans Who Make It to U.S. Soil », (...)
  • 84 Mohamed Berkani, « Obama met fin immédiatement au régime spécial d’immigration pour les Cubains », (...)

61Selon les observateurs, le dialogue établi entre les deux pays, notamment sur les questions migratoires et la demande d’abrogation de la loi d’Ajustement cubain et de la politique Wet Foot, Dry Foot de la part de La Havane, a eu pour effet d’accroître le flux migratoire vers les États-Unis à partir de 2015. Selon l’agence de presse Associated Press, « l’essor a été attribué par de nombreux observateurs à l’attente parmi les Cubains de voir l’administration Obama supprimer prochainement leur statut migratoire spécial ». Finalement, le Président annula la politique Wet Foot, Dry Foot en janvier 2017, à quelques jours de la fin de son mandat, ainsi que le Programme d’accueil pour les médecins cubains, sans pour autant abroger la loi d’Ajustement cubain83. Le gouvernement des États-Unis a expliqué les raisons de ce timing : « Nous ne voulions pas provoquer un exode de masse depuis Cuba en anticipation d’un changement de politique », confirmant ainsi le caractère incitatif de cette législation84.

  • 85 Julie Hirshfeld Davis & Frances Robles, « Obama Ends Exemptions For Cubans Who Arrive Without Visas (...)
  • 86 Patricia Zengerle, « Obama Administration Ends Special Immigration Policy for Cubans », 13 janvier (...)

62Le New York Times a rappelé le fondement de la législation de 1994, abrogée par Obama : « C’était une manière pour les États-Unis d’essayer d’affaiblir le gouvernement de Fidel Castro, en accueillant des dizaines de milliers de Cubains qui fuyaient la répression. Lors des dernières années, elle est devenue un aimant pour les réfugiés économiques, incitant de nombreux Cubains à réaliser un périlleux voyage vers les États-Unis, où ils bénéficient d’un statut, contrairement aux migrants de n’importe quel autre pays85 ». Pour Reuters, « l’administration Obama a annulé une mesure qui octroyait la résidence automatique à presque chaque Cubain qui arrivait aux États-Unis, avec ou sans visa, mettant un terme à une vieille exception dans de la politique d’immigration américaine86 ».

  • 87 Salim Lamrani, « Assessing Cuba Policy Under Trump and Prospects for a Second Term », op. cit.

63En 2017, l’administration Trump est arrivée au pouvoir et a remis en cause les accords conclus par Barack Obama, procédant à un revirement complet de la politique étrangère des États-Unis vis-à-vis de l’île. Washington a ainsi ciblé les trois principales sources de revenus de l’économie cubaine : les services médicaux que l’île exporte à travers le monde, les transferts d’argent en provenance de la communauté cubaine des États-Unis et le tourisme. Les sanctions mises en place, notamment en ce qui concerne les approvisionnements en pétrole, ont provoqué des pénuries qui n’avaient plus été observées depuis le milieu des années 199087.

  • 88 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

64Pour la décennie 2010-2019, si l’on procède à une comparaison des flux migratoires par rapport au nombre d’habitants, Cuba (11,3 M / 4,2% de migrants) se situe derrière la Jamaïque (2,9 M/6,89%), le Guyana (53 922 départs, 0,8 M /6,74%) et la République dominicaine (10,7 M/ 4,71%), soit au quatrième rang de la région88.

Classement des pays par pourcentage de départ / nombre d’habitants 2010-2019

  • 89 Gilles Pison, « Populations et sociétés », Institut national d’études démographiques, septembre 201 (...)

Pays

Nombre de migrants en pourcentage de la population

Population en millions d’habitants en 201989

1

Jamaïque

6,89%

2,9

2

Guyana

6,74% (53 922 départs)

0,8

3

République dominicaine

4,71%

10,7

4

Cuba

4,2%

11,3

65En revanche, en termes de hausse par rapport à la décennie antérieure, Cuba s’est classée au deuxième rang, derrière la République dominicaine.

Nombre d’émigrants vers les États-Unis 2010-2019

  • 90 Ibid.

Pays

Population en millions d’habitants en 201990

Nombre d’émigrants sur la décennie

2010-2019

Évolution par rapport à la décennie antérieure

Classement en pourcentage

1

Mexique

127,6

1 506 738

-13%

11ème

2

République dominicaine

10,7

503 978

+72%

1er

3

Cuba

11,3

479 818

+68%

2ème

4

Haïti

11,3

201 329

+5%

8ème

5

Jamaïque

2,9

199 928

+13%

5ème

6

Salvador

6,5

198 974

-23%

14ème

7

Colombie

50,3

186 833

-24%

15ème

8

Brésil

211

130 466

+10%

7ème

9

Guatemala

17,6

115 704

-28%

17ème

10

Pérou

32,5

112 753

-21%

13ème

11

Venezuela

28,5

103 671

+30%

4ème

12

Honduras

9,7

98 276

+51%

3ème

13

Guyana

0,8

53 921

-29%

18ème

14

Nicaragua

6,5

31 775

-61%

20ème

15

Costa Rica

5

22 320

+11%

6ème

16

Bolivie

11,5

17 164

-24%

16ème

17

Chili

19

17 142

-16%

12ème

18

Panama

4,2

12 290

-31%

19ème

19

Belize

0,39

8 487

-11%

10ème

20

Paraguay

7

4 117

-7%

9ème

5. Bilan statistique 1960-2019

  • 91 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

66Au total, de 1960 à 2019, 1 526 390 Cubains ont quitté leur pays pour émigrer vers les États-Unis. Durant la même période, le Mexique a produit une émigration s’élevant à 8 162 563 sorties. La République dominicaine, quant à elle, a été à l’origine de 1 583 412 départs. Haïti a vu 777 788 migrants quitter le territoire, alors que la Jamaïque a recensé la migration de 929 688 de ses ressortissants. Le Salvador, de son côté, a été la source de 889 057 départs91. Ainsi, sur la période, en chiffres absolus, Cuba se classe au troisième rang du continent derrière le Mexique et la République dominicaine.

Pays

Total

1960-2019

1

Mexique

8 162 563

2

République dominicaine

1 583 412

3

Cuba

1 526 390

4

Jamaïque

929 688

5

Salvador

889 057

6

Haïti

777 788

  • 92 Ibid.

67En revanche, si l’on calcule l’émigration proportionnellement au nombre d’habitants de chaque pays, Cuba (11,3 M. / 13,50%) passe au cinquième rang, derrière le Guyana (326 504 départs, 0,8 M / 40,81%), la Jamaïque (2,9 M. / 32,05%), la République dominicaine (10,7 M / 14,79%) et le Salvador (6,5 M /13,67%)92.

Pays

Nombre de migrants en pourcentage de la population

Population (2019)

1

Guyana

40,81%

0,8 millions

2

Jamaïque

32,05%

2,9 millions

3

République dominicaine

14,79%

10,7 millions

4

Salvador

13,67%

6,6 millions

5

Cuba

13,50%

11,3 millions

  • 93 Office of Immigration Statistics, « Population Estimates: Illegal Alien Population Residing in the (...)

68Il est important de signaler que ces statistiques ne prennent pas en compte l’émigration clandestine. Selon une étude de décembre 2018 réalisée par les services d’immigration des États-Unis, il y aurait 12,5 millions de personnes en situation irrégulière sur le territoire national au 1er janvier 2015. Washington note « qu’environ 55% sont originaires du Mexique », soit 6,6 millions de personnes. Les autres principaux émetteurs d’émigration illégale du continent latino-américain sont le Salvador avec 750 000 personnes, le Guatemala (620 000), le Honduras (440 000) et l’Équateur (150 000)93.

69Il convient également de souligner qu’en vertu de la loi d’Ajustement cubain, il n’y a pas un seul ressortissant de l’île qui se trouve en situation irrégulière aux États-Unis, car tous les candidats à l’émigration sont automatiquement régularisés à leur arrivée sur le territoire. En conclusion, pour tous les autres pays du continent à l’exception de Cuba, il faudrait ajouter aux statistiques officielles la part de l’émigration illégale pour obtenir un chiffre plus proche de la réalité.

Conclusion

70 A la lumière des statistiques disponibles pour la période allant de 1860 à 2019 – à l’exception des années 1900-1920 – il est possible de tirer les conclusions suivantes. De 1860 à 1899, Cuba a été le premier émetteur d’émigrants vers les États-Unis du continent du Río Bravo jusqu’à la Terre de Feu, dépassant même le Mexique. De 1920 à 1959, Cuba a été supplanté par le Mexique et se plaçait ainsi au deuxième rang. Même en soustrayant l’émigration de l’année 1959 qui s’est élevée à 26 527 départs au chiffre de la décennie de 73 221 sorties, Cuba présentait un niveau migratoire supérieur (46 694) à celui de n’importe quelle autre nation de la région. À titre de comparaison, entre 1950 et 1958, Cuba a produit un flux migratoire plus fort que celui de toute l’Amérique centrale. Le nombre de départs de l’île a été ainsi quatre fois supérieur à celui de la République dominicaine, six fois supérieur à celui de la Jamaïque, neuf fois supérieur à celui du Salvador et dix fois supérieur à celui d’Haïti. Ainsi, avant la Révolution cubaine de 1959, Cuba a historiquement été une terre d’exil et d’émigration vers les États-Unis.

71 L’arrivée de Fidel Castro au pouvoir en 1959 a été à l’origine du processus de transformation sociale le plus important du XXe siècle en Amérique latine et l’État a pris possession des principales ressources du pays. La réappropriation des richesses nationales a déclenché un conflit de grande envergure avec les États-Unis qui ont imposé des sanctions économiques contre l’île dès 1960, lesquelles sont encore en vigueur à ce jour et n’ont cessé d’être renforcées par les administrations successives, à l’exception de celles de James Carter et de Barack Obama. Elles constituent de fait un facteur objectif d’incitation à l’émigration. Parallèlement à cela, dès 1959, Washington a adopté une politique migratoire dite de « Open Arms » à destination de la population cubaine. Celle-ci a été codifiée avec la création du Cuban Refugee Program de 1961 et de la loi d’Ajustement cubain de 1966 – encore en vigueur à ce jour – qui stipule que tout Cubain qui émigre légalement ou illégalement vers les États-Unis après le 1er janvier 1959 obtient automatiquement au bout d’un an et un jour le statut de résident permanent. Aucun autre pays au monde ne bénéficie d’une telle législation. Le but était de priver le nouveau régime de son capital humain qualifié et de le discréditer en encourageant la fuite de milliers de Cubains d’une « dictature communiste » vers une « démocratie capitaliste », pour reprendre les termes du Professeur Masud-Piloto. Cette politique migratoire unique et très favorable des États-Unis vis-à-vis des Cubains constitue un autre facteur d’incitation à l’émigration vers le Nord.

72 Néanmoins, en dépit de la réalité migratoire cubaine avant 1959 et malgré la présence de ces facteurs d’incitation à l’émigration, Cuba n’a pas connu de hausse statistique particulière de son émigration vers les États-Unis à partir de 1959, en comparaison avec les autres pays du continent. Au contraire, un recul est à enregistrer. Ainsi, Cuba est passée du deuxième rang dans la région en 1958 au troisième rang pour la décennie 2010-2019 avec 479 818 départs. À titre de comparaison, le nombre de sorties à Cuba a été inférieur à celui de la République dominicaine ; 2,39 fois supérieur à celui de la Jamaïque ; 2,41 fois supérieur à celui du Salvador et 2,38 fois supérieur à celui d’Haïti.

73 En chiffre absolus, de 1860 à 1899, Cuba a été à l’origine de vagues migratoires totalisant 55 928 départs vers les États-Unis, soit 42,8 fois plus que toute l’Amérique centrale (1 305) et 9,3 fois supérieur à ceux de l’Amérique du Sud (5 988). De 1920 à 1959, Cuba a observé 122 607 départs, chiffre qui se réduit à 96 080 sorties si l’on considère la période 1920-1958, soit un nombre supérieur à toute l’émigration de l’Amérique centrale (83 687) et équivalent à plus de la moitié (63%) de toute l’émigration de l’Amérique du Sud (151 095) pour la période 1920-1959. De 1959 à 2019, Cuba a vu 1 552 917 (1 526 390 + 26 527) personnes quitter le pays, soit un chiffre équivalent à 67% de l’émigration de l’Amérique centrale (2 287 667) et à 48% de l’émigration de l’Amérique du Sud (3 214 291).

74 Ainsi, le premier postulat stipulant que la Révolution cubaine de 1959 a été à l’origine d’un exode massif vers les États-Unis est discutable si l’on prend en compte la réalité migratoire antérieure à 1959 et si l’on compare le flux cubain post-1959 à celui des autres pays du continent. De la même manière, le deuxième postulat selon lequel l’émigration cubaine postérieure à 1959 serait l’expression du rejet du régime communiste en place dans l’île n’est pas démontré par les statistiques. En effet, en dépit des éléments incitatifs à l’émigration, les Cubains ont proportionnellement moins quitté leur pays que par le passé, et ont moins émigré que leurs voisins régionaux.

75 L’émigration cubaine vers les États-Unis a toujours été une réalité historique, indépendamment de la situation politique de l’île. Pour les habitants de l’archipel de la Caraïbe – et de la région – le Voisin du Nord représente naturellement pour des raisons géographiques et économiques une terre d’accueil et d’opportunités où il est possible d’améliorer son niveau de vie matériel. L’émigration cubaine doit donc être lue dans le cadre des migrations économiques des pays du Sud vers le Nord – à l’exception de celle des années 1960 motivée par l’arrivée du gouvernement révolutionnaire au pouvoir –, et non selon un quelconque prisme politique ou idéologique.

Haut de page

Bibliographie

AGENCE FRANCE PRESSE, “L’émigration cubaine, un demi-siècle de contentieux », 13 de enero de 2017. https://www.lepoint.fr/monde/l-emigration-cubaine-un-demi-siecle-de-contentieux-13-01-2017-2096799_24.php (site consulté le 4 novembre 2020).

AGUIRRE, B. E., Rogelio SÁENZ & Brian SINCLAIR JAMES, « Marielitos Ten Years Later: The Scarface Legacy », Social Science Quaterly, volume 78, n°2, juin 1997, p. 487-507.

BARQUET, Jesús J., « Clés pour comprendre une génération », Revue française d’études américaines, n° 41, 1989, p. 345-356.

BELL, Jason S., « Violation of International Law and Doomed U.S. Policy: An Analysis of the Cuban Democracy Act », The University of Miami Inter-American Law Review, volume 25, n°1, automne 1993, p. 77-129.

BERKANI, Mohamed, « Obama met fin immédiatement au régime spécial d’immigration pour les Cubains », France Info, 13 janvier 2017.

BREA, Jorge A., « Population Dynamics in Latin America », Population Bulletin, Washington D. C., Population Reference Bureau, mars 2003, volume 58, n°1.

BURNETT, Victoria & Frances ROBLES, « U.S. and Cuba at Odds Over Exodus of the Island’s Doctors », The New York Times, 19 décembre 2015.

CALDWELL, Alicia A. & Julie PACE, « Obama Ends Visa-Free Path for Cubans Who Make It to U.S. Soil », The Associated Press, 13 janvier 2017.

CARD, David, « The Impact for the Mariel Boatlift on the Miami Labor Market », Industrial and Labor Relations Review, volume 43, n° 2, 1990, p. 245-257.

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por Fidel Castro Ruz, Presidente de la República de Cuba, en la Clausura del XVI Congreso de la CTC, celebrado en el Teatro "Carlos Marx" », República de Cuba, 28 janvier 1990. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1990/esp/f280190e.html (site consulté le 11 novembre 2020).

COPELAND, Ronald, « The Cuban Boatlift of 1980: Strategies in Federal Crisis Management », The Annals of American Academy of Political and Social Science, volume 467, 1983, p. 1338-150.

DEPARTMENT OF STATE, « Migration », 16 mars 2000. https://1997-2001.state.gov/regions/wha/cuba/migration.html (site consulté le 4 novembre 2020).

DUMONT, Gérard-François, « Cuba : histoire d’un exode », Population & Avenir, 2015/5, n°725, p. 3. https://www.cairn.info/revue-population-et-avenir-2015-5-page-3.htm (site consulté le 4 novembre 2020).

ECONOMIC COMMISSION FOR LATIN AMERICA AND THE CARIBBEAN (ECLAC), The Cuban Economy. Structural Reforms and Economic Performance in the 1990s, Mexico, United Nations, 6 décembre 2001, p. 22.

EISENHOWER, Dwight D., « Paper Prepared by the 5412 Committee », 16 mars 1960, Eisenhower Library, Project “Clean Up” Records, Cuba. Secret. Eyes Only. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 850-51.

ERISMAN, H. Michael, « Brain Drain Politics: The Cuban Medical Professional Parole Programme », International Journal of Cuban Studies, volume n°4, ¾, automne-hiver 2012, p. 269-290.

FEINSILVER, Julie M., « Fifty Years of Cuba’s Medical Diplomacy: From Idealism to Pragmatism », Cuban Studies, volume 41, 2010, p. 85-104.

GARCÍA, José Manuel, Voices from Mariel: Oral Histories of the 1980 Cuban Boatlift, Florida, University Press of Florida, 2018.

GOODPASTER, Andrew Jackson, « Memorandum of a Conference With the President, White House, Washington », 17 octobre 1960, Eisenhower Library, Whitman File, Miscellaneous Material. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1089-90.

HIRSHFELD Davis, Julie & Frances ROBLES, « Obama Ends Exemptions For Cubans Who Arrive Without Visas », The New York Times, 12 janvier 2017.

HUFKER, Brian & Gray CAVENDER, « From Freedom Flotilla to America’s Burden: The Social Construction of the Mariel Immigrants », The Sociological Quaterly, volume 31, n°2, été 1990, p. 321-335.

HURWICH, Robert A., « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 3 janvier 1961, Department of State, Central Files, 611.37/1-361. Unclassified, NIACT, Verbatim Text. Foreign Relations of the United States 1961-1963, Cuba, 1961-1962, document 7.

INTERNATIONAL LEGAL MATERIALS, « Cuba-United States: Joint Statement on Normalization of Migration, Building on the Agreement of September 9, 1994 », volume 35, n°2, 1996, p. 327-330.

KENNEDY, Robert F., « Memorandum From the Attorney General (Kennedy) to President Kennedy », 19 avril 1961, Kennedy Library, President’s Office Files, Countries Series, Cuba, General, April 1961. Foreign Relations of the United States 1961-1963, Cuba, 1961-1962, document n° 157.

KHRUSCHEV, Nikita, « Message From Chairman Khruschev to President Kennedy », 28 octobre 1962, Department of State, S/S Files, Lot 65 D 438, Miscellaneous. Foreign Relations of the United States, 1961-1963, Volume XI, Cuban Missile Crisis and Aftermath, document n°102.

LAMRANI, Salim, « Assessing Cuba Policy under Trump and Prospects for a Second Term », International Journal of Cuba Studies / International Institute for the Study of Cuba, 16 août 2020. http://cubastudies.org/salim-lamrani-assessing-cuba-policy-under-trump-and-prospects-for-a-second-term-in-spanish/ (site consulté le 17 novembre 2020).

LAMRANI, Salim, Fidel Castro, Cuba et les États-Unis (Pantin : Le Temps des Cerises, 2007), p. 48-49.

MASUD-PILOTO, Felix, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants: Cuban Migration to the U.S., 1959-1995, Oxford, Rowman & Littlefield Publishers, Inc., 1996, p. 2.

MCMANUS, Doyle, « Soviet Troops to Leave Cuba, Gorbachev Says », The Los Angeles Times, 12 septembre 1991.

MITCHELL, William, “The Cuban Refugee Program”, https://www.ssa.gov/policy/docs/ssb/v25n3/v25n3p3.pdf (site consulté le 4 novembre 2020).

OFFICE OF IMMIGRATION STATISTICS, « Population Estimates: Illegal Alien Population Residing in the United States January 2015 », Homeland Security, décembre 2018. https://www.dhs.gov/sites/default/files/publications/18_1214_PLCY_pops-est-report.pdf (site consulté le 11 novembre 2020).

PAARLBERG, Don, « Memorandum of Discussion, White House », 6 juillet 1960, Eisenhower Library, Project ‘Clean UP’ Records, Cuba. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 979-80.

PISON, Gilles, « Populations et sociétés », Institut national d’études démographiques, septembre 2019, n°569. https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/211/569.population.societes.tous.pays.monde.2019.fr.pdf (site consulté le 5 novembre 2020).

POWELL, Colin L., Commission for Assistance to a Free Cuba. Report for the President, mai 2004, United States Agency for International Development. https://pdf.usaid.gov/pdf_docs/Pcaab192.pdf (site consulté le 12 novembre 2020)

RICE, Condoleeza & Carlos Guitiérrez, Commission for Assistance to a Free Cuba. Report to the President, juillet 2006.

ROJAS OCHOA, Francisco, « El número de médicos en Cuba”, Revista Cubana de Salud Pública, janvier-mars 2015. http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-34662015000100013 (site consulté le 23 mars 2020).

THE HOUSTON CHRONICLE, « Cuba Rips Gorbachev Plan to Withdraw Troops », 12 septembre 1991, p. 1, 4.

THOMAS, John F., « Cuban Refugees in the United States”, pas de date. http://www.latinamericanstudies.org/exile/refugees.pdf (site consulté le 10 novembre 2020).

TROTA, Daniela, « U.S., Cuba Clash Over Immigration at Start of Historic Talk », Reuters, 21 janvier 2015.

UNITED STATES CONGRESS, « Cuban Adjustment Act », Public Law 89-732, 2 novembre 1966. https://www.govinfo.gov/content/pkg/STATUTE-80/pdf/STATUTE-80-Pg1161.pdf (site consulté le 2 novembre 2020).

UNITED STATES CONGRESS, « Cuban Democracy Act », 1992. https://www.congress.gov/bill/102nd-congress/house-bill/5323/text (site consulté le 11 novembre 2020).

UNITED STATES CONGRESS, « Cuban Liberty and Democratic Solidarity (LIBERTAD) Act », 1996. https://www.congress.gov/bill/104th-congress/house-bill/927/text (site consulté le 11 novembre 2020).

U.S. DEPARTMENT OF HOMELAND SECURITY, « 2010 Yearbook of Immigration Statistics », août 2011.

U.S. DEPARTMENT OF HOMELAND SECURITY, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », 2020, Table 2. https://www.dhs.gov/immigration-statistics/yearbook/2019#* (site consulté le 2 novembre 2020).

UNITED STATES DEPARTMENT OF STATE, « Cuban Medical Professional Parole Program », 26 janvier 2009. https://2009-2017.state.gov/p/wha/rls/fs/2009/115414.htm (site consulté le 12 novembre 2020).

UNITED STATES GENERAL ACCOUNTING OFFICE, « Cuba. U.S. Response to the 1994 Cuban Migration Crisis », septembre 1995. https://www.gao.gov/assets/230/221797.pdf (site consulté le 11 novembre 2020).

U.S. IMMIGRATION AND NATURALIZATION SERVICE, Statistical Yearbook of the Immigration and Naturalization Service, 2000, U.S. Government Printing Office: Washington, D.C., 2002.

WEISMAN, Steven R., « President Says U.S. Offers ‘Open Arms’ to Cuban Refugees », The New York Times, 6 mai 1980, p. 1, 13.

WORLD BANK, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020. https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=GY&start=1960 (site consulté le 23 novembre 2020).

WORLD BANK, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020. https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=BZ&start=1960 (site consulté le 24 novembre 2020).

WORLD BANK, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020. https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=JM&start=1960 (site consulté le 23 novembre 2020).

ZENGERLE, Patricia, « Obama Administration Ends Special Immigration Policy for Cubans », 13 janvier 2017.

Haut de page

Notes

1 Department of State, « Migration », 16 mars 2000. https://1997-2001.state.gov/regions/wha/cuba/migration.html (site consulté le 4 novembre 2020).

2 United States General Accounting Office, « Cuba. U.S. Response to the 1994 Cuban Migration Crisis », septembre 1995. https://www.gao.gov/assets/230/221797.pdf (site consulté le 11 novembre 2020).

3 Gérard-François Dumont, « Cuba : histoire d’un exode », Population & Avenir, 2015/5, n°725, p. 3. https://www.cairn.info/revue-population-et-avenir-2015-5-page-3.htm (site consulté le 4 novembre 2020).

4 Felix Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants: Cuban Migration to the U.S., 1959-1995, Oxford, Rowman & Littlefield Publishers, Inc., 1996, p. 2.

5 Francisco Rojas Ochoa, « El número de médicos en Cuba”, Revista Cubana de Salud Pública, janvier-mars 2015. http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-34662015000100013 (site consulté le 23 mars 2020).

6 Agence France Presse, https://www.lepoint.fr/monde/l-emigration-cubaine-un-demi-siecle-de-contentieux-13-01-2017-2096799_24.php (site consulté le 4 novembre 2020).

7 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », 2020, Table 2. https://www.dhs.gov/immigration-statistics/yearbook/2019#* (site consulté le 2 novembre 2020).

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », Population Bulletin, Washington D. C., Population Reference Bureau, mars 2003, volume 58, n°1, p. 7.

12 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Felix Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants: Cuban Migration to the U.S., 1959-1995, op. cit, p. xxiv.

17 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

18 Dwight D. Eisenhower, « Paper Prepared by the 5412 Committee », 16 mars 1960, Eisenhower Library, Project “Clean Up” Records, Cuba. Secret. Eyes Only. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 850-51.

19 Don Paarlberg, « Memorandum of Discussion, White House », 6 juillet 1960, Eisenhower Library, Project ‘Clean UP’ Records, Cuba. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 979-80 ; Andrew Jackson Goodpaster, « Memorandum of a Conference With the President, White House, Washington », 17 octobre 1960, Eisenhower Library, Whitman File, Miscellaneous Material. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1089-90.

20 Robert A. Hurwich, « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 3 janvier 1961, Department of State, Central Files, 611.37/1-361. Unclassified, NIACT, Verbatim Text. Foreign Relations of the United States 1961-1963, Cuba, 1961-1962, document 7.

21 Robert F. Kennedy, « Memorandum From the Attorney General (Kennedy) to President Kennedy », 19 avril 1961, Kennedy Library, President’s Office Files, Countries Series, Cuba, General, April 1961. Foreign Relations of the United States 1961-1963, Cuba, 1961-1962, document n° 157.

22 Nikita Khruschev, « Message From Chairman Khruschev to President Kennedy », 28 octobre 1962, Department of State, S/S Files, Lot 65 D 438, Miscellaneous. Foreign Relations of the United States, 1961-1963, Volume XI, Cuban Missile Crisis and Aftermath, document n°102.

23 William Mitchell, « The Cuban Refugee Program », https://www.ssa.gov/policy/docs/ssb/v25n3/v25n3p3.pdf (site consulté le 4 novembre 2020).

24 Ibid.

25 John F. Thomas, « Cuban Refugees in the United States”, pas de date. http://www.latinamericanstudies.org/exile/refugees.pdf (site consulté le 10 novembre 2020).

26 William Mitchell, “The Cuban Refugee Program”, https://www.ssa.gov/policy/docs/ssb/v25n3/v25n3p3.pdf (site consulté le 4 novembre 2020).

27 United States Congress, « Cuban Adjustment Act », Public Law 89-732, 2 novembre 1966. https://www.govinfo.gov/content/pkg/STATUTE-80/pdf/STATUTE-80-Pg1161.pdf (site consulté le 2 novembre 2020).

28 Salim Lamrani, Fidel Castro, Cuba et les États-Unis (Pantin : Le Temps des Cerises, 2007), p. 48-49.

29 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

30 Ibid.

31 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

32 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020. https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=JM&start=1960 (site consulté le 3 novembre 2020).

33 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020. https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=BZ&start=1960 (site consulté le 24 novembre 2020).

34 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

35 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

36 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020, op. cit.

37 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020.

https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=GY&start=1960 (site consulté le 23 novembre 2020).

38 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020, op. cit.

39 Ronald Copeland, « The Cuban Boatlift of 1980: Strategies in Federal Crisis Management », The Annals of American Academy of Political and Social Science, volume 467, 1983, p. 1338-150.

40 Steven R. Weisman, « President Says U.S. Offers ‘Open Arms’ to Cuban Refugees », The New York Times, 6 mai 1980, p. 1, 13.

41 Brian Hufker & Gray Cavender, « From Freedom Flotilla to America’s Burden: The Social Construction of the Mariel Immigrants », The Sociological Quaterly, volume 31, n°2, été 1990, p. 321-335.

42 José Manuel García, Voices from Mariel: Oral Histories of the 1980 Cuban Boatlift, Florida, University Press of Florida, 2018 ; Jesús J. Barquet, « Clés pour comprendre une génération », Revue française d’études américaines, n° 41, 1989, p. 345-356 ; B. E. Aguirre, Rogelio Sáenz & Brian Sinclair James, « Marielitos Ten Years Later: The Scarface Legacy », Social Science Quaterly, volume 78, n°2, juin 1997, p. 487-507 ; David Card, « The Impact for the Mariel Boatlift on the Miami Labor Market », Industrial and Labor Relations Review, volume 43, n° 2, 1990, p. 245-257.

43 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

47 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 202, op. cit.

48 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020, op. cit.

49 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020, op. cit.

50 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por Fidel Castro Ruz, Presidente de la República de Cuba, en la Clausura del XVI Congreso de la CTC, celebrado en el Teatro "Carlos Marx" », República de Cuba, 28 janvier 1990. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1990/esp/f280190e.html (site consulté le 11 novembre 2020).

51 Doyle McManus, « Soviet Troops to Leave Cuba, Gorbachev Says », The Los Angeles Times, 12 septembre 1991 ; The Houston Chronicle, « Cuba Rips Gorbachev Plan to Withdraw Troops », 12 septembre 1991, p. 1,4.

52 Economic Commission for Latin America and the Caribbean (ECLAC), The Cuban Economy. Structural Reforms and Economic Performance in the 1990s, Mexico, United Nations, 6 décembre 2001, p. 22.

53 United States Congress, « Cuban Democracy Act », 1992. https://www.congress.gov/bill/102nd-congress/house-bill/5323/text (site consulté le 11 novembre 2020). Voir également : Jason S. Bell, « Violation of International Law and Doomed U.S. Policy: An Analysis of the Cuban Democracy Act », The University of Miami Inter-American Law Review, volume 25, n°1, automne 1993, p. 77-129.

54 Economic Commission for Latin America and the Caribbean (ECLAC), The Cuban Economy. Structural Reforms and Economic Performance in the 1990s, op. cit., p. 22.

55 United States Congress, « Cuban Liberty and Democratic Solidarity (LIBERTAD) Act », 1996. https://www.congress.gov/bill/104th-congress/house-bill/927/text (site consulté le 11 novembre 2020).

56 U.S. Immigration and Naturalization Service, Statistical Yearbook of the Immigration and Naturalization Service, 2000, op. cit.; U.S Department of Homeland Security, « 2010 Yearbook of Immigration Statistics », août 2011. Le recensement de 2019 présente des statistiques légèrement inférieures à celles du recensement de 2000 pour la même période, même si celles-ci ne modifient pas les tendances : Cuba (159 037), République dominicaine (359 818), Haïti (177 446), Jamaïque (177 143) le Salvador (273 017), Mexique (2 757 418), Guatemala (126 043), Honduras (72 880), Colombie (137 985) ; Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

57 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

58 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020. https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=JM&start=1960 (site consulté le 23 novembre 2020).

59 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », op. cit.

60 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », op. cit.

61 U.S. Immigration and Naturalization Service, Statistical Yearbook of the Immigration and Naturalization Service, 2000, op. cit.

62 Ibid.

63 Ibid.

64 United States General Accounting Office, « Cuba. U.S. Response to the 1994 Cuban Migration Crisis », septembre 1995, op. cit. Voir également : International Legal Materials, « Cuba-United States: Joint Statement on Normalization of Migration, Building on the Agreement of September 9, 1994 », volume 35, n°2, 1996, p. 327-330.

65 Felix Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants: Cuban Migration to the U.S., 1959-1995, op.cit., p. 2.

66 Daniela Trota, « U.S., Cuba Clash Over Immigration at Start of Historic Talk », Reuters, 21 janvier 2015.

67 Ibid.

68 Colin L. Powell, Commission for Assistance to a Free Cuba. Report for the President, mai 2004, United States Agency for International Development. https://pdf.usaid.gov/pdf_docs/Pcaab192.pdf (site consulté le 12 novembre 2020) ; Condoleeza Rice & Carlos Guitiérrez, Commission for Assistance to a Free Cuba. Report to the President, juillet 2006.

69 Ibid.

70 United States Department of State, « Cuban Medical Professional Parole Program », 26 janvier 2009. https://2009-2017.state.gov/p/wha/rls/fs/2009/115414.htm (site consulté le 12 novembre 2020). Voir également : H. Michael Erisman, « Brain Drain Politics: The Cuban Medical Professional Parole Programme », International Journal of Cuban Studies, volume n°4, ¾, automne-hiver 2012, p. 269-290 ; Julie M. Feinsilver, « Fifty Years of Cuba’s Medical Diplomacy: From Idealism to Pragmatism », Cuban Studies, volume 41, 2010, p. 85-104.

71 Victoria Burnett & Frances Robles, « U.S. and Cuba at Odds Over Exodus of the Island’s Doctors », The New York Times, 19 décembre 2015.

72 U.S Department of Homeland Security, « 2010 Yearbook of Immigration Statistics », août 2011.

73 Ibid.

74 Jorge A. Brea, « Population Dynamics in Latin America », op. cit.

75 World Bank, « Population, total. Jamaica, 1960-2019 », 2020, op. cit.

76 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020, op. cit.

77 World Bank, « Population, total. Belize, 1960-2019 », 2020, op. cit.

78 U.S Department of Homeland Security, « 2010 Yearbook of Immigration Statistics », août 2011, op. cit.

79 World Bank, « Population, total. Guyana, 1960-2019 », 2020, op. cit.

https://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL?end=2019&locations=GY&start=1960 (site consulté le 23 novembre 2020).

80 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

81 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

82 Salim Lamrani, « Assessing Cuba Policy under Trump and Prospects for a Second Term », International Journal of Cuba Studies / International Institute for the Study of Cuba, 16 août 2020. http://cubastudies.org/salim-lamrani-assessing-cuba-policy-under-trump-and-prospects-for-a-second-term-in-spanish/ (site consulté le 17 novembre 2020).

83 Alicia A. Caldwell & Julie Pace, « Obama Ends Visa-Free Path for Cubans Who Make It to U.S. Soil », The Associated Press, 13 janvier 2017.

84 Mohamed Berkani, « Obama met fin immédiatement au régime spécial d’immigration pour les Cubains », France Info, 13 janvier 2017.

85 Julie Hirshfeld Davis & Frances Robles, « Obama Ends Exemptions For Cubans Who Arrive Without Visas », The New York Times, 12 janvier 2017.

86 Patricia Zengerle, « Obama Administration Ends Special Immigration Policy for Cubans », 13 janvier 2017.

87 Salim Lamrani, « Assessing Cuba Policy Under Trump and Prospects for a Second Term », op. cit.

88 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

89 Gilles Pison, « Populations et sociétés », Institut national d’études démographiques, septembre 2019, n°569. https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/211/569.population.societes.tous.pays.monde.2019.fr.pdf (site consulté le 5 novembre 2020).

90 Ibid.

91 U.S Department of Homeland Security, « Yearbook of Immigration Statistics 2019 », op. cit.

92 Ibid.

93 Office of Immigration Statistics, « Population Estimates: Illegal Alien Population Residing in the United States January 2015 », Homeland Security, décembre 2018. https://www.dhs.gov/sites/default/files/publications/18_1214_PLCY_pops-est-report.pdf (site consulté le 11 novembre 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « L’émigration cubaine vers les États-Unis de 1860 à 2019 : une analyse statistique et comparative », Études caribéennes [En ligne], 7 | Juillet 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21378

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Maître de conférences HDR, Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search