Navigation – Plan du site

AccueilHors-série7ÉditorialCuba : histoire, société et relat...

Éditorial

Cuba : histoire, société et relations internationales

Salim Lamrani

Texte intégral

1 Ce numéro hors-série intitulé Cuba : histoire, société et relations internationales propose un regard sur la plus grande île de la Caraïbe à travers un dossier divisé en deux parties : cinq articles et cinq entretiens. Les deux premiers articles traitent respectivement de l’œuvre de deux figures emblématiques de l’histoire de Cuba, Carlos Manuel de Céspedes et José Martí, à l’heure du retrait de la génération de 1959, héritière revendiquée des luttes pour l’indépendance. En effet, le VIII Congrès du Parti communiste de Cuba a entériné le départ définitif de Raúl Castro de toutes ses fonctions politiques. Le troisième article est consacré à l’émigration cubaine vers les États-Unis depuis le XIXe siècle, au moment où l’île traverse une grave crise économique liée aux sanctions imposées par Washington et la pandémie de Covid-19. Le quatrième article présente le système de santé mis en place dans l’île à partir de 1959 qui a permis d’apporter une réponse à la crise sanitaire mondiale actuelle. Enfin, le dernier article évoque la question polémique des droits de l’homme à Cuba en proposant une analyse comparative avec d’autres pays.

2Le second volet de ce hors-série offre un regard pluriel sur les relations entre Cuba et les États-Unis à travers une série de cinq entretiens avec Michael Parmly, ancien ambassadeur des États unis à Cuba sous l’administration Bush entre 2005 et 2008 ; Elio Rodríguez Perdomo, actuel ambassadeur de Cuba en France ; Max Lesnik, exilé cubain, ancien compagnon de Fidel Castro et actuel directeur de Radio Miami ; Stéphane Witkowski, Président du Conseil de gestion de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine de l’Université Sorbonne Nouvelle ; et Ignacio Ramonet, directeur du Monde diplomatique en espagnol.

Articles

3 Le premier article est consacré à Carlos Manuel de Céspedes. Premier Cubain à prendre les armes au nom de l’égalité de tous les êtres humains et du droit de tous les peuples à la dignité, Céspedes a lancé l’Appel de l’émancipation à Yara le 10 octobre 1868 contre le colonialisme espagnol. Dans des conditions d’adversité extrême, il a consacré tous ses efforts à l’union des forces cubaines favorables au progrès humain, affrontant aussi bien la cruauté de la guerre que les vices et faiblesses de la condition humaine. Abandonné à son sort par l’ingratitude des siens, il a légué au peuple cubain, à travers le plus grand des sacrifices, l’idéal de la liberté et la nécessité indispensable de fédérer toutes les bonnes volontés pour conquérir l’indépendance définitive.

4Le deuxième article traite de l’œuvre de Martí. La vie brève et intense de Martí, dont l’engagement en faveur de l’indépendance de la dernière colonie espagnole du continent américain a été total, a marqué l’histoire de Cuba. Fédérateur des forces patriotiques, José Martí a consacré son existence à l’avènement d’une République libre et souveraine, sacrifiant sa vie personnelle au nom de l’intérêt supérieur de la nation et de l’affranchissement de tous les Cubains. Constructeur de l’édifice national, il est considéré comme l’Apôtre de l’émancipation qui, dès les premiers instants, mit en garde son peuple contre le danger de la domination du pays par les États-Unis.

5Le troisième article analyse l’émigration cubaine vers les États-Unis. Depuis 1959, l’émigration cubaine semble faire l’objet de deux consensus. Tout d’abord, la Révolution cubaine aurait entraîné un important mouvement migratoire vers les États-Unis. Ensuite, celui-ci serait le reflet du rejet du processus de transformation sociale structuré autour d’un système politique à parti unique mis en place par Fidel Castro. Les statistiques migratoires des autorités étasuniennes, disponibles pour la période allant de 1860 à 2019, permettront de faire la lumière sur cette question en comparant les divers flux en provenance de Cuba à différentes époques (1860-1959, 1960-1989, 1990-2019). De la même manière, une analyse comparative des courants migratoires émis par les pays de la région évaluera la pertinence de ces deux hypothèses.

6Le système de santé à Cuba est le sujet du quatrième article. Depuis l’avènement de la Révolution cubaine en 1959, Cuba a fait de la santé une priorité nationale et a construit un système public, universel et gratuit, en plaçant le patient au centre du projet médical. Basé sur la prévention et le concept de « médecin de famille », il a permis à la population de bénéficier d’un niveau de protection sanitaire unique pour un pays du Tiers-monde, et d’atteindre des indicateurs comparables à ceux des nations les plus développées. Reconnu par les institutions internationales comme étant le modèle prééminent pour les pays en voie de développement, le système de santé cubain est considéré par certains observateurs comme une potentielle source d’inspiration pour les nations les plus riches, notamment grâce à son modèle préventif. En plus de soigner ses propres citoyens, Cuba propose depuis plus d’un demi-siècle son expertise médicale à travers le monde et soigne les populations de tous les continents, faisant de ce service sa première source de revenus.

7Enfin, une analyse de la problématique des droits de l’homme clôt cette première partie du dossier. Depuis 1959, et tout particulièrement depuis 1991 et la chute de l’Union soviétique, Cuba est invariablement mise en accusation sur la question des droits de l’homme. Il existe un consensus largement répandu au sein de l’opinion publique, notamment en Occident, pour associer l’île à des violations des droits de l’homme. Sans chercher à nier les éventuelles atteintes aux droits fondamentaux qui peuvent survenir au sein de la société cubaine, il convient de se demander s’il y a une corrélation entre l’importance des violations des droits de l’homme recensés par les institutions internationales dans tel pays et l’exposition médiatique qui lui est accordée. Pour répondre à cette interrogation, ce travail se propose de réaliser une étude comparative entre quatre pays (Cuba, les États-Unis, la France et l’Espagne), basée sur le dernier rapport annuel d’Amnesty International.

Entretiens

8Diplomate de carrière, riche d’une expérience de plus de trois décennies, Michael E. Parmly a été en poste à La Havane, à la tête de la Section d’intérêts des États-Unis, de 2005 à 2008, durant l’administration Bush, à une période où les relations entre les deux pays étaient particulièrement tendues, en raison de l’approche hostile adoptée par la Maison-Blanche à l’encontre de Cuba. Dans le premier entretien, le diplomate, désormais à la retraite, partage son expérience et son point de vue sur les relations conflictuelles entre les deux pays.

9Ambassadeur de la République de Cuba en France, Elio Rodríguez Perdomo est également le représentant du gouvernement de La Havane auprès de la Principauté de Monaco. En décembre 2016, il a fait partie de la délégation cubaine chargée de négocier l’Accord de dialogue politique et de coopération entre Cuba et l’Union européenne. Elio Rodríguez dresse un panorama historique des relations conflictuelles entre Cuba et les États-Unis. Dans le deuxième entretien, il évoque les origines du différend opposant Washington à La Havane et rappelle la grande aspiration de la Révolution cubaine à l’indépendance.

10Secrétaire national de la Jeunesse orthodoxe dans les années 1950 à Cuba, Max Lesnik, a participé à la lutte contre la dictature militaire de Batista, soutenue par les États unis, et a intégré la direction du Second Front de l’Escambray. À l’avènement de la Révolution cubaine en 1959, Lesnik critique l’hégémonie des communistes au sein du pouvoir et s’oppose à l’alliance avec l’Union soviétique, ce qui le contraint à l’exil en 1961. Aux États-Unis, il exerce le métier de journaliste et devient une figure importante de la communauté cubaine favorable à une normalisation des relations entre Cuba et les États-Unis. Dans le troisième entretien, Max Lesnik revient sur l’histoire de Cuba, son parcours personnel, ses liens avec Fidel Castro et la Cuba d’aujourd’hui.

11Président du Conseil de Gestion et du Conseil d’orientation stratégique de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (IHEAL) de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Stéphane Witkowski est un spécialiste reconnu de Cuba et de l’Amérique latine. Son regard avisé et ses analyses actualisées en font l’un des meilleurs connaisseurs français de cette aire géographique. Dans le quatrième entretien, Stéphane Witkowski dresse une perspective historique des relations tumultueuses entre Cuba et les États-Unis et revient sur la genèse de ce conflit.

12Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, Professeur de théorie de la communication pendant près de trente ans à l’Université Paris VII, sémiologue du cinéma et journaliste, Ignacio Ramonet est l’un des meilleurs spécialistes de l’Amérique latine, où il a effectué de très nombreux séjours. Ses vastes connaissances des problématiques continentales ont fait de lui l’un des conférenciers les plus sollicités à travers le monde. Il a réalisé de nombreux entretiens avec des dirigeants politiques d’Amérique latine. Il a notamment rencontré l’ancien Président cubain Fidel Castro à plusieurs reprises. Dans le dernier entretien, Ignacio Ramonet revient sur les relations conflictuelles entre Cuba et les États-Unis et propose un regard expert sur la politique hostile imposée par Washington.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « Cuba : histoire, société et relations internationales », Études caribéennes [En ligne], 7 | Juillet 2021, mis en ligne le , consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21518

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Maître de conférences HDR, Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search