Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Covid-19 dans la CaraïbeLa pandémie de covid-19 en Guyane...

Covid-19 dans la Caraïbe

La pandémie de covid-19 en Guyane, un révélateur des tensions propres à une société ultramarine

The Pandemic of Covid-19 in French Guiana, a Revealer of the Specific Tensions of an Overseas Territory
Stéphane Granger

Résumés

La collectivité ultramarine de Guyane partage une frontière avec le 2e pays le plus atteint au monde : le Brésil. Relativement peu touchée au départ, une aggravation de sa situation sanitaire est bien venue de ce pays en mai 2020, puis en mars 2021, malgré la fermeture de ses frontières décidée par les autorités nationales. Cela a provoqué une remise en cause des compétences des services de l’État de la part tant d’une partie de la population que de la classe politique, de même qu’une certaine stigmatisation de la population d’origine brésilienne. L’autorisation sous conditions des défilés carnavalesques lors des jours gras a mis en exergue les contradictions traversant la société guyanaise face à cette pandémie, entre dénonciation d’une protection insuffisante ou au contraire considérée coloniale, et volonté de libéralisation au nom de la culture et de l’identité guyanaises, qui n’ont pas été sans conséquence sur les élections régionales de 2021.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Guyane
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Du fait des 730 kilomètres de fleuve et de ligne de crête, la frontière séparant la Guyane du Brésil fait de ce dernier l’État avec lequel la France partage la plus longue frontière terrestre. Or lorsque la pandémie de coronavirus a atteint le sous-continent sud-américain en février 2020, le Brésil en est rapidement devenu le deuxième pays le plus touché au monde, derrière les États-Unis. Aussi cette frontière particulièrement poreuse fut-elle rapidement fermée par décision conjointe des autorités nationales françaises et brésiliennes, de même que celle avec le Surinam, l’autre pays frontalier de la Guyane, moins atteint cependant.

2Cette mesure n’ayant pas empêché l’arrivée d’une vague de contamination venue du Brésil dans la commune frontalière de Saint-Georges à Cayenne et Kourou en mai 2020, le préfet comme le gouvernement furent accusés par des associations et une partie de la classe politique d’avoir négligé la situation sud-américaine de la Guyane par un isolement insuffisant de la frontière. Plus tard au contraire, ce sont les mesures de confinement partiel au moment du carnaval qui valurent au préfet d’être la cible d’associations (les mêmes, quelquefois), l’accusant de nier les traditions culturelles de la Guyane, la classe politique étant là encore divisée sur la question.

3Notre propos est de montrer, essentiellement à partir de la presse et de témoignages, l’aspect politique de la crise en Guyane, ou comment la gestion de la crise sanitaire par le préfet et l’Agence régionale de la Santé s’est trouvée au cœur d’enjeux et de revendications identitaires et anticoloniales. Elle a ainsi mis en exergue les contradictions traversant la société guyanaise face à cette pandémie, entre désir d’une plus grande protection nationale face aux contaminations venues de l’extérieur, et volonté de s’affranchir des décisions préfectorales au nom des libertés et d’un désir de gestion strictement locale de la situation.

1. La Guyane, entre apparent isolement et interface

1.1.Une collectivité française d’outre-mer en Amérique du Sud

4Avec une superficie de 83 534 km2 égale à celle de l’Autriche, la Guyane est le seul territoire français d’outre-mer continental, ce qui lui donne deux frontières avec des pays souverains d’Amérique du Sud : le Brésil et le Surinam. Du fait de sa situation considérée coloniale et de litiges frontaliers résolus à chaque fois en sa défaveur, elle est restée longtemps à l’écart des intégrations régionales qui se sont développées dans les mondes caraïbes et sud-américains surtout depuis les années 1970.

5Les évolutions statutaires (département en 1946, Région bénéficiant de la Décentralisation en 1982, collectivité à assemblée unique en 2016) ont permis une plus grande marge de manœuvre pour la politique locale et la coopération régionale qui s’est notamment traduite par des accords avec l’État d’Amapá au Brésil puis, dans le cadre communautaire européen (Programme de Coopération Interreg Amazonie), en 2008 et 2014, avec deux autres états brésiliens d’Amazonie (Pará et Amazonas), le Surinam et le Guyana. Mais conformément à l’article 73 de la Constitution (que les électeurs guyanais ont préféré lors de la consultation de 2010 à l’autonomie permise par l’article 74), aux lois de Décentralisation et aux évolutions législatives de 2000 et 2016 permettant l’établissement d’une paradiplomatie pour les collectivités d’outre-mer, les politiques de l’exécutif local doivent se conformer aux grandes lignes de la politique nationale relayées par le préfet, notamment dans le domaine de la Santé et des relations avec les pays extérieurs (Granger, 2017).

6Ainsi la Collectivité territoriale qui a succédé en 2016 aux conseils régional et général, désormais fusionnés en une assemblée unique, est notamment compétente pour le développement économique, l’aménagement du territoire, la gestion des routes et bâtiments scolaires et culturels, la coopération régionale… Cependant, du fait des importants moyens et compétences nécessaires, la gestion de l’immigration, très présente en Guyane (37 % de la population selon l’INSEE, bien plus dans les faits) fait partie du domaine régalien de l’État, le domaine de la Santé étant du ressort d’institutions nationales, à travers l’Agence régionale de la Santé, émanation décentralisée du ministère de la Santé, qui assure les contrôles de légalité des établissements publics de santé, et de l’Institut Pasteur de Cayenne, dépendant de l’Institut national à Paris. Ces autorités décentralisées peuvent appliquer des politiques de coopération avec les États voisins, comme cela s’est réalisé pour les hôpitaux d’Albina et de Paramaribo au Surinam, et surtout d’Oiapoque, avec lequel cette pratique est déjà ancienne (Malafaia, 2019).

7Territoire français bénéficiant à ce titre d’importantes redistributions nationales et européennes qui permettent un niveau de vie élevé pour la région, à l’origine de la forte immigration venue des pays voisins, la Guyane n’en est pas moins touchée par la pauvreté affectant la moitié de la population en 2017 vivant très souvent dans des quartiers informels en périphérie des centres urbains de Cayenne, Kourou et Saint-Laurent (Toffolet, 2020). Elle constitue en outre un désert médical par le fait qu’on y trouve deux fois moins de généralistes que la moyenne nationale pour 100 000 habitants, trois fois et demie moins de spécialistes, ce qui fragilise considérablement la population face à l’arrivée de la pandémie à partir de mars 2020 (Marot, 2020b).

1.2. Arrivée de la pandémie en Guyane

8Signalée dès le début de l’année 2020 en Europe, la pandémie de covid-19 faisait son apparition en Amérique du Sud, Guyane comprise, dès le mois de février. Si les premiers cas semblent être venus par l’Europe, et notamment d’Italie, avec lequel le monde sud-américain entretient des relations privilégiées, la diffusion de la maladie à Manaus a probablement été favorisée par la présence d’entreprises chinoises dans la zone franche de cette grande ville industrielle au cœur de l’Amazonie brésilienne, dont des cadres revenaient de congés du Nouvel An dans leur pays d’origine.

9Les premiers cas connus en Guyane, diagnostiqués le 4 mars, étaient domiciliés à Saint-Laurent-du-Maroni. Toutes venues de France hexagonale, quatre des cinq premières personnes infectées revenaient d’une cérémonie évangélique à Mulhouse qui a constitué l’un des premiers clusters du territoire français. La maladie se diffusa peu cependant, essentiellement des cas importés des Antilles et de l’Hexagone. Aussi quand le confinement national fut décidé le 16 mars, la Guyane ne connaissait que onze cas avérés, mais manquait en revanche de masques et de gel hydroalcoolique ; surtout une rapide saturation des lits d’hôpitaux était à craindre en cas d’aggravation de l’épidémie. Les territoires français d’Amérique, y compris Saint-Pierre-et-Miquelon qui ne comportait pourtant pas de cas avéré, suivirent donc le confinement imposé depuis Paris, mais auquel ils auraient pu déroger du fait de leur statut. Effectivement, les confinements suivants, au 2e semestre de 2020, ne s’appliquèrent qu’à l’Hexagone et ne furent pas suivis outre-mer, les préfets s’adaptant désormais aux situations locales.

10La Guyane suivit donc strictement les dates décidées au niveau national : confinement à partir du 16 mars, déconfinement le 11 mai. Si peu nombreux furent les cas de contamination pendant cette période (moins d’une centaine), c’est néanmoins le 20 avril que survint le premier décès : une personne âgée vivant dans un village amérindien en périphérie de Cayenne. La situation sembla assez bien acceptée au début, les récriminations venant de la société civile et de la classe politique, et sur lesquelles nous reviendrons, concernaient surtout la fermeture jugée incomplète des frontières, celle sur l’Oyapock ayant pourtant reçu dans un premier temps un renfort de militaires venus de l’Hexagone, dont des chasseurs alpins. En effet, côté Oyapock, le pont n’était pas fermé en permanence afin de permettre le retour en Guyane de Français ou de résidents étrangers légaux voyageant à ce moment au Brésil, avec tests et isolement obligatoires du côté français. L’unique compagnie aérienne assurant la liaison Guyane-Brésil en revanche cessa d’exploiter cette dernière jusqu’à nouvel ordre, isolant totalement la Guyane du reste de l’Amérique du Sud. Enfin, tout comme sur le Maroni, certains déplacements clandestins en pirogue à moteur continuaient de s’effectuer quotidiennement, ces frontières étant traditionnellement des bassins de vie où les populations vont d’une rive à l’autre en fonction de leurs besoins. De fait, c’est cette situation frontalière qui allait, surtout à partir du déconfinement, entraîner de nombreux conflits entre autorités nationales, certains élus guyanais et associations issues de la société civile (mais non médicale), aiguillonnés en outre par la brutale irruption sur le territoire du variant dit « brésilien » à partir de mars 2021.

1.3. Une situation géographique sensible

11Si le Surinam fut assez peu touché (au début par des cas venant des Pays-Bas, l’ancienne métropole), tel n’était pas le cas de l’autre voisin de la Guyane, le Brésil, deuxième pays le plus atteint au monde après les États-Unis, et notamment sa partie amazonienne : Manaus, qui a défrayé mondialement la chronique, mais aussi l’État voisin de la Guyane, l’Amapá, un temps l’état brésilien le plus touché par nombre d’habitants. Pourtant, si la ville frontalière amapéenne d’Oiapoque fut rapidement très touchée par l’épidémie, à tel point que la maire et l’hôpital local appelèrent les autorités françaises à l’aide, la rive française avec Saint-Georges ne fut atteinte que tardivement, par des familles transfrontalières connaissant les passages fluviaux permettant d’échapper à la vigilance des autorités tant brésiliennes que françaises (Silva & Granger, p. 577).

12Ainsi, alors que la pandémie avait atteint la Guyane par l’Hexagone du fait de son appartenance politique entraînant une forte intensité des flux notamment de passagers, Saint-Georges resta à l’écart, et les premiers cas de covid n’y apparurent que fin avril 2020, en provenance de la rive brésilienne, mais ils explosèrent très rapidement même s’il semble qu’il n’y ait pas eu de décès recensés. Le préfet fut alors accusé par certains hommes politiques et responsables associatifs de ne pas avoir « pris en compte la situation sud-américaine de la Guyane » n’en isolant pas suffisamment ses frontières, une accusation qui traduisait les rivalités qui allaient s’exercer entre responsables nationaux et personnalités locales dans la perception et la gestion de la crise.

13Quand le confinement prit fin le 11 mai 2020 comme dans l’ensemble du territoire français, la Guyane était encore peu atteinte à l’exception de Saint-Georges, désormais principal cluster de Guyane, qui fut ainsi l’unique commune du territoire français à ne pas être déconfinée. Mais plusieurs cas de contamination apparurent ensuite dans des quartiers de Cayenne et Matoury à forte population d’origine brésilienne, qui continuaient de maintenir des liens avec leur région d’origine. Ces quartiers furent mis en quarantaine, alors que l’ARS reconnaissait que ces nouvelles contaminations qui provoquèrent un pic épidémique en Guyane venaient bien du Brésil. Dans les forums de la presse en ligne et les réseaux sociaux, la présence et l’attitude de la population d’origine brésilienne étaient fréquemment stigmatisées, comme cela fut le cas lors des épidémies précédentes de paludisme et d’HIV (Silva & Granger, p. 580). Les élus de leur côté dénonçaient le relâchement dans la surveillance de la frontière en faisant constater que la Guyane était bien victime de sa situation géographique aux portes d’un des pays les plus atteints au monde. Si le président brésilien Bolsonaro s’illustra par un scepticisme et un immobilisme certains face à la crise, la gestion de cette dernière, avec les politiques afférentes, était comme aux États-Unis du ressort des gouverneurs et des maires, qui prirent le plus souvent les mesures nécessaires contestées par le président. La relative autonomie dont disposaient les exécutifs régionaux brésiliens pour gérer leurs situations respectives n’a pourtant pas semblé servir de modèle pour une classe politique guyanaise contestant une gestion locale trop jacobine, trop dépendante d’un gouvernement éloigné du contexte particulier local.

14La nomination le 5 juillet par le gouvernement d’un préfet spécialement chargé de gérer la crise sanitaire en Guyane sonna pour de nombreux Guyanais comme un désaveu du préfet en titre et de la directrice de l’ARS, qui restaient néanmoins en poste. Le 12 juillet, devant l’aggravation de la situation, le tout nouveau Premier ministre Jean Castex, qui avait auparavant géré le déconfinement au niveau national, réservait sa première visite hors de l’Hexagone à la Guyane, d’où il repartait cependant le soir même. Élus locaux et collectifs dénoncèrent une opération de communication sans annonce concrète, mais le Premier ministre était venu accompagné des ministres de la Santé Olivier Véran et de l’Outremer Sébastien Lecornu, qui eux devaient rester pour étudier la situation. C’est ce dernier qui décida finalement, le lendemain, la fermeture totale de la frontière de l’Oyapock (en fait, le passage par le pont permis dans des cas exceptionnels) alors que les ballets quotidiens de pirogues, facilités par la relative étroitesse du fleuve, reprirent informellement en dépit des risques encourus. Ses propos triomphalistes en présence des forces de l’ordre sur l’Oyapock (« La frontière est tenue, elle n’a jamais été aussi bien tenue1. ») évoquent bien le rôle de barrière dévolu désormais à cette frontière qui sépare d’abord un bassin de vie, mais dont l’hybridation et la précarité d’une partie de la population notamment du côté brésilien ne pouvaient qu’encourager des mobilités informelles comme stratégie de survie.

15Saint-Georges fut finalement déconfinée le 16 septembre tout en restant isolée de sa voisine brésilienne d’Oiapoque, et fut relativement épargnée par les deuxième et troisième vagues que connut la Guyane. En outre, la recrudescence en mars 2021 des cas en Amapá avec l’apparition du variant brésilien dit « de Manaus » et désormais dénommé Gamma, touche essentiellement la capitale Macapá et peu la ville d’Oiapoque, dont plus de 15 % de la population a déjà été contaminée. En Guyane, cette troisième vague, effective tout comme en Amapá depuis ce mois de mars 2021, est à près de 80 % due au fameux variant brésilien particulièrement présent dans le monde amazonien auquel elle appartient. Elle affecte cependant plus la capitale régionale Cayenne, et le littoral en général, que la ville frontalière de Saint-Georges, qui n’est comme Oiapoque qu’une voie de passage. L’arrivée d’autres variants notamment le Delta devenu majoritaire en juillet 2021, arrivés probablement par les Antilles et l’Hexagone, témoigne par ailleurs de l’interface que constitue, par sa situation administrative et géographique, la Guyane entre Amazonie, Caraïbes et Europe.

2. Entre identité et efficacité, des tensions révélatrices

2.1. Les tensions politiques

16La crise sanitaire mit donc le préfet sur le devant de la scène en tant que responsable de l’ordre et de la santé publics. Il s’appuyait pour ses décisions sur l’ARS, elle-même conseillée par un comité d’experts présidé par un médecin épidémiologiste au Centre hospitalier de Cayenne. Néanmoins, ayant également une compétence en matière sanitaire et sociomédicale, la CTG installait début avril 2020 un comité d’experts médicaux et de représentants d’usagers, présidé par un gynécologue-obstétricien bien connu localement, afin de la conseiller sur la mise en place de mesures spécifiques sur le plan local en complément des mesures nationales, notamment par l’installation de centres de dépistage et plus tard de vaccination. Chacun jouant sur son domaine de compétences (nationale et territoriale) et principalement composés d’experts vivant localement, les deux comités n’entrèrent pas en conflit quant aux recommandations et politiques à appliquer, et l’annulation du deuxième tour des élections municipales prévu en juin 2020, reporté au mois d’octobre à cause de la situation sanitaire, ne souffrit pas non plus de contestation. Cependant, la rentrée scolaire de janvier 2021, déconseillée par le comité territorial, fut maintenue par le Recteur, qui estimait, après concertations, le milieu scolaire peu propice aux contaminations.

17De même, la dénonciation de la gestion locale de la pandémie n’émana pas, ou peu, de syndicats ou de personnalités du domaine de la Santé, mais principalement du syndicat anticolonialiste UTG, majoritaire en Guyane. Fin mars, il déposait un référé au tribunal administratif pour réclamer le dépistage de tout arrivant sur le territoire avec mise en quarantaine contrôlée des personnes contaminées. Mesures qui furent d’ailleurs mises en place peu après (mais pas toujours respectées), l’UTG étant déboutée, car les mesures appliquées en Guyane étaient conformes au dispositif national (Marot, 2020a).

  • 2 France-Guyane, 10 juillet 2020.
  • 3 BFM TV, 12 juillet 2020.

18Réclamant une gestion véritablement locale de la crise, l’UTG appelait début mai à la réalisation d’un front commun dans le droit fil du mouvement social de 2017, dénonçant l’inertie de la Préfecture, de l’ARS, de la CTG et du Rectorat qui fut rejoint par divers associations ou groupements syndicaux, autochtones ou activistes. Dénommé Mayouri Santé Guyane, il s’imposa rapidement, par ses déclarations, et manifestations sur la voie publique et interpellations des élus, comme le fer de lance de la contestation de la gestion de la crise sanitaire, réclamant masques, mesures de dépistage et de désinfection encore déficientes, et participation aux réunions des experts. Les membres du collectif n’avaient pas pour la plupart de compétences médicales particulières, mais ils s’érigèrent en représentants et relais des inquiétudes de la population guyanaise. Leurs revendications portaient également sur l’insuffisance avérée des lits d’hôpitaux, l’installation d’un hôpital de campagne et la fermeture totale de la frontière avec le Brésil, à ce moment encore franchissable sous certaines conditions de résidence en Guyane ou de soins et selon des horaires très limités. La revendication sous-jacente était que la gestion de la crise sanitaire soit effectuée par des Guyanais plus au fait des caractéristiques propres du territoire que des hauts fonctionnaires métropolitains de passage. Ainsi, l’un de ses porte-paroles déclarait en juillet : « Si la Guyane avait déjà évolué vers un statut spécial, nous pourrions la gérer nous-mêmes cette crise2. » La présidente de l’association de son côté rendait l’État responsable par son inaction des 26 morts que comptait la Guyane en juillet 20203. 215 décès étaient recensés au 27 août 2021. Le Mayouri Santé Guyane compte en effet dans ses composants des partis et groupements d’obédience nationaliste ou en faveur d’une évolution statutaire de la Guyane, contestant le statut actuel la rendant trop dépendante de Paris, et désire prendre la population guyanaise à témoin des conséquences néfastes pour la santé des Guyanais. Actif et médiatisé, ce collectif fut à l’origine d’échauffourées en juillet devant la Préfecture suite au refus d’être reçus par le préfet et les ministres de passage et à l’obligation de se disperser.

  • 4 Il s’est entouré de quelques personnalités de ces groupes pour composer la liste qu’il présente aux (...)

19Dans une classe politique alors dominée par les partisans du président de la République (le président de la CTG, les deux sénateurs et un des deux députés), la contestation politique vint essentiellement du député (Gauche démocratique et républicaine) Gabriel Serville, opposant tant du gouvernement national que territorial. Il déclarait ainsi à la télévision (16 mars 2021) qu’il y ait des critères de gestion proprement guyanais au lieu de « mimer ce qui vient de Paris », tout en appelant à une coopération avec le Brésil. S’il soutint plus ou moins ouvertement les actions du Mayouri Santé Guyane et d’autres associations activistes comme Tròp Violans ou les 500 Frères4, le député Serville s’opposa néanmoins, pour le trouver inadapté, au reconfinement projeté un moment par le gouvernement au mois de juin, alors que le Mayouri Santé Guyane l’appelait de ses vœux lors de la reprise de l’épidémie fin 2020.

  • 5 France-Guyane, 19 avril 2021.
  • 6 Mo News n° 6, 15 avril 2021, p. 6.

20Enfin, l’arrivée de la troisième vague causée par le « variant brésilien ou de Manaus » à la fin du mois de mars 2021 fut à l’origine de contestations de plus en plus frontales entre décisions ou volontés nationales et représentants élus guyanais. Le Conseil scientifique national préconisant une avancée de l’heure de couvre-feu de 19 h à 17 h, le député Serville lui reprocha publiquement de « chercher à culpabiliser les Guyanais » alors que le gouvernement portait sa part de responsabilité par son échec à contrôler les frontières5. « Le Gouvernement n’a toujours pas compris que ce ne sont pas des frontières comme entre la France et la Suisse. Ici ce sont des “bassins de vie” » poursuivait-il, pour bien montrer l’inefficacité d’une gestion de la crise par un gouvernement lointain déconnecté des réalités guyanaises, tout en reprochant à son représentant, le préfet, d’entraver l’action des collectifs plutôt que de mettre les moyens pour juguler la crise migratoire et sanitaire. Défendant ouvertement l’action des collectifs et préconisant une gestion plus locale de la crise, le député Serville ne saisit cependant pas publiquement le prétexte de celle-ci, contrairement à ces mêmes collectifs, pour demander un changement statutaire qu’il défend lui aussi. Soutenant le gouvernement, à l’image de son allié politique le président de la CTG Rodolphe Alexandre, l’autre député de Guyane Lénaïck Adam (LREM) contestait néanmoins les mesures de restriction imposées aux Guyanais voyageant vers l’Hexagone, disproportionnées selon lui par rapport à la « légèreté des actions aux frontières brésiliennes ». Enfin, le sénateur (apparenté LREM) Antoine Karam posait la question de la légitimité de ces collectifs, sans y répondre négativement6.

21Si la crise sanitaire occasionna donc des divergences entre autorités locales et nationales, celles-ci furent plus le fait du député d’opposition qui chercha à s’ériger en fer de lance de la contestation des décisions nationales en Guyane, inadaptées selon lui. Le prétexte d’un changement statutaire, qui aurait permis une meilleure gestion de la crise prenant davantage en compte les spécificités locales, émana surtout de collectifs activistes inégalement soutenus par la population, et qui trouvèrent dans l’annulation du carnaval un autre motif d’affirmation identitaire et politique.

2.2. Culture contre pandémie : le cas du carnaval 2021

22Le couvre-feu institué en juin 2020 par le préfet auquel s’opposait le député Serville et qui se substitua au confinement lors de la reprise de l’épidémie en juin 2020 fut pourtant cité en exemple au niveau national par le Premier ministre. Mais Gabriel Serville estimait que les horaires étaient peu adaptés et concentraient les clients des commerces sur des horaires réduits. Pourtant, il dénonça publiquement le brutal rappel du préfet à Paris en novembre 2020, alléguant les bonnes relations qu’il avait entretenues avec lui et loua son expérience et sa gestion de la crise. Certains adversaires ironisèrent en l’accusant de dénoncer toute décision de l’État, quelle qu’elle soit, afin de s’affirmer comme principal opposant local, mais l’amenant ainsi à se contredire quelquefois.

23Le nouveau préfet venait d’un territoire peu affecté, Wallis-et-Futuna, ce qui pouvait supposer une expérience insuffisante face à une crise sanitaire de cette ampleur. Cependant c’est un autre problème lié à la pandémie, mais d’ordre culturel, qu’il eut à gérer : l’annulation du carnaval 2021. La situation sanitaire fit que partout dans le monde de tradition catholique, et notamment au Brésil voisin, les festivités carnavalesques furent annulées, et la Guyane ne fit pas exception à la règle. La plupart des associations carnavalesques de Guyane acceptèrent la décision la mort dans l’âme, conscientes du contexte sanitaire.

24Mais alors que Mayouri Santé Guyane avait prôné un reconfinement lors de la 2e vague de covid-19 en Guyane à la fin de l’année 2020, plusieurs de ses membres ainsi que d’autres associations contestèrent la décision du préfet au nom des traditions et de la culture guyanaise, certains collectifs issus du mouvement social de 2017 appelant même à la désobéissance civile et à des défilés spontanés dans Cayenne. Quelques défilés « sauvages » eurent lieu les dimanches de janvier dans le centre et quelques quartiers périphériques de Cayenne (le carnaval de Guyane commence dès l’épiphanie), et réprimés par les forces de l’ordre. Alléguant une amélioration de la situation sanitaire, mais craignant plus probablement des débordements et affrontements face à la détermination de potentiels carnavaliers désirant coûte que coûte défiler, le nouveau préfet autorisa finalement le déroulement pendant les jours gras de petits défilés selon un circuit bien déterminé et dans le respect des normes sanitaires. Si une majorité de groupes carnavalesques institués renonça finalement à participer, invoquant un délai trop court pour la préparation, des centaines de personnes défilèrent spontanément, encadrées par les forces de l’ordre, mais au mépris des normes sanitaires et des recommandations préfectorales en matière de nombre. La vague de contamination redoutée n’eut lieu cependant que beaucoup plus tard, due non pas au carnaval, mais à l’apparition du variant brésilien en Guyane.

25La résistance aux mesures préfectorales n’avait pas seulement des motivations ludiques liées à un désir de fêtes et de défoulement qui est la raison d’être du carnaval. Il s’agissait aussi, comme l’avaient bien montré les collectifs, d’un acte d’affirmation politique et culturel : on déniait au préfet le droit d’empêcher la manifestation peut-être la plus symbolique de la culture guyanaise. En témoigne un poème écrit fin janvier par l’écrivain guyanais bien connu Élie Stephenson, qui n’a jamais fait mystère de ses opinions nationalistes : Les sentinelles. Dédié aux femmes manifestant contre « la bête coloniale », et dénonçant un couvre-feu qui ne s’applique pas aux « frimeurs, au pèze et au blé », le poème comporte une avant-dernière strophe particulièrement évocatrice :

« Bravant tous les dangers, les interdits/Les ordonnances, les décrets/Et s’en sera fini/De la honte/De la peur/De la crainte/Du tremblement/Du renoncement/De la dérobade/De la reculade ».

26Avant de conclure par le cri de guerre des collectifs en pointe dans le mouvement social de mars 2017 : « Ahou ! Ahou ! Ahou ! ». Ce mouvement on se souvient s’était formé au départ contre l’insécurité qui gangrénait le territoire avant que des collectifs y greffent des revendications statutaires. En somme, s’opposer aux décisions du préfet constituait pour le poète un acte de liberté et d’affirmation anticolonialiste, alors que ces mêmes décisions furent prises par tous les États voisins, caribéens comme sud-américains. Mais ces initiatives venaient-il est vrai des gouvernants locaux et non pas d’une puissance considérée extérieure et donc illégitime.

2.3. Le changement de majorité aux élections régionales de 2021 : une conséquence politique ?

27Les élections régionales prévues sur le territoire français en juin 2021, en pleine troisième vague guyanaise, donnèrent également lieu à un débat en Guyane, cette fois guyano-guyanais : le président sortant Rodolphe Alexandre plaida pour le maintien aux dates prévues, contrairement aux listes d’opposition, notamment celle menée par le député Gabriel Serville, en faveur d’un report pour des raisons sanitaires. Pour les opposants, tous situés à gauche sur l’échiquier politique, mais aux appartenances partisanes discrètes, le maintien était une manœuvre du président de la CTG pour assurer sa réélection, la situation étant réputée profiter aux sortants. Les élections furent bien maintenues aux dates prévues, mais furent remportées au deuxième tour, assez largement, par la liste d’union de l’opposition de Gabriel Serville, désormais nouveau président de la Collectivité territoriale.

  • 7 France-Guyane, 29 juin 2021

28Alors que les collectifs mettaient en avant une évolution statutaire pour mieux gérer la crise, les candidats ont semblé pendant la campagne plus préoccupés par les arrivées en Guyane de porteurs potentiels du virus par voie aérienne ou terrestre, dénonçant une fois de plus un engagement considéré insuffisant de l’État aux frontières et dans les aéroports. De fait, l’une des raisons invoquées pour le succès de Gabriel Serville fut une plus grande fermeté comme député face aux mesures décidées par les services de l’État que son prédécesseur, qui avait pourtant ordonné la fermeture en mai 2021 des établissements scolaires contre l’avis du Rectorat7. Gabriel Serville avait d’ailleurs l’appui des mouvements activistes précédemment cités ; cependant, s’il a bien précisé qu’il considérait l’État « comme un partenaire et non comme un adversaire », sa volonté d’une gestion locale contre la crise sanitaire s’est traduite au final par une victoire qui sonne comme une conséquence politique des oppositions entre un pouvoir national finalement désavoué et une partie de la classe politique locale, arbitrées par certains éléments de la société civile.

29L’obligation du « passe sanitaire » par le gouvernement français au mois de juillet 2021 (et contre laquelle vota, contre son camp, le député LREM Lenaïck Adam) a de nouveau entraîné une opposition tant de la part de soignants refusant la vaccination obligatoire que de la nouvelle majorité à la CTG qui vota une motion en ce sens, soutenue par les collectifs et une partie de la population. Une véritable fronde se fait jour en Guyane aussi bien contre les mesures imposant la vaccination que contre les motifs impérieux réclamés pour se déplacer tant vers l’Hexagone que vers les villes frontalières de la Guyane. L’exécutif régional va jouer sa crédibilité en naviguant entre mesures de lutte contre une épidémie qui montre au même moment des signes de reprise avec une forte augmentation des décès, et contestations de plus en plus vives, orchestrées par les collectifs qui l’ont soutenu (paradoxalement souvent les mêmes qui avaient prôné un durcissement des mesures en 2020), auxquelles participent désormais des élus territoriaux, dont un des nouveaux vice-présidents. La population est d’ailleurs assez faiblement vaccinée en dépit de la disponibilité en vaccins Pfizer jalousée par les États voisins, dont certains ressortissants essaient de passer en Guyane pour en bénéficier…

Conclusion

30La prise en main de la gestion de la crise sanitaire par le préfet, dont c’est la compétence, a bien provoqué des rivalités politiques, mais, dans un premier temps, plus entre préfet/ARS et collectifs de citoyens qu’entre pouvoirs national et local. Néanmoins, si les revendications tournaient autour de l’insuffisance des moyens alloués par l’État ou déployés par les autorités nationales, il apparut très nettement de la part de ces collectifs, et ensuite de la part de la classe politique locale, une dénonciation d’une politique nationale jugée inadaptée à la Guyane et appliquée par des fonctionnaires de passage ne connaissant pas les réalités du pays, géographiques comme culturelles. Ils défendaient donc une gestion strictement locale de la pandémie au moyen d’un changement statutaire, revendication propre aux outremers comme de certaines régions « périphériques » de France hexagonale comme la Corse. La concession du nouveau préfet en faveur d’une autorisation partielle du carnaval a peut-être traduit de la part de ce dernier une volonté de prise en compte d’une réalité culturelle locale qu’il chercha à gérer, ne pouvant l’empêcher, par crainte de débordements annoncés qui auraient rapidement été récupérés contre l’action de l’État, répressif plutôt que protecteur, et donc considéré colonial. Mais cela n’empêcha pas des contestations croissantes qui se traduisirent par la victoire de l’opposition aux élections régionales en juin 2021. La reprise de l’épidémie en juillet 2021 après une très brève accalmie risque d’attiser les tensions entre États, pouvoirs locaux et une partie de la population en opposition totale avec les nouvelles mesures.

31En outre, un autre problème se superpose à celui de la pandémie : en dépit de la fermeture des frontières, de nombreux migrants réussissent quotidiennement à les traverser. Ils ne sont plus forcément surinamiens, haïtiens ou brésiliens : désormais de nombreux Africains, Syriens, Yéménites, Cubains… arrivés au Brésil et au Surinam avant la pandémie viennent tenter leur chance dans une Guyane réputée plus favorable sur le plan sanitaire, en franchissant clandestinement l’Oyapock ou le Maroni, avec l’espoir d’obtenir le statut de réfugié politique. La demande en effet leur permet de rester temporairement à Cayenne le temps que leur dossier soit instruit, alors que la population guyanaise subit les restrictions de déplacement entre les différents points du territoire imposées par le préfet. La saturation des services d’hébergement les fait fréquemment dormir dans la rue, au mépris de toute hygiène et provoquant certaines réactions hostiles notamment par peur de la diffusion du virus, certain de ces migrants ayant effectivement été infectés. Longtemps isolée et méconnue, la Guyane, interface caribéo-sud-américaine, n’échappe pas au contexte mondial, qu’il soit sanitaire, migratoire ou politique.

Haut de page

Bibliographie

Granger, S. (2017). « La Guyane, une collectivité d’outre-mer française et européenne entre plusieurs mondes. » Diploweb, 27 mars. http://www.diploweb.com/La-Guyanne-collectivite-francaise-et-europeenne-d-outre-mer-entre-plusieurs-mondes.html

Malafaia, D.B. (2019). Cooperação internacional transfronteiriça em saúde: caminhos institucionais e os arranjos locais de interação entre o Amapá e a Guiana francesa de 1996 a 2018. Mestrado de développement régional, Université fédérale de l’Amapá, Macapá.

Marot, L. (2020a). « Coronavirus : en Guyane, une épidémie limitée sur un territoire fragile », Le Monde, 5 mai. https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/05/05/coronavirus-en-guyane-une-epidemie-limitee-sur-un-territoire-fragile_6038757_3224.html

Marot, L. (2020b). « L’épidémie de Covid-19 plonge la Guyane dans une situation critique ». Le Monde, 27 juin. https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/06/27/l-epidemie-de-covid-19-plonge-la-guyane-dans-une-situation-critique_6044384_3244.html

Silva, G. de V. et S. Granger (2020). « Abrir, filtrar e fechar na trajetória entre o estabelecimento da fronteira entre Brasil e Guiana francesa (FR) e a crise sanitária da Covid-19 ». Dans : Ferrari M., Gusman I. et alii : Fronteira, território e ambiente: diálogos entre América latina e Europa. Unioeste, Cascável, Brésil, p. 567-586.

Stephenson, E. (2021). Les sentinelles. M301-V322-M321.

Toffolet, A. (2020). « La Guyane n’a pas attendu la Covid-19 pour souffrir de la précarité ». France-Culture, 20 juillet. https://www.franceculture.fr/economie/la-guyane-na-pas-attendu-la-covid-19-pour-souffrir-de-la-precarite

Sitographie

ARS Guyane, point épidémique régional hebdomadaire « spécial covid-19 » : https://www.guyane.ars.sante.fr/point-epidemio-regional-hebdomadaire-special-covid-19

France Guyane : www.franceguyane.fr

Guyaweb : www.guyaweb.com

Guyane la 1re (ex-RFO) : https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane

Portal do Governo do Amapá: https://www.portal.ap.gov.br/

Haut de page

Notes

1 https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/est-guyanais/saint-georges/saint-georges-oyapock-ministre-frontiere-853090.html, 14 juillet 2020

2 France-Guyane, 10 juillet 2020.

3 BFM TV, 12 juillet 2020.

4 Il s’est entouré de quelques personnalités de ces groupes pour composer la liste qu’il présente aux élections territoriales de juin 2021.

5 France-Guyane, 19 avril 2021.

6 Mo News n° 6, 15 avril 2021, p. 6.

7 France-Guyane, 29 juin 2021

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Granger, « La pandémie de covid-19 en Guyane, un révélateur des tensions propres à une société ultramarine », Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21528

Haut de page

Auteur

Stéphane Granger

Docteur en géographie (IHEAL, université de Paris 3), professeur d’histoire-géographie à Cayenne, chargé de cours à l’Université de Guyane

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search