Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Covid-19 dans la CaraïbeHaïti à l’épreuve du covid-19 : i...

Covid-19 dans la Caraïbe

Haïti à l’épreuve du covid-19 : impact économique potentiel du virus et détermination du seuil optimal de dépenses publiques qui maximise la croissance économique du pays

Haiti Facing Covid-19: Potential Economic Effect of Pandemic and Determination of Optimal Size of Government Expenditure that Maximize the Economic Growth
Louis Dupont

Résumés

Cette étude se fixe un double objectif : (i) évaluer à l’aide d’un modèle néo-classique de croissance proposé par le FMI, l’impact économique et financier du COVID-19 en Haïti ; et (ii) déterminer grâce à un modèle de régression à effets de seuil, de type Threshold Auto Regressive (TAR) inspiré des travaux de Hansen (1999), le seuil optimal de dépenses publiques, susceptible d’engendrer une croissance économique durable dans ce pays, et qui permet en même temps d’atténuer les effets pervers de la pandémie sur la population. Elle utilise les données de séries chronologiques couvrant la période 1980-2019. Ce faisant, elle démontre la possibilité d’accroître les dépenses publiques sans risquer de nuire à la croissance économique. D’une part, nos résultats montrent, qu’en termes d’impact économique, le PIB réel d’Haïti devrait, en raison de la pandémie se contracter de 4 % en 2020, puis s’accroître de 1.2 % en 2021, et s’établir à 1.1 % en 2022. D’autre part, ils révèlent qu’il existe une relation non linéaire entre dépenses publiques et croissance économique. Ils indiquent également que le seuil optimal des dépenses publiques qui maximise la croissance économique dans ce pays s’élève sur la période d’observation à 14.1 % du PIB, contre un niveau effectif de 11.1 % du PIB enregistré sur les quarante dernières années. En clair, ces résultats montrent que l’état haïtien dépense en moyenne, en deçà de son potentiel de croissance, et qu’au-delà du seuil optimal de 14.1 % du PIB, la dépense publique en Haïti a un effet négatif sur la croissance économique. Aussi, afin de promouvoir une croissance économique durable dans ce pays et lutter contre les effets du COVID-19, nos recommandations plaident en faveur d’un accroissement des dépenses publiques d’investissement, en direction des secteurs publics longtemps négligés en Haïti, que sont : l’éducation, la santé, les infrastructures, l’environnement naturel et humain.... Cependant, ces dépenses doivent être impérativement limitées à un niveau qui n’excède pas le seuil optimal préalablement identifié.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Haïti comme les autres pays les moins avancés du globe est confronté depuis longtemps à de nombreux défis et à divers chocs. À la vulnérabilité habituelle d’Haïti aux catastrophes naturelles, s’ajoutent aujourd’hui le choc du COVID-19 et ses conséquences économiques, financières et sociales désastreuses pour le pays. Déterminer la bonne dimension de l’état qui soit en mesure d’impulser une croissance économique durable, et permettre par la même de lutter contre les effets pervers de la pandémie est une préoccupation constante pour les autorités de ce pays. Le défi consiste à objectiver le rapport entre bénéfices et coûts sociaux dans tous les domaines d’activité de l’état. Deux écoles de pensée s’opposent à cet effet : la première, s’appuie sur une logique keynésienne et considère, qu’en cas de ralentissement de l’activité économique et de chômage important, les dépenses publiques peuvent exercer une influence contracyclique significative sur les principales variables macroéconomiques. En revanche, une autre approche, soutenue par les tenants de la croissance endogène, avance l’idée que les dépenses publiques n’ont un impact sur la croissance économique que lorsqu’elles sont orientées pour l’essentiel vers le développement des infrastructures, nécessaires à l’efficacité des investissements (Barro, 1990). Selon ses auteurs, les dépenses publiques orientées en faveur par exemple de l’éducation et de la santé sont de nature à exercer une influence positive sur la productivité du travail, et que les mêmes dépenses effectuées en faveur des infrastructures telles que les routes, les ports, les communications, l’accès à l’eau et à l’électricité… sont susceptibles de stimuler l’investissement privé, qui à son tour aura un effet positif sur la croissance économique (Barro, 1991 : 430). En stimulant la rentabilité du capital privé, ces dépenses ont un impact sur la production, supérieure à une hausse équivalente de la consommation publique, et l’interventionnisme permanent de l’état constitue une source de déséquilibre du marché, en raison des effets d’éviction liés à l’alourdissement de la dette publique et la charge d’intérêt. Toujours, selon ces mêmes auteurs, l’état doit se cantonner exclusivement à ses fonctions régaliennes. Au-delà de cette controverse théorique, ces deux courants de pensée s’accordent au moins sur un point, à savoir : la nécessité pour tout gouvernement de déterminer la taille optimale de l’état susceptible de stimuler la croissance économique, c’est à dire, l’obligation de fixer un volume de dépenses publiques qui ne soit ni trop faible ni excessif. Dans ce contexte, il est légitime de se demander comment optimiser dans le cas d’Haïti, les dépenses publiques de l’état, afin que ces dernières stimulent la croissance économique et contribuent à réduire la vulnérabilité du pays face à de grands chocs comme celui aujourd’hui de la pandémie du covid-19. Aussi, l’objectif de cette étude est double : (i) évaluer l’impact du COVID-19 sur l’économie d’Haïti ; (ii) vérifier si le secteur public est un moteur de croissance pour l’économie haïtienne ou une obstruction à l’expansion économique de ce pays, et ce, en identifiant et en mesurant le niveau optimal de dépenses publiques à cibler pour promouvoir et stimuler la croissance économique du pays. Pour atteindre ce double objectif, cette étude a recours à la fois à un modèle néo-classique de croissance, proposé par le FMI, destiné à estimer l’impact économique et financier de la pandémie, et à un modèle de régression de seuil de type Threshold Auto Regressive (TAR) à la Hansen (1999), visant à déterminer la taille optimale de l’état haïtien.

2Par ailleurs, une revue de la littérature récente effectuée sur le thème de l’impact économique du COVID-19 révèle qu’il existe aujourd’hui un nombre relativement limité d’études sur ce sujet, à l’exception toutefois de celles réalisées par quelques organisations internationales telles que : la Banque mondiale (2020), le FMI (2020), la CNUCED (2020), le PNUD (2020), et la CEPALC (2020). En revanche, un nombre important de travaux ont été consacrés dans le passé sur le thème de la relation entre dépenses publiques et croissance économique. Notons que le lien entre la taille de l’état et la croissance économique peut varier selon le niveau de revenu et prendre quelquefois la forme d’une courbe inversée en U (Armey, 1995). Les récentes analyses relatives à la taille optimale de l’état, recouvrent trois principales approches : (i) celle qui repose sur les tests de causalité de Granger, qui cherchent à déterminer le sens de la causalité entre croissance économique et croissance des dépenses publiques ; (ii) celle qui consiste à analyser les effets des dépenses publiques sur la croissance économique ; (iii) celle qui s’appuie sur les nouvelles théories de la croissance. La première approche conduit à des résultats empiriques controversés. En effet, dans la relation entre dépenses publiques et croissance économique, certains auteurs mettent en évidence une relation de causalité unidirectionnelle entre ces deux variables, tandis que d’autres établissent une causalité bidirectionnelle entre elles. Certains, s’inspirant des travaux de Wagner (1892) démontrent que la dépense publique est une conséquence plutôt qu’une cause de la croissance économique, alors que d’autres soutiennent le contraire, notamment Malcom, Xavier (2017) qui, à l’aide d’un modèle à correction d’erreurs, appliqué au cas de la Jamaïque, conclut au rejet de la loi de Wagner, de même que Luidogan et Turan (2017), qui ont utilisé un modèle à effet de seuils, de type Threshold Autoregressive Regression (TAR) appliqué au cas de la Turquie. Dans la seconde approche, Landau (1983) explore le lien qui existe entre le niveau des dépenses publiques et la croissance économique dans un ensemble de pays. Il démontre que la consommation publique a une incidence négative sur la croissance économique, tandis que Alleyne, Lewis-Bynoe et al., (2004) ont démontré le contraire dans le cas des pays de la Caraïbe. Ces derniers indiquent à l’aide d’un modèle de régression de panel, utilisant une fonction de production que les dépenses publiques dans la Caraïbe ont une influence positive sur la croissance économique, lorsque la taille de l’état se situe entre 10 % et 16 % du PIB. Ram (1986) abonde également en ce sens, indiquant qu’une augmentation de la taille de l’état, favorise par les externalités qu’elle engendre, un accroissement des investissements privés. Enfin, dans la troisième approche, les théoriciens de la croissance endogène mettent l’accent sur l’impact différencié des composantes des dépenses publiques sur la croissance économique. Romer (1990) par exemple, souligne le fait que l’accumulation du capital, de même que la recherche-développement induisent des effets positifs sur l’ensemble des entreprises.

3Le reste de l’étude est structuré comme suit : la deuxième section présente le contexte socioéconomique actuel dans lequel évolue Haïti. La troisième section évalue l’impact économique et financier potentiel du COVID-19 dans ce pays ; la quatrième section analyse l’efficience des dépenses publiques dans les secteurs de l’éducation, de la santé et des infrastructures. La cinquième section est consacrée à l’estimation du modèle à effet de seuil, et la sixième section présente la conclusion générale de l’étude ainsi que les principales recommandations de politique économique qui y sont attachées.

4En définitive, ces différentes approches montrent clairement qu’il n’existe pas, un seuil optimal unique de dépenses publiques applicable à tout pays. La taille optimale de l’état qui maximiserait la croissance, est fonction, selon Mavrov (2007) du niveau de développement économique, de l’efficacité des institutions, et de la performance des administrations publiques du pays étudié.

1. Contexte actuel et évolution récente de la situation économique en Haïti

5Le contexte actuel en Haïti est marqué par une instabilité politique de longue durée, une insécurité grandissante, qui a atteint son paroxysme avec l’assassinat le 7 juillet 2021 du président en exercice Jovenel Moïse, des troubles sociaux sporadiques, une faiblesse des institutions publiques, et une corruption accrue qui ne sont pas sans conséquence sur la situation économique du pays. Par ailleurs, la pandémie actuelle du COVID-19 a aggravé des perspectives économiques déjà ternes pour Haïti. Selon le FMI (2020), cette mauvaise conjoncture se traduit par une forte baisse attendue des envois de fonds de la diaspora, la réduction des exportations de textiles, et la diminution de l’investissement direct étranger, qui pèseront lourdement sur la balance des paiements. Les dépenses sanitaires et sociales directes supplémentaires qui en découlent, conjuguées à une nouvelle baisse des recettes budgétaires, alourdiront le déficit budgétaire et les besoins de financement du pays. Malgré les efforts des autorités monétaires et budgétaires, le déficit budgétaire s’est creusé à 3.5 % du PIB en 2019, les arriérés intérieurs ont augmenté et la dette publique a fait un bond de 8 % du PIB. Le bilan de ces deux dernières années sur le plan économique et humain est lourd, puisque selon un rapport du plan alimentaire mondial (PAM, 2020), 4 millions de personnes vivent encore en Haïti en situation d’insécurité alimentaire. La pauvreté n’a pas reculé et les inégalités persistent. Plus de 58 % de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté (2.41 $ US par jour), et le revenu réel par habitant et par an a stagné depuis 2015 à environ 870 $ (2018).

2. Estimation de l’impact potentiel du COVID-19 sur l’économie d’Haïti

6Haïti fait face de nos jours à des risques élevés liés à la pandémie du COVID-19 ainsi qu’à des difficultés considérables sur le plan politique. Dans ce contexte, il est nécessaire d’évaluer et d’analyser les perspectives économiques et financières à moyen terme du pays afin de vérifier si ce dernier dispose de marges de manœuvre et de ressources financières suffisantes pour affronter les défis et les répercussions de la pandémie sur la population. Pour estimer et prévoir les effets économiques et financiers potentiels du virus dans ce pays, on a eu recours à un modèle néo-classique de croissance, utilisé par le FMI, qui l’a appliqué récemment (2020) dans le cas d’Haïti. Ce modèle, inspiré des travaux de Paul Romer (1990), met l’accent sur quatre facteurs qui influent sur le taux de croissance économique :

  • les rendements croissants grâce aux gains d’échelle,

  • l’intervention judicieuse de l’état, notamment par l’investissement dans des infrastructures,

  • la recherche-développement ou innovation, activité à rendement croissant avec un coût d’appropriation minimale,

  • la connaissance ou capital humain qui s’accumule.

7Cependant, les canaux potentiels de transmission des impacts économiques du virus en Haïti sont spécifiques à ce pays et sont de plusieurs ordres. En premier lieu, l’effet se produirait à travers le commerce international, principalement par le recul de la demande mondiale, exprimée par les principaux partenaires commerciaux d’Haïti que sont les États-Unis, la Chine, la République dominicaine, et l’Union européenne. En second lieu, l’effet se ferait ressentir à travers les baisses des prix des principales matières premières exportées, en particulier les produits agricoles, mais aussi les textiles. En troisième lieu, l’impact s’observe aussi à travers la baisse des recettes touristiques résultant du confinement quasi généralisé de la plupart des candidats aux voyages et aux vacances. Bien que les principaux chocs soient en rapport avec la demande, Haïti pourrait subir aussi un choc d’offre au regard de la composition de ses importations dont une grande partie est constituée de biens de consommations directes notamment de produits alimentaires, mais également de biens de consommations intermédiaires. Par ailleurs, le ralentissement de l’économie et de l’investissement mondial contribuera à réduire le flux des investissements étrangers, des transferts des migrants, mais aussi des financements extérieurs (dons et emprunts), avec un impact sur la dette et le financement de l’économie.

8Le FMI a donc simulé l’effet de ces différents canaux de transmission sur l’économie d’Haïti, notamment, en mesurant l’incidence sur l’économie haïtienne du taux de croissance réalisé en Chine et dans les économies du G7, de celle des prix des biens et services, de l’énergie, les conditions de financement, et les données relatives aux transports et aux voyages. Les élasticités partielles qui sont estimées par ce biais, indiquent par exemple, de quel pourcentage variera le PIB du pays, en réponse à une variation de 1 % de chacune de ces variables. Ainsi, en ayant recours à ce modèle, le FMI décrit, explique, estime, et projette les principales variables macroéconomiques qui ont été impactées par le virus. En bref, par ce modèle, le FMI, postule que la croissance du PIB par habitant est expliquée successivement par le niveau initial du PIB per capita, par des facteurs structurels (ex : le capital humain, la gouvernance, le développement du marché financier, et par des facteurs politiques (l’inflation, les dépenses publiques, l’ouverture commerciale et financière…). Ce modèle s’exprime comme suit :

Yit - Yit-1 = αYit -1 + ɸSit + yPit + πSit + μt + ηt + εt

où Y représente le logarithme du PIB réel par habitant (variable dépendante), S, les facteurs structurels ainsi que les institutions, P, un ensemble de variables relatives à l’environnement politique, le terme μt exprime les facteurs inaperçus qui affectent l’économie, ηt représente l’effet-pays, et ε, le terme d’erreur.

9Les estimations et projections des variables macroéconomiques d’Haïti issues de ce modèle sont calculées et présentées dans les deux tableaux ci-dessous. Dans le premier tableau, sont consignées sur la période 2018-2025, les principales variables économiques et financières d’Haïti, et dans le deuxième tableau, et sur la même période, les besoins et sources de financement extérieur du pays.

Tableau 1. Haïti : estimation et projection des principales variables économiques et financières sur la période 2018-2025.

PIB nominal (2018) : 9,7 milliards de dollars

Population (2016) : 10,847 millions

estimation 2018

estimation 2019

projection 2020

projection 2021

projection 2022

projection 2023

projection 2024

projection 2025

Revenu national et prix (variation par rapport à l’année précédente)

PIB à prix constants

1.5

-1.2

-4.0

1.2

1.0

1.1

1.2

1.4

prix à la consommation (moyenne)

12.9

17.3

22.2

21.3

18.3

15.3

12.9

10.9

Secteur extérieur (variation par rapport à l’année précédente)

exportations (variation)

8.8

11.4

-15.2

1.8

2.6

2.7

3.4

3.0

importations (variation)

24

-6.4

-14.8

1.8

3.9

2.4

2.4

2.4

balance commerciale (en % du PIB)

-35.3

-34.4

-29.7

-29.3

-29.6

-29.2

-28.7

-28.3

envois de fonds (variation)

21.1

8.5

-18.3

12.7

7.3

-3.0

-2.8

-0.9

Gouvernement central (en % du PIB)

solde global

-1.7

-2.4

-5.2

-2.9

-2.8

-2.4

-2.5

-2.6

recettes intérieures

13

10.8

10.2

11.4

12.9

13.4

14.0

14.4

dépenses

19

14.5

17.5

18.0

18.7

19.6

21.2

21.8

Épargne et investissement (en % du PIB)

investissement brut

29.0

30.8

27.4

27.5

28

29

30.0

30.4

épargne nationale brute

25.1

29.4

23.7

26.9

27.6

27.6

28.0

27.8

solde des transactions extérieures courantes

-7.9

-3.5

-5.8

-4.4

-3.5

-5.1

-6.6

-7.5

Dette publique (en % du PIB)

dette publique extérieure

23.5

27.4

28.0

25.8

23.8

22.9

22.5

22.4

dette totale du secteur public

39.9

47.7

51.9

49.9

48.6

47.3

46.8

46.6

service de la dette publique extérieure

6.1

7.3

9.2

9.0

8.8

8.6

8.3

8.6

Pour mémoire

réserves internationales brutes en mois d’importations de l’année suivante

4.8

5.7

4.8

4.7

4.8

4.9

4.9

4.9

Source : FMI (2020)

Tableau 2. Haïti : estimation et projection des besoins et sources de financement extérieur sur la période 2018-2025 (en millions de dollars sur la base d’un exercice budgétaire)

estimation 2018

estimation 2019

projection 2020

projection 2021

projection 2022

projection 2023

projection 2024

projection 2025

Obligations

830

399

600

491

423

598

759

871

déficit du compte courant, hors dons

759

304

501

387

318

491

653

766

amortissement de la dette

75

95

99

104

105

107

107

106

Sources

830

399

489

490

423

598

759

871

transfert de capital

31

15

0

0

30

30

30

30

investissement direct étranger

105

75

45

133

138

143

148

154

décaissements officiels

361

184

236

295

298

416

549

633

autres flux

242

-65

-36

-9

41

41

41

41

appui budgétaire officiel

53

0

17

85

17

73

74

75

rééchelonnement de la dette et allègement de la dette

3

3

0

0

0

0

0

0

Financement exceptionnel

0

0

111

0

0

0

0

0

Pour mémoire

Réserves internationales brutes

2086

2100

1872

1885

1977

2069

2140

2190

Source : FMI (2020)

10Il ressort du premier tableau que le PIB d’Haïti devrait, en raison de la pandémie se contracter de 4 % en 2020, s’élever à 1.2 % en 2021, et s’établir à 1.1 % en 2022. Ces résultats montrent également qu’Haïti affiche sur la période d’observation, des déséquilibres macroéconomiques à tous les niveaux. En effet, ce pays dépense plus qu’il ne collecte, importe plus qu’il n’exporte, et investit plus qu’il n’épargne, d’où un déficit budgétaire qui passerait, de -2.4 % du PIB en 2019 à -5.2 % en 2020, -2.9 % en 2021, et -2.8 % en 2022. Sur le plan du commerce extérieur, il faut s’attendre à un déficit, qui passerait de -34.4 % du PIB en 2019 à -29.7 % en 2020, -29.3 % en 2021, et -29.6 % en 2022. Quant aux réserves internationales brutes, elles passeraient en capacité d’importation, de 5.7 mois d’importations en 2019, à 4.8 mois en 2020, 4.7 mois en 2021, et 4.8 mois en 2022. Il en résulte une dette publique pour Haïti, qui passerait de 47.7 % du PIB en 2019 à 51.9 % en 2020, 49.9 % en 2021, et 48.6 % en 2022. Cependant, selon le FMI, le ratio de la dette publique/PIB devrait rester à peu près stable au cours des 5 à 10 prochaines années.

11En résumé, et compte tenu de cette conjoncture difficile, mais aussi de la faiblesse des services de santé et du niveau élevé de pauvreté en Haïti, la propagation du COVID-19 et son intensification pourraient se révéler plus dévastatrices pour le pays. En effet, étant donné que les envois de fonds représentent plus de 34 % du PIB et que la plupart des exportations de textiles sont destinées aux États-Unis, le choc mondial sur les revenus devrait avoir de graves répercussions sur la balance des paiements du pays. L’augmentation des dépenses de santé et de soutien aux revenus, conjuguée à une baisse de la demande et des recettes budgétaires, devrait creuser le déficit budgétaire, et réduire les marges de manœuvre du pays.

3. Analyse de l’efficience des dépenses publiques dans les secteurs de l’éducation, de la santé et des infrastructures

12Pour analyser l’efficience des dépenses publiques en Haïti, trois secteurs ont été considérés : l’éducation, la santé, et les infrastructures. Pour ce faire, il a été mis en relation les ressources publiques "inputs" qui sont injectées (en pourcentage du PIB) dans chacun des secteurs, avec les "outputs" que sont : le taux d’alphabétisation des adultes pour le secteur de l’éducation, le nombre de lits d’hôpital (pour 1000 personnes) pour le secteur de la santé, et la qualité des infrastructures portuaires pour le secteur des infrastructures. Un indicateur d’efficience global, IEG (output/input) est ainsi calculé pour chacun des secteurs, puis comparé à d’autres pays de la Caraïbe. Le pays ayant l’indicateur le plus élevé est considéré comme le plus efficient en termes d’allocation de ses ressources. Dans les tableaux 3, 4, et 5 suivants sont consignés les résultats de l’indicateur d’efficience globale d’Haïti et de quelques pays de la Caraïbe pour les trois secteurs indiqués

Tableau 3. Indice de l’efficience globale des dépenses publiques d’éducation en Haïti et dans quelques pays de la Caraïbe en 2017.

Pays

Taux d’alphabétisation des adultes (a)

Dépenses d’éducation en pourcentage du PIB (b)

IEG : (a)/(b)

Antigua-et-Barbuda

98.9

2.5

39.5

Barbade

99.6

4.4

22.6

Grenade

98.6

3.2

30.8

Haïti

61.7

2.8

22

Trinidad-et-Tobago

98.7

3.1

31.8

République dominicaine

93.8

2

46.9

Sources : Banque mondiale et PNUD

13Ce tableau montre que le taux d’alphabétisation des adultes en Haïti est très en dessous de celui des autres pays de la Caraïbe. Les dépenses publiques d’éducation en pourcentage du PIB, allouées à l’éducation en Haïti sont également inférieures à celles de la plupart des autres pays de la région. Il en résulte dans le domaine de l’éducation, une efficience globale relativement faible d’Haïti par rapport aux autres pays.

Tableau 4. Indice de l’efficience globale des dépenses publiques de santé en Haïti et dans quelques pays de la Caraïbe en 2017.

Pays

Nb de lits d’hôpital (pour 1000 personnes) (a)

Dépenses de santé en pourcentage du PIB (b)

IEG (a)/(b)

Antigua-et-Barbuda

3.8

Barbade

5.8

7

0.83

Grenade

5.2

Haïti

0.7

5.4

0.13

Jamaïque

1.7

6.1

0.28

Sainte-Lucie

1.3

5.3

0.25

Saint-Vincent et les Grenadines

2.6

3.6

0.72

République dominicaine

1.6

6.2

0.26

Trinidad-et-Tobago

3

Sources : Banque mondiale et PNUD

14La santé est également un déterminant important de la croissance économique. Le tableau ci-dessus indique que le secteur de la santé en Haïti affiche comme pour celui de l’éducation, un indicateur d’efficience globale particulièrement faible, comparé aux autres pays de la Caraïbe. Il est notamment 2 fois inférieur à celui de son voisin, la République dominicaine.

15Indice de l’efficience des infrastructures en Haïti et dans quelques pays de la Caraïbe en 2017

L’absence de données relatives aux dépenses publiques allouées aux infrastructures en Haïti nous a contraints de choisir comme indice de l’efficience des infrastructures, la qualité de l’infrastructure portuaire. Ce choix repose sur le fait que les infrastructures portuaires constituent comme pour les secteurs de la santé et de l’éducation, des facteurs fondamentaux pour la croissance économique. Ces infrastructures sont importantes non seulement pour le commerce extérieur du pays, mais représentent également un facteur d’attractivité pour les investissements. La qualité de l’infrastructure portuaire d’un pays est évaluée notamment par la Banque Mondiale, qui utilise une échelle qui va de 1 pour des infrastructures extrêmement sous-développées à 7 pour celles qui sont bien développées et efficaces. En s’appuyant sur cette échelle, le tableau ci- dessous évalue la qualité de l’infrastructure portuaire en Haïti et dans quelques pays de la Caraïbe.

Tableau 5. Qualité de l’infrastructure portuaire en Haïti et dans quelques pays de la Caraïbe

Pays

Qualité de l’infrastructure portuaire (échelle de 1 à 7)

Barbade

5.3

Haïti

2.6

Jamaïque

4.9

République dominicaine

4.8

Trrinidad-et-Tobago

4

échelle (1 = extrêmement sous développé à 7 = bien développé et efficace selon les standards internationaux)

Source : Indicateurs de développement de la Banque mondiale (2020)

16Avec un indice de 2.6 sur 7, la qualité des infrastructures portuaires en Haïti apparaît médiocre par rapport aux autres pays de la Caraïbe.

4. Estimation du modèle à effet de seuil

17L’estimation de ce modèle est effectuée en trois étapes : d’abord, par la présentation des données utilisées, ensuite par la méthodologie employée, enfin par l’analyse des résultats obtenus.

4.1. Données

18Les données utilisées sont annuelles et couvrent la période 1980-2019. Elles sont extraites de la base de données de la Banque Mondiale (World Development Indicators), des comptes nationaux, publiés chaque année par l’ONU, et des statistiques de la Banque Nationale d’Haïti. Plusieurs variables sont prises en compte dans ce modèle : le taux de croissance du PIB par habitant (growthpib_h) comme variable dépendante, et comme variables indépendantes, les dépenses publiques totales, exprimées en pourcentage du PIB (Gt), une variable d’intervention (Gov), obtenue en multipliant la variation des dépenses publiques par les dépenses publiques elles-mêmes, le taux d’ouverture au commerce international (exportations + importations/PIB), l’indice des prix à la consommation (ipc), et l’indice des termes de l’échange (ite).

4.2. Méthodologie

19Afin de déterminer la taille optimale de l’état qui maximise la croissance économique en Haïti, un modèle de régression de seuil, de type Threshold Auto Regressive (TAR), inspiré des travaux de Hansen (1999) est utilisé. Il s’agit d’une méthode de balayage suivant laquelle une équation de référence est estimée pour différentes valeurs de seuil. Dans notre cas, on modélise l’impact de la politique budgétaire, que l’on considère comme conditionnel au niveau des dépenses publiques de l’état, à partir de la relation entre le ratio dépenses publiques/PIB et la croissance économique. Pour ce faire, notre modèle s’appuie sur les hypothèses suivantes :

H1 : Démontrer que la politique budgétaire en Haïti peut être modélisée de manière non linéaire ;

H2: Montrer l’existence de régimes budgétaires différents dans la relation entre dépenses publiques et croissance économique. Autrement dit, fixer d’une manière endogène le seuil optimal du ratio dépenses publiques/PIB qui maximise la croissance économique.

H3 : Vérifier que la rigueur budgétaire en Haïti ne peut être efficace qu’au-delà d’un certain seuil.

20L’intérêt de ce modèle réside dans le fait qu’il tient compte des ruptures de fortes amplitudes dans l’évolution des variables. Dans ce modèle, nous spécifions une équation de croissance dans laquelle, la variable dépendante est la croissance du PIB par habitant (growthpib_h), et où le ratio des dépenses publiques rapporté au PIB est introduit à la fois comme variable explicative et variable de seuil. Le modèle s’exprime comme suit :

growthpib_h = α0 + α1Gt + α2gov + α3ouv + α4ite + α5ipc + εit si Gt ≤ s

growthpib_h = α0 + α1Gt + α2gov + α3ouv + α4ite + α5ipc + εit si Gt > s

où Gt représente le ratio des dépenses publiques rapporté au PIB, gov une variable d’intervention, ouv le taux d’ouverture, ite l’indice des termes de l’échange, ipc l’indice des prix à la consommation, εit le terme d’erreur, et s le seuil. Dans la première équation, les dépenses publiques sont inférieures ou égales au seuil qui a été trouvé, et dans la seconde, elles sont supérieures à ce seuil. La détermination du seuil se fait selon le critère de la minimisation de la somme des carrés des résidus (SSR).

4.3. Analyse des résultats

21Ci-dessous sont présentés les résultats empiriques auxquels nous sommes parvenus. En premier lieu, sont affichés, le résumé statistique des variables de l’étude, et en second lieu les résultats de l’estimation du modèle à effet de seuils.

22a) Résumé statistique des variables de l’étude

Variable |

Obs

Mean

Std.Dev.

Min

Max

growthpib_h |

40

-.1210034

2.386528

-6.875706

4.001208

gt |

40

11.1516

2.572254

7.94

16.08

gouv |

40

34.81912

126.4881

-204.1791

391.7401

ouv |

40

57.57

7.932725

45.1

73

ite |

40

186.252

81.78047

95.7

321.7

ipc |

40

1.68

1.396722

-1

4.5

Source : calculs de l’auteur, extraits de Stata 16

23L’analyse statistique montre que les dépenses publiques en Haïti se sont élevées en moyenne à 11.1 % du PIB sur les quarante dernières années.

24b) estimation du modèle à effet de seuils

Threshold regression

Number of obs

=

39

Full sample: 2-40

AIC

=

79.5335

Number of thresholds=1

BIC

=

99.4962

Threshold variable: Gt

HQIC

=

86.6959

Order

Threshold

SSR

1

14.1000

161.9839

Growthpib_h

Coef.

Std. Err.

z

P>|z|

[95 % Conf. Interval]

Region1 |

Gt |

1.057407

.368609

2.87

0.0004

.3349472

1.779868

gouv |

.0057814

.003334

1.73

0.083

-.0007532

.0123159

ouv |

.1402525

.0550353

2.55

0.011

.0323853

.2481198

ite |

.0439023

.022603

1.94

0.052

-.00003987

.0882033

ipc |

-.0961266

.0402669

-2.39

0.017

-.1750482

-.017205

_ocns |

-20.48779

4.136377

-4.95

0.000

-28.59494

-12.38064

Region2 |

Gt |

.303529

.332716

0.91

0.362

-.348583

.955641

gouv |

-.00284

.0026874

-1.06

0.291

-.0081072

.0024272

ouv |

-.0724061

.0918293

-0.79

0.430

-.252388

.1075759

ite |

.0582366

.0185445

3.14

0.002

.0218901

.0945831

ipc |

.0141115

.0248355

0.57

0.570

-.0345652

.0627883

_cons |

-18.56416

7.94116

-2.34

0.019

-34.12855

-2.99977

Source : calculs de l’auteur, extraits de Stata 16

25Le modèle spécifié révèle que la relation entre les dépenses publiques et la croissance économique est une relation non linéaire à deux régimes et que le seuil optimal des dépenses publiques qui favorise la croissance économique en Haïti est de 14.1 % du PIB. Ce résultat est concordant avec ceux de Alleyne, Lewis-Bynoe et al. (2004) qui dans un modèle de régression de panel dynamique appliqué aux pays de la Caraïbe ont démontré que le seuil optimal de dépenses publiques qui maximise la croissance économique dans cette région se situe entre 10 % et 16 % du PIB. Dans notre modèle, tous les coefficients du régime 1 sont significatifs au seuil de 1 %, 5 %, et 10 %. Par ailleurs, ce modèle montre que les dépenses publiques ont un impact positif sur la croissance économique lorsqu’elles n’excèdent pas 14.1 % du PIB et n’ont pas d’impact significatif sur la croissance au-delà de ce seuil. Ainsi, au-delà de 14.1 % du PIB, une augmentation de 1 % des dépenses publiques favorise une augmentation de 0.3 % du taux de croissance du PIB. Cependant, ce coefficient, bien que positif au-delà de ce seuil, n’est pas statistiquement significatif au seuil de 5 %. S’agissant des autres variables explicatives, on constate que la variable d’intervention gov a un impact positif sur la croissance économique dans le régime 1, mais a un impact négatif dans le régime 2. Par conséquent, les résultats du modèle confirment l’existence d’une courbe inversée en U, conformément à loi d’Armey (1990).

Conclusion et principales recommandations de politique économique

26Le présent document s’est fixé deux objectifs : en premier lieu, évaluer à l’aide d’un modèle néo-classique de croissance développé par le FMI, les effets économiques potentiels du covid-19 en Haïti. En deuxième lieu, déterminer, grâce à un modèle de régression de seuil, inspiré des travaux de Hansen (1999), le seuil optimal de dépenses publiques qui maximise la croissance économique dans ce pays. Plusieurs enseignements majeurs émergent de cette étude : d’une part, les résultats d’impact montrent qu’en raison de la pandémie, le PIB d’Haïti devrait se contracter de 4 % en 2020, puis s’accroître de 1.2 % en 2021, et s’établir à 1.1 % en 2022. Les effets sur le PIB résulteraient principalement de la baisse de la demande mondiale, qui entraînerait une réduction des exportations, mais aussi un recul de la demande intérieure et de la contraction de l’offre intérieure en relation avec la dépendance en intrants importés. Les secteurs les plus impactés en Haïti sont le secteur manufacturier, en particulier la production et l’exportation de textiles, de même que le secteur des services (le commerce, l’hôtellerie et la restauration, les transports, etc.). Il faut s’attendre également à une réduction des transferts de fonds de la diaspora ainsi que de l’investissement étranger direct. En conséquence, des déséquilibres macroéconomiques risquent d’apparaître à tous les niveaux. D’autre part, l’estimation du modèle de régression à effet de seuils révèle qu’il existe une relation non linéaire entre dépenses publiques et croissance économique. Elle indique également que le seuil optimal de dépenses publiques qui maximise la croissance économique en Haïti s’élève sur la période d’observation à 14.1 % du PIB contre un niveau effectif moyen de 11.1 % du PIB enregistré sur les quarante dernières années. En clair, ces résultats montrent que l’état haïtien dépense en moyenne, en deçà de son potentiel de croissance.

27Aussi, face à de tels résultats, nos recommandations plaident en faveur d’un accroissement des dépenses publiques d’investissement, en direction des secteurs publics longtemps négligés en Haïti, que sont : la santé, l’éducation, les infrastructures, l’environnement naturel et humain. Toutefois, ces dépenses ne doivent en aucun cas excéder le seuil optimal précédemment identifié. Ainsi, le seuil optimal qui a été trouvé garantirait un meilleur sort au secteur privé qui en ces circonstances servirait de locomotive de l’activité économique. Dans ces conditions, le secteur public jouerait son rôle d’appui au secteur privé, et de ce fait, favoriserait les externalités positives. Les actions complémentaires susceptibles d’être engagées doivent viser à atténuer les répercussions économiques et sociales de l’épidémie sur la population, telles que les dépenses en matière d’énergie, d’eau et de protection sociale. Enfin, la situation de crise sanitaire internationale qui sévit aujourd’hui crée un cas de force majeure planétaire, qui devrait permettre aux autorités haïtiennes de saisir leurs créanciers et autres partenaires pour exprimer leur impossibilité à honorer leurs engagements à échéances (principal et intérêts). La quantité résiduelle de devises qui serait alors dégagée, devrait être consacrée en priorité aux besoins vitaux de la population, en particulier en faveur de ceux les plus vulnérables.

Haut de page

Bibliographie

Alimi, R. (2014). “Does Optimal Government Size Exist for Developing Economies? The Case of Nigeria”, Munich Personal Research Archive.

Alleyne, K-A, D. Lewis-Bynoe & W. Moore (2004). “An assessment of the growth-enhancing growth size of government in the Caribbean”, Applied econometrics and international development, 4(3): 77-94.

Alshahrani, A. & J. Ali (2014). “Economic Growth and Government Spending in Saudi Arabia: an Empirical Investigation, IMF Working Paper 14/3.

Armey, D. (1990). The freedom revolution: The new republican house majority leader tells why big government failed. Why freedom works, and how we will rebuild America, Washington DC, Regnery publishing Inc.

Asimakopoulos, S. & Y. Karavias (2015). “The impact of government size on economic growth: a threshold analysis”, Granger Centre Discussion Paper, 15(02).

Banque mondiale (2020). “The economy in the time of COVID-19: semiannual report of Latin America and Caribbean region”, URL: <https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/33555/9781464815706.pdf>.

Barro, R (1990). “Government spending in a simple model of endogenous growth”, Journal of political economy, 98 (S5):103-125.

CEPAL (2020). Political and social compacts for equality and sustainable development in Latin America and the Caribbean in the post COVID-19 recovery, CEPAL, no 8. Special Report COVID-19.

Chen, B. (2006). Economic growth with an optimal public spending composition, Oxford Economic Papers, 58(1), 123-136, URL: <http://www.jstor.org/stable/348816>.

Chibanov, D. & A. Mladenova (2009). What is the Optimal Size of Government. Institute for Market Economies.

CNUCED (2020). “Impact of the COVID-19 pandemic on trade and development: transitioning to a new normal”, Communiqué de presse (novembre 2020).

Ferris, J. (2013). “Government Size, Government Debt and Economic Performance with a particular application to New Zealand”, Social Science Research Network, Economic Record 90 (290):365-381.

FMI (2020). Demande de décaissement au titre de la facilité de crédit rapide- communiqué de presse ; rapport des services du FMI et déclaration de l’administrateur pour Haïti, Rapport du FMI, no 20/123.

Guseh, J.S. (1997). “Government Size and Economic Growth in Developing Countries: A Political Economy Framework”, Journal of Macroeconomics, 19(1): 175-192.

Gwartney, J.D. & R.E. Wagner (1988). “Public Choice and the Conduct of Representative Government”, Public Choice and Constitutional Economics, 3-28.

Herath, S. (2012). “Size of Government and Economic Growth: A Non-Linear Analysis”, Economic Annals, 62 (194).

IDB (2015). “Understanding economic growth in the Caribbean region: A conceptual and methodological study”, paper series no. IDB- 595.

Hok, L., P. Jariyapan, P. Buddhawongsa & R. Tansuchat (2014). “Optimal Size of Government Spending: Empirical Evidence from Eighth Countries in Southeast Asia”, The Empirical Econometrics and Quantitative Economics Letters, 3(4).

Landau, D (1983). “Government expenditure and economic growth: A cross-country study”, Southern Economic Journal.

Lyidogan, P.V. & T. Turan (2017). “Government size and economic growth in Turkey: A threshold regression analysis”, Prague economic papers, 26(2): 142-154.

Malcom, Xavier (2017). “Investigating the optimal level of government spending to maximise economic growth in Jamaica”, Working paper, Bank of Jamaica.

Mavrov, H (2007). “The size of government expenditure and the rate of economic growth in Bulgaria”, Economic alternatives, 1. 53-63.

PNUD (2020). « Effets socioéconomiques potentiels du COVID-19 au Cameroun : une évaluation sommaire », rapport du 31 mars 2020.

Ram, R. (1986). “Government Size and Economic Growth”, American Economic Review, 76(1): 191-203; URL: <http://www.jstor.org/stable/1804136>.

Romer, P. (1990). “Increasing returns and new developments in the theory of growth”, Equilibrium theory and applications, Edited by William Barnett.

Scully, G. W. (1994). “What is the Optimal size of government in the United States?”, National Centre for Policy Analysis.

Vedder, R.K. & L.E. Gallaway (1998). Government Size and Economic Growth, Paper Prepared for the Joint Economic Committee of Us Congress: 1-15.

Wagner, A. (1892). Foundation of Political Economy (3rd ed., Vol. 1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Haïti à l’épreuve du covid-19 : impact économique potentiel du virus et détermination du seuil optimal de dépenses publiques qui maximise la croissance économique du pays », Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21783

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

The George Washington University, louis.dupont038@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search