Navigation – Plan du site

AccueilHors-série7EntretiensConversations avec M. Elio Rodríg...

Entretiens

Conversations avec M. Elio Rodríguez Perdomo, Ambassadeur de la République de Cuba en France

« Tous les gouvernements des Etats-Unis ont eu le même objectif : détruire la Révolution cubaine »
Salim Lamrani

Texte intégral

1 Ambassadeur de la République de Cuba en France, Elio Rodríguez Perdomo est également le représentant du gouvernement de La Havane auprès de la Principauté de Monaco. Diplômé en Relations politiques internationales à l’Institut Supérieur de Relations internationales « Raúl Roa García » de La Havane, Elio Rodríguez a auparavant été ambassadeur en Belgique et aux Pays-Bas et Directeur du Département « Europe » au sein du ministère cubain des Affaires étrangères. En décembre 2016, il a fait partie de la délégation cubaine chargée de négocier l’Accord de dialogue politique et de coopération entre Cuba et l’Union européenne.

2 Au cours de cet entretien, Elio Rodríguez dresse un panorama historique des relations conflictuelles entre Cuba et les Etats-Unis. Il évoque les origines du différend opposant Washington à La Havane et rappelle la grande aspiration de la Révolution cubaine à l’indépendance. Il explique également les raisons qui ont conduit Cuba à tisser une alliance stratégique avec l’Union soviétique dans un contexte marqué par l’hostilité constante des Etats-Unis qui ont imposé des sanctions économiques dès 1960. Il détaille aussi la politique étrangère de La Havane, notamment vis-à-vis du Tiers-monde. Malgré l’effondrement du bloc socialiste en Europe en 1991, Washington a maintenu une politique agressive à l’égard de Cuba jusqu’à ce jour, exception faite de la présidence de Barack Obama, à la fin de son second mandat. En effet, en 2014, Washington a décidé d’adopter une politique de rapprochement avec La Havane qui a permis certaines avancées dans les relations bilatérales. Mais l’arrivée au pouvoir de Donald Trump en 2017 a mis un terme à ce dialogue entre les deux pays et la Maison-Blanche est revenue à une politique de la confrontation. L’ambassadeur Rodríguez conclut ses conversations en faisant part du souhait de Cuba d’établir des relations respectueuses avec l’administration de Joe Biden et évoque les défis auxquels est confrontée la société cubaine d’aujourd’hui.

3Salim Lamrani : Depuis 1959, les relations entre Cuba et les Etats-Unis sont conflictuelles. A quoi est dû le différend entre Washington et La Havane ? Quelles sont les origines de cette opposition qui dure depuis plus d’un demi-siècle ?

4Elio Rodríguez Perdomo : Il est important de jeter à œil à l’histoire de Cuba car les relations conflictuelles entre les deux pays sont bien antérieures à 1959. L’histoire de la nation américaine en est la preuve car l’élite politique américaine a toujours souhaité avoir un contrôle des Amériques. Il y a toujours eu dès le départ cette intention américaine de remplacer les puissances coloniales présentes dans le Nouveau Monde.

5C’est bien entendu le cas de Cuba. L’île était sous contrôle colonial espagnol depuis le XVe siècle. Washington souhaitait s’en emparer en raison de sa position stratégique dans les Caraïbes. Il s’agit de la plus grande île des Caraïbes et elle constitue la porte d’entrée des Amériques.

6En 1898, à la fin de la Seconde guerre d’indépendance de Cuba, alors que les patriotes de l’île étaient sur le point d’obtenir leur liberté après trente années de lutte, les Etats-Unis ont décidé d’intervenir militairement dans l’île pour prendre possession du territoire. Le Traité de Paris de décembre 1898 signé entre les Etats-Unis et l’Espagne a acté cette prise de possession de Cuba.

7A partir de cette date et jusqu’en 1959, Cuba est devenue une espèce de république néocoloniale dominée par Washington. L’économie se trouvait sous contrôle total des multinationales américaines et les différents régimes politiques en place répondaient aux intérêts américains. D’ailleurs, par le biais de l’amendement Platt, les Etats-Unis s’étaient arrogés le droit d’intervenir militairement dans l’île quand ils estimaient que leurs intérêts étaient en danger et avaient même obligé les Cubains à insérer ce texte dans la Constitution de 1901. Cet amendement octroyait également aux Etats-Unis le droit de disposer de bases navales sur le territoire cubain. Il y en a eu trois au départ et aujourd’hui encore, il en reste encore une, la base navale de Guantanamo, cela contre la volonté du peuple souverain de Cuba.

8Cette réalité illustre la volonté des Etats-Unis d’avoir un contrôle stratégique des Amériques, notamment par le biais de Cuba. Il y a eu de multiples interventions militaires des Etats-Unis en Amérique latine tout au long du XXe siècle dans le but de préserver cette domination sur le continent. Voici en quelques mots les fondements du conflit, non pas entre les Etats-Unis et Cuba, mais des Etats-Unis contre Cuba, car nous avons toujours souhaité entretenir des relations pacifiques avec tous les pays du monde.

9SL : Quelle était la réalité de Cuba en 1959, au moment de l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir ?

ERP : Depuis l’intervention des Etats-Unis en 1898 jusqu’en 1959, il y a eu six décennies de domination totale de l’île par Washington. Les Cubains ont beaucoup souffert de cette situation car nous n’avons jamais pu avoir réellement le contrôle de notre souveraineté et jouir de notre indépendance. Les ressources économiques du pays se trouvaient entre les mains des grandes compagnies américaines. Il y a eu plusieurs régimes dictatoriaux dans l’île. A partir de 1952 et le coup d’Etat de Fulgencio Batista, il y a eu une répression très forte contre les révolutionnaires cubains qui aspiraient au changement. Les inégalités sociales étaient très marquées et les Cubains n’avaient pas accès aux droits essentiels, tels que la vie, l’éducation, la santé ou la sécurité sociale. Nous étions une société totalement dépendante des Etats-Unis. La mafia américaine contrôlait les hôtels, les casinos et les réseaux de prostitution. En d’autres termes, la société cubaine avait été construite pour répondre aux intérêts non pas de sa population, mais des Américains.

C’est cette réalité qui a créé les conditions pour qu’une révolution autochtone émerge, notamment à partir de 1953 et l’attaque contre la caserne Moncada menée par Fidel Castro à Santiago de Cuba, qui est la deuxième ville du pays. Cela a ouvert la voie à la naissance d’un mouvement révolutionnaire qui s’est matérialisé par la création du Mouvement 26 Juillet. En décembre 1956, Fidel Castro a lancé la lutte armée dans les montagnes de la Sierra Maestra qui a abouti à la victoire de janvier 1959 contre le dictateur Batista. Beaucoup de jeunes Cubains ont perdu la vie dans cette entreprise armée. Le 1er janvier 1959, pour la première fois de notre histoire, nous étions enfin libres et indépendants et nous avions le contrôle de nos ressources naturelles.

10SL : Quelles étaient en 1959 les aspirations de la Révolution cubaine ?

ERP : Lors de son jugement suite à l’attaque de la Caserne Moncada, Fidel Castro, qui avait assumé sa propre défense devant le tribunal, avait présenté son programme révolutionnaire. C’était un programme basé sur la justice sociale et qui donnait aux Cubains le droit d’être enfin les maîtres de leur pays et d’avoir le contrôle des ressources économiques. La population cubaine devait jouir du droit à la santé, à l’éducation, à la sécurité sociale, sans distinction aucune. Le fondement de la Révolution cubaine est humaniste et l’objectif était de reprendre le contrôle de notre indépendance et de notre souveraineté.

Au départ, il n’y avait aucune hostilité avec les Etats-Unis. L’un des premiers voyages de Fidel Castro à l’étranger était à Washington en avril 1959. Il avait demandé à être reçu par le Président Eisenhower, mais finalement Richard Nixon, alors Vice-président, fut chargé de l’accueillir. D’après les historiens américains, suite à la rencontre, Nixon a rédigé un mémorandum signalant qu’il fallait se débarrasser de Fidel Castro et détruire la Révolution cubaine. Selon lui, il s’agissait d’un gouvernement communiste opposé aux intérêts des Etats-Unis.

11SL : Quelles circonstances ont amené le gouvernement révolutionnaire à s’allier avec l’Union soviétique ?

ERP : L’une des premières mesures prises par la Révolution a été la nationalisation des ressources naturelles et des compagnies américaines qui avaient le contrôle total de l’économie, que ce soit les télécommunications, les ressources minières ou l’industrie sucrière et touristique. La réforme agraire a donné la propriété de la terre aux paysans qui souhaitaient la cultiver. Cela a affecté les intérêts des Etats-Unis présents dans l’île.

Nous avons ensuite naturellement ouvert un processus de compensations dans le strict respect des lois internationales. Des négociations ont été menées avec les différents partenaires européens affectés par ces mesures, notamment la France, l’Espagne et l’Italie, et avec le Canada. En revanche, les Etats-Unis ont refusé de participer à ce dialogue car ils souhaitaient conserver le contrôle de l’économie cubaine. Il y avait également des raffineries pétrolières étasuniennes à Cuba. Nous importions 100% de notre pétrole des Etats-Unis et il était raffiné à Cuba.

A partir de là, Washington a mené une guerre économique totale contre Cuba. L’administration Eisenhower a d’abord imposé un embargo sur le sucre cubain, alors que les Etats-Unis étaient notre principal marché et que nous étions un pays mono-producteur. Notre quota sucrier a été supprimé et l’approvisionnement en pétrole a été suspendu, ce qui a gravement affecté l’économie cubaine. Les autorités cubaines ont dû trouver du jour au lendemain des solutions pratiques pour faire face à cette hostilité. L’Union soviétique avait alors proposé sa coopération à Cuba, notamment pour le pétrole et le sucre, et l’établissement d’échanges bénéfiques pour les deux pays. Cuba a donc accepté cette aide car c’était le seul pays disposé à coopérer avec nous. Ce n’était pas vraiment un choix politique mais une nécessité stratégique pour faire face à la situation et survivre. Du jour au lendemain, les Etats-Unis ont coupé tous leurs liens économiques avec Cuba et cela nous a obligé à trouver des solutions pragmatiques pour continuer à faire fonctionner l’économie du pays.

12SL : En 1960, les Etats-Unis ont décidé d’imposer des sanctions économiques à Cuba, qui sont en vigueur encore aujourd’hui. Quel a été l’impact de ces sanctions sur l’économie et la société cubaine à l’époque ?

ERP : Il s’agissait véritablement d’une guerre économique totale et l’objectif était d’isoler Cuba du reste du monde. Les pressions politiques américaines ont amené toute l’Amérique à rompre ses relations diplomatiques avec nous, à l’exception du Mexique et du Canada. Cuba a été expulsée en 1962 de l’Organisation des Etats américains, qui s’est transformée en une espèce de Ministère des colonies américaines sur le continent.

L’objectif était très clair. Un mémorandum signé par Lester D. Mallory, un haut-fonctionnaire du Département d’Etat, soulignait qu’il fallait prendre toutes les mesures nécessaires pour amener la population cubaine à se soulever contre le gouvernement révolutionnaire. Eisenhower a pris les premières sanctions économiques en supprimant le quota sucrier et en limitant fortement les échanges entre les deux pays dès 1960. En 1962, le Président Kennedy a instauré des sanctions économiques totales contre Cuba. On ne pouvait même pas importer une aspirine des Etats-Unis et on ne pouvait rien vendre sur le marché américain, alors qu’il s’agissait du principal débouché pour nos exportations. Nous y vendions notre sucre, notre nickel.

Cette politique de blocus commercial, économique et financier est toujours en vigueur à ce jour et a même été renforcée. Pour vous donner un chiffre, l’impact des sanctions économiques contre Cuba a été évalué à 55 milliards de dollars depuis leur imposition. Vous pouvez imaginer ce que cela signifie pour une petite économie comme la nôtre. Le blocus affecte absolument tous les domaines de la société cubaine. Pas un seul secteur n’échappe à son impact. Il s’agit d’une guerre économique totale contre un petit pays.

13SL : Outre les sanctions économiques, de quelle manière s’est exprimée l’hostilité des Etats-Unis vis-à-vis de Cuba de 1960 à 1990 ?

ERP : Il y a eu d’abord l’invasion de la Baie des Cochons en avril 1961. Les Etats-Unis ont entraîné une armée en Amérique centrale pour envahir Cuba et instaurer un gouvernement provisoire. Au bout de trois jours, les envahisseurs ont été vaincus, signant ainsi la première défaite de l’impérialisme sur le continent américain. Il y a eu ensuite la crise des missiles en 1962. Dans les années 1960, les Etats-Unis ont mené une guerre paramilitaire contre Cuba en soutenant des groupuscules terroristes dans les montagnes de l’Escambray, lesquels ont assassiné des civils. Ces groupuscules ont mené des centaines d’attentats à la bombe dans les villes, dans les magasins, les cinémas, les plantations sucrières. Le but était de semer la terreur et de ruiner le pays.

En 1976, il y a eu un attentat contre un avion commercial de Cubana de Aviación qui a coûté la vie à 73 civils, dont toute l’équipe olympique junior d’escrime qui venait de remporter les Jeux panaméricains. Ce crime a été orchestré par Luis Posada Carriles, un ancien agent de police de Batista et collaborateur de la CIA, responsable d’une centaine d’attentats terroristes.

Dans les années 1980, les Etats-Unis ont même mené une guerre bactériologique contre Cuba en introduisant le virus de la dengue hémorragique dans l’île qui a coûté la vie à 158 personnes dont 101 enfants. La fièvre porcine, qui n’avait jamais été observée à Cuba, a également été introduite dans le pays.

En d’autres termes, les Etats-Unis étaient prêts à tout pour renverser la Révolution cubaine.

14SL : Les Etats-Unis se sont opposés à Cuba sur le continent africain dans les années 1970 et 1980. Pourriez-vous nous dire un mot à ce sujet ?

ERP : Depuis 1959, la politique étrangère de Cuba a pour objectif de protéger la souveraineté et l’indépendance de Cuba et d’échapper à l’isolement que souhaitait imposer le gouvernement américain. Partout dans le monde, Cuba a soutenu les luttes pour l’indépendance des pays qui étaient sous contrôle colonial, y compris en Afrique. Nous avons également soutenu les mouvements révolutionnaires en Amérique latine qui luttaient contre les dictatures militaires. Les Etats-Unis ont apporté leur soutien à tous ces régimes militaires, que ce soit au Chili, au Brésil, en Argentine, en Uruguay ou ailleurs sur le continent.

Nous avons des racines communes avec l’Afrique. La nation cubaine a un héritage multiple : nos aborigènes – qui ont presque tous exterminés par le colonialisme espagnol –, l’influence des cultures européennes, mais surtout l’Afrique car des centaines de milliers d’Africains ont été importés comme esclaves pour travailler dans les plantations sucrières de l’île. Telles sont nos origines. Dans nos racines, nous avons une présence africaine importante. Pour ces raisons, la Révolution cubaine a souhaité maintenir les relations les plus solides possibles avec le continent dont sont issues nos racines. L’Afrique a donc été au centre de notre politique étrangère.

A un moment donné, certains pays africains comme l’Angola nous ont demandé une aide militaire pour faire face à l’ingérence étrangère et préserver leur souveraineté. Le pays avait été envahi par l’Afrique du Sud dirigée par le régime ségrégationniste de l’Apartheid. Les pays africains qui ont sollicité notre aide dans les années 1970 et 1980 ont toujours reçu une réponse positive et nous avons contribué dans la mesure de nos moyens à l’indépendance de l’Afrique. Nous avons joué un rôle dans la destruction du régime raciste de Pretoria en Afrique du Sud, dans l’accession à l’indépendance de la Namibie. Cuba a apporté sa modeste contribution.

15SL : Quelle a été la politique des Etats-Unis à partir de 1991, suite à l’effondrement de l’Union soviétique ? Pourquoi les relations n’ont-elles pas été normalisées à cette époque ?

ERP : Il faut reconnaître une certaine cohérence à la politique américaine. Tous les gouvernements des Etats-Unis ont eu le même objectif : détruire la Révolution cubaine. Les Etats-Unis n’acceptent pas le fait d’avoir à 150 kilomètres de leurs côtes un pays comme Cuba, avec un gouvernement indépendant qui suit sa propre voie, qui défend d’abord et avant tout ses propres intérêts et qui s’oppose à leur domination sur le continent et dans le reste du monde.

Il y a eu une exception sous la présidence de James Carter à la fin des années 1970, qui a souhaité rétablir des relations avec Cuba. Nous avions donc ouvert des sections d’Intérêts à La Havane et à Washington, ce qui a constitué un premier pas dans le rétablissement des liens diplomatiques entre les deux pays. Son successeur Ronald Reagan a mis un terme à tout cela.

Suite à l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, les Etats-Unis souhaitaient porter le coup de grâce à la Révolution cubaine. Leur logique était la suivante : si Washington avait réussi à abattre le socialisme en Europe de l’Est, il pouvait en faire autant à Cuba, qui se trouvait juste à côté. La Maison-Blanche a donc renforcé la politique de sanctions et d’isolement contre Cuba. En 1992, sous l’administration Bush, les Etats-Unis ont adopté la loi Torricelli qui a renforcé les sanctions contre Cuba. En 1996, sous Clinton, la loi Helms-Burton a eu un impact encore plus drastique sur notre économie. Ces deux lois ont une portée extraterritoriale, c’est-à-dire qu’elles s’appliquent à tous les pays du monde, ce qui est une violation flagrante du droit international public. Le but est non seulement d’empêcher tout échange entre Cuba et les Etats-Unis, mais également de faire obstacle au développement du commerce international de Cuba avec les autres nations de la planète

16SL : A partir de 1991, les Etats-Unis ont justifié le maintien des sanctions économiques en raison, selon eux, de la situation des droits de l’homme à Cuba. Que répondez-vous à ces affirmations ?

17ERP : Le gouvernement américain a toujours cherché des prétextes pour justifier sa politique d’agression contre Cuba. Au début de la Révolution, Washington a évoqué la question de la présence communiste dans l’hémisphère occidental et l’alliance avec l’Union soviétique qui, selon lui, représentait un grand danger pour la sécurité des Etats-Unis. Ensuite, on a accusé Cuba d’exporter la révolution à travers le monde. Il y a ainsi une évolution des arguments utilisés pour justifier leur politique à notre égard.

18Plus tard, suite à la chute de de l’Union soviétique, alors que Cuba ne représentait une menace pour personne, il fallait trouver une autre justification pour expliquer le maintien d’une politique hostile à l’égard de l’île. Washington a donc évoqué la question des droits de l’homme et de la démocratie. Nous avons toujours été clairs à ce sujet : nous ne sommes pas un pays parfait. Cela n’existe nulle part. Nous essayons tous d’édifier une société meilleure. Depuis 1959, notre objectif est de construire la société la plus juste possible, en priorisant l’humain et en donnant aux femmes et aux hommes ce qui est essentiel dans la vie. Nous avons évidemment commis des erreurs et il y a des choses à améliorer dans notre pays. Mais la Révolution cubaine n’a jamais eu pour objectif de bafouer les droits humains. Au contraire, nous avons fait une révolution pour défendre les droits de tous les Cubains, sans exception, sans discrimination de genre ou de couleur de peau. Pendant les soixante ans de Révolution, nous nous sommes évertués à donner à tous les Cubains les mêmes droits.

19Les Etats-Unis ont toujours essayé d’instrumentaliser la question des droits de l’homme. Nous avons toujours exprimé notre disposition à disserter sur ce sujet avec tout le monde, y compris Washington. Nous reconnaissons que nous avons des choses à améliorer dans notre pays. Mais nous pensons également que les Etats-Unis ont davantage de progrès à réaliser et d’efforts à fournir pour résoudre la question des droits de l’homme chez eux. Il faut être respectueux des droits des autres à choisir leur propre modèle de développement économique et social. Il faut être capable d’accepter l’indépendance et la souveraineté des nations. On ne peut pas accepter l’ingérence des puissants dans les affaires internes des petits pays. Pour ces raisons, nous refusons l’instrumentalisation des droits de l’homme à des fins politiques. Nous sommes prêts à dialoguer avec tout le monde sur la base de l’égalité souveraine et de la réciprocité, y compris sur la question des droits de l’homme.

20SL : De la même manière, les Etats-Unis pointent du doigt la question de la démocratie et du parti unique pour maintenir leur politique hostile. Quelle réponse pouvez-vous apporter à cela ?

ERP : Chaque pays a le droit de choisir son système politique, économique et social. C’est une prérogative souveraine de chaque peuple, comme le soulignent la Charte des Nations unies et le droit international. L’indépendance et la souveraineté ne sont pas négociables et nous demandons simplement le respect de ces principes. On parle beaucoup de la démocratie à travers le monde, mais existe-t-il une démocratie parfaite ? La démocratie américaine est-elle un modèle ? Encore une fois, on instrumentalise ce concept à des fins politiques. Quand il s’agit de pays producteurs de pétrole, notamment au Moyen Orient, Washington est moins regardant sur la question de la démocratie et ne se préoccupe guère des droits de l’homme dans ces pays où, pour certains, il n’existe même pas de partis politiques. Il n’y a pas de cohérence politique de la part des Etats-Unis. Ils seraient crédibles s’ils défendaient un même principe partout, sans indignation sélective. Or, cela n’est pas le cas.

Notre modèle politique est différent et cela semble poser un problème aux Etats-Unis. Pourtant, ils n’ont aucun mal à maintenir des relations normales avec d’autres pays socialistes à parti unique comme le Vietnam. Notre position est claire : nous n’acceptons pas l’instrumentalisation de ces sujets à des fins politiques.

21SL : Plus d’un million de Cubains vivent aujourd’hui aux Etats-Unis. Peut-on considérer cette émigration comme étant un jugement de valeur sur la Révolution cubaine ?

22ERP : il faut d’abord rappeler que depuis 1966 existe la loi d’Ajustement cubain, qui est une législation unique au monde, qui permet à tout Cubain qui émigre légalement ou illégalement vers les Etats-Unis d’obtenir automatiquement au bout d’un an et un jour le statut de résident permanent. N’importe quel autre ressortissant en situation irrégulière est expulsé lorsqu’il est arrêté par les autorités américaines. Les Cubains sont, quant à eux, accueillis à bras ouverts. Voilà une réalité qu’il convient de prendre en compte dès lors que l’on évoque la question migratoire.

23Aujourd’hui, 1,4 millions de Cubains vivent hors de nos frontières à travers le monde. Il y a eu une émigration importante aux Etats-Unis, environ un million de personnes. En 1959, elle a été éminemment politique avec l’exil des héritiers du régime dictatorial de Fulgencio Batista. Par la suite, il y a eu surtout une émigration économique.

24Aujourd’hui, une très large majorité de l’émigration cubaine est favorable à une relation respectueuse avec son pays d’origine, y compris aux Etats-Unis. Il existe là-bas des organisations d’émigrés cubains qui demandent la fin des sanctions économiques contre leur pays et l’établissement d’une relation respectueuse entre les deux nations. Ces émigrés cubains souhaitent maintenir un contact normal avec leur patrie d’origine, visiter l’île quand ils en émettent le désir, maintenir les liens avec leurs familles et les aider financièrement, participer à des projets économiques dans l’île et y faire des investissements. Cela est la norme partout dans le monde. Il existe des milliers d’associations d’émigrés cubains à travers le monde qui militent en faveur d’une relation normale avec Cuba. Le dialogue avec les émigrés cubains est une priorité de notre politique étrangère. Dans notre ambassade, nous maintenons un contact permanent avec nos ressortissants présents en France.

25SL : Quelle a été la politique de l’administration Bush fils à l’égard de Cuba ?

ERP : L’administration Bush qui a gouverné entre 2000 et 2008 a poursuivi la politique hostile de ses prédécesseurs. Elle a renforcé le blocus contre notre pays avec l’adoption de nouvelles sanctions en 2004 et 2006 et a accru la campagne politique et diplomatique contre Cuba.

Mais nous avons réussi à rétablir nos relations avec la plupart des pays du monde. Nous avons aujourd’hui des liens diplomatiques avec 197 Etats et organisations internationales. Nous sommes présents dans toutes les organisations du système des Nations unies. Nous disposons de 130 ambassades à travers le monde et il y a 125 ambassades étrangères à Cuba. Malgré notre petite dimension, nous avons réussi à développer une politique étrangère active qui nous a permis d’être présents dans les affaires du monde.

26SL : Quelles circonstances ont conduit au rapprochement avec l’administration Obama en 2014 ? Quels ont été les résultats de ce dialogue ?

ERP : Barack Obama était un phénomène politique. Il s’agissait du premier président noir dans l’histoire des Etats-Unis et il a suscité beaucoup d’espoirs. Suite à son élection, beaucoup d’observateurs ont jugé que le moment d’opérer à un changement de politique vis-à-vis de Cuba était arrivé. Obama est le premier président américain à avoir reconnu que le blocus – ou l’embargo comme il l’appelle – avait été un échec. Il a également reconnu que la politique américaine n’avait pas obtenu les résultats souhaités et que les sanctions affectaient la société cubaine et la population de l’île. A partir de ce constat, il a exprimé son souhait de modifier la politique des Etats-Unis vis-à-vis de Cuba.

Dans le fond, il n’y a pas eu de véritable changement car l’administration Obama a poursuivi les mêmes objectifs, c’est-à-dire installer à Cuba un gouvernement différent. Cependant, son approche pour atteindre ce but était différente. Il a donc décidé durant les deux dernières années de son second mandat présidentiel d’adopter certaines mesures positives. Il a rétabli les relations diplomatiques entre les deux pays et les ambassades à Washington et à La Havane ont été rouvertes. Pas moins de 22 accords bilatéraux dans différents domaines ont été signés, tels que la lutte contre le trafic de drogue ou contre le changement climatique. Cela a montré qu’il était possible d’avoir un dialogue civilisé entre nos deux pays malgré les grandes différences. Nous sommes capables de travailler ensemble sur des sujets où nous avons des intérêts communs.

Par ailleurs, nos cinq agents qui étaient emprisonnés aux Etats-Unis depuis 1998 pour avoir infiltré les groupuscules extrémistes de Floride responsables d’actes terroristes contre Cuba ont été libérés et ont pu rentrer dans l’île. Nous avons pu ouvrir un nouveau chapitre dans nos relations bilatérales, même si le blocus économique, commercial et financier est toujours en vigueur. Il convient de rappeler que les sanctions financières les plus importantes jamais imposées aux compagnies étrangères ayant des relations avec Cuba ont été l’œuvre de l’administration Obama. Je pense notamment à BNP Paribas ou à la Société générale.

Obama a également facilité les contacts entre nos deux peuples et a permis aux compagnies aériennes américaines d’établir des vols vers Cuba. Il a également autorisé les voyages académiques et culturels. Ces changements ont été positifs, même si le fond de la politique est resté inchangé. La base navale de Guantanamo est toujours présente, par exemple.

Obama a opéré à ces changements pour répondre à la demande de la communauté internationale qui est résolument opposée aux sanctions économiques. Depuis 1992, nous présentons chaque année une résolution à l’Assemblée générale des Nations unies contre le blocus économique, commercial et financier et nous avons le soutien de l’immense majorité des pays. Seuls les Etats-Unis et Israël s’opposent à la levée des sanctions. A la fin du mandat d’Obama, même les Etats-Unis se sont abstenus lors de ce vote. Pour lui, il n’y avait aucun risque du point de vue politique car il s’agissait là de son dernier mandat. Au contraire, il y avait une forte demande de la part de l’Amérique latine et de la Caraïbe pour un changement de politique vis-à-vis de Cuba. Y compris au sein de l’opinion publique américaine et de la communauté cubaine de Floride, il y avait un courant majoritaire en faveur d’une nouvelle approche à l’égard de l’île.

27SL : Quelle a été la politique de l’administration Trump à l’égard de Cuba de 2017 à 2020 ?

ERP : Donald Trump a opéré à un revirement complet de la politique étrangère d’Obama vis-à-vis de Cuba. Il a fait la même chose dans d’autres domaines où il s’est évertué à détricoter ce qu’avait construit son prédécesseur. Il est ainsi revenu sur les accords de Paris concernant le climat et sur les accords concernant le nucléaire iranien. Dès le début de son administration, il a mis fin à toutes les mesures constructives prises par Obama et les relations bilatérales se sont dégradées. Sous l’administration Trump, plus de 200 mesures punitives ont été prises contre Cuba pour empêcher notamment le développement de son économie. Trump a même sanctionné des compagnies maritimes qui transportaient du pétrole à Cuba. Nous nous sommes retrouvés face à de grandes difficultés et à une situation de pénurie énergétique car aucun bateau ne souhaitait nous livrer du pétrole par peur de représailles.

Les quatre années de l’administration Trump ont eu un impact sévère pour l’économie cubaine. Washington a mis un terme à tous les contacts entre les peuples et a interdit les voyages de croisière. Le gouvernement américain a expulsé des diplomates cubains en poste à Washington. Il a fermé son consulat à La Havane, obligeant les Cubains à se rendre dans un pays tiers pour solliciter un visa. Cette administration a tout fait pour mettre un terme aux échanges entre nos deux pays.

Par ailleurs, ce qui a porté un coup dur à notre économie a été l’application extraterritoriale du blocus américain. Le seul président qui a appliqué le titre III de la loi Helms-Burton de 1996 a été Donald Trump. Des compagnies publiques françaises qui avaient des projets à Cuba dans le domaine du transport et du tourisme ont décidé d’y mettre un terme par crainte d’être sanctionnées par Washington. La politique contre Cuba a atteint un seuil sans précédent.

28SL : Quelques jours avant son départ, Trump a décidé de placer une nouvelle fois Cuba sur la liste des pays soutenant le terrorisme international en raison, entre autres, de la présence d’anciens guérilleros colombiens à Cuba ? Quelle est la réponse de Cuba à ces accusations ?

29 ERP : Cuba a été placée dans la liste des pays soutenant le terrorisme dans les années 1980 par Ronald Reagan. Barack Obama a décidé de retirer Cuba de cette liste en 2015 en accord avec sa politique constructive vis-à-vis de l’île, suivant les recommandations des services de renseignements étasuniens et du Pentagone qui soulignaient que Cuba ne représentait aucune menace pour les Etats-Unis et qu’elle n’avait aucun lien avec des réseaux terroristes. En revanche, Donald Trump, à quelques jours de la fin de son mandat, a décidé de placer à nouveau Cuba dans cette liste pour satisfaire l’extrême droite d’origine cubaine de Floride.

30 Nous avons dénoncé cette décision infondée et injuste. Nous avons une politique très claire contre tout type de terrorisme. Nous avons été victimes du terrorisme d’Etat pendant près de soixante ans. Près de 3 500 Cubains ont perdu la vie suite aux attentats terroristes orchestrés depuis les Etats-Unis. Plus de 2 000 Cubains gardent des séquelles permanentes suite aux actions terroristes organisées depuis les Etats-Unis. A la fin des années 1990, plusieurs bombes ont explosé dans des hôtels de La Havane lors d’une campagne terroriste destinée à effrayer les touristes et à ruiner l’économie cubaine qui s’était tournée vers ce secteur pour survivre. Il y a eu des dizaines de victimes et un touriste italien a perdu la vie.

31 Nous condamnons tout type de terrorisme, sans distinction. En 2001, suite aux attentats du 11 septembre, nous avons ouvert notre espace aérien aux avions américains qui ne pouvaient pas atterrir aux Etats-Unis et nous avons exprimé notre disposition à coopérer dans la lutte contre le terrorisme international. La communauté internationale est au courant du rôle de Cuba dans la lutte contre le terrorisme. Toute l’Amérique latine et la Caraïbe saluent le rôle de Cuba dans le processus de paix en Colombie. Nous avons accepté d’accompagner à La Havane les négociations entre le gouvernement colombien et les FARC, ce qui a abouti à un accord de paix. Par la suite, le gouvernement colombien et l’ELN nous ont demandés de parrainer des négociations et nous avons une nouvelle fois accepté cette proposition. Lorsque le gouvernement colombien a décidé de mettre un terme à ces négociations suite à des événements survenus en Colombie, nous avons accepté sans hésitation.

32 La décision de Trump démontre une nouvelle fois le manque total de cohérence des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme international.

33SL : Comment envisagez-vous le futur des relations entre Cuba et les Etats-Unis sous la Présidence de Joe Biden ? Quelles sont les bases nécessaires pour entretenir des relations normales et apaisées avec les Etats-Unis ?

ERP : Je crois que c’est une question qu’il faudrait poser à Joe Biden car Cuba a maintenu la même position à ce sujet depuis la visite de Fidel Castro à Washington en 1959. Nous voulons avoir des relations normales et civilisées avec les Etats-Unis sur la base du respect mutuel, de la non-ingérence et de la réciprocité. Si ces principes sont respectés, nous sommes disposés à nous asseoir à la table des négociations avec les autorités américaines. Nous ne pouvons pas imaginer de relations normales entre les deux pays tant que le blocus restera en place. C’est impossible. Tant que Cuba sera sur la liste des pays soutenant le terrorisme international, nous ne pourrons pas avoir de relations normales. C’est impossible.

Nous avons entendu durant la campagne le candidat Biden déclarer qu’il était disposé à revenir à la politique d’Obama à l’égard de Cuba. Cela ne veut pas dire que les objectifs fondamentaux seront modifiés, mais ce sera déjà un pas constructif avec le retour des contacts entre les peuples, les visites, le bon fonctionnement des entités consulaires, le dialogue, le rétablissement de la vingtaine d’accords bilatéraux signés avec Obama. Mettra-t-il fin à l’application du Titre III de la loi Helms-Burton ? Nous verrons.

De notre côté, nous n’avons jamais pris de décisions de politique étrangère offensives contre les Etats-Unis. Nous nous sommes simplement défendus contre une politique d’ingérence agressive. Nous n’avons pas de bases militaires à l’étranger. En décembre 2020, le Président Miguel Díaz-Canel a exprimé devant le Parlement cubain sa disposition à renouer des liens respectueux avec les Etats-Unis. Nous souhaitons un dialogue qui puisse réparer le mal fait par l’administration Trump. Nous sommes des voisins. Nous n’avons rien contre les Etats-Unis. Nous souhaitons vivre normalement, tel que nous le voulons et nous le décidons à travers notre projet collectif. Nous espérons qu’un jour les Etats-Unis aient la même volonté.

34SL : Dans quel état se trouve actuellement la société cubaine ?

ERP : L’impact économique des mesures prises par l’administration Trump a été rude. A cela s’ajoute l’impact de la pandémie du Covid-19. Nous avons dû fermer nos frontières, ce qui a paralysé l’industrie touristique, qui est l’un des secteurs les plus importants de notre économie et l’une des premières sources de revenus. Vous pouvez imaginer les conséquences pour un petit pays comme le nôtre.

Malgré cela, nous avons réussi à faire face à la pandémie et à la contrôler. Heureusement, nous avons un système de santé solide qui couvre toute la population cubaine. Nous avons des pôles scientifiques de recherche très importants et nous produisons la plupart des vaccins que nous utilisons. Nous avons donc pu affronter l’épidémie à partir d’une position avantageuse. Mais on ne peut pas nier qu’elle a eu un impact important sur la société.

Depuis le début de la pandémie, notre communauté scientifique a commencé à travailler sur des candidats vaccins. Nous avons aujourd’hui cinq candidats vaccins, dont deux sont en phase III : Soberana II et Abdalá et ont montré une grande efficacité dans la réponse immunitaire. Les trois autres : Soberana I, Mambisa et Soberana Plus ont également donné des résultats encourageants. D’ici fin 2021, nous serons en capacité de vacciner toute notre population. Nous serons en mesure de produire 100 millions de doses et d’aider d’autres pays du monde.

Nous avons maintenu notre effort de coopération internationale durant la pandémie et nous avons apporté une aide aux pays qui ont sollicité notre concours pour faire face au Covid-19. Nous avons envoyé des brigades médicales dans une cinquantaine de pays, dont la Martinique, l’Italie et l’Andorre.

35SL : Pourriez-vous nous dire un mot sur la réunification monétaire qui a eu lieu le 1er janvier 2021 ?

ERP : Lorsque le socialisme s’est effondré en Europe de l’Est à la fin des années 1980, 85% des échanges commerciaux de Cuba ont disparu. Cela a engendré une chute de notre PIB de plus de 35%. Il y a eu une crise économique très forte à Cuba au début des années 1990. Au milieu des années 1990, nous avons autorisé la circulation du dollar dans notre économie, en parallèle au peso cubain. Nous avons réorienté notre économie vers le tourisme. Par la suite, nous avons été confrontés à un autre problème : le dollar arrivait à Cuba mais nous ne pouvions pas l’utiliser en raison des sanctions économiques américaines qui nous interdisent d’utiliser cette monnaie dans nos échanges avec le reste du monde. Nous avons donc décidé de créer le peso convertible pour le tourisme et nous avons donc eu deux monnaies en circulation à Cuba. Lorsqu’un touriste arrive à Cuba, il échange ses devises contre le peso convertible avec lequel il paye les services dont il a besoin durant son séjour.

La circulation de ces deux monnaies a été pratique pendant des années à Cuba mais, avec le temps, cela est devenu une difficulté pour le bon fonctionnement de notre économie. Il fallait travailler avec deux monnaies et cela est même devenu un obstacle pour le développement des investissements étrangers à Cuba. La réunification monétaire était donc nécessaire et c’est une décision prise depuis plusieurs années. Nous attendions simplement la bonne conjoncture, qui n’est jamais arrivée car Trump a été élu. Finalement, nous avons décidé de choisir la date du 1er janvier 2021 pour supprimer le peso convertible et ne garder que le peso national. Nous avons établi un taux de change unique de 24 pesos pour 1 dollar. Nous avons ajusté les salaires en multipliant par cinq la masse salariale afin de réduire les disparités liées à l’émergence de l’industrie touristique et de la double monnaie. Par exemple, un employé d’hôtel pouvait avoir un salaire supérieur à un professeur d’université et cela n’est pas souhaitable. Nous essayons de résoudre ces problèmes en octroyant un salaire à chacun selon son apport à la société. C’est notre grande priorité et nous pensons que cette mesure sera favorable à la population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « Conversations avec M. Elio Rodríguez Perdomo, Ambassadeur de la République de Cuba en France », Études caribéennes [En ligne], 7 | Juillet 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21843 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21843

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Maître de conférences HDR, Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search