Navigation – Plan du site

AccueilHors-série7EntretiensConversations avec Stéphane Witko...

Entretiens

Conversations avec Stéphane Witkowski

« Les Etats-Unis d’Amérique ont toujours considéré l’île de Cuba comme étant la leur »
Salim Lamrani

Texte intégral

1 Président du Conseil de Gestion et du Conseil d’orientation stratégique de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine (IHEAL) de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Stéphane Witkowski est un spécialiste reconnu de Cuba et de l’Amérique latine. Son regard avisé et ses analyses actualisées en font l’un des meilleurs connaisseurs français de cette aire géographique, ce qui lui vaut des invitations régulières dans les médias. Il co-anime le groupe d’études sur Cuba à l’IHEAL. Il est par ailleurs membre du Conseil d’orientation du Centre d’études et de recherche « Amérique latine-Europe », CERALE d’ESCP Europe.

2Il a été chef du service « Amériques » de MEDEF international pendant dix ans, en charge de la zone « Amérique du Sud – Amérique centrale et Caraïbes – Etats-Unis – Canada ». Il a également été directeur des Relations institutionnelles du Groupe ALTADIS et directeur des relations internationales et européennes de l’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie (ACFCI devenue CCI France). En 2009, il a créé BALE Conseil, un cabinet spécialisé dans le conseil et l’ingénierie d’affaires qui apporte son soutien aux entreprises françaises et latino-américaines souhaitant développer leurs activités internationales.

3Dans cet entretien, Stéphane Witkowski dresse une perspective historique des relations tumultueuses entre Cuba et les Etats-Unis et revient sur la genèse de ce conflit. Il évoque la question des sanctions économiques imposées à l’île depuis 1960. Il analyse également les raisons qui ont amené l’administration Obama à adopter une politique de rapprochement avec La Havane. Il dresse enfin un bilan de l’ère Trump et conclut sur l’élection de Joe Biden et les possibilités d’un retour à une politique plus constructive vis-à-vis de Cuba.

4 Salim Lamrani : Cuba et les Etats-Unis entretiennent des relations complexes depuis plus d’un demi-siècle. Quelles sont les véritables racines de ce conflit ?

Stéphane Witkowski : Les relations entre les deux pays sont avant tout dictées par la géographie et par l’histoire, par la proximité de cette « petite île », si j’en juge par son PIB et par sa superficie, bien que Cuba soit la plus grande île des Caraïbes. Cuba est à quelques kilomètres « face à l’Empire », pour reprendre l’expression de Fidel Castro, « le plus important Empire de tous les temps depuis l’Empire romain ».

Tous les présidents des Etats-Unis, de John Adams, le deuxième président qui a été au pouvoir entre 1797 et 1801, qui considérait déjà Cuba comme faisant partie de sa zone d’influence naturelle, jusqu’à Joe Biden en 2021, qu’ils aient été Démocrates ou Républicains, ont toujours essayé de garder l’île dans l’orbite de leur pays. Ils l’ont fait par des moyens, des styles et des méthodes très variables mais en conservant toujours le même objectif : contrôler les destinées de Cuba. D’ailleurs, James Monroe, le cinquième président des Etats-Unis, avait défini sa doctrine, devenue célèbre le 2 décembre 1823 et qui se résume en trois points : les Amériques du Nord et du Sud ne sont plus ouvertes à la colonisation ; toute intervention européenne dans les affaires du continent sera perçue comme une menace pour la sécurité et la paix ; en contrepartie, les États-Unis n'interviendront pas dans les affaires européennes.

Cette doctrine, qui date du XIXe siècle et qui a été remise à l’ordre du jour par Donald Trump, s’est parfaitement illustrée par le cas de Cuba. Ainsi, on ne peut donc ni expliquer, ni comprendre et encore moins analyser la situation à Cuba aujourd’hui sans avoir en tête cette donnée de base : les Etats-Unis d’Amérique ont toujours considéré l’île de Cuba comme étant la leur.

5SL : A quel moment s’est concrétisée cette volonté des Etats-Unis de prendre possession de Cuba ?

SW : Le tournant majeur a eu lieu à la fin du XIXème siècle. 1898 est la date symbolique de l’avènement de l’Empire étasunien, avec l’explosion, le 15 janvier, du cuirassier USS Maine dans le port de La Havane. Cela a offert aux Etats-Unis le prétexte dont ils avaient besoin pour entrer en guerre, en avril de la même année, contre l’Espagne, pour s’emparer des dernières colonies espagnoles, à savoir Cuba, Porto-Rico et les Philippines, et s’assurer ainsi le monopole du contrôle des Amériques.

Il faut savoir qu’il s’agit là également d’une des premières guerres médiatiques de l’époque contemporaine. L’objectif était de « vendre » l’agression comme une intervention humanitaire, auprès de l’opinion publique américaine, destinée à secourir les Cubains opprimés par les « ignobles Espagnols ». Les deux magnats de la presse de l’époque, Joseph Pulitzer qui dirigeait le New York World, et Randolph Hearst, qui était à la tête du New York Journal, rivalisaient d’images et de récits horrifiques sur la cruauté des soldats de la Couronne, publiant, par exemple, de fausses photos de camps de concentration où les prisonniers cubains mouraient de faim. Ce bombardement médiatique avait permis de fabriquer une opinion publique qui réclamait l’entrée en guerre.

La prise de possession de Cuba par les Etats-Unis a été un événement déterminant dans l’histoire de l’impérialisme étasunien. Jusque-là limités par la doctrine Monroe qui leur octroyait le contrôle de l’arrière-cour latino-américaine, les Etats-Unis décident alors de devenir aussi les « maîtres du reste du monde ».

6SL : Quelles furent les conséquences de cette intervention militaire pour Cuba ?

SW : Le Traité de Paris de décembre 1898 entre les États-Unis et l'Espagne, qui met fin à la guerre entre les deux pays et à la guerre d'indépendance de Cuba, prévoit en son article premier l'occupation indéfinie de Cuba.

Finalement, l'indépendance formelle est proclamée le 20 mai 1902, mais le sénateur Orville Hitchcock Platt avait fait adopter par le Congrès des États-Unis le 2 mars 1901 un amendement à la loi budgétaire qui établit des « liens spéciaux » entre les deux pays et fonde le droit d'intervention de Washington « pour préserver l'indépendance de Cuba ». Les États-Unis exigent que l'amendement soit inséré dans la Constitution cubaine, ce qui est finalement accepté par la Constituante cubaine le 12 juin 1901, à une courte majorité de 16 voix contre 11, après des débats houleux. Sous couvert de protéger l'indépendance de Cuba, ce texte place le pays sous protectorat étatsunien. Cette disposition légale américaine officialisa le droit d’ingérence des Etats-Unis à Cuba et l’installation de deux bases navales avec un bail perpétuel, dont celle de Guantanamo, toujours en vigueur.

7SL : Quelle était la réalité de la Cuba prérévolutionnaire ?

SW : Pendant longtemps, les différents gouvernements cubains ont mené une politique conforme en grande partie aux intérêts américains, qui étaient considérables dans l’île. Les grands caïds de la mafia comme Meyer Lansky et Lucky Luciano avaient l’ambition de transformer Cuba en une sorte de Las Vegas et d’y imposer le règne des jeux, des casinos et de la prostitution. Leur QG était le célèbre Hotel Nacional à La Havane. Ces excès étaient tolérés par Washington avec la complicité du régime du dictateur Fulgencio Batista qui a dirigé le pays de 1952 à 1958 et qui a été renversé par une Révolution populaire et nationale.

Cette Révolution, guidée par Fidel Castro, Che Guevara, Raul Castro et les autres « Commandants de la Révolution », a bénéficié d’un immense soutien populaire dans le pays. Les autorités américaines avaient considéré l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro en 1959 avec une certaine méfiance et inquiétude, même si, à l’époque, ce dernier ne se disait pas « communiste ». Le climat a commencé à se dégrader dès 1960.

8SL : Quel a été le motif des premières tensions entre Cuba et les Etats-Unis ?

SW : La mise en œuvre du programme de réformes structurelles et de nationalisations du gouvernement révolutionnaire cubain s’est heurtée à la question des indemnisations. Fidel Castro était un juriste de formation, un avocat et il a toujours tenu à respecter, en toutes circonstances, la règle de droit international public. Pendant toute sa vie politique, il n’a jamais été pris en défaut sur ce plan.

Au lendemain des nationalisations, des commissions d’indemnisations ont été mises en place avec tous les pays et investisseurs étrangers déjà présents dans l’île. Des accords ont été conclus avec la plupart des pays concernés. Le seul pays à avoir refusé toute transaction était les Etats-Unis. Les contentieux juridiques se sont multipliés et un divorce est intervenu avec Washington : rupture des relations diplomatiques en janvier 1961, nombreuses entreprises de déstabilisation visant à éliminer le régime cubain, tentative d’invasion lors du débarquement de la Baie des Cochons en avril 1961, blocus/embargo décrété le 2 février 1962 encore en vigueur aujourd’hui, crise des missiles en octobre 1962. On a souvent associé, à tort, les sanctions au contexte de la Guerre froide. Mais l’origine de l’embargo était antérieure et n’était donc pas imputable aux rivalités américano-soviétiques. La meilleure preuve de cela est que l’embargo perdure malgré la disparition de l’URSS.

Faute d’avoir réussi à susciter l’intérêt de l’Europe qui était alors concentrée sur la création de son « marché commun », Fidel Castro s’est tourné vers l’Union soviétique, la seule à avoir compris l’intérêt stratégique à nouer ce partenariat avec l’île dans un contexte de Guerre froide. L’antagonisme n’a cessé de se développer. La Havane a néanmoins toujours affiché une volonté de négocier avec les Américains sur une base d’égal à égal et le respect de sa souveraineté nationale. C’est ce qui a posé problème aux treize présidents qui se sont succédé à la Maison Blanche depuis 1959.

En d’autres termes, au-delà de la page d’histoire qui a été écrite par Fidel et Raul Castro, les relations de Cuba avec les Etats-Unis posent la question de l’indépendance nationale mais aussi de l’identité nationale face au puissant voisin. C’est la clef de la compréhension de toutes les évolutions à venir.

9SL : Quel regard portait Fidel Castro sur les différentes administrations étasuniennes ?

SW : Fidel Castro a résisté à onze présidents nord-américains, d’Eisenhower à Barack Obama. Mais il me semble qu’il avait du respect et de la considération pour trois d’entre eux, sans se faire pour autant d’illusions excessives : Kennedy, Carter et Obama.

Il considérait Kennedy à sa mesure, même s’il avait été un adversaire coriace au moment de la crise des missiles de 1962. Il estimait l’homme et avait reçu un message officieux de sa part par le biais du journaliste Jean Daniel proposant une réconciliation entre les deux pays, le jour même où il était assassiné à Dallas.

Il appréciait Jimmy Carter et admirait sa grande intelligence et sa bonne volonté. Il avait aussi prévu la « normalisation » avec Cuba, s’il avait été réélu lors d’un second mandat. Il sera d’ailleurs le premier ex président américain à s’entretenir avec Fidel Castro à La Havane en mai 2002 puis en mars 2011 et le qualifiera de « vieil ami ».

Enfin, Barack Obama était considéré par les dirigeants cubains comme « un homme de bonne volonté ». A la différence de ses prédécesseurs, Obama, jeune président, né en 1961, n’avait pas connu l’échec et l’humiliation du débarquement de la Baie des Cochons. Cela est resté comme le plus grand traumatisme des relations diplomatiques des Etats-Unis. Dans ces conditions, du point de vue de La Havane, un dialogue était envisageable avec le Président des Etats-Unis à deux conditions. Premièrement, les deux pays devaient se parler d’égal à égal en respectant la souveraineté nationale de Cuba. « Tout est négociable sauf la souveraineté », ont répété à maintes reprises Fidel et Raul Castro. Deuxièmement, les Etats-Unis devaient mettre fin à l’embargo et reconnaitre qu’ils s’étaient trompés durant plus de 50 ans. C’est ce qu’a fait Obama implicitement en le reconnaissant lors de son célèbre discours télévisé du 17 décembre 2014. Il a eu plusieurs autres occasions de souligner que la politique américaine vis-à-vis de Cuba avait été erronée depuis la Révolution de 1959 et que l’objectif du blocus/embargo de renverser le régime avait été un échec total. Dès lors, des relations diplomatiques pouvaient être établies.

10SL : Dans quelles conditions est survenu le rapprochement historique entre Cuba et les Etats-Unis en 2014 ?

SW : Le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis a été préparé de longue date. L’influence exercée par l’ensemble des pays latino-américains et caraïbes et le rôle décisif du pape François ont été déterminants dans cette évolution. La plupart des réunions de négociations secrètes entre Cubains et Américains se sont déroulées avec l’appui de la diplomatie vaticane.

La diplomatie cubaine est réputée pour son professionnalisme, à l’instar de deux autres pays de la région, celle du Brésil avant l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro, et celle du Pérou. Le Péruvien Pérez de Cuellar, qui avait été Secrétaire général de l’ONU le symbolisait assez bien. La Havane avait déployé sa stratégie sur différents fronts. Dans diverses chancelleries, malgré une certaine indifférence médiatique, on avait observé qu’en janvier 2014, le deuxième sommet de la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) s’était tenu à La Havane, sous présidence cubaine, réunissant 32 Chefs d’Etat et de gouvernement des pays de la région, ainsi que le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon. L’avertissement envoyé à Washington était clair : tant que Cuba n’était pas invité aux sommets des Amériques – du fait de l’opposition des Etats-Unis –, les pays latino-américains ne participeraient plus désormais à ces rencontres. Washington craignait d’être isolé sur tout le continent américain. Barack Obama souhaitait sortir de son isolement diplomatique sur le dossier cubain et a prononcé, lors de son intervention du 17 décembre 2014, sa célèbre phrase « Somos todos americanos ». Il incluait ainsi Cuba.

Cuba a une grande influence en Amérique latine comme acteur majeur dans le règlement de certains conflits comme les négociations de paix engagées avec les FARC en Colombie, tenues à La Havane. Elle dispose également d’un grand prestige dans beaucoup de pays du Tiers-monde et en Afrique, comme en témoigne l’envoi régulier de médecins cubains chaque fois qu’il y a une épidémie ou une catastrophe naturelle ou humanitaire. Cuba a envoyé des médecins dans une cinquantaine de pays pour faire face à la pandémie de la Covid-19. Dans un passé récent, Cuba a également envoyé 165 experts pour lutter contre l’Ebola en Afrique. Selon l’Organisation mondiale de la santé, il s’agissait du plus important contingent envoyé par un Etat, ce qui a valu à Cuba les félicitations du secrétaire d’Etat John Kerry lui-même. Cela a été un signe précurseur ce rapprochement. Il y a eu aussi une poignée de mains symbolique entre Raul Castro et Barack Obama lors des obsèques de Nelson Mandela. D’ailleurs, Nelson Mandela et Fidel Castro ont été de grands amis. Il faut rappeler que Cuba a soutenu Mandela dès l’origine de son combat de libération et de lutte contre l’apartheid.

Par ailleurs, la Russie et la Chine développaient leurs relations à tous les niveaux avec Cuba. Il y a eu les visites des présidents chinois et russe à La Havane lors de l’été 2014 et d’importants accords commerciaux ont été signés. La Chine du président Xi Jinping était devenue le deuxième partenaire commercial de l’île et Vladimir Poutine avait annulé 90 % de la dette cubaine vis-à-vis de l’ex-URSS. De très importants accords de coopération et de commerce avaient été signés dans le domaine énergétique et pétrolier. Il y a eu la construction d’un nouvel aéroport à La Havane, la création d’une compagnie aérienne cubano-russe et des accords dans le domaine de l’agriculture, de la santé, des transports et du tourisme. Ce double rapprochement Cuba-Chine et Cuba-Russie inquiétait sérieusement le Département d’Etat et Barack Obama ne pouvait plus rester passif.

11SL : Cuba a longtemps été considérée comme un problème de politique intérieure par les Etats-Unis en raison de l’importante communauté cubaine présente en Floride. Y a-t-il eu une évolution à ce sujet ?

SW : En effet, pendant longtemps, le « cas cubain » a été traité aux Etats-Unis comme un enjeu de politique intérieure. Tout président américain – Démocrate ou Républicain – ne pouvait se passer du lobby politique et financier de Miami ou de New Jersey qui représente environ 1,5 million de cubano-américains, et qui pèse lourd tant auprès du Congrès qu’à la Maison Blanche. On se souvient comment la première élection de George W. Bush face à Al Gore en 2000 s’était jouée en Floride. Dans les primaires américaines, des candidats républicains comme les sénateurs Marco Rubio ou Ted Cruz, qui sont des fils d’émigrés cubains, ou le démocrate Robert Menendez, soulignent le poids de cette communauté dans la vie politique américaine.

L’élection de Barack Obama avait déjà changé un peu la donne car c’était un président jeune, n’ayant ni de liens particuliers ni de connaissance particulière de l’Amérique latine et des Caraïbes. Il ne s’y était jamais rendu avant d’être président et n’avait pas de préjugés à l’égard de Cuba. Par ailleurs, il avait été élu et réélu avec une large majorité en Floride. Il s’était toujours prononcé contre l’embargo, y compris quand il était sénateur, et souhaitait marquer son dernier mandat présidentiel. En outre, c’était aussi un moyen d’illustrer son Prix Nobel de la Paix qu’il avait reçu au début de son mandat.

Par ailleurs, la communauté cubaine aux Etats-Unis est très divisée. Les dirigeants historiques anticastristes de la puissante Fondation nationale cubano-américaine (FNCA) de Miami ont cédé la place à une autre génération, plus jeune, plus lucide et plus sensible aux arguments économiques. Les lobbies actifs agricoles – notamment du Midwest – et pharmaceutiques américains ont obtenu une exception dans l’embargo dès 2000, ce qui a permis aux Etats-Unis de devenir – paradoxalement – le premier fournisseur agro-alimentaire de Cuba depuis plus de dix ans et le cinquième partenaire commercial de l’île. Le président de la Chambre de commerce américaine, Thomas Donohue, s’est rendu à Cuba à plusieurs reprises, accompagné d’importantes délégations d’hommes d’affaires, et milite pour la levée de l’embargo.

L’opinion publique américaine était devenue plus favorable à une levée de l’embargo. Il y a eu par la suite la publication d’une lettre ouverte de 44 personnalités et d’intellectuels américains et la publication des Mémoires d’Hillary Clinton qui reconnaissent l’échec des sanctions. Pourtant, son mari Bill Clinton avait été l’un des plus durs vis-à-vis de Cuba et avait fait adopter une loi extraterritoriale, contraire au droit international, sous son mandat renforçant ainsi l’embargo : la loi Helms-Burton en 1996.

12SL : Quelle était la position cubaine dans ce processus de rapprochement ?

SW : Du côté cubain, Raul Castro savait qu’il devait se retirer de toutes ses fonctions officielles au plus tard en avril 2021, lors du 8ème congrès du PCC. Fidel Castro s’était lui-même retiré de la vie politique active dès les années 2006 – 2008. Il savait qu’une page se tournait, tant d’un point de vue personnel que d’un point de vue politique. Ils savaient qu’ils étaient les mieux placés, compte tenu de leur poids politique et historique, pour pouvoir négocier le rapprochement avec les Américains, afin de laisser à leurs successeurs un pays pouvant traiter d’égal à égal avec le puissant voisin. Par coïncidence, Barack Obama et Raul Castro étaient arrivés au pouvoir tous deux en 2008 et quittaient leurs fonctions présidentielles, quasiment en même temps, à un an d’intervalle.

En outre, depuis des années, des groupes de travail des deux pays se réunissaient de façon régulière. Ils portent non seulement sur les questions de sécurité, de coopération policière pour lutter contre le trafic de drogues, de coopération postale et des échanges culturels et universitaires.

13SL : Quel rôle a joué le Vatican dans ce rapprochement et quelles conditions ont été négociées préalablement à l’annonce historique du 17 décembre 2014 ?

SW : Le pape François a pu compter sur la très grande qualité des services de renseignements du Vatican. Etant latino-américain lui-même, il avait bien compris combien une diplomatie active du Vatican pouvait jouer son rôle dans l’évolution de ce contexte régional, suivant la voie du pape Jean-Paul II en 1998 qui avait appelé « le monde à s’ouvrir à Cuba et Cuba à s’ouvrir au monde ». Le souhait du pape polonais, qui avait établi une relation personnelle et épistolaire avec le Chef de la Révolution cubaine, s’est réalisé. D’ailleurs, Cuba avait décrété trois jours de deuil national lors de la mort du pape Jean-Paul II.

Plusieurs conditions avaient été négociées pour ce rapprochement : l’ouverture de deux ambassades de plein exercice, l’une à Washington, l’autre à La Havane ; le retrait de Cuba sur la liste noire des pays dits « terroristes » et l’application intégrale de la convention de Vienne régissant les relations diplomatiques.

14SL : Pourquoi les sanctions économiques imposées à Cuba depuis 1960 n’ont-elles pas été levées ?

SW : La normalisation entre les deux pays passe effectivement par la levée de l’embargo et cela dépend essentiellement du Congrès. Le Président Obama avait lui-même demandé cette levée de l’embargo, y compris devant l’assemblée générale de l’ONU, sans pour autant l’obtenir.

Il faut rappeler que l’embargo est condamné chaque année depuis 1992 par les votes de l’Assemblée générale de l’ONU et la motion cubaine a obtenu la quasi-unanimité des pays membres. Cette politique américaine de sanctions a des effets concrets immédiats pour la population cubaine. Cuba ne peut accéder à aucune des principales institutions financières internationales, que ce soit le FMI, la Banque mondiale ou la Banque interaméricaine de développement. Il prive des entreprises de la possibilité de trouver des sources de financement et s’applique dans toute sa rigueur, avec tout ce que cela implique en termes d’amendes, de restrictions, de marchés manqués.

C’est le cas non seulement pour les sociétés et banques nord-américaines, mais également pour les sociétés européennes et d’autres pays tiers du fait des lois extraterritoriales américaines. Cela concerne le domaine bancaire, le secteur des transports, la logistique, la construction mais touche également le domaine de la santé. Ainsi, le Département du Trésor a placé plusieurs institutions de santé cubaines comme le Centre cardiaque pédiatrique, le complexe orthopédique Frank País ou l’Institut d’hématologie et d’immunologie sur une liste noire des « hôpitaux bannis », auxquels des sociétés américaines ou de pays tiers n’ont pas le droit de vendre des équipements ou produits des Etats-Unis.

15SL : La France a-t-elle été affectée par ces sanctions ?

SW : En mai 2015, BNP Paribas a été condamnée à une amende record de 8,9 milliards de dollars pour avoir entretenu, entre autres, des relations financières avec Cuba. En octobre 2015, le Crédit agricole a dû s’acquitter d’une amende de 1,116 milliards de dollars pour les mêmes raisons. Il convient de rappeler que BNP Paribas et le Crédit agricole n’ont violé aucune législation française et ont scrupuleusement respecté le droit européen et le droit international.

D’autres entités financières en Europe comme la Société Générale ont également été lourdement sanctionnées. La banque allemande Commerzbank dû payer une amende de 1,71 milliards de dollars et a mis un terme à toute relation avec Cuba. Rappelons aussi que le groupe Alstom, avant de devenir GE Alstom avec la fusion du groupe américain, a dû payer une amende de 772 millions de dollars car la branche énergie du groupe avait rénové la centrale de Matanzas à Cuba

16 SL : Ainsi, malgré son opposition formelle aux sanctions économiques, l’administration Obama les a néanmoins appliquées de façon stricte.

SW : Sous la présidence Obama, de 2009 à 2015, 45 personnes morales ont payé 13 milliards de dollars d’amende au Trésor américain pour des transactions avec Cuba. Les autorités cubaines ont évalué à 121 milliards de dollars les dommages infligés par l’embargo à l’économie de l’île.

Ces lois sont contraires au droit international. Elles violent également des engagements internationaux pris par les Etats-Unis, que ce soit les règles de l’OMC et l’ALENA. Pour la loi Helms-Burton, le non-respect des règles internationales est encore plus flagrant car elle viole les principes de souveraineté et de non-intervention dans les affaires intérieures d’un Etat. L’objectif déclaré de cette loi est politique : la chute du gouvernement cubain. Elle détermine avec précision ce qui peut être considéré comme un « gouvernement de transition » et impose une économie de marché. De plus, elle exige la restitution des biens américains nationalisés par le régime actuel. Cette législation interdit à toute personne dans le monde de « trafiquer » avec des biens qui ont été des possessions américaines, sous peine de sanctions. Cette définition très large peut inclure par exemple l’achat de sucre produit sur des terres qui appartenaient à des Américains avant leur nationalisation. Il convient de rappeler que l’Union européenne est le premier investisseur, le premier partenaire commercial de Cuba et le premier émetteur de touristes vers l’île. L’objectif des Etats-Unis est d’écarter la concurrence étrangère dans la région, conformément à la doctrine Monroe.

Il convient de rappeler que l’administration Trump a activé le titre III de la loi Helms-Burton, qui avait été suspendu depuis 1996. Il précise que les ressortissants américains actuels dont les biens ont été nationalisés entre 1959 et 1961 ont la possibilité de poursuivre devant les tribunaux américains toute personne dans le monde se livrant à un « trafic » sur les anciens biens. D’un point de vue pratique, l’incertitude juridique que fait planer cette activation dissuade les nouveaux investisseurs potentiels intéressés par le marché cubain de faire des affaires avec Cuba et incite ceux qui sont présents à quitter le pays.

17SL : Quelle a été la politique de l’administration Trump à l’égard de Cuba ?

SW : Donald Trump est revenu sur la politique d’ouverture envers Cuba engagée en décembre 2014 par Barack Obama. Durant son mandat, il a détricoté toutes les avancées réalisées par son prédécesseur, cela jusqu’aux derniers jours de sa présidence puisqu’avant de quitter la Maison-Blanche, il a remis Cuba dans la liste des pays « parrainant le terrorisme », ce qui est un comble quand on sait que Cuba a été victime du terrorisme et a dû déplorer plus de 3 000 morts sur son territoire.

Trump n’a pu revenir sur la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, mais il a adopté une série de mesures, soit plus de 250, pour limiter, entre autres, les visites de « touristes américains » autorisés à se rendre dans l’île en vertu d’une liste d’exceptions de plus en plus restreintes et de limiter les transferts financiers de la diaspora vers Cuba . Il a interdit toute forme de transaction avec des entités liées au régime. Et il a activé le titre III de la loi Helms-Burton.

Il avait été grossier et insultant lors de la disparition de Fidel Castro intervenue le 25 novembre 2016 alors qu’un très grand nombre de Cubains se sentaient « orphelins ». Comme toute nation qui est touchée par la perte d’une grande figure historique associée à son pays, les mots prononcés par Trump, à cette occasion, ont été perçus comme un manque de respect vis-à-vis d’un peuple et d’un pays. Même s’il s’était retiré de toutes fonctions officielles depuis une dizaine d’années, il restait « Fidel », le Comandante, le « soldat des idées ». Les Cubains en étaient fiers car c’était le dernier « géant du XXème siècle », l’homme qui avait non seulement incarné la souveraineté, l’indépendance et une part de l’identité cubaine, dans le sillage de José Martí, l’un des pères de l’Indépendance de Cuba.

18 SL : Quel regard portez-vous sur la figure de Fidel Castro ?

SW : Sa personnalité était « hors normes » et possédait une gamme de talents assez exceptionnels. Parmi les hommes d’Etat contemporains, il n’est pas si fréquent de trouver une personnalité politique équivalente réunissant autant de facettes et de qualités réunies en un seul homme. C’était un intellectuel exigeant, d’une grande curiosité d’esprit ; ses relations étroites avec plusieurs prix Nobel de littérature en témoignent. Il a également entretenu des liens avec les autorités spirituelles, dont les trois derniers papes qui sont venus à Cuba. Il avait tissé des liens forts et étonnants avec Jean-Paul II, alors qu’à priori tout devait les opposer.

C’était aussi un rebelle, un révolutionnaire, un stratège politique et militaire, admirateur du génie stratégique de Napoléon. C’était un combattant aguerri dans divers combats, dans la Sierra Maestra, à la Baie des Cochons ou indirectement lors de la bataille de Cuito Cuanavale en Angola. Rappelons que sans la contribution militaire cubaine en Angola, la chute de l’apartheid n’aurait probablement pas été rendue possible, d’où cette amitié indéfectible avec Nelson Mandela. Fidel Castro était aussi un joueur d’échecs incomparable sur la scène internationale, jouant des rapports de force Est-Ouest, transcendant les clivages Nord-Sud, comme le rôle qu’il a joué au sein du Mouvement des non Alignés.

C’était aussi un visionnaire dans un certain nombre de domaines comme l’écologie et le devenir de la planète. Son célèbre discours lors du sommet de la Terre à Rio en 1992 l’illustre. On notera également le rôle très actif joué par les diplomaties cubaine et française pour parvenir à un succès lors de la Conférence de Paris sur les changements climatiques en décembre 2015 (COP 21). Il a également été prémonitoire sur la disparition de l’URSS, peu de temps après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Enfin, il aurait également prédit, un rapprochement cubano-américain. Dans une réponse ironique à la question d’un journaliste anglais dans un journal argentin en 1973, Fidel Castro aurait répondu par une boutade prophétique : « Les Américains viendront dialoguer avec nous le jour où leur président sera noir et le pape sud-américain ».

Il appartiendra aux biographes et aux historiens sérieux – avec le recul nécessaire – de dresser un bilan de son action. Comme pour toute œuvre humaine, elle comportera évidemment ses réussites et ses échecs, ses ombres et ses lumières. C’est aussi le propre des « grands hommes » d’être à la fois adulés et haïs et de susciter des débats passionnels. Mais l’observation factuelle des événements, le temps de la réflexion et la mise en perspective devraient contraster avec beaucoup d’analyses superficielles, des clichés répétés à l’envi, quelques stéréotypes faciles, une bonne dose de mauvaise foi et souvent une très grande ignorance, hélas.

19SL : Selon vous, quelles sont les perspectives de rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis avec l’élection de Joe Biden ?

20SW : Joe Biden devrait normalement s’inscrire dans la trajectoire de Barack Obama d’ici la fin de son mandat, avec, certes, un style et des gestes probablement différents et une approche marquée par une différence générationnelle. Ce qui complique l’exercice, c’est que le Président Biden doit d’abord consolider son camp démocrate, traversé par des courants contradictoires sur la question cubaine et renforcer ses positions au Congrès même s’il a obtenu une majorité parlementaire, au demeurant toujours fragile. Par ailleurs, il est confronté à deux lobbys totalement contradictoires. D’un côté se trouvent les voix radicales du lobby anti- castriste, qui reste un lobby encore puissant. De l’autre, se trouvent les lobbys économiques, ceux de l’American Chamber of Commerce, les milieux d’affaires, les agriculteurs du Midwest qui militent pour la normalisation des échanges économiques entre les deux pays. Notons que la communauté latino-américaine de Floride a voté majoritairement pour Joe Biden en novembre 2020 même si, au final, Donald Trump a remporté la Floride grâce aux voix des Américains blancs et âgés de cet Etat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « Conversations avec Stéphane Witkowski », Études caribéennes [En ligne], 7 | Juillet 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21849 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21849

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Maître de conférences HDR, Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search