Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Covid-19 dans la CaraïbeLe Venezuela face au Covid : gére...

Covid-19 dans la Caraïbe

Le Venezuela face au Covid : gérer une crise sanitaire dans une crise multiforme

Thomas Posado

Résumés

Le Venezuela connaît depuis plusieurs années désormais une crise multiforme, à la fois politique, géopolitique, économique, sociale, et migratoire, d’une ampleur inédite. Le déclenchement d’une épidémie dans une société aussi fragilisée constitue un défi pour le pouvoir politique. Cet article explique comment le gouvernement Maduro a géré cette crise sanitaire dans le cadre de cette crise multiforme à travers trois axes : un retour chronologique sur la diffusion de la pandémie, plus limitée que dans les pays voisins ; l’administration autoritaire de celle-ci, surtout à l’égard des migrants vénézuéliens revenant au pays et des scientifiques émettant une étude qui ne convient pas à l’exécutif et enfin, la dépendance géopolitique en termes de stratégie sanitaire, surtout sur le retard pris sur la campagne vaccinale. Cette contention de la pandémie n’est pourtant pas forcément durable, tant la diffusion du variant gamma que les retards de la campagne de vaccination pourraient mettre en péril cet équilibre fragile. Une diffusion du Covid-19 dans un pays comme le Venezuela où les services de santé sont si affaiblis pourrait avoir des conséquences dramatiques. 

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Venezuela connaît depuis plusieurs années désormais une crise multiforme, à la fois politique, géopolitique, économique, sociale, et migratoire, d’une ampleur inédite. La rivalité entre messieurs Maduro et Guaidó pour être reconnu comme chef de l’État depuis deux ans témoigne d’une polarisation politique très forte et de la transformation du Venezuela en théâtre d’affrontement entre grandes puissances. La crise économique a pris, quant à elle, des proportions inégalées, hors pays en guerre, la contraction du PIB étant évaluée à 72 % entre 2014 et 2020. Cet effondrement économique comprend deux corollaires. D’abord, une crise sociale, avec un écrasement du pouvoir d’achat qui a rendu le salaire minimum mensuel nettement inférieur à cinq dollars. Ensuite, une crise migratoire, avec 5,6 millions de Vénézuéliens à l’extérieur de leur pays en juin 2021.

2Le déclenchement d’une épidémie dans une société fragilisée où les services publics d’eau et de santé sont dans un état de délabrement avancé constitue un défi pour le pouvoir politique. Dans un pays où la majorité des municipalités est régulièrement privée d’eau potable et 93,8 % des foyers des dix principales villes doivent en stocker en raison des failles du système de distribution [PROVEA, 2020], respecter un geste barrière aussi basique que le lavage régulier des mains est une gageure. Kathleen Page et Tamara Taraciuk Broner, respectivement professeure associée à la Johns Hopkins University, spécialisée sur les maladies infectieuses en Amérique latine et sous-directrice de la division des Amériques de Human Rights Watch, faisaient du pays la source potentielle d’une menace continentale en raison de l’état des infrastructures sanitaires [Page, Taraciuk Broner, 2020]. The Economist plaçait en 2019 le Venezuela à la 176e place sur 195 de son Indice de Santé globale, le reléguant ainsi parmi les vingt pays les moins préparés à un risque sanitaire [The Economist, 2019].

3Nous souhaitons dans cet article comprendre comment le gouvernement Maduro a géré cette crise sanitaire dans le cadre de cette crise multiforme à travers trois axes : un retour chronologique sur la diffusion de la pandémie, plus limitée que dans les pays voisins ; l’administration autoritaire de celle-ci, surtout à l’égard des migrants vénézuéliens revenant au pays et des scientifiques émettant une étude qui ne convient pas à l’exécutif et enfin, la dépendance géopolitique en termes de stratégie sanitaire, surtout sur le retard pris sur la campagne vaccinale.

1. Une diffusion de la pandémie plus limitée que dans les pays voisins

4Nous pouvons distinguer trois temps dans la chronologie de la pandémie au Venezuela. Dans un premier temps, la propagation de l’épidémie a été très limitée : selon les chiffres officiels, entre la mi-mars et la mi-mai 2020, seuls 459 cas et 10 décès ont été recensés. En l’absence de comptabilité alternative, nous utiliserons ces données, même si elles sont sans doute sous-évaluées, tout en demeurant un indice fiable du niveau de propagation de la pandémie, si les chiffres étaient exponentiellement minorés, des études en attesteraient. Ce résultat favorable durant cette période est à mettre au crédit à la fois du confinement précoce du pays, mais aussi du relatif isolement aérien du pays. En effet, le gouvernement de Nicolás Maduro a été le premier en Amérique latine à prendre des mesures drastiques pour y faire face. Dès le 16 mars, l’état d’alerte est déclaré, l’activité scolaire est suspendue, une enquête est lancée à travers la plateforme Patria afin que toute personne présentant des symptômes susceptibles de correspondre au Covid-19 puisse le déclarer en ligne et le confinement est décrété pour la capitale du pays, Caracas, et six États fédéraux (il sera généralisé à l’ensemble du pays dès le lendemain). Deux facteurs expliquent cette réactivité. D’une part, une pénurie d’essence menaçait de paralyser de facto le pays, ce qui a incité le gouvernement à anticiper cette paralysie au nom de la santé publique. D’autre part, l’exécutif a sans doute conscience de la fragilité du système de soins face à une crise de cette ampleur.

5On peut constater un deuxième temps à partir de la mi-mai 2020, avec une première vague d’une ampleur limitée. Paradoxalement, c’est à partir du 1er juin 2020 que le gouvernement de Nicolás Maduro a décidé d’assouplir la quarantaine. Dans les faits, les Vénézuéliens la contournaient déjà depuis plusieurs semaines pour générer des revenus et se ravitailler en eau, en nourriture, en gaz… Comme dans de nombreux pays latino-américains, près de la moitié de la population active relève du secteur informel, et la satisfaction de leurs besoins les plus élémentaires exige de pouvoir sortir dans la rue quotidiennement malgré les risques sanitaires. Le déconfinement a été organisé de manière progressive, alternant période de travail et période de reconfinement, selon un schéma cinq jours/dix jours puis sept jours/sept jours puis de manière différenciée selon les régions et selon les secteurs économiques [Davies, 2020].

6Enfin, on remarque un troisième temps depuis le mois de mars 2021, avec une deuxième vague plus puissante en raison du variant gamma provenant du Brésil voisin. Cette propagation accrue entraîne une quarantaine stricte de deux semaines puis un retour à l’alternance sept jours de confinement/sept jours d’assouplissement dans l’ensemble du pays. Au 18 juillet 2021, le pays n’a déploré officiellement que 291 716 cas et 3 362 décès (soit 116 morts par million d’habitants) un bilan sans doute sous-évalué, mais des indicateurs infiniment plus faibles que la plupart des pays de la région et des pays développés (plus de 6 000 morts par million d’habitants au Pérou ; entre 1 600 et 2 600 au Brésil, en Colombie, en Argentine, en Italie, au Royaume-Uni, au Mexique, aux États-Unis, au Chili, en Espagne, en Uruguay, en France…).

2. Une gestion autoritaire de la pandémie

7La crise migratoire a été fortement impactée par le déclenchement de la pandémie. Celle-ci a, un temps, inversé ces flux. En effet, des dizaines de milliers de Vénézuéliens provenant des secteurs les plus modestes, ayant émigré ont perdu leur travail, souvent dans le secteur informel. Mais ne disposant d’aucune protection sociale dans leur pays d’accueil, ils ont tenté de revenir chez eux. Selon les autorités vénézuéliennes, cette inversion des flux migratoires concerne près de soixante mille personnes. Le gouvernement de Nicolás Maduro les a accusés d’être responsables du développement du Covid-19 au Venezuela : d’abord implicitement, en distinguant lors des bilans épidémiques quotidiens les cas « importés » de l’étranger et les cas « communautaires », puis explicitement en accusant les trocheros, ceux qui ne se plient pas aux contraignantes normes de retour, d’être des « bioterroristes ».

8Le 8 mai 2020, un rapport de l’Académie nationale de sciences physiques, mathématiques et naturelles (ACFIMAN) vénézuéliennes a alerté sur le risque d’un pic épidémique entre juin et septembre et recommandait aux autorités de s’y préparer [Academia de Ciencias Físicas, Matemáticas y Naturales]. Diosdado Cabello, président de l’Assemblée nationale constituante et numéro deux du régime, a réagi en accusant les auteurs du rapport de « générer de la panique » et en les menaçant explicitement d’arrestations arbitraires.

3. Une stratégie sanitaire dépendante des contraintes géopolitiques et très en retard

9Les alliés géopolitiques du Venezuela contribuent à façonner cette stratégie de lutte contre l’épidémie, du fait de la présence de médecins cubains sur le territoire depuis 2003 ou encore via des livraisons massives de tests rapides, de masques et de gants jetables de la part de la Chine et de la Russie. Contrairement à la plupart des pays de la région, le gouvernement de Nicolás Maduro a garanti la gratuité des tests de diagnostic et du traitement. En revanche, un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’Organisation des Nations unies (ONU) a révélé que seuls 2,4 % des tests réalisés dans le pays jusqu’au 21 mai 2020 étaient des tests dits PCR, c’est-à-dire que la quasi-totalité d’entre eux était des tests rapides peu fiables [Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU].

10La campagne de vaccination vénézuélienne est notablement en retard par rapport non seulement aux pays développés, mais également par rapport au reste de la région latino-américaine. En effet, les vaccins qui sont arrivés sur le sol vénézuélien sont ceux fabriqués par ses partenaires géopolitiques (Cuba avec Soberana 02 et Abdala, la Russie avec Sputnik V et EpiVacCorona et la Chine avec Sinopharm). Le Venezuela a adhéré à l’initiative Covax destinée à assurer un accès à la vaccination à l’ensemble des États par des injections AstraZeneca. Toutefois, le paiement de ceux-ci fait l’objet de blocages entre la présidence Maduro et la « présidence par intérim » de Juan Guaidó autour de fonds gelés liés à la crise présidentielle en cours depuis 2019. Ces conflits géopolitiques et l’insolvabilité de l’État vénézuélien conduisent à une campagne de vaccination très faible. Selon les données officielles, au 2 juillet 2021, seulement 4 millions de doses ont été administrées et seuls 1,1 million de Vénézuéliens sont entièrement vaccinés soit 3,86 % de la population, très loin du record latino-américain du Chili (61,81 %), mais aussi des voisins colombien (19,62 %) et brésilien (16,04 %).

Conclusion

11Le Venezuela a été moins frappé par l’épidémie de Covid-19 que la plupart de ses voisins. Pour le gouvernement de Nicolás Maduro, cette crise sanitaire a été une opportunité d’accroître son contrôle sur la société et de limiter l’impact désastreux de la pénurie de carburant qui était annoncée. Cette contention de la pandémie n’est pourtant pas forcément durable, tant la diffusion du variant gamma que les retards de la campagne de vaccination pourraient mettre en péril cet équilibre fragile. Une diffusion du Covid-19 dans un pays comme le Venezuela où les services de santé sont si affaiblis pourrait avoir des conséquences dramatiques.

Haut de page

Bibliographie

Academia de Ciencias Físicas, Matemáticas y Naturales, Estado actual de la epidemia de la COVID-19 en Venezuela y sus posibles trayectorias bajo varios escenarios.

Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU, Venezuela : COVID-19, Flash Update N°. 4, URL: https://www.humanitarianresponse.info/sites/www.humanitarianresponse.info/files/documents/files/ven_covid-19_flash_update_no4_final_en_0.pdf

Vanessa Davies, « Un enfermo para atender enfermos: El sistema de salud venezolano ante la llegada del nuevo coronavirus », Análisis y Debate, Rosa Luxemburg Stiftung Oficina Región Andina, n°11, URL: https://www.rosalux.org.ec/un-enfermo-para-atender-enfermos-venezuela/?fbclid=IwAR22ayMqo59rTMdX54cw8CtrS7NnvTLatNLianvpYqVtRtxlUT1V_3USjh4

Kathleen Page, Tamara Taraciuk Broner, Venezuelas Health Care Crisis Now Poses a Global Threat, Foreign Policy, URL: https://foreignpolicy.com/2020/03/12/venezuela-health-care-crisis-poses-global-threat-coronavirus-maduro-sanctions/

PROVEA, « Venezuela : el país que no puede lavarse las manos para prevenir el COVID-19 », URL: https://provea.org/actualidad/venezuela-el-pais-que-no-puede-lavarse-las-manos-para-frenar-el-covid-19/

The Economist, Global Health Security Index, 2019, URL: https://www.ghsindex.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Posado, « Le Venezuela face au Covid : gérer une crise sanitaire dans une crise multiforme », Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21914

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search