Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49EditorialLa Caraïbe face au Covid-19 : cri...

Editorial

La Caraïbe face au Covid-19 : crise globale et solutions locales

Jaime Aragón Falomir

Texte intégral

1Depuis plus d’un an, le monde est en proie à une crise majeure, inédite dans l’histoire récente, provoquée par le virus Sars-Cov2 qui affecte tous les individus dans leurs interactions sociales, professionnelles et familiales et entraîne des difficultés économiques sans précédent. Afin de faire le point sur certains aspects de cette crise sanitaire mondiale, la revue Études Caribéennes a décidé de réunir dans ce numéro 49 des spécialistes de divers domaines qui abordent ce phénomène dans le contexte du bassin caribéen, région profondément inégalitaire et en proie à une instabilité politique constante (comme nous l’avons vu récemment dans des régions insulaires telles que Haïti et Cuba, mais aussi sur le continent, avec la Colombie et le Mexique). Les différents chercheurs en sciences sociales et humaines ici rassemblés, issus de différents territoires de la Caraïbe, font apparaître des situations aussi bien similaires que divergentes face au phénomène de la Covid-19. Chaque contributeur a ainsi vécu, au fil de sa rédaction une situation de quarantaine ou de confinement imposée par les autorités de son pays, même si la durée de celle-ci et les périodes concernées n’ont pas été les mêmes pour tous les territoires en question.

2La question centrale abordée, à la fois directement et indirectement, par les textes de ce numéro est celle de savoir dans quelle mesure les politiques publiques mises en œuvre dans le cadre de la crise sanitaire en région Caraïbe, pourraient devenir pérennes à plus ou moins longue échéance. Si la plupart des articles montrent que la pandémie a aggravé ou révélé des situations préoccupantes non résolues, la plupart des articles envisagent un élément novateur qui pourrait être retenu ou mis en œuvre.

3En effet, des décennies d’ajustement et de politiques néolibérales ont réduit le rôle de l’État à un simple gestionnaire, responsable de la privatisation des secteurs de la santé, de l’éducation et la culture (voir les articles sur Haïti, le Mexique et la République dominicaine). L’État était considéré par le secteur privé et les entreprises comme un gestionnaire fiscal « inefficace »  (Cárdenas et al, 2020:720 ; Aragon, 2021), ce qui justifiait l’évasion fiscale (Krozer, 2020) et la création de divers consortiums public-privé (Aragon et Cárdenas, 2020). Cette vision du rôle de l’État est un dénominateur commun à la plupart des pays d’Amérique latine et de la Caraïbe (Aragón et Joachim, 2020).

4Néanmoins, une partie importante des travaux présentés offre la possibilité de considérer à nouveau l’État comme un acteur protecteur et bienveillant pour ses citoyens. Par exemple, l’État mexicain a été l’un de ceux qui ont su montrer un visage beaucoup plus efficace et crédible : l’obtention de vaccins par le biais de négociations internationales auprès des laboratoires pharmaceutiques ; la mise en place de chaînes de distribution opérationnelle ; la gestion des flux de population pour éviter les surcharges en instaurant la prise de rendez-vous en ligne ; la sollicitation de la coopération du plus grand nombre dans l’intérêt collectif, entre autres. Selon de multiples instituts de sondage, la vaccination lancée par un État naguère considéré comme déficient, voire inexistant, a été jugée extrêmement positive par la population mexicaine (Mitofsky, 2021). L’exemple du Mexique vaut pour pratiquement tous les états de la planète qui ont dû prendre des mesures dans l’urgence tout en tenant compte des spécificités politiques, économiques et sociologiques de leur territoire.

5Il est urgent de se demander dans quelle mesure d’autres accords mondiaux peuvent être reproduits avec la même rapidité pour stopper le changement climatique ou les inégalités par la mise en place d’une taxe mondiale, bénéfique pour toute la planète (particulièrement les plus défavorisés pour pallier les inégalités).

6Stéphane Granger, docteur en géographie, actuellement professeur à Cayenne (capitale de la Guyane française) s’intéresse à la frontière « oubliée » que ce dernier partage avec le Brésil, ce dernier étant l’un des pays où la pandémie a frappé de manière constante et profonde et qui impacte progressivement la Guyane. Granger souligne cette contradiction latente, entre la remise en cause du rôle de l’État qui ne protège pas assez les Guyanais ou qui exerce un rôle colonial de protection, et même une population qui, avec l’autorisation de l’État, organise le carnaval au nom de l’identité guyanaise.

7Le travail de Jaime Aragón Falomir sur le Mexique soulève le paradoxe de la crise sanitaire mondiale et de son impact aigu sur certains segments sociaux locaux, mais aussi sur d’autres comme l’économie et la politique. De cette façon, la pandémie non seulement amplifie et rend visible, mais crée également de nouvelles inégalités. Il conclut que le rôle central des élites devrait être non pas de rechercher la rentabilité en proposant des emplois précaires, mais aussi de proposer des conditions équitables et durables pour leurs employés afin de réduire les écarts socio-économiques qui existent depuis plusieurs décennies. L’article souligne un fait, alors que le virus a été considéré comme « démocratique » puisqu’il touche tous les citoyens, la réalité est que les segments les plus vulnérables et les couches socio-économiques inférieures sont ceux qui sont constamment exposés au virus : ils ne peuvent pas travailler à distance, n’ont pas de droit au chômage, n’ont pas de mécanismes de subsistance alternatifs, ne peuvent pas faire face à la précarité de masse qu’ils ont connue, et généralement sont liés au secteur économique informel, entre autres. Cela continue de révéler un fossé social abyssal entre deux mondes : les minorités privilégiées et les autres.

8Gonzalo Basile, chercheur au programme de santé internationale de la Faculté latino-américaine des sciences sociales (FLACSO) de la République dominicaine, rédige un compte rendu qui identifie de manière critique les spécificités dont souffre un territoire insulaire et périphérique - comme la majorité des États des Caraïbes - pour faire face et répondre efficacement au virus Sars-CoV-2. Il s’agit d’une analyse conjoncturelle, contextuelle et géopolitique afin de comprendre, à travers le cas dominicain, la dépendance subie par certains États, les politiques palliatives et improvisées, et l’impact des politiques néolibérales antérieures sur un système de santé fragile. Tout cet échafaudage analytique, influencé par la pensée critique latino-américaine, révèle différents défis pour l’avenir des pays périphériques, tant dans la Grande Caraïbe que dans le reste de l’Amérique latine.

9Le travail du chercheur Louis Dupont évalue les effets de la Covid-19 sur le secteur du tourisme au sein de l’Organisation des États des Caraïbes orientales (Petites Antilles) afin de démontrer, par l’utilisation de modèles néoclassiques d’analyse méthodologique quantitative, les effets de l’imbrication du développement touristique, de la croissance économique et d’autres variables macroéconomiques dans les pays membres de l’organisation. M. Dupont reconnaît que la chute du PIB de la région sera incommensurable à cause de la crise sanitaire, c’est pourquoi il sera important de mettre en œuvre une aide internationale en raison de la forte dépendance de l’archipel vis-à-vis du tourisme, principal moteur de croissance. Ses conclusions peuvent être appliquées à l’ensemble du bassin des Caraïbes, car le déclin du tourisme dans une région qui comptait sur celui-ci comme seul mécanisme d’absorption des devises étrangères aura des répercussions dramatiques.

10Louis Dupont se concentre aussi sur l’impact économique et financier de la Covid-19 sur Haïti. En utilisant divers indicateurs quantitatifs sur les quarante dernières années, il conclut que le PIB d’Haïti sera réduit d’ici 2021 et n’augmentera pas avant 2022 (contrairement à d’autres économies). Il propose, afin de réduire les effets négatifs, d’augmenter les investissements publics dans des secteurs historiquement négligés tels que la santé, l’éducation, les infrastructures (aspects liés aux politiques néolibérales de réduction du rôle de l’État). Il met toutefois en garde contre le franchissement de la limite d’investissement optimale, qui pourrait être contre-productif.

11L’étude proposée par Bazelais Dulience aborde Haïti sous l’angle du tourisme et plus précisément du tourisme de la diaspora haïtienne. Ce secteur économique instable et fragilisé, confronté à une succession de crises, n’en reste pas moins porteur d’opportunités comme en atteste son histoire. La diaspora haïtienne est certainement l’un des leviers économiques pour le redressement du pays et le secteur du tourisme un champ d’investissement et de consommation privilégié.

12Cette contextualisation nous apporte des éléments de compréhension de l’instabilité politique, économique et sociale, complétés par un second texte coécrit par les professeurs Nadège Mézié et Obrillant Damus, qui abordent le cas haïtien en contextualisant un état absent avec une infrastructure médicale insuffisante en pleine crise politique et sociale. Ils nous montrent la chronologie de Jouvenel Moïse, un jeune président peu crédible et prétendument impliqué dans des affaires de corruption, qui, avec l’arrivée de la Covid-19, n’a fait qu’exacerber l’agitation sociale (mouvements, blocages de routes) que connaît le pays depuis des années. Ils proposent ainsi de comprendre le scepticisme social à l’égard des actions et des récits d’un État sans crédibilité et sa corrélation inversement proportionnelle avec la confiance que la population accorde aux plantes médicinales naturelles locales.

13À une échelle plus réduite, celle des Antilles françaises, un groupe de chercheurs de l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement (INRAE) basé à Petit-Bourg (Guadeloupe) aborde la crise des systèmes agricoles et alimentaires en suggérant que la crise sanitaire peut être une occasion latente de repenser le lien entre consommateurs et agriculteurs. Ils montrent que, parmi les effets positifs de la pandémie, la réponse des campagnes a été innovante, organisée et technique, ce qui a modifié les modes de commercialisation vers des circuits plus courts avec une composante écologique, personnelle et d’implication de la part de tous les acteurs, qui alimentent le tissu social (en évitant la relation mercantile, productiviste et impersonnelle des chaînes de supermarchés) principalement avec les petits producteurs (les grandes entreprises d’exportation de bananes n’ont pas subi d’interdiction et ont continué à fonctionner). Parmi les innovations qu’ils observent, grâce à des enquêtes auprès des consommateurs et des agriculteurs, les paniers alimentaires (qui font écho au système de l’AMAP, Association pour le maintien de l’agriculture paysanne), l’utilisation des nouvelles technologies et les jardins familiaux peuvent devenir des instruments vers un nouveau système d’échange, bien que leur durabilité soit incertaine.

14Enfin, Thomas Posado contribue avec un travail concis, structuré et chronologique à l’appréciation de la situation pandémique au Venezuela. Pour l’auteur, cette dernière sera complémentaire d’une situation de crise multiforme, tant économique que politique, mais surtout sociale et migratoire. Posado montre les faiblesses structurelles, les incohérences des données (souvent peu fiables) et l’utilisation politique qui a été faite de la pandémie pour surtout conclure sur les dangers qui peuvent surgir dans une société et un État affaiblis par des crises multiples, couplées à une campagne de vaccination encore insuffisante.

15À la fin de la rédaction de cet éditorial, l’assassinat crapuleux de Jouvenel Moïse (président d’Haïti), prétendument par des milices colombiennes, a eu lieu. Cela renforce l’importance de poursuivre les études sur le bassin des Caraïbes où les mouvements et la circulation, tant légaux qu’illégaux, de biens (armes, drogues, etc.) (Aragón, 2019 et 2021) et, dans ce cas, de personnes doivent être considérées par les sciences sociales et humaines comme faisant partie d’une zone géographique totale. Le modeste objectif de ce numéro est d’aborder l’implosion politique, sociale et économique que vit la région du bassin caribéen, exacerbée par la crise sanitaire et l’avenir de toute sa population qui retient son souffle face à la pandémie. Il revient donc de s’interroger dans ce contexte apocalyptique sur notre capacité collective à réagir durablement et surtout de mettre en place un autre mode de vie permettant peu à peu l’éradication tant du virus que des inégalités.

Haut de page

Bibliographie

Aragón Falomir, Jaime (2021). « Criminales continentales, « piratas » insulares. Practicas ilegales nacidas en el Caribe y sus fronteras », El Caribe sin fronteras : islas y costas continentales, relaciones entre las dos orillas. ACOLEC : Santa Marta, Colombia.

Aragón Falomir, Jaime et Jean-Louis Joachim (2020). « Les scénarios post-covid19 au Mexique et en République dominicaine : une recomposition économique et politique ? », CARICEM, Revista de Análisis y Debate sobre el Caribe y Centroamérica, No. 21. Universidad Nacional Autónoma de México.

Aragón Falomir, Jaime y Cárdenas, Julián (2020). « Analisis de redes empresariales y puertas giratorias en México : cartografia de una clase dominante public privada », Temas y Debates, 39 : 81-103 ; URL : https://doi.org/10.35305/tyd.v0i39.458

Aragón Falomir, Jaime (2019). « L’économie illégale et le crime organisé dans les Caraïbes : Le Mexique au carrefour », Revue Études caribéennes, numéro 43-44 ; URL : https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16805?lang=fr

Cárdenas, Julián (2021). « El problema de esta pandemia es que ataco directamente la felicidad », CanalNet. URL : https://www.canalnet.tv/programas/periodismo-puro/video_julian-cardenas-el-problema-de-esta-pandemia-es-que-ataco-directamente-la-felicidad_20210130/

Cárdenas, Julián, Robles-Rivera, Francisco, Martínez-Vallejo, Diego (2020). « Élites empresariales y desigualdad en tiempos de pandemia en América Latina », Revista Española de Sociología, 29 (3), 715-726 ; URL : https://recyt.fecyt.es/index.php/res/article/view/79797

Krozer, Alice (2020). « Seeing Inequality? Relative affluence and elite perceptions in Mexico», UNRISD Occasional Paper 8 ; URL : https://www.unrisd.org/80256B3C005BCCF9/(httpAuxPages)/5E407DA42D09616A80258566002DB253/$file/OI-OP-8---Krozer_Overcoming%20Inequalities.pdf

Mitofsky (2021). « 74 encuesta Covid-19 en México », Consulta Mitofsky ; URL : http://www.consulta.mx/index.php/encuestas-e-investigaciones/item/1425-covid-50

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jaime Aragón Falomir, « La Caraïbe face au Covid-19 : crise globale et solutions locales », Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/22090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.22090

Haut de page

Auteur

Jaime Aragón Falomir

Enseignant-Chercheur, Université des Antilles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search