Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Covid-19 dans la CaraïbeLe tourisme de diaspora en Haïti

Covid-19 dans la Caraïbe

Le tourisme de diaspora en Haïti

Diaspora Tourism in Haïti
Turismo de la diáspora en Haití
Bazelais Dulience

Résumés

La diaspora haïtienne constitue un acteur majeur dans des domaines très variés comme l’éducation, la construction et le tourisme. Ses transferts d’argent sont plus importants que l’aide publique au développement. La relation affective maintenue avec le pays contribue grandement à alimenter les flux touristiques de cette destination malgré son état général caractérisé par la crise. Cet attachement se confirme même dans les moments les plus sombres de l’histoire du pays. C’est le cas des troubles politiques et des catastrophes naturelles. D’aucuns pensent que, face à la pandémie de Covid-19, considérant la fragilité du système de santé du pays, la relation de la diaspora avec la destination a affiché ses limites. Ainsi, cette crise sanitaire paraît être un contexte spécial nous permettant de questionner, à travers le tourisme, ce degré d’attachement des membres de la communauté haïtienne établis hors d’Haïti avec le pays. La région Nord est considérée comme le cadre d’analyse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis les années 1980, Haïti comme destination touristique fait l’objet sur le plan international, d’une surmédiatisation. Des problèmes d’ordre économiques, des catastrophes naturelles (hydroclimatiques et telluriques) (Lucien, 2012 ; Jabouin, 2012), les scandales de la corruption (Péan, 2003, 2005, 2006, 2007), le pays est toujours présenté comme le territoire de tous les malheurs et de tous les dysfonctionnements (Damus, 2020 ; Dehoorne et Paul, 2020 ; Jabouin, 2020). À l’ombre de ces problèmes si médiatisés se cachent des réalités méconnues des chercheurs et du grand public. Ce sont des faits essentiels pour une réelle compréhension du pays en tant qu’une destination touristique. Ces derniers sont liés à certaines pratiques culturelles, à l’existence d’éléments méconnus d’un patrimoine d’une grande valeur et à la nature de la relation entre la diaspora haïtienne et le secteur touristique du pays. Ces faits sont d’autant plus importants qu’ils sont susceptibles de soutenir des embryons de développement et de nouvelles dynamiques économiques. S’ils ont la limite d’être modestes, ils sont pourtant fondamentaux en ce sens qu’ils peuvent s’avérer essentiels pour le développement économique de certaines régions du pays et soutenir des embryons de développement local. De l’ensemble de ces faits, nous nous intéressons dans le cadre de cette étude à l’attachement de cette clientèle particulière : la diaspora, à la destination touristique qu’est Haïti.

2En effet, malgré l’incertitude liée à la crise multidimensionnelle que connaît la destination (Manigat, 2009), la diaspora haïtienne se montre toujours attachée à son pays d’origine. Si cette relation se confirme même dans les heures les plus sombres de l’histoire de la destination, comme au moment des grands troubles politiques et des catastrophes naturelles, cela est-il aussi vrai pour la période 2020/2021 avec la pandémie de Covid-19 ? Dans quelle mesure la communauté diasporique constitue-t-elle un levier de développement régional ou local ?

3L’objectif de cette recherche consiste à questionner le rôle joué par la communauté diasporique dans le développement du secteur touristique en Haïti, et plus précisément lors de la reprise des activités à partir de juillet 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19. La démarche proposée, dans un premier temps, présente un état de la recherche sur le tourisme diasporique ainsi que les enjeux liés à la diaspora haïtienne. Ensuite, nous considérerons la situation actuelle du secteur touristique haïtien pour aborder afin la signification et la portée du tourisme diasporique en Haïti, notamment dans un contexte unique de pandémie de Covid-19. L’étude met l’accent sur la région Nord, constituée des deux départements du Nord et du Nord-Est (cf. figure 1).

4Cette recherche exploratoire s’inscrit dans une démarche qualitative. Les investigations sont centrées sur des entrevues réalisées avec des acteurs du tourisme comme des propriétaires et gérants d’établissements touristiques (hôtels, restaurants, tour-opérateurs…) ainsi que des employés du secteur. Nous procédons aussi à l’observation des pratiques de certains membres de la diaspora en visite dans le pays.

Figure 1. Haïti et la région Nord

Figure 1. Haïti et la région Nord

Figure 2. Haïti dans son contexte régional

Figure 2. Haïti dans son contexte régional

1. Tourisme diasporique en Haïti : l’état de la recherche et enjeux

5Dans la Caraïbe, nombreuses sont les consacrées aux mobilités, aux migrations, aux questions du transnationalisme et des diasporas, mais le croisement entre le tourisme et la diaspora est une thématique peu explorée. La première étude sur le tourisme de diaspora conduite par Jackson remonte aux années 1990 (Roberts, 2012). Par la suite, quelques chercheurs investissent ce champ, tel Nurse (2004) qui souligne son importance économique du tourisme pour la région caribéenne et Roberts (2012). Le sujet commence à intéresser davantage de chercheurs, sans faire pour autant l’objet d’une très grande considération, tant dans les études touristiques que dans celles consacrées aux migrations.

6Il existe peu de travaux académiques sur le tourisme comme sur la diaspora en Haïti ; le croisement entre les deux ouvre un nouveau champ à investir. Cependant, le poids de la diaspora haïtienne dans l’économie haïtienne est reconnu, la diaspora représente un acteur de premier plan non seulement pour le tourisme dans le pays, mais aussi pour tout ce qui concerne le développement de manière générale.

1.1. La place occupée par la diaspora dans le champ de la recherche en tourisme en Haïti 

7Plusieurs travaux, assez récents, permettent de saisir les enjeux du tourisme en Haïti tels ceux de Séraphin et Paul (2016), Paul (2008, 2012b), Dautruche (2013), Doré (2010), Dupont (2009), Jules et Laplanche (2006) et Théodat (2004). Mais aucun d’entre eux n’établit le lien entre le tourisme et la diaspora (Séraphin et Paul, 2016). S’agissant de l’échelle territoriale, ils procèdent tous à des études portant sur tout territoire national, sans prendre le risque de considérer une approche locale (régionale ou départementale). D’autres travaux comme celui de Rodne-Jeanty et Desse (2019), ayant pour cadre d’analyse le Nord-Est, et celui de Gustave (2021) consacré aux départements du Centre et de l’Artibonite, n’intègrent pas la diaspora dans leur recherche. Quand la diaspora est l’objet premier de la recherche, telle dans les travaux d’Audebert (2012), aucun lien n’est fait avec le tourisme. La première étude croisant les deux approches est celle de Séraphin et Paul (2016). Ils insistent sur l’importance de la diaspora dans le développement touristique du pays. Leur approche est à l’échelle de l’ensemble du pays. Donc, il existe un vide en termes d’approche et d’échelle qui laisse la place à de nouveaux travaux. Le champ d’études reste donc à consolider et à enrichir avec des études conduites au niveau infranational. Soulignons que le contexte exceptionnel de la pandémie de Covid-19 est une occasion de saisir l’importance de cette relation.

1.2. La diaspora haïtienne : constitution et enjeux

1.2.1. Saisir la diaspora haïtienne

8Haïti a connu au cours de son histoire plusieurs vagues d’émigration éparpillant ses ressortissants à travers le monde. Ce phénomène a d’ailleurs été une source d’inspiration pour l’écrivain Jacques Roumain qui, en 1944, a écrit le roman Gouverneurs de la rosée. Ce texte retrace la vie de Manuel, l’un de ces migrants revenus des plantations sucrières de Cuba qui va sauver sa communauté d’une sécheresse en ramenant l’eau au village.

9En effet, l’histoire de la diaspora haïtienne aurait commencé au début du xxe siècle ; elle est liée à la politique hégémonique des États-Unis qui s’est traduite, dès 1915, le débarquement des militaires étatsuniens en Haïti en 1915 et les tentatives d’instituer le latifundisme, des milliers de paysans furent contraints d’émigrer vers d’autres pays de la Caraïbe comme Cuba ou la République dominicaine (Audebert, 2017). Ce mouvement s’est poursuivi avec l’arrivée au pouvoir de François Duvalier en 1957. Si sous l’occupation des États-Unis, l’essentiel des migrants était des paysans qui se dirigeraient vers les Antilles, à partir de la deuxième moitié du xxe siècle une autre évidence s’impose : toutes les catégories sont maintenant concernées par ce phénomène.

10L’un des premiers groupes à partir était surtout constitué des membres de l’élite mulâtre fuyant la persécution politique. Plus tard, à partir de 1964, lorsque Duvalier proclama sa présidence à vie, l’ampleur de la dictature a poussé toutes les catégories de la classe moyenne (noire ou mulâtre) vers l’émigration. Au fil du temps, à côté des membres de l’élite mulâtre et de la classe moyenne noire, les classes ouvrières et paysannes vont aussi tenter l’aventure en empruntant la voie maritime. Ce phénomène de boat people était d’une grande ampleur (et l’est encore aujourd’hui). À titre d’illustration, en quatre ans, soit de 1977 à 1981, le nombre de boat people haïtiens arrivés sur les côtes des États-Unis est passé de 50 000 à 70 000. Ces nouveaux flux se dirigent non seulement vers les deux pays les plus riches de l’Amérique du Nord, mais aussi vers la République dominicaine et les Bahamas pour les moins fortunés, essentiellement des paysans (Audebert, 2017).

11Selon Séraphin et Paul (2016), la diaspora haïtienne est constituée au cours de trois grandes périodes migratoires. Ce sont les périodes 1915-1935 ; 1965-1985 et 2005-2014. Baker avance que la migration effective des Haïtiens aurait commencé vers les années 1930. Quatre phases peuvent être identifiées. La première a débuté à partir des années 1930, elle s’étend deux décennies. Les migrants, essentiellement des paysans, se dirigent vers Cuba, la République dominicaine et la Guyane française. La deuxième phase, entre 1960 et 1970, a pris essentiellement la direction des États-Unis, de l’Afrique francophone, du Canada et des Bahamas. Au cours de la troisième phase, autour de la fin des années 1970 et le début des années 1980, les migrants continuent de se diriger vers les États-Unis, ils se dirigent aussi vers des îles anglophones de la Caraïbe, dont les Bahamas et les îles Turks-et-Caicos. Au cours de la dernière phase (période 1990-2000), le Canada accueille une part considérable des cadres haïtiens (Baker, 2005).

12Une cinquième phase, massive, s’engage à partir des années 2010, à la suite du séisme. Sans négliger les destinations traditionnelles (États-Unis, Canada, France), les flux migratoires se diversifient et s’étendent considérablement à travers le monde : ils se dirigent vers l’Amérique du Sud, notamment vers le Brésil, le Chili, l’Argentine et aussi l’Équateur et le Pérou (Organisation internationale pour les Migrations, 2014). Les files d’attente formée à l’aéroport international Toussaint Louverture et l’identification de certains voyageurs mettent en évidence la jeunesse des migrants. Ils appartiennent à toutes les catégories sociales : universitaires, techniciens et ouvriers non spécialisés, sans formation technique ou académique, paysans…

13Si les différentes phases du processus de constitution de la diaspora haïtienne peuvent différer selon les auteurs, elles nous permettent au moins de conclure que la diaspora haïtienne s’est réellement formée à partir du début de xxe siècle et se diffuse aujourd’hui sur les continents américain, européen et africain. Une frange de cette diaspora haïtienne atteint même l’Asie.

14En ce qui a trait à son effectif, il est très difficile à établir vu le caractère illégal et clandestin du voyage réalisé par une part non négligeable des migrants haïtiens. En effet, pour certains, la diaspora haïtienne aurait été estimée en 2010 à plus de 2 millions (Augustin, 2018). Pour d’autres, elle serait comprise entre 1,2 et 1,8 million de membres ; et, jusqu’à 3 ou 4 millions pour une autre catégorie, en considérant les deuxième, troisième et quatrième générations (Bidegain, 2013). Cela représenterait un pourcentage compris entre 10 et 36 % de la population haïtienne1, si la double nationalité était admise en Haïti.

15Parmi les pays d’accueil, les États-Unis se trouvent en première position avec près de 1,1 million de ressortissants d’origine haïtienne (selon les données de 2015 du Bureau de recensement américain), en considérant les Haïtiens nés en Haïti et aussi ceux d’ascendance haïtienne déclarée (Saint-Pré, 2017). Toutefois, il faut nous rappeler que ces données présentent des limites compte tenu de l’importance de l’immigration clandestine des Haïtiens aux États-Unis.

16Les données manquent pour établir avec précision l’ampleur de la diaspora haïtienne, mais il n’en demeure pas moins que son importance est bien établie. Pour identifier les membres de la diaspora, dans notre cas d’études : dans le cadre des séjours touristiques en Haïti, nous considérons que tous les Haïtiens vivant hors du pays, même ceux vivant en alternance en Haïti et à l’étranger ; nous incluons également les descendants des Haïtiens vivant à l’étranger, même s’ils n’ont plus la nationalité haïtienne. Il reste une attache identitaire, culturelle, commune, partagée et évolutive.

Tableau 1. Les étapes de la diffusion de la diaspora haïtienne

1re étape

1930-1960

2e étape

1960-1970

3e étape

1970-1980

4e étape

1990-2000

5e étape

À partir de 2010

Territoires d’accueil

Cuba

États-Unis

Caraïbe anglophone : Bahamas, Turks-et-Caicos

Surtout vers le Canada

Amérique latine (Brésil, Chili, Argentine, Guyane française…)

République dominicaine

Afrique francophone

Caraïbe (Guadeloupe, Martinique, Bahamas, Turks-et-Caicos…)

Guyane française

Canada

Amérique du Nord (États-Unis, Canada, Mexique)

Bahamas

Pays africains

Source : Baker (2005), Bidegain (2013), Séraphin et Paul (2016), Audebert (2017), Augustin (2018), Dulience (2021)

Figure 3. La diffusion de la diaspora haïtienne dans le monde

Figure 3. La diffusion de la diaspora haïtienne dans le monde

1.2.2. L’attachement de la diaspora haïtienne au pays

17Selon A. Pierre, citant Audebert, quatre critères sont indispensables pour qu’il y ait diaspora. Il s’agit de « la dispersion spatiale ; l’identité propre au peuple d’origine ; l’organisation interne de la diaspora productrice d’échanges multiformes en ses pôles ; des liens significatifs symboliques ou concrets avec le pays d’origine » (Pierre, 2014). Cela explique que la dispersion, le maintien de l’identité du pays d’origine et les relations entre les membres d’une communauté ne suffisent pas pour parler de diaspora. Des liens étroits avec le pays d’origine sont indispensables. Dans le cas des communautés haïtiennes établies hors d’Haïti, les relations avec le pays restent intenses tant sur le plan économique que culturel. D’ailleurs, il est généralement admis que la diaspora est un acteur du développement économique du pays d’origine ou celui des ancêtres. Elle y investit et influence aussi les personnes restées sur place à investir. À côté des transferts financiers, il y a aussi les transferts de compétences et de connaissances à ne pas ignorer (Minto-Coy et Séraphin, 2016 ; Newland et Plaza, 2013).

18La diaspora haïtienne ne fait pas exception à ce constant. Sa participation dans la vie économique du pays est non seulement plus qu’une évidence, mais est de plus en plus considérable. Étant un pays en développement, beaucoup de familles haïtiennes sont dépendantes des transferts venant de l’étranger. Ces derniers représentent une manne financière pour le pays en général et pour les familles restées sur place en particulier. Selon les données de la Banque de la République d’Haïti, entre 2010 et 2019, environ 20 milliards de dollars américains ont été transférés au pays par les membres de la diaspora (Saint-Pré, 2020b). Les fonds transférés par les migrants représentent environ 34,4 % du PIB du pays en 2018. Ils sont plus importants que l’aide publique au développement évaluée à 11 milliards de dollars américains pendant la décennie écoulée. Ils sont aussi largement supérieurs aux exportations de marchandises qui, elles-mêmes, dépassent à peine les 10 % du PIB en considérant les données de la Banque Mondiale (Saint-Pré, 2020a).

19Si ces fonds sont surtout utilisés pour la consommation quotidienne, une partie non négligeable (même si c’est moins du quart) est investie dans les domaines de l’éducation, du commerce et de l’immobilier (Audebert, 2017b).

20La diaspora, par son « expression identitaire » (Paul et Séraphin, 2015), constitue un vecteur d’extension de la culture du pays à travers les pays où elle réside. Malgré l’immersion dans la culture du pays d’accueil, la diaspora garde en son sein la culture du pays d’origine. Elle constitue en quelque sorte l’ambassadeur naturel du pays d’origine. Par exemple, les communautés haïtiennes exposent fièrement la culture et l’identité haïtiennes lors des dates importantes qui marquent les grands moments de l’histoire du peuple, comme lors de la date de commémoration du bicolore haïtien le 18 mai. Nombreuses sont les familles qui préparant par exemple la soupe traditionnelle du giraumon et qui utilisent le créole comme langue de communication. Selon Audebert (2017), la relation culturelle de la diaspora avec le pays est réelle et palpable à travers les groupes musicaux qui font le va-et-vient entre Haïti et les pays de résidence ; et, aussi à travers l’adoption du créole dans un nombre considérable de famille. La diaspora établie aux États-Unis en est un exemple. Selon des données de l’année 2000, « 92 % des natifs d’Haïti de plus de 5 ans » qui y vivent, ont choisi le créole comme première langue utilisée à la maison. Le créole y est la première langue pratiquée par trois natifs d’Haïti sur quatre (Audebert, 2017a).

21Donc, des points de vue économique et culturel, les membres de la diaspora sont des acteurs majeurs pour le développement du pays et le tourisme est un secteur particulier qu’il convient d’aborder en tenant compte du contexte général du pays.

2. Le tourisme haïtien : de la prospérité à la décadence

22Aujourd’hui, l’activité touristique en Haïti est reléguée au second plan. Le pays ne fait plus la une des grands journaux internationaux pour son soleil ou ses plages, mais en raison de ses dysfonctionnements auxquels il fait face. Pourtant, vers les années 1950, Haïti était encore une destination touristique très connue dans la Caraïbe (Sarrasin et Renaud, 2014 ; Théodat, 2004).

2.1. Des ressources uniques et un passé « glorieux »

23Haïti est une destination touristique dotée de riches potentialités. Son patrimoine historique est unique dans la Caraïbe eu égard aux prouesses historiques accomplies en faveur de l’abolition de l’esclavage et de la liberté des noirs. Outre l’histoire, ce patrimoine est constitué d’un ensemble d’éléments matériels, dont des forts, témoignant d’une grande conviction de liberté chez un peuple qui a connu près de trois siècles d’esclavage. De ces constructions, il y a lieu de citer la Citadelle La Ferrière à Milot (dans le Nord), bâtie par Christophe. Par son importance, elle est classée par l’UNESCO, avec le Palais Sans Souci et les forteresses des Ramiers, patrimoine mondial depuis 1982. D’autres éléments peuvent être ajoutés, dont le Centre-ville du Cap-Haïtien qui trouve son importance non seulement pour son tracé en carreaux de damier, mais aussi pour son histoire avec le débarquement, en 1802, des troupes du général Leclerc, beau-frère de Bonaparte, venus rétablir l’esclavage. Elle abrite aussi le fort Vertières qui consacre la victoire de première lutte antiesclavagiste.

24Les ressources culturelles sont également importantes. Nous pouvons énumérer le vaudou, qui était, pendant la prospérité touristique d’Haïti, l’objet de beaucoup d’attention de la plupart des visiteurs (Regulus, 2010) ; le rara dans les régions de l’Artibonite, de Léogâne et du Sud ; le carnaval, dont celui de Jacmel, très riche en créations artisanales. Sans oublier également la gastronomie du pays permettant de découvrir la destination autrement.

25Sur le plan naturel, comme toutes les destinations de la région, le pays bénéficie d’une tropicalité constituée par le soleil, la mer et de belles plages, ses récifs coralliens ; ils recensent de nombreuses aires naturelles protégées et une multitude de paysages d’une grande beauté à l’instar du Lagon aux Bœufs, à Fort-Liberté, dans le département du Nord-Est.

Photographie 1. Aperçu de la mangrove à Lagon aux Bœufs (Haïti)

Photographie 1. Aperçu de la mangrove à Lagon aux Bœufs (Haïti)

Source : B. Dulience, juin 2019

26Toutes ces ressources ont permis au pays d’être une destination très prisée dans les années 1950 -1960. Des touristes nord-américains et européens y appréciaient l’exotisme de la destination. Lors de la célébration du bicentenaire de la création de Port-au-Prince, les festivités organisées par le président Estimé furent l’occasion de présenter la destination au monde entier. Malheureusement, cette prospérité n’a pas trop duré. À partir des années 1980, le secteur touristique haïtien connaît une période de crise avec une dégradation constante de la situation. Ainsi, Haïti s’est transformée en destination de crise (Manigat, 2009 ; Pierre, 2012).

2.2. L’impossible positionnement de la destination haïtienne sur le marché international

27Après sa période de relative prospérité, Haïti fait l’objet d’un rejet par la plupart des touristes, avant d’entamer une décroissance aux causes multiples. La première grande crise du tourisme en Haïti survient au début de l’année 1980, quand la destination était associée, par la presse et certains scientifiques, à la propagation du sida. Cette publicité mensongère a provoqué la panique chez les touristes. Par peur d’être infectés, ils vont délaisser la destination haïtienne au profit d’autres destinations caribéennes (Dulience et al., 2021.). Alors que le pays ne s’est pas encore remis de cette situation, qu’il fait face à une crise politique conduisant, en février 1986, au départ du dictateur Jean-Claude Duvalier. La prise du pouvoir par les militaires après la chute de la dictature, les élections démocratiques de 1991, le « retour à l’ordre constitutionnel » n’a pas suffi pour ramener la stabilité dans le pays et faire revenir les touristes comme précédemment.

28À partir de l’année 2013, les efforts du gouvernement de Martelly ont pu faire réapparaître le pays sur la carte touristique mondiale (septembre, 2019). Malheureusement, cela n’était pas synonyme de relance. Si l’espoir renaissait, il fut de courte durée. Les problèmes socioéconomiques ont eu raison des efforts consentis. Le pays est toujours présenté comme une destination à ne pas fréquenter, ou à fréquenter avec prudence. Il est, en fonction de l’évolution de la situation, sans cesse retiré des offres touristiques des voyagistes et autres sociétés travaillant dans le tourisme. Aussi fait-il souvent l’objet de cette même considération par le ministère des Affaires étrangères des puissances européennes et nord-américaines, dont la France, les États-Unis et le Canada.

Photographie 2. Interdiction (momentanée) du ministère des Affaires étrangères français de tout voyage en Haïti

Photographie 2. Interdiction (momentanée) du ministère des Affaires étrangères français de tout voyage en Haïti

Source : capture d’écran site MAE France

Photographie 3. Haïti, l’exclusion de la liste des destinations touristiques. L’exemple du site d’Expedia

Photographie 3. Haïti, l’exclusion de la liste des destinations touristiques. L’exemple du site d’Expedia

Source : capture d’écran site d’Expédia

29Au cours de cette période, de février à mars 2019, le pays était en proie à des manifestations de rue violentes. Il était impossible de trouver un vol sur Haïti, notamment au départ des États-Unis et du Canada. Le pays était exclu de la liste des destinations offertes aux touristes et aux voyageurs, à l’exemple d’Expedia.

  • 2 Deux périodes de manifestations et de blocage des rues en Haïti en février-mars et entre septembre (...)

30Le dernier trimestre de l’année 2019 fut encore plus difficile pour le secteur touristique haïtien. Durant environ trois mois, le pays était complètement fermé à la suite d’un soulèvement populaire désigné sous le nom de peyi lock2. Cela a empiré la situation financière de plusieurs établissements touristiques. Les responsables de certains d’entre-deux n’ont pas caché leurs déboires au grand public, en annonçant du coup la fermeture de ces derniers.

Photographie 4. Une publication sur internet concernant de la fermeture de l’hôtel Best Western (Haïti)

Photographie 4. Une publication sur internet concernant de la fermeture de l’hôtel Best Western (Haïti)

Source : capture d’écran, site best Western

31Face à ces dysfonctionnements, la destination se trouve dans l’impossibilité de se positionner sur le marché international. Les investisseurs étrangers ainsi que les touristes internationaux se font de plus en plus rares. Le secteur touristique en Haïti ne répond pas aux normes générales de fonctionnement du secteur. Il suit les ondulations sociopolitiques du pays et s’adapte au gré de la situation pour ne pas disparaître complètement. C’est équilibre instable est l’une des caractéristiques du secteur touristique en Haïti. Ce qui donne naissance à ce que nous appelons un « tourisme de crise ». Une destination qui ne recrute pas sa clientèle (internationale) la plus sûre au sein des touristes internationaux ; mais au sein de la diaspora.

3. La signification du tourisme diasporique en Haïti 

32La diaspora haïtienne constitue un acteur incontournable dans la résilience du secteur touristique en Haïti. Le terme résilience évoqué ici n’est pas une aberration ou une exagération. La destination haïtienne est une destination de crise (Manigat, 2009) (où l’on pratique le « tourisme de crise »), dont le fonctionnement est différent de celui d’une destination « normale », n’ayant pas été rongé par la crise. Dans une pareille situation, les flux de visiteurs internationaux sont faibles et les investissements étrangers presque inexistants. Ainsi, par ses pratiques et ses relations avec le pays, la diaspora constitue aujourd’hui le fer de lance du tourisme en Haïti. Elle jouit à la fois d’un double statut : celui de client et celui d’entrepreneur.

3.1. La diaspora, une clientèle spéciale

  • 3 Ils viennent pour la plupart des Antilles françaises.
  • 4 Selon un membre du Conseil d’administration de la Section communale (CASEC) de Grande Rivière, tous (...)

33Même si les données manquent sur le tourisme diasporique en Haïti, c’est une réalité établie que la diaspora constitue la clientèle la plus sure. Son rôle dans la résilience du secteur est inestimable. Certains événements culturels au pays n’ayant aucun sens pour le touriste international constituent pour la diaspora un rendez-vous à ne pas rater. Il s’agit des fêtes champêtres (ou patronales), du rara et aussi du carnaval. Une visite à Léogâne pendant la saison pascale 2019 nous a permis de vérifier l’attachement de la diaspora à la culture du pays et son rôle dans le développement du secteur touristique. À l’occasion du Festival rara de cette ville, dont la première édition date de 1992, les membres de la diaspora3 originaires de cette commune ont fait de cet événement une occasion pour visiter leur alma mater. Indépendamment de leur religion, la plupart d’entre eux planifient leurs vacances en rapport avec le festival. Ainsi, pendant plusieurs jours, les activités économiques de la ville sont à leur plus haut point. Les hôtels4 et les restaurants sont plus fréquentés que d’habitude et les chauffeurs n’ont même plus le temps de se reposer. Cette édition a même accueilli une bande de rara formée par des membres de la diaspora vivant aux États-Unis. Il s’agit de « Rara Lakay de Miami ».

34Pouvant mieux appréhender la situation que tout autre client, la diaspora visite le pays même dans les moments les plus difficiles. Elle alimente les flux touristiques du pays d’une manière non négligeable (Calmont et Mérat, 2015). Selon un professionnel touristique spécialisé dans l’organisation d’excursion, ces Haïtiens établis à l’étranger voyagent vers leur territoire d’origine même lors des manifestations de rue violentes. L’attitude de la diaspora lors des troubles survenus au premier et au quatrième trimestre de l’année 2019, dits peyi lock sont des exemples. Malgré les interdictions de voyage émises à l’encontre d’Haïti, certains membres de la diaspora ont choisi de rentrer au pays et participer à des activités touristiques comme des excursions pour lesquelles ils avaient déjà payé.

35L’importance de la diaspora comme client est telle que, l’une des périodes de haute saison de l’hôtellerie en Haïti, l’été, est associée aux voyages diasporiques dans le pays. Selon le propriétaire et gérant d’un établissement touristique (comprenant entre autres, hôtel, appartement et restauration) basé à Cap-Haïtien, « si les conditions sécuritaires étaient réunies, la clientèle diasporique serait largement suffisante pour occuper tous les hôtels de la ville et du département Nord. D’ailleurs, contrairement à ce que l’on peut penser, la diaspora ne séjourne plus chez les proches ou les parents ».

36Les avantages du tourisme diasporique pour la destination sont nombreux. Les comportements de la diaspora sont différents de ceux des autres visiteurs. Faisant une analyse SWOT du potentiel touristique de la diaspora haïtienne, Séraphin et Paul énumère ainsi les forces de la diaspora en tant que touriste : les membres de la diaspora logent très souvent dans des hôtels ; ils consomment les produits locaux tout en achetant directement chez les vendeurs locaux ; leurs déplacements ne se limitent pas aux zones touristiques ; ils utilisent les infrastructures mises en place pour les locaux ; ils peuvent être utilisés comme « clients test » (Séraphin et Paul, 2016).

3.2. La diaspora, investisseur et créateur de produits ou d’événements touristiques

37Outre le fait de constituer une clientèle fidèle, festive, qui consomme généreusement, la diaspora, par son attachement avec Haïti, s’est transformée depuis quelque temps en investisseur dans le domaine du tourisme et, particulièrement, dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Entre 2012-2013, des membres de la diaspora sont les instigateurs d’au moins sept établissements hôteliers. Ce sont les hôtels Oasis, Best Western et La Lorraine à Pétion-Ville, Villa Nicole à Jacmel, l’hôtel La Source à Port-Salut, le Monte Cristo à Tabarre  et le Colin’s Hotel à Jacmel (Séraphin et Paul, 2016).

38Dans la commune du Cap-Haïtien et ses environs, nombreux les établissements hôteliers ou de restauration plus ou moins connus appartenant entièrement ou en partie à des membres de la diaspora. C’est le cas par exemple de Pluxotel dont l’un des associés vit aux États-Unis, nous renseigne une ancienne employée ; la propriétaire du restaurant Sublime appartient également à la diaspora. D’autres structures hôtelières de la zone de Ducroix, sur la route de Labadie, appartiennent à des investisseurs de la diaspora ; c’est aussi la situation de La Belle Maison à Milot à proximité du Parc national historique (Citadelle, Sans Souci et Ramiers).

39Dans le Nord-Est, la réalité n’est pas si différente. Dans la commune du Trou-du-Nord, Extavaganza Resort Hotel rentre dans cette catégorie. Pour la ville de Fort-Liberté, la plupart des établissements hôteliers sont la propriété des membres de la diaspora, propriétaires exclusifs ou copropriétaires tels Trinity Brothers (hôtel-restaurant et bar dansant), Le Relais Hôtel, Le Marien (hôtel & ressorts), le Complexe Legacy (hôtel et restaurant) et Délices (bar et restaurant).

  • 5 La pandémie a empêché l’organisation de l’édition 2020.

40La présence de la diaspora se fait aussi sentir dans les secteurs des tour-opérateurs ; Belle vue Tour et de Destination Hispaniola en sont deux exemples. La diaspora innove également en introduisant ou reproduisant en Haïti des événements internationaux. C’est ainsi que depuis l’année 2013 se déroule en Haïti un événement touristique appelé « Dîner en Blanc : la première édition de cet événement mondial exporté en Haïti fut l’œuvre de trois jeunes Montréalais d’origine haïtienne (Harvey, 2013). Depuis lors, chaque année, ce phénomène rassemble plusieurs centaines de participants venant tant de l’extérieur que de l’intérieur du pays. Les retombées sont loin d’être négligeables. Se basant sur l’expérience de l’un des prestataires de services de la dernière édition, celle de 20195 organisée au Cap-Haïtien, ces événements ont un effet positif sur le tourisme. Il stimule les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, c’est également l’occasion d’excursions au profit des sites patrimoniaux emblématiques du pays.

Photographie 5. Logos de Belle Vue Tour et Destination Hispaniola

Photographie 5. Logos de Belle Vue Tour et Destination Hispaniola

Source : sites de Belle Vue et de Destination Hispaniola

4. La diaspora haïtienne et la reprise des activités touristiques en période de crise sanitaire

4.1. Le contexte touristique en temps de crise sanitaire

41Le tourisme est l’un des secteurs parmi les plus touchés par la pandémie. Selon les données de l’OMT, jusqu’en mai 2020 les flux touristiques internationaux ont diminué de 98 % par rapport à l’année 2019. Ce qui représente, pour le tourisme international, une chute de 300 millions de touristes et une perte de 320 milliards de dollars américains en termes d’exportation au cours de cinq premiers mois de l’année 2020 (UNWTO, 2020). À partir de certains pays, l’OIT nous fait voir plus clairement la gravité de la situation, même en considérant des destinations où des mesures contraignantes n’ont pas été imposées.

42Dans la Caraïbe, même si la situation a été vécue avec des intensités variables, la pandémie n’a épargné aucune destination. Les mesures sanitaires prises comme la fermeture des frontières ou la limitation extrême des vols ; la fermeture des attractions touristiques renforcée par le confinement conduit à des pertes énormes dans le secteur.

43En Haïti, les premières grandes mesures sanitaires sont annoncées par le gouvernement le 19 mars 2020. Il s’agissait de la fermeture des frontières du pays avec la République dominicaine, l’Europe et l’Amérique latine (Outre-mer la 1re avec AFP, 2020). Quelques jours plus tard, les vols avec les États-Unis ont été aussi annulés. À partir de là, toutes les activités touristiques étaient quasiment à l’arrêt. La Royal Caribbean, l’unique compagnie de croisière opérant en Haïti cessa ses activités dès le 13 mars 2020 (Maxineau, 2020). Faute de clients, plusieurs hôtels en province et à Port-au-Prince ont dû fermer leurs portes. Dans le Nord, certains restaurants dont Lakay Bar Restaurant, Boukanye, Cap Deli ont été contraints, pendant un certain temps, de cesser toute activité. Les établissements hôteliers comme Hôtel du Roi Christophe et Satama ont été obligés de renvoyer une grande partie de leur personnel. Les chauffeurs travaillant dans le domaine du tourisme étaient plongés au chômage. Certaines entreprises ont vu leurs chiffres d’affaires drastiquement chuter. Leur perte peut être évaluée en 85 et 100 % par rapport à la période normale. C’est la situation vécue par des Tour-opérateurs.

44En fait, avec la pandémie, tous les voyants étaient au rouge. Il fallait attendre la reprise des vols internationaux à la fin du mois de juin 2020 pour voir améliorer la situation grâce à l’arrivée de la diaspora.

4.2. Les voyages de répit ou la contribution à la relance du tourisme en temps de crise sanitaire

  • 6 Nous généralisons à la situation américaine par le fait que, même si n’arrivons pas à avancer des d (...)

45Une fois la réouverture des frontières est effective et les liaisons commerciales rétablies au fur et à mesure, le secteur touristique commence à sentir des améliorations. Dans ce contexte où les règles sanitaires ne sont pas trop suivies en Haïti, les États-Unis étaient parmi les premiers pays à accepter d’être reconnectés avec le territoire national. Bloqués aux États-Unis, pour la plupart depuis plus de trois mois, les touristes haïtiens ont profité de la reprise des vols pour regagner leur pays. En même temps, des membres de la diaspora ont saisi cette occasion pour sortir de la « prison » américaine6 dans laquelle ils se trouvaient. Relativement peu touchée par la pandémie, le pays devient pour la diaspora non seulement un espace de liberté, mais aussi de fierté.

46En effet, alors que la situation reste critique ailleurs (comme aux États-Unis où les hôpitaux sont dépassés par les cas graves), où le confinement s’impose et des mesures sanitaires strictes sont imposées (comme en France), en Haïti la population semble être plus libre face à la réalité internationale et aux contraintes imposées par les autorités. La faiblesse des pouvoirs publics, la précarité de la plupart des Haïtiens ont facilité le contournement des interdictions sanitaires. Les activités culturelles comme le rara, les festivités champêtres n’ont pas réellement chômé. Haïti devient, dans la région le seul espace de liberté où les activités de loisirs sont possibles. Voyager en Haïti c’est se procurer du répit face au stress accumulé ailleurs comme aux États-Unis. C’est aussi une fierté pour la plupart des voyageurs par rapport aux pronostics alarmants concernant le pays. Considéré comme un État dont la résilience sanitaire est très faible, vu les conditions sanitaires déplorables, Haïti surprend tout le monde. Comme écrit Radio France Internationale, « … l’hécatombe redoutée n’a pas eu lieu » (Baron, 2020).

  • 7 Rhum populaire haïtien produit à partir de la canne à sucre.

47Ces voyageurs, venant pour la plupart des États-Unis, une fois arrivés dans le pays vont planifier des activités de loisir et de découverte. Une manière pour eux d’oublier la crise. Étant en période estivale, c’est le moment pour quelques-uns de participer aux festivités champêtres qui n’ont pas été réellement suspendues avec la pandémie (Malandre, 2020). À côté des festivités patronales (ou champêtres), d’autres, seuls ou en famille, participent à des excursions organisées par les Tour-opérateurs de la région à l’instar de Safe Trips Haïti et Augusnel Tour Haïti. Elles permettent la découverte des monuments historiques de la région dont les forts Saint-Michel et Picolet au Cap-Haïtien, Saint-Joseph à Fort-Liberté ; le Parc National Historique : Citadelle, Sans Souci, Ramiers sur les communes de Milot et de Dondon ; le site Bois Caïman dans la commune de Plaine du Nord où a lieu la cérémonie précédant la révolte des esclaves. Il y a aussi la visite de sites naturels comme Bassin Waka à Port-Margot ; les grottes et les chutes de Dondon. Des « boat tours » font aussi partie des activités et conduisent vers des plages à l’instar de l’Île à rat, de Cadrasse, de Maquis et de Belly. Ils peuvent aussi participer à des cérémonies de vaudou ou visiter des ateliers traditionnels où l’on produit par exemple du clairin7 ou des briques d’argile. Les soirées sont généralement réservées à des sorties dans les restaurants de la ville.

Photographie 6. L’incontournable plat de langoustines grillées

Photographie 6. L’incontournable plat de langoustines grillées

En Haïti, la langoustine, très appréciée pour sa chair succulente, est très abondante à partir du mois d’avril. Toutefois, sa pêche est interdite dans tout le pays, annuellement, entre le 1er avril et le 30 septembre.

Source : Safe Trips Haïti, mai 2021

Photographie 7 : En route vers Île à Rat (Amiga Island), Haïti

Photographie 7 : En route vers Île à Rat (Amiga Island), Haïti

L’île à Rat (Amiga Island), dans l’océan atlantique (en arrière-plan, un peu à droite), est une petite « paradisiaque » avec ses plages de sable blanc et une petite forêt préservée en son centre. Les deux hommes visibles sur le pont sont des locaux ; l’un est un membre de l’entreprise « Safe Trip Haïti » et l’autre est un invité qui habite au Cap-Haïtien. La population locale participe également à l’activité touristique.

Source : Safe Trips Haïti, mai 2021

Photographie 8 : Une agréable saveur de l’haïtianité et de la tropicalité

Photographie 8 : Une agréable saveur de l’haïtianité et de la tropicalité

Langouste grillée et crabe bouilli

Une table de fruits tropicaux : mangue, banane, papaye, ananas ;

Le riz national (riz aux haricots et champignons) ; banane pesée (banane frite et pressée pour avoir un aspect croustillant), poulet aux châtaignes en sauce (la châtaigne est appelée « arbre à pain » Labapen en Haïti), brigot (un mollusque marin de la même famille que le lambi), pikliz (sauce pimentée à l’haïtienne constituée de plusieurs ingrédients dont de la carotte, du chou blanc, de l’oignon râpés auxquels on ajoute du piment et d’autres ingrédients pour rehausser le goût).

Poisson grillé. Les poissons et les crustacés sont grillés directement sur la plage.

Source : Safe Trips Haïti, mai 2021

Photographie 9 : Eau de coco et alcool : de la fraîcheur et de la chaleur  sur l’île à Rat (Amiga Island)

Photographie 9 : Eau de coco et alcool : de la fraîcheur et de la chaleur  sur l’île à Rat (Amiga Island)

L’eau de coco à la disposition des convives.

Le rhum Bakara, l’incontournable produit du pays

Source : Safe Trips Haïti, mai 2021

Photographie 10 : À la découverte des plages et des îles du nord d’Haïti à bord du Discovery Haïti

Photographie 10 : À la découverte des plages et des îles du nord d’Haïti à bord du Discovery Haïti

Source : Safe Trips Haïti, mai 2021

48Cela a des répercussions sur toutes les branches du secteur. Étant donné que la diaspora préfère payer une chambre d’hôtel au lieu de séjourner chez des amis ou des parents, le secteur de l’hôtellerie est également bénéficiaire. Selon un professionnel du secteur, la principale clientèle du secteur de l’hôtellerie est la diaspora. Concernant la place de la diaspora dans la relance du tourisme en Haïti dans le contexte de la crise sanitaire mondiale, un professionnel du secteur nous répond en ces termes : « La relance du tourisme dans le Nord par la diaspora dans le contexte du Covid-19 est comparable à un malade en agonie et qu’un médecin providentiel lui apporte un médicament de la dernière chance ». Ainsi, selon cette figure, le malade représente le secteur touristique en Haïti et le médecin, n’est autre que la diaspora.

5. Réflexion sur les enseignements

49Il était déjà admis que la diaspora haïtienne conserve des liens très étroits avec le pays. Ses relations se sont manifestées à travers des transferts d’argent, des entreprises créées et des projets de développement réalisés. Du point de vue touristique, elle a été depuis toujours considérée comme une clientèle particulière qui n’hésite pas à visiter le pays malgré les troubles. La pandémie de Covid-19 renforce la compréhension du rôle de la diaspora pour le secteur touristique. Si pour deux tour-opérateurs situés dans la région Nord, la diaspora représentait en temps normal entre 35 à 50 % de leur clientèle ; avec la pandémie, elle représente entre 85 à 100 %. A la dernière excursion organisée par l’entreprise Safe Trips Haïti en mai 2021, la totalité des 25 clients ayant pris part aux activités est de la diaspora.

50Le nombre de clients pour un tour-opérateur peut paraître dérisoire. Mais, il faut se rappeler deux choses. D’abord nous sommes en situation de pandémie où les activités sont beaucoup réduites. Ensuite, il faut comprendre que la destination haïtienne est une « destination de crise ». Donc, son fonctionnement est différent de celui des grandes destinations.

51L’autre enseignement à tirer est que la diaspora résidant aux États-Unis est beaucoup plus présente en Haïti pendant la crise sanitaire. Elle est l’artisan même de la reprise touristique dans le pays pendant cette période. Cela peut être expliqué premièrement par le fait que les États-Unis ont accepté très tôt de rétablir les liaisons avec Haïti contrairement à d’autres pays. À titre d’illustration, la France n’a toujours pas rouvert ses frontières avec Haïti. Ce qui limite les déplacements non seulement aux membres de la diaspora qui se trouve en France continentale, mais aussi à ceux qui se trouvent aux Antilles. En second lieu, cela vient peut-être de l’effectif de la diaspora haïtienne aux États-Unis qui accueillent la plus grande part des ressortissants haïtiens.

52Pour finir, cette réalité nous permet de comprendre que toute relance touristique du pays doit prendre en compte la vraie importance de la diaspora. Étant la clientèle la plus fidèle, qui n’hésite pas à voyager même dans les moments les plus incertains, elle mérite un traitement particulier. Dans la même logique de « destination de crise », Haïti est une destination dispendieuse par rapport à d’autres destinations, dont la République dominicaine en considérant le tableau suivant. Il serait important, pour encourager le tourisme diasporique, de trouver un mécanisme pour faire diminuer le prix des billets. Cela pourrait faire augmenter le flux des touristes diasporiques et du coup stimuler la consommation. Cela pourrait avoir des effets positifs sur les investissements et favoriser le développement local. Aussi, des avantages pourraient aussi être accordés aux membres de la diaspora désireux d’investir dans le pays. Toutefois, tout n’est (et ne sera) qu’illusion si rien n’est fait pour rétablir un climat sécuritaire dans le pays et adopter une politique de gestion de l’environnement de manière inclusive (environnement naturel, environnement urbain et gestion des déchets).

  • 8 Au 24 août 2019, sur le site de l’American Airlines, la différence de prix entre Haïti et la Républ (...)

Figure 4. Différence de prix d’un billet entre Haïti et la République dominicaine8

Figure 4. Différence de prix d’un billet entre Haïti et la République dominicaine8

Source : https://www.aa.com/​

Conclusion

53En effet, la diaspora représente un atout majeur en faveur du développement, quel que soit le secteur, dont le tourisme. Si elle n’est pas à l’origine de tous les flux touristiques du pays, elle constitue néanmoins une clientèle de très grande importance, surtout en période de crise. La reprise des activités touristiques en Haïti dans le contexte de la crise sanitaire prouve encore une fois l’importance de la diaspora comme la clientèle la plus sure. C’est cette clientèle qui redonne vie au secteur touristique du pays dans le contexte de la crise sanitaire de 2020. En dehors de cet aspect ponctuel, la diaspora participe aussi au financement de nombreux projets touristiques. Ainsi, il serait donc nécessaire d’accorder à ces Haïtiens établis hors du pays, des avantages comme clients ainsi que comme investisseurs. Leurs actions stimulent le développement local.

54Toutefois, au-delà de cet aspect, il est important de comprendre que pour que les efforts de la diaspora puissent être transformés en progrès, il faut un cadre général propice au développement. Selon les Nations-Unies, les membres de la diaspora « ont besoin d’avoir des gens et des structures auxquels ils peuvent faire confiance quand ils veulent y [au pays] leurs économies ou d’autres ressources » (Nations Unies, 2006). En fait, cela manque grandement en Haïti. La crise généralisée représente un frein aux investissements de la diaspora dans le tourisme. Avec la stabilité et le renforcement des structures de manière générale, le secteur touristique pourrait mieux bénéficier de l’apport de la diaspora. Les discussions réalisées nous permettent de comprendre qu’ils sont nombreux les membres de la diaspora désireux investir dans le tourisme, mais ils hésitent en raison des crises à répétition du pays.

Haut de page

Bibliographie

Audebert, C. (2017 a). Dynamiques identitaires en diaspora. La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux (chapitre 6 : 131‑145). Presses universitaires de Rennes. http://books.openedition.org/pur/26978

Audebert, C. (2017b). L’intégration de la diaspora : un enjeu majeur pour l’avenir d’Haïti. La diaspora haïtienne : Territoires migratoires et réseaux (chapitre 7 : 147‑158). Presses universitaires de Rennes. http://books.openedition.org/pur/26979

Augustin, P.-M. (2018, janvier 31). La Diaspora haïtienne, un actif peu ou mal utilisé. Haïti Progrès. http://haiti-progres.com/news/2018/01/31/la-diaspora-haitienne-un-actif-peu-ou-mal-utilise/

Baker, P. (2005). Overseas Haitians and The Haitian Economy. Promo Capital International Development Research Centre, Ottawa, Canada. https://slideplayer.com/slide/7958044/

Baron, A. (2020). Coronavirus en Haïti : Réouverture des frontières et des aéroports. RFI, 06/30/2020. https://www.rfi.fr/fr/am%C3%A9riques/20200630-coronavirus-en-ha%C3%AFti-r%C3%A9ouverture-fronti%C3%A8res-et-a%C3%A9roports

Bidegain, G. (2013). Les Haïtiens qui sont partis. Combien sont-ils ? Où sont-ils ? L’émigration haïtienne en République Dominicaine entre le discours et la réalité. UQAC, Les classiques des sciences sociales. http://classiques.uqac.ca/contemporains/Bidegain_Gabriel/Haitiens_qui_sont_partis/Haitiens_qui_sont_partis_texte.html#Haitiens_partis_1

Calmont, A., et Mérat, P.J. (2015). Haïti entre permanences et ruptures : Une géographie du territoire. Ibis Rouge. https://ua-cyberlibris-com.bu-services.univ-antilles.fr/catalog/book/docid/88830006?searchterm=merat

Damus, O. (2020). En Haïti, la reconquête du corps après un viol. Études caribéennes, 45‑46. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19006

Dehoorne, O., et Paul, B. (2020). Fenêtre ouverte sur la recherche haïtienne. Études caribéennes, 45‑46. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19113

Dulience, B., Dehoorne, O., et Saffache, P. (2021). Le tourisme de croisière en Haïti : de la destination escale à la bulle sécurisée, Études caribéennes, 48. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/22153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.22153

Eddy L.G. (2012). Considérations sur la saison cyclonique dévastatrice de septembre 2008 en Haïti : De l’importance des actions majeures dans une perspective de durabilité. Études caribéennes, 17. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.4851

Gustave, J. R. (2021). Patrimoine, tourisme et communautés locales en Haïti. Une étude dans les Départements de l’Artibonite et du Centre. Thèse de doctorat. Université Laval.

Harvey, V. (2013). Première édition du Dîner en blanc Haïti. Le Journal de Montréal. https://www.journaldemontreal.com/2013/07/14/premiere-edition-du-diner-en-blanc-haiti

Jabouin, E. (2012). Haïti, en situation post-séisme : Quelques effets de la catastrophe du 12 janvier 2010 sur la population locale. Études caribéennes, 17. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.4842

Jabouin, E. (2020). La crise contemporaine haïtienne : Entre manœuvres politiques et corruptions. Études caribéennes, 45‑46. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.18916

Malandre, D. V. (2020). Les fêtes patronales à l’heure de la Covid-19. Le Nouvelliste. https://lenouvelliste.com/article/219824/les-fetes-patronales-a-lheure-de-la-covid-19

Manigat, L.F. (2009). La crise haïtienne contemporaine : rétrospective et perspective dans la saisie du point critique d’aujourd’hui : une lecture d’historien-politologue. Port-au-Prince : Centre « Humanisme démocratique en action » : Imprimerie media-texte. http://archive.org/details/lacrisehaitienne00mani

Maxineau, G. (2020). Labadee ferme provisoirement ses plages aux touristes à cause du coronavirus. Le Nouvelliste, 19 mars. https://lenouvelliste.com/article/213746/labadee-ferme-provisoirement-ses-plages-aux-touristes-a-cause-du-coronavirus

Minto-Coy, I. D., et Séraphin, H. (2016). The role of the diaspora in the emergence of economic and territorial intelligence in Haiti. International Journal of Business and Emerging Markets, 9(1), 48‑67. https://doi.org/10.1504/IJBEM.2017.080794

Mulder, N. (2020). The impact of the COVID-19 pandemic on the tourism sector in Latin America and the Caribbean, and options for a sustainable and resilient recovery. Economic Commission for Latin America and the Caribbean (ECLAC), 49. https://www.cepal.org/sites/default/files/publication/files/46502/S2000751_en.pdf

Nations Unies. (2006, octobre 6). RÔLE DE LA DIASPORA DANS LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ? NI VACHE À LAIT NI SOLUTION MIRACLE, RÉPONDENT DES DÉLÉGATIONS À LA DEUXIÈME COMMISSION | Couverture des réunions et communiqués de presse. Couverture des réunions et communiqués de presse. https://www.un.org/press/fr/2006/AGEF3147.doc.htm

Newland, K., et Plaza, S. (2013). What We Know About Diasporas and Economic Development. Migrationpolicy.Org, 5. https://www.migrationpolicy.org/research/what-we-know-about-diasporas-and-economic-development

Nurse, K. (2004). Diaspora, Migration and Development in the Caribbean. Fondation Canadienne Pour Les Amériques, 13. https://www.researchgate.net/profile/Keith-Nurse/publication/253524136_Diaspora_Migration_and_Development_in_the_Caribbean/links/5447b2b50cf2d62c3050a169/Diaspora-Migration-and-Development-in-the-Caribbean.pdf

Organisation internationale du Travail. (2020). Les effets du Covid-19 sur le secteur du tourisme (Note sectorielle de l’OIT, p. 10). OIT. https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_dialogue/---sector/documents/briefingnote/wcms_749888.pdf

Organisation internationale pour les Migrations (2014). La migration haïtienne vers le Brésil : Caractéristiques, opportunités et enjeux (No 6 ; Cahiers migratoires, p. 123). OIM (Bureau Régional pour l’Amérique du Sud). https://publications.iom.int/system/files/pdf/cuaderno_migratorio_no6_fr.pdf

Organisation Mondiale de la Santé. (2020, avril 27). COVID-19 – Chronologie de l’action de l’OMS. https://www.who.int/fr/news/item/27-04-2020-who-timeline---covid-19

Outre-mer la 1re avec AFP. (2020). Coronavirus : Haïti ferme sa frontière et réduit le trafic aérien. Outre-mer la 1re. https://la1ere.francetvinfo.fr/coronavirus-haiti-ferme-sa-frontiere-reduit-trafic-aerien-811828.html

Paul, B., et Séraphin, H. (2015). L’Haïtianité et la responsabilité sociale de la diaspora dans le développement d’Haïti. Études caribéennes, 29. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.7161

Péan, L. (2003). Haïti, économie politique de la corruption (Maisonneuve et Larose, Vol. 1).

Péan, L. (2005). Haïti, économie politique de la corruption (Maisonneuve et Larose, Vol. 2).

Péan, L. (2006). Haïti, économie politique de la corruption (Maisonneuve et Larose, Vol. 3).

Péan, L. (2007). Haïti, économie politique de la corruption (Maisonneuve et Larose, Vol. 4).

Pierre, A. (2014). Migration haïtienne : État des lieux sur une problématique (p. 33). https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---americas/---ro-lima/---sro-san_jose/documents/publication/wcms_250212.pdf

Pierre, J.-P. (2012). Gestion de crise et aide internationale après le séisme du 12 janvier à Port-au-Prince Haïti, toujours dans l’urgence ! (Témoignage). Études caribéennes, 17. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.4832

Popovic, C. (2002). Le tourisme stoppé par le covid-19, un manque à gagner colossal pour les pays de la Caraïbe. Martinique la 1re. https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/le-tourisme-stoppe-par-le-covid-19-un-manque-a-gagner-colossal-pour-les-pays-de-la-caraibe-873726.html

Regulus, S. (2010). Le vodou haïtien : Patrimonialité et enjeux. Dans A. Chabonnue et L. Turgeon (dir.), Patrimoine et identités en Amérique française, Québec, Les Presses de l’Université Laval : 189-210. http://classiques.uqac.ca/contemporains/regulus_samuel/vodou_haitien_patrimonialite_enjeux/vodou_haitien_texte.html

Roberts, S. (2012). Assessing the potential of diaspora tourism. Journal of Eastern Caribbean Studies, 37(3-4), 115‑131. https://www.jecsonline.com/wp-content/uploads/2019/09/JECS-Vol-37-Nos.-3-4-Sept-Dec-2012-1.pdf#page=119

Rodné-Jeanty, J., et Desse, M. (2019). Entre patrimoine et enclave touristique, la difficile mise en tourisme du Nord Est d’Haïti. Les Cahiers d’Outre-Mer, 279(1): 51‑68. https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-d-outre-mer-2019-1-page-51.htm

Saint-Pré, P. (2017). Radiographie de l’immigration des Haïtiens aux États-Unis ces 50 dernières années. Le Nouvelliste, 7 août. https://lenouvelliste.com/article/174421/radiographie-de-limmigration-des-haitiens-aux-etats-unis-ces-50-dernieres-annees

Saint-Pré, P. (2020a). Haïti : Les envois de fonds de la diaspora incontournables en matière de rentrée de devises. Le Nouvelliste, 8 février. https://lenouvelliste.com/article/212354/haiti-les-envois-de-fonds-de-la-diaspora-incontournables-en-matiere-de-rentree-de-devises

Saint-Pré, P. (2020b). Haïti a reçu environ 20 milliards de dollars de transferts de la diaspora entre 2010 et 2019. Le Nouvelliste, 10 janvier. https://lenouvelliste.com/article/211022/haiti-a-recu-environ-20-milliards-de-dollars-de-transferts-de-la-diaspora-entre-2010-et-2019

Sarrasin, B. et Renaud, L. (2014). Quel tourisme pour Haïti : De la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ? Études Caribéennes, 27‑28. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.6777

Septembre, A. (2019). Le tourisme en Haïti, quel avenir ? lenational.org/. http://lenational.org/post_free.php?elif=1_CONTENUE/economies&rebmun=2172

Séraphin, H., et Paul, B. (2016). La diaspora : Un levier pour le développement du tourisme en Haïti. Mondes du Tourisme, 11, Article 11. https://doi.org/10.4000/tourisme.990

Théodat, J.-M. (2004). L’endroit et l’envers du décor : La « touristicité » comparée d’Haïti et de la République Dominicaine. Revue Tiers Monde, 178(2): 293‑317. https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2004-2-page-293.htm

UNWTO. (2020). L’impact de la COVID-19 sur le tourisme mondial apparaît dans toute son ampleur alors que l’OMT chiffre le coût du blocage. https://www.unwto.org/fr/news/limpact-de-la-covid-19-sur-le-tourisme-mondial-apparait-dans-toute-son-ampleur-alors-que-lomt-chiffre-le-cout-du-blocage

Haut de page

Notes

1 Selon le site Population.Data.net (Haïti • Fiche pays • PopulationData.net), la population haïtienne a été évaluée en 2019 à 11 592 279 habitants. L’Université Sherbrooke l’estime, toujours en 2019, à 11 263 077 (Haïti - Population totale | Statistiques ; usherbrooke.ca).

2 Deux périodes de manifestations et de blocage des rues en Haïti en février-mars et entre septembre et décembre de l’année 2019. Tout était tellement à l’arrêt que la population les désignait sous l’appellation de peyi lock (pays fermé). Ce vocable est construit à partir de peyi en créole haïtien qui signifie « pays » ; et de lock en anglais, qui signifie « fermé ».

3 Ils viennent pour la plupart des Antilles françaises.

4 Selon un membre du Conseil d’administration de la Section communale (CASEC) de Grande Rivière, tous les hôtels étaient remplis lors de notre visite en 2019.

5 La pandémie a empêché l’organisation de l’édition 2020.

6 Nous généralisons à la situation américaine par le fait que, même si n’arrivons pas à avancer des données chiffrées, les témoignages des acteurs du secteur évoquent les États-Unis comme origine de la plupart des touristes venant de la diaspora.

7 Rhum populaire haïtien produit à partir de la canne à sucre.

8 Au 24 août 2019, sur le site de l’American Airlines, la différence de prix entre Haïti et la République dominicaine, depuis le même aéroport de départ et à la même date, allait de 199 US $ à 1028 US $. En effet, un voyageur qui se rendait en République dominicaine en provenance de Miami, pouvait payer le voyage soit 138 ou 199 US $ américains. Quand il s’agit d’Haïti, le prix fixé est de 1028 US $.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Haïti et la région Nord
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 2. Haïti dans son contexte régional
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 3. La diffusion de la diaspora haïtienne dans le monde
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Photographie 1. Aperçu de la mangrove à Lagon aux Bœufs (Haïti)
Crédits Source : B. Dulience, juin 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Photographie 2. Interdiction (momentanée) du ministère des Affaires étrangères français de tout voyage en Haïti
Crédits Source : capture d’écran site MAE France
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre Photographie 3. Haïti, l’exclusion de la liste des destinations touristiques. L’exemple du site d’Expedia
Crédits Source : capture d’écran site d’Expédia
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-6.png
Fichier image/png, 28k
Titre Photographie 4. Une publication sur internet concernant de la fermeture de l’hôtel Best Western (Haïti)
Crédits Source : capture d’écran, site best Western
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-7.png
Fichier image/png, 1015k
Titre Photographie 5. Logos de Belle Vue Tour et Destination Hispaniola
Crédits Source : sites de Belle Vue et de Destination Hispaniola
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-8.png
Fichier image/png, 590k
Titre Photographie 6. L’incontournable plat de langoustines grillées
Légende En Haïti, la langoustine, très appréciée pour sa chair succulente, est très abondante à partir du mois d’avril. Toutefois, sa pêche est interdite dans tout le pays, annuellement, entre le 1er avril et le 30 septembre.
Crédits Source : Safe Trips Haïti, mai 2021
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photographie 7 : En route vers Île à Rat (Amiga Island), Haïti
Légende L’île à Rat (Amiga Island), dans l’océan atlantique (en arrière-plan, un peu à droite), est une petite « paradisiaque » avec ses plages de sable blanc et une petite forêt préservée en son centre. Les deux hommes visibles sur le pont sont des locaux ; l’un est un membre de l’entreprise « Safe Trip Haïti » et l’autre est un invité qui habite au Cap-Haïtien. La population locale participe également à l’activité touristique.
Crédits Source : Safe Trips Haïti, mai 2021
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Photographie 8 : Une agréable saveur de l’haïtianité et de la tropicalité
Légende Langouste grillée et crabe bouilli
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Une table de fruits tropicaux : mangue, banane, papaye, ananas ;
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Le riz national (riz aux haricots et champignons) ; banane pesée (banane frite et pressée pour avoir un aspect croustillant), poulet aux châtaignes en sauce (la châtaigne est appelée « arbre à pain » Labapen en Haïti), brigot (un mollusque marin de la même famille que le lambi), pikliz (sauce pimentée à l’haïtienne constituée de plusieurs ingrédients dont de la carotte, du chou blanc, de l’oignon râpés auxquels on ajoute du piment et d’autres ingrédients pour rehausser le goût).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Poisson grillé. Les poissons et les crustacés sont grillés directement sur la plage.
Crédits Source : Safe Trips Haïti, mai 2021
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photographie 9 : Eau de coco et alcool : de la fraîcheur et de la chaleur  sur l’île à Rat (Amiga Island)
Légende L’eau de coco à la disposition des convives.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Le rhum Bakara, l’incontournable produit du pays
Crédits Source : Safe Trips Haïti, mai 2021
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photographie 10 : À la découverte des plages et des îles du nord d’Haïti à bord du Discovery Haïti
Crédits Source : Safe Trips Haïti, mai 2021
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4. Différence de prix d’un billet entre Haïti et la République dominicaine8
Crédits Source : https://www.aa.com/​
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22115/img-18.png
Fichier image/png, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bazelais Dulience, « Le tourisme de diaspora en Haïti »Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 15 août 2021, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/22115 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.22115

Haut de page

Auteur

Bazelais Dulience

Doctorant à l’Université des Antilles, AIHP-GEODE Caraïbe (Université des Antilles) et LADMA (École Normale Supérieure, Université d’État d’Haïti). Professeur au Campus Henry Christophe de l’Université d’État d’Haïti à Limonade (Haïti), bazelaisdulience@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search