Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Compte-rendu de lecture“Global Resurgence of the Right. ...

Compte-rendu de lecture

“Global Resurgence of the Right. Conceptual and Regional Perspectives”

Jaime Aragón Falomir
Référence(s) :

Gisela Pereyra Doval et Gastón Souroujon (2021). Global Resurgence of the Right. Conceptual and Regional Perspectives, Routledge Studies in fascism and the far right : London & New York.

Texte intégral

1Avec un style incisif et un positionnement explicite, la collection éditée par Gisela Pereyra Doval et Gastón Souroujon met en évidence la nécessité d'établir des vases communicants entre les disciplines, les régions, les perspectives, les concepts et les temporalités afin de comprendre davantage un phénomène contemporain tel que la Résurgence mondiale de la droite. Ils s'interrogent notamment sur la nécessité d'identifier les "différents moments où les forces de droite sont arrivées au pouvoir et/ou ont exercé une influence sur la société" (p. 1). Les auteurs estiment qu'il est opportun de rappeler l'importance des catégories théoriques pour comprendre un phénomène aussi hétérogène, qui va de la nouvelle droite dans les années 1980 (principalement dans le monde anglo-saxon) au Front national français dans la même période et se termine par l'extrême droite au XXIe siècle à l'échelle planétaire : au sein de laquelle sont incluses aussi bien l’extrême droite (antidémocratique, raciste et nostalgique du fascisme) que la droite populiste radicale (démocratique, illibérale et nativiste) (p. 2).

2Les éditeurs proposent un texte équilibré de treize chapitres inédits, qui non seulement contextualise l'état de l'art de la littérature spécialisée sur l'extrême droite, mais aussi re-conceptualise les différentes théories et construit des liens entre les analyses sur l'Occident en incluant dans le débat "l'Amérique latine oubliée" (p. 65). L'article propose donc un kaléidoscope de chapitres qui révèlent différents prismes à partir de perspectives diverses, passant d'analyses théorico-conceptuelles robustes et approfondies à d'autres études de cas, permettant au lecteur de passer de l'observation abstraite à l'observation concrète. Il va sans dire que les horizons des auteurs - quatre d'Amérique latine, quatre d'Europe, deux des États-Unis et un du Moyen-Orient - constituent un creuset analytique qui démontre la complexité et l'ampleur du phénomène. Il est regrettable que l'organisation des chapitres ne suive pas un ordre, soit par région (Amérique et Europe), soit par perspective analytique (théorique ou basée sur des cas) qui permettrait de créer un fil conducteur entre chaque manuscrit.

3Dans le premier domaine, l'accent est mis sur la contribution au débat théorique afin de fournir au lecteur un ensemble d'outils conceptuels permettant de comprendre l'hétérogénéité des cas afin d'éviter " l'usage et l'abus " (p. 54) de certains termes qui ne sont pas toujours pertinents, tels que populisme, fascisme ou autoritarisme (p. 2). Le texte interprète, dans une perspective régionale, les éléments planétaires les plus distinctifs de l'Europe occidentale et des Amériques, pour montrer là où ils convergent et là où ils sont équidistants. Pour cette raison, les auteurs mentionnent l'importance de cadrer chaque cas avec sa spécificité respective (construction sociale, contexte historique, etc.). Tout cela leur permet de fournir une "vision globale du phénomène, ce qui nous amène à reconnaître que les cas nationaux ne constituent pas des exemples uniques ou exemplaires" (p. 5).

4L'œuvre met en évidence les caractéristiques identifiées par la littérature spécialisée sur la droite radicale (nativisme, anti-élite, anti-establishment, identitaire), bien qu'elle mette à jour différents éléments importants tels que l'utilisation d'émotions négatives (Betz, p. 8). Les moyens utilisés (récits de conspiration et pamphlets) se concentrent sur l'anxiété, la peur, l'indignation, la haine, la rage et la nostalgie d'un passé idéalisé du "bons" temps (Op. Cit., p. 8). Il identifie deux aspects qui permettent de comprendre pourquoi l'électorat a décidé de soutenir de telles formations : le déclin des conditions socio-économiques en Occident et l'automatisation soudaine (et son corollaire du chômage) qui exacerbent un sentiment de dépossession, tant économique que culturel (Op. Cit., p. 20-21).

5Ce déclin est observé par d’autres auteurs comme la résultante des réformes néolibérales ayant comme conséquences le chômage structurel, les mouvements de capitaux financiers, la délocalisation, la mondialisation de l'économie, la différenciation entre le premier et le tiers monde, entres autres (Chauí, p. 41-45). Ceci est à l'origine d'une reconfiguration de la relation entre le citoyen et l'État, qui est profondément liée à la sécurité que ce dernier doit garantir (Op. Cit., p. 45) et qui a un impact social, économique, politique, culturel et psychologique important sur la population (Op. Cit., p. 50-51). Établissant un parallèle avec d'autres textes sur le populisme, il cherche à éviter " l'usage et l'abus " du concept (Souroujon et Lesgart, p. 54) en proposant l'urgence de se pencher sur " l'Amérique latine oubliée " pour le comprendre (Op. Cit., p. 70). Plus loin, ils considèrent que le populisme n'est pas une caractéristique unique et inamovible de la droite, mais plutôt une façon de comprendre le leadership politique et son articulation avec la population, bien qu'il soit avant tout important d'identifier le lieu et le moment politique pour comprendre sa définition (Op. Cit., p. 55-57). C'est pourquoi ils insistent, à juste titre, pour analyser la crise de la représentation contemporaine, le rôle déterminant du charisme des leaders politiques et la différenciation entre populisme classique et contemporain (Op. Cit., p. 60-61).

6Alors qu'un autre chapitre cherche à revisiter et à comprendre le lien entre le nazisme et le fascisme classiques et les phénomènes contemporains, il identifie des éléments ancrés dans "le nationalisme et la souveraineté" en Europe centrale (Spektorowski, p. 79), ce qui nous permet de comprendre l'émergence de tels acteurs atypiques dans le monde occidental. Pour des études de cas plus approfondies, il existe des chapitres sur la France, l'Autriche, l'Italie, l'Espagne et les États-Unis. Certaines contributions cherchent à retracer le chemin de l'évolution en Europe occidentale, afin de comprendre comment certains groupes (skinheads, néonazis, suprémacistes blancs, etc.) obtiennent le soutien des citoyens (Camus, p. 124) (Camus, p. 124). D'autres se concentrent sur ce qui se passe dans les territoires germaniques où les mouvements de droite radicale ont eu un impact transcendantal sur l'échiquier européen (Heinisch, p. 138). Certains notent l'importance d'observer l'effondrement du système de partis italien comme cause du besoin et de l'attrait du "culte d'un homme fort, capable de prendre des décisions rapides, qui représente les valeurs des Italiens et protège le mode de vie italien" (Pasquino, p. 161). Pour comprendre le cas espagnol, nous analysons le discours du principal leader du parti de la droite radicale, Vox, qui a un positionnement et une croissance soudaine dans le jeu politique - une situation qui, bien qu'elle ne connaisse pas un éclatement des partis, vit la fin du bipartisme favorisée principalement par l'arrivée d'un parti de gauche (Franzé et Fernández, p. 173). Ce travail nous permet de comprendre les philiasmes de la droite espagnole (la terre, la façon d'être espagnole, l'identité, le machisme) et ses phobies à travers l'analyse de ses ennemis politiques (la gauche et le féminisme) et de ses adversaires idéologiques : le relativisme moral (genre, religiosité, famille) et le relativisme culturel (immigrants, multiculturalisme).

7Une fois encore, l'importance d'observer les liens entre l'Amérique latine et l'extrême droite patriotique, corrélés à la crise et à la fin de la mondialisation en 2008, est soulevée (Sanahuja et López, p. 98). Il s'agit d'un texte indispensable pour différencier les deux types de droite latino-américaine, d'une part, la droite libérale favorable à la mondialisation et au libéralisme, identifiée au Forum économique de Davos, et d'autre part, la nouvelle droite radicale, nationaliste et opposée à la mondialisation (Op. Cit., p. 99). Afin d'approfondir les études de cas, trois chapitres sur l'Argentine, le Brésil et l'Équateur sont proposés. La première analyse l'impact du triomphe de la droite libérale avec Mauricio Macri en 2015 et le nouvel ordre qu'il promeut pour modifier les valeurs de la société argentine, en allant vers la défense de l'individualisme basé sur le mérite, l'esprit d'entreprise et les attentes aspirationnelles (Iglesias et Lucca, p. 199). Le deuxième cas nous permet de comprendre la seconde moitié du XXe siècle au Brésil afin d’observer le phénomène Jair Bolsonaro, et le troisième est le cas de l'Équateur, qui semble s'aligner sur le reste des mouvements de droite de la région.

8Les phénomènes d'extrême-droite sont là pour rester. Les comprendre du point de vue de la science politique, à travers un travail multidisciplinaire et multiculturel, nous aide à comprendre les dénominateurs communs et les divergences que l'on peut trouver entre l'Amérique et l'Europe. Connaître les raisons pour lesquelles des citoyens du monde entier décident de les soutenir est une tâche nécessaire pour la gauche afin de pouvoir observer ce qui est dysfonctionnel pour permettre à ces mouvements de monopoliser autant d'espace, tant dans les médias que dans la politique. Le but n'est pas de stigmatiser ou d'effacer ces mouvements, mais de savoir que le malaise social est présent et doit être résolu.

9En conclusion, il s'agit d'un document nécessaire pour comprendre le tumulte des "usages et abus" d'innombrables concepts que les médias contribuent à déformer. Il est urgent de disposer d'outils conceptuels et théoriques pour contrer les fausses informations qui, par l'instrumentalisation de certains concepts, les utilisent et les transmettent de manière erronée - sans tenir compte de leur localisation et de leur époque de genèse. Le manuscrit montre que les défis résident dans la mobilisation des attentes et des émotions, dans le fait de rendre les "ennemis" responsables des frustrations et dans la promesse d'un avenir réservé à une partie des citoyens. La question centrale pourrait être la suivante : dans quelle mesure ces formations continueront-elles à captiver les électeurs, alors que peu de formations leur disputent la centralité politique, médiatique, discursive et émotionnelle ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jaime Aragón Falomir, « “Global Resurgence of the Right. Conceptual and Regional Perspectives” »Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/22128 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.22128

Haut de page

Auteur

Jaime Aragón Falomir

Enseignant-Chercheur, Université des Antilles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo Université des Antilles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search