Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Compte-rendu de lectureJessica Oublié, Tropiques toxique...

Compte-rendu de lecture

Jessica Oublié, Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone

Olivier Dehoorne et Sopheap Theng
Référence(s) :

Jessica Oublié1 (scénario), Nicola Gobbi (dessins), Kathrine Avraam (couleurs), Vinciane Lebrun (photographies). Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone. Editions Steinkis, Les escales. Octobre 2020, 240 pages

Texte intégral

Tropiques toxiquesAfficher l’image
Crédits : Les escales éditions
  • 2 Qui caractérise la persistance des mécanismes économiques établis depuis les premières plantations (...)

1Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone est une remarquable bande dessinée d’investigation consacrée à un scandale sanitaire, trop discret, à l’ombre des cocotiers, ou plutôt du commerce de la banane, dans les Antilles françaises. Un sujet sensible, peu audible en France hexagonale, mais un sujet qui est au cœur des préoccupations de santé publique en Guadeloupe et en Martinique. Ce travail d’enquête, riche et rigoureusement documenté – deux années de recherche, quelque 136 entretiens, des sources précises - pose le décorum d’une économie de plantation durablement structuré, au XXIe siècle (Best et Levitt2, 2008, Wagley, 1960).

Illustrations 1 et 2. La banane des Antilles, de la plantation à l’exportation en France

Illustrations 1 et 2. La banane des Antilles, de la plantation à l’exportation en France

Sources © Tropiques toxiques, Jessica Oublié, Éditions Steinkis

Une « affaire très franco-française » (Tete, 2019)

2Le cadre est posé : « La banane. L’un des principaux fleurons de l’économie des Antilles françaises, la Guadeloupe et la Martinique. Afin d’en assurer le rendement, un pesticide au nom particulier – le chlordécone – y a été utilisé très largement entre 1972 et 1993. Aujourd’hui, le cancer de la prostate s’y développe de façon exponentielle. Et la molécule est présente dans les corps des 800 000 personnes qui y vivent. Scandale environnemental ? Sanitaire ? Ou d’État ? »

Illustration 3. Le chlordécone : l’interdiction, les réapprovisionnements et les dérogations

Illustration 3. Le chlordécone : l’interdiction, les réapprovisionnements et les dérogations

Sources © Tropiques toxiques, Jessica Oublié, Éditions Steinkis

Illustration 4. Prendre la mesure du contexte : le témoignage de Malcom Ferdinand,

Illustration 4. Prendre la mesure du contexte : le témoignage de Malcom Ferdinand,

Sources © Tropiques toxiques, Jessica Oublié, Éditions Steinkis

3L’origine de cette pollution remonte aux années 1960 lorsque les plantations de bananes étaient confrontées à l’apparition de populations de charançons plus résistantes aux traitements de lindane (insecticide organochloré). Les planteurs optèrent alors pour le chlordécone (molécule brevetée aux États-Unis en 1952 et commercialisée sous les noms de Kepone ou Curlone en France). Interdit dès 1976 aux États-Unis, puis en France en 1989, quelques 300 tonnes ont été utilisées aux Antilles françaises jusqu’en 1993, malgré les avertissements de l’OMS dès 1979.

  • 3 Le rapport du Professeur Belpomme (2007) est le premier document publié que la question. Il présent (...)

4Ce produit fait partie des polluants organiques persistants (POPs). Belpomme3 souligne sa persistance « dans les sols et sa présence dans les sédiments des rivières », « sa stabilité physique et chimique » (très peu soluble dans l’eau, très faiblement volatile et thermiquement stable), dont « les sédiments servent de vecteurs de contamination des eaux de rivière, puis des milieux marins » (Tete, 2019 : 443). Cette pollution s’inscrit dans la durée. Selon les recensements, il y a 12.000 hectares pollués en Martinique et 6.500 en Guadeloupe et 63% des eaux de surface contiennent du chlordécone. « Cette contamination entraîne celle des chaînes alimentaires, avec des effets sanitaires de mieux en mieux évalués (cancer de la prostate, retard de développement des jeunes enfants…) » (Tete, 2019 ; Maudouit et Rochoy).

Prendre la mesure du scandale sanitaire dans le contexte des Antilles françaises

5Le cycle de la banane aux Antilles françaises s’amorce au début du XXe siècle, il vient à la rescousse de la monoculture de la canne à sucre qui s’effondre. Les grandes familles historiques qui contrôlent l’économie de ces « îles à sucre » – et le foncier- vont bénéficier du soutien de l’État pour approvisionner la France en bananes, lesquelles venaient jusqu’alors des Canaries. Une relation privilégiée se scelle : une production subventionnée destinée à un marché réservé. Le scandale du chlordécone s’inscrit dans ce contexte (Boutrin et Confiant, 2007, 2008).

6Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone, sous le modeste format de bande dessinée documentaire - accessible à un large public-, propose, au fil des pages, de prendre pleinement la mesure des différents défis de ce scandale sanitaire dans les Antilles françaises : des impératifs immédiats de santé publique à l’enracinement d’une économie de plantation qui accaparent la substance de ces territoires, sur fond de défaillances des services de l’État et de vacuité du « politique ».

Haut de page

Bibliographie

Belpomme, D. (coord.) (2007). Rapport d’expertise et d’audit externe concernant la pollution par les pesticides en Martinique. ARTAC, 54 p.

Best L.A. et K.P. Levitt (2008). Teoría de la economía de plantación. Una apprximación histórica e institucional del desarrollo del Caribe. La Havana, Casa de las Américas.

Boutrin, L. et R. Confiant (2007). Chronique d’un empoisonnement annoncé. Le scandale du chlordécone aux Antilles françaises, 1972-2002, Éditions L’Harmattan, 238 p.

Boutrin, L. et R. Confiant (2008). Chlordécone 12 mesures pour sortir de la crise, Éditions L’Harmattan, 240 p.

Maudouit, M. et M. Rochoy (2019). « Revue systématique de l’impact du chlordécone sur la santé humaine aux Antilles françaises », Thérapies, n° 74, p. 611-625.

Tete, E. (2019). « L’affaire du chlordécone », Droit Déontologie & Soin, p. 441-483.

Wagley, C. (1960). ‘Plantation-America : A Culture Sphere ’, in V. Rubin (ed.), Caribbean Studies : A Symphosium, Seattle, University of Whashington Press : 3-13.

Haut de page

Notes

2 Qui caractérise la persistance des mécanismes économiques établis depuis les premières plantations de sucre au XVIIe siècle ; ni les modifications apportées aux institutions d'origine ni les nouvelles institutions économiques incorporées au fil du temps n'ont atténué les mécanismes de dépendance aux impératifs externes. Le poids sclérosant des héritages prive ces îles de dynamique interne, l’économie de ces territoires est réduite à une réponse passive à la demande extérieure et à l'investissement, presque exclusivement des entreprises métropolitaines (Best et Levitt, 2008 : 11). Les rapports annuels de l’IDEOM, persistant à maintenir leur grille d’évaluation des richesses de ces îles à partir des volumes de productions de canne à sucre, de bananes et d’arrivées de touristes, n’en sont qu’une triste illustration au XXIe siècle. Que peut peser l’économie de la banane d’un petit territoire insulaire à l’ombre des géants du secteur dans une économique globalisée ? Cette crispation sur la « vocation » attribuée par le pouvoir central à l’une de ces périphéries, cette crispation dans l’analyse, dans l’octroi de généreuses subventions pour perpétuer tant bien que mal cette production –au détriment d’autres perspectives de développement- relève d’un triste anachronisme.

3 Le rapport du Professeur Belpomme (2007) est le premier document publié que la question. Il présente une approche globale sur l’état sanitaire et les probables incidences, les conclusions sont alarmistes sur la situation sanitaire.

1 Voir également, de la même auteure, Péyi an ou, Éditions Steinkis (J. Oublié et M-A. Rousseau, 2017), une bande dessinée documentaire consacrée à la politique migratoire de la France avec ses Outre-mer, les années du BUMIDOM.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustrations 1 et 2. La banane des Antilles, de la plantation à l’exportation en France
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Crédits Sources © Tropiques toxiques, Jessica Oublié, Éditions Steinkis
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Illustration 3. Le chlordécone : l’interdiction, les réapprovisionnements et les dérogations
Crédits Sources © Tropiques toxiques, Jessica Oublié, Éditions Steinkis
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 4. Prendre la mesure du contexte : le témoignage de Malcom Ferdinand,
Crédits Sources © Tropiques toxiques, Jessica Oublié, Éditions Steinkis
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne et Sopheap Theng, « Jessica Oublié, Tropiques toxiques. Le scandale du chlordécone »Études caribéennes [En ligne], 48 | Avril 2021, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/22188 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.22188

Haut de page

Auteurs

Olivier Dehoorne

Maître de conférences, Université des Antilles

Articles du même auteur

Sopheap Theng

Université des Antilles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search