Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Covid-19 dans la Caraïbe« Se mèt kò ki veye kò (chacun do...

Covid-19 dans la Caraïbe

« Se mèt kò ki veye kò (chacun doit protéger farouchement son corps)»: représentations et thérapeutiques de la pandémie de Covid-19 en Haïti

« Se mèt kò ki veye kò (Everyone must fiercely protect their own body) »: Representations and Therapeutics During the Covid-19 Pandemic in Haiti
Nadège Mézié et Obrillant Damus

Résumés

La pandémie de Covid-19 atteint Haïti alors que le pays est en proie depuis 2018 a une grave crise politique et sociale. Nous montrons, dans cet article, comment la méfiance est généralisée au sein de la population à la fois à l’encontre du gouvernement et des mesures qu’il promeut mais aussi à l’encontre de la biomédecine. Cette méfiance se caractérise par des contre-récits qui mettent en cause le discours public officiel, tant politique que biomédical. Dans un second temps, nous évoquons la manière dont la maladie a été classifiée et prise en charge par la médecine créole haïtienne par le biais de pratiques familiales ou spécialisées de prévention et de soins à partir de plantes médicinales. En conclusion, nous revenons sur l’expression, à forte valeur politique, « se mèt kò ki veye kò » 1 .

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 Un décret autorise la réouverture des usines, qui sont en Haïti, majoritairement de confection text (...)

1 Début mars 2020, de premiers cas de personnes infectées par le virus SARS-CoV-2 sont officiellement confirmés en République Dominicaine. Très rapidement, la République Dominicaine devient un des pays les plus touchés par l’épidémie dans la Caraïbe, tant en nombre de cas confirmés qu’en nombre de morts. En Haïti, pays voisin avec lequel la République Dominicaine partage l’île d’Hispaniola, de premiers cas confirmés sont annoncés le 19 mars par le président Jovenel Moïse, qui décrète le même jour une série de mesures afin de lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus et l’établissement de l’état d’urgence sanitaire. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, un couvre-feu est imposé et les églises, écoles et usines sont fermées2. Il s’est avéré que depuis mars, contre les prédictions catastrophistes gouvernementales, le pays a été relativement épargné : au jour du 29 juillet 2020, Haïti comptait officiellement 7378 cas confirmés et 159 morts. Une controverse s’impose alors dans l’espace public pour savoir la raison de la faiblesse de ces nombres : d’un côté, les épidémiologistes suggèrent que la souche qui s’est répandue en Haïti est de faible virulence ; de l’autre côté, dans la population, on trouve l’idée partagée par beaucoup que les remèdes composés de plantes médicinales ont prouvé leur efficacité dans la prévention et la guérison du coronavirus et que les Haïtiens ne doivent rien attendre, ou mieux doivent se prévenir, de l’État et des institutions internationales.

1. L’État, les ONG et les politiques de santé contre la Covid-19

2 Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) établit au mois de mars un « plan de préparation et de réponse au Coronavirus »3, qui suit les directives et les orientations cliniques définies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour contrer le virus. Ce plan évidemment est destiné à rester lettre morte, du moins à n’être que très partiellement mis en pratique. Un rapport de 2017, publié par la Banque Mondiale4, rappelle le manque de couverture des services de santé et la concentration des institutions sanitaires dans la capitale, le déficit des dépenses en matière de soins primaires et préventifs, la qualité des soins très insuffisante et la diminution du financement intérieur en pourcentage des dépenses totales de santé depuis les années 1990. Le budget de la santé est passé de 16,6% en 2004 à 4, 4% en 2017 et avec 13 $ US par habitant par an, les dépenses publiques en santé sont inférieures à la moyenne des pays à faible revenu. Les dépenses publiques ont été supplantées par l’aide extérieure à la santé, accordée par les bailleurs de fonds et les organisations humanitaires. Cette aide extérieure est, néanmoins, très volatile. Elle augmente en cas de catastrophe et diminue significativement en temps « normal ». Cet état de fait contribue à ce que le coût des soins soit, pour le plus grand nombre, prohibitif et souvent rédhibitoire. La « bataille pour la santé » (struggle for health), selon les mots de Paul Farmer (2006[1992]: 42-47), structure le quotidien de nombreuses personnes, dans les bidonvilles et en milieu rural en particulier.

  • 5 Tout au long de l’année 2019, des grèves ont été menées par les personnels hospitaliers pour des sa (...)

3 Pour affronter le coronavirus, le pays ne dispose, pour un peu plus de 11 millions d’habitants, que de 124 lits de réanimation, 60 ventilateurs, une cinquantaine de médecins-anesthésistes, concentrés à plus de 80% à Port-au-Prince. Des unités de Covid-19 sont installés dans les principaux hôpitaux publics du pays, comme à Mirebalais ou au Cap-Haïtien par exemple. Dans la capitale, le centre olympique d’Haïti a été reconverti en hôpital d’urgence. Quant au plus grand établissement hospitalier du pays, l’hôpital universitaire de l’État haïtien, qui avait en grande partie été détruit par le séisme de janvier 2010 et dont la reconstruction a tardé tandis que des services sont toujours en proie au délabrement, il se présente face à l’épidémie dans une situation particulièrement critique5. Parmi les ONG, Partners in Health (connue en Haïti sous le nom de Zanmi Lasante), créée par l’anthropologue et médecin états-unien Paul Farmer, et les Centres Gheskio, co-fondés et dirigés par l’épidémiologiste haïtien Jean William Pape, qui se sont distingués dans la lutte contre l’épidémie du SIDA en Haïti, sont en première ligne pour répondre à la propagation de la Covid-19.

  • 6 L’expression est également utilisée comme slogan dans d’autres programmes de prévention, par exempl (...)

4 Des initiatives de prévention, plus nombreuses que pour l’épisode de choléra (octobre 2010-janvier 2019), insistent sur le fait que c’est « mèt kò ki veye kò », chacun est ainsi appelé à respecter les gestes barrières et les mesures d’hygiène6. Elles sont l’œuvre d’organisations internationales (s’appuyant, entre autres, sur des chanteurs populaires comme Bic Tizon Dife), d’ONG, du MSPP, d’actions organisées par le bureau de la Première dame, que d’entreprises privées ou d’églises. Cependant, quand il est question de politiques de santé sous-traitées à l’humanitaire, comme on a pu le voir après le séisme, la grandeur numérique d’incantations, de projets, de programmes est en proportion inversée de la valeur d’efficacité et de couverture de la population. Ainsi, dans les faits, les habitants de l’intérieur des terres, des plaines et des mornes, des petites villes de province sont peu touchés par les programmes de prévention et restent éloignés des unités de soins. Un ami d’une petite localité des mornes du département de la Grand’Anse résume la situation : « Nous sommes tout seuls (Nou pou kont nou) » en me rappelant sentencieusement « se mèt kò ki veye kò » parce que justement l’État est absent et quand il intervient on s’en défie.  

2. Jovid-19 et vaksen pwazon (vaccin poison) : défiance à l’égard du gouvernement et de la biomédecine

  • 7 Les élections législatives qui devaient être organisées en novembre 2019 ne l’ont pas été.
  • 8 Sur la corruption et le scandale Petrocaribe, voir, par exemple : Payton (2019) et Péan (2014), qui (...)
  • 9 Il efface son post dès le lendemain par crainte d’être harcelé par les pro-Moïse comme il me (Nadèg (...)
  • 10 Émission « Pale cho » sur Radio Pam Haïti (02 avril 2020) : https://www.youtube.com/watch?v=ZjiQmmK (...)

5 Quand le coronavirus parvient en Haïti, Jovenel Moïse vient tout juste de nommer, alors que le Parlement est caduc depuis janvier 20207, un premier ministre en la personne de Joseph Jouthe. Le pays connaît, depuis le milieu de l’année 2018, une crise sociale et politique majeure en raison, principalement, d’une affaire de corruption à très grande échelle, dit scandale PetroCaribe, à laquelle le nom de Jovenel Moïse est attaché8. Au cours de l’année 2019, un mouvement populaire d’ampleur, peyi lòk (pays fermé), met à l’arrêt plusieurs grandes villes en bloquant les routes et fermant les commerces. Dans la capitale, la répression policière est féroce. Le nouveau gouvernement Jouthe manque donc évidemment de légitimité pour conduire la politique de lutte contre le coronavirus. Quant à Jovenel Moïse, sa crédibilité est maigre. Dans ce contexte, les mesures qui sont prises pour endiguer le virus sont considérées avec beaucoup de méfiance par la population, pour ne pas dire qu’elles sont frappées instantanément du sceau « mensonge » (« ils nous mentent (y’ap ban nou manti) »). Cette défiance vient alimenter, informer et renforcer les controverses et les théories du complot qui trouvent en outre dans les épidémies un terrain fertile (Bibeau, 1991 ; Niang, 2014 ; Guilhot, 2020). Très rapidement vont circuler des récits étiologiques et du « dévoilement » (Dozon, 2017) qui mettent en cause et concurrencent la version publique officielle, laquelle relaie le discours biomédical. L’un de ceux-là fait de Jovenel Moïse l’instigateur de l’entrée du virus en Haïti en vue de s’octroyer les aides extérieures qui inévitablement seront accordées au pays. Dans le même ordre d’idée, le président est rebaptisé Jovid-19. L’achat de masques fabriqués en Chine, qui doivent être distribués à la population, fait l’objet de nombreuses spéculations. La première fois que l’un de nous a pris connaissance des soupçons qui sont portés sur ces masques, c’est à travers un post Facebook sur le profil d’un ami de la ville des Cayes. Il demande, avec une photo à l’appui, pourquoi les masques commandés à la Chine comportent le numéro, à peine perceptible, 6669. Ce numéro, dit numéro de la Bête, renvoie à un imaginaire diabolique et apocalyptique inscrit dans la tradition judéo-chrétienne. Comme souvent, le complot n’est pas explicitement détaillé, il est porté à la connaissance du monde sous la forme du soupçon, de l’interrogation, de l’étonnement anxieux déguisé. Des usagers de Facebook et de Whatsapp, un animateur radiophonique10 se sont inquiétés de l’importation de masques chinois empoisonnés, porteurs du coronavirus, tueurs en puissance (fig. 1). Avant même que des cas n’aient été confirmés en Haïti, circulaient déjà sur les réseaux sociaux des mises en garde concernant les vêtements de seconde main (pèpè en créole haïtien) provenant d’Europe que l’on soupçonnait d’être infectés (fig. 2). Les accusations portées contre l’importation de masques sont sous-tendues non pas par un argument anti-scientifique et anti-masque mais bien plutôt par un nationalisme économique : « Le combat c’est pour la production nationale. L’argent des masques, il faut qu’il reste ici parce qu’ici il y a plein de gens qui peuvent les faire (Le combat c’est pour la production nationale [en français], lajan kachenen an fo’l rete la paske gen anpil moun ki ka fè’l) » comme l’affirme l’animateur radiophonique susmentionné.

Figure 1: Capture d’écran d’un post Facebook (04 avril 2020) invitant les Haïtiens à éviter de porter les masques « empoisonnés » importés de Chine.

Figure 1: Capture d’écran d’un post Facebook (04 avril 2020) invitant les Haïtiens à éviter de porter les masques « empoisonnés » importés de Chine.

Figure 2: Capture d’écran d’un post Facebook (06 mars 2020) incitant les Haïtiens à ne pas acheter de vêtements de seconde main qui proviendraient d’Europe.

Figure 2: Capture d’écran d’un post Facebook (06 mars 2020) incitant les Haïtiens à ne pas acheter de vêtements de seconde main qui proviendraient d’Europe.
  • 11 À l’inverse, des parents migrants peuvent aussi contrecarrer ces récits alternatifs et inciter ceux (...)
  • 12 https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/04/06/coronavirus-des-specialistes-francais-s-excusent- (...)

6 La diffusion et la circulation des récits sur le coronavirus se déroulent dans un cadre transnational11. La diaspora favorise ces circulations en contribuant au triage, à l’appropriation et à l’amplification d’informations puisées dans les réseaux sociaux et les médias locaux des communautés diasporiques. C’est à travers ce type de circuit plurilinguistique (créole, anglais, français, espagnol et portugais) que l’on peut voir apparaître le récit sur la vaccination qui serait accompagnée de l’implantation d’une micro-puce selon les volontés de Bill Gates, et de son complice Bill Clinton, ou encore la dénonciation du supposé lobby dit « Big Pharma », ces industries pharmaceutiques qui sacrifieraient les populations sur l’autel de la richesse, mais aussi les accusations de collusion avec les puissances pharmaceutiques et les pouvoirs occidentaux portées contre Paul Farmer et Jean William Pape (fig. 3). Un récit en particulier, que l’on peut qualifier de récit de « dévoilement » de la vérité, a connu un vif succès et s’est répandu comme une traînée de poudre. Il est parvenu à nous par la voie des réseaux sociaux mais surtout par celle des voix inquiètes, contrariées, furieuses de plusieurs de nos amis et interlocuteurs. Ce récit se structure sous la forme d’une contre-exhortation : il avertit que ceux qui se rendront à l’hôpital, suivant en cela les recommandations officielles faites à la population de rejoindre un centre hospitalier en cas de symptômes concordant avec ceux dont est victime une personne infectée par le coronavirus, en sortiront les deux pieds devant en raison d’une « piqûre tueuse » (piki ki pou touye nou), d’autres parlent de l’application d’un « vaccin poison » (vaksen pwazon – fig. 4). La contre-exhortation peut s’accompagner des raisons de ce « scandale » : supprimer le plus de vie de personnes noires ou, plus spécifiquement, en finir avec les Haïtiens. Ce récit fait écho à l’actualité du racisme et du contre-racisme aux États-Unis, et ailleurs, mais aussi aux propos controversés sur le fait de tester des vaccins en Afrique « où il n’y a pas de masques, pas de traitements, pas de réanimation » prononcés sur la chaîne de télévision française LCI, le 1er avril 2020, par un chercheur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et un chef de service de réanimation à l’hôpital Cochin12. Les vaccins, à travers le monde et depuis les débuts de leur fabrication, ont soulevé la méfiance des populations et constituent une cible privilégiée des récits et théories complotistes (Durbach, 2005 ; Salvadori et Vignaud, 2019).

Figure 3 : Capture d’écran d’un post Facebook (15 mai 2020) qui fait état de collusion entre ONG, gouvernement américain, industries pharmaceutiques et dénonce l’impérialisme états-unien.

Figure 3 : Capture d’écran d’un post Facebook (15 mai 2020) qui fait état de collusion entre ONG, gouvernement américain, industries pharmaceutiques et dénonce l’impérialisme états-unien.
  • 13 Le message est prononcé en créole par un homme, en fond on entend une vieille femme, par lequel il (...)

Figure 4 : Capture d’écran d’un message audio posté sur la plateforme Soundcloud et intitulé « Crime contre l’humanité – Vaccin poison, pas encore testé, utilisé en Haïti pour nous tuer »13

Figure 4 : Capture d’écran d’un message audio posté sur la plateforme Soundcloud et intitulé « Crime contre l’humanité – Vaccin poison, pas encore testé, utilisé en Haïti pour nous tuer » 13

7

  • 14 L’épidémie est déclarée terminée en janvier 2019. Environ 800 000 personnes ont été malades et près (...)

8Didier Fassin avait constaté également en Afrique du Sud, à propos de l’épidémie du Sida, une suspicion, qui s’est accrue au cours des années 90 et au début des années 2000, « à l’encontre de l’industrie pharmaceutique, puis des pays occidentaux, avec l’idée d’une possible conspiration visant à exterminer les populations africaines » (2007, p. 98). Fassin, mais aussi Charles Briggs, dans un article remarquable par sa sensibilité et sa construction théorique (2004) consacré à l’épidémie de choléra dans le delta de la rivière Orinoco au Venezuela en 1992-1993, rappellent avec justesse la nécessité de ne pas balayer d’un revers de main ces récits et ces contre-discours en les considérant comme irrationnels ou paranoïaques. Les prendre au sérieux signifie leur accorder une valeur de véridiction dans le sens où ils expriment, sous des allures tronquées et excessives, « une forme de vérité – historique plutôt que scientifique » (Fassin, 2007, p. 107). Ils révèlent les inégalités raciales, les inégalités de ressources, les inégalités d’accès aux soins, les rapports de force post-coloniaux, ils réactivent la mémoire de mauvais traitements et d’expérimentations cruelles sous les colonies et ils soulignent la vulnérabilité (et l’angoisse) des vies délaissées par les pouvoirs publics et les politiques de santé. Il ne faudrait pas oublier qu’en Haïti, l’épidémie de choléra, qui se déclenche en octobre 2010 et qui tue en quelques mois plusieurs milliers de personnes14, a été provoquée par des manquements aux règles d’hygiène de casques bleus de la MINUSTAH et que l’ONU a nié pendant de longues années sa responsabilité (Piarroux, 2019).

9 Dans l’enchevêtrement et la touffeur de ces récits, explications, interprétations, croisements et hybridation d’informations, il y a les femmes et les hommes et la maladie. Tout au long des mois allant d’avril à juin, on entend, surtout à Port-au-Prince, qu’il y a « la fièvre » partout, une « grosse fièvre » (gen lafyèv toupatou ; yon gwo lafyèv), qu’il y a des personnes qui font des « malaises » (gen moun ki fè malèz). Beaucoup ne font pas de ces symptômes et souffrances des signes cliniques de la Covid-19, on peut le comprendre à l’aune de la méfiance et des accusations que nous venons de décrire, auxquelles il faut ajouter la crainte de la stigmatisation du malade et de sa famille. Quel que soit le classement nosologique adopté localement, c’est aux plantes médicinales que la majorité de la population a eu recours ces derniers mois pour prévenir et soigner un ensemble de symptômes subsumés sous les catégories de lafyèv (la fièvre), pwoblèm respiratwa (problèmes respiratoires), malèz (malaise), kowonaviris ou kovid la (coronavirus).

3. Les plantes médicinales au cœur des pratiques familiales et spécialisées de prévention et de soin contre la Covid-19

  • 15 Sur ces figures thérapeutiques, et plus largement sur la médecine créole haïtienne, voir le livre c (...)

10 En Haïti, le champ thérapeutique se partage entre trois secteurs : la médecine créole haïtienne, la biomédecine et les églises évangéliques qui pratiquent la guérison (Brodwin, 1996 ; Vonarx, 2012). En fonction des maux à soigner, de l’étiologie, de la condition du malade et de l’évolution de son mal, il sera fait recours à l’un ou l’autre des secteurs, ou, de manière simultanée ou consécutivement, à l’un et l’autre des secteurs ou à tous les secteurs à la fois. À la pluralité médico-religieuse répond la pluralité des parcours thérapeutiques. Au sein de la médecine créole haïtienne, on trouve plusieurs types de thérapeutes et de guérisseurs à l’exemple des ougan, bokò et manbo (praticiens vodou), des mèdsen-fèy (médecins-feuille), des matròn (matrones)15 qui font usage, entre autres choses, de plantes médicinales (appelées communément en Haïti, fèy) sous la forme de décoctions, de sirops, de poudre, de tisanes, de bains (on parle alors de remèd fèy – remède à base de plantes). Au cours de précédentes épidémies, comme celle du Sida, d’une terrible sévérité dans les années 80 et 90, ou celle plus récente de choléra, ces spécialistes ont tenté de proposer des remèdes, de soulager leurs patients, et quelques individus, de manière plus controversée, se sont prévalues de guérisons prodigieuses.

  • 16 Voir Rouzier, 2014 et sur les « jardins de case » en Guadeloupe, Benoît, 2000, p. 129-182.

11 Il faut noter cependant que l’usage des plantes n’est pas du seul apanage des experts en prévention et soins. Dans la plupart des familles haïtiennes et quelle que soit l’identité religieuse des individus (catholique, pratiquant du vodou, évangélique et toutes les autres institutions religieuses qui prospèrent aujourd’hui en Haïti), il est courant d’en faire des thés ou des bains, pour les maux bénins et comme action préventive. N’importe quel adulte aujourd’hui se souvient d’avoir dû avaler chaque matin, ou presque, une tisane en prévention des maladies courantes. En milieu rural, plusieurs de ces plantes thérapeutiques sont cultivées dans le jardin attenant à la maison, aux côtés de tubercules, arbres fruitiers et plantes ornementales16.

12 Le nouveau coronavirus s’est présenté selon un tableau clinique (fièvre, difficultés respiratoires, corps endolori, toux sèche) qui a conduit spécialistes et profanes, se fondant sur les savoirs thérapeutiques locaux où la distinction entre chaud et froid prime, à proposer des traitements « chauds » (décoctions et thé nécessitant de l’eau chaude ou bouillie, des ingrédients dits « chauds » comme le gingembre, le rhum, le poivre). L’auto-médication a été la manière la plus partagée, ces derniers mois, de se soigner ou de préparer son corps à résister à la maladie. Elle repose, en partie, sur des recettes que l’on se passe dans le voisinage ou en famille ou qui circulent sur Facebook ou WhatsApp. À la radio et à la télévision, des thérapeutes ont eu micro ouvert pour vanter les vertus des plantes médicinales. Les pages et autres groupes sur Facebook consacrées aux « remèdes naturels », qui comptent plusieurs centaines voire plusieurs milliers de « suiveurs », ont publié dès le mois de mars des recettes de thé assorties d’indications et de contre-indications (quand et comment préparer et boire le thé, qui peut le boire, etc.). Certaines de ces recettes sont le fait de spécialistes thérapeutiques comme des mèdsen fèy, mèdsen natiralis (médecins naturalistes) ou d’agronomes par exemple. Parmi les commentaires qui répondent aux posts de recettes, on trouve des témoignages de guérison et des conseils de préparation.

  • 17 Les noms ont été changés.

Figure 5 : Capture d’écran d’une vidéo postée par Justin17 (02 juin 2020) sur sa page Facebook où il y fait la publicité de sirops et décoctions pour prévenir et guérir du coronavirus

Figure 5 : Capture d’écran d’une vidéo postée par Pè Justin17 (02 juin 2020) sur sa page Facebook où il y fait la publicité de sirops et décoctions pour prévenir et guérir du coronavirus

13Suivent ci-dessous deux recettes kont kowona (contre le corona) qui nous ont été communiquées :

  • 18 Recette obtenue le 10 juillet 2020 auprès d’une femme de 38 ans, témoin de Jéhovah, vivant à Port-a (...)

141 – Recette dite du « ponch » pour prévenir et guérir du coronavirus (qui se signalerait par des difficultés respiratoires) 18 :

  • Œufs peyi (de poules haïtiennes élevées en plein air)

  • Aloe vera (lalwa, en créole haïtien)

  • Safran

  • Gingembre

  • Cannelle en poudre

  • Noix de muscade râpée

  • Eau dans laquelle a bouilli des clous de girofle

  • Lait de boîte de conserve bouilli

  • Ti kleren (alcool de canne à sucre distillée à faible coût)

  • 19 Recette communiquée lors d’un entretien (24/06/20) par appel WhatsApp avec un guérisseur résidant à (...)

152 – Recette préventive et de soin kont kowona élaborée et vendue par un guérisseur de Port-au-Prince (fig. 5) 19 :

  • Gingembre râpé

  • 21 clous de girofle

  • 7 feuilles de coton

  • 7 branches de lilas

  • Safran

  • Cannelle

  • 7 gousses d’ail violet

  • Poivre

Figures 6 : Hector a planté, dans la cour de sa maison dans la ville des Cayes, en avril de cette année ces plantes afin de pouvoir prévenir et, s’il le fallait, se guérir de la Covid-19 (de gauche à droite : aloe vera, artemisia, verveine).

Figures 6 : Hector a planté, dans la cour de sa maison dans la ville des Cayes, en avril de cette année ces plantes afin de pouvoir prévenir et, s’il le fallait, se guérir de la Covid-19 (de gauche à droite : aloe vera, artemisia, verveine).

Photos : Hector

Figure 7 : Marchandes de fèy à Pétion-Ville (commune voisine dans les hauteurs de Port-au-Prince)

Figure 7 : Marchandes de fèy à Pétion-Ville (commune voisine dans les hauteurs de Port-au-Prince)

Photos: Madame Olsen

  • 20 Le composant actif de l’artemisia annua, l’artémisinine, est aujourd’hui employé dans les principau (...)

16 Les plantes les plus indiquées en cette période d’épidémie sont : la lalwa (aloe vera), l’armwaz20 (nom scientifique : artemisia annua) à laquelle on reconnaît en Haïti de très nombreuses propriétés et que l’on utilise aussi dans les cures de désensorcellement, la verveine. Pour se procurer ces fèy, les habitants des villes en cultivent quand ils le peuvent dans les cours de maison (fig. 6), mais le plus souvent ils en achètent auprès de marchandes dans les marchés à ciel ouvert ou sur les bords de routes. L’épidémie a créé un véritable boom du marché de plantes médicinales. De nombreuses marchandes y ont ainsi vu une opportunité inespérée, alors que le commerce informel tourne au ralenti et que l’insécurité alimentaire menace une grande partie de la population, et se sont spécialisées dans leurs ventes (fig. 7).

Conclusion

17Pour conclure, nous voudrions revenir sur l’expression idiosyncrasique « se mèt kò ki veye kò ». Là où dans les campagnes de prévention la maxime devient slogan hygiéniste et interventionniste, énoncé par ceux du bas – ceux qui doivent courir les rues pour pouvoir manger le soir et pour qui le savon coûte (trop) cher – elle fonctionne comme une formule politique qui dit tout à la fois l’exclusion et la résistance. « Je dois veiller sur mon corps parce qu’il est le mien » renvoie, en effet, à l’abandon à soi-même par absence d’État (comme dit Hector « nou pou kont nou »), aux soins et à la protection (contre les violences perpétrées par l’État, les organisations internationales, les anciens occupants toujours activement présents, les gangs ; contre les maladies infectieuses) et à la souveraineté du sujet (et du pays). Elle rappelle que la question de la santé est foncièrement politique et que, de manière grossissante, elle donne à voir le régime de droits octroyés aux citoyens d’un État et l’action publique qui rend (ou non) effectif ces droits.

Haut de page

Bibliographie

Benoît, C. (2000). Corps, jardins, mémoires. Anthropologie du corps et de l’espace à la Guadeloupe. Paris: Éditions du CNRS.

Bibeau, G. (1991). « L’Afrique, terre imaginaire du sida. La subversion du discours scientifique par le jeu des fantasmes », Anthropologie et Sociétés, 15(2-3), p. 125-147.

Briggs, C. L. (2004). « Theorizing modernity conspiratorially: Science, scale, and the political economy of public discourse in explanations of a cholera epidemic”, American Ethnologist, 31(2), p. 164-187.

Brodwin, P. (1996). Medicine and Morality in Haiti. The Contest for Healing Power. New York: Cambridge University Press.

Cai, Y. T. (2020). Extraordinary medicine. Medical Anthropology Quarterly, URL: http://medanthroquarterly.org/2020/04/13/extraordinary-medicine/

Damus, O., vonarx, N. (dirs.) (2019). Anthropologie de la médecine créole haïtienne. Louvain-la-Neuve: Academia-L’Harmattan.

Dozon, J.-P. (2017). La vérité est ailleurs. Complots et sorcellerie. Paris: Éditions de la FMSH.

Durbach, N. (2005). Bodily Matters: The Anti-Vaccination Movement in England, 1853-1907. Durham: Duke University Press, 2005.

Farmer, P. (2006[1992]). AIDS & Accusation: Haiti and the Geography of Blame. Berkeley: University of California Press.

Fassin, D. (2007). « Entre désir de nation et théorie du complot. Les idéologies du médicament en Afrique du Sud », Sciences Sociales et Santé, 25(4), p.93-114.

Guilhot, N. (2000). “Why pandemics are the perfect environment for conspiracy theories to flourish”, The Conversation, URL : https://theconversation.com/why-pandemics-are-the-perfect-environment-for-conspiracy-theories-to-flourish-135475

Niang, C. I. (2014). « Ebola : une épidémie postcoloniale », Politique étrangère. 4, p.97-109.

Payton, C. A. (2019). “Building Corruption in Haiti”, NACLA Report on the Americas, 51(2), p.182-187.

Péan, L. La corruption rose et les fonds PetroCaribe (en 5 parties). URL : http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article10267

Piarroux, R. (2019). Choléra, Haïti 2000–2018: Histoire d’un désastre. Paris: Éditions du CNRS.

Rouzier, M. (2014). Plantes médicinales d’Haïti: description, usages et propriétés. Port-au-Prince: Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

Salvadori, F. ; vignaud, L.-H. (2019). Antivax, la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours. Paris: Vendémiaire.

Vonarx, N. (2012). Le Vodou haïtien. Entre médecine, magie et religion. Laval/Rennes: Presses Universitaires de Rennes/Presses Universitaires de Laval.

Haut de page

Notes

1 Traduction littérale : C’est le maître de son corps qui doit protéger son corps.

2 Un décret autorise la réouverture des usines, qui sont en Haïti, majoritairement de confection textile, le 15 avril ; les églises ont obtenu le droit de rouvrir leurs portes le 12 juillet.

3 https://mspp.gouv.ht/site/downloads/Plan%20de%20Pr%C3%A9paration%20et%20de%20R%C3%A9ponse%20du%20MSPP%20au%20CoronaVirus.pdf

4 http://documents1.worldbank.org/curated/en/292631498246577035/pdf/116682-WP-v1-wb-Haiti-French-PUBLIC-summary.pdf

5 Tout au long de l’année 2019, des grèves ont été menées par les personnels hospitaliers pour des salaires non perçus et un manque chronique de moyens (dont l’oxygène qui faisait défaut dans le service de soins intensifs).

6 L’expression est également utilisée comme slogan dans d’autres programmes de prévention, par exemple par l’Organisation Internationale pour la Migration contre la traite des personnes.

7 Les élections législatives qui devaient être organisées en novembre 2019 ne l’ont pas été.

8 Sur la corruption et le scandale Petrocaribe, voir, par exemple : Payton (2019) et Péan (2014), qui a été un des premiers à alerter de l’usage dévoyé des fonds PetroCaribe.

9 Il efface son post dès le lendemain par crainte d’être harcelé par les pro-Moïse comme il me (Nadège Mézié) le dit par appel WhatsApp quelques jours plus tard. Un des « suiveurs » de son profil avait inscrit en commentaire « Tu n’as pas peur. Ils peuvent te tuer (Man, w pa pè non, yo kapab touye w) ».

10 Émission « Pale cho » sur Radio Pam Haïti (02 avril 2020) : https://www.youtube.com/watch?v=ZjiQmmKM7ok

11 À l’inverse, des parents migrants peuvent aussi contrecarrer ces récits alternatifs et inciter ceux restés en Haïti à se protéger et à consulter un médecin si besoin.

12 https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/04/06/coronavirus-des-specialistes-francais-s-excusent-apres-leurs-propos-sur-un-test-de-vaccin-en-afrique_6035692_3212.html

13 Le message est prononcé en créole par un homme, en fond on entend une vieille femme, par lequel il supplie les personnes en Haïti à ne pas se déplacer ni dans les hôpitaux ni ne se rendre à une consultation médicale pour ne pas recevoir le « vaccin Bill Gates » et à faire circuler le plus possible ce message. Il invite les malades à rester chez eux et à boire un « remède amer », c’est-à-dire un remède de plantes au goût amer.

14 L’épidémie est déclarée terminée en janvier 2019. Environ 800 000 personnes ont été malades et près de 10 000 sont mortes.

15 Sur ces figures thérapeutiques, et plus largement sur la médecine créole haïtienne, voir le livre collectif dirigé par Obrillant Damus et Nicolas Vonarx (2019).

16 Voir Rouzier, 2014 et sur les « jardins de case » en Guadeloupe, Benoît, 2000, p. 129-182.

17 Les noms ont été changés.

18 Recette obtenue le 10 juillet 2020 auprès d’une femme de 38 ans, témoin de Jéhovah, vivant à Port-au-Prince.

19 Recette communiquée lors d’un entretien (24/06/20) par appel WhatsApp avec un guérisseur résidant à Port-au-Prince, pour qui le coronavirus « attaque les voies respiratoires (atake vwa respiratwa yo) » et « a peur des choses chaudes (li pè bagay chò) ». Il fabrique un sirop anti-kowona qu’il commercialise chez lui et qu’il publicise sur les réseaux sociaux.

20 Le composant actif de l’artemisia annua, l’artémisinine, est aujourd’hui employé dans les principaux traitements antipaludiques. Dans plusieurs pays d’Afrique et d’Asie (l’artemisia appartient à la pharmacopée chinoise depuis des siècles), et à Madagascar en particulier (le Covid-Organics, remède naturel dont le président Andry Rajoelina s’est fait l’émissaire, est principalement composé d’artemisia), la plante a retrouvé les devants de la scène avec la pandémie de la Covid-19 et est propulsée, par de nombreux acteurs du Sud, au rang de « médicament extraordinaire » (sur l’idée de « médicament extraordinaire », voir Cai, 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Capture d’écran d’un post Facebook (04 avril 2020) invitant les Haïtiens à éviter de porter les masques « empoisonnés » importés de Chine.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 2: Capture d’écran d’un post Facebook (06 mars 2020) incitant les Haïtiens à ne pas acheter de vêtements de seconde main qui proviendraient d’Europe.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Figure 3 : Capture d’écran d’un post Facebook (15 mai 2020) qui fait état de collusion entre ONG, gouvernement américain, industries pharmaceutiques et dénonce l’impérialisme états-unien.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 4 : Capture d’écran d’un message audio posté sur la plateforme Soundcloud et intitulé « Crime contre l’humanité – Vaccin poison, pas encore testé, utilisé en Haïti pour nous tuer » 13
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 5 : Capture d’écran d’une vidéo postée par Justin17 (02 juin 2020) sur sa page Facebook où il y fait la publicité de sirops et décoctions pour prévenir et guérir du coronavirus
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22299/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figures 6 : Hector a planté, dans la cour de sa maison dans la ville des Cayes, en avril de cette année ces plantes afin de pouvoir prévenir et, s’il le fallait, se guérir de la Covid-19 (de gauche à droite : aloe vera, artemisia, verveine).
Crédits Photos : Hector
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22299/img-6.png
Fichier image/png, 312k
Titre Figure 7 : Marchandes de fèy à Pétion-Ville (commune voisine dans les hauteurs de Port-au-Prince)
Crédits Photos: Madame Olsen
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/22299/img-7.png
Fichier image/png, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Mézié et Obrillant Damus, « « Se mèt kò ki veye kò (chacun doit protéger farouchement son corps)»: représentations et thérapeutiques de la pandémie de Covid-19 en Haïti », Études caribéennes [En ligne], 49 | Août 2021, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/22299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.22299

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search