Navegación – Mapa del sitio

InicioConvocatoriaConvocatoria actual N°53, 2022 – Cuba et les Etats-Un...

N°53, 2022 – Cuba et les Etats-Unis : genèse d’une relation conflictuelle

Date limite de réception des propositions d’article : 15 décembre 2021

Depuis le début du XIXe siècle, alors qu’elle se trouvait encore sous domination espagnole, Cuba suscita les convoitises des États-Unis. En 1805, Thomas Jefferson, troisième Président de la jeune nation, souligna l’importance stratégique de l’île, appelant de ses vœux à une « conquête facile ». En 1823, John Quincy Adams, alors secrétaire d’État, élabora la célèbre théorie du « fruit mûr » qui rappelait l’existence de lois « de gravitation politique » et le caractère non naturel des liens entre Cuba et l’Espagne. L’île ne pouvait « graviter qu’autour de l’Union nord-américaine ». La même année, Jefferson nota que « Cuba serait l’addition la plus intéressante à notre système d’États ».

Durant le XIXe siècle, Washington proposa à pas moins de six reprises à l’Espagne d’acquérir Cuba, formulant une offre de 100 millions de dollars. Lors de la Première guerre d’indépendance menée par Carlos Manuel de Céspedes (1868-1878), les États-Unis apportèrent leur soutien politique et militaire à Madrid et s’opposèrent aux souverainistes. Lors de la Seconde guerre d’indépendance (1895-1898) lancée par José Martí, au moment où l’armée espagnole était défaite sur-le-champ de bataille par les patriotes cubains, les États-Unis décidèrent d’intervenir militairement dans le conflit pour s’emparer de l’île et l’occupèrent jusqu’en 1902.

Les États-Unis décidèrent d’imposer leur tutelle à Cuba par le biais de l’amendement Platt, intégré de force à la nouvelle Constitution, qui limitait singulièrement la souveraineté de l’île en autorisant, entre autres, l’intervention militaire à chaque fois que la Maison-Blanche estimait que ses intérêts étaient en danger. Ce fut le cas en 1906, en 1912 et en 1916, rappelant à chaque fois aux Cubains le caractère imparfait de leur indépendance. Un courrier de 1920 du Président Woodrow Wilson au Président Mario García Menocal souligna crument cette réalité : « Le Président des États-Unis ne considère pas nécessaire d’obtenir l’autorisation préalable du Président de Cuba pour envoyer un représentant spécial ».

L’avènement de la Révolution populaire de 1933, qui mit fin à la dictature de Gerardo Machado, inquiéta au plus haut point les États-Unis qui décidèrent de dépêcher plusieurs navires de guerre pour écraser l’aspiration des Cubains à une plus grande souveraineté. Ce fut le sous-secrétaire d’État Sumner Welles, envoyé en tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire permanent, qui se chargea de cette tâche avec la complicité du sergent Fulgencio Batista, et renversa le gouvernement populaire des « cent jours » de Ramón Grau San Martín et Antonio Guiteras. L’amendement Platt, impopulaire et obsolète, fut aboli en 1934 au profit d’une nouvelle doctrine qui consistait à s’appuyer sur un homme fort pour défendre les intérêts des États-Unis dans l’île. Comme le souligna l’ambassadeur étasunien George S. Messersmith, « le 4 septembre 1933 a été liquidé », en référence au mouvement révolutionnaire.

Suite à l’adoption de la Constitution de 1940, qui remplaça celle de 1901 imposée sous la contrainte militaire étasunienne, Fulgencio Batista conquit légalement le poste suprême et devint Président de la République jusqu’en 1944, tout en restant un fidèle serviteur des intérêts de Washington dans un contexte dominé par la Seconde Guerre mondiale. Ramón Grau San Martín (1944-1948) et Carlos Prío Socarrás (1948-1952) lui succédèrent à la tête des deux gouvernements dirigés par le Parti authentique, dont le règne fut marqué par la corruption et l’alliance avec le puissant voisin.

En 1952, Fulgencio Batista revint sur la scène politique nationale en orchestrant un coup d’État militaire, avec le soutien des États-Unis, qui mit fin à la légalité constitutionnelle à trois mois des élections présidentielles et législatives, alors que le jeune avocat Fidel Castro était candidat au Sénat. En 1953, l’attaque à la caserne Moncada sonna le début de la période insurrectionnelle, qui se prolongea en 1956 par le débarquement des troupes révolutionnaires du Mouvement 26 juillet et le lancement d’une guerre de guérilla dans les montagnes de la Sierra Maestra. Le 1er janvier 1959, le régime militaire de Batista fut renversé donnant naissance à une nouvelle ère dans l’histoire de Cuba.

L’avènement de la Révolution cubaine, à laquelle l’administration Eisenhower s’opposa dès le départ, ainsi que le processus de transformation socio-économique, générèrent de fortes tensions avec les États-Unis, qui imposèrent des sanctions économiques et mirent en place un programme secret destiné à renverser le gouvernement de La Havane dès 1960. Le conflit entre les deux pays prit des proportions internationales, notamment avec le débarquement de la Baie des Cochons en 1961 et surtout la Crise des missiles en 1962.

Au fil des ans, la rhétorique diplomatique des États-Unis évolua pour justifier l’hostilité à l’égard de Cuba. L’administration républicaine de Eisenhower évoqua le processus de nationalisation et d’expropriation pour expliquer l’imposition des premières sanctions contre Cuba. Le Président démocrate John F. Kennedy s’appuya sur l’alliance avec l’Union soviétique pour expliquer le renforcement des mesures coercitives en février 1962. Par la suite, ses successeurs firent respectivement allusion au soutien de La Havane aux mouvements révolutionnaires et indépendantistes à travers le monde, notamment en Amérique latine y en Afrique, pour entériner le maintien d’une politique hostile à l’égard de l’île. Enfin, depuis la fin de la guerre froide et la chute de l’Union soviétique en 1991, la question de la démocratie et des droits de l’homme a été brandie par tous les présidents des États-Unis, de George H. Bush jusqu’à Joe Biden, en passant par Bill Clinton, George W. Bush, Barack Obama et Donald Trump pour justifier la persistance de sanctions contre Cuba.

Ce numéro se propose de faire le point sur le différend entre La Havane et Washington à travers la question centrale suivante : quels sont les racines, les raisons, les expressions, les objectifs et les conséquences du conflit qui oppose les États-Unis à Cuba depuis plus d’un demi-siècle ?

Thématiques privilégiées

Les articles pourront porter sur les thèmes suivants articulés autour de deux grands axes :

  1. Histoire des relations entre Cuba et les États-Unis (XIXe-XXIe siècles)

    • Naissance d’une conscience nationale

    • Guerres d’indépendance

    • Mouvements révolutionnaires

    • Figures emblématiques

    • Expansionnisme et interventionnisme

    • Histoire diplomatique

    • Migrations et exils

    • Analyse du discours

    • Internationalisme

    • Sanctions

  2. Reflets du conflit entre Cuba et les Etats-Unis (XIXe-XXIe siècles)

    • Presse

    • Littérature

    • Cinéma

    • Musique

    • Arts plastiques

Les articles rédigés en langue française, anglaise, espagnole et italienne, seront soumis à une évaluation en double aveugle avant publication.

Calendrier

  • 15 décembre 2021 : Envoi des propositions d’articles (résumé de 500 mots)

  • 15 juin 2022 : Envoi des articles

  • 15 octobre 2022 : Soumission des textes finalisés par les auteurs

  • Novembre 2022 : Publication du numéro thématique

Coordination du numéro

Salim LAMRANI (MCF HDR, Université de La Réunion)

Contribution

Vous pouvez vous référer aux Instructions aux auteurs et envoyer vos contributions aux etudescaribeennes@gmail.com, SALIM.LAMRANI@univ-reunion.fr

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search