Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursN°54, 2023 – La maritimisation de...

N°54, 2023 – La maritimisation de l’espace Caraïbe

Date limite de réception des propositions d’article : 15 avril 2022

Avec plus de cinq millions de kilomètres carrés, la mer (golfe du Mexique et mer des Antilles) occupe une place centrale dans l’espace Caraïbe. Dès la période précolombienne, elle a joué un rôle prépondérant pour les sociétés riveraines, comme l’attestent la maîtrise de la navigation, sans laquelle les îles caribéennes n’auraient pu être peuplées (Fitzpatrick, 2015), ou l’essor du commerce par cabotage en Mésoamérique dans le cadre des civilisations aztèque et maya (Guderjan, 1989). La période coloniale va accentuer cette centralité maritime en l’érigeant comme support indispensable de la régionalisation des échanges : la mer devient alors le théâtre du développement d’un réseau d’échanges hiérarchisés, de « ponts sur la mer » (Gruzinski, 2004, p.145) au sein de vastes empires alors en construction. Comme le rappelle François Pagney Benito Espinal, « c’est par la mer des Caraïbes que l’Amérique espagnole intègre ainsi l’économie européenne » (Pagney Benito Espinal, 2014, p.4). Avec la liaison dite du « galion du Pacifique », elle est placée sur la route de l’Asie : « en toi se rejoignent l’Espagne et la Chine » écrivait Bernardo de Balbuena en 1627 à propos du Mexique, montrant à quel point l’espace interaméricain fut un théâtre et un rouage vital du déploiement de la première mondialisation.

Le développement de la traite négrière, dès le XVIe siècle, et la création de colonies européennes concurrentes à l’empire espagnol à partir de 1627 augmentent l’importance prise par les espaces maritimes. Des conflits internationaux pour l’appropriation de ces territoires durent jusqu’au XIXe siècle et se déroulent principalement en mer, qui devient le « champ de bataille de l’Europe » (Williams, 1975, p. 71). La période postcoloniale et l’essor de l’industrialisation aux XIXe et XXe siècles accentuent l’extraversion maritime des territoires riverains du grand espace caribéen : l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud et dans une moindre mesure l’archipel Caraïbe fournissent, dès le début du XIXe siècle, des matières premières et ressources nécessaires au développement des États en cours d’industrialisation (Mahan, 1890 ; Pagney Bénito-Espinal, 2014). Durant les deux guerres mondiales, la sécurisation de cet espace maritime assure une part essentielle de l’approvisionnement des alliés, en particulier en bauxite, fer et pétrole. Si, dans la seconde moitié du XXe siècle, elle est le théâtre de deux des plus hauts points de tensions de la guerre froide avec le débarquement avorté de la baie des Cochons et le blocus naval de Cuba, elle est aussi l’un principaux lieux d’expérimentation de la révolution du conteneur (McCalla, Slack et Comtois, 2005). L’ouverture officielle du canal de Panama en 1914 et l’essor de la mondialisation des échanges contribuent à faire de cet espace l’un des principaux hubs du trafic maritime international (Chardon et Ranely Vergé Depré, 2009). Aujourd’hui, la mer est plus que jamais au cœur des priorités des sociétés caribéennes : espace nourricier, objet d’industrialisation off-shore, riche de potentialités énergétiques et peut-être minières, elle est aussi le lieu privilégié du développement du tourisme de masse et du secteur de la croisière.

  • 1 Du grec tomos, qui coupe, sépare nettement

Cette multi-interface entre Amérique du Nord et du Sud, et océans Atlantique et Pacifique est parfois qualifiée de Méditerranée américaine (Humboldt, 1807 ; Reclus, 1891 ; Taglioni 1999 ; Lacoste, 2001 ; Godard et Hartog, 2003 ; Cruse 2011), ou de Région Maritime interaméricaine (Domergue, 2020). Loin d’être « tomogène »1 (Gay, 1999), en constituant une coupure entre les espaces continentaux riverains, cette mer est au contraire une « surface de transport » (Gay, 1995), le lieu privilégié d’interactions internes à ce vaste bassin, tout en contribuant à le connecter au reste du commerce globalisé. Par incidence, elle demeure au cœur de la vie culturelle de l’ensemble de la région, dont les littoraux compteraient aujourd’hui plus de 150 millions d’habitants (PNUE et UNESCO, 2016).

Source de développement économique, notamment avec l’essor de « l’économie bleue » (Clegg, Mahon, McConney et Oxenford (dir.), 2020), la mer est aussi un lieu d’expression de nombreux enjeux de sécurité (Morris, 1994) : 93 % des flux illicites régionaux de stupéfiants y transitent par voie maritime, tandis que se développent le brigandage et la piraterie dans le golfe du Mexique et la mer des Antilles. Les problématiques de sécurité environnementale se font par ailleurs de plus en plus prégnantes : l’importance du trafic dans ce carrefour maritime international et l’essor de l’industrialisation en mer accentuent les risques de pollution accidentelle (marée noire) ou volontaire (déballastage). Les espaces maritimes sont aussi source de risques naturels majeurs : la forte activité tectonique régionale en fait un espace particulièrement sensible aux tsunamis (Saffache, 2005), tandis que la forte calorisation des eaux de surface sous ces latitudes place la mer au cœur du processus de cyclogenèse, dont les aléas violents balayent chaque année cette région tropicale (Cashman, Nurse et John, 2009 ; Taylor et al, 2012 ; Hastenrath et Polzin, 2012).

Autant de thématiques et d’enjeux qui questionnent la gouvernance maritime de cet espace, face à des problématiques résolument transnationales. Si des mécanismes de coopération sont déployés à différentes échelles et dans différents domaines (Mahon et Fanning, 2014, Domergue, 2020, 2021), la fragmentation politique et juridique des espaces maritimes demeure une contrainte majeure : « pulvérisée » (Maillard, 1999) en 45 États ou territoires sous tutelle, cette région est morcelée en 98 frontières et délimitations maritimes. À ce titre, cet ensemble maritime est, de loin, le plus fragmenté au monde. Le repli de souveraineté nationale et le maintien de tensions internationales autour des nombreuses délimitations maritimes encore en latence inhibent les mécanismes internationaux de coopération (Griffith, 1997).

Dans la tradition interdisciplinaire de la revue Études Caribéennes, ce numéro thématique se propose de contribuer à l’approfondissement et à l’actualisation de la réflexion scientifique sur les dynamiques, les tenants et les effets de la maritimisation à l’œuvre dans la Grande Caraïbe. Il s’inscrit dans la continuité des publications précédentes, ayant porté sur l’économie bleue (avril 2022, à paraître), le développement du tourisme de croisière (décembre 2020), des ressources marines (décembre 2013, avril 2010), des aires protégées (avril 2009), ou encore des risques naturels majeurs (avril 2007). En embrassant l’apport de l’histoire, de la géographie, du droit, de la science politique, de l’économie ou encore des sciences marines, il entend favoriser la pluridisciplinarité.

Thématiques privilégiées

  • Géographie politique et géopolitique des espaces maritimes (frontières maritimes ; flux migratoires par voie maritime ; tensions/coopérations internationales et transnationales) ;

  • Régionalisation et régionalismes (coopération régionale et intégration régionale) autour des enjeux maritimes ; trafics, enjeux de sécurité et de souveraineté en mer, etc.

  • Enjeux sociétaux et représentations collectives maritimes (rapport des sociétés à la mer – prisme social, spirituel, littéraire, artistique, etc.)

  • Économie et géoéconomie maritime (économie bleue, transport maritime, valorisation des ressources marines, tourisme maritime et littoral, activités portuaires, etc.)

  • Enjeux environnementaux maritimes (pollution, dégradation du milieu, risques climatiques en lien avec le domaine maritime, risques naturels d’origine maritime, mécanismes et actions de protection/sanctuarisation à différentes échelles, etc.)

  • Enjeux juridiques (litiges frontaliers, normalisation et harmonisation des législations, conventions internationales, etc.)

Calendrier

  • 15 avril 2022 : Envoi des propositions d’article (résumé de 500 mots)

  • 15 septembre 2022 : Date limite d’envoi des articles

  • 15 octobre 2022 : Retour des évaluations

  • 15 novembre 2022 : Soumission des textes finalisés par les auteurs

  • Mars 2023 : Publication du numéro thématique

Coordination du numéro

Sylvain Domergue, Professeur agrégé et doctorant en Géographie, Sciences Po Bordeaux, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (Laboratoire PRODIG)/Université Laval, sylvain.domergue@scpobx.fr

Eric Dubesset, Professeur des Universités, Directeur du Centre Montesquieu de Recherches Politiques (CMRP-IRM), Université de Bordeaux, dubesset@u-bordeaux.fr

Contribution

Les textes peuvent être rédigées en français, anglais ou espagnol. Elles feront l’objet d’une évaluation en double aveugle avant publication (cf. Instructions aux auteurs). Merci d’adresser votre proposition d’article à : etudescaribeennes@gmail.com, sylvain.domergue@scpobx.fr et dubesset@u-bordeaux.fr

Bibliographie sélective

Bénito-Espinal, F. P., 2014, La mer Caraïbe : dynamiques, enjeux passés, présents et à venir, Presses Universitaires de Rennes.

Cashman, A., Nurse, L., John, C., 2010, « Climate Change in the Caribbean: The Water Management Implications », The Journal of Environment & Development, vol. 19, n° 1, p. 42‑67.

Clegg, P., Mahon, R., McConney, P., Oxenford, H. A., 2020, The Caribbean Blue Economy, Londres, Routledge.

Cruse, R., 2011, Géopolitique d’une périphérisation du bassin caribéen, Québec, PUQ.

Domergue, S., 2020, « La construction des échelles de la sécurité maritime dans un contexte d’intégration régionale : le cas de la grande région Caraïbes et ses façades Atlantique et Pacifique », Cybergeo: European Journal of Geography, En ligne: https://journals.openedition.org/cybergeo/35486#bibliography.

Domergue, S., 2021, « Le régionalisme sécuritaire maritime des petits et micro-Etats de la grande région caraïbe : entre vulnérabilités, autonomisation, et dépendances », Belgeo. Revue belge de géographie, En ligne : https://journals.openedition.org/belgeo/46720#authors.

Dubesset, E. ; Quenan, C., 2019, La Caraïbe dans le partenariat stratégique euro-latino-américain UE-CELAC, Études caribéennes/Institut des Amériques, Mayenne.

Dubesset, E. ; De Cauna, J., 2014, Dynamiques caribéennes. Pour une histoire des circulations dans l’espace atlantique (XVIII-XIX siècles), PUB, Bordeaux.

Dubesset, E. ; Lucas, R., 2011, La Caraïbe dans la mondialisation : Quelles dynamiques régionalistes ?, L’Harmattan, Paris.

Fitzpatrick, S. M., 2015, « The Pre-Columbian Caribbean: Colonization, Population Dispersal, and Island Adaptations », PaleoAmerica, vol. 1, n° 4, p. 305‑331.

Gay, J.-C., 1995, Les discontinuités spatiales, Paris, Economica.

Godard, H.R., Hartog, T., 2003, « Le Bassin caraïbe : lac états-unien ou méditerranée américaine ? » Mappemonde, No.72, 6-11.

Griffith, I. L., 1997, Drugs and Security in the Caribbean: Sovereignty Under Siege, University Park, Pennsylvania State University Press.

Gruzinski, S., 2004, Les Quatre Parties du monde : Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière.

Guderjan, T. H., Garber, J. F., Smith, H. A., Stross, F., Michel, H. V., Asaro, F., 1989, « Maya Maritime Trade and Sources of Obsidian at San Juan, Ambergris Cay, Belize », Journal of Field Archaeology, vol. 16, n° 3, p. 363‑369.

Hastenrath, S., Polzin, D., 2013, « Climatic variations in Central America and the Caribbean », International Journal of Climatology, vol. 33, n° 6, p. 1348‑1356.

Lacoste, Y., 2001, « La Méditerranée », Hérodote, vol. 103, n° 4, p. 3‑39.

Mahan, A. T., 1892, The Influence of Sea Power Upon the French Revolution and Empire, 1793-1812, Boston, Little Brown.

Mahon R., Fanning, L., 2014, “Assessing and Facilitating Emerging Regional Ocean Governance Arrangements in the Wider Caribbean Region”, Ocean Yearbook, No.28, 631-671.

Maillard, J.-C., 1999, « Musset Alain, L’Amérique centrale et les Antilles, une approche géographique, 1998 », Les Cahiers d’Outre-Mer, vol. 52, n° 206, p. 222‑224.

McCalla, R., Slack, B., Comtois, C., 2005, « The Caribbean basin: adjusting to global trends in containerization », Maritime Policy & Management, vol. 32, n° 3, p. 245‑261.

Morris M., 1994, Carribean maritime security, New York, St. Martin’s Press.

Ranély Vergé-Dépré, C., Chardon, J.P., 2009, « Le Bassin caraïbe : un carrefour maritime ? », Festival International de Géographie, Saint-Dié-des-Vosges, octobre 2009, http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2009/chardon/article.html

Reclus, E., 1891, Évolution et révolution, Paris, Au bureau de la Révolte.

Taglioni, F., 1999, "Essai de comparaison géopolitique entre les États de la Méditerranée eurafricaine et de la Méditerranée américaine", in A. L. Sanguin (dir) Mare Nostrum, géopolitique de la Méditerranée et de ses marges. L’Harmattan, Paris

Taylor, M. A., Stephenson, T. S., Chen, A. A., Stephenson, K. A., 2012, « Climate Change and The Caribbean: Review and Response », Caribbean Studies, vol. 40, n° 2, p. 169‑200.

Williams, E., 1976, From Columbus to Castro: The History of the Caribbean 1492-1969, New York, Vintage.

Notes

1 Du grec tomos, qui coupe, sépare nettement

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search