Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Compte-rendu de lectureAnthropologie de l’accouchement à...

Compte-rendu de lecture

Anthropologie de l’accouchement à domicile, un livre scientifique, plaidoyer percutant pour la préservation des savoirs des femmes haïtiennes

Anthropologie de l'accouchement à domicile (Anthropology of Home Childbirth), a Scientific Book that Makes a Powerful Case for Preserving the Knowledge of Haitian Women
Christine Focquenoy Simonnet
Référence(s) :

Damus, O. (2021). Anthropologie de l’accouchement à domicile. Les mères, les matrones et les sages-hommes traditionnels d’Haïti prennent la parole. Coll. Espace, territoires et sociétés, Edition Presses Universitaires des Antilles.

Texte intégral

Anthropologie de l'accouchement en HaïtiAfficher l’image
Crédits : Presses Universitaires des Antilles, 2021

1Obrillant Damus, professeur aux universités d’État d’Haïti  (Institut Supérieur d'Études et de Recherches en Sciences Sociales) et Quisqueya (Faculté des sciences de l’éducation), appréhende scientifiquement le travail des matrones et des sages-hommes traditionnels d’Haïti, dans son dernier opus, Anthropologie de l’accouchement à domicile (2021). Il ancre ce travail dans sa propre histoire familiale en le dédicaçant à sa mère (p.7) qui a accouché de trois enfants à domicile.

2La méthodologie est intrinsèquement liée à la posture humaniste de l’auteur et à l’objectif de valoriser les savoirs expérientiels dans le domaine de la santé maternelle et infantile des femmes, « trésors humains vivants et promotrices traditionnelles de la santé » (p.29). La collecte des données s’appuie sur des ateliers de dialogue local, technique d’enquête interactive, qui permet, en toute confiance, de libérer la parole et de révéler les savoirs locaux et ancestraux. Obrillant Damus a réalisé quarante entretiens individuels et quatre entretiens collectifs, auprès de vingt-trois matrones, sept médecins-feuilles, cinq houngans et cinq mambos (L’auteur définit précisément chacun des termes et leurs déclinaisons linguistiques). Il a également recueilli le témoignage de mères haïtiennes, âgées de trente-huit à quatre-vingt-huit ans, dans différentes communautés rurales. Les personnes interviewées sont respectées et appréhendées dans une dimension dialogique et collective qui révèle leur richesse biographique et sociale. Cette méthodologie pluridisciplinaire permet de mettre en lumière la complexité des connaissances locales et indigènes, sur la promotion de la santé, la biodiversité et la gestion des écosystèmes.

3La prise en charge de l’accouchée par la matrone est bénéfique dans une optique du « care », renforce aussi le lien social et la filiation communautaire (p. 21), et préserve la biodiversité par l’utilisation des plantes dont les matrones connaissent les vertus. Leurs actions s’inscrivent dans un rituel empreint d’une dimension magique et spirituelle. « Le succès de leurs pratiques n’est pas lié au dispositif technique archaïque sur lequel elles se fondent, mais à leur dominante empirique, magique, relationnelle, symbolique, gestuelle, etc. » (p.22). Celles-ci sont détaillées pour le suivi de la grossesse (chapitre 2), la prise en charge de la douleur (chapitre 3), les rites de purification (chapitre 5). Obrillant Damus ne se contente pas de libérer la parole des femmes, souvent méprisées par la médecine moderne, il les institue en « héroïnes de la vie » (p.84) et en « illettrées savantes » (p.106), avec lesquelles il partage des promenades dans la nature et de précieux moments de convivialité illustrés par des photographies. Celles-ci permettent de poser un visage sur les voix de ces femmes magnifiées par l’auteur. En annexe, on retrouve l’intégralité d’un entretien en créole avec deux matrones de la communauté rurale de Jean-Rabel, mené en 2012.

4La métaphore maïeutique est filée tout au long du cheminement scientifique ; l’auteur précise: « Après avoir provoqué leur grossesse cognitive, nous les avons accompagnées dans l’accouchement des témoignages sincères et authentiques relatifs à la santé. » (p.39) Obrillant Damus réhabilite les savoirs spécifiques et ancestraux de ces femmes qui ont développé des compétences au-delà de la simple technique haptonomique (« Connaître, c’est toucher pour les matrones. » p.103). Leur utilité sociale est patente. « Le sentiment de responsabilité des matrones (aidantes communautaires) envers les femmes de leurs communautés leur permet de transcender la pauvreté matérielle à laquelle elles font face, ainsi que l’indifférence criminelle de l’État haïtien à leur égard.» (p.123)

5L’ouvrage revêt donc une dimension politique. Obrillant Damus, non seulement redonne une dignité à ces femmes et révèle scientifiquement la richesse de leurs savoirs spécifiques, mais il dénonce aussi la destruction de ces savoirs ethno-obstétricaux à l’œuvre dans les interactions des matrones avec les professionnels de santé moderne et avec les églises protestantes locales qui censurent et diabolisent leurs actions (chapitre 6). Le plaidoyer s’avère salutaire pour contrer le triple processus de destruction de ces savoirs : l’auto-épistémicide, l’endo-épistémicide et l’exo-épistémicide (p.32). On ne peut taxer Obrillant Damus d’angélisme car il décrit les limites de l’intervention des matrones quand l’accouchement nécessite une césarienne, tout en rappelant, preuve à l’appui, que « s’il n’y avait pas eu de matrones dans les communautés rurales démunies sur le plan biomédical, le nombre de décès maternels liés à l’accouchement aurait été plus élevé. » (p.123) Une collaboration durable entre les matrones haïtiennes et le système sanitaire national s’avère donc indispensable. « La rencontre épistémologique entre l’ethno-obstétrique et l’obstétrique occidentale contribuera, à n’en pas douter, à la réhumanisation de l’accouchement en général, et à la démédicalisation de celui-ci lorsqu’il n’y a pas de complications, en particulier. » (p.129)

6Au travers de ce livre à l’intérêt scientifique, ethnographique et anthropologique, indéniable, Obrillant Damus, représentant national de la Chaire UNESCO Éducations et Santé, poursuit son combat humaniste, en portant la voix de « trésors humains », ignorés voire méprisés, et en rappelant, judicieusement, que la « recherche en promotion de la santé doit être située au carrefour des savoirs du Sud et des savoirs du Nord. » (p.39). Nous ne pouvons que recommander la lecture de ce beau plaidoyer pour la santé et le droit des femmes haïtiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Focquenoy Simonnet, « Anthropologie de l’accouchement à domicile, un livre scientifique, plaidoyer percutant pour la préservation des savoirs des femmes haïtiennes »Études caribéennes [En ligne], 50 | Décembre 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.23113

Haut de page

Auteur

Christine Focquenoy Simonnet

Docteure en histoire contemporaine, chercheure associée laboratoire CREHS (EA 4027) Université d’Artois, France, Chercheure associée en Sciences de l’éducation CIREL (EA 4354), Université de Lille, Guide-conférencière (Ministère de la culture, ministère du tourisme), christine.focquenoy@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search