Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Hors-dossierMondes insulairesClipperton, seul territoire franç...

Hors-dossier
Mondes insulaires

Clipperton, seul territoire français dans l’océan Pacifique nord-oriental : quels enjeux environnementaux et géopolitiques ?

Clipperton, the Only French Territory in the North-Eastern Pacific Ocean: What Environmental and Geopolitical Issues?
Anthony Tchékémian

Résumés

L’île de Clipperton ou de la Passion est une possession française, située dans l’océan Pacifique nord-oriental. Inhabité depuis 1945, l’atoll est considéré comme le plus isolé du monde. Outre quelques espèces végétales et animales qui s’y développent, l’île compte d'importantes colonies, d'oiseaux marins, de crabes terrestres et récemment de rats, se livrant une lutte interspécifique. De plus, par sa ZEE, Clipperton possède une importante ressource halieutique et de nodules polymétalliques. Une expédition scientifique a permis d’étudier les restes présents sur la couronne corallienne : qu’il s’agisse de vestiges mexicains lors de l’exploitation de phosphate, ou de ceux abandonnés par l’armée américaine, ou encore d’épaves de bateaux de pêche, jusqu’aux nombreux déchets transportés par les courants marins. La problématique des restes est donc envisagée non seulement comme un revers de la production, mais aussi comme un objet de recherche associant les dimensions historiques, géographiques, économiques, géopolitiques, paysagères et symboliques. En effet, l’île de Clipperton, actuellement exempte d’installation et d’occupation humaine, subie malgré tout des interactions anthropiques. Outre le fait que sa situation lui confère un intérêt géostratégique pour l’État français, l’île constitue un laboratoire in situ et in vivo, à temps continu pour les scientifiques.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Tahiti
Haut de page

Texte intégral

Introduction : des restes présents témoins des activités humaines passées

Photographie 1 : L’atoll de Clipperton, au soleil couchant, semble flotter sur l’océan

Photographie 1 : L’atoll de Clipperton, au soleil couchant, semble flotter sur l’océan

Crédit : Passion 2015

« Une étoile, du sable. L’étoile pourrait être l’un de ces objets brillants qui peuplent l’Univers ; le sable pourrait être celui de n’importe quelle planète. Mais le sable, ici, est celui de la Terre ; le spectacle a un sens, car il est vu. L’important n’est ni le sable ni l’étoile, mais invisible et central, l’homme qui regarde, s’interroge et admire. Au terme de son interrogation, il crée un modèle du monde, la science, en une co-naissance jamais achevée. Au fil de son admiration, il pose un regard neuf sur le monde, l’art, en une re-naissance sans cesse renouvelée ».
Albert JACQUARD (1992 : 4)

  • 1 Une légende voudrait qu’en 1704, le flibustier John Clipperton, mutin ou déserteur du navire le Sai (...)
  • 2 L’atoll a été aperçu par des navigateurs français, le Vendredi saint du 3 avril 1711, jour de la Pa (...)
  • 3 Au XIXe siècle, le guano est récolté, utilisé comme engrais en raison du phosphate qu’il contient. (...)
  • 4 Surnom donné par un élève officier à bord du Croiseur Jeanne d’Arc, le 4 décembre 1935 (GUIART, 197 (...)
  • 5 Film réalisé par Jacques-Yves Cousteau et Jacques Ertaud, 1980, Coll. L’odyssée sous-marine de l’éq (...)
  • 6 En 1906, une garnison de soldats, avec femmes et enfants, est installée par le gouvernement mexicai (...)
  • 7 A Clipperton, des millions d’individus de crabes terrestre forment une importante colonie. Ce crabe (...)
  • 8 En raison de « l’extrême fragilité de ce milieu exceptionnel » (JOST, 2005), et des conditions clim (...)
  • 9 Les mystères de Clipperton est le titre du documentaire réalisé en 2005 par Brigitte Delahaie, Luc (...)

1Clipperton, petit atoll français perdu dans l’océan Pacifique nord au large des côtes mexicaines, inhabité, méconnu voire oublié, constitue un grand intérêt scientifique et géostratégique. Appartenant à la France depuis 1931, – elle dispose des droits souverains en matière d’exploitation et d’usage des ressources –, l’atoll lui confère une importance nouvelle, évoluant avec l’histoire. Cependant, isolé, éloigné de la métropole, des centres de décision, il reste pour beaucoup inconnu. Il a pourtant été évoqué au travers de documentaires, de comptes-rendus d’expéditions, de romans, le gratifiant de nombreuses appellations qui révèlent ses caractéristiques physiques, biologiques, historiques, voire mystiques, telle l’île « au trésor »1, « de la Passion »2, « au guano »3, « aux oiseaux »4, « de la solitude »5. Deux titres d’ouvrages, « île tragique » de ROSSFELDER (1976) et « île aux fous » de GARCIA BERGUA (2009) relatent l’histoire réelle et funeste des « Oubliés de Clipperton », qui lui vaut aussi le surnom d’île « de l’oubli »6. Plus récemment, d’autres qualificatifs ont été employés, comme l’île « aux crabes »7, « des extrêmes »8 ou encore « l’île mystérieuse »9. Ainsi, bien qu’inhabité et isolé, l’atoll compte de nombreux restes des occupations humaines passées et des activités présentes, notamment dans la Zone Economique Exclusive (ZEE), ainsi que d’innombrables déchets ramenés par les courants marins et témoignant des impacts humains sur les écosystèmes.

Carte 1 : Localisation de l’atoll de Clipperton et de la ZEE du Pacifique, entre les îles de la Polynésie française et les côtes mexicaines

Carte 1 : Localisation de l’atoll de Clipperton et de la ZEE du Pacifique, entre les îles de la Polynésie française et les côtes mexicaines

2Clipperton est la seule terre française du Pacifique nord-oriental, localisée dans la zone de l’Amérique latine et des Caraïbes. Situé à 10 200 km de la France métropolitaine, à 5 400 km de Tahiti, 4 100 km des Marquises, en Polynésie française, dans le Pacifique Sud, mais aussi à 5 000 km d’Hawai’i, à 2 400 km des Galapagos, et à 1 100 km au sud-ouest de la côte Pacifique du Mexique. Inhabité depuis 1945, Clipperton est considéré comme l’atoll le plus isolé du monde, selon le Comité français de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature. Seule terre émergée entre le continent et l’archipel des Marquises, elle représente une escale pour de nombreux oiseaux marins. En effet, l’atoll est le seul lieu de ponte possible au milieu d’une surface d’océan de plusieurs millions de kilomètres carrés, et abrite notamment une importante colonie de fous.

  • 10 Cette expédition organisée par les géographes de l’UMR EIO du 1er avril au 6 mai 2015, soit cinq se (...)
  • 11 Dans les années soixante, à l’initiative du Général de Gaulle, la décision est prise d’occuper mili (...)

3En avril 2015, depuis Tahiti, une expédition internationale10 nous a permis de nous rendre sur Clipperton. Cette mission scientifique a bénéficié des soutiens financiers de l’Agence française de développement et du Fonds Pacifique. Au niveau logistique, nous avons pu compter sur le soutien de la Marine nationale en embarquant à bord de la frégate de surveillance Le Prairial (F731), et sur l’Armée de terre puisqu’un détachement de six hommes du Régiment d’Infanterie de Marine du Pacifique-Polynésie (RIMaP-P), « Les Dragons », nous assistait dans notre quotidien. D’ailleurs, cette présence de l’armée française sur l’atoll représentait la première occupation militaire de Clipperton, depuis la dernière « mission Bougainville »11 de 1969.

Photographie 2 : Vue aérienne et description du presqu’atoll de Clipperton

Photographie 2 : Vue aérienne et description du presqu’atoll de Clipperton

Source : JOST, 2011

  • 12 En avril 2015, après deux averses tropicales, une élévation de 16 cm a été relevée en seulement que (...)

4L’île de Clipperton est le point culminant de la dorsale océanique du même nom. Née d’un volcan sous-marin, l’île peut être définie comme un presqu’atoll corallien en raison de la présence du Rocher (coordonnées 10 17 540 nord et 109 12 441 ouest), reliquat de l’ancienne île volcanique. L’atoll, actuellement fermé, est de forme subcirculaire de 12 km de circonférence. Le diamètre de l’atoll varie entre 2,4 km et 3,9 km, pour l’axe nord-ouest sud-est, le plus grand. Son anneau de corail entoure un lagon d’une surface de 7,2 km², actuellement fermé. Il n’y a pas de corrélation entre le niveau d’eau du lagon et le niveau marin, mais lors d’épisodes pluvieux celui du lagon varie rapidement12. Large de 45 m à 400 m, la surface des terres émergées est de 1,7 km². La surface totale de l’atoll est de 8,9 km², en ajoutant celle du lagon. Le sol, quant à lui, est constitué de granulats coralliens morts et de sable souvent cimenté de guano. Avec une altitude de 28,4 mètres, le Rocher est le point culminant de Clipperton. Reliquat de l’ancienne activité volcanique, ce Rocher est caractéristique des presqu’atolls : une catégorie d’atoll entourée de lagon dans lequel la partie montagneuse a presque disparu.

Photographie 3 : Le Rocher du presqu’atoll de Clipperton culminant à 28,4 m d’altitude

Photographie 3 : Le Rocher du presqu’atoll de Clipperton culminant à 28,4 m d’altitude

Crédit : E. Chevreuil, 2015

  • 13 Prélèvement et analyse réalisés par la Marine nationale lors de l’expédition « Passion 2015 ».
  • 14 Colibacille est une bactérie Gram négatif (Escherichia coli), en forme de bâtonnet, présente dans l (...)
  • 15 L’eutrophisation d’un milieu aquatique, d’eau douce ou marine, désigne le caractère eutrophe (du pr (...)

5À l’inverse, le point le plus profond se situe entre 33 et 34 m sous le zéro de référence du lagon. Improprement nommée « Trou sans fond », la cavité correspond à une ancienne cheminée volcanique. La coupe bathymétrique permet de remarquer, au centre du trou, le sommet d’une remontée qui se situe à 18,5 m sous le zéro de référence du lagon. Cette remontée au centre du trou rend peu probable le fait qu’il puisse être « sans fond », car pour qu’elle puisse se former, elle doit prendre appui sur de la roche. L’hypothèse la plus courante concernant ce trou serait qu’il s’agisse d’un bouchon constitué de sédiments. La cavité correspondrait davantage à une ancienne cheminée volcanique. Le climat, de type océanique tropical, est éprouvant. La température de l’air et de l’eau, nocturne et diurne, varie peu tout au long de l’année : entre 25 et 30 °C. Les précipitations annuelles oscillent entre 3 000 et 5 000 mm. Le taux d’hygrométrie oscille entre 85 et 95 %. Les vents dominants sont les alizés de sud-est : ils sont violents, les averses brusques et fréquentes, avec de nombreux cyclones, généralement durant les mois d’avril à septembre. La meilleure saison pour se rendre sur Clipperton est aux alentours de mars. La forte houle sur la ceinture de corail rend, cependant, la navigation et le débarquement difficiles et périlleux. La pluie est la seule source d’eau douce potable sur l’île. Le lagon est constitué d’eau saumâtre, avec une forte concentration13 de colibacilles14, de bactéries, dont Escherichia coli, en raison de sa fermeture et du guano transporté par les eaux de ruissellement. Ce qui l’inscrit dans un processus d’eutrophisation naturel15 : un phénomène précieux que de nombreux scientifiques souhaiteraient observer.

Figure 1 : Coupe bathymétrique du « Trou sans fond », de 33 à 34 m aux points les plus bas, dans le lagon de Clipperton (ordonnée : profondeur en mètre ; abscisse : distance en mètre)

Figure 1 : Coupe bathymétrique du « Trou sans fond », de 33 à 34 m aux points les plus bas, dans le lagon de Clipperton (ordonnée : profondeur en mètre ; abscisse : distance en mètre)

Source : Groupe Océanographique du Pacifique (GOP), 2015

Figure 2 : Vue en trois dimensions de la bathymétrie du « Trou sans fond » dans le lagon de Clipperton, avec une remontée de 18,5 m de hauteur en son centre

Source : GOP, 2015

  • 16 Par exemple, lors de l’étude de terrain, des restes enfouis ont émergé de l’estran au gré des marée (...)

6À présent, exempt d’installation et d’occupation humaine, Clipperton subit tout de même des interactions anthropiques de façon continue et régulière. Le travail de terrain a ainsi permis de géoréférencer les restes présents sur l’atoll, de les mesurer, de déterminer leur nature, de comprendre leur origine et leur fonction et de les cartographier. Le concept de restes englobe à la fois les déchets – matière délaissée et jetée, jugée sans valeur – et les vestiges, éléments anciens détruits, endommagés, appartenant à une collectivité. Jusqu’alors, aucune carte exhaustive n’avait été réalisée. Ce travail permettra donc de suivre l’évolution de ces restes, au travers d’une approche dynamique en fonction de leur dégradation, déplacement, apparition et disparition16. L’ensemble des restes recensés sur l’atoll est ainsi le reflet des activités humaines, telles que l’exploitation du phosphate au début du XIXe siècle témoignant de l’activité économique, de ressources territoriales de l’époque, jusqu’aux velléités de certains pays (États-Unis, Mexique).

Photographie 4 : La stèle de la République française et son mât implantés au-dessus d’un monticule de soupe de corail et de guano, reste de l’exploitation de phosphate à Clipperton

Photographie 4 : La stèle de la République française et son mât implantés au-dessus d’un monticule de soupe de corail et de guano, reste de l’exploitation de phosphate à Clipperton

Crédit : Passion 2015

Photographie 5 : Restes d’un wagonnet sur rails, datant de la fin du xixe siècle, lorsque les Mexicains exploitaient le phosphate de Clipperton

Photographie 5 : Restes d’un wagonnet sur rails, datant de la fin du xixe siècle, lorsque les Mexicains exploitaient le phosphate de Clipperton

Crédit : E. Chevreuil, 2015

  • la stèle de la République française et son mât, mais aussi la plaque commémorative fixée sur le Rocher, vestige de la prise de possession de l’île en 1935, par le croiseur-école Jeanne d’Arc sont un rappel de la puissance souveraine ;

Photographie 6 : Après chaque dégradation ou vol (photo du haut à gauche), une nouvelle plaque est scellée sur le Rocher, comportant la date et des informations du navire de la Marine nationale venu faire escale

Photographie 6 : Après chaque dégradation ou vol (photo du haut à gauche), une nouvelle plaque est scellée sur le Rocher, comportant la date et des informations du navire de la Marine nationale venu faire escale

Crédits : A. Duchauchoy, 2008 (deux du haut et en bas à gauche), E. Chevreuil, 2015 (bas à droite)

  • un grand nombre de vestiges des armées américaine (épave du LST, engins amphibies, stocks de munitions), française (matériel des missions Bougainville), mais aussi des épaves de bateaux échoués (OCO, Lily Mary) ;

Photographie 7 : Exemples de restes de l’armée américaine datant de 1944, présents sur l’atoll : stock de munitions (à gauche), engin amphibie (au centre) bulldozer (à droite)

Photographie 7 : Exemples de restes de l’armée américaine datant de 1944, présents sur l’atoll : stock de munitions (à gauche), engin amphibie (au centre) bulldozer (à droite)

Crédit : A. Tchékémian, 2015

Photographie 8 : Restes des expéditions Bougainville de l’armée française, entre 1966 et 1969, sur l’atoll de Clipperton

Photographie 8 : Restes des expéditions Bougainville de l’armée française, entre 1966 et 1969, sur l’atoll de Clipperton

Tas de sacs de ciment durci, cuve à eau métallique et son support (haut à gauche), four à pain (haut à droite), cabane et citerne métallique (bas à gauche), stèle en béton découverte sous la végétation (bas à droite) sur laquelle est gravée : BDC BLAVE – GROUPE BOUGAINVILLE 67 – SEC AL PAC DETACHEMENT – RM – AVRIL 1967 » (le nom du bâtiment de débarquement de chars, le groupe, la section et le régiment militaire)

Crédit : A. Tchékémian, 2015

Photographie 9 : Dégradation, entre 2008 et 2015, du chalutier costaricain, le OCO, échoué entre 2005 et 2008, au sud-ouest du Rocher de Clipperton

Photographie 9 : Dégradation, entre 2008 et 2015, du chalutier costaricain, le OCO, échoué entre 2005 et 2008, au sud-ouest du Rocher de Clipperton

Crédits : A. Duchauchoy, 2008 (gauche) ; A. Tchékémian, 2015 (droite)

Photographie 10 : Dégradation, entre 2008 et 2015, du thonier Lily Mary, échoué en 2000, sur la côte nord-est de l’atoll

Photographie 10 : Dégradation, entre 2008 et 2015, du thonier Lily Mary, échoué en 2000, sur la côte nord-est de l’atoll

Crédits : A. Duchauchoy, 2008 (gauche) ; A. Tchékémian, 2015 (droite)

  • mais aussi des restes de l’expédition scientifique de Jean-Louis Etienne, réalisée en 2005.

Photographie 11 : Restes du camp de l’expédition menée par Jean-Louis Etienne de 2005, photographiés en 2008, dont le « bar des fous », comprenant, entre autres, un évier, une gazinière, des jerricans, câbles, etc. En 2015, les façades, la toiture et autres éléments en bois étaient au sol

Photographie 11 : Restes du camp de l’expédition menée par Jean-Louis Etienne de 2005, photographiés en 2008, dont le « bar des fous », comprenant, entre autres, un évier, une gazinière, des jerricans, câbles, etc. En 2015, les façades, la toiture et autres éléments en bois étaient au sol

Crédits : A. Duchauchoy, 2008

  • 17 La surface des terres émergées de l’île est de 1,7 km², soit 170 ha. Le rocher et ses environs, soi (...)

7Vu du ciel, l’atoll apparaît comme sauvage, vide d’activité et de présence humaine, mais au sol, les restes le parsèment, reflétant plusieurs stades d’anthropisation tout en révélant les actuelles crises environnementales. À ce titre, l’épave du Lily Mary, un thonier échoué en 2000, est particulièrement révélatrice, puisqu’elle conjugue des problématiques anthropiques et environnementales. Outre son caractère de reste, elle pose la question de l’introduction d’une espèce animale invasive – le rat – et de ses conséquences. Avant 1997 l’expédition « SurPacClip » n’avait dénombré aucun rongeur ; en 2001, leur présence a, en revanche, été attestée par les membres de la première expédition « Passion ». Cette épave n’est pas isolée et l’on peut aussi mentionner celle du chalutier costaricain, le OCO (situé au sud-ouest du Rocher), qui se serait échoué entre 2005 et 2008, mais les informations manquent. La houle démantèle progressivement ces restes qui demeurent cependant visibles ; ceux-ci voisinent avec les nombreux déchets transportés par les courants marins et déposés par les vagues sur les plages, notamment à marée haute. Des vents violents les dispersent ensuite à travers l’île. Leur poids sur la couronne de l’atoll a été estimé17 à 35 tonnes de plastiques et 10 t. de verre, sans compter les nombreux bois flottés qui s’échouent et s’ajoutent aux restes métalliques déjà présents (munitions, épaves, moteurs de bateaux…).

Photographie 12 : Photographie aérienne de la côte nord de l’atoll de Clipperton

Photographie 12 : Photographie aérienne de la côte nord de l’atoll de Clipperton

Crédit : Passion 2015

8En effet, les mutations démographiques, des modes de vie, de consommation, mais également les préoccupations ont fait entrer les « restes » dans la catégorie des sciences sociales. L’essor de la garbologie et de la rudologie marque les premiers pas vers le traitement des résidus comme outils du portrait des sociétés. Mobiliser ce concept permet de s’interroger sur les modalités de construction de la connaissance, portant sur les systèmes d’organisation d’activités et de représentation de l’île. Cette étude apporte donc une modeste contribution à la réflexion engagée à présent en géographie, à savoir si l’on peut qualifier de tournant épistémologique, l’intérêt que les sciences sociales manifestent pour les restes, comme objet de recherche, mais aussi comme défi pour l’organisation des territoires. L’étude des restes est donc l’occasion de penser et mettre en débat les effets des crises économiques et environnementales actuelles.

Carte 2 : Géoréférencement des restes sur l’atoll de Clipperton, géolocalisés en avril 2015

Carte 2 : Géoréférencement des restes sur l’atoll de Clipperton, géolocalisés en avril 2015

9L’étude des restes nous renseigne donc sur l’histoire de l’île, les usages, les activités, les économies, les loisirs… donc sur les appropriations humaines, jusqu’aux revendications territoriales. De façon globale, elle permet de comprendre les formes de gestion, d’échange, de transformation, de récupération des éléments matériels laissés et voués à « disparaître ». La problématique des restes est donc envisagée non seulement comme un revers de la production, mais aussi comme un objet de recherche associant les dimensions historiques, symboliques, pratiques, géographiques, économiques, géopolitiques, paysagères et environnementales, écologiques et symboliques. La cartographie et les illustrations photographiques des restes géoréférencés sur l’atoll ont permis d’établir un état des lieux. Méthodologiquement, l’ensemble de la partie terrestre située entre l’océan et le lagon a été arpenté, pour quadriller la couronne corallienne de l’île.

1. Une faible biodiversité terrestre, avec d’importantes relations interspécifiques

10Sur Clipperton, le climat, le manque d’eau et l’ambiance saline n’autorisent la présence que d’une quinzaine d’espèces de plantes, pour la plupart halophiles et xérophiles, dont aucune n’est endémique. Certaines apparaissent et disparaissent au fil du temps, plus ou moins sensibles au soleil, aux embruns, à la houle, au sol pauvre, sec et sableux… Seules deux espèces ont été introduites volontairement par l’homme : le cocotier (Cocos nucifera) par les Américains en 1897 et le tabac (Nicotiana glauca) par les Mexicains en 1900 (JOST et alii., 2015 : 45). Du lagon à l’océan, on distingue donc des cocotiers, seuls représentants de la strate arborée, ainsi que des groupements de plantes herbacées : l’éléocharide géniculée (Eleocharis geniculata), le gombo sauvage (Corchorus aestuans), l’héliotrope de Curaçao (Heliotropium curassavicum), les ipomée pied-de-chèvre et triloba (Ipomoea pes-caprae, I. triloba), le chanvre du Queensland (Sida rhombifolia), le pourpier (Portulaca oleracea). À cette liste, s’ajoutent sept autres espèces végétales identifiées, dont l’herbe d’Eugène (Achyranthes aspera), la sauge (Salvia occidentalis) le gombo sauvage (Corchorus aestuans), le jonc (Eleocharis mutata), le petit tamarin blanc (Phyllanthus amarus), l’éragrostide ciliée (Eragrostis ciliaris) et le cenchrus épineux (Cenchrus echinatus). Certaines espèces, plus sensibles au soleil, aux embruns, à la houle, au sol pauvre, sec et sableux, ont du mal à se maintenir sur l’île, comme le pūrau de Tahiti (Hibiscus tiliaceus), présent en 2005, mais non retrouvé en 2015.

Photographie 14 : La cocoteraie du Bois de Bougainville dont certains arbres, isolés exposés aux tempêtes et vents violents, sont étêtés

Photographie 14 : La cocoteraie du Bois de Bougainville dont certains arbres, isolés exposés aux tempêtes et vents violents, sont étêtés

Crédit : A. Tchékémian, 2015

Photographie 15 : Tapis végétal formé par l’ipomée, une liane rampante recouvrant les restes sur l’atoll

Photographie 15 : Tapis végétal formé par l’ipomée, une liane rampante recouvrant les restes sur l’atoll

Crédit : A. Tchékémian, 2015

  • 18 Par exemple, les oiseaux peuvent transporter des graines, des spores par leur plumage, leurs pattes (...)

11L’inventaire floristique réalisé lors de cette mission a permis d’inventorier quinze espèces de plantes qui composent la flore terrestre, contre vingt-quatre en 1958 et six en 1997, bien que le nombre d’individus par espèce ait augmenté par rapport aux inventaires précédents. Ces plantes ont été transportées par l’Homme, les courants marins, disséminées par le vent et les oiseaux18.

Carte 3 : Cartographie de l’évolution du couvert végétal de l’atoll de Clipperton entre 1958 et 2001

Carte 3 : Cartographie de l’évolution du couvert végétal de l’atoll de Clipperton entre 1958 et 2001

Carte 4 : Cartographie du couvert végétal de l’atoll de Clipperton suite à l’expédition Passion 2015

Carte 4 : Cartographie du couvert végétal de l’atoll de Clipperton suite à l’expédition Passion 2015

12À partir de 1958, suite à l’élimination des cochons, seuls prédateurs, les crabes terrestres se sont multipliés en millions d’individus (CLUA et alii., 2018 : 34). Ceci explique en grande partie la disparition de la végétation, puisque les crabes se nourrissent d’algues, de feuilles de cocotier et de charognes. Dès 2001, suite à l’introduction accidentelle du rat noir (Rattus rattus), la population de crabes a considérablement diminué, et les jeunes pousses végétales, moins consommées, ont pu se développer. Entre 2013 et 2015, il y a eu un développement rapide, notamment des ipomées (plantes rampantes), au détriment de la nidification au sol d’oiseaux tels que les fous masqués. En 2015, la couronne de l’atoll est donc recouverte à 46 % par la végétation, alors qu’en 2001 aucun représentant des strates herbacée et arbustive n’existait. Seul 674 cocotiers, contre 806 en 2015, ont été recensés. En 2016, les observations ont confirmé cette dynamique de revégétalisation. En 2018, 1 405 cocotiers ont été inventoriés (865 en 2016 contre 847 en 2015). La végétation lianescente s’est également beaucoup développée, en particulier les prairies d’ipomées qui montrent une extrême vivacité, et ce malgré la submersion régulière de certaines zones lors d’épisodes de forte houle.

  • 19 Cf. INEICH et alii. (2009).

13La faible diversité d’animaux terrestres se caractérise par d’importantes colonies fragiles. La faune se limite à la présence d’une espèce de lézard, le Scinque d’Arundel (Emoia cyanura arundelii)19, à des scolopendres, puis à d’importantes colonies de crabes terrestres, de rats noirs. Ce dernier aurait été introduit involontairement sur l’île au début des années deux mille, suite à l’échouement d’un thonier. Clipperton accueille aussi une importante colonie de fous masqués (Sula dactylatra), et dans une moindre mesure de bruns (Sula leucogaster), à pieds rouges (Sula sula), puis quelques frégates (Fregata minor), gygis (Gygis alba), foulques d’Amérique (Fulica americana), poules d’eau (Gallinula chloropus), ainsi que le paille en queue à brin rouge (Phaethon rubricauda) et quatre espèces de sternes (WEIMERSKIRCH et alii., 2008). De plus, l’atoll est visité par d’autres oiseaux migrateurs originaires d’Amérique du Nord (HOWELL, 1993 ; STAGER, 1964). Les colonies de crabes et de fous se sont établies sur la couronne corallienne.

Photographie 16 : Fou masqué (gauche) sur la coque d’un jet-ski flottant dans le lagon, fou brun (au milieu) entouré d’Ipomée, fou à pieds rouges (droite) au pied d’un cocotier, à Clipperton

Photographie 16 : Fou masqué (gauche) sur la coque d’un jet-ski flottant dans le lagon, fou brun (au milieu) entouré d’Ipomée, fou à pieds rouges (droite) au pied d’un cocotier, à Clipperton

Crédits : A. Tchékémian, 2015

Photographie 17 : Fou masqué juvénile portant dans son bec un morceau de plastique (gauche) et un nid de foulques d’Amérique construit à partir de déchets plastiques

Photographie 17 : Fou masqué juvénile portant dans son bec un morceau de plastique (gauche) et un nid de foulques d’Amérique construit à partir de déchets plastiques

Crédit photo : Passion 2015 (gauche) ; A. Tchékémian, 2015 (droite)

14Le nombre de crabes terrestres est à présent en baisse, évalué à seulement 1 million en 2015 (contre 11 millions en 1967, puis 1,25 million en 2005) ; une tendance étayée par l’observation de la flore lianescente, aujourd’hui très vivace. La population de fous masqués diminue également, passant de 100 000 en 2005, puis 40 000 en 2016, soit une perte de 60 % en 11 ans. Ces oiseaux sont pourtant un signe de bonne vitalité du milieu qui offre des sites de nidification. Ils contribuent par leurs excréments à l’enrichissement du sol, et favorisent ainsi la croissance des végétaux. Les deux populations, de crabes et de fous, poursuivent leur déclin démographique, en raison de la faible ressource végétale présente pour le crabe, de la vitesse de développement du rat, à présent seul prédateur sur l’atoll, et de la pression sur la ressource halieutique exercée par les nombreux navires de pêche, obligeant les oiseaux marins à parcourir chaque jour jusqu’à 132 milles nautiques (244,5 km) pour trouver de la nourriture (WEIMERSKIRCH et alii., 2008).

Photographie 18 : Crabes terrestre de Clipperton (Johngarthia oceanica) se nourrissant de la dépouille d’un jeune fou masqué

Photographie 18 : Crabes terrestre de Clipperton (Johngarthia oceanica) se nourrissant de la dépouille d’un jeune fou masqué

Crédit : Passion 2015

Photographie 19 : Nid de rats noirs dans un reste métallique, aux abords de la stèle RF, comprenant un paillage, des plumes, des arêtes de poissons et des carcasses de crabes

Photographie 19 : Nid de rats noirs dans un reste métallique, aux abords de la stèle RF, comprenant un paillage, des plumes, des arêtes de poissons et des carcasses de crabes

Crédit photo : A. Tchékémian, 2015

15Dans le lagon actuellement fermé, nous notons l’absence de poissons. Cependant, dans l’océan, la faune sous-marine est très abondante, en raison du zooplancton. Dans la zone intertidale et jusqu’à une dizaine de mètres de profondeur, nous pouvions régulièrement observer de nombreux poissons tropicaux, dont les poissons-chirurgiens (Acanthurus achilles, A. triostegus, A. nigricans, A. xanthopterus), les nasons (Naso annulatus, N. hexacanthus, N. lituratus). À proximité de l’atoll, des espèces marines endémiques ont été remarquées, comme le mérou de Clipperton (Epinephelus clippertonensis), le chauffet de Baldwin (Stegastes de baldwini), le labre de Robertson (Thalassoma robertsoni) et le poisson-ange de Clipperton (Holacanthus limbaughi). L’ensemble de ces espèces a déjà été recensé à Clipperton par ROBERTSON & ALLEN (1996). Nous avons également relevé la présence de murènes, de langoustes, de petits requins. Puis des dépouilles de dauphins et de tortues marines ont été retrouvées sur le rivage de l’atoll. Ces espèces ont peut-être été victimes des filets de pêche des navires-usines ?

Photographie 20 : Le poisson-ange de Clipperton (Holacanthus limbaughi), une espèce endémique et protégée (par arrêté du 15 novembre 2016)

Photographie 20 : Le poisson-ange de Clipperton (Holacanthus limbaughi), une espèce endémique et protégée (par arrêté du 15 novembre 2016)

Crédit : G. Allen, 2006

Photographie 21 : Dépouilles de dauphin et de tortue marine découvertes sur le rivage de l’atoll Clipperton, en avril 2015

Photographie 21 : Dépouilles de dauphin et de tortue marine découvertes sur le rivage de l’atoll Clipperton, en avril 2015

Crédits : Passion (gauche), E. Chevreuil (droite), 2015

16L’activité de nombreux navires-usines dans la ZEE de Clipperton et à proximité nous enseigne aussi sur l’abondance en thons, bonites, marlins, espadons… Cependant, nous ne pouvons avoir une idée précise de la richesse des eaux ni appréhender l’attraction et la rétention que suscite son isolement océanique. Néanmoins, lors de notre expédition, aucune étude halieutique portant sur les grands poissons pélagiques n’avait été réalisée dans la ZEE. L’atoll de Clipperton peut cependant être considéré comme l’un des rares sanctuaires au monde. Seule île de corail existant dans l’océan Pacifique Nord, habitée ponctuellement, Clipperton constitue ainsi un écosystème unique. De plus, son récif corallien représente une référence pour le suivi des coraux, des requins et autres espèces pélagiques, à l’échelle mondiale, comme l’a étudié depuis Eric CLUA (2016).

Photographie 22 : La remarquable biodiversité des fonds marins de Clipperton

Photographie 22 : La remarquable biodiversité des fonds marins de Clipperton

Crédits : E. Clua (gauche), E. Chevreuil (droite)

17Les éléments de nature, biotique et abiotique qui composent l’île, ainsi que la manière dont le temps s’écoule, attestent que ce territoire est loin d’être désertique, inoccupé. Ainsi, les espaces maritimes et terrestres de Clipperton contribuent à la connectivité spatiale et génétique des espèces animales, pélagiques et mobiles. Parmi ces espèces, vingt-sept sont répertoriées sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Convention de la Nature, dont certaines sont classées à des niveaux de menaces élevés. De plus, treize espèces d’oiseaux marins se reproduisent sur l’île, dont quatre espèces de fous, et vingt-six autres y résident ponctuellement. Le cordon terrestre de Clipperton abrite l’une des plus grandes colonies au monde de fous masqués et fous bruns (Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, 2018 : 2). Cependant, ces colonies d’oiseaux dépendent de la ressource halieutique présente, notamment de petits poissons et des calmars qui sont chassés vers la surface de l’océan par les bancs de thon, eux-mêmes très convoités par les bateaux de pêche.

18Clipperton est donc un territoire aux dimensions multiples et un ensemble d’écosystèmes complexes. Bien que la pose d’une borne géodésique en 2001 ait permis la récolte de données, il est pour le moment trop tôt pour déterminer si l’île de Clipperton se soulève ou s’enfonce. L’élévation du niveau de l’océan pourrait également être en cause. Les évolutions géomorphologiques observées confirmeraient que Clipperton soit érodée par l’océan. En dépit de l’élévation des eaux, le récif corallien y demeure l’un des mieux conservés de la région, tant dans sa biomasse de poissons de récif, que dans ses espèces marines spécifiques, son lagon d’eau saumâtre, et sa faune aviaire de fous masqués et de fous bruns dont les colonies sont caractérisées comme étant parmi les plus grandes au monde. L’île comprend donc une mosaïque d’écosystèmes différents imbriqués les uns dans les autres, dans un espace réduit : cocoteraie, steppe arbustive, dune, plage… De par sa densité animale comme végétale, et son état de conservation des milieux, l’ensemble représente un intérêt scientifique majeur. Le presqu’atoll offre ainsi l’opportunité d’étudier les phénomènes atmosphériques comme El Niño, oscillation australe conséquence du réchauffement climatique sur les coraux, impactant les mouvements tectoniques et les variations du niveau marin.

  • 20 Les prélèvements annuels de pêche dans la ZEE de Clipperton sont estimés à 50 000 tonnes de thons, (...)

19L’atoll apparaît comme un système où se crée à la fois de l’ordre et du désordre, dans un processus auto organisateur, ce qui pousse à y interroger les relations entre règles et libertés. Ce n’est pas tant la multiplicité des éléments, ni même la diversité de leurs interrelations qui caractérisent un système, c’est l’imprévisibilité potentielle de son fonctionnement qui oblige à les interpréter de façon intelligible. L’objectif scientifique ne réside plus dans la réduction du complexe au simple : il traduit le complexe en théorie. Ainsi, la complexité d’un territoire s’observe d’abord à travers des structures organisationnelles hiérarchisées, et donc via une structure interne complexe. Par exemple, dans notre objet d’étude, la présence des crabes, des fous, puis des rats engendre une complexité organisationnelle, qui se traduit par des déséquilibres entre espèces. Au-delà des rapports entre espèces animales et végétales, la spécificité de la complexité à Clipperton tient à l’abondance des restes des activités humaines. Les nombreuses épaves échouées sur le récif qui entourent l’île attestent de la permanence des difficultés éprouvées par ceux qui souhaitent y débarquer. Clipperton évolue perpétuellement, tel un vortex. Plusieurs sens participent alors à notre définition du paysage de l’île : la vue, l’ouïe par le son du vent, des vagues… le touché par la couche instable et meuble de la « soupe de corail », mais aussi l’odorat par le parfum particulier de l’île, mélange entre sels, embruns et guanos. Ce paysage olfactif ne se rapprocherait-il pas de celui que les premiers navigateurs et explorateurs du XVIIIe siècle auraient ressenti ? Du fait de sa situation sur une vaste zone de passage et de pêche20, Clipperton représente également un intérêt géostratégique dans le Pacifique Nord pour l’État français.

2. Clipperton, une présence française dans le Pacifique : intérêts scientifiques et stratégiques

20Une grande partie des restes trouvés sur Clipperton, dont des déchets, sont le fruit de la mondialisation. Des déchets de tailles variables, notamment de plastique, représentent une nocivité pour l’environnement de Clipperton. Sur une bande de 400 m de large, d’importantes zones d’amas sont présentes. Ces déchets sont transportés par les courants marins, et déposés par les vagues le long du trait de côte. Ensuite, selon leur relief, leur poids, et les évènements climatiques, ils se déplacent sur l’atoll, s’enfouissent et se dégradent lentement. Ils ne représentent que la partie visible de l’iceberg, puisque ceux trop lourds ou submergés (comme des canettes), tapissent le fond de l’océan, et les plus fragiles (tels que des mégots) sont éparpillés en micro particules. Les courants marins étant variables aux abords de Clipperton, ils revêtent un rôle important dans l’ensemble de la circulation océanique, ainsi que dans les transports d’organismes vivants sur des distances parfois considérables. Dans cette partie du Pacifique, il existe trois courants principaux dont la position et l’intensité varient selon les saisons. Les déchets plastiques déversés dans la mer entament une longue dérive. Sous l’effet de la rotation de la Terre, les courants marins créent des gyres océaniques, provoqués par la force de Coriolis. Les déchets dérivent souvent depuis des décennies dans l’océan et s’agglutinent. La plus grande plaque de détritus océaniques, flottant entre Hawai’i et la Californie, est appelée « Vortex de déchets du Pacifique Nord ». Elle est composée essentiellement de déchets plastiques, d’emballages, de matériels de pêche…

Figure 3 : Les plaques de déchets dans la zone de convergence subtropicale du Pacifique Nord

Figure 3 : Les plaques de déchets dans la zone de convergence subtropicale du Pacifique Nord

21Ainsi, le septième continent serait constitué de plus de 1,8 milliard de morceaux de plastique, soit 80 000 t. flottant dans l’océan Pacifique. Il s’étend sur 3,4 millions de km², et la dimension des plaques peut atteindre jusqu’à 30 m de profondeur. À Clipperton, le poids des déchets présents sur la couronne de l’atoll a été estimé, en 2015, à 35 t. de plastiques et 10 t. de verres, sans compter les morceaux de bois et débris métalliques transportés par l’océan. Cette même année, une collecte de déchets a été organisée avec l’aide de l’ensemble des scientifiques. Malgré la quantité de déchets récoltés, il est important de préciser qu’aucun ramassage n’est effectué de façon régulière. Chargés sur la Frégate de surveillance, les déchets ont été stockés dans une cale du bateau en attente de la prochaine escale.

Photographie 24 : Danielle Duchauchoy et Anthony Tchékémian lors de la collecte de déchets plastiques et de verres, collectés en une heure sur l’atoll de Clipperton

Photographie 24 : Danielle Duchauchoy et Anthony Tchékémian lors de la collecte de déchets plastiques et de verres, collectés en une heure sur l’atoll de Clipperton

22Crédit photo : Passion 2015

23Clipperton n’est pas situé dans les eaux territoriales de la Polynésie française, mais la réglementation environnementale qui s’y applique est celle de l’Etat français. En mai 2002, l’ensemble de la ZEE de la Polynésie française est classé « sanctuaire des mammifères marins », et accueille plus d’une vingtaine d’espèces, préservées et protégées, évoluant en toute liberté. L’atoll offre à la France, une ZEE d’environ 436 000 km² ce qui représente un potentiel encore inexploité pour le développement de la recherche internationale, sur des thèmes d’intérêts planétaires (changement climatique, déchets et biodiversité…). Aussi, cette ZEE constitue une importante ressource halieutique, et permet à la France de satisfaire à ses engagements internationaux des zones marines protégées. En 2006, un arrêté de protection de biotope, créant une Aire Marine Protégée (AMP) dans les douze milles marins autour de l’île, a donc été mis en place dans le but de préserver l’équilibre biologique des milieux naturels nécessaires à la préservation des espèces animales. En novembre 2016, le ministère de l’Environnement a donc créé une AMP autour de Clipperton, soit un « espace géographique clairement défini, reconnu, dédié et géré par des moyens efficaces légaux et autres, pour atteindre la protection à long terme de la nature ainsi que des services d’écosystèmes et des valeurs culturelles associées ». Délimitée par la loi, l’AMP permet de protéger l’ensemble de son environnement, qui comprend la zone intertidale, sa colonne d’eau, sa faune et sa flore, ainsi que ses particularités historiques et culturelles.

24Le Gouvernement polynésien dispose de la compétence de réglementation des domaines de la protection de l’environnement et des ressources en mer. Or, en Polynésie française, seuls 2 % du territoire représente une zone terrestre protégée. Parmi les nouveaux principes fondamentaux, il y a notamment celui du code de l’environnement, qui interdit les prélèvements de sable et de coquillages, mais aussi la capture et la commercialisation d’espèces présentes, qui constituent donc une activité illégale. Certains poissons et coquillages ont d’ailleurs été mis à l’honneur par des séries de pièces ou encore de timbres. Ainsi, les tensions entre États au sujet de l’utilisation et de la possession de Clipperton s’illustrent par la réalisation officieuse et la mise en circulation de timbres, entre 1895 et 2011, leur permettant d’influer sur les représentations collectives et de revendiquer ce territoire et leur souveraineté. Historiquement, Américains, Anglais, mais aussi Mexicains et Français se disputent l’île et tentent de conforter leur possession en surchargeant leur administration de timbres à l’effigie de Clipperton. Le célèbre conflit entre la France et le Mexique de 1898 est d’ailleurs ancré dans l’histoire du droit international.

Carte  : Les ressources halieutiques et minérales dans la ZEE de Clipperton

Carte  : Les ressources halieutiques et minérales dans la ZEE de Clipperton

Source : Vandendyck, 2016

  • 21 La Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM - United Nations Convention on the La (...)
  • 22 Aucun Etat, aucune personne physique ou morale ne peut s’approprier une partie quelconque de la Zon (...)

25À l’instar des autres espaces maritimes, Clipperton est régi par le droit international, notamment le droit de la mer. Signée à Montego Bay21 en 1982 et ratifiée par la France en 1996, la Convention des Nations-Unies sur le droit de la mer définit les différents statuts des espaces maritimes. Il existe ainsi différentes catégories d’espaces sur lesquels les États peuvent exercer leur souveraineté et leur juridiction. Au-delà des limites des juridictions nationales, il y a le domaine de la « Zone »22, considéré comme appartenant au patrimoine commun de l’humanité. Il est important de préciser que Clipperton est une possession française d’outre-mer depuis 1931, date de confirmation de la souveraineté française face au Mexique, par l’arbitrage international du roi d’Italie. Un décret de 1936 le rattache au Gouvernement des Établissements français d’Océanie. L’atoll est ensuite placé sous la juridiction de la Polynésie française en 1986. Depuis février 2007, l’autorité du ministre chargé de l’Outre-mer s’y exerce, autorité administrative qu’il délègue au Haut-Commissariat de la République en Polynésie française, bien que l’atoll ne fasse pas partie de cet ensemble archipélagique. Aujourd’hui, Clipperton relève du domaine public de la République française et est inscrit au tableau des propriétés domaniales de l’État français. En tant que territoire inhabité, l’atoll est soumis au même registre législatif que les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Sur le plan exécutif, il est uniquement doté d’une ligne budgétaire dans les comptes publics du gouvernement. Répertoriée en tant que commune française, Clipperton bénéficie d’un statut de collectivité d’outre-mer.

  • 23 En septembre 2017, l’équipage B du Bâtiment multi-missions (B2M) Bougainville a achevé le premier v (...)
  • 24 « Autour de l’île, la pêche au thon dans la zone économique des 200 milles nautiques (10 800 tonnes (...)
  • 25 Cf. communiqué de presse de Nautilus Minerals (Vancouver), du 24 septembre 2012, n° 23, intitulé « (...)

26La position de Clipperton permet ainsi, en 2003, à la France d’adhérer à la commission intra-américaine du thon tropical (Inter American Tropical Tuna Commission - IATTC) et de participer activement à ses travaux. En 1983, une ZEE d’un rayon de 200 milles nautiques (435 612 km²) a été créée autour de l’île. Par exemple, au début des années 2000, la pêche au thon dans la ZEE avait été estimée à environ 10 800 t. de prises illégales par an. Cette ZEE permet donc à la France, État côtier, d’exercer ses droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources. Ainsi, Clipperton fait l’objet depuis une quinzaine d’années d’un regain d’intérêt. La France y réaffirme sa souveraineté en y envoyant régulièrement des missions militaires et scientifiques23. Ces richesses économiques exploitables se situent dans les 200 milles marins (370 km) entourant l’île, en plein cœur de la pêcherie de thon de l’océan Pacifique tropical, ainsi qu’à 2 000 km des permis français d’exploration de nodules polymétalliques et de produits miniers (AUGER, 1991 : 64)24. Ces ressources minières océaniques, estimées en 2012 à 410 millions de tonnes25, sont présentes sur la zone géologique entre les fractures de Clarion et de Clipperton, d’une surface de 6 millions de km2, au nord-est du Pacifique, entre l’archipel d’Hawai’i et la côte ouest du Mexique. Cependant, l’exploitation est pour l’heure plus onéreuse que rentable, avec de nombreux impacts environnementaux (DYMENT et alii., 2014).

Carte 6 : Carte des permis miniers accordés par l’International Seabed Authority (ISA) pour l’exploration des gisements de nodules polymétalliques, dans la zone de fracture de Clarion-Clipperton, du Pacifique Nord-Oriental

Carte 6 : Carte des permis miniers accordés par l’International Seabed Authority (ISA) pour l’exploration des gisements de nodules polymétalliques, dans la zone de fracture de Clarion-Clipperton, du Pacifique Nord-Oriental
  • 26 En 2016, la colonie de fous masqués est en déclin (env. 40 000 individus), car elle dépend des popu (...)
  • 27 Les travaux de GAUSE, en 1934, ont mis en évidence que dans un environnement stable deux espèces qu (...)
  • 28 Par exemple, une plante lianescente, vigoureuse, l’Ipomoea triloba, recouvre le sol, limitant ainsi (...)

27L’île de Clipperton présente un grand intérêt scientifique pour la surveillance météorologique et géostratégique dans le Pacifique Nord, car située sur une grande zone de passage maritime. De plus, elle permet les observations de l’océan, des grands fonds et de leur biodiversité, face aux évènements climatiques planétaires. L’île permet aussi d’étudier les connexions26 avec l’ensemble des écosystèmes du Pacifique oriental, comme les oiseaux marins et les requins, mais aussi de comprendre les compétitions27 interspécifiques28 entre végétaux et animaux.

28Bien que ce presqu’atoll soit isolé, il est l’une des clefs du Pacifique, car relais obligatoire entre Panama et les îles Hawai’i. Malgré la souveraineté définitive sur l’atoll de la France depuis 1931, il fait toujours l’objet de revendications, car représente un atout géostratégique en raison de sa proximité avec le continent américain. L’île possède aussi l’avantage de se trouver très proche de l’Équateur, ce qui constitue une position idéale pour suivre les mouvements satellitaires. Les ressources des gisements de nodules polymétalliques constituent un enjeu notable. Aussi, ses importantes ressources halieutiques représenteraient près de 50 000 tonnes par an. Or, l’absence de moyen de contrôle sur la zone ne permet pas d’éradiquer les pratiques contraires au droit maritime international. Sa situation sur une vaste zone de pêche et de passage au sein du Pacifique Nord, pourrait ainsi faire de Clipperton un lieu d’implantation d’une base militaire et scientifique.

Conclusion : pour une coopération entre les scientifiques et les militaires

« Dans le petit morceau d’Univers qu’est notre planète, notre berceau, notre domaine, que de merveilles ! Nous sommes vraiment chez nous, entourés de formes, de sons, de couleurs, réalisés par les forces localement à l’œuvre, les mêmes forces qui nous ont fait. Nous pourrions nous contenter d’admirer, nous laisser bercer. Mais nous ne savons pas nous satisfaire de voir et d’entendre. Nous voulons savoir et comprendre. À nos « comment ? », la réalité nous fournit peu à peu quelques réponses. À nos « pourquoi ? », il nous faut répondre nous-mêmes. Cet Univers a-t-il un sens ? Espérons n’avoir jamais d’autre réponse que : « le sens que nous lui donnons. »
Albert JACQUARD (1992 : 8)

29Naissant sur un atoll exempt de présence humaine régulière, les animaux terrestres et marins ingèrent pourtant une pollution anthropique. L’impact environnemental des déchets plastiques est bien réel, reflétant de façon spectaculaire les apories et le gaspillage du système d’échange et de production mondialisé. Les déchets échoués sur Clipperton témoignent notamment de la présence illégale de navires-usines dans la ZEE. Bien que la surveillance relative de Clipperton, loin des centres officiels de décisions, facilite les pratiques illégales, son éloignement et son absence d’infrastructures rebutent les thoniers français. De nombreux bateaux profitent pourtant de cet isolement pour puiser dans sa réserve halieutique, considérée comme l’une des plus riches. Le Gouvernement français reconduit régulièrement l’accord de partage des ressources halieutiques, sous conditions. Mais, cela n’empêche pas les prélèvements massifs de thons et autres poissons, qui fragilisent l’équilibre des écosystèmes récifaux, océaniques et terrestres.

30Aux problèmes de surpêche s’ajoute, enfin, la menace d’une exploitation touristique. Cependant, l’arrêt de protection de biotope mis en place autour de Clipperton a permis de limiter les autorisations d’accès. Clipperton constitue ainsi un laboratoire des conséquences de l’activité humaine sur l’environnement. L’océan joue un rôle majeur dans le système climatique planétaire. De plus, ses grands fonds recèlent une vie insoupçonnée, source de convoitises, au point de rendre nécessaire une gestion maitrisée. Plus de la moitié de l’océan, dont la haute mer, est en effet sans règle de gouvernance, à la différence de l’extraction des minerais qui est soumise aux permis d’exploitations délivrés par l’autorité internationale des fonds marins, affiliée à l’ONU. Depuis septembre 2018, après 10 ans de discussions, une troisième session de négociations doit aboutir à l’adoption d’un traité de la haute mer, sous l’égide de l’ONU. Les négociations portent notamment sur le partage des ressources génétiques marines et la réalisation d’études d’impact environnemental en amont des projets d’exploitation. Comptant près de 70 % de son domaine marin dans le Pacifique grâce à ses outremers, la France est un État côtier riverain de presque tous les océans. Cette gouvernance planétaire pourrait se mettre en place à condition d’occulter la notion de propriété, et de déplacer le terrain des négociations vers les droits d’usage. Pourtant, à l’échelle mondiale, seul 1 % de l’océan fait actuellement l’objet d’un zonage de protection.

31La protection de la zone devient alors un enjeu majeur. Des systèmes élaborés ont été mis en place afin de surveiller en temps réel les activités des bateaux, y compris les activités illicites. La pêche illégale représenterait en effet une perte de 10 à 23 milliards d’euros par an dans le monde, soit 20 % des captures mondiales. De plus, seuls 10 % des fonds marins seraient connus avec précision. Malgré les progrès, seuls 3 % des océans bénéficient de mesures de protection fortes. Or, un taux de 30 à 40 % serait nécessaire pour profiter aux pêcheurs comme aux espèces. Au-delà de son apport en ressources alimentaires, énergétiques, médicales et cosmétiques, l’océan est un important régulateur climatique. Il absorbe en effet à 90 % les excédents de chaleur résultant de la concentration atmosphérique des gaz à effet de serre. Aussi, l’acidification de l’océan par l’absorption d’une partie du dioxyde de carbone atmosphérique perturbe l’ensemble de la chaîne alimentaire marine. Le réchauffement climatique modifie l’écosystème marin : des espèces invasives prolifèrent, les pollutions aux microplastiques sont potentiellement pathogènes… Alors que la vision utilitariste de la mer domine, une approche concertée et écosystémique doit être adoptée afin de réguler et limiter les pollutions déversées.

32Les ZEE françaises du Pacifique restent cependant ancrées dans les nouvelles rivalités marines. En effet, en raison de l’étendue de ses espaces marins, la France partage des délimitations maritimes avec trente-et-un États. De plus, au cours des trente dernières années, le monde maritime a connu une formidable expansion du transport de marchandises. Son étendue le rend particulièrement difficile à contrôler et sécuriser. Au-delà des risques de collisions, les conflits de souveraineté et les rivalités d’exploitation de ressources offshore génèrent également de plus en plus de tensions. Conscients de ces enjeux, les États affirment leur puissance en mer, notamment dans les ZEE, et développent leurs flottes militaires. Contrôlant une ZEE de 9 millions km² en Indopacifique, la France peut prétendre à un statut d’acteur régional dans la zone indopacifique. Cette région, l’une des plus peuplées au monde, représente un tiers du commerce international. Or, les risques de conflits y sont très élevés. Ainsi, dans cet environnement complexe, la France joue un rôle majeur en matière de sécurité et de stabilité, aux côtés de ses partenaires. La stratégie « d’axe indopacifique » permet à la France d’exercer son droit de circulation maritime et aérienne dans la région, et de lutter contre les trafics illégaux. Dans la compétition mondiale pour les ressources, la France dispose donc de deux atouts majeurs que sont la ZEE de la Polynésie française et celle de Clipperton. Cette dernière, face à la multiplicité des menaces, dispose de moyens de surveillance actifs, du fait des forces armées présentes en Polynésie française et de l’outil satellitaire développé.

33Enfin, une installation permanente sur l’île de Clipperton permettrait à la France de renforcer ses moyens pour affirmer sa souveraineté dans le Pacifique, sur le modèle de base présent dans l’océan Indien. Une base scientifique et militaire contrôlerait les pêches et préviendrait les débarquements illégaux. La complémentarité entre scientifiques et militaires constatée lors de cette mission incite à renforcer ce type de coopération et encourage une implantation permanente sur l’île. Cela permettrait d’observer les évolutions de l’environnement insulaire océanien tout au long de l’année, de poursuivre l’étude historique des restes, mais aussi de compiler, d’observer et d’anticiper les crises environnementales. Cette propriété française, qui nous a révélé toute sa richesse, est au cœur des enjeux environnementaux et géostratégiques contemporains. Clipperton amène à s’interroger sur les relations complexes de l’Homme à son milieu : l’île constituerait un territoire approprié, humanisé et civilisé, au sein duquel l’œcoumène composerait avec l’érème.

34En fait, cette figure de l’île déserte évoque la lecture de Vendredi ou les limbes du Pacifique, de Tournier. Enfant, j’avais été surpris également que Robinson Crusoé voyait « son » île comme déserte et que le paysage lui semblait « sans âme qui vive », pour reprendre l’expression. Je croyais y lire la métaphore de la solitude absolue, de l’Homme en dehors de la société et proche de sombrer dans la folie. Mais je comprends à présent que le naufragé se définit d’abord comme le seul sujet d’un monde d’objets, sur lesquels il acquiert un droit de possession : sans la présence d’autrui, il ne peut toutefois accéder à la conscience de soi et du monde. Le paysage n’a pourtant rien de désertique, d’aride ou d’infertile et Robinson y découvre la luxuriance de la vie, végétale ou animale. Habité et animé par des éléments de nature, l’endroit ne semble déjà plus si désert : pour employer un vocabulaire contemporain, Robinson entre ainsi sans cesse en interaction avec la biodiversité. Cette île se trouve en outre au carrefour de circulations périodiques de populations. Le récit eût donc été tout autre si Robinson avait échoué à un endroit vide du moindre élément vivant ! Si la fiction du Robinson sur son île tropicale et l’histoire avérée des oubliés de Tromelin ont pu alimenter le genre de la « robinsonnade » pour constituer des mythes géographiques, ils s’opposent pourtant dans leur approche de l’île déserte (vide d’humains ou de vies). Ceci conduit à s’interroger, de façon plus générale, sur la place des interactions entre l’être humain et le vivant (végétal ou animal). Cette approche s’inscrit dans le renouvellement actuel de la géographie et permet d’articuler de façon novatrice sciences sociales et sciences naturelles, initiée à mon sens par l’inspirante scientifique qu’est pour moi Nicole Mathieu. Puis comme l’explique Nathalie Blanc, une autre grande chercheuse, cette dimension de l’espace intime et temporelle était peu prise en compte par la géographie. Et la question du développement durable, qui réintroduit une forte dimension temporelle, force la géographie à aller sur d’autres types de réflexions. Mais l’environnement insulaire peut aussi révéler des caractères autoritaires, voire tyranniques. L’histoire des esclaves de Juan de Nova et des naufragés du Batavia constitue autant de mise en garde. À Clipperton, la mémoire des atrocités commises par le Mexicain, Victoriano Alvarez, autoproclamé roi de l’île à partir de 1907, reste présente : durant ce séjour, je n’ai pu m’empêcher de penser au calvaire vécu par ces femmes et ces enfants soumis à ce bourreau. Un déterminisme géographique pourrait expliquer ces dérives : l’isolement, l’anonymat du vide océanique, l’absence de contrôle et de structures. L’île deviendrait alors un précipité des maux de notre société : précaire, l’Éden laisserait alors la place à l’enfer de la condition terrestre. Au-delà de ces fantasmagories, l’étude de terrain et l’analyse des données font émerger un nouveau questionnement.

Photographie 24 : Reste d’une poupée parlante, déchet de plastique déposé par les courants marins sur l’atoll de Clipperton

Photographie 24 : Reste d’une poupée parlante, déchet de plastique déposé par les courants marins sur l’atoll de Clipperton
Haut de page

Bibliographie

Al Wardi S., Regnault J.– M., Sabouret J.– F. (2017). Actes des colloques « L’Océanie convoitée », Paris, Punaauia, CNRS Editions, pp. 220-226.

Auger A. (1991). « La pêche dans la zone économique de l’île de Clipperton », La Revue Maritime, « Economie Maritime », n° 421 : 63-75.

Barbault R. (2006). Un éléphant dans un jeu de quilles : l’homme dans la biodiversité. Ed. Seuil, Paris, 266 p.

Clua, E. (2016). Mission internationale sur l’atoll de Clipperton (île de La Passion – France) et les îles Revillagigedo (Mexique) du 28 janvier au 11 février 2016. Rapport de mission. CRIOBE USR 3278, CNRSEPHE-UPVD, RA231, 62 p

Clua E., Aurat F., Bin N., Bin S., Boissin E., Chavance Y., Cron D., Hertau Elineau A., M., Lancelot J., Moro J-M., Moulin C., Pey A., Pogoreutz C., Pollina T., Trouble R., Planes S. (2018). Mission Tara Pacific sur l’atoll de Clipperton (île de La Passion – France) du 06 au 13 août 2018. Rapport de mission. CRIOBE USR 3278 CNRS-EPHE-UPVD et TARA PACIFIC, RA 272, 72 p.

Dyment J., Lallier F., Le Bris N., Rouxel O., Sarradin P.– M., Lamare S., Coumert C., Morineaux M., Tourolle J. (2014). Les impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes. Expertise scientifique collective, Synthèse du rapport, CNRS–Ifremer, 110 p.

Ehrhardt J.P. (1968). Recensement en 1968 de la population de Gecarcinus planatus Stimpson sur l’atoll de Clipperton, Rapport particulier n° 40, CRSSA/BIO-ECO, Paris, 9 p.

Garcia Bergua A. (2009). L’île aux fous. Trad. de l’espagnol (Mexique) Serge Mestre. Ed. Mercure de France, Coll. Bibliothèque étrangère, Paris, 288 p.

Guiart J. (1978). « Rossfelder, André. Clipperton, l’île tragique », Journal de la Société des océanistes, 61(34) : 200.

Howell S. N. G., Pyle P., Spear B. L., Pitman R. L. (1993). North American migrant birds on Clipperton atoll », Western Birds, 24(2): 73-80.

Ineich I., Berot S., Garrouste R. (2009). « Les reptiles terrestres ou comment survivre en devenant “vampires” », Charpy L. (éd.), Clipperton, environnement et biodiversité d’un microcosme océanique. Publications scientifiques du Muséum, IRD Editions, Coll. Patrimoines naturels : 347-380.

Jacquart A. (1992). La légende de la vie. Ed. Flammarion, Paris, 287 p.

JOST C., (2005). « Risques environnementaux et enjeux à Clipperton (Pacifique français) », Cybergeo, Environnement, Nature, Paysage, document 314, URL : http://cybergeo.revues.org/3552.

Jost C. (2011). « Evolution, protection et gestion de l’environnement de Clipperton. Quels enjeux pour la France ? », dans Cahiers Havrais de Recherche Historique, Collectif, « Dubocage de Bléville, Clipperton et la Chine », Actes du colloque à l’occasion du tricentenaire de la découverte de l’île de La Passion, 1er et 2 avril 2011, Le Havre, spécial hors-série : 163-222.

Jost C., Tchekemian A., Dumas P. Solis-Weiss V., Sanvicente Anorve L., Lemus Santana L. Grellier M., Jost X., Gravier-Bonnet N., Duchauchoy A. & D. (2015). Mission scientifique internationale Passion 2015 à La Passion-Clipperton, rapport du 01 avril au 06 mai 2015 et sur l’île de La Passion (Clipperton) du 14 au 29 avril 2015, sous le Haut Patronage de François Hollande, Président de la République, de la Ministre des outre-mer George Pau-Langevin, avec le soutien du Député Philippe Folliot, UPF/UNC/ULR/UNAM/AFD/MAEDI/MOM, Tahiti, Polynésie française, novembre, 90 p.

Juet H. (2004). Clipperton, île de la Passion, Ed. Thélès, Paris, 258 p.

Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (2018). Création d’une aire marine protégée dans les eaux territoriales de l’atoll de Clipperton, 4 p.

Perger R. (2019). « A New Species of Johngarthia from Clipperton and Socorro Islands in the Eastern Pacific Ocean (Crustacea: Decapoda: Gecarcinidae) », Pacific Science, 73(2) : 285-304.

Robertson D. R., Allen G. R. (1996). « Zoogeography of the shorefish fauna of Clipperton Atoll », Coral Reefs, 15(2) : 121-131.

Rossfelder A. (1976). Clipperton, l’île tragique. Ed. Albin Michel, Coll. Essais et documents, 284 p.

Skaggs J.– M. (1989). Clipperton : A History of the Island the World Forgot, Walker & Co, New York, octobre 1989, 318 p.

Stager K. E. (1964). « The birds of Clipperton island, eastern Pacific », Condor, 66(5): 357-371.

Stimpson W. M. D. (1862). « Notes on North American Crustacea, in the Museum of the Smithsonian Institution, n°II », Annals of the New York academy of sciences, 7: 176–246.

Tchekemian A. (2021). Clipperton, les restes de la Passion. Regards sur le seul atoll corallien français dans l’océan Pacifique nord-oriental, préface de Gérard CHALIAND, Presses Universitaire des Antilles, coll. Espaces, territoires et Sociétés, 191 p.

Weimerskirch H., Le Corre M., Bost C. A., Ballance L.T., Pitman R.L. (2008). « L’avifaune et l’écologie des oiseaux marins », dans Charpy L. (coord.), Clipperton : environnement et biodiversité d’un microcosme océanique, Patrimoines Naturels, Muséum National d’Histoire naturelle & IRD Editions, Paris : 381-392.

Haut de page

Notes

1 Une légende voudrait qu’en 1704, le flibustier John Clipperton, mutin ou déserteur du navire le Saint-Georges, dirigé par le corsaire William Dampier, y aurait caché un trésor (SKAGGS, 1989). Bien qu’aucune trace écrite de son passage n’ait été retrouvée, l’histoire retient le nom de l’île de Clipperton. D’après JUET (2004 : 46) le trésor de Clipperton serait une invention du capitaine Murtie. Après une avarie causée par une violente tempête, le navire anglais Kinkora, chargé de bois, s’échoue, le 1er mai 1897, sur le récif corallien de l’île. Murtie et l’ensemble de l’équipage se réfugient sur l’île et construisent des abris avec le bois de la cargaison. Une semaine plus tard, l’équipage de la goélette Twilight passant aux abords de l’île, aperçoit les signes des naufragés. Le capitaine de la Twilight demande une somme importante pour les embarquer. Murtie refuse et, afin d’occuper ses hommes, il invente la légende selon laquelle John Clipperton aurait caché un trésor sur l’île. Le 27 juin 1897, tous sont recueillis par le croiseur britannique HMS Comus.

2 L’atoll a été aperçu par des navigateurs français, le Vendredi saint du 3 avril 1711, jour de la Passion du Seigneur. Le 23 mars 1708, quatre navires, la Princesse, l’Aurore, la Diligente et la Découverte, armés au Havre et à Dunkerque, quittent le port de Brest en direction des côtes péruviennes. Le 8 mars 1711, Mathieu Martin de Chassiron (1674-1722) et Michel Dubocage (1676-1727), commandant respectivement les frégates Princesse et Découverte, voguent vers la Chine. En chemin, le 3 avril 1711, ils aperçoivent une île inhabitée qu’ils baptisèrent « la Passion ». Ils ne peuvent y débarquer en raison de l’état de la mer, mais Dubocage en fait la description dans son journal de bord et en établit la cartographie (JOST, 2005 : 170). Le 13 juillet 1712, après une escale de huit mois, les deux navires quittent la Chine. Le 23 août 1716, ils regagnent le port du Havre. À leur retour, ils découvrent que quelques années auparavant, en 1704, le flibustier John Clipperton avait posé le pied dessus : l’île prend donc son nom.

3 Au XIXe siècle, le guano est récolté, utilisé comme engrais en raison du phosphate qu’il contient. Ajoutons que ce surnom n’est pas usurpé du fait de la présence et de l’odeur permanente de cette matière organique en décomposition et des déjections qui, lâchées du ciel, bénissent notre présence.

4 Surnom donné par un élève officier à bord du Croiseur Jeanne d’Arc, le 4 décembre 1935 (GUIART, 1978).

5 Film réalisé par Jacques-Yves Cousteau et Jacques Ertaud, 1980, Coll. L’odyssée sous-marine de l’équipe Cousteau, vol. 36, Fondation Cousteau en coproduction avec TF1, KCET Los Angeles USA et Bavaria Atelier Gmbh/Amaya.

6 En 1906, une garnison de soldats, avec femmes et enfants, est installée par le gouvernement mexicain. Le capitaine Ramón Arnaud est nommé à la tête du groupe. La marine mexicaine les ravitaillait environ tous les quatre mois. Mais, à partir de 1910, au début de la révolution mexicaine, ces îliens ne sont plus ravitaillés, ils deviennent « les oubliés de Clipperton ». Beaucoup meurent du scorbut et de naufrages en tentant de regagner la côte mexicaine. À la fin du mois du mai 1915, le Capitaine Arnaud aperçoit un navire au large des côtes de Clipperton. Désespérés par la situation, Arnaud et le lieutenant Cardona décident de mettre à la mer un radeau de fortune. Hélas, les hommes disparaissent dans l’océan, abandonnant femmes et enfants à leur triste sort. Il ne reste que le gardien du phare, Victoriano Alvarez, que tous pensaient mort du scorbut, ainsi que quinze femmes et enfants. Seul homme sur l’île, Alvarez s’autoproclame « Roi de Clipperton » et durant plus de deux ans de règne tyrannique, il abuse sexuellement ses sujets et les tue. Le 17 juillet 1917, dans un ultime élan de courage, deux femmes, Alicia Arnaud et Tirzah Randon, assènent à leur tortionnaire des coups mortels. Ironie du sort, le lendemain, le 18 juillet 1917, le navire américain Yorktown, venu vérifier que l’île de Clipperton n’abrite pas une base de sous-marins allemands, accoste sur l’île et découvre avec effroi trois femmes, une adolescente, sept enfants rescapés, amaigris, apeurés, hagards, ainsi que le corps inanimé de Victoriano Alvarez.

7 A Clipperton, des millions d’individus de crabes terrestre forment une importante colonie. Ce crabe de couleur orangée, omnivore et opportuniste, se nourrit de végétaux, de régurgitations et d’œufs d’oiseaux marins pondus à même le sol, ainsi que de dépouilles d’animaux. Auparavant, le crabe de Clipperton été nommé Gecarcinus planatus Stimpson (EHRHARDT, 1968). En 2015, l’expédition a permis d’identifier cette espèce indigène de Clipperton comme étant Johngarthia planata (STIMPSON, 1862). Puis, l’étude de PERGER (2019) révèle que le crabe de Clipperton, comme celui présent sur l’île Socorro (archipel de Revillagigedo), située à 900 km de Clipperton dans l’océan Pacifique oriental, appartient à une nouvelle espèce, Johngarthia oceanica sp. nov., différente de J. planata en raison du large lobe sous-rectangulaire de la marge infraorbitaire (étroit, sous-triangulaire chez J. planata) et d’une carapace dorsale jaune foncé à orange vif, avec ou sans zones noires, d’extension différente (uniformément rouge à marron chez J. planata). Ainsi, à Clipperton, la population de crabe, J. oceanica sp. nov., mérite une attention toute particulière en raison de la menace portée par le développement du rat noir (Rattus rattus), une espèce introduite au début des années deux mille, à l’importante capacité de reproduction, dont la colonie entre en compétition avec les autres espèces.

8 En raison de « l’extrême fragilité de ce milieu exceptionnel » (JOST, 2005), et des conditions climatiques extrêmes que l’on y rencontre (chaleurs, intempéries, orages, cyclones).

9 Les mystères de Clipperton est le titre du documentaire réalisé en 2005 par Brigitte Delahaie, Luc Marescot et Pascal Plisson, produit par Gedeon Programmes et Canal+, révélant l’exploration sur l’atoll d’une équipe de scientifiques conduits par Jean-Louis Etienne de décembre 2004 à avril 2005.

10 Cette expédition organisée par les géographes de l’UMR EIO du 1er avril au 6 mai 2015, soit cinq semaines, s’est déroulée comme suit : départ du port de Pape’ete (Tahiti) le 1er avril 2015, à bord du « Prairial » de la Marine nationale, avec une escale le 6 avril à Hiva Oa (aux Marquises), pour arriver le 14 avril à Clipperton, soit quatorze jours de traversée ; le séjour sur l’atoll a duré quinze jours, du 14 au 29 avril 2015 ; au retour, cinq jours de traversée, du 30 avril au 6 mai 2015, ont été nécessaires afin de rallier le sud du Mexique, pour un aller en avion de Tapachula à Fa’a’a (Tahiti).

11 Dans les années soixante, à l’initiative du Général de Gaulle, la décision est prise d’occuper militairement l’atoll de Clipperton. La Marine est chargée de ces missions appelées « Bougainville », et réalisées entre 1966 et 1969. Elles avaient pour objectifs : la surveillance de l’île et de la zone maritime, l’observation des phénomènes météorologiques, l’étude de la réhabilitation de la piste d’atterrissage construite par les Américains dans les années quarante. Pour ce faire, six mois de vivres et vingt-cinq tonnes de matériel ont été débarquées, comprenant notamment des installations sanitaires, des habitations polynésiennes traditionnelles, des citernes de traitement d’eau potable, des groupes électrogènes. Les missions de l’armée française se sont succédées, et les restes ayant servi à la construction du camp sont toujours présents dans la cocoteraie de l’île, appelée « Bois de Bougainville ».

12 En avril 2015, après deux averses tropicales, une élévation de 16 cm a été relevée en seulement quelques heures.

13 Prélèvement et analyse réalisés par la Marine nationale lors de l’expédition « Passion 2015 ».

14 Colibacille est une bactérie Gram négatif (Escherichia coli), en forme de bâtonnet, présente dans la flore intestinale des animaux et des humains, pouvant dans certaines conditions devenir pathogène et provoquer des infections.

15 L’eutrophisation d’un milieu aquatique, d’eau douce ou marine, désigne le caractère eutrophe (du préfixe grec eu, bien, utile, réel, optimal ; et la racine trophê, nourriture), une richesse en éléments nutritifs (phosphorés et azotés, comme des nitrates). Ce terme a, de nos jours, un sens négatif proche de dystrophie. L’eutrophisation est pourtant un révélateur témoignant de la limite des capacités d’autoépuration des milieux aquatiques. Elle est également une des étapes du processus naturel qui transforme lentement les lacs peu profonds en marais, puis en prairie…

16 Par exemple, lors de l’étude de terrain, des restes enfouis ont émergé de l’estran au gré des marées et des vagues.

17 La surface des terres émergées de l’île est de 1,7 km², soit 170 ha. Le rocher et ses environs, soit une surface de 40 ha, ne contiennent pas de déchets. Ainsi, 130 ha de la couronne corallienne sont pollués par la présence de déchets.

18 Par exemple, les oiseaux peuvent transporter des graines, des spores par leur plumage, leurs pattes, leur bec (ectozoochorie ou épizoochorie) et suite à leur ingestion (endozoochorie) et leur déjection, permettant aux plantes de se disséminer : on parle de zoochorie, du grec ancien zỗion (animal) et khôrein (se déplacer), pour qualifier les stratégies de dispersion des graines par les animaux.

19 Cf. INEICH et alii. (2009).

20 Les prélèvements annuels de pêche dans la ZEE de Clipperton sont estimés à 50 000 tonnes de thons, bonites, marlins, espadons, etc., et quelques grands poissons pélagiques pêchés en même temps. Ainsi en 2015, au moins 23 navires (battant pavillons mexicain, costaricain, guatémaltèque, chinois, américain…) ont pêché illégalement dans la ZEE de Clipperton, pendant 125 jours (AL WARDI et alii., 2017 : 223).

21 La Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM - United Nations Convention on the Law Of the Sea - UNCLOS), signée à Montego Bay, en Jamaïque, le 10 décembre 1982, est entrée en vigueur le 16 novembre 1994, après ratification ou adhésion de 60 Etats. La convention compte 320 articles définissant les principes généraux de l’exploitation de la mer.

22 Aucun Etat, aucune personne physique ou morale ne peut s’approprier une partie quelconque de la Zone ou de ses ressources, qui sont gérées par l’Autorité internationale des Fonds Marins, basée à Kingston en Jamaïque.

23 En septembre 2017, l’équipage B du Bâtiment multi-missions (B2M) Bougainville a achevé le premier volet de sa mission « Passion 2017 », qui consistait d’une part, à exercer la souveraineté de la France sur l’île, d’autre part, à la dépollution pyrotechnique d’un stock de munitions abandonnées par les Américains après la Seconde Guerre mondiale. Ce travail s’inscrivait dans la continuité des premières opérations réalisées par le B2M d’Entrecasteaux en juin 2016 et le B2M Bougainville en novembre 2016. Après six jours de travail, près de 20 000 munitions ont été neutralisées et détruites, tout en préservant la faune. De plus, l’équipage a organisé plusieurs collectes de ramassage de déchets. Enfin, soutenu par le Centre Maritime Commun de Polynésie française (CMC-PF), le Bougainville a patrouillé pendant une dizaine de jours dans la ZEE de Clipperton. Ces opérations de surveillance ont permis de confirmer que la situation établie par le CMC-PF à partir de données électroniques (AIS et VMS) était conforme à la réalité.

24 « Autour de l’île, la pêche au thon dans la zone économique des 200 milles nautiques (10 800 tonnes de prises étrangères illégales par an en moyenne au cours des treize dernières années) et dans les eaux internationales d’une part, ainsi que les campagnes de recherches sur les permis d’exploration de nodules polymétalliques (susceptibles d’être convertis en permis d’exploitation) attribués par la “commission préparatoire de l’autorité internationale des fonds marins” d’autre part, constitueraient les deux autres secteurs d’activités à prévoir. » (AUGER, 1991 : 74).

25 Cf. communiqué de presse de Nautilus Minerals (Vancouver), du 24 septembre 2012, n° 23, intitulé « Nautilus releases NI 43-101 Resource Report for Polymetallic Nodules », 2 p.

26 En 2016, la colonie de fous masqués est en déclin (env. 40 000 individus), car elle dépend des populations de poissons et de calamars qui sont chassées vers la surface par les bancs de thon. En raison de la pression sur la ressource halieutique exercée par les nombreux navires de pêche, les oiseaux marins parcourent toujours plus de distance pour trouver de la nourriture.

27 Les travaux de GAUSE, en 1934, ont mis en évidence que dans un environnement stable deux espèces qui utilisent le même type de ressource ne peuvent coexister : la plus apte élimine l’autre, c’est le principe d’exclusion compétitive (BARBAULT, 2006).

28 Par exemple, une plante lianescente, vigoureuse, l’Ipomoea triloba, recouvre le sol, limitant ainsi le développement d’autres espèces de plantes, et empêchant la nidification au sol des fous masqués.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : L’atoll de Clipperton, au soleil couchant, semble flotter sur l’océan
Crédits Crédit : Passion 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Carte 1 : Localisation de l’atoll de Clipperton et de la ZEE du Pacifique, entre les îles de la Polynésie française et les côtes mexicaines
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photographie 2 : Vue aérienne et description du presqu’atoll de Clipperton
Crédits Source : JOST, 2011
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-3.png
Fichier image/png, 639k
Titre Photographie 3 : Le Rocher du presqu’atoll de Clipperton culminant à 28,4 m d’altitude
Crédits Crédit : E. Chevreuil, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 1 : Coupe bathymétrique du « Trou sans fond », de 33 à 34 m aux points les plus bas, dans le lagon de Clipperton (ordonnée : profondeur en mètre ; abscisse : distance en mètre)
Crédits Source : Groupe Océanographique du Pacifique (GOP), 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-5.png
Fichier image/png, 157k
Crédits Source : GOP, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-7.png
Fichier image/png, 290k
Titre Photographie 4 : La stèle de la République française et son mât implantés au-dessus d’un monticule de soupe de corail et de guano, reste de l’exploitation de phosphate à Clipperton
Crédits Crédit : Passion 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Photographie 5 : Restes d’un wagonnet sur rails, datant de la fin du xixe siècle, lorsque les Mexicains exploitaient le phosphate de Clipperton
Crédits Crédit : E. Chevreuil, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Photographie 6 : Après chaque dégradation ou vol (photo du haut à gauche), une nouvelle plaque est scellée sur le Rocher, comportant la date et des informations du navire de la Marine nationale venu faire escale
Crédits Crédits : A. Duchauchoy, 2008 (deux du haut et en bas à gauche), E. Chevreuil, 2015 (bas à droite)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-10.png
Fichier image/png, 469k
Titre Photographie 7 : Exemples de restes de l’armée américaine datant de 1944, présents sur l’atoll : stock de munitions (à gauche), engin amphibie (au centre) bulldozer (à droite)
Crédits Crédit : A. Tchékémian, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-11.png
Fichier image/png, 220k
Titre Photographie 8 : Restes des expéditions Bougainville de l’armée française, entre 1966 et 1969, sur l’atoll de Clipperton
Légende Tas de sacs de ciment durci, cuve à eau métallique et son support (haut à gauche), four à pain (haut à droite), cabane et citerne métallique (bas à gauche), stèle en béton découverte sous la végétation (bas à droite) sur laquelle est gravée : BDC BLAVE – GROUPE BOUGAINVILLE 67 – SEC AL PAC DETACHEMENT – RM – AVRIL 1967 » (le nom du bâtiment de débarquement de chars, le groupe, la section et le régiment militaire)
Crédits Crédit : A. Tchékémian, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-12.png
Fichier image/png, 405k
Titre Photographie 9 : Dégradation, entre 2008 et 2015, du chalutier costaricain, le OCO, échoué entre 2005 et 2008, au sud-ouest du Rocher de Clipperton
Crédits Crédits : A. Duchauchoy, 2008 (gauche) ; A. Tchékémian, 2015 (droite)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-13.png
Fichier image/png, 144k
Titre Photographie 10 : Dégradation, entre 2008 et 2015, du thonier Lily Mary, échoué en 2000, sur la côte nord-est de l’atoll
Crédits Crédits : A. Duchauchoy, 2008 (gauche) ; A. Tchékémian, 2015 (droite)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-14.png
Fichier image/png, 128k
Titre Photographie 11 : Restes du camp de l’expédition menée par Jean-Louis Etienne de 2005, photographiés en 2008, dont le « bar des fous », comprenant, entre autres, un évier, une gazinière, des jerricans, câbles, etc. En 2015, les façades, la toiture et autres éléments en bois étaient au sol
Crédits Crédits : A. Duchauchoy, 2008
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-15.png
Fichier image/png, 251k
Titre Photographie 12 : Photographie aérienne de la côte nord de l’atoll de Clipperton
Crédits Crédit : Passion 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Photographie 13 : Photographie au sol d’amas de déchets sur la côte nord-ouest – sud-est de l’atoll de Clipperton (gauche) et amas de débris plastiques érodés par la mer (droite)
Crédits Crédits : Tchékémian, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Carte 2 : Géoréférencement des restes sur l’atoll de Clipperton, géolocalisés en avril 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Photographie 14 : La cocoteraie du Bois de Bougainville dont certains arbres, isolés exposés aux tempêtes et vents violents, sont étêtés
Crédits Crédit : A. Tchékémian, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Photographie 15 : Tapis végétal formé par l’ipomée, une liane rampante recouvrant les restes sur l’atoll
Crédits Crédit : A. Tchékémian, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Carte 3 : Cartographie de l’évolution du couvert végétal de l’atoll de Clipperton entre 1958 et 2001
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-22.png
Fichier image/png, 1013k
Titre Carte 4 : Cartographie du couvert végétal de l’atoll de Clipperton suite à l’expédition Passion 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-23.png
Fichier image/png, 460k
Titre Photographie 16 : Fou masqué (gauche) sur la coque d’un jet-ski flottant dans le lagon, fou brun (au milieu) entouré d’Ipomée, fou à pieds rouges (droite) au pied d’un cocotier, à Clipperton
Crédits Crédits : A. Tchékémian, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-24.png
Fichier image/png, 325k
Titre Photographie 17 : Fou masqué juvénile portant dans son bec un morceau de plastique (gauche) et un nid de foulques d’Amérique construit à partir de déchets plastiques
Crédits Crédit photo : Passion 2015 (gauche) ; A. Tchékémian, 2015 (droite)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-25.png
Fichier image/png, 362k
Titre Photographie 18 : Crabes terrestre de Clipperton (Johngarthia oceanica) se nourrissant de la dépouille d’un jeune fou masqué
Crédits Crédit : Passion 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 19 : Nid de rats noirs dans un reste métallique, aux abords de la stèle RF, comprenant un paillage, des plumes, des arêtes de poissons et des carcasses de crabes
Crédits Crédit photo : A. Tchékémian, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Photographie 20 : Le poisson-ange de Clipperton (Holacanthus limbaughi), une espèce endémique et protégée (par arrêté du 15 novembre 2016)
Crédits Crédit : G. Allen, 2006
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Photographie 21 : Dépouilles de dauphin et de tortue marine découvertes sur le rivage de l’atoll Clipperton, en avril 2015
Crédits Crédits : Passion (gauche), E. Chevreuil (droite), 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-29.png
Fichier image/png, 312k
Titre Photographie 22 : La remarquable biodiversité des fonds marins de Clipperton
Crédits Crédits : E. Clua (gauche), E. Chevreuil (droite)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-30.png
Fichier image/png, 241k
Titre Figure 3 : Les plaques de déchets dans la zone de convergence subtropicale du Pacifique Nord
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-31.png
Fichier image/png, 638k
Titre Photographie 24 : Danielle Duchauchoy et Anthony Tchékémian lors de la collecte de déchets plastiques et de verres, collectés en une heure sur l’atoll de Clipperton
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte  : Les ressources halieutiques et minérales dans la ZEE de Clipperton
Crédits Source : Vandendyck, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-33.png
Fichier image/png, 252k
Titre Carte 6 : Carte des permis miniers accordés par l’International Seabed Authority (ISA) pour l’exploration des gisements de nodules polymétalliques, dans la zone de fracture de Clarion-Clipperton, du Pacifique Nord-Oriental
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Photographie 24 : Reste d’une poupée parlante, déchet de plastique déposé par les courants marins sur l’atoll de Clipperton
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23485/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Tchékémian, « Clipperton, seul territoire français dans l’océan Pacifique nord-oriental : quels enjeux environnementaux et géopolitiques ? », Études caribéennes [En ligne], 51 | Avril 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.23485

Haut de page

Auteur

Anthony Tchékémian

Maître de conférences en Géographie humaine et Aménagement du territoire (CNU 23-24), Université de la Polynésie Française, UMR 241 Ecosystèmes Insulaires Océaniens (EIO, Tahiti), UMR 228 Espace pour le Développement (ESPACE-DEV, Avignon), anthony.tchekemian@upf.pf

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search