Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Hors-dossierMondes insulairesGouvernance et commerce bilateral...

Hors-dossier
Mondes insulaires

Gouvernance et commerce bilateral : rôle et influence des institutions dans les relations commerciales entre Haïti et la République dominicaine

Governance and Bilateral Trade: Role and Impact of Institutions on Trade Relations Between Haiti and Dominican Republic
Louis Dupont

Résumés

La balance des échanges commerciaux d’Haïti avec la République dominicaine accuse depuis plusieurs années un déficit important et persistant. Quelles en sont les causes ? Sont-elles d’origine structurelle ou sont-elles de nature conjoncturelle ? Sont-elles liées à un écart important de développement et de compétitivité entre les deux pays ou découlent-elles d’institutions de qualité différente de part et d’autre, qui occasionneraient le déséquilibre commercial de l’un par rapport à l’autre. C’est à cet ensemble de questions que nous allons tenter de répondre, en mettant l’accent plus particulièrement sur le rôle et l’influence de l’environnement institutionnel dans les échanges commerciaux entre Haïti et la République dominicaine. Aussi, l’objectif de cette étude est de vérifier si l’instauration de « meilleures institutions » en Haïti peut aider à améliorer la balance commerciale de ce pays par rapport à la République dominicaine. La présente étude se propose d’aborder cette question à l’aide d’un modèle de régression des fonctions d’exportation et d’importation des deux pays, estimé par la méthode des moments généralisés (GMM) en différences, modèle visant à évaluer sur la période 1995-2017, l’impact de l’environnement institutionnel d’Haïti sur ses résultats commerciaux avec la République dominicaine. À cet effet, cinq indicateurs institutionnels sont intégrés dans le modèle : un indicateur d’efficacité gouvernementale, un indicateur de lutte contre la corruption, un indicateur de stabilité politique et d’absence de violence, un indicateur de la qualité de la réglementation, et un indicateur intitulé : participation des citoyens et responsabilisation. Les résultats montrent qu’une amélioration en Haïti, de 1 % de l’efficacité gouvernementale, se traduirait toutes choses égales par ailleurs par une réduction de 3,9 % du déficit de la balance commerciale d’Haïti avec la République dominicaine, qu’une réduction de 1 % de l’instabilité politique et de violence dans ce pays, ne ferait croître ce déficit que de 1,2 %. Enfin, il s’est avéré, en utilisant également un modèle à correction d’erreur (VECM), qu’une amélioration de 1 % de l’indicateur agrégé de gouvernance d’Haïti se traduirait, toutes choses égales par ailleurs par une diminution de 2,9 % du déficit de la balance commerciale d’Haïti avec la République dominicaine.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Cette étude se propose d’analyser les conséquences d’une variation de la qualité des institutions haïtiennes sur le commerce bilatéral entre Haïti et la République dominicaine. Deux questions sont plus précisément abordées : quelle est l’incidence de cette variation sur les flux de commerce entre les deux pays, ainsi que sur le solde de leur balance commerciale ? Cette variation influence-t-elle l’arbitrage des agents entre commercer sur le marché national et exporter ou importer ? L’analyse de la dynamique des échanges bilatéraux constitue à cet égard un champ d’application empirique pertinent dans ce domaine. Compte tenu des troubles sociopolitiques qui secouent régulièrement Haïti, et de l’avènement aujourd’hui de la pandémie du covid-19, le contexte actuel est particulièrement bien indiqué pour répondre à ces interrogations majeures, et pour mettre en évidence les lacunes et obstacles qui entravent le commerce bilatéral entre Haïti et la République, et qui de ce fait, engendrent une dégradation continue du solde commercial d’Haïti avec la République dominicaine. L’ampleur inquiétante de ce déficit, qui représentait en 2017, 9,4 % du PIB d’Haïti, nous invite à analyser les causes et conséquences de ce déséquibre.

2La relation entre performance économique et institutions a fait l’objet dans le passé de nombreux articles. En revanche, l’effet des institutions sur le commerce international ou bilatéral a été moins étudié. Une meilleure connaissance des conséquences des institutions sur le commerce international permettrait de vérifier si des différences institutionnelles entre pays partenaires sont à l’origine d’avantage comparatif pour certains pays par rapport à d’autres. Aussi, cette étude vise à enrichir la littérature sur le lien entre institutions et commerce bilatéral à partir d’une étude de cas, analysant les effets de la qualité des institutions nationales haïtiennes sur la balance commerciale d’Haïti avec la République dominicaine, deux pays partageant géographiquement le même territoire, mais dont les relations commerciales et politiques sont quelquefois émaillées de conflits. Les travaux empiriques sur la relation entre la qualité des institutions et le développement économique ont influencé ces dernières années, la définition de stratégies de développement de grandes institutions internationales. Le PNUD (programme des nations unies pour le développement) par exemple, s’est fixé entre autres objectifs, la diffusion des pratiques de bonne gouvernance dans le monde et en particulier dans les pays en développement. La Banque Mondiale fait aussi de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption des critères d’évaluation de la qualité de la gestion économique de ses pays membres, et ce, à travers l’indice country policy and institutional assesment (CPIA). Le CPIA est un indice agrégeant des critères de performance de politiques économiques et de qualité des institutions, que la Banque Mondiale utilise dans ses décisions d’allocation de l’aide au développement. Ainsi, depuis les années 1990, les théories institutionalistes du sous-développement considèrent que les institutions sont la clé de voûte de la performance économique (North, 1992) et que les différences entre institutions, les blocages ou les adaptations réussies au plan institutionnel expliquent les écarts de développement, les succès des uns et les échecs des autres. Par conséquent, en décomposant les faiblesses institutionnelles, cela permet d’identifier les principaux secteurs à réformer. L’approche institutionnaliste de North permet d’expliquer l’évolution divergente de l’Amérique latine et de l’Amérique anglo-saxonne depuis la découverte. Cette approche peut-elle alors s’appliquer dans le cas d’Haïti et de la République dominicaine ? Deux pays partageant également une histoire commune, mais qui divergent profondément en termes de développement, l’un (Haïti), avec un revenu réel par habitant de 728 $ US en 2017 fait partie des pays les moins avancés (PMA) du globe, l’autre (la République dominicaine), avec un revenu réel per capita de 7153 $ US en 2017 (soit près de dix fois celui d’Haïti) est considéré comme l’une des économies les plus performantes de la Caraïbe en termes de croissance. Ce pays présente un excédent commercial important et persistant avec Haïti.

3Quelle serait alors l’origine de ce déséquilibre commercial ? La réponse selon Douglas North, prix Nobel d’économie, tient à la qualité différente des institutions et au phénomène de path dependence entre pays partenaires. Autrement dit, dans l’un des pays (la République dominicaine), on aurait des institutions capables, plus ouvertes, inclusives et responsables, et dans l’autre (Haïti) des institutions faibles et inefficaces. Cette approche est confortée par des analyses empiriques qui ont montré que le retard économique des pays en développement serait imputable pour l’essentiel à l’inefficacité des institutions dans ces pays. Par ailleurs, des disparités structurelles sont souvent évoquées comme principal obstacle à la convergence économique entre pays d’une même région. Ces disparités entravent le processus d’intégration entre eux. Les différences dans les niveaux de développement reflètent les différences dans les structures de production et dans les structures commerciales. Par conséquent, les divergences dans ces deux structures font qu’il devient difficile pour des pays comme Haïti et la République dominicaine d’arriver à un compromis sur une stratégie commune de développement (Dupont. L, 2014), stratégie qui pourrait déboucher sur la définition de politiques communes dans des secteurs comme l’agriculture et le tourisme. Dans ces conditions, il se dégage un consensus sur la nécessité d’entreprendre des réformes institutionnelles dans le pays en retard de développement afin d’en assurer son développement économique. La modélisation des échanges extérieurs a donné lieu depuis une trentaine d’années à une littérature empirique abondante, qui a permis d’estimer les comportements d’importation et d’exportation suggérés par la théorie économique, en faisant appel pour certains à des modèles de gravité et pour d’autres à des modèles d’équilibre général calculable. Cependant, la littérature traitant de l’impact des institutions sur le commerce international est moins présente. Elle s’organise essentiellement autour de deux axes de recherche. Le premier porte sur les effets de la qualité des institutions nationales sur le commerce bilatéral. Anderson et Marcouiller (2002) montrent que la faible qualité des institutions réduit les échanges bilatéraux, car elle augmente les risques et l’incertitude liés aux transactions internationales. Plusieurs travaux empiriques confirment l’impact négatif de la faible qualité des institutions sur le commerce international. La plupart utilisent des modèles de gravité (Babestskaia-Kukharchuk et Maurel, 2004 ; De Sousa et Disdier, 2006). Le second axe de recherche analyse les conséquences de la similarité des institutions nationales sur le commerce bilatéral, les travaux de Lavallée. E (2006) l’ont démontré. La similarité de la nature et de la qualité des institutions faciliterait le commerce bilatéral, car elle améliorerait la capacité de l’exportateur et de l’importateur à s’adapter aux institutions de son partenaire. Ainsi, Disdier et Mayer (2005) avancent que la similarité de la nature des cadres institutionnels explique en partie pourquoi certaines anciennes colonies échangent « anormalement trop » avec leur ancien colonisateur (exemple de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane française et des autres Départements et collectivités français d’outre-mer avec la France), et pourquoi deux pays ayant eu le même colonisateur échangent davantage entre eux. Cependant, en dehors des institutions, d’autres facteurs ont également une influence sur le niveau des échanges entre partenaires commerciaux ainsi que sur leur performance à l’exportation. Parmi ces facteurs figurent la qualité des infrastructures, le potentiel de production, les facteurs technologiques et structurels tels que les dépenses en R&D, le nombre de patentes dans les secteurs manufacturiers, l’investissement local et étranger, la facilité de faire des affaires, le stock de capital humain, le revenu par habitant, et le niveau de la demande globale en biens et services, etc. La Banque Mondiale dans une étude (2003) a utilisé un modèle de gravité pour évaluer l’impact de ces principaux facteurs sur le commerce bilatéral dans une centaine de pays analysé par couple de pays. La littérature reconnait également que la compétitivité-prix n’est pas le seul déterminant du commerce international, la compétitivité non-prix, notamment la qualité des produits offerts sur le marché doit être également prise en considération. Rappelons que la compétitivité non-prix est liée au potentiel de production, qui lui-même est associé à l’investissement et à la capacité d’innover, particulièrement dans les industries à forte intensité de capitaux. Pour évaluer l’effet des institutions sur les résultats commerciaux entre Haïti et la République dominicaine, nous avons conçu un modèle économétrique, basé sur la méthode des moments généralisés (GMM), qui met en relation les résultats macroéconomiques et commerciaux de ces deux pays avec plusieurs mesures de leurs institutions. Ce modèle permet d’examiner le rôle des institutions ainsi que l’action des pouvoirs publics dans les deux pays. Selon cette étude, la qualité des institutions influe de manière significative non seulement sur le revenu des habitants, mais aussi et surtout sur la performance à l’exportation des pays en question. La présente étude est structurée comme suit : la deuxième section est consacrée à l’analyse des faits saillants du commerce bilatéral entre Haïti et la République dominicaine. Dans cette section, est également dressé le profil économique, financier, commercial et maritime des deux pays, puis sont analysés les principaux indicateurs de leur commerce extérieur tels que : les indices de diversification et de concentration des produits à l’exportation, l’indice des termes de l’échange et du pouvoir d’achat des exportations, l’indice de complémentarité et de similarité des produits destinés à l’exportation, l’indice de l’avantage comparatif révélé (ACR), et l’indice de compétitivité globale des deux pays. Les principaux déterminants de la balance des échanges commerciaux sont passés en revue dans la troisième section. La méthodologie employée ainsi que les données utilisées dans le modèle sont présentées dans la quatrième section. Dans la cinquième section, sont consignés les résultats empiriques ainsi que les principaux enseignements qui en découlent. La sixième section traite de la relation entre commerce et développement et formule des recommandations stratégiques destinées à permettre à Haïti d’atteindre de meilleurs résultats au plan socio-économique et commercial. La septième et dernière section sera la conclusion générale de l’étude et soulignera les implications politiques qui en émergent. Enfin, en annexe, et en comparaison avec le modèle GMM introduit précédemment, nous présentons les résultats d’un modèle vectoriel à correction d’erreur (VECM), évaluant l’impact de l’indicateur composite de gouvernance d’Haïti sur sa balance commerciale avec la République dominicaine.

2. Faits stylisés du commerce international d’Haïti et de la République dominicaine

4Les faits saillants du commerce international d’Haïti ainsi que ceux de la République dominicaine sont analysés ci-dessous à l’aide d’une variété de statistiques et d’indicateurs, qui sont indispensables aux décideurs, car ils peuvent les aider à formuler des politiques et des recommandations pertinentes pour l’avenir. Dans un premier temps et dans un souci de comparaison, les aspects économiques, commerciaux, financiers et maritimes des deux pays sont présentés, et dans un deuxième temps, un ensemble d’indicateurs et d’indices du commerce extérieur caractérisant les deux pays est passé en revue telle que : les indices de diversification et de concentration des produits à l’exportation, l’indice des termes de l’échange et du pouvoir d’achat des exportations, l’indice de complémentarité et de similarité des produits destinés à l’exportation, l’indice de l’avantage comparatif révélé (ACR) d’Haïti, l’indice de compétitivité globale des deux pays, et l’élasticité-revenu de leur demande d’importation.

2.1 Profil économique, financier, commercial et maritime d’Haïti et de la République dominicaine

5Le profil général d’Haïti et de la République dominicaine, extrait du rapport statistique 2018 de la CNUCED (conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) est consigné ci-dessous dans ses grandes lignes. Il présente un aperçu de la situation économique, financière, commerciale et maritime des deux pays ainsi que les principaux indicateurs de leur commerce extérieur. Ce condensé d’indicateurs et de statistiques a pour but de faciliter la comparaison entre les deux pays.

6Dans chaque partie du profil, un lien vers différents tableaux et graphiques est également fourni.

7En affichant ces deux profils, on a cherché à recueillir, systématiser, coordonner et présenter de manière cohérente les principales informations statistiques comparables, de manière à dresser un tableau général des processus socioéconomiques des deux pays. Ce faisant, ces deux profils expriment une photographie et un moyen d’action et de proaction.

8

Source : UNCTADstat, http://unctadsta.unctad.org

9De ce profil, il ressort que les exportations haïtiennes sont fortement concentrées en termes de produits et de destinations. Les États-Unis constituent le principal marché d’exportation d’Haïti, absorbant 84 % de ses exportations de marchandises, suivis de la République dominicaine (3 %), du Canada (3 %), du Mexique (2 %), de la Chine (1 %). Les exportations haïtiennes sont dominées par les articles manufacturés, en particulier par les textiles et les vêtements qui représentaient en 2017, 88 % du total de ses exportations. Haïti a importé, en 2017, en provenance de la République dominicaine pour 541 millions $ US de marchandises soit 16 % de ses importations totales, et a exporté en direction de ce pays pour 31 millions $ US soit 3 % de ses exportations totales de marchandises. Ces résultats se traduisent par un important déficit commercial d’Haïti vis-à-vis de la République dominicaine, qui s’élevait en 2017 à 510 millions $ US, soit 6 % de son PIB. Aujourd’hui, les importations américaines et européennes de textiles et de vêtements en provenance d’Haïti ont considérablement diminué au profit de la République dominicaine. Aussi, le déficit commercial d’Haïti (en % du PIB) a augmenté de manière significative durant les trois dernières décennies. Les importations de biens en Haïti sont passées de 23 % de son PIB dans les années 1980-84 à 43 % en 2017. Les exportations pour leur part sont restées quasiment inchangées, elles s’élèvent aujourd’hui à environ 10 % du PIB. En outre, sur le plan des ressources financières extérieures, on remarque que les transferts de fonds des migrants haïtiens travaillant à l’étranger, qui représentent aujourd’hui près de 29 % du PIB d’Haïti, constituent la principale source de financement du déficit commercial du pays, et ce, avant l’aide publique au développement et avant l’investissement étranger direct. Par ailleurs, plus de la moitié de l’économie haïtienne repose sur le secteur des services qui s’élève à 53 % du PIB. L’agriculture pour sa part, représente 24,1 % du PIB, et le secteur industriel 20 % (Factbook 2017 de la CIA). De nombreux facteurs ont contribué au déclin du secteur agricole, notamment la fragmentation continue de la propriété foncière, le faible niveau technologique incorporé dans ce secteur, l’exode rural, l’insécurité et les conflits terriens, la faiblesse des investissements, des taxes élevées prélevées sur la production agricole, la faible productivité des fermiers, et des infrastructures en mauvais état. Le secteur manufacturier, basé principalement sur la production et exportation de textiles joue, malgré son déclin un rôle important au plan économique. Haïti renferme plus de 30 unités de production de textiles qui emploient aujourd’hui plus de 30 000 personnes. À cet égard, le pays bénéficie d’un accès privilégié sur le marché américain à travers les dispositifs HOPE et HELP qui permettent aux textiles haïtiens de pénétrer le marché américain en exonération de droits de douane. Pour sa part, le tourisme en Haïti exerce au plan économique, un rôle modeste par rapport à la République dominicaine, qui est aujourd’hui l’une des destinations attirant le plus de touristes dans la région. En revanche, Haïti qui était dans les années 60, l’une des destinations les plus visitées de la Caraïbe est aujourd’hui l’une des moins fréquentées. Enfin, selon les principales organisations internationales, Haïti est le pays le plus pauvre de la Caraïbe et de l’Amérique latine et un des plus démunis du monde. Son revenu réel par habitant est le plus faible de la région, loin derrière celui du Nicaragua, et est dix fois moins important que celui de la République dominicaine. En résumé, malgré les limites de l’analyse, on remarque au plan économique et commercial, une dépendance très forte d’Haïti à l’égard de la République dominicaine pour des produits tels que les vêtements et textiles ainsi que pour la plupart des produits alimentaires, et un lien commercial moins prononcé pour les autres catégories de produits comme indiqué ci-dessous, à la fois dans l’encadré des faits marquants de ce commerce bilatéral ainsi que dans les graphiques et diagrammes suivants.

10Enfin, le profil général d’Haïti au plan commercial serait incomplet si on passait sous silence le niveau particulièrement élevé du commerce informel de marchandises que réalise ce pays avec la République dominicaine. En échappant au circuit officiel, ce commerce illégal nuit considérablement à la crédibilité de l’observation et à la fiabilité de l’information statistique relatives au commerce bilatéral entre les deux pays. De plus, ce commerce induit un manque à gagner en termes de recettes fiscales et douanières pour le gouvernement haïtien. Les recettes fiscales non perçues à cause du commerce informel sont estimées annuellement entre 83 millions $ US et 184 millions $ US. Le gouvernement haïtien, conscient de ce phénomène a été contraint en octobre 2015 d’interdire à l’importation par voie terrestre, 23 produits en provenance de la République dominicaine, obligeant ces produits à entrer en Haïti par voie aérienne ou maritime, et de ce fait à s’acquitter obligatoirement des droits de douane les concernant. En outre, L’importance grandissante des importations haïtiennes en provenance de la République dominicaine révèle un décalage croissant entre la production intérieure haïtienne et la consommation de certaines denrées importées de la République dominicaine par ce pays. Aussi, le profil général de la République dominicaine, présenté ci-dessous, souligne les principaux éléments qui distinguent ce pays d’Haïti au plan économique, financier et commercial.

11Le profil général de la République dominicaine laisse apparaître des exportations moins concentrées que celles d’Haïti. En effet, les exportations dominicaines sont composées à 56 % d’articles manufacturés contre 88 % à celles d’Haïti, à 21 % de produits alimentaires contre 9 % à Haïti, et à 23 % d’autres produits contre 3 % à Haïti. Cependant, comme pour Haïti, les États-Unis demeurent le principal marché d’exportation de la République dominicaine. Ce pays absorbe 52 % des exportations de marchandises de la République dominicaine, suivis du Canada (10 %), de l’Inde (6 %), d’Haïti (5 %), des Pays-Bas (2 %). Ses principaux fournisseurs sont : les États-Unis (39,2 %), le Venezuela (10,4 %), le Mexique (7,8 %), la Chine (5,4 %), la Colombie (4,9 %), le Japon (3,7 %). L’économie de la République dominicaine est basée essentiellement sur le tourisme, l’agriculture ainsi que sur le secteur manufacturier dont la principale activité repose sur la production de textiles et de vêtements. Les envois de fonds de sa diaspora travaillant à l’étranger constituent également une source importante de revenu pour ce pays.

2.2 Les principaux indicateurs du commerce extérieur d’Haïti et de la République dominicaine

12Un moyen de donner un sens aux données du commerce extérieur, et d’aider à comprendre la complexité des échanges commerciaux entre pays, est d’analyser les principaux indicateurs du commerce extérieur proposés dans la littérature économique. Des indicateurs fiables sont indispensables à la formulation de politiques saines et de recommandations qui engageront les pays pour de longues années. Cette section en présente quelques-uns concernant Haïti et la République dominicaine, à commencer par l’indice de spécialisation et de concentration des produits à l’exportation.

2.2.1 Indice de diversification et de concentration des produits à l’exportation d’Haïti et de la République dominicaine

13L’indice de diversification des produits est un indicateur qui mesure la déviation absolue de la structure d’un pays par rapport à la structure mondiale. La valeur de l’indice de diversification est comprise entre 0 et 1. Plus l’indice est proche de 1 plus la divergence par rapport à la structure mondiale est élevée. De son côté, l’indice de concentration des marchandises détermine le degré de concentration des produits à l’exportation. Il est mesuré par l’indice de Herfindah-Hirschmann qui peut prendre des valeurs comprises entre 0 et 1. Une valeur de l’indice proche de 1 indique que les exportations ou les importations d’un pays sont très concentrées sur quelques produits. Au contraire, des valeurs proches de 0 révèlent une répartition plus homogène des parts entre les produits. Le tableau suivant extrait du rapport statistique 2018 de la CNUCED fournit une comparaison des deux indices entre Haïti et la République dominicaine.

Tableau 1 : Indice de diversification et de concentration des produits à l’exportation d’Haïti et de la République dominicaine

Haïti

République dominicaine

1995

2005

2017

1995

2005

2017

Nombre de produits

50

59

80

141

190

229

Indice de concentration

0,2

0,55

0,51

0,21

0,18

0,2

Indice de diversification

0,61

0,77

0,76

0,74

0,72

0,68

Source : UNCTADstat, 2018

Tableau 2: Indice de diversification et de concentration des produits à l’importation d’Haïti et de la République dominicaine

Haïti

République dominicaine

1995

2005

2017

1995

2005

2017

Nombre de produits

192

208

225

235

244

246

Indice de concentration

0,11

0,14

0,14

0,08

0,07

0,08

Indice de diversification

0,48

0,58

0,6

0,44

0,38

0,36

Source: UNCTADstat, 2018

14Il ressort du tableau 1 que la structure des exportations d’Haïti est relativement concentrée. En effet, avec un indice de concentration des exportations évalué en 2017 à 0,513, contre 0,200 à la République dominicaine, Haïti concentre en moyenne 84 % de ses exportations vers les États-Unis et seulement 3 % vers la République dominicaine. En revanche, la République dominicaine concentre en moyenne 52 % de ses exportations vers les États-Unis, 10 % vers le Canada, 6 % vers l’Inde, et 5 % vers Haïti. Haïti est le quatrième marché d’exportation pour la République dominicaine (9,6 % de ses exportations en 2017). À L’inverse, Haïti est le 42e marché d’importation pour la République dominicaine (0,2 % de ses importations en 2017).

2.2.2 Indice des termes de l’échange des marchandises nets des deux pays

15En économie internationale, les termes de l’échange désignent le pouvoir d’achat de biens et services importés qu’un pays détient grâce à ses exportations. L’indice des termes de l’échange le plus courant mesure le rapport entre les prix des exportations et les prix des importations. Une augmentation de cet indice correspond à une amélioration des termes de l’échange : par exemple, un pays vend plus cher ses exportations pour un prix à l’importation constant. Inversement, une diminution de l’indice correspond à une dégradation des termes de l’échange. Cet indice se mesure donc, en faisant le rapport de l’indice de la valeur unitaire des exportations et de la valeur unitaire des importations.

Tableau 3: Évolution comparée de l’indice des termes de l’échange des marchandises nets d’Haïti et de la République dominicaine entre 1995 et 2017 (2000=100)

Pays

Indice des termes de l’échange année 1995

Indice des termes de l’échange année 2005

Indice des termes de l’échange année 2017

Haïti

113,2

92,4

69,1

République dominicaine

98,1

95,8

95

Source : Indicateurs du développement dans le monde de la Banque mondiale (2018)

16Ce tableau montre qu’entre 1995 et 2017, les termes de l’échange des marchandises nets en Haïti se sont régulièrement dégradés alors que dans le même temps, ils se sont maintenus à un niveau à peu près identique à la République dominicaine. En clair, par rapport à la République dominicaine, le pouvoir d’achat des exportations haïtiennes a subi durant cette période une baisse d’environ 40 %. En général, et de manière empirique, on constate qu’une dégradation des termes de l’échange s’accompagne dans un premier temps, d’une dégradation du solde de la balance commerciale, puis dans un second temps d’une amélioration de ce solde. Cette évolution en deux temps est connue sous le nom de <courbe en J>.

2.2.3. Indice de complémentarité et de similarité des produits destinés à l’exportation

17L’analyse de la complémentarité commerciale entre pays est importante, car elle permet d’obtenir une mesure de la manière dont un pays répond à la demande d’importation de ses partenaires commerciaux. L’indice de complémentarité commerciale (ICC) est un indicateur utilisé à cet effet. Il sert à déterminer le potentiel commercial d’un pays par rapport à d’autres. Cet indice reflète le degré de différenciation des structures d’importation et d’exportation des pays d’une zone géographique donnée. Plus cet indice est élevé, plus les structures commerciales des pays correspondants sont complémentaires, et plus important est le potentiel de commerce entre eux. Développé par Peter Drysdale en 1967, il s’exprime comme suit :

ICC = 100[ 1 - Ʃ(|Xnk - Mik|) /2]

où ICC est l’indice de complémentarité commerciale d’Haïti avec la République dominicaine, Xnk est la part du secteur k dans les exportations mondiales d’Haïti, Mik est la part du secteur k dans les importations mondiales d’Haïti. Dans notre cas, l’ICC permet de saisir l’adéquation entre l’offre d’exportation de la République dominicaine en direction d’Haïti et la demande d’importation d’Haïti en provenance de la République dominicaine. Cet indice varie entre 0 et 100. Si l’indice est égal à 100, on déduit qu’il existe une corrélation parfaitement positive entre l’offre d’exportation de la République dominicaine et la demande d’importation d’Haïti. En revanche, si l’indice est égal à 0, la corrélation est parfaitement négative. Autrement dit, un indice de 100, reflète des structures d’exportation et d’importation identiques entre les deux pays, et un indice de 0, des structures d’exportation et d’importation différentes. Dans le premier cas, il existerait des opportunités commerciales et d’échange entre les deux pays, et ce, pour un grand nombre de produits, et dans le deuxième cas, les possibilités d’échanges seraient quasiment inexistantes. La théorie postule que si deux pays partagent un haut niveau de complémentarité commerciale dans divers produits, des échanges commerciaux profitables aux deux pays pourraient s’effectuer à l’aide d’accords de libre-échange entre eux. L’analyse du profil commercial des deux pays nous a montré que l’ICC d’Haïti avec la République dominicaine apparaît médiocre, car, la demande d’importation de la République dominicaine en provenance d’Haïti est particulièrement faible, tandis que l’offre d’exportation de la République dominicaine à destination d’Haïti est très élevée. Selon la CNUCED (2018), Haïti était en 2017, le deuxième marché d’exportation de la République dominicaine (9,6 % de ses exportations), et son 42e marché d’importation (0,2 % de ses importations). Aussi, en se basant sur les dix principaux produits qui font l’objet d’exportation et d’importation entre les deux pays, on constate, par application de la formule précédente, l’existence d’une faible complémentarité des exportations des deux économies, leurs exportations n’évoluent pas de manière complémentaire. Les exportations de la République dominicaine sont complémentaires des importations d’Haïti à plus de 95 %. En revanche, les résultats sont insignifiants dans le sens opposé. Il s’agit donc d’un résultat médiocre pour Haïti. Il montre que les structures d’exportation et d’importation d’Haïti et de la République dominicaine sont très éloignées, et que le potentiel commercial d’Haïti avec la République dominicaine est très faible. Par conséquent, ces deux pays ne peuvent être considérés comme des partenaires naturels à l’échange. Dans ces conditions, l’adoption d’accords de libre-échange entre ces deux pays apparaît difficile.

18Par ailleurs, l’indice de similarité des exportations développé par Finger et Kreinin (1979) est un autre indicateur important à analyser qui conforte cette analyse. Il aide à déterminer si les structures commerciales de deux économies sont similaires ou non. Il permet également de porter un jugement sur le niveau de la concurrence entre partenaires commerciaux. Cet indice a une valeur comprise également entre 0 et 100. Si la valeur de l’indice est de 0, cela indique que les deux pays n’ont aucune exportation commune, si cette valeur est égale à 100, cela signifie qu’ils exportent les mêmes choses, dans les mêmes proportions. Le tableau 4, extrait d’une étude conjointe de la Banque mondiale et de l’Organisation des états américains (2009), évalue l’indice de similarité des exportations d’Haïti et de la République dominicaine par rapport à leurs principaux partenaires commerciaux. Il montre, que la structure des exportations des pays de la Caraïbe est très proche de celle de l’Amérique centrale. Concernant Haïti et la République dominicaine, la dernière colonne du tableau révèle que les indices de similarité des exportations de la République dominicaine d’Haïti et de l’ensemble de la Caraïbe, sont relativement proches, à savoir 11,49 pour la République dominicaine, 12,84 en moyenne pour l’ensemble de la Caraïbe, et 7,98 pour Haïti. Il existe donc une relative similitude dans les produits exportés par Haïti et la République dominicaine. De plus, les exportations de ces deux pays sont en général concentrées sur un nombre réduit de produits, qui souvent donnent naissance entre eux à des échanges croisés de produits similaires (textiles notamment). Cela suggère que Haïti et la République dominicaine ont des économies qui sont plus concurrentielles que complémentaires. Dès lors, ce constat devient important dans le cadre des négociations que les deux pays ont décidé d’entreprendre pour améliorer leur coopération et réduire les obstacles qui entravent leurs relations commerciales.

Tableau 4 : Indice de similarité des produits à l’exportation d’Haïti et de la République dominicaine par rapport à leurs principaux partenaires commerciaux

Pays

ISE (AS)

ISE (AC)

ISE (USA)

ISE (CHINE)

ISE (UE)

ISE (JAPON)

ISE (CARAÏBE)

Antigue et Barbude

6,42

88,03

6,31

5,12

6,35

5,39

7,98

Barbade

18,52

15,08

15,01

8,65

19,57

9,69

28,17

Belize

10,98

21,29

8,27

6,44

9,53

6,83

19,53

Dominique

9,62

28,43

12,51

7,98

13

8,85

12,18

République dominicaine

9,41

28,28

14,49

18

13,2

10,26

11,49

Grenade

4,53

12,72

8,43

4,19

8,72

7,37

7,88

Guyana

8,52

32,47

4,24

3,34

4,82

2,43

7,31

Haïti

4,22

7,04

4,27

5,64

3,94

2,54

7,98

Jamaïque

7,77

79,11

7,11

4,78

7,6

5,36

14,74

Saint-Kitts et Navis

4,12

6,01

9,07

7,57

10,57

11,48

6,75

Sainte-Lucie

7,11

11,93

9,05

4,13

10,84

6,91

19,17

Saint Vincent et les Grenadines

4,67

43,19

3,84

3,41

4,46

4,47

10,34

Suriname

6,87

60,65

4,27

2,53

4,02

2,12

10,45

Trinidad et Tobago

20,74

39,46

6,95

4,14

9,09

4,27

10,13

Les Bahamas

6,75

38,95

7,48

2,94

10,9

8,13

18,44

Moyenne caribéenne

8,68

34,18

8,09

5,92

9,11

6,41

12.8 4

AS = Amérique du Sud; AC = Amérique centrale ; ISE = Indice de similarité à l’exportation

Source: World Bank and Organization of American States (2009)

2.2.4 Indice de l’avantage comparatif révélé (ACR) d’Haïti

19La notion d’ACR a été introduite par Balassa en 1965. L’indicateur répond à la question suivante : « quels sont les points forts et les points faibles d’une économie ? »

20L’avantage comparatif révélé correspond à la part des exportations d’un produit par rapport à l’ensemble des exportations d’un pays donné, divisée par la part des exportations de ce produit dans le total des exportations d’une zone de référence (par exemple le monde). Sa formule s’exprime comme suit :

21Cette formule s’explique de la manière suivante : un pays A aurait un avantage comparatif révélé sur un produit i lorsque son ratio exportations du produit i (XAi) sur ses exportations totales de biens dépasse le ratio exportations mondiales du produit sur le total mondial des exportations de tous les biens :

  • P est l’ensemble de tous les produits (avec iP),

  • XAi sont les exportations du produit i du pays A,

  • Xwi sont les exportations mondiales du produit i,

  • Σj∈PXAj est le total des exportations du pays A (de tous les biens j in P), et

  • Σj∈PXwj est le total mondial des exportations (de tous les biens j dans P).

22Lorsqu’un pays dispose d’un avantage comparatif révélé pour un produit donné (ACR> 1), il est présumé être un producteur et un exportateur compétitifs de ce produit par rapport à un pays produisant et exportant ce produit à un niveau égal ou inférieur à la moyenne mondiale. Un pays qui possède un avantage comparatif révélé pour le produit i est considéré comme ayant une force d’exportation à l’égard de ce produit. Plus la valeur de l’ACR d’un pays est élevée, plus les exportations de ce dernier sont fortes. Pour mesurer l’indice d’avantage comparatif révélé d’Haïti, on s’est appuyé sur le Radar ACR présenté dans le rapport statistique 2018 de la CNUCED. Il s’agit d’un graphique qui présente une image complète de l’ACR de chaque pays en ce qui concerne la production et l’exportation d’une gamme exhaustive de produits au cours d’une année donnée. Les produits affichés correspondent aux groupes de produits à trois chiffres de la révision 3 de la CTCI. Les données sont extraites de la matrice du commerce disponible dans le centre de données de la CNUCED. Les indices ACR d’Haïti pour la production et l’exportation d’une gamme complète de produits sont exposés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 5: Indice d’avantage comparatif révélé d’Haïti pour la production et l’exportation d’une gamme complète de produits en 2017.

Production et exportations

Indice d’avantage comparatif révélé (ACR)

Produit 072 : cacao

Exportation : 10 785 K

9,3

Produit 036 : crustacés, mollusques et invertébrés aquatiques.

Exportations: 12 658 K

6,4

Produit 058 : préparations et conserves de fruit (sauf jus)

Exportations: 6220 K

4,3

Produit 023: beurre et autres matières grasses du lait

Exportations: 679 K

1,1

Produit 057 : fruits frais ou secs (sauf oléagineux)

Exportations: 36 895 K

5,7

Produit 071 : café et succédanés du café

Exportations: 8737 K

3,9

Produit 845: vêtements en matières textiles

Exportations: 500 563 K

58,4

Produit 843: articles d’habillement en bonneterie pour hommes

Exportations : 64 490 K

37,8

Produit 844: articles d’habillement en bonneterie pour femmes

Exportations: 71 078 K

23,4

Produit 841: articles d’habillement en matières textiles pour hommes

Exportations: 61 775 K

13,8

Produit 842 : articles d’habillement en matières textiles pour femmes

Exportations: 11 322 K

2

Produit 846 : accessoires du vêtement en matières textiles

Exportations: 16 755 K

9,9

Produit 894: jouets, jeux et articles pour sports et divertissements

Exportations: 7885 K

1,2

Produit 848 : vêtements et accessoires en matières non textiles

Exportations: 2049 K

1,1

Produit 773 : équipement pour distribution d’électricité

Exportations: 22 027 K

3,1

Produit 658: articles en matières textiles

Exportations: 12 887 K

4

Produit 611: cuirs et peaux préparées

Exportations: 5662 K

4

Produit 656: tulles, dentelles et autres articles de mercerie

Exportations: 1537 K

2,6

Produit 697 : articles d’économie domestique en métaux communs

Exportations: 2496 K

1,4

Produit 657 : fils spéciaux, tissus spéciaux, et produits connexes ?

Exportations: 2832 K

1

Produit 551 : huiles essentielles, confiserie, parfumerie

Exportations: 11 063 K

6,8

Produits 265 : fibres textiles

Exportations: 1982 K

26

Produits 211: cuirs et peaux

Exportations: 970 K

9,5

Produit 282: déchets et débris de fer, fonte, acier, lingots

Exportations: 11 217 K

5,7

Produit 288 : déchets et débris de métaux communs

Exportations: 9203 K

4,3

Produit 291: matières brutes d’origine animale

Exportations: 1257 K

2,2

Produit 292 : tissus spéciaux et produits connexes

Exportations: 2717 K

1,2

Source: Rapport statistique 2018 de la CNUCED

23Avec un ACR de 58,4 en 2017, les vêtements en matières textiles, de même que les articles en bonneterie pour hommes et femmes apparaissent pour Haïti comme ceux qui sont les plus compétitifs sur le marché mondial. Cependant, en se basant sur une échelle de -1 à + 1, la CEPALC (Commission économique pour l’Amérique latine et la Caraïbe, 2017) indique que par rapport à Haïti, la République dominicaine affiche un avantage comparatif de 0,63 pour les vêtements, de 0,46 pour les fruits, conserves et préparation de fruits, et pour le café, Haïti affiche un désavantage comparatif de -0,77 par rapport à la République dominicaine. Enfin, sur la période 1995-2013, l’avantage comparatif révélé des trois principaux produits d’exportation d’Haïti que sont : les vêtements, le café et les fruits a évolué selon le FMI (2014) comme suit :

Figure 2 : Évolution de l’avantage comparatif révélé d’Haïti pour les fruits, le café et les vêtements

Source: Fonds Monétaire International (2017)

2.2.5 Indice de compétitivité globale d’Haïti et de la République dominicaine

24On définit la compétitivité comme un ensemble d’institutions, de politiques, et de facteurs qui déterminent le niveau de productivité d’une économie et par la même, son niveau de prospérité. Les mesures de la compétitivité sont fondées à la fois sur les échanges (exemples : taux de change effectif réel et parité de pouvoir d’achat, avantage comparatif révélé). Elles sont fondées également sur la gestion stratégique (mesures de coût, de rentabilité, de productivité et d’efficacité). Le forum économique mondial (WEF) publie annuellement sur une échelle de 1 à 7, la compétitivité de 140 pays à travers le monde. L’objectif visé est d’évaluer le potentiel des économies mondiales à atteindre une croissance soutenue. Le tableau suivant, extrait du rapport 2018 du forum économique mondial présente un condensé des faits saillants de la compétitivité globale d’Haïti et de la République dominicaine.

Tableau 6: Indice de compétitivité globale d’Haïti et de la République dominicaine en 2017

Indices de compétitivité

Haïti

République dominicaine

Indice de compétitivité globale

3,2

3,9

Besoins de base

3,5

4,1

institutions

2,7

3

infrastructures

1,8

3,3

Environnement macroéconomique

4,8

5,1

Santé et éducation primaire

4,8

5,1

efficacité

2,8

3,8

Éducation secondaire et formation

2,7

3,9

Efficacité du marché des biens

3

3,9

Efficacité du marché du travail

3,9

3,6

Développement du marché financier

2,5

3,6

Accessibilité à la technologie

2,2

3,7

Taille du marché

2,6

3,9

Innovation et sophistication

2,4

3,3

Instabilité politique

11

2,5

Source : Rapport 2018 du Forum Économique mondial (WEF).

25Ce tableau montre que, Haïti affiche un indice de compétitivité globale inférieure à celui de la République dominicaine. La figure suivante révèle que la compétitivité d’Haïti est entravée par de nombreux facteurs, en particulier par la médiocre qualité des institutions et par le mauvais état des infrastructures.

Source : Fonds Monétaire International (2017)

26D’autres facteurs représentent de sérieux handicaps pour la productivité internationale d’Haïti, en particulier la faiblesse ou l’insuffisance des services publics de base, contraignant par exemple beaucoup d’entreprises installées sur place à produire elles-mêmes l’électricité ou à régler leurs problèmes d’assainissement et de sécurité.

27Selon le FMI (2017), les coûts portuaires d’Haïti sont les plus élevés de la Caraïbe. De ce fait, ils induisent des coûts élevés pour les exportations du pays, mais également pour les intrants importés, incorporés en partie dans ces exportations. Toujours, selon le FMI, ces coûts portuaires sont en moyenne 15 % plus élevés en Haïti qu’à la République dominicaine, et les coûts d’importation 35 % plus élevés. De plus, tant en termes d’exportation que d’importation, les procédures diverses requièrent 2 à 3 semaines de plus en Haïti qu’à la République dominicaine (Banque mondiale, 2014). L’environnement des affaires est également plus difficile en Haïti d’un point de vue légal et réglementaire, avec des procédures lourdes, souvent non transparentes, et quelquefois contradictoires. Selon le rapport 2018 du forum économique mondial, les facteurs qui entravent le plus la facilitation des affaires en Haïti sont, par ordre d’importance : l’accès au financement, l’instabilité politique, des infrastructures inadéquates, l’inflation Ce cadre, combiné à une faiblesse de l’état de droit engendre beaucoup d’incertitudes dans ce pays. Par exemple, les questions suivantes sont souvent posées et non résolues : est-ce que le Code du travail autorise ou non le travail de nuit dans l’industrie de l’assemblage ?

2.2.6. Élasticité-revenu de la demande d’importation d’Haïti et de la demande d’importation de la République Dominicaine

28L’élasticité est une notion qui concerne la mesure de la sensibilité d’une variable Y par rapport à une variable X. On parle souvent de l’élasticité de la demande par rapport au revenu ou de l’élasticité de la demande par rapport au prix. Concernant l’élasticité-revenu de la demande d’importation, il s’agit d’un indicateur qui précise le pourcentage de hausse (de baisse) des importations résultant d’une augmentation (de baisse) du revenu des ménages. Cet indicateur s’exprime comme suit :

eM/PIB = (dM/M)/(dPIB/PIB)

où M représente la demande d’importation, dM représente l’augmentation des importations, et dPIB, l’augmentation du PIB. Cette formule, appliquée au cas d’Haïti et de la République dominicaine donne pour les années 2012-2013 à 2016-2017 les élasticités de la demande d’importation suivantes, consignées dans le tableau suivant :

Tableau 7: Élasticité-revenu de la demande d’importation d’Haïti et de la République dominicaine

Élasticité-revenu de la demande d’importation

2012-2013

2013-2014

2014-2015

2015-2016

2016-2017

Haïti

0,75

1

2

1

2

République dominicaine

-0,4

0,5

1,57

0,71

-0,6

Source : calculs de l’auteur

29L’élasticité de la demande d’importation peut s’obtenir également en faisant l’addition de trois élasticités différentes : le négatif de l’élasticité de substitution pure dans la demande, s, qui mesure l’effet de substitution ; la propension marginale à importer, m, qui mesure l’effet de revenu, l’élasticité de la production concurrençant les importations, e, qui mesure la réaction de la production. Cette nouvelle élasticité s’exprime comme suit: ɛ = s + m + e

30Ce tableau fait apparaître sur les cinq dernières années, une diminution tendancielle de l’élasticité-revenu de la demande d’importation à la République dominicaine alors que cette élasticité est restée sur la même période quasiment la même en Haïti. Cette tendance signifie que la propension marginale à importer évolue en sens inverse dans les deux pays, et que la République dominicaine affiche une politique de substitution à l’importation plus efficace que celle d’Haïti.

3. Les facteurs déterminant l’avenir du commerce bilatéral entre les deux pays

31Deux forces concurrentes déterminent l’intensité des échanges commerciaux entre pays : des forces d’attraction (revenu et taille des pays) et des forces de résistance (distance relative, institutions, et autres obstacles aux échanges). Cependant, il convient de distinguer les facteurs externes et les indicateurs internes qui ont une influence sur le solde de la balance des comptes courants des pays correspondants. Le déficit de la balance des comptes courants résulte principalement de facteurs externes liés à la détérioration des termes de l’échange, au ralentissement de l’activité économique chez les principaux partenaires commerciaux, et à la hausse des taux d’intérêt réels sur les marchés internationaux. L’incidence de ces facteurs externes est aggravée par la présence de faiblesses au niveau des politiques économiques internes, qui se traduisent par une augmentation du déficit budgétaire et une appréciation du taux de change effectif réel. D’autres paramètres ont également une influence sur le commerce bilatéral. Par exemple, l’évolution démographique influe sur le commerce par son impact sur l’avantage comparatif des pays et sur la demande d’importation. Le vieillissement de la population, les migrations, l’amélioration de l’éducation et la participation des femmes à la vie active seront des facteurs importants dans les années à venir, tout comme l’émergence d’une classe moyenne. Les barrières tarifaires et non tarifaires sont également à prendre en considération. L’investissement dans l’infrastructure physique peut faciliter l’intégration de nouveaux acteurs dans les chaînes d’approvisionnement internationales. L’accumulation de capital et le développement des connaissances et des technologies liées à l’investissement, en particulier l’investissement étranger direct peut aussi permettre aux pays d’avancer dans la chaîne de valeur, en modifiant leur avantage comparatif. Comme indiqué précédemment, l’amélioration de la qualité des institutions, notamment pour ce qui est de l’exécution des contrats, peut réduire les coûts du commerce, elle constitue une source d’avantage comparatif, car le commerce et les institutions ont une forte influence mutuelle. Par ailleurs, diverses théories économiques utilisent les facteurs économiques fondamentaux pour expliquer pourquoi les pays font du commerce et comment la structure des échanges évolue. Dans la théorie de David Ricardo par exemple, les différences technologiques entre les pays déterminent l’avantage comparatif. Dans les modèles d’Heckscher-Ohlin, la dotation relative en facteurs de production (main-d’œuvre, capital et ressources naturelles) détermine la structure des échanges. La nouvelle théorie du commerce international prédit que les pays dont l’économie est plus grande du fait de l’augmentation en facteurs et revenus-bénéficieront d’un avantage à l’exportation pour les produits consommés en quantités relativement importantes sur le marché intérieur. Cette nouvelle théorie considère les coûts commerciaux comme un obstacle majeur à la participation au commerce. L’importance économique de chacun des deux pays, en particulier l’écart de revenu qui existe entre eux, est aussi un déterminant important qui influe sur le niveau des flux commerciaux bilatéraux. Il accroît ou réduit selon le cas, les échanges de biens différenciés entre eux. Enfin, l’importance du commerce informel entre les deux pays représente un facteur de résistance majeur à ne pas négliger à l’avenir, de même que la vulnérabilité des deux pays au changement climatique et aux catastrophes naturelles extrêmes.

4. Méthodologie et données du modèle

32Le modèle utilisé dans cette étude est un modèle de régression en données de panel, estimé par la méthode des moments généralisés (GMM). Deux raisons principales déterminent ce choix. Premièrement, il permet de résoudre les problèmes d’endogénéité et d’hétérogénéité. Deuxièmement, il utilise les conditions d’orthogonalité qui permettent de résoudre les problèmes d’autocorrélation, et rendent l’estimation plus efficace en présence d’hétéroscédasticité. La spécification du modèle s’exprime comme suit :

Yit = ß0 + ß1Yit-1 + ß2IEit + ß3Xit + Ɛit + Dumit

Où Y est la variable dépendante. Elle représente le solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti. IE représente l’ensemble des indicateurs institutionnels, X, l’ensemble des variables de contrôle et Dum, une variable muette qui prend la valeur de 1 en 2010 pour capter l’influence du tremblement de terre, et 0 ailleurs. La variable Ɛ représente le terme d’erreur, avec i désignant le pays, et t l’année. Les données utilisées sont extraites de la base de données de la Banque mondiale (indicateurs de développement dans le monde, 2018), du Fonds monétaire international (International Financial Statistics, 2018), de WGI (World Governance Indicators, 2018), du manuel de statistiques 2017 de la CNUCED, de la base de données de COMtrade, 2018, et des récentes statistiques de l’Organisation mondiale du commerce. La période d’étude s’étend de 1995 à 2017. Les données pour lesquelles nous ne disposons pas de séries complètes ont fait l’objet d’une estimation, basée sur la moyenne simple de l’échantillon. Toutes les variables sont décalées d’une période conformément à l’estimateur à une étape d’Arellano-Bond. La variable dépendante (Y) est transformée en logarithme naturel tandis que les variables explicatives sont exprimées en niveau. Ce faisant, ce modèle devient un modèle « log-lin », qui permet une interprétation plus aisée des résultats. La matrice de pondération de White est utilisée à cet effet, et ce, à l’aide du logiciel Eviews 10.

Tableau 8: Présentation des variables de l’étude

variables

description

Variable dépendante

Solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti (en logarithme)

solde. Source: CNUCED

Représente l’excédent de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti

Variables explicatives

Indicateur institutionnel

Efficacité gouvernementale (eff). Source : Banque mondiale

L’indicateur varie de -2,5 (faible) à 2,5 (fort). Source :

Indicateur institutionnel

Qualité de la réglementation (reg). Source : Banque mondiale

L’indicateur varie de -2,5 (faible) à 2,5 (fort)

Indicateur institutionnel

Corruption (corr). Source : Banque mondiale

L’indicateur varie de -2,5 (faible) à 2,5 (fort)

Indicateur institutionnel

Stabilité politique (stab). Source : Banque mondiale

L’indicateur varie de -2,5 (faible) à 2,5 (fort)

Indicateur institutionnel

Responsabilisation (resp). Source : Banque mondiale

L’indicateur varie de -2,5 (faible) à 2,5 (fort)

Variables de contrôle

PIB (prix constant 2010). Source : Banque mondiale

Proxy de la richesse du pays

Revenu réel par habitant

PIB réel par habitant (PIB_hb). Source : Banque mondiale

Proxy du niveau de vie des habitants.

Taux d’inflation

(infl, 2010=100). Source. Banque mondiale

Représenté par l’indice des prix à la consommation (ipc)

Investissement étranger direct

(ied), en % du PIB. 2010= 100. Source : Banque mondiale

Exprime le niveau d’attractivité du pays

Transferts de fonds des migrants

(tfm), en % du PIB, 2010= 100. Source : Banque mondiale

Ressources financières envoyées de l’étranger par la diaspora haïtienne

Formation brute de capital fixe

(inv), en % du PIB, 2010 = 100. Source : Banque mondiale

Investissements locaux

Variable muette

(Dum). Source : Auteur

Prend la valeur 1 en 2010 (année du séisme en Haïti) et 0 ailleurs.

33La spécification du modèle en différences s’exprime comme suit :

Yit – Yit-1 = ß1(Yit-1 – Yit-2) + ß2(IEit – Ieit-1) + ß3(Xit -Xit-1) + (Ɛit - Ɛit -1) + Dumit

5. Résultats empiriques

Tableau 9: Matrice de corrélation des variables

34La matrice des corrélations ci-dessus, montre que l’excédent de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti (solde) est associé à une faible lutte contre la corruption en Haïti (corr =-0.22), à une faible efficacité et implication du gouvernement haïtien (eff = -0.81), à une forte instabilité politique (+ 0,81), à une médiocre qualité de la réglementation (reg = -0,60), et à une forte irresponsabilité des citoyens (resp = -0,76). Dès lors, il apparaît que l’aggravation du solde de la balance commerciale d’Haïti avec la République dominicaine est imputable en priorité à l’inefficacité et à l’insuffisante implication du gouvernement haïtien ainsi qu’à une forte instabilité politique. L’estimation du modèle GMM présentée ci-dessous conforte cette analyse.

Dependent Variable : LNSOLDE

Method: Generalized Method of Moments

Date : 06/22/20 Time: 09:21

Sample (adjusted): 2 24

Included observations: 23 after adjustments

Linear estimation with 1 weight update

Estimation weighting matrix: White

Standard errors & covariance computed using estimation weighting matrix

Instrument specification: LNSOLDE(-1) LNPIB_HB(-1) LNCONS_PIB(-1)

        LNTFM_PIB(-1) CORR(-1) EFF(-1) QUAL(-1) STAB(-1) VOIX(-1) DUM

Constant added to instrument list

Variable

Coefficient

Std. Error

t-Statistic

Prob.  

LNSOLDE(-1)

0.448833

0.140796

3.187814

0.0066

LNPIB_HB(-1)

1.978189

0.557226

3.550065

0.0032

LNCONS_PIB(-1)

-2.692335

0.836957

-3.216815

0.0062

LNTFM_PIB(-1)

-1.786156

0.767681

-2.326691

0.0355

CORR(-1)

0.241984

1.050680

0.230312

0.8212

EFF(-1)

-3.897569

0.925332

-4.212076

0.0009

QUAL(-1)

-0.525856

1.882723

-0.279306

0.7841

STAB(-1)

1.202734

0.591466

2.033481

0.0614

VOIX(-1)

-1,236 987

1,537 688

-0,804 446

0,434 6

R-squared

0.971708

    Mean dependent var

5.606921

Adjusted R-squared

0.955542

    S.D. dependent var

1.456914

S.E. of regression

0.307192

    Sum squared resid

1.321137

Durbin-Watson stat

2.618547

    J-statistic

0.579818

Instrument rank

10

    Prob(J-statistic)

0.446384

Source: calculs de l’auteur, extraits de Eviews 10

35Les résultats sont de bonne qualité et les coefficients robustes. Le coefficient de détermination suggère que 97 % de la variation du solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti sont expliquées par les variables indépendantes. Les coefficients ont le signe attendu pour les indicateurs institutionnels relatifs à l’efficacité gouvernementale, à la qualité de la réglementation, et à voix et responsabilisation des citoyens. Paradoxalement, les coefficients de la corruption et de la stabilité politique n’ont pas le signe attendu. Cela s’explique principalement par les modes d’organisation et de fonctionnement du commerce bilatéral entre les deux pays, qui induisent des distorsions dans les échanges, distorsions expliquées notamment par les théories du second best (théorie de l’optimum de second rang développée par Kelvin Lancaster et Richard Lipsey) qui, dans ce cas présentent la corruption comme un moyen de « huiler les rouages du commerce » en compensant le fonctionnement déficiant des institutions publiques, et ce faisant, facilitent le commerce bilatéral. Dans cette hypothèse, la corruption a un impact positif sur le commerce bilatéral si le degré de distorsion est élevé ou si la qualité de la gouvernance est faible, ce qui semble être le cas dans l’exemple d’Haïti. Par ailleurs, notons que la statistique labélisée « j- statistic » est équivalente à la statistique de Sargan, elle indique la valeur de la fonction objective du modèle GMM. De plus, le instrument rank qui est ici égal à 10 est supérieur au nombre de coefficients estimés dans le modèle, qui est de 9. Le modèle est par conséquent concluant. Les résultats montrent qu’au seuil statistique de 1 %, une amélioration de 1 % de l’efficacité gouvernementale en Haïti, se traduirait toutes choses égales par ailleurs par une réduction de 3,9 % du déficit de la balance commerciale d’Haïti avec la République dominicaine, et qu’au seuil statistique de 10 %, une amélioration de 1 % de la stabilité politique et d’absence de violence , engendrerait dans ce pays une aggravation seulement de 1,2 % du déficit commercial d’Haïti avec la République dominicaine. Enfin, notons la convergence des résultats de la matrice de corrélation des variables et de ceux issus de l’estimation de ce modèle, qui montrent clairement que parmi les cinq indicateurs institutionnels analysés, celui de l’efficacité du gouvernement haïtien constitue le principal facteur responsable du déséquilibre commercial d’Haïti avec la République dominicaine. Cet indicateur s’élève selon la CNUCED à -0,4 en 2018 à la République dominicaine contre -1,91 à Haïti (sur une échelle allant de -2,5 à +2.5). Le graphique suivant montre la relation inverse qui existe entre le solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti et l’indicateur relatif à l’efficacité et implication du gouvernement haïtien dans ce commerce bilatéral.

36Graphique du lien de causalité inverse entre le solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti (lnsolde) et l’indicateur de l’efficacité gouvernementale d’Haïti (eff)

Source : calculs de l’auteur

6. Commerce et développement : Quelle stratégie à proposer dans le cas d’Haïti ?

37Le commerce extérieur fait partie des principaux leviers sur lesquels les pays en développement comptent s’appuyer pour un développement économique et social durable. Dans ce contexte, ces pays disposent en général de deux grandes stratégies pour faire face aux principaux enjeux d’aujourd’hui et de demain : une stratégie qui consiste à produire pour satisfaire en priorité les besoins fondamentaux de la population, et une stratégie d’ouverture au commerce international. Cette dernière se décompose en une stratégie de promotion des exportations, et en une stratégie de substitution à l’importation.

6.1. Stratégie de promotion des exportations versus stratégie de substitution à l’importation

38Une politique commerciale de promotion des exportations s’attache essentiellement à n’introduire aucun biais qui pourrait entraver la politique économique poursuivie. Cela est observé à travers une libéralisation du commerce extérieur, un système tarifaire neutre, un code d’investissement favorable aux firmes étrangères, mais aussi une politique de change qui évite la surévaluation (qui réduit le prix relatif des biens échangeables). Les arguments théoriques reposent d’abord sur les avantages attendus de la spécialisation et de l’échange international. La promotion des exportations peut ne pas se limiter à l’exploitation d’avantages traditionnels, mais rechercher la diversification des biens exportables, on parle à ce sujet de substitution d’exportation (exemple : on exporte les produits transformés sur place plutôt que les matières premières). Dans ce cas, des mécanismes incitatifs (subventions aux exportateurs, dévaluation compétitive, financements spécifiques, aides à l’investissement, à la recherche et à la formation) sont mis en œuvre pour promouvoir les nouveaux secteurs, pour opérer une mutation des avantages comparatifs. De son côté, la politique commerciale de substitution à l’importation cherche à satisfaire la demande domestique en remplaçant progressivement des produits importés par la production locale. Cette stratégie répond généralement à des objectifs d’industrialisation, de croissance équilibrée et de réduction de la dépendance d’une économie par rapport à une autre. Elle se traduit par une protection des secteurs prioritaires. Quel bilan peut-on alors dresser aujourd’hui des différentes stratégies commerciales de développement ? Il a longtemps été avancé que les pays ayant suivi des politiques de substitution à l’importation ont échoué alors que ceux qui adoptaient des stratégies d’ouverture réussissaient. Les études récentes se montrent beaucoup plus prudentes dans cet arbitrage entre les différentes politiques commerciales de développement. Afin de nous aider à choisir la meilleure stratégie commerciale de développement à adopter dans le cas d’Haïti, un modèle de décomposition de la croissance haïtienne est effectué ci-après suivant les principaux facteurs contribuant à l’accroissement de la demande. Les premiers travaux empiriques effectués à ce sujet sont ceux de H.B Chenery (1979), B. Poirine (1996) a utilisé également cette approche dans le cas des DOM-TOM. La méthode consiste à décomposer le PIB en trois « sources » :

  • variation de la demande intérieure (total des emplois moins exportations)

  • variation de la demande extérieure (exportations)

  • remplacement des importations (ou substitution d’importation) par une production intérieure.

39Seule la troisième « source » correspond à la contribution de la stratégie de substitution d’importation à la croissance du PIB. La deuxième « source » au contraire, correspond à la stratégie de promotion des exportations. La décomposition part de l’identité ressources-emplois finals.

O = Q + M = DI + X (1)

avec O = offre = ressources = PIB + importations

où, Q= PIB, M= importations, DI= demande intérieure (total des emplois- exportations).

40Passant en variation (désignée par la lettre d), l’identité s’écrit :

dQ + dM= dDI+ dX

on suppose que le coefficient d’importation mt se calcule comme la part de l’offre totale qui est importée (au début de la période t) si bien que mt = Mt/Ot.

41En résumé, on peut décomposer la variation absolue du PIB (dPIB) en trois composantes :

  • contribution de la demande intérieure DI : (1-m)dDI

  • contribution des exportations: (1-m)dX

  • contribution de la substitution d’importation: (-dm)O1, où, O1 est le total des ressources (PIB + importations) de l’année écoulée, dm qui est la variation de m par rapport à l’année précédente est remplacée partout pour simplifier. Cela nous conduit aux trois composantes de la variation observée du PIB, dPIB :

    1. (1 – m)dPIB

    2. (1 – m)dX

    3. (- dm)O1

42Pour obtenir des chiffres plus significatifs, on rapporte chacune des contributions à dQ/100, pour déterminer la contribution relative de chaque facteur en pourcentage de la croissance de dQ.

43En appliquant la méthode de décomposition décrite précédemment, on a pu obtenir dans le cas d’Haïti, les résultats suivants

Tableau 9: calcul des sources de la croissance en Haïti de 2007 à 2017

1

Haïti

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Ressources

Q

PIB

6741

6798

7008

6622

6988

7190

M

Importations

3187

3355

3551

4288

4292

4049

O

total

9928

10 153

10 559

10 910

11 280

11 239

Emplois

C

cons finale

5604

6720

6543

8212

8544

8419

I

FBCF

1713

1761

1823

1704

1867

1982

X

Exportations

696

790

966

1016

1223

1248

VS

Var de stocks

1915

882

1227

-22

-354

-410

D

total

9928

10 153

10 559

10 910

11 280

11 239

2

Contribution absolue

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Mo

Coef d’inportation (m)

0,32

0,33

0,34

0,39

0,38

0,36

DX

Demande intérieure (DI)

9232

9363

9593

9894

10057

9991

1

Variation de DI

dDI

131

230

301

163

-66

2

Variation de m

dm

0.01

0.01

0.05

-0.01

-0.02

3

Variation des exports

dX

94

176

50

207

25

Contrib de DI

(1- m)dDI

88

152

184

101

-42

Contrib des exports

(1-m)dX

63

116

30

128

16

Contrib de la SI

(-dm)O1

-101

-106

-545

113

225

4

Total 1+2+3

50

162

-331

342

199

5

Variation du PIB

dQ

57

210

-386

366

202

3

Contribution relative en % du PIB

2008

2009

2010

2011

2012

1/5

Contrib de la DI

154,00 %

72,00 %

-48,00 %

28,00 %

-21,00 %

2/5

Contrib des exports

110,00 %

55,00 %

-8,00 %

35,00 %

8,00 %

3/5

Contrib de la SI

-177,00 %

-50,00 %

143,00 %

31,00 %

112,00 %

1

Haïti

2013

2014

2015

2016

2017

Ressources

Q

PIB

7494

7705

7798

7912

8004

M

Importations

4179

4289

4382

4419

4510

O

total

11 673

11 994

12 180

12 331

12 514

Emplois

C

cons finale

8791

9064

8563

8083

9137

I

FBCF

2103

2146

2224

2248

2236

X

Exportations

1310

1370

1420

1429

1412

VS

Var de stocks

-531

-586

-27

571

-271

D

total

11 673

11 994

12 180

12 331

12 514

2

Contribution absolue

2013

2014

2015

2016

2017

Mo

Coef d’inportation (m)

0,36

0,36

0,36

0,36

0,36

DX

Demande intérieure (DI)

10363

10624

10760

10902

11102

1

Variation de DI

372

261

136

142

200

2

Variation de m

0.0

0.0

0.0

0.0

0.0

3

Variation des exports

62

60

50

9

-17

Contrib de DI

238

167

87

91

128

Contrib des exports

40

38

32

6

-11

Contrib de la SI

-117

-120

-122

-123

-125

4

Total 1+2+3

161

85

-30

-26

-8

5

Variation du PIB

304

211

93

114

92

3

Contribution relative en % du PIB

2013

2014

2015

2016

2017

1/5

Contrib de la DI

79,00 %

79,00 %

93,00 %

80,00 %

139,00 %

2/5

Contrib des exports

13,00 %

18,00 %

34,00 %

5,00 %

-12,00 %

3/5

Contrib de la SI

-39,00 %

-57,00 %

-131,00 %

-108,00 %

-136,00 %

Source: calculs de l’auteur

44Ces résultats montrent que la croissance en Haïti repose principalement sur sa demande intérieure, elle-même fortement influencée par les transferts de fonds de la diaspora haïtienne travaillant à l’étranger. En revanche, la contribution de la substitution d’importation a été négative sur toute la période d’analyse, à l’exception de l’année 2010 (année de l’important séisme en Haïti) et des deux années suivantes, périodes durant lesquelles, Haïti a été contrainte de compter davantage sur ses propres forces. Durant la même période, on constate que la contribution des exportations à la croissance a été dans l’ensemble positive, mais très faible. En bref, Haïti connaît depuis plusieurs années, une croissance impulsée par la demande intérieure, alimentée pour l’essentiel par les transferts de fonds de sa diaspora. Nos résultats démontrent donc que les politiques de substitution à l’importation ne sont pas efficaces en Haïti, puisqu’elles manquent leur objectif de contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois. La progression de la demande intérieure y a été la source principale de la croissance. Rappelons que dans plusieurs pays en développement, la substitution à l’importation a montré ses limites. Ces limites sont plus contraignantes dans les petites économies insulaires comme Haïti, parce que les possibilités de profiter des économies d’échelle y sont plus réduites, et que les insuffisances du tissu productif rendent les productions locales excessivement dépendantes des importations de matières premières, de biens intermédiaires et de biens d’équipement, or dans ce pays qui manque de tout, la capacité de production couvre moins de 1/5 de ses besoins. Ceci met en relief la nécessité de ce pays à accroître et à diversifier sa production, notamment alimentaire, mais elle montre également tout l’intérêt qu’il y aurait à développer une spécialisation internationale fondée sur la recherche d’un avantage comparatif à l’exportation.

6.2. Stratégie visant à satisfaire en priorité les besoins fondamentaux de la population

45Plutôt que de faire référence à la notion de niveau de vie, cette stratégie consiste à définir le développement comme la satisfaction progressive des besoins essentiels de l’homme. Par conséquent, elle vise à investir dans l’humain pour combattre la pauvreté. Dans ces conditions, et en suivant François Perroux, on considérera le sous-développement comme la < non-couverture des coûts de l’homme >. Que faut-il y entendre ? Il s’agit de besoins fondamentaux à satisfaire pour l’intégrité physique et psychique d’un être humain. Ils doivent répondre à trois critères : être universels, mesurables, et productifs. En croisant ces critères, on fait apparaître trois familles de besoins essentiels : l’alimentation, la santé et l’éducation. Concernant l’alimentation, le premier objectif de tout pays est historiquement d’assurer la sécurité alimentaire de la population. La plupart des travaux empiriques montrent l’existence d’une corrélation positive entre sécurité alimentaire des habitants et croissance économique. En effet, une population qui ne souffre ni de famine ni de carence alimentaire a tendance à augmenter sa productivité ainsi que la croissance par tête. Des indicateurs de sous-nutrition et d’insuffisance de la ration calorique journalière permettent de mesurer les progrès accomplis dans ce domaine (la ration calorique moyenne est fixée par la FAO à 2200/2400 calories par jour et par individu). De même, l’accès aux services sanitaires et l’efficacité de ces derniers ont une incidence positive au plan économique et social. Les indicateurs d’accès aux soins et aux équipements sanitaires existent également tels que : les dépenses de santé en % du budget national et du PIB ; le nombre de médecins pour 1000 habitants ; le nombre de lits d’hôpital pour 1000 habitants, sans oublier le pourcentage de la population ayant l’accès à l’eau potable. Enfin, la dimension éducative du sous-développement est également à prendre en compte. Son influence positive sur la croissance et le développement a fait l’objet de plusieurs travaux. De manière identique à la mesure des performances sanitaires, l’état de l’éducation peut s’apprécier à travers des indicateurs de moyens, d’accès et de résultats tels que : le ratio d’élèves/enseignants dans le primaire ; le taux brut de scolarisation au secondaire (%) ; le taux d’analphabétisme ; les dépenses consacrées à l’éducation en % du budget national et du PIB. L’oxford poverty and human development initiative (OHP) a élargi récemment la notion de besoins fondamentaux, en construisant pour chaque pays, un indice de pauvreté multidimensionnel, calculé par une moyenne pondérée de 10 indicateurs de privations, notamment le niveau d’études et la scolarisation, l’alimentation, la mortalité infantile, les biens et l’accès à certains services de base. Pour sa part, le Forum économique mondial (2018) a élaboré un indice de développement inclusif (IDI) qui classe les pays sur la base de 12 indicateurs clés de performance, fournissant ainsi une mesure multidimensionnelle du développement économique et une vision plus nuancée du progrès économique inclusif qu’une simple croissance de PIB. Avec un indice estimé en 2018, à 3,22 (sur une échelle de 1 à 7), Haïti est classé 128e sur 137 pays. Sur tous ces indicateurs, en particulier sur le thème des privations, les ménages haïtiens figurent parmi les plus défavorisés de la planète. En effet, malgré une baisse de pauvreté monétaire et multidimensionnelle, Haïti demeure un des pays les plus pauvres et les plus inégalitaires de la Caraïbe et de l’Amérique latine. Si les avancées sont indéniables, de nombreux défis demeurent, l’accès aux services de base reste limité et caractérisé par d’importantes inégalités. Pour maintenir les progrès réalisés, une croissance plus forte et plus généralisée est certes nécessaire, mais cette dernière doit être accompagnée aussi par un effort concerté pour renforcer les capacités des populations pauvres et vulnérables à accumuler des actifs, générer des revenus et mieux protéger leurs moyens de subsistance des différents chocs qui peuvent les affecter. En résumé, il important de noter, qu’au-delà du débat conceptuel, l’approche par les besoins fondamentaux a inspiré un certain nombre de stratégies de développement, soutenues notamment par le BIT (Bureau International du Travail) et opposées aux stratégies conventionnelles d’industrialisation ou de promotion des exportations. Ceci résulte d’une volonté politique de faire du développement humain une priorité plutôt qu’une simple conséquence de l’augmentation du niveau de vie apportée par la croissance. Aussi, dans le cas d’Haïti, face à l’inefficacité de la stratégie de substitution à l’importation et de la faiblesse de celle des exportations, priorité doit être accordé à une politique, consistant à produire pour satisfaire en premier lieu les besoins fondamentaux de la population, dont la grande majorité est aujourd’hui profondément démunie.

Conclusion et recommandations de politique économique

46Nous nous sommes attachés dans cette étude à mettre en évidence le rôle et l’influence des institutions dans l’évolution des échanges de marchandises entre Haïti et la République dominicaine. Malgré quelques limites qui entourent ces travaux, notamment la présence de quelques statistiques officielles incomplètes, qui nous a conduits à effectuer quelques approximations, quatre enseignements majeurs émergent de cette analyse. Le premier, montre que l’homogénéité des institutions entre pays, et la qualité de ces institutions ont un impact significatif sur le volume commercial réalisé entre partenaires à l’échange. Le deuxième découle de l’estimation des modèles GMM et VECM qui, outre leur convergence dans les résultats affichés, révèle que la mauvaise qualité des indicateurs institutionnels en Haïti constitue un obstacle à l’amélioration de sa balance commerciale avec la République dominicaine. Les résultats des deux modèles mettent l’accent en particulier sur le rôle néfaste de l’inefficacité gouvernementale, de l’instabilité politique et de la violence, ainsi que sur l’irresponsabilisation des citoyens haïtiens dans l’important déséquilibre commercial d’Haïti avec la République dominicaine. Le troisième enseignement, émane de l’observation des statistiques officielles relatives au commerce extérieur d’Haïti et de la République dominicaine, qui laisse apparaître (i) qu’au-delà de l’environnement institutionnel, le déséquilibre commercial considérable qu’affiche Haïti à l’égard de la République dominicaine est imputable pour beaucoup à un déséquilibre économique et de compétitivité, qui lui même découle de conditions institutionnelles différentes entre les deux pays ; (ii) un faible indice de complémentarité des exportations, et un indice élevé de similarité dans les produits exportés par les deux pays, suggérant que leurs économies sont plus concurrentielles que complémentaires ; (iii) un faible niveau de revenu par habitant, et surtout une faible diversification productive en Haïti, qui a pour conséquence de réduire fortement le potentiel commercial de ce pays avec la République dominicaine. Dans ces conditions, ces deux pays ne peuvent être considérés comme des partenaires naturels à l’échange. Par conséquent, l’adoption d’accords de libre-échange entre eux apparaît difficile à réaliser ; (iv) l’importance du commerce informel entre les deux pays. Le quatrième et dernier enseignement montre, qu’en termes de stratégie de développement à proposer pour Haïti, la stratégie de substitution à l’importation n’apparaît pas aujourd’hui une option pertinente pour ce pays, car après décomposition des sources de la croissance en Haïti, il s’avère qu’elle n’offre pas une stratégie soutenable au plan économique et social. En revanche, une stratégie qui s’appuierait sur la demande intérieure, qui est actuellement la source principale de la croissance en Haïti, apparaît comme l’option la plus viable au plan économique, à condition que cette dernière soit elle-même adossée à une stratégie qui vise à produire, pour satisfaire en priorité les besoins fondamentaux de la population. Quant à la stratégie de promotion des exportations, pour être efficace, elle doit reposer sur une spécialisation, fondée sur la recherche d’un avantage comparatif à l’exportation. Enfin, des mesures de bon sens s’imposent pour réduire les déséquilibres extérieurs, en agissant pour ce faire sur les principaux facteurs qui en sont la source. Indépendamment de disposer sur place, d’institutions de bonne qualité, il s’agit notamment d’améliorer nettement les infrastructures socio-économiques de base, indispensables aux investissements et à l’attractivité du pays, de consolider la stabilité des prix, de renforcer la gestion des finances publiques, de diversifier les bases productives, en vue de réduire la dépendance vis-à-vis des biens et services étrangers, et d’atténuer la sensibilité des exportations à la volatilité des prix sur les marchés internationaux. Pour conclure, ajoutons que cette étude mérite d’être enrichi d’un modèle gravitationnel des échanges, modèle que nous tenterons d’estimer dans nos prochains travaux, en vue d’évaluer et de « prédire » les potentiels d’échanges entre Haïti et la République dominicaine. Sur le plan empirique, le modèle de gravité est apparu comme un modèle pertinent pour évaluer les déterminants des échanges commerciaux bilatéraux, en mesurant et en simulant l’impact sur ces échanges, de variables telles que : le poids économique des pays partenaires, la distance géographique relative qui les sépare, la présence d’une frontière commune, l’influence aujourd’hui de la colonisation exercée naguère sur les économies en question, l’adhésion ou non à l’organisation mondiale du commerce (OMC), l’utilisation ou non d’une langue commune, l’adhésion à des accords commerciaux préférentiels, et à des accords de libre-échange ou non entre eux.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, J.E. and D. Marcouiller (2002). “Insecurity and the pattern of trade: an empirical investigation”, Review of Economics and Statistics, 84: 342-352.

Anderson, J.E. (2001). Trade and Informal Institutions, unpublished manuscript.

Babestkaia- Kukharchuk et al (2004). "Russia’s accession to the WTO: the potential for trade increase". Journal of comparative economics 32(4), 680-699.

Banque Mondiale (2018). « Indicateurs de développement ». databank.worldbank.org/source/world-development-indicators.

Beugelsdijk, S. and A.B.T.M. van Schaik (2001). “Cultuur en economie”, Tijdschrift voor Politieke Ekonomie, 23, pp. 69-84.

CEPALC (2017). Système graphique interactif de données (SIGGI). sgo-win12-we-e1.cepal.org/dcii/sigci/sigci.html

CNUCED (2018). Base de données. http://unctad.org

COMTRADE (2018). Base de données. https://comtrade.un.org

De Sousa, J. Disdier, A-C (2006). « la qualité du cadre juridique constitue-t’elle une barrière au commerce?. Application aux économies en transition ». Revue économique 57(I): 135-151.

Deardorff, A.V. (1998). “Determinants of Bilateral Trade: Does Gravity Work in a Neoclassical World?” in: J. Frankel (ed.), The Regionalization of the World Economy, Chicago: University of Chicago Press.

Deardorff A.V. (2001). Local comparative Advantage: Trade Costs and the Pattern of Trade, unpublished manuscript.

Den Butter, F.A.G. and R. H. J. Mosch (2002): “Het belang van vertrouwen in de internationale handel: een empirische verkenning”, Maandschrift Economie, 66: 314-336.

Disdier, A-C, Mayer, T (2005). « Je t’aime moi non plus : bilateral opinion and international trade", CEPR discussion paper 4928.

Dollar, D. and A. Kraay (2002). Institutions, Trade and Growth, unpublished manuscript.

Dupont, L (2014). « Une union économique et monétaire entre Haïti et la République dominicaine est-elle aujourd’hui une option concevable ? », Revue Etudes caribéennes, journals.openedition.org/etudescaribeennes/7188.

Frankel, J. and A. Rose (2002). “An Estimate of the Effect of Common Currencies on Trade and lncome”, Quarterly Journal of Economics, May 2002, pp. 437-466.

Frankel, J.A. (1998). The Regionalization of the World Economy, NBER Project report, Chicago: The University of Chicago Press.

Frankel J.A. (1997). Regional Trading Blocs in the World Economic System, Washington D.C.: Institute for International Economics.

Frankel J.A. and D. Romer (1999). “Does Trade Cause Growth?”, American Economic Review: 379-399.

Fujita, M., P. Krugman and A. J. Venables (1999). The Spatial Economy: cities, regions, and international trade, Cambridge (MA): The MIT Press.

Hall, R.E. and C.I. Jones (1999): ''Why Do Some Countries Produce So Much More Output per Worker than Others?”, The Quarterly Journal of Economics, 114: 83- 116.

Helpman, E. and P. Krugman (1985). Market Structure and Foreign Trade, Cambridge MA: MIT Press.

IMF (2017). imf.org/external/pubs/ft/weo/2017.

Kaufmann, D., A. Kraay and P. Zoido-Lobatón (2002). “Governance Matters II: Updated lndicators for 2000-01”, World Bank Policy Research Working Paper, 2772.

Knack, S. and P. Keefer (1995). “Institutions and Economic Performance: Cross-Country Tests Using Alternative Measures”, Economics and Politics, 7: 207-227.

Knack, S. and P. Keefer (1997): “Does Social Capital have an Economic Payoff? A Cross-Country investigation”, Quartely Journal of Economics, 112: 1251-1288.

Koukhartchouk, O. and M. Maurel (2003): “Accession to the WTO and EU enlargement: what potential for trade increase”?, CEPR Discussion Paper, 3944.

Lavallée, E (2006). "similarité institutionnelle, qualité des institutions et commerce international", Economie internationale 2006/4, numéro 108.

Linders, G.M., H.L.F. de Groot and P. Nijkamp (2002). Economic Development, Institutions and Trust, unpublished manuscript.

McCallum, J. (1995). “National Borders Matter: Canada-U.S. Regional Trade Patterns”, American Economic Review, 85: 615-623.

North, D.C. (1995): “The New Institutional Economics and Third World Development”, in: J. Harriss, J. Hunter and C.M. Lewis (eds.), The New Institutional Economics and Third World Development, London: Routledge.

North, D.C. (1990). Institutions, Institutional change and economic performance, Cambridge: Cambridge University Press.

Obstfeld, M. and K. Rogoff (2000). “The Six Major Puzzles in International Macroeconomics: Is There a Common Cause?”, in: NBER Macroeconomics Annual 2000.

Olson, M. (1982). The Rise and Decline of Nations: economic growth, stagflation, and social rigidities, New Haven: Yale University Press.

Olson, M. (1996). “Big Bills Left on the Sidewalk: Why Some Nations are Rich, and Others Poor”, Journal of Economic Perspectives, 10: 3-24.

Rapport 2018 du forum économique mondial : fr.weforum.org/reports/annual-report-2018-2019

Rauch, J.E. (2001). “Business and Social Networks in International Trade”, Journal of Economic Literature, 39: 1177-1203.

Sala-i-Martin, X.X. (1997). “I Just Ran Two Million Regressions”, The American Economic Review, 87: 178- 183.

Tamirisa, N. and S.J. Wei (2002). “Bribery in Trade: Liberalizing Grease or Non-tariff Barrier?”, IMF and Harvard University.

World Bank & OAS (2009). "Accelerating trade and integration in the Caribbean". a worldbank country study.

Wei, S.J. (2000). “Natural openness and good government”, NBER Working Paper, 7765.

Haut de page

Annexe

Application d’un modèle vectoriel à correction d’erreur (VECM) à l’évaluation des effets de la gouvernance haïtienne sur le commerce bilatéral entre Haïti et la République dominicaine.

Le modèle VECM utilisé ci-après, vise à estimer l’impact ou l’influence de l’indicateur composite de gouvernance (igov) d’Haïti sur les échanges commerciaux de ce dernier avec la République dominicaine. Dans cette analyse, l’indicateur composite de gouvernance, exprime la moyenne arithmétique, pondérée par les écarts types des cinq indicateurs de gouvernance employés précédemment dans la méthode des moments généralisés (GMM). La technique de l’analyse en composante principale (ACP) a été utilisée pour construire cet indicateur agrégé, car, elle a permis de mettre en évidence plus de 80 % de la variance totale de l’igov.

Par ailleurs, il est important de souligner, qu’en économétrie des séries temporelles, lorsque nous souhaitons modéliser une variable non stationnaire à l’aide d’une ou plusieurs variables explicatives, elles aussi non stationnaires, nous avons recours à ce que l’on appelle un modèle à correction d’erreur. Pour ce faire, nous procédons en plusieurs étapes. La première étape consiste à déterminer le nombre optimal de retards (lags) à utiliser pour tester la stationnarité de ces séries temporelles. Si les variables sont non stationnaires, la régression standard des moindre carrés ordinaires (MCO) est dite fallacieuse ou illusoire. Pour éviter ce problème, nous pouvons estimer un modèle MCO, via une transformation linéaire des variables (dans la majeure partie des cas, la différence première rend les variables non stationnaires en niveau exploitables). La deuxième étape consiste à effectuer le test de cointégration de Johansen. Si les variables sont cointégrées (c’est à dire, il existe une combinaison linéaire des séries intégrée d’ordre inférieur à l’ordre d’intégration de chacune des séries, zéro la plupart du temps), il est possible d’estimer une régression pertinente et statistiquement viable. Dans notre hypothèse, cette régression cherche à analyser la nature de la relation entre le solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti et l’indicateur composite de gouvernance d’Haïti. L’équation de cette régression, estimée à l’aide d’un modèle VECM, s’exprime comme suit :

Yt = a0 + a 1Xt + Ut

et

DYt = b0 + b1DXt + b2DX t - 1 + b3 DYt - 1 + b4Ut - 1 + Ɛt

où : Y = logarithme du solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti

X = matrice des variables explicatives

D = signe de variation

Ut et Ɛ = termes d’erreur

Y est la variable dépendante (lnsolde)

les variables explicatives sont : l’indice composite de gouvernance d’Haïti (igov); le logarithme du revenu par tête en Haïti (lnpib_h) ; et le logarithme de la consommation par tête en Haïti (lncons_pib)

a) Détermination du nombre optimal de retards (lags)

Le choix du nombre de retards est déterminé à l’aide du critère d’information de Hannan - Quinn (HQIC), du critère d’information bayesien de Scharz (SBIC), du ratio de vraisemblance séquentielle (LR), du critère d’information d’Akaike (AIC), et de l’erreur de prédiction finale (FPE). Tous ces critères indiquent 1 retard, exprimé par une étoile dans le tableau 10.

Tableau 10 : Choix du nombre optimal de retards (lags)

Selection-order criteria

Sample: 1998 - 2017 Number of obs = 20

+---------------------------------------------------------------------------+

|lag | LL LR df p FPE AIC HQIC SBIC |

|----+----------------------------------------------------------------------|

| 0 | 30,317 3 8.5e-07 -2,631 73 -2,592 85 -2,432 58 |

| 1 | 57.1978 53 761* 16 0,000 3.0e-07* -3,719 78* -3,525 4* -2,724 05* |

| 2 | 65.8042 17,213 16 0,372 7.9e-07 -2,980 42 -2,630 54 -1,188 1 |

| 3 | 78.7683 25,928 16 0,055 2.2e-06 -2,676 83 -2,171 44 -.087 922 |

+---------------------------------------------------------------------------+

Endogenous: lnsolde lnpib_h lncons_pib igov

Exogenous: _cons

b) Test de cointégration de Johansen

Johansen tests for cointegration

Trend: none Number of obs = 20

Sample: 1998 - 2017 Lags = 3

-------------------------------------------------------------------------------

5%

maximum trace critical

rank parms LL eigenvalue statistic value

0 32 52.547919 . 41.5458 39.89

1 39 64.811792 0.70665 17.0181* 24.31

2 44 69.990126 0.40419 6.6614 12.53

3 47 73.301099 0.28186 0.0395 3.84

4 48 73.320836 0.00197

-------------------------------------------------------------------------------

Source : calculs de l’auteur, extraits de Stata 16

Ce test montre que les statistiques affichées sont baséees sur un modèle comportant 3 retards, et que les séries sont cointégrées. Il existe une seule relation de cointégration, indiquée par une étoile. 0n peut donc estimer le modèle à correction d’erreur.

c) Résultats du modèle à correction d’erreur

Vector error-correction model

Sample: 1998 - 2017 Number of obs = 20

AIC = -2.581179

Log likelihood = 64.81179 HQIC = -2.202143

Det(Sigma_ml) = 1.80e-08 SBIC = -.6395013

Equation Parms RMSE R-sq chi2 P>chi2

----------------------------------------------------------------

D_lnsolde 9 .700682 0.6950 25.06991 0.0029

D_lnpib_h 9 .030434 0.1845 2.488732 0.9812

D_lncons_pib 9 .071346 0.3783 6.692963 0.6691

D_igov 9 .453411 0.4108 7.6709 0.5676

----------------------------------------------------------------

------------------------------------------------------------------------------

| Coef. Std. Err. z P>|z| [95 % Conf. Interval]

------

-------+----------------------------------------------------------------

D_lnsolde |

_ce1 |

L1. | -.4383741 .1786622 -2.45 0.014 -.7885456 -.0882026

|

lnsolde |

LD. | -.2560207 .2322776 -1.10 0.270 -.7112765 .1992351

L2D. | .2401757 .1972377 1.22 0.223 -.1464032 .6267546

|

lnpib_h |

LD. | 24.36494 9.163934 2.66 0.008 6.403957 42.32592

L2D. | 14.8594 9.795055 1.52 0.129 -4.338558 34.05735

|

lncons_pib |

LD. | 6.657192 3.248504 2.05 0.040 .2902409 13.02414

L2D. | 3.140427 3.157417 0.99 0.320 -3.047996 9.328851

|

igov |

LD. | 1.235462 .5497955 2.25 0.025 .1578831 2.313042

L2D. | .7952279 .4477232 1.78 0.076 -.0822935 1.672749

-------------+----------------------------------------------------------------

D_lnpib_h |

_ce1 |

L1. | -.0044185 .0077601 -0.57 0.569 -.019628 .010791

|

lnsolde |

LD. | -.002746 .0100888 -0.27 0.785 -.0225197 .0170277

L2D. | .002033 .0085669 0.24 0.812 -.0147578 .0188238

|

lnpib_h |

LD. | -.1123638 .3980292 -0.28 0.778 -.8924867 .6677592

L2D. | .492568 .4254415 1.16 0.247 -.341282 1.326418

|

lncons_pib |

LD. | -.1406153 .1410966 -1.00 0.319 -.4171595 .1359289

L2D. | .0833395 .1371402 0.61 0.543 -.1854505 .3521294

|

igov |

LD. | .0204864 .02388 0.86 0.391 -.0263175 .0672903

L2D. | .0136513 .0194466 0.70 0.483 -.0244632 .0517659

-------------+----------------------------------------------------------------

D_lncons_pib |

_ce1 |

L1. | .0377832 .018192 2.08 0.038 .0021275 .0734389

|

lnsolde |

LD. | -.0054719 .0236513 -0.23 0.817 -.0518277 .0408838

L2D. | .0052518 .0200834 0.26 0.794 -.034111 .0446146

|

lnpib_h |

LD. | -.196542 .9331038 -0.21 0.833 -2.025392 1.632308

L2D. | -1.380865 .9973667 -1.38 0.166 -3.335668 .5739375

|

lncons_pib |

LD. | .5083465 .330774 1.54 0.124 -.1399587 1.156652

L2D. | -.3700763 .3214992 -1.15 0.250 -1.000203 .2600506

|

igov |

LD. | -.0740681 .0559821 -1.32 0.186 -.183791 .0356547

L2D. | -.0303967 .0455887 -0.67 0.505 -.119749 .0589556

-------------+----------------------------------------------------------------

D_igov |

_ce1 |

L1. | -.1281069 .1156124 -1.11 0.268 -.3547031 .0984892

|

lnsolde |

LD. | -.0 840 152 .150 307 -0.56 0,576 -.3 786 115 .210 581

L2D. | -.0763898 .1 276 327 -0.60 0,549 -.3 265 452 .1 737 656

|

lnpib_h |

LD. | .5967947 5.929987 0.10 0.920 -11.02577 12.21936

L2D. | 6.104229 6.338385 0.96 0.336 -6.318777 18.52724

|

lncons_pib |

LD. | -2.187967 2.102109 -1.04 0.298 -6.308025 1.93209

L2D. | 2.088092 2.043166 1.02 0.307 -1.916441 6.092624

|

igov |

LD. | -.3316055 .355773 -0.93 0.351 -1.028908 .3656967

L2D. | -.1138804 .2897219 -0.39 0.694 -.681725 .4539641

------------------------------------------------------------------------------

Cointegrating equations

Equation Parms chi2 P>chi2

-------------------------------------------

_ce1 3937,361 8 0,000 0

-------------------------------------------

Identification: beta is exactly identified

Johansen normalization restriction imposed

------------------------------------------------------------------------------

beta | Coef. Std. Err. z P>|z| [95 % Conf. Interval]

-------------+----------------------------------------------------------------

_ce1 |

lnsolde | 1 . . . . .

lnpib_h | -.4263908 .1 922 606 -2,22 0,027 -.8 032 146 -.049 567

lncons_pib |-20.00117 2,289 426 -8,74 0,000 -24.48836 -15,513 98

igov | 2,984 702 .9 919 433 3,01 0,003 1,040 529 4,928 875

------------------------------------------------------------------------------

Source: calculs de l’auteur, extraits de Stata 16

Notons que ce modèle n’a pas de constante et que les relations de cointégration ne comportent ni tendance déterministe ni constante. Les deux premières parties de ce tableau affichent les élasticités de court terme, tandis que dans la dernière partie, sont présentés les paramètres du vecteur de cointégration. Les résultats montrent que, comme attendu, le terme à correction d’erreur affiche une valeur négative et inférieure à 1 (-0,4). Cette valeur est également significative au seuil statistique de 5 %. Elle indique aussi la vitesse d’ajustement de la variable dépendante (lnsolde) pour retrouver l’équilibre à long terme. Les paramètres de l’équation de cointégration figurant au bas du tableau ont tous le signe attendu et sont significatifs au seuil de 5 %. Au vu de ces résultats, on déduit que ce modèle est de bonne qualité. Par ailleurs, ces paramètres révèlent qu’une augmentation de 1 % de l’indicateur composite de gouvernance d’Haïti (igov), se traduit, toutes choses égales par ailleurs, par une réduction de 3 % (2,98 %) de l’excédent de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti. Étant donné que la valeur de cet indicateur se situe entre -2,5 (performance faible) et +2,5 (performance élevée), on déduit qu’une augmentation d’une unité de cet indicateur est susceptible d’engendrer une amélioration sensible de la balance commerciale d’Haïti avec la République dominicaine. Le graphique de la droite de régression ci-dessous en témoigne. Il confirme l’existence d’un lien de causalité inverse entre le solde de la balance commerciale de la République dominicaine avec Haïti et l’indicateur composite de gouvernance d’Haïti. En définitive, il s’avère que les résultats des deux modèles (méthode des moments généralisés et modèle vectoriel à correction d’erreur) convergent. Ils montrent clairement que les indicateurs de gouvernance d’Haïti exercent une influence déterminante sur la balance commerciale d’Haïti avec la République dominicaine. Les deux variables s’influençant mutuellement.

Source: calculs de l’auteur

Enfin, il importe de vérifier la stabilité du modèle VECM présenté ci-dessus. Autrement dit, il convient de voir si les eigenvalues (valeurs propres) présentent une valeur inférieure à l’unité. Le tableau suivant, de même que le cercle ci-dessous indiquent que le processus est stable, et qu’aucune valeur propre n’apparaît proche de l’unité (toutes les valeurs propres figurent à l’intérieur du cercle).

Eigenvalue stability condition

+----------------------------------------+

| Eigenvalue | Modulus |

|--------------------------+-------------|

| 1 | 1 |

| 1 | 1 |

| 1 | 1 |

| -.8418823 | .841882 |

| -.1121693 + .7 193 689i | .728 061 |

| -.1 121 693 - .7 193 689i | .728 061 |

| .4353381 + .2 333 481i | .493 934 |

| .4 353 381 - .2 333 481i | .493 934 |

| -.284515 + .3 506 177i | .451 532 |

| -.284 515 - .3 506 177i | .451 532 |

| -.3 650 449 | .365 045 |

| .3 634 171 | .363 417 |

+----------------------------------------+

The VECM specification imposes 3 unit moduli.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Crédits Source : UNCTADstat, http://unctadsta.unctad.org
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Crédits Source : UNCTADstat, http://unctadsta.unctad.org
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Crédits Source : Fonds Monétaire International (2017)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-10.png
Fichier image/png, 79k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-12.png
Fichier image/png, 8,0k
Crédits Source : calculs de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-14.png
Fichier image/png, 27k
Crédits Source: calculs de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-16.png
Fichier image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23528/img-18.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Gouvernance et commerce bilateral : rôle et influence des institutions dans les relations commerciales entre Haïti et la République dominicaine », Études caribéennes [En ligne], 51 | Avril 2022, mis en ligne le , consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.23528

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

The George Washington University, louis.dupont038@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search