Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Hors-dossierLe tourisme en AfriqueLe tourisme culturel en Tunisie p...

Hors-dossier
Le tourisme en Afrique

Le tourisme culturel en Tunisie pendant la période coloniale : Genèse et évolution

Cultural Tourism in Tunisia During the Colonial Period: Genesis and Evolution
Lassaad Dandani

Résumés

Dès 1961, date de l’adoption du premier plan décennal de développement, Etat tunisien avait misé sur le tourisme en général et essentiellement sur le tourisme balnéaire. A partir de cette date et depuis plusieurs décennies le tourisme en Tunisie était forgé dans sa vocation balnéaire saisonnière et de masse. Cependant, d’autres formes de tourisme comme le tourisme culturel étaient considérées comme des acticités touristiques annexes, auxiliaires et alternatives.
En effet, ces dernières années les recherches récentes sur l’histoire du tourisme en Tunisie avaient soulignées l’idée de l’ancienneté du tourisme culturel. L’objectif primordial de cette étude est d’esquisser cette idée. Cette contribution tente de comprendre les modalités de la naissance et de l’évolution de ce tourisme culturel en Tunisie. Nous montrerons dans cette recherche que le tourisme tunisien est un tourisme culturel par excellence. Il s’agissait d’une activité ancienne qui remonte à la période de la deuxième moitié du XIXème siècle. Nous tenterons donc de voir si ce tourisme culturel, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, est l’héritier de cette activité datant de la période coloniale.

Haut de page

Texte intégral

« Pays au climat privilégié, qui offrait aux touristes l’Orient le plus pur avec ses villes indigènes, des oasis incomparables et de réputation mondiale, ses territoires d’Extrême Sud aux portes du Désert, les vestiges grandioses de la civilisation romaine, les merveilles artistiques du vieil Islam, les routes excellentes, les manifestations sportives, du confort, et l’accueil le plus aimable »
CADN, Tunisie 2ème versement, carton 435, Office Tunisien de Standardisation 1950-1955.

Introduction

1Depuis 1961, date de l’adoption du premier plan décennal de développement, la Tunisie a misé sur le tourisme en général et en particulier sur le tourisme balnéaire. Désormais, cette activité est devenue un pilier fondamental de l’économie tunisienne. Cependant et après quelques décennies la Tunisie s’est trouvée dans l’obligation de revoir ses positions dans ce secteur vital. Dans les années 1990, elle a été appelée à réviser sa politique touristique pour faire face aux différentes carences propres à ce tourisme saisonnier, de masse et inéquitable. Elle a entamé un processus d’intégration et de valorisation de son potentiel patrimonial pour redynamiser cette activité. Le tourisme culturel est devenu donc l’une des solutions adoptées par les décideurs pour faire face à un tourisme balnéaire en crise. Il s’agissait donc à la fois d’un choix et d’une obligation impérative. Le tourisme culturel était considéré comme une activité alternative au tourisme balnéaire.

2Par ailleurs, le choix d’un tourisme culturel était-il l’invention d’un nouveau produit ou s’agissait-il d’une mise en valeur d’un atout qui existait déjà ? En effet, le discours sur le développement du tourisme en Tunisie suppose l’idée de la création et l’apport d’un paradigme touristique innovant.

  • 1 Le tourisme culturel se définit comme « un déplacement (d’au moins une nuitée) dont la motivation p (...)

3L’objectif primordial de cette étude est de comprendre la genèse du tourisme culturel à l’époque coloniale. Nous proposons donc de retracer la généalogie du tourisme culturel en Tunisie. Nous essayerons de dater cette forme de tourisme par rapport à l’histoire générale du tourisme en Tunisie. Notre objectif est de comprendre les modalités de la naissance et de l’évolution du tourisme culturel. Nous tenterons de voir si ce tourisme, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, est l’héritier de cette activité datant de la période coloniale.1 Ceci nous permettra de comprendre quel type de tourisme l’administration du Protectorat avait développé et quelles sont les transformations qu’a connues, depuis, l’activité touristique en Tunisie. Nous nous pencherons également sur la question des acteurs du tourisme culturel, sur les spécificités de ce tourisme. Nous poserons aussi la question sur la répartition géographique des premiers centres du tourisme culturel en Tunisie et sur les changements qu’ont connus ces lieux.

1. Les prémices du tourisme culturel en Tunisie durant la deuxième moitié du XIXème siècle

1.1. La littérature de voyage : une première invention du tourisme culturel

  • 2 LE FAURE, « Voyage en Tunisie », Gamier Frères, Paris, 1882. HENRY Lorin, « Promenade en Tunisie », (...)

4L’étude de la littérature de voyage propre au XIXème siècle et à la première moitié du XXème siècle dévoile une richesse quantitative et qualitative. Elle se compose de plusieurs sources et témoignages de différente nature. Cette bibliographie de première main comporte des récits de voyage, des notes et impressions, des feuilles de route, des romans, des voyages d’études…2La consultation des sources disponibles nous conduit à remarquer que la majorité des textes de l’époque ont brossé une image hospitalière de la Tunisie où se conjuguent un orientalisme rêvé avec un climat doux et un passé historique riche et pluriel. Cette littérature constitue un prélude pour repenser l’histoire du tourisme en Tunisie. Elle raconte les détails des premières explorations touristiques de la Tunisie. Un tourisme qui se livre à cette époque à une vocation culturelle par excellence.

  • 3 Colette zytnicki, « L’invention des Sites Touristiques dans la Tunisie précoloniale et coloniale (1 (...)
  • 4 Armand de Flaux, La Régence de Tunis au XIXe siècle, édition Challamel, Paris 1865, Gallica numériq (...)

5Le récit d’Armand de Flaux, chargé en 1861 d’une mission d’exploration par le comte Walewski, ministre de Napoléon III, nous propose quelques exemples du tourisme culturel pratiqué par une élite avide de voyage et de découvertes. Après avoir parcouru quelques régions de la Régence, il écrit : « je me bornerai ici à faire une énumération de toutes les villes assez importantes pour mériter l’attention du savant et du touriste ».3L’itinéraire d’Armand de Flaux comporte des villes comme Tunis, Nabeul avec une poussée vers les régions de l’intérieur de la Régence comme Djerba, le Djérid.4 Il décrit les atouts du pays qu’ils soient naturels ou culturels, les curiosités locales et surtout les vestiges archéologiques romains. Le recoupement des thèmes évoqués par Armand de Flaux avec ceux cités dans les guides touristiques montre le grand intérêt des voyageurs pour les ressources culturelles et patrimoniales du pays.

  • 5 Combès J. Louis, « Guide Touristique de la Tunisie », édité par Esso Standard Tunisie S. A. Tunis, (...)

6Les textes de Flaubert, Paul Arène, Alexandre Dumas, plus tard Jean Despois, constituaient un autre témoignage sur l’aspect culturel des voyages d’une élite intellectuelle avide de découvrir le monde. Leurs périples dans la Régence de Tunis portent les prémisses de la vocation culturelle de ces voyages. C’est dans les propos suivants que Jean Despois décrit la vocation de la Tunisie : « La principale originalité de la Tunisie est de s’ouvrir largement aux souffles de la Méditerranée et aux influences de l’Orient. Mais la Tunisie est aussi très africaine avec ses paysages dénudés et ses horizons lointains, avec ses villages perchés près des sources, aux flancs des montagnes, ou ses oasis hérissées de palmiers, avec sa population en partie nomade dont une fraction importante vit encore sous la tente. »5

  • 6 CADN, Protectorat-Tunisie, 2ème versement (XIXème s.-1961), « Rapports économiques des Contrôleurs (...)

7D’autres textes émanant d’hommes de lettres, comme Chateaubriand, Flaubert, Maupassant, André Gide, ou Camille Mauclair, confirment ces propos sur la nature culturelle de leur voyage en Tunisie. « … tous ceux qui, (…), sont arrivés dans la Régence attirés par les grands souvenirs qu’elle représente et qui ont tiré de leur séjour ici les pages magistrales qui constituent les lettres de noblesse littéraires du tourisme tunisien : Flaubert, Myriam Harry, Maupassant, Alexandre Dumas, Camille Mauclair, Georges Duhamel, André Gide et tant d’autres qui nous ont vanté le charme particulier que possède la Tunisie ».6

  • 7 Anonyme, « Tourisme d’autrefois ; quelques visiteurs de marque », Tunisie Touristique, juillet 1956 (...)

8Un article intitulé « Tourisme d’autrefois ; quelques visiteurs de marque », souligne l’empreinte des « premiers touristes » ayant visité la Régence : « Parmi les précurseurs du tourisme en Tunisie, nous citerons en premier lieu Chateaubriand qui fit un séjour de trois mois dans la capitale des Beys au début de l’année 1807… Chateaubriand parcourut avec grande joie les souks de la ville arabe. Un autre voyageur, non moins illustre, Alexandre Dumas fit, en décembre 1846, un court voyage en Tunisie ».7

9En parcourant ces textes sur la genèse du tourisme en Tunisie, nous remarquons l’importance de la vocation culturelle de ce tourisme. Une base qui va favoriser par la suite l’émergence d’un tourisme culturel. Louis Carton, dans son combat pour le développement du tourisme en Tunisie, souligne l’aspect culturel ancien du voyage en Tunisie depuis Polybe, Appien et Virgilejus qu’aux voyageurs contemporains. En 1956, la « Tunisie Touristique », retrace le rôle pionnier des voyageurs et de cette littérature dans la mise en tourisme en Tunisie.

10Quant à Henri Tissot, son œuvre « La Tunisie » est inscrite dans cette phase de mise en tourisme en Tunisie. Il signale la nature de l’activité touristique pratiquée et qui semble culturelle en premier lieu. Il décrit la physionomie du tourisme le plus souvent pratiqué : « dès que s’achève septembre et que les chaleurs estivales tunisiennes ne sont plus à redouter, la Régence voit arriver, chaque année plus nombreuse, la foule des touristes » .8

1.2. Le rôle pionnier de la première génération des guides touristiques dans l’émergence du tourisme culturel en Tunisie

  • 8 PIESSE (L.), « Itinéraire de l’Algérie, de Tunis et de Tanger », Edition Hachette, Collection des G (...)

11L’étude de la première génération des guides touristiques permet de faire un premier constat sur la vocation culturelle du tourisme en Tunisie. En effet, ces guides de l’époque constituent une source de première main qui peut nous aider à brosser les caractéristiques du tourisme en Tunisie. Depuis 1874, date de l’apparition du premier guide Joanne présentant Tunis et ses environs8, les manuels de voyage ont contribué à mettre en valeur les richesses culturelles et patrimoniales de la Régence. D’ailleurs, ce n’est pas étonnant de voir des manuels bien documentés où figurent des citations et des descriptions de certains auteurs arabes célèbres comme Al-Bekri, Al-Massoudi et d’autres. Ces guides étaient destinés à un public averti et cultivé. À partir de 1903, la rédaction des guides Joanne de la Collection Hachette a été confiée à des spécialistes d’histoire et de géographie comme Augustin Bernard, Stéphane Gsell et Gilbert Jacqueton.

12L’examen des premières éditions, met au point un tourisme qui se basait sur l’exploitation de toutes les curiosités et les attractions que recélait la Tunisie. La Médina de Tunis constituait le centre de flux et de reflux d’une activité touristique naissante. Les monuments historiques et l’architecture sont classés en premier. Il était conseillé aux touristes de visiter les souks et la grande mosquée Zitouna en passant par la Kasba et quelques palais et demeures. Selon Louis Piesse « le touriste qui ne disposerait que de quelques heures visitera de préférence les bazars, Dar el -Bey et la Kasba ».10

13L’itinéraire proposé par les guides Joanne, devenus par la suite guides Bleus, montre l’importance des ressources culturelles dans le développement du tourisme. Le tableau suivant dessine les différentes excursions que Tunis et ses environs.

Tableau n° 1 : Les principales excursions aux environs de Tunis

Point de départ

Itinéraire

Tunis

 Carthage-La Marsa-Sidi-Bou-Said

 Korbous

 Zaghouan (par Oudna)

 Dougga

 Bizerte

 Hammam-Lif et le Bou-Kornine

 Nabeul et Hammamet

 Le Karam-Khéridinne, La Goulette

 le Bardo et la Manouba

le Jardin d’essai, l’Ecole d’Agriculture et l’Arianna

le Mornague (Orangerie)

Source : « La Tunisie station hivernale, Livret-Guide » édité par le Comité d’Hivernage de Tunis et de la Tunisie, Tunis, document non daté. (1ère décennie du XXème siècle).

14À travers cette première nomenclature, nous remarquons que l’activité touristique a commencé par l’exploitation des ressources patrimoniales et naturelles. D’ailleurs, plusieurs intitulés des guides font référence à des régions qui offrent un tourisme culturel par excellence. On voit alors paraître des manuels qui présentent, par exemple, des lieux de tourisme comme les « Kairouan, Sbeïtla, le Djérid ; guide Illustré du touriste dans le Sud-Ouest Tunisien » (1901 et 1912), « Guide Complet de Tunis et ses environs » (1914), « Guide du touriste, sur la côte du soleil Bizerte » (1920), « Guide pratique du tourisme au Sahara » (1931),… D’autres guides font référence à des moyens de transport tel que les « L’Algérie et la Tunisie en Automobile » (1911), « Guide du Tourisme Automobile » (1923), « Guide du Tourisme Automobile et Aérien au Sahara » (1934),. En parallèle, quelques guides mentionnent la catégorie des touristes comme le « Guide du Touriste Lettré ; à la découverte de l’Afrique du Nord, Algérie-Tunisie-Maroc, ce qu’il faut voir, savoir et lire » (1951).

15En 1911, La collection Hachette a consacré deux numéros au tourisme en Tunisie. Le premier guide Joanne, rédigé par Stéphane Gsell et Gilbert Jacqueton, semble un tournant dans l’identification du tourisme culturel en Tunisie. Ce guide était très riche au niveau de la matière proposée. Des cartes relatant les principales curiosités monumentales et naturelles étaient présentées pour mettre en valeur l’atout culturel qu’offraient la Tunisie en particulier et l’Afrique du Nord en général.

16Un autre manuel touristique était édité la même année sous l’intitulé « L’Algérie et la Tunisie en Automobile ». Ce guide, qui se rapportait, dans la partie relative à la Tunisie, à Tunis et ses environs, présentait des centres connus par leur potentiel culturel. Il s’agissait du Bardo, de Carthage et Dougga, Korbous et Kairouan. Chaque ville disposait d’un patrimoine culturel particulier.

17Quelques années plus tard en 1917 une autre version du guide Bleu, enrichie fut publiée. C’était la première fois que cette collection présentait une carte touristique basée sur l’exploration des curiosités naturelles et des ressources monumentales. Il s’agissait d’une mise au point du potentiel patrimonial en faveur du tourisme.

18Outre les guides Joanne, le « Guide du Tourisme Automobile en Algérie et Tunisie » rédigé par Jean de Taillis en 1923, déclare clairement les fondements du tourisme en Tunisie. Il cite trois motivations qui incitent à voyager en Tunisie et au Maghreb à savoir les merveilles naturelles, le pèlerinage aux reliques émouvantes des civilisations disparues et le spectacle grandiose du Désert. Telles sont les fondements du tourisme culturel en particulier et du tourisme tunisien en général.

19Pour conclure, les guides touristiques sont unanimes sur le fait que la mise en tourisme en Tunisie durant la période du Protectorat dépend des initiatives d’intégration du potentiel culturel et patrimonial du pays dans une dynamique d’exploitation touristique. L’utilisation des ressources culturelles était appliquée au fur et à mesure suivant un processus de sédimentation des expériences, des institutions, des techniques et des savoir-faire…. C’est ce qui a favorisé un support pour la genèse d’un tourisme culturel bien ancré dans l’histoire culturelle de la Tunisie sur la longue durée.

2. Processus d’identification du Tourisme culturel au temps du Protectorat

  • 9 OTUS, Office Tunisien de Standardisation, crée le 18 janvier 1934
  • 10 A.N.T, Série SG15, Carton 22, Dos. 1, « Correspondances et documentations relatives aux règlements (...)

20L’étude des premières expériences du tourisme en Tunisie dévoile un ensemble d’activités autour de la mise en valeur des atouts culturels. L’inventaire des premières prestations touristiques de la deuxième moitié du XIXème siècle et le début du XXème siècle confirme la vocation culturelle précoce du tourisme en Tunisie. Un article intitulé « À travers la Tunisie Pittoresque », publié par l’OTUS9, résume la typologie du cette activité. Désormais, le tourisme en Tunisie est de la façon suivante : « Porte d’Orient, [la Tunisie] offre aux touristes les attraits les plus divers, les villes indigènes ont conservé leur cachet oriental, les oasis ont une réputation mondiale et les ruines romaines qui couvrent le sol de la Régence font l’admiration des savants et des profanes ».10

21L’examen et le recoupement des sources privées et officielles disponibles nous conduisent à dresser la nomenclature suivante :

2.1. L’archéologie : force motrice du tourisme culturel tunisien

  • 11 Pascal Blanchard, « Images et Colonies ; iconographie et Propagande coloniale sur l’Afrique françai (...)

22Depuis la deuxième moitié du XIXème siècle l’archéologie était un paradigme de prédilection pour les visiteurs de la Régence de Tunis. La découverte du passé historique et des sites archéologiques avait initié les voyages d’exploration de l’Afrique du Nord en général et de la Tunisie en particulier. Durant cette période « … l’exploration est même reconnue comme une activité à part entière, bénéficiant d’appuis officiels dans les métropoles ; explorateur devient un métier, inscrit par certains sur leurs cartes de visite !… On y rencontre officiers et civils, laïques et missionnaires, médecins et diplomates. Certains voyagent en solitaire, d’autres s’entourent de véritables corps d’armée : ils ont pour seul point commun d’avoir fait progresser, grâce à leurs études sur le terrain, les connaissances en matière de géographie africaine ».11En parallèle, ce mouvement d’exploration s’est accompagné du développement d’une conscience de patrimonialisation et de mise en tourisme des ressources culturelles.

  • 12 Décret du 7 novembre 1882 pour la conservation des objets d’art et d’antiquité, Le Décret du 7 mars (...)
  • 13 Revue du Touring Club de France, N° 200, mai 1905.

23Quelques années après l’installation du Protectorat, une première législation au profit du patrimoine avait vu le jour. La promulgation des supports juridiques va constituer un socle d’un processus de mise en tourisme de ce patrimoine culturel.12 C’est ce qui a encouragé les associations à divulguer une culture de tourisme et de protection des paysages pittoresques et des sites naturels. Dans ce cadre, l’œuvre du « Touring Club de France » était remarquable pour « rendre accessibles aux touristes les beautés naturelles, sites intéressants ou monuments pittoresques peu connus ou difficiles d’accès ».13

  • 14 Louis Carton, Dr L. Carton, « La Tunisie à l’an 2000 ; lettres d’un touriste », Librairie Nationale (...)
  • 15 A.N.T, Série SG2, Carton 20, Dos. 36, « Notes et correspondances traitant le problème de la sauvega (...)

24Plusieurs archéologues sont connus comme précurseurs de ce tourisme culturel. Louis Carton, archéologue après avoir été médecin militaire, était un homme passionné par la recherche archéologique et initiateur du tourisme archéologique par excellence. Ses œuvres dressent une image pertinente sur le commencement du tourisme archéologique et culturel.14Son livre « Tunisie à l’an 2000 ; lettres d’un touriste, Carthage et le tourisme en Tunisie » expose le projet d’un précurseur de ce tourisme archéologique. Pour lui Carthage serait un joyau touristique d’avenir où « les ruines doivent être envisagées autant au point de vue touristique qu’au point de vue archéologique ».15

  • 16 CADN, Protectorat-Tunisie, Contrôles Civils, « Contrôle Civil de Zaghouan ; Agriculture, Tourisme » (...)

25Les rapports des contrôleurs civils soulignent plusieurs exemples du tourisme archéologique. Le Contrôleur Civil de Zaghouan annonce en mai 1920 le poids du patrimoine archéologique, surtout romain, dans le développement du tourisme. Il notait que « Les ruines romaines constituent une des richesses de la Tunisie, que le Gouvernement du Protectorat a le devoir de mettre en valeur, tant à cause de l’intérêt qu’elles offrent pour la connaissance du passé de ce pays qu’en raison de l’attrait qu’elles exercent sur nos visiteurs ». 16Entre patrimonialisation et mise en tourisme, les sites archéologiques étaient devenus de hauts lieux du tourisme culturel en Tunisie.

2.1.1. L’éclosion de l’hivernage

  • 17 Bergaoui (M.), « Tourisme et voyage en Tunisie… », Imprimerie Simpact, Tunis, 1997, p. 57.

26L’une des premières représentations du tourisme culturel fut l’hivernage. Le recoupement de la documentation révèle l’éclosion de la Tunisie comme centre du tourisme hivernal. Le premier facteur qui induit cette image était le climat doux et clément en hiver. « La douceur exceptionnelle du climat pendant la saison d’hiver fait de la Tunisie une des contrées les plus favorables aux tempéraments fatigués, en même temps que des plus agréables pour ceux qui peuvent fuir les rigueurs de l’hiver européen ».17

  • 18 A.N.T, Série SG2, Carton 509, Dos. 1, Correspondances relatives à l’organisation du Rallye Tunis-le (...)

27Dans un article publicitaire, Marcel Gandolphe, professeur au lycée Carnot et l’un des acteurs du tourisme pendant les années 1920, délimite la période de l’hivernage en Tunisie entre novembre et mai.18 Pour ceux qui veulent bénéficier d’un séjour agréable, Marcel Gandolphe leur conseille de « […] venir en Tunisie de novembre à mai pour contempler toutes ces merveilles et goûter la douceur d’un hiver ensoleillé et d’un printemps embaumé ». 21

  • 19 Bergaoui Mohamed, « Tourisme et Voyage en Tunisie.. », Op. Cit, p. 92.

28Sur le plan structurel, la naissance d’une infrastructure institutionnelle prouve ce type de tourisme. Depuis 1898, un organisme a été dédié à l’hivernage. Il s’agit du « Comité d’Hivernage de Tunis et de la Tunisie » qui a été créée pour encourager le tourisme en Tunisie. Quelques années plus tard, l’Office Tunisien d’Hivernage (O.T.H) a été créé à Paris pour épauler les efforts publicitaires en faveur de la station hivernale tunisienne. En parallèle, un tissu de syndicats d’Initiative était créé pour mettre en place une infrastructure capable de consolider le tourisme hivernal. L’apparition d’une infrastructure structurelle a permis de diffuser l’image du tourisme hivernal. Une publicité a été mise en place avec la propagation de slogans publicitaires du type : « Passez l’hiver en TUNISIE » ou « Tunis, station médicale d’hivernage ».19

29En 1902, un guide spécialisé ; « Guide Illustré des Touristes et des Hiverneurs », retrace le potentiel touristique que recèle la Tunisie. Dans ce manuel, conçu pour les touristes et les hiverneurs, figure l’image de la Tunisie hivernale.

  • 20 Mont Lourdois, « Esthétique et Salubrité », Le Promeneur, journal quotidien de Tunis, n° 1250, 4 ma (...)

30Les sources de l’époque avaient commencé à présenter des statistiques sur le nombre des hiverneurs. « Le Promeneur », bulletin de l’époque, indique en 1904 qu’en hiver « les étrangers ont afflué à Tunis, attirés par les attractions nouvelles, les fêtes, l’immuable pittoresque et le climat, toujours prestigieux. Anglais, Allemands et Américains, ces derniers en très grand nombre, ont parcouru non seulement nos grandes artères, mais aussi tous les coins de Tunis susceptibles de leur offrir des spectacles de mœurs locales, des points de vue originaux, des scènes toutes spéciales de la vie de notre population hétérogène ».20Ce témoignage confirme la vocation d’hivernage comme l’une des représentations du tourisme culturel en Tunisie.

  • 21 Bouyac René, « Paysages Tunisiens », Le Promeneur, journal quotidien de Tunis, n° 1276, 30 mars 190 (...)

31Les sources attestent l’apparition d’une clientèle d’hiverneurs qui viennent chaque année pour fuir la rigueur du climat en France et en Europe. René Bouyac dresse avec beaucoup de détails le tableau du tourisme hivernal qu’offre la Tunisie : « Voilà venir l’époque où, chaque année, pareil à des oiseaux frileux que chassent les frimas du Nord, les étrangers viennent peupler nos hôtels et sillonner nos routes. Ce mouvement périodique a donné naissance à une sorte d’itinéraire classique dont personne ne consentirait à s’écarter, tant la routine est impérieuse. Quand un touriste débarque en Tunisie, il débute par une course essoufflée à travers les souks de la capitale, dans les patios du Bardo et de KsarSaïd ; un wagon ou un bateau l’emporte aussitôt vers Sousse, d’où il se précipite sur Kairouan. Toujours courant, il jette un rapide coup d’œil sur les deux légendaires mosquées, rentre à Tunis, et s’embarque alors, convaincu qu’il ne lui reste plus à voir. Et pourtant, que de coins ignorés et ravissants sur cette terre tunisienne ! Que de sites pittoresques, que de ruines curieuses dont la visite ne nécessiterait ni plus de temps, ni plus de fatigue que la classique tournée, et offrirait le charme de l’inédit ».21À travers cette description, nous pouvons retracer un véritable tourisme culturel qui a commencé à prendre sa place en Tunisie depuis la 2ème moitié du XIXèmesiècle.

2.1.2. Les premiers pas du tourisme saharien :

  • 22 A. F., La Tunisie ; « Considérations Générales », « La Tunisie Illustrée », n° 5-6, mai 1910, p. 8. (...)

32Si la Tunisie était perçue comme la porte de l’Orient et la vieille terre des monuments du passé, elle était aussi considérée comme la porte du Désert et une plaque tournante vers le Sahara. Il s’agissait d’une autre curiosité qui n’a cessé d’intriguer des touristes passionnés de l’aventure. En quelques années, les circuits sahariens étaient sur les premières pages des guides touristiques. Les agences et les compagnies de transport se précipitées à proposer des circuits inédits dans le Sud tunisien où se conjuguaient l’aventure, la découverte et le divertissement. Les circuits automobiles étaient à la mode à cette époque. Les Oasis étaient présentées comme des centres d’avenir du tourisme saharien. C’était le cas de la « Tunisie Illustrée » qui prédisait dans un article publié en 1910 : « Les oasis du sud seront certainement, un jour prochain, très fréquentées par les hiverneurs ».22 Les sources, guides et récits, citaient souvent des excursions touristiques dans « Outan-Al Djérid » ou « Belad-Ed-Djirid ». Ils s’unissaient dans l’éloge du Sahara en tant que terre d’élection du tourisme automobile et aérien. 26

  • 23 Ancien Président de la Fédération des Syndicats d’Initiative de Tunis 28 A.N.T, Série SG2, Carton 5 (...)

33En 1930, une étude rédigée par le Docteur F. Gérard,23 propose une monographie générale du tourisme en Tunisie à cette époque. Ce dernier résume le tourisme dans le Sud de la Tunisie de la manière suivante : « Bien peu de touristes échappent à l’attirance du Sud, pays magique et mystérieux et il n’est guère nécessaire de pousser au cœur du Sahara pour en garder l’inoubliable souvenir, Tunis-Sousse-Sfax-Gabès. La route du Sud, Matmata ; le pays des Troglodytes, étrange et tourmenté, Médenine et son panorama sur la Steppe sans fin, Nafta, Tozeur, oasis incomparables, bijoux d’émeraude sertis dans des sables d’or ». 28

34Dans ce recueil, émanant d’un spécialiste, le tourisme saharien s’étend sur sept zones ou régions touristiques. Le tableau suivant récapitule les principales attractions touristiques dans cette région.

Tableau n° 9 : Tableau indiquant les principales attractions touristiques dans la région du Sud vers 1930

Zone touristique

Les principales ressources touristiques

Catégorie de l’attraction

Exemples

L’Oasis de Gafsa, les Ruines de Metlaoui, les Gorges du Seldja

-Naturelle

Oasis de montagne Gafsa

Gorges de l’Oued Seldja

-Archéologique

Site préhistorique de Capsa avec ses eaux thermales Ruines de Sbeïtla

-Architecturale

Kasbah de Gafsa

-Ethnographique

Métiers traditionnels des arts indigènes

-Réalisations coloniales

Gisements phosphatiers de Métlaoui

L’Oasis de Gabès

-Naturelle

Oasis de Gabès avec jardins luxuriants

Station thermale d’El-Hamma

-Architecturale

Village de Chenini

-Ethnographique

Scènes de vie

La région des Chotts, Le Djérid

-Naturelle

Quatre Oasis

Les Oasis de Tozeur, Nafta et el-Hamma du jérid

-Naturelle

Oasis et palmeraie

-Ethnographique

Cérémonies confrériques

-Architecturale

Village de montagne

Matmata

Le pays des troglodytes

Les Ghorfas de Médenine

-Architecturale

Maisons des troglodytes

Les Ghorfas de Médenine (ksours)

Les ruines de Gightis

-Archéologique

Ruines de Gighti

Djerba, Ile aux sables d’or Pays des Lotophages

-Naturelle

Les plages aux sables d’or

-Architecturale

Synagogue juiveLe Bordj el-Kébir

-Ethnographique

Poterie de Guellala

L’Extrême Sud tunisien ; Tataouine, Dehibat, Ramada,

Bordj-le-Bœuf, Fort-Saint

-Architecturale

Village de montagne

-Réalisations coloniales

Pèlerinage à Bordj-le-Bœuf

Source : l’Encyclopédie coloniale

2.2. Ethnographie locale, chasse et artisanat

  • 24 Geneviève Goussaud-Falgas, les premiers touristes en Tunisie (1881-1931), récits de voyages, guides (...)

35En arrivant de Marseille à Tunis le touriste se trouvait face à une cité orientale qui se révélait à ses yeux telle que son esprit l’avait rêvée, comme disait Charles Thierry-Mieg dans son récit « Six semaines en Afrique ». Le voyage en Tunisie était guidé par le rêve de découvrir un Orient mystérieux et exotique « où les sensations sont plus fortes, les couleurs plus éclatantes, la lumière des jours et des nuits plus suave, celles des désirs d’Orient, aussi forts qu’impalpables » notait Geneviève Goussaud-Falgas.24

36Au cœur de l’orientalisme, l’ethnographie locale offrait, pour sa part, le mystère auxtouristes. Les guides proposaient souvent de visiter les deux faubourgs de la Médina de Tunis pour découvrir une animation locale authentique. Dans ce cadre, Bab Souika et Halfaouine étaient évoqués comme des centres d’animation en plein air. C’est là où les touristes pouvaient prendre contact avec les mœurs et les traditions autochtones. Les manuels de tourisme se contentaient de citer des scènes folkloriques du patrimoine tunisien. Ils mentionnaient les danses et les concerts orientaux durant le mois de Ramadan, du coucher de soleil à l’aube, dans la ville arabe décorée et illuminée d’une manière fort pittoresque.

  • 25 PENET Paul, « Kairouan-Sbeïtla-Le Djérid », Guide Illustré du touriste dans le Sud-Ouest Tunisien, (...)

37C’était aussi le cas de Kairouan présentée, par ces manuels, comme une ville célèbre par les spectacles de la confrérie des Aissaouas où se conjuguent chant et danse. Des fêtes locales qui constituaient une curiosité particulière de la « Ville Sainte ». Le guide Joanne de 1917 souligne que « ce qui fait de Kairouan une ville unique en Tunisie, c’est l’originalité de ses fêtes indigènes… ».25 A cette ambiance festive s’ajoutaient les fantasias, ces jeux équestres dont la renommée était célèbres. Les récits de voyage témoignent aussi des spectacles des charmeurs de serpents. 31

  • 26 A.N.T, Série MN, Carton 18, Dos. 6, « participation de la Tunisie à la semaine du tourisme colonial (...)

38Du 5 au 15 juin 1920, la Tunisie a été appelée à participer à la Semaine du Tourisme Colonial de Bordeaux. Pour préparer cet évènement important l’administration du Protectorat a lancé un appel à tous les contrôleurs civils pour inventorier tout ce qui peut attirer les touristes dans leurs régions. Le Contrôleur Civil de Souk El-Arba, lors de son inventaire touristique, considère la fête de « Zerda » du Marabout Sidi Salah el Balti comme une attraction culturelle, économique et touristique qui peut intéresser les touristes. Une description détaillée, appuyée par une photographie présentant une scène de fête, fut envoyée pour promouvoir l’activité touristique dans la région.26

39Dans le Sud, la « Fête du Palmier » était un évènement culturel et touristique qui intéressait de plus en plus les visiteurs. L’Office Tunisien du Tourisme présentait quelques détails dans son programme pour l’année 1951. Nous relevons les attractions suivantes : Cueillette des dattes en musique et chants, promenade à dos de chameaux dans l’oasis, repas sous la tente avec mechoui, couscous, courses de chameaux, fantasia des Spahis, danses guerrières… Souvent, on fait appel à des troupes musicales étrangères pour participer à cette manifestation comme les danseuses des « OuledNeîls » d’Algérie.

40D’ailleurs, les photos prêtées par le Secrétariat Général du Gouvernement tunisien pour la semaine de Bordeaux comportaient, selon les décideurs, des attractions locales, des cérémonies, fêtes et types d’indigènes. A titre d’exemple, nous citons :

  • Les danseurs nègres

  • le « Méchoui »

  • Délégations des Zaouïas et leurs étendards

  • Scènes de Fantasia : l’enlèvement de la mariée

  • Extrême sud : caravanes goumiers, méharistes

  • Types d’indigènes : (Types de Tunisiens au café maure à Tunis ; Types de danseurs indigènes ; types de bédouins de la Tunisie du Centre)…

  • 27 ANT, série E, Cart 509, Dos 968, Comité Permanent de la Foire aux Tapis de Kairouan, 1928-1933, piè (...)

41Une autre motivation culturelle incitait souvent à visiter certains centres urbains. Kairouan était l’un de ces hauts lieux qui attirait les visiteurs par ses arts traditionnels, dont ses tapis, de grande renommée. Plusieurs titres de récits font référence aux produits artisanaux de la ville et de la Régence, célèbre aussi en général pour ses tapis. Citons à titre indicatif les titres suivants : « les Arts Indigènes », « La foire aux tapis de Kairouan »… Une foire était dédiée chaque année pour promouvoir ce savoir-faire séculaire considéré par le Président du Syndicat d’initiative de Kairouan en 1933 comme la manifestation touristique la plus importante de la région. A l’occasion de la clôture de la Foire du Tapis en 1928, le Président du Comité Permanent de la Foire déclare dans une lettre adressée au Directeur Général de l’Intérieur : « […] tout étant mis en œuvre pour assurer le succès de cette manifestation destinée à prolonger la saison touristique et attirer à Kairouan le plus grand nombre d’étrangers et de pèlerins »27

42L’artisanat constituait un facteur qui valorisait le tourisme culturel en Tunisie coloniale. Les souks de Tunis étaient une étape incontournable de tous les circuits touristiques. C’étaient les souks, vraie parure de la Médina qui leur donnait son cachet unique et touristique écrivait Marcel D’Orgeval. Ces bazars implantés au cœur des centres urbains arabo-musulmans et des médinas étaient considérés comme un témoignage de l’authenticité des savoir-faire tunisiens.

43Si le tapis a fait la renommée de Kairouan, la « Farachia » était citée par le Contrôleur Civil de Gafsa, comme un produit artisanal local qui pouvait intéresser les touristes. Pour sa part, Guellala, à Djerba, émergeait comme un centre de production de poterie artisanale. Les guides conseillaient souvent aux touristes de programmer la visite des ateliers de Guellala lors de leur séjour dans l’île de Djerba.

44En outre, on ne peut pas survoler ces expériences touristiques à vocation culturelle sans mentionner une des attractions qu’offrait la Tunisie aux hiverneurs et aux touristes : la chasse. Plusieurs exemples peuvent appuyer les initiatives de mise en tourisme de la chasse. Un Livret-Guide édité par le « Comité d’Hivernage de Tunis et de la Tunisie », présente la chasse comme une attraction principale. Un chapitre intitulé « les chasses tunisiennes » résume les initiatives de mise en tourisme de ce patrimoine naturel. Une nomenclature exhaustive a été dressée pour détailler le tourisme de chasse en Tunisie. Il s’agissait de la chasse au renard, à la genette, à la mangouste, surtout au sanglier dans la région de Kroumirie, dans les montagnes du Mogod, les montagnes de Korbous…

45La documentation officielle émanant des contrôleurs civils mettait l’accent sur cette attraction désormais touristique. Le Contrôleur Civil de Gafsa mentionne, par exemple, la chasse comme une activité touristique particulière dans la région. Il dénombre les différents types de chasse possible. A titre d’exemple, il signale la chasse au lièvre, à l’outarde et à la perdrix, au mouflon et à la gazelle dans la région de Meknassy, El-Gttar et du Sagui.

  • 28 Bergaoui Mohamed, « Tourisme et voyage en Tunisie… », Op. Cit., p. 92.

46Durant la première moitié du XXème siècle, la chasse était l’un des produits touristiques proposés par les premières agences de voyage. Mohamed Bergaoui souligne l’apparition de la chasse comme une offre touristique commercialisée par quelques agences : « plusieurs agences organisaient des voyages d’exploration ou de grande chasse dans le sud, assurant les campements, le ravitaillement, les guides, les gens de service, etc. ».28

2.2.1. Déploiement du tourisme religieux

47L’une des images représentatives du tourisme culturel en situation coloniale fut le tourisme religieux. Pour comprendre la naissance et les caractéristiques de ce tourisme nous avons choisi le pèlerinage juif en Tunisie et surtout celui à Djerba. Il s’agit d’un acte qui montre l’émergence dune pratique d’un tourisme culturel.

48Bien qu’il s’agisse d’une pratique à vocation religieuse, le pèlerinage révèle plusieurs indices du voyage touristique. L’analyse des modalités et des circonstances du déroulement de cet acte sur la longue durée prouve que pèlerinage et tourisme sont deux activités qui se superposent parfois et se conjuguent d’autres fois. C’est un acte où le pèlerin se meut en touriste en quête de ses origines.

49L’examen des sources dévoile une pratique bien ancrée dans l’histoire de la Tunisie. Pèlerinage de la Ghriba à Djerba, pèlerinage au tombeau de rebbifradj à Testour et celui rendu chaque année à El Hamma à Gabès au Rabbin El Maarabi sont tous des exemples qui reflètent une pratique religieuse séculaire. Ces exemples relèvent entre autre des expériences préliminaires d’une pratique touristique au cours de la période coloniale. Ils construisaient des jalons de la naissance et du développement d’une pratique ancienne qui était à l’origine d’un processus de patrimonialisation et de mise en tourisme de ces lieux mystiques.

50A l’origine nous remarquons que les sources touristiques du XIXème siècle et de la1èremoitié du XXème siècle utilisent souvent le concept « pèlerinage » pour désigner l’acte de voyager dans un passé historique riche et mémoriel. C’est ce qui explique pourquoi la littérature de voyage du XIXème et XXème siècles décrivait tant de fois la visite des sites romains comme un pèlerinage. C’était le cas, par exemple, du Père Delattre qui relève les liens entre pèlerin et touriste dans son œuvre « Un pèlerinage aux ruines de Carthage et au Musée Lavigerie » publié en 1906. Son œuvre retrace un véritable circuit touristique où le pèlerin n’est qu’un touriste.

  • 29 Abdelhamid Larguèche, De la Siyaha mystique à la Siyaha touristique, itinéraires des mots et des fo (...)

51Sur le plan linguistique, la langue arabe donne une définition qui confirme le lien étroit entre pèlerinage et tourisme. Selon Ibn Mandhour dans son dictionnaire Lisen-Al-Arab « la Siyaha, de la racine sayah, est la pérégrination sur terre à des fins pieuses… ».29 De ce fait, le pèlerinage aux lieux saints était considérée à la fois comme un acte divin et une pratique touristique et culturelle.

  • 30 D’après la légende, Rebbi Frajj Shawwat est un savant médecin d’origine espagnole qui s’est réfugié (...)

52A l’occasion de la semaine du tourisme colonial de Bordeaux du 5 au 15 juin 1920, le contrôleur civil de Mdjez el Bâb, avait noté une description minutieuse du pèlerinage au tombeau de rebbi fradj Shawwat.30 En marge de ce pèlerinage des prestations touristiques étaient offertes, des fêtes étaient organisées et des spectacles en plein air présentés. Le pèlerinage devient aussi une occasion pour s’offrir une gastronomie locale authentique, pour voir se rencontrer des pèlerins juifs venus de tout le pays avec des musulmans et des chrétiens.

  • 31 A.N.T, Série MN, Carton 18, Dos. 6, « participation de la Tunisie à la semaine du tourisme colonial (...)

53Pour sa part, le Contrôleur Civil de Djerba présente un autre exemple de l’émergence d’un tourisme religieux, identitaire et culturel en Tunisie coloniale. Son rapport élogieux du pèlerinage juif à la Ghriba mentionne une attraction touristique prometteuse de la Région. Son témoignage retrace le cadre général de ce tourisme religieux et culturel : « parmi les curiosités à visiter, signalons la “Griba”, situé à Hara Sghira, synagogue vénérée des israélites qui viennent chaque année en pèlerinage du 13ème au 20ème jour du mois de Iyax. (Mois de mai) ».31 Selon ce rapport détaillé, les juifs viennent visiter ce lieu saint de tous les coins de la Tunisie, de la Tripolitaine et même de Syrie. Les témoignages disponibles reflètent l’ambiance festive qui se déroule en marge du pèlerinage. Souvent, l’Office Tunisien du Tourisme mentionne le pèlerinage de la Ghriba sur la liste du calendrier touristique annuel. Il souligne l’intérêt des « fêtes orientales fort pittoresques » pour les touristes. Au début un caravansérail fut édifié en face de la synagogue pour loger les pèlerins. À la fin des années 1930, ces derniers commencèrent à fréquenter une hôtellerie au bord de la plage, luxueuse et plus confortable.

2.2.2. Quelques acteurs du tourisme culturel sous le Protectorat Français

54Si la Tunisie a connu cet engouement pour son héritage culturel, c’est que des acteurs ont planifié et orienté ce choix. La question qui s’impose est la suivante : quels sont les acteurs et les artisans de la mise en tourisme en Tunisie en général et du tourisme culturel en particulier ?

55A l’origine le tourisme a été l’apanage de l’administration du Protectorat. Celle-ci a misé sur le tourisme pour plusieurs raisons. Le premier consiste à pacifier le territoire et amener des visiteurs qui seront peut-être de prochains colons. Le tourisme était un outil pour familiariser les autochtones avec les nouveaux occupants. C’est ce qui a fait du tourisme une affaire patriotique de premier ordre et un facteur qui pouvait encourager les français à s’installer en Tunisie. Les contrôleurs civils étaient les artisans sur le terrain qui ont posé les jalons de l’organisation du tourisme en Tunisie, bien qu’ils n’aient pas été des spécialistes du tourisme. Le bilan de ce travail de terrain est un inventaire qui fournit une nomenclature des premières attractions touristiques de la Tunisie. Il constitue le substrat d’une carte du tourisme culturel en Tunisie.

56L’analyse des rapports formulés par les Contrôleurs Civils montre la prédominance des sites archéologiques antiques comme facteur fondamental du tourisme tunisien. Un classement mettait en relief le poids du patrimoine archéologique romain comme attraction touristique principale. Un recueil photographique était présenté pour argumenter le dossier de la participation tunisienne. L’énoncé de quelques atouts culturels constituait l’étape de la mise en place du tourisme tunisien. Le schéma suivant résume ce que les contrôleurs civils ont recensé de toutes les attractions culturelles pour attirer les touristes en Tunisie :

Figure 1 : Caractéristiques et répartition du tourisme culturel à travers l’inventaire des Contrôleurs Civils en 1920

Figure 1 : Caractéristiques et répartition du tourisme culturel à travers l’inventaire des Contrôleurs Civils en 1920

57Depuis 1883, une Direction des Antiquités a vu le jour. Son intérêt pour le patrimoine archéologique a conduit à mettre en place des travaux d’aménagement et de protection des principaux sites antiques surtout d’origine romaine comme Carthage, Dougga, El-Djem et d’autres. Vite fait, ces centres ont été inscrits sur les premiers circuits touristiques.

  • 32 La Dépêche Tunisienne, jeudi 3 mars 1898, N° 2808, p. 1.
  • 33 Idem, pièce n° 53.

58En parallèle et avec l’apparition et l’identification du tourisme et de l’hivernage, un autre type d’acteur du tourisme va voir le jour. Il s’agissait de la naissance des premières institutions touristiques à l’instar du « Comité d’Hivernage de Tunis et de la Tunisie » créé depuis 1898.32 Les « Syndicats d’Initiative » retracent, pour leur part, la genèse d’une carte du tourisme culturel en Tunisie. Rappelons que depuis les années 1920, la Tunisie a connu la création de douze syndicats d’initiatives répartis sur tout le territoire tunisien. Une répartition spatiale qui montre comment le tourisme culturel fut mis en place dans les centres suivants : Ain Draham, Bizerte, Ile de Djerba, Gabès, Kairouan, Korbous, Sfax, Souk el Arba, Sousse, Tabarka, Tozeur et Tunis. Ceci prouve la vocation culturelle du tourisme en Tunisie. Cette vocation est illustrée par la nature des activités proposées par ces syndicats. Voici comment le directeur du syndicat d’initiative d’Ain Draham présente la fonction de son organisme : « … Je veux donner un caractère touristique et commercial à nos manifestations, excursions, promenades, jeux, pique-nique, fantasias, bals, expositions et vente d’objets et productions du pays, stands et l’hôtellerie… ».33

59Une autre catégorie d’acteurs s’ajoute à cette liste. Les sociétés savantes comme les « Touring Clubs » et « l’Institut de Carthage » étaient précurseurs et pionniers dans la mise en tourisme en Tunisie. Ces organismes étaient intervenus dans le développement du tourisme culturel. Il suffit de rappeler les excursions touristiques organisées par l’Institut de Carthage pour découvrir l’impact du patrimoine culturel sur le tourisme d’antan. Le déploiement des randonnées et des excursions va donner naissance à des centres du tourisme culturel comme Tunis, Bizerte, Korbous, Kairouan, Sousse, Sfax, Tozeur et Gabès. Plusieurs circuits du tourisme culturel ont vus le jour. Au début des années 1950, les Auberges de jeunesses de Tunisie proposent aux touristes plusieurs circuits culturels. L’un des propositions fut un circuit de 18 jours qui englobe les différentes ressources patrimoniales et culturelles de la Tunisie qui enthousiasma les touristes. Les cartes suivantes reflètent quelques circuits du tourisme culturel proposés par l’un des organismes du tourisme local.

Figure 2 : Exemple d’un circuit du tourisme culturel

Figure 2 : Exemple d’un circuit du tourisme culturel

60Les efforts de tous les acteurs ont conduit à la naissance d’une carte touristique de la Tunisie. Une carte qui reflète l’importance du tourisme culturel. Les cartes suivantes prouvent et retracent cette vocation culturelle ancienne du tourisme tunisien :

Figure 3 : Carte des ressources patrimoniales et touristiques de la Tunisie

Figure 3 : Carte des ressources patrimoniales et touristiques de la Tunisie

Conclusion

61En général, le processus de lamise en place du tourisme en Tunisie montre le poids des atouts culturels. Il dévoile un tourisme basé essentiellement sur l’exploitation des ressources culturelles et patrimoniales. Ceci dit, le tourisme en Tunisie, aujourd’hui à vocation balnéaire, est un tourisme culturel par excellence. Une identité dominée après l’indépendance par un tourisme saisonnier et côtier. Après 1956, le tourisme culturel fut un tourisme basé sur l’archéologie, la visite des musées et des médinas arabo-musulmanes. Il était aussi un tourisme saharien et ethnographique qui rimait avec curiosités folkloriques et attractions naturelles. Néanmoins, il demeure un tourisme en marge du balnéaire et sous l’emprise de la saisonnalité.

62Aujourd’hui, il est opportun de souligner que la pratique tourisme culturel est ancienne, à l’image de l’ancienneté du tourisme en Tunisie. Sa genèse était basée sur l’exploitation des ressources culturelles et patrimoniales. Le potentiel culturel constituait l’un des premiers et principaux antécédents de l’activité touristique. Le retour à ce tourisme fut initié par l’Etat au travers d’une pléiade de décisions dont deux semblent majeures : en premier, la création d’institutions comme l’Agence de Mise en Valeur du Patrimoine et de Promotion Culturelle créée le 25 février 1988. Ensuite, la publication d’un code du patrimoine en 1994. Bien entendu plusieurs autres mesures avaient enrichi les initiatives de refondation du tourisme tunisien.

Haut de page

Bibliographie

Les Archives Nationales de Tunisie

ANT, série E, Cart. 509, Dos 968, Comité Permanent de la Foire aux Tapis de Kairouan, 1928-1933.

Série E, Carton 620, Dos.3, Sous dos. 28, Communes réglementation de la taxe municipale de séjour sur les touristes en Tunisie1921-1928, pièces 336.

A.N.T, Série SG15, Carton 22, Dos. 1, « Correspondances et documentations relatives aux règlements de la publicité des ruines et des produits commerciaux et artisanaux dans les revues et les bulletins internationaux », 1935-1940.

A.N.T, Série SG2, Carton 5, Dos. 32, « Statistiques établis par les autorités locales et régionales et par les sociétés hôtelières sur les nombres des touristes, leurs nationalités et les localités fréquentées en Tunisie pendant la période 1910-1912

A.N.T », Série SG2, Carton 20, Dos. 36, « Notes et correspondances traitant le problème de la sauvegarde des ruines et publicité touristique », 1923.

A.N.T, Série SG2, Carton 509, Dos. 1, Correspondances relatives à l’organisation du Rallye Tunis-le Caire par l’Automobile Club de Tunisie, ainsi que des articles de presse sur le développement touristique de la Tunisie, 1950-1951, 280 pièces.

A.N.T, Série MN, Carton 18, Dos. 6, « participation de la Tunisie à la semaine du tourisme colonial de Bordeaux du 5 au 15 juin 1920 (22 photos) », 1920-1921.

Les Archives Diplomatique de Nantes

CADN, Tunisie 2ème versement, carton 435, Office Tunisien de Standardisation 19501955.

CADN, Protectorat-Tunisie, 2ème versement (XIXème s.-1961), « Rapports économiques des Contrôleurs Civils et des Affaires Indigènes », 1950-1955, pièce non signalée. CADN, Protectorat-Tunisie, Postes du Sud, « Tourisme Syndicat d’Initiative de Gabès », 1920-1955.

Bibliographie

Bergaoui (M.), « Tourisme et voyage en Tunisie… », Imprimerie Simpact, Tunis, 1997. Bouyac René, « Paysages Tunisiens », Le Promeneur, journal quotidien de Tunis, n° 1276, 30 mars 1904.

CARTON Louis, « De la Kroumirie au Djérid, Récit de voyage en Tunisie », Imp. O. Duthilloeul, Douai, 1894.

CARTON Louis, Note sur une excursion en Tunisie » , Imp. Nationale, Paris, 1894.

Combès J. Louis, « Guide Touristique de la Tunisie », édité par Esso Standard Tunisie S. A. Tunis, Imp. Publica, Tunis, avril 1953

EDOUARD Devin, « Impressions de Voyage ; Algérie et Tunisie », Société de Géographie de Saint-Omer, Imp. Nuez et Cie, Lille, 1910.

FALLOT Ernest, « Une excursion à travers la Tunisie centrale », Typ. Et Lith. Barlatier et Barthelet, Marseille, 1890.

GUERIN (V), « Voyages Archéologique dans la Régence de Tunis », Librairie Typ. H. Plon, Paris, 1862.

Henri Tissot, « la Tunisie », Imp. G. Camproger, Paris, 1899

HENRY Lorin, « Promenade en Tunisie », organisée par le gouvernement de la Régence, avril 1896, Paris, 1896.

LAURENT (Chat), « En voyage de convalescence dans le Sud Tunisien », Imp. Africaine Albert Hadida, Tunis, 1923. (…)

LE FAURE, « Voyage en Tunisie », Gamier Frères, Paris, 1882.

Pascal Blanchard, « Images et Colonies ; iconographie et Propagande coloniale sur l’Afrique française de 1800-1962 », Ouvrage sous la direction de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Laurent Gervereau, sous le patronage de l’UNESCO, pub. De l’ACHAC, imp. Nory, Paris, 1993

PIESSE (L.), « Itinéraire de l’Algérie, de Tunis et de Tanger », Edition Hachette, Collection des Guides Joanne, Paris, 1874.

Articles

Abdelhamid Larguèche, De la Siyaha mystique à la Siyaha touristique, itinéraires des mots et des formes, in Revue Tourisme, Pour une histoire du tourisme au Maghreb XIXèmeXXème siècles, N° 15, Université de Toulouse le Mirail, mai 2006, pp. 17-20.

Colette zytnicki, « L’invention des Sites Touristiques dans la Tunisie précoloniale et coloniale (1860-1936) », in Revue Tourisme, Pour une histoire du tourisme au Maghreb, Op. Cit., p. 93.

Geneviève Goussaud-Falgas, les premiers touristes en Tunisie (1881-1931), récits de voyages, guides touristiques et mémoires privés, in Revue Tourisme, Pour une histoire du tourisme au Maghreb, Op. Cit., p. 143.

Guides Touristiques et brochures

PENET Paul, « Kairouan-Sbeïtla-Le Djérid », Guide Illustré du touriste dans le Sud-Ouest Tunisien, Imp. Tunisienne, Snadli Frères et Cie, Tunis, 1912.

La Société tunisienne des Hôteliers, « La Tunisie Station Hivernale, Livret guide », Imp. Rapide, Tunis, 1908-1909.

Haut de page

Notes

1 Le tourisme culturel se définit comme « un déplacement (d’au moins une nuitée) dont la motivation principale est d’élargir ses horizons, de rechercher des connaissances et des émotions au travers de la découverte d’un patrimoine et de son territoire » Le tourisme culturel est en effet d’abord un déplacement touristique, impliquant des personnes qui passent au moins une nuitée hors de leur domicile, pour des motifs de découverte culturelle. Claude Origet du Cluzeau, 1998, Le tourisme culturel, Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? », p 3.

2 LE FAURE, « Voyage en Tunisie », Gamier Frères, Paris, 1882. HENRY Lorin, « Promenade en Tunisie », organisée par le gouvernement de la Régence, avril 1896, Paris, 1896. GUERIN (V), « Voyages Archéologique dans la Régence de Tunis », Librairie Typ. H. Plon, Paris, 1862. FALLOT Ernest, « Une excursion à travers la Tunisie centrale », Typ. Et Lith. Barlatier et Barthelet, Marseille, 1890. CARTON Louis, « De la Kroumirie au Djérid, Récit de voyage en Tunisie », Imp. O. Duthilloeul, Douai, 1894. CARTON Louis, Note sur une excursion en Tunisie » , Imp. Nationale, Paris, 1894. EDOUARD Devin, « Impressions de Voyage ; Algérie et Tunisie », Société de Géographie de Saint-Omer, Imp. Nuez et Cie, Lille, 1910. LAURENT (Chat), « En voyage de convalescence dans le Sud Tunisien », Imp. Africaine

Albert Hadida, Tunis, 1923. (…)

3 Colette zytnicki, « L’invention des Sites Touristiques dans la Tunisie précoloniale et coloniale (18601936) », in Revue Tourisme, Pour une histoire du tourisme au Maghreb, Op. Cit., p. 93.

4 Armand de Flaux, La Régence de Tunis au XIXe siècle, édition Challamel, Paris 1865, Gallica numérique, chapitre XIX, p. 271.

5 Combès J. Louis, « Guide Touristique de la Tunisie », édité par Esso Standard Tunisie S. A. Tunis, Imp. Publica, Tunis, avril 1953, p. 2.

6 CADN, Protectorat-Tunisie, 2ème versement (XIXème s.-1961), « Rapports économiques des Contrôleurs Civils et des Affaires Indigènes », 1950-1955, pièce non signalée.

7 Anonyme, « Tourisme d’autrefois ; quelques visiteurs de marque », Tunisie Touristique, juillet 1956. 8 Henri Tissot, « la Tunisie », Imp. G. Camproger, Paris, 1899, p. 8.

8 PIESSE (L.), « Itinéraire de l’Algérie, de Tunis et de Tanger », Edition Hachette, Collection des Guides Joanne, Paris, 1874. 10 Idem, p 556.

9 OTUS, Office Tunisien de Standardisation, crée le 18 janvier 1934

10 A.N.T, Série SG15, Carton 22, Dos. 1, « Correspondances et documentations relatives aux règlements de la publicité des ruines et des produits commerciaux et artisanaux dans les revues et les bulletins internationaux », 1935-1940, pièce n° 235.

11 Pascal Blanchard, « Images et Colonies ; iconographie et Propagande coloniale sur l’Afrique française de 1800-1962 », Ouvrage sous la direction de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Laurent Gervereau, sous le patronage de l’UNESCO, pub. De l’ACHAC, imp. Nory, Paris, 1993, p. 18.

12 Décret du 7 novembre 1882 pour la conservation des objets d’art et d’antiquité, Le Décret du 7 mars 1886 relatif à la propriété et à la conservation des antiquités et objets d’art.

13 Revue du Touring Club de France, N° 200, mai 1905.

14 Louis Carton, Dr L. Carton, « La Tunisie à l’an 2000 ; lettres d’un touriste », Librairie Nationale d’Art et d’Histoire, édit. G. Van Oest et Cie, Paris & Bruxelles, 1922, « Carthage et le tourisme en Tunisie », Imp.

Réunies, Boulogne-sur-Mer, 1919, « Deux jours d’excursion en Tunisie-Souk-El-Arba-Bulla Régia, Chemtou-Thuburnica-Ghardimaou », « Oasis disparues », extrait de la Revue tunisienne, organe de l’Institut de Carthage, Imp. Rapide, Tunis, 1895.

15 A.N.T, Série SG2, Carton 20, Dos. 36, « Notes et correspondances traitant le problème de la sauvegarde des ruines et publicité touristique », 1923, pièce n° 4.

16 CADN, Protectorat-Tunisie, Contrôles Civils, « Contrôle Civil de Zaghouan ; Agriculture, Tourisme », Op. Cit.

17 Bergaoui (M.), « Tourisme et voyage en Tunisie… », Imprimerie Simpact, Tunis, 1997, p. 57.

18 A.N.T, Série SG2, Carton 509, Dos. 1, Correspondances relatives à l’organisation du Rallye Tunis-le Caire par l’Automobile Club de Tunisie, ainsi que des articles de presse sur le développement touristique de la Tunisie, pièce n° 252. 21 Ibid.

19 Bergaoui Mohamed, « Tourisme et Voyage en Tunisie.. », Op. Cit, p. 92.

20 Mont Lourdois, « Esthétique et Salubrité », Le Promeneur, journal quotidien de Tunis, n° 1250, 4 mars 1904.

21 Bouyac René, « Paysages Tunisiens », Le Promeneur, journal quotidien de Tunis, n° 1276, 30 mars 1904.

22 A. F., La Tunisie ; « Considérations Générales », « La Tunisie Illustrée », n° 5-6, mai 1910, p. 8. 26 « Guide du tourisme automobile et aérien au Sahara », 1934-1935, Shell, Imp. Baconnier - frères, Alger, 1934.

23 Ancien Président de la Fédération des Syndicats d’Initiative de Tunis 28 A.N.T, Série SG2, Carton 509, Dos. 1, Op. Cit., pièce n° 269.

24 Geneviève Goussaud-Falgas, les premiers touristes en Tunisie (1881-1931), récits de voyages, guides touristiques et mémoires privés, in Revue Tourisme, Pour une histoire du tourisme au Maghreb, Op. Cit., p. 143.

25 PENET Paul, « Kairouan-Sbeïtla-Le Djérid », Guide Illustré du touriste dans le Sud-Ouest Tunisien, Imp. Tunisienne, Snadli Frères et Cie, Tunis, 1912, p. 17. 31 Idem, p. 20.

26 A.N.T, Série MN, Carton 18, Dos. 6, « participation de la Tunisie à la semaine du tourisme colonial de Bordeaux du 5 au 15 juin 1920 (22 photos), 1920-1921.

27 ANT, série E, Cart 509, Dos 968, Comité Permanent de la Foire aux Tapis de Kairouan, 1928-1933, pièce 1

28 Bergaoui Mohamed, « Tourisme et voyage en Tunisie… », Op. Cit., p. 92.

29 Abdelhamid Larguèche, De la Siyaha mystique à la Siyaha touristique, itinéraires des mots et des formes, in Revue Tourisme, Pour une histoire du tourisme au Maghreb XIXème-XXème siècles, N° 15, Université de Toulouse le Mirail, mai 2006, pp. 17-20.

30 D’après la légende, Rebbi Frajj Shawwat est un savant médecin d’origine espagnole qui s’est réfugié au Maroc après le massacre de sa famille, avant de s’installer en Tunisie à Béja avant de mourir, il recommanda que son corps soit mis sur une mule et d’être enterré là où l’animal s’arrêterait…

31 A.N.T, Série MN, Carton 18, Dos. 6, « participation de la Tunisie à la semaine du tourisme colonial de Bordeaux du 5 au 15 juin 1920 (22 photos), 1920-1921.

32 La Dépêche Tunisienne, jeudi 3 mars 1898, N° 2808, p. 1.

33 Idem, pièce n° 53.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Caractéristiques et répartition du tourisme culturel à travers l’inventaire des Contrôleurs Civils en 1920
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23575/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 2 : Exemple d’un circuit du tourisme culturel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3 : Carte des ressources patrimoniales et touristiques de la Tunisie
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lassaad Dandani, « Le tourisme culturel en Tunisie pendant la période coloniale : Genèse et évolution », Études caribéennes [En ligne], 51 | Avril 2022, mis en ligne le , consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.23575

Haut de page

Auteur

Lassaad Dandani

Maître assistant, Histoire contemporaine Institut supérieur des Métiers du Patrimoine, Tunis, lassaadden@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search