Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Hors-dossierLe tourisme en AfriqueLe tourisme durable comme outil a...

Hors-dossier
Le tourisme en Afrique

Le tourisme durable comme outil au service de la réduction de la pauvreté : le cas du tourisme rural intégré en Basse-Casamance 

Sustainable Tourism as a Tool for Poverty Reduction: the Case of Integrated Rural Tourism in Basse-Casamance
Jacques Sidioka Tendeng et Mamadou Diombera

Résumés

Cet article pose la problématique du développement touristique durable en Basse-Casamance, porté par le tourisme rural intégré. Il se présente comme modèle économique qui réduit ainsi la pauvreté à travers la création d’emplois directs et indirects. Il repose sur le tourisme responsable qui prône la protection de la nature, la conservation et la valorisation de l’authenticité des us et coutumes des populations locales. Il se décline sous deux formes de tourisme qui répondent aux principes du développement durable, à savoir l’écotourisme et le tourisme rural intégré. Nous avons d’abord retracé l’évolution du tourisme et du concept de développement durable à travers plusieurs définitions proposées par les précurseurs du tourisme durable. Nous avons ensuite montré comment le tourisme rural intégré et l’écotouristique parviennent à participer à la protection de la nature, à la vulgarisation et conservation de la culture traditionnelle des populations locales de ces villages de la Basse-Casamance. Enfin, nous avons estimé la valeur des retombées économiques issues de campements villageois, dont la répartition équitable profite aux populations locales. Nous avons montré aussi, que face aux défis actuels du monde, le tourisme reste une des alternatives pour la réduction de la pauvreté et la sauvegarde des écosystèmes fragilisés, c’est pourquoi les acteurs du tourisme en Basse-Casamance sont à pied d’œuvre dans cette dynamique pour faire du tourisme durable un modèle économique incontestable et rendre beaucoup plus compétitive la destination.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au Sénégal, l’activité touristique a débuté dans les années 1970 avec la mise en place d’un plan de développement touristique par le gouvernement rendu possible par les infrastructures routières, aéroportuaires, portuaires et les aménagements d’établissements touristiques et hôteliers le long de la grande côte et de la petite côte sénégalaise. Le tourisme occupe la deuxième place derrière la pêche en termes de retombées économiques directes et indirectes, dépassant même l’arachide et les phosphates.

2Cela se comprend quand on sait que le tourisme est l’un des vecteurs majeurs du commerce international et de la prospérité. La réduction de la pauvreté est l’un des défis mondiaux les plus importants. Malgré cette période de turbulences pour l’économie mondiale, il est peu probable que ces affirmations de base changent. La polarisation des richesses pour renforcer un tourisme au profit des populations les plus démunies représente une énorme tâche mais aussi une opportunité.

3Cela est d’autant plus vrai quand on sait que dans de nombreux pays, le tourisme agit comme un moteur de développement grâce à l’épargne en devises étrangères et à la création d’emplois directs et indirects. Le tourisme contribue à 5% du PIB mondial. Il représente 6% des exportations mondiales de services ; il est également le quatrième secteur exportateur, après le pétrole, les produits chimiques et l’automobile. Le tourisme offre 235 millions d’emplois, soit un emploi sur douze dans le monde entier (OMT 2018). Les recettes du tourisme international ont augmenté de 5 % en 2017. En plus des 1 300 milliards de $EU de recettes engrangées par ces destinations, le tourisme international a généré 240 milliards de $EU supplémentaires au titre du transport international de voyageurs non résidents en 2017. En effet, en 2018, le tourisme a généré 5 milliards de dollars US par jour dans le monde. En sus des 1500 milliards de dollars US de recettes perçues par les destinations, le tourisme international a généré 256 milliards de dollars US supplémentaires grâce au transport international de non-résidents. L’année 2018 a connu, pour sa neuvième année consécutive, une croissance soutenue, et le tourisme représente aujourd’hui 7% des exportations mondiales, avec une croissance plus rapide que les exportations de marchandises au cours des sept dernières années. « Cette dernière édition de nos faits saillants démontre la force et le potentiel du secteur du tourisme », a déclaré Zurab Pololikashvili, le secrétaire général de l’OMT. Le total des arrivées de touristes internationaux s’est élevé à 1,4 milliard en 2018, confirmant les résultats solides enregistrés en 2017. D’ailleurs, c’est le deuxième plus fort taux de croissance depuis 2010.

4Cependant, les arrivées internationales ont augmenté de plus de 4%, passant de 939 millions en 2010 à 982 millions en 2011, année caractérisée par une reprise économie mondiale stagnante, par de nombreux changements politiques au Moyen-Orient et Afrique du nord, et les catastrophes naturelles au Japon. D’ailleurs, les arrivées de touristes internationaux ont connu une croissance quasiment ininterrompue : de 25 millions en 1950, elles sont passées à 278 millions en 1980 puis à 528 millions en 1995 avant d’atteindre 1 milliard 87 millions en 2013 (OMT 2014).

5En Basse-Casamance l’activité a vu le jour un an après Dakar et s’organise autour de plusieurs pôles, et, il représente l’option de développement économique durable la plus fiable, car c’est la principale source d’épargne en devises étrangères. En effet, une partie de ces revenus favorise différents groupes de la société et, si le tourisme met l’emphase sur la réduction de la pauvreté, celui-ci peut bénéficier directement les groupes les plus pauvres grâce à l’emploi des populations locales dans les entreprises touristiques, l’approvisionnement en biens et services aux touristes, ou par la création de petites entreprises communautaires locales, etc., l’impact sur les niveaux de réduction de la pauvreté étant positif.

6Cet article pose la problématique du développement touristique durable, qui participe activement à la protection de la nature, à la valorisation des us et coutumes, à la relance de l’économique de la Basse-Casamance et réduisant la pauvreté à travers sa création d’emplois locaux directs et indirects pour les populations autochtones.

7Pour la réalisation de cet article, nous avons exploré le terrain de la Basse-Casamance c’est-à-dire les zones qui sont dotées de campements villageois, pour une observation et des entretiens individuels semi-directifs auprès d’une trentaine de personnes-ressources, ont été organisation avec les différents acteurs du secteur. C’est pourquoi, nous avons adopté une posture épistémologique constructiviste, car l’environnement étant construit et il existe des relations entre différents acteurs que sont les populations locales, les touristes et les gérants des campements villageois. Il est important de savoir que le procédé utilisé est la méthode qualitative.

8Cet article s’articule autour de ces axes suivants : la définition de concepts, la méthodologie, le tourisme durable une action de protection de la nature en Basse-Casamance, le tourisme durable comme moyen de valorisation et de préservation des cultures traditionnelles de la Basse-Casamance, le tourisme durable un vecteur de croissance économique en Basse-Casamance.

1. Matériaux et méthodologie de recherche

1.1. Présentation du cadre spatial de l’étude

9Réputée par ses ressources naturelles, la Casamance se trouve à l’extrême sud du Sénégal. Le fleuve qui lui a donné son nom irrigue la région sur plus de 300kms. Il est navigable jusqu’à Ziguinchor, la principale Ville. La Casamance est le pays des Diolas. Ethnie majoritaire, ce sont su rester fidèles à la religion ancestrale avec les grandes fêtes traditionnelles d’initiation. Les moyens d’accès à la région sont variés, notamment avec les aéroports du Cap Skirring et de Ziguinchor. Il y a également la liaison maritime qui est faite depuis Dakar par le Bateau Aline Sitoé DIATTA. Le réseau routier est bon même si à certains endroits il s’agit des pistes, des forêts. La route Ziguinchor Cap Skirring a été entièrement refaite en juin 2007.

10 Situé sur la rive sud de l’estuaire du fleuve Casamance, Ziguinchor est le principal point d’accès à la région. Escale pour les négriers portugais au XVIème siècle, Ziguinchor tire, selon certains, son nom de la déformation du mot « Izguinchos », nom de la tribu qui y vivait autrefois. D’autres prétendent au contraire que le nom de la ville vient du portugais « Cheguei, Choram » qui veut dire simplement je viens, ils pleurent. En rapport avec la traite des esclaves.

11 L’île de Carabane qui est ancien comptoir colonial au milieu des ruines abrite une vieille église Bretonne, de belles plages, une ancienne église portugaise et un cimetière où fut érigée la tombe du Capitaine Protêt Commandant des troupes d’alors. On y accède à pirogue à partir d’Elinkine, située à l’extrême sud du pays, dans l’estuaire du fleuve Casamance.

12 Au nord de Ziguinchor, de nombreux villages au cœur de la forêt abritent des campements villageois : Thionk-Essyl, Affiniam… Un peu plus au nord sur la côte : Kafountine, où a lieu, au mois de février, un carnaval, magnifique spot pour les ornithologues et les passionnés de pêche en surf casting.

13 A l’ouest de Ziguinchor, à quelques dizaines de kilomètres, il faudrait absolument aller découvrir les villages du royaume d’Enampore et de Séléki, spéciales en raison de leurs cases à impluvium et de leur culture traditionnelle ancestrale diola. Oussouye, petite ville très conservatrice protégée par son roi, berceau de la culture de la Basse-Casamance où est célébrée la récolte du vin de palme en mars-avril. Et cap Skirring, important site balnéaire avec près de 5kms de plages paradisiaques bordée de cocotiers et de palmiers à huile. Non loin de là, se trouve le village de Diembering et ses traditions, notamment la lutte traditionnelle Diola et les danses funéraires.

14 La Basse-Casamance regorge de plusieurs ressources naturelles. En effet, son fleuve long de 300 km offre une variété d’écosystèmes marins avec ses bolongs et ses forêts de mangroves de Kafountine au Cap Skirring en passant par Carabane et Abéné.

15La région possède plusieurs parcs ornithologiques et réserves qui accueillent une variété d’espèces animalières. Le parc national de la Basse-Casamance créé en 1970 et qui s’étend sur 5000 ha avec plus de 200 espèces d’oiseaux, se trouve au cœur de la forêt entre Oussouye et Cap Skirring et abrite une faune importante mais surtout une avifaune, riche et variée vivant en toute quiétude sous les admirations des visiteurs.

16Un vrai univers d’oiseaux venus du reste du pays et d’Europe à la recherche d’un milieu paisible pour nicher et se reposer, l’île des oiseaux de Kalissaye, l’ornière de Kassel, Djilapaor, d’Elinkine et l’île du diable de Sédhiou abritent plusieurs espèces d’oiseaux.

Photo 1 : Le parc ornithologique de Kalissaye.

Photo 1 : Le parc ornithologique de Kalissaye.

Source : compilation de l’auteur a partir des données de l’Office de Tourisme de la Casamance

17Ces réserves offrent une protection efficace à des colonies d’espèces pélagiques, venues d’Europe par vague de migration en plein hyper.

18Ses forêts luxuriantes touffues et abondantes qui entourent et délimitent la Casamance du reste des autres contrées du pays donnent l’impression d’une zone inhabitée. Dans cette forêt dense, on y rencontre presque toutes les espèces animalières d’Afrique. Cela se justifie par le classement de ces forêts fait par les agents des eaux et forêts qui luttent jour et nuit pour préserver ce bijou naturel tant convoité par les braconniers.

19L’Ouest de la Basse-Casamance est constitué d’un littoral de plus de 92 km de plages et de sable fins bordé de cocotiers et de palmiers à ouille de Katong à Kabrousse en passant par Abéné, Kafountine et Cap-Skirring, un endroit prisé pour le balnéaire.

1.2. Méthodologie

20Nous n’avions pas souhaité tester des théories ou des hypothèses à l’aide d’outils quantitatives, mais nous voulions juste comprendre un phénomène qui est celui le tourisme durable, grâce à une réalité vécue par nous-même, et racontée par les différents acteurs du tourisme en Basse-Casamance.

21En effet, l’une des raisons du choix de la méthodologie qualitative, repose sur le fait que les méthodes qualitatives présentent des approches très variées, unies par une caractéristique commune : le faible recours à la quantification du phénomène touristique.

22Ainsi, trois critères définissent une bonne recherche qualitative :

  1. la sensibilité au contexte,

  2. la rigueur, la transparence et la cohérence des méthodes,

  3. son impact et son importance par rapport à la théorie existante.

23D’ailleurs, nous nous inscris dans une posture épistémologique constructiviste en ce sens que nous considérons l’environnement touristique de la Basse-Casamance comme « construit avec les représentations des acteurs ». Mais aussi, notre propos se basera sur l’analyse documentaire, l’interprétation de toutes les données collectées et nos propres conclusions.

24Nous essayerons de comprendre l’empreinte positive du tourisme rural intégré, ayant contribué à la réduction de la pauvreté en Basse-Casamance.

1.2.1. Choix des méthodes 

25Nous avons utilisé plusieurs méthodes de collectes des données. Notre choix est porté sur :

  • L’observation participante, en ce sens que nous avons effectué un séjour d’immersion du jeudi 1er mars 2018 au samedi 14 avril 2018 dans le terrain de la Basse-Casamance, ce qui nous a permis d’obtenir une vision assez large des différentes questions liées à notre problématique. Nous considérons que les informations obtenues proviennent de sources légitimes sachant que cette méthode de collecte repose sur un processus de recherche inductive.

  • Les entretiens semi-directifs, directifs et les focus-groupe, nous ont permis de compléter les thématiques enregistrés lors des observations participantes. Il était question, d’aborder le sujet de recherche au travers de la perception des répondants (acteurs du tourisme en Basse-Casamance : les populations locales, les touristes, les managers publics et privées des entreprises touristiques et hôtelières). En effet, trois caractéristiques principales sont identifiables pour cette méthode :

    • le faible niveau de structuration imposée par le chercheur,

    • un nombre important de questions ouvertes,

    • une concentration sur des faits et situations spécifiques.

  • L’analyse documentaire, nous a permis de passer de la phase intuitive à la inductive en passant par l’identification des unités suivantes : le mot, le thème, l’événement et le document. Grâce à ces méthodes de collecte, nous avons, tout d’abord, classer et catégoriser nos données en identifiant des situations du phénomène tourisme durable avec ses moyens de réduction de la pauvreté que nous avons ensuite confrontées. Les variables identifiées au sein des différents entretiens ont été confrontées aux conclusions de nos observations participantes dans les 15 sites touristiques (Ziguinchor, Enampor, Affiniam et Djilapaor, Edioungou, Coubalang, Baïla, Abéné, Kafountine et les îles Carone, Kabrousse, Diembering, Elinkine, Carabane, Mlomp, Cap-Skirring, Oussouye) de la Basse-Casamance.

2. Résultats 

2.1. La contribution du tourisme rural intégré à la réduction de la pauvreté en Basse-Casamance

26Si le tourisme durable est la réponse au développement économique inscrit durablement dans le long terme, à la fois respectueux des ressources environnementales et socioculturelles et respectueux des hommes, visiteurs, salariés du secteur et populations d’accueil ; il n’en demeure pas moins qu’il participe concrètement à la réduction de la pauvreté en Basse-Casamance.

2.1.1 Le Tourisme Rural intégré une action de protection de l’environnement naturel en Basse-Casamance

27Depuis les débuts de l’activité touristique au Sénégal dans les années 1970, acteurs du tourisme et populations locales de la Basse-Casamance ont jugé nécessaire de mettre en valeur les atouts naturels de ladite région au service du tourisme pour un développement harmonieux profitable à tous, mais aussi les conserver pour les générations futures.

28C’est dans ce contexte de durabilité que Christian Saglio et Adama Goudiaby avaient initié en 1971 le tourisme rural intégré, qui est un tourisme durable. Le tourisme rural intégré qui est un tourisme durable, est centré sur deux aspects environnementaux que sont l’aménagement de campement villageois et la valorisation de la nature. En effet, le tourisme rural intégré a été développé dans les villages de la Basse-Casamance où les touristes accueillis dans des campements villageois se voient proposer les « 3 F » : « Faune, Flore et Folklore » au détriment du tourisme lié à la satisfaction des 4 « S » « Sea, Sun, Sand, Sex ». Ces campements gérés par les villageois sont réalisés avec une architecture traditionnelle et des matériaux locaux, notamment les cases d’Oussouye, d’Enampore, de Dioher, de Coubalang, d’Affiniam, de Baïla…

29Le tourisme rural intégré et l’écotourisme sont deux des formes de tourisme durable, qui sont écologiquement viables en raison de leurs aménagements non dégradant et de leur utilisation des matériaux locaux non polluant. Les campements villageois pour le développement durable du tourisme en Basse-Casamance sont entre autres du :

Photo 2 : Campement villageois d’Affiniam « Diaméor Diamé » construit en forme de case à impluvium

Photo 2 : Campement villageois d’Affiniam « Diaméor Diamé » construit en forme de case à impluvium

Source : par les auteurs (février 2018).

30Ce campement est en bordure de village à l’ombre des fromagers et à côté de l’embarcadère de pirogues. Sa gestion implique les villageois d’Affiniam, Djilapaor et Bouteum. Sa capacité d’accueil est estimée à 16 chambres qui donnent sur l’impluvium central, avec un éclairage solaire et à lampe tempête ; pour la conservation des denrées périssables, l’utilisation d’un frigo à gaz est de mise.

31Puisqu’il s’agit du tourisme durable, de magnifiques endroits à proximité d’Affiniam sont à visiter. En effet, les promenades à pied vers les jardins maraichers des femmes du village, les visites des forêts où les hommes diola récoltent le vin de palme, ainsi que les excursions en pirogue à Djilapaor pour l’observation de l’ornithologie sur l’Île aux oiseaux font parties des activités de loisirs qui agrémentent les séjours des touristes.

Photo 3 : Le campement de Baïla

Photo 3 : Le campement de Baïla

Source : par les auteurs (mars 2018).

32Le campement villageois est situé au bord du fleuve, il a une capacité 15 chambres avec moustiquaires, électricité et eau courante pour le confort des clients.

Photo 4 : Le Campement villageois Ankandji de Coubalang

Photo 4 : Le Campement villageois Ankandji de Coubalang

Source : par les auteurs (février 2018).

33Situé dans les villages du Kalounaye département de Bignona à l’Est de Ziguinchor plus précisément à Coubalang, le campement Ankandji est en bordure d’un magnifique bolong. Il comporte 9 chambres dans une grande case, équipées d’électricité et eau courante, toilettes et douches intérieurs.

34Créé en 1978, le campement villageois Ankandji a permis la construction de salles de classes, d’une maternité, le paiement de la taxe rurale des années de la sècheresse, l’appui aux associations de jeunes agriculteurs et éleveurs, le jumelage avec les écoles et des villages de la France. Le campement a été réhabilité en 2005, avec la réalisation d’une clôture, la réfection des bâtiments, les nouveaux équipements, l’électrification… il est financé par le service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France.

35Le village d’Elinkine a aussi campement villageois. Situé en Basse-Casamance, à environ 60 km à l’ouest de Ziguinchor, Elinkine est un important village de pêcheurs. Il se caractérise par les nombreuses communautés qui y vivent en parfaite harmonie. Qu’ils soient Musulmans ou Catholiques, Sénégalais ou Ghanéens, Diolas, Peuls ou Mandingues, les Elinkinois n’en rejettent pas de cette vie au rythme des cérémonies traditionnelles et sont très accueillant vis-à-vis des étrangers comme tous les habitants de la Casamance.

36Elinkine est accessible par la route en venant d’Oussouye ou Ziguinchor ou encore en pirogue par les bolongs en venant de Cap Skirring. De nombreux taxi ou taxi-brousse relient quotidiennement Ziguinchor ou Oussouye à Elinkine. En pirogue privée ou par le « courrier », Elinkine est le lieu idéal pour se rendre sur l’île de Carabane et dans de nombreuses zones comme les îles de Djilapaor pour l’ornithologie. Son campement villageois est en phase avec le respect des principes du développement durable.

Photo 5 : Le campement villageois d’Enampor

Photo 5 : Le campement villageois d’Enampor

Source : par les auteurs (mars 2018).

37Le village d’Enampor se trouve au cœur du « Mof Awi » pour dire tout simplement le royaume du Bandial qui avait pour souverain le Roi Affilédio MANGA. Le tourisme rural intégré a commencé à faire parler de lui dans les années 1970, notamment en 1973 lorsque s’est créé à Enampore le premier des Campement ruraux intégrés (CRI), une formule qui s’est répandue avec succès en Basse-Casamance.

38En 1974, les villageois ont construit une grande case à impluvium sur le modèle de l’architecture traditionnelle qui a été reconstruite après l’incendie qui l’a ravagée en 1987. En 2005, un Collège d’Enseignement Moyen (CEM) a été créé avec la participation financière des recettes du Campement villageois et de l’appui des partenaires d’aide au développement local notamment la banque mondiale, la Coopération française, l’ACDI, l’USAID, la Coopération allemande. Le Campement villageois d’Enampore est une grande case à impluvium, la capacité d’hébergement est constituée de 9 chambres, éclairage par lampe à pétrole, moustiquaires, eau courante. La restauration est locale : le « Caldou », le Riz à l’huile de palme, les Fruits du terroir, le Miel de la région et les Huitres de palétuviers donnent au campement d’Enampor une place de choix dans le développement du tourisme durable. Les promenades en pirogues à l’Île d’Eloubalir et sur la presqu’île de Bandial, les visites de la case à impluvium très ancienne, l’observation des fromagers, rôniers, greniers à riz et de la cour du rite royal du royaume d’Affilédio MANGA, sont un attrait majeur et authentique du terroir. En effet, l’artisanat, la vannerie, la sculpture sur bois, la poterie, la récolte du vin de palme, le séchage des huitres, sont l’une des activités économiques permettant aux populations locales d’être solvables après écoulement de leurs produits souvent destinés à l’approvisionnement du campement villageois.

Photo 6 : Le Campement villageois « Simbendioune » d’Oussouye

Photo 6 : Le Campement villageois « Simbendioune » d’Oussouye

Source : par les auteurs (avril 2018).

39Ce campement est situé dans la commune d’Oussouye. Il a été rénové récemment par les villageois. Il est présenté sous forme d’une grande case à étage en banco. Sa capacité d’hébergement est de 17 chambres équipées de moustiquaires, d’électricité et d’eau courante, avec une cuisine locale qui propose des mets comme le Yassa au poulet, le Caldou, Crevettes, le riz à l’huile de palme… L’on peut visiter le marché, le village artisanal, le village de fétiche Edioungou, mais aussi s’organisent des promenades en pirogue et en VTT pour l’agrément des touristes. La vente d’objet de l’artisanat d’art, la poterie, les batiks, la vannerie, la récolte du vin de palme sont monnaie courante pour la satisfaction économique des populations locales.

40A proximité d’Oussouye, la Case à impluvium traditionnelle de Niambalang est également un dépôt d’objets artisanaux (vannerie essentiellement) fabriqués dans le village. Le tarif d’entrée est de 200 FCFA. Pour accéder au Village de Niambalang à 5 km d’Oussouye sur la route de Ziguinchor, des taxis privés font la rotation. Cependant certains touristes pour les besoins de découverte de la nature préfèrent marcher à pied ou faire du vélo depuis Oussouye.

2.2. Le tourisme rural intégré un véritable levier de valorisation et de préservation du patrimoine culturel de la Basse-Casamance

  • 1 Marcel Mauss. « L’état actuel des sciences anthropologiques en France », l’Anthropologie, Paris : S (...)

41Malgré la perte de certaines valeurs culturelles causées par l’acculturation, le tourisme durable a apporté beaucoup de mutations positives à la culture traditionnelle des populations locales de la Basse-Casamance. Ainsi, la valorisation passe par une mise en scène du patrimoine culturel, autrement dénommée interprétation. À ce titre, Claude Origet du Cluzeau définit l’interprétation comme la façon d’« utiliser différents moyens pour rendre significatives l’identité et les fonctions des objets présentés au visiteur » (Origet du Cluzeau, 1998 : 15). Le patrimoine culturel bâti ou non restent l’initiative pratique qui vise ainsi à renforcer l’attractivité de la zone touristique de la Basse-Casamance et à conforter sa position sur la destination Sénégal au regard des foyers émetteurs de touristes (Diombéra, 2012). Cela est d’autant plus vrai quand on sait que le patrimoine culturel Diola est riche et varié et que le tourisme durable n’a fait que renforcer son authenticité. En effet, le développement du tourisme durable a donné naissance à un brassage culturel entre les touristes et les populations locales. Autrement dit, c’est une rencontre de personnes d’origines différentes, de cultures différentes et de modes de vie différents qui donnent un caractère humain et global à ce phénomène touristique. A ce titre, reprenant l’expression de Marcel Mauss, le tourisme peut être considéré comme un « fait social total1 ». A Enampor comme à Oussouye et un peu partout dans la région, beaucoup de famille sont métissées, ce qui donne un art de vivre somptueux dans la diversité culturelle.

42Cependant, la question de la saisonnalité pourrait être définitivement régler par le tourisme culturel, car le tourisme culturel, en tant que nouvelle forme de consommation touristique, apparaît en outre comme un moyen d’assurer la viabilité de la destination touristique (Filser, 2002). Il permet d’étendre la saison touristique, qui ne se limite plus exclusivement à une saison, favorisant ainsi des retombées financières plus régulières et plus stables (Diombéra, 2012).

43Les touristes qui visitent la Basse-Casamance restent toujours attachés à la région, grâce à la courtoisie et à l’accueil qui leur a été réservé par les populations, mais aussi grâce aux différentes manifestations culturelles et traditionnelles qui s’organisent toute l’année. Les festivals, les cérémonies d’initiations, la danse et la lutte traditionnelle diola constituent un attrait majeur pour faire du tourisme rural intégré un modèle de développement durable. D’ailleurs chaque année, en haute saison touristique, tous les après-midi sont couronnés d’évènements spirituels et spectaculaires comme la lutte traditionnelle diola dans des localités comme Enampor, Oussouye, Diembering.

Photo 7 : Spectacle de préparation pour la lutte traditionnelle Diola à Diembering

Photo 7 : Spectacle de préparation pour la lutte traditionnelle Diola à Diembering

Source : Photo prise par les auteurs (septembre 2018).

44En milieu diola, la lutte traditionnelle reste une activité sportive et spirituelle c’est pourquoi avant le combat, les lutteurs accompagnés de leurs griots paradent devant le public pour le séduire en accomplissant de nombreux rites au son des percussions et des chants appelés « ékonkone ». En effet, les touristes participent à la vulgarisation et à l’exportation de ces activités culturelles sans déformer le contenu spirituel authentique.

45En outre, le festival d’Abéné (Abénéfestivalo entre Décembre et janvier) et celui de Diembering (Festival des Rizières entre Mars et Avril), sont des temps forts de brassage culturel entre diola, mandingue, karoninké et les touristes.

46Plusieurs de villages comme Kabrousse, Enampor, Abéné, Affiniam, Edioungou, ont bénéficié des œuvres caritatives rendues possibles par un groupe de touristes italiens venus dans le cadre du tourisme solidaire. Ce vaste programme du tourisme solidaire, a permis la construction, l’équipement et l’approvisionnement en médicament d’un grand centre de santé à Abéné depuis 1998. Ce groupe de touristes solidaires, a construit et équipé 12 salles de classe à l’Ecole de Kabrousse en 2008. Aussi, ils ont aidé à la construction du CEM d’Enampor en 2005. Ces touristes italiens originaires de Torino ont aidé les femmes potières d’Affiniam et d’Edioungou à travers un financement de 10 millions de FCFA, des matériels et des produits pour assurer une meilleure qualité de leurs objets de poterie. Ces objets d’arts sont vendus à des prix imbattables et trouvent facilement des acheteurs, car 90% des touristes qui visitent la Basse-Casamance achètent des œuvres d’arts en guise de souvenir et cadeau à emporter. Ce genre d’actions solidaires, participe au développement durable profitable aux générations présentes et futures de la Basse-Casamance.

47 Cependant, depuis quelques années malheureusement, les arrivées de touristes au Sénégal ne cessent de régresser. Cela est dû à la compilation de plusieurs facteurs bloquant, il s’agit entre autres :

  • La cherté de la destination Sénégal,

  • L’essoufflement du produit balnéaire,

  • Les effets pervers du tourisme de masse,

  • La fièvre du virus Ébola

  • La pandémie du Corona Virus dite COVID 19.

48Face à ces multiples contraintes de développement touristique, les populations locales de la Basse-Casamance, les pouvoirs publics du management de l’activité touristique et certains touristes ont opté pour des formes alternatives du tourisme (le tourisme rural intégré, l’écotourisme, le tourisme culturel, le tourisme solidaire, l’agrotourisme, le tourisme de mémoire etc.) dénommé le tourisme responsable plus connu en Basse-Casamance sous le vocable de tourisme rural intégré..

3. Discussions et perspectives

le tourisme rural intégré un vecteur de croissance économique et de développement durable en Basse-Casamance

49Avant de mesurer la croissance économique du tourisme rural intégré en Basse-Casamance, il semble évident d’élucider le concept du développement durable. En effet, c’est un développement qui répond aux besoins des générations présentes, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. En effet, le schéma du Développement Durable comporte trois piliers majeurs et se présente comme suit :

50Pour la question de la durabilité, beaucoup de rencontres internationales ont fait l’objet de plusieurs interrogations à propos de leurs issues. Nous nous sommes intéressés aux différents rapports publiés lors de ces sommets internationaux qui ont contribué inéluctablement au respect des principes du développement durable. Cela est d’autant plus vrai quand on sait qu’en 1951, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature a publié un premier Rapport montrant les liens entre économie et environnement, le second Rapport publié en 1980 mentionne la notion de Développement Durable ; le Rapport de Brundtland publié en 1987 lance le concept à l’échelle mondiale ; le sommet de la Terre de 1992 à Rio de Janeiro consacre la notion de Développement Durable, par l’adoption de 27 principes et un plan d’actions de 115 recommandations ; le Protocole de Kyoto en 1997 au Japon, établie les normes sur la réduction d’émission de gaz à effet de serf pour les plus grands pollueurs ; en 2000 on assiste à la Rédaction de la Charte de la Terre ; le Sommet de Johannesburg entre août et septembre 2002 constitue également une avancée significative dans la protection de l’environnement ; en mai 2002, s’est tenu au Québec le Sommet mondial de l’écotourisme qui a eu un succès fulgurant ; en 2003 le Cinquième congrès mondial des Aires Protégées à Durban, a été une passerelle pour le lancement des Négociations de Bali en décembre 2007 en Indonésie ; le Sommet de Copenhague en 2010 marque un tournant décisif sur la sauvegarde de la planète, avant que la conférence de RIO + 20 en 2012 ne sanctionne les 20 ans du Développement Durable. Mais aussi et surtout la COP21 en 2015 en France où il était question pour les pays pollueurs de signer un engagement afin de réduire la température de la terre.

51Les principes directeurs du développement durable et les pratiques de gestion durable du tourisme sont applicables à toutes les formes de tourisme dans tous les types de destination, y compris au tourisme de masse et aux divers créneaux touristiques. Les principes de durabilité concernent les aspects environnementaux, économiques et socioculturels, du développement du tourisme.

52Cependant, l’expression tourisme durable décrit généralement toutes les formes de tourisme alternatif qui respectent, préservent et mettent durablement en valeur les ressources patrimoniales (naturelles, culturelles, sociales et économiques) d’un territoire à l’attention des touristes accueillis, de manière à minimiser les impacts négatifs qu’ils pourraient générer. D’ailleurs, un groupe de chercheurs européens a défini le concept de « tourisme durable » comme cherchant à « concilier les objectifs économiques du développement touristique avec le maintien de la base de ressources indispensables à son existence. Plus précisément, il s’agit d’un tourisme qui assure un développement économique inscrit durablement dans le long terme, à la fois respectueux des ressources environnementales et socioculturelles et respectueux des hommes, visiteurs, salariés du secteur et populations d’accueil ».

53L’Organisation mondiale du tourisme le définit comme suit, le « Développement touristique durable satisfait les besoins actuels des touristes et des régions d’accueil tout en protégeant et en améliorant les perspectives pour l’avenir. Il est vu comme menant à la gestion de toutes les ressources de telle sorte que les besoins économiques, sociaux et esthétiques puissent être satisfaits tout en maintenant l’intégrité culturelle, les processus écologiques essentiels, la diversité biologique, et les systèmes vivants. »

54Le tourisme durable consiste tout simplement à appliquer les principes du développement durable à toutes les formes de tourisme y compris le tourisme rural intégré qui se pratique en Basse-Casamance. Il s’agit donc de veiller aux équilibres socioculturels et écologiques tout en favorisant bien sûr le développement économique des destinations et des entreprises touristiques. Tous les hébergements, toutes les compagnies de transport et tous les tours opérateurs sont théoriquement concernés par cette problématique, car la planète est évidemment l’affaire de tous. Un hôtel en ville, un camping, une entreprise de parapente, une station de ski, une compagnie aérienne : tous ont des impacts sur le territoire qu’ils doivent tenter de maîtriser au mieux. Cependant, dans la pratique, certains territoires et certaines entreprises s’illustrent en mettant en place des pratiques respectueuses de l’environnement et favorables aux populations d’accueil tandis que d’autres (malheureusement encore la majorité) restent à la traîne, peu motivés par une cause qui ne semble pas vraiment les intéresser jusqu’à présent.

55Le fameux triptyque du développement durable (social, économie et environnement) peut ainsi se décliner de la façon suivante pour le tourisme :

  • Assurer une activité économique viable sur le long terme qui offre à toutes les parties prenantes des avantages économiques bien répartis, notamment par des emplois stables et l’amélioration des conditions de vie des communautés d’accueil, en contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté.

  • Respecter l’authenticité culturelle des communautés d’accueil et conserver leurs valeurs traditionnelles et contribuer ainsi à la tolérance entre les peuples.

  • Préserver les ressources naturelles et veiller à réduire les impacts de l’activité touristique sur l’environnement.

56L’écotourisme et le tourisme rural intégré en sont que deux des formes de tourisme en Basse-Casamance, plus centrées sur la découverte des écosystèmes, agrosystèmes ou aspects ethnoculturels de la biodiversité, incluant un tourisme de proximité qui cherche à réduire son empreinte écologique.

57Le tourisme rural intégré en Basse-Casamance fait aussi appel à une consommation écotouristique des ressources naturelles. A travers les multiples définitions et cadrage de l’écotourisme nous pensons que le tourisme rural intégré pratiqué en Basse-Casamance répond aux exigences de la protection de l’environnement. Cependant, il existe plusieurs propositions pour définir le terme Ecotourisme. Selon L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), « L’écotourisme rassemble les formes de tourisme, axées sur les patrimoines naturels, ainsi que culturels, des divers sites, dans lesquelles la principale motivation est d’observer et d’apprécier le milieu ». Il comporte un volet éducatif, d’interprétation et de protection. Il conscientise les populations, et les touristes, sur la nécessité de préserver le capital naturel et culturel. La Société Internationale d’Écotourisme (The International Ecotourism Society [TIES], 1991), définit ainsi le concept : « Faire de l’écotourisme consiste à voyager de manière responsable dans des régions naturelles qui sauvegardent leur environnement et préservent le bien-être des populations locales ». Pour la commission canadienne du Tourisme, l’écotourisme se définit comme « des voyages qui aident à comprendre et à interpréter l’histoire naturelle, culturelle, tout en préservant l’intégrité des écosystèmes ; engendrant ainsi des retombées économiques pour les collectivités, encourageant la protection des ressources et les pratiques de développement durable du tourisme ». Lors du congrès mondial sur les aires protégées de 1991 à Caracas, Monsieur Hector Ceballos – LASCURAIN définissait le concept « Ecotourisme » en ces termes : « L’écotourisme consiste à voyager dans des zones naturelles conservées relativement intactes, dans le but d’étudier, d’admirer, de jouir du paysage, de la flore et de la faune sauvages, ainsi que tout élément, de caractère culturel existant in situ ».

58Le lancement du Tourisme au Sénégal, coïncida à la période où le gouvernement sénégalais avait initié dans les années 1970 avec le soutien des bailleurs de fonds et partenaires d’aide au développement, une expérience originale appelée « tourisme rural intégré », au niveau de trois régions du pays : en Casamance, à Tambacounda et au Sine Saloum (Fatick et Kaolack). C’est suite à cette initiative que les premiers campements villageois ont été créés par Christian SAGLIO et Adama GOUDIABY en 1970, au niveau de la Basse-Casamance. Ce sont des campements implantés au sein des villages de la Basse-Casamance (Enampore, Affiniam, Coubalang, Elinkine, Sitokoto, Baïla, Edioungou, Thionck Essyl, Séléki, Dioher, Oussouye Mlomp), sont construits avec des matériaux locaux. Ces campements villageois reposent sur un financement modeste (environ 2 millions de F CFA), fournissent un confort minimal à un petit groupe de touristes : c’est un cadre de dépaysement qui favorise le contact direct entre les visiteurs et les visités.

59Le développement du tourisme rural intégré comme une forme de tourisme durable a fortement contribué à la croissance économique des zones rurales de la Basse-Casamance, où se développent le tourisme rural intégré et l’écotourisme (Enampor, Affiniam, Edioungou, Coubalang, Baïla Abéné, Kabrousse, Diembering, Elinkine, Carabane, Mlomp etc.), ces deux formes de tourisme qui répondent aux principes du développement durable. Cela se justifie par la création d’emplois au niveau local profitables aux populations. D’après les statistiques de l’Office Régional du tourisme de la Casamance publiées en 2014, on dénombre plus de 3000 emplois directs et plus de 4000 voire 5000 emplois indirects sont issus du secteur touristique en Basse-Casamance.

60La durabilité du tourisme en milieu rural implique l’hébergement rustique et la consommation de produits locaux. Ce qui fait qu’à Enampor, Affiniam, Edioungou, Coubalang, Baïla Abéné, Kabrousse, Diembering, Elinkine, Carabane, Mlomp etc., pour les besoins de consommation, les campements villageois s’approvisionnent en confiture de mangue, jus de mangue, piment aux différents Centres de Promotions Rurales et les recettes sont profitables aux populations locales qui assurent la transformation de ces fruits.

61Le tourisme rural intégré est incontestablement un excellent moyen de réduction de la pauvreté pour les populations locales de la Basse-Casamance. Cela se comprend quand on sait que d’amblée, les artisans, les sculpteurs, les femmes potières et celles qui font les tissus teintés dans les villages concernés par le tourisme rural intégré, se frottent les mains chaque année ; car ils parviennent facilement à écouler leurs produits grâce aux campements qui les achètent pour les besoins de mobilier, mais aussi grâce aux touristes qui achètent des souvenirs et cadeaux pour leurs familles. Il en est de même pour les femmes qui font la culture maraichère et le petit commerce des denrées de première nécessité.

62Les jeunes garçons des villages comme Enampor, Affiniam, Edioungou, Coubalang, Baïla Abéné, Kabrousse, Diembering, Elinkine, Carabane, Mlomp ne sont pas en reste, ils se font beaucoup d’argent à travers les visites guidées en pirogues, convoitées par les touristes amoureux de la nature, à la contemplation d’espèces avicoles et halieutiques dans la mangrove du fleuve Casamance et ces bolongs.

63Il est important de noter le partage économique équitable des recettes du tourisme durable à travers la gestion communautaire des Campements villageois de la Basse-Casamance. En effet, la gestion de ces Campements villageois revient à un Comité de Gestion (COGE) composé de plusieurs membres, dont le Président est élu pour deux ans. Ces Campements ont pour la plupart d’entre eux une boutique d’approvisionnement permettant aux touristes d’acheter des biens de consommation. Le modèle économique du tourisme durable en Basse-Casamance, se justifie davantage dans le fait que les recettes générées par les Campements villageois, financent des équipements collectifs. Ainsi, la maternité de Baïla, d’Enampore ; les écoles de Kabrousse, d’Enampor, d’Abéné ; les puits et pistes d’Edioungou etc., en sont des exemples incommensurables.

Tableau 1 : Statistiques sur le nombre d’emplois directs et indirects du tourisme durable en Basse-Casamance

Nombre d’emplois crées par le tourisme en Basse-Casamance (2008-2015)

Nombre d’emplois crées par le tourisme rural intégré en Basse-Casamance

(2008-2015)

Emplois directs

Emplois indirects

Emplois directs

Emplois indirects

2008

1500

2008

2600

2008

315

2008

630

2009

1850

2009

2995

2009

390

2009

780

2010

2400

2010

3570

2010

403

2010

857

2012

2830

2012

4300

2012

548

2012

898

2014

3000

2014

5000

2014

685

2014

947

2015

4200

2015

7400

2015

709

2015

1003

Total

15 780

Total

25 865

Total

3050

Total

5115

Source : Office Régional du tourisme de la Casamance. (2015)

64La plupart des campements villageois de la Basse-Casamance sont éclairées grâce à de l’électricité produites par des panneaux solaires tandis que l’eau provient d’un puits et est aussi acheminée vers les cases grâces à de l’énergie solaire. Et les déchets qui sont issus du fonctionnement de ces campements sont triés, certains sont réutilisés comme compost pour les plantes, et d’autres redonnés aux villageois qui vont les utiliser à d’autres fins. Ces campements n’utilisent principalement que des énergies renouvelables ; leurs restaurants sur place aussi utilisent majoritairement des produits qui sont cultivés par les villageois de la région. Ceci a l’avantage de fournir plusieurs emplois, seize emplois directs répartis comme suit :

  • 2 (deux) employés pour le service et la plonge,

  • 2 (deux) employés affectés à la cuisine,

  • 2 (deux) guides écotouristiques,

  • 2 (deux) employés pour l’entretien et la réparation des cases

  • 1 (un) agent chargé de la sécurité

  • 5 (cinq) employées pour le nettoyage des cases

  • 1 (un) piroguier

  • et 2 (deux) gérants

65Il est à noter qu’en période de forte fréquentation, le campement peut compter 6 emplois supplémentaires, mais juste pour une durée limitée. Et aussi il y a les autres emplois indirects comme la fourniture de denrées, et de bois. A la création du campement, les salaires étaient de 1500 francs par individu et par jour, puis depuis 2006, les salaires varient entre 2000 et 3000 francs journalièrement par employé. Pour les touristes, les tarifs sont de 17 000 francs en demi-pension, de 22 000 en pension complète et la moitié pour les enfants de moins de douze ans.

66 Cependant, face à la concurrence des pays du Maghreb et des autres zones d’intérêt touristique du Sénégal, les pouvoirs publics qui managent le tourisme, les dirigeants hôteliers de et les populations autochtones de la Basse-Casamance, doivent inéluctablement fournir des services de qualité pour gagner des parts de marchés importantes à travers la satisfaction des touristes orientés vers le tourisme durable dans ce contexte mondialisé de la demande touristique. A cet effet, le recourt à la valorisation des ressources touristiques (naturelles, culturelles) intangibles devient alors une culture d’entreprise pour les managers publics du tourisme en Basse-Casamance, à la recherche d’un avantage concurrentiel durable, qui sera justifié non seulement par le taux de retour des touristes responsables, mais aussi des nouvelles arrivées.

67Cependant, plusieurs auteurs ce sont penchés sur la question de la pertinence du développement du tourisme de masse (Béji-Bécheur et Bensabaa, 2006 ; Hergli et al., 2012 ; Ko et Stewart, 2002). Cela se comprend quand on sait que le tourisme de masse devient de plus en plus un phénomène pernicieux pour l’environnement naturel, socioculturel et économique de la Basse-Casamance. Il faut comprendre que ces nouvelles formes de tourisme en l’occurrence l’éco-tourisme et le tourisme rural intégré (centré sur la découverte, la valorisation et la conservation de la nature et de la culture des lieux visités), l’agro-tourisme (basé sur la découverte du savoir-faire agricoles d’un territoire) et le tourisme solidaire (s’inscrivant sur le caractère philanthropique et sur le développement équitable du tourisme à travers des œuvres humanitaires des touristes en vers les populations locales des lieux visités) sont apparues comme solutions alternatives aux multiples contraintes de développement touristique et aux effets négatifs du tourisme de masse (Yu et al., 2011).

68Par conséquent, le tourisme rural intégré en Basse-Casamance doit continuer à :

  • exploiter de façon optimum les ressources de l’environnement qui constituent un élément clé de la mise en valeur touristique, en préservant les processus écologiques essentiels et en aidant à sauvegarder les ressources naturelles et la biodiversité ;

  • respecter l’authenticité socioculturelle des communautés d’accueil, conserver leurs atouts culturels bâtis et vivants et leurs valeurs traditionnelles et contribuer à l’entente et à la tolérance interculturelles ;

  • assurer une activité économique viable sur le long terme offrant à toutes les parties prenantes des avantages socioéconomiques équitablement répartis, notamment des emplois stables, des possibilités de bénéfices et des services sociaux pour les communautés d’accueil, et contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté.

69Ainsi, le développement durable du tourisme requiert la participation, en connaissance de cause, de tous les acteurs concernés, ainsi qu’une forte direction politique pour assurer une large participation et l’existence d’un consensus. Le tourisme durable est le fruit d’efforts permanents et il exige le contrôle constant des effets de cette activité, ce qui suppose l’adoption, chaque fois qu’il y a lieu, des mesures préventives et/ou correctrices nécessaires. 
Le tourisme durable devrait aussi satisfaire, au plus haut niveau possible, les touristes, et qu’il représente pour eux une expérience utile en leur faisant prendre davantage conscience des problèmes de durabilité et en encourageant parmi eux les pratiques adaptées.

70Le tourisme durable s’organise depuis 2010 à travers un Partenariat Mondial, initiative mondiale visant à intégrer la durabilité dans tous les aspects des politiques, du développement et de l’exploitation du tourisme, pilotée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement.

71Cependant, le tourisme rural intégré comme forme de tourisme durable ne doit pas être considéré comme le seul moyen de réponse à la réduction de la pauvreté en Basse-Casamance bien qu’il y contribue fortement. Le potentiel permettant de développer un tourisme plus large et de canaliser un pourcentage plus élevé de dépenses touristiques au bénéfice des pauvres, est parfois élevé dans certaines zones d’intérêt touristique du Sénégal, plutôt faibles dans certaines autres. Ceci dit, et conformément à la taille du secteur du tourisme, certains changements, même minimes, peuvent contribuer largement à faire la grande différence.

72Afin de contribuer de manière significative à la réduction de la pauvreté en Basse-Casamance, il est essentiel d’étudier les différents courants touristiques dont deux d’entre eux requièrent une attention particulière :

  • Engager le secteur privé, à travers des opérations et des investissements significatifs, et par le biais de petites et micro entreprises, grâce auxquels les ressources économiques liées au tourisme seront créées et distribuées. Ces opérations devront être complétées par des mesures générant plus de bénéfices pour les pauvres telles que les politiques de l’emploi, les liens entre l’implantation d’activités touristiques et les produits locaux, ainsi qu’une plus grande concurrence.

  • S’assurer que les destinations touristiques soient concurrentielles et durables, en étudiant les problèmes de gestion des ressources et la relation entre le tourisme et les autres secteurs de l’économie.

73Cette approche devra être complétée par des séances de travail avec les communautés locales de la Basse-Casamance afin de leur faire comprendre quels sont leurs besoins et comment créer des opportunités accessibles. Ceci doit cependant rester lié à un contexte touristique plus large et au marché.

74En Basse-Casamance, nous avons eu à constater que les formes de tourisme (écotourisme, tourisme rural intégré) répondant aux exigences du développement durable, participent activement à la réduction de la pauvreté à travers la création d’emplois directs locaux, et la répartition équitable des recettes issues de la gestion communautaire des campements villageois. Dans un contexte généralisé, il est bon de rappeler les 10 Principes pour atteindre la réduction de la pauvreté grâce au tourisme :

  1. Tous les aspects et les types de tourisme peuvent et doivent s’engager à réduire la pauvreté.

  2. Tous les gouvernements doivent inclure la réduction de la pauvreté comme objectif-clé du développement touristique, donc considérer le tourisme comme un instrument possible de réduction de la pauvreté.

  3. La compétitivité et le succès économique des entreprises touristiques et des destinations sont décisives pour la réduction de la pauvreté. Sans cela les pauvres ne tirent aucun profit.

  4. Toutes les entreprises touristiques doivent se sentir concernées par l’impact de leurs activités sur les communautés locales et faire en sorte de bénéficier les pauvres à travers leurs actions.

  5. Les destinations touristiques doivent être gérées par des stratégies et des plans d’actions dont l’objectif principal est la réduction de la pauvreté.

  6. Une grande compréhension de la façon dont le tourisme fonctionne dans les destinations est demandée, à savoir : comment les revenus touristiques sont-ils distribués et qui peut en bénéficier.

  7. La gestion et le développement du tourisme doivent inclure un large éventail d’intérêts, dont la participation et la représentation des communautés pauvres.

  8. Les impacts potentiels du tourisme sur les moyens de subsistance des communautés locales doivent être pris en compte, dont les impacts locaux et globaux, actuels et futurs, des ressources naturelles et culturelles.

  9. Une attention doit être donnée à la viabilité de tous les projets concernant les pauvres, en assurant l’accès aux marchés et aux grandes opportunités bénéficiant les liens avec les entreprises existantes.

  10. Les impacts du tourisme sur la réduction de la pauvreté doivent être contrôlés de façon efficace.

Conclusion

75Le tourisme devient un des champs d’application du développement durable durant le premier Sommet de la Terre. L’Agenda 21 (plan d’action pour le XXIe siècle), adopté en 1992 à Rio de Janeiro, comprend le respect de l’équilibre entre les besoins touristiques et les aspirations locales ou les actions préventives à favoriser afin de préserver l’environnement et le « produit touristique ». Par conséquent, « l’objectif du développement touristique durable est de rendre compatible l’amélioration des conditions environnementales et sociales qui résultent du développement touristique avec le maintien de capacités de développement pour les générations futures ».

76Les principes du tourisme durable ont été définis à l’occasion d’une conférence organisée à Lanzarote (Canaries) en 1995 par un collectif de collectivités locales insulaires, particulièrement touchées avec les dérives du tourisme de masse.

77Ils ont été redéfinis et actualisés en août 2004 par le Comité de développement durable du tourisme de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) : « Les principes directeurs du développement durable et les pratiques de gestion durable du tourisme sont applicables à toutes les formes de tourisme dans tous les types de destination, y compris au tourisme de masse et aux divers créneaux touristiques. Les principes de durabilité concernent les aspects environnementaux, économiques et socioculturels du développement du tourisme. Pour garantir sur le long terme la durabilité de ce dernier, il faut parvenir au bon équilibre entre ces trois aspects ».

Haut de page

Bibliographie

CAZES, G. (1997). Les nouvelles colonies de vacances, tourisme et Tiers-Monde, un bilan controversé, Harmattan, Paris, 207 p.

COHEN, E. (1997), « Epistémologie de la Gestion », Encyclopédie de gestion.

Economica, p. 1173.

BUGNICOURT, J. et M.I. DIENG (1982). Touristes-Rois en Afrique, Karthala, Paris, 135 p.

DEHOORNE, O. (2007). « Le monde du tourisme », In M. Stock, O. Dehoorne et P. Duhamel Le Tourisme. Acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin : 149.

DEHOORNE, O. et A.K. DIAGNE (2008). « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite-Côte (Sénégal) », Études caribéennes, Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/ document1172.html>, n° 9-10.

DEWAILLY, J.M. et E. FLAMENT (2000). Le Tourisme, Paris, SEDES, 83 p.

DIOMBERA, M. (2010). Aménagement et gestion touristique durable du littoral sénégalais de la Petite Côte et de la Basse Casamance, thèse de doctorat en Tourisme, Saint-Louis (Sénégal) : Université Gaston Berger. 343 p.

DIOMBÉRA, M. (2012) « Le tourisme en Casamance : État des lieux et perspectives », Conférence prononcée à l’Alliance franco sénégalaise de Ziguinchor, le 28 novembre.

Forum Economique Mondial (2013). Rapport L’indice de compétitivité voyage et tourisme, en comparaison 2013 et 2011, 24 p.

FRANCK, M. (2006). « Voyages, plaisirs et transgressions, vers un tourisme sexuel de masse ? », Le Monde diplomatique : 3.

GIBLIN, B. (2007). « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? », Hérodote, 4(127) : 3-14.

LANFANT, M-F. (2004). « L’appel à l’éthique et la référence universaliste dans la doctrine officielle du tourisme international », Revue Tiers Monde, 2(178) : 364-386.

LE MOIGNE, J.J. (1990), « Epistémologies constructivistes et sciences de l’organisation », dans Martinet, A.C., Epistémologies et sciences de gestion, Economica, p. 85.

LOZATO-GIOTART, J.P. (2006). Le chemin vers l’écotourisme : impacts et enjeux environnementaux du tourisme aujourd’hui, Paris, Delachaux et Niestlé SA, 192 p.

LOZATO-GIOTART, J.P. & BALFET, M. (2004), Management du Tourisme : les acteurs, les produits et les stratégies, Paris, Pearson.

MASURIER, D. (1998). Hôtes et touristes au Sénégal, Paris, Harmattan, 255 p.

MAUSS, M. « L’état actuel des sciences anthropologiques en France », l’Anthropologie, Paris : Seuil, 1920, p. 153.

MTTA-Ministère du tourisme et des Transports Aériens (2007). « Bulletin des statistiques touristiques », Direction des Etudes et de la Planification, 8 p.

OMT-Organisation Mondiale du Tourisme (2003). Etude d’impacts du Tourisme sur l’Economie sénégalaise, Madrid, Rapport final, (SEN 01/002), 144 p.

ROURE, B. et E. LE ROUX (2005). « Le tourisme contre la culture ? », Le Monde : 13-18.

STOCK, M. (2007). Le tourisme, acteurs, lieux et enjeux, Belin, Paris, 304 p.

LANGUILLON, Pascal. Directeur de Voyagespourlaplanete.com et de l’Association Française d’Ecotourisme, Tourisme Durable Extrait du Guide du Routard du Tourisme Durable

WACHEUX, F. (1993), Méthodes qualitatives en gestion, Economica.

Haut de page

Notes

1 Marcel Mauss. « L’état actuel des sciences anthropologiques en France », l’Anthropologie, Paris : Seuil, 1920, p. 153

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Le parc ornithologique de Kalissaye.
Crédits Source : compilation de l’auteur a partir des données de l’Office de Tourisme de la Casamance
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-1.png
Fichier image/png, 813k
Titre Photo 2 : Campement villageois d’Affiniam « Diaméor Diamé » construit en forme de case à impluvium
Crédits Source : par les auteurs (février 2018).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Photo 3 : Le campement de Baïla
Crédits Source : par les auteurs (mars 2018).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Photo 4 : Le Campement villageois Ankandji de Coubalang
Crédits Source : par les auteurs (février 2018).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Photo 5 : Le campement villageois d’Enampor
Crédits Source : par les auteurs (mars 2018).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photo 6 : Le Campement villageois « Simbendioune » d’Oussouye
Crédits Source : par les auteurs (avril 2018).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-6.png
Fichier image/png, 257k
Titre Photo 7 : Spectacle de préparation pour la lutte traditionnelle Diola à Diembering
Crédits Source : Photo prise par les auteurs (septembre 2018).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-8.png
Fichier image/png, 256k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/23600/img-9.png
Fichier image/png, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Sidioka Tendeng et Mamadou Diombera, « Le tourisme durable comme outil au service de la réduction de la pauvreté : le cas du tourisme rural intégré en Basse-Casamance  », Études caribéennes [En ligne], 51 | Avril 2022, mis en ligne le , consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.23600

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search