Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51EditorialDes technologies et des destinati...

Editorial

Des technologies et des destinations touristiques intelligentes : entre rhétorique et expérimentation

Technologies and Smart Tourist Destinations: Between Rhetoric and Experimentation
Larbi Safaa et Abdellah Saoualih

Résumés

Réseaux intelligents, destinations intelligentes, villes intelligentes…. sont des concepts qui ont le vent en poupe ces dernières années. Ils sont les composantes d’une rhétorique qui prônent des idéaux technos/éco systémique à travers le déploiement des technologies dites « intelligentes », de la gestion optimisée de l’énergie, pour in fine prétendre participer à l’amélioration de la qualité de vie des résidents et des touristes. Cette contribution a pour objet de mettre en perspective les transformations que connaissent les villes et les destinations touristiques à l’ère des transformations technologiques et managériales. Elle tente de proposer un regard croisé de la convergence entre le tourisme et les technologies d’information dans le cadre de la destination intelligente. Dans la seconde partie, nous présenterons succinctement les travaux sélectionnés pour ce numéro spécial de la revue Études Caribéennes.

Haut de page

Texte intégral

1. De l'intelligence en ville à la ville intelligente

1Densément peuplée, déconcertante et de plus en plus technophile, la ville est le champ de toutes les compétitions, les démesures et les controverses. Autrement, les villes sont des systèmes stochastiques, dynamiques et non linéaires (Nomura et al., 2008). La ville n’est pas un sujet ou un objet comme les autres, encore davantage celui de la « ville intelligente » dont la révolution technologique récente semble être un facteur fondateur. En fait, le syntagme « ville intelligente » est apparu dans la littérature au début du siècle pour faire écho aux développements des technologies dites « intelligentes », tel qu’Internet des objets (IoT), Big Data, cloud computing et les systèmes cyberphysiques (CPS) (Santana et al., 2017), s'appuyant sur la connectivité, l’interopérabilité et l'échange instantanées d'informations (Hunter et al., 2015).

2Le concept de « ville intelligente » a été formulé pour conceptualiser un brouillement rhétorique associé à un idéal urbain performatif, une utopie tournée vers le numérique généralisé. Son émergence est aussi une manière de se saisir de la pluridisciplinarité croissante des problématiques liées à la ville ou comme un écosystème, composé d’une multitude de sous-systèmes en interaction. Dans ce sillage, les données voire les mégadonnées collectées, analysées et actionnées sont le nerf de la guerre. Par conséquent, les domaines matériel et immatériel sont liés à des potentiels d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique qui déploient des données en temps quasi réel, dans le but d'identifier les défis récurrents en matière de conception urbaine, de processus de planification et de gouvernance (Allam et Dhunny, 2019).

3La ville intelligente peut être mise à l'échelle comme un système cyberphysique dans lequel un monde physique et un monde virtuel sont interconnectés (Lee et al., 2015). En termes simples, la composante physique se concentre sur un réseau de capteurs et d'actionneurs intégrés dans le terrain urbain, se connectant à des dispositifs sans fil et disposant d'une dorsale Internet, tandis que la composante virtuelle représente le service de cloud qui, à son tour, collecte les données des activités en ligne des utilisateurs (Lom et Pribyl, 2021).

4En termes de cybersécurité urbaine, Marsal-Llacuna (2018) a défendu la notion de villes blockchain comme des villes intelligentes qui émergent dans un web décentralisé, à partir duquel les transactions, comme l'affirme Szabo (1994), sont effectuées par le biais de contrats intelligents, qui satisfont les termes contractuels communs, minimisent les exceptions malveillantes et accidentelles, et sans intermédiaires de confiance avec transparence et traçabilité.

5Toutefois, comme le souligne Lussault (2007), lorsque le numérique investit le territoire, il ne le fait jamais de manière univoque. En d'autres termes, les technologies numériques peuvent produire le meilleur et le pire, comme l’avance Rochet (2016). Cependant, face à l'enthousiasme généré par la culture smart, un courant de pensée tente sérieusement d'offenser la chimère technocentrique ou du tout numérique sur l'intégration exhaustive des TIC intelligentes dans l’agissement des villes. Cela prend en considération les violations de la sécurité et de la vie privée qui menacent les droits de l'homme.

2. La destination touristique intelligente et la promesse d’une expérience augmentée

6S'appuyant sur les potentialités technologiques, notamment numériques, la ville intelligente est avant tout un système qui agit sur un ensemble de phénomènes, complexes et récurrents, dont l'industrie touristique, faisant du paysage urbain un espace de technopopularisme par excellence. En fait, le tourisme est l'une des industries les plus impactées par l'omniprésence des technologies intelligentes. Ces dernières transforment une quantité de données considérable en informations pertinentes et créatrices de valeur pour les touristes (Gretzel et Scarpino-Johns, 2018). De son côté, le touriste, de plus en plus actif, participatif et apprenant, s'empare du contexte technologique et organisationnel de la destination intelligente pour gagner en liberté d'action, en co-conception, en codesign et en cocréation entre communautés de visiteurs et d'invités (Safaa & Bédard, 2016). Le touriste n'est donc plus limité à des automates, routinisés et répétitifs. Richards (2011) met l’accent sur le concept de « touriste compétent », faisant écho à la théorie de la Service-Dominant Logic (SDL) (Lusch & Vargo, 2009).

7Dans ce contexte, le concept de destination intelligente, tel que discuté par Buhalis et Amaranggana (2015), émerge comme une réponse plausible à ces changements structurels, en fournissant des expériences améliorées et personnalisées grâce à l'interconnexion entre les parties prenantes dans des systèmes de services interconnectés.

8La destination intelligente dessine le profil d’un touriste intelligent, généreux en termes de partage de données sociales. Les touristes intelligents utiliseront les technologies intelligentes qu'ils trouvent utiles, faciles et gratifiantes.

9Une destination touristique est qualifiée d’intelligente lorsqu’elle fournit des services intelligents aux touristes en termes de transport, de gastronomie, d'hébergement, de services auxiliaires et d'attractions en phase préalable au voyage (planification), la phase de voyage (sur place) et la phase postérieure au voyage (Femenia-Serra et al., 2019). Pour cette nouvelle génération de touristes, trois formes de TIC sont impératives pour créer une destination touristique intelligente, à savoir le Cloud computing, l'internet des objets (IoT) et le système de service Internet de l'utilisateur final.

10D’une part, les services de Cloud Computing fournissent un système de guide touristique sophistiqué pourraient servir un grand nombre de touristes sans être réellement installés sur un appareil personnel (Wang et al., 2013). D’autre part, l'Internet des objets (IoT) pourrait prendre en charge des puces intégrées dans le billet d'entrée permettant aux prestataires de services touristiques de suivre l'emplacement des touristes et leur comportement de consommation afin que la publicité géolocalisée puisse être exécutée (Lin, 2011). Il est également possible de surveiller le nombre de visiteurs sur des sites touristiques spécifiques à l'aide de divers capteurs en fonction de la capacité d'accueil de chaque site (Mingjun et al., 2012). Autrement, le système de service Internet pour l'utilisateur final se réfère au nombre d'applications à différents niveaux soutenus par la combinaison du Cloud Computing et de l'IoT, y compris la réalité augmentée (AR) qui permet aux visiteurs de faire l'expérience de la recréation numérique des sites touristiques et du voyage dans le temps.

11Dans la foulée, les données générées par les touristes au cours de leur voyage constituent une ressource cruciale pour les autres parties prenantes. À cet égard, l'offre touristique devient "intelligente" grâce à l'intégration de fonctions de gestion de données massives (Gretzel et Scarpino-Johns, 2018) visant à reconnecter la destination avec les touristes qu'elle accueille pour une meilleure personnalisation des offres et des conseils de consommation plus adaptés du territoire.

12Dans ce contexte, l'expérience touristique est désormais fortement marquée par l'omniprésence de la connectivité intelligente, qui permet sans aucun doute aux touristes d'avoir la volonté de s'engager de manière dynamique avec ses exigences, et de découvrir des moyens infinis de rechercher des informations, de les comparer, d'interagir avec elles, de les évaluer et de les recommander auprès de la communauté intelligente.

13En définitive, une destination touristique se distingue par sa compétitivité fondée sur sa capacité à mobiliser ses attributs, à tisser des interactions entre des acteurs talentueux tout en s'inscrivant dans une stratégie de spécialisation touristique intelligente. Cette approche génère des effets d'échelle, d'apprentissage et d’entraînement, qui alimentent une dynamique d'innovation et de production d'actifs spécifiques, c'est-à-dire de connaissances, de techniques et de manières d'être propres à un territoire, qui ne peuvent être facilement copiées ou transposées (Perrain et Jean-Pierre, 2019).

3. L’expérience touristique à l’ère de la technologie 5G et du métavers

14Le tourisme intelligent est en constante construction, étant donné la coexistence de divers phénomènes numériques qui font de la destination touristique un complexe systémique dans lequel il faudra adopter des stratégies évolutives pour y faire face.

15En contexte de crise pandémique de la COVID-19, le tourisme se réinvente et s’adapte au potentiel du métaverse et des médias sociaux. Le métaverse est un univers virtuel basé sur le photoréalisme 4K HD où la vie quotidienne et les activités économiques peuvent être menées par des avatars virtuels qui substituent à l'ordinateur. Dans le contexte du tourisme, il s'agit d'une transition vers un autre monde qui implique le touriste dans une nouvelle destination en utilisant la navigation par satellite de dispositifs isométriques ou en vivant par procuration les expériences de vacances d'autres voyageurs via les médias sociaux. Tout cela devient concevable lorsque le Metaverse abolit les frontières entre l’espace et le temps grâce à la puissance de la technologie 5G.

16Outre l'importance des technologies intelligentes dans le fonctionnement du métaverse, trois éléments sont représentatifs de ce nouveau quotidien virtuel, à savoir la réalité mixte, le journal de vie et le monde miroir, qui vont totalement métamorphoser la définition de la cocréation de valeur.

17La réalité mixte est une combinaison d'objets du monde réel et d'objets virtuels. Ce terme regroupe des technologies allant de la réalité augmentée (AR) à la réalité virtuelle (VR). La réalité augmentée offre une perception médiatisée du monde réel en l'intégrant de manière transparente à un contenu généré par ordinateur (Han et al., 2019). Ses applications permettent au touriste de savoir à quoi s'attendre, ce qui réduit les déceptions et les plaintes coûteuses pour les voyagistes et les prestataires de services touristiques (Cranmer et al., 2020).

18D'autre part, la réalité virtuelle permet aux entreprises et organisations touristiques d'offrir aux touristes une expérience d'essai avant achat qui leur permet de découvrir virtuellement une destination à l'avance (Cheong, 1995) en rendant l’expérience touristique multisensorielle (Wiedmann et al., 2018) et sa nature immersive isole l'utilisateur du monde réel dans un environnement virtuel grâce à un contenu synthétique à 360 degrés (Beck et al., 2019).

19Le journal de vie consiste à enregistrer toutes sortes de moments infimes dans tous les aspects de la carrière de voyage d'un touriste, et à les stocker sur Internet sous forme de contenus immersifs. À cette fin, cette fabuleuse technologie permettra à un voyageur de laisser un message à ses paires, d'exprimer ses sentiments ou d'établir un lien avec les journaux de vie d'autres personnes pour les lire ou les publier facilement à l'avenir.

20Pourtant, le monde miroir est une manifestation cartographique du monde réel sous forme numérique, géographiquement précise et plus proche de la non-fiction. Le monde miroir propose aux touristes différentes destinations sous forme de jeux d'expérience, en cocréant des aventures avec des jetons non fongibles (NFT) contre des cryptomonnaies décentralisées.

21En plus du potentiel du Metaverse, les jeux vidéo permettent aux touristes d'explorer des destinations, mais à un niveau d'interactivité et d'immersion supérieur, comme le soutient Song et al. (2015), en s'appuyant sur les quatre domaines d'expérience que sont le divertissement, l'éducation, l'évasion et l'esthétique. Les jeux vidéo, en tant qu'environnement interactif et social, sont un catalyseur pour l'attachement émotionnel, les expériences historiques, les voyages aventureux, les paysages pittoresques, le sentiment d'être un héros (Sajid et al., 2018), les jeux de rôle et le développement des personnages (Xu et al., 2013) qui sont les principales motivations des touristes immersifs pour visiter une destination lorsqu'elle est gamifiée.

22Plus intéressant encore, la croissance des communautés virtuelles dans le domaine des jeux a fait du bouche-à-oreille des destinations à visiter en raison de leur belle représentation dans le jeu vidéo. Cela conduit les joueurs à faire des dons ou à mettre en place des mécanismes de collecte de fonds en ligne comme le crowdfunding pour aider à préserver, conserver et restaurer les attractions patrimoniales endommagées dans le jeu. (Shaheer, 2021).

23Les nouvelles technologies ont placé le tourisme sur une trajectoire d'hyperconnectivité et d'hypersocialisation. En définitive, le touriste reste l'un des grands gagnants, de plus en plus technophiles, apprenant et entrepreneur, s'emparant du contexte technologique pour s'épanouir dans la liberté d'action (Safaa et al., 2021). Malgré les diverses utilisations de la cinquième génération de technologie, elle présente elle-même certaines limites qui empêchent son adaptation généralisée au tourisme. En effet, la sensibilisation des touristes à cette technologie est encore faible, la disponibilité limitée et le coût élevé des appareils immersifs, le temps nécessaire pour apprendre à les utiliser et la volonté des voyageurs de remplacer une expérience réelle par une expérience virtuelle sont autant de facteurs à prendre en compte dans les études futures.

4. Présentation des contributions

24Ce numéro est composé de trois articles scientifiques, conceptuels et empiriques, d’une étude de cas et d’un entretien mené avec deux acteurs touristiques de la destination de Marrakech.

25Le premier article est celui de Shiwei Shen et Marios Sotiriadis. Ces derniers proposent une caractérisation conceptuelle du cadre de management du TI en destination intelligente. Il s'agit d'un ensemble d'approches, de méthodes et d'outils en sciences de gestion que les destinations et autres acteurs/parties prenantes devraient adopter et mettre en œuvre pour atteindre les buts et objectifs du paradigme du tourisme intelligent. Les auteurs soutiennent, à travers leur définition, que l'objectif stratégique ultime des destinations touristiques dans le cadre du paradigme TI est de parvenir à une utilisation efficace, responsable et durable des ressources touristiques.

26L'étude de Naïma Aïdi se concentre sur la fabrique conceptuelle de la destination intelligente. Cette contribution met en évidence les principales caractéristiques de la destination intelligente et son intégration dans le territoire urbain. L’auteur prouve que l'amélioration de l'expérience touristique et des décisions managériales des destinations crée un écart entre le concept et la réalité du terrain.

27Dans cette recherche, Mohamed Ait Tejan a identifié les facteurs d'acceptabilité d'une solution TIC, un système d'information touristique (TIS), dédiée à l'industrie hôtelière à Marrakech. S'appuyant sur diverses théories et modèles qui traitent du comportement et de l'intention des individus d'adopter et de s'approprier les TIC/TIS, l'approche empirique de l'auteur est basée sur la méthode Delphi modifiée, appliquée à un panel de 09 experts de l'industrie hôtelière. Les résultats obtenus suggèrent que l'utilité perçue et les facteurs du marché touristique ainsi que les caractéristiques de la technologie influencent grandement l'acceptation des TIS.

28Marios Sotiriadis présente, dans un format «  étude de cas », une série de projets et d'initiatives, développée et mis en œuvre dans différentes villes européennes. L'auteur a réussi à présenter clairement les meilleurs cas de pratiques/projets de villes en tant que destinations touristiques, qui ont mis en œuvre des solutions innovantes et intelligentes dans de nombreux domaines, leur permettant d'améliorer leur profil et d'accroître leur attractivité en tant que destination touristique dans la catégorie "Patrimoine culturel et créativité".

29En guise d’illustration d’idées abordées dans le numéro, il est proposé une interview réalisée avec Mustapha Amalik et Mohamed Ait Tejan, respectivement, secrétaire général et directeur de l’association régionale de l’industrie hôtelière, Marrakech-Safi. Les interviewés ont mis l’accent sur le cas de la ville de Marrakech comme un exemple dynamique de déploiement des technologies numériques dans des perspectives managériales que promotionnelles. Le cas Marrakech reste emblématique en capitalisant sur un patrimoine touristique endémique et le dynamisme de ses acteurs. L’entretien est réalisé par Larbi SAFAA et Khalid El Housni.

Haut de page

Bibliographie

Allam, Z., & Dhunny, Z. A. (2019). On big data, artificial intelligence and smart cities. Cities, 89, 80‑91.

Beck, J., Rainoldi, M., & Egger, R. (2019). Virtual reality in tourism : A state-of-the-art review. Tourism Review.

Buhalis, D., & Amaranggana, A. (2015). Smart tourism destinations enhancing tourism experience through personalisation of services. In Information and communication technologies in tourism 2015 (p. 377‑389). Springer.

Cheong, R. (1995). The virtual threat to travel and tourism. Tourism management, 16(6), 417‑422.

Cranmer, E. E., tom Dieck, M. C., & Fountoulaki, P. (2020). Exploring the value of augmented reality for tourism. Tourism Management Perspectives, 35, 100672.

Femenia-Serra, F., Neuhofer, B., & Ivars-Baidal, J. A. (2019). Towards a conceptualisation of smart tourists and their role within the smart destination scenario. The Service Industries Journal, 39(2), 109‑133.

Future living framework : Is blockchain the next enabling network? (2018). Technological Forecasting and Social Change, 128, 226‑234.

Gretzel, U., & Scarpino-Johns, M. (2018). Destination resilience and smart tourism destinations. Tourism Review International, 22(3‑4), 263‑276.

Han, D.-I. D., Tom Dieck, M. C., & Jung, T. (2019). Augmented Reality Smart Glasses (ARSG) visitor adoption in cultural tourism. Leisure Studies, 38(5), 618‑633.

Hunter, W. C., Chung, N., Gretzel, U., & Koo, C. (2015). Constructivist research in smart tourism. Asia Pacific Journal of Information Systems, 25(1), 103‑118.

Lee, J., Bagheri, B., & Kao, H.-A. (2015). A cyber-physical systems architecture for industry 4.0-based manufacturing systems. Manufacturing letters, 3, 18‑23.

Lin, Y. (2011). The application of the Internet of things in Hainan tourism scenic spot. 2011 seventh international conference on computational intelligence and security, 1549‑1553.

Lom, M., & Pribyl, O. (2021). Smart city model based on systems theory. International Journal of Information Management, 56, 102092.

Lusch, R. F., & Vargo, S. L. (2009). Service-dominant logic—A guiding framework for inbound marketing. Marketing Review St. Gallen, 26(6), 6‑10.

Lussault, M. (2007). Habiter, du lieu au monde. Réflexions géographiques sur l’habitat humain. PAQUOT Thierry, LUSSAULT Michel, YOUNÈS Chris, Habiter, le propre de l’humain: villes, territoires et philosophie, Paris, La Découverte, 35‑51.

Mingjun, W., Zhen, Y., Wei, Z., Xishang, D., Xiaofei, Y., Chenggang, S., Xuhong, L., Fang, W., & Jinghai, H. (2012). A research on experimental system for Internet of things major and application project. 2012 3rd International Conference on System Science, Engineering Design and Manufacturing Informatization, 1, 261‑263.

Nomura, T., Kanda, T., Suzuki, T., & Kato, K. (2008). Prediction of human behavior in human—Robot interaction using psychological scales for anxiety and negative attitudes toward robots. IEEE transactions on robotics, 24(2), 442‑451.

Perrain, D., & Jean-Pierre, P. (2019). La stratégie de destination intelligente, facteur clé des mutations des destinations touristiques vulnérables? Conférence AFMAT 2019.

Richards, G. (2011). Tourism trends : Tourism, culture and cultural routes. Cultural tourism trends in Europe: a context for the development of Cultural Routes. In: Khovanova-Rubicondo, K.(ed.) Impact of European Cultural Routes on SMEs’ innovation and competitiveness, Strasbourg: Council of Europe Publishing, 21‑39.

Rochet, C. (2016). Les villes intelligentes, enjeux et stratégies pour de nouveaux marchés. Bibliothèque Paul-Émile Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Safaa, L., & Bédard, F. (2016). « L’expérience des ateliers créatifs dans les riads de Marrakech comme antécédent de la satisfaction du visiteur, de l’image qu’il se fait de la destination et de son engagement envers la destination ». In In, Kadri, B. and Benhacine, J. Tourisme et loisirs dans le Monde arabe—Aménagement, développement, gestion et mise en valeur des territoires (l’Harmattan).

Safaa, L., Oruezabala, G., & Bidan, M. (2021). Le tourisme à l’ère des technologies numériques. Téoros: revue de recherche en tourisme, 40(2).

Sajid, M. J., Cao, Q., Xinchun, L., Brohi, M. A., & Sajid, M. F. (2018). Video gaming a new face of inducement tourism : Main attractors for juvenile gamers. Int J Soc Stud, 4, 52‑56.

Santana, E. F. Z., Chaves, A. P., Gerosa, M. A., Kon, F., & Milojicic, D. S. (2017). Software platforms for smart cities : Concepts, requirements, challenges, and a unified reference architecture. ACM Computing Surveys (Csur), 50(6), 1‑37.

Shaheer, I. (2021). The nexus of video games and heritage attractions. Current Issues in Tourism, 1‑5.

Song, H. J., Lee, C.-K., Park, J. A., Hwang, Y. H., & Reisinger, Y. (2015). The influence of tourist experience on perceived value and satisfaction with temple stays : The experience economy theory. Journal of Travel & Tourism Marketing, 32(4), 401‑415.

Szabo, N. (1994). Smart contracts http://www. Fon. Hum. Uva. Nl/rob/Courses/InformationInSpeech/CDROM/Literature. LOTwinterschool2006/szabo. best. vwh. net/smart. contracts. html Go to reference in article.

Wang, D., Li, X. R., & Li, Y. (2013). China’s “smart tourism destination” initiative : A taste of the service-dominant logic. Journal of Destination Marketing & Management, 2(2), 59‑61.

Wiedmann, K.-P., Labenz, F., Haase, J., & Hennigs, N. (2018). The power of experiential marketing : Exploring the causal relationships among multisensory marketing, brand experience, customer perceived value and brand strength. Journal of Brand Management, 25(2), 101‑118.

Xu, F., Tian, F., Buhalis, D., & Weber, J. (2013). Marketing tourism via electronic games : Understanding the motivation of tourist players. 1‑8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larbi Safaa et Abdellah Saoualih, « Des technologies et des destinations touristiques intelligentes : entre rhétorique et expérimentation », Études caribéennes [En ligne], 51 | Avril 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.23640

Haut de page

Auteurs

Larbi Safaa

Université Cadi Ayyad, École Supérieure de Technologie d'Essaouira,
Laboratoire SAEDD, Maroc, safaa.larbi@uca.ma

Articles du même auteur

Abdellah Saoualih

Université Cadi Ayyad, École Supérieure de Technologie d'Essaouira,
Laboratoire SAEDD, Maroc, Abdellah.saoualih@ced.uca.ma

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search