Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51DossierLa fabrique de la smart destinati...

Dossier

La fabrique de la smart destination par une approche conceptuelle et urbaine

The Making of the Smart Destination through a Conceptual and Urban Reading
Naïma Aïdi

Résumés

Le concept de la smart destination attire de plus en plus l’attention des chercheurs, notamment à l’international, et souhaite répondre aux enjeux des territoires mondialisés. Bien qu’un consensus conceptuel semble s’établir, la smart destination soulève des questions et des débats sur le tourisme de demain. En s’appuyant sur la littérature académique, cet article s’intéresse à la fabrique conceptuelle de la smart destination et à son intégration dans le territoire urbain. Cette contribution souhaite mettre en exergue les principales caractéristiques de la smart destination et les défis auxquels elle doit faire face dans la transition des territoires touristiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le tourisme est une activité qui prend corps au sein même du territoire, particulièrement dans les zones urbaines (Coëffé 2010). Si l’on remonte brièvement dans le temps, le territoire urbain a continuellement accompagné le développement du tourisme. Depuis l’antiquité avec Hérodote, l’ancêtre de l’histoire, de la géographie et du tourisme, qui relate ses pérégrinations avec des enquêtes qu’il aurait menées à travers des villes emblématiques du Moyen-Orient dans l’ouvrage « Histoires ». Durant le Moyen-Âge avec les grands pèlerinages à Jérusalem et Saint-Jacques de Compostelle. Mais aussi les voyages hédonistes et ceux liés à la connaissance à Rome et Florence durant la Renaissance, où les humanités viennent y étudier l’art et l’architecture. Puis le Grand Tour au XVIIIème siècle, qui marque une époque déterminante pour le tourisme, les aristocrates anglais parcourent les capitales européennes pour effectuer des voyages initiatiques et se distinguer lors des dîners mondains. Ensuite la révolution industrielle au XIXème siècle qui incite les villes à se développer et à s’organiser pour accueillir des touristes de plus en plus nombreux.

2Plus récemment, le XXème siècle marque un tournant dans la démocratisation du tourisme avec l’instauration des congés payés qui permet aux classes populaires de s’adonner au plaisir du tourisme et de découvrir de nouveaux territoires durant leur temps libre. L’accélération de l’activité touristique en milieu urbain est d’autant plus visible au début des années 2000 avec la domestication d’Internet, nous passons d’un tourisme réservé à une frange de la population à un tourisme mondialisé et massif. Cela s’accompagne par une intensification du développement urbain : aéroports, services de transports, d’hébergement et de restauration, ainsi qu’un intérêt grandissant pour le patrimoine et la culture urbaine (Kadri 2007). La ville et le tourisme entretiennent alors une relation fusionnelle, mercantile et complexe.

3La ville du XXIème siècle n’est plus circonscrite à la résidence permanente, aux activités économiques et politiques, mais elle est mouvante, polymorphe et indubitablement un lieu au sein duquel le tourisme occupe une place majeure, en contribuant au processus d’urbanisation (Stock and Lucas 2012). Néanmoins, l’activité du tourisme urbain n’est pas sans conséquences, il s’accompagne parfois de nuisances potentiellement négatives telles que la saturation des sites touristiques, la difficile cohabitation entre les touristes et les habitants ou la dégradation du patrimoine et de l’environnement. En outre, la massification des voyages, le raccourcissement des distances et la dématérialisation des transactions permises par les technologies de l’information et de la communication (TIC) caractérisent une nouvelle ère du tourisme. Par ailleurs, la situation inédite provoquée par la pandémie du Covid-19 avec un confinement quasi généralisé en 2020 a fait chuter les mobilités internationales et aériennes, laissant entrevoir la vulnérabilité des territoires qui dépendent du tourisme. Cependant, cet entracte imposé offre également la possibilité de penser à la construction de nouvelles formes de tourisme, en adéquation avec les mutations des territoires urbains. Et si le tourisme n’en est pas à sa première crise, l’expérience indique que ce secteur d’activité a toujours pu résister et rebondir, parce qu’il a toujours su apporter des solutions innovantes (Fabry 2020).

4Face à cette réalité, de nouvelles tendances apparaissent dans le champ des tourism studies, c’est le cas du concept de la smart destination, qui émerge depuis quelques années dans la littérature académique et les agendas politiques. Si l’on fait l’analogie avec la smart city qui se projette dans l’espace comme la ville innovante de demain, le néologisme smart destination fait référence à un espace touristique conçu et aménagé pour répondre aux enjeux des territoires mondialisés (Chopplet 2018). Ces mutations conduisent les chercheurs à étudier ce concept novateur et soulèvent des interrogations. Que recouvre le terme « smart » ou « intelligent » accolé à la destination touristique ? Existe-t-il au sein de la communauté des chercheurs une volonté de faire émerger un concept universellement reconnu ? Et de quelle manière la smart destination peut-elle s’intégrer dans un territoire urbain en mutation ? ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

5En tentant de répondre à ces questions, cet article s’intéresse à l’approche conceptuelle et territoriale accordée à la smart destination. Tout d’abord, nous délivrerons les principales caractéristiques qui définissent la smart destination, ensuite nous analyserons la construction du concept dans la littérature académique. Finalement, nous nous intéresserons à l’intégration de la smart destination au sein du territoire urbain, à travers les dimensions territoriales et organisationnelles.

1. À la recherche de la smart destination

6Si la smart destination présente un engouement auprès de la communauté des chercheurs, notamment dans la littérature internationale, ce concept novateur porte un ensemble de débats et de questions sur le tourisme de demain. En effet, le terme smart ou intelligence qui est accolé au territoire est parfois utilisé à mauvais escient ou à des fins de communication (Gretzel 2015). Il est alors tout à fait pertinent de se demander ce qui se trouve derrière ce mot-valise et comment ce concept à l’allure futuriste est abordé dans la littérature académique.

1.1. Définitions

7La smart destination ou destination intelligente peut être définie de bien des manières et il n’existe pas, aujourd’hui, une définition universelle et officiellement admise par la communauté des chercheurs. Ici, l’objet n’est donc pas de répertorier l’ensemble des définitions que l’on peut trouver dans la littérature académique ni d’en proposer une énième, mais plutôt de mettre en exergue les grandes lignes qui la caractérisent. Tout d’abord, selon le Dictionnaire Larousse (2021), le terme smart ou intelligent se définit de cette manière : « se dit de l’être humain qui conçoit et saisit les rapports entre les choses » et « se dit d’une machine, d’un véhicule, etc., équipés d’un processeur leur assurant une certaine autonomie de fonctionnement ». De fait, c’est dans les années 1990 que l’idée d’intelligence a commencé à émerger et elle était à l’époque déjà liée à la technologie et aux zones urbaines, pour améliorer la qualité de vie (Başer, Doğan et al., 2019).

8Ainsi, appliqué à un territoire touristique, comment cela se traduit-il ? (Lopez de Avila 2015) définit la smart destination comme « une destination touristique innovante, bâtie sur une infrastructure à la pointe de la technologie garantissant le développement durable des zones touristiques, accessible à tous, qui facilite l’interaction et l’intégration du visiteur avec son environnement, en augmentant la qualité de l’expérience à destination et en améliorant la qualité de vie des résidents ». Cette définition, bien qu’idéalisée, nous présente la smart destination comme une zone touristique qui favoriserait la durabilité et l’accessibilité, la cohabitation et l’interaction entre les touristes et les résidents, en s’appuyant sur une fondation technologique et innovante. La notion d’innovation renvoie à la sixième vague des cycles de l’innovation proposée dans la théorie de Schumpeter (Badillo 2013) et se caractérise par l’introduction de l’Internet des Objets, les nanotechnologies et l’intelligence artificielle. Quant à la notion d’intelligence, elle tire parti de la technologie pour mettre en commun et interconnecter toutes les parties prenantes, permettant la création de valeur grâce aux infrastructures des TIC déployés sur le territoire (Xiang, Tussyadiah et al., 2015). Ces outils innovants se matérialisent par le Wi-Fi public, les outils d’analyse de Big Data, les sites Web de destination et les applications, les QR codes et la géolocalisation, la réalité virtuelle et augmentée, les chatbots, les réseaux sociaux interactifs, etc. (Femenia-Serra and Ivars-Baidal 2018). En somme, c’est la combinaison et le bon usage de toutes ces technologies innovantes qui créent l’intelligence, en permettant une amélioration de l’expérience et une gestion optimisée des destinations.

9Aussi, pour comprendre la nouveauté que propose la smart destination, il faudrait saisir ce qui la différencie d’une destination traditionnelle. Les spécificités de la smart destination et ce qui la distingue du modèle classique résident dans sa conception, qui mêle le numérique et le physique (Kontogianni and Alepis 2020), favorisant les collaborations entre le secteur public et privé, et offrant des services personnalisés rendus possibles par la création de valeurs issues du partage des données numériques (Jovicic 2019). En ce sens, ce schéma ne constitue pas un palimpseste de la destination traditionnelle, mais fait suite aux évolutions technologiques qui se sont produites au cours des deux dernières décennies, et notamment l’intégration des TIC au sein des territoires urbains et touristiques (Boes, Buhalis et al., 2015). Concrètement, la notion de création de valeurs s’appuie sur les dispositifs socio-numériques utilisés par les citoyens, qui vont de fait émettre des traces numériques durant leur séjour, et qui se transforment en un volume important de données. Une fois récoltées et analysées, elles peuvent servir à connaître et anticiper les besoins des touristes, améliorer les services touristiques, disposer d’une meilleure connaissance des flux des touristes, de leur usage du territoire ou encore de leur taux de satisfaction durant leur séjour (Brandt, Bendler et al., 2017).

10Plus précisément, Boes, Buhalis et al., (2015) ont identifié les facteurs clés qui stimulent l’intelligence au sein d’une destination touristique : le leadership, l’entrepreneuriat et l’innovation, le capital social et le capital humain. Les auteurs soulignent que ces éléments doivent être portés par les TIC pour mettre en œuvre des expériences agréables et immersives pour les touristes et stimuler la compétitivité des entreprises touristiques. De plus, pour pouvoir fonctionner, la smart destination doit être construite sur la base d’une gouvernance solide, en connectant l’ensemble des parties prenantes avec des méthodes de travail transparentes et coordonnées (Ivars-Baidal, Celdrán-Bernabeu et al., 2021). En effet, une destination est smart lorsqu’elle est capable d’utiliser des technologies de pointe et d’exploiter les données numériques pour favoriser l’interconnexion entre les parties prenantes, les prises de décisions, et par conséquent améliorer l’expérience au sein du territoire (Boes, Buhalis et al., 2015, Xiang and Fesenmaier 2017). Cependant, pour réussir la transition d’une destination classique à une smart destination, il faudrait aussi placer la population, c’est-à-dire les touristes et les habitants, au centre du modèle. Ainsi, comme le soulignent (Sigalat-Signes, Calvo-Palomares et al., 2020), la question des citoyens dans le paradigme de l’intelligence territoriale et touristique reste sous-développée alors qu’ils sont la pierre angulaire du concept puisqu’ils en sont les premiers usagers. En outre, le concept de la destination intelligente doit être analysé de manière holistique, en tenant compte des connaissances propres à plusieurs domaines disciplinaires, tels que les systèmes d’information, l’urbanisme, le marketing, la gouvernance ou l’analyse de données (Xiang, Tussyadiah et al., 2015).

11Cependant, cette vision de la destination touristique de demain suscite de nombreuses interrogations sur le devenir de l’expérience touristique (Vergopoulos 2016), l’atteinte à la vie privée et les libertés ou encore le contrôle du territoire touristique par les algorithmes. De plus, si un consensus semble s’établir, il paraît plus difficile de mettre en place un nouveau mode de gouvernance avec un socle technologique innovant qu’à développer un concept théorique.

1.2. Vers un consensus conceptuel

12La notion de smart destination est tout à fait récente. Depuis quelques années, le terme apparaît dans la littérature académique et entame un processus de conceptualisation (Boes, Buhalis et al., 2015). En se basant sur les récentes recherches qui traitent de la smart destination, il apparaît un travail dense et riche en enseignements, mais aussi un manque de développement théorique (Gretzel 2015). La smart destination est tantôt abordée à travers le prisme de la technologie (Ivars-Baidal, Celdrán-Bernabeu et al., 2021), tantôt de la compétitivité (Koo, Shin et al., 2016), du touriste (Femenia-Serra, Neuhofer et al., 2019), tantôt du management de la destination (Gajdošík 2019) ou de la smart city (Fabry and Blanchet 2019). Ces diverses contributions sont essentielles et pertinentes, mais elles rendent aussi compte des tâtonnements du corpus académique dans la stabilisation du concept de la smart destination.

13L’approche réflexive de la conceptualisation touristique avancée par (Decroly and Diekmann 2018) nous dit que la définition d’un concept se base sur deux éléments. Le premier tient à la compréhension du phénomène étudié qui va au-delà d’une simple description des faits, le second est qu’il faut détenir une base empirique solide et valide. Ainsi, au regard de l’abondance d’articles consacrés à la smart destination, ceux-ci tentent de répondre à ces critères. En effet, la littérature académique internationale comporte de nombreux travaux analytiques tandis que les études empiriques se font plus rares (Del Vecchio and Passiante 2017, Pradhan, Oh et al., 2018). D’un point de vue heuristique, tous ces travaux stimulent la recherche et contribuent à consolider ce concept en fournissant des clés de lecture essentielles sur l’usage des TIC, la réorganisation des territoires urbains et touristiques, le comportement des touristes ou la nécessaire convergence des parties prenantes (Del Chiappa and Baggio 2015).

14D’un point de vue épistémologique, le discours du concept de la smart destination semble parfois s’inscrire dans un paradigme positiviste avec un dispositif technologique qui résoudrait tous les maux du territoire touristique. En s’inscrivant dans un standard technique, il ne faudrait pas occulter l’aspect idiosyncrasique des destinations touristiques, ou les questions liées à l’appropriation et l’usage de ces nouveaux outils numériques par des individus qui fonctionnent différemment. Ainsi, certains auteurs souhaitent nuancer la vision techno-centrée des territoires intelligents. En s’appuyant sur les travaux de John Dewey, Chopplet nous dit que ce concept de l’intelligence territoriale constitue plus une méthode d’analyse qu’un système à développer. En d’autres termes, le concept de la smart destination devrait davantage être perçu comme une méthodologie à suivre plutôt qu’un calque standard à appliquer. Par conséquent, il faudrait avant tout repenser les formes de gouvernance, le management de destination et l’éducation aux outils numériques, et non pas concevoir le territoire touristique sur une base purement technologique, et où seules les données numériques issus des TIC serviraient à apporter des solutions. ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

15Aussi, en raison du caractère pluridisciplinaire de l’objet d’étude qu’est le tourisme, la construction des connaissances à son égard fait appel à plusieurs approches épistémologiques. Le modèle constructiviste qui repose sur l’idée de l’existence de multiples réels non gouvernés par des lois naturelles et d’une co-construction des connaissances entre l’observateur et le phénomène observé (Gavard-Perret, Gotteland et al., 2008) pourrait aider à mieux cerner les dynamiques de développement de la smart destination. Le paradigme constructiviste s’appuie sur la construction des faits, et met l’accent sur l’interaction entre le chercheur et le répondant dans l’accès à la connaissance de l’objet étudié (Boualem Kadri, Maria Bondarenko et al., 2019). L’étude de la smart destination implique celle du tourisme traditionnel et innovant et repose de fait sur la construction de réalités multiples et interconnectées. De plus, le constructivisme permet d’aborder la smart destination de manière empirique afin d’identifier et d’interpréter les effets de la technologie sur les individus (Hunter, Chung et al., 2015). Dès lors, le constructivisme, en souhaitant réunir plusieurs approches de recherche pour disposer d’une compréhension plus réflexive, multidimensionnelle et consciente de la relation entre les TIC et le tourisme, favorise l’identification des subjectivités et des pluralités qui composent le phénomène étudié (Hunter, Chung et al., 2015).

2. L’intégration de la smart destination dans le territoire urbain : processus et acteurs

16Le concept de la smart destination fait la promesse d’améliorer l’expérience touristique et la qualité de vie des résidents, au moyen des données numériques issues de technologies innovantes mises au service des usagers. Sa mise en territoire suppose donc de questionner la façon dont ce concept peut s’insérer au sein du territoire urbain et la manière dont les acteurs doivent s’organiser pour implémenter cet écosystème technique et complexe.

2.1. La smart city au service de la smart destination ?

17Tout comme la smart destination, la smart city est un concept récent qui se projette dans l’espace comme la ville de demain. À cet égard, en raison de leur densité croissante, certaines villes sont à la recherche de nouveaux modèles pour se développer durablement, et elles s’intéressent à celui de la ville intelligente (Sigalat-Signes, Calvo-Palomares et al., 2020). La smart city s’appuie essentiellement sur quatre notions : l’innovation induite par les TIC, la compétitivité, la durabilité et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens (Boes, Buhalis et al., 2015). Dans le rapport de M. Luc Bellot (Gouvernement 2017) qui s’intitule « De la smart city au territoire d’intelligence(s) », la smart city est avant tout définie comme un territoire qui a pour objectif de remettre l’habitant et le citoyen au cœur du projet, en répondant à ses besoins par la mise en place d’une « expérience utilisateur riche, positive et inclusive ». En réalité, la ville intelligente ne présente pas une véritable rupture avec l’essence même de la ville, mais propose plutôt une modification de son espace et de son usage, avec des outils numériques qui sont désormais omniprésents dans la vie quotidienne des citoyens. La smart city est une ville qui utilise les TIC (objets connectés, applications, Cloud, etc.) pour faciliter l’optimisation des services essentielles d’une ville tels que l’administration, l’éducation, l’énergie, les soins de santé, la sécurité publique, l’immobilier, les transports, de manière plus interactive et plus efficace (Corte, D’Andrea et al., 2017).

18Ensuite, se pose alors la question du lien entre la smart city et la smart destination ou comment la ville intelligente peut contribuer au développement du tourisme intelligent. Tout d’abord et comme cela a été avancé précédemment, la smart destination est ancrée dans le territoire, en particulier dans les zones urbaines (Yeshna Jessie, Vickramsingh et al., 2019). Et bien que l’usage qu’ils en font soit différent, l’espace urbain unifie le partage entre les résidents et les touristes (Buhalis and Amaranggana 2015). L’imbrication entre la smart destination et la smart city existe parce que la première s’inspire du concept de la seconde (Ivars-Baidal, Celdrán-Bernabeu et al., 2017). En effet, les deux s’appuient sur la création de valeur en collectant et en triant les données issues des TIC (Brandt, Bendler et al., 2017), dans le but commun de mettre en place un meilleur service tant pour les touristes que pour les résidents ; et en fournissant des informations fiables (Başer, Doğan et al., 2019). En ce sens, l’une des possibilités pour qu’une destination devienne « smart » est d’utiliser l’infrastructure technologique déployée au sein de la smart city, afin d’en faire usage dans le secteur du tourisme (Liberato, Alén et al., 2019). Cela se caractérise par de la diffusion d’information en temps réel, l’accès facilité au réseau Internet, la géolocalisation, les flux des visiteurs, la visite de sites touristiques en réalité virtuelle ou des applications mobiles qui permettent au touriste d’interagir avec leur environnement (Femenia-Serra and Ivars-Baidal 2018). Dans ces conditions, le concept de la smart city est accompli lorsqu’il existe une symbiose et une concordance entre la gestion de la destination touristique et une bonne utilisation du dispositif intelligent (Corte, D’Andrea et al., 2017).

19Dans la pratique, cela est un peu plus compliqué à mettre en place. La ville de Barcelone qui s’illustre comme un protagoniste mondial de la smart city, est depuis plusieurs années sujette à un rejet du tourisme par les habitants. Cela s’exprime par des mouvements contestataires suite aux nuisances liées à l’activité touristique dans certains quartiers de la ville (Ballester 2018). Les habitants demandent aux touristes de faire preuve de civisme et appellent à une prise de conscience politique. Ce phénomène « anti-touristes » pose la question de l’utilité et de l’efficacité du dispositif numérique mis en place par la ville d’une part, et de son statut de smart city dont l’un des objectifs est d’améliorer la qualité de vie des habitants. Cette difficile intégration du tourisme dans la smart city rappelle que l’usage des technologies de la smart city est différente de celui effectué dans la smart destination (Buhalis and Amaranggana 2015). D’un autre côté, les études qui portent sur la ville de Nantes montrent un lien vertueux entre le tourisme et la smart city (Lagier and Montargot 2019). Au-delà des apports technologiques, les auteurs identifient les facteurs environnementaux, socio-culturels et humains comme indispensables pour réussir l’intégration du tourisme dans la smart city.

20De manière plus générale, atteindre l’état d’intelligence relève plus d’un processus que d’un simple statut, et celui-ci existe lorsqu’il est incarné (Fabry and Blanchet 2019). Ce procédé se construit au fil du temps et suit une méthodologie organisationnelle qui prend en compte une série de paramètres, d’acteurs et d’objectifs, formant un écosystème complexe et intelligent (Gretzel, Werthner et al., 2015). D’ailleurs, ce cheminement induit la mise en place d’une gouvernance solide et coordonnée avec l’ensemble des parties prenantes (Fabry and Blanchet 2019) pour mettre en œuvre une politique touristique attractive, collaborative et inventive (Buhalis and Amaranggana 2015).

2.2. Vers une mise en réseau des acteurs territoriaux et une collaboration public-privé

21Concernant le développement de la smart destination, une fois établie la nécessité de disposer d’une infrastructure technologique avancée, la question centrale reste celle de la gouvernance. Selon (Beritelli, Bieger et al., 2007), la gouvernance d’une destination touristique consiste à fixer et développer des règles et des mécanismes de mise en politique, ainsi que des stratégies commerciales, en impliquant toutes les institutions et les individus. Si le développement de la smart destination est permise par le progrès technologique (Neuhofer, Buhalis et al., 2012), cela passe surtout par la synchronisation, l’interconnexion et l’utilisation concertée des différentes technologies par les parties prenantes, qui constituent l’intelligence territoriale (Höjer and Wangel 2015).

22Dans cette perspective, une gouvernance touristique réussie implique un accord sur les objectifs et la mise en commun des ressources, un travail réparti de manière équilibrée et judicieuse des décideurs politiques et des professionnels, ainsi que la capacité à s’adapter au changement (Conceição, Dos Anjos et al., 2019). Théoriquement, la gouvernance des destinations touristiques intelligentes est basée sur la planification, la collaboration public-privé et la gestion, afin de tendre vers la durabilité et la compétitivité par l’innovation (Boes, Buhalis et al., 2015, Koo, Shin et al., 2016, Corte, D’Andrea et al., 2017). L’une des innovations apportées par ce type de gouvernance réside dans le fait que, désormais, les acteurs publics doivent participer à sa mise en place et ne pas tout attendre des entreprises privées (Arrona, Franco et al., 2020). Ainsi, les entreprises publiques doivent notamment former leurs équipes à la gestion et l’analyse des données numériques (Big Data), mais aussi au management des destinations et des territoires intelligents.

23Pour ce faire, une réorganisation administrative est nécessaire pour céder la place à de nouveaux schémas qui optimisent les cadres d’allocation des ressources et incitent les collaborations avec les acteurs privés, laissant ainsi de côté les pratiques de type descendante, cloisonnées et inflexibles (Foray 2018). Cependant, cette gouvernance intelligente est un processus qui s’inscrit dans un temps long, car les acteurs sont confrontés à de nouveaux défis et doivent développer de nouvelles compétences techniques et managériales qui favorisent l’innovation publique. Plus précisément, ils doivent s’exercer à la prise de décision participative avec une multitude d’acteurs, publics ou privés, y compris les citoyens, adopter une approche basée sur le test et l’apprentissage, diriger une organisation dédiée au sein de l’administration, et s’adapter à l’incertitude qui est intrinsèque au déploiement d’une gouvernance intelligente (Kyriakou, Martínez et al., 2016).

24Aussi, des initiatives ont été prises en Europe et en Amérique latine pour inciter les collaborations entre les acteurs publics et privés, et développer des liens entre la gouvernance touristique et le marketing de destination. À titre d’exemple, des sites Internet promouvant le tourisme intelligent tels que destinosinteligentes.es et reddti-ar.com.ar ont été mis en place, respectivement en Espagne et en Argentine. Ils représentent des réseaux d’acteurs qui travaillent sur le tourisme intelligent, et qui fonctionnent sur l’échange de connaissances et d’expériences, mais aussi sur un mode de concertation entre les parties prenantes pour développer les destinations touristiques intelligentes (Gretzel and Collier de Mendonça 2019). En Europe, le site web smarttourismcapital.eu promeut les capitales européennes du tourisme intelligent, avec un prix annuel qui est décerné par la Commission européenne, pour récompenser les progrès des destinations. Certes, ce type d’actions favorise le débat entre toutes les parties prenantes, la coordination et peut contribuer à faire avancer la gouvernance intelligente (dos Anjos and Kennell 2019). Cependant, ces initiatives doivent être gérées et suivies au fil du temps pour mesurer leur degré d’efficacité. En ce sens, Ivars-Baidal, Celdrán-Bernabeu et al., (2021) soulignent l’importance des indicateurs pour la planification et le suivi des destinations touristiques intelligentes. Ils encouragent les destinations du monde entier à développer des indicateurs en les considérant comme un outil cognitif dans les processus d’élaboration des politiques territoriales à vocation touristique.

25D’ailleurs, l’écart existant entre le concept utopique de la destination intelligente et les stratégies opérationnelles mises en place renforcent l’idée qu’il ne s’agit pas seulement d’une société numérique. Le territoire touristique intelligent (smart destination) devrait s’inscrire dans une « société de la connaissance » et de « démocratie créative » portées par des actions concertées de politiques territoriales (Chopplet 2018). D’un point de vue critique, la dialectique socio-spatiale élaborée par (Soja 1980), encourage à une adaptation continue des outils avec lesquels le territoire est analysé et conçu. Il considère que le spatial façonne le social tout autant que l’inverse. Par analogie, l’espace urbain et touristique intelligents sont le résultat d’une production sociale, économique, technologique et politique qui doit prendre en compte la spatialité ontologique de l’existence des individus avant les outils technologiques. ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Conclusion

26Le concept de la smart destination ne se situe pas face aux bouleversements sociaux, technologiques, économiques et politiques induits par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, mais plutôt au cœur de ce processus de changement. L’usage quotidien des outils numériques et la mutation des territoires urbains conduisent à un nécessaire renouvellement du tourisme. En effet, les destinations touristiques sont à la fois l’objet de convoitises et de développement économique, mais aussi de nuisances potentielles. Ce besoin de renouveau a stimulé l’émergence du paradigme de la smart destination qui s’organise autour du territoire et de l’innovation (Williams, Rodriguez et al., 2020). Bien qu’il soit récent, un consensus semble s’établir autour du concept de la smart destination, comme en témoigne la production prolifique des travaux dans la littérature académique.

27De plus, si certaines villes en France et à l’international tentent d’appliquer cette méthodologie pour améliorer l’expérience touristique et les décisions managériales des destinations, il existe un écart entre le concept et la réalité du terrain (Ballester 2018). Cette méthodologie montre ainsi la difficulté à la mettre en pratique et s’inscrit dans un écosystème complexe (Gretzel, Werthner et al., 2015) qui bouscule la dimension conceptuelle de la destination traditionnelle. Ce phénomène met en évidence l’importance de la dimension politique dans la construction de la smart destination, avec la nécessité d’une gouvernance collaborative composée d’acteurs publics et privés. D’autre part, le rôle des résidents et des touristes doit être mis au cœur du projet pour mieux saisir leurs besoins et rééquilibrer l’usage du territoire tant urbain que touristique.

28Par ailleurs, les données numériques qui permettent la création de valeurs ne doivent pas être perçues comme une finalité, mais un moyen de rendre le territoire touristique durable, innovant et attractif (Xu, Nash et al., 2020). Aussi, l’usage des TIC par les touristes au sein de la smart destination renvoient aux questions liées à la protection de la vie privée et à l’éducation aux outils numériques. Ces outils ne devraient pas être considérés comme une contrainte imposée pour les touristes, mais plutôt comme une opportunité pour ceux qui souhaitent les utiliser (Femenia-Serra, Neuhofer et al., 2019). En effet, la technologie ne se substitue pas aux rapports sociaux, mais se met au service du territoire pour améliorer l’expérience des citoyens. Finalement, l’enjeu des territoires intelligents est davantage social, cognitif, territorial, et doit être porté par des actions politiques (Chopplet 2018). ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Haut de page

Bibliographie

Arrona, A., S. Franco and R. Wilson James (2020). “Public innovation through governance in place-based competitiveness policymaking: The case of Bizkaia Orekan.” Competitiveness Review: An International Business Journal 30(2): 119-136.

Badillo, P.-Y. (2013). « Les théories de l’innovation revisitées : une lecture communicationnelle et interdisciplinaire de l’innovation ? Du modèle “Émetteur” au modèle communicationnel. » Les Enjeux de l information et de la communication 14/1(1) : 19-34.

Ballester, P. (2018). « Barcelone face au tourisme de masse : “tourismophobie” et vivre ensemble » Téoros, 37(2).

Başer, G., O. Doğan and F. Al-Turjman (2019). “Smart Tourism Destination in Smart Cities Paradigm: A Model for Antalya”. Artificial Intelligence in IoT. F. Al-Turjman. Cham, Springer International Publishing: 63-83.

Beritelli, P., T. Bieger and C. Laesser (2007). “Destination Governance: Using Corporate Governance Theories as a Foundation for Effective Destination Management.” Journal of Travel Research 46(1): 96-107.

Boes, K., D. Buhalis and A. Inversini (2015). “Conceptualising Smart Tourism Destination Dimensions”. ENTER2015 conference on information and communication technologies in tourism, Lugano, Switzerland.

Boualem Kadri, Maria Bondarenko and Jean-Phariste Pharicien (2019). “La mise en tourisme : un concept entre déconstruction et reconstruction. Une perspective sémantique.” Téoros [Online], 38, 1.

Brandt, T., J. Bendler and D. Neumann (2017). “Social media analytics and value creation in urban smart tourism ecosystems.” Inf Manage Information and Management 54(6): 703-713.

Buhalis, D. and A. Amaranggana (2015). “Smart Tourism Destinations Enhancing Tourism Experience Through Personalisation of Services”. ENTER2015 conference on information and communication technologies in tourism, Lugano, Switzerland, Lugano, Switzerland.

Chopplet, M. (2018). "Smart City: quelle intelligence pour quelle action ? Les concepts de John Dewey, scalpels de la ville intelligente

Coëffé, V. (2010). « Le tourisme, fabrique d’urbanité. » Mondes du tourisme (2) : 57-69.

Conceição, C. C., F. A. Dos Anjos and S. J. Gadotti dos Anjos (2019). « Power Relationship in the Governance of Regional Tourism Organizations in Brazil. » Sustainability 11(11).

Corte, V., C. D’Andrea, I. Savastano and P. Zamparelli (2017). “Smart Cities and Destination Management: Impacts and Opportunities for Tourism Competitiveness.” European Journal of Tourism Research 17:7 - 27.

Decroly, J.-M. and A. Diekmann (2018). “La fabrique des concepts touristiques.” Via Tourism Review (13).

Del Chiappa, G. and R. Baggio (2015). “Knowledge transfer in smart tourism destinations: Analyzing the effects of a network structure.” Journal of Destination Marketing & Management 4(3): 145-150.

Del Vecchio, P. and G. Passiante (2017). “Is tourism a driver for smart specialization? Evidence from Apulia, an Italian region with a tourism vocation.” Journal of Destination Marketing & Management 6(3): 163-165.

dos Anjos, F. A. and J. Kennell (2019). “Tourism, Governance and Sustainable Development.” Sustainability 11(16).

Fabry, N. (2020). Peut-on entrevoir les contours de la nouvelle industrie touristique ? L’après Covid-19, leçons et perspectives. I2D - Information, données & documents. P. Mugnier. Paris, A.D.B.S. : 85-89.

Fabry, N. and C. Blanchet (2019). « Monacos struggle to become a smart destination. » IJTC International Journal of Tourism Cities 5(4) : 672-684.

Femenia-Serra, F. and J. A. Ivars-Baidal (2018). “Do smart tourism destinations really work? The case of Benidorm.” Asia Pacific Journal of Tourism Research.

Femenia-Serra, F., B. Neuhofer and J. A. Ivars-Baidal (2019). “Towards a conceptualisation of smart tourists and their role within the smart destination scenario.” The Service Industries Journal 39(2): 109-133.

Foray, D. (2018). « Smart specialization strategies as a case of mission-oriented policy - a case study on the emergence of new policy practices. » Industrial and Corporate Change 27(5) : 817-832.

Gajdošík, T. (2019). Big Data Analytics in Smart Tourism Destinations. A New Tool for Destination Management Organizations? Smart Tourism as a Driver for Culture and Sustainability. V. Katsoni and M. Segarra-Oña. Cham, Springer International Publishing: 15-33.

Gavard-Perret, M.-L., D. Gotteland, C. Haon and A. Jolibert (2008). Méthodologie de la recherche : Réussir son mémoire ou sa thèse en sciences de gestion, Pearson Education France.

Gouvernement (2017). De la smart city au territoire d’intelligence(s) - l’avenir de la smart city.

Gretzel, U. and M. Collier de Mendonça (2019). “Smart destination brands: semiotic analysis of visual and verbal signs.” International Journal of Tourism Cities 5(4): 560-580.

Gretzel, U., Sigala, Marianna, Xiang, Zheng, Koo, Chulmo (2015). "Smart tourism: foundations and developments." Electronic Markets 25(3): 179-188.

Gretzel, U., H. Werthner, C. Koo and C. Lamsfus (2015). “Conceptual foundations for understanding smart tourism ecosystems.” CHB Computers in Human Behavior 50:558-563.

Höjer, M. and J. Wangel (2015). Smart sustainable cities: definition and challenges. ICT Innovations for Sustainability, Springer: 333-349.

Hunter, W., N. Chung, U. Gretzel and C. Koo (2015). “Constructivist Research in Smart Tourism.” Asia Pacific Journal of Information Systems 25:105-120.

Ivars-Baidal, J. A., M. A. Celdrán-Bernabeu, F. Femenia-Serra, J. F. Perles-Ribes and D. Giner-Sánchez (2021). “Measuring the progress of smart destinations: The use of indicators as a management tool.” Journal of Destination Marketing & Management 19:100531.

Ivars-Baidal, J. A., M. A. Celdrán-Bernabeu, J.-N. Mazón and Á. F. Perles-Ivars (2017). “Smart destinations and the evolution of ICTs: a new scenario for destination management?” Current Issues in Tourism 22(13): 1581-1600.

Jovicic, D. Z. (2019). “From the traditional understanding of tourism destination to the smart tourism destination.” Current Issues in Tourism 22(3): 276-282.

Kadri, B. (2007). “La ville et le tourisme : relation ancienne, complexité nouvelle et défi conceptuel.” Téoros 26.

Kontogianni, A. and E. Alepis (2020). “Smart tourism: State of the art and literature review for the last six years.” ARRAY Array 6.

Koo, C., S. Shin, U. Gretzel, W. C. Hunter and N. Chung (2016). “Conceptualization of Smart Tourism Destination Competitiveness.” Asia pacific journal of information systems 26(4): 561-576.

Kyriakou, D., M. Martínez, I. Periáñez-Forte and A. Rainoldi (2016). Speaking truth to power: the political dynamics of public sector innovation. Governing Smart Specialisation. Routledge.

Lagier, J. and N. Montargot (2019). “Quelle est la vision des acteurs publics, institutionnels et privés sur l’intégration du tourisme dans la smart city ?”, Management & Avenir, 107(1): 13-35.

Liberato, P., E. Alén and D. Liberato (2019). Porto as a Smart Destination. A Qualitative Approach Universitätsfrauenklinik Heidelberg. Smart Tourism as a Driver for Culture and Sustainability 419-431.

Lopez de Avila, A. (2015). Smart destinations: XXI century tourism. ENTER2015 conference on information and communication technologies in tourism, Lugano, Switzerland.

Neuhofer, B., D. Buhalis and A. Ladkin (2012). “Conceptualising Technology Enhanced Destination Experiences.” Journal of Destination Marketing & Management 1:36-46.

Pradhan, M. K., J. Oh and H. Lee (2018). “Understanding Travelers Behavior for Sustainable Smart Tourism: A Technology Readiness Perspective.” Sustainability 10(11).

Sigalat-Signes, E., R. Calvo-Palomares, B. Roig-Merino and I. García-Adán (2020). “Transition towards a tourist innovation model: The smart tourism destination: Reality or territorial marketing?” Journal of Innovation & Knowledge 5(2): 96-104.

Soja, E. W. (1980). « The socio-spatial dialectic. » Annals of the Association of American Geographers 70, no. 2 (1980): 207–25. http://www.jstor.org/stable/2562950. 70(2): 207-225.

Stock, M. and L. Lucas (2012). “La double révolution urbaine du tourisme.” Espaces et sociétés. 151(3): 15-30.

Vergopoulos, H. (2016). "L’expérience touristique : une expérience des cadres de l’expérience touristique ?" Via Tourism Review (10).

Williams, A. M., I. Rodriguez and T. Makkonen (2020). “Innovation and smart destinations: Critical insights.” Annals of Tourism Research 83:102930.

Xiang, Z. and D. R. Fesenmaier (2017). Big Data Analytics, Tourism Design and Smart Tourism. Analytics in Smart Tourism Design: Concepts and Methods: 299-307.

Xiang, Z., I. Tussyadiah and D. Buhalis (2015). “Smart destinations: Foundations, analytics, and applications.” Journal of Destination Marketing & Management 4.

Xu, F., N. Nash and L. Whitmarsh (2020). “Big data or small data? A methodological review of sustainable tourism.” Journal of Sustainable Tourism 28(2): 144-163.

Yeshna Jessie, D., D. Vickramsingh, A. Zaheer and J. David S. (2019). “Smart tourism as a pillar for sustainable urban development: an alternate sm art city strategy from Mauritius.” Smart Cities. 2. 10.3390/smartcities2020011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naïma Aïdi, « La fabrique de la smart destination par une approche conceptuelle et urbaine », Études caribéennes [En ligne], 51 | Avril 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23683 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.23683

Haut de page

Auteur

Naïma Aïdi

Doctorante en sciences de l’information et de la communication (tourisme) à l’université Gustave Eiffel (Paris, France), laboratoire Dicen-IDF, naima.aidi1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search