Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Hors-dossierLe tourisme en AfriqueLe développement du tourisme au M...

Hors-dossier
Le tourisme en Afrique

Le développement du tourisme au Maroc : une perspective historique

Nidal Raffali

Résumés

Bien que des touristes aient visité le Maroc avant le xixème siècle, le tourisme moderne, tel que nous le connaissons de nos jours, n’a commencé́ que durant la période du protectorat. Avant 1914, les touristes accédaient au Maroc par les différents ports dont disposait le pays, ils venaient dans des navires à vapeur. La plupart des touristes exploraient surtout les côtes marocaines, quelques-uns seulement exploraient l’intérieur du pays. Après l’indépendance en 1956, l’État marocain crée le premier ministère du tourisme, il lui assigne la mission du développement du tourisme au Maroc. Cet article porte un regard historique qui permet de retracer le développement du tourisme au Maroc en examinant également l’évolution de l’accessibilité touristique aux différents niveaux géographiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, le Maroc vit une transition économique caractérisée par l’ouverture commerciale, et par l’instauration de réformes propices à l’investissement étranger et à l’accueil des touristes. Il a fait du tourisme le levier économique de son développement national. Pour certains marocains, le tourisme représente la bouée de sauvetage pour le développement du pays, pour la création d’emploi et pour la création d’un échange culturel mondial. Depuis la création du ministère du tourisme en 1956, différentes stratégies se sont succédées afin de mettre en place des mesures permettant un développement efficace du secteur. Or, le ministère du tourisme est souvent pointé du doigt quant à l’efficacité de ses stratégies. Pour comprendre la réalité qui guide le secteur actuellement, il serait d’un grand intérêt d’évoquer les facteurs qui ont influencé le secteur touristique au fil du temps, depuis le développement des moyens de transport qui ont permis une accessibilité touristique jusqu’à la mise en œuvre des stratégies récentes. Comprendre l’histoire du tourisme au Maroc nous permettra non seulement de nous situer au cœur de ce secteur, mais également d’éviter les erreurs commises et de repérer les bonnes actions à mener dans l’avenir.

1. Avant la période du protectorat

2Avant la période du protectorat, les voyages de longue distance s’effectuaient souvent en groupe. La caravane était un moyen de transport cher et lent, car il fallait du temps pour réunir un grand nombre de voyageurs. En revanche, c’était le moyen le plus sûr pour échapper au danger des brigands (Stewart, 1964). Juste avant la colonisation française, le sultan Abdelaziz était la seule personne qui disposait d’une voiture au Maroc, Il y avait aussi une seule ligne courte de chemin de fer, aménagée spécialement pour le roi et ses convives (Stewart, 1964). En effet, pour le reste des marocains, les chevaux étaient utilisés par les soldats et par les riches, vu l’entretien coûteux qu’ils engendraient ; les mules et les ânes servaient à transporter les hommes et les marchandises, et aussi pour effectuer les travaux agricoles, tandis que les chameaux étaient réservés aux voyages de longues distances et également pour transporter les marchandises lourdes (Stewart, 1964). Des pistes tracées par des animaux servaient d’itinéraires pour les voyageurs.

3Marcel Bousser, qui a publié « le problème des transports au Maroc » en 1934, avait écrit que la stagnation que connaissait le Maroc était dûe en quelque sorte au mauvais état des moyens de transport. Assurément, dans la période où la navigation maritime subissait la révolution de la vapeur et de l’acier, les ports marocains n’étaient pas en bon état non plus (Stewart, 1964) . Le port de Casablanca, depuis son ouverture en 1830 par le roi Abderrahmane, n’a été rénové qu’en 1907. Le port de Mehdia, qui donnait sur Fez par Oued Sebou (voir carte), avait été fermé pour empêcher une quelconque invasion chrétienne dans le centre du Maroc, bien qu’en 1912 il était déjà asséché (Stewart, 1964). Également, le port de Salé, l’un des plus importants ports du XVème siècle, qui avait permis pendant une certaine période de garder des liens commerciaux avec l’Angleterre, la France, l’Espagne, et l’Italie était aussi asséché.

4Les échanges commerciaux s’effectuaient dans les ports de Tanger et de Larache. Les produits de grande valeur comme la soie, étaient livrés à Tanger pour être acheminés vers le centre au Maroc, tandis que des produits plus lourds comme le fer, le thé, et les bougies étaient livrés à Larache, une ville un peu plus proche du centre du Maroc.

5Le port d’El-Jadida avait aussi une importance commerciale, il constituait une entrée un peu vers le sud. Ce port a été construit par les portugais qui l’ont occupé en 1509-1510, et qui s’en étaient servis aussi comme point d’arrêt dans leur commerce et voyages vers l’Inde. Ce n’est qu’en 1769 qu’il sera récupéré par des marocains. Depuis, il sera fermé jusqu’à 1821, puis réouvert pour une colonie juive d’Azemmour, mais il ne servira au transport qu’en 1882.

6Il y avait également le port de Safi et d’Essaouira, celui de Safi avait ouvert en 1817, car depuis 1718 il était fermé pour le commerce extérieur. Quant au port d’Essaouira, il a été construit en 1760 sur des ruines portugaises, il a servi comme port de remplacement de celui d’Agadir fermé par le sultan comme punition aux tribus qui se sont révoltées à Sousse, et aussi pour empêcher toute influence étrangère (Stewart, 1964). Les marocains de confession juive ont ainsi migré vers Essaouira pour des raisons commerciales, et c’est pour cette raison que dans la période du protectorat, cette ville comptait plus de citoyens de confession juive que le reste des villes au Maroc.

7Les commerçants venant du Soudan et du sud du Maroc passaient par Essaouira, 500 à 600 chameaux affluaient annuellement vers le Maroc, transportant des plumes d’autruche, de l’ivoire, et de l’or, avant la fermeture au 19ème siècle de Tombouctou par les Français.

8Finalement, il y a aussi le port d’Agadir. Ce port a été construit par les portugais au 15ème siècle, récupéré par le sultan en 1541, puis fermé en 1760. Certes, cette fermeture du port d’Agadir n’était pas en faveur du commerce mais n’a pas empêché l’arrivée des étrangers dans le sud du Maroc. Au 19ème siècle, par exemple, les allemands « Mannesmann brothers » se sont installés dans le sud du Maroc pour profiter du commerce, de l’agriculture et de l’exploitation des minéraux(Stewart, 1964).

9En somme, juste avant la période du Protectorat, le transport à l’intérieur du Maroc était lent, cher et pas très sécurisé, et les moyens de communication n’étaient pas très développés ni sûrs à cette époque. Auban estimait que par exemple pour transporter des marchandises en chameaux de Marrakech à El Jadida, pour environ 200 kilomètres il fallait 4 jours de route.

2. Durant la période du protectorat

10Le tourisme a émergé dans la région MENA par le biais des puissances occidentales (Hunter, 2007). Il a été amené en Syrie et en Égypte par Thomas Cook and Son vers la fin des années 1860. Le tourisme du Nil s’est développé après 1882, c.à.d. après la conquête de l’Égypte par la Grande-Bretagne. De même en Tunisie, le tourisme s’est développé après la conquête française en 1881. Et pour l’Algérie, c’était un peu plutôt en 1830 (Hunter, 2007). Au Maroc, bien que des touristes aient visité le pays avant le 19ème siècle, le tourisme moderne, tel que nous le connaissons de nos jours, n’a commencé que durant la période du protectorat.

11Avant 1914, les touristes accédaient au Maroc par les différents ports dont disposait le pays, ils venaient dans des navires à vapeur. La plupart des touristes exploraient surtout les côtes marocaines, quelques-uns seulement exploraient l’intérieur du pays (Hunter, 2007).

12A cette époque, ni les routes ni les infrastructures ne permettaient d’effectuer un véritable tourisme, un témoignage donné par Georges Desroches qui avait écrit dans son livre paru en 1921 « Le Maroc : son passé, son présent, son avenir » « Au moment où, en 1913, paraissaient les précédentes éditions de cet ouvrage, la circulation à l’intérieur du Maroc, aussi bien pour les voyageurs que pour les marchandises, ne pouvait s'effectuer qu'au moyen des pistes et des bêtes de somme. Pour les voyageurs, le cheval et mieux encore la mule ; Pour les marchandises, principalement le chameau» (Desroches,1921).

13Le tourisme lié aux loisirs et à la culture s’est développé après 1912, Georges Desroches écrit dans ce même ouvrage « L'impulsion la plus vive qui ait été donnée jusqu'à présent au développement du Tourisme au Maroc est due à l’initiative heureuse de la Compagnie Générale Transatlantique qui a bien voulu nous communiquer elle-même tous les détails relatifs à ses remarquables organisations, détails que nous reproduisons ci-après. La grande Compagnie française de navigation a créé au Maroc et en Algérie des « Hôtels transatlantiques » confortables, organise des voyages accompagnés, tous frais compris (traversées maritimes, parcours terrestres en automobiles de luxe, séjours dans les hôtels, pourboires) permettant, dans les conditions les meilleures, la visite des villes et des sites renommés de l'Afrique du Nord. ». Les premières années du protectorat, 29 000 européens se sont installés au Maroc, créant de nouveaux quartiers modernes non loin des vieilles villes (Hunter, 2007).

14En 1918, Le protectorat avait mis en place un comité central de tourisme, il avait pour mission « d’étudier toutes les questions se rapportant au tourisme, tant à l’intérieur du Maroc, qu’entre le Maroc et l’extérieur, de rechercher tous les moyens propres à le développer, de suggérer toutes les mesures tendant à améliorer les conditions de transport, de circulation et de séjour des touristes» (Stafford, 1996, p.34),  (UNESCO), il va être remplacé par l’Office Chérifien « chargé principalement de la création, de la gestion et du contrôle des organismes d’accueil et de renseignements touristiques et de la préservation des monuments historiques» (Stafford, 1996, p.34), (UNESCO), puis par l’Office National Marocain de Tourisme en 1946 selon la même source.

15En 1918, un numéro spécial intitulé « Le Maroc et le tourisme » est édité dans le journal « France-Maroc » annonçant la volonté de Lyautey de développer le tourisme au Maroc. Seuls quelques touristes privilégiés pouvaient voyager durant cette période, les chemins de Fer venaient d’être lancés, et il n’y avait pas d’hôtels confortables. Dans la même année, une collaboration a eu lieu entre l’administration du Protectorat et les trois principales organisations touristiques en France pour développer le tourisme : Le Club Alpin Français, le Touring club de France, et l’Office National de Tourisme.

16C’est en 1919 que le transport au Maroc a connu un grand changement, le réseau routier traversait tout le Maroc occidental et devenait fonctionnel en dehors de la saison de pluie. La partie Ouest du Maroc était reliée également par une voie ferrée de 800 km, et dans la partie Est une ligne reliait la frontière algérienne à Oujda (Hunter, 2007).

17Lyautey avait mis à disposition des premiers voyageurs du Club alpin français des officiers militaires pour mieux découvrir le Maroc, et Le Touring club de France émettait aux automobilistes des laissez-passer, afin de ne pas payer les droits de douane. Les arrivées des touristes au Maroc sont passées de 1458 touristes en 1924, à 4166 touristes en 1926 (Hunter, 2007).

18En 1928, un rapport du ministère du commerce et de l’industrie préparé par le docteur Lucien Graux a confirmé que le développement du tourisme était dans la bonne voie. Pour répondre aux besoins d’une clientèle internationale aisée, de nombreux hôtels de luxe ont vu le jour.

19A Marrakech un premier hôtel de luxe appelé « la Mamounia » était construit en 1921 par le maréchal Lyautey, puis un autre hôtel « le palais jamai » était construit à Fès en 1929. En 1936, le Maroc comptait 96 hôtels dans les grandes villes (voir tableau).

Tableau 1. Les hôtels dans les villes marocaines occidentales entre 1919-1936 (Hunter, 2007)

1919

1925

1936

Augmentation %

Casablanca

7

17

25

257

Marrakech

4

7

14

250

Rabat

6

11

13

117

Sale

1

3

3

200

Mazagan

3

4

4

33

Mogador

2

4

3

50

Taza

2

2

6

200

Meknes

3

5

9

200

Fes

8

7

15

88

Safi

2

4

4

100

Total

38

64

96

153

  • 1 La partie Est du Maroc sous contrôle des Français était déserte

20Entre 1911 et 1930, le tourisme s’est développé moyennant la pacification du Maroc, où le protectorat a pu annexer le « Bled Siba », au Maroc français ou ce que l’on appelait « Bled el makhzen1 ». La construction des chemins de fer et des routes dans un but militaire, ainsi que l’ouverture du pays économiquement aux entreprises françaises, ont profité également au développement du tourisme Le tourisme était aussi considéré dans cette période comme un moyen pour gagner du terrain et accélérer l’influence française au Maroc (Hunter, 2007).

21La partie Est du Maroc sous contrôle des Français était déserte mais importante stratégiquement, et la partie Ouest était ouverte sur l’atlantique par Casablanca et Rabat, il s’agit d’une plaine s’étendant jusqu’aux montagnes de l’Atlas, et qui contenait les autres villes médiévales, Fès, Meknès et Marrakech. Tanger était aussi une ville touristique mais qui était sous contrôle international (Hunter, 2007).

22Les séjours touristiques au Maroc français s’étendaient sur quinze jours « Pour les touristes Hachette, il y avait trois attractions générales. L'une était les villes impériales fortifiées, avec leurs ruelles étroites, leurs marchés colorés, leurs quartiers d'activité humaine intense, leurs sanctuaires, leurs mosquées et leurs cimetières. Le Maroc a également jugé important pour les voyageurs de voir le « nouveau » Maroc, c'est-à-dire les lieux de travail et d'activité commerciaux, industriels et agricoles français. La pièce maîtresse du « nouveau » Maroc était les « villes nouvelles » européennes, où se trouvaient les hôtels, les restaurants et les autres établissements sur place pour les touristes…. Le troisième type d'attraction pour les touristes de Hachette était la campagne marocaine, avec ses ruines et ses excellentes perspectives. » (Hunter, 2007). Henri Prost est l’architecte désigné en 1914 par Lyautey pour concevoir les nouveaux quartiers et les nouvelles villes européennes au Maroc, tout en gardant l’âme de l’architecture marocaine.

23L’édition Hachette de 1936 décrit un transport confortable à l’intérieur du Maroc, les nouvelles routes couvraient 5000 kilomètres et les touristes pouvaient visiter déjà le haut et le moyen Atlas, mais pas encore le Sahara et l’Anti-Atlas, La sécurité ne représentait plus un problème majeur, le manque d’hôtels était le seul inconvénient. Les communications et les transports étaient gérés par des entreprises françaises financées partiellement par le protectorat (Hunter, 2007).

24Pour vendre la destination Maroc et expliquer les raisons pour lesquelles il convenait de choisir le Maroc plutôt qu’un autre pays de l’Afrique du Nord, Monmarché, dans L’édition Hachette de 1919, a présenté le Maroc comme « une terre du Moyen Âge africain, avec une couleur et un charme locaux d'une telle intensité qu'ils ne pouvaient être trouvés nulle part ailleursLongtemps en dehors de la civilisation occidentale, cette ancienne terre, avec ses anciennes pratiques, ses monuments remarquables et sa douce vie pastorale a été une source forte d’impressions » (Hunter, 2007).

25Ricard a témoigné aussi que « La vie indigène était spéciale au Maroc ( ..), en partie à cause de sa diversité extraordinaire et en partie parce que les peuples de cette terre ancienne avaient longtemps vécu en dehors de la civilisation européenne (…) Les vieux musées musulmans, disparus en Algérie et en Tunisie, ont été magnifiquement conservés au Maroc. Parce que le Maroc, contrairement à l'Algérie ou à la Tunisie, avait été le centre des empires musulmans médiévaux qui avaient inclus l'Espagne, il possédait des monuments hispano-maures dans le cadre d'un patrimoine culturel diversifié. Ses grandes villes impériales (Rabat-Sale, Fez, Meknès, Marrakech) étaient inégalées, n'ayant d'équivalent nulle part ailleurs en Afrique du Nord français ». La colonisation a apporté aussi un mode de vie moderne au Maroc, ce que Ricard qualifiait de « contrastes étonnants qui le rendent unique ».

  • 2 « Fondok » est un mot en arabe qui signifie hôtel.
  • 3 « Zawya » est un lieu où des saints sont enterrés, et qui constituent un lieu de pèlerinage au Maro (...)

26Le Maroc est un pays qui dispose de beaucoup de lieux de culte, des hôtels traditionnels modestes appelés « fondok2 » mis également à la disposition des visiteurs étrangers dans différentes villes marocaines. Fès représentait la ville spirituelle par excellence, elle abrite la plus ancienne université au monde, l’université musulmane « karaoyuine » fondée en 859, ainsi que de nombreux « Zawaya3 » dont la plus célèbre « La zaouiya du cheick sidi ahmed Tijani » est le deuxième lieu de pèlerinage de fidèles africains après la Mecque.

27Des lieux de culte se trouvent partout au Maroc, non seulement pour les musulmans, mais aussi pour les juifs et les chrétiens. En 1936, la ville moderne à Fès comptait près de 7000 français, le Grand Hôtel est un des hôtels construits dans la ville moderne en 1916, avec une capacité de 110 chambres. Pour Monmarché « Les Français doivent venir au Maroc, (…), non seulement pour acquérir des impressions fraîches et fortes, mais aussi pour percer les ressources surprenantes et l'énergie créative insoupçonnée de la nation française ». (Hunter, 2007).

28C’est vers les années 1950 que les circuits touristiques au Maroc se diversifient ; en plus de l’itinéraire classique des villes impériales, l’offre touristique inclut des séjours balnéaires, de montagne et de désert. Des circuits individuels sont également proposés, incitant le touriste à aller vers la population locale. Les pratiques touristiques connaissent aussi un grand succès, au Maroc ; on pouvait désormais y pratiquer le cyclisme, la randonnée, le ski, et la spéléologie. La station de l’Oukaimden est équipée durant cette période de deux téléskis (Delay, 1953), et la société spéléologique du Maroc, fondée en 1984, a incité les passionnés de spéléologie à découvrir ce que cache ce pays.

29Pour comprendre la culture et l’histoire du Maroc à cette époque, les sociologues décrivaient ce pays comme une « société plurielle », où une « société composite » comme disait Paul Pascon, le père de la sociologie marocaine (Zeganiaris, 2017). La société composite « c'est une idée essentiellement géographique, écrit Vidal de la Blache, celle d'un milieu composite, doué d'une puissance capable de grouper et de maintenir ensemble des êtres hétérogènes en cohabitation et corrélation réciproques » (Annuaire de l’Afrique du Nord)

30Une approche sociale ou géographique, Paul Pascon décrit pour la période coloniale une « ethnographie de la diversité », refusant une compréhension orientaliste de la société marocaine, séparant "Occident" et "Islam", où l’occupant voulait « en profiter pour diviser en prétextant l'immutabilité de certaines ethnies irréductibles les unes aux autres » (Zeganiaris, 2017).

  • 4 Ce tableau est basé sur des estimations, le recensement de 1947 est le plus fiable, ces recensement (...)

Tableau 2. La population civile dans la zone française au Maroc entre 1921-19524

  • 5 En 1952 8% des marocains de confession juive se sont installés en Israël.

Groupe Ethnique

Population (en 000)

Moyenne d’augmentation en %

1921

1926

1931

1936

1951-52

1921-26

1926-31

1931-36

1936-51-52

Musulmans

4.162

4.682

5.068

5.881

7.442

2.2

1.6

3.0

1.5

Juifs*5

91

107

125

162

199

3.2

3.4

5.2

1.4

Européens

81

105

172

202

363

4.2

10.0

3.2

3.9

Total

4.334

4.894

5.365

6.245

8.004

2.4

1.8

3.0

1.6

31En parlant des formes plurielles et du caractère composite de la société marocaine il donne des exemples « Il suffit de changer de quartier à Rabat pour passer de rapports sociaux appartenant à la société capitaliste la plus avancée pour aller à des rapports sociaux féodaux ou quasi esclavagistes. Que dis-je, dans la même ville ? Parfois sans même changer de famille, le père peut être le propriétaire capitaliste, avoir chez lui une petite servante au pair de type féodal et avoir un fils militant progressiste » (Zeganiaris, 2017).

3. Après l’indépendance

32Après l’indépendance en 1956, L’État crée le premier ministère du tourisme ; le Maroc disposait durant cette période d’un potentiel d’environ 200 hôtels totalisant 7500 chambres (Plan Triennal 1965-1967). Des raisons économiques et historiques ont fait à ce que le Maroc choisisse le secteur du tourisme comme levier de développement « Deux pays, le Maroc et la Tunisie, en ont fait le levier économique de leur développement national au milieu des années1960. À l’inverse, l’Algérie a préféré l’ignorer, pour préserver les acquis sociaux et moraux de sa jeune révolution » (Hillali, 2007).

33Dans les années 60, le Maroc évoque la notion de développement et de croissance économique dans ses projets « A la notion de développement national lancé par le plan 1960-1964 va succéder celle de la croissance économique » (Hillali, 2007) qui « par définition cumulative provoque dans le temps des changements à caractère structurels qui soutiennent et amplifient le mouvement de fond appelé développement » (El Malki, 2007). Les années qui ont suivi l’indépendance ont été mouvementées, avec la « guerre des sables » en 1963, puis la crise financière de 1964, suivie des émeutes de 1965, l’État marocain était dans une impasse et il devait chercher des solutions pour sortir de la crise, et calmer les émeutes. C’est ainsi qu’il a eu recours à l’aide internationale et au libéralisme « c’est dans ces conditions de tiraillement tranquille que le tourisme est élu pour jouer un triple rôle : social politique et économique, parce qu’il se prête mieux à un «semi dirigisme étatique libérale » (El Malki, 2007).

4. La planification nationale entre 1965 et 1999

34Le chercheur marocain Mimoun Hilali divise le développement du tourisme au Maroc, entre 1965 et 1999 en trois phases :

  • 1965-1978 : le développement du secteur touristique est assuré par l’Etat, faute d’investissements privés suffisants. En 1978 l’État se retire peu à peu du secteur.

  • 1980-1992 : c’est une période caractérisée par l’application du programme d’ajustement structurel, et par une stagnation du tourisme, malgré le retrait du secteur public.

  • 1993-1999 : c’est la période des privatisations et de la non-planification du secteur touristique.

35Au lendemain de l’indépendance, l’économie marocaine connaissait des difficultés. En 1958 et 1959, un programme d’investissement est élaboré pour sauver l’économie du pays. Les révoltes du Rif, et de Tafilelt, en 1958 et 1957, ont alerté le gouvernement de Abderrahim Bouabid, ce qui avait abouti à l’élaboration du nouveau plan 1960-1964. Le décès du Roi Mohamed V en 1961 marquera le début d’un nouvel ordre politique (Hillali, 2007).

36Le gouvernement marocain a adopté en 1963 et 1964 des mesures d’austérité pour rétablir un équilibre économique (Lambert, 1965) ; or, ce plan quinquennal 1960-1964 qui voulait faire de l’industrialisation une priorité n’a pas permis d’atteindre les objectifs souhaités.

37Le plan triennal 1965-1967 a fait du tourisme la deuxième priorité; il a mis en place une nouvelle politique au niveau de l’agriculture, la formation des cadres, l’aménagement du territoire, et la réglementation des professions. « Le développement du tourisme, destiné à accroître les apports en devises étrangères. Ce secteur reçoit 138 M Dh soit 5 à 6 % des investissements publics, plus 90 M de financement privé» (Hillali, 2007) . La nouveauté dans ce plan est que l’Etat marocain s’était engagé à supporter 80% des infrastructures du tourisme. Beaucoup d’efforts ont été déployés pour réussir le pari de miser sur le tourisme (Hillali, 2007).

38Le chercheur en tourisme Mimoum Hilali appelle les années entre 1965 et 1972 les années d’euphorie. Ce plan a également défini une zone d’aménagement prioritaire-ZAP-qui est constitué par les villes de Tanger, Agadir, Hoceima, et Smir. En 1968, la Société Nationale d’Aménagement de la baie d’Agadir (SONABA) et la Société Nationale d’Aménagement de la baie de Tanger (SNABT) ont vu le jour.

39Le plan triennal 1965-1967 a consacré 6.4% du budget d’investissement de l’État au tourisme. Le tourisme vient après le secteur agricole, pour lequel l’État a consacré 24.4% de la totalité du budget. Sachant que pour l’éducation par exemple, 4.3% seulement du budget y est consacré jumelé avec l’action sociale, ce qui justifie le taux élevé d’analphabétisme pour les années qui ont suivi et qui atteignait 54% en 1996 (Hillali, 2007).

40Pour encourager les investissements dans le secteur privé, L’État y a consacré 90 millions de dirhams et au secteur public 134 millions de dirhams. L’État voulait jouer un rôle de « promoteur, investisseur, aménageur, et gestionnaire ». L’objectif était d’attirer 700.000 touristes vers la fin de 1967. Grâce à ce plan 90% de l’hébergement, 74% de l’infrastructure prévus sont réalisés avec une construction de 55% d’hôtels 4 et 5 étoiles. Or si le plan prévoyait de créer 8000 emplois, seuls 1500 sont réalisés, et le pays n’attirera que 384 904 touristes (Hillali, 2007).

41Après l’indépendance, le plan quinquennal 1968-1972 est le troisième plan de développement de l’économie marocaine. De 1968 à 1972 les arrivées de touristes sont passées de 469 492 à 987 611, et la capacité litière était de 33 556 lits. Toutefois, le tourisme au Maroc ne répondais pas aux attentes de l’État. L’investissement dans le tourisme s’est concentré sur la construction d’hôtels de luxes ce qui priva le Maroc d’une clientèle de revenu moyen Et si la destination Maroc était vendue principalement pour un tourisme culturel, il faut dire que jusqu’en 1972, il n’existait pas de ministère dédié aux affaires culturelles (rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation). Ce n’est que pour le plan quinquennal 1973-1977 que l’on prévoitde développer la culture populaire, de protéger et de mettre en valeur le patrimoine, de développer un tourisme culturel à Fès, d’encourager les arts traditionnels, et de préserver les archives et les manuscrits (rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education).

42En 1970, Abdel Aziz BELAL et Abdeljalil AGOURRAM se demandaient si le choix du tourisme comme « moteur de développement » au Maroc est un choix certain pour sortir le pays du sous-développement :

« Étant donné la faiblesse des effets de multiplication et d'entraînement qu'engendre l'investissement touristique, par rapport aux investissements dans d'autres secteurs ? Il ne le semble pas. Même les gains en devises demeurent limités, dans un pays où, tant les constructions que les consommations touristiques requièrent de coûteuses importations, et où le secteur touristique (hôtels, restaurants, etc.) est dominé par des étrangers, ce qui entraîne d'importantes sorties de bénéfices» (annuaire de l’Afrique du Nord).

43Le plan quinquennal 1973-1977 avait fixé l’objectif de recevoir 2.7 millions de touristes en 1977 et de générer 2.4 milliards de dirhams de recettes touristiques ; néanmoins, le même problème persiste, le ciblage d’une clientèle de luxe pour une destination qui n’est pas encore équipée pour répondre à ses exigences, n’était pas un bon choix. C’est ainsi que l’État projette la construction d’hôtels 1 étoile, 2 étoiles et 3 étoiles supplémentaires pour permettre à un tourisme de masse de se développer (Hillali, 2007).

Tableau 3. Capacité additionnelle projetée pour la période 1973-1977 en lits (plan quinquennal 73-77)

Catégorie /Type Tourisme

1 étoile

2 étoiles

3étoiles

4étoiles

5étoiles

Total lits

T.De passage

1850

6190

8820

8750

1440

23050

Balnéaire Nord

-

-

5340

6610

-

11950

Balnéaire Sud

-

-

6000

9000

-

15000

Total en Lits

1850

6190

20160

24360

1440

50000

44A la fin de cette période, l’État marocain semble comprendre, que, comme pour les autres pays en voie de développement, « l’industrie touristique n’est pas en mesure de jouer le rôle de moteur de développement, mais qu’au contraire, le tourisme a besoin d’un niveau de développement convenable pour pouvoir s’épanouir » (Hillali, 2007). A la fin de cette période, le Maroc connaitra une longue période de déclin du tourisme.

45De 1978 à 1980, il y a eu au Maroc un « plan de stabilisation ». La conjoncture économique n’était pas favorable à un développement et il fallait au moins garder les acquis des plans précédents. Ce plan a prévu également le retrait progressif de l’État du secteur touristique.

46Dans un climat national et international tendu, l’Etat intégrera le programme d’ajustement structurel entre 1983-1992 : la crise économique, l’augmentation des prix du pétrole, la baisse des prix des phosphates, la sécheresse, et la dévaluation du dirham ont tous été des éléments défavorables au redécollage du tourisme Quant à la période entre 1993 et 1999, que l’on pourrait qualifier « d’une période de pause » (Hillali, 2007), il n’y a pas eu un changement de planification durant cette période, mais le secteur a connu une vague de privatisations d’hôtels et d’entreprises touristiques. L’attentat de Marrakech à l’hôtel Asni eu un impact négatif sur le secteur touristique.

47Les dernières années avant le décès du roi du Maroc Hassan II, l‘arrivée de la gauche au pouvoir, et l’élaboration d’une nouvelle Constitution laissait entrevoir un nouveau Maroc, avec une image qui s’est relativement améliorée à l’étranger.

48Les années de renouveau du Roi Mohamed VI ont donné lieu à la vision 2010. Cette vision avait pour objectif d’atteindre 10 millions de touristes en 2010, un pari presque atteint. Les dépenses touristiques ont doublé durant cette période et le budget alloué à la promotion de la destination Maroc est passé de 200 millions de dirhams en 2001 à 500 MDH en 2011. Or, la durée de séjour n’a pas dépassé 3.4 jours au moment où on prévoyait une durée de 6.5 jours (Moujahid, 2011). De même pour le taux d’occupation dans les hôtels, la vision 2010 prévoyait un taux d’occupation de 60% -le seuil pour être rentable- mais les taux durant cette période n’ont pas dépassé les 40%.

49Entre 2001 et 2010, la capacité d’hébergement dans les structures hôtelières classées a augmenté tous les ans d’environ 7% ; elle est passée de 97000 en l’an 2001, à 175 000 lits en 2010 (Moujahid, 2011).

Figure 1. L’évolution de la capacité laitière de 2001 jusqu’à 2010, source SMIT (consulté 2012)

Figure 1. L’évolution de la capacité laitière de 2001 jusqu’à 2010, source SMIT (consulté 2012)

50Marrakech représente la ville qui contient le nombre de lits le plus élevé et selon la société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT), Marrakech dispose d’une capacité d’hébergement de 54 097 lits en 2009, sans compter les établissements qui ont ouvert en 2010 ; elle est suivie d’Agadir, dont la capacité d’hébergement en établissements classés à atteint 37 450 lits en 2009. Puis, vient Casablanca également qui avait en 2001 une capacité litière de 7804 et qui a atteint les 14 331 lits en 2009. Selon le même article de la vie économique, les hôtels 5 étoiles représentaient 17% de la capacité d’hébergement totale et les maisons d’hôtes en représentaient 8%.

51Un des objectifsmajeurs de la vision 2010 était d’équilibrer les proportions des séjours entre le balnéaire et le culturel, mais cet objectif n’a pas non plus été réalisé. Les destinations balnéaires et les destinations culturelles étaient capables d’accueillir respectivement 31% et 70% des touristes, Marrakech a accueilli seule deux fois plus que les autres villes cultuelles ou d’affaires (Moujahid, 2011).

52Les arrivées de touristes internationaux évoluent d’une manière quasi-continue au Maroc, le Maroc a en effet reçu 10.3 millions de touristes internationaux en 2014 (dont presque la moitié́ sont des MRE), soit une augmentation de 2.4% par rapport à l’année précédente. Les emplois dans le tourisme ont représenté́ 4.7% de la totalité́ des emplois au Maroc, ce qui représente environ 505 000 personnes. La contribution du tourisme au PIB s’est élevée à 61.9 milliards de DH, ce qui a représenté́ 6.7% du PIB total. Par ailleurs, le tourisme a généré́ 59.3 milliards de DH de devises étrangères. Les marocains résidant à l’étranger constituent une force importante pour le tourisme au Maroc, ils ont transféré́ au pays près de 60 milliards de dirhams en 2014, soit 6.4 milliards de dollars, ce qui représente 6.5% du PIB national.

53Les principaux pays émetteurs de touristes au Maroc dans cette période sont la France (1 798 000), l’Espagne (684 000), le Royaume-Uni (477 000), la Belgique 267 000, et l’Allemagne (255 000). En 2015 le budget du ministère du tourisme était de 724 millions de DH, 64% étant réservé́ aux investissements. Ces investissements vont principalement à l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) (55%), à l’administration centrale (23%), aux établissements de formation (11%), et à la Société́ Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) (11%).

54En mettant en perspective « la vision 2020 », qui succède à la « vision 2010 », le ministère du tourisme au Maroc a souhaité donner une nouvelle impulsion au secteur touristique. Cette stratégie s’est déclinée autour d’un axe majeur : faire du Maroc une des 20 plus grandes destinations mondiales, sauf que le bilan est loin d’être satisfaisant surtout avec l’apparition de la crise sanitaire en 2019 qui a ralenti l’évolution du secteur et qui a fait resurgir les problèmes profonds du secteur du tourisme au Maroc.

Conclusion

55Depuis la période du protectorat, le secteur touristique au Maroc a connu des bouleversements importants. Dans un premier temps, le développement touristique était assuré pendant longtemps par l’État marocain, mais faute d’investissements privés suffisant, l’État s’est retiré du secteur depuis 1978, ce qui conduira à une stagnation puis à une privatisation massive du secteur touristique. L’approche historique présentée dans cet article a permis de dresser un bilan précis de l’évolution du tourisme au Maroc, de montrer les spécificités du secteur et les efforts des différents acteurs touristiques dans l’appréhension de ce secteur. Il est important de souligner que les arrivées de touristes internationaux sont modestes quant au potentiel de l’héritage culturel du Maroc et des paysages diversifiés dont il dispose. Il ne s’agit pas d’un seul problème qui freine le développement du tourisme au Maroc, mais d’un ensemble de difficultés qu’il faut résoudre et travailler sur le long terme.

Haut de page

Bibliographie

Delay, J. (1953). « La haute montagne marocaine », revue du TCF : 314-318.

Desroches, G. (1921). Le Maroc : son passé, son présent, son avenir, URL : http://www.archive.org/stream/lemarocsonpasss00desrgoog/lemarocsonpasss00desrgoog_djvu.txt

El Malki, H. (2007). Au-delà des chiffres quel développement, in HILLALI, M., La politique du tourisme au Maroc, Diagnostic, bilan et critique, L’Harmattan, 230 p.

Hillali, M. (2007). « Du tourisme et de la géopolitique au Maghreb : le cas du Maroc », Hérodote, n° 127.

Hillali, M. (2008). La politique du tourisme au Maroc : Diagnostic, bilan et critique, L’Harmattan, p.116,117,121,122,135,136,144,159,230.

Hunter, F. R (2007). Promoting empire: The Hachette tourist in French Morocco, 1919 – 36, Middle Eastern Studies, Vol. 43, URL: http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/00263200701348888?src=recsys

Lambert, D. (1965). « La situation économique et financière du Maroc », revue du tiers monde, 23 : 827-841 (En ligne) Consulté le 02-05-13, URL : http://www.persee.fr/doc/tiers_0040-7356_1965_num_6_23_2147_t1_0827_0000_2/

Moujahid, M.la vie économique, rubrique tourisme, 01-10-2011, consultée le 12-12-12., URL : http://lavieeco.com/news/economie/bilan-mitige-de-la-vision-2010-dresse-par-lassociation-nationale-des-investisseurs-touristiques-22394.html/

Plan quinquennal 1973-77, vol.II, p.279, cite dans HILLALI,M.(2007) La politique du tourisme au Maroc : Diagnostic, bilan et critique, L’Harmattan, 135p.

Stewart, C.F. (1964).The economy of Morocco 1912-1962, Harvard University Press, 34-35 p.

Zaganiaris, J. (2017). « Le Maroc, société composite, société plurielle : Hommage au sociologue Paul Pascon (1923-1985) », consulté le 05/04/2017, URL : http://www.huffpostmaghreb.com/jean-zaganiaris/le-maroc-societe-composit_b_7187560.html

Rapports et statistiques

Annuaire de l’Afrique de Nord « A propos de quelques démarches sociologiques et de leur rapport avec la sociologie rurale : le cas du Maroc », URL: http://aan.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/AAN-1979-18_65.pdf, consulté 05/04/2017.

L'économie marocaine depuis l’indépendance. Université d’Aix en Provence, URL: http://aan.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/AAN-1969-08_28.pdf

L’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture. Programmation par pays Maroc. (1972), URL: http://unesdoc.unesco.org/images/0000/000020/002047FB.pdf/

Plan Triennal 1965-1967, Maroc p.5.

Rapport de l’UNESCO par Frédérick Brault, Philippe Poullaouec-Gonidec et Stefan Tischer de l’Université de Montréal p. 2, URL: http://www.unesco-paysage.umontreal.ca/docs/projects/tourisme_frederick.pdf

Rapport de l’UNESCO par Frédérick Brault, Philippe Poullaouec-Gonidec et Stefan Tischer de l’Université de Montréal P.2 URL: http://www.unesco-paysage.umontreal.ca/docs/projects/tourisme_frederick.pdf

Haut de page

Notes

1 La partie Est du Maroc sous contrôle des Français était déserte

2 « Fondok » est un mot en arabe qui signifie hôtel.

3 « Zawya » est un lieu où des saints sont enterrés, et qui constituent un lieu de pèlerinage au Maroc pour les gens de confession musulmane ou juive.

4 Ce tableau est basé sur des estimations, le recensement de 1947 est le plus fiable, ces recensements n’incluent pas les marocains partis en France pour des raisons militaires, ni les troupes européennes présentes au Maroc.

5 En 1952 8% des marocains de confession juive se sont installés en Israël.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’évolution de la capacité laitière de 2001 jusqu’à 2010, source SMIT (consulté 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24043/img-1.png
Fichier image/png, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nidal Raffali, « Le développement du tourisme au Maroc : une perspective historique », Études caribéennes [En ligne], 51 | Avril 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/24043 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.24043

Haut de page

Auteur

Nidal Raffali

Docteur en géographie économique, université de Perpignan Via Domitia, nidal.raff@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search