Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Hors-dossierLe programme d’alphabétisation « ...

Résumé

L’une des grandes réussites cubaines en matière d’éducation et de coopération internationale est le programme d’alphabétisation « Yo, sí puedo ». Créé en 2001 au sein de l’Institut pédagogique latino-américain et caribéen (IPLAC) du Ministère cubain de l’éducation, avec l’objectif d’apporter une réponse à ce problème sur le continent et à travers le monde, cette méthode a été appliquée avec succès dans trente pays d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Europe occidentale et a permis d’alphabétiser plus de 10 millions d’adultes en neuf langues.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Felipe de Jesús Pérez Cruz, « La Campaña Nacional de Alfabetización en Cuba », Varona, Universidad (...)
  • 2 Barbara Bruns & Javier Luque, Profesores excelentes. Cómo mejorar el aprendizaje en América Latina (...)
  • 3 Banco Mundial, « Gasto público en educación, total (% del PIB) – Cuba », 2010. https://datos.bancom (...)
  • 4 Ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports, « Le budget et les finances du sy (...)

1A l’avènement de la Révolution en 1959, le gouvernement de Fidel Castro a fait de l’éducation une priorité nationale avec le lancement d’une vaste campagne d’alphabétisation à travers le pays dès 1961, faisant ainsi de Cuba le premier pays du continent latino-américain à éradiquer l’analphabétisme1. La Havane a érigé l’éducation en compétence exclusive de l’Etat en nationalisant toutes les institutions privées et en mettant en place un système universel, public et gratuit pour toutes les phases de l’enseignement, de la maternelle à l’université, avec des résultats remarquables. Selon la Banque mondiale, Cuba est le seul pays d’Amérique latine et de la Caraïbe à disposer d’un système éducatif de « haute qualité2 ». L’éducation constitue la part la plus importante du budget national avec 12,8% du PIB3. A titre de comparaison, l’éducation représente 6,6% du PIB de la France4.

  • 5 Salim Lamrani, « Le système de santé à Cuba : origines, doctrine, résultats », Etudes caribéennes, (...)

2 A partir des années 1960, Cuba a également développé une politique de coopération étroite avec les pays du Tiers-monde, principalement dans les domaines de la santé et de l’éducation. Faisant de la solidarité avec les peuples du Sud un pilier de sa politique étrangère, l’île accueille gratuitement sur son territoire des étudiants étrangers et exporte ses médecins et ses enseignants vers les pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Cette diplomatie humanitaire a permis à La Havane de devenir une puissance médicale et éducationnelle et d’obtenir une reconnaissance planétaire, notamment au sein des organisations internationales5.

  • 6 Ministerio de Educación de Cuba, « Programa de alfabetización yo, sí puedo: una idea de Fidel », 20 (...)

3 L’une des grandes réussites cubaines en matière d’éducation et de coopération internationale est le programme d’alphabétisation « Yo, sí puedo ». Il a vu le jour en 2001 au sein de l’Institut pédagogique latino-américain et caribéen (IPLAC) du Ministère cubain de l’éducation, avec l’objectif d’apporter une réponse à la problématique de l’analphabétisme sur le continent et à travers le monde. Basé sur la méthode innovante consistant à associer les lettres de l’alphabet à des numéros, ce programme a été appliqué avec succès dans trente pays d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Europe occidentale et a permis d’alphabétiser plus de 10 millions d’adultes en neuf langues6.

1. Genèse et méthodologie du programme « Yo, sí puedo »

  • 7 UNESCO, La crise cachée : les conflits armés et l’éducation, Rapport mondial 2011, Nations unies, P (...)

4L’analphabétisme désigne les personnes n’ayant jamais été scolarisées et l’illettrisme concerne les individus ayant été à l’école sans pour autant avoir acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture et du calcul pour pouvoir être autonomes dans les actes simples de la vie courante. Il est la conséquence de l’ordre politique et social et des inégalités existantes dans un pays, et entraîne une exclusion politique, sociale et culturelle. Ces deux réalités constituent par conséquent un frein au développement politique, économique, social et culturel des peuples et des pays qui sont frappés par ce fléau. Selon l’UNESCO, il y a près de 800 millions d’adultes analphabètes dans le monde, soit 17% de la population mondiale. Plus de 98% d’entre eux se trouvent dans les pays du Tiers-monde et près des deux tiers sont des femmes. Les pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud et de l’Ouest comptent 73% des adultes analphabètes7.

  • 8 Ministerio de Educación de Nicaragua, « Manual del brigadista », Gobierno de Reconciliación y Unida (...)

5En revanche, une personne analphabète n’est pas une personne ignorante, car elle dispose d’une culture et d’expériences acquises au cours de la vie, qui diffère de celles que l’on trouve dans les livres. En général, la culture des personnes analphabètes est une culture orale et parlée reçue au cours de la vie et transmise par la famille de génération en génération. Le but de l’alphabétisation est de valoriser et de renforcer ces connaissances afin de permettre à ces personnes d’améliorer leurs conditions de vie et de jouir de tous leurs droits8.

6L’institution onusienne rappelle par ailleurs que « l’éducation sauve des vies : plus le niveau scolaire de la mère s’élève, plus le taux de mortalité baisse ». Ainsi, si toutes les femmes faisaient des études secondaires, 1,8 million d’enfants seraient sauvés chaque année. De la même manière, la santé des enfants serait davantage protégée : « Il est moins probable que les enfants dont la mère a fait des études manifestent un retard de croissance ou une insuffisance pondérale ». L’UNESCO note que les progrès accomplis dans la lutte contre l’illettrisme « ont été au mieux décevants et au pire sporadiques », mais remarque néanmoins une exception : l’Amérique latine et la Caraïbe. Cela est en partie due à l’application du programme cubain « Yo, sí puedo » :

  • 9 UNESCO, La crise cachée : les conflits armés et l’éducation, op. cit., p. 37, 76.

Le programme Yo, sí puedo (Moi, oui, je peux), introduit en 2003 par le Gouvernement cubain, a […] rencontré un large écho. Opérationnel dans 12 des 19 pays d’Amérique latine en 2008, il fait partie de stratégies plus larges en faveur de la réalisation de l’alphabétisation universelle dans l’État plurinational de Bolivie, en Équateur, au Nicaragua, au Panama et en République bolivarienne du Venezuela9.

  • 10 José Martí, Ideario pedagógico, La Havane, Editorial Pueblo y Educación, (1997) 2014, p. 163.
  • 11 José Martí, « Revolución en la enseñanza », Centro de Estudios Martianos, pas de date. http://www.j (...)

7Fidèle au principe selon lequel « tout être humain a droit à l’éducation, et doit en échange contribuer à l’éducation des autres10 » et suivant sa vocation internationaliste, l’Institut pédagogique latino-américain et caribéen de Cuba a lancé en 2003 le programme « Yo, sí puedo » destiné à alphabétiser les adultes de tous âges ne maitrisant pas les rudiments de la lecture, l’écriture et le calcul. La méthode s’adresse en priorité aux groupes historiquement victimes d’exclusion, à savoir les personnes en situation d’extrême pauvreté, les personnes âgées, les populations indigènes, les personnes privées de liberté et les personnes en situation de handicap. En d’autres termes, pour reprendre l’adage martinien, « le maître doit aller vers ceux qui ne peuvent pas aller vers le maître11 ».

  • 12 Courriel de Nora Isaac Díaz, Ministère cubain de l’éducation, 7 mai 2022.

8 Le nom du programme « Yo, sí puedo » est le fruit d’une réflexion poussée. Le titre court, composé de deux monosyllabes et d’un mot bisyllabique, est résolument optimiste et a pour objectif d’élever l’estime de soi et d’éveiller la confiance des destinataires dans leur capacité à apprendre à lire et à écrire. « Yo » reflète l’identité, la reconnaissance de la personne et son engagement dans le processus d’apprentissage. « Sí » est une affirmation positive et optimiste qui reflète le champ des possibles et offre un bouclier contre le sentiment de culpabilité, de frustration et de crainte. Quant au verbe «Puedo », il exprime la volonté et la capacité de vaincre le doute ou la crainte que peut ressentir la personne illettrée12.

9Le programme est structuré autour de quatre grands objectifs :

  1. Contribuer à réduire les taux d’analphabétisme en Amérique latine

  2. Augmenter de 50% en quinze ans le nombre d’adultes alphabétisés, en particulier les femmes, qui en sont les premières victimes

  3. Proposer une alphabétisation sans exclusion, sans distinction de race, de genre, de filiation politique ou d’appartenance religieuse

    • 13 Miguel Ángel de la Fuente, « El programa de alfabetización “Yo, sí puedo” », Universidad Politécnic (...)

    Finaliser le processus d’alphabétisation une fois que les participants sont capables de bien écrire leurs noms, de lire de manière fluide et de rédiger des phrases, des paragraphes courts ou des lettres13.

10L’un des objectifs du programme « Yo, sí puedo » est de cibler la population féminine, qui est la principale victime de cette discrimination. Il y a une raison essentielle à cela, expliquée par la pédagogue cubaine Leonela Inés Relys Díaz, créatrice du programme :

  • 14 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquid (...)

La femme est le centre de la famille. C’est la femme qui transmet en premier la langue maternelle, la culture, les valeurs, les manières de faire, les sentiments. C’est pourquoi, la mère est le centre de la formation de la famille. Une femme cultivée, une femme instruite, une femme qui sait lire, une femme qui sait regarder dans les livres […] a une famille instruite. Elle s’inquiète et veille à ce que ses enfants aillent à l’école. [Le programme « Yo, sí puedo » donne la priorité aux femmes] en raison de leur niveau d’influence dans la formation de la famille, des enfants, des petits-enfants et même des maris14.

  • 15 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », Yo, sí puedo. https://qdoc.t (...)

11Cette méthode utilise des moyens audiovisuels pour répondre à la problématique de la dispersion territoriale de la population à alphabétiser. Elle permet ainsi de toucher un grand nombre de personnes et se révèle économe en capital humain, matériel et financier. En outre, elle ne nécessite pas d’institution scolaire pour sa mise en pratique. Partant du constat que même les personnes illettrées disposaient d’une connaissance des chiffres, un procédé simple et efficace qui consiste à enseigner l’alphabet à partir des numéros, en associant les lettres à des chiffres, a été mis en place, comme ressource mnémotechnique, suivant le principe didactique consistant à aller du connu à l’inconnu. Il s’agit là du principe directeur de la méthode « Yo, sí puedo ». L’ordre des lettres, qui n’est pas alphabétique, a été établi en fonction de la fréquence de l’utilisation de chaque phonème15.

Association lettres/chiffres (programme en espagnol)

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

a

e

i

o

u

l

r

f

m

c

p

t

v

s

n

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

rr

q

y

d

b

h

ñ

ch

J

x

ll

z

g

k

w

Source : MINED

1.1. Etape initiale

  • 16 Álvaro Fuente, « Yo sí puedo acabar con el analfabetismo », El País, 12 janvier 2017.

12La première étape, d’une durée de trois mois, consiste à établir un diagnostic général qui est destiné à évaluer les caractéristiques socioéconomiques, géographiques, politiques, culturelles et religieuses de la région à alphabétiser. La connaissance profonde des particularités de la population analphabète est un préalable indispensable à l’élaboration des cours audiovisuels – qui sont conçus en fonction des réalités culturelles du pays d’application – et au succès du programme. « En aucun cas, la contextualisation ne signifie uniquement traduire. Chaque fois que la méthode est appliquée dans un nouveau pays, elle exige un apprentissage de l’idiosyncrasie, des manières de s’exprimer, de penser ou de croire de la population », souligne le pédagogue Jaime Canfux Gutiérrez, fondateur et titulaire de la chaire d’Alphabétisation et d’Education pour Jeunes et Adultes de l’Institut pédagogique latino-américain et caribéen (IPLAC), qui a obtenu trois prix de l’UNESCO16.

13Les spécialistes cubains s’intéressent ensuite aux résultats obtenus lors des processus antérieurs d’alphabétisation et évaluent les infrastructures à disposition pour la mise en place du programme (matériel audiovisuel). Durant cette période, les professionnels de l’île ciblent et forment les enseignants-moniteurs (facilitadores) dont l’engagement est basé sur le volontariat et le sentiment d’une responsabilité sociale vis-à-vis de leur communauté. Les experts se basent ensuite sur les institutions locales (services sociaux, centres religieux, associations, syndicats, centres de santé, pôle-emploi, marchés forains, etc.) pour lancer le processus de détection de la population à alphabétiser, qui est en général invisible aux yeux de la société. Les futurs apprenants, qui pour la plupart auront besoin d’être suivis par un référent (famille, voisin, ami) en raison de leur manque d’autonomie et d’une faible estime de soi, sont ensuite classés en trois catégories :

  • Les illettrés purs qui n’ont jamais été scolarisés.

  • Les semi-illettrés qui ont fréquenté les bancs de l’école et qui disposent de quelques rudiments de lecture, d’écriture et de calcul.

    • 17 Ibid.

    Les illettrés spéciaux qui ont des besoins éducatifs particuliers (malvoyants, malentendants ou personnes souffrant de déficience intellectuelle). En effet, le programme dispose également d’une version en système Braille, d’une version pour les malentendants et d’une version pour les personnes atteintes de déficience intellectuelle légère17.

1.2. Structure du programme

  • 18 Ibid.

14Le programme est structuré autour de 65 leçons filmées conçues à partir de la réalité socio-culturelle locale avec des acteurs – professionnels ou amateurs – du pays. Celles-ci sont visionnées au sein de classes comprenant vingt apprenants au maximum, sous la direction d’un enseignant/moniteur (facilitador). Ce dernier, qui a préparé la classe du jour en amont, dispose d’un manuel élaboré par les spécialistes et les étudiants se voient remettre un cahier d’exercice dans lequel sont représentées les lettres de l’alphabet et des logotypes de caractère universel facilement identifiables (une oreille, un œil, un livre, un crayon) indiquant l’activité langagière à mettre en œuvre. « La méthodologie est basée sur une activité pratique constante et la motivation pour l’apprentissage », souligne Leonela Relys. Il s’agit d’une instruction active, basée sur l’activité, et les exercices constituent « la manifestation de l’effort du bénéficiaire ». La répétition joue un rôle fondamental dans le processus pédagogique18.

  • 19 Ibid.

15Quatre éléments clés sont nécessaires au succès du programme : l’effort personnel de l’apprenant, la qualité des cours audiovisuels et leur correspondance avec le manuel, le soutien apporté par le personnel (facilidadores) durant tout le processus et le respect des principes fondamentaux de la pédagogie pour adultes, qui axent les activités d’apprentissage sur des techniques expériencielles centrées sur des problèmes de la vie courante. Une autre règle essentielle est l’attitude à observer vis-à-vis des bénéficiaires : ceux-ci doivent être traités avec patience, bienveillance et le plus grand respect, afin de les encourager à suivre toute la formation19.

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid. Voir également : Sandra Abendaño López, « La implementación del programa de alfabetización cu (...)

16Les cours durent généralement 1h30 et sont segmentés de la façon suivante : les premières cinq minutes sont consacrées à un échange informel avec la classe dans le but de prendre des nouvelles du quotidien des apprenants, de contrôler l’assiduité du groupe afin d’éviter les absences, de cibler les difficultés auxquelles ils font face et de les encourager à poursuivre leurs efforts lors des périodes de doutes. Ensuite, le cours est divisé en deux moments de 30 minutes, auxquels s’ajoutent 15 minutes d’échange participatif et 10 minutes de pause. La première demi-heure est consacrée au visionnage d’une vidéo, qui est ensuite commentée collectivement durant un quart d’heure. Une pause de 10 minutes est observée avant le début de la seconde session d’une demi-heure qui est consacrée à l’analyse de la leçon, avec un nouvel échange participatif d’un quart d’heure pour conclure le programme du jour20. Etant donné que la méthode est flexible, la durée de la classe peut être adaptée au profil et aux besoins des apprenants21.

  • 22 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit. Voir également : Re (...)

17Les cours ont lieu en moyenne quatre à cinq fois par semaine sur une période qui s’étend généralement sur trois mois. Parfois, avec l’accord des apprenants, des sessions peuvent être ponctuellement ajoutées le week-end pour effectuer des révisions et consolider les connaissances acquises. S’il est appliqué avec une fréquence de cinq classes par semaine et deux leçons par jour, le programme peut être effectué en sept semaines. Il a également été expérimenté sur un mois avec des apprenants qui se consacraient exclusivement à cela22.

  • 23 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit.

18Cette méthode est divisée en trois étapes. La première phase, composée de 10 séances (1-10), est consacrée à l’apprentissage de base. Elle est axée sur l’objectif « écouter et observer » et permet dans un premier temps de développer l’expression orale, de travailler les aptitudes psychomotrices et d’assurer la représentation graphique des numéros de 1 à 30 (1-5), généralement connue de la plupart des apprenants. Les leçons suivantes (6-10) sont destinées à l’étude des voyelles. L’enseignant-moniteur procède à une évaluation systématique et ne passe à la leçon suivante qu’à partir du moment où les objectifs du jour sont atteints, afin que les apprenants acquièrent des bases solides23.

19Chaque lettre est associée à un numéro et à une image familière. Leonela Relys en explique les raisons :

  • 24 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquid (...)

Une image donne une confiance extraordinaire dans l’apprentissage. Quand l’apprenant voit l’image d’une maison, il ne sait pas ce qu’il y écrit en dessous, mais il va très rapidement dire « maison ». Il prend donc confiance et cela contribue à l’élever dans son estime de soi. C’est un autre problème dont il souffre : préjugés, faible estime de soi. Dès lors qu’il prononce le mot « maison », presque tout le monde pense qu’il sait lire24 ».

Figure 1. Extrait du cahier d’exercice de l’apprenant

Figure 1. Extrait du cahier d’exercice de l’apprenant
  • 25 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit.

20La deuxième phase, d’une durée de 42 séances (11-52), est consacrée à l’enseignement de la lecture et de l’écriture et est axée sur les objectifs « écouter et lire » et « écouter et écrire ». Elle est divisée en deux parties : les séances 11 à 33 sont dédiées à l’apprentissage d’une lettre ou d’un phonème par jour, alors que les leçons de 34 à 52 permettent d’aborder les difficultés présentes dans la langue (double consonne, par exemple). L’enseignant/moniteur ouvre la séance en partant d’une idée ou d’une phrase et en discute le sens en identifiant le mot-clé. Le groupe-classe procède ensuite à l’identification des lettres composant le mot-clé, lesquelles sont toutes associées à un chiffre25.

21 Voici un exemple en espagnol :

  • 26 Delfina Mercedes Valladares Ante, « El Programa Yo, sí puedo”: una propuesta para erradicar el anal (...)

Phrase : el ala de la paloma
Mot-clé : ala
Division en syllabes : a-la
Combinaisons syllabiques : la-le-li-lo-lu-
Inversées : al-el-il-ol-ul-
Nouveaux mots : cometa-leña
Nouvelles idées : Leo y Lola van a ver a Lila26

  • 27 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit.

22La troisième phase de 13 séances (53-65) est une étape de « consolidation » des connaissances. Elle est destinée à s’assurer de l’assimilation des savoirs acquis lors de l’étape précédente et d’évaluer l’apprentissage, par le biais de la rédaction de phrases et de textes courts et simples par les apprenants. A la fin de cette phase et après trois mois d’études, les bénéficiaires disposent d’une maîtrise élémentaire de la lecture et de l’écriture, qui est sanctionnée par un examen de lecture et d’écriture d’une lettre ou d’un message selon des critères bien définis qui valide le processus d’alphabétisation. Ce dernier peut être consolidé ensuite par le programme complémentaire « Ya puedo leer y escribir », d’une durée d’un mois, destiné à conserver les acquis qui pourraient s’effriter en raison de l’inactivité intellectuelle, et par le programme « Yo, sí puedo seguir » dont le but est d’amener les personnes alphabétisées au niveau secondaire (collège)27.

1.3. Principes fondamentaux

  • 28 Ibid.

23La méthode cubaine d’enseignement de la lecture et de l’écriture du programma « Yo, sí puedo » est basée sur le principe fondamental du volontariat, ce qui en augmente l’efficacité. Les futurs apprenants sont sensibilisés par la communauté sur l’importance de savoir lire, écrire et compter et la courte durée du programme stimule leur motivation. Par ailleurs, la méthode favorise la coopération familiale et crée des liens étroits entre les personnes lettrées et illettrés. Elle offre également la possibilité d’utiliser le programme à domicile afin d’éviter les effets psychologiques dus au regard de l’autre sur l’apprentissage personnel. Les progrès rapides réalisés encouragent les apprenants et contribuent à l’amélioration de l’estime de soi28.

  • 29 Ibid.

24Le programme « Yo, sí puedo » ne se limite pas à transmettre aux apprenants les rudiments de la lecture, de l’écriture et du calcul. Il n’a pas une portée exclusivement pédagogique. Il a également pour objectif de permettre les personnes à comprendre, interpréter et exprimer les réalités de leur environnement et à transmettre des valeurs humanistes. Ainsi, des thèmes d’intérêt général tels que la santé, la famille, les personnes âgées, l’environnement, l’histoire et la culture sont abordés lors de chaque session. Le but est d’amener les bénéficiaires à prendre conscience de l’importance de l’éducation pour leur intégration active dans la société, l’amélioration de leur niveau de vie et la conquête d’une pleine citoyenneté29.

25En résumé, les principes suivants cimentent le programme d’alphabétisation « Yo, sí puedo » :

  • Principe de lien entre la théorie et la pratique : les aspects théoriques sont étroitement liés à la pratique. On part de ce qui est connu (les chiffres) pour découvrir l’inconnu (les lettres).

  • Principe d’apprentissage graduel et ascendant : on part de la connaissance des numéros et l’on travaille au développement d’aptitudes motrices. On commence par les voyelles, ensuite les consonnes et enfin les combinaisons syllabiques.

  • Principe d’accessibilité : lors de chaque cours audiovisuel, une nouvelle lettre ou un nouveau phonème est étudié, en s’assurant du point de départ (la connaissance des numéros de 1 à 30). Chaque nouveau mot qui est introduit contient les lettres déjà étudiées.

  • Principe de systématisation : chaque nouveau contenu est lié au précédent. Il y a une interconnexion entre le matériel pédagogique (manuel, vidéos et cahier d’exercice).

  • Principe de nouveauté : lors de chaque classe, on introduit un élément nouveau qui suscite l’enthousiasme, l’attente et l’intérêt : images, musique, etc.

  • Principe d’indépendance cognitive : le programme stimule la volonté, l’intérêt et le désir d’apprendre et favorise la disposition à effectuer les tâches. Chaque apprenant doit sentir un engagement moral avec son propre apprentissage.

  • Principe de lien entre le concret et l’abstrait : le cahier d’exercice et les cours audiovisuels présentent des figures de caractère universel, facilement reconnaissables par les analphabètes.

  • Principe de flexibilité et de contextualisation : la scénographie où se déroulent les cours ressemble aux espaces urbains et ruraux, ce qui permet un rapprochement au milieu fréquenté par les apprenants.

  • Principe de stimulation constante de la volonté et de l’estime de soi : l’accent est mis sur les valeurs et la volonté des personnes à apprendre à lire et à écrire.

  • Principe de lien entre l’aspect individuel et collectif : les classes sont composées de groupes d’illettrés hétérogènes. Cela permet à chaque illettré de se sentir impliqué dans ses résultats et ceux de son groupe.

  • Principe de la motivation et de l’engagement : il favorise la prise de conscience de la part des participants sur la nécessité de l’éducation pour le développement individuel et collectif.

  • Principe de lien entre l’instruction et l’éducation : dans les classes audiovisuelles, en plus de l’enseignant, un animateur-locuteur garantit la réalisation de ce principe par le biais de messages portant sur la santé, l’harmonie familiale, la protection de l’environnement et d’autres thèmes.

  • Principe de cohabitation : on introduit au sein du processus d’alphabétisation l’enseignement de valeurs telles que la solidarité, la tolérance, le respect, etc.

    • 30 Miguel Ángel de la Fuente, « El programa de alfabetización “Yo, sí puedo” », Universidad Politécnic (...)

    Principe de mobilisation : on tente de promouvoir la participation féminine et de ceux qui possèdent certaines connaissances pour qu’ils développent une tâche à vocation humaniste30.

26Le programme d’alphabétisation « Yo, sí puedo » a été appliqué dans trente pays avec des résultats remarquables. Les populations qui ont bénéficié de cette méthode ont eu par la suite une meilleure insertion dans la société et un accès facilité au marché de l’emploi. En effet, les études montrent qu’il existe une corrélation entre illettrisme/analphabétisme et précarité/chômage/marginalisation/exclusion.

2. Application et résultats à travers le monde

  • 31 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », (...)
  • 32 Ministerio de Relaciones Exteriores de Cuba, « Más de 10 millones de alfabetizados en todo el mundo (...)

27La méthode d’alphabétisation du programme « Yo, sí puedo » a d’abord été conçue pour être appliquée en Amérique latine en raison notamment, selon l’UNESCO, des liens historiques avec Cuba « dans les relations de collaboration bilatérale en matière d’éducation, de santé et de culture31 ». Elle a depuis été employée avec succès dans plus de 30 pays répartis sur les cinq continents, avec une contextualisation pour chaque pays et une offre en neuf langues différentes : l’espagnol (Yo, sí puedo), le portugais (Sim, eu posso), l’anglais (Yes, I can), le français (Oui, je peux), le quechua (Jiwasataskiwua), l’aymara (Ari ñuqa atini), le créole haïtien (Wi mwen kapab), le swahili et le tétoum (Los, hau bele). Plus de plus de 10 millions de personnes ont été alphabétisées au 31 décembre 2021. Elle a été principalement efficace en Amérique latine, notamment au Venezuela, en Bolivie et au Nicaragua où l’analphabétisme a été éradiqué grâce au soutien des autorités gouvernementales, et en Afrique, notamment en Angola et au Mozambique où plusieurs millions de personnes ont pu bénéficier du programme32.

2.1. Amérique latine

2.1.1. Haïti

  • 33 Bob Boughton & Deborah Durnan, « Cuba’s Yo, Sí Puedo. A Global Literacy Movement? », Postcolonial D (...)

28La toute première version du programme « Yo, sí puedo » a été élaborée en français et était destinée à être appliquée au Niger. Cependant, le coup d’Etat survenu en 1999 contre le Président Ibrahim Baré Mainassara, a mis un terme au projet33. Haïti, plus proche voisin de Cuba, en a alors été bénéficiaire dès 2003, mais il a fallu mettre au point une nouvelle version en créole, mieux adaptée à la population locale. Le docteur Raúl Sánchez Cortina, coordinateur général de l’alphabétisation en Haïti, en a rappelé les enjeux :

  • 34 Médialibrecine, « Alphabétisation : Haïti, le chemin du développement Yo, sí puedo/Wi Mwen Kapab », (...)

C’est une méthode très rapide qui enseigne la lecture et l’écriture en trois mois. Logiquement, nous ne formons pas des universitaires. Nous offrons un outil à l’analphabète pour s’insérer de façon plus active dans la communauté. Dans le monde d’aujourd’hui, l’analphabète est doublement analphabète. […] Il ne peut pas utiliser les nouvelles technologies. Dans un monde où on parle de démocratie, il ne peut pas voter car il ne sait pas signer. Il ne peut pas lire les messages concernant la santé ni les messages sur le respect de l’environnement, la lutte pour préserver la planète. Il est dans le noir34.

  • 35 Ibid.

29Le défi était de taille pour les professionnels cubains en raison des conditions d’extrême précarité dans lesquelles se trouve le pays le plus pauvre d’Amérique latine. Le témoignage de Sánchez Cortina est éclairant à ce sujet : « Vous savez qu’à Haïti, il n’y a pas d’électricité. […] Aujourd’hui, la majorité des classes fonctionnent avec des groupes électrogènes […] Nous avons fait une étude et avons démontré qu’avec un groupe électrogène d’un demi KW, avec 7 gallons d’essence, on arrive à donner les 65 cours d’une demi-heure ». Le soutien des autorités gouvernementales a été décisif pour mener à bien la mission d’alphabétisation. Sánchez Cortina a insisté sur ce point : « Pour avoir des ressources, une volonté politique est nécessaire. […] Nous travaillons avec le secrétariat d’Etat avec qui nous avons d’excellentes relations de travail […]. Ici, les équipes de travail sont cubano-haïtiennes35 ».

  • 36 Ibid.

30Au-delà de la proximité géographique entre les deux îles, des liens de coopération existant entre les deux pays et de la rapidité et de l’efficacité de la méthode cubaine, les autorités haïtiennes ont également été attirées par le faible coût du programme : selon les calculs, une personne alphabétisée dans l’île avec « Yo, sí puedo » coûte entre 8,45 dollars et 20,8 dollars, alors que les autres agences qui effectuent le même travail dans le pays dépensent en moyenne 160 dollars par personne36.

31L’UNESCO a souligné l’avantage comparatif offert par le programme cubain :

  • 37 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », (...)

Le coût relativement faible de YSP ainsi que l’appui logistique dont il bénéficie au niveau local représentent des conditions favorables pour le développement et la reproduction du programme, sans toutefois perdre de vue la nécessité de l’adapter comme il convient. La méthode YSP jouit effectivement d’un avantage comparatif sur le plan administratif, dans la mesure où elle fonctionne de façon organisée, uniforme, disciplinée et systématique37.

  • 38 Ministerio de Educación de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo (...)

32Appliqué dans les 10 départements de l’archipel, le programme a permis d’alphabétiser 448 355 personnes au 31 décembre 2021, malgré les conditions matérielles précaires dans un pays en manque d’infrastructures et de moyens38. Néanmoins, l’alphabétisation n’est qu’une étape dans la lutte contre l’illettrisme comme le souligne le professeur Sánchez Cortina :

  • 39 Médialibrecine, « Alphabétisation : Haïti, le chemin du développement Yo, sí puedo/Wi Mwen Kapab », (...)

Pour en finir avec l’analphabétisme, il ne suffit pas d’alphabétiser. Il existe deux autres conditions. D’une part, tarir la source grâce à la scolarisation. C’est-à-dire mettre tous les enfants à l’école. Sans quoi, cet enfant deviendra un adulte analphabète. […] Il existe un troisième élément qui est le suivi. Car la personne que nous alphabétisons, si elle ne continue pas à étudier, va régresser par manque de pratique, et va retourner à l’état d’analphabète après un an ou deux. C’est ce que nous appelons un « analphabète fonctionnel » car il a appris à lire et à écrire et possède même parfois un brevet de primaire, mais il n’a plus été à l’école depuis 20 ans39.

  • 40 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquid (...)

33L’expérience haïtienne a permis aux experts cubains de vérifier que les moyens audiovisuels étaient fondamentaux pour l’éducation d’une population. « A Haïti, nous avons découvert une nouvelle fois de façon beaucoup plus marquée la relation qu’il y a entre l’analphabétisme et la pauvreté, la faim, la misère, la pauvreté extrême, l’insalubrité, la violence, les problèmes écologiques », a également souligné Leonida Relys, profondément marquée par son séjour dans l’île. Elle raconte une anecdote à ce sujet : « Le premier mot que j’ai appris en créole a été ‘grangou’ qui veut dire ‘j’ai faim’ 40 ».

34Fort de cette première expérience en Haïti, le programme a également été appliqué au Venezuela de façon massive à partir de 2003, ce qui a permis au pays sud-américain d’éradiquer l’illettrisme.

2.1.2. Venezuela

  • 41 Sergio Serrón M., « De Samuel Robinson a la Misión Robinson: La alfabetización en Venezuela y el pr (...)

35L’arrivée d’Hugo Chávez au pouvoir au Venezuela en 1999 et le processus de transformation socio-économique mis en place dans le cadre de la Révolution bolivarienne a amené Caracas à tisser une alliance stratégique avec La Havane, en particulier dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Les affinités idéologiques entre les deux gouvernements et les liens d’amitié personnelle entre Hugo Chávez et Fidel Castro ont facilité cette coopération. La Mission Robinson, lancée en 2003, a eu pour but d’universaliser l’accès à l’éducation pour tous les Vénézuéliens et d’éradiquer l’illettrisme dans le pays, au moyen du programme « Yo, sí puedo41 ».

  • 42 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquid (...)
  • 43 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del progra (...)
  • 44 Ministerio del Poder Popular para el Ecosocialismo, « Hace 12 años Venezuela fue declarado territor (...)

36Grâce à la volonté politique des autorités du pays qui ont alloué les ressources nécessaires au projet, la méthode cubaine a été appliquée de façon systématique sur tout le territoire national sous la coordination générale de Leonela Relys. « L’analphabétisme existe car il existe des iniquités et des injustices sociales et parce qu’il n’y a pas d’éducation pour tous partout », a-t-elle rappelé42. Depuis cette date, et jusqu’au 31 décembre 2021, 1,8 millions de personnes ont pu être alphabétisées à travers le pays43. En 2005, l’UNESCO a déclaré le Venezuela comme territoire libre d’analphabétisme, accomplissant ainsi la mission lancée deux années plus tôt, avec une réduction du taux à moins de 2%44.

37Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations unies, avait salué ce succès :

  • 45 Gobierno Bolivariano de Venezuela, « Especial. En el Día Internacional de la Alfabetización, Venezu (...)

Aujourd’hui, le Venezuela mérite d'être reconnu pour la vigueur renouvelée de ses efforts en matière d'alphabétisation, un exemple de ce qui peut être fait lorsque les sociétés se mobilisent pour atteindre des objectifs éducatifs. Il s’agit là d'un exemple d'engagement national qui, je l’espère, en inspirera d'autres à accélérer leurs actions pour libérer leurs pays et le monde entier du fléau de l'illettrisme45.

38La méthode « Yo, sí puedo » a également été appliquée en Bolivie dans le cadre d’un partenariat stratégique entre La Paz et La Havane, contribuant également à l’éradication de l’illettrisme dans le pays andin.

2.1.3. Bolivie

  • 46 UNESCO, « Résultats obtenus par la République de Bolivie dans l’élimination de l’analphabétisme, et (...)

39L’élection d’Evo Morales à la présidence de la République de Bolivie en 2006 a conduit le pays à tisser des liens de coopération étroits avec La Havane, en raison des affinités politiques et idéologiques entre les deux gouvernements. Le recensement effectué au niveau national a permis d’identifier un total de 823 256 personnes illettrées sur le territoire, soit 13,7% de la population de plus de 15 ans. La nouvelle Constitution de l’Etat plurinational de Bolivie de 2009 stipule à l’article 84 qu’il est du devoir de l’Etat et de la société d’éradiquer l’analphabétisme par le biais de programmes adaptés à la réalité culturelle et linguistique de la population, reconnaissant ainsi le droit des peuples indigènes à employer leurs langues maternelles dans l’éducation. Selon l’UNESCO, « le Plan national d’alphabétisation a ouvert la possibilité de devenir alphabète non seulement en espagnol mais aussi en aymara et en quechua dans le cadre d’un effort visant à protéger le patrimoine linguistique et culturel des peuples indigènes, rendant possible la consolidation de leur identité46 ».

  • 47 Ibid.
  • 48 Ministerio de Educación del Estado Plurinacional de Bolivia, « Dirección General de Post-Alfabetiza (...)
  • 49 Ministerio de Educación, « Encuentro Internacional de Educación Alternativa y Especial », Estado Pl (...)

40Bénéficiant du soutien des autorités de l’Etat plurinational, le programme « Yo, sí puedo » a été appliqué de façon massive en trois langues : espagnol, quechua et aymara. Au terme d’une campagne de près de trois ans, 819 417 personnes ont pu être alphabétisées, dont 24 699 en aymara et 13 599 en quechua. Le 20 décembre 2008, la Bolivie a officiellement été déclarée territoire libre d’analphabétisme. « L’expérience de la Bolivie est exemplaire et va sûrement inciter d’autres pays à engager des initiatives similaires », a souligné l’UNESCO47. Au total, entre 2006 et 2021, 826 805 personnes, dont 74% de femmes, ont été alphabétisées en Bolivie, contribuant ainsi à l’égalité de genre et à l’éradication de l’extrême pauvreté, dans le cadre du Programme national d’alphabétisation48. Ainsi, le taux d’analphabétisme est passé de 13,3% à 2,5%49.

  • 50 Reuters, « Bolivia será declarada libre de analfabetismo el 20 de diciembre », 11 décembre 2008.

41La méthode cubaine s’est révélée efficace et adaptée dans un pays montagneux de plus de 1,1 million de km2 marqué par la dispersion territoriale. Selon une information de l’agence de presse britannique Reuters de 2008, « Cuba, qui a offert une assistance technique, et le Venezuela, qui a apporté le financement, sont les deux seuls pays de la région qui ont obtenu à ce jour la reconnaissance comme étant des pays sans illettrés, selon l’Organisation des Nations unies pour l’Education, la Science et la Culture50 ».

42De la même manière, le programme « Yo, sí puedo » a été appliqué au Nicaragua, dans le cadre d’une coopération régionale facilitée par l’alliance politique établie entre Managua et La Havane.

2.1.4. Nicaragua

  • 51 Jorge Tamayo Collado, « Nicaragua y Cuba: Unidos desde la Cruzada Nacional de Alfabetización hasta (...)

43En 2007, suite à l’élection à la présidence de la République du leader sandiniste Daniel Ortega, le Nicaragua a lancé un programme d’alphabétisation national avec la méthode « Yo, sí puedo ». Cuba et le Nicaragua ont tissé de fortes relations depuis la Révolution sandiniste de 1979. En 1980, de nombreux enseignants de l’île avaient participé à la Grande Croisade Nationale d’alphabétisation, une importante campagne de lutte contre l’illettrisme lancée par les nouvelles autorités révolutionnaires51.

  • 52 Yara Bermúdez, « Comandante Fidel Castro presente en la Educación de Nicaragua », Ministerio de Edu (...)
  • 53 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del progra (...)

44En 2009, le taux d’analphabétisme a été abaissé à 3,3%, faisant du pays un nouveau territoire latino-américain libre de ce fléau52. Au total, entre 2007 et 2021, 866 862 personnes ont appris à lire et à écrire53. Ainsi, grâce à la méthode « Yo, sí puedo », l’analphabétisme a été éradiqué dans trois pays d’Amérique latine. Le programme cubain a également contribué à l’alphabétisation des populations dans plusieurs autres pays du continent.

2.1.5. Reste de l’Amérique latine

  • 54 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del progra (...)

45Appliqué au Mexique dans 14 des 32 Etats, le programme « Yo, sí puedo » a permis d’alphabétiser 724 868 personnes au 31 décembre 2021, sur un total estimé à 6 millions de personnes illettrées sur l’ensemble du territoire, notamment auprès des populations indigènes. Chimalhuacán a été le premier Etat à éradiquer l’analphabétisme en 2009, réduisant le taux à 1,6%54.

  • 55 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del progra (...)

46En Equateur, 372 185 personnes ont appris à lire et à écrire grâce à la méthode cubaine. Au Salvador, 226 902 personnes ont été alphabétisées par le programme. Il s’est également révélé efficace au Guatemala (143 399), au Honduras (84 942), au Panama (83 997), en Colombie (54 670), en Argentine (34 029), au Brésil (11 058), au Paraguay (8 149) au Pérou (5 079), en Uruguay (5 000) et à Grenade (228)55.

47Le programme a également été appliqué dans plusieurs pays d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Europe

2.2. Reste du monde

2.2.1. Afrique

  • 56 Ibid.

48Le programme « Yo, sí puedo » a été appliqué de façon massive au Mozambique à partir de 2006 avec le soutien des autorités locales. Il s’agit du pays comptant le plus grand nombre d’alphabétisés grâce au programme cubain, avec un total de 2,5 millions de personnes56.

  • 57 Ibid.

49L’Angola a également bénéficié du programme et a pu alphabétiser plus de 2,1 millions de personnes, dont 70% de femmes, grâce à un soutien de près de 250 collaborateurs cubains et à une campagne nationale lancée par le Ministère de l’Education du pays57.

  • 58 Ibid. Voir également : Hedelberto López Blanch, « Yo, sí puedo en idioma kiswahili », Juventud Rebe (...)

50Le programme a également été appliqué à une échelle plus réduite en Guinée Bissau (5 436), en Tanzanie (3 400), au Nigeria (894), en Namibie (659), et en Guinée Equatoriale (17)58.

2.2.2. Océanie

  • 59 EFE, « Un método desarrollado en Cuba enseña a leer y escribir a aborígenes australianos », 1er jui (...)
  • 60 Radio Cadena Agramonte, « Aborígenes de Australia leen y escriben con método cubano », 10 mai 2012.
  • 61 Prensa Latina, « Método cubano llega a comunidades aborígenes de Australia », 16 septembre 2019.

51Créé dans le cadre de la coopération Sud-Sud, le programme « Yo, sí puedo » a également été utilisé dans les pays développés d’Océanie, tels que l’Australie, où 228 personnes issues des communautés aborigènes ont pu être alphabétisées depuis 2012. Dans ce vaste pays, plus de 50% des adultes aborigènes, qui vivent pour la plupart dans des zones isolées éloignées des services publics, souffrent d’illettrisme59. Constitués en 400 groupes ethniques et parlant plusieurs centaines de langues, ils représentent une population estimée à un demi-million de personnes60. La méthode a notamment été mise en place sous l’égide de la Fondation australienne Literacy for Life61.

  • 62 Iraida Calzadilla Rodríguez, « En Nueva Zelanda dicen Yo, sí Puedo », Granma, 2 février 2005 ; Mini (...)
  • 63 Mathilde L. Patterson Peña, « The ArrowMight Program: Cuba’s Contribution to a Literacy Project for (...)

52De la même manière, le programme a été lancé en Nouvelle-Zélande en 2005, permettant à 2 092 personnes d’apprendre à lire et à écrire, dans un pays de 4 millions d’habitants, où près de 20% de la population est illettrée62. Le peuple maori en a été le principal bénéficiaire dans le cadre d’un accord signé entre l’IPLAC et le Greenlight for Life Program63.

2.2.3. Asie

  • 64 Bob Boughton, « Back to the Future?: Timor-Leste, Cuba and the Return of the Mass Literacy Campaign (...)

53En 2005, un groupe de onze professionnels cubains s’est rendu au Timor Oriental pour lancer le programme et a formé près de 400 enseignants-moniteurs. Une campagne nationale a été lancée en 2007 à travers tout l’archipel permettant d’alphabétiser 196 686 personnes64.

2.2.4. Amérique du Nord

  • 65 Mathilde L. Patterson Peña, « The ArrowMight Program: Cuba’s Contribution to a Literacy Project for (...)

54Fort de l’expérience en Nouvelle-Zélande, Cuba a été sollicitée par le First Nations Seven Generations Insititute of Otario afin que le programme soit développé auprès des peuples aborigènes du Canada, mais également auprès du reste de la population. Lancé en 2006, il a permis d’alphabétiser 152 personnes65.

2.2.5. Europe

  • 66 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del progra (...)

55En Espagne, la municipalité de Séville a découvert suite à une étude réalisée que près de 35 000 personnes présentes sur le territoire communal souffraient d’illettrisme, ce qui représentait environ 5% de la population (700 000 habitants). En 2007, le programme « Yo, sí puedo » a été mis en place dans la ville de façon expérimentale avec une groupe de 100 personnes, avec un taux de succès de 77%. Depuis cette date, 445 personnes ont été alphabétisées dans la ville andalouse66.

3. Reconnaissance de l’UNESCO

56L’UNESCO a salué l’efficacité du programme cubain dans un rapport dédié à la lutte contre l’illettrisme :

  • 67 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », (...)

Il ressort de l’étude que YSP est plus qu’une simple méthode. Il serait plus justifié de l’appréhender comme un modèle d’alphabétisation dont la dimension ne se réduit pas à un ensemble de processus, de matériels, de stratégies, etc., mais englobe, de façon explicite et implicite, l’approche conceptuelle de l’alphabétisation, l’apprentissage, les connaissances indispensables à la vie courante, la mobilisation sociale, et implique toute une série d’acteurs aux rôles différenciés, qu’il s’agisse des bénéficiaires de l’alphabétisation ou des autres protagonistes – pouvoirs publics et différentes institutions concernées67.

  • 68 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », (...)

57L’institution onusienne a également souligné le rôle du programme dans la lutte contre les discriminations : « En règle générale, le degré de satisfaction des participants est élevé – tout particulièrement chez les femmes, auxquelles le programme accorde une attention spéciale. Aux yeux des bénéficiaires, l’utilité de la méthode ne se limite pas à l’apprentissage fonctionnel. » Elle précise que « La méthode Yo, sí puedo est une stratégie de grande valeur pour lutter contre l’analphabétisme dans la région. À cet égard, le soutien horizontal et la solidarité de Cuba sont appréciés68 ».

58En 2006, l’UNESCO a récompensé Cuba pour son œuvre dans la lutte contre l’illettrisme à travers le monde, en remettant le Prix d’Alphabétisation Roi Sejong à la Chaire d’éducation et alphabétisation des enfants et adultes de l’IPLAC, auteur du programme « Yo, sí puedo ». La distinction a été remise à l’île pour avoir « déployé des efforts soutenus et continus pour promouvoir l’alphabétisation grâce à un programme qui puisse être adapté ou copié dans différentes situations géographiques, culturelles et ethniques ».

59De plus, La Havane a

  • 69 UNESCO, « Prix d’alphabétisation Association internationale pour la lecture, Prix d’alphabétisation (...)

mis en œuvre les programmes d’alphabétisation dans différents contextes sociaux et culturels couvrant toutes les composantes de la société, dont les populations autochtones, les ruraux et les urbains, les détenus, les personnes ayant des besoins éducatifs spéciaux, les migrants, les minorités ethniques, tout en accordant une attention particulière à l’éducation des femmes ; favorisé une coopération Sud-Sud dans laquelle chaque partenaire est pleinement déterminé à tenir le rôle qui lui est dévolu69.

60En outre, l’IPLAC a

  • 70 Ibid.

élaboré un modèle d’évaluation complexe et pertinent comportant des variables, des indicateurs et des instruments en vue du suivi et de l’évaluation de l’impact de ces programmes d’alphabétisation sur l’environnement, la famille et la communauté des nouveaux alphabètes et de mesurer leur développement personnel ; constitué une équipe internationale d’évaluation composée de spécialistes de l’Institut afin de conseiller les équipes chargées d’évaluer le programme dans les pays où il est mis en œuvre70.

61Enfin, la méthode « Yo, sí puedo » a

  • 71 Ibid.

conçu une stratégie visant à garantir la continuité du programme d’apprentissage, en commençant par l’acquisition des connaissances de base et en passant ensuite à une étape de consolidation et d’amélioration des quatre compétences fondamentales de la communication, à savoir l’expression orale, la compréhension orale, la lecture et l’écriture ; conçu un programme d’étude axé sur les centres d’intérêt et les motivations des adultes, l’égalité des droits et l’accès à l’éducation et à l’emploi, à la santé et aux progrès scientifiques et techniques71.

62Leonela Relys, créatrice du programme, a rappelé les enjeux de l’alphabétisation et a lancé un appel au monde :

  • 72 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquid (...)

Les systèmes éducatifs, en général, dans le monde capitaliste, sont des systèmes éducatifs d’exclusion. Comme ils sont exclusifs, il y a toujours une population qui n’a pas la possibilité d’avoir accès aux études […]. Comme il n’y a pas d’opportunité pour tous, de la même manière, il y a donc toujours une population exclue […]. C’est un problème qui va au-delà de la connaissance et de la culture. Le fait qu’il n’y ait pas d’éducation pour tous est un terreau pour la violence, pour une jeunesse déformée, pour la délinquance. Par conséquent, je lance un appel à tous les pays du monde, particulièrement ces pays dits capitalistes, où le capital prime sur l’être humain, pour qu’ils se préoccupent beaucoup plus de l’éducation de leurs enfants et de leurs jeunes afin pouvoir garantir une vie paisible dans leurs pays, une vie commune en harmonie, une vie commune en affection, une vie commune en amour et en développement, mais pour tous72.

Tableau 1. Nombre de personnes alphabétisées par pays au 31 décembre 2021

N°.

Pys

Alphabétisés à ce jour

1

Venezuela

1 832 825

2

Haïti

448 355

3

Paraguay

8 149

4

Argentine

34 029

5

Mexique

724 868

6

Equateur

372 185

7

Bolivie

826 865

8

Brésil

11 058

9

Pérou

5 079

10

Panama

83 997

11

Guatemala

143 399

12

Uruguay

5 000

13

Honduras

84 942

14

Nicaragua

866 862

15

République dominicaine

319

16

Nouvelle Zélande

2 092

17

Mozambique

2 546 453

18

Namibie

659

19

Nigéria

894

20

Le Salvador

226 902

21

Colombie

54 670

22

Grenade

228

23

Guinée-Bissau

5 436

24

Guinée Equatoriale

17

25

Canadá

152

26

Espagne

445

27

Angola

2 125 185

28

Timor oriental

196 636

29

Australie

228

30

Tanzanie

3 400

TOTAL

10 611 329

Source : MINED, Cuba.

Conclusion

63 Face à la problématique de l’illettrisme et à la difficulté d’apporter une réponse solide et durable à ce fléau, le programme « Yo, sí puedo » s’est avéré être un outil efficace grâce à son principe didactique consistant à associer les lettres de l’alphabet à des chiffres. Basé sur 65 vidéos-classes, il offre une formation rapide et stimulante sur une période de trois mois en moyenne, s’avère peu coûteux et peut être appliqué dans les zones reculées où les services publics d’éducation sont généralement peu présents, apportant ainsi une réponse à la réalité de la dispersion territoriale. Adaptable en toutes les langues, ayant déjà été appliqué dans neuf versions linguistiques différentes dans 30 pays sur les cinq continents et proposant un contenu correspondant à l’idiosyncrasie de la population bénéficiaire, il revêt un caractère universel qui en facilite l’utilisation et la généralisation. Basé sur le principe du volontariat, il inclut également une dimension citoyenne et permet aux apprenants de prendre conscience de leur environnement et des principaux enjeux qui animent le monde, de prendre une part active et éclairée dans la construction de la société de demain et d’exercer pleinement leurs droits et devoirs de membres de la communauté humaine.

64Ce programme s’est particulièrement révélé efficace dans les pays où les gouvernements ont érigé l’éducation en priorité nationale, notamment au Venezuela, en Bolivie et au Nicaragua, qui ont réussi à éradiquer l’analphabétisme. La méthode cubaine a atteint des résultats remarquables partout où elle a pu obtenir le soutien des autorités locales, soulignant ainsi l’importance de la volonté politique dans la lutte contre l’analphabétisme (Angola, Mozambique). Les personnes bénéficiaires – plus de 10 millions au 31 décembre 2021 – se sont vu offrir de nouvelles opportunités et ont observé une amélioration de leurs conditions de vie matérielles et spirituelles, ce qui a favorisé leur intégration dans la société et leur a permis de prendre une part active dans le développement de leur communauté.

65Aucun autre programme au monde n’a contribué autant à la lutte contre l’analphabétisme que la méthode « Yo, sí puedo », créée par la pédagogue cubaine Leonela Relys et l’ICLAP. Exemple d’un modèle de coopération Sud-Sud, reconnu et récompensé par l’UNESCO, il mériterait d’être appliqué de façon plus généralisée à travers le monde, afin d’éradiquer l’analphabétisme chez les adultes. Son existence rappelle combien il est urgent et primordial de rendre accessible gratuite et obligatoire l’éducation à tous les enfants en âge d’être scolarisés– en particulier les filles –, sans conditions. La connaissance et la culture sont indispensables à l’émancipation et à l’édification d’une société harmonieuse et respectueuse de toutes les différences.

Haut de page

Bibliographie

ABENDAÑO LÓPEZ, Sandra, « La implementación del programa de alfabetización cubano “Yo, sí puedo” como una práctica de responsabilidad social de la Universidad Nacional de Tierra del Fuego », Papeles Salmantinos de Educación, n°24, 2020, p. 80-81.

BANCO MUNDIAL, « Gasto público en educación, total (% del PIB) – Cuba », 2010. https://datos.bancomundial.org/indicator/SE.XPD.TOTL.GD.ZS?locations=CU (site consulté le 13 avril 2022).

BERMÚDEZ, Yara, « Comandante Fidel Castro presente en la Educación de Nicaragua », Ministerio de Educación de la República de Nicaragua, 28 novembre 2018. https://www.mined.gob.ni/comandante-fidel-castro-presente-en-la-educacion-de-nicaragua/ (site consulté le 27 avril 2022).

BOUGHTON, Bob, « Back to the Future?: Timor-Leste, Cuba and the Return of the Mass Literacy Campaign », Literacy and Numeracy Studies, janvier 2010, volume 18, n°2, p. 58-74.

BOUGHTON Bob & Deborah DURNAN, « Cuba’s Yo, Sí Puedo. A Global Literacy Movement? », Postcolonial Directions in Education, volume 3, n°2, janvier 2014, p. 325-359. https://www.um.edu.mt/library/oar/bitstream/123456789/19932/1/Cuba%27s%20yo%2c%20si%20puedo.%20A%20global%20literacy%20movement.pdf (site consulté le 27 avril 2022).

BRUNS Barbara & Javier LUQUE, Profesores excelentes. Cómo mejorar el aprendizaje en América Latina y el Caribe, Banco Mundial, 2014, p. 2. https://www.bancomundial.org/content/dam/Worldbank/Highlights%20&%20Features/lac/LC5/Spanish-excellent-teachers-report.pdf (site consulté le 13 avril 2022).

CANFUX GUTIÉRREZ, Jaime, « Cuban Cooperation in Literacy and Adult Education Programs Overseas », In: Hickling-Hudson, A., González, J.C., Preston, R. (eds) The Capacity to Share, Palgrave Macmillan’s Postcolonial Studies in Education. Palgrave Macmillan, New York, 2012, p. 255-261.

CRUZ MENDOZA, C. Nissa Iris, “Ser indígena y alfabetizarse en español: El programa cubano de alfabetización “Yo, sí puedo” y su aplicación entre la población indígena inmigrante en la ciudad de México (2011-2012), Universidad Autónoma de la Ciudad de México, octobre 2013.

DE LA FUENTE, Miguel Ángel, « El programa de alfabetización “Yo, sí puedo” », Universidad Politécnica Salesiana, 2011. https://dspace.ups.edu.ec/bitstream/123456789/11074/1/11%20El%20programa%20de%20alfabetizacion%20Yo%20si%20Puedo.pdf (site consulté le 14 avril 2022).

EFE, « Un método desarrollado en Cuba enseña a leer y escribir a aborígenes australianos », 1er juillet 2012.

FUENTE, Álvaro, « Yo sí puedo acabar con el analfabetismo », El País, 12 janvier 2017.

GOBIERNO BOLIVARIANO DE VENEZUELA, « Especial. En el Día Internacional de la Alfabetización, Venezuela reafirma su compromiso social con la educación gratuita y de calidad », Vicepresidencia de la República Bolivariana de Venezuela, pas de date. http://vicepresidencia.gob.ve/especial-en-el-dia-internacional-de-la-alfabetizacion-venezuela-reafirma-su-compromiso-social-con-la-educacion-gratuita-y-de-calidad/ (site consulté le 21 avril 2022).

JUSTIA BOLIVIA, « Nueva Constitución Política del Estado », 7 février 2009. https://bolivia.justia.com/nacionales/nueva-constitucion-politica-del-estado/ (site consulté le 25 avril 2022).

LA ENTREVISTA DEL MES, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquidades e injusticias sociales », Vimeo, 13 mars 2013. https://vimeo.com/61759498?embedded=true&source=vimeo_logo&owner=10855174 (site consulté le 22 avril 2022).

LAMRANI, Salim, « Le système de santé à Cuba : origines, doctrine, résultats », Etudes caribéennes, hors-série numéro 7, juillet 2021. https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21450 (site consulté le 13 avril 2022).

LÓPEZ BLANCH, Hedelberto, « Yo, sí puedo en idioma kiswahili », Juventud Rebelde, 24 mars 2009.

MARTÍ, José, Ideario pedagógico, La Havane, Editorial Pueblo y Educación, (1997) 2014.

MARTÍ, José, « Revolución en la enseñanza », Centro de Estudios Martianos, pas de date. http://www.josemarti.cu/publicacion/revolucion-en-la-ensenanza/ (site consulté le 3 mai 2022).

MEDIALIBRECINE, « Alphabétisation : Haïti, le chemin du développement Yo, sí puedo/Wi Mwen Kapab », Dailymotion, 16 juillet 2017. https://www.dailymotion.com/video/xuws7e (site consulté le 20 avril 2022).

MINISTERIO DE EDUCACIÓN, « Encuentro Internacional de Educación Alternativa y Especial », Estado Plurinacional de Bolivia, 2019. https://www.minedu.gob.bo/index.php?option=com_content&view=article&id=357:direccion-general-de-post-alfabetizacion&catid=191&Itemid=993#:~:text=La%20tasa%20de%20analfabetismo%20del,cuales%20el%2074%25%20son%20mujeres. (site consulté le 25 avril 2022).

MINISTERIO DE EDUCACIÓN DE CUBA, « Programa de alfabetización yo, sí puedo: una idea de Fidel », 2020. https://minedcuba.org/programa-de-alfabetizacion-yo-si-puedo-una-idea-de-fidel/ (site consulté le 13 avril 2022).

MINISTERIO DE EDUCACIÓN DE CUBA, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022. Document reçu par courriel de la part de Julio Arenas Hernández, Direction des relations internationales du Ministère cubain de l’Education.

MINISTERIO DE EDUCACIÓN DE NICARAGUA, « Manual del brigadista », Gobierno de Reconciliación y Unidad Nacional, 2013, p. 6-7.

MINISTERIO DE EDUCACIÓN DEL ESTADO PLURINACIONAL DE BOLIVIA, « Dirección General de Post-Alfabetización », Viceministerio de Educación Especial y Alternativa, 11 mai 2016. https://www.minedu.gob.bo/index.php?option=com_content&view=article&id=357&Itemid=757 (site consulté le 23 avril 2022).

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS, « Le budget et les finances du système éducatif », 2021. https://www.education.gouv.fr/le-budget-et-les-finances-du-systeme-educatif-89252

MINISTERIO DEL PODER POPULAR PARA EL ECOSOCIALISMO, « Hace 12 años Venezuela fue declarado territorio libre de analfabetismo », Gobierno Bolivariano de Venezuela, 28 octobre 2017. http://www.minec.gob.ve/hace-12-anos-venezuela-fue-declarada-territorio-libre-de-analfabetismo/ (site consulté le 3 mai 2022).

MINISTERIO DE RELACIONES EXTERIORES DE CUBA, « Más de 10 millones de alfabetizados en todo el mundo por método “Yo, sí puedo” », 3 février 2021. https://misiones.cubaminrex.cu/es/articulo/mas-de-diez-millones-de-alfabetizados-en-todo-el-mundo-por-metodo-cubano-yo-si-puedo (site consulté le 20 avril 2022).

PATTERSON PEÑA, Mathilde L., « The ArrowMight Program: Cuba’s Contribution to a Literacy Project for the Canadian Context », Humanist Language Teaching, Pilgrims, n°3, juin 2020. https://www.hltmag.co.uk/june2020/arrowmight-program (site consulté le 29 avril 2022).

PÉREZ CRUZ, Felipe de Jesús, « La Campaña Nacional de Alfabetización en Cuba », Varona, Universidad Pedagógica Enrique José Varona, n°53, juin-décembre 2011, p.10-23. https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=360635575003 (site consulté le 21 avril 2022).

PRENSA LATINA, « Método cubano llega a comunidades aborígenes de Australia », 16 septembre 2019.

RADIO CADENA AGRAMONTE, « Aborígenes de Australia leen y escriben con método cubano », 10 mai 2012.

RADIO CADENA AGRAMONTE, « Inauguran en México cursos de alfabetización Yo, sí puedo », 15 janvier 2016. https://www.cadenagramonte.cu/articulos/ver/57493:inauguran-en-mexico-cursos-de-alfabetizacion-yo-si-puedo (site consulté le 27 avril 2022).

RELYS DÍAZ, Leonela Inés, « La alfabetización por radio y televisión », Yo, sí puedo. https://qdoc.tips/la-alfabetizacion-por-radio-y-television-pdf-free.html (site consulté le 22 avril 2022).

REPÚBLICA BOLIVARIANA DE VENEZUELA y PETROLEOS DE VENEZUELA, « Misión Robinson. Yo, sí puedo », Educere, Volume 9, n°28, p. 17. https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=35602803 (site consulté le 21 avril 2022).

REUTERS, « Bolivia será declarada libre de analfabetismo el 20 de diciembre », 11 décembre 2008.

RUBIANO ALBORNOZ, Elisabel, « Tras las huellas de una idea, una mujer, un país », Educere. La Revista Venezolana de Educación, Universidad de los Andes, vol. 19, n°62, janvier-avril 2015, p. 231-36. https://www.redalyc.org/pdf/356/35641005019.pdf (site consulté le 22 avril 2022).

SERRÓN M., Sergio, « De Samuel Robinson a la Misión Robinson: La alfabetización en Venezuela y el proceso de reconceptualización », Sapiens. Revista Universitaria de Investigación, vol. 5, n°99, juin 2004, p. 123-135.

TAMAYO COLLADO, Jorge, « Nicaragua y Cuba: Unidos desde la Cruzada Nacional de Alfabetización hasta el Programa de Alfabetización Yo, sí puedo », Semanario Ideas y Debate, Centro de Estudios del Desarrollo Miguel d’Escoto Brockmann, n°42, 23 mars 2021, p. 37-41. https://www.unan.edu.ni/wp-content/uploads/unan-managua-semanario-especial-no-42-cedmeb-23032021.pdf (site consulté le 27 avril 2022).

UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », Conseil exécutif, 25 août 2006. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000146881_fre (site consulté le 23 avril 2022).

UNESCO, « Prix d’alphabétisation Association internationale pour la lecture, Prix d’alphabétisation Roi Sejong, Prix Confucius UNESCO d’alphabétisation : palmarès 2006 », 2006. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000148481?1=null&queryId=537c1784-f5fe-4621-a494-a3f6c613df7b (site consulté le 28 avril 2022).

UNESCO, « Résultats obtenus par la République de Bolivie dans l’élimination de l’analphabétisme, et utilité de cette expérience pour les efforts déployés par l’UNESCO dans le cadre de la décennie des Nations unies pour l’alphabétisation (2003-2012), Conseil exécutif, 15 avril 2009. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000181816_fre (site consulté le 25 avril 2022).

UNESCO, La crise cachée : les conflits armés et l’éducation, Rapport mondial 2011, Nations unies, Paris, 2011, p. 39, 72. http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001917/191794f.pdf (site consulté le 13 avril 2022).

VALLADARES ANTE, Delfina Mercedes, « El Programa Yo, sí puedo”: una propuesta para erradicar el analfabetismo en la comunidad de Pesillo », Alteridad. Revista de Educación, Universidad Politécnica Salesiana Ecuador, vol. 2, n°1, enero-junio 2007, p. 25.

Haut de page

Notes

1 Felipe de Jesús Pérez Cruz, « La Campaña Nacional de Alfabetización en Cuba », Varona, Universidad Pedagógica Enrique José Varona, n°53, juin-décembre 2011, p.10-23. https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=360635575003 (site consulté le 21 avril 2022).

2 Barbara Bruns & Javier Luque, Profesores excelentes. Cómo mejorar el aprendizaje en América Latina y el Caribe, Banco Mundial, 2014, p. 2. https://www.bancomundial.org/content/dam/Worldbank/Highlights%20&%20Features/lac/LC5/Spanish-excellent-teachers-report.pdf (site consulté le 13 avril 2022).

3 Banco Mundial, « Gasto público en educación, total (% del PIB) – Cuba », 2010. https://datos.bancomundial.org/indicator/SE.XPD.TOTL.GD.ZS?locations=CU (site consulté le 13 avril 2022).

4 Ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports, « Le budget et les finances du système éducatif », 2021. https://www.education.gouv.fr/le-budget-et-les-finances-du-systeme-educatif-89252 (site consulté le 13 avril 2022).

5 Salim Lamrani, « Le système de santé à Cuba : origines, doctrine, résultats », Etudes caribéennes, hors-série numéro 7, juillet 2021. https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21450 (site consulté le 13 avril 2022).

6 Ministerio de Educación de Cuba, « Programa de alfabetización yo, sí puedo: una idea de Fidel », 2020. https://minedcuba.org/programa-de-alfabetizacion-yo-si-puedo-una-idea-de-fidel/ (site consulté le 13 avril 2022). Voir également : Elisabel Rubiano Albornoz, « Tras las huellas de una idea, una mujer, un país », Educere. La Revista Venezolana de Educación, Universidad de los Andes, vol. 19, n°62, janvier-avril 2015, p. 231-36. https://www.redalyc.org/pdf/356/35641005019.pdf (site consulté le 22 avril 2022).

7 UNESCO, La crise cachée : les conflits armés et l’éducation, Rapport mondial 2011, Nations unies, Paris, 2011, p. 39, 72. http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001917/191794f.pdf (site consulté le 13 avril 2022).

8 Ministerio de Educación de Nicaragua, « Manual del brigadista », Gobierno de Reconciliación y Unidad Nacional, 2013, p. 6-7.

9 UNESCO, La crise cachée : les conflits armés et l’éducation, op. cit., p. 37, 76.

10 José Martí, Ideario pedagógico, La Havane, Editorial Pueblo y Educación, (1997) 2014, p. 163.

11 José Martí, « Revolución en la enseñanza », Centro de Estudios Martianos, pas de date. http://www.josemarti.cu/publicacion/revolucion-en-la-ensenanza/ (site consulté le 3 mai 2022).

12 Courriel de Nora Isaac Díaz, Ministère cubain de l’éducation, 7 mai 2022.

13 Miguel Ángel de la Fuente, « El programa de alfabetización “Yo, sí puedo” », Universidad Politécnica Salesiana, 2011. https://dspace.ups.edu.ec/bitstream/123456789/11074/1/11%20El%20programa%20de%20alfabetizacion%20Yo%20si%20Puedo.pdf (site consulté le 14 avril 2022).

14 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquidades e injusticias sociales », Vimeo, 13 mars 2013. https://vimeo.com/61759498?embedded=true&source=vimeo_logo&owner=10855174 (site consulté le 22 avril 2022).

15 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », Yo, sí puedo. https://qdoc.tips/la-alfabetizacion-por-radio-y-television-pdf-free.html (site consulté le 22 avril 2022).

16 Álvaro Fuente, « Yo sí puedo acabar con el analfabetismo », El País, 12 janvier 2017.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid. Voir également : Sandra Abendaño López, « La implementación del programa de alfabetización cubano “Yo, sí puedo” como una práctica de responsabilidad social de la Universidad Nacional de Tierra del Fuego », Papeles Salmantinos de Educación, n°24, 2020, p. 80-81.

22 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit. Voir également : República Bolivariana de Venezuela y Petroleos de Venezuela, « Misión Robinson. Yo, sí puedo », Educere, Volume 9, n°28, p. 17. https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=35602803 (site consulté le 21 avril 2022).

23 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit.

24 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquidades e injusticias sociales », op. cit.

25 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit.

26 Delfina Mercedes Valladares Ante, « El Programa Yo, sí puedo”: una propuesta para erradicar el analfabetismo en la comunidad de Pesillo », Alteridad. Revista de Educación, Universidad Politécnica Salesiana Ecuador, vol. 2, n°1, janvier-juin 2007, p. 25.

27 Leonela Inés Relys Díaz, « La alfabetización por radio y televisión », op. cit.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Miguel Ángel de la Fuente, « El programa de alfabetización “Yo, sí puedo” », Universidad Politécnica Salesiana, 2011, op. cit.

31 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », Conseil exécutif, 25 août 2006. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000146881_fre (site consulté le 23 avril 2022).

32 Ministerio de Relaciones Exteriores de Cuba, « Más de 10 millones de alfabetizados en todo el mundo por método “Yo, sí puedo” », 3 février 2021. https://misiones.cubaminrex.cu/es/articulo/mas-de-diez-millones-de-alfabetizados-en-todo-el-mundo-por-metodo-cubano-yo-si-puedo (site consulté le 20 avril 2022).

33 Bob Boughton & Deborah Durnan, « Cuba’s Yo, Sí Puedo. A Global Literacy Movement? », Postcolonial Directions in Education, volume 3, n°2, janvier 2014, p. 325-359. https://www.um.edu.mt/library/oar/bitstream/123456789/19932/1/Cuba%27s%20yo%2c%20si%20puedo.%20A%20global%20literacy%20movement.pdf (site consulté le 27 avril 2022).

34 Médialibrecine, « Alphabétisation : Haïti, le chemin du développement Yo, sí puedo/Wi Mwen Kapab », Dailymotion, 16 juillet 2017. https://www.dailymotion.com/video/xuws7e (site consulté le 20 avril 2022).

35 Ibid.

36 Ibid.

37 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », op. cit.

38 Ministerio de Educación de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022. Document reçu par courriel de la part de Julio Arenas Hernández, Direction des relations internationales du Ministère cubain de l’Education.

39 Médialibrecine, « Alphabétisation : Haïti, le chemin du développement Yo, sí puedo/Wi Mwen Kapab », op. cit.

40 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquidades e injusticias sociales », op. cit.

41 Sergio Serrón M., « De Samuel Robinson a la Misión Robinson: La alfabetización en Venezuela y el proceso de reconceptualización », Sapiens. Revista Universitaria de Investigación, vol. 5, n°99, juin 2004, p. 123-135.

42 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquidades e injusticias sociales », op. cit.

43 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit.

44 Ministerio del Poder Popular para el Ecosocialismo, « Hace 12 años Venezuela fue declarado territorio libre de analfabetismo », Gobierno Bolivariano de Venezuela, 28 octobre 2017. http://www.minec.gob.ve/hace-12-anos-venezuela-fue-declarada-territorio-libre-de-analfabetismo/ (site consulté le 3 mai 2022).

45 Gobierno Bolivariano de Venezuela, « Especial. En el Día Internacional de la Alfabetización, Venezuela reafirma su compromiso social con la educación gratuita y de calidad », Vicepresidencia de la República Bolivariana de Venezuela, pas de date. http://vicepresidencia.gob.ve/especial-en-el-dia-internacional-de-la-alfabetizacion-venezuela-reafirma-su-compromiso-social-con-la-educacion-gratuita-y-de-calidad/ (site consulté le 21 avril 2022).

46 UNESCO, « Résultats obtenus par la République de Bolivie dans l’élimination de l’analphabétisme, et utilité de cette expérience pour les efforts déployés par l’UNESCO dans le cadre de la décennie des Nations unies pour l’alphabétisation (2003-2012), Conseil exécutif, 15 avril 2009. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000181816_fre (site consulté le 25 avril 2022). Voir également : Justia Bolivia, « Nueva Constitución Política del Estado », 7 février 2009. https://bolivia.justia.com/nacionales/nueva-constitucion-politica-del-estado/ (site consulté le 25 avril 2022).

47 Ibid.

48 Ministerio de Educación del Estado Plurinacional de Bolivia, « Dirección General de Post-Alfabetización », Viceministerio de Educación Especial y Alternativa, 11 mai 2016. https://www.minedu.gob.bo/index.php?option=com_content&view=article&id=357&Itemid=757 (site consulté le 23 avril 2022) ; Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit.

49 Ministerio de Educación, « Encuentro Internacional de Educación Alternativa y Especial », Estado Plurinacional de Bolivia, 2019. https://www.minedu.gob.bo/index.php?option=com_content&view=article&id=357:direccion-general-de-post-alfabetizacion&catid=191&Itemid=993#:~:text=La%20tasa%20de%20analfabetismo%20del,cuales%20el%2074%25%20son%20mujeres. (site consulté le 25 avril 2022).

50 Reuters, « Bolivia será declarada libre de analfabetismo el 20 de diciembre », 11 décembre 2008.

51 Jorge Tamayo Collado, « Nicaragua y Cuba: Unidos desde la Cruzada Nacional de Alfabetización hasta el Programa de Alfabetización Yo, sí puedo », Semanario Ideas y Debate, Centro de Estudios del Desarrollo Miguel d’Escoto Brockmann, n°42, 23 mars 2021, p. 37-41. https://www.unan.edu.ni/wp-content/uploads/unan-managua-semanario-especial-no-42-cedmeb-23032021.pdf (site consulté le 27 avril 2022).

52 Yara Bermúdez, « Comandante Fidel Castro presente en la Educación de Nicaragua », Ministerio de Educación de la República de Nicaragua, 28 novembre 2018. https://www.mined.gob.ni/comandante-fidel-castro-presente-en-la-educacion-de-nicaragua/ (site consulté le 27 avril 2022).

53 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit.

54 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit. ; Radio Cadena Agramonte, « Inauguran en México cursos de alfabetización Yo, sí puedo », 15 janvier 2016. https://www.cadenagramonte.cu/articulos/ver/57493:inauguran-en-mexico-cursos-de-alfabetizacion-yo-si-puedo (site consulté le 27 avril 2022). Voir également : C. Nissa Iris Cruz Mendoza, “Ser indígena y alfabetizarse en español: El programa cubano de alfabetización “Yo, sí puedo” y su aplicación entre la población indígena inmigrante en la ciudad de México (2011-2012), Universidad Autónoma de la Ciudad de México, octubre 2013.

55 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid. Voir également : Hedelberto López Blanch, « Yo, sí puedo en idioma kiswahili », Juventud Rebelde, 24 mars 2009.

59 EFE, « Un método desarrollado en Cuba enseña a leer y escribir a aborígenes australianos », 1er juillet 2012 ; Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit.

60 Radio Cadena Agramonte, « Aborígenes de Australia leen y escriben con método cubano », 10 mai 2012.

61 Prensa Latina, « Método cubano llega a comunidades aborígenes de Australia », 16 septembre 2019.

62 Iraida Calzadilla Rodríguez, « En Nueva Zelanda dicen Yo, sí Puedo », Granma, 2 février 2005 ; Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit. Voir également : Jaime Canfux Gutiérrez, « Cuban Cooperation in Literacy and Adult Education Programs Overseas », In: Hickling-Hudson, A., González, J.C., Preston, R. (eds) The Capacity to Share, Palgrave Macmillan’s Postcolonial Studies in Education. Palgrave Macmillan, New York, 2012, p. 255-261.

63 Mathilde L. Patterson Peña, « The ArrowMight Program: Cuba’s Contribution to a Literacy Project for the Canadian Context », Humanist Language Teaching, Pilgrims, n°3, juin 2020. https://www.hltmag.co.uk/june2020/arrowmight-program (site consulté le 29 avril 2022).

64 Bob Boughton, « Back to the Future?: Timor-Leste, Cuba and the Return of the Mass Literacy Campaign », Literacy and Numeracy Studies, janvier 2010, volume 18, n°2, p. 58-74.

65 Mathilde L. Patterson Peña, « The ArrowMight Program: Cuba’s Contribution to a Literacy Project for the Canadian Context », op. cit.

66 Ministerio de Educación de la República de Cuba, « Resultados generales de la aplicación del programa “Yo, sí puedo”. Cierre 31 de diciembre de 2021 », 2022, op. cit.

67 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », op. cit.

68 UNESCO, « Etude sur l’efficacité et la faisabilité de la méthode d’alphabétisation Yo, sí puedo », op. cit.

69 UNESCO, « Prix d’alphabétisation Association internationale pour la lecture, Prix d’alphabétisation Roi Sejong, Prix Confucius UNESCO d’alphabétisation : palmarès 2006 », 2006. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000148481?1=null&queryId=537c1784-f5fe-4621-a494-a3f6c613df7b (site consulté le 28 avril 2022).

70 Ibid.

71 Ibid.

72 La Entrevista del Mes, « Entrevista a Leonela Relys: El analfabetismo existe porque existen iniquidades e injusticias sociales », op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Extrait du cahier d’exercice de l’apprenant
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24147/img-1.png
Fichier image/png, 425k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « Le programme d’alphabétisation « Yo, sí puedo » : une proposition cubaine à la problématique de l’illettrisme à travers le monde »Études caribéennes [En ligne], 52 | Août 2022, mis en ligne le 15 août 2022, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/24147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.24147

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Université de la Réunion, salim.lamrani@univ-reunion.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search