Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52DossierLa multiplication des catastrophe...

Dossier

La multiplication des catastrophes en Haïti peut-elle déboucher sur la diffusion de modèles d’habitats plus adaptés et ainsi renforcer la résilience ?

May the multiplication of disasters in Haiti lead to the dissemination of more suitable housing models and thus strengthen people’s resilience?
Thierry Joffroy, Christian Belinga Nko’o et Philippe Garnier

Résumés

Depuis 2010, Haïti a été sujette à de nombreux aléas. Séismes et cyclones ont tous causé des dégâts importants sur le bâti. Toutefois, dès 2010, l’observation de l’impact du séisme avait permis de bien faire la distinction entre les typologies constructives. Toutes n’avaient pas tué, toutes n’avaient pas été entièrement détruites, et certaines, bien que d’allure plutôt modeste, s’étaient bien comportées malgré l’intensité du choc. Des recherches menées sur ces typologies d’habitat, basées sur l’usage de systèmes constructifs en ossature bois et « remplissages » avec des matériaux disponibles localement, avaient alors amené à faire des propositions de reconstruction originales, valorisant ces pratiques locales. Celles-ci rencontrèrent des réticences dans le milieu haïtien du développement, jugées trop passéistes. Toutefois, dès lors qu’un premier prototype fut construit, l’intérêt de la démarche fut compris. Par ailleurs, des calculs de structure, la certification par le MTPTC et des essais en laboratoire puis sur table vibrante permirent au système constructif d’acquérir une réelle reconnaissance. Le modèle a ainsi pu être diffusé avec diverses variantes, notamment par la plateforme d’ONGs PADED. Lors du passage des cyclones Irma puis Matthew, les habitats construits se sont plutôt bien comportés. Ainsi, d’autres organisations intégrèrent l’idée et participèrent à la diffusion du concept de TCLA (Techniques de construction locales améliorées). La plupart des réalisations ayant été faites dans l’Ouest, les Nippes, le Sud et la Grande Anse, bon nombre d’entre elles ont subi le séisme du 14 août 2021. Il s’agissait là d’une mise à l’épreuve en situation réelle dont les résultats sont apparus plutôt éloquents. De fait, dès fin août 2021, le Shelter Working Group produisait un document d’orientation qui mentionnait l’intérêt de la démarche TCLA, car au-delà des performances para-sinistres elle permet une véritable prise en charge au niveau local, et sur le long terme. Force serait-il donc de constater que, à l’instar de ce qui a déjà été observé dans d’autres régions du monde, la récente répétition de sinistres en Haïti aurait engendré un changement radical de la culture des risques ? Cette nouvelle situation pourrait-elle à terme déboucher sur une meilleure adaptation des solutions pour l’habitat aux capacités et moyens des populations haïtiennes, et une meilleure prise en compte des aléas naturels avec, au final, plus de résilience ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le début de ce nouveau millénaire, Haïti a été sujette à de nombreux aléas naturels dévastateurs : les séismes de janvier 2010, d’octobre 2018 et plus récemment celui d’août 2021 suivi de nombreuses répliques (jusqu’au début de l’année 2022), les cyclones Sandy en octobre 2012, Matthew en octobre 2016, puis Irma en septembre 2017. La multiplication de ces aléas est un facteur très contraignant pour le pays et bien sûr pour les populations qui en sont victimes, notamment du fait de leurs impacts sur le patrimoine bâti et des importants besoins pour assumer la réparation ou la reconstruction de ces édifices. Toutefois, la fréquence de ces aléas et l’importance des dégâts matériels et humains qu’ils ont occasionnés, notamment en 2010, ont amené à lancer des programmes d’appui et de recherche dans une perspective de « Build Back Better » ou « Build Back Safer ».

  • 1 COUN: https://www.humanitarianresponse.info/fr/operations/haiti/document/haiti-organigramme-du-cent (...)
  • 2 UCLBP: https://www.facebook.com/UCLBP
  • 3 CIAT, Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire : http://ciat.gouv.ht/

2En effet, l’État haïtien, appuyé par de nombreux partenaires nationaux et internationaux a travaillé à sa restructuration pour mieux faire face aux aléas naturels et à leurs conséquences. Des institutions comme le Centre d’Opérations d’Urgence Nationale1 (COUN), l’Unité de Construction de Logements et de Bâtiments Publics2 (UCLBP), le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire3 (CIAT) œuvrent à la construction d’un ensemble cohérent des efforts de reconstruction faisant suite aux catastrophes naturelles. Passé le sentiment de désorganisation qui a prévalu après le séisme de Port-au-Prince, les catastrophes suivantes ont pu bénéficier de la capitalisation des leçons apprises dans la gestion post séisme de 2010. De ce fait, l’aide apportée à la reconstruction dans le post Matthew l’a été sous une meilleure coordination orchestrée par le Groupe Sectoriel Abris (Shelter Cluster) mis initialement en place par la Fédération Internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge (FICR), puis par l’Organisation Internationale des Migration (OIM), en partenariat avec le COUN et l’UCLBP.

  • 4 C’est le Premier ministre qui préside les séances de travail du CIAT

3Ce cadre d’intervention concertée a permis de réfléchir à la question d’un habitat adapté aux risques naturels auxquels le pays est exposé, mais aussi à la multiplication un peu trop « tous azimuts » de solutions nouvelles d’habitat. Avec la Directive du Premier Ministre4 sur les orientations devant être suivies pour la reconstruction post ouragan Matthew un tri a permis de progresser dans la pertinence des réponses proposées, notamment en regard de leur adaptation aux capacités et moyens des populations haïtiennes. Seront-elles à même de voir émerger une nouvelle « culture du risque », largement partagée au niveau national, et des efforts pouvant déboucher vers une meilleure résilience ? Telle est la question abordée dans cet article qui examine de façon plus particulière l’émergence puis le développement de la notion de TCLA - Techniques de Construction Locales Améliorées – laquelle semble prendre un essor encore plus important suite au séisme d’août 2021. 

1. Le séisme de 2010 et son impact sur l’habitat

  • 5 https://fr.wikipedia.org/wiki/Séisme_de_2010_en_Haïti

4Le séisme du 12 janvier 2010 a lourdement frappé Haïti, et plus particulièrement sa capitale, Port-au-Prince, les villes de Léogâne, Jacmel, Petit-Goâve, ainsi que les zones péri-urbaines et rurales attenantes. Plus de 280 000 personnes décédèrent et 300 000 furent blessées5. Au total, près de 1,5 million de personnes ont été affectées, se retrouvant ainsi sans abri ou déplacées, avec notamment plus de 600 000 personnes qui quittèrent la capitale. 

5Classé parmi les pays les plus pauvres avant le séisme, le pays avait besoin d’appuis conséquents pour se reconstruire. Dans ce cadre, le gouvernement suggérait que « reconstruire Haïti, ce n’est pas revenir à la situation qui prévalait avant le 21 janvier, mais c’est s’attaquer à tous ces facteurs de vulnérabilité pour que plus jamais les aléas naturels n’infligent de telles pertes » (Gouvernement de Haïti, 2010). À ce titre c’était non seulement le risque sismique qui devait être pris en compte, mais aussi celui beaucoup plus récurrent lié au passage d’ouragans à travers le pays qui, en plus des vents violents qui les caractérisent, entraînent aussi de fortes précipitations et, par suite, des inondations et des glissements de terrain. 

6Ces crises récurrentes et leur important impact sur l’habitat résultent de la combinaison entre un aléa naturel d’une extrême violence et une grande vulnérabilité qui résulte de phénomènes de différentes natures : pauvreté, forte densité humaine, non-respect des règles de l’art, installation dans des zones exposées, déforestation, etc. Les lourds tributs payés chaque année lors de la saison des ouragans handicapent les logiques de « développement ». En réponse, le gouvernement haïtien entendait donc faire de cette catastrophe majeure une opportunité pour réduire les inégalités sociales, rééquilibrer le territoire national et freiner la dégradation environnementale.

  • 6 Centre International de la Construction en Terre, http//craterre.org

7C’est dans ce contexte que CRAterre6 a collaboré avec diverses organisations nationales et internationales pour tenter de contribuer au mieux au relèvement durable de l’habitat populaire en Haïti, en particulier en lançant des travaux de recherche, aussi bien fondamentale qu’appliquée. Les premières études menées sur les destructions firent vite état d’une situation paradoxale. Les constructions les plus anciennes, essentiellement construites sur des principes d’ossature bois et remplissages avec des matériaux collectés à proximité, apparaissaient s’être mieux comportées que les constructions plus récentes en béton armé avec remplissage en maçonnerie de blocs de ciment. Beaucoup d’ossatures et dalles de plancher en béton n’ont pas résisté du fait de leur qualité, engendrant des dégâts humains considérables (Douline, 2010).

8Ce genre d’observation n’est d’ailleurs pas spécifique à Haïti. Trop souvent de par le monde des pratiques locales ont été abandonnées au profit de technologies apparaissant plus « modernes », mais qui, lorsqu’elles sont coûteuses, techniquement complexes et donc difficiles à mettre en œuvre, s’avèrent finalement bien moins résistantes ce qu’attendu (Fig.1), avec les conséquences que l’on connaît (Louis, 2020).

Figure 1. Bâtiment en béton armé effondré lors du séisme de janvier 2010

Figure 1. Bâtiment en béton armé effondré lors du séisme de janvier 2010

Source : CRAterre-ENSAG, P. Garnier

2. Le projet ReparH et ses résultats

9Lors de l’approfondissement du constat initial, une « famille » de cultures constructives anciennes propre à Haïti a été mise en évidence, se déclinant sous des formes diverses selon qu’il s’agissait d’habitats modestes en milieu rural ou d’imposantes maisons bourgeoises en zone urbaine dites de style « Gingerbread » (Fig.2) avec toutefois nombre de variantes de tailles intermédiaires, voire très humbles (Avrami, 2010). Si certaines avaient été affectées du fait de leur modification structurelle, absence ou mauvais entretien, aucune d’entre elles ne s’était brutalement effondrée, épargnant ainsi leurs occupants (Fig.3).

Figure 2. Une des maisons de style Gingerbread de Port au Prince qui ont bien résisté lors du séisme de 2010

Figure 2. Une des maisons de style Gingerbread de Port au Prince qui ont bien résisté lors du séisme de 2010

Source : Misereor, A. Douline,

Figure 3. Maison en zone rurale impactée par le séisme de 2010 mais qui a préservé la vie de ses occupants

Figure 3. Maison en zone rurale impactée par le séisme de 2010 mais qui a préservé la vie de ses occupants

Source : Misereor, A. Douline,

  • 7 Voir : Manifeste « Valoriser les cultures constructives locales pour une meilleure réponse des prog (...)
  • 8 Groupement d’Appui au Développement Rural (ONG développement rural)
  • 9 Architecture, Environnement et Cultures Constructives (unité de recherche de l’Ecole Nationale Supé (...)
  • 10 Sol, Solides, Structures, Risques
  • 11 Agence National de la recherche

10C’est donc à partir de ce constat qu’a été proposée la mise en place d’un projet de recherche adoptant l’approche déjà expérimentée et promue par diverses organisations internationales7, approche qui privilégie le dialogue entre savoir académique et savoir populaire, en particulier celui qui est transmis par les traditions locales, et par une analyse fine des cultures constructives locales (Caïmi, 2014). Pour cela, CRAterre, GADRU8, l’Unité de recherche AE&CC9 et le laboratoire 3SR10 de l’Université Grenoble Alpes ont répondu à l’appel à projets Flash Haïti lancé par l’ANR11 pour des projets de recherche pouvant être menés en réponse au séisme et à ses multiples effets sur la société haïtienne.

  • 12 ReparH : Reconstruire parasinistre en Haïti [ANR-10-HAIT-0003]
  • 13 Plateforme d’organisations haïtiennes spécialisée en Agro-écologie et de Développement durable

11La proposition, intitulée ReparH12, a été élaborée en accompagnement de plusieurs projets de terrain soutenus pour la plupart par l’ONG allemande MISEREOR, suite à la demande de ses partenaires haïtiens de la plateforme PADED13. Retenue par l’ANR, ce projet a pu être lancé (ANR, 2010) rapidement avec un consortium qui sera plus tard rejoint par d’autres partenaires comme Entrepreneurs du Monde (EdM) ou encore le Secours Catholique - Caritas France (SC-CF). Ces financements complémentaires, à la fois opérationnels et académiques ont permis de nourrir les projets de terrain avec des données techniques, vérifiées en laboratoire (Vieux-Champagne, 2017) et de prendre du temps et du recul.

  • 14 Étayée par de nombreux essais en laboratoire, y compris la mise à l’épreuve d’un modèle de maison « (...)

12Dans la volonté de se positionner dans une perspective de développement durable la nécessaire réflexion technique14 a été considérée au prisme des aspects sociaux, environnementaux, économiques et culturels de la production et de l’usage de l’habitat, prenant aussi en compte les questions de gestion et de gouvernance à divers niveaux. L’idée était aussi de maximiser les bénéfices pour les populations dans la perspective d’atteindre un meilleur niveau de résilience (accessibilité des techniques, évolution dans le temps, reproductibilité avec les moyens des populations, retour des investissements vers les populations, etc.). Il était enfin question de proposer des cadres de vie adaptés à la diversité des environnements et des modes de vie, et pour cela, de donner toute sa place à la qualité esthétique, voire même à l’expression artistique, une pratique quasi constante dans tout le pays, y compris dans l’habitat. 

13Cela mena à des propositions architecturales différentes selon les lieux d’intervention, tant dans les matériaux utilisés que dans la forme et la disposition des espaces composant l’habitation ou qui forment des compléments extérieurs (aménagement de la concession, cour commune : le lakou). Certaines études ayant révélé des zones dans lesquelles l’habitat présentait des degrés moindres de dégradation amenèrent aussi à considérer des programmes visant à réparer et, autant que possible, à améliorer l’existant. Cette diversité s’est retrouvée aussi dans les efforts qui ont été systématiquement faits de valoriser le mode traditionnel d’organisation dénommé Kombit, nom générique de la pratique d’entraides familiales et entre voisins, basée sur des principes de solidarité, de réciprocité et de gratuité : un atout important pour la résilience des communautés.

  • 15 MTPTC : Ministère des Travaux Publics, Transports et Communication

14Le projet ReparH et ses projets de terrain associés ont permis de faire valider le système constructif à ossature bois contreventé par le ministère en charge de la reconstruction (MTPTC15) et ont contribué à mettre en place les prémices d’une filière professionnelle organisée autour d’associations d’artisans (bòs). Concrètement sur le terrain, ce sont plus de 2 000 familles qui ont bénéficié directement des recherches réalisées et eu accès une nouvelle habitation ou encore pu réparer leur maison. Fin 2015, plus de 2 000 autres familles avaient elles aussi indirectement bénéficié du fait des formations des responsables de chantier et de professionnels ainsi que de la diffusion des éléments techniques liés au système constructif utilisé et de ses variantes proposées en adaptation aux spécificités locales (climat, compétences et matériaux disponibles sur place, etc.). 

3. Impact des cyclones Sandy, Matthew puis Irma 

15Les premiers bons résultats obtenus sur le terrain entre 2010 et 2014 dans le cadre des projets soutenus par MISEREOR et SC-CF avec les plateformes d’ONGs PADED et PAPDA se sont confirmés dans les années suivantes, notamment avec l’adhésion à l’approche proposée par EdM qui complétait le dispositif en place avec des efforts spécifiquement orientés sur la formation et la facilitation de l’accès à l’entrepreneuriat pour des bòs formés. 

16Mais les développements les plus importants du concept proposé allaient en fait résulter du passage de nouveaux aléas. Dès 2012, alors que la reconstruction postséisme venait enfin de prendre un meilleur rythme, ce sont Isaac (tempête tropicale) et Sandy (ouragan) qui s’abattent sur le pays, provoquant des dégâts très importants dans les départements du Sud, Sud-Est, de l’Ouest et de Grand’Anse. Plus tard, en 2016, c’est l’ouragan Matthew qui dévaste l’Ouest, le Sud-Est et surtout le Sud et Grand’Anse, affectant plus de 2 millions de personnes. En septembre 2017, une fois de plus, c’est l’ouragan Irma qui frôle l’île, engendrant d’importantes inondations dans le Nord.

  • 16 Entre 2010 et 2013, coûts aux environs de 250 – 300 $/m2 pour les TCLA à comparer avec des coûts de (...)

17Mises à l’épreuve en conditions cycloniques, les constructions proposées dans le cadre du projet ReparH se sont avérées bien adaptées, suffisamment résistantes, validant ainsi les calculs de résistance des structures proposées, lesquels avaient anticipé ce deuxième type de risque, en plus du risque sismique considéré initialement (Fig.4). Cela infirmait aussi l’idée selon laquelle seules les constructions en béton étaient à même de résister à ces aléas et que donc, tout un chacun pourrait se protéger de tels risques sans avoir à faire face à des contraintes financières presque impossibles à réunir. En effet, les maisons construites selon l’approche TCLA se sont avérées être aux environs de 3 fois moins chères16 que la construction en ossature béton armée dans les quartiers populaires (Belinga Nko’o, 2013) alors que ces dernières sont peu, voire pas du tout, résistantes aux séismes.

Figure 4 : Une des maisons de type Técla ayant bien résisté au Cyclone Matthew. Anse d’Hainault

Figure 4 : Une des maisons de type Técla ayant bien résisté au Cyclone Matthew. Anse d’Hainault

Source : FICR

18Le passage de ces nouveaux aléas sur Haïti a donc été propice à une appropriation de la démarche par les populations bénéficiaires et les acteurs impliqués, mais aussi à un élargissement progressif des partenariats à d’autres bailleurs et acteurs de l’urgence (la FICR, les Croix Rouge haïtienne, française, hollandaise, américaine et suisse, le réseau Caritas, l’Organisation Internationale pour les Migrations, la Fondation Abbé Pierre, UN-Habitat, la Direction du Développement et de la Coopération suisse), une collaboration avec le Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications, et la création d’associations d’artisans haïtiens qualifiés (entre autres : ATProCoM, ACAPE et ATECO).

19Dans la continuité de cette étape, des bâtiments plus importants comme des écoles (Fig.5), des centres de santé ou encore des bureaux (Fig. 6) ont pu être proposés, dimensionnés, conçus et bâtis. Près de 10 000 bâtiments, conçus en se basant sur ce système constructif, ont été bâtis depuis la catastrophe de janvier 2010. Après le passage de l’Ouragan Matthew, l’estimation faite est que 95 % des réalisations (ou réparations) réalisées dans le cadre de projets de reconstruction accompagnés par des organisations nationales ou internationales se sont inspirés de ce qui désormais est dénommé en Haïti sous le nom de Técla, pour TCLA, Techniques de Construction Locales Améliorées.

Figure 5 : Ecole de Grand Boulage, construite en 2014

Figure 5 : Ecole de Grand Boulage, construite en 2014

Source : CRAterre-ENSAG, J. Hosta

Figure 6. Bureaux de l’ONG Gadru à Belot construits en 2012

Figure 6. Bureaux de l’ONG Gadru à Belot construits en 2012

Source : CRAterre-ENSAG. T. Joffroy

4. Une reconnaissance graduelle pour le concept de TCLA (Técla)

20Les mutations des modes d’habiter et de l’habitat sont les conséquences de facteurs multiples au rang desquels, le facteur humain, témoin (sensible/influençable) des transitions spatiales (du rural vers l’urbain) et sociales (de la pauvreté vers les couches sociales plus aisées) qui influencent pour beaucoup, les choix opérés par une famille ou une communauté, du modèle de la maison à construire. Les facteurs économiques, culturels et environnementaux suivent dans la détermination des matériaux et de la qualité de la maison construite à terme.

21La reconnaissance de plus en plus forte du concept de TCLA est la preuve qu’un changement de paradigme en matière d’habitat est possible, mais qu’il s’agit d’un processus plutôt long au sein d’une société. La nouveauté doit faire ses preuves, mais peut-être encore plus quand elle se base sur des pratiques préexistantes ayant perdu une bonne part de leur attractivité historique. En cela, l’approche proposée dans le cadre de ReparH était singulière et novatrice (en Haïti) du fait de la mise en avant des ressources et des intelligences constructives locales pour bâtir un processus de reconstruction d’une société et non pour construire seulement des maisons. 

22De ce fait, à contre-courant de solutions qui prônaient - hors cadre/champ de l’urgence et du relèvement précoce - le parpaing de ciment ou le T-Shelter (IFRC, 2012) en tous contextes géographiques et climatiques, dans les zones impactées par le tremblement de terre, l’acceptabilité d’un habitat inspiré de modèles traditionnels était loin d’être une évidence pour tous.

  • 17 Anthony EYMA, directeur de CONCERT-ACTION, Préface in Joffroy & al., 2019, « (Re) construire en Haï (...)

« Il n’a pas été facile aux associations membres de la PADED de mettre en œuvre cette action allant à contre-courant des préjugés. Il faut l’avouer, souvent nos préférences sont fortement conditionnées par des a priori : pour les bénéficiaires, la maison en blocs et béton représente un symbole de prestige, et, pour les professionnels, la construction en matériaux locaux est moins durable… Ainsi, il a d’abord fallu nous convaincre nous-mêmes de l’intérêt de ce programme de construction et de réparation de maisons traditionnelles à structure en bois, faisant largement usage de matériaux locaux (argile, bois, roches,…). L’expérience réalisée a vite prouvé l’intérêt de cette option pour la préservation de notre patrimoine et des savoir-faire locaux ; leur intérêt pratique aussi dans les sites particulièrement reculés et enclavés, où les matériaux manufacturés lourds comme le ciment coûtent très cher, et où les difficultés de transport ne garantissent pas la possibilité d’un approvisionnement régulier »17.

  • 18 EPPMPH : Encadrement des Petits Paysans des Mornes et des Plaines d’Haïti
  • 19 ENH-PRESTEN : Enfants Nécessiteux d’Haïti - Prese Swen Tè Nou
  • 20 CONCERT-ACTION : Concertation et Action pour le Développement
  • 21 GADRU : Groupe d’Appui au Développement Rural

23Parmi les organisations partenaires de la PADED impliquées initialement dans le projet de reconstruction financé par MISEREOR, seule une organisation, EPPMPH18, avait tout de suite été convaincue par l’idée d’un processus fortement basé sur les réalités des territoires dans lesquels elle accompagnait les familles paysannes. C’est avec cette organisation que le projet a pu être démarré, avec la construction d’un premier prototype (Fig.7) à Cadjout (Rivière Froide). Passée la réalisation du prototype, trois autres organisations de la PADED ont adhéré au projet avec pour chacune, la construction de quelques centaines de maisons dans une première phase du projet. Il s’agissait d’ENH-PRESTEN19, de CONCERT-ACTION20 et de GADRU21.

Figure 7. Premier prototype construit à Cadjout (Rivière Froide) avec l’ONG EPPMPH

Figure 7. Premier prototype construit à Cadjout (Rivière Froide) avec l’ONG EPPMPH

Source : CRAterre-ENSAG. T. Joffroy

24Cette approche fut ensuite sortie des mornes d’où elle avait été initiée pour s’installer en ville, à Port-au-Prince, avec l’intérêt d’Entrepreneurs du Monde, de fonder en son sein, une section « Habitat » dont la vocation était de renforcer la compétence de jeunes artisans et entrepreneurs capables de répondre aux énormes besoins en logements décents en milieu urbain. En guise de matériaux, le bois va également être utilisé, de même que les débris de constructions en béton et parpaings de ciment, issus du tremblement de terre. Avec cette installation en ville, vont naître d’autres modèles d’habitat : maisons à étage, surélévations (Fig.8), etc., puis des écoles et des bâtiments communautaires.

Figure 8. Maisons dont une surélévation dans le quartier de ChrisRoi à, Port-au-Prince

Figure 8. Maisons dont une surélévation dans le quartier de ChrisRoi à, Port-au-Prince

Source : CRAterre-ENSAG, C. Belinga Nko’o

25Mais d’autre part, les deux thèses réalisées dans le cadre de ReparH ont aussi apporté des éléments scientifiques étayant la démarche de recherche et ses résultats avec, d’une part, des résultats scientifiques d’essais sismiques sur table vibrante (Vieux-Champagne, 2013), montrant la capacité de ces architectures traditionnelles renforcées à résister convenablement à des sollicitations sismiques (Fig. 9) et d’autre part, le développement mettant à disposition, des outils méthodologiques de collectes de données pour un diagnostic du territoire (Caïmi, 2014).

Figure 9 : Maison type testée sur la table vibrante du FCBA de Bordeaux en 2013.

Figure 9 : Maison type testée sur la table vibrante du FCBA de Bordeaux en 2013.

Source : CRAterre-ENSAG, C. Belinga Nko’o

  • 22 Le Cadre conceptuel de relèvement post Ouragan Matthew pour le secteur du logement. https://shelter (...)

26Avec l’ouragan Matthew, l’approche TCLA a connu un fort changement d’échelle. En effet, sollicité par les acteurs sectoriels de la reconstruction postcatastrophe naturelle, du matériel pédagogique va être utilisé par la coordination du Secteur Abris/BNA/CCCM, sous la houlette de l’OIM, du COUN et de l’UCLBP. De cette réorganisation du pilotage/coordination de l’aide post catastrophe, le Premier ministre, avec l’appui stratégique de l’UCLBP et d’OIM et l’appui technique de CRAterre et d’autres institutions, va produire une directive portant organisation/orientation de la reconstruction postcatastrophe naturelle, en édictant des principes et orientant vers des modèles/typologies de construction parmi lesquelles : les TCLAs22.

27Idée quasiment contre-intuitive, enfin était reconnu qu’Haïti est une terre riche de savoirs et d’intelligences constructives, possédant un patrimoine culturel immobilier rural et urbain d’une grande richesse et d’une grande diversité. Il est vrai que rares sont les exemples antécédents auxquels les organisations appelées à œuvrer dans « la reconstruction postdésastre » pouvaient se référer. Pourtant graduellement fut bien compris l’intérêt de cette approche singulière, soucieuse de la préservation et valorisation de la culture et des ressources locales tout en œuvrant au renforcement de la résilience face aux aléas naturels. 

28De fait, outre les constructions neuves, de nombreuses institutions nationales et internationales ont mis en œuvre l’approche TCLA, en appuyant les familles avec les budgets dont elles disposaient, pour réparer toute ou partie de la maison. D’autres projets sont intervenus sur l’habitat traditionnel de manière holistique en réparant l’ensemble des points de fragilité. De même, du point de vue des stratégies d’intervention utilisées par les ONG, les mécanismes d’appui au très efficace système local d’entraide, le kombit, ont eux aussi été promus, ou encore la plantation d’arbres fruitiers ou utilisables en construction pour la régénération de la ressource en préparation des besoins futurs.

29Avec un tel changement d’échelle, se sont posées des questions liées à la formation et à la disponibilité de techniciens et artisans formés, à la qualité et à la disponibilité des matériaux et des ressources utilisées, à leur prélèvement dans la nature et leur gestion durable, à la qualité de réalisation des maisons, à la sensibilisation des communautés, etc., ainsi que celle de la formation de formateurs pour les assumer sur le long terme.

  • 23 PARHAFS : Projet d’Appui à la Reconstruction de l’Habitat avec Formation dans le Sud.
  • 24 INFP : Institut national de formation professionnelle
  • 25 Le programme URBAYITI – Gouvernance urbaine et villes résilientes est élaboré par l’État haïtien so (...)
  • 26 TCLA+ : L’objectif de cette action financée par l’Union européenne et cofinancée par MISEREOR est d (...)

30En réponse, la Coopération suisse au développement et l’Ambassade de Suisse en Haïti, à travers le projet PARHAFS23, ont travaillé avec l’INFP24 à la validation d’un programme de formation certifiant sur les Téclas basé sur une production antérieure (Dejeant, 2013). Ce programme intitulé : « Construction vernaculaire selon l’approche TCLA » est aujourd’hui reconnue et est dispensé dans deux centres de formation professionnels avec des formateurs certifiés par l’INFP. L’opportunité du programme européen URBAYITI 25- Gouvernance urbaine et villes résilientes - a aussi été l’occasion de continuer à œuvrer à la consolidation de cette filière de construction à travers le projet TCLA+26. Il s’agit, au travers de l’approche, de faire montre du potentiel d’un habitat alternatif et de qualité, produit suivant des critères de durabilité, et construit en milieu urbain pour renforcer la résilience des communautés en matière d’habitat.

  • 27 OPPROD : Organisation des Professionnels pour la Reconstruction et le Développement durable

31Mais la reconnaissance des Téclas, c’est aussi et surtout un réseau d’acteurs locaux qui se sont constitués en groupements et associations d’artisans et petits entrepreneurs qui travaillent depuis des années, à offrir la qualité de leurs services à des particuliers et à des organisations qui souhaitent construire des projets en mettant en avant l’approche Técla. ATECO, OJUCAH et ADJEDESE à Jacmel, ATProCOM à Port-au-Prince, ACAPE aux Cayes, ATECOVA et OPRODD27 à Jérémie, sont les plus connus et les plus sollicités.

32Au-delà, c’est une appropriation plus globale, dans laquelle se retrouvent en synergie des institutions nationales, des organisations internationales et nationales, des associations et acteurs de terrain, mais aussi des organismes de formation. Enfin, il reste utile ici de préciser que ces positionnements institutionnels ne pourraient se faire sans qu’il n’y ait par ailleurs une appréciation globalement très positive des propositions faites (Téclas) notamment au regard du bon comportement face aux aléas récents, mais aussi d’un retour en grâce de la culture locale, une capacité retrouvée de donner confiance et fierté aux populations.

5. Impact du Séisme d’août 2021

33À 8h29 le matin le 14 août 2021, Haïti a été de nouveau touchée par un violent séisme. Celui-ci, d’une magnitude de 7,2 Mw, est localisé dans le département de Nippes à une profondeur d’environ 10 km. Ce séisme dévastateur, suivi de nombreuses répliques, a causé la mort de 2 248 personnes, la disparition de 329 et occasionné des blessures à 12 763 autres. En termes d’habitat a été comptabilisée la destruction de 53 815 maisons et 83 770 endommagées28.

34Les premiers constats sur le terrain ont confirmé des dégâts importants liés à la vulnérabilité des constructions exposées à l’aléa combiné aux éventuelles amplifications résultant des effets de sites, topographiques ou en cascade (glissements de terrain). Des missions de diagnostic et d’évaluation ont rapidement été lancées par les institutions haïtiennes compétentes (Sécurité civile, CIAT, etc.) et par certaines organisations internationales (UNICEF, CRS, HFH, etc.) complétées par de nombreux témoignages de terrain. Il ressort que « de nombreux bâtiments se [sont] effondrés lors de la puissante secousse qui a piégé des centaines d’Haïtiens sous des dalles de béton…29 » ravivant le traumatisme de janvier 2011.

35À l’inverse, d’une manière générale, les constructions de type Téclas se sont bien comportées, répondant aux exigences du génie parasismique dans le sens où elles ont évité de tuer et de blesser, objectif premier pour ce qui est de l’habitat (Fig.10). Même si certaines maisons ont subi des dégradations les rendant difficilement habitables (une plus faible proportion en comparaison aux autres types de construction), la plupart ne présentent que des endommagements mineurs, assez facilement réparables (Ayitika, 2021, HFHH, 2021). Ces constats expliquent la raison pour laquelle la grande majorité des acteurs majeurs engagés dans la reconstruction suite à ce nouveau désastre a décidé de recommander les Téclas comme options pour la (re) construction et en font la promotion au niveau national.

Fig. 10 : Maison construite à Camp Perrin après le cyclone Matthew. Etat après le séisme de 2021

Fig. 10 : Maison construite à Camp Perrin après le cyclone Matthew. Etat après le séisme de 2021

Source : CRAterre-ENSAG, F. Dejeant

36Dans son rapport produit immédiatement après le séisme, le CIAT lui-même exprime :

« Bientôt les modèles pour la reconstruction vont fleurir, parfois inadaptés et même farfelus. Nous devons surtout nous rappeler que nous avons une culture constructive qui a certes ses limites, mais qui a plutôt besoin d’être améliorée en rendant les matériaux de bonne qualité disponibles et en faisant appel à une main-d’œuvre formée pour la reconstruction. Il faudra encore une fois éviter d’établir des camps.  

Les maisons devront être reconstruites sur le site de la famille sinistrée.

  • 30 Les maisons dont il est question ici sont de type Téclas.

Certaines maisons développées après le cyclone Matthew (construites par Save The Children à Torbeck30) ont bien résisté. Il faudra prendre en compte ces techniques constructives tout en permettant aux familles de participer au processus de reconstruction (couleurs, formes, transfert de savoir-faire, etc.) pour éviter l’effet « projet ».

  • 31 Le 23 février 2022, suite à une réunion de concertation avec la coordination du secteur Abris/BNA/C (...)

37Tout récemment31 l’UCLBP a diffusé une directive pour les projets de reconstruction dans la péninsule sud qui, entre autres, comprend le passage suivant (UCLBP, 2022) :

« L’UCLBP recommande fortement :

1- D’utiliser les matériaux locaux disponibles dans la zone ;

2- Valoriser la main-d’œuvre locale et les techniques locales de construction ;

3- Former la main-d’œuvre locale aux techniques de construction parasismique et paracyclonique ;

4- Appliquer systématiquement les normes de construction en assurant un contrôle strict à toutes les étapes de la réparation/renforcement du logement ;

5- Former les ménages à l’entretien de leur maison en vue de garantir sa durabilité. »

  • 32 https://www.fcba.fr / FCBA : Institut Technologique Forêt Cellulose Bois-Construction Ameublement
  • 33 Dans le cadre de la thèse préparée par Florent Vieux-Champagne encadrée par le laboratoire 3SR de l (...)

38Les principaux enseignements de cette nouvelle catastrophe concernant les constructions utilisant les Téclas sont la confirmation des résultats du travail de recherche associant modélisation et expérimentation. La plupart des constructions se sont comportées de la même manière que ce qui avait pu être observé lors des essais sismiques sur table vibrante réalisée au FCBA32 à Bordeaux en avril 201333. Le système constructif associant ossature bois contreventée sur fondations en parpaings de pierres ou de béton avec remplissage en pierres maçonnées avec du mortier de terre permet de dissiper l’énergie cinétique transmise par le séisme en se déformant et par effondrement hors plan partiel contrôlé (Fig.11). Dans des cas très précis, la fondation et le soubassement ont subi des endommagements importants sans toutefois mettre en danger les occupants. Mais la plupart des constructions affectées semblent réparables, ce qui est un aspect très important et qui méritera d’être plus étudié dans le futur pour des réponses bien adaptées aussi à ce type d’éventualités.

Fig. 11. Maison construite à Beaulieu (Roche à Bateau), qui figure parmi celles qui n’ont été que légèrement affectées ou réparables (95 % des cas) par le séisme de 2021

Fig. 11. Maison construite à Beaulieu (Roche à Bateau), qui figure parmi celles qui n’ont été que légèrement affectées ou réparables (95 % des cas) par le séisme de 2021

Source : CRAterre-ENSAG, C. Belinga Nko’o

6. Réflexion sur l’évolution historique de la culture du risque en Haïti

39Dans son ouvrage de référence « Ancient buildings and earthquakes » (Ferrigni, 2005) qui traite entre autres du développement de cultures (du risque) sismique local au niveau de l’architecture, Ferrigni montre que ce type de culture est d’autant plus présent et élaboré que la fréquence des séismes est rapprochée, afin que « chaque » génération soit amenée à faire l’expérience de cet aléa et de ses conséquences sur le bâti. La deuxième condition pour l’émergence de cette culture étant d’avoir une intensité suffisante, mais non totalement destructrice. Clairement, Haïti n’est pas dans ce cas de figure. En effet, c’est près de 170 ans qui sépare le séisme destructeur de Cap-Haïtien (1842) de celui de Port-au-Prince (2010), empêchant de fait le développement d’une mémoire et d’une culture sismique locale. L’intensité des deux événements est un facteur rendant cela également impossible. Il convient aussi de noter que la « concurrence » des épisodes plus réguliers des risques climatiques (vents violents, inondations, etc.) ainsi que d’autres risques (feux, survie, etc.) nuit à cette possibilité. 

40En effet, les tempêtes tropicales et autres ouragans sont des phénomènes qui affectent régulièrement l’ensemble ou des zones spécifiques du pays, parfois même plusieurs fois au cours d’une même année. Même si les difficultés demeurent pour se prémunir de ces aléas et de leurs risques associés (inondations et glissements de terrain), il n’est pas étonnant que la volonté de se protéger des vents violents prédomine. C’est ainsi que la tendance semble avoir été résolument de privilégier des constructions lourdes, en ayant recours à l’usage de blocs de ciment et de béton, y compris pour les toitures, au détriment des constructions traditionnelles, dont l’ossature est faite de bois local et les remplissages avec des matériaux prélevés dans l’environnement proche. Cette évolution a été particulièrement importante dans les zones urbaines les plus actives, où l’influence des modèles internationaux a été la plus forte (Ubertini, 2020), mais aussi du fait que, suite à des incendies, dès 1924, ce type de construction fut interdit, au moins dans certains quartiers (Louis, 2020) des principales villes du pays. 

41La période après la Deuxième Guerre mondiale a été plus particulièrement propice à ce phénomène, du fait de dures sanctions imposées aux contrevenants (Louis, 2020), mais aussi du fait du développement de formations professionnelles et académiques favorisant des technologies liées à l’usage du ciment qui suivront la création de la première cimenterie nationale en 1950 et l’ouverture, à la même époque, des premières carrières de sable à Pétion-Ville (Ubertini, 2020) qui vont faciliter la généralisation des constructions en béton armé dans le pays. Outre le développement de ce qui deviendra le modèle à suivre, symbole de modernité, on peut aussi imaginer que les difficultés de plus en plus marquées de trouver en ville d’autres matériaux que ceux proposés par les petits revendeurs de quartier, ainsi que le processus de déboisement assez radical aux abords des centres urbains ont aussi quasiment forcé les populations les plus démunies vers ce genre de construction. 

42En cela, il semble que ce soit plusieurs décennies de développement de cette vision de la modernité qui ait mené au désastre de 2010 : la constitution d’une sorte de bombe à retardement. En effet, ce développement rapide ne s’est pas fait sans difficulté, que ce soit pour l’achat des matériaux, ou encore pour trouver de la main-d’œuvre vraiment qualifiée. Peu de constructions, notamment celles réalisées par les couches de la population la plus démunie, respectent véritablement les normes. Devant la nécessité de faire des économies, les fers à béton ne sont pas toujours bien dimensionnés et assemblés correctement, et les mélanges ne sont pas toujours bien réalisés, voire faits à partir de matériaux aux caractéristiques trop faibles ou inappropriées, ce qui est le cas des granulats (sables et graviers) issus de pierre calcaire aux caractéristiques trop friables (Louis, 2020 ; Douline, 2010). Pourtant cette situation à risque n’était pas inconnue, comme l’avait à plusieurs reprises signalé le géologue Claude Prépetit dans diverses tribunes (Prépetit, 2010).

43Résultat : « … les maisons en béton qui ont constitué un refuge contre les incendies et les cyclones durant le xixe et le xxe siècle ont été défiées le 12 janvier 2010. Des nuages de poussière provenant du béton en grande partie non armé de la plupart des constructions ont englouti les zones situées dans le périmètre du séisme. 300 000 personnes périront ce jour-là, alors que d’innombrables autres resteront estropiées à vie. » (Louis, 2020)

44C’est sur la base de ce constat et de l’observation du meilleur comportement des constructions restées traditionnelles qu’est née l’idée de les revisiter, et ce d’autant que celles-ci ne correspondant pas aux canons de la « modernité » et n’avaient pas forcément été si bien entretenues. Pas de dépenses inutiles alors que l’on économise pour un grand remplacement par du béton ! Pourtant, avec des coûts se situant aux environs du tiers de ceux des habitats conçus suivant ce qui est devenu le canon quasi conventionnel en milieu populaire, l’usage du béton, le potentiel d’utilisation est important, avec y compris un fort potentiel d’amélioration dans le temps en adaptation aux moyens réellement disponibles.

45Comme dit plus haut, l’idée au départ était loin de faire l’unanimité. Mais force est aujourd’hui de constater que, de par la répétition des aléas qui ont prouvé la bonne tenue des constructions proposées, les acteurs convaincus du potentiel des Téclas sont de plus en plus nombreux. Ils comportent désormais les acteurs étatiques majeurs et des débuts de normalisation existent, tant du point de vue technique que du développement des compétences dans un système normalisé, celui de l’INFP. De plus, les organisations internationales qui interviennent de façon régulière auprès des populations affectées par des aléas sont aussi nombreuses à adopter ce concept de Técla qui apparaît aussi parfaitement satisfaire les populations bénéficiaires avec la reconnaissance d’un certain plus, à caractère culturel. En effet, la typologie structurelle se prête à leur faire reprendre une des plus belles traditions du pays, artistique, celle de la décoration fort colorée, unique à chaque maison et qui peut évoluer dans le temps.

46L’avenir dira si une (nouvelle) culture constructive est en train de (re) naître, comme cela a déjà pu être observé dans d’autres contrées. L’exemple de l’île de Leucade en Grèce est particulièrement éloquent où une culture de construction en ossature bois s’est aussi développée suite au fort séisme de 1948 et persiste jusqu’à aujourd’hui (Fig.12).

Fig. 12. La plupart des maisons du centre historique de Leucade ont leur étage construit en ossature bois

Fig. 12. La plupart des maisons du centre historique de Leucade ont leur étage construit en ossature bois

Source : CRAterre-ENSAG, T. Joffroy

47Toutefois au stade où en est son développement, plusieurs questions doivent encore être traitées avant d’aller plus loin. Celle de la disponibilité des matériaux sur place d’une part, notamment du bois de construction et de la nécessité de faciliter les efforts de reboisement. Celle de la diffusion des connaissances idoines et de la formation des bòs. Celle de la pertinence de ne pas proposer de solution unique, chaque « vallée », « colline » ou « morne » pouvant avoir ses spécificités (topographie, climat, ressources). Et enfin, comme il s’agit ici de bien tirer les leçons du passé, si des incendies importants ont eu lieu par le passé, la question de la propagation d’incendies et de la façon dont ceux-ci pourraient être anticipés ne peut pas ne pas être prise en compte, notamment si des « projets Téclas » devaient amener à des dispositions urbaines de forte densité.

Conclusion

48Près de deux siècles après le grand séisme du 7 mai 1842 qui avait affecté la ville du Cap-Haïtien dans le nord du pays, puis d’autres épisodes sismiques moins dévastateurs (entre autres en 1887 et 1952), le séisme du 12 janvier 2010 a brutalement fait renaître une conscience nationale autour du risque sismique en Haïti. Ce seul séisme avait-il été à même de vraiment instaurer une culture nationale autour de ce risque, notamment en ce qui concerne la production de l’habitat ? En effet, presque de fait, le risque cyclonique, moins dévastateur, mais beaucoup plus fréquent, est prédominant dans les consciences, et semble être resté majeur dans la définition des critères à prendre en compte dans les choix devant, ou plus souvent, pouvant être faits par les populations en matière de construction. 

49Mais suite au séisme du 14 août 2021, le doute sur une fréquence plutôt centenaire de ce type d’aléas semble désormais s’être instauré. Et même si celui-ci a été moins meurtrier que celui de 2010, la répétition des mêmes types d’écroulements ou de bons comportements d’édifices a été relevée. Cela a rendu encore plus évidente aux yeux des décideurs comme des populations, la nécessité de revoir en profondeur les procédés qui s’étaient répandus dans le pays dans la deuxième moitié du xxe siècle. Et les répliques qui ont eu lieu début 2022 apparaissent avoir « enfoncé le clou ». 

50Dans ce contexte, l’approche Técla et ses principes de base qui visent à adapter les systèmes constructifs les plus accessibles aux populations aux séismes, mais aussi aux vents cycloniques, apparaissent comme une des solutions qui doit être privilégiée et mieux diffusée dans le pays. En effet, ces constructions traditionnelles améliorées ont montré qu’elles avaient des capacités de résistance suffisantes à ces deux types d’aléas, et ce avec un coût relativement réduit, en correspondance avec les moyens réels des populations, tout en proposant un retour à des pratiques sociales, le kombit, et à des pratiques culturelles et techniques d’assemblage des bois de construction, d’agencement des espaces de la maison, de la décoration élégante, joyeuse et valorisante pour l’habitat du peuple. 

51De la succession d’aléas et des destructions nombreuses qui s’en sont suivies, pourrait-il naître une nouvelle culture du risque ou plutôt des risques puisque ceux-ci sont multiples ? Voilà ici une idée assez contre-intuitive, que cette multiplication en un temps court, d’événements brutaux puisse avoir un effet positif sur les choix à privilégier pour la construction d’un habitat adapté aux moyens et aux besoins et espérances des populations d’Haïti. Contre intuitif aussi qu’une nouvelle culture constructive puise son origine dans des traditions anciennes pour répondre aux besoins contemporains tout en imaginant à terme, plus de résilience ?

52Seul l’avenir nous le dira, d’autant que, si la volonté politique existe et que nombre d’organisations soutiennent aujourd’hui cette nouvelle pratique pour l’habitat, une véritable capacité de résilience ne pourra être atteinte que si les conditions de prise en charge des populations par elles-mêmes sont réunies. Cela implique une reconnaissance et valorisation des capacités des institutions locales qui se sont emparées du concept. Cela implique aussi la poursuite des accompagnements en matière de (re) forestation et de gestion durable des ressources, de formation et de certification des compétences, d’adaptation locale (et de capacités locales de décision pour cela, en impliquant les communautés) des modèles existants pour bien coller aux ressources disponibles, et d’encouragement à la pratique voire au renforcement des pratiques d’entraide mutuelle (kombit) qui a cette vertu immense, celle de multiplier les capacités individuelles et de renforcer la résilience d’ensemble des communautés.

Haut de page

Bibliographie

ANR (2010). Appel à projets Flash Séisme Haïti, Pour une construction durable, 2010. https://anr.fr/fileadmin/aap/2010/aap-flash-haiti-2010.pdf 

Avrami, E. et al. (2011). La préservation des maisons de style gingerbread d’Haïti, Rapport de mission après le séisme de janvier 2010. New York : World Monuments Fund. ISBN 978-0-9841732-1-1.

AYITIKA (2021). Séisme du 14 août 2021 dans le sud-ouest d’Haïti : Évaluation des dégâts au niveau des Sections communales de Torbeck (3e Solon et 4e Moreau) et de Camp-Perrin (2e Champlois), 30 août 2021.

Belinga Nko’o, C. (2013). Haïti, rapport de mission février-mars 2013 : Programme de reconstruction de l’habitat rural. Par les organisations de PADED, Plateforme Agroécologique et Développement durable : Suivi-évaluation des chantiers de ENH-PRESTEN. Aachen: MISEREOR.

Belinga Nko’o, C. (2014). Projet ReparH, essais sismiques sur table vibrante. Grenoble : AE&CC-ENSAG.

Caimi, A. (2014). Cultures constructives vernaculaires et résilience : entre savoir pratique et technique : appréhender le vernaculaire en tant que génie du lieu et génie parasinistre. Thèse de l’Université Grenoble Alpes.

CIAT (2021). Tremblement de terre du 14 août 2021 Sud-Ouest d’Haïti Rapport d’évaluation rapide 15-17 août 2021, V1 du 20 août 2021.

Cruz, H., Machado, J. S., Costa, Alfredo C., Candeias, P. X., Ruggieri, N. & Catarino, J. M., (2016). Historical Earthquake-Resistant Timber Framing in the Mediterranean Area: HEaRT 2015. Cham: Springer. ISBN 978-3-319-39492-3.

Dejeant, F., Hubert, A., & Moles, O. (2013). Mallette pédagogique pour l’amélioration des architectures rurales en structure porteuse en bois dans le département du Sud Est d’Haïti. Villefontaine: CRAterre.

Douline, A. (2010). Haïti, rapport de mission du 26 avril au 16 mai 2010 : Programme de reconstruction de l’habitat rural. Par les organisations de PADED, Plateforme Agroécologique et Développement durable : Dossier de mise en place du programme. Aachen: MISEREOR.

Ferrigni, F. et al., (2005). Ancient buildings and earthquakes (in collaborazione con esperti di Italia, Francia, Portogallo, Colombia), Consiglio d’Europa, Ravello,

Gouvernement de la république d’Haïti (2010). Plan d’action pour le relèvement et le développement d’Haïti, Les grands chantiers de l’avenir, Mars 2010. https://issat.dcaf.ch/Learn/Resource-Library/Policy-and-Research-Papers/Plan-d-action-pour-le-relevement-et-le-developpement-d-Haiti.-Les-grands-chantiers-pour-l-avenir

HFHH, Habitat for Humanity Haïti (2021). TECLA Housing Post-Earthquake Damage Assessment, September 2021.

IFRC, UNHCR, UN-HABITAT, Shelter projects, 2011-2012 ; https://shelterprojects.org/shelterprojects2011-2012/SP2011-2012-Intro.pdf

Joffroy, T. (Dir), Crété, E., Belinga Nko’o, C., Douline, A., Moles, O. & Garnier, P. (2019). (Re) construire en Haïti 2010-2019 : l’émergence du concept de TCLA [en ligne]. Villefontaine : CRAterre. https://craterre.hypotheses.org/3238, ISBN 979-10-964446-27-8.

Louis, L. (2020). Comment les constructions en béton ont-elles envahi Haïti ? AyiboPost. https://ayibopost.com/comment-les-constructions-en-beton-ont-elles-envahi-haiti/

Prepetit, C. (2010). Séisme en Haïti : un géologue, Claude Prépetit, avait alerté. Œuvres ouvertes. https://www.oeuvresouvertes.net/spip.php?article112

UBERTINI, C. (2020). L’architecture moderne du XXe siècle en Haïti, Delmas, URBATeR, Université d’Êtat d’Haïti.

UCLBP (2022). Directives pour la validation de projets de réparation/renforcement de logements dans la péninsule sud. Séisme du 14 août 2021. En ligne : https://mcusercontent.com/27a1e52d0822239b29666c0fd/files/67095817-6192-5a03-5c3e-7838ffe27d40/directives_validation_dossiers_reconstruction_uclbp.01.pdf

Vieux-Champagne, F., Sieffert, Y., Grange, S., Belinga Nko’o, C., Bertrand, E., Ducini, J., Faye, C. & Daudeville, L. (2017). Experimental Analysis of a Shake Table Test of Timber-Framed Structures with Stone and Earth Infill. Earthquake Spectra. 33(3), p. 1075. https://doi.org/10.1193/010516eqs002m

Vieux-Champagne, F. (2013). Analyse de la vulnérabilité sismique des structures a ossature en bois avec remplissage : essais expérimentaux - modélisation numérique - calculs parasismiques. Matériaux. Thèse de l’Université Grenoble Alpes. http://www.theses.fr/2013GRENI085.pdf

Haut de page

Notes

1 COUN: https://www.humanitarianresponse.info/fr/operations/haiti/document/haiti-organigramme-du-centre-dopérations-durgence-nationale-coun

2 UCLBP: https://www.facebook.com/UCLBP

3 CIAT, Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire : http://ciat.gouv.ht/

4 C’est le Premier ministre qui préside les séances de travail du CIAT

5 https://fr.wikipedia.org/wiki/Séisme_de_2010_en_Haïti

6 Centre International de la Construction en Terre, http//craterre.org

7 Voir : Manifeste « Valoriser les cultures constructives locales pour une meilleure réponse des programmes d’habitat ». https://craterre.hypotheses.org/180.

8 Groupement d’Appui au Développement Rural (ONG développement rural)

9 Architecture, Environnement et Cultures Constructives (unité de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble), Université Grenoble Alpes.

10 Sol, Solides, Structures, Risques

11 Agence National de la recherche

12 ReparH : Reconstruire parasinistre en Haïti [ANR-10-HAIT-0003]

13 Plateforme d’organisations haïtiennes spécialisée en Agro-écologie et de Développement durable

14 Étayée par de nombreux essais en laboratoire, y compris la mise à l’épreuve d’un modèle de maison « Ti kay » sur table vibrante au CTBA de Bordeaux. https://craterre.hypotheses.org/1787

15 MTPTC : Ministère des Travaux Publics, Transports et Communication

16 Entre 2010 et 2013, coûts aux environs de 250 – 300 $/m2 pour les TCLA à comparer avec des coûts de 750 à 900 $/m2 pour les constructions en ossature béton

17 Anthony EYMA, directeur de CONCERT-ACTION, Préface in Joffroy & al., 2019, « (Re) construire en Haïti 2010-2019 : l’émergence du concept de TCLA »

18 EPPMPH : Encadrement des Petits Paysans des Mornes et des Plaines d’Haïti

19 ENH-PRESTEN : Enfants Nécessiteux d’Haïti - Prese Swen Tè Nou

20 CONCERT-ACTION : Concertation et Action pour le Développement

21 GADRU : Groupe d’Appui au Développement Rural

22 Le Cadre conceptuel de relèvement post Ouragan Matthew pour le secteur du logement. https://sheltercluster.s3.eu-central1.amazonaws.com/public/docs/cadre_conceptuel_relevement_post_mathieu_secteur_logement.pdf

23 PARHAFS : Projet d’Appui à la Reconstruction de l’Habitat avec Formation dans le Sud.

24 INFP : Institut national de formation professionnelle

25 Le programme URBAYITI – Gouvernance urbaine et villes résilientes est élaboré par l’État haïtien soutenu par l’Union européenne et vise comme objectif principal à contribuer au développement économique et social d’Haïti et à la résilience des populations urbaines à travers l’amélioration de la gestion et de la qualité de vie des villes. http://bonfedhaiti.gouv.ht/connaissez-vous-urbayiti ; https://www.expertisefrance.fr/fiche-projet?id=688443

26 TCLA+ : L’objectif de cette action financée par l’Union européenne et cofinancée par MISEREOR est de consolider et de développer la filière de construction TCLA (Techniques Constructives Locales Améliorées) au bénéfice des populations les plus vulnérables de Port-au-Prince et des Cayes.

27 OPPROD : Organisation des Professionnels pour la Reconstruction et le Développement durable

28 https://protectioncivile.gouv.ht/wp-content/uploads/2021/09/Seisme-du-14-Aout-2021._-Rapport-de-situation-detape-No-1-du-Coun.pdf

29 Le Monde du 14 août 2021 : https://www.lemonde.fr/international/article/2021/08/14/haiti-un-seisme-de-magnitude-7-2-fait-plusieurs-morts_6091441_3210.html#xtor=AL-32280270-[default]-[android]

30 Les maisons dont il est question ici sont de type Téclas.

31 Le 23 février 2022, suite à une réunion de concertation avec la coordination du secteur Abris/BNA/CCCM, pour l’instruction des projets de reconstruction dans le Grand Sud.

32 https://www.fcba.fr / FCBA : Institut Technologique Forêt Cellulose Bois-Construction Ameublement

33 Dans le cadre de la thèse préparée par Florent Vieux-Champagne encadrée par le laboratoire 3SR de l’UGA - Projet ANR ReparH [ANR-10-HAIT-0003].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Bâtiment en béton armé effondré lors du séisme de janvier 2010
Crédits Source : CRAterre-ENSAG, P. Garnier
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 2. Une des maisons de style Gingerbread de Port au Prince qui ont bien résisté lors du séisme de 2010
Crédits Source : Misereor, A. Douline,
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Figure 3. Maison en zone rurale impactée par le séisme de 2010 mais qui a préservé la vie de ses occupants
Crédits Source : Misereor, A. Douline,
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 4 : Une des maisons de type Técla ayant bien résisté au Cyclone Matthew. Anse d’Hainault
Crédits Source : FICR
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 5 : Ecole de Grand Boulage, construite en 2014
Crédits Source : CRAterre-ENSAG, J. Hosta
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 6. Bureaux de l’ONG Gadru à Belot construits en 2012
Crédits Source : CRAterre-ENSAG. T. Joffroy
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 7. Premier prototype construit à Cadjout (Rivière Froide) avec l’ONG EPPMPH
Crédits Source : CRAterre-ENSAG. T. Joffroy
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 8. Maisons dont une surélévation dans le quartier de ChrisRoi à, Port-au-Prince
Crédits Source : CRAterre-ENSAG, C. Belinga Nko’o
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 9 : Maison type testée sur la table vibrante du FCBA de Bordeaux en 2013.
Crédits Source : CRAterre-ENSAG, C. Belinga Nko’o
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 10 : Maison construite à Camp Perrin après le cyclone Matthew. Etat après le séisme de 2021
Crédits Source : CRAterre-ENSAG, F. Dejeant
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 11. Maison construite à Beaulieu (Roche à Bateau), qui figure parmi celles qui n’ont été que légèrement affectées ou réparables (95 % des cas) par le séisme de 2021
Crédits Source : CRAterre-ENSAG, C. Belinga Nko’o
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 12. La plupart des maisons du centre historique de Leucade ont leur étage construit en ossature bois
Crédits Source : CRAterre-ENSAG, T. Joffroy
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/24654/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Joffroy, Christian Belinga Nko’o et Philippe Garnier, « La multiplication des catastrophes en Haïti peut-elle déboucher sur la diffusion de modèles d’habitats plus adaptés et ainsi renforcer la résilience ?  »Études caribéennes [En ligne], 52 | Août 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/24654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.24654

Haut de page

Auteurs

Thierry Joffroy

Architecte, Directeur de recherche HDR, CRAterre-AE&CC, ENSAG, UGA, craterre@grenoble.archi.fr, aecc.grenoble.archi.fr ; craterre.org ; craterre.hypotheses.org/

Christian Belinga Nko’o

Architecte, Chercheur associé, CRAterre-AE&CC, ENSAG, UGA

Philippe Garnier

Architecte, Chercheur, CRAterre-AE&CC, ENSAG, UGA

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search