Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Hors dossierPerceptions et mécanismes de comp...

Hors dossier

Perceptions et mécanismes de compréhension du changement climatique dans le centre de la Martinique (Antilles françaises)

Perceptions and Mechanisms of Understanding Climate Change in Central Martinique (FWI)
Manon Berge, Camille Parrod, Audrey Pastel et Pascal Saffache

Résumés

La prise de conscience du changement climatique et de la nécessité urgente de changer nos modes de vie sont un défi de taille. La compréhension des mécanismes qui régissent l’évolution de nos représentations collectives est un levier d’action intéressant pour les politiques publiques, en cela qu’il permet de les accompagner et d’améliorer l’efficacité de l’action publique. C’est le postulat qu’a fait la Communauté de communes du Centre de la Martinique (CACEM) en portant une étude socioanthropologique sur les perceptions et mécanismes de compréhension du changement climatique. L’étude apporte des éclairages sur les mécanismes actuels de production des représentations sur le climat en Martinique, et identifie des leviers pour les faire évoluer vers une meilleure prise en compte de la réalité climatique dans les actions de chacun et les décisions collectives.
L’enquête menée montre que, si le changement climatique n’est pas remis en cause par les habitants, ses impacts sur l’île restent peu perçus et verbalisés, ce qui freine la construction de représentations sociales du changement climatique. Les concepts grâce auxquels le changement climatique est décrit à l’échelle mondiale sont peu appropriés par une partie de la population, sans qu’un vocabulaire local ne soit pour autant déployé. La prégnance des enjeux sociaux et économiques tend également à éclipser les effets à long terme du changement climatique, parfois dans un contexte de manque de confiance dans les acteurs publics. Cependant, les thématiques environnementales sont une préoccupation majeure des habitants, pour qui la question de la responsabilité (des autorités locales, de l’État, des entreprises, des individus) est centrale.
En cela recèlent de puissants leviers pour améliorer la prise de conscience et initier le passage à l’action, tels que la sensibilité à la notion d’autonomie, la responsabilisation individuelle, l’aspiration au collectif et au lien social, l’attachement aux lieux et à l’identité martiniquaise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Martinique est un département-région d’outre-mer (DROM), français, situé dans l’océan Atlantique, au cœur de l’Arc des Petites Antilles.

2La morphologie de la Martinique contraint l’aménagement de l’espace. Sur cette île volcanique (Montagne Pelée au nord, succession de mornes, davantage de zones basses au sud), 32 % de la population vit sur le littoral où la pression foncière est croissante.

  • 1 O2TM/ADUAM, 2016 ; CEEE, 2017

3Sur l’île, la densité de population atteint 330hab/km². La CACEM, constituée de quatre communes (Fort-de-France, Le Lamentin, Schœlcher et Saint-Joseph), accueillait en 2016 42 % de la population martiniquaise. Fort-de-France et Le Lamentin, les communes le plus peuplées, concentrent respectivement les fonctions administratives, militaires et culturelles et les activités économiques. C’est pourquoi l’essentiel des déplacements domicile-travail converge vers le centre de l’île où les axes routiers sont saturés (120 000 véhicules par jour empruntent l’autoroute et près de 50 000 passent sur la RN5 entre Ducos et Rivière Salée, avec une personne seule en moyenne par véhicule)1. 74 % des Martiniquais se déplacent en voiture. La mise en service d’un Transport en commun en site propre (TCSP) en août 2018 n’a pas résorbé le déficit de transports en commun.

4Si l’île compte 359 820 habitants au 1er janvier 2020, le déclin démographique enclenché depuis plusieurs décennies se poursuit, la tranche des 20-40 ans (souvent hors du département) est en carence et la population est vieillissante. Les familles monoparentales (souvent autour d’une mère) sont surreprésentées.

  • 2 DEAL Martinique. « Chiffres et Statistiques. Le parc locatif des bailleurs sociaux. Situation au 1e (...)
  • 3 Rapport logement outremer, Cours de comptes, 2020
  • 4 CCEE, 2017

5À l’échelle de la Martinique, 64 % de résidences principales sont des maisons individuelles et 20 % des logements sociaux. Fort-de-France et Le Lamentin comptent 47 % des logements sociaux de la Martinique2. Les demandes sont croissantes, l’offre de logements limitée et l’habitat informel significatif (il représente 12,5 % des logements dans les DROM)3. Le parc de logements est dégradé. 42 % de l’habitat indigne se concentre sur le centre agglomération4 et le taux de vacance est élevé. Il y a des conflits de propriété et des problèmes d’indivision.

  • 5 Baptiste Raimbaud, « Pauvreté et niveau de vie : 29 % des Martiniquais vivent sous le seuil de pauv (...)
  • 6 INSEE, « L’essentiel sur… la Martinique. Chiffres-clés », janvier 2021
  • 7 INSEE, 2019
  • 8 FIPECO, Rapport 2020 sur l’état de la fonction publique

6Sur le plan économique, en 2017, 28,6 % des habitants de la Martinique vivent sous le seuil de pauvreté (contre 14,1 % en France continentale). La pauvreté atteint 28 % des habitants de Fort-de-France et 24 % du Lamentin5. Le niveau de qualification de la population est faible : 40,7 % de la population ne possède pas ou peu de diplômes6. Le taux de chômage est de 14,9 % en 2019 (contre 8 % en France continentale)7. Il atteint 36 % pour les 15-29 ans. Le secteur tertiaire prédomine, notamment dans les administrations publiques (taux d’administration de 99,6 agents pour 1000 habitants)8.

  • 9 IEDOM, 2020

7Par ailleurs, en 2020, le solde commercial de biens estimé à -2286 millions d’euros traduit le poids de l’importation (2262 millions d’euros) face à l’exportation (376 millions d’euros) et donc la forte dépendance à l’extérieur9. Avec les monocultures de rentes, la faible diversification, l’accès au foncier contraint, la pollution avérée de certains sols par des pesticides comme le chlordécone, l’urbanisation qui progresse, et son exposition aux risques naturels, l’agriculture est vulnérable.

8Enfin, La Martinique située en région tropicale est ponctuée par deux saisons : la saison sèche, dite Carême, de février à avril, et la saison humide de juin à novembre. Au cours de l’année, les températures moyennes varient (entre 2 et 4°C). L’île est exposée à différents aléas naturels (cyclones, fortes pluies et orages, houle, vent, inondation, submersion marine, sécheresse, glissement de terrain, séisme, tsunami). Les perturbations météorologiques peuvent être amplifiées par le relief très découpé. La plaine du Lamentin connaît régulièrement des épisodes d’inondation de ses zones basses. Avec le changement climatique, certains risques tendent à s’aggraver.

  • 10 Nuissier, 2013

9La société martiniquaise est en pleine mutation. La discontinuité territoriale avec la France métropolitaine suggère des rapports particuliers entre les acteurs. Le millefeuille administratif complexifie la gestion de ce petit territoire. Le modèle assimilationniste est remis en cause. Les aspects identitaires, géo(politiques) et économiques sont réinterrogés. Au quotidien, deux langues coexistent : le français et le créole. Le créole participe de la reconnaissance d’une culture, d’un mode de vie, d’une histoire, d’un patrimoine, d’une perception particulière du monde10.

10

1. Le changement climatique en Martinique

11La Martinique, du fait de sa situation géographique au sein de l’archipel des Petites Antilles, est exposée aux aléas hydroclimatiques et marins (cyclones, inondations, submersion marine, vent, pluviométrie, érosion). Selon les observations et les projections du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le changement climatique est un facteur aggravant de ces aléas qui se traduit, notamment, par une élévation des températures et du niveau de la mer, et une recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes (IPCC, 2019 ; IPCC, 2022).

12Ainsi, d’après le modèle Arpege-Climat de Météo-France, on s’attend à un réchauffement marqué dans toute la région Caraïbes, de l’ordre de 1,5 °C sur l’océan et 2 °C sur la terre (îles et continent) en moyenne sur l’année entre les décennies récentes et à venir (accélération du réchauffement à partir de 2050-2055), en faisant l’hypothèse d’un scénario d’émission de gaz à effet de serre pessimiste (projet C3AF, 2021). Sur la terre, le réchauffement varie en fonction de l’altitude : le nord de la Martinique pourrait être moins concerné par ces tendances. Selon ce même modèle, en Martinique, les précipitations diminueraient toute l’année sur la quasi-totalité du territoire (projet C3AF, 2021). Alors qu’en saison sèche cet assèchement projeté est plus fort à l’horizon 2080 (15-20 %) qu’à l’horizon 2055 (10-15 %), en saison humide il est à l’inverse légèrement moins marqué à l’horizon 2080 (5-10 %) qu’à l’horizon 2055 (10-15 %). Ces tendances sont plus faibles sur les reliefs.

13Selon le BRGM, 30 % des plages sableuses du littoral de la Martinique ont vu leurs largeurs diminuées de façon remarquable entre 1951 et 2010, avec au total un recul supérieur à 25 mètres. Entre 2004 et 2010, un tiers de ces plages est caractérisé par un recul modéré inférieur à 0,8 m/an.

14Ces tendances ont des conséquences palpables par les populations antillaises et martiniquaises, parmi lesquelles se retrouvent les problématiques d’approvisionnement en eau potable, ou encore les dommages et coûts matériels et immatériels provoqués par le recul du trait de côte. La politique sur le climat de la CACEM s’est matérialisée par l’adoption d’un Plan Climat Énergie Territorial (PCET) (2012 – 2017) puis d’un Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) (2018 – 2023). Elle a été labellisée CLIMAT-AIR-ÉNERGIE (anciennement Cit'ergie) par l’Agence de la transition écologique (ADEME) dès 2013. Dans le cadre de son PCAET, la collectivité a par ailleurs défini un plan de communication et de concertation spécifique climat-air-énergie, avec un budget dédié pour la réalisation des actions. Le bilan du PCET réalisé en 2019 (H3C-Caraïbes, 2019) avait notamment fait ressortir un manque de sensibilisation des élus et des agents de la collectivité aux enjeux climatiques et une faible intégration transversale dans les différents domaines de compétences de la collectivité. Malgré la réalité des impacts et la mise en place d’une politique axée sur les enjeux climatiques de son territoire, la communauté d’agglomération du centre de la Martinique (CACEM) dresse le constat selon lequel le changement climatique et ses enjeux restent des concepts mal identifiés pour une grande partie de la population. Cela se traduit notamment par un manque d’engagement global de celle-ci et une difficulté à mettre en œuvre des politiques publiques d’adaptation et d’atténuation du changement climatique.

15Face à cette situation, la CACEM a lancé en 2021 une étude visant à mieux comprendre les mécanismes de perception et d’appropriation par la population des enjeux du climat, pour adapter, à terme, ses actions et son discours et engager le changement dans les actes. Les principaux résultats de cette étude (ACTeon et A&E Consulting, 2022) sont rapportés dans le présent article.

2. État des savoirs sur les mécanismes de compréhension du changement climatique et les déterminants du passage à l’action

16Divers travaux de recherche concluent qu’afin d’améliorer la capacité d’adaptation au changement climatique de territoires et de leur population, l’analyse des représentations sociales et des perceptions des individus de ce changement climatique est essentielle. La capacité d’adaptation (« adaptive capacity ») est la « Faculté d’ajustement des systèmes, des institutions, des êtres humains et d’autres organismes, leur permettant de se prémunir contre d’éventuels dommages, de tirer parti des opportunités ou de réagir aux conséquences. » (IPCC, 2018)

17La « perception » est individuelle et est liée aux savoirs sensoriels : « la perception du changement et des risques associés est influencée par des facteurs d’ordres géographique, historique, culturel, économique, politique et social et qu’il convient les prendre en compte dans l’analyse des résultats. » (Marega et al., 2019). La perception du risque évolue dans le temps. Pour Leiserowitz (2005), « Le public utilise un ensemble complexe de facteurs pour évaluer le risque perçu du changement climatique, notamment la confiance, les valeurs, l’expérience et les émotions ». De son côté, Moloney (2014) conseille d’analyser les associations d’idées afin de mieux appréhender les compréhensions sociales du changement climatique. En effet, Wolf et Moser (2011) indiquent que les perceptions du changement climatique sont parfois liées à « d’autres problèmes, pas nécessairement environnementaux ».

18La « représentation » est quant à elle une construction sociale correspondant à « un système de valeurs, d’idées et de pratiques » (Moscovici, 1973) qui émerge de l’interaction entre les individus, les groupes, les institutions et les médias (Moloney 2014). La représentation sociale révèle la compréhension d’un objet par un individu ou un groupe (Marková, 2008 ; Moloney, 2014). C’est une forme de connaissance socialement élaborée et partagée ayant une visée performative permettant la construction d’une réalité commune à l’ensemble social (Bonnemains, 2016).

19Les études de Bohn Bertoldo et Bousfield (2011), Gaymard et al. (2015), Kempton (1997), Lázaro et al. (2008) ou Michel-Guillou et al. (2017) tendent à montrer qu’il existe un consensus parmi les perceptions sur la hausse des températures. Cependant, « selon le contexte, des perceptions différenciées sont observées selon l’ancrage géoclimatique des populations, notamment concernant les causes, la perception de modifications du climat ou la chronologie de l’évolution environnementale. » (Michel-Guillou et al., 2017). Ainsi, dans l’étude de Doue et al. (2020), la proximité de la population colombienne et de la population guadeloupéenne avec le risque d’inondation côtière entraînerait une suractivation d’éléments périphériques qui font ici consensus.

20Moloney (2014) met en avant les différentes représentations du changement climatique par les employés du gouvernement, le grand public et les scientifiques, ainsi que les termes utilisés par chaque groupe. Cependant, un cadre de référence ressort : le « changement climatique » est défini par son impact perçu par l’ensemble les groupes sociaux. Pour Doue et al. (2020), les représentations sociales et les comportements sont en partie influencés par les processus psychosociaux identitaires et politiques.

21Le changement climatique étant un problème d’action collective (Barrett et Dannenberg 2014), plusieurs recherches portent sur le lien entre perception du risque et action collective. La lutte contre le changement climatique se veut multi échelles (Ostrom, 2010). La perception des risques influe sur la manière de traiter les problèmes environnementaux comme l’atténuation et l’adaptation au changement climatique (Church et al., 2018 ; Shin et Choi 2015) mais aussi sur le soutien de la population aux politiques, aux intentions comportementales et aux comportements pour faire face au changement climatique (Arbuckle et al., 2015 ; Lubell et al., 2006 ; Semenza et al., 2008). Par ailleurs, « l’identité sociale, la dépendance vis-à-vis des ressources naturelles, l’efficacité personnelle et collective et les normes perçues entourant la participation entraînent également une action collective liée au changement climatique (Bamberg et al., 2015 ; Rees et Bamberg 2014). ».

22Dans les pays occidentaux, le manque de perception personnelle du risque a été identifié comme un obstacle à l’engagement du public dans les efforts d’adaptation et d’atténuation du changement climatique (Weber 2011). L’amélioration de la perception des risques est donc une clé pour renforcer les efforts d’atténuation ou d’adaptation (Leiserowitz 2006 ; Lorenzoni et Pidgeon 2006), en coordonnant les actions individuelles et publiques à différentes échelles (Marega et al., 2019). La faible perception des risques s’explique par divers facteurs. D’une part, le paradigme psychométrique s’exprime à travers la faible perception des impacts (Terorotua, 2020), le « biais d’optimisme », le déni, le caractère graduel du changement (Bonnemains, 2016) ou le « sentiment d’auto-efficacité » (Marega et al., 2019), par exemple. D’autre part, face à d’autres problèmes sociétaux ou environnementaux, le changement climatique est souvent considéré comme moins important, car plus lointain, plus difficile à percevoir (Marega et al., 2019 ; Terorotua 2020). Par ailleurs, les aspects socioculturels comme les valeurs (Michel, 2010), la relation entre les acteurs et la confiance (Lorenzoni and Pidgeon, 2006 ; Marega et al., 2019), la crédibilité et la légitimité associées ou l’acceptabilité des projets portés par les institutions (Terorotua 2020) sont importants.

23Dans la littérature, plusieurs leviers ont été identifiés pour mobiliser les acteurs face au changement climatique. D’une part, les leviers émotionnels pour mieux sensibiliser : sentiment de responsabilité, fierté vis-à-vis de son lieu de vie (Bonnemains, 2016 ; Marega et al., 2019), attachement à des lieux ou des usages (Friesinger, 2008), sensibilité à l’environnement (Bonnemains, 2016). Ensuite, la mobilisation de l’impact du visuel et du lien à des lieux concrets et précis (O’Neill et al., 2013), l’impact du vocabulaire employé (Moloney et al., 2014), le rôle du digital dans la transmission d’informations (Marega et al., 2019), le rôle des relations interpersonnelles, la place de l’action collective et la perception de la capacité à agir (Roser-Renouf et al., 2014 ; Johnson et al., 2007 ; Kabore et al., 2019 ; Marega 2019), le rôle des acteurs institutionnels dans la co-conception de services climatiques (Terorotua, 2020), les changements institutionnels des lois, des politiques et des normes sociales (Agrawal, 2010 ; Ostrom, 2012) sont autant de paramètres sur lesquels intervenir.

24Plusieurs chercheurs se sont appuyés sur la théorie des représentations afin de mener des études comparatives sur la représentation sociale du changement climatique. Moloney (2019) analyse les associations de mots et d’idées liés à la définition du changement climatique que se font différentes cibles (métropolitains, ruraux ; scientifiques, employés du gouvernement et grand public), en Australie, via des enquêtes. Ensuite, il observe l’influence de cette définition sur la manière dont chaque groupe accueille des actions d’adaptation au changement climatique. Doue et al. (2020) tentent d’identifier des facteurs explicatifs de la différenciation des représentations du changement climatique en analysant l’influence du contexte social, culturel et politique. Pour cela, ils comparent Carthagène (en Colombie) à la Guadeloupe (un département français de la Caraïbe), deux territoires qui gèrent différemment le risque d’inondation côtière, en mêlant méthode quantitative (questionnaire de caractérisation) et qualitative. Il ressort que les politiques publiques doivent être adaptées au contexte politique et idéologique.

25D’autres chercheurs ont étudié le lien entre la perception du changement climatique et l’action. Ainsi, Marega et al. (2019) ont mis en exergue des facteurs explicatifs à la diversité de perception de populations appartenant à diverses catégories socioéconomiques, dans des espaces urbains et ruraux des Hauts-de-France (au nord de la France), avant d’étudier les barrières et les leviers d’actions face au changement climatique pour chacune de ces populations. Une enquête par questionnaire visait à définir les connaissances du changement climatique et ses impacts locaux, puis à identifier les mesures individuelles de lutte face au changement climatique. Kabore et al. (2019) se sont intéressés à des producteurs agricoles du Burkina Faso. Un guide d’entretien avec des questions fermées et ouvertes a permis de mettre en lien leur perception du changement climatique et de ses impacts, ainsi que les facteurs d’adoption de stratégies d’adaptation de leurs pratiques agricoles. L’étude devait conduire à améliorer les politiques d’appui à la résilience de cette population. Sullivan (2019) a quant à lui travaillé sur les facteurs qui influencent la perception du risque et peuvent favoriser l’engagement des efforts d’atténuation ou d’adaptation du changement climatique. La réflexion a porté sur le public et les experts, de trois zones métropolitaines sèches de l’ouest des États-Unis.

26En Martinique, deux études ont été menées afin d’étudier les perceptions et les représentations ainsi que les connaissances et les pratiques à courts et moyens termes des Martiniquais autour des cours d’eau (Morandi, 2015) et des mangroves (Morandi, 2017). En effet, il a été constaté que l’évolution des perceptions, des relations avec le milieu influençait directement les comportements des populations vis-à-vis de leur environnement. Ensuite, des freins et des leviers d’action autour de la mise en œuvre de politique de gestion de l’eau et des milieux aquatiques, ainsi que la gestion des mangroves ont été étudiés pour aller vers plus d’efficacité. Le CNRS, l’Office de l’eau (ODE) Martinique, le Conservatoire du littoral et le CIRAD Antilles-Guyane ont été associés à cette recherche qui s’est appuyée sur de l’observation et des entretiens libres, des entretiens semi-directifs. Ces études abordaient la question de l’environnement, des risques, mais pas spécifiquement celle du changement climatique.

27L’étude sur les mécanismes de compréhension du changement climatique sur le territoire de la CACEM, qui sera présentée ici, vient donc compléter les études menées auparavant, que ce soit en Martinique, dans les Antilles françaises ou dans d’autres territoires dans le monde. Ses objectifs ainsi que la méthodologie choisie sera détaillée ci-après.

3. Méthodologie

28La méthodologie d’enquête a comporté plusieurs étapes de collecte de données (Tableau 1), impliquant successivement des acteurs considérés comme « observateurs-clés » de la société martiniquaise et de son environnement, et le grand public.

Tableau 1 : Étapes de la collecte de données

Période

Cible

Méthode de collecte de données

Été – Automne 2021

Observateurs-clés

Entretiens semi-directifs exploratoires (10)

Focus groups exploratoires (2)

Hiver 2021/2022

Grand public

Entretiens semi-directifs (56)

Observation (4 jours sur 5 sites, se reporter aux figures 1 et 3 et au Tableau 3)

3.1.Méthodologie de la phase exploratoire

29Les dix entretiens exploratoires ont été menés en août et septembre 2021 auprès d’« observateurs-clés » considérés comme experts de la thématique du changement climatique, de l’humain et des comportements sociaux en Martinique : climatologues, sociologues, acteurs économiques, acteurs des politiques environnementales, décideurs, écrivains.

30Menés sur un mode semi-directif, ces entretiens portaient sur les axes suivants :

  • Le contexte territorial de la Martinique et de la CACEM

  • Les actions déjà entreprises en lien avec le changement climatique, leur ressenti de ces actions en termes de pertinence, de performance

  • Les perspectives, et les aspects à prioriser dans l’action publique

  • Les ressentis de la population sur le sujet du changement climatique et les actions et communications qui y sont liées.

31Les focus groups exploratoires se sont tenus en octobre 2021 à Fort-de-France. Ils ont rassemblé 13 personnes travaillant en lien avec les politiques publiques du climat en Martinique, issues de différentes collectivités et des sphères associatives et académiques.

32Le focus group 1 était centré sur les freins à la perception du changement climatique et/ou aux modifications de comportements, le focus group 2 sur les leviers des changements de comportements.

33Chacun de ces focus groups a été respectivement introduit par une présentation synthétique des freins et leviers identifiés lors de la phase préalable de revue de littérature.

34Une fois ces éléments présentés aux participants, les discussions avaient pour but d’identifier des freins et leviers supplémentaires et spécifiques au territoire de la CACEM, de préciser les liens avec le contexte local, social, culturel, générationnel, environnemental, et de partager des expériences vécues dans le cadre de politiques publiques similaires ou reliées (par exemple, des politiques éducatives).

35La phase exploratoire (entretiens et focus groups) a mené à la préfiguration de freins et de leviers spécifiques au territoire centre-martiniquais, constituant des hypothèses qui allaient être mises à l’épreuve de l’enquête grand public.

3.2. Méthodologie de la phase d’enquête grand public

Le cadre d’analyse

36En lien avec les hypothèses issues de la revue de littérature et de la phase exploratoire, le cadre d’analyse a été développé autour des axes suivants : le contexte de vie de la personne, la portée géographique et temporelle de ses perceptions (échelle de la localité, de l’île, des Antilles, etc.), les émotions reliées à l’environnement et aux changements, le niveau de connaissance et le vocabulaire employé, la capacité d’observation, le rapport aux institutions, la perception de sa propre capacité à agir et les conditions du passage à l’action.

37Ainsi, les entretiens comprenaient une courte partie introductive destinée à rappeler le contexte de l’entretien, son sujet et son objectif, et d’informer les personnes sur l’utilisation des données collectées.

38Les entretiens étaient organisés en cinq sections, dont l’ordre devait être respecté. Les deux premières sections portent sur la personne elle-même et son mode de vie. La troisième section porte sur les perceptions que la personne a de l’environnement, sans mention spécifique du changement climatique. La quatrième section porte explicitement sur les perceptions du changement climatique. Enfin, la cinquième section porte sur les perceptions des actions menées ou à mener en matière de climat.

39L’objectif de cette structure fixe est de mener une large partie de l’entretien sans attirer l’attention des répondants sur le sujet du changement climatique, ce qui permet d’observer à quel moment ceux-ci le mentionnent spontanément, en lien avec les questions posées.

40L’ensemble des critères explorés dans chacune de ces 5 sections est détaillé dans le Tableau 2 ci-dessous :

Tableau 2 : Critères explorés dans l’enquête

Critères explorés

Section 1 : connaître la personne, briser la glace

Lieu de vie

CSP, niveau d’études, situation professionnelle

Tranche d’âge

Sexe

Composition du ménage

Section 2 : exploration des modes de vie

Activité professionnelle

Situation familiale, logement

Loisirs, types de consommation

Déplacements (quand, pourquoi, comment, facteurs décisionnels)

Section 3 : perceptions de l’environnement et du territoire

Capacité à observer l’environnement

Termes employés

Émotions associées aux observations

Représentations d’un environnement souhaitable, valeurs associées à l’environnement

Perception du risque

Évolutions observées et dans quels domaines

Échelle temporelle de projection

Mention spontanée des enjeux liés au climat

Section 4 : perceptions du changement climatique

Façons d’observer/nature et moment des perceptions

Types d’impacts observés

Niveau de connaissance/compréhension des notions en lien avec le climat, des causes et effets

Comprendre le lien entre les observations des sections précédentes et la compréhension du CC qu’ont les répondants

Section 5 :

rapport aux actions et communications actuelles sur le CC. Définition du souhaitable

Niveau de connaissance des actions actuelles

Niveau de motivation actuelle à agir

Types d’actions souhaitables

Conditions à réunir pour les mener à l’échelle individuelle

Conditions à réunir pour un changement collectif

Niveau de confiance dans les institutions ou acteurs en charge localement

Niveau de défiance spécifique par rapport à l’hexagone

Niveau de défiance par rapport à d’autres acteurs

41L’échantillon d’habitants sélectionné a été interrogé dans le cadre d’entretiens semi-directifs d’une durée d’une heure à une heure trente. La grande majorité de ces entretiens a été réalisée de visu, au domicile des personnes ou dans des lieux publics.

Composition de l’échantillon

42L’échantillon de répondants a été sélectionné sur la base d’une série de critères ayant pour but de représenter la diversité de la population martiniquaise et des modes de vie sur le territoire de la CACEM. Ces critères sont les suivants :

  • Le lieu de vie : l’échantillon vise à représenter chacune des 4 communes de la CACEM proportionnellement à leur nombre d’habitants, ainsi que des communes voisines (Rivière-Salée, Ducos, Case-Pilote, Le Robert, Trois-Ilets). L’intégration de ces communes externes à la CACEM dans l’échantillon permet de prendre en compte des « navetteurs », c’est-à-dire des personnes habitant à l’extérieur de la CACEM mais venant y travailler.

  • La tranche d’âge et le sexe : l’échantillon représente de manière proportionnelle la population de la Martinique selon ces deux critères, selon les données INSEE 2020.

  • La catégorie socioprofessionnelle : l’ensemble des catégories a pu être représenté dans l’échantillon, à l’exception des agriculteurs (correspondant à 0,7 % de la population martiniquaise)

  • Le type de ménage : l’échantillon représente une diversité de situations personnelles (personnes vivant seules, en couple, en couple avec des enfants, en famille élargie, familles monoparentales), sans pondération par rapport à la fréquence de ces types de ménage dans la population.

43Sur la base de ces critères de choix, 56 entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des habitants entre novembre 2021 et janvier 2022.

Les journées d’observation

44Afin d’atténuer les biais du « tout déclaratif » de la collecte de données par entretiens, des journées d’observation ont été prévues dans différents lieux de la CACEM.

45Le choix des 5 sites d’observation a été guidé par deux critères principaux. D’une part, la diversité des lieux en termes de géographie (différents quartiers de la CACEM représentés), l’usage (pourquoi les personnes fréquentent-elles cet espace ?), l’environnement physique (plus ou moins urbain ou rural, agréable, contraint, pollué, impacté, etc.). D’autre part, la diversité des personnes observées (âge, profession, milieux socioéconomiques, type d’occupation le jour de l’observation).

46Dans le contexte de notre enquête, il convient de préciser qu’une attention particulière a été portée aux interactions entre différentes composantes : caractéristiques biophysiques des milieux (hydrologie, morphologie, écologie), composantes territoriales (zones urbaines, rurales, agricoles, naturelles), marques visuelles des relations des sociétés aux milieux (aménagements, dégradations, usages), et comportements des usagers, habitants et visiteurs.

47L’observation s’est déroulée sur quatre jours, dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et de l’état d’urgence en Martinique imposant un couvre-feu à partir de 20 heures le soir. Le choix des terrains d’observation s’est porté sur cinq lieux (Figure 1).

Figure 1 : Localisation des terrains d’observation explorés lors de l’étude

Figure 1 : Localisation des terrains d’observation explorés lors de l’étude

Source : à partir d’un fond de carte : photo aérienne, Imagery ©2023 TerraMetics, Map data ©2023 Google

48Le tableau 3 présente le détail des lieux observés et des conditions d’observation :

Tableau 3 : Détails des lieux observés et des conditions d’observation

Lieux observés

Date et horaires

Objets d’analyse

(1) Le centre-ville de Fort-de-France : rues, marché couvert, cathédrale esplanade et centre d’affaires Pointe-Simon, station du TCSP (Pointe-Simon), gare maritime, plage La Française, Fort Saint-Louis, berges de la rivière Madame

22/01/2022

9h30 – 16h

Aspects culturels et historiques

Densité des ruelles du centre-ville, types et état des bâtiments, commerces et activités

Aménagements littoraux, modes de transports et de vie de la population, zones arborées, tourisme

Aménagement de cours d’eau, déchets

(2) La commune de Saint-Joseph, Cœur Bouliki

23/01/2022

10h – 16h

Terres agraires, habitat diffus, site naturel et fréquentation, risques (inondation, glissements de terrain, littoraux)

(3) Le centre commercial de La Galleria au Lamentin

24/01/2022

9h30 – 12h

Modes de transport, de consommation, de vie, fréquentation

(4) Le quartier de Dillon, les berges de la rivière Monsieur, le quartier Volga Plage à Fort-de-France et le littoral

24/01/2022

14h – 16h

Quartier d’habitat collectif (cité Dillon), quartier d’habitat spontané (Volga plage), port de pêche, risques littoraux, déchets, aménagements

(5) Le collège Fernand Donatien à Dillon, Fort-de-France

25/01/2022

7h25 – 16h30

Lieux (salles de classe, cour, CDI, terrain de sport, salle de permanence…)

Comportements (des élèves, des adultes) : gestion de la température (situation et gestion du point de non-confort ; zones d’ombrage à l’extérieur…), alimentation, transports, moments de récréation (activités des élèves, conversations des adultes en salle des profs…), vocabulaire et normes au regard de l’environnement/climat, activités en sortant des cours et relation à l’environnement en général

49La majorité de l’observation s’est déroulée dans un cadre non participant, et où le statut de l’observateur n’était pas dévoilé, sauf exception (ex. observations au Fort Saint-Louis, dans le cadre d’une visite guidée et de la journée passée au collège), comme représenté sur la Figure 211.

Figure 2 : Statut de l’observateur selon les terrains d’observation

Figure 2 : Statut de l’observateur selon les terrains d’observation

4. Résultats

50L’analyse détaille les différents aspects du changement climatique, défini socialement par son impact physique perçu, les risques que les personnes associent à cet impact et la relation aux acteurs considérés comme porteurs des causes et de solutions.

Le climat local est globalement perçu positivement

51Les personnes rencontrées en entretien ont exprimé une vision globalement positive du climat martiniquais : le champ lexical le plus fréquemment mobilisé par les répondants pour décrire ce climat est celui de l’agréabilité (« agréable », « doux », « ensoleillé », « bon », « beau »). Le second champ lexical le plus utilisé est celui des risques liés au climat, ou plus largement à l’environnement (« imprévisible », « chamboulé », « cyclonique », « violent », « déréglé », « pollué »).

52D’autres adjectifs plus neutres (« tropical », « deux saisons », « changeant ») apparaissent au second plan. Des adjectifs en lien avec les perceptions sensorielles sont souvent utilisés, tels que « humide », « chaud », « ventilé », « frais ». Cette vision positive est fréquemment reliée à d’autres éléments d’appréciation de l’île découlant de ce climat : paysages, plages…

La capacité d’observation et la sensibilité aux changements environnementaux sont fortes

53La représentation des risques environnementaux est en revanche aiguë, et est à la fois en lien avec des évènements ancrés dans le passé ayant des conséquences sur le long terme (chlordécone) et des perceptions actuelles (brumes de sable, sargasses, trafic routier, décharges sauvages, véhicules hors d’usage (VHU)…). De fortes inquiétudes y sont reliées. La notion de « pollution » est omniprésente dans les discours (de l’air, de l’eau, visuelle, sonore…) et est le plus souvent associée à des perceptions dans l’environnement quotidien. Enfin, les politiques en cours et les communications qui y sont associées attirent l’attention sur certains enjeux ciblés (tri des déchets, énergies propres, transport collectif en site propre (TCSP)).

Les préoccupations quotidiennes éclipsent les enjeux climatiques

54La notion de « changement » est, pour un tiers des habitants interrogés, plutôt liée à des changements d’ordre social (le mot « climat » souvent utilisé par les habitants au sens figuré « climat social ») qu’environnementaux. Ces changements sociaux perçus sont majoritairement en lien avec l’augmentation du sentiment d’insécurité physique et économique (violences, grèves, chômage…), l’évolution des rapports sociaux (impression d’une augmentation de l’individualisme) et des modes de vie et de consommation (augmentation de la consommation de produits manufacturés, de la dépendance aux importations, de la production de déchets, « matérialisme » et « européanisation » des modes de vie, repli vers l’intérieur des logements…). Les enjeux de mobilité et d’aménagement de l’île, notamment autour de Fort-de-France, constituent également une forte préoccupation des habitants (bouchons, grèves…), qui éclipsent parfois l’enjeu climatique, avec lequel ils entretiennent des liens étroits. Cette concurrence des thématiques est au désavantage du changement climatique, dont le caractère très graduel rend les effets peu perceptibles pour les habitants sur une base quotidienne. Cependant, si les enjeux climatiques sont parfois exclus des préoccupations environnementales fortes des habitants, la vaste majorité des personnes interrogées ne montre aucun climato-scepticisme (plus de 85 % des personnes interrogées disent percevoir des évolutions du climat).

La culture du risque climatique est limitée

55La perception des risques liés aux impacts du changement climatique suit la même logique : le risque individuel perçu est plutôt d’ordre social, sécuritaire, identitaire (la violence augmente, les grèves aussi, les jeunes quittent l’île, l’urbanisation détruit la nature…). Le changement climatique perçu est peu mis en lien avec des facteurs de risques, à quelques exceptions près. La vulnérabilité aux risques climatiques générée par les modes de vie actuels (constructions proches de la mer, glissements de terrain, confort thermique des logements…) est également peu mise en lien avec les effets climatiques dans les discours des personnes. Les éléments de risques climatiques perçus le plus fortement sont en lien d’une part avec le caractère tropical du climat martiniquais (mention de forte variabilité, d’imprévisibilité), et d’autre part avec les activités humaines (pollution directe de l’air, des sols, de l’eau).

Les représentations du climat local sont peu connectées aux concepts actuellement utilisés dans les politiques et recherches sur le changement climatique

56L’enquête montre une appropriation faible des concepts utilisés internationalement pour décrire le changement climatique et ses effets : les répondants ne réemploient que peu les termes du discours officiel et des politiques climatiques (adaptation, atténuation, gaz à effet de serre (GES)…). Des expressions alternatives sont parfois utilisées pour décrire les phénomènes observés, comme « dérèglement des saisons ». Cependant, la mobilisation d’un vocabulaire alternatif pour décrire le changement climatique reste limitée, alors même que ce vocabulaire local est riche et précis lorsqu’utilisé pour parler de l’environnement local. Pour la majorité des habitants, le concept de changement climatique est vécu comme exogène à la Martinique et, de fait, la notion se retrouve éclipsée dans les perceptions.

57Cette déconnexion entre les concepts utilisés pour décrire le changement climatique (et les politiques associées, y compris les politiques locales telles que le PCAET) et l’identité locale est un frein important à l’efficacité de l’action publique sur le climat, qui manque d’un vocabulaire commun pour transmettre et récolter des informations sur le climat. 

58L’évolution du climat est perçue au travers d’observations directes (température, précipitations, paysages…) et indirectes (dates de récolte des fruits, par exemple), de façon assez inégale entre les personnes (absence de « discours dominant » ou consensuel).

L’action publique est perçue comme incertaine

59Lors des entretiens menés, les habitants interrogés ont été catégorisés de 0 à 3 selon leur niveau de perception du changement climatique d’une part, et selon leur niveau de confiance dans les autorités sur la question climatique d’autre part. L’échantillon interrogé se répartit de la manière suivante (Figure 3) selon ces critères :

Figure 3 : Répartition des répondants en fonction de leur perception des évolutions du climat et de leur niveau de confiance dans la capacité à agir des autorités en matière climatique

Figure 3 : Répartition des répondants en fonction de leur perception des évolutions du climat et de leur niveau de confiance dans la capacité à agir des autorités en matière climatique

60On peut ainsi voir que, si la majorité des interrogés montre un haut niveau de perception du changement climatique, le niveau de confiance dans la capacité des pouvoirs publics à y remédier est plus ambivalent. Cette ambivalence s’inscrit dans un contexte plus large de flou quant aux cadres de la gestion de l’environnement.

La question de la responsabilité est centrale

61La question de la responsabilité à qui incombe les actions sur le climat est centrale dans les discours des habitants interrogés. Celle-ci se pose de manière plus générale dans le rapport à l’environnement et au bâti : la part de responsabilité collective dans le ramassage des déchets, l’entretien des espaces verts, du bâti considéré comme patrimonial, des espaces urbains publics, est floue pour les habitants. Si les autorités locales sont souvent identifiées comme en charge de ces tâches, une responsabilité moins formelle et créatrice de lien social (au travers de corvées collectives) est parfois souhaitée, ou mentionnée avec nostalgie lorsqu’elles ont existé dans le passé, en opposition à des formes de sociabilité contemporaines perçues comme regrettables (individualisme, place du virtuel).

62Le rôle des autorités publiques dans l’action en lien avec le climat en Martinique est perçu de manière ambivalente, entre une supposée puissance et un degré de défiance envers les décideurs (« ils en ont les moyens… mais pas la volonté politique »). La manière dont la population se représente la capacité à agir des autorités martiniquaises sur la question du climat est marquée par un historique de politiques environnementales désorganisées (tri des déchets) ou perçues comme inachevées (TCSP), un manque de crédibilité des acteurs publics dans leur capacité à agir face à des acteurs privés (grandes entreprises identifiées comme polluantes), voire au sein de l’Etat lui-même (scandale de la chlordécone). Ces éléments entachent la confiance dans l’action publique en matière de climat, et nourrissent l’aspiration à « agir soi-même », dans le cadre d’initiatives individuelles, associatives ou parfois sous l’autorité du maire (dont la figure peut faire exception dans le climat de défiance vis-à-vis des élus, y compris martiniquais).

63Les attentes en matière d’action publique ne sont cependant pas les mêmes selon les secteurs : elles restent fortes dans le domaine des transports (développement des transports en commun et d’alternatives à la voiture individuelle), de l’urbanisme (type de bâti, rénovations, nature en ville, piétonnisation…) et du développement d’énergies renouvelables. Les interrogés avaient également des attentes fortes vis-à-vis de leurs concitoyens en matière de changement de comportement, d’éducation, et de modes de consommation. En cela, l’appropriation de la thématique climat par l’ensemble des habitants est un levier crucial à actionner afin de permettre à l’action de se déployer sur la base de la responsabilité individuelle.

La résilience individuelle comme déterminant de l’action

64Les répondants manifestent un intérêt marqué pour les espaces naturels et le contact avec la nature. Le paysage et l’environnement naturels sont décrits avec des adjectifs évoquant l’abondance : « luxuriant », « verdoyant », « foisonnant ». La grande sensibilité aux phénomènes de pollutions de cet environnement s’inscrit en miroir avec un encensement de la « nature propre » et nourricière, thème dans lequel la nature et le climat local plutôt vus comme des ressources salvatrices contre les changements globaux, sociaux. La forte aspiration à la vie en maison individuelle, souvent proche de la nature, et à certaines formes d’auto-suffisance à l’échelle du foyer (jardin vivrier, production d’électricité solaire, stockage de l’eau de pluie…) montrent la prévalence de la notion d’autonomie chez les habitants interrogés. Cette notion se retrouve également à d’autres échelles : celle du quartier, de l’île, de la Caraïbe (parfois vue comme en opposition aux relations avec l’hexagone et l’Europe). Ici, les raisons climatiques et socio-politiques sont intriquées : moins dépendre des importations pour les produits alimentaires, de consommation, traiter les déchets de manière autonome, afin de réduire les émissions de GES… et des relations d’interdépendance avec la France hexagonale.

65Une des motivations individuelles pour l’atteinte de cette autonomie est l’apprentissage personnel : les habitants mentionnent des compétences qu’ils aimeraient acquérir à court ou moyen terme pour améliorer leur résilience, telles que mieux connaître les plantes locales, les techniques agricoles. Que ce soit pour eux-mêmes ou pour leurs concitoyens, une partie des répondants considère l’éducation et la formation comme un puissant levier pour les politiques climatiques et environnementales, se basant sur le postulat que la responsabilité individuelle prévaut sur une action publique perçue comme « venue d’en-haut ».

Conclusion

66Les effets croissants du changement climatique et la forte vulnérabilité de l’île, de par le climat, les modes de vie et la situation socioéconomique, entraînent un fort besoin de développer une action publique efficace sur les questions du climat en Martinique.

67L’étude portée par la CACEM visait à identifier dans quelle mesure les perceptions et les représentations sociales des habitants du centre de la Martinique pouvaient être des barrières et/ou des leviers d’action face au changement du climat. In fine, la compréhension de ces mécanismes doit permettre une adaptation des actions et du discours portés par la collectivité pour mieux toucher ses cibles et contribuer à l’atteinte des objectifs du PCAET.

68Les résultats ont permis de formuler des recommandations pour favoriser la mise en œuvre du PCAET et des politiques climat sur le territoire selon trois champs thématiques : l’éducation, la culture et les modes de vie. Ces champs représentent des leviers forts pour développer des représentations collectives sur le changement climatique, faisant office de savoirs locaux mobilisables par les décideurs et la population pour agir. Par exemple, le fait de recentrer le vocabulaire et les enjeux sur des éléments d’identité martiniquaise et caribéenne pourrait rendre le sujet plus parlant pour le plus grand nombre. Cela passe par un exercice collectif d’appropriation locale des enjeux liés aux effets du changement climatique en Martinique d’une part (montrer qu’il n’y a pas que « la banquise qui fond », mais recentrer sur les phénomènes locaux de recul du trait de côte par exemple), et des notions relatives à l’action sur le climat d’autre part (initiatives possibles à différentes échelles en termes d’adaptation et d’atténuation, de l’individu au territoire en travaillant par exemple sur le bâti et l’aménagement).

69L’analyse fait aussi ressortir des éléments de contexte, telles que les problématiques sociales et « de fond » plus larges, propres à la Martinique voire aux Antilles, qui influent sur la réception par la population des incitations à agir de la part de la collectivité et dont il est utile de tenir compte. Nous pouvons citer quelques exemples comme la remise en cause de la légitimité des autorités en général, les attentes fortes de la population par rapport à d’autres problématiques environnementales (gestion des déchets et des transports publics, algues sargasses, scandale du Chlordécone). Le rapport à l’espace collectif est ainsi fortement marqué par les questions de responsabilité et de confiance. L’ambition de « recréer du collectif » autour des questions climatiques a été formulée au cours des différentes étapes de l’étude, au travers d’initiatives locales.

70Malgré une culture du risque climatique encore limitée, les valeurs qui sous-tendent le mode de vie « souhaitable » décrit par les répondants tendent en majorité à une réduction de la vulnérabilité et une augmentation de la résilience : autonomie des ressources, espace et proximité de la nature, respect et stabilité de l’environnement, autosuffisance alimentaire, développement des savoir-faire, régulation des rapports sociaux par le renforcement des liens interpersonnels et le développement d’un réseau de confiance.

Haut de page

Bibliographie

ACTeon et A&E Consulting (2022). « Étude socioanthropologique sur les perceptions et mécanismes de compréhension du changement climatique ». Rapport final, juin 2022.

Bonnemains, A. (2016). Perceptions et représentations du changement climatique auprès des populations dans leur cadre de vie. [Rapport de recherche] LabEx ITEM. URL : https://hal.univ-grenoble-alpes.fr/hal-01420366v2

Doue C. M., O. N. Carrascal, D. Restrepo, N. Krien, D. Rommel, C. Lemee, M. Coquet, D. Mercier and G. Fleury-Bahi, (2020). « The Social Representations Of Climate Change: Comparison Of Two Territories Exposed To The Coastal Flooding Risk », International Journal Of Climate Change Strategies And Management 12(3) : 389-406 ; Doi : 10.1108/Ijccsm-11-2019-0064

H3C-Caraïbes (2019). « Mission d’accompagnement de la CACEM à la réalisation de son Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) ». Rapport final – version intermédiaire - juillet 2019. 66 pages.

IPCC (2019). Summary for Policymakers, In: IPCC Special Report on the Ocean and Cryosphere in a Changing Climate [H.-O. Pörtner, D.C. Roberts, V. Masson-Delmotte, P. Zhai, M. Tignor, E. Poloczanska, K. Mintenbeck, A. Alegría, M. Nicolai, A. Okem, J. Petzold, B. Rama, N.M. Weyer (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, UK and New York, NY, USA: 3–35. https://doi.org/10.1017/9781009157964.001.

IPCC (2022). Climate Change 2022: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [H.-O. Pörtner, D.C. Roberts, M. Tignor, E.S. Poloczanska, K. Mintenbeck, A. Alegría, M. Craig, S. Langsdorf, S. Löschke, V. Möller, A. Okem, B. Rama (eds.)]. Cambridge University Press. Cambridge University Press, Cambridge, UK and New York, NY, USA, 3056 pp., DOI:10.1017/9781009325844.

Kabore, P. N., B. Barbier, P. Ouoba, A. Kiema, L. Some et A. Ouedraogo (2019). « Perceptions du changement climatique, impacts environnementaux et stratégies endogènes d’adaptation par les producteurs du Centre-nord du Burkina Faso », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement 19(1) ; URL : http://journals.openedition.org/vertigo/24637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.24637

Marega, O., S. Frere, A-P. Hellequin, H. Flanquart, I. Calvo-Mendieta, B. Berry et S. Cornet (2019). « Contribution à l’étude des barrières et des leviers d’action face au changement climatique », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement 19(2) ; URL : http://journals.openedition.org/vertigo/26117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.26117

Moloney, G., Z. Leviston, T. Lynam, J. Price, S. Stone-Jovicich, and D. Blair (2014). Using social representations theory to make sense of climate change: what scientists and non-scientists, Australia think. Ecology and society 19 (3): 19. http://dx.doi.org/10.5751/es-06592-190319

Morandi, B., Rivière-Honegger, A. et Cottet, M. (2015). Étude en sciences humaines et sociales sur l’eau et les milieux aquatiques en Martinique. Les représentations et les pratiques associées aux cours d’eau. CNRS, CIRAD, ODE Martinique, ONEMA, Rapport de recherche ; URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01314216/document

Morandi, B., de Souza, C., Hejda, Q., Rivière-Honegger, A. et Cottet, M. (2017). Étude en sciences humaines et sociales sur l’eau et les milieux aquatiques en Martinique. Les représentations et les pratiques associées aux mangroves de la Martinique. CNRS – UMR 5600 EVS / CIRAD, Rapport de recherche, 168 p. URL : https://shs.hal.science/halshs-01675608

Nachbaur A., M. Paulineau, M. Le Roy (2015). Évolution multidécennale (1951-2010) et décennale (2004 – 2010) du trait de côte de la Martinique. Rapport final. BRGM/RP-63238-FR, 95 p.

Terorotua H., Duvat V., Maspataud A. and Ouriqua J. (2020) Assessing Perception of Climate Change by Representatives of Public Authorities and Designing Coastal Climate Services: Lessons Learnt From French Polynesia. Front. Mar. Sci. 7:160. doi : 10.3389/fmars.2020.00160

Projet C3AF (Changement Climatique et Conséquences sur les Antilles françaises), programme opérationnel FEDER&FSE 2014-2020, site web : https://c3af.univ-montp3.fr/

Haut de page

Notes

1 O2TM/ADUAM, 2016 ; CEEE, 2017

2 DEAL Martinique. « Chiffres et Statistiques. Le parc locatif des bailleurs sociaux. Situation au 1er janvier 2018 », juillet 2019

3 Rapport logement outremer, Cours de comptes, 2020

4 CCEE, 2017

5 Baptiste Raimbaud, « Pauvreté et niveau de vie : 29 % des Martiniquais vivent sous le seuil de pauvreté », INSEE Analyses Martinique n° 39, juillet 2020

6 INSEE, « L’essentiel sur… la Martinique. Chiffres-clés », janvier 2021

7 INSEE, 2019

8 FIPECO, Rapport 2020 sur l’état de la fonction publique

9 IEDOM, 2020

10 Nuissier, 2013

11 Inspiré de : https://annerevillard.files.wordpress.com/2018/08/fiche-def-role-obs.pdf.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des terrains d’observation explorés lors de l’étude
Crédits Source : à partir d’un fond de carte : photo aérienne, Imagery ©2023 TerraMetics, Map data ©2023 Google
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/25161/img-1.png
Fichier image/png, 989k
Titre Figure 2 : Statut de l’observateur selon les terrains d’observation
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/25161/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3 : Répartition des répondants en fonction de leur perception des évolutions du climat et de leur niveau de confiance dans la capacité à agir des autorités en matière climatique
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/25161/img-3.png
Fichier image/png, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Berge, Camille Parrod, Audrey Pastel et Pascal Saffache, « Perceptions et mécanismes de compréhension du changement climatique dans le centre de la Martinique (Antilles françaises) »Études caribéennes [En ligne], 53 | Décembre 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/25161 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.25161

Haut de page

Auteurs

Manon Berge

Consultante en sociologie de l’environnement, ACTeon Environment Research & Consultancy, m.berge@acteon-environment.eu

Camille Parrod

Consultante en politiques du climat, camilleparrod@gmail.com

Audrey Pastel

Doctorat Géographie-Aménagement, Laboratoire AIHP-GEODE, Université des Antilles, aud.pastel@gmail.com

Articles du même auteur

Pascal Saffache

Professeur des Universités, Laboratoire AIHP-GEODE, Université des Antilles, A&E Consulting, pascal.saffache@univ-antilles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search