Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54ÉditorialCuba et les États-Unis : genèse d...

Éditorial

Cuba et les États-Unis : genèse d’un conflit

Cuba and the United States: the Genesis of a Conflict
Salim Lamrani

Texte intégral

  • 1 Henry Adams, History of the United States of America During the Second Administration of Thomas Jef (...)
  • 2 Louis A. Pérez Jr., Cuba in the American Imagination. Metaphor and the Imperial Ethos, Chapell Hill (...)
  • 3 Thomas Jefferson, « Correspondence from Thomas Jefferson to James Monroe », 23 juin 1823, Manuscrip (...)

1Depuis le début du XIXe siècle, alors qu’elle se trouvait encore sous domination espagnole, Cuba suscita les convoitises des États-Unis. En 1805, Thomas Jefferson, troisième Président de la jeune nation, souligna l’importance stratégique de l’île, appelant de ses vœux à une « conquête facile1 ». En 1823, John Quincy Adams, alors secrétaire d’État, élabora la célèbre théorie du « fruit mûr » qui rappelait l’existence de lois « de gravitation politique » et le caractère non naturel des liens entre Cuba et l’Espagne. L’île ne pouvait « graviter qu’autour de l’Union nord-américaine2 ». La même année, Jefferson nota que « Cuba serait l’addition la plus intéressante à notre système d’États3 ».

  • 4 Salim Lamrani, « Les origines de la Révolution cubaine de 1959 », Études caribéennes, n°50, décembr (...)

2Durant le XIXe siècle, Washington proposa à pas moins de six reprises à l’Espagne d’acquérir Cuba, formulant une offre de 100 millions de dollars. Lors de la Première guerre d’indépendance menée par Carlos Manuel de Céspedes (1868-1878), les États-Unis apportèrent leur soutien politique et militaire à Madrid et s’opposèrent aux souverainistes. Lors de la Seconde guerre d’indépendance (1895-1898) lancée par José Martí, au moment où l’armée espagnole était défaite sur le champ de bataille par les patriotes cubains, les États-Unis décidèrent d’intervenir militairement dans le conflit pour s’emparer de l’île et l’occupèrent jusqu’en 19024.

  • 5 Boaz W. Long, « The Minister in Cuba (Long) to the Acting Secretary of State », 3 janvier 1921, For (...)

3Les États-Unis imposèrent leur tutelle à Cuba par le biais de l’amendement Platt, intégré de force à la nouvelle Constitution, qui limitait singulièrement la souveraineté de l’île en autorisant, entre autres, l’intervention militaire à chaque fois que la Maison-Blanche estimait que ses intérêts étaient en danger. Ce fut le cas en 1906, en 1912 et en 1916, rappelant à chaque fois aux Cubains le caractère imparfait de leur indépendance. Un courrier de 1920 du Président Woodrow Wilson au Président Mario García Menocal souligna crûment cette réalité : « Le Président des États-Unis ne considère pas nécessaire d’obtenir l’autorisation préalable du Président de Cuba pour envoyer un représentant spécial5 ».

  • 6 George S. Messersmith, « Memorandum by the Ambassador in Cuba (Messersmith) », 8 janvier 1941, Fore (...)

4L’avènement de la Révolution populaire de 1933, qui mit fin à la dictature de Gerardo Machado, inquiéta au plus haut point les États-Unis qui décidèrent de dépêcher plusieurs navires de guerre pour écraser l’aspiration des Cubains à une plus grande souveraineté. Ce fut le sous-secrétaire d’État Sumner Welles, envoyé en tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire permanent, qui se chargea de cette tâche avec la complicité du sergent Fulgencio Batista, et renversa le gouvernement populaire des « cent jours » de Ramón Grau San Martín et Antonio Guiteras. L’amendement Platt, impopulaire et obsolète, fut aboli en 1934 au profit d’une nouvelle doctrine qui consistait à s’appuyer sur un homme fort pour défendre les intérêts des États-Unis dans l’île. Comme le souligna l’ambassadeur étasunien George S. Messersmith, « le 4 septembre 1933 a été liquidé », en référence au mouvement révolutionnaire6.

  • 7 Salim Lamrani, « Les origines de la Révolution cubaine de 1959 », op. cit.

5Suite à l’adoption de la Constitution de 1940, qui remplaça celle de 1901 imposée sous la contrainte militaire étasunienne, Fulgencio Batista conquit légalement le poste suprême et devint Président de la République jusqu’en 1944, tout en restant un fidèle serviteur des intérêts de Washington dans un contexte dominé par la Seconde Guerre mondiale. Ramón Grau San Martín (1944-1948) et Carlos Prío Socarrás (1948-1952) lui succédèrent à la tête des deux gouvernements dirigés par le Parti authentique, dont le règne fut marqué par la corruption et l’alliance avec le puissant voisin7.

  • 8 Ibid.

6En 1952, Fulgencio Batista revint sur la scène politique nationale en orchestrant un coup d’État militaire, avec le soutien des États-Unis, qui mit fin à la légalité constitutionnelle à trois mois des élections présidentielles et législatives, alors que le jeune avocat Fidel Castro était candidat au Sénat. En 1953, l’attaque à la caserne Moncada sonna le début de la période insurrectionnelle, qui se prolongea en 1956 par le débarquement des troupes révolutionnaires du Mouvement 26 juillet et le lancement d’une guerre de guérilla dans les montagnes de la Sierra Maestra. Le 1er janvier 1959, le régime militaire de Batista fut renversé donnant naissance à une nouvelle ère dans l’histoire de Cuba8.

7L’avènement de la Révolution cubaine, à laquelle l’administration Eisenhower s’opposa dès le départ, ainsi que le processus de transformation socio-économique, générèrent de fortes tensions avec les États-Unis, qui imposèrent des sanctions économiques et mirent en place un programme secret destiné à renverser le gouvernement de La Havane dès 1960. Le conflit entre les deux pays prit des proportions internationales, notamment avec le débarquement de la Baie des Cochons en 1961 et surtout la Crise des missiles en 1962.

8Au fil des ans, la rhétorique diplomatique des États-Unis évolua pour justifier l’hostilité à l’égard de Cuba. L’administration républicaine de Eisenhower évoqua le processus de nationalisation et d’expropriation pour expliquer l’imposition des premières sanctions contre Cuba. Le Président démocrate John F. Kennedy s’appuya sur l’alliance avec l’Union soviétique pour expliquer le renforcement des mesures coercitives en février 1962. Par la suite, ses successeurs firent respectivement allusion au soutien de La Havane aux mouvements révolutionnaires et indépendantistes à travers le monde, notamment en Amérique latine et en Afrique, pour entériner le maintien d’une politique hostile à l’égard de l’île. Enfin, depuis la fin de la guerre froide et la chute de l’Union soviétique en 1991, la question de la démocratie et des droits de l’homme a été brandie par tous les présidents des États-Unis, de George H. Bush jusqu’à Joe Biden, en passant par Bill Clinton, George W. Bush, Barack Obama, Donald Trump, pour justifier la persistance de sanctions contre Cuba.

9Ce numéro se propose de faire le point sur le différend entre La Havane et Washington à travers une série d’articles rédigés par des universitaires étasunien, cubains, britannique, espagnol et français, et plusieurs entretiens avec des personnalités étasunienne, cubaines et latino-américaines.

Articles

10Dans le premier article, l’universitaire étasunien Jorge Domínguez, professeur à l’Université de Harvard de 1972 à 2018, s’intéresse aux écrits des élites politico-intellectuelles des deux pays publiés dans la revue Foreign Affairs durant les années 1920-1940 sur les relations entre Cuba et les États-Unis. D’éminentes figures tels que Franklin Delano Roosevelt, Walter Lippman, Harry Guggenheim et Sumner Welles, du côté étasunien, et Cosme de la Torriente, Ramiro Guerra y Sanchez et Jorge Mañach, du côté cubain, évoquèrent dans un dialogue asymétrique les questions de l’amendement Platt, la dévolution de l’île des Pins, la révolution de 1933 et la base navale de Guantanamo.

11Ensuite, l’universitaire britannique Antoni Kapcia, professeur émérite à l’Université de Nottingham, aborde l’époque charnière de la révolution de 1933 où Cuba, suite à l’abrogation de l’amendement Platt, cessa d’être une néo-colonie étasunienne sans pour autant réussir à s’émanciper de l’influence du puissant voisin. Il analyse plus précisément l’attitude de la gauche cubaine – qui aspirait à une plus grande indépendance et souhaitait en même temps préserver de bons rapports avec Washington – face à la politique du « Bon Voisin » mise en œuvre par le Président Franklin Delano Roosevelt.

12Pour sa part, l’universitaire cubain Sergio Guerra Vilaboy, professeur à l’Université de La Havane, propose une étude du rôle de la United Fruit Company à Cuba au début du XXe siècle. Ayant massivement investi dans l’industrie sucrière et confrontée à une pénurie de main-d’œuvre, la multinationale étasunienne a exercé de fortes pressions sur les différents gouvernements cubains afin qu’ils autorisent le recrutement de travailleurs saisonniers en provenance de la Caraïbe, montrant ainsi son influence sur la vie politique de l’île.

13Salim Lamrani, maître de conférences HDR à l’Université de La Réunion, propose ensuite une série de plusieurs articles traitant des relations entre le gouvernement révolutionnaire et l’administration Eisenhower. Le premier est consacré à la justice révolutionnaire. Alors que l’administration Eisenhower avait observé la plus grande discrétion au sujet des exactions commises par la dictature de Fulgencio Batista à Cuba, elle fit au contraire part de ses critiques lorsque le nouveau pouvoir dirigé par le Président Manuel Urrutia décida d’appliquer la justice révolutionnaire durant les premières semaines de l’année 1959 à l’encontre de ceux qui s’étaient rendus coupables de crimes de sang. La position de Washington déclencha la première crise diplomatique avec La Havane, qui rappela le soutien accordé par la Maison-Blanche au régime militaire et remit en cause la sincérité de ces accusations. L’objectif des États-Unis était autre : jeter le discrédit sur les nouvelles autorités cubaines.

14Le deuxième article traite de la réforme agraire de mai 1959. En raison de la présence massive des investissements étasuniens dans l’économie cubaine, cette mesure affecta les intérêts des multinationales qui possédaient les meilleures terres de l’île. À la perspective de perdre près de 800 millions de dollars de biens dans le pays, Washington exprima ses réserves à l’égard de la réforme et exigea des conditions d’indemnisations auxquelles Cuba ne pouvait pas répondre en raison de sa situation économique. Au-delà de la perte matérielle, l’administration Eisenhower était surtout préoccupée par l’impact d’une telle mesure en Amérique latine et à travers le monde, où les gouvernements confrontés à des réalités similaires pouvaient être tentés de suivre la même voie.

15La troisième étude traite de la question de la vente d’armes. Suite à l’avènement de la Révolution cubaine en 1959, les États-Unis se sont opposés au programme de transformation socio-économique entrepris par les nouvelles autorités et ont adopté une politique hostile. Loin de redouter un rapprochement entre La Havane et Moscou, Washington a au contraire délibérément poussé l’île vers l’Union soviétique, dans le but de pouvoir ainsi justifier les mesures drastiques que l’administration Eisenhower s’apprêtait à adopter contre Cuba, à savoir les sanctions économiques et l’isolement du pays. L’épisode de la vente d’armes est illustratif de cette volonté de contraindre Fidel Castro à solliciter l’aide du bloc socialiste.

16Le quatrième article évoque la question du communisme. À la suite de la Révolution cubaine en 1959, l’administration Eisenhower chercha à découvrir si le nouveau pouvoir, qui avait exprimé sa volonté d’une plus grande indépendance vis-à-vis des États-Unis, était sous domination communiste. Durant les deux premières années, de la reconnaissance du gouvernement révolutionnaire en janvier 1959 à la rupture unilatérale des relations diplomatiques par Washington en janvier 1961, la Maison-Blanche chercha à tisser un lien entre La Havane et Moscou dans le but de pouvoir rallier le reste du continent latino-américain à sa politique hostile à l’égard de l’île.

17Le cinquième article revient sur le programme secret destiné à renverser Fidel Castro adopté en avril 1960. La priorité de cette opération était qu’elle se fasse dans la clandestinité la plus absolue afin de pouvoir nier publiquement toute implication dans un projet contre un gouvernement latino-américain. Washington était résolument décidé à neutraliser un pouvoir cubain, qui avait exprimé par les paroles et par les actes sa volonté de s’affranchir définitivement de sa tutelle et d’établir des liens moins asymétriques avec son puissant voisin, afin d’endiguer l’influence de la Révolution cubaine en Amérique latine et à travers le monde.

18De son côté, l’universitaire cubain Elier Ramírez Cañedo, membre de l’Institut d’Histoire de Cuba, propose un regard sur huit points précis de l’histoire conflictuelle entre Washington et La Havane. Il offre une perspective cubaine sur des origines de la confrontation entre les deux pays à partir de l’avènement de la Révolution en 1959 et revient sur le rôle joué par Fidel Castro dans les relations avec le puissant voisin. Il évoque, entre autres, l’alliance avec l’Union soviétique, la rupture des relations diplomatiques, la crise des missiles, le rôle de Cuba en Afrique ainsi que l’influence de lobby cubain dans la politique étrangère des États-Unis.

19 Trois articles sont ensuite consacrés aux sanctions économiques des États-Unis contre Cuba. Dans la première étude, le professeur Raúl Rodríguez Rodríguez du Centre d’études hémisphériques de l’Université de La Havane, revient sur l’imposition des mesures coercitives unilatérales et leur objectif, à savoir obtenir un changement de régime dans l’île. Pilier de la politique étrangère de Washington, l’état de siège économique contrevient aux principes fondamentaux du droit international public.

20 Dans la deuxième analyse, le professeur Ernesto Domínguez López de l’Université de La Havane mentionne le caractère asymétrique des relations bilatérales et dresse une perspective historique de la politique coercitive de Washington à l’égard de Cuba. Il insiste sur la dimension géopolitique des sanctions imposées à Cuba depuis plus d’un demi-siècle par les différentes administrations étasuniennes.

21 Dans la troisième analyse, les professeures Melina Johanna Itturriaga Bartuste et Seida Barrera Rodríguez de l’Université de La Havane proposent un regard historique des sanctions économiques de 1950 à 2021 à l’aune du droit international public à partir de différentes bases de données.

22Dans son étude, Dalia Gonzalez Delgado, professeure à l’Université de La Havane, examine l’évolution de la communauté cubano-américaine, installée principalement en Floride, en prenant en compte les transformations sociodémographiques. Son intégration au sein du système politique des États-Unis, aussi bien au niveau local, que fédéral et gouvernemental, lui permet de jouer un rôle dans l’élaboration de la politique de Washington vis-à-vis de Cuba, même si son influence réelle fait l’objet de débats.

23 Pour sa part, le professeur espagnol Renzo Llorente de la Saint Louis University-Madrid propose une analyse du travail journalistique de plusieurs grandes figures médiatiques étasuniennes qui ont interviewé Fidel Castro durant la deuxième moitié du XXe siècle. Les entretiens réalisés ont contribué à la construction de l’image de Cuba auprès de l’opinion publique du Voisin du Nord et du monde occidental. Cependant, note l’universitaire, les professionnels de la presse ont du mal à respecter les principes d’impartialité et de nuance dans leur approche du leader de la Révolution cubaine.

24 L’étude de la professeure Olga Rosa Gonzalez Martin de l’Université de La Havane sur la politique de communication de Cuba dans le cadre du conflit bilatéral avec Washington clôture la première partie de ce numéro. Le Parti communiste cubain la considère comme étant une arme stratégique dans le cadre du différend avec son Voisin, notamment dans l’objectif de renforcer le consensus national autour de la Révolution.

Entretiens

25 Le second volet de ce dossier propose cinq entretiens avec Wayne S. Smith, ancien ambassadeur des États-Unis à Cuba ; Ricardo Alarcon de Quesada, ancien Président du Parlement cubain ; Miguel Barnet Lanza, Président d’honneur de l’Union des écrivains et artistes de Cuba ; Marília Guimarães, militante politique brésilienne ayant vécu dix années d’exil à Cuba et Hildebrando Pérez Grande, poète péruvien.

26 Diplomate de profession, Wayne S. Smith était en poste à l’ambassade étasunienne de La Havane durant le mouvement insurrectionnel cubain dirigé par le Mouvement 26 Juillet de Fidel Castro et a vécu la chute du dictateur Fulgencio Batista en 1959. De 1979 à 1982, Smith a servi à la tête de la Section d’Intérêts des États-Unis à Cuba et s’est distingué par sa politique de dialogue et de rapprochement avec La Havane sous le gouvernement de James Carter. En 1982, en raison d’un désaccord avec la nouvelle politique mise en place par le président Ronald Reagan vis-à-vis de Cuba, il a définitivement quitté le Département d’État. Dans le premier entretien, Smith analyse la politique des États-Unis durant les premières années de la Révolution, évoque le rapprochement initié par James Carter avec Fidel Castro et revient sur la politique étrangère des différentes administrations étasuniennes.

27 Président du Parlement cubain de 1993 à 2013 et membre du Bureau politique du Parti communiste cubain de 1980 à 2013, Ricardo Alarcón de Quesada a longtemps été la troisième figure du gouvernement cubain, après Fidel Castro et Raúl Castro. En 1966, Alarcón est nommé ambassadeur de la République de Cuba auprès des Nations unies à New York. Il y restera jusqu’en 1978, devenant ainsi le meilleur spécialiste cubain des États-Unis. Dans le deuxième entretien, Alarcón revient la présence de Raúl Castro au pouvoir de 2006 à 2018. Il évoque également la question migratoire et les relations avec les États-Unis, ainsi que la problématique des droits de l’homme et des prisonniers politiques. Le dialogue s’achève sur les rapports avec l’Église Catholique et le Vatican, les relations avec l’Union européenne, et l’avenir de Cuba après Fidel Castro et Raúl Castro.

28Miguel Barnet Lanza est un personnage incontournable de la culture cubaine. Président d’honneur de l’Union des écrivains et des artistes de Cuba qu’il a fondée, Barnet est à la fois écrivain, ethnographe, anthropologue, essayiste et poète. Il est également un homme politique de premier plan. Député au Parlement, membre du Comité central du Parti communiste de Cuba, il a également été membre du Conseil d’État. Dans le troisième entretien, Barnet revient sur les réformes économiques et sociales entreprises par Raúl Castro, la place du débat critique à Cuba, la question du racisme, les droits de l’homme ainsi que sur les relations avec les États-Unis.

29Issue d’une famille bourgeoise d’origine portugaise, Marília Guimarães s’engage dans la lutte armée au sein de l’organisation Vanguardia Popular Revolucionaria contre la dictature militaire qui a renversé en 1964 le gouvernement démocratiquement élu de João Goulart au Brésil. Démasquée par le régime, elle entre dans la clandestinité afin d’échapper au sort généralement réservé aux opposants politiques. Au bout d’un an de vie clandestine, en janvier 1970, elle décide de détourner un avion de ligne, accompagnée de ses deux enfants, Marcello et Eduardo, respectivement âgés de trois ans et deux ans, et de trouver asile à Cuba où elle passera dix années de sa vie. Au cours de ces conversations, Marília Guimarães raconte son histoire et son engagement militant contre le pouvoir putschiste au Brésil et détaille l’odyssée qui l’a conduite à La Havane. Elle y évoque sa vie nouvelle dans une société marquée par la ferveur révolutionnaire et ses rencontres avec les grands leaders du Tiers-monde.

30Né à Lima en 1941, Hildebrando Pérez Grande est issu d’une famille de militants politiques intimement liés à l’Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA) de Víctor Raúl Haya de la Torre fondée en 1924. Homme de lettres et poète, il est considéré comme l’un des principaux représentants du mouvement littéraire Generación del 60’. Comme de nombreux intellectuels de sa génération, il a été profondément marqué par la Révolution cubaine de 1959 avec son message universel d’émancipation et son impact à travers l’Amérique latine et le Tiers-monde. À l’aube de ses 80 ans, il propose un regard lucide sur Cuba et le symbole qu’elle représente pour les peuples du Sud.

Haut de page

Bibliographie

Adams, Henry, History of the United States of America During the Second Administration of Thomas Jefferson, New York, Charles Scribner’s Sons, 1890, Volume 1.

Davis, Norman H., « The Acting Secretary of State to the Minister in Cuba (Long) », 4 janvier 1921, Foreign Relations of the United States, Washington, United States Government Printing Office, 1936.

Jefferson Thomas, « Correspondence from Thomas Jefferson to James Monroe », 23 juin 1823, Manuscript Division, Library of Congress. https://tile.loc.gov/storage-services/service/mss/mtj//mtj1/053/053_1021_1022.pdf (site consulté le 18 février 2023).

Lamrani, Salim, « Les origines de la Révolution cubaine de 1959 », Études caribéennes, n°50, décembre 2021. https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23103 (site consulté le 18 février 2023).

Long, Boaz W., « The Minister in Cuba (Long) to the Acting Secretary of State », 3 janvier 1921, Foreign Relations of the United States, Washington, United States Government Printing Office, 1936.

Messersmith, George S., « Memorandum by the Ambassador in Cuba (Messersmith) », 8 janvier 1941, Foreign Relations of the United States, Washington, United States Government Printing Office, 1962.

Pérez JR., Louis A., Cuba in the American Imagination. Metaphor and the Imperial Ethos, Chapell Hill, The University of North Carolina Press, 2008.

Haut de page

Notes

1 Henry Adams, History of the United States of America During the Second Administration of Thomas Jefferson, New York, Charles Scribner’s Sons, 1890, Volume 1, p. 102.

2 Louis A. Pérez Jr., Cuba in the American Imagination. Metaphor and the Imperial Ethos, Chapell Hill, The University of North Carolina Press, 2008, p. 30.

3 Thomas Jefferson, « Correspondence from Thomas Jefferson to James Monroe », 23 juin 1823, Manuscript Division, Library of Congress. https://tile.loc.gov/storage-services/service/mss/mtj//mtj1/053/053_1021_1022.pdf (site consulté le 18 février 2023).

4 Salim Lamrani, « Les origines de la Révolution cubaine de 1959 », Études caribéennes, n°50, décembre 2021. https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/23103 (site consulté le 18 février 2023).

5 Boaz W. Long, « The Minister in Cuba (Long) to the Acting Secretary of State », 3 janvier 1921, Foreign Relations of the United States, Washington, United States Government Printing Office, 1936, p. 670-71 ; Norman H. Davis, « The Acting Secretary of State to the Minister in Cuba (Long) », 4 janvier 1921, Foreign Relations of the United States, Washington, United States Government Printing Office, 1936, p. 671.

6 George S. Messersmith, « Memorandum by the Ambassador in Cuba (Messersmith) », 8 janvier 1941, Foreign Relations of the United States, Washington, United States Government Printing Office, 1962, p. 131.

7 Salim Lamrani, « Les origines de la Révolution cubaine de 1959 », op. cit.

8 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « Cuba et les États-Unis : genèse d’un conflit »Études caribéennes [En ligne], 54 | Avril 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/25500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.25500

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Université de La Réunion, salim.lamrani@univ-reunion.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search