Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54DossierArticlesL’administration Eisenhower face ...

Dossier
Articles

L’administration Eisenhower face à la justice révolutionnaire à Cuba : des considérations « humanitaires » ?

Salim Lamrani
Traduction(s) :
The Eisenhower administration and revolutionary justice in Cuba: “Humanitarian” considerations? [en]

Résumés

Alors que l’administration Eisenhower avait observé la plus grande discrétion au sujet des exactions commises par la dictature de Fulgencio Batista à Cuba, elle fit au contraire part de ses critiques lorsque le nouveau pouvoir dirigé par le Président Manuel Urrutia décida d’appliquer la justice révolutionnaire durant les premières semaines de l’année 1959 à l’encontre de ceux qui s’étaient rendus coupables de crimes de sang. La position de Washington déclencha la première crise diplomatique avec La Havane, qui rappela le soutien accordé par la Maison-Blanche au régime militaire et remit en cause la sincérité de ces accusations. L’objectif des États-Unis était autre : jeter le discrédit sur les nouvelles autorités cubaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 A l’avènement de la Révolution cubaine de 1959, qui mit un terme à la dictature du général Fulgencio Batista après 25 mois de lutte armée dans les montagnes de la Sierra Maestra, l’une des premières mesures prises par le nouveau pouvoir fut de recourir à la justice révolutionnaire. Celle-ci, expéditive et violente par nature, s’appliqua aux individus auteurs de crimes de sang commis lors les six années que dura le régime militaire qui avait renversé le gouvernement démocratique de Carlos Prío Socarrás en 1952. Face à l’exigence populaire de justice, les nouvelles autorités s’engagèrent dès les premières heures à sanctionner les criminels de guerre, afin d’éviter les représailles extrajudiciaires de la part des familles endeuillées par la répression.

2 L’administration Eisenhower, qui s’opposa à une prise de pouvoir par Fidel Castro et ses hommes dès le départ et qui soutint le régime de Batista jusqu’aux ultimes instants, ne laissa pas passer l’opportunité de faire part publiquement de ses critiques à l’égard du gouvernement du Président Manuel Urrutia, exigeant l’application d’une justice ordinaire. Face à ces admonestations publiques, La Havane répliqua en plaçant Washington face à ses propres contradictions, lui rappelant à la fois son soutien sans faille au régime déchu, ainsi que la discrétion observée face aux crimes commis durant les années de plomb de 1952 à 1958. Cuba inaugura de cette façon une ère nouvelle dans ses relations avec les Etats-Unis où était affirmée l’exigence du respect de la souveraineté.

3 Cette première confrontation diplomatique entre le nouveau gouvernement révolutionnaire et l’administration Eisenhower était motivée par d’autres considérations : il s’agissait de jeter le discrédit sur les nouvelles autorités qui s’apprêtaient à entreprendre un processus de transformation socio-économique radical. En effet, l’application de la justice révolutionnaire dès les premières semaines de l’année 1959 répondait à une exigence populaire. Face aux critiques, une opération médiatique fut lancée par La Havane sous le nom de Mission « Vérité » dans le but d’offrir à l’opinion publique étasunienne et internationale le point de vue cubain. Par ailleurs, le nouveau régime ne manqua pas de rappeler le soutien apporté par Washington au régime de Batista depuis le coup d’Etat de 1952 et plus particulièrement à partir du déclenchement de la guerre insurrectionnelle en 1956.

1. La justice révolutionnaire

  • 1 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en el Parque Céspedes d (...)
  • 2 Diario de la Marina, « Serán juzgados los criminales de guerra, dijo el Presidente », 8 janvier 195 (...)

4Le régime de Fulgencio Batista marqua l’histoire cubaine par sa brutalité. Les forces de police et de l’armée s’étaient montrées impitoyables à l’égard des opposants au pouvoir militaire. De nombreuses familles cubaines furent endeuillées par les crimes commis par la dictature. Les atrocités, largement relatées par la presse cubaine et internationale, notamment le New York Times, avaient choqué l’opinion publique étasunienne et marqué le monde diplomatique occidental en poste dans l’île. Au lendemain de la Révolution, le désir de justice, parfois de vengeance, était palpable. Pour éviter tout règlement de compte extrajudiciaire, dès son premier discours le 1er janvier 1959 à Santiago de Cuba, Fidel Castro promit au peuple que les coupables de crimes seraient châtiés par les tribunaux révolutionnaires : « Les criminels de guerre seront punis car c’est un devoir inévitable de la justice. Le peuple peut être sûr que nous accomplirons ce devoir. […] Comme il y aura justice, il n’y aura pas de vengeance ni de haine1 ». Le Président Manuel Urrutia confirma les propos du leader révolutionnaire en déclarant que ces derniers seraient « jugés comme les criminels de guerre allemands2 ».

  • 3 Arthur Gardner, « Telegram From the Ambassador in Cuba (Gardner) to the Secretary of State », 15 fé (...)
  • 4 Wayne S. Smith, The Closest of Enemies: A Personal and Diplomatic Account of US-Cuban Relations Sin (...)
  • 5 Jules Dubois, Fidel Castro. Rebel Liberator or Dictator ?, New York, Bobbs Merrill Company, Inc, 19 (...)

5Les crimes perpétrés par Batista étaient connus de l’administration étasunienne. Les diplomates en poste à Cuba transmirent des mémorandums détaillés sur les exactions commises par le régime militaire. Ainsi, le 15 février 1957, l’ambassadeur Arthur Gardner fit part de ses certitudes au Département d’État : « Nous sommes désormais convaincus que les assassinats récurrents de personnes que le gouvernement qualifie d’opposants et de terroristes sont en fait le travail de la police et de l’armée ». Gardner évoqua « les photos effroyables des victimes » et les « corps criblés de balles », insistant sur les « méthodes extrêmes3 ». Wayne S. Smith, alors jeune fonctionnaire en poste à La Havane, apporta également son témoignage : « La police réagissait de façon excessive à la pression des insurgés en torturant et en tuant des centaines de personnes, aussi bien des innocents que des coupables. Les corps étaient abandonnés, pendus à des arbres le long des routes. De telles tactiques ont inexorablement conduit l’opinion publique à rejeter Batista et à soutenir l’opposition4 ». La presse étasunienne rapportait parfois les crimes du régime militaire. Jules Dubois, correspondant dans la capitale cubaine, décrivait des scènes d’horreur : « Des jeunes hommes étaient sortis de force de leurs domiciles et des bras de leurs mères par des officiers de police et de l’armée ; leurs corps mutilés et criblés de balles étaient retrouvés le lendemain dans les champs, avec leurs parties génitales coupées et enfouies dans leurs bouches ou dans la poche de leur chemise5 ».

  • 6 Le Monde, « Nombreuses exécutions en province », 14 janvier 1959. Voir également : The New York Tim (...)
  • 7 Diario de la Marina, « Necesarias las ejecuciones, dijo el Doctor R. Agramonte », 14 janvier 1959.
  • 8 Park F. Wollam, « Despach From the Consulate at Santiago de Cuba to the Department of State », 14 j (...)

6Ainsi, dès les premiers jours de l’année 1959, la justice révolutionnaire fit son œuvre, notamment dans la province de Santiago, lors de procès publics, pour répondre à l’exigence populaire6. Roberto Agramonte, Ministre des Affaires étrangères, insista sur la nécessité de cette justice expéditive : « Si les Tribunaux militaires ne s’étaient pas emparés de la question, en agissant rapidement pour rendre justice, les familles de ceux qui ont été assassinés et torturés auraient rendu justice de leurs propres mains et beaucoup d’innocents seraient tombés avec les accusés7 ». Ainsi, le Code de justice révolutionnaire du Second Front dirigé par Raúl Castro fut appliqué aux criminels de la dictature de Batista. Leur culpabilité laissait peu de place au doute selon les diplomates en place. Le consulat étasunien de Santiago nota que « les personnes exécutées étaient pour la plupart des membres d’organisations militaires liées aux activités répressives telles que le SIM [Service d’intelligence militaire], le SIR, le personnel des voitures de patrouille radio et les membres du groupe de Masferrer. […] Beaucoup de ceux qui ont été exécutés étaient bien connus du public comme étant des criminels et des assassins de la pire espèce8 ».

  • 9 John Foster Dulles, « Circular Telegram From the Department of State to Certain Diplomatic Posts in (...)
  • 10 The New York Times, « Executions in Cuba Protested », 13 janvier 1959 ; Diario de la Marina, « Refu (...)
  • 11 The New York Times, « Senator Morse Protests », 13 janvier 1959.
  • 12 Felix Belair Jr., « Castro Defended By Muñoz Marín », The New York Times, 20 janvier 1959.

7 Cependant, le Département d’État, qui avait fait preuve de la plus grande discrétion au sujet des crimes commis par le régime batistien, déplora en revanche les exécutions en invoquant « des considérations humanitaires » et demanda que les « personnes accusées de crimes bénéficient de procédures juridiques appropriées consistantes avec les idéaux de justice9 ». De son côté, la presse étasunienne se fit le relai des protestations contre le caractère expéditif de la justice révolutionnaire10. Plusieurs membres du Congrès s’émurent du nombre d’exécutions, notamment le sénateur Wayne Morse, démocrate de l’Oregon, qui appela à mettre fin au « bain de sang11 ». Morse reconnut néanmoins la légitimité fondamentale de la justice révolutionnaire, tout en exprimant des réserves sur sa forme expéditive : « Je ne doute pas qu’un procès équitable les aurait reconnus coupables12 ».

  • 13 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Artemisa », 17 janvi (...)

8Ces remontrances publiques irritèrent fortement les nouvelles autorités de La Havane qui émirent un doute à la fois sur leurs motivations réelles et sur la légitimité des Etats-Unis à disserter sur la question de la justice. Fidel Castro fit part de ce point de vue en invitant Washington à s’occuper en premier lieu des violations commises sur son propre sol, avant d’exprimer son émotion au sujet de la réalité cubaine et ne manqua pas de rappeler le soutien offert au régime militaire : « Je suggère que les congressistes américains condamnent d’abord les lynchages des Noirs dans le Sud des Etats-Unis. […] Tout ce qu’ils ont fait a été d’envoyer des tanks, des bombes et des avions à la tyrannie de Batista13 ».

9En réalité, si l’empressement à condamner les exécutions contrastait fortement avec la discrétion observée face aux exactions commises par le régime antérieur, c’est qu’il était motivé par des considérations autres qu’humanitaires. L’administration Eisenhower observait avec inquiétude l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement radical qui avait publiquement fait part de son intention de reprendre le contrôle des ressources stratégiques du pays et de remettre en cause le lien de subordination vis-à-vis des Etats-Unis. Le calcul était relativement transparent : en discréditant la conduite du gouvernement de La Havane dans sa gestion de la justice révolutionnaire, Washington pensait ainsi conditionner l’opinion publique à accepter plus facilement des futures mesures de représailles qui seraient adoptées à l’encontre de l’île.

  • 14 Park F. Wollam, « Despach From the Consulate at Santiago de Cuba to the Department of State », 14 j (...)

10En revanche, l’opinion publique cubaine n’apprécia guère les admonestations venues du Nord. Le consulat de Santiago, plus au fait des réalités, se fit écho du sentiment du peuple cubain à ce sujet : « A aucun moment, les Etats-Unis n’ont pris en compte les crimes et les atrocités commis sous le régime précédent alors qu’il n’y avait même pas un semblant de légalité ». En outre, « l’Organisation des États américains […] ne s’est aucunement intéressée aux protestations des révolutionnaires au sujet des atrocités qui auraient été commises précédemment14 ».

  • 15 Ibid., p. 358.
  • 16 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

11Par ailleurs, la diplomatie étasunienne présente à Cuba fit preuve davantage de nuance que le Département d’État. Elle souligna que le sort des accusés aurait été similaire dans tout autre pays : « Il n’y a pas de doute que nombre d’entre eux auraient risqué la peine capitale dans n’importe quel pays ou n’importe quels tribunaux pour crimes de guerre dans des circonstances différentes ». Elle nota également que « la majorité des Cubains sout[enait] largement l’idée que la justice était garantie15 ». Au total, il y eut environ 500 condamnations à la peine capitale durant les premiers mois de 195916.

  • 17 The New York Times, « Prelate Appeals to Castro », 2 février 1959 ; Le Monde, « Première exécution (...)
  • 18 Diario de la Marina, « Pastoral de Mons. Pérez Serantes, Arzobispo de Santiago, sobre el castigo a (...)
  • 19 The New York Times, « Prelate Appeals to Castro », 2 février 1959, op. cit. ; Le Monde, « Première (...)

12De façon plus inattendue, l’Église catholique cubaine partagea cet avis. Dans une lettre pastorale, Enrique Pérez Serantes, archevêque de Santiago de Cuba, souligna que les sanctions prises par les tribunaux révolutionnaire n’avaient « pas excédé, ni encore égalé en dureté des châtiments infligés ailleurs, en des circonstances analogues, par des hommes hautement qualifiés17 ». Le prélat rappela la réalité des crimes de Batista : « Cuba toute entière, tout particulièrement en Oriente, a contemplé avec effroi le nombre considérable de crimes qui, impunément et de sang-froid, ont été commis ces deux dernières années. Il est difficile de croire et de tenir pour vrai ce qu’ici nous savons, et nous ne savons pas tout car nous découvrons chaque jour quelque chose de nouveau18 ». Il appela néanmoins, quand les faits le permettaient, à la clémence et au pardon19.

  • 20 Diario de la Marina, « Cristiana y patriótica Pastoral de Monseñor Pérez Serantes », 1er février 19 (...)
  • 21 Diario de la Marina, « La difícil tarea de los Tribunales Revolucionarios », 7 mai 1959.

13Le Diario de la Marina, pourtant d’obédience conservatrice et lié à l’ancien régime, salua la posture de l’archevêque : « C’est la voix pondérée et responsable de celui qui sait parfaitement de quoi il parle, qui a vécu à cœur ouvert avec les citoyens de la Province […] les horreurs de ces ténèbres déclenchées contre une jeunesse qui luttait pour ses idéaux20 ». Le quotidien ajouta la précision suivante : « Personne ayant vécu à Cuba durant les dernières années ne peut être surpris par la constitution et le fonctionnement de ces tribunaux, qui sont la conséquence inévitable de l’arbitraire, des violences, des crimes, des tortures, du système de terreur mis en place pour sa propre subsistance par le régime antérieur21 ».

  • 22 Ruby Hart Phillips, « Castro’s Troops Pursue Diehards », The New York Times, 19 janvier 1959.
  • 23 Diario de la Marina, « Los que critican ejecuciones ignoran los crímenes en Cuba », 16 janvier 1959
  • 24 Diario de la Marina, « ‘Cuba es el país más feliz del mundo’, Matthews », 23 janvier 1959.

14La revue catholique La Quincena nota pour sa part que « lorsque le monde découvrirait les crimes horribles commis par le régime de Batista, les exécutions de quelques centaines de coupables sembleront être un doux châtiment22 ». Même le journal catholique étasunien The Sunday Visitor exprima un point de vue analogue : « Les Nord-américains critiquent le nouveau gouvernement cubain car ils ignorent la réalité des exécutions commises par le régime du général Fulgencio Batista, exécutions qui ont couté la vie à des milliers de Cubains ». Le Diario de la Marina demanda à ne pas oublier « les atrocités » commises par la dictature militaire23 et rappela en citant le journaliste du New York Times Herbert L. Matthews que « le système brutal de torture de Batista était le plus horrible de l’histoire latino-américaine24 ».

  • 25 The New York Times, « Cuban Businessman Defends Executions », 4 février 1959.
  • 26 The New York Times, « Executions ‘Just’ Santiagans Feel », 21 janvier 1959.

15L’opinion publique de l’île était majoritairement favorable à la justice révolutionnaire. Ainsi, le monde des affaires cubain apporta également son soutien à cette mesure gouvernementale, notamment pour une question d’ordre public. Goar Mestre, propriétaire de plusieurs médias privés, déclara que sans cette procédure, les règlements de compte auraient causé la mort de « 4 000 à 5 000 personnes ». Grâce aux tribunaux de justice, « il y eut une démonstration de discipline et d’ordre remarquable. Personne ne s’est fait justice soi-même. Cela a été possible uniquement parce que Castro, le leader rebelle, a promis que la Révolution traduirait en justice les coupables25 ». La presse étasunienne souligna que pour les habitants de l’île « les pelotons d’exécution représent[ai]ent la justice26 ».

16Le New York Times rappela les crimes commis par la dictature afin d’expliquer la sévérité des châtiments imposés aux criminels de guerre :

Les assassinats et les actes de torture généralisés sont considérés comme étant le premier facteur qui a amené le peuple à s’opposer si âprement au Général Batista. On ne peut pas encore donner de chiffres car les travaux d’exhumation des corps sont en train de se dérouler dans toute l’île. Les gens qui ont assisté à la chute du régime Machado en 1933 affirment que les crimes du gouvernement de Batista rendent ceux de Machado insignifiants. […]

  • 27 Ruby Hart Phillips, « Military Courts In Cuba Dooms 14 For ‘War Crimes’ », The New York Times, 13 j (...)

La population soutient évidemment les exécutions actuellement menées. Rares sont les Cubains qui n’ont pas eu un membre de leur famille tué durant le régime de terreur de Batista27.

  • 28 Herbert L. Matthews, « Castro Aims Reflect Character of Cubans », The New York Times, 18 janvier 19 (...)

17Le quotidien newyorkais ajouta le message suivant destiné, entre autres, à l’administration Eisenhower : « Il est nécessaire d’avoir à l’esprit la réalité suivante : le Dr. Castro a le même caractère que ses compatriotes. Ceux qui souhaitent le condamner doivent condamner tous les Cubains car très peu d’entre eux désapprouveraient les exécutions actuelles28 ».

  • 29 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en la Plaza de la Ciud (...)
  • 30 Le Monde, « Les exécutions ont repris à Cuba », 17 janvier 1959. Voir également : Le Monde, « Ouver (...)

18Au vu de cette réalité, La Havane considéra les critiques en provenance des États-Unis comme étant le reflet d’une indignation sélective. Le gouvernement cubain ne manqua pas de rappeler les liens étroits entre Washington et la dictature de Batista. Il apporta la réponse suivante aux appels à la clémence : « Ils ne méritent aucune compassion car ils n’en ont pas eu pour les mères qu’ils plongeaient dans le deuil, pour les enfants qu’ils laissaient orphelins ou pour les foyers qu’ils laissaient sans moyen de subsistance29 ». Fidel Castro avertit que les pressions exercées depuis les États-Unis n’altèreraient pas les décisions des autorités révolutionnaires : « Nous avons décidé que les assassins du régime de Batista seraient fusillés jusqu’au dernier, même si nous devons pour cela affronter l’opinion mondiale... Quant aux États-Unis, ils auraient pu s’inquiéter des exécutions qui avaient lieu quand le tyran était au pouvoir avec leur appui30 ».

19Afin de faire valoir son point de vue, le gouvernement cubain décida alors de lancer la mission « Vérité ».

2. La mission « Vérité »

  • 31 Diario de la Marina, « Invitan a periodistas de E.U. a asistir a juicios en Cuba », 18 janvier 1959 (...)
  • 32 Ruby Hart Phillips, « Cuba to Try 1,000 for ‘War Crimes’ », The New York Times, 20 janvier 1959 ; R (...)
  • 33 The New York Times, « Rep. Porter to See Trials », 21 janvier 1959.
  • 34 Charles O. Porter, « Editorial Note », janvier 1959, Foreign Relations of the United States, 1958-1 (...)
  • 35 Felix Belair Jr., « Castro Defended By Muñoz Marín », The New York Times, 20 janvier 1959, op. cit.

20Face aux critiques en provenance des États-Unis, le gouvernement cubain décida d’ouvrir les portes du pays aux médias occidentaux. Le Président Urrutia lança un appel public : « J’envoie une invitation ouverte à toute la presse nord-américaine pour qu’elle vienne assister aux procès31 ». Plusieurs congressistes étasuniens reçurent la même proposition de la part des autorités de La Havane32. L’élu Charles O. Porter, représentant de l’Oregon, accepta l’invitation et fit part de son souhait de voir s’établir de meilleures relations entre les deux pays33. Selon lui, « le gouvernement des Etats-Unis devrait faire preuve d’une attitude plus chaleureuse à l’égard du nouveau gouvernement cubain34 ». Luis Muñoz Marín, gouverneur de Porto Rico, plus sensible à l’idiosyncrasie latine, partagea ce point de vue et demanda à Washington de faire montre « des sentiments les plus amicaux à l’égard de Cuba et du mouvement de Castro en raison de ce qu’il représent[ait] pour la liberté humaine35 ».

21Au sujet des exécutions et de la justice expéditive, Fidel Castro rappela que « les lois de la Révolution [étaient] fondamentalement des principes moraux ». Puis il exprima une nouvelle fois son étonnement face aux critiques exigeant une justice ordinaire :

  • 36 Fidel Castro, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en el club Rotario de La H (...)

Où sont les tribunaux ordinaires à Cuba ? […] S’agit-il des tribunaux d’urgence, de la Cour suprême, ou des autres tribunaux qui étaient complices de la dictature ? […] Nous devons nous défendre contre la campagne calomnieuse des ennemis de la Révolution cubaine, de ceux qui n’ont soufflé mot ni écrit une ligne quand apparaissaient les nombreux cadavres dans les rues de La Havane, réalité qui a duré de nombreuses années, quand nos femmes étaient violées, quand nos camarades étaient assassinés. Tout le monde sait qu’à Marianao, en une nuit, il y eut 90 morts, et personne ne s’en s’était inquiété, personne n’avait écrit une ligne contre ces barbares qui se rendaient coupables de tels forfaits. Et quand vient l’heure de punir les barbares, ils ont soudain pitié des assassins, des bourreaux, des criminels, alors qu’ils n’ont eu aucune pitié pour tout un peuple massacré durant tant d’années36.

  • 37 Diario de la Marina, « Una multitud impresionante formada por todos los sectores de la vida naciona (...)

22Dans un discours tenu au Palais présidentiel le 21 janvier 1959, en présence de presque un million de personnes selon le Diario de la Marina37, de plusieurs centaines de journalistes internationaux et de quelques membres du Congrès des États-Unis, Fidel Castro souligna l’indignation à géométrie variable de Washington :

  • 38 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en la magna concentraci (...)

Quand ce Palais hébergeait un dictateur qui trahissait le peuple, personne ne l’attaquait, on ne faisait pas de campagnes de presse contre lui à l’étranger et les voix des membres du Congrès [étasunien] ne s’élevaient pas pour l’accuser. Quand il y avait là un misérable traître, un criminel qui a assassiné 20 000 de nos compatriotes, on ne faisait pas ce genre de campagnes contre Cuba et contre lui. […] Mais il faut aller plus loin. Vous avez là Trujillo, avec sa dictature qui dure depuis 27 ans. Près de 10 000 Haïtiens ont été assassinés par le dictateur dominicain. Il y a des dizaines de milliers de personnes assassinées. Vous avez là Somoza et sa dynastie qui oppriment le Nicaragua depuis plus de 25 ans. Vous avez là les dictatures avec leurs prisons pleines à craquer, avec la censure de la presse et leurs milliers de crimes, et on n’organise pas de campagnes contre elles […]. [Dans le même temps], on essaye de nous présenter comme un pays de criminels et de sauvages38.

23 Face aux réserves émises par une partie de l’opinion internationale, le leader cubain expliqua la raison d’être de la justice révolutionnaire :

Il est logique que chez d’autres peuples, dans d’autres pays qui n’ont aucune idée de ces faits [des crimes de Batista] […], on n’arrive pas à comprendre totalement, non seulement la justice, mais la nécessité d’appliquer aux criminels un châtiment exemplaire. Cela explique pourquoi le sentiment du peuple en faveur de la justice révolutionnaire était unanime, alors que dans d’autres pays, qui n’avaient pas vécu ces horreurs, on n’arrive pas à comprendre dans toute sa justice le châtiment que l’on a appliqué aux grands criminels. […]

  • 39 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

Nous ne punissons pas par vengeance, nous punissons par justice ; nous ne punissons pas par haine de l’homme, nous punissons par amour de l’homme, pour préserver les peuples d’horreurs semblables ; nous punissons pour l’exemple, […] pour que ces faits ne se reproduisent jamais dans notre patrie39.

  • 40 Le Monde, « Fidel Castro réclame la formation d’un bloc démocratique latino-américain », 27 janvier (...)

24 Le quotidien Le Monde revint sur cet immense rassemblement et souligna que la justice révolutionnaire était une exigence nationale. Le journal nota même que « la population protest[ait] un peu partout contre les ‘lenteurs’ apportées à l’exécution des peines capitales40 ». Les autorités de l’île bénéficiaient d’un large consensus à ce sujet :

  • 41 Le Monde, « A La Havane, une immense manifestation populaire a préludé aux procès de criminels de g (...)

La Havane a été mercredi le théâtre d’une immense manifestation populaire : 500 000 personnes – certaines informations parlent même d’un million - avaient envahi les rues de la capitale pour acclamer Fidel Castro et proclamer leur solidarité avec les nouveaux dirigeants. Cette démonstration avait également pour but de protester contre les critiques formulées par certains pays étrangers au sujet de l’exécution de nombreux partisans de Batista. La foule brandissait des pancartes demandant que « justice soit faite à Cuba » et que les « criminels de guerre » soient condamnés. On remarquait de nombreux écriteaux en anglais à l’attention des correspondants des journaux anglo-saxons41.

  • 42 F. Parès, « Fidel Castro aurait pu éviter de faire plébisciter par la rue une répression largement (...)
  • 43 Le Monde, « M. Fidel Castro : les élections auront lieu dans deux ans », 3 mars 1959.

25 Si aux États-Unis on reprochait au gouvernement de La Havane d’appliquer une justice expéditive, du côté de Cuba, l’opinion publique était toute autre et s’impatientait du manque de fermeté de la part des autorités. La presse française relata cette réalité : « L'exécution des ordres du gouvernement provisoire paraît d’ailleurs se heurter, en province d'Oriente ou de Las Villas, à une hostilité spontanée de la population. Ainsi, depuis deux jours, des manifestations se succèdent à Manzanillo […] pour protester contre les ‘lenteurs’ et la ‘douceur’ des tribunaux qui ont à juger les ‘criminels de guerre42’ ». Par ailleurs, à Palma Soriano, les soldats durent intervenir pour empêcher les manifestants, agacés par « la lenteur du procès », qui cherchaient à « forcer l’enceinte du tribunal pour lyncher des partisans de l’ancien régime43 ». Il y avait une raison à cela : la soif de justice. Le Monde se fit écho de ce sentiment général :

  • 44 F. Parès, « Fidel Castro aurait pu éviter de faire plébisciter par la rue une répression largement (...)

Un fait est indiscutable : les crimes monstrueux de la dictature devaient nécessairement provoquer la réaction révolutionnaire. On déterre encore, vingt jours après la fuite de Batista, des cimetières privés dans les bâtiments des organisations répressives. Tous les jours la presse – même la presse modérée – annonce la découverte d'un nouveau charnier : dix, vingt cadavres – pour la plupart mutilés – dans des puits, dans des fossés, dans les caves des maisons louées par la police. La presse n'insiste pas – sauf la presse communiste, – mais elle ne peut pas cacher la vérité, et cette vérité est hallucinante44.

  • 45 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 46 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en la magna concentraci (...)

26 Pour leur part, les autorités de La Havane étaient convaincues que les appels à la clémence en provenance de l’administration Eisenhower étaient dépourvus de sincérité et cachaient en réalité une hostilité à l’égard du pouvoir révolutionnaire et de sa volonté de remettre en cause l’ordre et les structures établis. Les raisons de la campagne menée contre Cuba était la menace que représentait le nouveau gouvernement pour les intérêts des États-Unis. Fidel Castro fit part de sa conviction : « Le gouvernement révolutionnaire s’est attiré la haine de l’oligarchie et des intérêts dès les premiers instants en raison de sa position décidée en faveur des couches humbles et pauvres du peuple45 ». Il pointa du doigt les motifs profonds occultés derrière la vague médiatique contre les exécutions sommaires : « On lance des campagnes contre le peuple de Cuba car il veut être politiquement et économiquement libre, car il est devenu un exemple dangereux pour toute l’Amérique ». Il souligna que de puissants intérêts se cachaient derrière les campagnes humanitaires : « Ils savent que nous allons demander l’annulation des concessions onéreuses faites aux monopoles étrangers, que nous allons baisser le tarif de l’électricité ». C’était dans le programme de transformation sociale que se trouvait « la cause principale de cette campagne », laquelle s’amplifierait au même rythme que les réformes : « Vous verrez que cette campagne redoublera de vigueur quand nous aurons baissé le tarif de l’électricité ». Puis il conclut en ces termes illustrant l’avènement de nouvelles relations avec les États-Unis : « Je n’ai de compte à rendre à aucun congressiste des États-Unis. Je n’ai de compte à rendre à aucun gouvernement étranger. J’ai des comptes à rendre aux peuples, et en premier lieu, au peuple cubain46 ».

  • 47 Diario de la Marina, « Opina el Comandante Guevara sobre las ejecuciones », 14 janvier 1959.

27Ernesto Guevara rappela que les États-Unis étaient les fournisseurs « des bombes au napalm » qui avaient « coûté la vie à de nombreuses femmes et à de nombreux enfants innocents », victimes de l’aviation de Batista47. La campagne médiatique orchestrée depuis Washington ne pouvait occulter la réalité du soutien de l’administration Eisenhower au régime militaire.

3. Le soutien de Washington à Batista

  • 48 Salim Lamrani, De Fulgencio Batista à Fidel Castro. Cuba et la politique étrangère des Etats-Unis, (...)
  • 49 Fidel Castro, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en el Parque Céspedes de Sa (...)
  • 50 Park F. Wollam, « Despach From the Consulate at Santiago de Cuba to the Department of State », 14 j (...)

28 L’administration Eisenhower avait soutenu le régime de Batista et s’était résolument opposée à Fidel Castro tout au long de la guerre insurrectionnelle48. Dans ses premiers discours à la nation, Fidel Castro aborda le sujet des relations avec les États-Unis. Il rappela notamment la responsabilité de Washington dans la situation cubaine en soulignant que la Maison-Blanche avait apporté son soutien à la dictature, y compris par le biais de missions militaires permanentes49. Park Wollam, consul à Santiago de Cuba, reconnut que « ses déclarations refl[étaient] le sentiment de la majorité ». Dans les montagnes de la Sierra Maestra, « il y eut des bombardements avec ce qui a été décrit comme étant des équipements américains50 ».

29Le New York Times souligna la responsabilité des États-Unis et rappela le soutien offert à Batista :

  • 51 The New York Times, « A Cuban Dictator Falls », 2 janvier 1959.

La politique menée par le Département d’État, le Pentagone, l’ambassade américaine à La Havane et une grande partie de la communauté d’affaires américaine a créé un antagonisme qui rendra la situation diplomatiquement difficile. Le sentiment cubain est majoritairement anti-américain tout comme c’était le cas en Argentine et au Venezuela, c’est-à-dire qu’il y a un ressentiment à l’égard des politiques américaines. Néanmoins, il n’y a pas de peuple dans l’hémisphère qui ait un sentiment amical plus fort à l’égard du peuple américain et plus de respect pour les États-Unis en tant que nation51.

  • 52 Herbert L. Matthews, « Cuba: First Step to a New Era », The New York Times, 4 janvier 1959, op. cit (...)

L’Histoire prouvera que le dictateur disposait du soutien des États-Unis durant la majeure partie de son deuxième septennat en tant que seul dirigeant. Les ambassadeurs américains, soit par inclinaison soit parce qu’ils suivaient les ordres du Département d’État, étaient ouvertement amicaux à l’égard de Batista. L’ambassadeur Earl E. T. Smith, qui se trouve actuellement à La Havane, a également manifesté ouvertement son hostilité à l’égard de Fidel Castro et tout Cubain bien informé est au courant de cette réalité52.

30Cet avis fut partagé par le représentant Chester Bowles, ancien gouverneur du Connecticut et également diplomate, qui regretta le manichéisme de la politique de Washington : « Selon la vue étroite de nombreux de nos décideurs politiques, tout dictateur qui nous indique qu’il est contre le communisme, peu importe combien il est haï ou corrompu, mérite le soutien américain ». Il en souligna la conséquence : « Cela nous a amené à de très nombreuses reprises à octroyer les dollars et le prestige américains à des gouvernements réactionnaires de droite qui exploitent brutalement leurs peuples et qui sont tôt ou tard condamnés à être renversés ». Le ressentiment des Cubains à l’égard de la politique étrangère des Etats-Unis était compréhensible :

  • 53 Chester Bowles, « Our Cuba Policy Queried », The New York Times, 25 janvier 1959.

Pendant près de trois ans, les révolutionnaires cubains désormais victorieux ont été pourchassés comme des animaux dans les montagnes et la jungle par les forces armées de Batista. Beaucoup de tanks, d’avions et d’armes légères du gouvernement qui ont semé la mort chez leurs familles ont été fabriqués dans des usines américaines, payés par les contribuables américains et livrés à Cuba par le gouvernement américain53.

  • 54 The New York Times, « U.S. Aid to Batista Held Negligible », 4 janvier 1959.
  • 55 Herbert L. Matthews, « A New Chapter Opens In Latin America », The New York Times, 11 janvier 1959.

31L’administration Eisenhower tenta de minimiser le soutien apporté à la junte militaire cubaine, déclarant que « ni l’aide économique ni l’aide militaire fournie n’auraient pu permettre au dictateur de se maintenir au pouvoir54 », sans réussir à convaincre l’opinion cubaine. Le Vice-Président Richard Nixon, qui avait été accueilli par des jets de pierres lors de sa visite au Venezuela en 1958, se montra plus lucide et expliqua les raisons de cette hostilité à l’égard des Etats-Unis. Selon lui, le « favoritisme montré par le Département d’État, le Pentagone et la Maison-Blanche à l’égard des dictateurs latino-américains et le ressentiment à l’égard des politiques économiques des États-Unis » étaient les principales causes de l’acrimonie latino-américaine à l’égard du puissant voisin.55

  • 56 E. W. Kenworthy, « U.S. Policy Shift on Latins Urged », The New York Times, 4 janvier 1959.

32Face à cette réalité, Milton Eisenhower, Président de la prestigieuse Université Johns Hopkins et frère du chef de la Maison-Blanche, proposa même dans un rapport remis aux autorités gouvernementales de modifier leur politique étrangère. Il fallait réserver un accueil moins amical aux dictateurs et plus chaleureux aux gouvernements populaires, afin d’améliorer les relations avec les vingt Républiques d’Amérique latine. Selon lui, Washington avait fait une erreur « en décorant plusieurs dictateurs56 ».

  • 57 Earl E. T. Smith, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 15 janvier 1959 (...)
  • 58 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Doctor Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobier (...)
  • 59 Earl E. T. Smith, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 15 janvier 1959 (...)

33 Pour ces diverses raisons, le maintien des trois missions militaires étasuniennes devint rapidement un sujet de discorde. Lors d’une conférence de presse avec des journalistes étasuniens, Fidel Castro fit savoir que Washington serait avisé de rappeler ses militaires en poste à La Havane. Ils avaient soutenu un régime dictatorial qui, en outre, avait échoué à vaincre les rebelles sur le champ de bataille57. Dans un discours face à une assemblée d’hommes d’affaires de Cuba, le leader de la Révolution nota qu’il serait difficile de conserver « ceux qui ont enseigné aux soldats comment tuer des Cubains58 ». L’ambassade des États-Unis reconnut que « la présence des missions militaires américains [était] la cible de nombreuses attaques ». La presse étasunienne rappela que « les missions militaires américaines [avaient] assisté l’armée de l’air cubaine sous Batista dans ses bombardements contre les rebelles cubains59 ».

  • 60 John Foster Dulles, « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 17 janvier 19 (...)
  • 61 The New York Times, « Transcript of the Dulles News Conference On Big 4 Talk and Related Issues », (...)
  • 62 Daniel Braddock, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 20 janvier 1959. (...)

34 Dans un mémorandum, John Foster Dulles, secrétaire d’Etat, transmit ses directives et demanda à sa représentation diplomatique à La Havane de se tenir prête à retirer les missions militaires60. Interrogé par la presse à ce sujet, il confirma que celles-ci seraient prochainement rappelées aux États-Unis, minimisant leur rôle à Cuba61. Roberto Agramonte, Ministre cubain des Affaires étrangères, fit part des griefs du gouvernement de La Havane à William Braddock, chargé d’affaires étasunien : « Le plus grand reproche fait aux missions est qu’elles ont fourni un entraînement aux forces de Batista62 ».

35 Fidel Castro ne manqua pas de rappeler l’état de subordination vis-à-vis des États-Unis dans lequel s’est retrouvée l’île depuis l’indépendance, évoquant notamment l’amendement Platt :

  • 63 Fidel Castro, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en el club Rotario de La H (...)

Cuba n’était pas un pays libre, parce que quand un étranger s’arroge le droit d’intervenir dans les affaires internes d’une nation, celle-ci n’est pas libre. Ce pays était un peu moins esclave qu’avant, mais il n’était pas libre. La liberté n’admet pas de chaînes, la liberté n’admet pas de limites, la liberté n’admet pas d’entraves. […] Je ne fais que relater la vérité historique, et que l’on ne me taxe pas de communiste pour cela. […] On veut faire croire que celui qui ne se vend pas, qui n’est pas un misérable inconditionnel des Américains, est un communiste. Je ne suis pas communiste, je ne me vends pas aux Américains et je ne reçois pas d’ordres des Américains63.

  • 64 Park F. Wollam, « Letter From the Consul at Santiago de Cuba (Wollam) to the Deputy Director of the (...)

36 Le consul Wollam fit preuve de plus de lucidité à l’égard de l’opinion publique cubaine. Sous le régime de Batista, « il y a eu indéniablement de nombreuses atrocités commises » et les responsables de ces crimes avaient trouvé refuge aux États-Unis. Cela expliquait le ressentiment à l’égard de Washington. Non seulement, les criminels de guerre étaient accueillis les bras ouverts mais, de surcroit, Washington menait une campagne contre le nouveau pouvoir lorsque celui-ci décidait d’appliquer la justice révolutionnaire. Selon le diplomate, « les États-Unis et leurs représentants sont considérés comme étant responsables de tout ce qui s’est passé. Nous sommes toujours associés aux bombardements de villages et aux atrocités ». Il exprima également le sentiment général de la population de l’île et les raisons de la popularité de Fidel Castro : « De nombreux Cubains ont toujours eu un complexe d’infériorité vis-à-vis des États-Unis, et le sentiment que l’amendement Platt n’était toujours pas révolu. On entend souvent que c’est la première fois que Cuba est réellement libre, par ses propres efforts, en dépit de ‘l’opposition’ des États-Unis64 ».

  • 65 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en la magna concentraci (...)
  • 66 Park F. Wollam, « Letter From the Consul at Santiago de Cuba (Wollam) to the Deputy Director of the (...)
  • 67 Allen Dulles, « Editorial Note », 22 janvier 1959. Foreign Relations of the United States, 1958-196 (...)

37Le Consulat de Santiago proposa au Département d’État de faire preuve de bonne volonté à l’égard du nouveau pouvoir en répondant favorablement aux demandes d’extradition formulées par La Havane à l’encontre des criminels de guerre qui avaient trouvé refuge aux États-Unis65. « S’il est possible de trouver un moyen de renvoyer Masferrer, cela serait très constructif […]. Il représente ce qu’il y a de pire dans l’esprit des Cubains […]. S’il reste aux États-Unis, on nous le rappellera de façon régulière66 ». Allen Dulles, directeur de la CIA, évoqua également ce sujet lors d’une réunion du Conseil de sécurité nationale : « Nous avons un traité d’extradition avec Cuba et si les preuves des crimes sont produites, nous serons dans l’obligation légale d’accepter l’extradition de tels criminels67 ».

  • 68 Spalding, « Telegram From the Embassy in the Dominican Republic to the Department of State », 27 ja (...)
  • 69 John Foster Dulles, « Telegram From the Department of State to the Embassy in the Dominican Republi (...)
  • 70 The New York Times, « U.S. Asylum Ruled Out », 7 janvier 1959.

38Mais la proposition du consul Wollam resta lettre morte. Ni Masferrer ni aucun autre criminel de guerre ne furent extradés à Cuba. En revanche, Washington décida de fermer la porte au dictateur Batista, réfugié en République dominicaine et qui souhaitait recevoir l’asile aux États-Unis68. Le Département d’État rejeta la demande en raison de ses implications politiques69. William P. Rogers, ministre étasunien de la justice, déclara pour sa part qu’il ne serait pas question d’asile pour Batista70.

Conclusion

  • 71 S. Everett Gleason, « Memorandum of Discussion at the 392nd Meeting of the National Security Counci (...)

39L’hostilité de l’administration Eisenhower à l’égard du mouvement révolutionnaire était une réalité bien avant la prise du pouvoir par Fidel Castro et ses partisans le 1er janvier 1959. L’alarme déclenchée par Allen Dulles, directeur de la CIA, le 23 décembre 1958, à une semaine de la fuite de Batista vers la République dominicaine, lors d’une réunion du Conseil de sécurité nationale en est la plus parfaite illustration : « Nous devons empêcher la victoire de Castro71 ». En outre, l’accueil réservé aux partisans de l’ancien régime, y compris aux criminels de guerre, après leur exil vers les États-Unis et le refus de toute extradition confirma la position de Washington à l’égard du nouveau pouvoir.

40Les protestations émises par le Département d’État suite à l’application de la justice révolutionnaire s’inscrivaient dans une politique de rejet vis-à-vis des nouvelles autorités de l’île. D’un point de vue politique et diplomatique, elles constituèrent une erreur car la condamnation publique des tribunaux révolutionnaires par Washington ne fit que confirmer les craintes du côté de La Havane au sujet des intentions hostiles des États-Unis. En outre, l’indignation soudaine de la part de l’administration Eisenhower vis-à-vis du sort des individus coupables de crimes de sang contrasta singulièrement avec la discrétion observée à l’égard des crimes perpétrés par le régime batistien, qui fut soutenu jusqu’aux ultimes instants, soulignant ainsi de manière préjudiciable pour l’image des États-Unis le caractère insincère des reproches formulés contre la justice révolutionnaire. L’objectif véritable était autre : jeter l’opprobre sur le nouveau pouvoir en le faisant passer un ennemi de l’état de droit, afin de pouvoir mieux discréditer son programme de réformes socioéconomiques dans le futur et justifier les mesures de représailles.

41La réponse vigoureuse de La Havane, qui souligna les contradictions de la position étasunienne, marqua par la même occasion la volonté des nouvelles autorités cubaines de jeter les bases d’une nouvelle ère dans les relations bilatérales entre les deux voisins. L’île de la Caraïbe n’accepterait dorénavant des liens basés sur l’égalité souveraine, la réciprocité et la non-ingérence dans les affaires internes. Le gouvernement révolutionnaire n’était pas dupe : à travers la condamnation de la justice expéditive des tribunaux révolutionnaires, c’était la volonté cubaine de s’affranchir de la tutelle du puissant voisin qui était en ligne de mire.

Haut de page

Bibliographie

BELAIR, Felix Jr., « Castro Defended By Muñoz Marín », The New York Times, 20 janvier 1959.

BOWLES, Chester, « Our Cuba Policy Quiried », The New York Times, 25 janvier 1959.

BRADDOCK, Daniel, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 20 janvier 1959. Department of State, Central Files, 737.58/1-2059, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en el Parque Céspedes de Santiago de Cuba », 1er janvier 1959, República de Cuba. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f010159e.html (site consulté le 26 janvier 2017).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en la Plaza de la Ciudad de Camagüey”, 4 janvier 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f040159e.html (site consulté le 29 mai 2017).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en el club Rotario de La Habana », 15 janvier 1959, República de Cuba. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f150159e.html (site consulté le 9 juin 2017).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Artemisa », 17 janvier 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c170159e.html (site consulté le 12 juin 2017).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en la magna concentración popular en el Palacio Presidencial », 21 janvier 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f210159e.html (site consulté le 13 juin 2017).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Doctor Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la sesión almuerzo del Club de Leones de La Habana, en el Salón Caribe, del Hotel Habana Hilton », 14 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f140259e.html (site consulté le 12 février 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el Palacio Presidencial », 22 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f220359e.html (site consulté le 16 mars 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la concentración celebrada a su llegada del extranjero, en la Plaza Cívica », 8 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080559e.html (site consulté le 20 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, durante la inhumación de los restos de los expedicionarios del ‘Corinthia’, en el cementerio de Colón », 28 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f280559e.html (site consulté le 25 février 2020.

DIARIO DE LA MARINA, « Serán juzgados los criminales de guerra, dijo el Presidente », 8 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Informan desde Santiago de Cuba numerosas ejecuciones », 13 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Necesarias las ejecuciones, dijo el Doctor R. Agramonte », 14 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Opina el Comandante Guevara sobre las ejecuciones », 14 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Condenan a otros 19 acusados por asesinatos en Camagüey », 15 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Refuta las informaciones del extranjero Luis O. Rodríguez », 15 janvier 1959.

IARIO DE LA MARINA, « Los que critican ejecuciones ignoran los crímenes en Cuba », 16 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Invitan a periodistas de E.U. a asistir a juicios en Cuba », 18 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Invitados 150 periodistas de la prensa, radio y T.V. de E.U. », 21 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Una multitud impresionante formada por todos los sectores de la vida nacional testimonió en Palacio su respaldo al Gobierno », 22 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « ‘Cuba es el país más feliz del mundo’, Matthews », 23 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Retirará E.U. sus misiones militares en Cuba », 28 janvier 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Pastoral de Mons. Pérez Serantes, Arzobispo de Santiago, sobre el castigo a criminales de guerra », 1er février 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Cristiana y patriótica Pastoral de Monseñor Pérez Serantes », 1er février 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Retiran los EE. UU. misiones militares destacadas en Cuba », 12 février 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « La difícil tarea de los Tribunales Revolucionarios », 7 mai 1959.

DUBOIS, Jules, Fidel Castro. Rebel Liberator or Dictator ?, New York, Bobbs Merrill Company, Inc, 1959.

DULLES, Allen, « Editorial Note », 22 janvier 1959. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

DULLES, John Foster, « Circular Telegram From the Department of State to Certain Diplomatic Posts in the American Republics », 15 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-1959, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

DULLES, John Foster, « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 17 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.58/1-1559, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

DULLES, John Foster, « Telegram From the Department of State to the Embassy in the Dominican Republic », 3 février 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-2759, Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

GARDNER, Arthur, « Telegram From the Ambassador in Cuba (Gardner) to the Secretary of State », 15 février 1957, Department of State, Central Files, 737.00/2-1557. Secret, Priority, Foreign Relations of the United States 1955-1957.

GLEASON, S. Everett, « Memorandum of Discussion at the 392nd Meeting of the National Security Council, Washington », 23 décembre 1958, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records, Top Secret, Eyes Only, FRUS, 1991.

KENWORTHY, E. W., « U.S. Policy Shift on Latins Urged », The New York Times, 4 janvier 1959.

LAMRANI, Salim, De Fulgencio Batista à Fidel Castro. Cuba et la politique étrangère des Etats-Unis, 1956-1959, Université Paris-Sorbonne, thèse de doctorat réalisée sous la direction de Milagros Ezquerro & Clémentine Lucien, 2010.

LE MONDE, « Nombreuses exécutions en province », 14 janvier 1959.

LE MONDE, « Les exécutions ont repris à Cuba », 17 janvier 1959.

LE MONDE, « Ouverture prochaine des procès contre les ‘criminels de guerre’ », 20 janvier 1959.

LE MONDE, « A La Havane, une immense manifestation populaire a préludé aux procès de criminels de guerre », 23 janvier 1959.

LE MONDE, « Fidel Castro réclame la formation d’un bloc démocratique latino-américain », 27 janvier 1959.

LE MONDE, « Première exécution d’un condamné à mort des procès de La Havane », 3 février 1959.

LE MONDE, « Cuba : Le criminel n°1 a été exécuté », 19 février 1959.

LE MONDE, « M. Fidel Castro : les élections auront lieu dans deux ans », 3 mars 1959.

MATTHEWS, Herbert L., « Cuba: First Step to a New Era », The New York Times, 4 janvier 1959.

MATTHEWS, Herbert L., « A New Chapter Opens In Latin America », The New York Times, 11 janvier 1959.

MATTHEWS, Herbert L., « Castro Aims Reflect Character of Cubans », The New York Times, 18 janvier 1959.

PARES, F., « Fidel Castro aurait pu éviter de faire plébisciter par la rue une répression largement soutenue par l’opinion », Le Monde, 31 janvier 1959.

PHILLIPS, Ruby Hart, « Military Courts In Cuba Dooms 14 For ‘War Crimes’ », The New York Times, 13 janvier 1959.

PHILLIPS, Ruby Hart, « Castro Declares Trials Will Go On », The New York Times, 14 janvier 1959.

PHILLIPS, Ruby Hart, « 100 Face Death In Trials About to Begin In Havana », The New York Times, 15 janvier 1959.

PHILLIPS, Ruby Hart, « Castro’s Troops Pursue Diehards », The New York Times, 19 janvier 1959.

PHILLIPS, Ruby Hart, « Cuba to Try 1,000 for ‘War Crimes’ », The New York Times, 20 janvier 1959.

PHILLIPS, Ruby Hart, « Cuba Assemble For Rally Today », The New York Times, 21 janvier 1959.

PORTER, Charles O., « Editorial Note », janvier 1959, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

SMITH, Earl E. T., « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 15 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.58/1-1559, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

SMITH, Wayne S., The Closest of Enemies: A Personal and Diplomatic Account of US-Cuban Relations Since 1957, New York, W. W. Norton & Company, 1987.

SMITH, Wayne S., & Esteban Morales Domínguez, Subject to Solution. Problems in Cuba-U.S. Relations, Boulder, Colorado, Lynne Rienner, 1988.

SPALDING, « Telegram From the Embassy in the Dominican Republic to the Department of State », 27 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-2759, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

THE NEW YORK TIMES, « A Cuban Dictator Falls », 2 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « U.S. Aid to Batista Held Negligible », 4 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « U.S. Asylum Ruled Out », 7 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Recognition for Cuba », 9 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Cuban Students Yield Their Arms », 11 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « 75 Executions Reported »,13 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Executions in Cuba Protested », 13 janvier 1959

THE NEW YORK TIMES, « Senator Morse Protests », 13 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « U.S. Admits 15 Cubans But Ousted Senator and His Brothers Are Still Held », 13 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Dulles Voices Hope », 14 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Castro In Bid to U.S. », 17 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Rep. Porter to See Trials », 21 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Executions ‘Just’ Santiagans Feel », 21 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « 3 U.S. Military Mission In Cuba to Be Recalled », 28 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Washington Proceedings », 28 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Transcript of the Dulles News Conference On Big 4 Talk and Related Issues », 28 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Prelate Appeals to Castro », 2 février 1959

THE NEW YORK TIMES, « Cuban Businessman Defends Executions », 4 février 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Executions in Cuba Rise to 483 Total », 20 mars 1959.

WOLLAM, Park F., « Despach From the Consulate at Santiago de Cuba to the Department of State », 14 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-1459, Foreign Relations of the United States 1958-1960.

WOLLAM, Park F., « Letter From the Consul at Santiago de Cuba (Wollam) to the Deputy Director of the Office of Caribbean and Mexican Affairs (Little) », 19 janvier 1959, Department of State, Central Files, 611.37/1-1958, Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Haut de page

Notes

1 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en el Parque Céspedes de Santiago de Cuba », 1er janvier 1959, República de Cuba. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f010159e.html (site consulté le 26 janvier 2017).

2 Diario de la Marina, « Serán juzgados los criminales de guerra, dijo el Presidente », 8 janvier 1959.

3 Arthur Gardner, « Telegram From the Ambassador in Cuba (Gardner) to the Secretary of State », 15 février 1957, Department of State, Central Files, 737.00/2-1557. Secret, Priority, Foreign Relations of the United States 1955-1957, p. 840.

4 Wayne S. Smith, The Closest of Enemies: A Personal and Diplomatic Account of US-Cuban Relations Since 1957, New York, W. W. Norton & Company, 1987, p. 15. Voir également : Wayne S. Smith & Esteban Morales Domínguez, Subject to Solution. Problems in Cuba-U.S. Relations, Boulder, Colorado, Lynne Rienner, 1988.

5 Jules Dubois, Fidel Castro. Rebel Liberator or Dictator ?, New York, Bobbs Merrill Company, Inc, 1959, p. 150.

6 Le Monde, « Nombreuses exécutions en province », 14 janvier 1959. Voir également : The New York Times, « Recognition for Cuba », 9 janvier 1959 ; The New York Times, « Cuban Students Yield Their Arms », 11 janvier 1959 ; The New York Times, « 75 Executions Reported »,13 janvier 1959 ; Diario de la Marina, « Informan desde Santiago de Cuba numerosas ejecuciones », 13 janvier 1959 ; Diario de la Marina, « Condenan a otros 19 acusados por asesinatos en Camagüey », 15 janvier 1959.

7 Diario de la Marina, « Necesarias las ejecuciones, dijo el Doctor R. Agramonte », 14 janvier 1959.

8 Park F. Wollam, « Despach From the Consulate at Santiago de Cuba to the Department of State », 14 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-1459, Foreign Relations of the United States 1958-1960, p. 357.

9 John Foster Dulles, « Circular Telegram From the Department of State to Certain Diplomatic Posts in the American Republics », 15 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-1959, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 364. Voir également : The New York Times, « Dulles Voices Hope », 14 janvier 1959.

10 The New York Times, « Executions in Cuba Protested », 13 janvier 1959 ; Diario de la Marina, « Refuta las informaciones del extranjero Luis O. Rodríguez », 15 janvier 1959.

11 The New York Times, « Senator Morse Protests », 13 janvier 1959.

12 Felix Belair Jr., « Castro Defended By Muñoz Marín », The New York Times, 20 janvier 1959.

13 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Artemisa », 17 janvier 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c170159e.html (site consulté le 12 juin 2017).

14 Park F. Wollam, « Despach From the Consulate at Santiago de Cuba to the Department of State », 14 janvier 1959, op. cit. p. 359.

15 Ibid., p. 358.

16 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la concentración celebrada a su llegada del extranjero, en la Plaza Cívica », 8 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080559e.html (site consulté le 20 mai 2018). Voir également : The New York Times, « Executions in Cuba Rise to 483 Total », 20 mars 1959.

17 The New York Times, « Prelate Appeals to Castro », 2 février 1959 ; Le Monde, « Première exécution d’un condamné à mort des procès de La Havane », 3 février 1959.

18 Diario de la Marina, « Pastoral de Mons. Pérez Serantes, Arzobispo de Santiago, sobre el castigo a criminales de guerra », 1er février 1959.

19 The New York Times, « Prelate Appeals to Castro », 2 février 1959, op. cit. ; Le Monde, « Première exécution d’un condamné à mort des procès de La Havane », 3 février 1959, op. cit.

20 Diario de la Marina, « Cristiana y patriótica Pastoral de Monseñor Pérez Serantes », 1er février 1959.

21 Diario de la Marina, « La difícil tarea de los Tribunales Revolucionarios », 7 mai 1959.

22 Ruby Hart Phillips, « Castro’s Troops Pursue Diehards », The New York Times, 19 janvier 1959.

23 Diario de la Marina, « Los que critican ejecuciones ignoran los crímenes en Cuba », 16 janvier 1959.

24 Diario de la Marina, « ‘Cuba es el país más feliz del mundo’, Matthews », 23 janvier 1959.

25 The New York Times, « Cuban Businessman Defends Executions », 4 février 1959.

26 The New York Times, « Executions ‘Just’ Santiagans Feel », 21 janvier 1959.

27 Ruby Hart Phillips, « Military Courts In Cuba Dooms 14 For ‘War Crimes’ », The New York Times, 13 janvier 1959.

28 Herbert L. Matthews, « Castro Aims Reflect Character of Cubans », The New York Times, 18 janvier 1959, op. cit.

29 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en la Plaza de la Ciudad de Camagüey”, 4 janvier 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f040159e.html (site consulté le 29 mai 2017).

30 Le Monde, « Les exécutions ont repris à Cuba », 17 janvier 1959. Voir également : Le Monde, « Ouverture prochaine des procès contre les ‘criminels de guerre’ », 20 janvier 1959 ; Ruby Hart Phillips, « Castro Declares Trials Will Go On », The New York Times, 14 janvier 1959 ; Ruby Hart Phillips, « 100 Face Death In Trials About to Begin In Havana », The New York Times, 15 janvier 1959.

31 Diario de la Marina, « Invitan a periodistas de E.U. a asistir a juicios en Cuba », 18 janvier 1959. Voir également : Diario de la Marina, « Invitados 150 periodistas de la prensa, radio y T.V. de E.U. », 21 janvier 1959.

32 Ruby Hart Phillips, « Cuba to Try 1,000 for ‘War Crimes’ », The New York Times, 20 janvier 1959 ; Ruby Hart Phillips, « Cuba Assemble For Rally Today », The New York Times, 21 janvier 1959.

33 The New York Times, « Rep. Porter to See Trials », 21 janvier 1959.

34 Charles O. Porter, « Editorial Note », janvier 1959, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 379.

35 Felix Belair Jr., « Castro Defended By Muñoz Marín », The New York Times, 20 janvier 1959, op. cit.

36 Fidel Castro, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en el club Rotario de La Habana », 15 janvier 1959, República de Cuba. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f150159e.html (site consulté le 9 juin 2017).

37 Diario de la Marina, « Una multitud impresionante formada por todos los sectores de la vida nacional testimonió en Palacio su respaldo al Gobierno », 22 janvier 1959.

38 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en la magna concentración popular en el Palacio Presidencial », 21 janvier 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f210159e.html (site consulté le 13 juin 2017).

39 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, durante la inhumación de los restos de los expedicionarios del ‘Corinthia’, en el cementerio de Colón », 28 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f280559e.html (site consulté le 25 février 2020.

40 Le Monde, « Fidel Castro réclame la formation d’un bloc démocratique latino-américain », 27 janvier 1959.

41 Le Monde, « A La Havane, une immense manifestation populaire a préludé aux procès de criminels de guerre », 23 janvier 1959.

42 F. Parès, « Fidel Castro aurait pu éviter de faire plébisciter par la rue une répression largement soutenue par l’opinion », Le Monde, 31 janvier 1959. Voir également : Le Monde, « Cuba: Le criminel n°1 a été exécuté », 19 février 1959.

43 Le Monde, « M. Fidel Castro : les élections auront lieu dans deux ans », 3 mars 1959.

44 F. Parès, « Fidel Castro aurait pu éviter de faire plébisciter par la rue une répression largement soutenue par l’opinion », Le Monde, op. cit.

45 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el Palacio Presidencial », 22 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f220359e.html (site consulté le 16 mars 2018).

46 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en la magna concentración popular en el Palacio Presidencial », 21 janvier 1959, op. cit.

47 Diario de la Marina, « Opina el Comandante Guevara sobre las ejecuciones », 14 janvier 1959.

48 Salim Lamrani, De Fulgencio Batista à Fidel Castro. Cuba et la politique étrangère des Etats-Unis, 1956-1959, Université Paris-Sorbonne, thèse de doctorat réalisée sous la direction de Milagros Ezquerro & Clémentine Lucien, 2010.

49 Fidel Castro, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en el Parque Céspedes de Santiago de Cuba », 1er janvier 1959, op. cit.

50 Park F. Wollam, « Despach From the Consulate at Santiago de Cuba to the Department of State », 14 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-1459. Confidential, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 360.

51 The New York Times, « A Cuban Dictator Falls », 2 janvier 1959.

52 Herbert L. Matthews, « Cuba: First Step to a New Era », The New York Times, 4 janvier 1959, op. cit.

53 Chester Bowles, « Our Cuba Policy Queried », The New York Times, 25 janvier 1959.

54 The New York Times, « U.S. Aid to Batista Held Negligible », 4 janvier 1959.

55 Herbert L. Matthews, « A New Chapter Opens In Latin America », The New York Times, 11 janvier 1959.

56 E. W. Kenworthy, « U.S. Policy Shift on Latins Urged », The New York Times, 4 janvier 1959.

57 Earl E. T. Smith, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 15 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.58/1-1559, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 364. Voir également : The New York Times, « 3 U.S. Military Mission In Cuba to Be Recalled », 28 janvier 1959 ; The New York Times, « Washington Proceedings », 28 janvier 1959.

58 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Doctor Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la sesión almuerzo del Club de Leones de La Habana, en el Salón Caribe, del Hotel Habana Hilton », 14 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f140259e.html (site consulté le 12 février 2018).

59 Earl E. T. Smith, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 15 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.58/1-1559, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 364.

60 John Foster Dulles, « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 17 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.58/1-1559, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 366.

61 The New York Times, « Transcript of the Dulles News Conference On Big 4 Talk and Related Issues », 28 janvier 1959 ; Diario de la Marina, « Retirará E.U. sus misiones militares en Cuba », 28 janvier 1959 ; Diario de la Marina, « Retiran los EE. UU. misiones militares destacadas en Cuba », 12 février 1959.

62 Daniel Braddock, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 20 janvier 1959. Department of State, Central Files, 737.58/1-2059, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 376.

63 Fidel Castro, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en el club Rotario de La Habana », 15 janvier 1959, op. cit.

64 Park F. Wollam, « Letter From the Consul at Santiago de Cuba (Wollam) to the Deputy Director of the Office of Caribbean and Mexican Affairs (Little) », 19 janvier 1959. Department of State, Central Files, 611.37/1-1958, Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 372.

65 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en la magna concentración popular en el Palacio Presidencial », 21 janvier 1959, op. cit.. Voir également : The New York Times, « Castro In Bid to U.S. », 17 janvier 1959.

66 Park F. Wollam, « Letter From the Consul at Santiago de Cuba (Wollam) to the Deputy Director of the Office of Caribbean and Mexican Affairs (Little) », 19 janvier 1959. Department of State, Central Files, 611.37/1-1958, Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 372. Voir également : «The New York Times, « U.S. Admits 15 Cubans But Ousted Senator and His Brothers Are Still Held », 13 janvier 1959.

67 Allen Dulles, « Editorial Note », 22 janvier 1959. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 382.

68 Spalding, « Telegram From the Embassy in the Dominican Republic to the Department of State », 27 janvier 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-2759, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 383-84.

69 John Foster Dulles, « Telegram From the Department of State to the Embassy in the Dominican Republic », 3 février 1959, Department of State, Central Files, 737.00/1-2759, Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 391.

70 The New York Times, « U.S. Asylum Ruled Out », 7 janvier 1959.

71 S. Everett Gleason, « Memorandum of Discussion at the 392nd Meeting of the National Security Council, Washington », 23 décembre 1958, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records, Top Secret, Eyes Only, FRUS, 1991, p. 302-303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « L’administration Eisenhower face à la justice révolutionnaire à Cuba : des considérations « humanitaires » ? »Études caribéennes [En ligne], 54 | Avril 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/25654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.25654

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search