Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54DossierArticlesLes États-Unis face à la réforme ...

Dossier
Articles

Les États-Unis face à la réforme agraire à Cuba

« Le gouvernement de Castro ne mérite pas d’être sauvé »
The United States and Agrarian Reform in Cuba
Salim Lamrani

Résumés

En mai 1959, le gouvernement révolutionnaire promulgua la loi de réforme agraire. En raison de la présence massive des investissements étasuniens dans l’économie cubaine, cette mesure affecta les intérêts des multinationales qui possédaient les meilleures terres de l’île. À la perspective de perdre près de 800 millions de dollars de biens dans le pays, Washington exprima ses réserves à l’égard de la réforme et exigea des conditions d’indemnisations auxquelles Cuba ne pouvait pas répondre en raison de sa situation économique. Au-delà de la perte matérielle, l’administration Eisenhower était surtout préoccupée par l’impact d’une telle mesure en Amérique latine et à travers le monde, où les gouvernements confrontés à des réalités similaires pouvaient être tentés de suivre la même voie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 En mai 1959, le gouvernement révolutionnaire de Cuba dirigé par le Président Manuel Urrutia promulgua la loi de réforme agraire, principale et unique mesure d’envergure adoptée volontairement par la Révolution. En effet, toutes les autres décisions importantes prises lors des deux premières années, à savoir la nationalisation de toutes les propriétés étasuniennes et l’alliance stratégique avec l’Union soviétique, furent le résultat de la politique hostile de Washington à l’encontre des nouvelles autorités. La distribution de la terre aux paysans était d’abord et avant tout un engagement moral de la Révolution à l’égard de la classe des travailleurs agricoles exploitée et vivant depuis des décennies dans des conditions précaires, proche de l’indigence.

2 En raison de la présence massive des investissements étasuniens dans l’économie cubaine, cette réforme affecta inévitablement les intérêts des multinationales qui possédaient les meilleures terres de l’île. S’agissant de nationalisations et non de confiscations, La Havane s’engagea à indemniser les propriétaires lésés par la mesure révolutionnaire à hauteur de la valeur déclarée aux autorités fiscales. À la perspective de perdre près de 800 millions de dollars de biens dans l’île, Washington exprima ses réserves à l’égard de la réforme et exigea des conditions d’indemnisations auxquelles Cuba ne pouvait pas répondre en raison de sa situation économique. Pourquoi les États-Unis, tout en admettant la nécessité d’une réforme agraire à Cuba, exigèrent-ils une compensation « rapide, juste et effective », alors qu’ils savaient que les nouvelles autorités de l’île se trouvaient dans l’impossibilité matérielle d’y donner une suite favorable ?

3 La réalité socio-économique de l’île rendait indispensable une réforme agraire, qui devint une priorité nationale. Malgré l’attitude hostile de l’administration Eisenhower, la loi emblématique de la Révolution cubaine fut adoptée en prenant en compte les principes fondamentaux du droit international et de la jurisprudence. Enfin, face à la volonté de La Havane de mener à bien son projet de redistribution de la terre, les possédants exercèrent un lobbying aux États-Unis en faveur de l’application de sanctions économiques de représailles pour freiner le processus de transformation de la structure agraire cubaine.

1. Une priorité nationale

  • 1 José R. López Goldarás, « Expresó el Presidente de la República, Urrutia, su fe en los destinos de (...)
  • 2 Diario de la Marina, « Verdadera reforma agraria se llevará a cabo en Cuba », 8 janvier 1959.
  • 3 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Guantánamo », 3 févr (...)

4Le 6 janvier 1959, le Président Manuel Urrutia déclara que « les paysans ne ser[aient] plus des parias sur leur propre terre1 ». Le lendemain, Humberto Sorí Marín, Ministre de l’Agriculture, annonça qu’une « véritable réforme agraire » serait réalisée à Cuba2. Pour sa part, lors d’un meeting politique le 3 février 1959 à Guantánamo, Fidel Castro évoqua la nécessité de procéder à une réforme agraire pour sortir le pays de la misère. Il rappela que dans la Sierra Maestra, l’armée rebelle avait mis en place une loi agraire qui octroyait la propriété de la terre aux paysans. Elle permit à près de 100 000 agriculteurs d’obtenir un lopin de terre. Cette même législation interdisait le latifundio. « Il n’est pas juste que des personnes disposent de 10 000 ou 20 000 hectares de terre alors qu’il y a des paysans avec sept enfants qui n’ont pas un seul lopin de terre », souligna-t-il.3

5Il insista sur la nécessité de procéder à une redistribution plus équitable des terres :

  • 4 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Guantánamo », 3 févr (...)

On ne peut pas parler de patrie si l’on ne dispose même pas d’un pouce de terre. C’est la patrie où l’on souffre de la faim, où nos familles et nos enfants souffrent de la faim. […] C’est une injustice et la Révolution ne peut pas permettre l’existence de latifundio. Plus encore : la Constitution de 1940 […] interdit le latifundio qui est nocif pour le pays, car il empêche le développement industriel. […] Pour créer une industrie, il est nécessaire de mettre fin au latifundio et d’adopter des lois qui protègent les industries du pays face à la concurrence étrangère. […] On ne peut pas résoudre le problème du chômage sans supprimer le latifundio […]. Une série de mesures révolutionnaires s’impose, mais la première de toutes doit être la Réforme agraire. La première de toutes doit être et va être la Réforme agraire ! Après la réforme agraire suivront toutes les lois révolutionnaires nécessaires. […] Tout ira de pair : la lutte contre la misère, contre le chômage, contre le latifundio, contre les maladies, contre l’illettrisme, la lutte pour le développement industriel, pour la culture, pour la démocratie, pour le bien-être et la santé du peuple. […] Nous allons faire en sorte que la patrie soit à tous, comme le voulait Martí4.

  • 5 F. Parès, « Devenu Premier ministre, Fidel Castro donne un sérieux coup de barre à gauche », Le Mon (...)
  • 6 Ruby Hart Phillips, « Castro Outlines Sweeping Plans », The New York Times, 4 février 1959.
  • 7 Diario de la Marina, « La reforma agraria integral », 13 mars 1959.
  • 8 Manuel Luis del Riego, « Por qué la reforma agraria », Diario de la Marina, 5 avril 1959. Voir égal (...)

6La réforme agraire était un engagement révolutionnaire, un impératif économique, une nécessité sociale et une obligation constitutionnelle. Il s’agissait même, selon la presse occidentale, d’une « dette d’honneur de la révolution5 ». « Le Dr. Castro a assuré aux paysans sans terre de la Sierra Maestra qu’ils recevraient de la terre même si le Gouvernement doit la confisquer », souligna le New York Times6. Même le conservateur Diario de la Marina insista dans un éditorial sur « la nécessité d’une réforme agraire intégrale à Cuba7 ». La Agrupación Católica Universitaria exprima également en des termes vifs son soutien au processus de répartition des terres : « Il est temps que notre nation cesse d’être un fief privé de quelques puissants. Nous avons l’espoir ferme que dans quelques années Cuba ne sera pas la propriété de quelques-uns, mais la véritable patrie de tous les Cubains8 ». La Welfare Conference de Washington, qui regroupait tout l’épiscopat des États-Unis, signala pour sa part le caractère impératif de la réforme agraire :

Maintenant que la tyrannie est renversée, la Révolution commence son offensive contre l’injustice sociale dans les campagnes cubaines, avec une réforme agraire destinée à sortir de la misère 400 000 familles paysannes. Ces gens, qui ont vécu avec 25 centimes par jour, analphabètes et souffrant de dénutrition, oubliés des riches et des gouvernants, ont fourni 40% des hommes et des femmes qui ont lutté dans les rangs rebelles pour la liberté de la patrie. En procédant désormais à une répartition de la terre, la Révolution tient non seulement sa promesse d’en finir avec l’injustice, mais solde également la dette contractée auprès de ces paysans. Guides, aliments, refuge, et bras héroïques ont constitué leur aide aux combattants des Sierras sur les trois fronts de la Maestra, Cristal et Escambray. […]

  • 9 Manuel Luis del Riego, « ¿Es necesaria la reforma agraria? », Diario de la Marina, 11 février 1959.

La réforme agraire est également le symbole de la rencontre entre le paysan oublié mais riche en vertus, et la classe moyenne qui a dirigé la révolution9.

  • 10 Fidel Castro Ruz, La Historia me absolverá, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 2007, p. 37.
  • 11 Le Monde, « Les citoyens devront payer un impôt spécial chaque fois que leur nom ou leur photograph (...)
  • 12 Constitución de la República de Cuba, 1er juillet 1940, Guaímaro, Camagüey. Voir également : Néstor (...)
  • 13 Diario de la Marina, « ‘Será una fuente de riqueza la reforma agraria’. Sorí Marín », 13 février 19 (...)

7En effet, Fidel Castro, conscient de la misère dans laquelle se trouvaient plongés les paysans sans terre, avait fixé comme priorité du processus de transformation du pays la répartition des terres lors de son plaidoyer de 1953 intitulé « L’Histoire m’acquittera10 ». Cuba souhaitait édifier une société où « les riches ser[aie]nt moins riches et les pauvres moins pauvres11 ». D’un point de vue économique, la réforme agraire était censée ouvrir la voie à l’industrialisation du pays en augmentant le niveau de vie du paysan, lequel pourrait à son tour acquérir des produits élaborés après avoir vendu sa matière première, créant ainsi un marché de consommation interne. D’un point de vue social, la réforme agraire devait permettre de réduire drastiquement le chômage estimé à un demi-million de personnes sur une population totale de six millions d’habitants en 1959, et d’améliorer les conditions salariales de toute la population active en incitant les paysans à cultiver la terre. Ainsi, ils ne se verraient pas obligés à un exode rural pour chercher un moyen de subsistance dans les villes, dépréciant par là le coût de la main d’œuvre urbaine et réduisant les salaires déjà dérisoires. D’un point de vue juridique, la Constitution de 1940, par son article 90, interdisait expressément le latifundio, même si le décret d’application n’avait jamais vu le jour12. Le Ministre Sorí Marín certifia que la réforme serait « source de richesse » et permettrait « le développement national13 ».

  • 14 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 15 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 16 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 17 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 18 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

8Fidel Castro insista une nouvelle fois sur la nécessité de la réforme agraire lors de son discours d’investiture en tant que Premier ministre le 16 février 1959. Elle serait « une réalité dans quelques semaines », annonça-t-il aux citoyens14. Il s’agissait d’une mesure indispensable pour améliorer le niveau de vie des habitants. Le but du projet agraire était de fournir les moyens de subsistance à la population et non pas de léser une classe sociale. Le Premier ministre s’en expliqua dans un discours à la nation : « Nous ne prêchons pas la haine contre les riches. Nous ne prêchons pas la haine contre les grands propriétaires terriens. Nous prêchons la haine contre le latifundio […] car il est anti-économique [et] […] injuste. […] Notre politique ne consiste pas à ruiner les gens mais à réajuster l’économie du pays15 ». Cette réforme allait mettre à terme à une situation où certaines entreprises étrangères possédaient 200 000 hectares (14 000 caballerías)16. Ainsi, durant les semaines précédant l’adoption de la loi de la Réforme agraire, le Premier ministre multiplia les références à ce sujet lors de ses apparitions publiques pour expliquer le projet car « il s’agissait d’une loi fondamentale qui nécessitait le soutien du peuple17 ». Le thème de la répartition des terres fut abordé presque à chaque discours18.

  • 19 The New York Times, « Las Martinas, Cuba », 3 mars 1959.
  • 20 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

9Les propos publics furent rapidement suivis de faits. En mars 1959, les autorités procédèrent à la répartition de terres appartenant à l’État. Il s’agissait du « plus grand projet de distribution de terre du gouvernement révolutionnaire », souligna la presse étasunienne19. Dans une allocution du 4 avril 1959 aux travailleurs agricoles, Fidel Castro insista une nouvelle fois sur la nécessité de la réforme agraire pour résoudre le problème de l’emploi dans les campagnes et moderniser l’agriculture. C’était une mesure qui affectait inévitablement les grands intérêts, mais il s’agissait là, selon La Havane, de la seule solution pour sauver l’industrie sucrière20.

  • 21 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

10Le thème de la distribution de la terre fut également évoqué durant la visite de Fidel Castro aux États-Unis durant laquelle le gouvernement cubain présenta les deux volets du programme économique de la Révolution : développement industriel et réforme agraire afin de trouver une solution durable au problème chronique et structurel du chômage et de la misère21.

  • 22 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 23 Diario de la Marina, « ‘No se despierta la fe de los pueblos con retórica sino con hechos, realidad (...)
  • 24 Juan de Onis, « Castro Calls On U.S. For More Latin Aid », The New York Times, 3 mai 1959.
  • 25 Roy R. Rubottom Jr., « Memorandum of a Conversation », 2 mai 1959, Department of State, Central Fil (...)

11Lors de sa visite à Buenos Aires, en mai 1959 à l’occasion du Conseil économique des 21 pays membres de l’Organisation des États américains, le Premier ministre cubain lança un appel aux États-Unis afin qu’ils fournissent l’aide économique nécessaire au développement du continent latino-américain, d’un montant de 30 milliards de dollars sur dix ans, comme celle apportée à l’Europe à la fin de la Seconde guerre mondiale22. « On ne suscite pas la foi des peuples avec de la rhétorique, mais avec des faits, des réalités et des solutions », avait-il déclaré23. Le Président argentin Frondizi souligna que le leader cubain avait mentionné « des problèmes qui [étaient] communs à tous les pays latino-américains ». Pour sa part, Ignacio Arcaya, Ministre vénézuélien des Affaires étrangères, insista sur le symbole représenté par Fidel Castro au sein du continent : « [C’est] un homme qui est une expression de l’espoir de liberté de nos peuples24 ». Suite à cette allocution, Roy Rubottom Jr., secrétaire d’État assistant pour les Affaires interaméricaines, exprima son souhait de s’entretenir avec le Premier ministre cubain. Lors d’une rencontre privée, il lui fit part de la compréhension des États-Unis vis-à-vis des problèmes de Cuba, mais rappela qu’il revenait au peuple de l’île d’assumer ses responsabilités dans la voie du développement économique25.

  • 26 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 27 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy of Cuba to the Department of State », 11 mai 1959, Depar (...)

12C’était justement ce que comptait faire La Havane avec la réforme agraire, « loi fondamentale de la Révolution », indispensable à son développement industriel et à l’établissement de la justice sociale26. Pour cela, Fidel Castro pouvait compter sur le soutien populaire, comme le souligna l’ambassadeur étasunien Philip Bonsal dans une missive au Département d’État datée du 11 mai 1959 : « Il n’y a qu’un seul leader et il dispose du soutien total des ‘masses’27 ».

  • 28 The New York Times, « Castro Sees Brazil’s President », 1er mai 1959 ; Diario de la Marina, « Se en (...)

13La popularité du Premier ministre cubain s’étendait également au reste de l’Amérique latine. En avril et mai 1959, le gouvernement brésilien accueillit à deux reprises Fidel Castro28. Le Monde relata cette ferveur continentale et insista sur l’impact de la réforme agraire cubaine :

Afin de traduire l'enthousiasme significatif qui est ressenti à Rio envers le chef de la révolution cubaine, on a organisé spontanément un meeting populaire. Jamais on n’avait entendu publiquement le Premier ministre d'un gouvernement étranger au cours d'une telle manifestation. Pendant deux heures, Fidel Castro a raconté au peuple brésilien la révolution de Cuba, et les applaudissements qui entrecoupaient le récit semblaient viser, derrière l'événement régional, certaines situations et certaines solutions courageuses, qui pourraient s'offrir également à d’autres nations du continent.

  • 29 Le Monde, « M. Fidel Castro prend la parole en public à Rio de Janeiro », 9 mai 1959.

On a admiré en tout cas l'extrême habileté de ce jeune révolutionnaire, qui, sans commettre aucune erreur diplomatique, s’est pourtant donné le luxe d'une étonnante franchise dans l’analyse de certains problèmes délicats du continent. Le Premier ministre cubain semblait parfaitement à l’aise dans son uniforme kaki au col ouvert parmi toutes les personnalités graves qui l’écoutaient en tenue de rigueur. Après son discours public, on s’est rendu compte que le mot du président Kubitschek pourrait très bien être plus qu’un compliment protocolaire, quand il prévoyait pour ce jeune homme cubain un rôle de « vrai leader latino-américain29 ».

14Ainsi, hormis chez les possédants et les multinationales étrangères, il y avait un consensus général en faveur de la réforme agraire à Cuba.

2. Droit international et jurisprudence

  • 30 José Bell Lara, Delia Luisa López García & Tania Karam León, Documentos de la Revolución Cubana 195 (...)
  • 31 Enrique Grau Esteban, « ‘Inicia la reforma agraria una nueva etapa en nuestra vida económica’.-Dr. (...)
  • 32 Ley de Reforma Agraria, 17 mai 1959, articles 1 & 2. Voir également : Diario de la Marina, « Sintes (...)
  • 33 Ruby Hart Phillips, « Cuban Farm Law Imperils U.S. Sugar Concerns’ Land », The New York Times, 19 m (...)
  • 34 Ruby Hart Phillips, « Castro Bars Role For ‘Extremists’ », The New York Times, 23 mai 1959.

15Le 17 mai 1959, le Président Urrutia promulgua la Loi de réforme agraire basée sur la Constitution de 194030, « l’un des évènements les plus importants et transcendants de notre histoire républicaine », selon le Diario de la Marina31. Il s’agissait de la première mesure d’envergure prise par le nouveau pouvoir, destinée à mettre fin à une situation anormale. En effet, 1,5% des latifundistes possédaient 46% des terres agricoles. De la même manière, 70% des propriétaires n’avaient que 12% des terres cultivables. Désormais, le latifundium serait proscrit et les propriétés ne pourraient pas dépasser les 400 hectares (30 caballerías), autant pour les personnes physiques que morales. Les propriétaires dont les terres dépasseraient cette limite seraient expropriés au bénéfice des paysans sans terre, qui pourraient obtenir jusqu’à 67 hectares (5 caballerías), et des coopératives. Néanmoins, la législation prévoyait des exceptions pour les propriétés très rentables. Ainsi, les entreprises cultivant la canne à sucre et le riz, dont le rendement dépassait de 50% la moyenne nationale, conserveraient l’intégralité de leurs propriétés. De la même manière, les fermes d’élevage d’importance bénéficieraient de cette exception dans la limite de 1300 hectares (100 caballerías)32. En revanche, les propriétaires seraient désormais exclusivement cubains33. Interrogé au sujet de l’idéologie qui avait motivé la réforme agraire, Fidel Castro apporta sa réponse : « La révolution cubaine n’est pas rouge mais vert olive », en référence à la couleur de l’uniforme des guérilleros34.

  • 35 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 36 Diario de la Marina, « No se reconsiderará la Reforma Agraria, dijo Fidel Castro », 22 mai 1959.
  • 37 Claude Julien, « II. La terre aux paysans », Le Monde, 18 mars 1960.
  • 38 Ruby Hart Phillips, « Cuba Takes Land of Ramon Castro », The New York Times, 19 octobre 1959. Voir (...)

16Cette décision fut symboliquement annoncée par le Premier ministre depuis le quartier général de l’Armée rebelle de La Plata dans les montagnes de la Sierra Maestra. Si la réforme agraire disposait du soutien majoritaire de la population, le leader révolutionnaire insista sur le fait que « la Loi affect[ait] des intérêts [et] suscitera[it] l’opposition naturelle qu’une mesure révolutionnaire de ce genre produit ». Mais les changements « étaient absolument nécessaires ». En définitive, la Loi affectait peu de propriétaires. En revanche, la réforme agraire permettait d’apporter une solution durable à 200 000 familles paysannes paupérisées, soit l’équivalent d’un million de personnes, qui possèderaient dorénavant leur propre lopin de terre à cultiver. Par ailleurs, 150 000 familles qui cultivaient la terre sans la posséder pouvaient désormais accéder à la propriété. Le Premier ministre rappela que cette mesure était une exigence de la Constitution de 194035 et souligna qu’elle était irrévocable36. « Parmi les premières terres frappées par la réforme agraire figurent celles de Fidel Castro lui-même et de ses parents », nota le journal français Le Monde37. Pour sa part, le New York Times titra : « Cuba saisit les terres de Ramón Castro38 ».

17Dans un éditorial, le conservateur Diario de la Marina, pourtant représentant des intérêts des possédants, émit l’opinion suivante :

  • 39 Diario de la Marina, « La revolución no engaña a nadie », 22 mai 1959.

La Révolution cubaine, que cela soit dit en son honneur, n’a trompé personne. L’une de ses principales caractéristiques a été de s’ajuster dans la mesure du possible aux promesses faites au peuple. L’une de ces promesses, formulée depuis la Sierra Maestra durant les jours de lutte, a été celle d’entreprendre à fond une rénovation du système prédominant dans notre production agricole. Les porte-paroles les plus autorisés ont dit que la Réforme agraire serait radicale. Et là se trouve le texte de cette Loi promulguée dimanche dernier près du Pico Turquino qui n’offre pas le moindre doute sur le fait qu’une transformation rapide et complète sera menée dans ce domaine39.

  • 40 The New York Times, « U.S. Sugar Mill Men To Protest In Cuba », 21 mai 1959 ; The New York Times, « (...)
  • 41 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 19 mai 1959, Depar (...)

18Ces mesures affectaient inévitablement les multinationales étasuniennes et suscitaient l’inquiétude des possédants40. « La loi causera un changement radical dans le système de propriété de la terre à Cuba », avertit l’ambassadeur Bonsal dans un courrier au Département d’Etat. La désignation d’Antonio Nuñez Jiménez comme directeur exécutif de l’Institut de Réforme agraire fut également un motif de préoccupation pour la diplomatie étasunienne qui le considérait comme étant proche des communistes. En revanche, Bonsal souligna que « plusieurs sources cubaines et américaines locales, autres que les intérêts sucriers, pensent qu’à long terme le programme pourrait être grandement bénéfique pour Cuba41 ».

  • 42 Robert A Stevenson, « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 22 mai 1959, (...)
  • 43 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 23 mai 1959, Depar (...)

19Le Département d’État accorda peu d’importance à ce point de vue, préférant se centrer sur les inquiétudes du milieu des affaires étasunien. Dans un télégramme du 22 mai 1959, Washington informa l’ambassade de La Havane que « la Loi de réforme agraire était en train de susciter une grande consternation au sein du gouvernement des États-Unis et des cercles sucriers américains ». Selon ces derniers, la loi était « confiscatoire » et serait « désastreuse pour l’industrie sucrière à Cuba42 ». Du côté de la capitale cubaine, les représentants de 30 des 34 industries sucrières étasuniennes présentes dans l’île exprimèrent leur inquiétude à Bonsal, faisant part de leurs doutes au sujet d’une « compensation rapide, juste et effective43 ».

  • 44 Robert A Stevenson, « Memorandum of a Conversation », 27 mai 1959, Department of State, Central Fil (...)
  • 45 Fidel Castro Ruz, « Cablegram to the Secretary of Agriculture », 5 juin 1959, Department of State, (...)

20Pour répondre à ces inquiétudes, Ernesto Dihigo, ambassadeur de Cuba à Washington, informa le Département d’État que la réforme agraire n’affecterait pas la production sucrière et que Cuba serait en mesure de respecter les quotas prévus par les accords entre les deux pays et de fournir les trois millions de tonnes annuelles44. Le 5 juin 1959, Fidel Castro fit parvenir à son tour un message à Ezra Taft Benson, secrétaire étasunien à l’Agriculture, l’assurant que Cuba remplirait ses obligations vis-à-vis des États-Unis et serait en mesure non seulement de respecter les quantités accordées mais également de fournir tout le sucre nécessaire pour la consommation nationale : « Nous sommes en mesure de vendre aux États-Unis 8 millions de tonnes de sucre à 4 cents la livre pour l’année 1961 », confirmant ainsi la volonté de Cuba de rester un partenaire commercial privilégié du voisin du Nord.45

  • 46 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 12 juin 1959, Depa (...)
  • 47 F. Parès, « La bataille du sucre poussera-t-elle Fidel Castro dans le camp du neutralisme ? », Le M (...)
  • 48 Ruby Hart Phillips, « Land Law Splits Castro’s Regime », The New York Times, 13 juin 1959.

21Le 12 juin 1959, Fidel Castro rassura l’ambassadeur Bonsal en lui certifiant que Cuba ferait face à ses obligations et respecterait le quota prévu. De la même manière, les intérêts étasuniens lésés par la réforme agraire seraient dûment indemnisés. Quant aux expropriations, elles débuteraient en 196046. Cuba était en effet le principal producteur mondial de sucre et assurait 80% des besoins de l’Amérique du Nord et 45% de ceux de l’Europe47. Mais, rappela Fidel Castro, « le sujet de la loi de la réforme agraire est une question qui concerne la juridiction de cette nation souveraine48 ».

  • 49 Ibid.
  • 50 The New York Times, « Cuba’s Agrarian Reform », 20 mai 1959.
  • 51 Chester Bowles, « Cry For Land In Latin América », The New York Times, 22 novembre 1959.

22L’expropriation était effectivement un droit souverain de Cuba et Roy Rubottom reconnut que « le souhait et le besoin de réforme agraire dans de nombreuses parties du monde » constituaient une réalité. Il admit que les États-Unis avaient soutenu les réformes agraires au Japon, en Inde et en Corée, où de telles mesures « avaient contribué à générer de la croissance économique et de la stabilité politique49 ». Le New York Times rappela également qu’une « réforme agraire était une nécessité à Cuba » et que « tout État souverain a[vait] le droit d’exproprier des propriétés » selon « le droit international50 ». Le congressiste du Connecticut Chester Bowles souligna pour sa part que le « programme de réforme agraire […] était indubitablement en phase avec le sentiment latino-américain51 ».

  • 52 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

23La Loi de réforme agraire prévoyait une indemnisation pour les propriétaires. Le délai serait de 20 ans avec un taux d’intérêt annuel de 4,5%. La situation financière du pays ne permettait pas un paiement immédiat, mais le droit international stipulait qu’il revenait à l’État souverain d’établir les modalités de compensation en cas de nationalisation ou expropriation52.

  • 53 Murphy, « Memorandum of a Conversation », 1er juin 1959, Department of State, Central Files, 737.00 (...)

24Le gouvernement de Washington reconnut « le droit souverain de chaque État […] de nationaliser les propriétés sous sa juridiction pour des raisons d’utilité publique ». En revanche, il exigea « le paiement d’une compensation rapide, adéquate et effective ». Par ailleurs, il exprima également son désaccord au sujet du calcul de la valeur des biens touchés par la réforme agraire. L’État cubain entendait se baser sur les déclarations fiscales des propriétaires. Or, celles-ci étaient notoirement sous-évaluées pour échapper à l’impôt53.

  • 54 E. W. Kenworthy, « U.S. Warns Cuba On Land Reform », The New York Times, 12 juin 1959.

25Washington exprima officiellement ses réserves dans un courrier du 11 juin au Ministère cubain des Affaires étrangères. Les possédants étasuniens étaient sur le point de perdre leurs propriétés totalisant plus de 650 000 hectares. L’ambassade fit part de ses « sérieuses préoccupations quant à l’adéquation de la provision de la compensation de ses citoyens dont la propriété pourrait être expropriée ». Le New York Times confirma que la valeur des biens déclarée au fisc par les entreprises se situaient « bien en dessous de la valeur du marché54 ».

  • 55 Ruby Hart Phillips, « 5 Ministers Quit Cabinet In Cuba », The New York Times, 12 juin 1959 ; Diario (...)

26Le 15 juin 1959, Raúl Roa, nouveau Ministre des Affaires étrangères, apporta sa réponse à l’ambassadeur Bonsal. En effet, l’adoption de la réforme agraire avait provoqué une crise gouvernementale quelques jours plus tôt et plusieurs ministres, opposés au projet – Roberto Agramonte (Affaires étrangères), Humberto Sori Marín (Agriculture), Julio Martínez Páez (Santé), Elena Mederos (Bien-être social) –, avaient remis leur démission55. Selon Roa, la réforme agraire avait été promulguée « dans l’exercice des pouvoirs et prérogatives inhérents à tout État souverain ». Le latifundio, responsable de la stagnation économique et du chômage, devait être aboli dans les plus brefs délais. Les organisations internationales telles que les Nations unies, l’Organisation internationale du travail et l’Organisation des États américains exhortaient constamment à la transformation du système de propriété rurale. La répartition des terres était donc « une mesure irrévocable ». Si Cuba était disposée à entendre le point de vue des États-Unis à ce sujet, « la réticence implicite à accepter le système de paiement que le gouvernement révolutionnaire de Cuba a été obligé d’adopter » n’était pas recevable. La Havane fournit une réponse à Washington, en se basant sur le droit international :

  • 56 Raúl Roa, « Note From Minister of State Roa to the Ambassador in Cuba (Bonsal) », 15 juin 1959, Dep (...)

Le gouvernement révolutionnaire de Cuba dispose du droit inaliénable, dans l’exercice de sa souveraineté et à la lumière des traités, conventions et pactes de caractère régional et universel, de prendre toute mesure qu’il considérera adéquate pour promouvoir et assurer le développement économique accompagné du progrès social et de la stabilité démocratique du peuple cubain. […] Nous saluons la reconnaissance expresse faite par votre gouvernement du droit de notre gouvernement, du point de vue de sa juridiction interne et aux yeux du système juridique international, d’exproprier la propriété de citoyens des États-Unis pour des raisons d’intérêt public et d’utilité sociale, à travers une indemnisation appropriée56.

  • 57 Raúl Roa, « Note From Minister of State Roa to the Ambassador in Cuba (Bonsal) », 15 juin 1959, op. (...)
  • 58 Ruby Hart Phillips, « Firm On Bonds For Land », The New York Times, 28 juillet 1959.

27L’administration Eisenhower souhaitait une indemnisation « rapide, adéquate et effective » des propriétés nationalisées. En d’autres termes, elle exigeait un paiement immédiat, au prix que fixeraient les États-Unis et en dollars. La Constitution cubaine de 1940 prévoyait effectivement un paiement en avance et comptant. Mais la situation économique et financière du pays, dont les caisses avaient été vidées par l’ancien régime, et le déséquilibre de la balance commerciale entre Cuba et les États-Unis d’un montant annuel de 100 millions de dollars, rendaient ce type d’indemnisation matériellement impossible. La Havane proposa alors une solution aux États-Unis : « Si les énormes fonds volés au Trésor et déposés dans des banques étrangères étaient récupérés, la suppression du latifundio et la réforme agraire pourraient être réalisées à des conditions plus favorables aux intérêts concernés ». En d’autres termes, si Washington acceptait de rapatrier les sommes dérobées à Cuba par le régime de Batista et déposées au sein d’institutions bancaires étasuniennes, le gouvernement de Manuel Urrutia serait en mesure de proposer une indemnisation anticipée et au comptant aux citoyens étasuniens lésés par la mesure révolutionnaire57. Fidel Castro fit la même allusion lors d’un entretien avec la presse étasunienne : « L’argent que Cuba aurait pu utiliser se trouve dans des banques aux États-Unis58 ». Mais cette proposition ne reçut pas de réponse favorable.

  • 59 Ibid.. Voir également : E. W. Kenworthy, « U.S. Seeks Talks With Cuba On Lans-Seizure Payments », T (...)

28Le ministre Roa rappela également que les États-Unis avaient procédé de la même façon lors de l’occupation du Japon. Lorsque Washington réalisa une réforme agraire au pays du Soleil-Levant, à la fin de la Seconde guerre mondiale, il « ordonna le transfert de la propriété à leurs occupants dans un délai de quatre mois, et établit comme forme d’indemnisation l’émission de bons agraires rémunérés à hauteur de 3,5% par an pour une période de 25 ans ». Or, la réforme agraire cubaine proposait de meilleures conditions aux intérêts expropriés puisque le taux rémunérateur était supérieur – 4,5% –, et le délai de remboursement moins long, 20 ans59.

29Roa conclut sa note rappelant les nouvelles bases sur lesquelles reposeraient les futures relations entre Cuba et les États-Unis :

  • 60 Ibid.

Le Gouvernement révolutionnaire de Cuba n’a jamais refusé d’entrer dans des discussions, et n’a jamais manqué non plus de lire les opinions dissidentes. Il a toujours écouté avec attention et respect l’opinion de tous, y compris les opinions de ceux qui pourraient être affectés par ses décisions et mesures et qui ont utilisé et utilisent, sans entraves, leur droit de les exprimer publiquement. Pour le cas spécifique de la loi de réforme agraire, tous les commentaires et suggestions sont entendus dans un véritable esprit démocratique ; en conservant le droit de décider ce qui est le plus en accord avec les intérêts vitaux du peuple cubain ; et il n’accepte pas et n’acceptera pas toute suggestion ou proposition qui pourrait un tant soit peu porter atteinte à la souveraineté et à la dignité de la nation60.

  • 61 Ibid.
  • 62 The New York Times, « Havana », 16 juin 1959.

30Le Ministère cubain des Affaires étrangères fit part de son souhait de voir « se renforcer les liens historiques et économiques » entre les deux pays et exprima sa confiance quant au fait que le gouvernement des États-Unis saurait comprendre les arguments forts justifiant la manière dont serait appliquée la réforme agraire, ainsi que les modalités de compensation61. Fidel Castro, quant à lui, se montra plus direct : « Aucun ambassade ne nous fera dévier d’un iota de nos objectifs62 ».

  • 63 Tad Szulc, « Danger Signals Flare In Latin America », The New York Times, 7 juin 1959.
  • 64 The New York Times, « The Cuban Land Reform », 10 juin 1959.

31Le New York Times souligna que la réforme agraire répondait « à l’aspiration d’une majorité [du] peuple » cubain63. « En tant que mesure de justice sociale, la réforme agraire est la plus évidente de toutes les politiques et elle a lieu partout à travers le monde », ajouta le quotidien étasunien. « A Cuba, une réforme agraire était nécessaire depuis longtemps. Le droit de Cuba d’exproprier la terre à l’intérieur de ses frontières ne peut pas être questionné », conclut le journal, insistant sur la légalité et la légitimité de la mesure64.

  • 65 The New York Times, « Havana Sites Bombed », 19 juin 1959.
  • 66 The New York Times, « Havana », 18 juin 1959.
  • 67 The New York Times, « Arms Laxity Denied », 19 juin 1959.

32Néanmoins, certains opposants à la réforme agraire exprimèrent leur mécontentement en faisant exploser plusieurs bombes dans la capitale, inaugurant une campagne de violence qui durerait plusieurs années. « Ces activités terroristes sont les premières à survenir dans la capitale depuis le renversement du régime du Général Fulgencio Batista la veille du Nouvel An », souligna le New York Times65. L’ancien Président renversé par Batista en 1952 Carlos Prío Socarrás s’étonna de voir les opposants au gouvernement révolutionnaire se procurer librement des armes aux États-Unis afin de les expédier à Cuba, alors qu’il se trouvait lui-même mis en examen pour avoir tenté d’expédier des armes à Fidel Castro lors de la lutte contre la dictature militaire. Selon lui, seuls « des ordres en provenance des hautes autorités étasuniennes » pouvaient expliquer une telle situation66. Pour sa part, le Département d’État démentit naturellement tout laxisme vis-à-vis des groupuscules d’exilés cubains impliqués dans les attentats67.

  • 68 Robert A. Stevenson, « Memorandum of a Conversation, Department of State, Washington », 22 juin 195 (...)

33Le 22 juin 1959, le Ministre Roa se rendit à Washington et tint une rencontre au sein du Département d’État au sujet de la loi agraire. Clarence Douglas Dillon, sous-secrétaire d’État, reconnut le droit de Cuba à adopter les mesures nécessaires. Les États-Unis étaient conscients de la « nécessité » et des « bénéfices » d’une réforme agraire. « Dans de nombreux cas, des réformes agraires similaires ont augmenté la productivité et ont grandement bénéficié aux économies des pays où elles ont été appliquées », nota le haut-fonctionnaire étasunien. Il ajouta la précision suivante, en référence à la note expédiée par Roa à l’ambassadeur Bonsal : « La réforme agraire à Cuba est, bien entendu, essentiellement une question interne cubaine et un sujet relevant entièrement de la souveraineté cubaine ». Dillon souleva simplement la crainte de voir la production baisser à court terme en raison d’une application trop drastique de la réforme agraire et rappela que Washington accorderait la plus grande attention à la question des compensations68.

34En réalité, Washington craignait que l’exemple de Cuba ne soit suivi par d’autres pays du continent, où les tensions sociales étaient palpables. Si l’île de la Caraïbe, géographiquement située à quelques miles des côtes étasuniennes, dernière colonie espagnole à obtenir formellement son indépendance et ayant vécu sous la domination des États-Unis durant près de six décennies, arrivait à mener à bien une réforme agraire aussi radicale, affectant de manière substantielle leurs intérêts, d’autres régions du monde, notamment en Amérique latine pourraient être tentées de suivre cette voie et remettre en cause la présence économique et par conséquent l’influence de Washington. Au-delà des pertes matérielles, l’administration Eisenhower était surtout préoccupée par la volonté d’émancipation et d’indépendance de Cuba et de son impact à travers le monde.

  • 69 Le Monde, « Nouveaux troubles en Amérique latine », 5 juin 1959.

35Le Monde évoqua cette inquiétude : « La victoire de Fidel Castro à Cuba et les mesures révolutionnaires […] sont inévitablement appelées à servir d'exemples aux yeux de nombreux Latino-Américains. Elles constituent en tout cas pour l’instant un pôle d'attraction et de contagion pour les masses des pays encore soumis à des dictatures militaires de type caraïbe ou à des régimes autoritaires69 ». Pour ces raisons, Washington n’écarta pas la possibilité d’appliquer des sanctions à l’île.

3. La pression en faveur des sanctions

  • 70 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en la empresa petroler (...)

36 Le gouvernement révolutionnaire avait conscience des difficultés que créerait la réforme agraire. En portant atteinte aux intérêts de puissantes multinationales, notamment étasuniennes, celle-ci déclencherait inévitablement l’hostilité de Washington. « Le gouvernement révolutionnaire doit affronter des batailles très dures. L’une de ces batailles est imminente. Cette bataille, c’est la réforme agraire », avertit Fidel Castro. Il fallait donc dédier « toute l’énergie de la nation cubaine » à cela. La loi de réforme agraire, « radicale » dans sa nature, affecterait « de puissants intérêts70 ».

37Le Premier ministre cubain savait que les possédants s’opposeraient aux mesures du programme de transformation sociale établi par les autorités, en organisant « des campagnes de discrédit contre le peuple de Cuba » et en « menaçant de mesures économiques » de représailles. Il se montra néanmoins résolu à effectuer les changements structurels nécessaires : « Ils vont perdre les latifundios car c’est la volonté du peuple de Cuba ». Le Premier ministre mit en garde l’administration Eisenhower :

  • 71 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Guantánamo », 3 févr (...)

Si pour écraser la Révolution, ils prennent des mesures économiques contre nous en baissant le quota sucrier ou autre, peu importe, nous trouverons des solutions pour résoudre nos problèmes. J’avertis néanmoins ces intérêts de ne pas commettre l’erreur d’adopter des mesures agressives contre notre peuple. Si c’était le cas, nous réunirons le peuple pour lui dire : « Les ennemis de notre liberté, les amis de Batista, ceux qui ont donné asile à Masferrer, à Laurent et aux criminels de guerre, ceux qui ne veulent pas notre bonheur, […] ont adopté des mesures économiques pour faire échouer la Révolution »71.

  • 72 Jean Mulliken, « Memorandum of a Conversation », 1er juin 1959, 737.00/6-159, Official Use Only, Fo (...)
  • 73 Eisenhower Library, « Minutes of the 90th Meeting, CFEP Records », 5 juin 1959. Foreign Relations o (...)

38En juin 1959 eut lieu une réunion entre la Maison-Blanche, le Département d’État et le Département de l’Agriculture, au cours de laquelle, Roy R. Rubottom, secrétaire d’État assistant pour les Affaires interaméricaines, proposa de ne pas étendre l’accord sucrier en vigueur avec Cuba. Il souhaitait utiliser ce levier « pour obtenir des amendements aux propositions de réforme agraire », lesquelles portaient « préjudice aux intérêts américains ». Thomas Mann, secrétaire d’État assistant pour les affaires économiques, partagea cet avis. Il ne fallait pas soutenir un projet de loi « qui assurerait à Cuba 70% des importations sucrières américaines pendant des années alors que 800 millions de dollars d’investissements américains étaient menacés ». Selon lui, « le sucre [était] le point le plus vulnérable de Cuba ». Seul le Département de l’Agriculture, sans doute plus conscient des réalités et des besoins du marché étasunien, exprima son désaccord, se montrant favorable à un renouvellement de l’accord en vigueur72. La Maison-Blanche se rangea à l’avis du Département d’État et décida de laisser au Congrès le soin de renouveler ou non l’accord sucrier, afin d’avoir un moyen de pression sur La Havane73.

39Les investisseurs étasuniens étaient mécontents, non pas tant par le délai d’indemnisation prévu mais plutôt par le montant. Lors d’une réunion tenue le 24 juin 1959 à Washington, Robert Kleberg, investisseur étasunien, propriétaire du King Ranch au Texas, qui avait des intérêts à Cuba, fit part de son inquiétude au secrétaire d’État Christian Herter. Selon lui, la valeur déclarée au Fisc cubain ne représentait « pas plus de 20% de la valeur réelle de la terre », ce qui illustrait l’ampleur de la fraude fiscale réalisée durant des décennies par les multinationales étasuniennes au détriment du Trésor cubain. Kleberg exigea du gouvernement des États-Unis d’imposer « une pression économique » à l’île, notamment par le biais du quota sucrier, au regard de « la forte dépendance de Cuba vis-à-vis de l’exportation de sucre ». Kleberg se fit plus précis :

  • 74 William P. Snow, « Memorandum of a Conversation, Department of State, Washington », 24 juin 1959, D (...)

Si Cuba était privé de son privilège de quota, l’industrie sucrière souffrirait rapidement d’un fort déclin, ce qui causerait un chômage encore plus grand. Le nombre important de personnes privées d’emploi commenceraient à souffrir de la famine. Ils s’apercevraient ainsi de la nature catastrophique du programme de Castro, et cela signifierait la fin politique de Castro74.

  • 75 Ibid.

40Le secrétaire d’État Herter s’enquit de savoir si « une telle séquence d’événements pourrait effectivement causer la chute du gouvernement75 ». La réponse de Kleberg fut positive. Washington évoquait ainsi dès juin 1959 la possibilité d’imposer des sanctions économiques contre Cuba afin d’obtenir le renversement du gouvernement de Fidel Castro, tout en admettant la nécessité de la réforme agraire dans l’île et en reconnaissant le droit souverain de Cuba d’adopter les mesures nécessaires à son développement économique et social.

  • 76 S. Everett Gleason, « Memorandum of Discussion at the 411th Meeting of the National Security Counci (...)
  • 77 The New York Times, « Cuba To Take Over Large Ranches Now », 24 juin 1959 ; The New York Times, « C (...)
  • 78 Christian A. Herter, « Telegram from the Department of State to the Embassy in Cuba », 25 juin 1959 (...)

41Lors de la réunion du Conseil de sécurité nationale du 25 juin 1959, le secrétaire d’État Herter annonça que les « intérêts d’affaires américains à Cuba étaient très inquiets et exigeaient une action économique américaine contre le régime de Castro76 ». Herter faisait référence à la demande faite par l’investisseur Kleberg dont les propriétés à Camagüey étaient sous la menace d’expropriation. En effet, le 23 juin 1959, Fidel Castro avait annoncé que les terres d’élevage de Camagüey seraient distribuées aux paysans77. Le secrétaire d’État expédia un télégramme urgent à l’ambassadeur Bonsal l’exhortant « de faire tous les efforts nécessaires pour persuader le gouvernement de Cuba d’éviter toute action précipitée dans l’application de la loi de réforme agraire sur des propriétés américaines ». Il ajouta que « de telles saisies compliqueraient les négociations futures avec le gouvernement de Cuba78 ».

42Le 1er juillet 1959, Harry R. Turkel, directeur du Bureau des affaires économiques régionales interaméricaines, fit parvenir un mémorandum au Département d’État au sujet de la situation à Cuba. Deux décisions importantes avaient été prises lors du premier semestre dans l’île : la réforme agraire et la loi sur les loyers. La situation économique était difficile pour deux raisons : Castro « n’a pas eu de chance car il a pris le pouvoir alors que les réserves monétaires sont épuisées et que le prix de la plus importante exportation du pays est très bas ». Le déficit de la balance des paiements était en partie dû à « la fuite des capitaux » survenue suite à l’arrivée au pouvoir des révolutionnaires. Turkel s’opposa néanmoins à tout octroi de prêt pour stabiliser la balance des paiements pour une raison bien claire : « Le gouvernement de Castro ne mérite pas d’être sauvé ». Les États-Unis ne devaient pas revenir sur l’accord commercial avec Cuba pour un seul motif : « Les exportations étasuniennes vers Cuba seraient affectées bien plus que les exportations cubaines vers les États-Unis ». Pour ce qui concernait le quota sucrier, il s’agissait « l’arme ultime » contre Cuba car les États-Unis se portaient acquéreurs de « 3 millions de tonnes, soit la moitié de la production cubaine ». Turkel avança trois arguments contre la suppression du quota « cette année », soulignant ce dernier terme :

  1. Cela ralliera presque tous les Cubains derrière Castro. Notre expérience en 1947 avec la loi sur le Sucre de 1948 prouve ce point.

  2. Ce pas est probablement irréversible. Si une suppression du quota est effectuée, la part cubaine sera probablement divisée dans cet ordre : industrie domestique, les Philippines, le Mexique, le Pérou et l’Amérique centrale. Nous ne devons pas oublier que 6 millions de Cubains devront subvenir à leurs besoins après le départ de Castro.

    • 79 Harry R. Turkel, « Memorandum by the Director of the Office of Inter-American Regional Economic Aff (...)

    Les États-Unis ne doivent pas se retrouver dans la position d’utiliser les systèmes de quota pour imposer des sanctions économiques. En effet, l’article 16 de la Charte de l’Organisation des États américains stipule qu’aucun État ne doit « utiliser de mesures coercitives de caractère économique pour forcer la volonté souveraine d’un autre État79 ».

  • 80 Ibid.

43Le mémorandum ajouta que les mesures contre le quota sucrier pourraient être adoptées en cas d’échec d’une « compensation effective, adéquate et rapide » de la part du gouvernement cubain pour les propriétés expropriées. Néanmoins, Turkel souligna la faiblesse juridique d’une telle exigence : « Les obligations d’un gouvernement qui exproprie en vertu du droit international sont sujettes à dispute ». Il pointa également un obstacle d’ordre politique : « Les actions destinées à contraindre au paiement d’une compensation effective, adéquate et rapide sont généralement perçues comme étant une offense par les Latino-américains80 ».

  • 81 Ibid.

44Turkel proposa d’attendre jusqu’à janvier 1960, année où la nouvelle législation sur le sucre serait adoptée par les États-Unis pour une durée de quatre ans. Il s’opposa au maintien de la même durée : « Nous ne voulons pas d’une extension de quatre ans qui garantirait à Castro le marché des États-Unis pour cette période ». Il fallait priver l’île de toute garantie pérenne de revenus économiques qui permettraient le développement du pays et la stabilité du gouvernement. Au sujet de la réduction du quota sucrier, celle-ci ne devait « pas dépasser les 500 000 tonnes la première année car il n’y en aura sans doute pas de sucre disponible ailleurs », pour répondre aux besoins du marché étasunien.81

  • 82 Christian A. Herter, « Memorandum From the Secretary of State », 7 juillet 1959, Enseihower Library (...)
  • 83 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 84 Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 414th Meeting of the National Security Council, (...)

45Le 7 juillet 1959, le secrétaire d’État Herter fit parvenir un mémorandum au Président Eisenhower au sujet de la réforme agraire et de son impact sur les propriétés étasuniennes. Selon lui, Washington devait exiger « une compensation adéquate, rapide et effective » à toute expropriation82. Washington savait pertinemment que Cuba serait dans l’incapacité de répondre financièrement à une telle requête. Fidel Castro rappela que les réserves du Trésor national avaient été pillées par le régime de Batista lors de sa fuite : « Nous ne pouvons pas payer en espèces. […] Il est absurde d’exiger un paiement immédiat83 ». Washington reconnut que « Batista avait amassé une fortune84 ».

  • 85 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 7 juillet 1959, (...)
  • 86 Herbert L. Matthews, « July 26 Spirit Lives In Santiago », The New York Times, 13 juillet 1959. Voi (...)

46Du côté de La Havane, la diplomatie étasunienne, plus au fait des réalités du pays, ne partageait pas cet avis. Dans un télégramme du 7 juillet 1959, l’ambassadeur Bonsal fit part de son analyse. Selon lui, il fallait écarter toute idée de coup d’État contre le pouvoir en place : « Castro continue de jouir du soutien de la grande majorité du peuple cubain et je suis convaincu que toute tentative armée pour renverser le gouvernement dans le futur proche serait un échec et renforcerait ce soutien ». Pour ces raisons, le diplomate étasunien était favorable au maintien de relations cordiales avec Cuba et opposé à tout projet de changement de régime en raison de « l’autorité suprême » de Castro. « Je recommande fortement pour le moment de poursuivre notre politique amicale vis-à-vis de Castro et du gouvernement cubain, en utilisant notre influence pour le guider vers une politique économique plus raisonnable », souligna-t-il. Nous ne devons encourager aucun type de mouvement destiné à renverser Castro. Celui-ci est très solidement ancré car il représente aujourd’hui les espoirs et les aspirations de la majorité des Cubains85 », ajouta-t-il. Le New York Times confirma cette analyse : « Pour la première fois de l’histoire, ils [les Cubains des régions pauvres] disposent de routes, d’écoles, d’hôpitaux et d’une terre à cultiver86 ».

47L’ambassadeur Bonsal ne considérait pas le gouvernement révolutionnaire comme étant hostile aux États-Unis :

  • 87 Philip W. Bonsal, « Airgram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 2 août 1959, Dep (...)

En ce qui concerne les provisions inscrites dans la loi de réforme agraire relatives au paiement des terres expropriées, l’Ambassade ne considère pas celles-ci comme un signe d’antiaméricanisme, mais est plutôt encline à accepter comme sincère la défense faite par le Gouvernement cubain de ces provisions, car il ne se trouve pas actuellement dans une position financière qui lui permette d’octroyer une compensation juste, rapide et effective, et que pour des raisons révolutionnaires, il ne peut pas reporter la réforme agraire jusqu’à ce que la situation financière s’améliore87.

  • 88 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 16 juillet 1959 (...)
  • 89 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

48Le gouvernement cubain ne se faisait guère d’illusions quant aux intentions de Washington. Dans un télégramme expédié deux jours plus tard, Bonsal s’en fit le relais : « Castro est préoccupé par les relations entre les États-Unis et Cuba et il est convaincu que les États-Unis sont probablement en train de planifier en secret son renversement88 ». Pour sa part, le Premier ministre, qui savait que la nationalisation des terres suscitait de fortes réticences du côté de Washington, fit part de sa détermination de mener le projet à son terme : « La réforme agraire ne s’arrêtera pas même si survient le Déluge89 ».

  • 90 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 14 juillet 1959 (...)
  • 91 Philip W. Bonsal, « Memorandum From the Ambassador in Cuba to the Assistant Secretary of State for (...)

49Le 14 juillet 1959, le journaliste du New York Times Herbert Matthews rencontra l’ambassadeur Bonsal pour lui faire part de son point de vue. Il regretta l’attitude des États-Unis vis-à-vis de Cuba et son obsession anticommuniste liée au « Maccarthysme international » en vigueur. Selon lui, « les outrances et l’attitude anti-cubaine des États-Unis étaient beaucoup plus significatives et préjudiciables aux bonnes relations que celles des hauts fonctionnaires cubains ». Bonsal transmit ce jugement au Département d’État et exprima son sentiment : « Je considère Matthews comme un journaliste dévoué et sincère, profondément impliqué d’un point de vue émotionnel dans la situation actuelle de Cuba90 ». Puis il pointa du doigt la responsabilité des États-Unis dans la promulgation de la réforme agraire à Cuba : « J’ai également la conviction que notre échec à adopter durant les cinq ou six années passées une attitude plus positive à l’égard des problèmes de développement économique en Amérique latine est responsable de certains des aspects malheureux de nos relations avec le gouvernement de Castro et avec d’autres gouvernements et groupes dans l’hémisphère91 ».

50Mais ces deux regards avisés en provenance de Cuba ne modifièrent pas l’appréciation de Washington sur le gouvernement révolutionnaire. Alors que Cuba concluait des accords d’indemnisation avec tous les pays affectés par la réforme agraire, les États-Unis ordonnèrent à leurs entreprises de rejeter toute négociation avec La Havane.

Conclusion

51 Engagement révolutionnaire et moral des nouvelles autorités gouvernementales, la réforme agraire de mai 1959 revêtait un caractère indispensable pour des raisons politiques, économiques et sociales. Radicale par sa nature, elle affecta les possédants cubains et étrangers, en particulier les multinationales étasuniennes qui accaparaient une part substantielle des terres arables, au détriment de la paysannerie qui étaient soumises à des conditions de vie proches de l’indigence. La politique de redistribution du gouvernement de La Havane, qui mit un terme à l’extrême concentration dans laquelle 2% de la population possédaient près de 50% des terres, symbolisa l’avènement d’une nouvelle ère pour la nation et la volonté de répondre positivement aux aspirations populaires à une vie meilleure, indiquant par la même occasion que dorénavant primeraient les intérêts du pays.

52 S’inscrivant dans le cadre légal de la Constitution de 1940 et du droit international public, la réforme agraire prévoyait une indemnisation pour chaque propriétaire lésé par la mesure, en prenant pour base les déclarations fiscales effectuées auprès des autorités compétentes, lesquelles étaient notoirement sous-évaluées en raison de la volonté des latifundistes de fuir l’impôt. Le gouvernement des États-Unis reconnut que la nationalisation était un droit souverain inaliénable du peuple cubain, qui offrait des conditions d’indemnisation plus avantageuses que celles octroyées par Washington au Japon après la Seconde guerre mondiale, et admit la nécessité d’une répartition plus équilibrée des terres afin de répondre aux intérêts fondamentaux de la nation.

53 L’opposition à la réforme agraire de la part des États-Unis était motivée par deux raisons majeures. Tout d’abord, la redistribution des terres arables engendrait un préjudice économique et financier important pour les investisseurs étasuniens dont les avoirs s’élevaient à plus de 800 millions de dollars à Cuba. Cependant, même si la somme était conséquente, elle ne représentait pas un préjudice insurmontable pour une économie telle que celle des États-Unis. En réalité, l’administration Eisenhower était préoccupée par le précédent que constituait la réforme agraire radicale à Cuba et qui risquait d’avoir une influence sur tout le continent latino-américain et le Tiers-monde, et affecter avec une ampleur bien plus considérable les intérêts de Washington. La volonté d’émancipation et d’indépendance de Cuba était un danger pour l’hégémonie des États-Unis à travers le monde. Là se trouvent les raisons véritables de l’imposition de sanctions économiques à Cuba dès 1960, qui perdurent encore à ce jour.

Haut de page

Bibliographie

AGRUPACIÓN CATÓLICA UNIVERSITARIA, ¿Por qué Reforma Agraria ?, La Havane, 1957.

BELL LARA, José, Delia Luisa LÓPEZ GARCÍA & Tania KARAM LEÓN, Documentos de la Revolución Cubana 1959, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 2006.

BOGGS, Marion W., « Memorandum of Discussion at the 414th Meeting of the National Security Council, Washington », 23 juillet 1959, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Telegram From the Embassy of Cuba to the Department of State », 11 mai 1959, Department of State, Central Files, 737.00/5-1159, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 19 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-1959, Confidential, Priority, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 23 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-2359, Official Use Only.

BONSAL, Philip, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 12 juin 1959, Department of State, Central Files, 837.16/6-1259, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 7 juillet 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-759. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 14 juillet 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-1459. Official Use Only. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 16 juillet 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-1659. Secret, Priority, Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Airgram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 2 août 1959, Department of State, Central Files, 737.00/8-259. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip, « Memorandum From the Ambassador in Cuba to the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) », 25 septembre 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-2559. Confidential, Official-Informal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BOWLES, Chester, « Cry For Land In Latin América », The New York Times, 22 novembre 1959.

CASTRO RUZ, Fidel, La Historia me absolverá, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 2007.

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Guantánamo », 3 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f030259e.html (site consulté le 14 juin 2017).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en la empresa petrolera Shell », 6 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f060259e.html (site consulté le 8 novembre 2021).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de su toma de posesión como Primer Ministro, efectuado en el Palacio Presidencial », 16 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c160259e.html (site consulté le 12 février 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la concentración celebraba en la Avenida de Michellson, en Santiago de Cuba », 11 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f110359e.html (site consulté le 14 mars 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el Aniversario del ataque al Palacio Presidencial », 13 mars 1959, http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c130359e.html (site consulté le 14 mars 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Universidad Central ‘Marta Abreu’, de Santa Clara, Las Villas », 15 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f150359e.html (site consulté le 14 mars 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el Palacio Presidencial », 22 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f220359e.html (site consulté le 4 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en Guines », 29 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f290359e.html (site consulté le 4 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Asamblea de la COA, celebrada en el Palacio de los Trabajadores », 30 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f300359e.html (site consulté le 5 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Asamblea de los Colonos », 4 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f040459e.html (site consulté le 6 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Asamblea de los fabricantes de calzado », 7 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f070459e.html (site consulté le 7 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el fórum tabacalero », 8 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080459e.html (site consulté le 7 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, con motivo de conmemorarse el primer Aniversario de la huelga del 9 de abril, en la Alameda de Paula », 9 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f090459e.html (site consulté le 8 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la concentración de los obreros de las plantas eléctricas », 11 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f110459e.html (site consulté le 10 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la concentración campesina de Camagüey », 12 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f120459e.html (site consulté le 12 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, durante el almuerzo ofrecido por la asociación americana de editores de periódicos, con motivo de su visita a Estados Unidos, en el Hotel Statler », 17 avril 2018. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f170459e.html (site consulté le 12 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, ante el Consejo Económico de los 21, en el Palacio del Ministerio de Industria y Comercio de Buenos Aires », 2 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f020559e.html (site consulté le 3 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la concentración celebrada a su llegada del extranjero, en la Plaza Cívica », 8 mai 1959, http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080559e.html (site consulté le 20 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en el acto de la Universidad de La Habana », 11 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f110559e.html (site consulté le 21 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la Plata, Sierra Maestra », 17 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f170559e.html (site consulté le 22 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la inauguración del X Congreso de la FNTA, en el Palacio de los Trabajadores », 22 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f220559e.html (site consulté le 23 mai 2018).

CASTRO RUZ, Fidel, « Cablegram to the Secretary of Agriculture », 5 juin 1959, Department of State, Central Files, 611.37/6-559, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el banquete de los editores de periódicos, con motivo del día de la libertad de prensa, en el Palacio de Cristal », 7 juin 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f070659e.html (site consulté le 26 février 2020).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de celebración del Día del Jurista, en el hotel Habana-Hilton », 8 juin 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080659e.html (site consulté le 26 février 2020).

CONSTITUCIÓN DE LA REPÚBLICA DE CUBA, 1 juillet 1940, Guaímaro, Camagüey.

Diario de la Marina, « Verdadera reforma agraria se llevará a cabo en Cuba », 8 janvier 1959.

Diario de la Marina, « ‘Será una fuente de riqueza la reforma agraria’. Sorí Marín », 13 février 1959.

Diario de la Marina, « La reforma agraria integral », 13 mars 1959.

Diario de la Marina, « Sólo asiste a las escuelas públicas el 50% de la niñez », 18 mars 1959.

Diario de la Marina, « Se entrevistará hoy Fidel Castro con el Presidente brasileño », 29 avril 1959.

Diario de la Marina, « ‘No se despierta la fe de los pueblos con retórica sino con hechos, realidades, soluciones’ », 3 mai 1959.

Diario de la Marina, « Se reunirán de nuevo hoy Fidel Castro y el Presidente del Brasil », 6 mai 1959.

Diario de la Marina, « Parte hoy rumbo a la Sierra Maestra el Jefe de Estado », 16 mai 1959.

Diario de la Marina, « Parten hacia la Sierra Maestra Urrutia y Fidel », 17 mai 1959.

Diario de la Marina, « Sintesis de la Reforma Agraria », 19 mai 1959

Diario de la Marina, « Texto íntegro del proyecto de ley de Reforma Agraria », 19 mai 1959

Diario de la Marina, « No se reconsiderará la Reforma Agraria, dijo Fidel Castro », 22 mai 1959.

Diario de la Marina, « Analizan ley de Reforma Agraria los Hacendados », 22 mai 1959.

Diario de la Marina, « La revolución no engaña a nadie », 22 mai 1959.

Diario de la Marina, « Señalan colonos que la Reforma Agraria causará quebrantos », 23 mai 1959.

Diario de la Marina, « Quieren Hacendados tartar con Fidel de la R. Agraria », 23 mai 1959.

Diario de la Marina, « Causará la Reforma Agraria la merma de la zafra azucarera », 26 mai 1959.

Diario de la Marina, « Severas objeciones hacen en Vueltabajo a la Reforma Agraria », 27 mai 1959.

Diario de la Marina, « Rehusa el Dpto de Estado de Washington comentar los cambios de Gabinete en Cuba », 13 juin 1959.

Diario de la Marina, « ‘Sin la Reforma Agraria, Cuba continuaría estancada y en aumento el desempleo’ », 16 juin 1959.

Diario de la Marina, « Intenvendrá el Gobierno los latifundios ganaderos de más de 100 caballerías, dijo Fidel », 24 juin 1959.

EISENHOWER LIBRARY, « Minutes of the 90th Meeting, CFEP Records », 5 juin 1959. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

EVERETT GLEASON, S., « Memorandum of Discussion at the 411th Meeting of the National Security Council, Washington », 25 juin 1959, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records, Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

GRAU ESTEBAN, Enrique, « Anunció F. Castro la repartición de tierra al campesino », Diario de la Marina, 3 février 1959.

GRAU ESTEBAN, Enrique, « ‘Inicia la reforma agraria una nueva etapa en nuestra vida económica’.-Dr. Castro », Diario de la Marina, 19 mai 1959.

GRAU ESTEBAN, Enrique, « ‘Cuba puede producir el consumo total de E.U.’.-Fidel Castro », Diario de la Marina, 5 juin 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Castro Outlines Sweeping Plans », The New York Times, 4 février 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Cuban Farm Law Imperils U.S. Sugar Concerns’ Land », The New York Times, 19 mai 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Castro Bars Role For ‘Extremists’ », The New York Times, 23 mai 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Cuban Land Reform Adds To Uncertainty », The New York Times, 24 mai 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « U.S Gets Protest On Cuban Land Law », The New York Times, 29 mai 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Land Seizure Act In Effect In Cuba », The New York Times, 5 juin 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « 5 Ministers Quit Cabinet In Cuba », The New York Times, 12 juin 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Land Law Splits Castro’s Regime », The New York Times, 13 juin 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Cuba Rebuffs U.S. on Land Payment », The New York Times, 16 juin 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Cuba Revamping Schoool System », The New York Times, 26 juillet 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Firm On Bonds For Land », The New York Times, 28 juillet 1959.

HART PHILLIPS, Ruby, « Cuba Takes Land of Ramon Castro », The New York Times, 19 octobre 1959.

HERTER, Christian A., « Telegram from the Department of State to the Embassy in Cuba », 25 juin 1959, Department of State, Central Files, 837.16/6-2559, Confidential, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

HERTER, Christian A., « Memorandum From the Secretary of State », 7 juillet 1959, Enseihower Library, Whitman Files, Dulles-Herter Series, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

JULIEN, Claude, « II. La terre aux paysans », Le Monde, 18 mars 1960.

KENWORTHY, E. W., « U.S. Warns Cuba On Land Reform », The New York Times, 12 juin 1959.

KENWORTHY, E. W., « U.S. Seeks Talks With Cuba On Lans-Seizure Payments », The New York Times, 10 janvier 1960.

LEY DE REFORMA AGRARIA, 17 mai 1959, articles 1 & 2.

LÓPEZ GOLDARÁS, José R., « Expresó el Presidente de la República, Urrutia, su fe en los destinos de nuestro país », Diario de la Marina, 7 janvier 1959.

MATTHEWS, Herbert L., « July 26 Spirit Lives In Santiago », The New York Times, 13 juillet 1959.

LE MONDE, « M. Fidel Castro prend la parole en public à Rio de Janeiro », 9 mai 1959.

LE MONDE, « Les citoyens devront payer un impôt spécial chaque fois que leur nom ou leur photographie apparaîtra dans la rubrique mondaine d’un journal », 2 juin 1959.

LE MONDE, « Nouveaux troubles en Amérique latine », 5 juin 1959.

MULLIKEN, Jean, « Memorandum of a Conversation », 1er juin 1959, 737.00/6-159, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

MURPHY, « Memorandum of a Conversation », 1er juin 1959, Department of State, Central Files, 737.00/6-159, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

THE NEW YORK TIMES, « Castro to Begin Giving Out Land », 30 janvier 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Las Martinas, Cuba », 3 mars 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Castro Sees Brazil’s President », 1er mai 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Agrarian Reform Becomes Law », 18 mai 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Cuba’s Agrarian Reform », 20 mai 1959.

THE NEW YORK TIMES, « U.S. Sugar Mill Men To Protest In Cuba », 21 mai 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Mill Owners Score Cuban Land Reform », 22 mai 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Mill Owners Caution Castro », 24 mai 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Sugar Change Urged », 3 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « The Cuban Land Reform », 10 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Text of the U.S. Statement on Cuba », 12 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Havana », 16 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Havana », 18 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Havana Sites Bombed », 19 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Arms Laxity Denied », 19 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Cuba To Take Over Large Ranches Now », 24 juin 1959

THE NEW YORK TIMES, « Cuba Takes Over 2,357,600 Acres », 24 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « U.S.-Owned Land Taken », 28 juin 1959

THE NEW YORK TIMES, « Cuba’s Agrarian Reform », 30 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Cuba Driving Out U.S. Cattle Men », 4 juillet 1959.

ONIS, Juan de, « Castro Calls On U.S. For More Latin Aid », The New York Times, 3 mai 1959.

PARES, F., « Devenu Premier ministre, Fidel Castro donne un sérieux coup de barre à gauche », Le Monde, 9 mars 1959.

PARES, F., « La bataille du sucre poussera-t-elle Fidel Castro dans le camp du neutralisme ? », Le Monde, 26 mars 1959.

RIEGO, Manuel Luis del, « ¿Es necesaria la reforma agraria? », Diario de la Marina, 11 février 1959.

RIEGO, Manuel Luis del, « Por qué la reforma agraria », Diario de la Marina, 5 avril 1959.

ROA, Raúl, « Note From Minister of State Roa to the Ambassador in Cuba (Bonsal) », 15 juin 1959, Department of State, Central Files, 033.3711/6-2259, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

RUBOTTOM, Roy R. Jr., « Memorandum of a Conversation », 2 mai 1959, Department of State, Central Files, 737.00/5-259, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

SNOW, William P., « Memorandum of a Conversation, Department of State, Washington », 24 juin 1959, Department of State, ARADeputy Assistant Secretary Files, Lot 61 D 411, Cuba 1959, Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

STEVENSON, Robert A., « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 22 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-2259, Confidential, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

STEVENSON, Robert A., « Memorandum of a Conversation », 27 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-2759, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

STEVENSON, Robert A., « Memorandum of a Conversation, Department of State, Washington », 22 juin 1959, Department of State, Central Files, 837.16/6-2259, Foreign Relations of the United States 1958-1960.

SZULC, Tad, « Danger Signals Flare In Latin America », The New York Times, 7 juin 1959.

SZULC, Tad, « Cubans Take Over Large U.S. Ranch », The New York Times, 16 novembre 1959.

TURKEL, Harry R., « Memorandum by the Director of the Office of Inter-American Regional Economic Affairs », 1er juillet 1959, Department of State, REA Files, Lot 61 D 248, Cuba 1959, Confidential, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Haut de page

Notes

1 José R. López Goldarás, « Expresó el Presidente de la República, Urrutia, su fe en los destinos de nuestro país », Diario de la Marina, 7 janvier 1959.

2 Diario de la Marina, « Verdadera reforma agraria se llevará a cabo en Cuba », 8 janvier 1959.

3 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Guantánamo », 3 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f030259e.html (site consulté le 14 juin 2017). Voir également : The New York Times, « Castro to Begin Giving Out Land », 30 janvier 1959 ; Enrique Grau Esteban, « Anunció F. Castro la repartición de tierra al campesino », Diario de la Marina, 3 février 1959.

4 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Guantánamo », 3 février 1959.

5 F. Parès, « Devenu Premier ministre, Fidel Castro donne un sérieux coup de barre à gauche », Le Monde, 9 mars 1959, op. cit.

6 Ruby Hart Phillips, « Castro Outlines Sweeping Plans », The New York Times, 4 février 1959.

7 Diario de la Marina, « La reforma agraria integral », 13 mars 1959.

8 Manuel Luis del Riego, « Por qué la reforma agraria », Diario de la Marina, 5 avril 1959. Voir également : Agrupación Católica Universitaria, ¿Por qué Reforma Agraria ?, La Havane, 1957.

9 Manuel Luis del Riego, « ¿Es necesaria la reforma agraria? », Diario de la Marina, 11 février 1959.

10 Fidel Castro Ruz, La Historia me absolverá, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 2007, p. 37.

11 Le Monde, « Les citoyens devront payer un impôt spécial chaque fois que leur nom ou leur photographie apparaîtra dans la rubrique mondaine d’un journal », 2 juin 1959.

12 Constitución de la República de Cuba, 1er juillet 1940, Guaímaro, Camagüey. Voir également : Néstor Carbonell y Cortina, El espíritu de la Constitución del 1940 : Principios y doctrina, Madrid, Editorial Plaza Mayor, 1974.

13 Diario de la Marina, « ‘Será una fuente de riqueza la reforma agraria’. Sorí Marín », 13 février 1959.

14 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de su toma de posesión como Primer Ministro, efectuado en el Palacio Presidencial », 16 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c160259e.html (site consulté le 12 février 2018).

15 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la concentración celebraba en la Avenida de Michellson, en Santiago de Cuba », 11 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f110359e.html (site consulté le 14 mars 2018).

16 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el Aniversario del ataque al Palacio Presidencial », 13 mars 1959, http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c130359e.html (site consulté le 14 mars 2018).

17 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la inauguración del X Congreso de la FNTA, en el Palacio de los Trabajadores », 22 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f220559e.html (site consulté le 23 mai 2018).

18 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Universidad Central ‘Marta Abreu’, de Santa Clara, Las Villas », 15 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f150359e.html (site consulté le 14 mars 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el Palacio Presidencial », 22 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f220359e.html (site consulté le 4 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en Guines », 29 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f290359e.html (site consulté le 4 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Asamblea de la COA, celebrada en el Palacio de los Trabajadores », 30 mars 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f300359e.html (site consulté le 5 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Asamblea de los fabricantes de calzado », 7 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f070459e.html (site consulté le 7 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el fórum tabacalero », 8 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080459e.html (site consulté le 7 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, con motivo de conmemorarse el primer Aniversario de la huelga del 9 de abril, en la Alameda de Paula », 9 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f090459e.html (site consulté le 8 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la concentración de los obreros de las plantas eléctricas », 11 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f110459e.html (site consulté le 10 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la concentración campesina de Camagüey », 12 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f120459e.html (site consulté le 12 mai 2018) ; Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la concentración celebrada a su llegada del extranjero, en la Plaza Cívica », 8 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080559e.html (site consulté le 20 mai 2018); Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en el acto de la Universidad de La Habana », 11 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f110559e.html (site consulté le 21 mai 2018).

19 The New York Times, « Las Martinas, Cuba », 3 mars 1959.

20 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la Asamblea de los Colonos », 4 avril 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f040459e.html (site consulté le 6 mai 2018).

21 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, durante el almuerzo ofrecido por la asociación americana de editores de periódicos, con motivo de su visita a Estados Unidos, en el Hotel Statler », 17 avril 2018. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f170459e.html (site consulté le 12 mai 2018).

22 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, ante el Consejo Económico de los 21, en el Palacio del Ministerio de Industria y Comercio de Buenos Aires », 2 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f020559e.html (site consulté le 3 mai 2018).

23 Diario de la Marina, « ‘No se despierta la fe de los pueblos con retórica sino con hechos, realidades, soluciones’ », 3 mai 1959.

24 Juan de Onis, « Castro Calls On U.S. For More Latin Aid », The New York Times, 3 mai 1959.

25 Roy R. Rubottom Jr., « Memorandum of a Conversation », 2 mai 1959, Department of State, Central Files, 737.00/5-259, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 501.

26 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la concentración celebrada a su llegada del extranjero, en la Plaza Cívica », 8 mai 1959, op.cit.

27 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy of Cuba to the Department of State », 11 mai 1959, Department of State, Central Files, 737.00/5-1159, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 508.

28 The New York Times, « Castro Sees Brazil’s President », 1er mai 1959 ; Diario de la Marina, « Se entrevistará hoy Fidel Castro con el Presidente brasileño », 29 avril 1959 ; Diario de la Marina, « Se reunirán de nuevo hoy Fidel Castro y el Presidente del Brasil », 6 mai 1959.

29 Le Monde, « M. Fidel Castro prend la parole en public à Rio de Janeiro », 9 mai 1959.

30 José Bell Lara, Delia Luisa López García & Tania Karam León, Documentos de la Revolución Cubana 1959, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 2006, p. 158-83 ; The New York Times, « Agrarian Reform Becomes Law », 18 mai 1959. Voir également : Diario de la Marina, « Parte hoy rumbo a la Sierra Maestra el Jefe de Estado », 16 mai 1959 ; Diario de la Marina, « Parten hacia la Sierra Maestra Urrutia y Fidel », 17 mai 1959.

31 Enrique Grau Esteban, « ‘Inicia la reforma agraria una nueva etapa en nuestra vida económica’.-Dr. Castro », Diario de la Marina, 19 mai 1959.

32 Ley de Reforma Agraria, 17 mai 1959, articles 1 & 2. Voir également : Diario de la Marina, « Sintesis de la Reforma Agraria », 19 mai 1959 ; Diario de la Marina, « Texto íntegro del proyecto de ley de Reforma Agraria », 19 mai 1959 ; Diario de la Marina, « Intenvendrá el Gobierno los latifundios ganaderos de más de 100 caballerías, dijo Fidel », 24 juin 1959.

33 Ruby Hart Phillips, « Cuban Farm Law Imperils U.S. Sugar Concerns’ Land », The New York Times, 19 mai 1959.

34 Ruby Hart Phillips, « Castro Bars Role For ‘Extremists’ », The New York Times, 23 mai 1959.

35 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la Plata, Sierra Maestra », 17 mai 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f170559e.html (site consulté le 22 mai 2018).

36 Diario de la Marina, « No se reconsiderará la Reforma Agraria, dijo Fidel Castro », 22 mai 1959.

37 Claude Julien, « II. La terre aux paysans », Le Monde, 18 mars 1960.

38 Ruby Hart Phillips, « Cuba Takes Land of Ramon Castro », The New York Times, 19 octobre 1959. Voir également : Diario de la Marina, « Analizan ley de Reforma Agraria los Hacendados », 22 mai 1959.

39 Diario de la Marina, « La revolución no engaña a nadie », 22 mai 1959.

40 The New York Times, « U.S. Sugar Mill Men To Protest In Cuba », 21 mai 1959 ; The New York Times, « Mill Owners Score Cuban Land Reform », 22 mai 1959 ; The New York Times, « Mill Owners Caution Castro », 24 mai 1959 ; Ruby Hart Phillips, « Cuban Land Reform Adds To Uncertainty », The New York Times, 24 mai 1959 ; Ruby Hart Phillips, « U.S Gets Protest On Cuban Land Law », The New York Times, 29 mai 1959 ; The New York Times, « Sugar Change Urged », 3 juin 1959 ; Diario de la Marina, « Señalan colonos que la Reforma Agraria causará quebrantos », 23 mai 1959 ; Diario de la Marina, « Quieren Hacendados tartar con Fidel de la R. Agraria », 23 mai 1959 ; Diario de la Marina, « Causará la Reforma Agraria la merma de la zafra azucarera », 26 mai 1959 ; Diario de la Marina, « Severas objeciones hacen en Vueltabajo a la Reforma Agraria », 27 mai 1959.

41 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 19 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-1959, Confidential, Priority, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 509-10.

42 Robert A Stevenson, « Telegram From the Department of State to the Embassy in Cuba », 22 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-2259, Confidential, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 510.

43 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 23 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-2359, Official Use Only, p. 511.

44 Robert A Stevenson, « Memorandum of a Conversation », 27 mai 1959, Department of State, Central Files, 837.16/5-2759, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 513.

45 Fidel Castro Ruz, « Cablegram to the Secretary of Agriculture », 5 juin 1959, Department of State, Central Files, 611.37/6-559, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 522. Voir également : Ruby Hart Phillips, « Land Seizure Act In Effect In Cuba », The New York Times, 5 juin 1959 ; Enrique Grau Esteban, « ‘Cuba puede producir el consumo total de E.U.’.-Fidel Castro », Diario de la Marina, 5 juin 1959.

46 Philip Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 12 juin 1959, Department of State, Central Files, 837.16/6-1259, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 529.

47 F. Parès, « La bataille du sucre poussera-t-elle Fidel Castro dans le camp du neutralisme ? », Le Monde, 26 mars 1959.

48 Ruby Hart Phillips, « Land Law Splits Castro’s Regime », The New York Times, 13 juin 1959.

49 Ibid.

50 The New York Times, « Cuba’s Agrarian Reform », 20 mai 1959.

51 Chester Bowles, « Cry For Land In Latin América », The New York Times, 22 novembre 1959.

52 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en la Plata, Sierra Maestra », op. cit.

53 Murphy, « Memorandum of a Conversation », 1er juin 1959, Department of State, Central Files, 737.00/6-159, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 516. Voir également : The New York Times, « Text of the U.S. Statement on Cuba », 12 juin 1959.

54 E. W. Kenworthy, « U.S. Warns Cuba On Land Reform », The New York Times, 12 juin 1959.

55 Ruby Hart Phillips, « 5 Ministers Quit Cabinet In Cuba », The New York Times, 12 juin 1959 ; Diario de la Marina, « Rehusa el Dpto de Estado de Washington comentar los cambios de Gabinete en Cuba », 13 juin 1959.

56 Raúl Roa, « Note From Minister of State Roa to the Ambassador in Cuba (Bonsal) », 15 juin 1959, Department of State, Central Files, 033.3711/6-2259, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 531. Voir également : Ruby Hart Phillips, « Cuba Rebuffs U.S. on Land Payment », The New York Times, 16 juin 1959 ; Diario de la Marina, « ‘Sin la Reforma Agraria, Cuba continuaría estancada y en aumento el desempleo’ », 16 juin 1959.

57 Raúl Roa, « Note From Minister of State Roa to the Ambassador in Cuba (Bonsal) », 15 juin 1959, op. cit.

58 Ruby Hart Phillips, « Firm On Bonds For Land », The New York Times, 28 juillet 1959.

59 Ibid.. Voir également : E. W. Kenworthy, « U.S. Seeks Talks With Cuba On Lans-Seizure Payments », The New York Times, 10 janvier 1960.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 The New York Times, « Havana », 16 juin 1959.

63 Tad Szulc, « Danger Signals Flare In Latin America », The New York Times, 7 juin 1959.

64 The New York Times, « The Cuban Land Reform », 10 juin 1959.

65 The New York Times, « Havana Sites Bombed », 19 juin 1959.

66 The New York Times, « Havana », 18 juin 1959.

67 The New York Times, « Arms Laxity Denied », 19 juin 1959.

68 Robert A. Stevenson, « Memorandum of a Conversation, Department of State, Washington », 22 juin 1959, Department of State, Central Files, 837.16/6-2259, Foreign Relations of the United States 1958-1960, p. 538.

69 Le Monde, « Nouveaux troubles en Amérique latine », 5 juin 1959.

70 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, en la empresa petrolera Shell », 6 février 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f060259e.html (site consulté le 8 novembre 2021).

71 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz en Guantánamo », 3 février 1959, op. cit.

72 Jean Mulliken, « Memorandum of a Conversation », 1er juin 1959, 737.00/6-159, Official Use Only, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 518-19.

73 Eisenhower Library, « Minutes of the 90th Meeting, CFEP Records », 5 juin 1959. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 520.

74 William P. Snow, « Memorandum of a Conversation, Department of State, Washington », 24 juin 1959, Department of State, ARADeputy Assistant Secretary Files, Lot 61 D 411, Cuba 1959, Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 540-41. Voir également : Tad Szulc, « Cubans Take Over Large U.S. Ranch », The New York Times, 16 novembre 1959.

75 Ibid.

76 S. Everett Gleason, « Memorandum of Discussion at the 411th Meeting of the National Security Council, Washington », 25 juin 1959, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records, Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 542.

77 The New York Times, « Cuba To Take Over Large Ranches Now », 24 juin 1959 ; The New York Times, « Cuba Takes Over 2,357,600 Acres », 24 juin 1959 ; The New York Times, « U.S.-Owned Land Taken », 28 juin 1959 ; The New York Times, « Cuba’s Agrarian Reform », 30 juin 1959 ; The New York Times, « Cuba Driving Out U.S. Cattle Men », 4 juillet 1959.

78 Christian A. Herter, « Telegram from the Department of State to the Embassy in Cuba », 25 juin 1959, Department of State, Central Files, 837.16/6-2559, Confidential, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 543-44.

79 Harry R. Turkel, « Memorandum by the Director of the Office of Inter-American Regional Economic Affairs », 1er juillet 1959, Department of State, REA Files, Lot 61 D 248, Cuba 1959, Confidential, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 546-51.

80 Ibid.

81 Ibid.

82 Christian A. Herter, « Memorandum From the Secretary of State », 7 juillet 1959, Enseihower Library, Whitman Files, Dulles-Herter Series, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 552.

83 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de celebración del Día del Jurista, en el hotel Habana-Hilton », 8 juin 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f080659e.html (site consulté le 26 février 2020).

84 Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 414th Meeting of the National Security Council, Washington », 23 juillet 1959, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 568.

85 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 7 juillet 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-759. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 553-54.

86 Herbert L. Matthews, « July 26 Spirit Lives In Santiago », The New York Times, 13 juillet 1959. Voir également : Ruby Hart Phillips, « Cuba Revamping Schoool System », The New York Times, 26 juillet 1959 ; Diario de la Marina, « Sólo asiste a las escuelas públicas el 50% de la niñez », 18 mars 1959.

87 Philip W. Bonsal, « Airgram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 2 août 1959, Department of State, Central Files, 737.00/8-259. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 581.

88 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 16 juillet 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-1659. Secret, Priority, Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 560.

89 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el banquete de los editores de periódicos, con motivo del día de la libertad de prensa, en el Palacio de Cristal », 7 juin 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/f070659e.html (site consulté le 26 février 2020).

90 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 14 juillet 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-1459. Official Use Only. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 557.

91 Philip W. Bonsal, « Memorandum From the Ambassador in Cuba to the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) », 25 septembre 1959, Department of State, Central Files, 737.00/7-2559. Confidential, Official-Informal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 611-13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « Les États-Unis face à la réforme agraire à Cuba »Études caribéennes [En ligne], 54 | Avril 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/25671 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.25671

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search