Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54DossierArticlesL’administration Eisenhower et la...

Dossier
Articles

L’administration Eisenhower et la vente d’armes à La Havane

« De notre point de vue, il serait souhaitable que l’URSS montre ses mains à Cuba »
Salim Lamrani

Résumés

Suite à l’avènement de la Révolution cubaine en 1959, les États-Unis se sont opposés au programme de transformation socio-économique entrepris par les nouvelles autorités et ont adopté une politique hostile. Loin de redouter un rapprochement entre La Havane et Moscou, Washington a au contraire délibérément poussé l’île vers l’Union soviétique, dans le but de pouvoir ainsi justifier les mesures drastiques que l’administration Eisenhower s’apprêtait à adopter contre Cuba, à savoir les sanctions économiques et l’isolement du pays. L’épisode de la vente d’armes est illustratif de cette volonté de contraindre Fidel Castro à solliciter l’aide du bloc socialiste.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Le renversement de la dictature militaire de Fulgencio Batista et l’avènement de la Révolution cubaine de 1959 ont bouleversé les relations bilatérales entre Washington et La Havane, dans un contexte géopolitique marqué par la guerre froide entre les deux grandes puissances. De république imparfaite soumise, subordonnant ses intérêts nationaux à ceux du puissant voisin, Cuba s’est transformée en nation revendiquant de manière affirmée son indépendance et sa souveraineté, suscitant par la même occasion des tensions extrêmes avec l’administration Eisenhower, dont la conduite hostile a contraint l’île à tisser une alliance stratégique avec l’Union soviétique.

2 En réalité, loin de redouter un tel rapprochement de l’île avec Moscou, les États-Unis ont au contraire délibérément poussé La Havane à se tourner vers la seule alternative qui leur permettait de faire face aux dangers représentés par la politique étrangère de Washington. Il y avait une raison à cet objectif : justifier les mesures drastiques qu’ils s’apprêtaient à prendre contre Cuba, à savoir les sanctions économiques. En effet, Washington était résolument opposé au processus de transformation sociale radical entrepris par les autorités gouvernementales de l’île, dont la réussite potentielle pouvait créer un dangereux précédent auprès des autres pays du tiers-monde partageant des réalités similaires et remettre en cause son hégémonie.

3 L’épisode de la vente d’armes est illustratif de cette réalité. En effet, en 1959, le gouvernement de La Havane, menacé par la République dominicaine du Généralissime Trujillo et les exilés cubains héritiers de l’ancien régime, se tourna d’abord vers les États-Unis pour remplacer son matériel militaire obsolète, en vain. Par la suite, Cuba s’adressa aux puissances de l’Europe occidentale pour acquérir les armements nécessaires à sa défense, essuyant à chaque fois un rejet motivé par la pression diplomatique exercée par le Département d’État auprès des pays du Vieux continent. Lorsque la Belgique, dans une réaffirmation de sa souveraineté, décida de vendre des armes à Cuba, une explosion meurtrière dans le port de La Havane détruisit la cargaison. L’objectif recherché par les États-Unis était clair : contraindre l’île à solliciter de l’aide à l’Est.

1. La vente d’armes à Cuba

  • 1 Stevenson, « Memorandum of a Conversation », 1er octobre 1959, Department of State, Central Files, (...)

4 Durant son règne, le régime de Batista avait acquis plusieurs avions de guerre T 28 auprès des États-Unis. Suite à l’imposition d’un embargo partiel sur les armes en mars 1958, ceux-ci n’avaient pas été livrés à Cuba. Lors de son arrivée au pouvoir, le gouvernement révolutionnaire, confronté aux menaces en provenance de la République dominicaine du Généralissime Trujillo, demanda à ce que le contrat soit honoré et que les appareils soient remis aux forces armées cubaines, dans l’objectif de protéger l’intégrité territoriale du pays. L’ambassadeur étasunien Philip Bonsal apporta son soutien à cette demande. Mais, refusant de suivre les conseils en provenance de sa représentation diplomatique présente dans la capitale cubaine, le Département d’Etat opposa une fin de non-recevoir, malgré ses obligations contractuelles1.

  • 2 The New York Times, « Cuba Seeks to Buy Ships », 26 juin 1959. Voir également : Diario de la Marina(...)
  • 3 Owen & Vallon, « Telegram From the Department of State to the Embassy in the United Kingdom », 14 s (...)

5Face à cette situation, La Havane se tourna alors vers l’Europe occidentale, notamment le Royaume-Uni, la Belgique, l’Italie et l’Autriche, afin d’acquérir les armements nécessaires à sa protection2. Lorsque Washington apprit que Cuba était sur le point de conclure un accord pour l’achat de 15 avions Hawker Hunters en remplacement des avions Sea Fury quelque peu obsolètes, il expédia un télégramme à l’ambassade des États-Unis à Londres, lui demandant d’user de tout son pouvoir de persuasion pour convaincre les Anglais de renoncer à ce contrat. « La possession des Hunters augmenterait de manière significative le potentiel militaire cubain », nota le Département d’État3.

6L’ambassade de Londres se fit rassurante quant au succès de sa mission : « Nous doutons fort que le Royaume-Uni effectue la vente si les États-Unis s’y opposent ». Washington fit également pression sur la Belgique, l’Italie et l’Autriche, entre autres, afin qu’elles repoussent les sollicitations cubaines sur ce sujet. L’ambassadeur Walworth Barbour, installé à Londres, insista néanmoins sur la nécessité pour Cuba de protéger son territoire national et avertit que La Havane ne renoncerait pas au projet de renforcer sa défense :

  • 4 Walworth Barbour, « Telegram From the Embassy in the United Kingdom to the Department of State », 1 (...)

Étant donné que la République dominicaine possède 40 avions de chasse et que Cuba n’en dispose que d’un seul, les Cubains sont déterminés à en acquérir et pourraient, comme ils ont menacé de le faire, se tourner vers la Tchécoslovaquie ou ailleurs au sein du bloc soviétique. La question est de savoir s’il ne vaut mieux pas les laisser obtenir ces Hawker Hunters4.

7 L’ambassadeur Barbour ignorait en réalité que le véritable objectif de Washington était de contraindre La Havane à se tourner vers l’Union soviétique. De cette manière, l’administration Eisenhower serait en mesure de rallier plus aisément les nations latino-américaines et européennes à sa politique hostile à l’égard de Cuba. Loin de redouter une alliance entre Moscou et La Havane, Washington l’appela secrètement de ses vœux, sachant que le gouvernement révolutionnaire ne renoncerait pas à son projet d’acquisition d’armes. A ce sujet, l’influent Times de Londres exprima son opinion et émit un jugement favorable à la vente d’armes :

Cuba craint une attaque de la proche dictature de la République dominicaine. Le généralissime Trujillo et les quelques autres dictateurs latino-américains aimeraient certainement balayer le régime de Castro. La République dominicaine est militairement la plus puissante des républiques des Caraïbes et d’Amérique centrale. Elle a récemment acheté des armes à la France et à l’Italie et il est difficile d’évaluer sa véritable puissance. Quoi qu’il en soit, les craintes cubaines sont compréhensibles.

Pour le Cubain moyen, il sera difficile de comprendre pourquoi la Grande-Bretagne refuserait de vendre au nouveau régime des avions en remplacement de ceux qui ne sont plus utiles à leur défense. […] Cuba est le meilleur client de l’Angleterre en Amérique latine après l’Argentine et le Venezuela. […]

  • 5 Diario de la Marina, « Razonable vender a Cuba aviones, dice el ‘London Times’ », 23 septembre 1959

Il est également juste de penser que si la Grande-Bretagne ne fournit pas ces avions, d’autres pays le feront5.

8Dans un autre éditorial, le Times pointa du doigt la politique hostile de l’administration Eisenhower à l’égard de l’île et souligna qu’en s’immisçant dans les affaires qui concernaient la souveraineté de Cuba, elle contrevenait ainsi aux principes élémentaires du droit international. Le journal mit également en garde Londres et invita le gouvernement à affirmer son indépendance vis-à-vis de son allié étasunien :

Les Cubains, tout comme d’autres Latino-américains, pensent que les États-Unis ne verseront pas de larmes si le régime de Fidel Castro venait à s’effondrer. Ils pensent que les intérêts privés nord-américains, dominants au sein de l’économie cubaine durant l’ère de Batista, ne sont pas réconciliés avec le changement. […]

Les objections de Washington à ce que la Grande-Bretagne fournisse des avions au nouveau régime cubain équivalent à une ingérence dans les affaires de Cuba.

  • 6 Diario de la Marina, « Decidirá el Gobierno inglés en canje con Cuba de viejos aviones de caza por (...)

Si la Grande-Bretagne cède aux protestations des États-Unis sur cette vente, les Latino-américains penseront que le gouvernement anglais s’est laissé entraîner dans la dispute cubano-américaine. […] La Grande-Bretagne risque l’accusation suivante : après avoir livré des armes à une dictature, elle hésite à en fournir au nouveau régime qui fait face à des voisins hostiles qui ont reçu des armes6.

  • 7 Diario de la Marina, « Creen que debe Albión venderle aviones a Cuba », 20 octobre 1959.

9L’écrivain britannique Graham Greene alla plus loin. Il rappela que Londres avait le devoir moral et politique d’accéder à la requête cubaine : « On dit que l’on doit faire justice et faire en sorte qu’elle soit visible. Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura peu de justice visible si le Gouvernement britannique refuse à Castro l’échange d’avions de chasse en temps de paix (même s’il s’agit d’une paix inquiète), alors qu’il les a vendus à Batista en pleine guerre civile7 ».

  • 8 The New York Times, « U.S. Bids Britain Denies Jets to Cuba », 17 octobre 1959.
  • 9 Diario de la Marina, « Opuestos los EE.UU. a que la Gran Bretaña venda aviones a Cuba », 17 octobre (...)

10 A La Havane, les manœuvres orchestrées par les États-Unis pour empêcher la vente d’armes, ayant été relayées par la presse, étaient bien connues des autorités. Ainsi, le New York Times souligna que « Les États-Unis [avaient] informé la Grande-Bretagne aujourd’hui qu’ils étaient opposés à toute vente d’avions de chasse à Cuba8 ». Pour sa part, le Diario de la Marina annonça la nouvelle en première page : « Les États-Unis s’opposent à ce que la Grande-Bretagne vende des armes à Cuba9 ».

  • 10 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 23 octobre 1959 (...)
  • 11 The New York Times, « Cuba Comments On Jets », 18 octobre 1959. Voir également : Diario de la Marin (...)
  • 12 Diario de la Marina, « Censura el Embajador Dihigo la oposición a la compra de aviones », 18 octobr (...)

11L’ambassadeur Bonsal fit part de cette réalité à sa hiérarchie : « La situation s’est détériorée la semaine dernière en raison de la publicité faite au sujet de la tentative des États-Unis d’empêcher les Britanniques de vendre des avions10 ». Ernesto Dihigo, ambassadeur de Cuba à Washington, prévint que son pays se tournerait vers d’autres sources en cas de refus de la part de Londres11. « Faire obstacle à une aspiration aussi légitime serait aller à l’encontre des intérêts essentiels de Cuba », souligna-t-il12.

12Dans une note officielle destinée à Washington, La Havane avertit qu’il ne renoncerait en aucune façon à assurer la défense de son territoire et dénonça la politique inamicale de l’administration Eisenhower :

  • 13 The New York Times, « Text Of Cuban Note Rejecting Protest and Calling For a Change In U.S. Policy  (...)

Le Gouvernement révolutionnaire achètera les avions, les armes et les munitions nécessaires pour la protection du pays et sa défense à quiconque voudra bien les fournir […]. Le Gouvernement des États-Unis a le droit de refuser une licence pour exporter des armes et autres équipements militaires à qui il veut. En revanche, il ne peut pas exercer son influence auprès d’autres gouvernements, utilisant le prétexte que son action a pour but de préserver la paix dans la zone de la Caraïbe13.

13Dans une allocution publique du 19 octobre 1959, Fidel Castro évoqua également la question et condamna le caractère discriminatoire de la politique des États-Unis. Il compara le sort réservé à Cuba, qui venait de se libérer d’une dictature militaire et qui disposait du gouvernement le plus populaire de l’histoire du pays, et celui de la République dominicaine, qui vivait sous la botte d’une autocratie militaire depuis plusieurs décennies. Alors que Washington se montrait implacable avec le gouvernement révolutionnaire de La Havane, il traitait avec maints égards le régime de Santo Domingo. Le Premier ministre cubain fustigea ce double discours :

  • 14 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

Avec Trujillo, il n’y a pas de problèmes. Trujillo est un type « magnifique ». On n’enlève pas le quota sucrier à Trujillo, au contraire. On ne le menace pas économiquement. On ne met pas d’obstacles à Trujillo dans ses achats d’armes. Avec Trujillo, il n’y a pas de problème. Trujillo est « bon ». Les milliers de personnes qu’il a assassinées là-bas, cela n’a pas d’importance. Les dépravations commises n’ont pas d’importance et les 30 années de règne non plus. En revanche, nous, c’est le contraire. Notre gouvernement est « mauvais14 ».

  • 15 The New York Times, « Relations With Cuba », 29 octobre 1959.

14La presse étasunienne exprima également sa circonspection et fit part du sentiment général présent dans l’île : « Il sera difficile pour les Cubains de comprendre pourquoi les États-Unis se mettent en quatre pour persuader les Britanniques de ne pas vendre des avions de chasse à Cuba maintenant, alors que Washington n’a fait aucun effort pour dissuader les Britanniques de vendre de tels avions à Batista dans la dernière étape du combat révolutionnaire15 ». La raison était relativement simple : Batista, malgré ses crimes, était un allié des États-Unis dont il défendait les intérêts, alors que Fidel Castro était considéré comme un adversaire car il exprimait la volonté d’une plus grande indépendance vis-à-vis du puissant voisin. La question de la démocratie et des droits de l’homme n’avait qu’une importante toute relative pour Washington, dès lors que ses intérêts étaient saufs.

  • 16 The New York Times, « Deal Not Set, British Say », 17 octobre 1959.
  • 17 Selwyn Lloyd, « Letter From the Foreign Secretary Lloyd to Secretary of State Herter », 30 octobre (...)

15Londres se trouvait dans une posture délicate. Les États-Unis étaient un allié stratégique, mais il n’y avait aucune raison objective à refuser la requête cubaine. Le New York Times souligna en effet que la Grande-Bretagne cherchait « à préserver de bonnes relations avec Cuba » et que les avions avaient une portée « défensive16 ». Selwyn Lloyd, Ministre britannique des Affaires étrangères, transmit un courrier à Christian Herter, secrétaire d’État des États-Unis, au sujet de la demande cubaine pour lui faire part du point de vue de son pays : « Le gouvernement cubain exerce une forte pression sur nous pour que nous permettions qu’il échange ses avions Sea Fury pour un nombre équivalent de Hunters ». Il ajouta la précision suivante : « Castro nous a indiqué qu’il irait chercher des avions derrière le Rideau de Fer s’il ne peut pas les obtenir chez nous », ajouta-t-il. Puis il avertit Washington : « Il est vrai que certaines personnes pensent qu’il est peu probable qu’il le fasse. C’était également ce que nous pensions à propos de Nasser en 1955 et regardez donc où cela nous a menés ». Il souligna que la position du Royaume-Uni n’était pas tenable vis-à-vis de Cuba : « Ayant fourni Batista, il serait très difficile pour nous de refuser des remplacements à Castro17 ». Le Ministre Lloyd ignorait également que Washington cherchait à pousser les Cubains vers l’Est.

  • 18 Ibid.

16Méconnaissant les véritables intentions de l’administration Eisenhower, Londres tenta de défendre son point de vue et de convaincre son allié. Le Royaume-Uni rappela que « la République dominicaine a[vait] une force aérienne importante ». Par ailleurs, les autorités cubaines étaient différentes du régime antérieur et il fallait prendre en compte cette réalité : « Ce serait malheureux de traiter plus durement un gouvernement de gauche qui lutte, bien que maladroitement, pour mener un programme idéaliste, après avoir fait des affaires avec Batista. Cela pourrait avoir un effet très important sur d’autres pays latino-américains ». En outre, Londres rappela que le prestige et l’image du pays étaient en jeu : « Nous sommes mis dans une position où si nous refusons d’autoriser cet échange, nous serons considérés comme ayant cédé à la pression des États-Unis ». Le ministre Lloyd fit part de sa préoccupation de voir Washington fournir autant d’efforts et dépenser une telle énergie pour empêcher Cuba d’acquérir des armes : « Il est inquiétant de voir […] qu’un sujet insignifiant tel que celui-ci peut causer davantage de problèmes entre nous que des sujets politiques bien plus importants, sur lesquels nous sommes en harmonie18 ». En réalité, Washington percevait clairement le danger que pouvait représenter une révolution radicale pour ses propres intérêts et était résolu à y faire obstacle par tous les moyens à sa disposition.

  • 19 Christian A. Herter, « Letter From Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 4 novemb (...)

17Le secrétaire d’État Herter reconnut dans sa réponse au ministre Lloyd que Cuba « poursuivrait ses efforts pour acheter des armes et serait sans doute capable de les acheter ailleurs ». Il se fit plus précis à ce sujet : « les Soviétiques seraient sans doute tentés de vendre des avions à Cuba en des termes favorables, soit directement, soit à travers l’un de leurs satellites, afin de créer des problèmes dans l’hémisphère ». Washington ne s’en émut pas : « Nous sommes néanmoins prêts à prendre ce risque ». En réalité il s’agissait là de l’objectif recherché. Herter avança un autre argument, en contradiction avec tous les rapports reçus de la part de l’ambassadeur Bonsal en poste à La Havane, pour convaincre son homologue britannique, mais qui eut le mérite de définir sans ambages la position de Washington : « Nous ne pensons pas que le peuple cubain tolèrera Castro indéfiniment. L’opposition est en train de croitre dans le pays et sa chute est probablement seulement une question de temps19 ».

18Dans sa réponse du 12 novembre 1959, le ministre Lloyd fit preuve de circonspection à ce sujet. Pour Londres, une éventuelle chute de Fidel Castro était peu évidente à prévoir. L’armée classique avait été annihilée à Cuba et remplacée par l’armée rebelle : « Contrairement à l’Argentine sous Perón, où la cohérence et l’esprit des forces armées n’ont jamais été détruits, il est peu probable que l’armée cubaine agisse en tant que dernier recours pour les intérêts de la nation ». En d’autres termes, un coup d’État militaire était inenvisageable à Cuba. « Par ailleurs, Cuba n’est pas un pays pauvre et il apparaît désormais qu’il devient rapidement moins dépendant des importations, tout particulièrement en ce qui concerne les denrées alimentaires », ajouta le ministre britannique. Selon lui, les pressions économiques risquaient de ne pas fonctionner avec La Havane. Lloyd avertit son homologue du danger encouru :

Je dois avouer que je suis très mal à l’aise à la perspective de ne rien faire et d’attendre simplement que Castro tombe. Nous avons essayé cela auparavant avec Nasser avec un manque de succès notable. Pendant ce temps, si nous, au sein du monde occidental, continuons à donner l’impression que nous sommes implacablement opposés à l’actuel régime à Cuba et que nous ne ferons rien pour aider les Cubains tant que Castro sera là, nous courrons le risque de les conduire de plus en plus dans les bras des communistes tant d’un point de vue politique qu’économique. […]

Nous devons nous demander, aussi amer que cela puisse être, si cela ne servirait pas mieux nos intérêts sur le long terme d’adopter une attitude plus ouverte à l’égard du gouvernement de Castro. […]

  • 20 Selwyn Lloyd, « Letter From the Foreign Secretary Lloyd to Secretary of State Herter », 12 novembre (...)

Je pense qu’il y a un véritable risque que, si nous bloquons la livraison, Castro obtienne ses avions derrière le rideau de fer où, comme vous le savez, il est déjà en train de faire des démarches. Cela, en soi, ne serait pas la fin du monde. Ce que je crains le plus est que les Cubains soient convaincus qu’il n’y a pas d’espoir pour eux dans l’Ouest. En revanche, si nous acceptons l’échange, nous encouragerons les Cubains à regarder plutôt vers l’Ouest que vers l’Est pour obtenir de l’aide et de l’assistance20.

  • 21 Christian A. Herter, « Letter From Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 17 novem (...)

19 Dans sa missive du 17 novembre 1959, le secrétaire d’Etat Herter resta sur sa position sans répondre aux arguments de Lloyd, car il ne pouvait pas révéler le véritable objectif recherché, même si ce dernier transparaissant en filigrane. Tout d’abord, il présenta un autre motif : « Il est évident que les éléments extrémistes du Mouvement 26 Juillet de Castro sont en train de miner toutes les institutions démocratiques encore existantes à Cuba et sont en train de les remplacer par un parti gauchiste dictatorial radical et violent ». Ensuite, Herter reconnut cependant qu’il ne pouvait « pas prétendre savoir quand Castro et son gouvernement seront renversés ». Enfin, dans un élan de franchise, Washington souligna tous les avantages qu’il pourrait tirer d’une éventuelle acquisition d’armes par Cuba sur le marché soviétique : « Si cette transaction devait se réaliser, elle montrerait à toute l’Amérique latine la proximité de l’intervention communiste et servirait à aliéner le soutien qu’il [Castro] a obtenu parmi certains éléments non communistes de l’hémisphère ». Pour l’administration Eisenhower, un tel accord permettrait d’isoler Cuba au sein du continent et justifier l’application d’une politique encore plus hostile21.

  • 22 Lawrence Fellows, « British Bar Sale of Jets to Cuba », The New York Times, 3 décembre 1959.
  • 23 Clarence Douglas Dillon, « Memorandum of a Telephone Conversation between the Under Secretary of St (...)

20 Finalement, le 27 novembre 1959, à contrecœur, Londres céda aux pressions et informa Washington qu’il ne livrerait pas d’avions à La Havane. « Il est de notoriété publique à Londres que le Foreign Office était favorable à la vente d’armes à Cuba », rappela le New York Times22. Harold Caccia, ambassadeur britannique aux États-Unis, fit part de la décision au Département d’État, insistant sur l’importance que cette politique soit suivie par les autres pays européens. Clarence Douglas Dillon, sous-secrétaire d’État, s’en porta garant : le seul fournisseur qu’il restait à Cuba se trouvait à « l’Est23 ».

21 Le journal Le Monde relata l’affaire et souligna les incohérences de Londres qui avait fourni des armes à un dictateur dont les jours étaient comptés, et qui refusait un contrat à un gouvernement solidement installé et qui bénéficiant d’un vaste soutien populaire :

  • 24 Le Monde, « Le gouvernement demande à la Grande-Bretagne de lui livrer des avions à réaction », 18 (...)

Rappelons que le gouvernement de Londres n’avait pas montré les mêmes scrupules lorsqu’il s’agissait de livraisons d'armes au régime Batista. Quelque temps avant la chute du dictateur cubain, le 1er janvier dernier, une importante cargaison, comprenant des armes lourdes et des blindés, arrivait encore à La Havane. M. Macmillan avait été fortement critiqué24.

  • 25 The New York Times, « U.S Blamed By Cuba For Denial of Jets », 4 décembre 1959.
  • 26 Diario de la Marina, « Acusa Cuba a E.U. de impedir venta de aviones de combate », 4 décembre 1959.
  • 27 Diario de la Marina, « Alegando que hay tensión en el Caribe, Albión no vende aviones de combate a (...)

22 Pour sa part, l’ambassade cubaine à Londres exprima son mécontentement, lequel était motivé « en particulier par le fait que ce refus [était] dû à l’intervention du Département d’État des États-Unis d’Amérique25 ». Le Ministère cubain des Affaires étrangères dénonça l’ingérence de Washington et pointa du doigt la partialité de l’administration Eisenhower qui « n’avait émis aucune objection en 1958 lorsque ces avions ont été vendus au régime de Batista ». La Havane rappela également qu’elle avait été « attaquée et mitraillée par des avions qui avaient décollé à partir de bases étasuniennes » et lança un l’avertissement : « Cuba achètera désormais les avions là où cela sera possible26 ». De son côté, l’administration Eisenhower se félicita publiquement de ce succès : « La décision britannique est en accord avec notre politique27 ». En privant Cuba d’armements pour sa défense, Washington obligeait ainsi l’île à s’adresser à l’Union soviétique, ce qui lui permettait de justifier sa politique hostile à l’égard du gouvernement de La Havane.

  • 28 John C. Hill, « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs’Special (...)
  • 29 James Reston, « Capital Considers a Tougher Policy On Castro Regime », The New York Times, 18 févri (...)

23En février 1960, le Département d’État informa le Comité des Affaires étrangères du Sénat que les États-Unis entreprendraient une action interaméricaine sous l’égide de la Résolution de Caracas contre le communisme adoptée en 1954 par l’OEA à la demande de Washington au cas où Cuba acquerrait des armes auprès de l’Union soviétique. Pourtant, le dernier rapport des services de renseignements étasuniens publié en décembre 1959 « n’avait trouvé aucune preuve que le régime de Castro était sous contrôle du communisme international28 ». Malgré tout, Washington envisageait « une politique plus dure contre le régime de Castro », comme le souligna le New York Times29.

  • 30 Christian A. Herter, « Letter From the Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 21 f (...)

24Ainsi, lorsque le 21 février 1960, le Royaume-Uni sollicita Washington pour livrer six hélicoptères non armés à la marine cubaine, le secrétaire d’État Herter opposa un refus et en expliqua les raisons : « Il pourrait y avoir prochainement une reprise de la guerre de guérilla dans ce pays qui inclurait, comme cela est habituel dans la Caraïbe, de la contrebande d’armes et d’équipements à destination des forces de guérilla anti-Castro. Dans ce cas, il serait embarrassant d’avoir des hélicoptères fournis par nos soins utilisés par Castro pour traquer et neutraliser ces efforts révolutionnaires ». En d’autres termes, les États-Unis ne souhaitaient pas que Cuba puisse disposer des ressources lui permettant de se défendre des attaques orchestrées par les groupuscules installés sur le territoire et soutenus par Washington. Herter avança un autre argument : le Premier ministre soviétique Anastas Mikoyan avait fait part de la disposition de l’URSS à fournir les équipements militaires nécessaires à Cuba, ce qui entraînerait « une réaction adverse aux États-Unis » si l’aide venait à se matérialiser. En effet, selon Washington, «si l’Union soviétique venait à vendre des avions et des armes » à Cuba, « une action plus forte de la part de la communauté interaméricaine serait probablement nécessaire ». En d’autres termes, l’objectif des États-Unis était d’obliger Cuba à recourir à l’URSS pour acquérir les armes nécessaires à sa défense nationale afin de disposer ensuite de toute la latitude nécessaire pour agir contre le gouvernement de Fidel Castro30.

  • 31 Ruby Hart Phillips, « Havana Refinery Raided By Plane », The New York Times, 22 février 1960.
  • 32 Lester D. Mallory & Robert A. Stevenson, « Memorandum From the Deputy Assistant Secretary of State (...)

25Cuba avait un besoin urgent de défendre sa souveraineté territoriale face aux attaques quotidiennes en provenance des Etats-Unis31. Le 24 février 1960, Lester D. Mallory, sous-secrétaire d’Etat assistant pour les Affaires interaméricaines, publia un mémorandum intitulé « Vols illégaux continus sur le territoire cubain à partir de bases américaines ». Le haut fonctionnaire fit un rapport détaillé des attaques terroristes orchestrées depuis les États-Unis depuis 1959. Il évoqua « l’incident récent au cours duquel un petit avion parti de la Floride a été détruit avec ses deux occupants à bord alors qu’il tentait apparemment de bombarder une fabrique sucrière cubaine ». Il était difficile dans ces conditions de prétendre vouloir maintenir de bonnes relations avec La Havane et la conséquence des attaques était d’« attiser le sentiment anti-américain chez le peuple cubain ». La réalité des incursions quotidiennes ne faisait aucun doute : « le Département d’État a reçu de nombreux rapports de vols de harcèlement au-dessus de Cuba, dont la plupart avaient pour objectif de lancer des bombes incendiaires sur les champs de canne ». Mallory rapporta le dernier raid aérien en date : « Le 21 février, un avion a survolé La Havane et quand il a été la cible de tirs de la part de la défense anti-aérienne, il a lâché deux ou trois bombes dans la mer, non loin d’une des résidences de Fidel Castro ». Pour Mallory, la position des États-Unis était très fragile : « Nos efforts pour empêcher le gouvernement de Castro d’obtenir des armes ou des avions peu importe la source, et y compris le bloc soviétique [sont suspects], car ces raids renforcent la thèse de Castro selon laquelle il a besoin d’armes pour se défendre32 ».

26Avant de se tourner vers l’Union soviétique, La Havane fit un ultime effort pour acquérir des armes auprès de la Belgique.

2. L’explosion du bateau La Coubre

  • 33 Claude Julien, « Le cargo français ‘La Coubre’ explose dans le port de La Havane », Le Monde, 7 mar (...)

27Malgré les pressions exercées par les États-Unis auprès des pays de l’Europe occidentale, Cuba réussit à convaincre la Belgique de lui livrer une cargaison d’armes. Le gouvernement français avait également été sollicité par les autorités cubaines. Mais, selon Le Monde, ce dernier « avait pour sa part opposé une fin de non-recevoir au gouvernement cubain en vertu d’une décision interministérielle d’après laquelle aucune arme ne serait envoyée dans la région des Caraïbes ». Pourtant, toujours selon le quotidien français, « peu avant cette décision, toutefois, des tanks et des avions à réaction ont été vendus par la France à la République Dominicaine33 ». Entre Castro et Trujillo, Paris avait manifestement ses préférences.

  • 34 Ruby Hart Phillips, « 75 Die In Havana As Munitions Ship Explodes At Dock », The New York Times, 5 (...)

28Le 4 mars 1960, le bateau français La Coubre entra dans le port de La Havane avec son chargement de 31 tonnes de grenades et de 44 tonnes de munitions en provenance de Belgique destiné à l’armée cubaine. A 15 heures, une première explosion, ayant « les caractéristiques d’un attentat » selon le Diario de la Marina, survint au sein de l’embarcation en pleine opération de déchargement. Alors que la police et les soldats de l’Armée rebelle venaient au secours des blessés, une seconde explosion eut lieu, occasionnant un lourd bilan de près de 100 morts, dont six marins français, 34 disparus et plus de 400 blessés et mutilés34.

  • 35 The New York Times, « Dorticos Sees ‘Cowardly Act’ », 5 mars 1960.
  • 36 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

29Le Président Osvaldo Dorticós condamna « l’acte barbare et lâche contre le peuple de Cuba35 ». Pour La Havane, il n’y avait aucun doute : il s’agissait d’un attentat terroriste et non d’un accident. Pour s’assurer du fait, le gouvernement décida de réaliser une opération consistant à lancer depuis un avion plusieurs caisses de 50 grenades chacune et voir si elles exploseraient au contact du sol. L’expérience s’avéra négative. Toutes les précautions avaient été prises en amont. Les ouvriers avaient été fouillés avant de débuter le déchargement et n’avaient su qu’au dernier moment quel bateau leur était destiné. Sur les 1 000 dockers présents, seul un groupe de 18 personnes était affecté au déchargement de La Coubre et n’apprit la nouvelle qu’une demi-heure avant le début de la tâche. Selon Cuba, il ne pouvait donc s’agir que d’un sabotage orchestré depuis la Belgique avec au moins deux mécanismes de détonation placés entre les caisses de munitions qui s’étaient déclenchés lors du déchargement36.

  • 37 Ibid.. Voir également : Ruby Hart Phillips, « Castro Links U.S. To Ship ‘Sabotage’; Denial Is Swift (...)

30Dans un discours prononcé à l’occasion de l’oraison funèbre des victimes de l’attentat au cimetière de La Havane, Fidel Castro condamna fermement l’acte et pointa du doigt les États-Unis : « Nous avons des raisons de supposer, ou de penser, que ceux qui ont promu ce sabotage ne pouvaient être que ceux qui souhaitaient nous priver d’armes. […] Parmi les grands intérêts opposés à ce que nous recevions ces armes se trouvaient des fonctionnaires du gouvernement nord-américain ». Le Premier ministre dénonça l’attitude de Washington qui avait fait pression sur la Belgique : « Un consul nord-américain et un attaché militaire de l’ambassade nord-américaine en Belgique ont essayé de dissuader l’entreprise et le Ministère des Affaires étrangères de nous vendre des armes ». Au vu de ces éléments, « nous avons le droit de penser que ceux qui n’avaient pas réussi à atteindre leurs objectifs d’une certaine manière pouvaient essayer de les atteindre d’une autre manière », insista le leader révolutionnaire37.

31Fidel Castro fit part de sa conviction : « Pourquoi veulent-ils nous priver d’armes ? Pour nous faire plier, pour nous soumettre, pour que nous ne puissions pas résister aux pressions et aux agressions ». Il mentionna les incursions aériennes systématiques : « Des avions ennemis de notre peuple, pilotés par des mercenaires criminels, décollent des États-Unis, et le gouvernement de ce pays, si préoccupé par le fait que nous ne puissions pas acquérir d’armes, n’a pas été capable d’empêcher ces vols ». Il mit en garde Washington, rappelant que son peuple ne renoncerait pas à son projet révolutionnaire, lançant par la même occasion l’expression qui deviendrait la devise nationale :

  • 38 Ibid.

Nous saurons résister à toute agression […] et nous n’aurions pas d’autre alternative que celle avec laquelle nous avions initié la lutte révolutionnaire : celle de la liberté ou la mort. Aujourd’hui, liberté veut dire patrie. Et notre alternative serait la patrie ou la mort […]. Cuba n’aura pas peur. Cuba ne reculera pas. La Révolution ne s’arrêtera pas38.

  • 39 Le Monde, « La crise américano-cubaine », 10 mars 1960.

32Les pressions exercées par les États-Unis pour empêcher Cuba d’acquérir des armes pour sa défense étaient de notoriété publique. Le Monde souligna que « le gouvernement cubain n'ignor[ait] pas que les États-Unis avaient exercé des pressions sur leurs alliés atlantiques pour les convaincre de ne pas vendre d'armes à l’armée cubaine. Depuis plusieurs mois la Belgique a[vait] décidé de ne pas tenir compte des ‘conseils’ qui lui étaient ainsi donnés ». Elle en paya le prix fort. Le quotidien souligna également les « attentats fréquents contre le[s] récoltes de cannes et le[s] installations sucrières » et fit part des doutes exprimés par Fidel Castro au sujet de la complicité de Washington dans les attaques terroristes orchestrées contre l’île : « Les États-Unis […] se flattent de pouvoir intercepter les fusées intercontinentales qui pourraient être dirigées contre leur territoire, mais ils ne parviennent pas à empêcher l’envol de petits avions qui, partis de Floride, viennent incendier les champs de cannes à sucre39 ».

  • 40 William A. Wieland, « Memorandum of a Conversation », 7 mars 1960, Department of State, Secretary’s (...)
  • 41 Daniel Braddock, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 8 mars 1960, Dep (...)
  • 42 Diario de la Marina, « Rechaza el Gobierno cubano las declaraciones formuladas por el Canciller Her (...)

33De son côté, l’administration Eisenhower dénonça « les déclarations irresponsables et infondées attaquant les États-Unis ». Le secrétaire d’Etat Herter exprima « l’état de choc dans lequel se trouvaient le gouvernement et le peuple des États-Unis suite aux déclarations du Premier ministre réitérant sa conviction que les États-Unis étaient responsables de l’explosion » et rejeta fermement l’accusation40. L’ambassade des États-Unis fit part de son indignation au ministre Raúl Roa, s’offusquant d’être accusée d’un « acte aussi repoussant que l’explosion du bateau français41 ». Mais La Havane ne fut pas convaincue par ces protestations officielles42.

34Le Monde remit en perspective les réactions des autorités étasuniennes et souligna leur déconnexion avec la réalité du continent :

  • 43 Le Monde, « La crise américano-cubaine », 10 mars 1960, op. cit.

Ce que les Américains paraissent surtout ignorer c’est le profond ressentiment des Latino-Américains contre le « pillage », comme ils disent, auquel sont soumises leurs matières premières par des compagnies venues des États-Unis. Cuba est le premier pays qui tente avec quelque succès de rompre radicalement ces liens d’exploitation. Cela lui vaut un énorme prestige dans l’opinion publique sud-américaine en même temps que les attaques de la presse des États-Unis, beaucoup plus violentes que n’importe quel discours de Fidel Castro43.

  • 44 Wayne S. Smith, « Les Cubains sont prêts à normaliser les relations avec les Etats-Unis mais nous a (...)

35Un demi-siècle plus tard, Wayne S. Smith, alors jeune diplomate en poste à l’ambassade de La Havane en charge du service politique en 1960, revint sur cet attentat et exprima son point de vue : « En mars 1960, lors de l’explosion du bateau français La Coubre, chargé d’armes belges, dans le port de La Havane, Castro nous avait accusés affirmant que c’était l’œuvre de la CIA. C’était probablement le cas. A vrai dire, je n’en sais rien. Tout le monde pense que c’était notre œuvre. Nous pourrions le nier mille fois que cela ne changerait rien, car personne ne nous croirait44 ».

  • 45 Diario de la Marina, « Cancelan en E.U. permiso para exportar helicópteros a Cuba », 18 mars 1960.
  • 46 Ruby Hart Phillips, « American Fliers Downed By Cuba », The New York Times, 22 mars 1960 ; The New (...)

36Quelques jours plus tard, Cuba fit une ultime tentative auprès de États-Unis et demanda que soit respecté le contrat qui prévoyait la livraison de quatre hélicoptères. Washington, arguant de tensions dans la région, opposa un nouveau refus45. Fidel Castro en prit acte et déclara que son pays saurait trouver une alternative. Le New York Times s’en fit le relai : « Le Premier ministre Castro a déclaré cet après-midi que Cuba achèterait des hélicoptères à l’Union soviétique puisque les États-Unis refusaient d’en vendre à Cuba46 ».

  • 47 The New York Times, « Fires Rage in Cane Fields », 24 mars 1960 ; The New York Times, « Fire Destro (...)

37Les incursions aériennes ainsi que les actes de sabotage contre l’industrie sucrière étaient récurrents à Cuba47. Le New York Times insista sur ce point, qui constituait principal motif d’inquiétude pour La Havane et soulignait la nécessité urgente d’acquérir des armes pour la défense du territoire :

Une fois de plus, un avion américain, piloté par un Américain, a été abattu à Cuba. […] Les raids sont beaucoup plus fréquents que ne pensent les Américains. Selon les Cubains, il ne se passe pas un jour sans que des avions en provenance de Floride lancent des bombes incendiaires sur les champs de cannes, larguent des armes, transportent des personnes recherchées ou larguent même des bombes. Le mois dernier, un avion américain, piloté par un Américain, a explosé alors qu’il s’apprêtait à larguer une bombe sur une usine sucrière. Sans cet accident, un certain nombre de travailleurs cubains auraient été tués.

Les Américains seront sûrement surpris d’apprendre que la question des raids aériens depuis le territoire américain est la première source du conflit actuel entre Cuba et les États-Unis pour ce qui concerne les Cubains. Nous entendons parler du quota sucrier, mais il s’agit d’une menace qui inquiète les Cubains pour le futur. Le danger actuel vient des avions en provenance des États-Unis. Il est difficile d’exagérer le ressentiment que cela cause chez le peuple cubain.

Quels que soient nos griefs à l’encontre du régime de Castro, peu importe que nous soyons fâchés, irrités ou alarmés, il est raisonnable de penser que nous ne voulons pas voir ces avions mener des missions illégales à Cuba à partir des États-Unis. Les Cubains sont prêts à accepter que ces vols ne puissent pas être complètement stoppés, mais ils demandent, à raison, pourquoi nous ne faisons pas davantage d’efforts pour essayer de les stopper. […] Pourquoi n’y a-t-il pas de patrouille aérienne entre la Floride et Cuba ? Pourquoi n’assigne-t-on pas davantage de personnel à la surveillance des pistes aériennes et des hangars de Floride ? Pourquoi les exilés cubains actifs et dangereux connus ne sont-ils pas soumis à un contrôle plus strict ?

  • 48 The New York Times, « Planes That Raid Cuba », 24 mars 1960.

Ces mesures, et d’autres, sont évidentes et raisonnables. Les relations cubano-américaines sont assez mauvaises pour qu’elles ne soient pas exacerbées inutilement par des aventuriers ou pire qui utilisent les États-Unis comme leur base d’action48.

  • 49 Marion W. Boggs, Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 429th Meeting of the National S (...)
  • 50 Marion W. Boggs, Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 432d Meeting of the National Se (...)

38Le New York Times ignorait en réalité que ces vols avaient l’aval des plus hautes autorités gouvernementales étasuniennes. En effet, le 16 décembre 1959, le Conseil de sécurité nationale s’était réuni pour décider de l’attitude à adopter vis-à-vis des groupuscules violents installés en Floride qui réalisaient régulièrement des incursions armées à Cuba. William P. Rogers, Ministre de la Justice, avait demandé des instructions. Selon lui, ses services pouvaient être « sévères ou indulgents vis-à-vis des éléments anti-Castro qui opéraient en Floride ». Il avait simplement besoin d’avoir une orientation politique à ce sujet afin d’informer les agents du FBI de la zone de Miami, « qui ne savaient pas si notre politique consistait à permettre aux activités anti-Castro de se poursuivre ou s’il fallait y mettre un terme ». Allen Dulles, directeur de la CIA, avait ordonné de « laisser les éléments de Batista faire ce qu’ils voulaient49 ». Le 14 janvier 1960, le Président Eisenhower lui-même avait approuvé cette politique en soulignant que « les agents anti-Castro qui devaient être laissés tranquilles étaient signalés » aux autorités50.

  • 51 Tad Szulc, « Cuba : Revolutionary Fervor Mounts », The New York Times, 27 mars 1960.

39Pour la presse étasunienne, la méfiance des autorités cubaines à l’égard de Washington était compréhensible : « Ce régime voit les États-Unis accueillir et encourager les exilés anti-Castro dans leurs plans supposés d’orchestrer une invasion – une croyance qu’un grand nombre de Cubains acceptent comme étant plausible au regard des incursions aériennes fréquentes et de la volonté des États-Unis d’accorder l’asile à un grand nombre d’anciens et de nouveaux ennemis du gouvernement cubain ». Le New York Times rappela néanmoins un élément fondamental : « La vaste majorité des Cubains continuent à soutenir Fidel Castro, l’homme, et les principes basiques de sa révolution sociale ne font pas de doute ». Il ajouta que « la réforme agraire avait été presque universellement acceptée » et que les Cubains « étaient favorables aux programmes d’industrialisation, d’éducation et de services sociaux51 ».

  • 52 Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 432d Meeting of the National Security Council », (...)

40Il y avait une raison à l’hostilité constante des États-Unis à l’égard de Cuba. Le Département d’État en fit part dans un mémorandum : « Le problème cubain est le plus difficile et le plus dangereux de toute l’histoire de nos relations avec l’Amérique latine, possiblement de toutes nos relations étrangères ». Washington insista sur « l’importance stratégique de l’île » et sur « les intérêts économiques et commerciaux » engagés. L’objectif des États-Unis était « d’ajuster toutes nos actions afin d’accélérer le développement d’une opposition à Cuba qui déboucherait sur un changement au sein du gouvernement cubain, et sur un nouveau gouvernement favorable aux intérêts américains ». Le gouvernement de Fidel Castro avait, au contraire, décidé de privilégier les intérêts cubains et de reprendre le contrôle des ressources stratégiques du pays. Le Département d’État récapitula les différentes étapes de son approche. Dès le mois de juin 1959, après l’adoption de la réforme agraire, Washington était arrivé la conclusion suivante : « Il n’était pas possible d’atteindre nos objectifs avec Castro au pouvoir ». En juillet et août 1959, les États-Unis « ont mis en place un programme pour remplacer Castro ». En novembre 1959, le Président Eisenhower avait approuvé le programme proposé par la CIA et le Département d’État destiné à « soutenir des éléments à Cuba opposés au gouvernement de Castro tout en faisant croire que la chute de Castro ait l’air d’être le résultat de ses propres erreurs52 ».

  • 53 Ibid.

41Lors d’une réunion tenue en janvier 1960, le Président Eisenhower jugea pour sa part qu’il « pourrait être nécessaire d’imposer un blocus à Cuba » dans un futur proche. Dans cette perspective, il estima qu’il « fallait faire tout ce qui était possible à travers l’Organisation des Etats américains pour éduquer les pays d’Amérique latine sur la situation à Cuba ». Le terme « éduquer » était révélateur de la relation verticale que Washington imposait au reste du continent. Robert B. Anderson, secrétaire au Trésor, évoqua la situation économique de Cuba qui devenait de plus en plus difficile. Selon lui, il fallait étouffer financièrement l’île. Ainsi, « aucun prêt » n’était envisagé par « aucune banque » pour La Havane. « Nous devons nous opposer discrètement à toute demande de prêt qui pourrait être faite par Cuba », insista-t-il. Anderson évoqua également la possibilité « d’éliminer tous les envois de pétrole » à Cuba, tout en reconnaissant « qu’une telle action entrainerait probablement une saisie des raffineries » de l’île. Eisenhower approuva ces propositions et ajouta le propos suivant : « Nous pourrions prendre toutes les mesures nécessaires si nous faisions en sorte d’avoir l’Amérique latine à nos côtés ». Il fallait donc « construire une opinion contre Castro ». Allen Dulles, directeur de la CIA, clôtura la réunion en exprimant le vœu de Washington de voir La Havane se rapprocher de Moscou : « De notre point de vue, il serait souhaitable que l’URSS montre ses mains à Cuba. Si une activité soviétique devient évidente à Cuba, nous aurons ainsi une arme contre Castro53 ». Tel était l’objectif recherché.

Conclusion

42 A son arrivée au pouvoir, le gouvernement révolutionnaire de Fidel Castro fixa comme priorité nationale le projet de transformation sociale radical destiné à améliorer le sort de la population et à retrouver une souveraineté digne d’une nation pleinement indépendante, tout en cherchant à préserver des relations cordiales avec les États-Unis. A l’heure d’acquérir des armes pour sa défense nationale, La Havane se tourna logiquement vers Washington, partenaire naturel pour des raisons historiques et géographiques, exprimant ainsi sa bonne volonté. Pour sa part, l’administration Eisenhower, résolument opposée à la politique redistributive des autorités cubaines et à leur aspiration à une émancipation plus affirmée, rejeta la demande formulée par le nouveau pouvoir.

43 En raison du danger représenté par Cuba pour leurs intérêts à travers le monde, les États-Unis ne se contentèrent pas d’opposer une fin de non-recevoir à La Havane. Ils firent également pression sur tous les pays d’Europe occidentale afin de priver Cuba de toute possibilité d’achat au sein du monde dit « libre ». Loin de redouter un rapprochement avec l’Union soviétique, Washington s’évertua à le faciliter afin de rendre plus acceptable auprès de la communauté internationale, et notamment de l’Amérique latine, sa politique hostile adoptée à l’égard du gouvernement révolutionnaire suite à la promulgation de la réforme agraire en mai 1959. En effet, cette mesure, outre le fait qu’elle se soit basée sur un respect strict du droit international, était unanimement acceptée par la population cubaine et avait également la sympathie des pays du continent et du Tiers-monde confrontés à des problèmes similaires. Pour rallier l’opinion latino-américaine à sa croisade contre la Révolution cubaine, l’administration devait pousser La Havane à se rapprocher de Moscou.

44 Washington atteignit son objectif puisque Cuba fut contrainte de se tourner vers « l’Est », pour reprendre les propos du sous-secrétaire d’Etat Dillon. Après avoir refusé de vendre des armes à l’île, Washington exigea des multinationales étasuniennes présentes dans l’île qu’elles cessent de raffiner le pétrole soviétique, entraînant leur nationalisation. L’administration Eisenhower lança une campagne en Amérique latine, par le biais de l’Organisation des États américains, pour pointer du doigt le rapprochement entre La Havane et Moscou et rallier le continent à sa politique. En juillet 1960, Washington imposa les premières sanctions économiques, qui n’ont cessé d’être renforcées au fil des années et qui sont encore en vigueur aujourd’hui, illustrant de fait que le cadre de la « guerre froide » est inopérant pour expliquer le conflit qui oppose Washington à l’île. Les racines se trouvent ailleurs, notamment dans l’aspiration de Cuba à s’affranchir de la tutelle du puissant voisin, créant ainsi pour les Etats-Unis le problème « le plus difficile et le plus dangereux de toute l’histoire de [leurs] relations avec l’Amérique latine, possiblement de toutes [leurs] relations étrangères ».

Haut de page

Bibliographie

BARBOUR, Walworth, « Telegram From the Embassy in the United Kingdom to the Department of State », 15 septembre 1959, Department of State, Central Files, 737.5621/10-1559. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BOGGS, Marion W., « Memorandum of Discussion at the 432d Meeting of the National Security Council », 14 janvier 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BOGGS, Marion W., « Memorandum of Discussion at the 429th Meeting of the National Security Council », 16 décembre 1959, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records, Top Secret, Foreign Relations of the United States 1958-1960.

BOGGS, Marion W., « Memorandum of Discussion at the 432d Meeting of the National Security Council », 14 janvier 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BONSAL, Philip W., « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 23 octobre 1959, Department of State, Central Files, 611.37/10-2359. Confidential, Priority. Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

BRADDOCK, Daniel, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 8 mars 1960, Department of State, Central Files, 611-37/3-860. Official Use Only. Priority. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en el Acto celebrado con los trabajadores bancarios », 19 octobre 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c191059e.html (site consulté le 4 mars 2020).

CASTRO RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en las honras fúnebres de las víctimas de la explosión del barco “La Coubre”, en el Cementerio de Colón », 5 mars 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f050360e.html (site consulté le 6 avril 2020).

DIARIO DE LA MARINA, « Cualquier ataque de L. Trujillo a Cuba es un timbre de gloria’ », 30 juin 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Acuerdan G. Bretaña y E.U. suspender los envíos de armas a las repúblicas del Caribe », 4 juillet 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Piden aviones a reacción a la Gran Bretaña », 17 septembre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Razonable vender a Cuba aviones, dice el ‘London Times’ », 23 septembre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Insiste Cuba en la compra de aviones a chorro », 29 septembre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Opuestos los EE.UU. a que la Gran Bretaña venda aviones a Cuba », 17 octobre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Censura el Embajador Dihigo la oposición a la compra de aviones », 18 octobre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Creen que Albión debe venderle aviones a Cuba », 20 octobre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Decidirá el Gobierno inglés en canje con Cuba de viejos aviones de caza por aparatos de combate », 21 octobre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Aplaza Albiín el canje de aviones ‘jets’ para Cuba », 7 novembre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Dícese que Cuba trata de comprar aviones Migs », 12 novembre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Alegando que hay tensión en el Caribe, Albión no vende aviones de combate a Cuba », 3 décembre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Acusa Cuba a E.U. de impedir venta de aviones de combate », 4 décembre 1959.

DIARIO DE LA MARINA, « Más de 50 muertos en la explosión », 5 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « No fue la explosión por accidente sino por sabotaje, dijo el Primer Ministro , Dr. Castro, en el entierro de las víctimas », 6 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « Anuncia E. Unidos el envío de una nota a Cuba esta semana », 8 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « Rechaza el Gobierno cubano las declaraciones formuladas por el Canciller Herter de los E. Unidos », 9 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « Medidas estrictas para impedir más vuelos ilegales », 23 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « Quemadas cañas, anoche, que muele el Central ‘Toledo’ », 26 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « Siguen buscando más víctimas de la explosión en bahía », 6 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « Cancelan en E.U. permiso para exportar helicópteros a Cuba », 18 mars 1960.

DIARIO DE LA MARINA, « Bélgica vendió a Cuba 357 millones de francos en armas », 8 mai 1960.

DILLON, Clarence Douglas, « Memorandum of a Telephone Conversation between the Under Secretary of State (Dillon) and the Bristish Ambassador (Caccia) », 27 novembre 1959, Department of State, Secretary’s Memoranda of Conversation, Lot 64 D 199, November 1959. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

FELLOWS, Lawrence, « British Bar Sale of Jets to Cuba », The New York Times, 3 décembre 1959.

HERTER, Christian A., « Letter From Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 4 novembre 1959, Department of State, Presidential Files, Lot 66 D 204, November 1959. Secret. Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

HERTER, Christian A., « Letter From Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 17 novembre 1959, Department of State, Presidential Files, Lot 66 D 204, November 1959. Secret. Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

HERTER, Christian A., « Letter From the Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 21 février 1960, Department of State, Central Files, 737.5622/2-2160. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

HILL, John C., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs’Special Assistant (Hill) to the Assistant Secretary of State (Rubottom) », 20 février 1960, Department of State, ARA Special Assistant Files, Lot 62 D 24, Cuba January-June 1960. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

JULIEN, Claude, « Le cargo français ‘La Coubre’ explose dans le port de La Havane », Le Monde, 7 mars 1960.

LE MONDE, « Le gouvernement demande à la Grande-Bretagne de lui livrer des avions à réaction », 18 septembre 1959.

LE MONDE, « Washington va protester contre les accusations de M. Fidel Castro », 8 mars 1960.

LE MONDE, « Les Etats-Unis se trouvent contraints de mettre en question la bonne foi de M. Castro, déclare M. Herter au charge d’affaires cubain », 9 mars 1960.

LE MONDE, « La crise américano-cubaine », 10 mars 1960.

LLOYD, Selwyn, « Letter From the Foreign Secretary Lloyd to Secretary of State Herter », 30 octobre 1959, Department of State, Presidential Correspondence: Lot 66 D 204, October 1959, Secret and Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

LLOYD, Selwyn, « Letter From the Foreign Secretary Lloyd to Secretary of State Herter », 12 novembre 1959, Department of State, Presidential Correspondence: Lot 66 D 204, November 1959, Secret, Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

MALLORY, Lester D. & Robert A. Stevenson, « Memorandum From the Deputy Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Mallory) to the Acting Secretary of State », 24 février 1960, Eisenhower Library, Herter Papers, Cabinet Memos to Secretary. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

OWEN & Vallon, « Telegram From the Department of State to the Embassy in the United Kingdom », 14 septembre 1959, Department of State, Central Files, 737.5621/10-1459. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

PHILLIPS, Ruby Hart, « Havana Refinery Raided By Plane », The New York Times, 22 février 1960.

PHILLIPS, Ruby Hart, « 75 Die In Havana As Munitions Ship Explodes At Dock », The New York Times, 5 mars 1960.

PHILLIPS, Ruby Hart, « Castro Links U.S. To Ship ‘Sabotage’; Denial Is Swift », The New York Times, 6 mars 1960.

PHILLIPS, Ruby Hart, « American Fliers Downed By Cuba », The New York Times, 22 mars 1960.

RESTON, James, « Capital Considers a Tougher Policy On Castro Regime », The New York Times, 18 février 1960.

SCHMIDT, Dana Adams, « Herter Upbraids Cuban On Charge In Ship Explosion », The New York Times, 8 mars 1960.

SMITH, Wayne S., « Les Cubains sont prêts à normaliser les relations avec les Etats-Unis mais nous avons toujours refusé le dialogue », in Salim Lamrani, Cuba, parole à la défense !, Paris Editions Estrella, 2015.

STEVENSON, « Memorandum of a Conversation », 1 octobre 1959, Department of State, Central Files, 611.37/10-159. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

SZULC, Tad, « Cuba : Revolutionary Fervor Mounts », The New York Times, 27 mars 1960.

THE NEW YORK TIMES, « Cuba Seeks to Buy Ships », 26 juin 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Britain Scored In Cuba », 15 septembre 1959.

THE NEW YORK TIMES, « U.S. Bids Britain Denies Jets to Cuba », 17 octobre 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Deal Not Set, British Say », 17 octobre 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Cuba Comments On Jets », 18 octobre 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Relations With Cuba », 29 octobre 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Text Of Cuban Note Rejecting Protest and Calling For a Change In U.S. Policy », 14 novembre 1959.

-THE NEW YORK TIMES, « U.S Blamed By Cuba For Denial of Jets », 4 décembre 1959.

THE NEW YORK TIMES, « Dorticos Sees ‘Cowardly Act’ », 5 mars 1960.

THE NEW YORK TIMES, « U.S. Denies Insinuation », 6 mars 1960.

THE NEW YORK TIMES, « Text of Herter Protest To Cuban Envoy », 8 mars 1960.

THE NEW YORK TIMES, « Pons Called Traitor », 19 mars 1960.

THE NEW YORK TIMES, « Fires Rage in Cane Fields », 24 mars 1960.

THE NEW YORK TIMES, « Planes That Raid Cuba », 24 mars 1960.

THE NEW YORK TIMES, « Fire Destroys Cane Fiels », 2 avril 1960.

WIELAND, William A., « Memorandum of a Conversation », 7 mars 1960, Department of State, Secretary’s Memoranda of Conversation: Lot 64 D 199, March 1960. Official Use Only. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Haut de page

Notes

1 Stevenson, « Memorandum of a Conversation », 1er octobre 1959, Department of State, Central Files, 611.37/10-159. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 618. Voir également : Diario de la Marina, « Acuerdan G. Bretaña y E.U. suspender los envíos de armas a las repúblicas del Caribe », 4 juillet 1959.

2 The New York Times, « Cuba Seeks to Buy Ships », 26 juin 1959. Voir également : Diario de la Marina, « Cualquier ataque de L. Trujillo a Cuba es un timbre de gloria’ », 30 juin 1959 ; Diario de la Marina, « Bélgica vendió a Cuba 357 millones de francos en armas », 8 mai 1960.

3 Owen & Vallon, « Telegram From the Department of State to the Embassy in the United Kingdom », 14 septembre 1959, Department of State, Central Files, 737.5621/10-1459. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 624.

4 Walworth Barbour, « Telegram From the Embassy in the United Kingdom to the Department of State », 15 septembre 1959, Department of State, Central Files, 737.5621/10-1559. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 625-26.

5 Diario de la Marina, « Razonable vender a Cuba aviones, dice el ‘London Times’ », 23 septembre 1959.

6 Diario de la Marina, « Decidirá el Gobierno inglés en canje con Cuba de viejos aviones de caza por aparatos de combate », 21 octobre 1959.

7 Diario de la Marina, « Creen que debe Albión venderle aviones a Cuba », 20 octobre 1959.

8 The New York Times, « U.S. Bids Britain Denies Jets to Cuba », 17 octobre 1959.

9 Diario de la Marina, « Opuestos los EE.UU. a que la Gran Bretaña venda aviones a Cuba », 17 octobre 1959.

10 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 23 octobre 1959, Department of State, Central Files, 611.37/10-2359. Confidential, Priority. Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 639. Voir également: Diario de la Marina, « Piden aviones a reacción a la Gran Bretaña », 17 septembre 1959.

11 The New York Times, « Cuba Comments On Jets », 18 octobre 1959. Voir également : Diario de la Marina, « Insiste Cuba en la compra de aviones a chorro », 29 septembre 1959 ; Diario de la Marina, « Dícese que Cuba trata de comprar aviones Migs », 12 novembre 1959.

12 Diario de la Marina, « Censura el Embajador Dihigo la oposición a la compra de aviones », 18 octobre 1959. Voir également : Diario de la Marina, « Aplaza Albión el canje de aviones ‘jets’ para Cuba », 7 novembre 1959.

13 The New York Times, « Text Of Cuban Note Rejecting Protest and Calling For a Change In U.S. Policy », 14 novembre 1959.

14 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en el Acto celebrado con los trabajadores bancarios », 19 octobre 1959. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1959/esp/c191059e.html (site consulté le 4 mars 2020). Voir également : The New York Times, « Britain Scored In Cuba », 15 septembre 1959.

15 The New York Times, « Relations With Cuba », 29 octobre 1959.

16 The New York Times, « Deal Not Set, British Say », 17 octobre 1959.

17 Selwyn Lloyd, « Letter From the Foreign Secretary Lloyd to Secretary of State Herter », 30 octobre 1959, Department of State, Presidential Correspondence: Lot 66 D 204, October 1959, Secret and Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 647.

18 Ibid.

19 Christian A. Herter, « Letter From Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 4 novembre 1959, Department of State, Presidential Files, Lot 66 D 204, November 1959. Secret. Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 653-56.

20 Selwyn Lloyd, « Letter From the Foreign Secretary Lloyd to Secretary of State Herter », 12 novembre 1959, Department of State, Presidential Correspondence: Lot 66 D 204, November 1959, Secret, Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 663-65.

21 Christian A. Herter, « Letter From Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 17 novembre 1959, Department of State, Presidential Files, Lot 66 D 204, November 1959. Secret. Personal. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 669-71.

22 Lawrence Fellows, « British Bar Sale of Jets to Cuba », The New York Times, 3 décembre 1959.

23 Clarence Douglas Dillon, « Memorandum of a Telephone Conversation between the Under Secretary of State (Dillon) and the Bristish Ambassador (Caccia) », 27 novembre 1959, Department of State, Secretary’s Memoranda of Conversation, Lot 64 D 199, November 1959. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 682.

24 Le Monde, « Le gouvernement demande à la Grande-Bretagne de lui livrer des avions à réaction », 18 septembre 1959.

25 The New York Times, « U.S Blamed By Cuba For Denial of Jets », 4 décembre 1959.

26 Diario de la Marina, « Acusa Cuba a E.U. de impedir venta de aviones de combate », 4 décembre 1959.

27 Diario de la Marina, « Alegando que hay tensión en el Caribe, Albión no vende aviones de combate a Cuba », 3 décembre 1959.

28 John C. Hill, « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs’Special Assistant (Hill) to the Assistant Secretary of State (Rubottom) », 20 février 1960, Department of State, ARA Special Assistant Files, Lot 62 D 24, Cuba January-June 1960. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 801-03.

29 James Reston, « Capital Considers a Tougher Policy On Castro Regime », The New York Times, 18 février 1960.

30 Christian A. Herter, « Letter From the Secretary of State Herter to Foreign Secretary Lloyd », 21 février 1960, Department of State, Central Files, 737.5622/2-2160. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 805-07.

31 Ruby Hart Phillips, « Havana Refinery Raided By Plane », The New York Times, 22 février 1960.

32 Lester D. Mallory & Robert A. Stevenson, « Memorandum From the Deputy Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Mallory) to the Acting Secretary of State », 24 février 1960, Eisenhower Library, Herter Papers, Cabinet Memos to Secretary. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 808-10.

33 Claude Julien, « Le cargo français ‘La Coubre’ explose dans le port de La Havane », Le Monde, 7 mars 1960.

34 Ruby Hart Phillips, « 75 Die In Havana As Munitions Ship Explodes At Dock », The New York Times, 5 mars 1960 ; Diario de la Marina, « Más de 50 muertos en la explosión », 5 mars 1960 ; Diario de la Marina, « Siguen buscando más víctimas de la explosión en bahía », 6 mars 1960.

35 The New York Times, « Dorticos Sees ‘Cowardly Act’ », 5 mars 1960.

36 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno en las honras fúnebres de las víctimas de la explosión del barco “La Coubre”, en el Cementerio de Colón », 5 mars 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f050360e.html (site consulté le 6 avril 2020). Voir également : Diario de la Marina, « No fue la explosión por accidente sino por sabotaje, dijo el Primer Ministro , Dr. Castro, en el entierro de las víctimas », 6 mars 1960.

37 Ibid.. Voir également : Ruby Hart Phillips, « Castro Links U.S. To Ship ‘Sabotage’; Denial Is Swift », The New York Times, 6 mars 1960.

38 Ibid.

39 Le Monde, « La crise américano-cubaine », 10 mars 1960.

40 William A. Wieland, « Memorandum of a Conversation », 7 mars 1960, Department of State, Secretary’s Memoranda of Conversation: Lot 64 D 199, March 1960. Official Use Only.. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 823-24. Voir également : Le Monde, « Washington va protester contre les accusations de M. Fidel Castro », 8 mars 1960 ; Le Monde, « Les Etats-Unis se trouvent contraints de mettre en question la bonne foi de M. Castro, déclare M. Herter au charge d’affaires cubain », 9 mars 1960 ; Dana Adams Schmidt, « Herter Upbraids Cuban On Charge In Ship Explosion », The New York Times, 8 mars 1960 ; The New York Times, « Text of Herter Protest To Cuban Envoy », 8 mars 1960 ; Diario de la Marina, « Anuncia E. Unidos el envío de una nota a Cuba esta semana », 8 mars 1960.

41 Daniel Braddock, « Telegram From the Embassy in Cuba to the Department of State », 8 mars 1960, Department of State, Central Files, 611-37/3-860. Official Use Only. Priority. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 825-26. Voir également : The New York Times, « U.S. Denies Insinuation », 6 mars 1960.

42 Diario de la Marina, « Rechaza el Gobierno cubano las declaraciones formuladas por el Canciller Herter de los E. Unidos », 9 mars 1960.

43 Le Monde, « La crise américano-cubaine », 10 mars 1960, op. cit.

44 Wayne S. Smith, « Les Cubains sont prêts à normaliser les relations avec les Etats-Unis mais nous avons toujours refusé le dialogue », in Salim Lamrani, Cuba, parole à la défense !, Paris Editions Estrella, 2015, p. 219.

45 Diario de la Marina, « Cancelan en E.U. permiso para exportar helicópteros a Cuba », 18 mars 1960.

46 Ruby Hart Phillips, « American Fliers Downed By Cuba », The New York Times, 22 mars 1960 ; The New York Times, « Pons Called Traitor », 19 mars 1960.

47 The New York Times, « Fires Rage in Cane Fields », 24 mars 1960 ; The New York Times, « Fire Destroys Cane Fiels », 2 avril 1960 ; Diario de la Marina, « Medidas estrictas para impedir más vuelos ilegales », 23 mars 1960 ; Diario de la Marina, « Quemadas cañas, anoche, que muele el Central ‘Toledo’ », 26 mars 1960.

48 The New York Times, « Planes That Raid Cuba », 24 mars 1960.

49 Marion W. Boggs, Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 429th Meeting of the National Security Council », 16 décembre 1959, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records, Top Secret, Foreign Relations of the United States 1958-1960, p. 706.

50 Marion W. Boggs, Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 432d Meeting of the National Security Council », 14 janvier 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 740-46.

51 Tad Szulc, « Cuba : Revolutionary Fervor Mounts », The New York Times, 27 mars 1960.

52 Marion W. Boggs, « Memorandum of Discussion at the 432d Meeting of the National Security Council », 14 janvier 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 740-46.

53 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « L’administration Eisenhower et la vente d’armes à La Havane »Études caribéennes [En ligne], 54 | Avril 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 04 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/25686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.25686

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo Université des Antilles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search