Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Hors-dossierLes réponses macroéconomiques des...

Hors-dossier

Les réponses macroéconomiques des pays du CARICOM aux chocs extérieurs majeurs d’aujourd’hui

Macroeconomic Responses of CARICOM Countries to Crucial External Shocks Today
Louis Dupont

Résumés

L'horizon de l'économie mondiale s'est fortement assombri durant ces dernières années, en grande partie du fait de la pandémie de la covid-19, de l'invasion russe de l'Ukraine et du changement climatique. Ces trois évènements ont entraîné une crise humanitaire sans précédent, des pressions inflationnistes à l'échelle de la planète, des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement, et un risque de stagflation qui pèse sur la croissance. Pour bien des pays, il sera difficile d'échapper à la récession et à ses conséquences néfastes au plan socio-économique. C'est notamment le cas des petites économies insulaires en développement (PEID) qui, en raison de leur exiguité territoriale, de la taille réduite de leurs économies, de la faible diversification de ces dernières, et de leur forte dépendance au commerce international, présentent une grande vulnérabilité économique à divers chocs. Le présent document a pour objectif d'évaluer les conséquences macroéconomiques que les pays membres de la communauté des caraïbes (CARICOM) affichent face aux chocs structurels que ces trois évènements majeurs provoquent. Les réponses macroéconomiques attendues y sont ainsi analysées. L'accent est porté principalement sur l'impact économique de trois variables exogènes qui ont souvent une grande influence sur l'environnement économique extérieur de ces pays, à savoir: le prix du pétrole brut, celui des denrées alimentaires, et la variation de l'activité économique aux Etats-Unis car, les pays du CARICOM sont à la fois importateurs nets de produits énergétiques (à l'exception de Trinidad et Tobago et du Guyana), mais aussi importateurs nets de denrées alimentaires, et ont comme principal partenaire commercial les Etats-Unis. Un modèle VAR-structurel (SVAR) est utilisé à cet effet et appliqué aux 15 économies du CARICOM, avec des données annuelles couvrant la période 1995-2022. Les résultats issus des fonctions de réponse impulsionnelle, montrent une vulnérabilitée élevée de ces économies vis-à-vis à la fois des chocs extérieurs et des chocs domestiques. Ces résultats mettent en évidence l'importance des chocs d'offre dans l'explication des fluctuations du PIB. Ils révèlent que dans la dynamique du produit intérieur brut, l'évolution du PIB réel des Etats-Unis est le facteur qui exerce la plus grande influence sur les fluctuations macroéconomiques dans les pays du CARICOM. En résumé, il en résulte qu'une diminution du PIB réel des Etats-Unis, couplée à une augmentation du prix du pétrole brut et/ou de celle des denrées alimentaires, entraînent toutes choses égales par ailleurs une baisse du PIB au sein du CARICOM. Enfin, pour parvenir à de faibles taux d'inflation, à la stabilité monétaire et à une croissance plus rapide, nous recommandons aux responsables publics de ces pays, de réorienter leurs priorités , afin de s'attacher non pas à réduire la consommation des ménages mais à augmenter la production.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les pays de la caraïbe, membres du CARICOM (Communauté des Caraïbes) sont, en raison de leurs particularités, sujets à des chocs fréquents et divers qui affectent considérablement leurs économies. Évaluer la sensibilité ou l’élasticité des principales variables macroéconomiques à ces chocs revêt une grande importance pour la gestion macroéconomique de ces pays car, cette évaluation leur permet de saisir les implications socio-économiques régionales qui en résultent et d’en dégager les priorités politiques. Aussi, cette étude vise à comprendre et à estimer l’impact économique des chocs extérieurs majeurs, notamment de ceux issus de la pandémie de la covid-19, de la guerre en Ukraine et du changement climatique qui frappent aujourd’hui les quinze économies du CARICOM, à travers notamment l’impact du prix du pétrole brut (le Brent), celui du prix des denrées alimentaires (les céréales), et celui de la variation de l’activité économique aux États-Unis, pays considéré comme le principal partenaire commercial du CARICOM. Des effets économiquement et statistiquement significatifs de tous ces chocs ont été observés sur la production, la consommation des ménages, le taux d’inflation, et sur le solde de la balance commerciale, solde qui correspond au besoin de financement exprimé par ces pays dans le cadre de leurs transactions courantes. Ce solde constitue à cet égard, la principale source d’accumulation de leur dette extérieure. Plusieurs facteurs exogènes génèrent une volatilité plus élevée dans les petites économies par rapport à celles qui sont de taille plus importante. Le prix des produits pétroliers représente un des principaux facteurs de vulnérabilité de ces économies. À cet effet, la littérature économique a identifié six canaux de transmission à travers lesquels les variations du prix du pétrole affectent la performance macroéconomique des pays. Il s’agit de l’effet choc de l’offre, celui relatif à la demande, celui de l’inflation, l’effet choc de la balance commerciale, l’effet choc de l’ajustement sectoriel, et l’effet psychologique. Par ailleurs, avec une capacité de production limitée, les petits états de la Caraïbe s’appuient en grande partie sur le commerce international pour combler leurs principaux besoins. Cette dépendance extérieure les rend particulièrement sensibles aux chocs extérieurs. De ce fait, l’activité économique est particulièrement réduite dans ces pays, et de simples évènements comme un projet de construction émanant d’un investisseur étranger ou un évènement international peuvent avoir un impact systémique dans les pays en question. De plus, la plupart de ces petits états de la Caraïbe connaissent souvent des catastrophes naturelles majeures, en particulier des cyclones particulièrement dévastateurs. De plus, le nombre relativement peu élevé d’habitants ainsi que la faible superficie des terres arables, principalement dans les pays de l’OECO (également membres du CARICOM), ont pour conséquence d’engendrer des déséconomies d’échelle, et de réduire ainsi leur capacité à produire en quantité suffisante les biens de consommation qui entrent communément dans le panier de la ménagère. Ces éléments rendent également ces pays sensibles à la volatilité des prix à l’importation, y compris à la volatilité induite par les fluctuations des taux de change effectifs réels. On observe à ce titre, une volatilité plus élevée dans les pays de l’OECO, comparée à celle des autres pays du CARICOM. Plusieurs études ont identifié les principaux obstacles qui sont à l’origine de la volatilité qui entravent la croissance de la production. Sur un échantillon de 92 pays de l’OCDE, Ramey et Ramey (1995) ont trouvé une corrélation négative entre la volatilité de la production et la croissance à long terme, corrélation qui apparaît plus forte dans les régressions qui renferment des variables de contrôle. D’autres études ont identifié des effets pervers à long terme sur d’autres variables macroéconomiques, la volatilité du taux de change en est un exemple (Aghion et al., 2006), de même que celle de l’aide extérieure (Tressel et Prati, 2006), et de celle de la politique macroéconomique (Fatas et Mihov, 2006). La volatilité intrinsèque d’autres petits états a fait l’objet de travaux, destinés à mieux comprendre les sources de leur instabilité économique. Une partie de ces recherches s’est concentrée sur des facteurs domestiques, notamment sur l’impact de chocs fiscaux sur la croissance dans la Caraïbe (Gonzalez-Garcia et al., 2013), mais aussi sur l’impact économique du secteur financier (Beaton, Myrvoda et Thompson, 2016 ; Komatsuzaki et Brito, 2019). Quelques études ont évalué l’impact des fluctuations du prix du pétrole sur des petites économies, et tous ces travaux, comme prévus, en ont décelé un impact substantiel. Concernant les pays de la Caraïbe proprement dits, McIntyre et d’autres (2016) ont montré qu’une augmentation de 10 % du prix du pétrole brut entraîne une réduction de 0.5 % de la croissance économique dans les pays fortement dépendant du tourisme comme ceux de l’OECO. Roopnarine et al. (2019) dans le cas de Trinidad et Tobago (2019) ont estimé l’effet de la variation du prix du pétrole brut sur l’économie de ce pays. Ils ont observé un impact significativement positif sur le PIB de ce pays, producteur de pétrole. De même, Roach (2014) a analysé le choc du prix du pétrole sur l’économie de la Jamaïque. Pour notre part, L. Dupont (2021) avons évalué les effets potentiels de la covid-19 sur l’activité touristique dans les pays de l’OECO, et déterminé le seuil optimal de recettes touristiques qui maximise la croissance économique dans ces pays. Dans le cas d’Haïti (Dupont, 2021), nous avons mesuré l’ampleur de la pandémie sur l’économie de ce pays et saisi les implications socio-économiques qui en découlent. À notre connaissance, la présente étude, contrairement aux autres travaux de recherche sur les chocs extérieurs affectant l’économie de la Caraïbe, est la première qui intègre dans son modèle d’analyse la variation du prix des denrées alimentaires. À ce titre, elle comble donc un vide. Pour les petits états de l’océan pacifique, Jayaraman et Choong (2009) ont trouvé une relation négative entre les chocs du prix du pétrole et la croissance du PIB réel.

2Dans le cas particulier des pays de l’OECO, l’activité touristique apparaît comme un des facteurs majeurs qui influent sur l’économie de la sous-région. Thacker et d’autres (2012) ont montré qu’une augmentation de 10 % du nombre de visiteurs par habitant dans la Caraïbe entraîne une croissance économique de 0.2 % environ dans cette région.

3Par ailleurs, étant donné leur forte dépendance aux importations et exportations, les pays du CARICOM demeurent sensibles aux variations de l’activité économique aux États-Unis, car, ce pays constitue leur principal partenaire commercial. Enfin, les chocs les plus dévastateurs pour l’économie de ces pays sont les catastrophes naturelles majeures, comme les cyclones et ouragans. Ces cyclones et ouragans interviennent essentiellement dans l’espace OECO. Ajoutons que le FMI (Vivian Parlak et al., 2021) a estimé dans le cas des pays de l’OECO, l’impact économique des chocs provoqués conjointement par le prix du pétrole brut, par l’investissement étranger direct, par la vente de passeports dans le cadre d’un programme de citoyenneté en direction des étrangers, par le nombre de visiteurs, et par la variation de l’activité économique chez les principaux partenaires commerciaux de l’OECO. De leur côté, M. Vargas et D. Hess du FMI (2019) ont utilisé un modèle GLOBAL VAR (GVAR) pour estimer l’impact de la variation du prix du pétrole brut, et de la variation du PIB des États-Unis sur les économies de l’OECO. Ils ont trouvé qu’une diminution du prix du pétrole brut couplée à une augmentation du PIB réel aux États-Unis avaient un impact positif sur la croissance économique des pays de l’OECO.

4La présente étude est structurée en cinq sections. La section 1 décrit la performance économique récente réalisée par les 15 pays membres du CARICOM que sont : Antigua et Barbuda, la Barbade, les Bahamas, Belize, la Dominique, la Grenade, le Guyana, Haïti, la Jamaïque, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, le Suriname, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Trinidad-et-Tobago. La section 2 présente les données et la méthodologie du modèle utilisé dans l’étude (modèle SVAR). La section 3 analyse les principaux résultats du modèle. La section 4 est consacrée aux prévisions macroéconomiques conditionnelles intéressant les pays du CARICOM et la section 5 présente les principales recommandations de politique économique destinées à faire face aux effets de la crise actuelle.

1. Performance économique récente des pays membres du CARICOM

5Les pays de la Caraïbe se caractérisaient avant la crise de la covid-19 et de l’invasion russe de l’Ukraine par une croissance économique modeste, un endettement élevé, une vulnérabilité importante dans divers domaines, une grande dépendance au tourisme et aux importations énergétiques et alimentaires. En dépit de plusieurs caractéristiques communes telles que : la présence sur leurs territoires de marchés domestiques relativement étroits, et l’inexistence de frontières terrestres avec leurs principaux partenaires commerciaux, il existe des disparités entre les pays de la région. Certains sont producteurs d’hydrocarbures et de quelques produits manufacturés comme Trinidad et Tobago et le Guyana, d’autres s’appuient sur le tourisme pour assurer leur développement comme Sainte-Lucie, Antigua-et-Barbuda, la Barbade, les Bahamas, la Grenade, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, et la Jamaïque. On estime que le secteur de l’hôtellerie et de la restauration représente plus de 8 % de la valeur ajoutée globale de ces pays, il atteint même 26 % à Sainte-Lucie. Ce secteur emploie directement selon la Banque mondiale (2021) 413 000 personnes à travers la Caraïbe, soit 18 % du total des emplois. Enfin, un troisième groupe de pays de la région sont économiquement dépendants de l’agriculture notamment Haïti, le Guyana, la Dominique, Belize, et le Suriname. On estime que plus de 40 % de la main-d’œuvre haïtienne est engagée dans des petites exploitations agricoles, mais que ce secteur ne représente que 19 % de la valeur ajoutée totale du pays.

6Les disparités régionales s’observent également à travers les niveaux de revenu. Certains pays font partie de ceux classés par la Banque mondiale dans la catégorie de pays à revenus élevés. C’est le cas d’Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la Barbade, Saint-Kitts-et-Nevis, Trinidad-et-Tobago, tandis que d’autres pays tels que Belize, la Dominique, la Grenade, le Guyana, la Jamaïque, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, et le Suriname font partie de la catégorie des pays à revenu moyen supérieur. Haïti est le seul pays à faible revenu de la région. Indépendamment de ces disparités de revenu, la plupart des pays du CARICOM comme indiqué précédemment, partagent des défis structurels communs, défis exacerbés aujourd’hui par la pandémie de la covid-19 et la guerre en Ukraine. Cette section analyse la performance économique récente des pays de la région, et met l’accent principalement sur la manière dont les vulnérabilités structurelles en question sont apparues. Tout d’abord, le tableau suivant souligne la faiblesse des taux de croissance réalisés en 2020 dans la Caraïbe et montre les disparités de croissance observées entre les pays. Ce tableau, selon la commission économique pour l’Amérique latine et la caraïbe (ECLAC, 2021) projette un taux de croissance de 7.8 % dans le CARICOM en 2022. Cependant, ce chiffre doit être interprété avec la réserve qui s’impose, car, les nouvelles ressources pétrolières et gazières exportées aujourd’hui par le Guyana sont susceptibles d’avoir une influence significative sur le taux de croissance économique de l’ensemble du CARICOM. La Banque Mondiale dans ses perspectives économiques mondiales pour 2022, souligne à ce propos que le taux de croissance du Guyana pourrait atteindre 49.7 % en 2022, seule nation de cette région qui réaliserait un taux de croissance à deux chiffres. Or, selon toujours la Banque Mondiale, sans les données du Guyana, les projections de croissance pour le CARICOM seraient substantiellement plus faibles soit, 4.6 % en 2022, et 4.2 % en 2023.

Tableau 1. Taux de croissance du PIB dans les pays du CARICOM en 2020 et projections pour 2021 et 2022.

Pays

2020

2021

2022

Antigua-et-Barbuda

-16

1

2.9

Bahamas

-14.5

2.3

8.5

Barbade

-17.6

3

7.5

Belize

-14.3

2.7

6.4

Dominique

-16.7

4.3

3.6

Grenade

-11.2

4.7

4.3

Guyana

43.5

16

32

Jamaïque

-9.9

4

5.7

Saint-Kitts-et-Nevis

-10.7

3.3

3.3

Saint-Lucie

-23.8

3.6

11.9

Saint-Vincent-et-les-Grenadines

-2.7

3

3.2

Suriname

-14.5

-1

0.1

Trinidad-et-Tobago

-6.8

2.5

1.9

The Caribbean

-7.5

4.1

7.8

Source. ECLAC (2021)

7Selon la commission économique pour l’Amérique latine et la Caraïbe (CEPALC, 2021), l’activité économique dans la Caraïbe a été affectée récemment par plusieurs chocs extérieurs. Premièrement par un déclin de l’activité économique chez les principaux partenaires commerciaux du CARICOM, et par une contraction du commerce international. Deuxièmement, par une baisse temporaire du prix des principaux biens réalisés sur place. Troisièmement, les pays de la région ont souffert d’une diminution des transferts de fonds de leur diaspora travaillant à l’étranger, en particulier en provenance des États-Unis, du Canada, et de la zone euro. Les économies de la sous-région qui en ont été les plus affectées ont été celles d’Haïti dont les transferts de fonds de sa diaspora représentent en moyenne 33 % de son PIB, de la Jamaïque (16 % de son PIB), de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, de la Dominique, et de la République dominicaine où ces transferts de fonds représentent entre 5 % et 10 % de leur PIB. Quatrièmement, ces pays ont subi une baisse importante de la demande touristique en provenance de la plupart des marchés émetteurs. En bref, la pandémie a eu un impact négatif sur les secteurs clés de l’économie régionale, comme le tourisme (baisse de plus de 10 % du PIB), en particulier sur des activités comme le transport aérien, l’hôtellerie, la restauration, les BTP, les loisirs et le commerce. Cependant, la pandémie a eu un impact moindre sur les supermarchés, les pharmacies, et autres services considérés nationalement comme essentiels. Le chiffre d’affaires de la plupart des entreprises a diminué considérablement et a entraîné dans beaucoup de cas des fermetures. Le choc économique qui en est résulté a entraîné une inégalité des revenus dans tous les pays de la Caraïbe. Pour l’année 2020, on estime que la pauvreté (nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté) a augmenté de 4.4 %, et l’extrême pauvreté de 2.2 %, l’indice de Gini pour sa part se situe aujourd’hui entre 3 % et 3.9 %. Outre l’inégalité des revenus, la covid-19 a engendré d’autres vulnérabilités et inégalités dans la Caraïbe, notamment dans l’accès aux technologies de l’information et des télécommunications (TIC), dans l’éducation, la santé. L’insécurité alimentaire s’est notamment accrue, de même que la vulnérabilité des femmes et jeunes filles, avec un accroissement significatif de la violence. Face à toutes ces vulnérabilités et inégalités, les gouvernements doivent affronter un défi majeur qui consiste à relancer l’économie en dépit d’un espace fiscal réduit qui à son tour accroît les défis structurels tels que : la nécessité d’augmenter les recettes fiscales et de régler le problème des hauts niveaux d’endettement. Aussi, les déficits budgétaires ainsi que ceux des comptes courants des pays de la région se sont aggravés en 2020. Par exemple à Belize, le déficit budgétaire est passé de -3.5 % du PIB en 2019 à -11.4 % en 2020. À un niveau moindre, celui du Suriname est passé de -9.8 % en 2019 à -10 % en 2020. On constate également, une augmentation importante des niveaux d’endettement dans la Caraïbe qui est aujourd’hui l’une des régions du monde les plus endettées. Des 7 pays du CARICOM pour lesquels les données sont disponibles, 3 d’entre eux avaient à la fin de 2020 des ratios d’endettement/PIB supérieurs à 100 %. Il s’agit de la Barbade (144 % d’endettement), Belize (131 %), et la Jamaïque (103 %). Les augmentations de la dette en 2020 varient d’un pays à l’autre. En effet, la dette a augmenté de plus de 25 % à la Barbade et à Belize tandis qu’à Trinidad-et-Tobago et au Guyana, elle a augmenté de moins de 10 %. La dette était déjà un défi majeur pour la Caraïbe avant la pandémie. Elle découlait pour l’essentiel d’impacts de chocs économiques extérieurs négatifs, mais aussi souvent de catastrophes naturelles extrêmes (cyclones et ouragans) et des effets du changement climatique. Par ailleurs, les hauts niveaux d’endettement se traduisent par des services élevés de la dette qui, à leur tour, consomment une part significativement importante des recettes fiscales. Notons que sur la période 2009-2018, le service de la dette exprimé en pourcentage des recettes publiques excédait 40 % dans les 3 pays de la région que sont Antigua-et-Barbuda, la Barbade, et la Jamaïque. La figure 1 ci-dessous retrace sur la période 2019-2020, l’évolution de la dette publique en pourcentage du PIB dans quelques pays de la région et de l" Amérique latine.

Figure 1 : Dette publique brute, en pourcentage du PIB dans quelques pays du CARICOM et de l’Amérique latine

Figure 1 : Dette publique brute, en pourcentage du PIB dans quelques pays du CARICOM et de l’Amérique latine

Source : ECLAC (2021)

2. Données et méthodologie du modèle SVAR

2.1. Données

8Cette étude utilise des données annuelles qui couvrent la période 1995-2022. Elles sont extraites de la base de données du FMI (international financial statistics- IFS), de celle de la Banque Mondiale (World Development Indicators- WDI), de la CNUCED, et de la CEPALC. Toutes les variables sont transformées en logarithme (sauf celle relative au solde de la balance commerciale qui affiche des signes négatifs) afin de faciliter l’interprétation des résultats. Les variables sont réparties en deux blocs : le bloc des variables externes et celui des variables internes. Le bloc externe renferme comme variables : les prix du baril de pétrole brut (pp), notamment du Brent (en dollars US), les prix des produits alimentaires (ppa), en particulier celui des céréales (du blé américain (en dollar US/tonne), et le PIB réel des États-Unis (USPIB). Une variable muette est introduite dans le modèle afin de tenir compte des années covid-19 et de la guerre en Ukraine. Elle prend la valeur de 1 dans les années 2020 à 2022, et 0 ailleurs. Le bloc des variables internes comprend : le PIB réel du CARICOM, le taux d’inflation dans la zone, la consommation des ménages au sein du CARICOM, exprimée en pourcentage du PIB, et le solde commercial du CARICOM, exprimé en pourcentage du PIB.

Tableau 2 : Présentation des variables de l’étude

Variables exogènes

Signification

Description

Sources

pp

prix du pétrole brut

le baril de Brent en dollars US

CNUCED

ppa

prix des produits alimentaires

la tonne de céréales (blé américain) en dollars US

FAO et CNUCED

uspib

le PIB réel des USA

PIB des USA (en millions de dollars de 2015)

WDI

Variables internes

Signification

Description

Sources

PIB

PIB réel du CARICOM

PIB en millions de dollars US de 2015

FMI et WDI

infl

inflation

variation en % de l’indice des prix à la consommation (IPC)

FMI et WDI

con

consommation des ménages au sein du CARICOM

en pourcentage du PIB du CARICOM

FMI et CNUCED

sc

solde de la balance commerciale du CARICOM

en pourcentage du PIB du CARICOM

CNUCED

9Enfin, précisons que la spécification du modèle nécessite de rendre les séries stationnaires. Pour connaître les propriétés statistiques de ces variables, on utilise les tests traditionnels de stationnarité de Dickey-Fuller et de Dickey-Fuller augmenté. Les résultats de ces tests indiquent que le PIB réel des

10États-Unis ainsi que celui du CARICOM sont stationnaires en niveau, tandis que ceux des autres variables ont nécessité une transformation en différence première.

2.2. Méthodologie

11Les modèles vectoriels autorégressifs (VAR) structurels ont été introduits au milieu des années 80, en réponse aux critiques adressées à l’utilisation qui était faite des modèles VAR non-contraints pour analyser la propagation d’impulsions selon les principes préconisés par Sims (1980). Aujourd’hui, la littérature retient deux méthodologies pour modéliser les fluctuations économiques : le modèle SVAR, et le modèle dynamique en équilibre général et stochastique (DSGE).

12Dans notre cas, afin d’analyser les relations dynamiques qui existent entre les variables externes et les variables macroéconomiques internes, un modèle SVAR comportant un bloc d’exogénéité est employé. Il s’appuie sur la théorie économique qui impose des restrictions sur les relations causales contemporaines entre les variables. En ce sens, le modèle SVAR est préféré au modèle VAR standard pour analyser l’impact de chocs externes sur les économies domestiques. Les restrictions qui sont ainsi imposées impliquent que les variables externes peuvent avoir une influence sur les variables domestiques contemporaines. En revanche, les variables internes sont supposées ne pas affecter les variables extérieures, car les économies du CARICOM, sont de taille réduite et n’ont pas d’impact substantiel sur l’extérieur. L’économie de ces pays, s’exprime à l’aide du modèle SVAR comme suit :

AXt = A1Xt-1 + A2Xt-2 + .......ApXt - p + Ɛt (1)

Xt est un vecteur des variables endogènes, A est une matrice carrée qui capte les relations structurelles contemporaines entre les variables macroéconomiques, p est le nombre de retards et Ɛt est un vecteur d’innovations structurelles.

13La méthodologie adoptée ici est celle développée par Blanchard et Watson (1986), Bernanke (1986), Shapiro et Watson (1988), Blanchard et Quah (1989). Deux types de restrictions sont indiqués dans la littérature : les restrictions de court terme et les restrictions de long terme. Dans notre cas, nous avons choisi l’identification à la Blanchard et Quah (1989) afin de pouvoir identifier les chocs structurels du modèle VAR. L’identification des chocs structurels passe par l’imposition des contraintes de long terme qui, dans le cas présent, sont appréhendées à travers les matrices A et B comme suit :

14Le système ci-dessus renferme sept variables, divisées en deux blocs :- le bloc externe et le bloc interne. Les trois premières lignes des deux matrices correspondent aux trois variables exogènes (pp, ppa et uspib) et les quatre autres lignes représentent les variables internes. Soulignons qu’il n’existe pas de consensus sur le nombre de variables à employer dans un modèle SVAR. Roopnarine et al. (2019) ont utilisé 7 variables dans un modèle SVAR, tandis que M. Vargas et D. Hess du FMI (2019) pour leur part en ont utilisé 10.

3. Principaux résultats

15Dans cette section, nous présentons et analysons les résultats de nos estimations. Après identification des chocs structurels, l’estimation du modèle passe par la détermination de l’ordre des retards à prendre en compte. Pour ce faire, on s’appuie sur les critères d’information notamment sur les tests LR, FPE, AIC, SC, et HQ. Les résultats de ces tests suggèrent d’opter pour un retard de 1. En outre, l’estimation du VAR structurel passe également par l’estimation du modèle VAR standard, puis dans un second temps, on applique les contraintes de long terme identifiées précédemment, pour enfin, déterminer les chocs structurels, leurs impacts et leurs contributions aux fluctuations du modèle.

16Après estimation du modèle VAR structurel, nous présentons en annexe, les différents résultats empiriques obtenus. On s’intéressera plus particulièrement aux fonctions de réponse aux chocs et aux décompositions de la variance des erreurs de prévision. Les annexes A.3 à A.7 présentent les réactions du PIB et des autres variables internes aux chocs externes. Les réponses aux chocs externes permettent de conclure à un effet négatif du choc du prix du pétrole brut ainsi que celui des denrées alimentaires sur le PIB du CARICOM. Les résultats montrent également une vulnérabilité élevée des économies du CARICOM vis-à-vis à la fois des chocs domestiques et des chocs extérieurs, ils mettent en évidence l’importance des chocs d’offre dans l’explication des fluctuations du produit intérieur brut du CARICOM. Ainsi, on constate que, quel que soit l’horizon choisi, le court ou le long terme, les chocs d’offre (PIB + solde de la balance commerciale) expliquent environ 80 % de la variabilité de l’activité économique au sein du CARICOM. Les chocs de demande pour leur part ont une contribution de 20 % dans cette variation (dont 12 % de contribution attribuable à la consommation des ménages). En bref, dans l’explication de la dynamique du produit intérieur brut du CARICOM, on remarque que le choc du PIB réel des États-Unis est prédominant, suivi de celui du prix des denrées alimentaires. Nos résultats sont conformes à ceux obtenus par M. Vargas et D. Hess (2019) qui montrent, à l’aide d’un modèle SVAR appliqué aux pays de l’OECO, que la baisse du prix du pétrole brut et/ou de celle des denrées alimentaires couplée à une augmentation du PIB des États-Unis entraînent toutes choses égales par ailleurs une croissance du PIB dans l’espace OECO.

17Ces résultats sont également conformes aux tests de corrélation des variables ainsi qu’aux tests de causalité de Granger. Les tests de corrélation des variables (annexe A.2) montrent qu’au seuil de 1 % il existe une relation positive forte (0.96) entre le PIB du CARICOM et celui des États-Unis, de même qu’entre le PIB du CARICOM et le prix des produits pétroliers (0.88), entre le prix des produits pétroliers et celui du prix des denrées alimentaires (0.85), entre le solde de la balance commerciale du CARICOM et l’inflation (0.7), et entre le prix des produits alimentaires et le PIB américain (0.59). Enfin, il ressort du test de causalité de Granger (annexe A.3) qu’au seuil de 5 % le solde de la balance commerciale du CARICOM cause le PIB de cette zone et non l’inverse. Au seuil de 1 %, le prix des produits pétroliers explique celui des denrées alimentaires. Toujours au seuil de 1 %, le PIB du CARICOM cause le prix des produits alimentaires, et au seuil de 5 %, la consommation des ménages explique le niveau du prix des denrées alimentaires.

4. Prévisions macroéconomiques conditionnelles effectuées dans le cas du CARICOM et analyse des scénarios.

18Ces prévisions sont le résultat d’un processus interactif qui incorpore des données statistiques, un modèle macroéconométrique et les opinions de spécialistes.

4.1 Les données statistiques

19Elles proviennent d’une variété de sources, notamment des comptes nationaux (NIA) collectés par l’ONU, de la balance des paiements des divers pays fournie par le FMI. Les données fiscales sont extraites des données statistiques de Haver Analytics, et les indicateurs du développement émanent de la base des données de la Banque mondiale. Les statistiques relatives aux perspectives de l’économie mondiale et aux données financières sont proposées par le FMI, à travers son World Economic Outlook (WEO). Enfin, les données de population et les prévisions démographiques sont extraites des perspectives démographiques présentées annuellement par l’ONU. Une agrégation des données est ensuite réalisée à l’échelle mondiale, et par pays. Elle s’obtient par les moyennes pondérées du PIB des divers pays.

4.2 Le processus des prévisions conditionnelles

20Ce processus commence par la présentation d’un certain nombre d’hypothèses sur la croissance des pays en question et sur les prévisions du prix des biens considérés. Ces hypothèses sont ainsi utilisées comme des prérequis ou des conditions préalables à l’établissement des prévisions de croissance, qui sont réalisées à l’aide de modèles macroéconométriques, et de cadres comptables pour s’assurer à la fois du respect des identités comptables et de la consistance globale du modèle.

21Aussi, pour nous permettre d’effectuer les prévisions conditionnelles de croissance dans le cas du CARICOM, nous partons des perspectives de croissance de l’économie mondiale, extraites du WEO 2022 du FMI. Le tableau 3 ci-dessous en fournit un résumé succinct sur la période 2019-2024.

Tableau 3 : Perspectives de croissance de l’économie mondiale (en %)

Pays et régions

2019

2020

2021e

2022 p

2023 p

2024 p

monde

2.6

-3.3

5.7

2.9

3

3

États-Unis

1.7

-4.6

5.1

2.6

2.2

1.9

CARICOM

3.2

-6.7

8.9

6.9

6.5

4

Prix du pétrole brut

-9.9

-33.9

66.5

42

-8

-13

Indice des prix des produits non pétroliers

-4.2

3.3

32.7

17.9

-8.1

-3.1

Sources : Banque mondiale et FMI, 2022

22Le problème analysé ici revient à trouver une réponse aux questions suivantes : tout d’abord, quelle sera l’incidence sur la croissance du PIB du CARICOM, d’une augmentation (ou d’une baisse) de la croissance aux États-Unis, ensuite, quelle sera l’incidence sur la croissance du CARICOM d’une augmentation (ou d’une baisse) du prix du pétrole brut et/ou du prix des denrées alimentaires ?

23Pour ce faire, une évaluation du concept d’élasticité et sur sa représentation dans un modèle VAR est proposée ci-dessous. En économie, l’élasticité mesure la variation d’une grandeur provoquée par la variation d’une autre grandeur. Ainsi, dans notre cas, en se basant sur le tableau 3 ci-dessus, on constate que la croissance du PIB des États-Unis qui était à -4.6 % en 2020 (année de l’apparition de la pandémie de la covid-19) est associée la même année à une croissance de -6.7 % dans les pays du CARICOM. Par conséquent, la récession observée aux États-Unis en 2020 à cause de la pandémie a provoqué un effet récessif encore plus important dans les pays du CARICOM. L’élasticité de la croissance du PIB du CARICOM par rapport à celle des États-Unis s’élève dans ce cas à 1.4. En d’autres termes, à une diminution (ou à une augmentation) de 1 % de la croissance aux États-Unis correspond une diminution (ou une augmentation) de 1.4 % de la croissance du PIB dans l’espace CARICOM.

24De même, les fluctuations du prix du pétrole brut et/ou du prix des denrées alimentaires constituent une autre source de vulnérabilité significative pour les économies du Caricom. A une diminution de 33.9% du prix du pétrole brut constatée en 2020, est associée paradoxalement une baisse de croissance dans la zone Caricom de -6.7%, d'où une élasticité de la croissance du PIB du Caricom par rapport à la variation du prix du pétrole brut de 0.2. Dans ce contexte de pandémie, la baisse du prix du pétrole brut se traduit par un effet plus récessif qu'expansif dans cette zone. Ce résultat s'explique pour l'essentiel par une augmentation de l'intensité énergétique (consommation d'énergie par unité de PIB) constatée dans l'espace Caricom. Autrement dit, en termes d'élasticité, la consommation d'énergie durant cette période croît dans cette zone plus vite que le PIB. Par ailleurs, pour effectuer nos prévisions, nous retiendrons comme scénario de base, les fluctuations de l'activité économique aux Etats-Unis pour déterminer leur impact à moyen et long terme sur les principales variables macroéconomiques du Caricom. A cet effet, les données du tableau 3, relatives aux perspectives de croissance de l'économie mondiale, serviront à déterminer à l'aide du graphique ci-dessous, l'effet de l'activité économique et de la récession économique observée en 2020 aux Etats-Unis sur la croissance économique au sein du Caricom. Ce graphique, par la trajectoire identique des deux PIB observée sur la période 1995-2020, confirme la prépondérance de l'activité économique aux Etats-Unis dans l'explication des déterminants de la croissance dans l'espace Caricom. Il fait donc de cette variable, la principale source de variation de la croissance dans cette région.

Figure 2 : Effets de la récession aux États-Unis sur les économies du CARICOM

Figure 2 : Effets de la récession aux États-Unis sur les économies du CARICOM

25Enfin, le même scénario appliqué sur la période 2020-2025, retrace à l'aide des graphiques suivants, les prévisions de croissance du PIB du Caricom, de celles des Etats-Unis, de la consommation des ménages caribéens, et des investissements au sein du Caricom.

26Les résultats issus de notre modèle, montrent qu'au seuil de 5%, sous l'effet à la fois de la crise encore présente de la covid-19, et de celle de la guerre en Ukraine, les prévisions de croissance tant aux Etats-Unis que dans la zone Caricom affichent une tendance à la baisse sur toute cette période, tendance observée également à la baisse dans la consommation des ménages caribéens. Seuls les investissements, témoignent d'une tendance à la hausse.

27La figure 3 ci-dessous dépeint l’évolution des prévisions du PIB de base du CARICOM par rapport à celles des États-Unis. Les prévisions conditionnelles étant des prévisions simulées. Cette figure montre que la récession observée en 2020 aux États-Unis se traduit la même année par une baisse du PIB dans l’espace CARICOM.

Figure 3 : Prévisions de croissance des principales variables macroéconomiques du Caricom sur la période 2020-2025.

5. Recommandations de politique économique destinées à lutter contre les effets pervers de la covid-19, de la guerre en Ukraine et du changement climatique dans les pays du CARICOM

28Face aux évènements majeurs décrits précédemment, les pays du CARICOM devront prendre des mesures correctives appropriées pour aborder les défis auxquels ils sont confrontés aujourd’hui. Cela impliquera des changements structurels progressifs au plan économique, et un accroissement de la protection sociale en direction des plus défavorisés. Pour y parvenir, nous proposons les mesures suivantes :

5.1. Maintenir les transferts d’urgence envers les populations les plus vulnérables tout en aidant le secteur productif.

29Les transferts financiers devraient être combinés avec d’autres mesures telles que : le gel temporaire des remboursements d’emprunt à moyen comme à long terme, et nécessité de mettre en place des systèmes de protection sociale qui garantissent un mieux-être de la population.

5.2. Soutenir les politiques fiscales expansionnistes

30Les réponses de politique économique des pays du CARICOM ont été entravées par un espace fiscal limité, occasionné pour l’essentiel par un endettement et un service de la dette élevés. Malgré cette restriction, les dépenses dans cette zone géographique ont augmenté durant la pandémie, et des crédits ont été garantis. Dans ces conditions, afin de retrouver le chemin de la croissance, il est essentiel pour les pays en question d’investir dans des secteurs non conventionnels tels que : les sources énergétiques renouvelables, la digitalisation des secteurs d’activité, l’industrie pharmaceutique, spécialement dans le domaine des vaccins, la bio-économie, les soins de santé et de bien-être, l’économie circulaire et le tourisme durable. Dans tous ces domaines, il existe des fenêtres d’opportunité pour la création d’emplois de qualité.

31Étant donné l’espace fiscal réduit et les hauts niveaux d’endettement évoqués précédemment, il sera nécessaire pour soutenir une politique de dépense expansionniste et pour accéder au financement des investissements de procéder à une gestion coordonnée de la dette, à une réduction des dettes à court terme et à une augmentation des recettes fiscales à moyen terme.

5.3. Financement du développement : autoriser de nouvelles initiatives

32Les initiatives relatives à la dette nécessiteront des changements dans l’architecture internationale de la dette, ces changements visent en particulier les économies hautement endettées, en tenant compte pour cela de leur niveau de revenu. Par ailleurs, dans un passé récent, des économies de la caraïbe telles celles d’Haïti, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines et de la Dominique ont bénéficié de crédits importants dans un cadre binational et multilatéral ; crédits qui, notamment dans le cas de la Dominique, ont permis à ce pays de bénéficier du financement intégral par la République populaire de Chine de la construction et de l’équipement de son nouvel hôpital. De même, Haïti, dans un cadre bilatéral, a reçu du gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela, dans le cadre du programme Petrocaribe, d’importants crédits pour financer son développement, et, dans un cadre multilatéral, Haïti a également reçu d’importants crédits pour la reconstruction du pays après le séisme de 2010. Enfin, notons qu’un mécanisme de restructuration de la dette souveraine au plan international devient nécessaire de même qu’une agence de notation pour l’obtention de crédits au niveau multilatéral.

5.4. Améliorer la santé et l’éducation

33Les pays de la Caraïbe ont augmenté leurs dépenses de santé durant la pandémie. Coopération régionale et coordination des initiatives sont deux paramètres utiles dans une telle hypothèse. Étant donné les contraintes rencontrées en matière de logistiques pour la distribution des vaccins, des investissements en soins de santé devraient s’accroître, spécialement dans les soins de santé primaire. Par ailleurs, sur le plan de l’éducation, des établissements scolaires étaient dans l’obligation de fermer pour contenir la pandémie. Les fermetures d’écoles ont duré en moyenne 20 semaines dans la région.

34L’impact de la pandémie sur la santé mentale des enfants et adolescents a été observé pendant cette période où des enfants ont été exposés longuement à internet et à l’isolement social. En bref, des investissements dans le domaine de la santé et du bien-être des enfants et adolescents sont également urgents.

5.5. Rechercher une plus grande contribution du Guyana aux efforts d’intégration et de coopération économiques régionales.

35Depuis des décennies, les pays de la Caraïbe demeurent hautement dépendants des importations alimentaires. La Banque Mondiale estime que 80 % à 90 % de tous les biens consommés dans cette région viennent de l’étranger et que seuls quatre pays du CARICOM produisent plus de 50 % de leurs aliments (le Guyana, le Suriname, Belize et la Dominique). Parmi tous les pays du CARICOM et de l’Amérique latine en général, le Guyana est celui qui a réalisé en 2022 la croissance économique la plus élevée. Ce pays dispose de toutes les ressources nécessaires pour être le grenier de la Caraïbe. Il a des traditions agricoles, des sols fertiles, un excellent climat, une réserve d’eau douce particulièrement abondante, une superficie importante, une population active et jeune, une capacité portuaire avec des liaisons régulières vers la Caraïbe et les marchés nord-américains. Des milliards de dollars d’investissement international résultant des découvertes pétrolières en 2005 et exportées depuis 2015 constituent des atouts non négligeables pour ce pays et pour son développement. Dans ces conditions, le Guyana est appelé à jouer un rôle de premier plan au sein du CARICOM en contribuant notamment à améliorer la balance du commerce agricole et alimentaire de cette zone et à peser sur son développement économique. Par conséquent, il est urgent d’approfondir au sein du CARICOM une plus grande coopération économique et commerciale avec ce pays.

Conclusion

36Cette étude s’est fixé pour objectif, d’identifier au sein du CARICOM, les sources des fluctuations du produit intérieur brut, de l’inflation, de la consommation des ménages, et du solde de la balance commerciale. Ce faisant, elle vise à évaluer les réponses de chacune de ces variables aux fluctuations de chocs extérieurs majeurs que sont aujourd’hui : le prix du pétrole brut, celui des denrées alimentaires, et la variation de l’activité économique aux États-Unis. Nous avons donc identifié trois chocs à partir de la méthode de décomposition élaborée par Blanchard et Quah (1989). Les résultats issus d’un modèle VAR Structurel (SVAR), appliqué aux quinze économies du CARICOM, montrent que le prix des produits pétroliers ainsi que celui des denrées alimentaires ont un impact significatif sur la croissance du PIB des pays du CARICOM, ils montrent également une vulnérabilité élevée des pays du CARICOM vis-à-vis à la fois des chocs domestiques et des chocs extérieurs. En effet, à l’aide de deux instruments d’analyse du modèle SVAR que sont : la fonction d’impulsion et la décomposition de la variance de l’erreur de prévision, on constate une prédominance du choc de la variation du PIB réel des États-Unis dans l’explication des fluctuations du PIB au sein du CARICOM.

37Ces résultats révèlent que, quel que soit l’horizon choisi, le court ou le long terme, les chocs d’offre (PIB + solde de la balance commerciale) expliquent environ 80 % de la variabilité de l’activité économique dans l’espace CARICOM, et le choc de la demande explique les 20 % restants (dont 12 % de contribution attribuable à la consommation des ménages). Ces résultats sont conformes aux tests de corrélation des variables ainsi qu’aux tests de causalité de Granger. En bref, il en résulte qu’une augmentation du prix des denrées alimentaires et/ou de celle du prix du pétrole brut, couplée à une réduction du PIB américain se traduit, toutes choses égales par ailleurs, par une baisse du PIB du CARICOM. Compte tenu de ces résultats, et afin de faire face aux évènements majeurs décrits précédemment, nous recommandons aux responsables publics de ces pays, les cinq mesures suivantes : (i) maintenir les transferts d’urgence envers les populations les plus vulnérables, tout en aidant le secteur productif ; (ii) soutenir les politiques fiscales expansionnistes ; (iii) financer le développement en autorisant de nouvelles initiatives ; (iv) améliorer les secteurs de la santé et de l’éducation ; et (v) rechercher une plus grande contribution du Guyana aux efforts d’intégration et de coopération économiques et commerciales régionales. En résumé, il convient de réorienter les priorités établies, afin non pas à réduire la consommation des ménages, mais à augmenter la production.

Haut de page

Bibliographie

Acevedo, S. (2014). Debt, Growth and Natural Disasters: A Caribbean Trilogy, IMF Working

Paper 14/125.

Aghion, P., P. Bacchetta, R. Rancière & K. Rogoff (2009). "Exchange rate volatility and productivity growth: The role of financial development", Journal of Monetary Economics, 56 (4) : 494-513.

Arellano M. & S. Bond (1991). "Some Tests of Specification for Panel Data: Monte Carlo Evidence and an Application to Employment Equations," Review of Economic Studies, 58(2): 277-297.

Blanchard, O.J. & D. Quah (1989). " The dynamic effects of aggregate demand and supply disturbances", American Economic Review, 4 : 655-673.

Blanchard, O.J. & S. Fisher (1989). " A traditional interpretation of macroeconomic fluctuations ", American Economic Review, 5 : 1146 - 1164.

Browne, R., L. Edwards & W. Moore (2009). Tourism and Unexpected Shocks, Department of Economics University of West Indies Cave Hill Campus, Beaton.

Kimberly, A-M. & S. Thompson (2016). Non-Performing Loans in the ECCU: Determinants and Macroeconomic Impact, IMF Working Paper 16/229.

Briguglio, L. (1995). “Small island developing states and their economic vulnerabilities”, World Development, 23(9): 1615–1632.

Cantelmo, A., Bonato, L., Giovanni M. & G. Salinas (2019). Policy Trade-Offs in Building Resilience to Natural Disasters: The Case of St. Lucia, IMF Working Papers 2019/054,

Dodhia, D. (2005). The Emerging Debt Problems of Small States, A Preliminary Paper to the Commonwealth Finance Ministers’ Meeting, London, Commonwealth Secretariat.

Dupont, L. (2020). « Effets de seuil dans la relation entre tourisme et croissance économique dans les pays membres de l’organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO) », Études caribéennes, 47. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/20570 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.20570

Dupont, L. (2021). « Effets potentiels du covid-19 sur l’activité touristique dans les pays membres de l’Organisation des États de la Caraïbe orientale et détermination du seuil optimal de recettes touristiques qui maximise leur croissance économique», Études caribéennes, 49. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21758

Dupont, L. (2021). « Haïti à l’épreuve du covid-19 : impact économique potentiel du virus et détermination du seuil optimal de dépenses publiques qui maximise la croissance économique du pays», Études caribéennes, 49. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21783

Easterly, W. & A. Kraay (2000). “Small States, Small Problems? Income, Growth and Volatility in Small States,” World Development, 28(11): 18-35.

ECLAC (2021). “Fiscal panorama of Latin America and the Caribbean: fiscal policy challenges for transformative recovery post-covid-19, United Nations publication, Santiago ;

https://www.cepal.org/en/publications/46809

Endegnanew, Y., C. Amo-Yartey & T. Turner-Jones (2012). Fiscal Policy and the Current Account: Are Micro-States Different?, IMF Working Paper 12/51, Washington: International Monetary Fund.

Fatas, A. & I. Mihov (2005). Policy Volatility, Institutions and Economic Growth, CEPR Discussion Paper No. 5388 ; https://ssrn.com/abstract=887544 26

Fomby, T.B., Yuki, I. & L. Norman (2009). The Growth Aftermath of Natural Disasters, World Bank Policy Research Working Paper No. 5002 ; https://ssrn.com/abstract=1437954

Gavin, M. & R. Haussmann, (1998). “Macroeconomic Volatility and Economic Development”, In S. Borner & M. Paldam (eds), The Political Dimension of Economic Growth, Houndsmill, U.K., Macmillan, for the International Economic Association.

Gibson, J. & K. Nero (2008), “Why Don’t Pacific Island Countries’ Economies Grow Faster?”, In A. Bisley (ed), Pacific Interactions: Pasifika in New Zealand — New Zealand in Pasifika, Wellington: Victoria University Institute of Policy Studies.

Gounder, R. & S. Saha (2007). Economic Volatility, Economic Vulnerability and Foreign Aid: Empirical Results for the South Pacific Island Nations, Massey University Department of Applied and International Economics, Discussion Paper No. 07.02.

Gonzalez-Garcia, L. & Mrkaic (2013). Fiscal Multipliers in the ECCU, IMF Working Paper WP/13/117, International Monetary Fund, Washington DC.

Guerson, A. (2020). Government Insurance Against Natural Disasters: An Application to the ECCU, IMF Working Paper No. 2020/266, Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=3772470

Haddad, M., Lim, J.J., Pancaro, C. & C. Saborowski (2012). Trade openness reduces growth volatility when countries are well diversified, ECB Working Paper No. 1491.

Hnatkovska, V. & N. Loayza (2005). “Volatility and Growth”, In J. Aizenmann & B. Pinto (eds), Managing Economic Volatility and Crises: A Practitioner’s Guide, Cambridge University Press).

International Monetary Fund (2021). Eastern Caribbean Currency Union - 2021 Discussion on Common Policies of Member Countries, Washington DC.

Jayaraman, T. & C. Choong (2009). “Growth and oil price: A study of causal relationships in small Pacific Island countries”, Energy Policy, 37(6): 2182–2189 ; doi:http://dx.doi.org/10.1016/j.enpol.2009.01.025

Komatsuzaki, T. & S. Brito (2019). Financial Conditions and Growth at Risk in the ECCU, IMF Working Paper No. 19/247 ; https://ssrn.com/abstract=3523119 27

Loayza N. V., R. Rancière, L. Servén & J. Ventura (2007). “Macroeconomic Volatility and Welfare in Developing Countries: An Introduction”, World Bank Economic Review, 21(3).

Malik, A. & J. Temple (2008). “The Geography of Output Volatility,” Journal of Economic Development, 90(2): 163–178.

McIntyre, A. et al. (2016). Caribbean Energy. Macro-Related Challenges, IMF Working Papers 2016/053.

Mauricio, V. & D. Hess (2019). The Caribbean and its linkages with the world: A GVAR model approach. IMF working paper No. 2019/256

Medina-Cas, S. & R. Ota, (2008), Big Government, High Debt, and Fiscal Adjustment in Small States, IMF Working Paper 08/39.

Narita, M. (2014). “Fiscal Multipliers in the Caribbean”, In C Amo-Yartey & T. Turner Jones (eds), Caribbean Renewal: Tackling Fiscal and Debt Challenges, chapter 8 ; DOI: https://doi.org/10.5089/9781484369142.071

Nickell, S.J. (1981). "Biases in Dynamic Models with Fixed Effects," Econometrica, Econometric Society, 49(6): 1417-1426.

OECD (2021). Special feature: the Caribbean: Latin American Economic Outlook 2021 ; https://doi.org/10.1787/5fedabe5-en

Parlak, V., G. Salinas & M. Vargas (2021). Estimating the impact of external shocks on the ECCU: application to the covid shock, IMF working paper No. 2021/218.

Ramey, G. & V. A. Ramey (1995). "Cross-Country Evidence on the Link between Volatility and Growth", American Economic Review, 85(5): 1138–51.

Roach, K. (2014). Un análisis estructural de los choques de precios del petróleo en la macroeconomía de Jamaica, Monetaria, Centro de Estudios Monetarios Latinoamericanos, CEMLA, 0(2): 233-271.

Roopnarine, K., Bowrin, D. & S. Ramírez (2019). The impact of external conditions on a small open economy: a structural-VAR approach for Trinidad and Tobago, Working papers, Central Bank of Trinidad and Tobago, Port-of-Spain, ZDB-ID 2685092-8, vol. WP 2019, 04.

Rozenberg, J. et al. (2021). "Résilience à 360° : Un guide pour préparer les Caraïbes à une nouvelle génération de chocs", Banque Mondiale, Etudes économiques et sectorielles, No 7.

Strobl, E. (2012). “The Economic Growth Impact of Natural Disasters in Developing Countries: Evidence from Hurricane Strikes in the Central American and Caribbean Regions,” Journal of Development Economics, 97.

Sun, Y. & W. Samuel (2009). ECCU Business Cycles; Impact of the US, IMF Working Papers 2009/071, International Monetary Fund.

Thacker, N., S. Acevedo & R. Perrelli (2012). Caribbean Growth in an International Perspective: The Role of Tourism and Size, IMF Working Paper 12/235.

Tressel, T. & A. Prati (2006). Aid Volatility and Dutch Disease; Is There a Role for Macroeconomic Policies?, IMF Working Papers 2006/145.

Worrell, D. (2012). “Policies for Stabilization and Growth in Small Very Open Economies,” (Washington: Group of Thirty). URL: www.group30.org/images/PDF/ReportPDFs/O

Haut de page

Annexe

Annexes

A.1. Statistiques descriptives

A.2. Test de corrélation des variables

A.3. Tests de causalité de Granger

A.4. Test de stabilité du modèle

A.5. Résultats de l’estimation du modèle SVAR

A.6. Graphiques de la fonction d’impulsion

A.7. Décomposition de la variance des erreurs de prévision

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Dette publique brute, en pourcentage du PIB dans quelques pays du CARICOM et de l’Amérique latine
Crédits Source : ECLAC (2021)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 2 : Effets de la récession aux États-Unis sur les économies du CARICOM
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-3.png
Fichier image/png, 8,8k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-5.png
Fichier image/png, 25k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/26316/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Les réponses macroéconomiques des pays du CARICOM aux chocs extérieurs majeurs d’aujourd’hui »Études caribéennes [En ligne], 54 | Avril 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/26316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.26316

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

The George Washington University, louis.dupont038@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search