Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Hors-dossierL’insécurité dans la région métro...

Hors-dossier

L’insécurité dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et la déterritorialisation du quartier de Martissant (Haïti)

Insecurity in The Metropolitan Region of Port-Au-Prince and The Deterritorialization of the Martissant District (Haiti)
Neptune Prince

Résumés

Dans l’observation de l’insécurité criminelle, l’analyse territoriale représente un point important depuis les travaux des sociologues de l’École de Chicago. Initialement, elle ciblait le délinquant et l’environnement lui permettant de passer à l’acte. En arrière-plan, c’étaient les territoires à petites échelles qui étaient surtout visés, en particulier les quartiers. En Haïti, les quartiers se créent, évoluent et se multiplient. À l’échelle nationale, on en a eu officiellement 17 en 19501 qui jusque-là ne posaient pas de problèmes d’insécurité. Aujourd’hui, on en compte officiellement 64 à l’échelle nationale, même si en réalité les 400 bidonvilles qui existent environ sont tous des quartiers. En effet, face à la violence des « gangs » dans certaines zones, les quartiers connaissent un double phénomène : ils se déterritorialisent à cause de l’exode forcé des habitants, et se reterritorialisent aussi, car, les gangs prennent possession de ces quartiers, des maisons vidées de leurs légitimes occupants. Cet article vise à étudier ces deux phénomènes pour rendre compte des effets des affrontements entre les « gangs » suivant une dynamique territoriale, inscrite dans l’existence d’un contre-pouvoir urbain. Ainsi, nous interrogeons l’insécurité par ses effets territoriaux et sociaux. Les informations recueillies à partir des entretiens spontanés, réalisés avec des déplacés de Martissant (installés dans le Centre sportif de Carrefour), des documentaires et des photos nous fournissent quelques éléments pour mieux étudier le phénomène. Les premiers éléments d’informations nous éclairent, d’une part, sur les stratégies des habitants pour quitter leurs domiciles en vue de s’échapper aux violences des « gangs », d’autre part, sur leurs manœuvres pour reterritorialiser d’autres espaces. Ils nous fournissent des matières pour avancer l’hypothèse selon laquelle, la déterritorialisation des quartiers est une stratégie d’approvisionnement logistique en termes de détournement d’usage des dispositifs techniques et spatiaux. Enfin, l’article s’inscrit dans l’idée qu’il y a une dimension qui tient à la « rationalité limitée » de l’acteur criminel : en ville, la déterritorialisation des quartiers alimente l’abandon, l’appropriation des biens d’autrui, la facilité à commettre des délits et l’affaiblissement de la réaction sociale entrainant de nouvelles opportunités délinquantes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 Suite à une note du gouvernement haïtien d’augmenter le prix du carburant à la pompe (gazoline de 3 (...)
  • 3 Le 8 et 14 juillet 2022 à Saint-Marc, l’Association des Entrepreneurs de Saint-Marc a lancé une man (...)
  • 4 J’ai été invité le 2 avril, le 8 mai et le 9 juillet 2022 pour intervenir respectivement à la Radio (...)
  • 5 En moins de 10 ans, soit entre 2012 et 2022, 6 panels se sont créés sur YouTube pour dénoncer l’ins (...)
  • 6 Au cours des mois de mai et juin 2022, en Amérique du Nord (États-Unis et Canada), des compatriotes (...)
  • 7 Ces chiffres peuvent ne pas refléter la réalité, si on considère les dernières vagues récentes de d (...)
  • 8 Au lieu des actions publiques de solidarité internationale en vue de renforcer les Forces Armées d’ (...)

1La question de l’insécurité et de la criminalité à l’échelle des quartiers en Haïti est loin d’être passée au second plan depuis les évènements2 du 6 et 7 juillet 2018. Elle s’est au contraire, affirmée comme un thème majeur de la vie sociale et politique. L’expression « à bas à l’insécurité »3 est désormais l’une des premières revendications exprimées dans les manifestations en Haïti. Cette revendication, on la retrouve dans l’opinion publique à travers les médias traditionnels4, les médias sociaux5, dans des structures organisationnelles de la société civile (secteur privé d’affaire, universitaire, religieux.), dans les communautés haïtiennes de la diaspora6. C’est dire que le phénomène de l’insécurité et de la criminalité paraît une préoccupation quotidienne pour les citadins haïtiens. D’ailleurs, les données statistiques des quatre dernières années semblent corroborer ces préoccupations : 13 massacres de 2018 à 2021 ; 796 cas de kidnapping en 2020 et plus de 2 000 en 2021. En 2021, le nombre de personnes tuées par bal est estimé à 2 000, et une centaine est déjà comptée en 2022 (Hurbon, 2022). Environ 10 500 résidents7 des quartiers affectés se sont déplacés à cause de l’insécurité (ONU-OCHA, 2022). Cependant, cette préoccupation n’est pas remarquée8 dans les actions gouvernementales jusqu’à entrainer l’assassinat du président Jovenel Moïse dans sa résidence dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021.

2Le rappel de ces faits permet de contextualiser le phénomène de l’insécurité et de la criminalité dans la Région métropolitaine de Port-au-Prince (RMP). Dans cette agglomération, plusieurs quartiers ont été appropriés par des « groupes armés » dont les conséquences de leurs actes criminels alimentent deux autres phénomènes connexes : la déterritorialisation et la reterritorialisation (Théry, 2008). La déterritorialisation traduit, ici, un processus graduel de rejet de tout sentiment d’appartenance et d’abandon des activités socioéconomiques exercées par une population dans des espaces (privés et publics) qui donnaient vie et valeur à un territoire (Di Méo, 2017). Dans un tel processus d’abandon et de rejet, le territoire est vidé d’une bonne partie de ses contenus (humain et non-humain). L’espace devient alors un champ libre pour de nouveaux acteurs, de nouveaux usages et pratiques ainsi que de nouvelles formes d’appropriation et d’organisation sociospatiale. C’est bien ce phénomène Raffestin (1986) appelle processus de TDR (Territorialisation, Déterritorialisation et Reterritorialisation).

3D’abord, cet article vise à expliquer, à partir des données collectées auprès des résidents du quartier de Martissant, les principaux facteurs, liés à ces deux phénomènes territoriaux selon une approche pluridisciplinaire. Puis, en partant de la perspective criminologique de ceux qui expliquent l’insécurité et la criminalité à partir de la densité observée en milieu urbain fragmenté et fragilisé par l’anonymat, lequel sous-entend l’indifférence et l’absence de réaction collective aux actes isolés de la criminalité. Si l’anonymat renforce l’absence d’interaction, en revanche, la détérioration des infrastructures et équipements de services urbains consolide l’environnement propice au passage à l’acte criminel. Le choix du quartier de Martissant se justifie par le problème lié à l’insertion sociale (4/5 des chefs de « gangs » ont abandonné l’école avant leur terminale), lequel peut soulever le paramètre de la précarité socioéconomique (80 % vivent sous le seuil de la pauvreté avant d’être membre d’un « gang ») (Jean-Baptiste, 2017). Enfin, l’article s’inscrit dans l’idée qu’il y a une « rationalité limitée » de l’acteur criminel : en milieu urbain, la déterritorialisation des quartiers entrainant l’abandon et l’appropriation des biens, la facilité à commettre des délits et la faiblesse de la réaction sociale ouvrant la voie à de nouvelles opportunités délinquantes. En arrière-plan, j’interpelle les valeurs préventives de l’urbanisme dans une analyse écologique des opportunités criminelles.

1. Les « territoires de gangs » dans la Région métropolitaine de Port-au-Prince

4Le terrain apparaît de plus en plus comme un point incontournable dans les démarches de recherche scientifique. Son fondement s’inscrit dans les dispositifs et méthodes empiriques qu’il permet de mettre en œuvre pour collecter les informations nécessaires à la réalisation de la recherche. Ainsi, la démarche empirique suivie dans le cadre de cette recherche se fonde sur la RMP en se focalisant sur le quartier de Martissant où les données sont collectées à partir des méthodes regroupant les dispositifs des enquêtes exploratoires et des techniques d’entretien et documentaire.

  • 9 Sur les pages de certaines Ambassades étrangères en Haïti, l’expression « zone rouge » est un indic (...)
  • 10 Sur des trottoirs sont placés des feux allumés dans des réchauds à charbon par-dessus desquels sont (...)
  • 11 En Haïti 45 % de la population sont en insécurité alimentaire, 25 % des cadres de l’administration (...)

5Au cours des dix dernières années, les termes « zone de non-droit » et « zone rouge »9 sont souvent utilisés pour désigner des territoires urbains et pour qualifier, en même temps les populations en leur assignant une identité marginale (Prince, 2021). Depuis 2018, au-delà des controverses qui existent tant par son ampleur au quotidien10 que par sa variété11 de phénomènes qu’elle recouvre, l’insécurité dans la RMP a alimenté l’expression de « territoire de gangs ». Le terme « gang » est le mot anglais utilisé depuis l’École de Chicago pour traduire l’équivalent de « bande criminelle organisée » en français (Dubarry, 2007, Chesney-Lind, 2015). En d’autres termes, un « gang » est un groupe de criminels structurés avec, en général, un chef à sa tête, qui privilégient l’intimidation et la violence pour accomplir des actes interdits par la loi, et ce, dans le but d’obtenir richesse, pouvoir, reconnaissance sociale et le contrôle d’un territoire donné. En effet, l’expression « territoire de gangs » -même si elle peut, d’un côté, porter atteinte aux résidents non concernés, désigne, de l’autre côté, des quartiers et/ou des zones qui sont appropriés par des « gangs » comme lieux où ils exercent des opérations de racket, de rançons, de kidnapping, de viol, etc. Par la fréquence de ces activités criminelles dans la RMP, ces territoires ont été géolocalisés (Figure 1) pour donner un contenu géographique à l’expression. Nous l’utilisons pour rester attachés à l’idée de l’appropriation de certains quartiers où les criminels s’affichent publiquement dans des zones qu’ils délimitent par des moyens imposés entre les chefs de « gangs ». En effet, sur l’utilisation de l’expression « territoire de gang », il semble qu’il existe un consensus exprimé à la fois dans les médias et au sein des membres des « gangs », pour qualifier des zones où sont installés des groupes armés dotés d’une certaine « hiérarchie » opérant en « réseau de malfaiteurs » sous des pseudonymes (alias) qui s’enrichissent aux dépens de la population, de l’État et de la classe possédante (François et Prince, 2022).

Figure 1 : Territoires des « gangs » dans la Région métropolitaine de Port-au-Prince (Haïti)

Figure 1 : Territoires des « gangs » dans la Région métropolitaine de Port-au-Prince (Haïti)

Source : Makyavel Studios, 2022 et Neptune Prince.

  • 12 En 2019, on en dénombrait 162 (CNDDR), en 2020 Olivier (2020) a estimé le nombre à 177, en 2022, le (...)

6La RMP semble concentrer, outre les richesses et les services urbains de base, le banditisme et la criminalité à cause de l’attractivité que la capitale exerce dans l’organisation sociospatiale et sociopolitique du pays. 177 groupes armés disputent sa suprématie dont certains sont fédérés en 2 groupes principaux : G9 an fanmi e alye et GPèp (Olivier, 2020). Mais l’ensemble est dirigé par 9 principaux chefs de « gangs » connus sous les identités (allias) : (1) Micanor, (2) Isca, (3) Mathias, (4) Djouma, (5) Krisla, (6) Ezéchiel, (7) Sonson, (8) Ti Junior, (9) Barbecue (Olivier, 2020). Aucune des communes de la RMP n’est épargnée par ce phénomène de « gangs ». Semble-t-il que parler de « gangs » dans la RMP devient un sujet sur lequel presque tous les habitants ont « une chose » à dire ; certains, pour avoir vécu un cas d’agression, d’autres, pour avoir été témoin, et la majorité, pour avoir pu se renseigner à travers les médias. Outre cet aspect trivial du phénomène, les statistiques sur la criminalité et sur les violences urbaines dans la RMP corroborent les témoignages (Prince, 2020). Les données récentes (depuis les quatre dernières années) indiquent en effet, la montée inquiétante de la criminalité. Ainsi, rappelons que l’on avait recensé dans ladite région : 13 massacres de 2018 à 2021 ; 796 cas de kidnapping en 2020 ; plus de 2 000 connus en 2021, et déjà une centaine déjà en 2022 (Hurbon, 2022). Environ 10 000 personnes qui vivaient dans des bidonvilles dans la zone sud de la capitale de Port-au-Prince (Martissant, Village de Dieu, Fontamara, Cité-de-l’éternel) les ont abandonnés (Olivier, 2020). Plus de 2 000 personnes avaient été tuées par balle au cours de l’année 2021 dans ces quartiers, faisant considérer que le pays était en situation de guerre (Ibid.). Or c’est loin d’être le cas. Étant donné que les « gangs »12, chiffrés à plus de 200, continuent de recruter de nouveaux membres pour renforcer leurs territoires, leur capacité, leurs « pouvoirs ». Dans une ambiance, ne faudrait-il pas s’attendre encore à des affrontements beaucoup plus meurtriers ?

2. Le quartier de Martissant abandonné par l’État et récupéré par les gangs

  • 13 Le mot bloc est de plus en plus utilisé dans les bidonvilles à Port-au-Prince pour désigner des par (...)

7En 1925, le quartier de Matissant devient l’une des premières expansions territoriales de la ville de Port-au-Prince (Prince, 2021). Le 10 septembre 1953, la ville de Port-au-Prince a intégré par arrêté communal ses faubourgs, dont Martissant (Corvington, 2012). Jusqu’en 1980, Martissant avec le parc Leclerc qui s’y trouve était l’une des meilleures destinations touristiques de Port-au-Prince. La partie du sud-est du quartier, située au piémont du Morne l’Hôpital, affiche par son paysage verdoyant l’une des plus belles vues de la zone. (Atlas d’Haïti, 1950 cité par Corvington, 2012). Les vagues successives de l’exode rural vers Port-au-Prince ont alimenté la bidonvilisation du quartier au point qu’il est devenu aujourd’hui le plus grand bidonville de la commune de Port-au-Prince. Situé au sud de Port-au-Prince, le quartier est habité par environ 250 000 habitants, soit une population supérieure à la ville de Bordeaux en France (Jean Baptiste, 2017). Sa population représente plus de ¼ de celle de la ville de Port-au-Prince. Séparé par des « blocs »13 ou des localités tels que 1ere avenue Bolosse, 2ere avenue Bolosse, les Martissant 1-A à Martissant 23, Ti Bois, Jeannot, les Fontamara 1 à Fontamara 27. Le quartier répond à la plus forte demande de logements à Port-au-Prince pour les démunis (Figure 2).

Figure 2 : Quartier de Martissant et ses localités (Haïti)

Figure 2 : Quartier de Martissant et ses localités (Haïti)

Source : David Telcy, 2022

8Dans les interstices du quartier de Martissant (Figure 2) se sont établies des conditions environnementales importantes pour passer à l’acte criminel. Il fait partie des territoires vulnérables (physique et social) de Port-au-Prince qui sont alors fortement marqués par une forte densité, par la pauvreté, par la dégradation, par l’insalubrité et par l’absence de tout service urbain de base. Dans ce quartier, l’expansion des bidonvilles tout comme l’ordre social ainsi que la sécurité ont, en conséquence échappé au contrôle des pouvoirs publics.

9Hormis la constitution de la littérature grise et scientifique sur l’état des travaux antérieurs concernant le phénomène étudié, cet article est fondé sur les résultats des observations du quartier de Martissant via des photographies, vidéos et reportages médiatiques publiés à travers les réseaux sociaux. Ces premiers matériaux ont été complétés par des témoignages collectés auprès des passagers faisant le va-et-vient entre la commune de Carrefour et celle de Port-au-Prince en passant par Martissant via la Route Nationale numéro 2 (RN2) et celle de Saint-Jude en passant par la montagne. Les données collectées sont donc renforcées par une enquête de terrain menée auprès de 12 ménages déplacés ; fuyant les affrontements entre les « gangs ». 12 entretiens avaient été réalisés avec ces déplacés selon le critère qu’ils ont associé au statut d’anciens résidents du quartier de Martissant. Il s’agit pour nous d’éviter de balader dans le quartier où le niveau de risque est très élevé. Pour ce faire, la forme du récit a été privilégiée pour donner à l’interviewé la possibilité de raconter leurs vécus de l’évènement. Pour ne porter préjudice aux enquêtés, nous avons procédé à l’anonymat des récits dont certains extraits sont placés en annexe compte tenu de leurs richesses en information sur le phénomène étudié.

3. Affrontements entre les « gangs » et la déterritorialisation du quartier de Martissant 

3.1. La fuite et les stratégies des ménages face aux violences des gangs

10Les réflexions sur la délocalisation des activités socioéconomiques et sur les dimensions territoriales des activités criminelles sont centrales pour comprendre la dynamique de la déterritorialisation des quartiers. Elles renvoient à la notion « dés-habiter » les quartiers dans des contextes de conflits armés. La des-habitation des quartiers en situation de conflits est cette dimension géographique et socioéconomique très peu étudiée comme expérience de soi avec l’espace et des autres (Lazzarotti, 2014). La déterritorialisation du quartier de Martissant est donc un cas considérable dans les analyses des territoires déshabités.

11Depuis le 1er juin 2021, des « gangs » rivaux s’affrontent dans le 3e arrondissement de Port-au-Prince, notamment dans les quartiers de Martissant et Fontamara (Figure 3). Le bilan partiel officieux du premier jour des affrontements fait état d’au moins 10 personnes tuées par balles, une cinquantaine de blessés, des maisons et petits commerces ambulants incendiés, 1 089 résidents se sont déplacés dont des femmes, de jeunes enfants (Hurbon, 2022). Le bidonville de Cité-Soleil cède sa place à Martissant passant d’une zone quasi paisible d’autrefois à un « territoire de gangs » d’aujourd’hui.

Figure 3 : Membres de l’un des deux groupes rivaux dans l’affrontement

Figure 3 : Membres de l’un des deux groupes rivaux dans l’affrontement

Source : Photographe inconnu

12Le quartier de Martissant connait des scènes de violence de façon sporadique depuis une vingtaine d’années. Ce qui a contribué au déplacement des gens de la petite bourgeoisie, des commerçants de la classe moyenne mettant en péril le développement des activités socioéconomiques, installées déjà dans les années 1970. Progressivement, la violence et la criminalité deviennent l’une des opérations d’enrichissement, de reconnaissance, d’exhibitions des forces masculines et de pouvoirs pour des centaines de jeunes garçons. En effet, la figure 3 présente une bande appelée « G-pèp-alye Kris la » qui est constituée de jeunes garçons âgés en moyenne de 25 à 30 ans.

  • 14 Propos d’un interviewé, ancien résident de Martissant.
  • 15 Propos recueilli auprès du maire de Carrefour qui se plaigne de ne pas pouvoir accueillir les habit (...)

13Face aux violences et aux actions criminelles, « plus de 100 000 résidents de Martissant quittent leurs résidences et leurs activités » a affirmé le maire de la commune de Carrefour dans un entretien. « Le quartier est mort »14, c’est-à-dire sans activité au cours de la journée ni pendant la nuit. Les rues sont désertes, les maisons sont fermées, des équipements scolaires et religieux sont abandonnés »15. Parmi les déplacés, certains sont des propriétaires qui y vivaient depuis près de 20 ans, et d’autres, qui sont des locataires, lesquels constituent le cœur des petites activités socioéconomiques. Leurs profils sont variés : ils sont des marchands de rues, des boutiquiers, des professionnels et ouvriers de constructions, des enseignants, des policiers, des chauffeurs de taxi, des chômeurs, etc. Ils abandonnent leurs domiciles pour se réfugier dans des lieux publics, dont le Centre sportif de Carrefour (Figure 4 A), situé au sud des lieux d’affrontement entre les « gangs ».

Figure 4 : Vue l’est du Centre d’accueil et des déplacés de Martissant (Haïti)

Figure 4 : Vue l’est du Centre d’accueil et des déplacés de Martissant (Haïti)

Source : Photo de Neptune Prince, 2022

  • 16 Avec les larmes aux yeux, un vieillard de 67 ans, un refugié du camp au Centre sportif de Carrefour (...)

14En juin 2021, le Centre sportif de Carrefour a accueilli 1 089 déplacés, soit 302 ménages. Les draps étendus par terre sont des indicateurs de répartition de l’espace par les ménages. Du « Ménage 1 » à l’arrière-plan de la photo le nombre de ménages est supérieur à quatre. Pour fuir la violence et la criminalité, les ménages sont contraints de partir avec les objets les plus ordinaires : « nous partons avec des objets qui laissent croire que nous revenons, sinon les chefs (de gangs) allaient nous tuer » (propos du Ménage 1). Les pots et les sceaux sont liés à la stratégie développée par les chefs de ménages, et que je peux appeler « simulation du retour ». Pour fuir, les ménages font semblant de partir à la recherche de l’eau ou de la nourriture à partir d’un ustensile domestique (gallon, « bokit », assiette…). Cette simulation est développée par les habitants pour troubler la vigilance des « chefs de gangs ». Par rapport à cette stratégie utilisée souvent par les femmes pour dissimuler leur départ, les hommes voulant quitter le quartier utilisent une imposition fixée par les « gangs » : à pied ou à motocyclette, ils doivent garder les mains en l’air comme signe d’obéissance (Figure 4B). Dans ces circonstances, la logique de la fuite est simple : « la vie vaut mieux que tout »16.

15Incapables de faire face aux « gangs », les policiers de Martissant ont été forcés d’abandonner le Commissariat (Figure 5). Les commerçants ambulants et les boutiquiers ont aussi abandonné leurs activités économiques.

Figure 5 : Commissariat de Police et activités socioéconomiques abandonnés depuis 2018 à Martissant (Haïti)

Figure 5 : Commissariat de Police et activités socioéconomiques abandonnés depuis 2018 à Martissant (Haïti)

Source : Neptune Prince, 2020

  • 17 Propos d’un déplacé de Martissant, réfugié dans le Centre sportif de Carrefour.

16L’abandon du Commissariat de Martissant par les policiers met en avant un déséquilibre dans les rapports de force entre le fonctionnement des « gangs » de Martissant et la police. Le fonctionnement des « gangs » prouve qu’ils disposent des stratégies, des matériels et des équipements leur permettant de continuer de défier les forces de l’ordre. Un habitant a affirmé avec un rire moqueur : « si même la police ne résiste pas aux affrontements entre les “gangs”, que dois-je faire sinon de vider le lieu.. »17. L’abandon du Commissariat n’est pas un indicateur de faiblesse des forces de l’ordre face aux « gangs », il est l’expression d’une demande de reconstruction de l’État dans sa force matérielle. Ainsi, la crise de sécurité haïtienne a quand même pour bienfait de signaler la nécessité de reconstruire l’État. La reconstruction d’un État implique un faisceau d’acteurs visant tous ; le même objectif : celui de parvenir à instaurer une paix sociale durable. Cette notion de durabilité s’inscrit donc dans le temps avec la nécessité de s’investir à long terme dans les institutions de l’ordre social, dans l’humain, dans les services urbains de manière à instaurer une ère nouvelle de gouvernance et d’administration des biens publics comme la sécurité.

17Les affrontements entre les « gangs » ne signifient pas seulement l’établissement de la violence et de la criminalité. Il y a aussi une charge logistique, politique, sociale et humanitaire que cela entraine. Car, les infrastructures et les équipements sont souvent dévastés, de nombreuses personnes ont été déplacées de force et ayant été brutalisés de diverses manières. De plus, la confiance dans les institutions publiques est au plus bas, l’économie est à reconstruire. Les individus, les entreprises et la société, tout comme l’État, tous souffrent des conséquences de la violence armée. Ce fragment d’entretien, réalisé avec une victime des affrontements entre les gangs témoigne les péripéties des déplacés de Martissant :

Enquêteur : Veux-tu me parler de toi ?
Enquêté : Je suis née en 1992. Je suis une « Madan Sara ». Habituellement, je vais en province pour acheter des produits pour revendre à Port-au-Prince. J’ai grandi à Martissant dans l’Avenue Bolosse. Mais, j’ai habité à ruelle Lajoie à Martissant 23 avant de quitter le quartier. Je suis mariée et mère de 3 enfants.
Enquêteur : Raconte-moi, comment es-tu arrivée là ?
Enquêté : Depuis le 1er juin 2020, quand les affrontements ont commencé à Martissant 1 et 2, il y avait beaucoup d’habitants qui ont laissé leurs maisons pour venir s’abriter à Martissant 23. On riait de leur sort (rire…). Mais, deux jours après, des individus armés ont envahi Martissant 23. Ils nous ont forcés à quitter la zone avec les mains en l’air. Moi, j’ai pris des récipients (yon bokit), je faisais semblant d’aller chercher de l’eau. Dans un premier temps, on était une centaine à aller nous s’installer à Mon Carmel. Peu de temps après, l’espace est devenu trop insalubre, nous ne pouvons plus respirer l’odeur de pipi et de matières fécales. J’ai appelé un prêtre catholique qui nous a conduits le dimanche 6 juin dans l’après-midi à Saint-Jude, dans la cour de l’église. Petit à petit, les gens arrivent. Le prêtre était obligé d’appeler le magistrat de Carrefour pour trouver un espace plus grand. C’est ainsi que je suis arrivé au Centre avec ma famille. [...]. J’ai quitté chez moi sans rien prendre, même l’acte de naissance de mes enfants, ma carte d’identité, les papiers de mon terrain, j’ai tout laissé… (Extrait d’un entretien réalisé en créole haïtien auprès d’une ancienne résidente de Martissant, réfugiée dans le Centre sportif de Carrefour. Traduction de Neptune Prince).

18Les données collectées dans le cadre de cet article montrent que plus que 70 % des déplacés de Martissant sont des « actifs-occupés », c’est-à-dire en âge de travailler. Cependant, les problèmes d’accès aux emplois les poussent à exercer des activités telles que : « Madan Sara », commerce ambulant, « Bòs mason », lavandière, chauffeur de taxi, professeur, etc. Ils sont en majorité des femmes, dont l’âge moyen est de 40 ans. Le nombre de ménages déplacés a été estimé à 389, la taille moyenne des ménages est de 5 personnes. Plus de 80 % sont occupés par des locataires. Cet extrait d’entretien peut témoigner des traits importants de leurs profils ainsi que certaines violences institutionnelles et structurelles, outre que celles physiques dont ils sont victimes.

19Il y a, ici, un enjeu sociopolitique au niveau de la reconstruction post-conflit : comment permettre la relocation de ces habitants dans un quartier en évitant qu’ils replongent dans le conflit via la vengeance ? Depuis la fin de la guerre froide en occident, la communauté internationale a adopté une combinaison de mesures pour faciliter les transitions de conflits au post-conflit : réformes des institutions publiques, du secteur de la sécurité, et instauration d’une justice compensatoire (David et Schmitt, 2020). Si ces mesures ont été couronnées de plus ou moins de succès, elles sont loin d’être l’objet de discussion dans l’opinion publique, ce qui souligne l’immense difficulté de la crise haïtienne, si l’on envisage les tâches à accomplir pour instituer un environnement post-conflit faisant la base d’un rétablissement d’une paix durable.

20Les observations de terrain et les données collectées auprès des anciens résidents de Martissant permettent d’évoquer trois formes de déterritorialisation du quartier :

Premièrement, elle prend la forme d’un processus par lequel le territoire est vidé de son contenu socioéconomique « normal ». Il est mis en œuvre par l’abandon de la population locale laissant le territoire aux seules opérations criminelles. Le fait que le quartier est vidé de sa population, toute tentative de réaction sociale collective à l’encontre des actes criminels est affaiblie et, par conséquent, les pratiques pour la criminalité augmentent.

21Deuxièmement, la déterritorialisation du quartier comme conséquence des affrontements entre les « gangs » se caractérise par un effacement de l’État et des pouvoirs publics locaux. Cet aspect politique signifie qu’il y a comme enjeu, l’affaiblissement des contrôles par les forces de l’ordre, ce qui rend accessible toutes les frontières dans les espaces publics. Il s’agit d’une élimination de toutes les contraintes spatiales imposées par les États et les dispositifs spatiaux. De fait, la déterritorialisation du quartier de Martissant traduit un affaiblissement des contraintes sociales, ce qui renforce en conséquence, les comportements anomiques des criminels. Le mal qui est ainsi banalisé ouvre la voie libre à la poursuite des opérations criminelles et celle de l’élimination des contraintes physiques liées au territoire.

22Troisièmement, la déterritorialisation peut être comprise à travers un rejet de tout sentiment d’appartenance et de résidentialité exprimé par les anciens résidents. Aucun des résidents interviewés n’a exprimé une volonté de revivre dans leurs anciennes demeures : « le quartier est foutu » en voilà un terme par lequel un résident a affirmé son rejet. Une déterritorialisation immatérielle se manifeste dans ces dynamiques de délocalisation et relocalisation des résidents qui s’affranchissent des valeurs symboliques de leurs résidences et du territoire. En l’occurrence, la déterritorialisation du quartier de Martissant peut aussi, se penser en termes d’affaiblissement des identités territoriales à l’heure des affrontements entre « gangs ». Ce qui peut susciter, en réaction, une forte demande sociale accrue de logement et d’accès au foncier dans les zones de transit ou d’accueils. On va sans doute observer également de nouvelles zones d’expansion de bidonvilles dans la proximité des places et activités socioéconomiques. 

3.2.La reterritorialisation de Martissant : des nouvelles opérations criminelles

23Les relations entre insécurités et territoires sont assez complexes. D’une part, il semble que les affrontements entre les « gangs » et les dynamiques de déterritorialisation ont engendré un blocage de circulation des marchandises et des capitaux, ce qui en conséquence, a forcé aux membres des « gangs » à développer de nouvelles pratiques d’enrichissement. D’autre part, avec les nouvelles pratiques de rente, observées notamment sur la RN2, le territoire de fonctionnement exige plus d’efforts, pour alimenter le réseau de « gangs », ce qui induit donc, en même temps, une interdépendance entre la déterritorialisation et la reterritorialisation du quartier. En effet, la reterritorialisation correspond à l’idée selon laquelle les territoires sont à même de s’organiser et de faire face aux difficultés internes, au travers de nouvelles pratiques d’organisation territoriale fondées sur l’existence de nouveaux modes criminels opérationnalisables. Par exemple, la mise en œuvre de nouvelles cibles sur les routes inter-quartiers via des circuits-courts qui visent à recéler les passagers et les chauffeurs sur les routes.

24Ainsi, l’action des « gangs » s’avère fondée par l’existence de nouveaux types de relation de confiance, de pouvoirs et de rapport financier, caractérisés par de nouvelles procédures dans les modes d’opération. Grâce à ces types de relation, les passagers et les chauffeurs sont de moins en moins victimes par des tirs mortels. En effet, la reterritorialisation de Martissant fait écho à une opération criminelle qui fait aussi l’objet d’une forme de « protection » des cibles en fonction de la logique financière. Économique, cette logique implique une fonctionnalité axée sur une rationalité criminelle limitée. Ainsi, la reterritorialisation de Martissant est marquée par deux aspects particuliers : (1) une nouvelle forme d’opération criminelle mise en œuvre sur la RN2 (2) et la forme d’une structure de pouvoirs fonctionnant de façon informelle.

Témoignage

Pour passer à Martissant : un risque mortel outre les rançons à payer

En moins de deux ans, Martissant est devenu un véritable cimetière pour nous les passagers qui habitent la zone sud de la capitale. Ceci est dû à une guerre sanglante entre gangs armés qui règnent dans la zone en véritable maitre et seigneur. À cause de cette situation, j’ai dû laisser ma demeure pour trouver un autre endroit où me réfugier pour ne pas fermer mon dossier à l’université […], une situation à laquelle je n’ai pas été vraiment préparé.

Depuis lors, aller chez moi à carrefour parfois s’avère être une mission périlleuse. Lorsqu’il ne s’agit pas de grimper les mornes de Saint Jude, il faut se croiser les doigts pour traverser la vallée de la mort. Une traversée qui coûte parfois la vie à certains passagers, et pour d’autres, ils se font dépouiller par ces hommes armés. Dans tous les cas, il y a un prix à payer. Ces derniers temps, un calme apparent règne sur la route de Martissant, mais cela à un prix.

Aller à Carrefour en empruntant cette voie, c’est être en mesure de retenir ses souffles pour une dizaine de minutes en traversant Martissant 7 à Fontamara 43. En effet, à partir de Martissant 7, où se trouve le commissariat, on peut constater des dizaines d’hommes armés sur tout le parcours, ils sont là pour rançonner les chauffeurs et surveiller la zone. Ainsi, les tarifs sont fixés en fonction du nombre de passagers que les bus peuvent contenir. Les petits bus : 50 dollars, les grands bus : 100 dollars. La route devient une route à péage. Ce n’est pas tout, en arrivant à Fontamara, il faut encore faire un autre versement, que je ne connais pas vraiment le montant. En traversant cette route, on est privé de certains droits, comme le droit de répondre à un appel téléphonique, le droit de regarder partout où l’on a envie, etc. au risque de voir son bus criblé de balles.

Une fois, je rentrais chez moi à carrefour, j’ai essayé de jeter un coup d’œil hors du bus afin de voir où je me trouve, malheureusement je me trouvais à Martissant 7 et j’ai été vivement réprimandé par les autres passagers, et ceci avec des propos vraiment malsains et violents. À ce moment-là, je n’ai pas pipé mot, car j’ai compris qu’ils ont été tous stressés et qu’en regardant dehors ce jour-là, je pouvais provoquer une fusillade, ce que je ne savais pas. À carrefour, je n’y vais pas trop souvent maintenant, mais à chaque fois que je dois emprunter cette route pour aller voir ma famille ou mes amis, le stress me hante. Ce n’est pas facile de faire un tel parcours, sachant que tout au long de la route, sous les yeux de tous les passagers, des jeunes exhibent leur arme à feu.

Source : Témoignage d’un passager à Martissant

25Ce témoignage du passager à propos des menaces de violence par des gangs armés sur la RN2 est un cas important qui permet de rendre compte qu’un territoire n’a de sens que s’il a un contenu démographique et socioéconomique. En l’occurrence, la déterritorialisation de Martissant ne peut être pensée sans sa reterritorialisation en termes d’activités nouvelles et d’organisation sociale.

3.3. De l’existence d’un pouvoir informel : organisation des « gangs »

26S’il est évident que la reterritorialisation du quartier est marquée par l’existence d’un pouvoir informel, ce que représente l’organisation des « gangs » à Martissant comme structure organisée qui a su sortir de la déterritorialisation du quartier prenant sens dans une dynamique de reconnaissance en anéantissant les forces de l’ordre. Cette démarche d’effacement des pouvoirs publics rentre dans ce que le philosophe Jacques Derrida (2003) qualifie par la notion de Voyou. « Le voyou défiant l’instance qui, représentant le droit, détient et s’assure en fait le monopole de la violence » (p. 101). Pratiquement, les « gangs », par l’effacement de l’ordre public, créent et deviennent eux-mêmes un contre-État. Ils défient toute souveraineté et autorité qui ne correspond pas à la structure mise en place. L’organisation de leurs modes d’opération est devenue clairement cette spectaculaire manifestation d’un pouvoir informel (Figure 6).

Figure 6 : De l’organisation des « gangs » de Martissant (Haïti)

Figure 6 : De l’organisation des « gangs » de Martissant (Haïti)

Source : Neptune Prince

27Ici l’informel est loin de traduire absence d’organisation. L’informalité de ce pouvoir réside dans le fait qu’il n’émane pas des institutions publiques. Son informalité n’empêche pas pour autant qu’il ne soit pas légitimé, car les « chefs de gangs » sont donc reconnus et légitimés par des structures sociales comme les Médias, des ONG, en coulisse par des acteurs des pouvoirs publics, des entreprises locales, des associations de base (Olivier, 2020). La Figure 6 montre la structure sociale des gangs incluant les niveaux micro, méso et macro. Nous pouvons donc nous interroger à la fois sur la violence du dispositif médiatique lui-même et sur la manière dont les médias, tout en autorisant et facilitant cette violence, tentent de la territorialiser et la cadrer comme mode d’accès à la visibilité : les « chefs de gangs » qui parlent aux hommes politiques, aux hommes de la bourgeoisie, pour qui certains « bandits » font du social (Orisma, 2020). À cela, s’ajoute le fait qu’aucune des armes et munitions utilisées par les « gangs » n’est fabriquée en Haïti, ce qui révèle forcément l’implication des fournisseurs importants qui sont méconnus du grand public, fonctionnant dans des zones grises, avec qui les « commandants en chef » entretiennent des relations d’approvisionnement. Le déclin de la sanction sociale en milieu urbain fait que certains présumés ont droit à la parole publique, sans aucune forme de gêne. En dernier ressort, l’interrelation de ces différents paramètres de la sécurité et de la criminalité se caractérise par la culture du « kach », c’est-à-dire la circulation de l’argent en espèce.

28Le quartier de Martissant comme territoire à plus petite échelle et fortement densifié dans la commune de Port-au-Prince est désormais l’artefact sociospatial de construction et de destruction d’acteurs. Ces territoires dans ce contexte renvoient à ce que l’on appelle « une territorialité actantielle de la criminalité » au sens d’une dynamique territoriale de fabrication d’acteurs. Les membres des « gangs » sont désormais des acteurs territorialisés : certains sont des « acteurs endogènes » (Di Méo, 2014), c’est-à-dire qui sont originaires des quartiers et développent avec leur espace un sentiment d’appartenance poussé au point qu’ils revendiquent toutes actions accomplies dans les découpages des territoires. D’autres sont des « acteurs transitionnels » (Ibid) qui profitent des activités criminelles, mais qui ne résident pas dans les quartiers. Devenus les principaux acteurs de la vie du quartier de Martissant depuis 2018, les « gangs » permettent de faire une analyse territoriale importante.

29Ainsi, sous l’effet des affrontements entre les « gangs » de Martissant, le quartier se déterritorialise et reterritorialise. La déterritorialisation est utilisée ici, pour traduire un processus engagé par un ensemble d’acteurs « criminels » mettant en place une organisation sociospatiale régi par des rapports de forces et de tensions, des intérêts économiques, des règles ad hoc, des configurations spatiales, et qui font advenir le territoire pour exister de façon opérante. Le pouvoir de déterminer la fonctionnalité des territoires, d’imposer les limites en fonction des ressources disponibles et les possibilités de rançonner les gens sont déterminants dans l’organisation des « gangs ». De plus, la commande du « territoire de gangs », quel que soit, les critères sur lesquels elle est fondée, est attribuée à celui qui a le pouvoir d’établir ses « règles » de la déviance après avoir prouvé sa force dans l’expérience des opérations criminelles.

3.4. Le mode de vie des « soldats des gangs » 

  • 18 Les structures socioéconomiques (famille, écoles, médias, la mode, État…) semblent véhiculer des mo (...)

30Le mode de vie est un concept très utilisé dans de nombreux contextes pour rendre compte de la manière dont les individus d’une société ou d’un groupe structurent leurs conditions de vie. Il s’agit d’une notion essentielle à la compréhension des mécanismes organisationnels mis en place par les individus dans une période où les « structures socioéconomiques »18 paraissent de nature à bouleverser le vivre ensemble.

31Le mode de vie des « soldats » des « gangs » est un aspect très important dans la compréhension de l’organisation sociospatiale de la criminalité. Autour d’un « foyer », un lieu de rassemblement, un point de repère, un lieu de ravitaillement, et parfois de rigolade entre eux, un lieu de partage de recettes et/ou des rançons, un lieu de stockage des voitures volées…, se sont distribués des rôles et des fonctions. Au cœur de cet endroit, s’organisent des rencontres et de partage d’informations en présence d’un « chef » appelé par les « soldats » commandant ou « bòs ». En cas de conflit et d’impairs, ce lieu se transforme en tribunal où des jugements sont prononcés verbalement suivis par des sanctions jusqu’à l’assassinat du « soldat » jugé coupable. Ce lieu que l’on pourrait appeler « nid des gangs » n’est pas totalement coupé de l’extérieur. Il existe une véritable dynamique nécessitant des trajectoires variées qui permet au « chef » et aux « soldats » de se nourrir et de prendre du plaisir sexuel à partir des cohortes de femmes faisant le va-et-vient sous la commande du commandant. À travers cette dynamique territoriale, s’établit une complicité entre le « commandant », les « soldats » et des femmes, mère des enfants du « chef », prostituées au service du désir des « soldats ». Cette dynamique est possible grâce à un ensemble d’agents de renseignements, appelé au sein des « gangs », « espion » ou « antenne », travaillant à partir d’un langage codé à l’image de la Police. Le rapport entre les concernés de cette dynamique est maintenu par la peur, la crainte, la monétisation, la force et la violence. Ainsi, au-delà des opérations criminelles collectives, il existe aussi un mode de vie collectif au cœur de ce lieu de rencontre.

  • 19 Il existe une véritable hiérarchisation entre les membres que l’on peut observer à travers de la no (...)

32Au sein d’un « gang », il peut exister plusieurs « nids » qui permettent aux membres d’alterner les lieux de rencontre. Le positionnement du « nid » est très important dans son choix, parce qu’il est l’un des points essentiels dans les mécanismes d’autodéfense et de fuite en cas d’attaque par les forces de l’ordre. Le choix de ce lieu est l’objet des discussions stratégiques entre des membres les plus gradés19 en termes d’accès et des flux de circulation des personnes. Dans les périphéries, c’est souvent des endroits inhabités ; au cœur des villes, ce sont des bâtis abandonnés suite à des affrontements entre les gangs. À Martissant, par exemple, une école a été transformée en lieu de rencontre, de recrutement et de formation en manipulation d’arme et aux tirs (voir l’annexe 2).

33Le mode de vie des « gangs » est loin d’être une utopie. Il est caractérisé carrément par l’accomplissement de certains rêves d’un bon nombre de démunis en Haïti, qui, sans ce mode d’organisation, n’auraient pas accédé au plaisir sexuel par le fait de coucher avec certaines femmes (parfois jugées belles comme a déclaré un « soldat » lors d’un entretien, une belle « grimelle »), au contentement d’être à bord d’une voiture de luxe (zo rekin), aux plaisirs de toucher et d’avoir en poche une somme considérable en dollars américains. Lors d’une courte vidéo diffusée après l’incendie de 14 présumés membres de « gangs », deux « soldats » s’amusaient entre eux sur le fait qu’ils ont en leur possession deux voitures de marques Toyota et de marque Prado et de Land cruiser. « Ne touche pas à ma voiture, essuie-la pour moi plutôt » relâche l’un d’entre eux. Cette scène de plaisanterie traduit l’idée de la poursuite de l’espérance existentielle de vie par la violence et la criminalité.

34La dimension territoriale qui caractérise le mode de vie des « soldats » est remarquable en termes de dispositifs de microséparation des lieux franchissables et interdits. Entre les soldats se définissent des blocs d’intervention selon leurs appartenances à un « gang ». Certaines fois, entre les quartiers s’établissent déjà des liens historiques quant à leur processus de fabrication et l’implication de tel ou tel acteurs impliqués dans la pérennisation des infrastructures de base. Par les relations entre les espaces s’établissent aussi des formes variées de complicité des membres de la population parce qu’il existe forcément des liens de parenté ou des interconnaissances.

Conclusion

35La crise sociopolitique actuelle dans laquelle est plongée la Région métropolitaine de Port-au-Prince est marquée par deux problèmes majeurs : d’un côté, la prolifération des gangs armés opérant à l’échelle des quartiers en se donnant en spectacle dans les rues et à travers les réseaux sociaux sous l’œil protecteur des forces de l’ordre. De l’autre, l’insolvabilité des victimes des affrontements entre les « gangs » à payer le luxe d’un logement dans un endroit plus au moins sécurisé, et ceux qui y restent sont obligés de se faire passer pour des complices par le refus de dénoncer les « gangs » à la Police.

36Le quartier de Martissant apparaît incontestablement comme l’un des « territoires de gangs » où, pour les résidents qui résistent face à la violence et la criminalité, les « règles » sociales sont déterminées par les « gangs » constituant le principal « sous-groupe » de la population. Le quartier est désormais un endroit où la loi et les institutions étatiques sont défiées au profit d’un ordre établi par les « gangs » -je dirais l’ordre du silence. Tous ceux qui refusent de s’y soumettre sont indexés comme ennemis. L’établissement de cet « ordre » est valable selon le « territoire de gang », c’est-à-dire comme des lieux délimités par des mitoyennes connues et souvent infranchissables entre les membres de chaque « gang ». Aussi, ces mitoyennes composent des frontières et des limites voire des bornes franchissables et interdites tant aux civils qu’à certains acteurs des forces de l’ordre qui sont parfois indiquées sur les murs des espaces publics. 

37Si le quartier de Martissant est ainsi fragmenté, les concepts de déterritorialisation et de reterritorialisation n’ont aucune connotation sociospatiale, voire politique, dans les discours des autorités étatiques. Or, la déterritorialisation d’un quartier constitue un paramètre important, d’une part, dans la gestion post-conflit en termes de politique publique de sécurité, et d’autre part, dans le contrôle des expansions des « territoires de gangs », car, moins il y a d’habitants et d’activités, plus les « gangs » ont une marge de manœuvre pour s’autosécuriser. Le territoire étant déterritorialisé, cela permet aux gangs de mieux se positionner à la défensive contre les attaques des forces de l’ordre ou d’autres groupes rivaux. Somme toute, c’est sans doute vrai à partir de l’analyse du cas de Martissant, de dire que la définition d’un territoire dépend de la condition de gens qui y vivent, puisque la dynamique territoriale peut faire développer des caractères variés selon le contexte.

Haut de page

Bibliographie

Anglade, G. (1995). L’espace haïtien. Mon Pays Haïti. Port-au-Prince, Ed. Les Alizés, 55 p.

Chesney-Lind, M. (2015). « Les filles et les gangs : contextes et répercussions pour les femmes », dans Nouvelles perspectives sur le phénomène des gangs de rue, Crimino, 48(2). URL : https://www.erudit.org/fr/revues/crimino (consulté le 10/10/2022).

Corvington, G. (2007). Port-au-Prince au cours des ans.1934-1950. Tome IV. Montréal, Ed. CIDIHCA, 690 p.

David, C. et Schmitt, O. (2020). « La reconstruction post-conflit », dans David & O. Schmitt (dir), La guerre et la paix : Approches et enjeux de la sécurité et de la stratégie. Paris : Presses de Sciences Po., chapitre 3 : 401-413.

Derida, J. (2003). Voyous. Deux essais sur la raison. Paris : éditions Galilée.

Di Méo, G. (2014). Introduction à la géographie sociale. Paris, Armand Colin. 192 p.

Fews-Nets (2022). « Amérique centrale et les Caraïbes. Perspectives sur la sécurité alimentaire en Haïti ». URL : https://fews.net/fr/central-america-and-caribbean/haiti/food-security-outlook/february-2022 (consulté le 17/10/2022).

Guiomar, X. (2012). « De la reterritorialisation à la relocalisation des filières, avec ou sans terroir ». Pour, 215-216 : 147-160. https://doi.org/10.3917/pour.215.0146 (consulté le 16/10/2022).

Hurbon, L. (2022). « Pour un portrait-robot du bandit en Haïti ». Le Nouvelliste, le 18 février.

Lazzarotti, O. (2014). « Habiter le monde », La Documentation photographique, n° 8100.

Makyavel Studios (2022). La Cartographie des gangs à Port-au-Prince. Disponible sur : https://twitter.com/makyavelstudios/status/1545133874740690945?s=21&t=px0nbK8NducckZJgPrSQ9w (consulté le 17/10/2022).

Olivier, G. (2020). Territoires de la violence, territoires des ONG : Quelle (in)cohérence ?, Thèse en géographie. Paris, Université Paris 8, 422 p.

ONU-coordination des affaires humanitaires (OCHA). (2022). Les agences humanitaires de l’ONU « prêtes à porter secours » aux communautés touchées par la violence des gangs en Haïti. Communiqué de Presse du 15 juillet. Disponible sur : https://haiti.un.org/fr/190501 (consulté le 27/10/2022).

Orisma, R. (2020). From Revolution to Chaos in Haiti (1804–2019): Urban Problems and Redevelopment Strategies. USA : Xlibris, 478 p

Prince, N. (2020). « Violence(s) urbaine(s), entre reconnaissance sociale et jeux d’acteurs : le cas du quartier de Canaan (Port-au-Prince/Haïti) ». Urbia. Urbanisme et aménagement des territoires, 6 : 147-163.

Prince, N. (2021). La Fabrication des bidonvilles dans les pays du Sud : Jeu d’acteurs et modalité d’habiter. Le cas du quartier de Canaan (Port-au-Prince/Haïti). Thèse en géographie, aménagement et urbanisme. Lyon, INSA, 432 p.

Raffestin, C. (1986). « Écogénèse territoriale et territorialité », dans F. Auriac et R. Brunet (dir.), Espaces, jeux et enjeux, Fayard : 175-185.

Théry, H. (2008). Mondialisation, déterritorialisation, reterritorialisation (Globalization and territory). Bulletin de l’Association de géographes français, 85 : 324-331.

Thibaut, D. (2007). Tsotsi : sociologie des gangs du Cap. Les bandes de jeunes. HAL. Open Science. 19 p.

Haut de page

Notes

1 Nombreux de ces quartiers d’alors étaient des héritages des « paroisses », ainsi appelées depuis la colonie. Pendant la période coloniale, presque tous les quartiers et les communes avaient un lieu de culte, une paroisse à laquelle on attribuait un nom, associé souvent à celui du quartier. Après l’indépendance, les noms des quartiers et des paroisses, relevés dans divers documents et registres des actes sacramentels paroissiaux et ceux d’état civil des communes, constituent les premiers éléments de découpage territorial. A cause du peuplement et de la création de nouvelles routes et de voies de passage, certaines paroisses ont été rattachées à de nouveaux quartiers et de nouvelles communes. Ainsi, l’existence des paroisses, des églises catholiques, constitue la marque d’une identité territoriale, qui par la suite, allait être adoptée pour de nouvelle catégorie administrative comme commune et section communale (Anglade, 1995 ; Corvington, 2007).

2 Suite à une note du gouvernement haïtien d’augmenter le prix du carburant à la pompe (gazoline de 38 %, diesel de 47 % et kérosène de 51 %) en date du 6 juillet 2018, plus de 300 000 personnes ont, en signe de protestation, « gagné la rue » dès le lendemain matin même, soit le 7 juillet. Plus de 1 000 véhicules ont été incendiés. Des supermarchés, des magasins, des boutiques, etc. ont été pillés, puis également incendiés. Des barricades enflammées sont partout dressées dans les rues, et empêchent tout moyen de circulation motorisée (Olivier, 2020).

3 Le 8 et 14 juillet 2022 à Saint-Marc, l’Association des Entrepreneurs de Saint-Marc a lancé une manifestation dénonçant l’insécurité grandissante dans la zone de Canaan. Elle a pour le slogan : gran nò a pap femen (le Grand Nord ne sera fermé pas). Lors de cette manifestation, 47 pancartes ont été identifiées avec des slogans additionnels « Aba ensekirite (à bas à l’insécurité) » contre 12 autres sur lesquelles est affichée « Aba la vi chè (à bas la cherté de la vie) ».

4 J’ai été invité le 2 avril, le 8 mai et le 9 juillet 2022 pour intervenir respectivement à la Radio RCH 2000, à la Radio et Télévision Caraïbes et à Radio-Télévision Pacifique. À chaque fois la thématique de l’insécurité a été à l’ordre du jour, elle est tantôt prise sur l’angle de la mise en visibilité des actions criminelles, tantôt sur la prise du « désordre urbain » tantôt selon une logique des acteurs à l’échelle insulaire et internationale.

5 En moins de 10 ans, soit entre 2012 et 2022, 6 panels se sont créés sur YouTube pour dénoncer l’insécurité et rappeler aux acteurs des pouvoirs publics de leurs devoirs de sécuriser les citoyens.

6 Au cours des mois de mai et juin 2022, en Amérique du Nord (États-Unis et Canada), des compatriotes haïtiens se sont manifestés pour dénoncer le phénomène de l’insécurité dans la RMP.

7 Ces chiffres peuvent ne pas refléter la réalité, si on considère les dernières vagues récentes de déplacements dans la zone de Martissant, la commune de Croix-des-Bouquets, le quartier de Savien dans la commune de Petite-Rivière de l’Artibonite.

8 Au lieu des actions publiques de solidarité internationale en vue de renforcer les Forces Armées d’Haïti (FAD’H) et la Police nationale d’Haïti (PNH), un refus de soutien technique se fait sentir. Si le Parquet de Port-au-Prince est pris en otage par des individus armés et reste fermé pendant plus de mois au cours de l’année 2022, c’est peut-être à cause du retard dans les livraisons d’armes et voitures blindées achetées par l’État haïtien auprès du Gouvernement du Canada. Si l’on retient que le Ministre de la Justice a dénoncé l’évènement du 7 juillet 2020 suivant lequel une cinquantaine de chefs et membres de « gangs » s’est défilée à Martissant et a exhibé publiquement des armes de guerre. Suite à cet évènement, il ne suffit qu’au ministre de déclarer qu’il s’agit d’une manifestation publique de délinquants, de criminels, de kidnappeurs et de terroristes recherchés par la justice et que ces derniers soient immédiatement arrêtés, jugés et condamnés pour qu’il soit mis aux arrêts deux jours après, soit le 9 juillet.

9 Sur les pages de certaines Ambassades étrangères en Haïti, l’expression « zone rouge » est un indicateur à haut risque mortel et/ou de violence potentielle. Il est utilisé comme alerte pour renseigner à des ressortissants étrangers de limiter leurs déplacements et fréquentations dans ces zones.

10 Sur des trottoirs sont placés des feux allumés dans des réchauds à charbon par-dessus desquels sont placés des chaudières remplies de l’huile chaude à proximité desquelles circulent des piétons -parfois des malvoyants, des écoliers, des vieillards, les uns à côté des autres au quotidien.

11 En Haïti 45 % de la population sont en insécurité alimentaire, 25 % des cadres de l’administration publique sont dans l’insécurité d’emplois faute de leurs statuts contractuels, 65 % des citadins sont en insécurité de logement, 47 % n’ont pas accès aux soins de santé (Prince, 2021 ; Fews-Nets, 2022).

12 En 2019, on en dénombrait 162 (CNDDR), en 2020 Olivier (2020) a estimé le nombre à 177, en 2022, les « gangs » connus à l’échelle nationale sont environ 200 si l’on fait confiance au dernier rapport de POHDH (Inédit).

13 Le mot bloc est de plus en plus utilisé dans les bidonvilles à Port-au-Prince pour désigner des parties d’un quartier découpé. Il correspond à une forme de délimitation territoriale retrouvée dans les usages des résidents.

14 Propos d’un interviewé, ancien résident de Martissant.

15 Propos recueilli auprès du maire de Carrefour qui se plaigne de ne pas pouvoir accueillir les habitants nouvellement arrivés dans sa commune, et qui s’était obligé de les rassembler dans le Centre sportif avec l’aide de certaines ONG et des organismes internationaux.

16 Avec les larmes aux yeux, un vieillard de 67 ans, un refugié du camp au Centre sportif de Carrefour formule le principe « lavi miyò ke tout bagay (la vie vaut mieux tout) ».

17 Propos d’un déplacé de Martissant, réfugié dans le Centre sportif de Carrefour.

18 Les structures socioéconomiques (famille, écoles, médias, la mode, État…) semblent véhiculer des modèles de réussite sociale à partir d’un ensemble d’éléments auxquels un bon nombre d’individus n’ont pas accès, et faute de quoi, le mal-être, le mépris et la douleur sociale surgissent comme condition propice à la banalité du mal, à des comportements anomiques. Par exemple, en Haïti, depuis l’occupation américaine, la réussite sociale semble être fixée à partir d’une vie de famille (accès à une femme), de la possession d’une voiture et d’une maison. Ainsi, l’accès à des conditions matérielles prime sur des repères moraux (réputation, honte, gêne…) dans l’établissement de l’espérance existentielle de vie.

19 Il existe une véritable hiérarchisation entre les membres que l’on peut observer à travers de la nomenclature et de l’attribution des rangs (1er soldat, 2e soldat…)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Territoires des « gangs » dans la Région métropolitaine de Port-au-Prince (Haïti)
Crédits Source : Makyavel Studios, 2022 et Neptune Prince.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/27386/img-1.png
Fichier image/png, 471k
Titre Figure 2 : Quartier de Martissant et ses localités (Haïti)
Crédits Source : David Telcy, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/27386/img-2.png
Fichier image/png, 113k
Titre Figure 3 : Membres de l’un des deux groupes rivaux dans l’affrontement
Crédits Source : Photographe inconnu
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/27386/img-3.png
Fichier image/png, 210k
Titre Figure 4 : Vue l’est du Centre d’accueil et des déplacés de Martissant (Haïti)
Crédits Source : Photo de Neptune Prince, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/27386/img-4.png
Fichier image/png, 433k
Titre Figure 5 : Commissariat de Police et activités socioéconomiques abandonnés depuis 2018 à Martissant (Haïti)
Crédits Source : Neptune Prince, 2020
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/27386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 6 : De l’organisation des « gangs » de Martissant (Haïti)
Crédits Source : Neptune Prince
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/27386/img-6.png
Fichier image/png, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Neptune Prince, « L’insécurité dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et la déterritorialisation du quartier de Martissant (Haïti) »Études caribéennes [En ligne], 55 | 2023, mis en ligne le , consulté le 02 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/27386 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.27386

Haut de page

Auteur

Neptune Prince

Centre de Recherche et d’Appuis aux Politiques Urbaines (CRAPU) de l’Université Quisqueya et Observatoire de Quartiers, des Littoraux et des Mers (QuaLittoMers) de l’Université d’État d’Haïti ; neptune.prince@uniq.edu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC-BY-NC-4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search