Navigation – Plan du site

AccueilHors-série10DossierÉcouter la voix des esclaves avec...

Dossier

Écouter la voix des esclaves avec Médéric-Louis-Élie Moreau de Saint-Méry et Jean-Jacques Rousseau

Listening to the voices of slaves with Médéric Louis-Élie Moreau de Saint-Méry and Jean-Jacques Rousseau
Olivier-Serge Candau

Résumés

Partisan d’une société pleinement créole, Moreau de Saint-Méry engage une réflexion dans sa Description… de la vie de Saint-Domingue au xviiie siècle sur les liens qui se tissent entre les hommes, réunis par une histoire commune, et les pratiques langagières en pleine émergence. C’est à la croisée d’une réflexion sur l’articulation entre la société, le langage et les langues, portée par l’Essai sur l’origine des langues, notamment dans les chapitres VIII à XI consacrés à la distinction entre langues du Sud et langues du Nord que l’on se propose de relire la chronique historique et culturelle de Moreau de Saint-Méry. La pensée de Rousseau offre un cadre opératoire, en termes à la fois méthodologiques et épistémologiques, pour mieux appréhender la façon dont Moreau de Saint-Méry s’y prend pour rendre compte d’un parler créole naissant, qui émerge d’une société en plein essor. En théâtralisant la parole et en scénographiant les comportements des esclaves créoles, Moreau de Saint-Méry transforme la simple habitation en une vaste scène où le langage devient l’objet de toutes les attentions. Reconnaissant les créoles noirs comme des acteurs de cette nouvelle scène dominguoise, l’auteur brouille les relations entre le colon et les esclaves et rend le seul angle de lecture racial, sinon inopérant, du moins insuffisant.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Désignée désormais sous le titre abrégé de Description…
  • 2 Le concept de nativisation désigne l’acquisition de nouvelles formes langagières par un locuteur, g (...)
  • 3 Le terme de créole renvoie indifféremment à la population blanche ou noire, née dans les colonies.

1Pourtant très engagé dans une présentation encyclopédique du territoire de Saint-Domingue qu’il fait paraître entre 1797 et 1798 à Philadelphie sous le titre Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle de Saint-Domingue1, Moreau de Saint-Méry, au surnom d’« arpenteur créole » (Antoine, 1978 cité par Huygues-Belrose, 2006 : 9), s’interroge assez peu sur les langues parlées au sein de cette colonie. Ce manque d’intérêt a de quoi surprendre de la part d’un avocat exerçant depuis 1776, soit plus de dix ans avant le début de la rédaction de sa Description…, et plus encore pour un conseiller au Conseil supérieur du Cap, poste qu’il obtient en 1785 avec le soutien de l’intendant de Saint-Domingue, Barbé de Marbois (McClellan et Regourd, 2006). Les passages consacrés aux langues, mais aussi plus globalement au langage dans la Description… attirent d’autant notre attention. C’est en effet dans une page désormais célèbre que Moreau de Saint-Méry raconte ainsi l’origine du créole, c’est-à-dire la nativisation2 (Andersen, 1983) d’un pidgin parlé par les Créoles3 :

J’ai à parler maintenant du langage qui sert à tous les nègres qui habitent la colonie française de Saint-Domingue. C’est un français corrompu, auquel on a mêlé plusieurs mots espagnols francisés, et où les termes marins ont aussi trouvé leur place. On concevra aisément que ce langage, qui n’est qu’un vrai jargon, est souvent inintelligible dans la bouche d’un vieil Africain, et qu’on le parle d’autant mieux qu’on l’a appris plus jeune. Ce jargon est extrêmement mignard, et tel que l’inflexion fait la plus grande partie de l’expression. Il a aussi son génie (qu’on passe ce mot à un créole qui croit ne le pas profaner), et un fait très sûr, c’est qu’un Européen, quelque habitude qu’il en ait, quelque longue qu’ait été sa résidence aux îles, n’en possède jamais les finesses (Moreau de Saint-Méry, 1797, vol. 1 : 76).

  • 4 On la retrouve dans les Consolations des misères de ma vie de Rousseau, en 1781, sous le titre « Ch (...)

2Ce passage fait suite à une violente critique du Voyage d’un Suisse dans différentes colonies d’Amérique pendant la dernière guerre de Girod-Chantrans (1786), dont le ton acerbe et l’usage parodique du créole jettent le discrédit sur le génie de la langue, et de la chanson Lisette quitté la plaine attribuée à Duvivier de la Mahautière vers 17574, et dont Moreau de Saint-Méry propose la traduction (1797 : 77-78). La défense de la langue créole par Moreau de Saint-Méry prend sa source dans le désir de rendre compte des étapes fondamentales de la créolisation.

  • 5 Consultable en grande partie en microfilms aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence.

3D’une part, il fait état de l’existence d’un parler émaillé de termes techniques maritimes, qui portent en eux la trace de l’existence de liens forts entre les Européens et les Amérindiens avant la traite. D’autre part, l’auteur atteste de l’acquisition par les esclaves d’une langue cible qui n’est plus celle des Européens, mais bien celle des Créoles nés dans l’habitation. Enfin, il témoigne d’une langue qui porte une identité et un projet sociétal. Le créole, dont Moreau de Saint-Méry décrit ici l’acte de naissance, a désormais une histoire (le français maritime), une forme (la variété lectale parlée par les Créoles) et une fonction (l’appartenance à la société d’habitation). À un territoire naissant, la société d’habitation, correspond une langue naissante, le créole. C’est peut-être ces quelques lignes, notamment en ce qu’elles dévoilent l’origine d’un peuple et de sa langue, qui révèlent le plus l’affinité de Moreau de Saint-Méry avec la pensée de Rousseau, admiratif d’un début du siècle encore vierge des tentations du luxe et de la corruption facile (Jones, 1994). La lecture de Rousseau a suscité autant l’admiration que la réflexion de Moreau de Saint-Méry, ce dont attestent la présence d’au moins un ouvrage critique sur le philosophe (Le Gros, 1785-1786) dans sa bibliothèque personnelle5 et la mention même du compositeur dans la Description… alors qu’il évoque la vertu didactique des spectacles que l’on donne à la rue Vaudreuil :

  • 6 On retrouve la même locution adverbiale, avec cette fois une coloration ironique, qui laisse poindr (...)

M. de Bory, gouverneur général, trouvant Rousseau au café de la Régence, à Paris, crut lui faire un compliment en lui disant : « J’ai vu jouer votre Devin du village au Cap-Français. — Tant pis6 pour vous », lui répondit le sévère Jean-Jacques, qui n’avait sans doute pas mis au rang des béatitudes théâtrales celle d’être joué par des amateurs (Moreau de Saint-Méry : 412).

  • 7 La position de Moreau de Saint-Méry à l’égard du maintien de l’esclavage dans les colonies s’expliq (...)

4Au regard de l’intérêt que nourrissent les philosophes au xviiie pour le langage, on ne laissera pas de questionner l’influence de telles réflexions sur la pensée de Moreau de Saint-Méry7. L’Essai sur l’origine des langues de Rousseau de 1781 jette un éclairage particulier sur la Description… Dans la lignée du géographe Strabon, au 1er siècle avant J.-C., Rousseau affirme que l’humanité trouve son origine dans la musique (Wokler, 1987). En effet, les passions, antérieures aux besoins de l’homme, puisent leur expression propre dans la musique, réservant celle des besoins à la parole (Boccolari, 2021) :

  • 8 La musique, en tant qu’expérience esthétique, fait advenir la conscience de l’homme à lui-même. Il (...)

Il est donc à croire que les besoins dictèrent les prémiers gestes et que les passions arrachérent les prémiéres voix (Rousseau, 1781, chapitre II : 380)8.

5Très souvent associées à la description de la population ou de ses pratiques langagières, les mentions relatives à la musique sont sinon nombreuses du moins suffisamment régulières dans la Description… pour que l’on y prête attention. Moreau de Saint-Méry fait part du goût des Créoles, entendus ici comme les planteurs blancs de l’habitation, pour la musique :

Les créoles aiment le chant. Leur gosier facile se prête agréablement aux airs légers et aux airs tendres ; mais la romance est ce qui leur plaît davantage (Moreau de Saint-Méry : 23).

6Le portrait des esclaves, dont celui des Congos, s’élabore à partir de référence aux coutumes, parmi lesquelles celle d’une certaine habileté au chant et à la danse, qui n’a d’égale que leur maîtrise de la langue créole :

  • 9 Moreau de Saint-Méry s’est néanmoins davantage intéressé à la musique coloniale et à l’activité art (...)

Les vrais Congos ou Francs-Congos, pour me servir de l’expression de Saint-Domingue, sortent des royaumes de Congo et d’Angole, et sont, comme tous ceux de cette côte, d’une douceur et d’une gaieté qui les fait rechercher. Aimant le chant, la danse et la parure, ils sont d’excellents domestiques, et leur intelligence, leur facilité à parler purement le créole […] les fait préférer pour le service des maisons (Moreau de Saint-Méry : 38)9.

7Pour rendre compte d’un passage en créole, Moreau de Saint-Méry s’appuie là encore sur la musique, en l’occurrence la chanson Lisette quitté la plaine, que l’on entonnera sur un air de Que ne suis-je la fougère !, qu’il commente en ces termes :

C’est dans ce langage qui, comme on le voit, comporte la rime et la mesure, que les créoles aiment à s’entretenir, et les nègres n’en ont pas d’autre entre eux. C’est encore par son moyen que les nègres expriment et leurs mots sentencieux, et leurs traits piquants (Moreau de Saint-Méry : 78).

  • 10 Jusqu’au chapitre VIII, Rousseau prête attention à la naissance des langues primitives. À partir du (...)

8Il ne s’agit pourtant pas de faire de Moreau de Saint-Méry un rousseauiste convaincu, mais simplement de comprendre ce que la lecture de Rousseau est susceptible d’apporter à la compréhension de la Description… en matière d’appréciation de la langue et du langage. La réflexion de Moreau de Saint-Méry fait écho à certains principes philosophiques relatifs à l’origine des langues, qui traversent son propre discours. Cette étude vise ainsi à montrer de quelle façon la lecture de Rousseau imprègne la pensée et l’écriture de Moreau de Saint-Méry. Les convergences entre la Description… et l’Essai sur l’origine des langues se multiplient en effet dès lors que l’on s’attarde sur les chapitres VIII à XI, dans lesquels Rousseau s’exerce à distinguer les traits propres aux langues du Sud qu’il oppose à celles du Nord10. Moreau de Saint-Méry ne procède pas autrement lorsqu’il s’évertue à décrire la pratique du créole dans l’habitation. Soucieux de rendre compte de formes de langue plus ou moins stabilisées, il transcrit inlassablement les expressions qu’il entend, en proposant dans la plupart des cas, une traduction en français. Le chapitre VIII de l’Essai rend compte de l’ambition de son auteur de fournir une approche méthodologique au classement des langues. C’est donc sur ces mots que s’ouvre le chapitre :

Tout ce que j’ai dit jusqu’ici convient aux langues primitives en général et aux progrès qui résultent de leur durée, mais n’explique ni leur origine ni leurs différences (Rousseau, chap. VIII : 394).

9C’est bien dans cette perspective que s’inscrit l’auteur de la Description… lorsqu’il s’efforce de caractériser le créole, notamment dans sa comparaison avec le français :

Il est mille riens que l’on n’oserait dire en français, mille images voluptueuses que l’on ne réussirait pas à peindre avec le français, et que le créole exprime ou rend avec une grâce infinie (Moreau de Saint-Méry : 76).

10La caractérisation des langues repose sur une « géographie philosophique mythique » (Kintzler, 1994), bien plus théorique qu’empirique, construite sur une opposition entre les langues méridionales et septentrionales :

La principale cause qui les distingue est locale, elle vient des climats où elles naissent et de la manière dont elles se forment, c’est à cette cause qu’il faut remonter pour concevoir la différence générale et caractéristique qu’on remarque entre les langues du midi et celles du nord (Rousseau, chap. VIII : 394).

  • 11 Par souci de cohérence, les interrogations sont envisagées au fil de la lecture du chapitre VIII. O (...)

11De cette lecture croisée du chapitre VIII de l’Essai et du Discours… émergent plusieurs interrogations d’ordre11 :

12Méthodologique. Le questionnement est double. Il relève d’une part de l’identification géographique du créole. À quel territoire rattacher la langue créole dans cette cartographie mythique de Rousseau ? Quel éclairage l’intégration du créole aux langues du Sud ou à celles du Nord apporte-t-elle à la connaissance de cette langue ? Il ressort d’autre part à la démarche adaptée pour conduire l’étude. À ce titre, Rousseau ne saurait trop conseiller de respecter les principes suivants :

Quand on veut étudier les hommes il faut regarder près de soi ; mais pour étudier l’homme il faut apprendre à porter sa vüe au loin : il faut d’abord observer les différences pour découvrir les propriétés (Rousseau, chap. VIII : 394).

13Rousseau distingue deux approches, dont chacune se rapporte à la description de l’humanité. La première, d’ordre anthropologique, vise à rendre compte de l’homme et de ses manifestations dans sa diversité. La seconde, d’ordre ontologique, aspire à décrire l’homme dans son unité. En quels termes, anthropologiques ou ontologiques, Moreau de Saint-Méry rend-il compte de la parole des esclaves ? Moreau de Saint-Méry adopte-t-il une posture distante à l’égard de ceux dont il partage, en grande partie, le quotidien dans l’habitation ? L’étude comportementale des esclaves, notamment lorsqu’ils prennent la parole, débouche-t-elle sur une galerie de portraits plus ou moins semblables ? Par-delà la discontinuité des portraits des esclaves, quelles connaissances linguistiques se laissent entrevoir au fil du discours de Moreau de Saint-Méry ?

14Épistémologique. L’Essai se donne à lire comme un projet philosophique, qui vise à rendre compte de l’origine des institutions sociales qui s’établit à travers les premiers échanges langagiers :

Le genre humain né dans les pays chauds s’étend de là dans les pays ; c’est dans ceux-ci qu’il se multiplie et reflüe ensuite dans les pays chauds. De cette action et réaction viennent les révolutions de la terre et l’agitation continuelle de ses habitans. Tâchons de suivre dans nos recherches l’ordre même de la nature. […], mais auquel [le sujet] il faut toujours revenir malgré qu’on en ait pour trouver l’origine des institutions humaines (Rousseau, chap. VIII : 394).

15La mise au jour des principes de différenciation entre les langues est susceptible de rendre compte de la construction de la communauté humaine, entendue comme la somme des voix singulières, qui se font entendre par le moyen du contrat social. Moreau de Saint-Méry infléchit le projet de Rousseau, en s’interrogeant sur la façon dont les nouvelles voix, celles des esclaves créoles, résonnent dans l’édification d’un projet sociétal inédit, celui d’une société d’habitation émergente.

16À la lumière de toutes ces interrogations méthodologiques et épistémologiques, nous affirmons que la pensée de Rousseau offre un cadre d’analyse opératoire pour appréhender la façon dont Moreau de Saint-Méry interroge un parler créole naissant qu’il articule à l’éclosion d’une société qui se fait jour. Après avoir délimité les frontières de la cartographie linguistique de l’Essai et son impact dans le Discours…, l’on s’attachera à identifier en termes rousseauistes la posture de Moreau de Saint-Méry à l’égard des esclaves dont il décrit les prises de parole, pour montrer de quelle façon, elle signale implicitement le jugement de l’auteur sur la constitution d’un projet sociétal original, qui reprend l’interaction rousseauiste entre langue et institution.

1. La Description… essai d’une cartographie linguistique

17En matière de cartographie linguistique, Moreau de Saint-Méry inscrit sa réflexion dans la lignée de l’Essai de Rousseau : oscillant entre deux polarités a priori contradictoires, l’histoire minutieusement documentée et le récit mythique, il convoque une pensée de la langue à la croisée du temps et de l’espace, pour offrir avec le motif de la fête un condensé de ses grands principes linguistiques.

  • 12 La séduction de Buffon se lit aussi chez d’autres contemporains comme Descourtilz à Saint-Domingue (...)
  • 13 L’influence de Buffon se fait tout aussi importante sur les écrits de Rousseau, dont le Discours su (...)

18La Description… hésite à bien des égards entre histoire documentée et récit mythique. Le paradoxe est d’autant plus grand lorsque l’on connaît la fascination qu’a exercée l’approche encyclopédiste de Buffon (1752)12 sur Moreau de Saint-Méry13. Une grande partie de la Description… se consacre en effet à l’établissement des ressemblances et des différences entre les populations européennes, créoles et africaines, à la suite de l’évocation des lieux remarquables du territoire. À la manière de l’Essai, la Description… participe à la restitution d’un passé allégorique de ses habitants d’un triple point de vue : le recours à un temps mythique, le portrait d’une société archaïque et le recours au langage comme accès privilégié au monde. Avant d’explorer les traces d’un temps légendaire chez Moreau de Saint-Méry, on dira d’abord quelques mots de la théorie de Rousseau, qui repose sur une lecture abstraite de l’histoire de l’humanité, détachée de toute contingence historique. L’Essai repose en effet sur un système abstrait, dans lequel le basculement de la langue primitive à une parole signifiante s’est opéré grâce à l’imitation par la voix des inflexions dictées par les passions (Martin, 2011 : para. 8). C’est ce qu’annonçait déjà le chapitre IV « Des caractères distinctifs de la première langue et des changements qu’elle dut éprouver » :

Je ne doute point qu’indépendament du vocabulaire et de la sintaxe, la prémiére langue si elle existoit encore n’eut gardé des caractères originaux qui la distingueroient de toutes les autres. Non seulement tous les tours de cette langue devroient être en images, en sentimens, en figures ; mais dans sa partie mécanique elle devroit répondre à son premier objet, et présenter au sens ainsi qu’à l’entendement les impressions presque inévitables de la passion qui cherchent à se communiquer (Rousseau, chap. IV : 382-383).

19Le langage sonore tire ainsi son origine des passions, comme le rappelle le récit allégorique de la fontaine, autour de laquelle s’initient les premiers commerces d’affection :

Mais dans les lieux arides où l’on ne pouvoit avoir de l’eau que par des puits, il falut bien se réunir pour les creuser ou du moins s’accorder pour leur usage. Telle dut être l’origine des sociétés et des langues dans les pays chauds.

Là se formérent les prémiers liens des familles ; là furent les prémiers rendez-vous des deux séxes. Les jeunes filles venoient chercher de l’eau pour le ménage, les jeunes hommes venoient abruver leurs troupeaux. Là des yeux accoutumés aux mêmes objets dès l’enfance commencérent d’en avoir plus de doux. Le cœur s’émut à ces nouveaux objets, un attrait inconnu le rendit moins sauvage, il sentit le plaisir de n’être pas seul (Rousseau : 405-406).

20Aux premiers émois répondent en écho les premiers échanges, qui suppléent aux gestes devenus inopérants :

[…] on s’apprivoisoit peu à peu les uns avec les autres ; en s’efforçant de se faire entendre on apprit à s’expliquer. […] le geste empressé ne suffisoit plus, la voix l’accompagnoit d’accens passionnés, le plaisir et le désir confondus ensemble se faisoient sentir à la fois (Rousseau, chap. IX : 406).

  • 14 La mention des origines bibliques des Maures, fils d’Ismaël, qui ont fourni une première main-d’œuv (...)

21En quoi la Description… profondément ancrée dans une réalité historique et géographique rend-elle compte de la singularité du système de pensée rousseauiste détaché de tout univers référentiel identifiable ?14 Au récit mythique d’une découverte progressive de la parole chez Rousseau, Moreau de Saint-Méry oppose le tableau des différentes ethnies africaines fourmillant d’observations et de remarques détaillées, attestant le souci de son auteur de rendre compte de territoires lointains. Or, la lecture d’un passage, en particulier, appelle pourtant à discuter cette interprétation. Moreau de Saint-Méry rappelle qu’en dépit des variations qui affectent chacun des peuples africains précédemment mentionnés, se dégage un principe d’identité unitaire :

Mais ce qui ravit les nègres, soit qu’ils aient reçu le jour en Afrique, soit que l’Amérique ait été leur berceau (nous soulignons), c’est la danse. Il n’est point de fatigue qui puisse les faire renoncer à aller à de très-grandes distances, et quelquefois même pendant la durée de la nuit, pour satisfaire cette passion (Moreau de Saint-Méry : 52).

22Le goût pour la danse révèle une continuité ontologique entre les peuples de l’Afrique, quelle que soit leur origine. On tire de ce principe deux éléments d’analyse. D’une part, le postulat selon lequel l’humanité se divise en espèces dont la Description… met en scène les principales caractéristiques. D’autre part, le principe selon lequel les Africains obéissent à leurs émotions et non à leur esprit, et s’expriment davantage par le geste que par une parole articulée et porteuse de raison. Figés dans un temps mythique, qui échappe à l’histoire et à l’évolution, les Africains s’offrent comme un objet d’investigation simple et aisément identifiable à l’œil critique d’un Moreau de Saint-Méry, assuré de sa raison.

  • 15 « On me dira que Caïn fut laboureur et que Nöé planta la vigne. » (Rousseau, 1781, chap. IX : 397).

23Le chapitre IX de l’Essai, « Formation des langues méridionales », orchestre la mise en scène d’une société archaïque franchissant les étapes d’une évolution progressive vers la civilisation. Après avoir connu un premier état pastoral biblique15, les hommes se dispersent sur la terre et plongent dans l’ignorance de l’art agricole. Durant cet Âge d’or, les hommes ne se rencontrent que pour s’affronter :

Ces tems de barbarie étoient le siécle d’or ; non parce que les hommes étoient unis, mais parce qu’ils étoient séparés. […] Les hommes si l’on veut, s’attaquoient dans la rencontre, mais ils se rencontroient rarement. Par tout régnoit l’état de guerre, et toute la terre étoit en paix (Rousseau, chap. IX : 396).

24Rousseau distingue clairement les trois états de la nature humaine, depuis son stade primitif jusqu’à celui de son développement le plus abouti : le chasseur, le berger, l’agriculteur. Ainsi :

Les prémiers hommes furent chasseurs ou bergers et non pas laboureurs ; les prémiers biens furent des troupeaux et non pas des champs. Avant que la propriété de la terre fut partagée nul ne pensoit à la cultiver. L’agriculture est un art qui demande des instrumens ; semer pour recueillir est une précaution qui demande de la prévoyance (Rousseau, chap. IX : 397).

25En réalité, les deux premiers stades correspondent à l’expression d’un même état : celui d’une société, qui n’est pas encore pleinement civilisée. Le Sauvage chasse pour trouver sa subsistance, tandis que le Barbare prend soin de son bétail, qui lui apporte nourriture et habillement. Seul, le Civilisé, cultive les champs à l’aide d’outils qu’il élabore lui-même. Le développement de l’humanité prend donc sa source dans la nature de la terre, la force du climat, que nous commenterons ultérieurement, et les moyens que son intelligence humaine met progressivement en œuvre pour cultiver le sol.

  • 16 Les nombreux détails fournis par Moreau de Saint-Méry ont rendu l’analyse fastidieuse. Pour des rai (...)

26C’est dans des termes assez proches que Moreau de Saint-Méry établit une hiérarchie des peuples africains16, dont le degré de développement en matière de civilisation est fonction des moyens de subsistance :

  • au sommet de la hiérarchie se trouvent les Maures, connus pour leur raffinement intellectuel et leur grande cruauté. Il n’est fait mention d’aucune activité technique particulière (Moreau de Saint-Méry : 30-31). À ce peuple s’ajoute celui des Sénégalais et de leurs voisins, les Yoloffes, qui cultivent la terre (Id.).

  • au milieu, les Barbares, issus d’îles sous domination portugaise comme les Bissagots et les Sofos. Moreau de Saint-Méry leur concède quelques qualités en matière de défense du territoire (« Ces nègres sont pour les habitations de bons chasseurs, et des gardiens des places à vivres » : 33).

  • en bas de l’échelle, les Sauvages. Leur tempérament impétueux les rend rebelles à la traite (« Ces nègres sont très-hardis, prompts à la révolte, aimant la désertion, et en général très-peu propres à la culture coloniale. Les nègres du cap des Palmes et des lieux circonvoisins sont très-adroits à la chasse et à la pêche, très-grands nageurs et plongeurs audacieux » : 33).

  • 17 On ne s’étonnera pas de la part d’un Créole, fier de sa langue, que la première mention du créole d (...)

27Il reste à faire une place à ceux dont les moyens de subsistance se limitent à la rapine (les Foules et les Bambaras), ou ceux tout simplement passés sous silence (les Mandingues). Incapables de se subvenir à leurs propres besoins, ils réunissent aussi de nombreux travers que l’auteur évoque succinctement. À la lumière des informations fournies, on note que l’ensemble des faits rapportés par Moreau de Saint-Méry, ressortissant à une logique d’entomologiste, ne modifie en rien le paradigme rousseauiste. Les Africains, au prix de quelques nuances, incarnent donc, aux yeux d’un créole blanc du xviiie, un condensé de l’humanité et de ses différentes strates évolutionnistes. Dans la continuité des analyses précédentes, il faudrait encore rappeler l’emprunt par Moreau de Saint-Méry à Rousseau, de l’un des principes les plus fondamentaux, celui du rôle de la langue dans l’accès au monde. La première mention du créole dans la Description… relève d’une anecdote, visant à rendre compte du tempérament capricieux de l’enfant créole17 :

Tout le monde connaît ce trait attribué à un enfant créole et qui peut en peindre un grand nombre. — « Mon vlé gnon zé. — Gnia point. — A coze ça mon vlé dé. » — « Je veux un oeuf. — Il n’y en a point. — A cause de cela j’en veux deux. » (Moreau de Saint-Méry : 15)

28Dans ce passage, Moreau de Saint-Méry rend compte du tempérament des enfants créoles, en particulier de leur propension au caprice, qui résulterait d’un principe climatique plus favorable et certainement lénifiant. Le développement sur le caractère des enfants créoles consiste en une explication climatique, en vogue au xviiie siècle, et à laquelle nous consacrerons quelques analyses dans les lignes qui suivent. Le commentaire de l’auteur met en scène une parole créole, qui naît non pas du besoin, mais du désir de ce qui n’est pas. C’est bien parce qu’il n’y a plus d’œufs, que l’enfant en exige deux. Le caprice, forme réduite de la passion, dicte la parole et s’impose comme un rapport premier au monde. La mention de l’enfant créole engagé dans le désir et son assouvissement immédiat rejouent implicitement les premiers échanges rousseauistes de la fontaine au chapitre IX de l’Essai, évoqués ultérieurement.

29Moreau de Saint-Méry revisite la théorie rousseauiste par l’examen détaillé du temps et de l’espace dans la naissance de la langue créole. Sont ainsi convoqués trois grands principes : le rôle de l’espace dans la description des langues, la reformulation de la notion d’espace en termes temporels et la caractérisation rousseauiste du créole en langue du Sud.

30La théorie du climat, invoquée par Rousseau, est étroitement liée aux principes développés par Montesquieu (1758, Livre XIV, chapitre 2) :

C’est donc aussi par les mêmes causes qu’il faut expliquer la diversité des langues et l’opposition de leurs caractéres.

Les climats doux, les pays gras et fertiles ont été les prémiers peuplés et les dérniers où les nations se sont formées, parce que les hommes s’y pouvoient passer plus aisément les uns des autres, et que les besoins qui font naitre la société s’y font sentir plus tard (Rousseau, chap. IX : 400).

31L’examen de l’effet du climat sur l’homme vise à rendre compte de la naissance des langues et de leurs évolutions spécifiques. L’interaction entre le tempérament, de la langue et de l’identité trouve une place de choix dans la Description… Elle se manifeste d’abord à l’occasion de la galerie de portraits des Africains à charge que Moreau de Saint-Méry entreprend :

Les qualités corporelles varient extrêmement chez les nègres à raison des différents points de l’Afrique où ils ont reçu le jour. Pour mieux remarquer ces qualités, la manière la plus sûre est de les observer dans leurs rapports avec ces lieux eux-mêmes (Moreau de Saint-Méry : 30).

32Elle apparaît aussi à l’occasion du portrait des femmes créoles qui s’adonnent à la danse, à la musique et aux jouissances :

Les créoles aiment le chant […] Ses sons plaintifs semblent faits pour flatter leur disposition langoureuse, et elles en accentuent les expressions avec une vérité qui séduit le cœur après avoir charmé l’oreille (Moreau de Saint-Méry : 23-24).

33L’appareil phonatoire des femmes créoles conserve la trace de cette propension au chant, dont Rousseau nous a rappelé qu’il se lit comme une reconnaissance de l’altérité :

Les oiseaux sifflent, l’homme seul chante, et l’on ne peut entendre ni chant ni simphonie, sans se dire à l’instant ; un autre être sensible est ici (Rousseau, chap. XVI : 421).

  • 18 Saussure (1916 : 271) aura cette fameuse formule : La diversité géographique doit être traduite en (...)

34C’est ainsi que s’engage chez Rousseau, et dans une certaine mesure chez Moreau de Saint-Méry, une reformulation de la notion d’espace en termes temporels. Avec des mots assez proches de ceux qu’utilisera Saussure plus tard18, Rousseau évoque la supériorité du temps sur l’espace dans l’évolution de la langue :

Adam parloit ; Nöé parloit ; soit. Adam avait été instruit par Dieu lui-même. En se divisans les enfans de Nöé abandonnérent l’agriculture, et la langue commune périt avec la prémiére société. Cela soit arrivé quand il n’y auroit jamais eu de tour de Babel. On a vu dans des iles désertes des solitaires oublier leur propre langue : Rarement après plusieurs générations des hommes hors de leur pays conservent leur prémier langage, même ayant des travaux communs et vivant entre eux en société (Rousseau, chap. IX : 399).

35On peut tirer de ce paragraphe un principe saussurien fondamental : la propagation d’une langue est liée à deux facteurs. D’une part, elle ne se maintient que dans la mesure où sa population de locuteurs reste fidèle à sa tradition. C’est ce que Saussure appelle l’« esprit de clocher » (1916 : 281-289). Comme le mentionne Rousseau, la disparition de la première société a entraîné celle de sa langue. D’autre part, elle s’appuie sur les relations qui s’établissent entre les hommes au sein d’une même communauté. Saussure l’appelle la « force d’intercourse » (1916 : 281-289). Ainsi s’explique l’image d’un solitaire oubliant une langue qu’il ne partage avec personne d’autre. Ce principe rousseauiste, systématisé par Saussure, trouve un écho particulier dans ce passage où Moreau de Saint-Méry distingue les traits de caractère de ces Blancs qui peuplent la colonie de Saint-Domingue :

Des flibustiers, accoutumés à chercher leurs besoins à travers les périls d’un élément redoutable, et à les obtenir par la force des armes ; des boucaniers, la terreur des forêts, dont ils détruisaient les habitants, ne pouvaient avoir que des mœurs farouches et sanguinaires.

Ce furent cependant de pareils hommes, mélange de plusieurs nations (nous soulignons), que des spéculateurs, qui calculaient dans la métropole de la France sur le parti que l’on pouvait tirer de leurs conquêtes, entreprirent d’asservir, et de soumettre à leurs vues intéressées (Moreau de Saint-Méry : 7-8).

36Avec ce passage, Moreau de Saint-Méry témoigne indirectement de l’impossibilité de remonter à un idiome primitif commun, auquel rattacher une communauté d’origine, tant la diversité des apports linguistiques reste importante.

37Si la reconstitution, en termes de linguistique historique, du créole s’avère périlleuse, on se risquera néanmoins, à la lumière de la description qu’en propose Moreau de Saint-Méry, à le qualifier, en termes rousseauistes, de langue du Sud. Dans la lignée de Vico, de l’abbé Fleury, de Warburton ou encore de Blackwell (Starobinski, 1971 : 374) la classification spatiale des langues repose dans l’Essai sur une distinction majeure entre les familles de langues méridionales et septentrionales. La séparation entre les parlers du Sud et du Nord est sollicitée pour distinguer deux grandes familles de langues. Les idiomes du Sud sollicitent la mélodie et les accents. Ceux du Nord sont riches en articulations et propices à la clarté et au raisonnement. La prodigalité de la nature dans le Sud rend les passions si fortes qu’elles se muent en besoins. À l’inverse, l’avarice de la nature dans le Nord rend l’entraide entre les hommes nécessaire, à tel point que les besoins font naître les passions :

Dans les climats méridionaux où la nature est prodigue les besoins naissent des passions, dans les pays froids où elle est avare les passions naissent des besoins, et les langues, tristes filles de la nécessité se sentent de leur dure origine (Rousseau, chap. X : 407).

38Les langues du Nord n’en restent pas moins liées à la passion. C’est bien la souffrance, entendue comme l’origine même de la passion, qui transforme le besoin physique en une expression langagière :

Le besoin mutuel unissant les hommes bien mieux que le sentiment n’auroit fait, la société ne se forma que par l’industrie, le continüel danger de périr ne permettoit pas de se borner à la langue du geste, et le prémier mot ne fut pas chez eux, aimez-moi, mais, aidez-moi (Rousseau, chap. X : 408).

39À la passion des langues du Sud répond la compassion de celles du Nord. C’est de notre point de vue, avec la valeur d’une langue du Sud, que Moreau de Saint-Méry décrit la langue créole. L’argument principal tient sans doute dans le long passage consacré à une chanson créole, Lisette quitté la plaine :

J’en présente en même temps la traduction versifiée par un créole, qui, aux dépens de son amour-propre, n’a cherché qu’à conserver, presque ligne pour ligne, le sens littéral qu’une imitation libre aurait empêché de saisir (Moreau de Saint-Méry : 77).

40Le commentaire de l’auteur sur la chanson manifeste une volonté palpable de restituer le plus fidèlement possible un texte en créole, à la fois par la préoccupation oratoire dont il fait part, en l’occurrence le choix d’une traduction conforme au sens littéral, et l’usage de la versification, qui rend compte en français du pouvoir musical de la langue créole. Le créole porte en lui-même la trace des langues premières nécessairement poétiques, que rappellent ces propos de Rousseau :

Autour des fontaines dont j’ai parlé les prémiers discours furent les prémiéres chansons ; les retours périodiques et mesurés du rhytme, les infléxions mélodieuses des accens firent naitre la poésie et la musique avec la langue, ou plustot tout cela n’étoit que la langue même pour ces heureux climats et ces heureux tems où les seuls besoins pressans qui demandoient le concours d’autrui étoient ceux que le cœur faisoit naitre (Rousseau, chap. XII : 410).

41C’est peut-être dans les passages relatifs à la fête que Moreau de Saint-Méry consacre l’analyse la plus aboutie de sa pensée linguistique.

42Le motif de la fête, autant avec Rousseau que Moreau de Saint-Méry, se perçoit comme un lieu textuel dans lequel s’éprouve le lien entre la communauté sociale, la langue et les passions. Avec Rousseau, la fête méridionale témoigne du passage de l’état de nature à celui de culture, comme le rappelle l’épisode de la fontaine, précédemment évoqué :

Là se firent les prémiéres fêtes, les pieds bondissoient de joye, le geste empressé ne suffisoit plus, la voix l’accompagnoit d’accens passionnés, le plaisir et le désir confondus ensemble se faisoient sentir à la fois. Là fut enfin le vrai berceau des peuples, et du pur cristal des fontaines sortirent les prémiers feux de l’amour (Rousseau, chap. IX : 406).

43La fête septentrionale n’accuse guère de différence :

On se rassemble autour d’un foyer commun, on y fait des festins, on y danse ; les doux liens de l’habitude y rapprochent insensiblement l’homme de ses semblables, et sur ce foyer rustique brule le feu sacré qui porte au fond des cœurs le premier sentiment de l’humanité (Rousseau, chap. IX : 403).

44La force du froid pousse les habitants à partager leur repas autour du feu. Avec la contrainte du climat, qui entraîne la réunion des hommes et le partage de l’approvisionnement, s’engagent les premiers échanges qui fondent la reconnaissance sociale. Grâce à la fête, les hommes éprouvent la dilatation du temps comme le marquent tantôt l’imparfait duratif du premier extrait, tantôt le présent de vérité générale dans le second extrait ; et l’éparpillement de soi, que dénotent les références synecdochiques au corps dans le premier texte (les pieds, le geste et la voix).

  • 19 Moreau de Saint-Méry évoque le vaudou lors d’un long passage consacré à l’étude des danses africain (...)
  • 20 Il n’aura échappé à personne que c’est bien le point de vue de l’auteur qui nous intéresse ici et n (...)

45En reprenant le motif de la fête, en particulier lors d’une description assez minutieuse d’une cérémonie vaudou, Moreau de Saint-Méry convoque à son tour l’articulation entre la langue, les passions et l’identité, au service d’un discours, certes européocentré, mais non dénué d’une certaine ambiguïté. Eu égard à notre propos et dans un souci de commodité, nous limiterons son analyse à deux extraits tirés d’un passage relativement long19, qui offrent un éclairage intéressant. Moreau de Saint-Méry entreprend une étude très détaillée de chacune des étapes du culte vaudou. Le premier point majeur de l’observation réside dans l’expression du jugement de l’auteur, qui s’empresse de défaire la facticité de la cérémonie20 :

  • 21 Nous soulignons.

Lorque les sectateurs du Vaudoux sont ainsi disposés à recevoir les impressions que le roi et la reine semblent leur faire partager, ces derniers, prenant le ton affectueux d’un père et d’une mère sensibles, leur vantent le bonheur qui est l’apanage de- quiconque est dévoué au Vaudoux, ils les exhortent21 à la confiance en lui, et à lui en donner des preuves, en prenant ses conseils sur la conduite qu’ils ont à tenir dans les circonstances intéressantes (Moreau de Saint-Méry : 55-56).

46Le choix des termes du lexique, que nous avons soulignés dans le passage, indique à quel point l’auteur peine à croire ce qu’il relate. La dissociation entre le jeu auquel se livrent les maîtres de cérémonie (le roi et la reine) et le jugement dépréciatif de l’auteur, qui en dénonce la supercherie, entraîne l’hypothèse selon laquelle la reconnaissance de l’illusion nourrit le plaisir que la cérémonie suscite. À n’en pas douter, la grossièreté du procédé renforce d’autant la crédulité de son public. Moreau de Saint-Méry évoque ainsi le cabotinage d’une pythonisse ridicule :

  • 22 On ne peut d’ailleurs que s’étonner de la critique de l’auteur formulée en termes kantiens. L’asser (...)
  • 23 L’hypothèse d’un asservissement volontaire des spectateurs à l’illusion de la cérémonie repose sur (...)

Tantôt elle flatte et promet la félicité, tantôt elle tonne et éclate en reproches ; et au gré de ses désirs, de son propre intérêt ou de ses caprices, elle dicte comme des lois sans appel, tout ce qu’il lui plaît de prescrire, au nom de la couleuvre, à la troupe imbécile, qui n’oppose jamais le plus petit doute à la plus monstrueuse absurdité, et qui ne sait qu’obéir à ce qui lui est despotiquement prescrit22 (Moreau de Saint-Méry : 56)23.

47Sans forcer le trait, on évoquera néanmoins à quel point, en particulier chez Rousseau, l’illusion et sa reconnaissance agissent de concert lors de la fête, qui s’apparente alors à un retour à l’état originel, comme le rappelle Starobinski à l’occasion de son étude de la Nouvelle Héloïse :

La fête champêtre précisément offre aux belles âmes un spectacle qui simule le retour à l’innocence première. Elles savent que ce n’est là qu’une illusion : seulement l’effet de cette illusion est de rapprocher merveilleusement l’image de l’innocence idyllique, au point de faire croire que la fin rejoint le commencement et qu’au terme de l’évolution morale la conscience peut s’immerger à nouveau dans la spontanéité irréfléchie d’où son histoire l’a arrachée. (116)

48Le second point, majeur, repose sur la transcription du chant, entonné pendant la cérémonie, par Moreau de Saint-Méry :

Le danseur revient à lui, rentre dans le rond,
Eh ! eh ! Bomba, lien ! lien !
Canga bafio lé
Canga moune dé lé
Canga do ki la
Canga li.

Les deux premiers sons de la première ligne sont prononcés très-ouverts, et les deux derniers de la même ligne, ne sont que des inflexions sourdes. (Moreau de Saint-Méry : 57)

49La transcription du chant vaudou par l’auteur présente un intérêt particulier, notamment dans l’effort qu’il fournit pour rendre en termes créoles ce qui en réalité n’a de sens qu’en kikongo (Hazaël-Massieux, 2011). Ainsi le terme « múndèlé », qui désigne « toute personne blanche civilisée » est noté avec une graphie phonétique, en rapport avec le mot créole « moune », qui désigne une « personne ». Au-delà de l’absurdité de l’entreprise, puisque le sens du chant échappe totalement à Moreau de Saint-Méry, on concèdera que c’est à travers les possibilités de la langue créole, que l’auteur cherche à rendre compte des paroles africaines. Une fois de plus, le geste (la danse), la parole (les sons archaïques de l’Afrique lointaine dont le sens reste énigmatique) et la passion (la frénésie qui s’empare du danseur) fondent l’appartenance au groupe social :

Le danseur revient à lui, rentre dans le rond, [] s’agite de nouveau, boit, et arrive enfin à des convulsions auxquelles le roi Vaudoux ordonne de cesser, en le frappant légèrement sur la tête de sa palette ou mouvette, ou même d’un coup de nerf de bœuf s’il le juge à propos. Il est conduit à l’autel pour jurer, et de ce moment il appartient à la secte (nous soulignons) (Moreau de Saint-Méry : 58).

  • 24 L’auteur apporte les précisions suivantes : Les deux premiers sons de la première ligne sont pronon (...)

50Il n’est pas jusqu’à l’importance accordée aux sons, après la transcription du chant24, qui n’évoque une fois encore l’entreprise rousseauiste :

On écrit les voix et non pas les sons : or, dans une langue accentuée, ce sont les sons, les accens, les inflexions de toute espèce, qui font la plus grande énergie du langage, et rendent une phrase, d’ailleurs commune, propre seulement au lieu où elle est (Rousseau, chap. V : 388).

51Moreau de Saint-Méry transforme la simple entreprise naturaliste, visant à rendre compte des langues des Africains, et du créole de l’habitation, en une véritable démarche anthropologique, qui offre un condensé des principes rousseauistes du langage.

2. La Description… ou l’adoption d’une posture rousseauiste

52Les analyses de Moreau de Saint-Méry sur le créole parlé par les esclaves se font l’écho des perspectives de Rousseau, qui théâtralisent la parole créole, à tel point qu’elles révèlent une certaine proximité entre l’auteur et les populations qu’il observe, et soulèvent le paradoxe d’une reconnaissance partielle des esclaves et de leur identité.

53Moreau de Saint-Méry met en scène la parole créole autant en scénographiant les propos des esclaves qu’en théâtralisant son propre usage de la langue. Alors que pour Rousseau, l’humanité a évolué en substituant le langage à la désignation initiale des besoins par le geste :

Il est donc à croire que les besoins dictérent les prémiers gestes et que les passions arrachérent les prémiéres voix (Rousseau, chap. II : 380).

54Aux yeux de Moreau de Saint-Méry les onomatopées, auxquelles il rabaisse le langage des esclaves, révèlent l’absence d’évolution véritable :

  • 25 Le mépris de Moreau de Saint-Méry pour le recours à l’emploi excessif des onomatopées chez les escl (...)

Chez, les nègres, comme chez tous les peuples non-civilisés, les gestes sont très-multipliés et ils forment une partie-intrinsèque du langage. Ils aiment surtout à exprimer les sons imitatifs. Parlent-ils d’un coup de canon ? Ils ajoutent boume ; un coup de fusil, poum ; un soufflet, pimme ; un coup de pied ou de bâton bimme ; des coup de fouet, v’lap v’lap. Est-on tombé légèrement ? c’est bap ; fort, c’est boum ; en dégringolant, blou coutoum ; et toutes les fois qu’on veut rendre un son augmentatif on le répète loin, loin, loin, loin, qui exprime une grande distance25 (Moreau de Saint-Méry : 43).

55La mention du créole dans la Description… signale le jugement de l’auteur sur les esclaves et les traits de caractère qu’il leur prête notamment. L’usage du créole permet en particulier d’opposer le portrait des Ibos à celui des femmes Aradas. Dans le premier cas, le créole apparaît dans une périphrase, dont le contenu informationnel désigne explicitement la pratique fréquente du suicide chez les Ibos, susceptible de renvoyer l’âme des désespérés dans leur terre d’origine :

Cette disposition de l’âme [] fait désigner les Ibos par ces mots créoles : Ibos pend’ cor à yo (les Ibos se pendent) (nous soulignons ; Moreau de Saint-Méry : 36).

  • 26 L’expression philosophique de « voyage pythagoricien » pour caractériser la croyance en la métempsy (...)

56Le recours au créole dénote l’émotion de l’auteur, dont l’empathie, certes légère, détonne par rapport au ton volontiers acerbe et moqueur dont il use habituellement26. La mention du créole dans l’extrait suivant a une visée bien plus disqualifiante :

Les femmes aradas, causeuses éternelles, sont rarement employées comme domestiques, attendu que de tous les Africains les Aradas sont ceux qui parviennent le moins à parler le français et que c’est à l’entendre dans leur bouche qu’on peut faire consister la plus grande épreuve de ceux qui se flattent de posséder le langage créole (Moreau de Saint-Méry : 36).

57L’auteur discrédite les femmes Aradas, dont les propos sont d’une grande indigence (ce sont des causeuses) et accusent une grande faiblesse en créole. La mention du créole dans les deux extraits introduit ainsi une démarcation entre ceux à qui l’on voue sinon du respect du moins une certaine considération, les Ibos attachés à leur patrie d’origine, et ceux que l’on voue aux gémonies, les causeuses Aradas. On ne s’étonnera donc pas que les Francs-Congos qui maîtrisent parfaitement le créole attirent la sympathie de l’auteur :

Aimant le chant, la danse et la parure, ils sont d’excellents domestiques, et leur intelligence, leur facilité à parler purement le créole (nous soulignons), leurs figures enjouées et sans marques […] les fait préférer pour le service des maisons (Moreau de Saint-Méry : 89).

58Le recours au créole dans la Description… reflète clairement la subjectivité de l’auteur. Cette dernière emprunte en particulier la forme de réactions et de sentiments vifs autant à l’égard de ses locuteurs que de ses détracteurs. À tel point que Moreau de Saint-Méry nourrit à l’égard de ses esclaves une relation ambiguë, oscillant entre antipathie et empathie.

59Les déclarations de Moreau de Saint-Méry à l’égard du créole incitent à considérer différemment les sentiments que l’auteur nourrit à l’égard des esclaves, en particulier lorsqu’ils s’expriment en créole, et qu’ils gagnent alors une certaine bienveillance. S’observe ainsi un certain intérêt pour la langue créole, qui conserve la trace rousseauiste des premiers échanges langagiers :

On nous fait du langage des prémiers hommes des langues de Géométres, et nous voyons que ce furent des langues de Poëtes (Rousseau, chap. II : 380).

60Les différentes mentions du créole dans la Description… ont une fonction essentiellement argumentative. Chaque détail sert le plaidoyer de l’auteur en faveur de la langue de l’habitation. Plus précisément, le propos de Moreau de Saint-Méry accorde au créole une relation particulière à la sensibilité :

61Le créole est propice à l’expression de la subjectivité. La négation par certains de cette authenticité de la langue, qui rend compte avec transparence des émotions, suscite l’emportement de Moreau de Saint-Méry. La véhémence de l’auteur s’exprime dans une diatribe contre le tableau que Girod de Chantrans brosse du créole :

Je n’ignore cependant pas que le langage créole a donné lieu à plusieurs critiques. I1 en est une fort amère, consignée dans un ouvrage intitulé : Voyage d’un Suisse dans différentes colonies d’Amérique. Il est vrai qu’on a pris une méthode fort sûre pour le décrier, c’est de faire du créole-suisse, et d’en conclure que ce langage est misérable. Je me range à l’avis de l’auteur, mais il faut avouer que son baragouin ne passera pour créole qu’auprès de nos savants, qui en introduisent un du même genre sur les théâtres, et qui persuadent aux Parisiens que c’est le véritable. La prétendue lettre du Suisse n’a jamais été écrite que par lui, ou par quelqu’un qui a voulu s’amuser de sa crédulité (Moreau de Saint-Méry : 76).

62Moreau de Saint-Méry se plaît ainsi à convoquer les

séduisantes créoles qui ont adopté ce patois expressif pour peindre leur tendresse ! Il est mille riens que l’on n’oserait dire en français, mille images voluptueuses que l’on ne réussirait pas à peindre avec le français, et que le créole exprime ou rend avec une grâce infinie (Moreau de Saint-Méry : 76).

63Le créole accorde une place de choix à l’expression de l’image, qui participe pleinement à la signification. C’est le sens qu’il faut accorder aux deux exemples fournis par l’auteur :

On leur entend dire, par exemple, d’un bavard, que sa bouche n’a pas de dimanche. Veulent-ils montrer que l’orgueil est une sottise, ils indiquent deux points opposés du ciel, en disant : Sole levé là, li couché là. « Le soleil se lève ici, il se couche là, » pour exprimer que si cet astre a un couchant, il n’est pas de sujet de vanité qui puisse être durable (Moreau de Saint-Méry : 78).

64Le plaidoyer de l’auteur en faveur du créole repose sur la richesse des images utilisées pour rendre compte d’une réalité. Il s’agit tantôt de leur force sémantique, la première sollicite à la fois une synecdoque (la bouche pour la personne) et une métonymie (le dimanche est le jour du repos), tantôt de leur force phonique grâce à l’allitération en [l] qui traverse l’ensemble de l’expression Sole levé là, li couché là, imitant la course du soleil dans le ciel. L’intérêt que suscite le créole chez Moreau de Saint-Méry contamine en grande partie sa propre perception des esclaves, à qui il reconnaît, peut-être malgré lui, une identité linguistique.

65La reconnaissance par Moreau de Saint-Méry, dont bénéficient les esclaves nés dans l’habitation, se limite à leur maîtrise du créole. L’auteur de la Description… poursuit en ce sens l’héritage rousseauiste, selon lequel l’accès à la parole tient lieu de véritable mesure de la sortie de l’état primitif. La fracture entre sociétés archaïque et civilisée s’apprécie à l’aune de la rupture qui s’opère avec l’état de pure nature :

Non, il y avait des familles, mais il n’y avoit point de Nations ; il y avoit des langues domestiques, mais il n’y avoit point de langues populaires ; il y avoit des mariages, mais il n’y avoit point d’amour. Chaque famille se suffisoit à elle-même et se perpetuoit par son seul sang (Rousseau, chap. IX : 406).

66Moreau de Saint-Méry réaffirme l’accès — certes inégal — à la civilisation par les esclaves, dès lors qu’ils sont en mesure de maîtriser la langue de l’habitation. C’est ainsi qu’il condamne dans des termes créoles le retard culturel des Aradas :

  • 27 Le commentaire figure dans une note de bas de page.

Les nègres de la côte d’Or sont actifs, adonnés au commerce et ce goût ils le manifestent aux îles, où ils en perdent un autre, celui de manger les chiens, dont on a fait le sobriquet particulier des Aradas ; car on aime assez aux colonies à caractériser ainsi les diverses nations africaines : l’on dit donc Arada mangeur de chiens ou Avare comme un Arada ; car ce vice est très-fort chez eux. []27 En créole ; « Rada mangé chien » — « Varichié tan com’ Rada. » (Moreau de Saint-Méry : 35).

67Avec Rousseau, la société nouvelle s’identifie avec la prohibition de l’inceste qui fonde l’ordre social, faisant écho à la défense de manger faite au chien, précédemment évoquée :

  • 28 Jacques Derrida (1967 : 360) rappelle l’importance du tabou de l’inceste dans la construction de la (...)

Il falut bien que les prémiers hommes épousassent leurs sœurs. Dans la simplicité des prémiéres mœurs cet usage se perpétua sans inconvénient tant que les familles restérent isolées et même après la réunion des plus anciens peuples ; mais la loi qui l’abolit n’en est pas moins sacrée pour être d’institution humaine. (Rousseau, chap. IX : 406)28.

68C’est bien à un pacte linguistique que Moreau de Saint-Méry convie les esclaves à adopter. Les propos de Derrida au sujet de l’Essai trouvent une résonance tout aussi grande chez Moreau de Saint-Méry, à ceci près, que c’est désormais la langue créole qui marque une séparation nette entre le Civilisé et le Sauvage :

La société, la langue, l’histoire, l’articulation, en un mot, la supplémentarité naissent donc en même temps que la prohibition de l’inceste. Celle-ci est la brisure entre la nature et la culture (360).

69L’héritage de Rousseau, qui consiste à entremêler discours et passions, fonde une distinction très nette dans la Description… entre ceux qui parlent le créole et ceux qui ne le comprennent pas. S’élabore ainsi une reconfiguration des rapports entre le maître et les esclaves, désormais réunis par la maîtrise d’une même langue, qui les éloigne à la fois de l’Europe des colons et de l’Afrique des Bossales. Derrière l’adhésion à une langue commune se lit en filigrane l’appartenance à une nouvelle société, celle de l’habitation.

3. Du pacte linguistique au projet sociétal

70En héritier de Rousseau, Moreau de Saint-Méry formule un pacte sociétal en termes linguistiques, qui repose sur le principe selon lequel une nouvelle langue fait émerger une nouvelle société, dans laquelle la peinture de l’esclave créole s’apparente à celle des premiers locuteurs évoqués par l’Essai.

71Rousseau postule que la naissance de la langue, qui s’explique par des raisons naturelles, précède la rencontre entre les hommes :

mais qu’est-ce qui fait que cette langue est celle de son pays et non pas d’un autre ? Il faut bien remonter pour le dire à quelque raison qui tienne au local, et qui soit antérieure aux mœurs mêmes : la parole étant la prémiére institution sociale ne doit sa forme qu’à des causes naturelles (Rousseau, chap. I : 375).

72L’homme, une fois doté de la capacité à nommer le monde, recourt à son dispositif phonatoire pour exprimer ses passions, qui trouvent alors dans le langage, d’abord métaphorique, une incarnation sonore :

Comme les prémiers motifs qui firent parler l’homme furent des passions, ses prémiéres expressions furent des Tropes. Le langage figuré fut le prémier à naitre, le sens propre fut trouvé le dernier. On n’appella les choses de leur vrai nom que quand on les vit sous leur véritable forme (chap. III : 381).

73L’origine des langues se superpose alors à celle de la société émergente, incarnée par la vie pastorale, qui marque la transition entre l’état de nature et celui de culture. Seuls les échanges entre les populations offrent aux hommes un point d’appui efficace pour le développement de la langue et de la pensée :

La réflexion nait des idées comparées, et c’est la pluralité des idées qui porte à les comparer. Celui qui ne voit qu’un seul objet n’a point de comparaison à faire. Celui qui n’en voit qu’un petit nombre et toujours les mêmes dès l’enfance ne les compare point encore, parce que l’habitude de les voir lui ôte l’attention nécessaire pour les examiner ; mais à mesure qu’un objet nouveau nous frappe nous voulons le connoitre, dans ceux qui nous sont connus nous lui cherchons des rapports (chap. IX : 396).

74Avec la lecture de la Description… l’hypothèse de la naissance d’une langue concomitante à celle d’une société prend toute sa mesure. Société et langue créole se forgent l’une à travers l’autre. Moreau de Saint-Méry présente à plusieurs reprises des exemples du créole sans jamais mentionner précisément l’origine de cette langue. L’absence d’argumentaire précis sur la naissance du créole, dont l’auteur se présente pourtant comme un ardent défenseur, a encore de quoi surprendre. Nous y voyons là une preuve supplémentaire qui vise à renforcer la thèse d’une sociogenèse, qui révèle l’« achèvement d’un syncrétisme culturel » (Prudent, 1982 : 111). Seul un court extrait de la Description… apporte un éclairage explicite sur ce point, que nous avons commenté précédemment :

C’est un français corrompu, auquel on a mêlé plusieurs mots espagnols francisés, et où les termes marins ont aussi trouvé leur place (Moreau de Saint-Méry : 76).

75L’utilisation du pronom « on » à valeur générique (il ne renvoie à personne en particulier) et l’emploi d’un inanimé (les termes marins) pour régir le verbe (ont trouvé) renforcent cette hypothèse que la langue échappe à ses locuteurs — et en ce sens rien ne serait plus absurde que de chercher à lui attribuer une origine plus qu’une autre — tout en se construisant au fil de leurs échanges. La rivalité entre les esclaves créoles et bossales rend clairement compte de cette double genèse, à la fois sociétale et linguistique. Elle est le signe par excellence qu’une nouvelle langue fait émerger une nouvelle société.

76Moreau de Saint-Méry rapporte une querelle qui divise en termes linguistiques les Créoles et les Bossales :

Les nègres de leur côté ne sont pas exempts de ce désir : tous aiment à être au « moins considérés comme venus en bas âge dans la colonie ». C’est une suite de cet amour-propre qui les engage à refuser de servir d’interprètes à ceux de leur nation qui arrivent, sous le prétexte qu’ils ont oublié leur langue ; et comme il faut des inconséquences à l’homme de tous les pays, les Africains gardent machinalement l’habitude de s’appeler entre eux bâtiments lorsqu’ils ont été transportés dans le même navire, ce qui les décèle (Moreau de Saint-Méry : 45).

  • 29 Moreau de Saint-Méry distingue trois états de l’esclave :

77Le conflit autour de la désignation des esclaves par leur origine, selon qu’ils sont nés dans l’habitation ou en Afrique, se construit au fil de deux anecdotes. Dans la première, la désignation du créole, implicite dans le texte29, sert à distinguer les esclaves, selon leur intégration effective dans la colonie. Dans la seconde, la désignation autonymique de « bâtiments » révèle la tentative de dissimulation des esclaves, qui cherchent à se faire passer pour d’authentiques Créoles. À ce titre, la colonie opère comme un révélateur de l’esclave à lui-même. C’est le sens que nous accordons à ce passage, dans lequel l’auteur évoque la découverte de soi dans le reflet du verre :

Mais presque tous les objets d’art les frappent. Parmi ceux-ci ce qui les surprend le plus c’est la réflexion produite par une glace. Le nègre s’y contemple, il palpe le verre, il court vite par derrière, pour y saisir un second lui-même. Convaincu de l’inutilité de celte tentative répétée, il fait mille singeries, mille grimaces et prend toutes les attitudes pour jouir d’une imitation que rien ne peut lui expliquer (Moreau de Saint-Méry : 45-46).

78Jouant avec les variations infinies de la glace dans laquelle l’esclave se mire, il se découvre à lui-même au sein d’une société nouvelle, qui n’est déjà plus la sienne, mais qui s’apprête à le devenir. L’habitation, aux yeux de Moreau de Saint-Méry, opère comme un miroir, qui rend compte à l’esclave de sa seule et véritable identité, celle du Créole, qui participe, malgré lui, à l’édification d’une société sucrière, jusque-là totalement inconnue. Dépassant la simple description naturaliste d’un territoire naissant, Moreau de Saint-Méry peint une figure de l’esclave, dans laquelle les touches rousseauistes invitent à déceler une représentation plus large du locuteur primitif évoqué dans l’Essai.

79On comprend d’autant mieux la peinture des esclaves créoles à l’œuvre dans la Description… si on la rapproche de celle des premières communautés humaines s’exprimant dans l’Essai. Cette similarité s’explique en grande partie par l’influence directe de l’environnement naturel sur les locuteurs primitifs, qu’il s’agisse des hommes sortis de l’Âge d’or pour Rousseau, ou des esclaves créoles pour Moreau de Saint-Méry.

  • 30 C’est ce que Starobinski (1971 : 357) qualifie de « symbole cosmologique de l’inégalité des saisons (...)

80Rousseau articule la naissance des sociétés et des langues à la lutte acharnée que l’homme livre aux obstacles naturels, ce dont il rend compte à travers une image énigmatique30 :

Celui qui voulut que l’homme fut sociable toucha du doigt l’axe du globe et l’inclina sur l’axe de l’univers. (nous soulignons) À ce léger mouvement je vois changer la face de la terre et décider la vocation du genre humain : j’entens au loin les cris de joye d’une multitude insensée : je vois édifier les Palais et les Villes ; je vois naitre les arts, les loix, le commerce […] je vois les hommes rassemblés sur quelques points de leur demeure pour s’y dévorer mutuellement, faire un affreux désert du reste du monde (Rousseau, chap. IX : 401).

81Une infime altération de la surface terrestre engendre les plus grands travaux de l’homme comme l’édification des palais et des villes ou la naissance des arts notamment évoqués dans l’extrait. Les accidents de la nature rendent possible le rapprochement des hommes, qui échappent ainsi, grâce à la main de Dieu, à l’« affreux désert du reste du monde ». Les langues résultent ainsi des catastrophes que rencontre la nature, dont l’état initial stable se trouve profondément modifié :

Les associations d’hommes sont en grande partie l’ouvrage des accidens de la nature ; les déluges particuliers, les mers extravasées, les eruptions de volcans […] tout ce qui dût effrayer et disperser les sauvages habitans d’un pays dût ensuite les rassembler pour reparer en commun les pertes communes (Rousseau, chap. IX : 402).

82La volonté de Dieu s’exprime par l’entremise des forces naturelles qui rendent ainsi possible la formation de sociétés humaines, dotées de langage.

83La Description… réalise à la lettre les principes rousseauistes : à la fois celui d’une influence du milieu naturel sur le développement des hommes, et celui d’une nature providentielle. Huyghues-Belrose commente ainsi la lecture dynamique que Moreau de Saint-Méry propose du milieu naturel (2006 : 17) :

Il semble donc que sa conception de la géographie ne se limite pas à la science des topoï, des lieux remarquables, mais aux influences du milieu naturel sur la vie des hommes.

84Le climat affecte clairement le tempérament des habitants de la colonie. Moreau de Saint-Méry rapporte ainsi des esclaves qu’ils :

sont polygames à Saint-Domingue et jaloux. Les mariages y sont extrêmement rares entre eux, et les maîtres les plus religieux sont presque obligés de renoncer à les porter à cette union, qui n’est qu’un sujet de scandale. L’influence de leurs mœurs primitives et la disproportion même du nombre des femmes, comparé à celui des hommes, dont les premières ne forment guères qu’une moitié, ont des causes très-naturelles de cette pluralité que le climat favorise encore (nous soulignons, Moreau de Saint-Méry : 44).

85L’influence du milieu naturel est tout aussi palpable chez les Créoles blancs :

Exempts de la torture du maillot, leurs membres offrent rarement la moindre difformité. Et la température du climat, en les favorisant encore, leur donne une agilité qui les rend propres à tous les exercices, pour lesquels ils ont autant de penchant que de disposition (Moreau de Saint-Méry : 14).

86La main civilisatrice opère selon les desseins de Dieu. La géographie de Moreau de Saint-Méry répond à une logique géométrique, dont l’agencement ne peut s’expliquer que par un souci de planification préalablement décidée :

Les montagnes de la partie française servent, comme celles de la partie espagnole, à faire varier le climat, qui dépend, dans l’une comme dans l’autre, de leur hauteur, de leur proximité, de la manière dont elles sont placées par rapport au vent dominant, et de plusieurs circonstances que l’on peut appeler accidentelles (Moreau de Saint-Méry : 4).

87La nature n’est concevable que dans la mesure où chacun des éléments naturels répond à une fonction précise, les montagnes servent ainsi à faire varier le climat, même si en apparence, leur forme varie à la suite de circonstances accidentelles. Si le rôle des éléments naturels est fixé d’avance, seule leur physionomie, qui n’est pas donnée d’avance, se modifie au gré de causes naturelles. Huyghues-Belrose résume ainsi ce principe d’une nature dotée d’une finalité propre :

on remarque, chez Moreau, l’action de la Providence ou de la Nature déifiée tient encore parfois de lieu d’explications (Moreau de Saint-Méry : 18).

88En paraphrasant Huyghues-Belrose, pour qui :

Par un goût de la nature qui ne doit rien à Rousseau, Moreau manifeste aussi qu’il n’est pas européen, mais créole (2006 : 18),

nous affirmons que Moreau de Saint-Méry n’est jamais aussi créole que lorsqu’il se réapproprie les principes de Rousseau en matière de langue et de société.

Conclusion

89Si la Description… ne laisse pas la part belle à la réflexion sur la langue et le langage, la voix d’un Créole convaincu, Moreau de Saint-Méry, ne s’y laisse pas moins percevoir. La virulence avec laquelle il répond aux moqueries de Girod de Chantrans révèle à quel point il se sent blessé dans son identité de locuteur créole. Ardent partisan d’une société créole à part entière, Moreau de Saint-Méry engage une réflexion sur les liens qui se tissent entre les hommes, réunis par une histoire commune, et des pratiques langagières en pleine émergence. C’est à la croisée d’une réflexion sur l’articulation entre la société, le langage et les langues, que s’impose la lecture de l’Essai de Rousseau, dont on connaît par ailleurs tout l’intérêt que lui porte Moreau de Saint-Méry. La pensée de Rousseau offre un cadre opératoire, en termes à la fois méthodologiques et épistémologiques, pour mieux appréhender la façon dont Moreau de Saint-Méry s’y prend pour rendre compte d’un parler créole naissant qui émerge d’une société en plein essor. La Description… dessine les frontières linguistiques de la partie française de Saint-Domingue, en dévoilant au cours de sa lecture un auteur volontiers rousseauiste lorsqu’il s’agit d’analyser les interactions entre l’institution sociale et la langue. Oscillant à la fois entre anecdote réaliste et mise en scène quasi mythique (avec la cérémonie vaudou), Moreau de Saint-Méry délaisse la démarche initialement naturaliste au profit d’une approche plus anthropologique (le caprice de l’enfant créole) et parfois ontologique (la découverte du reflet dans le miroir par les Africains) pour rendre compte de l’émergence du créole au sein de l’habitation. En théâtralisant la parole et en scénographiant les comportements des esclaves créoles, Moreau de Saint-Méry transforme la simple habitation en une vaste scène où le langage devient l’objet de toutes les attentions. Reconnaissant les créoles noirs comme des acteurs de cette nouvelle scène dominguoise, l’auteur brouille les relations entre le colon et les esclaves, rendant le seul filtre du discours racial, non pas inopérant, mais simplement insuffisant. Moreau de Saint-Méry, pourtant défenseur du Code noir, reconnaît, malgré lui, les esclaves, non pas comme des pairs, mais comme des membres d’une société, à laquelle il appartient, et dont les Européens peinent à comprendre exactement la nature de la relation. Derrière l’adhésion à une langue commune, le créole, se lit en filigrane l’appartenance à une nouvelle société, celle de l’habitation créole. La lecture de l’Essai renforce le sentiment que la Description… est bien celle d’une société qui se donne à voir elle-même. Ce que Rousseau a permis de montrer, c’est qu’il existe des interactions infinies qui relient le colon et l’esclave. Dans l’univers de l’habitation, le créole ne sert pas simplement de trait d’union entre ses membres, il reflète bien plus profondément la fascination de l’observateur pour son objet.

Haut de page

Bibliographie

Andersen, R. (1983). Pidginization and Creolization as Language Acquisition. Rowley : Newbury House.

Antoine, R. (1978). Les Écrivains français et les Antilles. Des premiers Pères blancs aux Surréalistes noirs. Paris : Maisonneuve et Larose, 95.

Barthélémy, G. (2006). Tentatives de description de l’Afrique et des Africains à partir des Amériques à la fin du XVIIIe siècle. Dans D. Taffin (dir.), Moreau de Saint-Méry ou les ambiguïtés d’un créole des Lumières. Actes du colloque organisé par les Archives départementales de la Martinique et la Société des Amis des archives et de la Recherche sur le patrimoine culturel des Antilles, 10-11 septembre, 2014. Abbeville : Paillart, 147-157.

Bernabé, J. (1987). Grammaire créole. Fondas Kréyol-la. Paris : L’Harmattan.

Boccolari, F. (2021). Rousseau. La Voix passionnée. Force expressive et affections sociales dans l’Essai sur l’origine des langues. Paris : L’Harmattan.

Buffon comte de, G.-L. Leclerc. (1752). Histoire naturelle générale et particulière. 36 volumes, tome IV, De l’homme, Variétés dans l’espèce humaine. Disponible en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France.

Camier, B. (2006). Moreau de Saint-Méry et la musique coloniale des Antilles françaises au XVIIIe siècle. Dans D. Taffin (dir.), Moreau de Saint-Méry ou les ambiguïtés d’un créole des Lumières. Actes du colloque organisé par les Archives départementales de la Martinique et la Société des Amis des archives et de la Recherche sur le patrimoine culturel des Antilles, 10-11 septembre, 2014. Abbeville : Paillart, 173-187.

Derrida, J. (1967). Chapitre 3. Genèse et structure de l’Essai sur l’origine des langues. De la grammatologie. Paris : Les éditions de minuit, 227-362.

Girod-Chantrans, J. (1786). Voyage d’un Suisse dans différentes colonies d’Amérique pendant la dernière guerre. Paris : Poinçot.

Hazaël-Massieux, C. (2011). Les Langues créoles. Formation et évolution dans le contexte des langues dans la Caraïbe. Revue de linguistique latine du Centre Alfred Ernout, De Lingua Latina, 6.

Huyghues-Belrose, V. (2006). Moreau de Saint-Méry, arpenteur créole de Saint-Domingue. Dans D. Taffin (dir.), Moreau de Saint-Méry ou les ambiguïtés d’un créole des Lumières. Actes du colloque organisé par les Archives départementales de la Martinique et la Société des Amis des archives et de la Recherche sur le patrimoine culturel des Antilles, 10-11 septembre, 2014. Abbeville : Paillart, 9-21.

Jones, J. (1994). Repackaging Rousseau: Feminity and fashion in Old regime France. French Historical Studies, 18, 939–967.

Kinzler, C. (1997). Musique, voix, intériorité et subjectivité : Rousseau et les paradoxes de l’espace. Dossier J. — J. Rousseau (1). Esthétique et morale. Le Magazine littéraire. Paris.

Le Gros, J.-C.-F. (1785-1786). Examens des systèmes de J.-J. Rousseau de Genève, et de M. de Court de Gebelin, auteur du Monde primitif ; pour servir de suite à l’analyse de leurs ouvrages. Par un solitaire. Disponible sur le site de la Bibliothèque nationale de France.

Martin, M.-P. (2011). I. L’Essai sur l’origine des langues : positionner l’art musical. Juger des arts en musicien : un aspect de la pensée artistique de Jean-Jacques Rousseau. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 21-40.

McClellan, J. et Regourd, F. (2006). Moreau de Saint-Méry et la machine coloniale. Dans D. Taffin (dir.), Moreau de Saint-Méry ou les ambiguïtés d’un créole des Lumières. Actes du colloque organisé par les Archives départementales de la Martinique et la Société des Amis des archives et de la Recherche sur le patrimoine culturel des Antilles, 10-11 septembre, 2014. Abbeville : Paillart, 5-38.

Montbrison, comte de (1853). Mémoires de la baronne d’Oberkirch dédiés à sa Majesté Nicolas 1er, empereur de toutes les Russies, t. 2, Charpentier librarie-éditeur. Disponible sur : https://books.googleusercontent.com/books/content?req=AKW5Qaf31WtqPtI-uZrHyHQCSScmFFWUHJxt6CambBHhvpEfAW5qVLGCFejMGa2QbYiKJn4aZ3UX9Sm0BX-Zd7FfHUYKtMvBqyYl3LSnKbvDgaGCd2xeds6z-PYe1jN9jHRDyteInCO_HFfIm4by5sSJ0Evmf7xReM5t8jv_cwS3tZW1milolPXwH5zDXyAdzag9uPdyXnhVeZIFH10YYDBzH9IQzHBaZ7ROj0QLMQJTmTcRyWY60CbngoKCaf45bE6tF9PnyZMv_G_10Y8_aAR_HH78v_82ww

Montesquieu baron de, C.-L. de Secondat. (1758). Chapitre 2 « Comment les hommes sont différents dans les divers climats », Livre XIV « Des lois dans le rapport qu’elles ont avec la nature du climat ». De l’esprit des lois. Édition établie par Laurent Versini. Paris : Gallimard, 1995.

Moreau de Saint-Méry, L.-.E.-M. (1797). Description typographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle de Saint-Domingue. Philadelphie : chez l’auteur. 2 volumes. Disponible en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France.

Prudent, L.-F. (1982). L’Émergence d’une littérature créole aux Antilles et en Guyane. Présence africaine, vol. 1, 121-122, 109-122.

Rousseau, J-J. (1755/1996). Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité. Paris : Le Livre de Poche.

Rousseau, J.-J. (1761/2018). Julie ou La Nouvelle Héloïse. Paris : Flammarion.

Rousseau, J.-J. (1781/1995). Essai sur l’origine des langues, où il est parlé de la mélodie et de l’imitation musicale. Œuvres complètes, vol. 5, Écrits sur la musique, la langue et le théâtre, collection La Pléiade. Paris : Gallimard, 373-429.

Rousseau, J.-J. (1781). Chanson Nègre. Paroles fournies par M. de Flammanville. Consolations des misères de ma vie ou recueil d’airs romances et duos par J.-J. Rousseau : 98. Disponible sur : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500129k.r=rousseau+consolations.langFR

Saint-Louis, V. (2006). Moreau de Saint-Méry et la peur de la philosophie. Dans D. Taffin (dir.), Moreau de Saint-Méry ou les ambiguïtés d’un créole des Lumières. Actes du colloque organisé par les Archives départementales de la Martinique et la Société des Amis des archives et de la Recherche sur le patrimoine culturel des Antilles, 10-11 septembre, 2014. Abbeville : Paillart, 117-128.

Saussure de, F. (1916/2005). Cours de linguistique générale. Paris : Payot et Rivages.

Starobinski, J. (1971). Rousseau et l’origine des langues. Jean-Jacques Rousseau : la transparence et l’obstacle. Paris : Gallimard, 356-379.

Wokler, P. (1987). Rousseau in Society, Politics, Music and Language. An Historical Interpretation of his Early Writings. New York: Garland.

Haut de page

Notes

1 Désignée désormais sous le titre abrégé de Description…

2 Le concept de nativisation désigne l’acquisition de nouvelles formes langagières par un locuteur, grâce à l’apport de sa première langue. Les enfants nés dans les Antilles construisent progressivement un ensemble de principes grammaticaux, qui se systématisent progressivement. (Prudent, 1982).

3 Le terme de créole renvoie indifféremment à la population blanche ou noire, née dans les colonies.

4 On la retrouve dans les Consolations des misères de ma vie de Rousseau, en 1781, sous le titre « Chanson nègre », attribuées au chevalier de Flammanville » (98).

5 Consultable en grande partie en microfilms aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence.

6 On retrouve la même locution adverbiale, avec cette fois une coloration ironique, qui laisse poindre l’anti-rousseauisme affiché de son auteur, sous la plume de la baronne d’Oberkirch (Montbrison, comte de, 1853) lorsqu’elle évoque cette anecdote :

Pendant que J.-J. Rousseau était à Strasbourg, où il s’était réfugié lors de son expulsion du territoire de Berne, il reçut la visite de M. Haugardt père. Celui-ci lui parla de son Émile avec un enthousiasme plein de feu, ajoutant qu’il élevait son fils suivant ses principes.

  • Ma fois ! tant pis (nous soulignons) pour vous, monsieur, répondit l’auteur, et plus tant pis encore pour votre fils.

Il ne se trompait guère, ce fils devint un paltoquet et un imbécile, nous parlant de la nature à chaque instant, et se servant de termes à faire rougir, sous prétexte de ne rien dissimuler. On le mit au pas là-dessus, mais on ne le corrigea pas de ses bévues et de ses maladresses (186).

7 La position de Moreau de Saint-Méry à l’égard du maintien de l’esclavage dans les colonies s’explique davantage par des raisons pratiques que morales. Ce qui justifie notamment qu’il soit qualifié de « colonial adepte des Lumières » (Saint-Louis, 2006 : 118).

8 La musique, en tant qu’expérience esthétique, fait advenir la conscience de l’homme à lui-même. Il en résulte que la passion amoureuse, la plus forte des passions rousseauistes, fait véritablement naître l’homme au monde (Kinzler, 1997). C’est ce qui explique sans doute l’importance de la musique dans le récit épistolaire de Julie ou La Nouvelle Héloïse, où s’exprime le goût pour la musique de Julie, en particulier pour le librettiste Metastase (Rousseau, 1761, Lettre LII) qui répond en écho à la prière de Saint-Preux à sa bien-aimée de se débarrasser de la musique française (Rousseau, 1761, XLVIII).

9 Moreau de Saint-Méry s’est néanmoins davantage intéressé à la musique coloniale et à l’activité artistique de Saint-Domingue, au sujet desquelles il fournit des informations particulièrement nombreuses et détaillées (Camier, 2006 : 173-187).

10 Jusqu’au chapitre VIII, Rousseau prête attention à la naissance des langues primitives. À partir du chapitre XII, il s’interroge sur le rôle de la musique dans le développement et la production de la langue, jusqu’au chapitre XX, où Rousseau déplore l’appauvrissement de l’éloquence et de l’argumentation dans une société conduite par une autorité monarchique. Le terme de langage qui traverse l’Essai est à entendre en termes saussuriens (1916 : 25) tantôt comme un langage (c’est-à-dire une faculté humaine d’exprimer sa pensée et ses sentiments), tantôt comme une langue (c’est-à-dire un système de signes utilisés pour exprimer pensée et sentiments). Schématiquement, l’on retiendra que les chapitres I à VII traitent essentiellement du langage, et les chapitres VIII à XI, qui constituent l’essentiel de notre corpus chez Rousseau, de la langue.

11 Par souci de cohérence, les interrogations sont envisagées au fil de la lecture du chapitre VIII. On ne s’étonnera donc pas que le champ de la méthodologie précède celui de l’épistémologie.

12 La séduction de Buffon se lit aussi chez d’autres contemporains comme Descourtilz à Saint-Domingue et le pasteur Oldendorp à Saint-Thomas, qui adoptent tous la même démarche : le recensement des rapports des Africains entre eux dans leur pays d’origine d’abord, dans la colonie ensuite, avec le maître enfin :

Tels sont les divers habitants de l’Afrique réunis à Saint-Domingue, qui devient désormais leur patrie, et où ils prennent une manière d’être, qui ne peut ni ressembler à celle qu’ils avaient dans les lieux de leur origine, ni en différer absolument (Moreau de Saint-Méry, 1797 : 41).

L’observation de l’évolution des relations s’articule souvent à une réflexion sur la dynamique générale de l’évolution (Barthélémy, 2006 : 147-148).

13 L’influence de Buffon se fait tout aussi importante sur les écrits de Rousseau, dont le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité (1755) invoque l’autorité, comme le rappelle Starobinski (1971 : 380) : « Sur toutes les questions de science, c’est l’autorité de Buffon que le discours allègue constamment ».

14 La mention des origines bibliques des Maures, fils d’Ismaël, qui ont fourni une première main-d’œuvre servile aux colons portugais au début du xvie siècle, invite pourtant à nuancer le propos :

On y amène quelquefois aussi, en très-petit nombre il est vrai, des Maures, des descendants ou des victimes de ces Arabes procréés d’Ismaël (nous soulignons), qui se répandirent comme un torrent débordé dans l’Afrique vers le milieu du VIIe siècle et dont les connaissances étonnent encore l’Europe qu’ils ont contribué à éclairer (Moreau de Saint-Méry, 1797 : 30)

Ismaël, (Genèse, 16-1-3), fils d’Abraham et de sa servante Agar, serait le père des Arabes. Simple coquetterie littéraire ou allusion réelle au récit biblique, cette mention constitue à l’échelle du volume 1 la seule entorse à l’exigence de vérité à laquelle Moreau de Saint-Méry, du moins de son point de vue, s’astreint.

15 « On me dira que Caïn fut laboureur et que Nöé planta la vigne. » (Rousseau, 1781, chap. IX : 397).

16 Les nombreux détails fournis par Moreau de Saint-Méry ont rendu l’analyse fastidieuse. Pour des raisons de commodité, nous n’abordons pas les peuples, dont la présentation fera l’objet d’une analyse plus tard dans l’article, ni ceux dont les moyens de subsistance n’ont pas fait l’objet d’une description clairement identifiable de la part de l’auteur. On ne verra donc là qu’un recensement partiel des principaux peuples, dont la présentation est susceptible d’éclairer notre propos sur les parallèles entre l’Essai et la Description…

17 On ne s’étonnera pas de la part d’un Créole, fier de sa langue, que la première mention du créole dans le texte soit celle des propos rapportés d’un enfant de colon. Nous reviendrons plus longuement sur ce point dans la troisième partie de notre exposé.

18 Saussure (1916 : 271) aura cette fameuse formule : La diversité géographique doit être traduite en diversité temporelle. Cette bien curieuse citation, qui fait voler en éclats les représentations spatiales de la langue au profit d’une perception temporelle, s’inscrit dans la quatrième partie du Cours de linguistique générale consacrée à la « Linguistique géographique ». Le propos du linguiste repose sur le principe selon lequel les changements observables entre les langues entre deux territoires reposent sur des facteurs diachroniques et non pas géographiques. Parmi les arguments avancés par Saussure, nous retiendrons celui qui sert le plus notre propos. Saussure imagine une situation idéale dans laquelle une langue serait transportée d’un territoire à un autre. On observerait alors que la langue dans le territoire d’origine évolue autant que la langue transportée dans le territoire d’accueil. C’est bien la langue en elle-même qui évolue nonobstant le territoire où elle se trouve. Les transformations sont diverses. Dans le foyer initial (F) la langue évolue en termes phonétiques — un type de voyelle s’ouvre — alors que dans le foyer d’accueil (F ») — un type de consonne sourde comme/p/se sonorise en/b/ — par exemple. Or ce n’est pas en se déplaçant de F à F’ que les locuteurs modifient leur façon de parler. Ce n’est donc pas un facteur spatial qui explique les modifications, mais bien temporel. C’est donc au fil du temps que l’on observe des changements au sein d’une langue.

19 Moreau de Saint-Méry évoque le vaudou lors d’un long passage consacré à l’étude des danses africaines, des pages 54 à 60.

20 Il n’aura échappé à personne que c’est bien le point de vue de l’auteur qui nous intéresse ici et non pas la validité d’un jugement dont on ne rappellera jamais assez qu’il relève d’un temps révolu.

21 Nous soulignons.

22 On ne peut d’ailleurs que s’étonner de la critique de l’auteur formulée en termes kantiens. L’asservissement des spectateurs s’explique à la fois par le refus du jugement rationnel et l’adoration de ce qui est présenté comme étant digne du plus grand intérêt.  

23 L’hypothèse d’un asservissement volontaire des spectateurs à l’illusion de la cérémonie repose sur les nombreux mensonges et perfidies dont Moreau de Saint-Méry accuse les esclaves. On est ainsi en droit de se demander jusqu’à quel point s’exerce la crédulité des spectateurs, dont l’auteur dénonce régulièrement le double discours. Cette assomption rend compte à notre avis de l’ambiguïté des chroniqueurs du xviiie siècle aux Antilles, qui prêtent aux esclaves, qu’ils dénigrent pourtant régulièrement, une parole bien plus complexe et plus riche qu’une première lecture pourrait laisser entendre.

24 L’auteur apporte les précisions suivantes : Les deux premiers sons de la première ligne sont prononcés très-ouverts, et les deux derniers de la même ligne, ne sont que des inflexions sourdes (Moreau de Saint-Méry : 57).

25 Le mépris de Moreau de Saint-Méry pour le recours à l’emploi excessif des onomatopées chez les esclaves n’enlève en rien la qualité métalinguistique de ses remarques. Le relevé des occurrences de l’auteur atteste de la richesse des procédures morphologiques du créole, toujours observables dans la langue aujourd’hui : la présence d’une paire minimale qui distingue en termes phonologiques le coup de canon [bum] du coup de fusil [pum] grâce à l’assourdissement de/b/en/p/, et l’expression de la valeur superlative par réduplication dans l’énoncé « v’lap v’lap » (Bernabé, 1987 : 186).

26 L’expression philosophique de « voyage pythagoricien » pour caractériser la croyance en la métempsychose surprend dans un extrait consacré aux croyances religieuses d’un peuple pourtant jugé inférieur : On n’a vu que trop souvent les Ibos d’une habitation former le projet de se pendre tous pour retourner dans leur pays. Il y a longtemps qu’on oppose à leur erreur une de leurs propres opinions […] ce voyage pythagoricien (Moreau de Saint-Méry, 1797 : 36).

27 Le commentaire figure dans une note de bas de page.

28 Jacques Derrida (1967 : 360) rappelle l’importance du tabou de l’inceste dans la construction de la société rousseauiste : La société, la langue, l’histoire, l’articulation, en un mot la supplémentarité naissent donc en même temps que la prohibition de l’inceste. Celle-ci est la brisure entre la nature et la culture.

29 Moreau de Saint-Méry distingue trois états de l’esclave :

- le Bossale, né en Afrique.

- le Bossale, venu en bas âge dans la colonie, assimilable à un Créole.

- le Créole, né dans l’habitation.

30 C’est ce que Starobinski (1971 : 357) qualifie de « symbole cosmologique de l’inégalité des saisons ».  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier-Serge Candau, « Écouter la voix des esclaves avec Médéric-Louis-Élie Moreau de Saint-Méry et Jean-Jacques Rousseau »Études caribéennes [En ligne], 10 | Octobre 2023, mis en ligne le 30 septembre 2023, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/28169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.28169

Haut de page

Auteur

Olivier-Serge Candau

CRREF/Université des Antilles
Maître de conférences en sciences du langage
olivier-serge.candau@univ-antilles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search