Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56DossierCrise sécuritaire et transformati...

Dossier

Crise sécuritaire et transformation des places marchandes traditionnelles dans l’économie informelle en Haïti

Security Crisis and Transformation of Traditional Marketplaces of The Informal Economy in Haiti
Sandra Jean-Gilles et Bénédique Paul

Résumés

L’économie informelle est un sujet important dans de nombreux pays en développement, surtout dans lesquels les femmes jouent un rôle essentiel. En Haïti, ces femmes sont appelées les Madan Sara, en référence à l’oiseau migrateur qui cherche constamment de la nourriture partout où il va. Les Madan Sara haïtiennes remplissent le rôle crucial de lien commercial entre les producteurs et les consommateurs, en particulier les 30 % de la population qui vivent à Port-au-Prince. Étant donné que cette économie n’est pas officielle, elle est particulièrement vulnérable aux chocs sécuritaires. Les crises récentes en Haïti offrent une opportunité pour étudier comment les femmes Madan Sara s’organisent pour continuer leurs activités. Notre hypothèse de recherche se concentre sur la réorganisation des places marchandes pour faire face à la crise sécuritaire. Nous avons mené une étude empirique et documentaire, ainsi que des observations participantes pour étudier les principaux changements opérés. Parmi lesquels, on compte la création d’un nouveau centre commercial, l’utilisation de technologies permettant le commerce en ligne, le développement de nouveaux marchés transnationaux et l’augmentation du nombre de Madan Sara à la frontière haïtiano-dominicaine. Cette diversification des espaces et des lieux de transactions démontre une capacité d’adaptation de l’économie informelle et propose une passerelle de communication entre l’État et les principaux acteurs du commerce informel, tout en militant pour une meilleure représentation des acteurs transnationaux de l’économie informelle en Haïti. Nous recommandons également un meilleur encadrement du commerce transfrontalier avec la République dominicaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le secteur informel est généralement plus présent dans les pays en développement (Casson, Guista et Kambhampati, 2009). Le terme a été, pour la première fois, utilisé par l’anthropologue Keith Hurt dans le contexte d’une étude portant sur les activités génératrices de revenus des ménages pauvres, à Accra, au Ghana. C’est à partir de cette période qu’il a commencé à devenir populaire. Il est souvent associé à des termes connexes comme, « économie informelle », « souterraine », « invisible », « illégale », etc. (Daudier, 2004, cité par Berrou et Eekhout, 2019). De plus en plus, cette forme d’économie est questionnée en termes d’enjeux dans le cadre de la croissance du continent africain dans son ensemble (Berrou et Eekhout, 2019). Au sein de l’économie informelle, une différence entre le travail informel et le commerce informel a de tout temps été établie et c’est ce dernier qui nous intéresse plus particulièrement. En Amérique latine, le commerce informel a commencé à être étudié dès 1980 dans une double perspective. La première se concentre sur le secteur informel, dans ses modalités et sa raison d’être avec, en premier plan, les travaux de Fernando de Soto au Pérou. La deuxième est davantage spécifique aux problèmes de politiques publiques de la ville avec les travaux de John Cross (Cross, 2009, cité par Gauvain, 2013).

2En Haïti, le secteur dit informel est porté plus généralement par les femmes (Werleigh, 1985 ; Potkin, 1989 ; Lamaute-Brisson, 2014 ; Hossein, 2015). À l’échelle nationale, le commerce informel implique non seulement des activités locales, mais également des transactions commerciales binationales avec la République dominicaine (Plotkin, 1989 ; Lamaute-Brisson, 2014)). Les résultats d’une étude sur le commerce informel transfrontalier de 2014 à 2018 (Banque Centrale de la République dominicaine, 2021) indiquent que le flux du commerce frontalier informel entre la République dominicaine et la République d’Haïti s’élevait à 429,6 millions de dollars US. De ce montant, 331,5 millions de dollars US correspondaient aux exportations nationales et 98,1 millions de dollars US aux importations nationales. Au niveau local, majoritairement, ce sont les femmes Madan Sara qui réalisent directement leurs activités au sein des marchés publics en milieu rural et urbain. Leurs réalités ont été largement décrites à travers les productions techniques de la coopération internationale en Haïti (PNUD, 2015 ; BID, 2016).

3La capacité de l’économie informelle à faire face aux crises est étudiée dans différents contextes géographiques. Les résultats d’une étude menée par la Women in Informal Economy Globalization and Organisation (WIEGO) dans douze villes différentes sur plusieurs continents ont démontré l’impact négatif de la pandémie de la COVID-19 sur les revenus des travailleurs/ses de ces villes (WIEGO, 2012). En fait, ces conséquences étaient déjà prévues par l’organisation mondiale du travail (OIT, 2021). Antérieurement, il y a également eu la crise financière internationale de 2008, où le marché du travail vietnamien a subi des conséquences relativement significatives. Les résultats de cette étude ont montré la forte capacité de résilience dudit marché grâce aux emplois du secteur informel en rapport avec sa grande flexibilité (Cling, Razafindrakoto et Roubaud, 2012).

4En Haïti, l’économie informelle a toujours été confrontée aux aléas des différentes crises à la fois politiques, sociales, économiques et liées aux catastrophes naturelles. Cependant, la dernière en date, jugée essentiellement sécuritaire et qui perdure depuis plusieurs années déjà, semble mettre à rude épreuve les capacités de résistance de cette économie pourtant importante en Haït. Selon le rapport de 2021 Baromètre des Amériques de la Vanderbilt University, l’insécurité était en effet la première préoccupation des Haïtiens, avec 67,5 % des répondants disant qu’ils se sentaient « très » ou « extrêmement » inquiets en matière de sécurité. L’impact de cette dernière crise est d’autant plus visible à travers la déstructuration des marchés publics de la capitale. Ces derniers étaient situés dans la proximité des quartiers populaires et périphériques de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince qui ont été plus ou moins le théâtre des massacres, de viols, d’enlèvements et de séquestrations. Face à ces violences, de grands mouvements de populations ont été observés impliquant les femmes et les filles parmi les premières victimes (BINUH, 2023).

5Selon un rapport de l’ONU Femmes de juin 2020 (ONU-FEMMES, 2020), la crise sécuritaire en Haïti a eu un impact disproportionné sur les femmes et les filles. Le rapport indique que plus de la moitié des femmes haïtiennes ont subi des violences sexuelles et physiques au cours de leur vie et que la crise actuelle a exacerbé cette situation. De tout temps, les femmes Madan Sara sont parmi les groupes les plus vulnérables en Haïti et elles ont été gravement touchées par la crise sécuritaire, notamment en raison des perturbations économiques et des violences sexuelles et physiques. Selon un rapport de l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM) de 2019 (OIM, 2019), les femmes haïtiennes sont souvent confrontées à des obstacles importants dans l’accès aux services de base tels que la santé, l’éducation et la sécurité, ainsi que dans l’exercice de leur droit de travailler dans des conditions sûres et équitables.

6Dans ce contexte de bouleversement sociopolitique, la capacité des femmes Madan Sara à compenser la perte de ces espaces commerciaux traditionnels n’est pas étudiée. Notre principale question de recherche est donc de savoir quelles sont les principales stratégies de gestion et d’adaptation mises en place par les femmes Madan Sara pour faire face à cette crise multiforme. Plus spécifiquement, nous cherchons à savoir, à travers une démarche descriptive : 

  • Comment le commerce informel des femmes Madan Sara est-il impacté par la crise sécuritaire ?

  • Comment se restructurent et s’internationalisent les places marchandes  ?

7La suite de l’article est organisée en quatre parties. La première section présente une brève revue de la littérature sur l’économie informelle dans sa dimension internationale et locale en contexte de crise. La section suivante décrit la méthodologie adoptée et les limites rencontrées lors de son application. La troisième section expose les résultats, qui démontrent de manière argumentée la richesse des stratégies mises en place par les femmes Madan Sara pour faire face à la crise sécuritaire. Enfin, la dernière section propose des pistes pour élargir la compréhension de la capacité de l’économie informelle à faire face à des situations de crise.

1. L’économie informelle à l’épreuve de la mondialisation et des crises

8Les millions de personnes mises à l’écart de la mondialisation hégémonique se sont organisées pour participer à une autre forme de mondialisation qui existe en marge du système de régulation internationale. Cette dernière constitue ses propres systèmes financiers et non financiers. Celle-ci a commencé à retenir l’attention de la communauté scientifique dès les années 1990. Cette forme de « mondialisation dite par le bas » (Tarrius, 2002, Portes, Guarnizo, Landolt, 2003). Ou encore, une mondialisation « subalterne ou en circuit intérieur » (Santos, 1979). On la considère encore comme une « mondialisation non hégémonique ou populaire » (Ribeiro, 2007). Et pour finir, « la mondialisation de la partie basse » (Mathiew, 2011). Les personnes impliquées dans ces échanges populaires globaux arrivent à connecter différentes places marchandes au niveau de différents pays en utilisant des modalités de transactions adaptées à ces circuits commerciaux. Ces modalités de passage de commande, de paiements et de réception des marchandises permettent donc de nouer des relations de confiance entre les différents acteurs de cette mondialisation qui les expose à la violence du capitalisme, en les rendant aussi vulnérables face aux crises à prédominance sécuritaire.

1.1. La mondialisation par le bas

9Cette mondialisation peut être définie comme un courant transnational de personnes et de marchandises qui impliquent des quantités relativement faibles de capital et des transactions peu institutionnalisées, informelles, parfois « semi-légales » ou « illégales », qui sont souvent associées aux pays en voies de développement, mais qui sont cependant présentes sur tout le globe. Cette mondialisation, qui concerne maintenant toute la base de la pyramide sociale (Prahalad, 2009) et qui prend place, principalement, mais pas exclusivement, dans les pays du Sud, est incarnée par des « commerçants nomades » (Tarrius, 1992) et des petits entrepreneurs qui travaillent de manière « officieuse » ou informelle et fournissent des marchandises neuves ou de seconde main, originales ou de contrefaçon, dans des sacs ou des valises, en bus, en voiture ou en avion, à des clients dans tous les coins du monde urbain et rural (Vega, 2011). La mondialisation économique par le bas est structurée par des flux de gens, de biens, d’informations et de capitaux entre différents marchés qui fonctionnent comme des nœuds dans un système mondial non hégémonique (Ribeiro, 2007).

10Cette mondialisation impose une nouvelle architecture marchande mondiale (Vega, 2011) avec des connexions intercontinentales, interpays et entre différentes localités, appelées à former un vaste tissu d’échanges transnationaux. Les premières références de cette réalité nous permettent de comprendre la nouvelle géographie de cette économie en nous basant sur les « territoires circulaires » (Tarrius, 2002). On observe dès lors, la « déterritorialisation » des acteurs non hégémoniques de l’Europe à l’Afrique du Nord. Alejandro Portes, (Guarnizo et Landolt, 2003), vont, quant à ces auteurs, mettre en évidence, un phénomène relativement nouveau à savoir, les « communautés transnationales », qui valident l’ampleur des migrations internationales et de leur poids, économique, politique et culturel au niveau des pays qui les abritent. D’autres études (Ribeiro, 2007) ; Machado et Rabossi, 2011), sur certains processus, lieux et acteurs de cette mondialisation par le bas à la frontière de trois pays (Paraguay, Brésil et Argentine).

11Outre les dimensions sociale et culturelle de la mondialisation par le bas, il y a eu aussi dans une moindre mesure, des analyses qui se sont construites autour de la dimension politique de cette mondialisation. Pour l’Inde, on compte les travaux de Ritajyoti Bandyopadhyay à Calcutta (Bandyopadhyay, 2010) et, pour le Mexique, ceux de John Cross (1998), Verónica Crossa (2006), Gisela Zaremberg (2010) et Diana Alejandra Silva Londoño (2010) et Vega (2011). Cependant, ce phénomène de la mondialisation par le bas a été très peu étudié en nous concentrant essentiellement sur la participation des femmes dans la région caraïbéenne et/ou Haïti (Lamaute-Brisson, 2014), encore moins en nous focalisant sur l’internationalisation du commerce informel des femmes Madan Sara en contexte de crise sécuritaire.

1.2. L’adaptation de l’économie informelle aux contextes de crises

12La dernière étude de la Banque mondiale sur le secteur informel et son impact sur la croissance économique en période de crise a conclu que ce dernier représente plus de 70 % de l’emploi total dans les économies émergentes et en développement et contribue à pratiquement un tiers du PIB. La prédominance de cette économie de l’ombre réduit la capacité des pays à mobiliser les ressources budgétaires nécessaires pour stimuler l’activité économique en période de crise. Selon cette même étude, cette tendance serait mondiale avec, toutefois, des spécificités régionales comme le fait qu’en Amérique latine et dans les Caraïbes, le poids de la réglementation, de la fiscalité et la faiblesse des institutions sont deux facteurs importants de l’informalité (Banque mondiale, 2021). Cependant, une autre étude toujours de la Banque Mondiale, certes la moindre envergure a tendance à prouver que le secteur informel à travers ses entreprises, surtout dans sa dimension transfrontalière et/ou transnationale, s’organise en véritables institutions informelles qui se substituent à celles dites officielles, qui brillent par leurs manquements, tout en renforçant dans le même temps ces faiblesses institutionnelles. Nous faisons référence aux mourides du Sénégal et de Gambie, mais aussi les Yorubas du Bénin, de Togo et de Nigeria (Banque mondiale, 2012).

13Malgré l’attention portée à divers groupes ethniques et religieux, ainsi qu’à la prise en compte des rôles de genre dans le commerce transfrontalier et/ou transnational impliquant plusieurs groupes d’acteurs dans plusieurs pays, il y a eu très peu d’études sur les initiatives d’internationalisation des échanges commerciaux des groupes informels locaux. Ces groupes opèrent souvent en dehors des radars de l’économie conventionnelle des pays, et leurs initiatives d’internationalisation n’ont pas été associées à des situations de crises extrêmes, qu’elles soient spécifiques ou non.

14Il est important de comprendre les facteurs qui motivent ces groupes informels à chercher des opportunités d’exportation à l’étranger, les obstacles qu’ils rencontrent dans ce processus et les impacts potentiels de leur internationalisation sur leur communauté d’origine et sur les économies des pays d’accueil. Cela nécessite une recherche approfondie sur les pratiques commerciales de ces groupes, leur réseau de contacts et leur mode de fonctionnement, ainsi que sur les politiques gouvernementales qui peuvent les affecter. En outre, il est important de souligner que ces groupes informels peuvent être confrontés à des défis particuliers en temps de crise, qu’il s’agisse d’une crise sanitaire, économique ou politique. Il est donc essentiel de comprendre comment ces groupes réagissent et s’adaptent dans de telles situations, et comment ils peuvent contribuer à la résilience économique et sociale de leur communauté.

15L’économie informelle est donc importante dans la plupart des pays. Dans le cadre d’une étude, sur les 162 pays concernés sur la période de 1999-2007, 107 ont une économie informelle rapportée au PIB supérieur ou égale à 30 % dont 18 ont une part supérieure à 50 % (Schneider et al., 2010). En dépit du fait que l’une de ces faiblesses notoires demeure l’absence de données fiables, dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, son poids dans l’économie haïtienne a plus ou moins été mesuré surtout en ce qui a trait au travail informel. De fait, en 2012 selon le tableau présenté ci-dessous, 77,1 % des emplois se trouvent dans le secteur informel, c’est-à-dire dans des entreprises (ou des unités) dépourvues de la patente, non enregistrées. Cependant, parmi ces emplois, 91,5 % ne sont pas déclarés ; les autres, 8,5 %, sont protégés par un système de couverture volontaire. 14 % des emplois se trouvent dans le secteur privé formel (rapport programme de recherche dans le champ urbain/FED, 2015 ; 141). Le commerce informel qui est l’objet central de cet article n’a pas pu bénéficier de ces mêmes attentions statistiques. Cependant, sachant que ce dernier est abrité au sein des différents marchés publics sur l’ensemble du territoire dont les quatre principaux (Croix-des-Bossales, le marché en Fer dit « marché Hyppolite », le marché du Port et le marché Tête Bœuf), se retrouvent à Port-au-Prince (Nelburg, Sergo et al., 2012).

Tableau 1. Structure des emplois et, entre parenthèses (), taux d’emploi informel par secteur

2012

Primaire

Secteur informel

Secteur privé formel

Secteur public

Ensemble

Aire métropolitaine

0.8 (100)

77,1 (91,5)

14,0* (49,8)

8,1 (37,6)

100 (81,4)

Autre urbain

19,3 (98,2)

69,5 (95,9

5,7 (61,1)

5,5 (59,5)

100 (92,4)

Rural

70,9 (99,5)

26,7 (95,8)

1,1 (65,7)

1,3 (68,8)

100 (97,7)

Ensemble

47,0 (99,4)

45,1 (94,5)

4,5 (55,3)

3,4 (52,1)

100 (93,6)

*Dont 3,2 % travaillant dans une ONG ou programme cash/food for work

Source : ECVMAS, 2014, tableaux IV.9 et IV.10, p. 73 ; Institutionnel et zone géographique, 2012

16En Haïti, le phénomène de l’internationalisation de l’économie informelle ou de la mondialisation par le bas a très récemment commencé à retenir l’attention des chercheurs haïtiens. À date, nous avons référencé que les travaux de Nathalie Lamaute-Brisson (2014) qui a effectivement étudié l’internationalisation de l’économie informelle à travers les activités commerciales des femmes Madan Sara internationales en se concentrant plus directement sur la sous-catégorie dite des Limena. Ce sont, pour la plupart, des groupes de femmes considérées comme des importatrices informelles achetant de gros volumes de marchandises, par conteneurs et assurant leur distribution sur l’ensemble du territoire national à travers les autres catégories de Madan Sara urbaines et rurales, mais également vers une clientèle relativement hétéroclite intégrant des propriétaires de dépôts à des petites marchandes de rues).

17Dans ce contexte, la mondialisation par le bas est donc analysée selon deux perspectives : une perspective synchronique pour saisir les niveaux d’activité à un moment donné, et une perspective diachronique pour inclure les trajectoires de ceux et celles qui partent d’en bas et en viennent à gérer des ressources, des contacts et des réseaux importants, et qui peuvent en venir à contrôler les chaînes de commercialisation (Lamaute-Brisson, 2014). Les dimensions à la fois stratégiques et spatiales de l’organisation de la mondialisation par le bas en contexte local en nous focalisant autour de l’organisation et la réorganisation des places marchandes à la faveur des crises structurelles à prédominance sécuritaire, au niveau national, demeurent un terrain d’études relativement vierge en Haïti.

18Les places marchandes dans le commerce informel demeurent un élément central et incontournable en lien avec la visibilité de ces échanges surtout en contexte de crises (Bennafla, 2015). Il existe, par le monde, des centralités marchandes informelles notoires, fiefs du piratage et de la contrefaçon, où l’on peut acquérir à prix imbattable : vêtements, produits multimédias, meubles, bijoux, produits shanzaï. Nous faisons référence aux souks au Maroc, le Derb Ghallef à Casablanca, le Souq Casabarata à Tanger, le Souq el Kelb à Salé ou au marché Hyppolite en Haïti. Ces lieux marchands continuent à rester vivaces en dépit de leur mise à l’épreuve par les grandes transformations commerciales impulsées par la mondialisation économique. Cependant, certains phénomènes à l’instar des crises sécuritaires majeures peuvent avoir un impact réel sur l’organisation de ces centralités et impulsent par la force de la violence une réorganisation des places marchandes sous le leadership de groupes d’acteurs informels. C’est à cette thématique que nous dédions cette étude en nous concentrant à la fois sur les capacités d’adaptation des acteurs informels et surtout comment cette réorganisation s’est structurée pour répondre à la crise sécuritaire persistante que connaît actuellement Haïti.

19Pour réaliser l’étude autour de la transformation des places marchandes en contexte de crise sécuritaire majeure sous l’impulsion d’un groupe de commerçantes informelles appelées les femmes Madan Sara, nous allons privilégier certes, la recherche documentaire afin d’inscrire ce travail dans un contexte global relevant de la mondialisation par le bas avec une inscription spatiale localisée. Une fois, cet ancrage théorique consolidé, nous allons utiliser une approche de mobilisation de données secondaires et primaires par les méthodes mixtes, alliant à la fois des analyses statistiques et de contenus relevant de l’administration des grilles de collecte des données secondaires ainsi que d’entretiens semi-structurés avec les principaux acteurs concernés.

2. Méthodologie

20Notre approche méthodologique de nature sociohistorique a donc été orientée à la fois vers la méthode qualitative avec une collecte d’informations auprès d’acteurs, mais aussi quantitative avec la mobilisation de données secondaires. Compte tenu de l’absence de données spécifiques au commerce informel, nous avons collecté des données primaires, vingt (20) entretiens semi-structurés ont été réalisés avec les principaux acteurs du commerce informel local et transnational. Nous avons également réalisé des entrevues avec cinq personnes-ressources, spécialistes de l’économie informelle au niveau binational avec la République dominicaine, à titre d’illustration (voir Tableau 2). Ces personnes ciblées ont donc le mérite de connaître plus ou moins bien, la réalité des activités des femmes Madan Sara, tout en présentant le recul axiologique nécessaire pour appréhender un phénomène aussi complexe. Les opérations de collecte de données se sont déroulées en deux temps (de novembre à décembre 2021 et en novembre 2022) dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, afin de pouvoir observer au besoin, une éventuelle évolution au niveau des résultats qui seront présentés ici.

Tableau 2. Profil des répondants

Catégories

Variables

Fréquence

Pourcentage

Groupes cibles

Acteurs/actrices du commerce informel

20

60 %

Spécialistes du commerce informel

5

20 %

Sexe

Femme

12

48 %

Homme

8

32 %

Non défini

5

20 %

Âge

30-35 ans

4

16 %

35-40 ans

6

24 %

40-45 ans

10

40 %

45 ans et +

5

20 %

Pays

Haïti

22

88 %

République dominicaine

2

8 %

Mexique

1

4 %

21Cependant, notre dispositif méthodologique a fait face à deux limites majeures : 1) le manque de temps pour établir suffisamment les liens de confiance avec les femmes Madan Sara afin qu’elles puissent être confortables dans le partage de leurs réalités de vie à la fois personnelles et professionnelles ; 2) la faible portée de la dimension empirique de cette recherche autour des femmes Madan Sara et de leurs capacités d’adaptations aux crises. Nous pensons toutefois que nos trois principales activités de collecte des données, associées au fait que nous fréquentons ces groupes d’actrices depuis 2017, nous a permis de relativement bien cerner les stratégies individuelles et/ou collectives pour faire face à la violence multiforme et à la crise sécuritaire de ces dernières années, soit au niveau du marché Hyppolite (la principale place marchande du commerce informel transnational à Port-au-Prince), soit dans d’autres lieux marchands dissimilés à travers l’aire métropolitaine de Port-au-Prince.

3. Présentation et analyse des résultats

3.1. Crise sécuritaire et impact sur le commerce informel des femmes Madan Sara

22Selon les chiffres présentés dans le tableau ci-dessous, la guerre de territoires entre les groupes armés qui occupent pour le présent moment plus de 60 % du territoire national (Le Nouvelliste, 2022) a provoqué une augmentation significative du nombre d’homicides intentionnels et d’actes d’enlèvements et de séquestration contre rançon. 2020 et 2022 sont les années les plus marquées par la violence armée en Haïti. Cette réalité a occasionné de grands mouvements de déplacement de la population qui fuient les guerres de territoire entre gangs armés. Selon les données publiées par ONU-Femmes, ce phénomène concernerait 19 000 personnes dont 52 % seraient des femmes et des filles et 52 % auraient moins de 18 ans. L’exode vers d’autres pays des Caraïbes, plus généralement en République dominicaine, est aussi tributaire de la crise sécuritaire et l’extrême pauvreté qui sévit actuellement en Haïti. Les adultes haïtiens sont vulnérables au recrutement frauduleux de travailleurs/ses à l’étranger et, avec les enfants, peuvent être soumis au travail forcé en République dominicaine, ailleurs dans les Caraïbes, en Amérique du Sud et aux États-Unis (Intelligence Agency, 2020).

Figure 1. Nombre de cas d’homicides et d’enlèvement en Haïti de 2018 à 2022

Figure 1. Nombre de cas d’homicides et d’enlèvement en Haïti de 2018 à 2022

Source : UNODC, UNPOL, and US Coast Guard (2022)

23La crise sécuritaire a tendance à surplomber les autres crises comme celles de la COVID-19, dont les mesures sanitaires qui ont été prises par les autorités haïtiennes dès le mois de mars 2020, a entraîné des conséquences désastreuses sur le bon fonctionnement des institutions au-delà du système de santé en tant que tel. Bien que les prévisions relativement alarmistes faites pour le pays n’aient heureusement pas été observées, au 11 juillet 2020, 6,727 cas ont été confirmés et 139 décès enregistrés (No 137, Bulletin de Surveillance de la COVID-19, MSPP, Haïti, 11 juillet 2020), contre 47,671 cas en République dominicaine (chiffre publié sur le site du ministère de la présidence en date du 15 juillet 2020). Il y a aussi la crise de carburant qui est survenue après que des gangs armés avaient bloqué l’accès aux terminaux pétroliers de Port-au-Prince et avaient considérablement entravé les distributions de carburant sur l’ensemble du pays entre mi-octobre et mi-novembre de cette année. Cette crise n’est pas totalement résorbée à l’heure actuelle ; cette situation a gravement affecté et affecte encore, le fonctionnement de la vie économique, des services de santé, des télécommunications, des transports publics, des services bancaires et des opérations humanitaires et de secours d’urgence.

24De plus, il convient de souligner la recrudescence des cas de choléra en raison de l’absence d’accès à l’eau potable pour les besoins domestiques, en particulier dans les quartiers populaires de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. En novembre 2022, le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) a enregistré un total de 3 429 cas suspects de choléra dans six départements du pays, dont 399 ont été confirmés, 2 942 cas suspects ont été hospitalisés et 89 décès ont été signalés. Ces différentes situations sont exacerbées par des problèmes structurels tels que l’insécurité alimentaire, la pauvreté, la famine, les émeutes de la faim, ainsi que par les aléas naturels, ce qui a provoqué l’une des plus graves crises multidimensionnelles qu’Haïti ait connues au cours des vingt dernières années.

25André Corten affirmait déjà dans les années 2000, que « le décrochage scolaire, le taux de familles monoparentales, les enfants vendus comme domestiques et l’entassement devrait faire d’Haïti, le pays avec l’un des taux de criminalité les plus élevés du monde » (Corten, 2000). Vingt ans plus tard, on observe non seulement une recrudescence d’actes liés à cette forme de criminalité, mais elle s’est aussi extrêmement complexifiée pour devenir un phénomène social d’une rare puissance. Le rapport de l’OFPRA en 2016 rapporte les propos de Cécile Marotte de la fondation Connaissance et Liberté (FOKAL) qui stipule que nous sommes en train d’assister à la mutation d’une violence politique vers une violence attribuable au crime organisé. Toujours dans le cadre de ce document, la géographie de cette criminalité demeure fondamentalement urbaine avec une concentration dans le département de l’Ouest.

26Ces places marchandes sont aussi celles qui sont les plus touchées par la criminalité et la violence urbaine surtout ces dernières années, c’est-à-dire, l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, qui tourne autour de l’épicentre du marché de la Croix-des-Bossales. Celui-ci existait déjà du temps de la colonie et servait de lieu de ventes pour les esclaves fraîchement débarqués des navires négriers (Théodat, 2013). Cette place est surtout célèbre pour la vente des denrées agricoles même si d’autres produits sont concernés dans une moindre mesure. Dans le contexte de l’existence des places marchandes formelles surtout les plus grandes qu’on retrouve au niveau des plus grandes communes du Département de l’Ouest, on observe une certaine spécialisation, au niveau de chacun d’entre eux, un produit-phare sera mis en avant. Si l’un d’entre eux fonctionne au ralenti ou que les activités sont à l’arrêt, les produits concernés deviennent automatiquement très rares et sujets à la surenchère.

27Cependant, ces dernières, dont la plupart sont gérées par les mairies des communes qui les abritent, charrient dans leur sillage un phénomène concomitant qui s’installe dans leurs proximités plus ou moins immédiates : il s’agit des pratiques marchandes. Ces dernières, surtout celles qui sont considérées comme informelles, sont d’une très grande intensité. À défaut d’une définition qui fasse consensus, nous considérons que les places marchandes formelles en tant que telles alimentent tout un réseau de lieux plus ou moins formels de ventes des produits, mais aussi à des pratiques marchandes qui sont les modalités d’organisation et d’occupation des lieux de vente. Les plus connues au niveau des centres urbains de Port-au-Prince sont le commerce de rue avec emplacement, le petit commerce ambulant, le placement de produits pour ne citer que celles-ci. La plupart des grandes villes du pays, y compris Port-au-Prince, ressemblent de plus en plus à de grands marchés à ciel ouvert.

28À date, très peu de liens ont été établis de manière significative, entre l’existence des places et pratiques marchandes de l’économie informelle avec la criminalité urbaine plus généralement. C’est vrai que les actes de violences perpétrées sur les femmes Madan Sara et les ti machann (celles qui sont en bout de chaîne du système Madan Sara), à la fois dans le cadre des transports de marchandises, le stockage et la vente, sont régulièrement dénoncés dans la presse. Les incendies de marchés publics qui restent de loin, la forme de violence la plus grave à côté des viols qui sont également enregistrés au sein des marchés (surtout la nuit, en l’absence de dortoirs), sont également documentés, et certaines fois, prises en charge par l’État.

3.2.Le commerce informel des femmes Madan Sara dans le contexte de la violence urbaine de Port-au-Prince

29Le contrôle de territoires, mentionné plus haut, a toujours été l’un des motifs majeurs de la violence opérée en Haïti autour des grandes villes, dont Port-au-Prince (en tête de liste), mais également le Cap-Haïtien, La Gonâve et les Cayes (OFPRA, 2016 ; 5). Pendant longtemps, cette omniprésence dans les espaces de vie en Haïti a été l’apanage de la violence politique. Dès 1957, nous avons eu les groupes paramilitaires (des Tontons macoutes) qui avaient pour vocation de terroriser les opposants au pouvoir totalitaire des Duvalier (Saint Paul, 2015). Cette pratique de gestion politique par les armes a été revue et corrigée sous le gouvernement de Jean Bertrand Aristide qui a été considéré à plus d’un titre, comme le premier président démocratiquement élu de l’ère de la transition démocratique post-duvaliériste entamée dès 1986. À ce moment-là, nous avons eu droit à l’organisation de chefferies avec des chefs répondant directement à Aristide, mais assistées par des hordes de « chimères » qui sont des groupes de jeunes pour la plupart qui sont les alliés du pouvoir aristidien, vivant généralement au niveau des quartiers populaires ceinturant les grandes villes du pays. Ces groupes ont surtout pour mission de protéger le pouvoir en utilisant, le plus souvent, l’outil des manifestations populaires pour démontrer leur allégeance à Aristide ; ils avaient été considérés comme des membres des organisations populaires, en raccourci des Organisations populaires (OP)… Dans ce contexte, le contrôle des territoires était à prédominance électoraliste même si la petite criminalité y était déjà installée.

30Avec un changement de cap au sein des dirigeants du pays avec l’arrivée au pouvoir d’un outsider en la personne de Michel Martelly en 2011, qui concrétise la prise de pouvoir par les classes possédantes de manière indirecte. On a assisté à une nouvelle « géographisation » des groupes armés. Il nous faut souligner que nous sommes dans la foulée du tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010, qui a mis à genoux, le contrôle du territoire national par l’État haïtien surtout dans le département de l’Ouest. Il y a eu une montée de jeunes leaders communautaires, le vigilantisme à travers les brigades de surveillance, les territoires les plus vulnérables étaient donc en train de changer de gestionnaires (Edouard et Dandoy, 2017).

31Aujourd’hui, les dimensions politique et électoraliste ne sont plus prédominantes. On assiste, depuis plus de trois ans maintenant, à une véritable institutionnalisation du crime dans le contexte urbain. On est par exemple, en face d’une véritable approche entrepreneuriale du kidnapping. Le contrôle des territoires et des familles résidentes est devenu la principale priorité. Cette prise de contrôle concerne également les espaces économiques plus directement les marchés publics. Il y a effectivement des aspects dans ces hauts lieux du commerce urbain plus ou moins informels, à savoir ; des paiements pour un droit d’occupation de l’espace, les heures de circulation et d’une taxe de protection, qui sont très importants pour les groupes armés. Il existe aussi des pouvoirs parallèles locaux qui organisent entre autres, un loyer illégal autour des places marchandes centrales à l’instar du marché de la Croix-des-Bossales et le marché en fer dont on parlera un peu plus tard dans le texte. (Fernandes, Voltaire et Nelburg, 2012 ; 8).

32Dorénavant, le panorama a relativement changé. Le commerce informel est ralenti depuis les fameux événements de peyi lòk (« pays bloqué », en français) avec les scènes de pillage des 5 et 6 juillet 2018. Le centre commercial de Port-au-Prince avait déjà subi des dommages importants lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010 dont les structures commerciales formelles de Pétion-Ville, principalement, ont hérité pour une bonne part. Maintenant, c’est au tour des activités informelles de laisser ces espaces sous l’impulsion de la crise en lien avec la sécurité urbaine.

« Le principal problème que je rencontrais, ce sont les voleurs qui me prenaient les marchandises, mon argent et exigeaient que je paie pour l’emplacement que j’occupais pour vendre mes produits. Ensuite, quand je me rendais a Malepasse (sur la frontière haitiano-dominicaine), je rencontrais beaucoup de difficultés à cause de l’insécurité. Surtout, si nous avions beaucoup d’argent, nous devions inventer des endroits pour le planquer, car on subissait des fouilles aux corps ».
Une femme Madan Sara du marché Hyppolite

33Les principales formes de cette crise sécuritaire qui a affecté plus directement le commerce informel étaient surtout les incendies à répétition qui ont touché l’ensemble des places marchandes, les paiements des places d’occupation sur les marchés publics, le vol des marchandises et aussi de l’argent du réapprovisionnement surtout dans le cadre du commerce transfrontalier avec la République dominicaine. Ces situations ne sont pas totalement nouvelles, ce qui est mis en exergue ici c’est leur intensification et le fait qu’elles soient devenues la norme pour la réalisation des transactions informelles presque à l’échelle du territoire métropolitain de Port-au-Prince. L’enjeu majeur a donc été pour les femmes Madan Sara de trouver d’autres manières de contourner ces attaques répétées sur leur commerce quitte à cibler des territoires et contextes nouveaux pour implémenter leurs activités et/ou en les diversifiant pour contrecarrer les approches des groupes armés pour faire main basse sur le commerce informel.

3.3. Stratégies de transformation des places marchandes dans le commerce informel en Haïti

3.3.1. La reconfiguration du marché informel des Cubains à Port-au-Prince

Photographie 1. Le marché des Cubains à Gérald Bataille

Photographie 1. Le marché des Cubains à Gérald Bataille
https://loopnewslive.blob.core.windows.net/​liveimage/​sites/​default/​files/​2019-03/​QucMfQ0lYa.jpg

34Les commerçants cubains ont commencé à réaliser des activités commerciales en Haïti, à partir de 2003. Au début, les premiers Cubains avaient entamé des relations commerciales de proximité en utilisant les services des guides haïtiens qui leur servent également de chauffeurs. Ceux-ci les aidaient également dans leur démarche de location de chambres ou de studios tout inclus. Ensuite, ces derniers se sont concentrés au niveau du centre-ville de Port-au-Prince au sein des principaux marchés publics centraux avec le marché Hyppolite comme axe névralgique. Les marchandises privilégiées dans le cadre de ce commerce informel transnational sont relativement diverses ; les produits manufacturés, des vêtements neufs et usagés pour ne citer que ceux-là. En retour, ils rapportent de Cuba, du lait, des cigares et de l’alcool cubains. Les commerçants concernés les revendent à leurs clients, mais ils pratiquaient également le troc avec ces mêmes produits contre d’autres qui ne sont pas très présents sur le marché cubain. Leurs guides étaient les premiers ciblés dans le cadre de ces échanges.

« En gros, laissez-moi vous expliquer ce qu’est le marché cubain en Haïti. Lorsque les Cubains arrivent de Cuba, il y a toujours un guide haïtien qui les aide à se loger et qui leur sert également de chauffeur en utilisant son propre véhicule. Les Cubains paient pour l’ensemble de ces services. Certaines fois, les Cubains ramenaient de Cuba des cigarettes et des cigares pour les vendre au marché. Parfois, ils en donnent aux personnes qui les assistent ».
Une commerçante du marché des Cubains

35Des chiffres non officiels proposent le nombre de 300 commerçants cubains. Certains sont même accompagnés de leurs enfants intégrés dans une communauté de plus de 2 000 membres. Historiquement, ils se sont installés dans un quartier proche de l’aéroport international Toussaint Louverture leur proposant un court trajet au moment de se rendre à Cuba avec les marchandises achetées. Des parties entières de cette zone ont été désertées par les Haïtiens pour pouvoir les louer aux Cubains qui paient un loyer journalier avoisinant les 10 USD. C’est dans ce contexte que des commerçants ambulants haïtiens proposaient des articles directement au domicile des Cubains. Après quelques cas de cambriolage essuyés par la communauté cubaine, un espace informel d’échanges commerciaux entre Cubains et Haïtiens va voir le jour, d’où le début du marché dit « cubain » ou « el marcado de los Cubanos ». Cette place marchande va prendre de l’ampleur à la suite de la dégradation de la sécurité au centre-ville de Port-au-Prince.

« Le problème de l’insécurité fait que nous ne pouvons plus nous approvisionner au marché Hyppolite ni dans la zone de Saint-Joseph parce que c’est devenu des zones de non-droits. Nous sommes obligés d’acheter là où il y a la sécurité, mais les prix sont trop élevés et cela paralyse le commerce. »
Un commerçant cubain au marché des Cubains à Gérald Bataille.

36La situation sécuritaire a également impacté ce lieu de ventes et d’échanges entre les Cubains et les Haïtiens. Ce sont surtout les pratiques d’approvisionnement qui ont évolué, les commerçants cubains ne peuvent plus se rendre sur leurs lieux traditionnels d’achat comme le marché Hyppolite ou la zone de Saint-Joseph au centre-ville de Port-au-Prince. La perte de ces places marchandes a rendu le commerce des Cubains moins bénéfiques en augmentant la chaîne des coûts et en réduisant la marge des profits. Cette situation nous prouve que toute bonne stratégie d’adaptation génère immanquablement un coût de transition ; et dans ce cas précis, il est surtout financier en dépit du fait que ces changements de lieux d’approvisionnement s’expliquent plus directement par la peur d’être kidnappés, blessés ou tués.

37D’après les Cubains interviewés, ils affirment recevoir des prêts d’une caisse populaire basée à Cuba. Ils ont donc la capacité d’acheter des stocks intéressants de leur pays, les acheminer en Haïti à travers des vols réguliers de Sunrise Airlines à raison de deux vols par semaine. La compagnie avait même promis de les augmenter face à la demande de cette communauté. Ce commerce transnational assez mal connu actuellement présente les mêmes caractéristiques que le commerce informel. Sur papier, ces échanges passent sous les radars des activités commerciales formelles entre les acteurs des deux pays. Certains des observateurs parlent même de contrebande même si aucune donnée ni information fiable n’existe pour étayer cette thèse. Après quasiment vingt (20) années d’existence de ces échanges, les commerçants cubains ont réussi à tisser des liens très solides avec un réseau de commerçants haïtiens, car même si leurs activités se concentrent au niveau du centre-ville de la capitale, ils sont aussi actifs sous d’autres points de vente de l’aire métropolitaine, même au niveau du commerce de rue. Il y a aussi le fait que leurs activités s’inscrivent dans des structures de ventes plus formelles, car l’essentiel de ce commerce transnational tourne autour des produits qui sont rares à Cuba, ce qui permet à ces échanges de survivre face à certaines crises majeures que connaît le pays depuis ces cinq dernières années. Par exemple, aux premiers moments de la pandémie de COVID-19, leur réseau de fournisseurs a continué à les alimenter en passant les marchandises par la République dominicaine, donc il n’y pas eu de véritables arrêts de ces échanges à ce moment-là.

« Vu l’insécurité qui règne en ce moment, nous restons surtout cantonnés à notre base. Si nous devons nous approvisionner, nous achetons moins d’articles pour pouvoir assurer le transport via les taxis-motos, cela nous oblige à faire plusieurs allers-retours dans la journée. Certaines fois, nous n’y allons pas en tant que Cubains, nous préférons envoyer les guides qui peuvent mieux négocier leur sécurité que nous. D’autres fois, nous pouvons appeler nos fournisseurs habituels pour passer des commandes et nous négocions après pour récupérer les marchandises ».
Une commerçante cubaine au marché des Cubains à Gérald Bataille

38Pour faire face à l’insécurité, les commerçants cubains se déplacent de moins en moins, ou pratiquent les achats par petits lots pour pouvoir les transporter plus facilement via les taxis-motos, mais aussi pour éviter d’attirer l’attention. Dans d’autres contextes, les achats se réalisent à travers le système des guides-chauffeurs. Enfin, le transport des marchandises si le volume est conséquent, peut aussi être assuré par les femmes Madan Sara directement contre partage des coûts de transport. Ces diverses stratégies de contournement contre l’insécurité ont un coût direct sur les logiques commerciales, on achète surtout là où la sécurité est plus ou moins présente et non plus en lien à la chasse aux bonnes affaires. Le prix de revient des marchandises augmente en raison de la multiplication des coûts de leur transport.

3.3.2. La création du complexe commercial moderne de Tabarre (CCMT-36)

Photographie 2. Centre commercial moderne Tabarre 36

Photographie 2. Centre commercial moderne Tabarre 36
https://i.ytimg.com/​vi/​NcROl5xqKxk/​maxresdefault.jpg

39Une autre stratégie d’adaptation a été la création d’un centre commercial moderne au niveau de la commune de Tabarre 36 (CCMT-36) qui a été inaugurée le 20 novembre 2020.

40Cette initiative a été prise par la Fondation haïtienne pour le Prélèvement économique lié à l’Entrepreneuriat et a l’Investissement (FOHPEI). Le centre loge des commerçants qui ont dû fuir le centre-ville depuis 2019. Il propose 2000 espaces commerciaux et 800 shops, il existe un comité de gestion composé de plusieurs membres. Les fonds nécessaires à la réalisation de ce projet proviennent des commerçants à hauteur de 98 %. Le centre héberge également deux banques commerciales (UNIBANK et BUH) ainsi qu’une coopérative. La Fédération du secteur du commerce (FENASCOM) organise un projet d’association avec les différents commerçants et marchands afin d’aider à la formalisation du commerce informel.

« Nous avons toujours voulu avoir notre propre espace à nous en tant que femmes Madan Sara pour réaliser nos activités et devenir une véritable force de négociation avec l’État haïtien dans le but d’avoir accès à des services adaptés à nos activités. L’insécurité a donc accéléré ce projet. En dépit du fait qu’il y a certains aspects qui n’ont pas été pris en considération, il reste un fait que nous ne subissons plus les fortes pressions des groupes armés au sein du marché Hyppolite et que nos vies sont moins à risque au centre ».
Une femme Madan Sara du Centre Commercial de Tabarre

41Les femmes Madan Sara installées dans le nouveau centre commercial moderne de Tabarre nous assurent que ce nouveau concept est très bien pensé et répond à un vieux projet d’avoir leur propre espace commercial et pouvoir négocier un processus de formalisation adapté aux besoins de leurs activités. Il y a certains aspects qui n’ont pas pu être pris en compte vu l’urgence de se reloger pour échapper aux exactions des groupes armés dans les environs du marché Hyppolite. Le défi majeur demeure la reconstitution d’une nouvelle clientèle autour de ce commerce. Même si ce centre est dans la proximité du quartier de résidence des Cubains, leurs clients transnationaux, une grande partie de leur réseau de clients nationaux, mais surtout les revendeurs et les distributeurs au niveau des autres départements géographiques du pays, manquent cruellement à l’appel. Il faut dire que ce réseau provenait plus généralement des départements du Sud, du Sud-Est et de Jérémie, ces derniers étant coupés de l’aire métropolitaine par l’occupation de l’entrée sud de la capitale par des groupes armés qui se disputent à coup de descentes sanglantes sur la route nationale, des territoires autour de cet axe stratégique avec des flux importants du commerce des carburants et de l’importation.

42Deux ans après leur installation dans ce nouvel espace, leurs chiffres d’affaires tardent à atteindre leur vitesse de croisière. En dépit de tous les bons côtés, surtout en matière sécuritaire, de ce nouvel emplacement, les frais engrangés sont très importants et les rentrées plus rares. Certaines commerçantes ont déjà déboursé plus de 27 000 dollars américains pour un local à deux niveaux, mais avec une dette, par exemple, de plus de 9 000 dollars américains. D’autres ont dû contracter des prêts au niveau de certaines coopératives à l’instar de KOTELAM. Elles étaient donc relativement préoccupées par ce déficit d’affluence autour du nouveau centre, surtout que cette commune et Croix-des-Bouquets sont avoisinantes et que cette dernière est devenue le nouveau théâtre des agissements musclés de groupes armés et que les actes de kidnapping au niveau de ces deux communes, se font de plus en plus nombreux.

43Toujours dans ce nouveau centre, les propriétaires d’espaces commerciaux et/ou de shops, sont plus ou moins autorisés à sous-louer les devantures de leurs magasins à des ti machann, pratiques qui étaient déjà courantes au sein du marché Hyppolite. Le grand changement vient du fait que les frais d’installation dans ces nouvelles places marchandes sont plus élevés. Même distribuées dans la chaîne des acteurs du commerce informel, certaines femmes avec moins de ressources vont se retrouver privées de cette opportunité de réaliser leurs activités commerciales dans un espace relativement sécurisé. En proie aussi au manque de clients, même ceux et celles qui ont pu occuper les entrées des magasins et certaines fois, à grand renfort de promesses de paiement assez rapidement, ont du mal à augmenter leurs ventes et par ricochet, leurs revenus. Les coûts de ces sous-locations ne nous ont pas été communiqués, nous comprenant cette hésitation face à la complexité de ces arrangements qui s’organisent entre ces deux groupes. Ce sont des aspects qui mériteraient d’être mieux maîtrisés à l’avenir.

3.3.3. Le renforcement du petit commerce en ligne

44Le commerce informel dans sa diversité a toujours été organisé autour d’une chaîne de grossistes, vendeurs/ses et revendeurs/ses, une fois que le marché Hyppolite plus particulièrement, a été inaccessible pour une bonne partie des acteurs de ce réseau. Ces derniers/ères ou une partie de ce groupe (surtout des jeunes femmes) se sont tournées vers le petit commerce en ligne en utilisant de manière intensive les réseaux sociaux avec en tête de liste : Facebook et WhatsApp. Ce commerce a commencé à exister très rapidement après l’intégration des compagnies de téléphonie mobile et la démocratisation des prix des téléphones intelligents et la vente de ceux qui sont usagés. Il est aussi installé sur le système des taxis-motos qui assurent les livraisons à domicile ainsi que le système de paiements via Natcash, Lajan Cash et surtout Moncash pour certaines transactions. Loin de disposer de données fiables autour de ces échanges, l’explosion des paiements en ligne durant la COVID-19 et durant les épisodes de peyi lòk, reste un indicateur indirect de l’intensité des transactions qui y sont effectuées. Les conditions minimales étaient donc réunies en dépit de certains désagréments (financiers, pour la plupart), pour favoriser une intensification du petit commerce en ligne qui permet à son tour, l’existence d’une nouvelle chaîne de valeur transnationale, c’est-à-dire entre Haïti et la République dominicaine dans un premier temps.

« Le commerce en ligne est basé sur le fait que les achats sont effectués par des personnes dont on ne connaît pas forcément leur identité. Certaines personnes font le commerce en ligne parce que ça fonctionne mieux depuis que l’insécurité s’est installée en Haïti, soit avec les personnes qu’on connaît, mais aussi avec celles qu’on ne connaît pas. Beaucoup de personnes ne peuvent plus sortir pour faire leurs achats, le fait d’avoir un système de livraison à domicile est très profitable pour elles. Certaines fois, nous faisons des pertes sèches, car certaines commandes peuvent être annulées à la dernière minute ou que les chauffeurs de mototaxis ne peuvent pas assurer la livraison. Est-ce pourquoi, nous cherchons de nouveaux clients en République dominicaine, Chili et au Mexique là où on a de la famille pour nous aider à assurer la distribution de nos produits. »
Une commerçante en ligne

45À côté de l’existence de ces conditions technologiques, la petite révolution qu’on observe dans le cadre de ces échanges est aussi due au fait qu’avec la crise sécuritaire, les jeunes sont de moins en moins enclins à sortir pour effectuer de par eux/elles-mêmes leur achat surtout qu’il y a aussi une réorganisation des places marchandes. De ce fait, le fait de pouvoir commander en ligne, voir les produits, cibler plus facilement ce qui les intéresse avec une livraison à domicile et un paiement en deux temps, la moitié à la commande et l’autre à la réception des produits, fait que le petit commerce en ligne devient une alternative de choix (surtout les produits esthétiques comme : du maquillage, des perruques, des vêtements et autres accessoires de mode). Les offres étant relativement diversifiées, les commerçants en ligne arrivent à toucher un public local, mais également des communautés haïtiennes dans d’autres pays.

« Oui, il y a aussi des problèmes autres que l’insécurité au niveau du commerce en ligne. Souvent, nous faisons confiance à des démarcheurs/ses qui nous trahissent en livrant les marchandises à d’autres personnes avec des prix plus élevés pour pouvoir faire leurs propres profits. D’autres personnes avec lesquelles nous avons partagé nos idées de business peuvent aussi nous trahir et briser notre projet en vendant les mêmes articles que nous. Avec ça, il ne nous reste plus personne pour discuter de nos projets de business. Le commerce en ligne aide beaucoup de jeunes à avoir une certaine rentrée d’argent pour combler certains vides. Le moyen employé est l’un des favoris. Est-ce pourquoi nous demandons au ministère du Commerce de considérer les commerçants en ligne en leur accordant la patente, à l’instar des autres marchants. Comme ça, s’ils ont des problèmes au moment des achats dans d’autres pays, il y aurait un ministère pour défendre leur cause. »
Une commerçante en ligne.

46Les acteurs de cette forme renouvelée de commercialisation des produits issus du commerce informel sont surtout des jeunes en quête d’un complément de revenus ou d’un revenu principal. Ils continuent à s’approvisionner en petits stocks auprès des femmes Madan Sara qui sont en Haïti, mais aussi installés aux États-Unis et en République dominicaine.

47Une partie des marchandises sont stockées chez eux, mais il y a une entente pour venir récupérer beaucoup plus de marchandises si nécessaire auprès des personnes fournisseuses. La principale difficulté demeure le fait que les prix de ces produits sont plus élevés que dans le système classique parce que le consommateur doit absorber les coûts du transport et de l’acheminement des produits via les taxis-motos ou de la surenchère des intermédiaires (qui sont parfois, des membres de la famille élargie vivant à l’étranger) avant d’arriver à leur dernière destination. Les prix vont donc varier d’un endroit à un autre et de la quantité de produits achetés.

48Il y a aussi la confusion entre la catégorie de commerçants et les consommateurs, c’est-à-dire assez rapidement les consommateurs d’aujourd’hui vont devenir des petits commerçants de demain en mettant à rude épreuve les réseaux familiaux et/ou d’amis qui fournissent la base concrète de leur clientèle. D’où la nécessité de sans cesse, trouver de nouveaux clients surtout au niveau de la diaspora haïtienne en Amérique latine et dans les Caraïbes. Pour ce faire, cette conquête de nouveaux territoires commerciaux devra aussi passer par une reconnaissance institutionnelle de leur existence afin de les doter des documents nécessaires devant les protéger dans leurs interactions commerciales avec d’autres pays abritant de fortes communautés haïtiennes.

3.3.4. L’intensification du commerce informel transfrontalier avec la République dominicaine

49Le système Madan Sara a commencé avec les principaux acteurs qui ont été les femmes Madan Sara elles-mêmes. Cependant, il fallait aussi compter avec le réseau des consommateurs, la chaîne des intermédiaires à la revente qui pouvaient être les autres Sara opérant en milieu urbain ou rural et aussi les petites marchandes saisonnières. Nous pouvons compter les propriétaires de petits magasins de vêtements et de produits manufacturés de toutes sortes. Le gros de ces transactions se réalisait à Port-au-Prince et le phénomène du transport des biens a toujours été problématique pour les femmes Madan Sara qui restent à la merci des propriétaires des camions qui étaient souvent des hommes. Pour pallier entre autres à ce problème, les femmes Madan Sara dites internationales faisant partie des femmes des classes moyennes (basse et haute) vont s’impliquer de manière plus significative, dans les opérations d’importation en Haïti (Plotkin, 1989).

50On les retrouve vendant ces produits, au début, à partir de chez elles ou dans les bureaux en visant le personnel féminin plus directement. Dans un second temps, elles vont aller s’approvisionner directement à l’étranger, d’où la naissance du commerce transnational. À ce propos, les femmes sont presque unanimes à reconnaître que les procédures pour fonctionner en toute légalité en Haïti, sont extrêmement exigeantes en termes de temps et d’autres ressources. N’ayant pas un trop gros capital à investir, elles préfèrent donc apprendre à contourner les règlements afin de pouvoir acheter beaucoup plus de marchandises. Au début du commerce avec les dominicains, toute une stratégie a donc été mise en œuvre pour contourner les procédures d’usage même en ce qui a trait à l’existence d’un passeport et d’un visa dominicain valide.

« Lorsque j’ai commencé à m’approvisionner en République dominicaine, nous n’avions pas besoin de visa, certaines d’entre nous ne disposaient même pas d’un passeport valide. Avec le temps, ça a changé, mais ce n’est pas trop grave, comme ça, je peux rester plus longtemps en République dominicaine si je le désire et éviter de me faire racketter à tout bout de champ. Je réfléchis sérieusement à m’établir définitivement en République dominicaine tout en continuant à vendre mes marchandises sur le territoire haïtien. L’insécurité bat son plein, nous faisons trop de pertes à vouloir gérer les groupes armés, les voleurs ainsi que les policiers. »
Une commerçante haïtienne de la frontière de Dajabón en République dominicaine.

51Les femmes Madan Sara assurant ce commerce avouent qu’elles ont déjà pris des dispositions pour louer des locaux à certains points frontaliers afin d’établir leurs magasins sur le territoire dominicain, car, à la perte du marché Hyppolite, s’ajoute également la perte d’une bonne partie de leur clientèle qui ne veut plus se risquer à s’approvisionner sur le territoire haïtien. La plupart des commerçants de leur réseau cherchent à s’implanter plus durablement et avec leur famille, en République dominicaine. Elles affirment qu’elles doivent assurer cette transition assez rapidement au risque de se faire doubler par d’autres groupes locaux ou internationaux comme les Chinois qui sont déjà très présents en République dominicaine.

Photographie 3. Jour de marché sur la frontière haïtiano-dominicaine dans le Nord-est

Photographie 3. Jour de marché sur la frontière haïtiano-dominicaine dans le Nord-est

Source : https://media.lenouvelliste.com/​articles/​2021-04-29/​marcheHaitiRD_2543.

4. Discussion

52Les résultats de cette étude ont relativement prouvé que la crise sécuritaire en Haïti a eu un impact certain sur les places marchandes traditionnelles qui ont été transformées au sein économie informelle. Les marchés informels ont longtemps été une source de revenus pour de nombreux Haïtiens, mais la violence et l’insécurité ont rendu leur exploitation de plus en plus difficile. La violence dans les places marchandes a été alimentée par une série de facteurs, notamment la concurrence entre les vendeurs/ses, le manque de sécurité et la présence de gangs criminels. Ces facteurs ont créé un environnement hostile pour les vendeurs/ses et les acheteurs/ses, ce qui a entraîné une diminution de la fréquentation de ces dernières.

53En réponse à cette situation, les femmes Madan Sara ont commencé à adopter des stratégies de commercialisation plus diversifiées, sécurisées et discrètes, comme la création d’un centre commercial privé, l’intensification des échanges au niveau du marché cubain, la vente en ligne et le commerce transfrontalier avec la République dominicaine. Cela a entraîné une transformation de l’économie informelle en Haïti, où les places marchandes traditionnelles ont perdu de leur importance et où les nouveaux espaces et méthodes de commercialisation ont pris le relais.

54La globalisation dominante a laissé des millions de personnes en marge, créant ainsi un phénomène marqué par une économie informelle aux transactions peu institutionnalisées et informelles. Cette dynamique est particulièrement prégnante dans les pays en développement, où des pans entiers de la population ont été exclus du système économique mondial conventionnel. L’économie informelle qui émerge de cette exclusion est bien plus qu’une simple réponse aux lacunes du système ; elle représente une forme d’adaptation stratégique adoptée par les acteurs économiques principaux pour faire face aux crises.

55Les résultats obtenus soulignent la remarquable capacité des femmes de Madan Sara à préserver leurs activités économiques dans des contextes extrêmes. Cette dynamique les positionne activement au cœur d’une économie informelle mondiale caractérisée par des mouvements de personnes et de biens, avec des niveaux de capitaux relativement bas. Au sein de ce contexte, le système informel qu’elles établissent intègre les commerçants nomades et les petits entrepreneurs, fournissant une diversité de produits, qu’ils soient neufs, d’occasion, authentiques ou contrefaits, à une clientèle aussi bien urbaine que rurale en Haïti. Cette mise en place du système informel conduit à la formation d’un réseau mondial non hégémonique, où les échanges commerciaux et les interactions reposent sur la flexibilité et la résilience des acteurs impliqués. Ainsi, l’adaptabilité des femmes de Madan Sara face à la crise sécuritaire se révèle dans leur aptitude à réinventer les espaces commerciaux, contribuant de manière significative au maintien de l’activité économique au sein de ce système informel dynamique.

56Les acteurs transnationaux qui sont présents dans le commerce informel en Haïti, en mettant particulièrement l’accent sur la contribution des Cubains et la nouvelle architecture commerciale forgée par les femmes Madan Sara à travers leurs initiatives de commerce en ligne, participent entre autres et de manière active, à la redéfinition de l’économie informelle en Haïti, s’insérant dans la structure commerciale mondiale qui découle de la mondialisation ascendante. Cette configuration se distingue par des interconnexions entre continents, pays et localités, formant ainsi un vaste réseau d’échanges transnationaux. Néanmoins, cette économie informelle expose les acteurs impliqués à la violence inhérente au capitalisme, les rendant vulnérables aux crises sécuritaires, en particulier dans des contextes nationaux spécifiques, tels que celui actuellement observé en Haïti. Cette dualité souligne les défis complexes auxquels font face les participants au commerce informel dans un contexte globalisé, où les avantages des échanges transnationaux coexistent avec des risques et des vulnérabilités accrus.

57Le travail de Nathalie Lamaute-Brisson qui est à date, la seule chercheuse haïtienne a s’intéresser à l’impact de la mondialisation par le bas sur les économies informelles des pays en développement, en se concentrant en particulier sur le cas d’Haïti, met en lumière le rôle des Madan Sara qui sont souvent marginalisées et victimes de violences. Elle souligne également l’importance de l’analyse intersectionnelle pour comprendre la manière dont les inégalités de genre, de classe et de race se combinent pour renforcer les vulnérabilités des acteurs de l’économie informelle.

58Nos résultats ont effectivement confirmé le poids de la mondialisation par le bas dans la création de nouvelles opportunités de commercialisation des femmes Madan Sara dans le contexte de la crise sécuritaire en Haïti. Nous avons donc démontré à travers les résultats de cette étude que dans la quête de nouvelles stratégies d’adaptation, les femmes Madan Sara ont passé en revue les principales dimensions de la mondialisation par le bas. La croissance exponentielle de l’économie informelle alignée sur l’intensification des échanges transfrontaliers entre Haïti et la République dominicaine. La flexibilité du marché du travail, la prolifération des technologies de l’information et de la communication dans le cadre dans le cadre du petit commerce en ligne ainsi que la réorganisation des espaces circulatoires transnationaux avec la reconfiguration de marché cubain ainsi que la création des centres commerciaux modernes. La capacité des femmes Madan Sara à maintenir leur entreprise en dépit de la crise sécuritaire en Haïti témoigne finalement de leur résilience et de leur importance dans l’économie informelle transnationale.

Conclusion

59La situation sécuritaire en Haïti connaît des changements importants avec des groupes armés qui ont pris le contrôle de certaines villes, notamment Port-au-Prince. Les marchés sont particulièrement touchés par la montée de la criminalité, car ils sont très fréquentés lors des journées d’ouverture. Cette crise est l’une des nombreuses crises structurelles et conjoncturelles que connaît Haïti. Nous avons voulu étudier l’impact de cette crise sur le commerce informel des femmes Madan Sara et comment elles ont réagi pour faire face à ces défis. Pour cela, nous avons mené une revue de la littérature, 20 entretiens semi-structurés et des observations participantes dans les nouveaux lieux de commerce informel.

60Les femmes Madan Sara ont adopté des stratégies individuelles, comme trouver d’autres locaux pour leurs activités commerciales, ainsi que des stratégies plus structurelles, telles que la création de centres commerciaux modernes ou l’intensification du commerce transfrontalier. Ces stratégies visent à protéger le commerce informel de la violence. Certaines de ces initiatives ont conduit à la création d’une fédération des associations de commerçants pour ce secteur, illustrée par le projet de création du CCMT-36.

61Cependant, ces ajustements ont également des limites, telles que la difficulté de suivre les femmes Madan Sara dans leur périple d’adaptation et le déclin de la demande pour les produits de base tels que les vêtements et les objets du vodou, qui ont été remplacés par des produits alimentaires et des médicaments. De plus, leur commerce informel se déroule désormais dans des espaces privés qui abritent des banques commerciales, ce qui peut limiter certaines dimensions phares de ce genre d’échanges. Cet article soulève également des questions sur la participation des femmes en tant qu’actrices de premier plan dans la mondialisation par le bas dans des contextes géographiques extrêmes. Il examine également la capacité d’adaptation et de résilience du commerce informel des femmes Madan Sara face aux crises, qui est une problématique de plus en plus importante à l’échelle mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Alba Vega, C, Lins Ribeiro, G. et Mathews, G. (2015). La globalización desde abajo; La otra economía global. México, El Colegio de México, 446 p.

Anner, M. (2000). Local and Transnational Campaigns to End Sweatshop Practices. In Michael E. Gordon & Lowel Turner (ed), Transnational Cooperation among Labor Unions. New York: Cornwell University Press, p. 238–255.

Bair, J., et Gereffi, G. (2001). Local Clusters in Global Chains: The Causes and Consequences of Export Dynamism in Torreon’s Blue Jeans Industry. World Development, 29 (Il) : 1885-903.

Banco Central de la República Dominicana (2021). Estudio económico mercado fronterizo dominico-haitiano 2014-2018 [texto] / Departamento Internacional. Subdirección de Balanza de Pagos, Santo Domingo: Banco Central de la República Dominicana, 2021. 154 p. ; il. + anexo ; 23 cm.

Bangasser, P. (2000). The ILO and the Informal Sector: An Institutional History. Employment Paper, OIT, 59 p.

Banque mondiale (2021). The long shadow of informality; challenges and policies. 2021 International Bank for Reconstruction and Development/The World Bank 1818 H Street NW, Washington, DC, 350 p.

Banque mondiale (2012). The Informal Sector in Francophone Africa: Firm, Size, Productivity, and Institutions. International Bank for Reconstruction and Development/The World Bank. The World Bank 1818 H Street NW, Washington, DC, 299 p.

Bennafla, K. (2015). Le commerce transnational « informel », vecteur d’une nouvelle hiérarchie de lieux. L’exemple de la périphérie urbaine de Salé (Maroc). Les Cahiers d’EMAM, n° 26. http://journals.openedition.org/emam/912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.912

Berrou, J.P. et Eekho, T. (2019). L’économie informelle : un défi au rêve d’émergence des économies africaines ? Études internationales, 50 (1), 121–146. https://doi.org/10.7202/1062819a

BINUH (2023). The Population of Cité Soleil in the Grip of Gang Violence Investigative report on human rights abuses committed by gangs in the zone of Brooklyn from July to December 2022. Port-au-Prince, Haiti. 24 p.

Blanc, B. (1998). Women vendors’ work histories in Port-au-Prince: what lessons can be learned for research and action? Environment and urbanization, 10(1): 187– 200. Borns, Patricia. I.

Casson, M.C, Guita, M.D et Kambhampati, U.S. (2009). Formal and Infor mal Institutions in Development, World Development, 38(2), p. 137 – 41

Cling, J.P, Razafindrakoto, M et Roubaud, F. (2012). Économie informelle, crises et politiques publiques au Vietnam. L’économie informelle dans les pays en développement, Paris, AFD

Corten, A. (2000). Diabolisation et mal politique. Haïti : misère, religion et politique. Paris, Les Éditions du CIDHCA/Karthala, 245 p.

Dorte, V. (2008). Labor markets in urban and rural Haiti: Based on the first household survey for Haiti. WPS-4574, The World Bank Group, Social Development, Sustainable Development Division.

Edouard, R. et Dondoy, A. (2017). Le vigilantisme en Haïti. Manifestations des formes non étatiques de protection dans un contexte de crise humanitaire en milieu urbain. IIED, OXFAM, UEH, Université Laval, Port-au-Prince, Haïti. 56 p.

Fernandes, R.C., Voltaire, L. et Nelburg, F. (2012). Les marches populaires du centre de Port-au-Prince. Haïti, Port-au-Prince, 88 p.

Gauvain, M. (2013). Les territoires de l’informel. Étude du commerce de rue à Caracas. Cahiers des Amériques latines, n° 53. http://journals.openedition.org/cal/1720 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.1720

Gélineau, F., Montalvo, J.D. et Schweizer-Robinson, V. (Eds.) (2021). Political Culture of Democracy in Haiti and in the Americas 2021: Taking the Pulse of Democracy. Nashville, TN: LAPOP

Hess, M. (2008). Governance, Value Chains and Networks: An Afterword. Economy and Society, 37(3): 452–459.

Hossein, C. S. (2015). Black women in the marketplace: everyday gender-based risks against Haiti’s madan saras (women traders). Work Organisation, Labour & Globalisation, 9(2): 36–50.

James, A. (2016). Ambivalent Resistance Gender, mobility, and Haiti’s itinerant market women. Graduate-level Baptista Essay Prize. 23 p.

Katzin, M. F. (1959). Higglers of Jamaica. Ph.D. thesis, Northwestern University.

Le Blanc, S. (2010). Réseaux de production et immigration ; les Boliviens à Sao Paolo. Mémoire de maîtrise en Science Politique. Université de Montréal, Montréal Canada. 178 p.

Mintz, S. (1957). Aspects of internal distribution system in the Caribbean peasant economy. Human Organization, 1956, 15(2): 18–23.

Moral, P. (1959). L’économie haïtienne. Port-au-Prince, Haïti, Imprimerie d’État.

OFPRA. (2016). Haïti ; situation sécuritaire. France, Paris, 16 p.

OIM (2019). Rapport de déplacement, séisme 33. Port-au-Prince, Haïti.

ONU-FEMMES et CARE-HAITI (2020). Analyse Rapide Genre – COVID-19 Haïti. Port-au-Prince, Haïti. 49 p.

Plotkin, D. (1989). The International Traders of Haiti: The Madam Sara. Economic Commission for Latin America and the Caribbean, 1989.

Saint Paul, J.E. (2015). Chimè et Tonton Macouts comme milices armées en Haïti. Essai sociologique, CIDIHCA, Canada, 16 p.

Théodat, J.M. (2013). Port-au-Prince sept lieux. Éditions Glyphe, Outre-Terre, 3536 (1), 123-150.

Ulysse, G. (2007). Downtown ladies; informal commercial importers. A Haitian anthropologist in self-making in Jamaica. Chicago, University of Chicago Press.

Werleigh, C. (1985). Portrait de femmes Madan Sara internationales. Unpublished report. Port-au-Prince.

WIEGO (2012). COVID 19 and informal work; Distinct Pathways of Impact and Recovery en 11 Cities Around the World. Manchester, United Kingdom, 44 p.

World Factbook: Haïti. Récupéré sur https://www. cia.gov/the-word-factbook/countries/Haïti).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nombre de cas d’homicides et d’enlèvement en Haïti de 2018 à 2022
Crédits Source : UNODC, UNPOL, and US Coast Guard (2022)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29039/img-1.png
Fichier image/png, 8,4k
Titre Photographie 1. Le marché des Cubains à Gérald Bataille
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29039/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Photographie 2. Centre commercial moderne Tabarre 36
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29039/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Photographie 3. Jour de marché sur la frontière haïtiano-dominicaine dans le Nord-est
Crédits Source : https://media.lenouvelliste.com/​articles/​2021-04-29/​marcheHaitiRD_2543.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29039/img-4.png
Fichier image/png, 470k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Jean-Gilles et Bénédique Paul, « Crise sécuritaire et transformation des places marchandes traditionnelles dans l’économie informelle en Haïti »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29039

Haut de page

Auteurs

Sandra Jean-Gilles

Institut des Sciences et des Technologies Avancées d’Haïti
isteah.sjeangilles@gmail.com

Bénédique Paul

Département d’Agro Socio Économie, CHIBAS/FSAE, Université Quisqueya, Haïti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search