Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56DossierLes crises, les femmes et la prod...

Dossier

Les crises, les femmes et la production scientifique en Haïti : une exploration

Women, Science and Crises: Have The Recurring Crises Discouraged Women From Investing in Science?
Ketty Balthazard-Accou, Guerlande Bien-Aimé, Jasmine César, Jean-Jacques Cadet, Raulin Lincifort Cadet, Francklin Benjamin et Bénédique Paul

Résumés

Piliers de la société haïtienne, les femmes font face à un plafond de verre dans le système d’enseignement supérieur. Si de plus en plus de femmes accèdent aux études universitaires, elles demeurent peu nombreuses à occuper des postes dans l’enseignement supérieur. Par ailleurs, le peu de femmes travaillant dans les universités a du mal à s’adonner à la recherche scientifique. Quelle est la place des femmes dans la recherche scientifique institutionnelle en Haïti ? En quoi les crises successives, dont le COVID-19, affectent-elles leurs activités et leur détermination ? À partir d’entretiens anonymes, nous avons essayé de répondre à ces questions. Les résultats empiriques démontrent une motivation ainsi qu’une détermination des femmes en termes de maintien de leur activité de publications scientifiques alors même que la crise continue. Ces chercheuses se sont positionnées comme une force de propositions pouvant contribuer à enrayer les crises.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Généralement, les femmes sont plus affectées par les crises, même dans des pays développés. Soumises à de nombreuses exigences, dont certaines familiales et professionnelles, elles n’ont pas toujours accès à toutes les sphères de la société. Certes, il y a eu une évolution et, depuis la fin du xixe siècle, les femmes ont acquis le droit de suivre des cours à l’université, puis d’assurer, plus tard, une part majeure dans l’enseignement universitaire et la recherche (Boutillier et Laperche, 2007). Mais, aujourd’hui, en dépit de la disparition de certaines barrières institutionnelles, la participation des femmes à la production scientifique reste marginale (Boutillier, Laperche, ibid.).

2L’UNESCO analyse régulièrement la participation des femmes dans les professions liées au domaine de la recherche scientifique et de l’enseignement supérieur. Dans pratiquement tous les pays du monde, la part des femmes diplômées dans les domaines scientifiques a progressé depuis 2001, en particulier les sciences agronomiques notamment (Huyer, 2015). D’après les données de l’institut de statistique de l’UNESCO, les femmes représentaient 30 % de l’ensemble des chercheurs dans le monde (UIS, 2020). En 2021, ce pourcentage a peu évolué et les femmes représentaient seulement 30,7 % des chercheurs dans le monde (Huyer, 2015). La participation et la production scientifique des femmes dans le monde sont donc minoritaires.

3Si au niveau de la Caraïbe, la part des femmes (45,8 %) dans la population des chercheurs paraît élevée (UIS, 2020), en Haïti, ce pourcentage est bien moindre. Par ailleurs, dans presque tous les pays, même si les femmes investissent l’enseignement supérieur, elles travaillent le plus souvent dans l’administration et l’enseignement et rarement dans la recherche scientifique (Boutillier et Laperche, 2007). Le rapport du Groupe de Travail sur l’Éducation et la Formation (GTEF) paru en 2010 a mentionné un ratio de 85,2 % de femmes dans l’enseignement fondamental haïtien (GTEF, 2010) alors que le nombre d’enseignantes dans l’enseignement supérieur demeurait faible et inconnu. Ce même rapport révèle que la part des femmes dans la population étudiante des universités était estimée à 44 % en 2009 (GTEF, 2010), depuis aucune statistique n’est produite sur la participation des femmes dans l’enseignement supérieur haïtien. Nous savons néanmoins qu’en 2015-2017, seulement 4,4 sur 100 femmes interrogées ont fréquenté l’enseignement supérieur, contre 5,8 pour les hommes (IHE et ICF, 20 17). Dans un inventaire réalisé en 2021 par les Chaires universitaires Toussaint Louverture, sur une centaine de chercheurs identifiés dans l’ensemble des universités haïtiennes, seulement 29 étaient des femmes (CUTL, 2022).

4En Haïti, il faudrait sans doute se référer à des analyses sociohistoriques pour se rendre compte que cette disparité entre homme et femme au niveau des postes décisionnelles, du champ de la recherche ou de la représentation politique participe d’une logique d’exclusion savamment orchestrée par les élites masculines. Il s’agirait même d’un projet étatique. C’est une thèse défendue par la sociologue Mimi Sheller pour qui, dès sa fondation, l’État a entériné l’institutionnalisation de l’invisibilisation de catégories entières de la population et d’une manière particulière les femmes (Sheller, 2012).

5Dans un processus de répétition et de pérennisation, l’espace universitaire, en dépit des avancées constatées, ne s’est pas affranchi de ce modèle de domination masculine. En fait, ce problème d’invisibilisation du féminin n’est pas seulement lié à l’espace universitaire. C’est tout l’espace public haïtien qui en souffre. Sortir de ce cercle vicieux exige de procéder à des remises en question de certaines mythologies entourant le masculin et qui limitent la participation des femmes dans le développement du pays (Anglade, 1986). Même si elles sont reconnues comme le pilier, « poto mitan », de la société (N’Zengou-Tayo, 1998 ; Mauconduit et al., 2013 ; Lamour, 2017), les femmes sont majoritairement cantonnées dans des activités informelles (Paul et al., 2010).

6Haïti n’est sans doute pas le seul pays à faire face à de telle survivance du modèle patriarcal. La lutte pour le maintien des femmes dans une position sociale inférieure et les obstacles sociaux érigés pour leur empêcher un épanouissement total fait partie d’une forme d’économie politique du patriarcat selon Françoise Armengaud (1998). La parité entre les sexes dans le domaine de la recherche reste un objectif difficile à atteindre dans tous les pays (Huyer, 2015). Pourtant, il est nécessaire à l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD). Les femmes sont sous-représentées dans les instances décisionnelles. Même dans les domaines scientifiques où elles sont représentées, elles ne participent guère à l’élaboration des politiques et des programmes (Huyer, ibid).

7Ces disparités entre femmes et hommes s’aggravent en temps de crise. Myers et al. (2020) ont interrogé 4535 professeurs et chargés de recherche, principalement aux États-Unis et en Europe. Ils ont constaté que pendant la pandémie de COVID-19, le temps dédié à la recherche par les femmes scientifiques a enregistré une baisse supérieure de 5 % à celle de leurs collègues masculins. Pour les scientifiques ayant au moins un enfant âgé de 5 ans au maximum, le temps de recherche a même diminué de 17 %. Ces mêmes auteurs ont rappelé que ce sont en général les femmes qui s’occupent principalement des jeunes enfants. Le poids de la famille et les soins apportés aux enfants ont représenté une lourde contrainte pour les femmes scientifiques durant le confinement lié au COVID-19. Ainsi, les femmes ayant la responsabilité de s’occuper de leurs enfants ont vu le temps qu’elles pouvaient consacrer à la recherche diminuer considérablement.

8Les premières analyses sur les effets de la pandémie du COVID-19 ont montré que le taux de publications des femmes a chuté par rapport à celui des hommes pendant le confinement et que les femmes ont soumis moins de prépublications et lancé moins de projets de recherche que leurs collègues masculins (Viglione, 2020 ; King et Frederickson, 2020). Ces derniers parlent alors d’un « pandemic penalty » pour les femmes, dans la mesure où leur productivité a diminué, en particulier dans les sciences (King et Frederickson, ibid.).

9À travers le monde, les obligations de rester à la maison (stay-at-home order) ou le confinement (lockdown) ont replongé de nombreuses chercheuses dans la difficulté de mener de front le travail domestique, les soins des enfants et le travail scientifique. Elles ont aggravé les disparités déjà existantes entre les sexes dans de nombreux pays (Couturier et Posca, 2021). En Haïti aussi, les femmes faisaient déjà face à de nombreuses crises dont le blocage systématique du pays (localement appelé « pays lock ») avant le confinement lié à la pandémie du COVID-19, le tout dans un contexte de crise politique puis sécuritaire. Elles étaient très peu nombreuses dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, les crises ont eu des impacts négatifs encore plus critiques sur leur activité scientifique.

10Les quelques femmes scientifiques haïtiennes évoluent comme les autres dans un environnement politique, économique et social marqué, entre autres, par l’insécurité et l’aggravation de la pauvreté. Avant les crises récentes ayant démarré en 2018, le pays était déjà caractérisé par un environnement peu favorable à la science et n’était pas doté d’un réservoir important de scientifiques. En 2018-2019 et en 2020-2021, les épisodes de pays lock ont saccagé le pays, sans oublier, comme déjà mentionné, les conséquences du COVID-19. Ces évènements récents ont eu des répercussions considérables sur le travail scientifique et la productivité scientifique des chercheuses.

11Dans cet article, nous analysons la manière dont ces crises à répétition en Haïti ont affecté les femmes dans les activités de recherche scientifique, en considérant la période allant de 2018 à 2021 afin de répondre aux questions suivantes : quelle est la place des femmes dans la recherche scientifique institutionnelle en Haïti ? Et en quoi les crises successives, dont le COVID19, affectent-elles leurs activités et leur détermination ? À partir d’entretiens auprès d’un échantillon de femmes travaillant dans les établissements universitaires et de recherche en Haïti et de mesures statistiques sur la production scientifique des femmes haïtiennes les hypothèses suivantes ont été testées :

  1. La majorité des femmes impliquées dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche ont une activité scientifique importante ;

  2. Malgré les crises délétères récurrentes en Haïti, les femmes ont montré une détermination à maintenir leur activité de recherche et de publications ;

  3. Loin d’être démotivées, les femmes scientifiques des établissements d’enseignement supérieur et de recherche en Haïti se sont d’ailleurs positionnées en actrices de proposition de sortie de crise et de créatrices de solutions.

12Pour tester les hypothèses, une démarche empirique a été adoptée consistant à interviewer un échantillon de femmes travaillant dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche scientifique haïtiens.

13Le reste de l’article comporte : une brève revue de la littérature sur la recherche scientifique des femmes en temps de crise, puis l’exposé de la démarche méthodologique, avant de présenter et analyser les résultats et conclure.

1. Brève revue de la littérature

1. 1. Crises et sciences

14La pertinence de la recherche scientifique en temps de crises est ancrée dans une double logique de créativité et d’innovation afin de répondre aux dysfonctionnements majeurs de la société. Les crises devraient se constituer en objet stratégique de la recherche scientifique qui, en retour, tente de lutter contre toute paralysie réactive. Au regard de leur puissance systémique, les crises peuvent affecter toutes les dimensions sociales au point de faire chuter les théorisations menant à sa compréhension. Les crises sont toujours des opportunités de transformation radicale. Elles interpellent l’urgence de la décision face à un ensemble de perturbations créant de véritables incertitudes pour l’avenir. Ainsi, il devient nécessaire d’élaborer une théorie scientifique de la crise pour bien délimiter les contours de cette catégorie. La recherche scientifique doit se lancer dans une étude approfondie du concept de crise afin de poser les fondements d’une vraie théorie des crises. Les effets pratiques de la crise sur la société sont largement liés à ce qu’Edgard Morin appelle une « complexité théorique » (Morin, 1976). Pour le sociologue français, la « crisologie » est le point de départ de tout croisement entre la science et la crise (Morin, ibid.). La recherche scientifique doit se libérer elle-même des crises pour qu’elle transforme en opportunités pratiques des troubles économiques, sociaux et symboliques. La crise s’érige en « obstacle épistémologique » (Bachelard, 1938) affectant la puissance de la recherche scientifique. L’esprit scientifique est requis pour affronter les effets délétères de la crise en élaborant de nouvelles conceptualisations (Bachelard, ibid.).

15L’impact de la pandémie, des crises sociopolitiques et économiques, se fera sentir pendant des années, ce qui signifie qu’il affectera également les évaluations de recherche ultérieures. Cette permanence des crises est extrêmement dommageable pour les scientifiques. La récurrence des crises doit alors nous convaincre de l’importance d’agir sur les facteurs qui en sont à l’origine et qui précipitent leur réapparition (Couturier et Posca, 2021). Il s’agit aussi de se munir de moyens visant à éviter l’aggravation de leurs conséquences sur les catégories minoritaires. Le cas particulier de la situation des femmes dont la production scientifique est déjà limitée offre une opportunité d’étudier empiriquement le lien entre crises et sciences. En fait, qu’elles soient économiques, sanitaires, sécuritaires ou sociopolitiques, les crises ont généralement une dimension genrée (Avdela et Morichon, 2015).

1.2. Les femmes dans la recherche scientifique en temps de crises

16Bien que les femmes aient réalisé des contributions scientifiques déterminantes pour l’humanité et qu’elles soient de plus en plus nombreuses à travailler en sciences, elles demeurent invisibilisées, notamment dans les médias, en particulier les médias scientifiques. Michaut (2021), chimiste et journaliste scientifique, a analysé sept journaux, dont quatre mensuels scientifiques (Sciences et Avenir, Science et Vie, Pour la Science, La Recherche, Le Monde, Le Figaro, Libération), afin d’évaluer le nombre de chercheurs et chercheuses cités et mis en valeur par des portraits ou des interviews. Ses résultats ont montré que non seulement les femmes sont peu mises en valeur, mais le narratif utilisé dans les supports de vulgarisation scientifique favorise d’emblée la diffusion de la culture scientifique en faveur des hommes.

17Pourtant, comme le soutient Rossiter (2021), il suffit de regarder dans les archives scientifiques pour voir que les femmes ne sont pas moins productives scientifiquement que les hommes, du moins dans la mesure de leurs opportunités. En Haïti aussi, les chercheuses se heurtent à des obstacles bien ancrés pour accéder à une formation, une recherche, un financement et des infrastructures de qualité. Parallèlement, le manque de femmes scientifiques à des postes de direction prive le milieu de la recherche d’idées qui pourraient contribuer au renforcement de la productivité des femmes dans le champ scientifique. Bien que les carrières d’enseignement supérieur ne dépendent pas uniquement de publications, cet écart risque de pénaliser les femmes.

18À cela s’ajoute l’absence de politiques publiques d’investissement en matière de recherche scientifique et d’innovation. Cela risque de pénaliser davantage les femmes, notamment les filles déjà sous-représentées dans les matières liées aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques (STIM). En 2015 (année de l’adoption des objectifs de développement durable), l’UNESCO (2015) constate que l’autre moitié de l’humanité, à savoir les femmes n’étaient qu’une minorité dans la recherche scientifique. Alors qu’elles ont atteint la parité en tant qu’étudiantes dans les universités de la plupart des pays, les femmes représentaient seulement 28,4 % des chercheurs. En Haïti, dans l’enseignement primaire et secondaire on note une parité des sexes depuis 2000. Au niveau secondaire la scolarisation des filles dépasse également celle des garçons. Cependant, l’inégalité devient plus évidente en ce qui concerne les personnes ayant atteint des études supérieures (6,1 % pour les femmes de 35 à 39 ans, tandis que 11,8 % pour les hommes) (UNFPA, 2017). Toutefois, les femmes haïtiennes sont de plus en plus nombreuses à poursuivre leurs études universitaires. Cependant elles sont peu nombreuses dans la carrière universitaire et scientifique. Ce manque de représentativité des femmes haïtiennes est ainsi dû, entre autres, à des freins d’ordre culturel, sociopolitique et économique. La précarité de l’emploi est l’un des éléments qui ont contribué à une féminisation de la pauvreté en Haïti, puisque les femmes reçoivent des salaires inférieurs à ceux des hommes, travaillent plus dans le secteur informel, sans droit à la sécurité sociale (55,9 %), et sont moins représentées dans les emplois formels (30 %) (UNFPA, ibid.).

19Des rapports inégalitaires perdurent parce que l’espace domestique continue de maintenir les femmes en position subalterne. Et malgré le manque de données chiffrées sur les taux d’inscription et d’admission, de même que sur le ratio hommes/femmes dans les filières
scientifiques, dans le milieu universitaire haïtien, la tendance mondiale ne saurait varier ou être démentie. A contrario, le pays fait face à des écueils particuliers et spécifiques, lesquels sont tributaires du niveau général d’éducation et de pénétration d’une culture scientifique généralement admise (Paul-Austin, 2019).

20Malgré l’existence de nombreux obstacles systémiques à la participation des femmes dans la production scientifique, les recherches sur ces inégalités genrées ont porté essentiellement sur des données et études de cas occidentales. Peu d’études sont réalisées sur la situation des femmes scientifiques dans les pays en développement. Dans le cas d’Haïti, ce type d’études est encore plus rare. Pourtant, les crises récurrentes que connaît le pays aggravent les fardeaux des femmes en science. Gupta et al. (2005) ont décrit le triple fardeau des femmes en sciences : le fait de travailler dans un environnement institutionnel défavorable aux femmes et générateur de stress, les responsabilités domestiques, et le déficit en capital social ou l’exclusion des meilleurs réseaux scientifiques. Le confinement imposé par les gouvernements en réponse aux COVID-19 a eu des conséquences graves sur le travail scientifique des femmes. Les recherches empiriques conduites (Vincent-Lamare, Sugimoto et Larivière, 2020 ; Fazakerley, 2020) en 2020 ont montré que durant le confinement, les publications scientifiques des hommes ont augmenté alors que celles des femmes devant jongler entre travail domestique et travail professionnel à distance ont diminué. Dans de telles conditions de travail, les femmes ayant une famille ont vu leur fardeau s’alourdir, selon Fazackerley (2020). C’est, entre autres, ce qu’a également montré le travail de Nermin Allam Gail J. Buttorff et Marwa Shalaby (2021), sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les femmes universitaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

21De manière générale, les études portant sur le COVID-19 pointent les crises (Karam et Afiouni, 2014 ; Eleraqi et Salahuddin, 2018) qui ont tendance à exacerber les disparités de genre au sein des établissements universitaires. Dans le cas d’Haïti, même si la pandémie n’a pas eu des effets aussi graves en comparaison à d’autres pays, les autres crises observées durant la même période sont susceptibles d’aggraver une situation d’inégalités de genre déjà ancienne, laissant dans ce cas le potentiel des femmes globalement inexploité (Anglade, 1986).

1.3. Contribution des femmes à la recherche scientifique, une nécessité pour affronter les crises

22Si pour Ayala (1996), la culture scientifique de base est une nécessité pour le développement économique d’un pays, McGregor et Harding (Rapport mondial sur la science de l’UNESCO, 1996) ont traité les deux questions suivantes : « la science par qui ? » (McGregor et Harding, 1996a) et « la science pour qui ? » (Harding et McGregor, 1996). Dans les deux articles, les auteures ont argumenté, dans la continuité des travaux d’Etzkowitz et al., (1994), le fait que les pays et les milieux de la recherche ont intérêt à assurer une meilleure représentation de toutes les composantes de la population. La contribution des femmes dans les sciences et la technologie est alors posée dans le cadre de la double utilité selon laquelle les femmes ont à la fois un rôle d’actrices et de clientes. C’est pourquoi, « recruter et employer de façon permanente des scientifiques et des ingénieurs de sexe féminin, dans la mesure où il en résulterait une plus grande diversification des points de vue, des priorités et des styles de travail, ainsi que des compétences mises à contribution » (McGregor et Harding, 1996a). Les auteures en viennent à la conclusion qu’il y a un potentiel inexploité, puisque dans les pays en développement, non seulement la science et la technologie sont d’importants instruments de transformation au service du développement durable, mais il est surtout « dans l’intérêt stratégique des pays » de mettre à contribution les talents féminins (McGregor et Harding, 1996b).

23Pourtant, en partant de l’idée qu’une pleine participation des femmes serait profitable à la communauté scientifique et la société tout entière, les crises ont donc des effets potentiellement délétères sur le développement d’Haïti. Dans ce contexte, la place des femmes scientifiques et leur détermination deviennent alors un sujet qui mérite d’être approfondi. C’est d’autant plus important qu’avec les crises, il est plus impérieux de poursuivre selon McGregor et Harding (1996c), les initiatives volontaristes qui ont permis de diminuer les disparités hommes-femmes dans les sciences et la technologie. Ce phénomène est qualifié de syndrome du tuyau percé. Il est caractérisé par la disparition des femmes au fur et à mesure que l’on monte dans la hiérarchie, et entrave l’émergence du leadership des femmes (Huyer, 2015).

24En effet, selon Huyer (2021), les femmes représentent une part importante des étudiants de premier et second cycle universitaire, et sont même plus nombreuses que les hommes puisqu’elles représentent 53 % des diplômés. Pourtant, leur nombre chute brutalement en doctorat. Ce qui peut expliquer l’absence de femmes aux plus hauts échelons de la sphère scientifique et décisionnelle en dépit des avancées réalisées en matière de parité entre les sexes à tous les niveaux de l’enseignement au cours des dernières décennies.

25Dans le contexte d’Haïti, les femmes sont beaucoup moins nombreuses à faire une carrière universitaire. Cette situation peut être, entre autres, expliquée des freins d’ordre culturel, d’ordre sociologique. Si l’on se base sur certaines études, les femmes haïtiennes, en règle générale, après les études secondaires se dirigent vers des formations courtes. On retrouve plus de femmes dans les formations professionnelles que dans les formations longues de type licence, maîtrise et doctorat. Elles auraient fait un choix par défaut en lien à la perception qu’elles ont des sélections d’études qui sont brisées par des hommes. Du coup, le pourcentage de femmes dans ce niveau-là est beaucoup plus élevé que dans les postes de direction de l’enseignement supérieur. Le manque de représentativité des femmes est ainsi dû à la faible présence des femmes dans l’enseignement supérieur haïtien en général et, de manière plus générale, au faible pourcentage des femmes ayant conduit des études de second et de troisième cycle en Haïti. Même si le taux de femmes n’ayant pas fréquenté l’école a quelque diminué sur les vingt dernières années (passant 31,4 % en 2000 à 23,7 % en 2017), l’accès aux études supérieures demeure extrêmement faible (passant de 0,8 % en 2000 à 4,4 % en 2017), selon les données officielles disponibles (IHE et ICF, 2018).

26Toutefois, une déconstruction des stéréotypes sociaux et un meilleur accès à l’université contribueraient de manière significative, entre autres, à la construction d’un environnement plus durable, à la promotion de l’égalité et à l’autonomisation des femmes haïtiennes. Par ailleurs, la continuité d’une démarche basée sur le renforcement de culture scientifique dans le mode de fonctionnement de la société haïtienne, qui inclurait la production des données sexuées et de leur analyse, pourrait contribuer également au développement économique et social du pays.

2. Méthodologie

27Les données analysées dans cet article ont été collectées entre le 24 mars et le 27 juin 2022. Elles sont à la fois qualitatives (profil des femmes scientifiques et leurs contraintes, type de crises et leurs impacts, etc.) et quantitatives (le nombre d’années d’affiliation à un laboratoire de recherche, le nombre de publications scientifiques et de participations dans des colloques sur la période allant de 2018 à 2021.

28La méthode utilisée pour la collecte des données est un questionnaire anonyme. Celui-ci a comporté une trentaine de questions pouvant être répondues en une trentaine de minutes. Selon son implication dans la recherche, la répondante n’est pas concernée par l’ensemble du questionnaire. Les entretiens ont ciblé les réseaux des chercheurs, en particulier les associations de femmes de niveaux universitaires et les laboratoires de recherche. Ils ont été réalisés à distance, via un formulaire Google distribué par courrier électronique. Durant la période d’étude, plusieurs relances ont été faites en activant les têtes de réseaux (présidentes des associations, directeurs des laboratoires de recherche), et à travers des plateformes en ligne où sont connectées ces mêmes structures.

29N’ayant pas une base d’échantillonnage précise, nous nous sommes, en effet, basés sur le recensement des chercheurs haïtiens réalisé en 2022 par les Chaires universitaires Toussaint Louverture (CUTL, 2022). Ce recensement disponible en ligne a identifié 106 chercheurs dont 15 ne sont rattachés à aucun laboratoire de recherche. La base de données de ce recensement (voir http://cutl.free.fr/​CDH/​liste_labos.php) contient 23 laboratoires de recherche répartis dans 7 universités haïtiennes et un centre de recherche qui n’est pas logé dans une université. Parmi ces laboratoires, ceux qui ont plus de membres sont dans les domaines des sciences sociales, des sciences physiques, des sciences agricoles et des sciences médicales.

30Au terme de la période de l’enquête, nous avons rassemblé 28 questionnaires correctement remplis. La base de données a été téléchargée de la plateforme Google formulaire puis nettoyée. Les 28 réponses ont été traitées, mais l’analyse des chercheuses publiantes a porté sur seulement 20 questionnaires correspondant au statut d’enseignantes-chercheuses. En effet, huit répondantes n’ont eu qu’un diplôme de licence et aucune activité de recherche et de publication active. Pour faire ce tri, nous avons, adopté la définition suivante : est considéré comme chercheur un homme ou une femme titulaire d’un diplôme de 2e ou de 3e cycle universitaire, rattaché à un laboratoire de recherche scientifique placé dans une université ou tout autre établissement, et ayant une activité de recherche active ayant débouché ou non sur une publication scientifique. Au sens de cette définition, les diplômés de premier cycle (licence ou diplôme d’ingénieur), même s’ils ont réalisé un mémoire de fin d’études, ne sont pas retenus comme chercheurs même étant rattachés à un laboratoire de recherche, car ces diplômés de premier cycle n’ont pas indiqué avoir signé ou cosigné de publication scientifique. À l’inverse, les titulaires de doctorat de médecine rattachés à un laboratoire de recherche et ayant une activité de recherche scientifique active ont été retenus. En réalité, les titulaires de diplôme de premier cycle sont généralement accueillis comme assistants dans les laboratoires de recherches et les établissements d’enseignement. De plus, du point de vue légal, ils ne sont pas reconnus comme faisant partie du corps des enseignants chercheurs par le décret du 30 juin 2020 portant sur l’enseignement supérieur en Haïti (Le Moniteur, 2020).

31L’échantillon étudié peut paraître de petite taille. Néanmoins, il est peut-être considéré comme étant de taille suffisante pour permettre une exploration du phénomène en question. En effet, la population concernée, à savoir les femmes impliquées dans la recherche scientifique en Haïti, n’a jamais été nombreuse. L’échantillon comprend 10 des 23 laboratoires de recherche existants et est distribué géographiquement (la région métropolitaine de Port-au-Prince et les principales villes secondaires de province y sont représentées). Les répondantes ont été en provenance de 6 universités différentes parmi les plus réputées du pays.

32Dans cet échantillon, l’université Quisqueya à la même surreprésentation que dans le recensement des laboratoires de recherche du pays (CUTL, 2022). En effet, dans le recensement de 2022, les 23 laboratoires identifiés appartiennent à seulement une dizaine des 150 universités. Les deux universités les plus réputées : universités Quisqueya (10 laboratoires) et l’Université d’État d’Haïti (7 laboratoires), concentrent plus des 2/3 de ces laboratoires.

3. Résultats

33Avant de présenter les effets des crises sur le travail scientifique des femmes et analyser la détermination de celles-ci, nous dressons d’abord leur profil, à partir de statistiques issues des résultats des enquêtes.

3.1. Profil des femmes travaillant dans les universités haïtiennes

34L’analyse du profil des femmes travaillant dans les universités haïtiennes met en évidence un vivier de personnes en âge de contribuer au développement de la recherche dans ces universités. L’âge moyen des femmes est de 39 ans (écart-type : 7,80) dans l’ensemble, on verra plus loin que l’âge des femmes chercheuses publiantes est moyennent plus élevé. La plus jeune des répondantes a 24 ans et la plus âgée 66 ans, et ces deux valeurs limites correspondent à des femmes qui ne sont actives ni en recherche ni en publication. Trois répondantes sur quatre ont leur travail basé dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, et aucune des femmes dont le travail est basé en province n’a réussi à publier durant les cinq dernières années.

35Une part importante des femmes travaillant dans les universités haïtiennes vivent en couple (47,37 %). Elles sont très peu à être mariées ou célibataires.

Figure 1. Situation matrimoniale des chercheuses haïtiennes

Figure 1. Situation matrimoniale des chercheuses haïtiennes

Source : Enquête.

36Les répondantes sont pour la plupart bien formées. Toutes ont un niveau d’étude universitaire. Elles sont majoritairement titulaires d’un diplôme de 2e ou de 3e cycle (master ou doctorat), comme indiqué dans la figure 2. Parmi les titulaires de diplôme de 1er cycle (licence ou doctorat professionnelle), 1 a un doctorat en médecine et 8 ont un diplôme de licence.

Figure 2. Niveau de formation des femmes travaillant dans les universités

Figure 2. Niveau de formation des femmes travaillant dans les universités

Source : Enquête.

37Deux répondantes titulaires de doctorat en médecine ont poursuivi leurs études en master (1) et en doctorat (1). Contrairement à celle qui n’a pas poursuivi ses études, elles occupent des postes plus importants (administration et enseignement) dans leur établissement respectif.

38La grande majorité des femmes travaillant dans les établissements étudiés ont reçu une éducation plus élevée en médecine et en agronomie (cf. figure 3). Les domaines des STIM sont presque totalement absents. Il est néanmoins intéressant de noter que seulement deux femmes n’ont pas été formées dans un deuxième domaine (universitaire ou professionnel). Ce qui témoigne d’une polyvalence élevée chez les femmes travaillant dans les universités en Haïti.

Figure 3. Domaine d’éducation principale des femmes travaillant dans les universités

Figure 3. Domaine d’éducation principale des femmes travaillant dans les universités

Source : Enquête

39Plus de la moitié des femmes ayant participé à l’enquête travaillent à l’université Quisqueya (UniQ). Ensuite, on retrouve un nombre relativement important de femmes travaillant à l’Université d’État d’Haïti (UEH) et à l’Université Américaine des Cayes (AUC), selon la figure 4 suivante. Trois répondantes ont précisé avoir un double rattachement (UEH et UNDH, UniQ et UNDH, UCCC et UCA) indicatif de réseautage local.

Figure 4. Universités dans lesquelles travaillent les femmes

Figure 4. Universités dans lesquelles travaillent les femmes

Source : Enquête.

40La question de la place des femmes dans les universités haïtiennes peut être répondue à travers les données de la figure 5. Plus de la moitié (16 sur 28) des femmes ont une fonction administrative. Parmi celles-ci, la moitié occupe un poste uniquement administratif et l’autre moitié fait à la fois l’administration et l’enseignement ou la recherche. Par contre, les femmes sont rares à occuper un poste de direction dans les universités haïtiennes.

Figure 5. Postes occupés par les femmes dans les universités haïtiennes

Figure 5. Postes occupés par les femmes dans les universités haïtiennes

Source : Enquête.

41Plus 60 % des femmes ayant répondu à l’enquête sont membres d’un laboratoire de recherche universitaire. Parmi les 18 femmes membres d’un laboratoire de recherche haïtien, 6 sont également membres d’un laboratoire de recherche basé à l’étranger. Ce qui témoigne d’un certain niveau de réseautage international.

3.2. Publication des femmes travaillant dans les universités haïtiennes

42Bien qu’elles aient été relativement nombreuses à être rattachées à un laboratoire de recherche, toutes les femmes travaillant dans les universités haïtiennes n’ont pas forcément participé à des activités de recherche ni réalisé de publication scientifique. Le profil de publication scientifique des femmes travaillant dans les universités haïtiennes est assez contrasté. Tout d’abord, moins de la moitié (13 sur 28, soit 46,4 %) d’entre elles a publié durant les cinq dernières (cf. figure 6).

Figure 6. Femmes publiantes dans les universités haïtiennes

Figure 6. Femmes publiantes dans les universités haïtiennes

Source : Enquête.

43Des femmes non rattachées à un laboratoire ont également déclaré avoir participé à des activités de recherche (Tableau 1). Parmi ces dernières (10 au total), 6 disent avoir réalisé des publications scientifiques durant les cinq dernières années. Nous n’avons pas eu la possibilité d’analyser la qualité de ces publications.

Tableau 1. Profil de publication des femmes travaillant dans les universités haïtiennes

Tableau 1. Profil de publication des femmes travaillant dans les universités haïtiennes

Source : Enquête.

44À l’inverse, ce ne sont pas toutes les femmes rattachées à un laboratoire qui ont réussi à publier durant les cinq dernières années (Tableau 1). Le fait d’avoir participé à des travaux de recherche n’a pas entraîné systématiquement l’aboutissement à des publications scientifiques. Bien entendu, les mémoires de fin d’études n’ont pas été considérés comme publications scientifiques dans cet article.

45La durée moyenne de rattachement à un laboratoire est relativement faible (3 ans) et les résultats d’un test du Khi-2 sur l’hypothèse d’une association entre la durée de l’expérience de rattachement à un laboratoire et le fait d’avoir réalisé des publications scientifiques ont montré qu’il n’y a pas de lien significatif entre les deux variables (p-value : 0,639). En fait, les laboratoires les plus représentés sont relativement jeunes (cas par exemple de l’équipe de recherche sur les changements climatiques [ERC2] de l’Université Quisqueya). Mais l’âge des laboratoires ne détermine pas le nombre cumulé de publications des femmes qui y sont rattachées. Ainsi, le centre de recherche en éducation (CERED) de l’Université Quisqueya et l’ERC2 sont les deux laboratoires ayant un cumul moyen de publication le plus élevé sur les 5 dernières années (3,5 et 2,0 respectivement).

Figure 7. Laboratoires de rattachement des femmes travaillant dans les universités haïtiennes

Figure 7. Laboratoires de rattachement des femmes travaillant dans les universités haïtiennes

Source : Enquête.

46L’investissement des chercheuses haïtiennes dans les sciences de la santé semble suivre la tendance mondiale pour l’ensemble des chercheuses. Selon le dernier rapport de l’UNESCO (2021), ces sciences dominent dans les statistiques mondiales sur les publications scientifiques par pays.

3.3. Crises et détermination scientifiques des femmes travaillant les universités haïtiennes

47Malgré les crises répétées qu’a connu Haïti, les femmes travaillant dans les universités haïtiennes, en particulier celles que nous avons qualifiées de chercheuses, ont été relativement peu (4 sur 13) avoir arrêté leurs activités de publications.

48Leur détermination à maintenir les activités scientifiques a permis de noter (cf. figure 8), en 2021, un relèvement du nombre de publications scientifiques (majoritairement dans des revues scientifiques), après une baisse continue de ce nombre entre 2018 (première crise de pays lock) et 2020 (crise liée au COVID-19).

Figure 8. Évolution du nombre de publications scientifiques des femmes durant la période de crise en Haïti

Figure 8. Évolution du nombre de publications scientifiques des femmes durant la période de crise en Haïti

Source : Enquête

49Parmi les principales crises dont elles ont été affectées, il y a dans l’ordre : l’insécurité liée à l’activité des groupes armés (89,5 %), le pays lock (73,7 %) et le COVID-19 (47,4 %). Ces crises ont très négativement impacté le travail scientifique des femmes (89,47 %). Seulement 2 femmes (10,53 %) ont déclaré n’avoir pas enregistré d’impact significatif des crises sur leur travail scientifique. Aucune n’a mentionné d’impact positif (cf. figure 9).

Figure 9. Impacts des crises sur le travail des femmes dans les structures de recherche

Figure 9. Impacts des crises sur le travail des femmes dans les structures de recherche

Source : Enquête.

50Les deux femmes ayant indiqué que les crises n’ont eu « aucun impact » sur leur travail sont pour l’une en train de finaliser son doctorat en travaillant à distance et pour l’autre en reconversion professionnelle sans intérêt futur pour la recherche.

51Il est important d’étudier qui sont ces femmes ayant pu maintenir des activités de publications scientifiques ces dernières années en Haïti. L’analyse des données montre qu’elles sont à 76,9 % rattachées à un laboratoire de recherche basé soit à l’université Quisqueya, soit à l’université d’État d’Haïti, et 38,5 % d’entre elles sont également rattachées à un laboratoire de recherche basé à l’étranger. Ce résultat fait penser à l’hypothèse du support financier institutionnel (car ces deux universités sont les seules du pays à disposer de fonds d’appui à la recherche) et le rôle du réseautage scientifique (le fait d’appartenir à un laboratoire étranger peut permettre de s’échapper intellectuellement des effets des crises, même momentanément).

52L’analyse des données montre également que les femmes chercheuses ayant publié ont été également actives dans la communauté scientifique. Elles ont pratiquement toutes (sauf une) participé à au moins un colloque durant les cinq dernières années. La moyenne des participations dans les colloques est de 2,77 (écart-type : 1,64), avec une variation allant de 1 (minimum) à 6 (maximum).

53Les femmes ayant moyennement publié ont été les plus formées (cf. figure 10). Le cumul moyen du nombre de publications déclaré par les diplômées de 3e cycle est de 2,33 (intervalle de confiance de 95 % : 0,38 – 4,29) contre 1,77 (intervalle de confiance de 95 % : 0,61 – 2,93) pour les diplômées de 2e cycle universitaires, entre 2018 et 2021. Bien entendu, la différence observée n’est pas statistiquement significative, et de plus nous n’avons pas analysé le contenu ni la qualité des publications mentionnées. Ce niveau de détail peut relever d’autres recherches plus approfondies et sur un échantillon de plus grande taille.

Figure 10. Nombre de publications des femmes selon le niveau de diplôme

Figure 10. Nombre de publications des femmes selon le niveau de diplôme

Source : Enquête.

54Les femmes universitaires ayant publié durant la période de crise étudiée ont été un peu plus nombreuses, mais également plus âgées (42,54 ans) que leurs collègues féminins chercheurs non publiantes (33,38 ans) ou encore celles non chercheuses (36,6 ans). Mais le graphique suivant ainsi que le test de Shapiro-Wilk montrent que l’âge n’est pas normalement distribué, d’où le peu d’intérêt pour un test de comparaison des moyennes. L’hypothèse à tester ultérieurement peut alors être la suivante : plus les femmes scientifiques sont âgées plus elles sont productives en termes de publications. Bien entendu, un effet de seuil peut également être anticipé, car on peut s’attendre à une baisse naturelle du nombre de publications scientifiques chez les femmes plus âgées au-delà d’un certain âge.

Figure 11. Âge moyen des femmes selon leur activité de publications scientifiques

Figure 11. Âge moyen des femmes selon leur activité de publications scientifiques

Source : Enquête.

55L’analyse des publications scientifiques cumulées des femmes sur la période allant de 2018 à 2021 montre également que les femmes seules ont beaucoup plus publié que celles en couple. Parmi les femmes seules, celles avec enfant(s) ont réalisé un peu plus de publications que celles sans enfants (cf. figure 12). Il est alors possible de faire l’hypothèse d’une meilleure quiétude d’esprit pour ces femmes seules, compte tenu des conflits et même des violences conjugales durant les crises. Les femmes seules avec enfant(s) peuvent également jouir d’un état d’esprit plus stimulant que celui des femmes seules et sans enfant.

Figure 12. Publications des femmes en fonction de leur situation matrimoniale

Figure 12. Publications des femmes en fonction de leur situation matrimoniale

Source : Enquête.

56À la question dans quelles conditions évoluent ces femmes chercheuses ayant publié malgré les crises en Haïti, les données montrent que plus de la moitié d’entre elles (53,8 %) ont bénéficié de financements. La source de ces financements est le plus souvent leur université ou des organisations organismes basés à Port-au-Prince comme la Fokal, l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) ou encore l’Ambassade de France en Haïti. Les universités ayant financé les femmes chercheuses interrogées sont Quisqueya, ISTEAH et URCA.

57Un test d’indépendance entre le fait d’avoir publié et celui d’avoir bénéficié d’un financement montre une association statistiquement significative (p-value : 0,000) entre les deux variables. De plus, ceci explique au moins en partie le fait que les femmes dont le travail est basé en province ne sont pas parvenues à publier. La figure 13 suivante montre un nombre moyen de publications évidemment plus élevé parmi les bénéficiaires de financement.

Figure 13. Publications des femmes en fonction de leur accès à des financements

Figure 13. Publications des femmes en fonction de leur accès à des financements

Source : Enquête.

58Ce résultat confirme la nécessité de mettre en place des mécanismes de financement de recherche accessibles aux femmes dans le cadre d’actions visant à soutenir leur travail scientifique.

4. Discussion

59En plus d’être un pays en crise, Haïti est un pays à nombre relativement très faible de chercheurs et par conséquent de publications scientifiques. Le nombre de publications du pays par million d’habitants est passé de moins de 10 en 2011 à 58 en 2015 pour se situer à 101 en 2019. Ce qui témoigne une avancée importante, mais insuffisante. La place des femmes constitue un potentiel insuffisamment exploité pour préparer le pays au développement socioéconomique dont cet indicateur n’est qu’un témoin.

60Les données de l’enquête exploratoire analysées plus haut montrent une motivation soutenue des femmes ayant réussi à intégrer le statut de chercheuse dans les universités haïtiennes à maintenir une activité scientifique. Entre 2019 et 2020, il y a eu une crise sociopolitique continue en Haïti, à laquelle s’est ajoutée une insécurité générée par des groupes armés dans différents endroits du pays, notamment dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Au début de l’année 2021, le pays a connu un court répit, avant d’être replongé dans une autre crise multiforme caractérisée par l’assassinat du président de la République, l’absence de consensus des acteurs politiques, la multiplication des groupes armés, et un séisme dans le sud du pays. À ces dimensions sociopolitiques, il convient de rajouter la crise économique générée par la remontée de l’inflation et l’envolée du taux de change, deux phénomènes liés, ayant contribué à l’appauvrissement relatif de la population, y compris les femmes. Pourtant, malgré, les données recueillies ont montré un retour de tendance dans le nombre de publications des femmes travaillant dans les universités haïtiennes, avant même de sortir de ces crises.

61Comme l’a argumenté Anglade (1986), le potentiel des femmes demeure inexploité. Jusqu’à présent, les femmes demeurent minoritaires dans les statistiques disponibles sur l’enseignement supérieur (CUTL, 2022). La proportion des femmes dans la recherche en Haïti (à peine 30 %) est inférieure à celle de la région Amérique latine et Caraïbe, à savoir près de 46 % (UIS, 2020).

62Certaines femmes scientifiques sont parvenues à occuper des postes de direction dans leur université de rattachement. Beaucoup d’entre elles y travaillent au titre d’enseignantes-chercheuses. Elles sont souvent également chargées de responsabilité administrative en plus de leurs activités d’enseignement et de recherche. Cette surcharge peut être source de stress pour elles lorsqu’en temps de crises elles sont obligées de travailler à distance (Fazakerley, 2020).

63Les femmes scientifiques haïtiennes se sont peu libérées de la tendance consistant à investir essentiellement les domaines scientifiques qui prolongent les responsabilités domestiques. Les thèmes de publications scientifiques qu’elles pratiquent sont d’abord l’environnement et la santé avant d’autres sujets de sciences sociales. Les STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) ne sont pas vraiment représentées. Ce qui représente un défi important pour le futur du travail scientifique des femmes haïtiennes.

64L’analyse des publications scientifiques cumulées des femmes sur la période allant de 2018 à 2021 montre également que, contrairement à ce qui est observé dans d’autres pays (Fazackerley, 2020), les femmes seules avec enfants ont beaucoup plus publié que les femmes en couple. On peut alors se demander si ces femmes sont plus épanouies dans l’acte de publier que celles ayant une pression familiale plus forte, sachant que confinement lié au COVID-19 a entraîné des conflits conjugaux importants et documentés (Myers et al., 2020).

65Le financement est déterminant dans la dynamique de recherche. Les femmes publiantes travaillent à Port-au-Prince. Or, c’est exactement dans cette ville que sont localisés les organismes de financement. À l’inverse, les femmes ayant le statut de chercheuses ou d’enseignantes chercheuses et n'ayant rien publié durant la période allant de 2018 à 2021 travaillent majoritairement en province. Elles sont de niveau Master sauf une et travaillent surtout à titre d’enseignante, mais non pas comme enseignante-chercheuse, même si certaines sont rattachées à des laboratoires de recherche, depuis relativement longtemps. Elles expriment un certain désir de faire de la recherche, mais déclarent être contraintes par l’insécurité, les ressources financières ou l’accès à des données ou encore d’intégration dans leur laboratoire. En effet, elles ont toutes déclaré avoir réalisé au moins une participation dans un colloque entre 2018 et 2021. Ce qui suppose un besoin d’appui à la recherche pour ces profils de femmes. D’ailleurs, on notera qu’aucune des répondantes n’ayant pas publié de recherche n’a bénéficié de financement durant la période considérée. Enfin, les diplômées de 2e cycle ayant une activité de publications scientifiques sont souvent celles déjà engagées dans des études doctorales. D’où des octrois de bourses de formation doctorale priorisant les femmes pourraient activer le potentiel des femmes déjà impliquées dans les universités.

66Seulement 30,8 % des femmes interrogées ont déclaré avoir dû arrêter leurs activités de recherche à cause des crises de 2018 à 2021. Parmi les femmes ayant réalisé des publications notamment, seulement 4 sur 13 ont rapporté avoir été démotivées par les crises. Elles ont en grande partie été obligées de limiter leurs déplacements sur les terrains de la recherche. Elles rapportent également le stress parmi les impacts de la crise. Depuis l’accès aux études supérieures, les femmes sont désavantagées par rapport aux hommes, ce depuis des décennies malgré les améliorations d’ensemble (IHE et ICF, 2018). L’écart en termes de genre s’est aggravé de la formation supérieure à l’implication dans la recherche scientifique.

67La motivation et la détermination scientifique ont conduit les répondantes à formuler des conseils à leurs collègues chercheuses de « Travailler plus pour s’affranchir de la préséance masculine dans la recherche », de « Créer des communautés pour l’échange et la production en dehors ou en plus du fait d’appartenir à un laboratoire de recherche ». Pour maintenir cette détermination, les femmes travaillant dans les universités haïtiennes sont bien conscientes des efforts à continuer à déployer, elles se réfèrent au besoin de « Courage et compétences afin de lutter contre le sexisme ». Elles ont conscience du rôle du réseautage, ainsi pour y arriver, elles citent comme leitmotiv « la mise en commun », le développement de projets collaboratifs, etc. Ceci renforce l’idée pour ces femmes de se réunir en alliance scientifique féminine pour avancer. L’existence de l’Association Haïtienne Femmes Science et Technologie (AHFST) paraît alors un levier pour ce faire. C’est nécessaire pour vaincre ce qu’Etzkowitz et al. (1994) ont appelé le paradoxe de la masse critique des femmes en science, selon laquelle les femmes ayant franchi les difficultés n’aident pas nécessairement les plus jeunes femmes à profiter de leur expérience réelle.

68Le réseautage peut avoir un effet émulateur, notamment dans la mesure où même les femmes n’ayant pas réalisé de publications scientifiques désirent (4 sur 7) réaliser des recherches dans le futur, voire de publier (6 sur 7). D’ailleurs, celles-ci ont montré un intérêt plus ou moins certain à travers leur participation à des conférences. Cette observation justifie le plaidoyer de Fleurant (2019) pour l’intégration du genre et de l’égalité femmes-hommes dans l’enseignement supérieur en Haïti.

Conclusion

69À partir d’entretiens en ligne, libres et anonymes, nous avons étudié la manière dont les crises à répétitions et multidimensionnelles en Haïti ont affecté le travail et la motivation scientifique des femmes travaillant dans les universités. L’échantillon, de taille limitée, nous a permis néanmoins d’explorer empiriquement la place des femmes dans la recherche scientifique et leur détermination à maintenir une activité de recherche et de publication.

70Les résultats de l’étude ont permis de confirmer l’hypothèse de départ selon laquelle les femmes ont réussi, malgré les crises, à maintenir une activité de recherche et de publication scientifique et ont su continuer leurs activités. Elles ont démontré une résilience notable et se positionnent même en force de propositions tant pour les femmes travaillant dans les universités, mais également pour l’avancement de leurs établissements et structures de recherche. Ainsi, après une baisse continue amorcée en 2018, elles ont retrouvé un niveau de publication beaucoup plus élevé qu’avant la crise en 2021.

71Les thématiques de recherche envisagées pour l’avenir par les répondantes sont stratégiques pour Haïti. Elles justifient le fait de développer des stratégies de financement ciblées pour les chercheuses dans les universités et structures de recherche haïtiennes. Mais en attendant, comme le fait et l’analyse la journaliste scientifique Cécile Michaut, les femmes ont intérêt à investir l’espace de la vulgarisation scientifique afin d’accélérer la marche vers la parité (Michaut, 2021).

72Dans cet article, nous avons étudié la quantité de publications des femmes sur la période allant de 2018 à 2021, sans entrer dans les détails de contenu. Or, il serait intéressant de réaliser d’autres recherches permettant d’étudier la qualité des recherches des femmes, en comparaison, notamment, avec celles des hommes. Nous avons noté que les scientifiques haïtiennes ont peu publié dans le domaine des STIM. Cette observation constitue une invitation à poursuivre les efforts permettant aux femmes haïtiennes à investir la recherche dans ces disciplines, alors qu’elles arrivent de plus en plus à entrer à l’université.

73Cette étude exploratoire a des limites liées à la taille de l’échantillon. De plus, il existe probablement des femmes qui, sur leur propre initiative, auraient mené ou seraient impliquées dans des activités de recherche importantes, mais invisibles (car non institutionnalisées) ; donc non valorisées car non sanctionnées). De même, nous n’avons pas étudié la qualité des publications déclarées par les répondantes. Néanmoins, le fait que l’essentiel de ces publications a été effectué dans des revues scientifiques, leur qualité peut avoir été évaluée par les pairs, en particulier dans le cas des revues à comité de lecture. Nous avons également soulevé un certain nombre de questions et d’hypothèses pouvant être étudiées dans des recherches empiriques futures, sur des échantillons de plus grande taille.

Haut de page

Bibliographie

Anglade, M. N. (1986). L’autre moitié du développement. À propos du travail des femmes en Haïti. Port-au-Prince, Les Éditions des Alizés et Erce.

Armengaud, F. (1998). L’ennemi principal 1. Économie politique du patriarcat. Nouvelles Questions Féministes, 19 (1) : 103–106.

Avdela, E. et Morichon, D. (2015). Le genre dans la crise, ou ce qui arrive aux « femmes » dans les temps difficiles. Nouvelles Questions Féministes, 34 (2) : 22-40.

Ayala, F.J. (1996). La culture scientifique de base. Dans UNESCO (éd.), Rapport mondial sur la science. Paris, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (pp. 1-7).

Bachelard, G. (1938). La formation de l’esprit scientifique. Paris, Vrin.

Boutillier, S. et Laperche, B. (2007). La place des femmes dans la recherche : Apprentissage, production et valorisation des connaissances. Marché et organisations, 3 : 61-77.

Couturier, E. L. et Posca, J. (2021). L’impact des crises sur les femmes : inégales dans la tourmente. Montréal, IRIS.

CUTL (2022). Recensement des chercheurs haïtiens. http://cutl.free.fr/CDH/liste_labos.php. Base de données en ligne présentée par les Chaires universitaires Toussaint Louverture.

Etzkowitz, H., Kemelgor, C., Neuschatz, M., Uzzi, B., et Alonzo, J. (1994). The paradox of critical mass for women in science. Science, 266(5182): 51-54.

Fazackerley, A. (2020). Women’s research plummets during lockdown – but articles from men increase, The Guardian. https://www.theguardian.com/education/2020/may/12/womens-research-plummets-during-lockdown-but-articles-from-men-increase.

GTEF (2010). Pour un pacte national pour l’éducation en Haïti. Rapport du Groupe de Travail sur l’Éducation et la Formation au Président de la République.

Gupta, N., Kemelgor, C., Fuchs, S., et Etzkowitz, H. (2005). Triple burden on women in science: A cross-cultural analysis. Current science, p. 1382-1386.

Harding, S., McGregor, E. (1996). La science pour qui ? In Unesco (éd.), Rapport mondial sur la science (pp. 338-342). Paris, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

Huyer, S. (2015). Vers une diminution des disparités hommes-femmes dans la science et l’ingénierie ? Rapport de l’UNESCO sur la science, n° 3, p. 85-103.

IHE et ICF (2018). Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-VI 2016-2017), Pétion-Ville, Haïti, et Rockville, Maryland, USA : Institut Haïti de l’Enfance (IHE) et The DHS Program ICF.

King, M. M. et Frederickson, M. E. (2021). The pandemic penalty: the gendered effects of COVID-19 on scientific productivity. Socius, 7 :1-24. DOI : 10.1177/23 780 231 211 006 977.

Lamour, S (2017). Entre imaginaire et histoire : une approche matérialiste du poto-mitan en Haïti. Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Le Moniteur (2020a). Décret portant organisation, fonctionnement et modernisation de l’enseignement supérieur. Le Moniteur : Journal officiel de la République d’Haïti. Numéro spécial 11, p. 1-33.

Mauconduit, N., Émile, E., et Paul, B. (2013). Women and economic development: women entrepreneurship situation in Haiti. Haïti Perspectives, 2(3): 61-67.

McGregor, E. et Harding, S. (1996a). La science par qui ? In Unesco (éd.), Rapport mondial sur la science (pp. 322-337). Paris, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

McGregor, E. et Harding, S. (1996b). Un potentiel inexploité. In UNESCO (éd.), Rapport mondial sur la science (pp. 343-345). Paris, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

McGregor, E. et Harding, S. (1996c). Les initiatives et les acteurs internationaux. In UNESCO (éd.), Rapport mondial sur la science (pp. 356-368). Paris, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

Michaut, C. (2021). Il faut plus de femmes scientifiques dans les médias ! Journée Sciences et Médias 2021. Reflets de la physique, 70 : 38-43.

Morin, E. (1976). Pour une crisologie. Communications, 25 (1) : 149-163.

Myers, K. R., Tham, W. Y., Yin, Y., Cohodes, N., Thursby, J. G., Thursby, M. C. et Wang, D. (2020). Unequal effects of the COVID-19 pandemic on scientists. Nature human behaviour, 4(9): 880-883.

N’Zengou-Tayo, M. J. (1998). « Fanm se poto mitan » : Haitian Woman, the Pillar of Society. Feminist review, 59(1): 118-142.

Paul, B., Daméus, A., Garrabé, M. (2010). Le processus de tertiarisation de l’économie haïtienne. Études caribéennes, 16. http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/4757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.4757

Paul-Austin, L.-C. (2019). Femmes et sciences la double contrainte privé/public. Haïti Perspectives, 7 (1) : 63-67.

Rossiter, M.W. (2021). Plus vous regardez, plus vous trouvez : les archives des femmes scientifiques américaines contemporaines. Zilsel, 8 (1) : 397-401.

Sheller, M. (2012). Citizenship from below. Erotic agency and Caribbean freedom. Durham et London, Duke University Press.

Sincimat Fleurant, R. E. (2019). Égalité femmes-hommes : plaidoyer pour une approche intégrée de la dimension genre dans l’enseignement supérieur en Haïti. Haïti Perspectives, 7 (1) : 58-62.

UIS (2020). Women in Science, UNESCO Institute for Statistics, Fact Sheet No. 60. http://uis.unesco.org/sites/default/files/documents/fs60-women-in-science-2020-en.pdf.

UNESCO (2015). UNESCO Science Report: towards 2030. Paris, UNESCO Publishing.

UNESCO (2021). UNESCO Science Report : the Race Against Time for Smarter Development. S. Schneegans, T. Straza and J. Lewis (eds). Paris, UNESCO Publishing.

UNFPA (2017). Faits et chiffres clés sur la situation des femmes en Haïti, Actualité en ligne. https://haiti.unfpa.org/fr/news/faits-et-chiffres-cl%C3%A9s-sur-la-situation-des-femmes-en-ha%C3%AFti-novembre-2017 (consulté le 2 décembre 2022).

Viglione, G. (2020). Are women publishing less during the pandemic? Here’s what the data say. Nature, 581(7809): 365-367.

Vincent-Lamarre, P., Sugimoto, C.R., Larivière, V. (2020). The decline of women’s research production during the coronavirus pandemic. Nature Index. https://www.natureindex.com/news-blog/decline-women-scientist-research-publishing-production-coronavirus-pandemic.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation matrimoniale des chercheuses haïtiennes
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 2. Niveau de formation des femmes travaillant dans les universités
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 3. Domaine d’éducation principale des femmes travaillant dans les universités
Crédits Source : Enquête
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 4. Universités dans lesquelles travaillent les femmes
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-4.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 5. Postes occupés par les femmes dans les universités haïtiennes
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-5.png
Fichier image/png, 9,9k
Titre Figure 6. Femmes publiantes dans les universités haïtiennes
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-6.png
Fichier image/png, 21k
Titre Tableau 1. Profil de publication des femmes travaillant dans les universités haïtiennes
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-7.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 7. Laboratoires de rattachement des femmes travaillant dans les universités haïtiennes
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-8.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 8. Évolution du nombre de publications scientifiques des femmes durant la période de crise en Haïti
Crédits Source : Enquête
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-9.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 9. Impacts des crises sur le travail des femmes dans les structures de recherche
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-10.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 10. Nombre de publications des femmes selon le niveau de diplôme
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-11.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 11. Âge moyen des femmes selon leur activité de publications scientifiques
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-12.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 12. Publications des femmes en fonction de leur situation matrimoniale
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-13.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 13. Publications des femmes en fonction de leur accès à des financements
Crédits Source : Enquête.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29284/img-14.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ketty Balthazard-Accou, Guerlande Bien-Aimé, Jasmine César, Jean-Jacques Cadet, Raulin Lincifort Cadet, Francklin Benjamin et Bénédique Paul, « Les crises, les femmes et la production scientifique en Haïti : une exploration »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29284

Haut de page

Auteurs

Ketty Balthazard-Accou

Groupe d’Études sur les Sciences de la Durabilité (GESD)
Association Haïtienne Femmes, Science et Technologie (AHFST)
kettyb.accou@uniq.edu

Guerlande Bien-Aimé

Groupe d’Études sur les Sciences de la Durabilité (GESD)
Association Haïtienne Femmes, Science et Technologie (AHFST)
Institut Supérieur de Formation des Enseignants (Innoved-UniQ)

Jasmine César

Groupe d’Études sur les Sciences de la Durabilité (GESD)
Association Haïtienne Femmes, Science et Technologie (AHFST)
Équipe de Recherche sur l’Économie et la Gestion de la Connaissance (EREGeC)

Jean-Jacques Cadet

Groupe d’Études sur les Sciences de la Durabilité (GESD)
Équipe de Recherche sur les Changements Climatiques (ERC2)

Raulin Lincifort Cadet

Groupe d’Études sur les Sciences de la Durabilité (GESD)
Centre de Recherche en Gestion et Économie du Développement (CREGED)

Francklin Benjamin

Groupe d’Études sur les Sciences de la Durabilité (GESD)
Institut Supérieur de Formation des Enseignants (Innoved-UniQ)

Bénédique Paul

Groupe d’Études sur les Sciences de la Durabilité (GESD)
Centre de Recherche en Gestion et Économie du Développement (CREGED)
Centre Haïtien d’Innovations et Biotechnologies pour une Agriculture Soutenable (CHIBAS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search