Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Hors-dossierL’administration Eisenhower et la...

Hors-dossier

L’administration Eisenhower et la politique d’isolement contre Cuba

« Le Premier ministre Fidel Castro a montré qu’il était l’ennemi le plus formidable que les États-Unis aient jamais affronté dans leurs rapports avec l’Amérique latine »
Salim Lamrani

Résumés

En juillet 1960, les États-Unis imposèrent les premières sanctions économiques contre Cuba en supprimant le quota sucrier, qui était la principale source de revenus de l’île. Conscient de l’impopularité de leur politique étrangère en Amérique latine où la plupart des pays étaient favorables à la libre autodétermination des peuples, Washington tenta de persuader l’opinion publique que Cuba était devenue un poste avancé du communisme international sur le continent et qu’il fallait une réponse collective à cette menace à travers l’Organisation des États américains, une entité historiquement subordonnée à la volonté de la Maison-Blanche.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Cuba, États-Unis, Eisenhower, Castro, OEA

Palabras claves:

Cuba, Estados Unidos, Eisenhower, Castro, OEA
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 L’administration Eisenhower s’opposa immédiatement au processus de transformation socio-économique mis en œuvre par la Révolution cubaine à partir de 1959, en raison de l’impact sur les intérêts étasuniens, mais surtout de l’exemple qu’il pouvait représenter pour les autres nations latino-américaines confrontées aux mêmes réalités. Elle décida rapidement de procéder à un changement de régime dans l’île et de renverser Fidel Castro. Après avoir refusé d’honorer un contrat de vente d’armes, Washington fit pression sur les pays occidentaux afin qu’ils ne signent aucun accord d’armement avec La Havane, dans le but de contraindre le gouvernement révolutionnaire à se tourner vers Moscou et de pouvoir ainsi adopter une politique d’isolement de l’île.

2 En juillet 1960, les États-Unis imposèrent les premières sanctions économiques contre Cuba en supprimant le quota sucrier, qui était la principale source de revenus de l’île. Conscient de l’impopularité de leur politique étrangère en Amérique latine où la plupart des pays étaient favorables à la libre autodétermination des peuples, Washington tenta de persuader l’opinion publique que Cuba était devenue un poste avancé du communisme international sur le continent et qu’il fallait une réponse collective à cette menace à travers l’Organisation des États américains, une entité historiquement subordonnée à la volonté de la Maison-Blanche. Les gouvernements latino-américains et européens avaient bien compris qu’il s’agissait surtout d’un conflit bilatéral entre Washington et La Havane.

3 L’administration Eisenhower s’évertua ainsi à rallier l’Amérique latine à sa croisade contre Cuba en combinant pressions politiques et aide économique, afin de persuader ses voisins qu’il était dans leur intérêts de répondre favorablement à ses sollicitions pressantes. De la même manière, Washington tenta de convaincre le Royaume-Uni et le Canada que sa politique d’isolement vis-à-vis de l’île était la seule alternative possible pour faire face à la menace représentée par la Révolution cubaine. Le danger était que d’autres pays de l’hémisphère suivent la même voie d’émancipation que Cuba, ce qui remettrait en cause l’hégémonie des États-Unis sur le continent. La Maison-Blanche porta ainsi l’affaire devant l’Organisation des États américains dans l’espoir de faire condamner Cuba pour son rapprochement avec l’Union soviétique.

1. Convaincre l’Organisation des États américains

  • 1 Robert Donhauser, « Memorandum of Discussion at the Department of State-Joint Chiefs of Staff Meeti (...)
  • 2 Jean Knecht, « Les Etats-Unis s’apprêtent à lancer un ‘Plan Marshall’ pour l’Amérique latine », Le (...)

4 Le 8 juillet 1960, deux jours après avoir imposé les premières sanctions économiques contre Cuba en supprimant le quota sucrier qui était la principale source de revenus de l’île, le Président Eisenhower informa qu’il avait prévu d’étendre « son assistance économique à l’Amérique latine afin d’atténuer les accusations cubaines au sujet de notre action sur le sucre ». La priorité était de rallier l’Amérique latine à la cause des États-Unis, mais la mission s’annonçait particulièrement difficile1. La presse occidentale rappela qu’une « opération contre M. Fidel Castro serait en effet le plus sûr moyen de s’aliéner définitivement non seulement les sympathies du peuple cubain, mais encore celles de la plupart des États latino-américains et des pays non engagés d’Afrique et d’Asie2 ».

5 L’administration Eisenhower était consciente que l’imposition de sanctions économiques contre Cuba dans le but d’orienter la politique interne de l’île contrevenait à la légalité internationale. Cuba avait prévu de faire appel aux instances internationales pour dénoncer cet acte d’agression attentant contre sa souveraineté et qui violait les principes élémentaires régissant les relations entre les nations. Ainsi, le Département d’État fit parvenir un télégramme prioritaire à la représentation des États-Unis au sein des Nations Unies. La Havane comptait saisir le Conseil de sécurité de l’ONU pour dénoncer les sanctions économiques. Mais, en plus de la suppression du quota sucrier, Washington craignait que le gouvernement cubain ne « porte d’autres accusations contre les États-Unis », notamment celles-ci :

  1. Agression économique à travers le quota sucrier ou le refus des compagnies pétrolières de raffiner le pétrole soviétique ;

  2. Implication des États-Unis dans le sabotage du bateau de munitions français La Coubre ou la récente explosion dans un entrepôt de munitions à La Havane ;

  3. Implication des États-Unis dans d’autres violations de la souveraineté cubaine par le biais de vols au-dessus du pays ;

  4. Implication des États-Unis dans des activités subversives à travers des agents ;

  5. Propagande hostile de la part de sources américaines contre la révolution ;

  6. Efforts des États-Unis pour empêcher l’acquisition d’armes et de munitions ;

    • 3 Joseph J. Sisco & Michael H. Newlin, « Telegram From the Department of State to the Mission at the (...)

    Présence continue de la base navale de Guantanamo3.

  • 4 Ibid.
  • 5 The New York Times, « Peru’s Call to the O.A.S. », 15 juillet 1960.

6 Pour parer à l’éventualité de voir Cuba saisir le Conseil de sécurité de l’ONU, Washington proposa un argumentaire à ses représentants : « Cuba a l’obligation de recourir d’abord à l’OEA dans les controverses qui ne peuvent être résolues par négociation directe ». Ensuite, il fallait faire usage de toute l’influence nécessaire pour que le cas Cuba ne soit pas à l’agenda du Conseil de sécurité, « du moins tant que l’OEA n’aura pas étudié la situation cubaine ». En effet, Washington avait davantage de probabilité d’imposer son influence – dans sa définition la plus coercitive – auprès des pays latino-américains qu’au sein des Nations unies. Il fallait donc éviter « une présentation orale » de la part de Cuba au sein du Conseil de sécurité. L’administration Eisenhower craignait néanmoins les conséquences d’une telle stratégie : « Les difficultés résident dans les effets politiques sur l’opinion mondiale si jamais les États-Unis apparaissaient comme ayant peur d’entendre la plainte de Cuba au sein du Conseil de sécurité4 ». Cela ressemblerait, selon Washington, à un aveu de culpabilité. Le New York Times souligna que le Conseil de sécurité de l’ONU pourrait « transférer les accusations de Cuba contre les États-Unis à l’OEA. C’est ce que préfèreraient les États-Unis, comme cela a été le cas pour le Guatemala en 19545 ».

  • 6 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Department of State », 9 j (...)

7 Le 9 juillet 1960, l’ambassadeur Philip Bonsal, en poste à La Havane, fit parvenir un télégramme au Département d’État. Selon lui, l’imposition de sanctions n’avait pas impressionné le gouvernement cubain, lequel s’attendait à un tel acte de rétorsion économique. La mesure n’avait pas déstabilisé le « confiant et téméraire Castro ». « Nous avons de plus en plus l’impression qu’il ne craint pas ce qui pourrait arriver à Cuba », nota le diplomate6.

  • 7 Gerard C. Smith, « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Policy Planning (Smith) to (...)

8 Au même moment, le Département d’État remit un mémorandum au secrétaire d’État Christian Herter, mettant en doute l’impact réel des sanctions économiques : « L’histoire récente suggère que les situations politiques intenses ne sont pas modifiées par le biais de pressions économiques. Cela est particulièrement le cas lorsque le peuple dispose d’un niveau de vie relativement bas ». Les États-Unis devaient passer une étape supérieure. Mais il y avait un obstacle à cela : la communauté internationale. Washington regretta de ne pouvoir agir à sa guise contre Cuba. « Les communications rapides, la guerre froide et le forum des Nations unies laissent très peu d’espace aux grandes puissances pour exercer une pression sur les petits pays7 ».

Les déclarations de Khrouchtchev

  • 8 Ruby Hart Phillips, « Khrushchev Tells Cuba He Will Buy Sugar U.S. Barred », The New York Times, 11 (...)
  • 9 Department of State, « Editorial Note », 9 juillet 1960, Foreign Relations of the United States, 19 (...)
  • 10 Le Monde, « M. Khrouchtchev menace d’envoyer ses missiles sur les Etats-Unis en cas d’attaque contr (...)

9Le 9 juillet 1960, Nikita Khrouchtchev, chef du gouvernement de l’Union soviétique, fit parvenir un message au Président cubain Oswaldo Dorticós : « Si le gouvernement de Cuba a des difficultés à vendre le sucre, le gouvernement soviétique exprime sa disposition à acheter pour l’année 1960 en quantité additionnelle les 700 000 tonnes que les États-Unis ont refusé d’acquérir8 ». Moscou dénonça « le début des préparatifs pour une intervention contre Cuba » et fit part de sa disposition à « soutenir Cuba et son peuple courageux dans la lutte pour la liberté et l’indépendance nationale obtenues sous le leadership de leur chef national Fidel Castro », déclarant même être prêt à utiliser ses missiles en cas d’intervention militaire des États-Unis à Cuba9. « Nous aiderons nos frères cubains à lutter contre un blocus économique, et celui-ci sera un échec », ajouta-t-il. Le dirigeant soviétique rappela néanmoins que l’URSS était attachée « à la politique de coexistence pacifique10 ».

  • 11 Ibid.
  • 12 Le Monde, « M. Khrouchtchev propose à Cuba de lui acheter le sucre dont les Etats-Unis ne veulent p (...)
  • 13 Le Monde, « M. Castro souffre d’un point de pleurésie », 12 juillet 1960.
  • 14 Osgood Caruthers, « Premier Vows Aid », The New York Times, 10 juillet 1960.
  • 15 William J. Jorden, « Capital Looks To Pact », The New York Times, 10 juillet 1960.

10La presse occidentale souligna que « le gouvernement cubain n’a[vait] pas sollicité l’aide militaire de l’Union soviétique11 », ni son soutien économique12. Fidel Castro déclara à la télévision que la défense nationale dépendait exclusivement du peuple cubain : « Nous ne comptons absolument pas sur les fusées soviétiques13 ». Pour sa part, le New York Times précisa que la menace n’était valable que « si les États-Unis intervenaient militairement à Cuba14 ». Le quotidien cita de hauts fonctionnaires étasuniens qui relativisèrent la portée de l’avertissement : « Il y a une différence entre menacer d’utiliser la force contre les États-Unis pour défendre Cuba et une menace de s’emparer de l’île ou d’y imposer le communisme par la force15 ».

  • 16 Department of State, « Editorial Note », 9 juillet 1960, op. cit.. Voir également : Le Monde, « Le (...)
  • 17 Le Monde, « En réponse aux déclarations de M. Khrouchtchev, Washington réaffirme la validité de la (...)

11Néanmoins, le Président Eisenhower, qui était dans l’attente d’un prétexte pour taxer Cuba de satellite soviétique, ne laissa pas passer cette opportunité. Le jour même, alors qu’il se trouvait à Newport, il publia un communiqué : « La déclaration du Premier secrétaire soviétique reflète les efforts déployés par une nation étrangère appartenant au communisme international pour intervenir dans les affaires de l’hémisphère occidental […]. Les États-Unis, conformément à leurs obligations, ne permettront pas l’établissement d’un régime dominé par le communisme international au sein de l’hémisphère occidental16 ». Le Département d’État souligna que « les principes de la doctrine de Monroe [étaient] aussi valables aujourd’hui qu'ils l’étaient en 1823, époque où cette doctrine fut proclamée17 ».

  • 18 Le Monde, « L’agence Tass : Washington n’évoque la doctrine de Monroe que pour justifier sa politiq (...)
  • 19 The New York Times, « Moscow Denounces Eisenhower For His Pledge to Bar Red Cuba », 11 juillet 1960

12Moscou réagit immédiatement à cette déclaration : « Le Département d’État est apparemment incapable d’imaginer un genre de relations entre les grands et les petits États, autre que celui permettant au grand de s’immiscer dans les affaires intérieures du plus petit18 ». L’agence de presse soviétique TASS transmit le point de vue de l’URSS, partagé par la plupart des observateurs : « La fable selon laquelle le gouvernement révolutionnaire et populaire de Castro ‘est sous le contrôle du communisme international’ est actuellement largement utilisée aux États-Unis pour justifier le blocus économique contre Cuba et la préparation d’une intervention militaire contre elle19 ».

  • 20 Department of State, « Editorial Note », 10 juillet 1960, Foreign Relations of the United States, 1 (...)

13Dès le lendemain, le 10 juillet 1960, en guise de réponse à l’offre faite par l’Union soviétique à Cuba, Eisenhower prépara une déclaration proposant « un programme d’assistance économique à grande échelle pour l’Amérique latine ». Deux objectifs étaient recherchés : contrer l’aura de la Révolution cubaine et convaincre les gouvernements latino-américains de se joindre à la croisade des États-Unis contre Fidel Castro. Eisenhower lut cette déclaration lors d’une conférence de presse le 11 juillet 1960. Les États-Unis s’engageaient « à assister les hommes et les voisins libres en Amérique latine dans des efforts de coopération pour développer leurs nations et avoir une vie meilleure20 ».

  • 21 Jean Knecht, « Les Etats-Unis s’apprêtent à lancer un ‘Plan Marshall’ pour l’Amérique latine », Le (...)
  • 22 Felix Belair Jr., « Eisenhower and Herter Confer; Seek Hemisphere Unity on Cuba », The New York Tim (...)

14La Révolution cubaine venait de contraindre Washington à prendre en compte la question sociale, alors que celle-ci avait souvent été négligée au profit des considérations économiques. La presse occidentale insista sur ce point : « Sur le plan économique, les États-Unis se sont enfin décidés à faire un effort pour les pays d'Amérique latine21 ». Le New York Times souligna une autre raison pour ce plan d’aide : « Eviter une fissure dans la solidarité de l’hémisphère occidental au sujet de la question des sanctions contre le régime cubain de Fidel Castro22 ».

  • 23 The New York Times, « Mexico Clears Stand », 12 juillet 1960.
  • 24 Le Monde, « Le Brésil juge insuffisant les projets de M. Eisenhower pour l’Amérique latine », 14 ju (...)
  • 25 Le Monde, « ‘Il s’agit de comprendre et non de punir Cuba’, déclare le candidat libéral à la présid (...)
  • 26 The New York Times, « Brazilian Lauds Cuba », 7 avril 1960
  • 27 Le Monde, « Soixante-quatre députés brésiliens signent une déclaration approuvant la politique cuba (...)

15Mais cette annonce fut reçue avec circonspection en Amérique latine. Le Mexique, par la voix du Ministère des Affaires étrangères, exprima « sa sympathie » pour Cuba23. Le Brésil du Président Juscelino Kubitschek considéra les propositions de Washington insatisfaisantes dans la mesure où elles n’étaient que la conséquence de l’offre faite par l’Union soviétique à Cuba et non le reflet d’un véritable projet de développement pour le continent : « Rien ne sera résolu tant que la coopération interaméricaine se limitera à des palliatifs ou à des mesures d’urgence incapables de contenir les manifestations de guerre froide qui commencent déjà à se déchaîner sur le continent24 ». Pour sa part, Jânio Quadros, candidat à la présidence du Brésil à laquelle il serait élu six mois plus tard pour un mandat éphémère, mit en garde Washington et souligna ses contradictions : « Mettre Cuba au ban du continent serait en effet l’obliger à chercher un appui en dehors de notre hémisphère ». Au contraire, il s’agissait de « comprendre Cuba et non de punir ». Il invita les États-Unis, dont il salua « l’immense contribution à la cause de la liberté », à revoir sa politique étrangère25. En référence à Cuba, il salua également « l’effort d’un peuple héroïque pour construire un pays plus juste, plus humain, plus généreux et, sans aucun doute, plus chrétien26 ». Par ailleurs, la presse occidentale rapporta que soixante-quatre députés brésiliens « de tous partis » avaient signé « une déclaration appuyant la politique cubaine », exprimant leur opposition à « tout ce qui pourrait signifier une atteinte à l’autonomie de Cuba » et soulignant que « les mesures prises par Cuba à l’égard des entreprises et des capitaux américains et internationaux [étaient] des actes de souveraineté27 ».

16La presse étasunienne se fit écho du sentiment général latino-américain :

La coïncidence du rapprochement de Cuba avec l’Union soviétique et l’offre du Président Eisenhower d’un nouveau programme d’aide pour l’Amérique latine a été qualifiée de « tragique » par certains diplomates latino-américains.

Un haut fonctionnaire qui a longtemps milité en faveur d’un programme d’aide plus vaste pour l’hémisphère sud a déclaré que les Latino-américains ne pouvaient pas s’empêcher d’avoir l’impression qu’ils devaient davantage remercier le Premier ministre Fidel Castro que le Général Eisenhower pour ce virage dans la politique des États-Unis.

  • 28 Dana Adams Schmidt, « Some Latins Feel Cuban Crisis Forced U.S. Hemisphere Plan », The New York Tim (...)

L’impression que l’annonce du Président a été motivée par des considérations politiques immédiates a été renforcée par le manque de volonté des fonctionnaires de l’Administration de coopération internationale [ACI] à faire un commentaire à ce sujet, déclarant qu’elle ne savait rien du plan du Président. L’ACI serait [pourtant] en charge d’administrer un tel programme28.

  • 29 C. P. Trussell, « Mansfield Urges Delay in Latin Aid », The New York Times, 9 août 1960.
  • 30 The New York Times, « State Department Transcript of Secretary’s Herter News Conference in Capital  (...)

17Pour sa part, le sénateur Mike Mansfield du Montana exprima sa « stupéfaction » pour le « timing déplorable » de l’annonce du Président Eisenhower. « Cela a donné l’impression que les États-Unis avaient lié leurs problèmes avec Cuba à un nouveau programme d’aide pour l’Amérique latine », précisa-t-il à la presse29. Selon lui, l’aide proposée n’était rien de moins qu’une « tentative de monnayer une faveur en Amérique latine à un moment où nous avons besoin d’une faveur30 ».

  • 31 Christian A. Herter, « Circular Telegram From the Department of State to Certain Diplomatic Mission (...)

18Le 11 juillet 1960, le secrétaire d’État Herter demanda à toutes les ambassades en Amérique latine d’utiliser la déclaration de soutien faite par l’Union soviétique afin de convaincre les leaders du continent, « y compris, les responsables militaires » que « les leaders du communisme international et Castro [s’étaient] désormais publiquement et clairement engagés à utiliser la Révolution cubaine comme un moyen d’affaiblir la position des États-Unis dans l’hémisphère occidental et de détruire le système interaméricain ». L’objectif était d’obtenir une réunion des ministres des Affaires étrangères du continent sous l’égide de l’OEA afin d’évoquer la question cubaine. Washington était conscient de la difficulté de la tâche et réalisait que « de nombreux gouvernements latino-américains » étaient réticents à toute action contre Cuba31.

  • 32 Philip W. Bonsal, « Letter From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Assistant Secretary of State (...)

19Dans une missive rédigée deux jours plus tard, l’ambassadeur Bonsal démentit le propos du secrétaire d’État Herter, soulignant qu’ils n’étaient pas fidèles à la vérité. Il était factuellement faux d’affirmer que Moscou et La Havane s’étaient coalisés contre le système interaméricain. Au contraire, « Castro avait été complètement pris au dépourvu par la déclaration de Khrouchtchev du 9 juillet à propos de ce que ferait la Russie si nous envahissions Cuba », souligna le diplomate. « Les informations dont je dispose indiquent qu’il était absolument furieux » suite aux propos prononcés par le leader soviétique, ajouta-t-il. Pour Bonsal, Cuba ne représentait pas une menace militaire pour les États-Unis, y compris si elle se procurait « des missiles et des avions de chasse Mig » : « Même si elle obtenait cet armement, je doute personnellement que Cuba puisse représenter une menace pour les États-Unis, mais cela montrerait certainement la capacité de Castro à s’armer en dépit des politiques et de la volonté des États-Unis et de nos amis32 ».

  • 33 Edward L. Freers, « Telegram From the Embassy in the Soviet Union to the Department of State », 13 (...)

20De la même manière, l’ambassadeur Edward L. Freers, en poste à Moscou, relativisa la portée de la déclaration de l’Union soviétique : « La menace d’aider la révolution cubaine dans un hypothétique conflit avec les États-Unis semble être dans la tradition des affirmations du pouvoir soviétique selon lesquelles il aurait sauvé l’Egypte durant la crise de Suez et empêché l’intervention des États-Unis en Irak ». Selon lui, l’objectif recherché par Khrouchtchev était de surfer sur « la campagne psychologique revendiquant le crédit d’avoir stoppé le conflit de Suez grâce aux menaces de lancer des missiles contre Londres et Paris33 ».

21Pour Washington, la difficulté était de convaincre les nations alliées, aussi bien celles de l’hémisphère que du reste du monde, du bien-fondé de la politique de sanctions à l’égard de Cuba.

2. Convaincre les alliés occidentaux

Les réserves du Royaume-Uni

  • 34 Dwight D. Eisenhower, « Letter From President Eisenhower to Prime Minister Macmillan », 11 juillet (...)

22Dès le 11 juillet 1960, les États-Unis s’attachèrent à convaincre leurs alliés occidentaux de la légitimité des sanctions économiques contre Cuba. Le Président Eisenhower écrivit une longue lettre au Premier ministre britannique Harold Macmillan afin de le persuader du danger représenté par Cuba. « Nous nous sommes retrouvés forcés, par la voie que Castro a choisie de suivre, de nous engager et d’engager notre prestige de façon plus directe et publique que jusqu’à présent pour résoudre ce défi à notre sécurité et à nos intérêts vitaux ». Selon la Maison-Blanche, Cuba n’était pas seulement un danger pour les États-Unis, mais également pour le reste du monde : « Le problème cubain affecte profondément non seulement la sécurité des États-Unis mais également la sécurité du monde libre dans sa totalité ». Washington avait été contraint de modérer son opposition au départ « à cause de la grande popularité dont bénéficiait Castro à travers cet hémisphère et à travers le monde, ce qui n’a laissé aucune alternative ». Mais le gouvernement de La Havane avait « échoué à gérer les affaires de son pays de manière responsable ». Par « responsable », le Président Eisenhower entendait que les réformes « nécessaires à Cuba » n’affectent pas les intérêts économiques des États-Unis. Or, la réforme agraire avait conduit « à l’expropriation d’importantes propriétés américaines sans provision acceptable pour une compensation ». C’était la raison pour laquelle Eisenhower était arrivé à la conclusion « au bout d’à peine six mois » qu’il « n’y avait pas de probabilité raisonnable que Castro et ses lieutenants coopèrent pour trouver un modus vivendi raisonnable » avec les États-Unis. Le Président étasunien déplora dans son courrier que « Castro continue à jouir d’un degré non mérité de popularité34 ».

  • 35 Ibid.

23Malgré l’imposition de sanctions économiques contre Cuba, le Président Eisenhower tenta de persuader son homologue britannique que les États-Unis ne s’immisçaient pas dans les affaires internes des pays tiers. L’affirmation était osée et peu crédible : « Nous sommes profondément engagés, tout particulièrement au sein de cet hémisphère, au respect de la politique de non-intervention ». Même si les faits entraient en contradiction avec cette assertion, il insista sur ce point : « Nous respectons les droits des nations les plus faibles et nous ne cherchons pas à leur imposer notre volonté35 ».

  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.

24Le Président Eisenhower évoqua un nouvel argument pour tenter de convaincre Macmillan : « L’élément critique est le degré avec lequel Cuba a été remise entre les mains de l’Union soviétique comme instrument destiné à affaiblir notre position en Amérique latine et dans le monde ». Cette affirmation n’était néanmoins pas corroborée les rapports publiés par les services de renseignements des États-Unis au sujet de la situation cubaine qui affirmaient exactement l’inverse. Tous avaient souligné le fait que Cuba conduisait sa politique de manière indépendante et qu’elle n’accepterait aucune interférence de la part d’une puissance étrangère dans les affaires internes de la nation36. Les éléments évoqués par Eisenhower pour persuader son allié que Fidel Castro était subordonné à Moscou ne furent pas de nature à ébranler les certitudes de Macmillan : « Castro a pleinement inclus des communistes dans son régime, mène une révolution précipitée contre l’ordre social existant, et est beaucoup plus internationaliste dans ses prétentions d’étendre sa révolution aux pays voisins37 ».

  • 38 Ibid.

25Pour toutes ces raisons, aux yeux de Washington, le monde occidental devait renverser le gouvernement de La Havane. L’objectif fut néanmoins énoncé en des termes plus édulcorés : « Nous devons compter sur la création de conditions grâce auxquelles les Cubains démocrates et orientés vers l’Occident puissent s’affirmer et reprendre le contrôle des politiques et des destinées de l’île ». Si les Cubains refusaient de se débarrasser eux-mêmes de Fidel Castro, les États-Unis seraient contraints d’intervenir : « Il serait bien entendu préférable qu’ils s’en chargent plutôt que de nous forcer avec les autres républiques américaines à prendre des mesures plus drastiques ». Au regard du soutien populaire dont bénéficiait le gouvernement révolutionnaire, cela semblait inévitable : « J’anticipe qu’au vu du développement de la situation, nous serons dans l’obligation de prendre d’autres mesures économiques qui auront comme effet de montrer au peuple cubain le prix à payer pour cette orientation communiste38 ». Alors qu’il venait d’affirmer qu’il respectait « les droits des nations les plus faibles » et qu’il ne souhaitait pas imposer sa « volonté », Eisenhower prévoyait de sanctionner les habitants de l’île pour avoir choisi de mener à bien un processus de transformation socio-économique et de reprendre le contrôle des ressources stratégiques du pays en accord avec leurs prérogatives souveraines.

  • 39 Ibid.

26L’appui de l’Amérique latine semblait peu probable à court terme. « Cela a été et reste le problème le plus difficile », admit le chef de la Maison-Blanche. Les nations du continent « ressentent peu d’enthousiasme à se joindre à nous contre un pays frère latino-américain », regretta-t-il. Il fit part de sa demande de soutien à Londres au cas où Cuba déposerait une plainte contre les États-Unis pour agression auprès du Conseil de sécurité des Nations unies : « Nous comptons beaucoup sur votre coopération. Vous vous souviendrez que lorsque le Guatemala a déposé plainte en 1954, […] des divergences sont apparues entre nos deux gouvernements ». Cela ne devait pas se reproduire dans le cas de Cuba39.

  • 40 Ibid.

27Sachant que le Premier ministre britannique s’apprêtait à réaliser une tournée diplomatique en Amérique latine, Eisenhower insista sur une recommandation : « Il n’y aurait rien de plus utile que votre présence et votre intérêt évident pour l’Amérique latine pour convaincre les leaders là-bas que ce qui se joue à Cuba est un défi à l’unité et à la sécurité du monde libre, et non pas une simple querelle sur des propriétés et des questions économiques entre nous et Cuba40 ».

  • 41 Harold Macmillan, « Letter From Prime Minister Macmillan to President Eisenhower », 25 juillet 1960 (...)

28Dans sa réponse, Macmillan partagea le point de vue d’Eisenhower au sujet du gouvernement de La Havane : « Castro et son gouvernement sont désormais pleinement résolus à suivre la voie qu’ils ont choisie et le seul espoir d’une amélioration de cette position doit reposer sur le remplacement de son régime ». Mais il lança une mise en garde : « Il est difficile de voir comment cela peut être réalisé ». Il était compliqué de rallier l’Amérique latine en raison du poids du passé : « Des suspicions au sujet de vos intentions persistent en raison de la grande taille et de la proximité de votre immense pays, et de certains aspects de la politique étrangère des États-Unis durant le siècle passé ». Le Premier ministre britannique faisait référence à l’interventionnisme récurrent de Washington dans le sous-continent et eut la délicatesse de circonscrire au XIXe siècle une réalité qui avait marqué le XXe siècle, notamment avec le renversement quelques années auparavant du gouvernement démocratiquement élu de Jacobo Arbenz au Guatemala en 1954. « Tout ce que j’entends au sujet de l’état d’esprit des autres pays d’Amérique latine confirme l’importance d’éviter toute action qui pourrait donner l’impression que les États-Unis sont en train d’intervenir activement à Cuba, et susciter ainsi toute sorte de soupçons latents », insista-t-il41.

29Londres ne croyait guère à la politique de sanctions : « Je dois vous avouer que j’ai quelques doutes quant au succès de votre nouvelle politique ». Il en expliqua les raisons :

  • 42 Ibid.

La masse des Cubains est pauvre et elle est habituée aux pénuries. Après avoir goûté à la saveur de la révolution, il est probable selon moi qu’ils réagiront à une détérioration de leurs conditions de vie uniquement s’ils sont convaincus que cela n’est pas dû à l’œuvre des contre-révolutionnaires ou du gouvernement des États-Unis, contre lequel ils ont été encouragés à éprouver de la rancœur. Si la conséquence des mesures que vous avez prises ou que vous comptez prendre dans les mois prochains est la création de conditions de pénurie économique, il y a un danger à ce que de nombreux Cubains, qui pourraient graduellement s’orienter vers l’opposition à Castro, soient plutôt enclins à le considérer – et à se considérer eux-mêmes – comme étant des martyrs42.

  • 43 Le Monde, « Le Premier britannique et le président Frondizi évoquent le problème cubain », 7 juille (...)

30 Macmillan synthétisait dans son courrier plusieurs réalités. Tout d’abord, le gouvernement de La Havane disposait du large soutien de la population. Les Cubains, tout particulièrement les catégories les plus humbles qui étaient majoritaires dans le pays, s’étaient profondément identifiés à la Révolution car celle-ci avait pris en compte leurs aspirations à une existence plus digne et avait amélioré leurs conditions de vie matérielles. Les sanctions économiques prises par les États-Unis dans le but de créer une pénurie telle qu’elle engendrerait un soulèvement contre Fidel Castro n’auraient pas les effets escomptés. Au contraire, elles renforceraient la cohésion nationale autour du gouvernement révolutionnaire et attiseraient le ressentiment à l’égard de l’administration Eisenhower. Par ailleurs, l’Amérique latine, habituée aux ingérences de Washington dans ses affaires internes, exprimait une certaine méfiance à l’égard des États-Unis. Macmillan avait accueilli quelques jours plus tôt le Président argentin Arturo Frondizi à Londres et ils avaient évoqué la question cubaine. Il se souvint de la réponse du dirigeant latino-américain : « Son gouvernement considérait que les affaires intérieures de Cuba ne concernaient que les Cubains eux-mêmes43 ».

  • 44 Dwight D. Eisenhower, « Letter From President Eisenhower to Prime Minister Macmillan », 8 août 1960 (...)

31 Dans sa réponse à la missive de Macmillan, Eisenhower insista une nouvelle fois sur l’importance de renverser le gouvernement cubain : « Le seul espoir d’amélioration de la situation réside dans son remplacement ». Mais le pouvoir des autorités était solidement ancré en raison du soutien populaire et il était peu vraisemblable qu’il soit renversé par une révolte interne : « Le régime augmentera sa domination et il sera peu probable que l’opposition interne dispose de la force et de la résolution suffisantes pour renverser Castro ». Le Président fit part de sa crainte de voir la vague révolutionnaire s’étendre sur tout le continent latino-américain en raison de l’aspiration des peuples du Sud, qui observaient avec attention la réalité cubaine, au progrès social : « Si Castro arrive à survivre encore un an ou plus, ces nations risquent d’être prises par la révolution dans des conditions similaires à celles de Cuba ». Tel était le véritable danger représenté par la Révolution cubaine, bien plus qu’une alliance avec l’Union soviétique. Eisenhower répondit aux réserves émises par Macmillan : « Nous comptons prendre de nouvelles mesures économiques destinées à faire pression sur l’économie cubaine ». Il reconnut néanmoins le caractère contre-productif des sanctions : « Il est sûr que certains Cubains se joindront à Castro en conséquence ». Mais, selon lui, la destruction de l’économie cubaine entraînerait le renversement du gouvernement. Pour atteindre cet objectif, toutes les mesures possibles devaient être prises, en particulier décourager l’envoi « de pièces détachées44 », afin de paralyser le pays.

  • 45 Ibid.

32Le Président des États-Unis était conscient que les masses populaires se reconnaissaient dans les valeurs promues par l’idéologie communiste et la volonté de procéder à une répartition plus équitable des richesses nationales. Il suggéra à Macmillan de présenter le conflit de façon différente : « Nous devons insister sur le fait que la bataille mondiale n’est pas entre le communisme et le capitalisme, mais entre la dictature et la liberté ». En outre, pour réduire l’attractivité de la Révolution cubaine, il fallait augmenter l’aide économique à destination du continent : « Nous devons augmenter de manière substantielle nos efforts à destination de ceux qui sont du bon côté en fournissant une assistance économique, financière et technique aux pays d’Amérique latine ». Eisenhower consentit cependant à admettre que « la structure économique et sociale cubaine avait besoin de changements majeurs, d’une révolution », reconnaissant ainsi que les transformations entreprises par le gouvernement étaient inévitables45.

L’opposition du Canada aux sanctions

  • 46 Robert H. Johnson, « Memorandum of Discussion at the 451th Meeting of the National Security Council (...)

33 Le 15 juillet 1960, le Conseil de sécurité nationale tint une réunion et il fut question de Cuba, et notamment des déclarations de Moscou. Allen Dulles, directeur de la CIA, nota que La Havane avait réaffirmé sa totale souveraineté : « S’il [Castro] a déclaré que l’aide soviétique était la bienvenue, il a souligné que Cuba ne dépendait pas des missiles soviétiques pour la préservation de son indépendance ». Dulles mentionna les déclarations publiques sans ambiguïté de Che Guevara à ce sujet : « Il a déclaré que toute tentative de la part de l’Union soviétique de faire de Cuba un satellite ferait face à la résistance de tout le peuple jusqu’au dernier homme ». Mais l’important était ailleurs selon le secrétaire d’État Herter, qui se félicita des déclarations de Moscou : « L’intervention de Khrouchtchev a beaucoup aidé les États-Unis dans nos relations avec les Latino-américains ». Il serait désormais plus aisé de persuader les différents gouvernements que Cuba opérait un rapprochement dangereux avec l’URSS46.

  • 47 Ibid.
  • 48 Dana Adams Schmidt, « President Warns of ‘Action’ If Cuba Is Seized By Reds », The New York Times, (...)
  • 49 The New York Times, « Transcript of Eisenhower’s News Conference on Foreign and Domestic Matters », (...)

34 Gordon Gray, assistant spécial du Président pour les affaires de sécurité nationale, informa que les tentatives de rallier le Canada à la politique d’isolement de Cuba n’avaient pas non plus été couronnées de succès. La réponse d’Ottawa avait été sans ambages : « Ce n’est pas la politique du gouvernement du Canada de soutenir les sanctions économiques ». Gray regretta que son voisin du Nord ne s’allie pas à la position de Washington : « Les Canadiens ont refusé d’accepter tout point de vue au sujet des développements à Cuba, considérant qu’il s’agissait simplement d’une révolution interne ». Lorsqu’Ottawa rappela que Cuba était une nation souveraine et libre de ses choix, l’administration Eisenhower eut du mal à accepter cette réalité : « Les Canadiens refusaient complètement d’accepter l’idée que le communisme international essayait de subvertir les autres pays. Selon eux, les peuples doivent choisir eux-mêmes et s’ils choisissaient le communisme, c’était leur affaire ». Ce fut « une conversation très troublante » pour Gray, incapable d’admettre que les peuples latino-américains étaient libres de disposer d’eux-mêmes47. Pourtant, le Président Eisenhower avait tenu les mêmes propos que les Canadiens lors d’une conférence de presse : « Si le peuple de tel pays choisit librement le communisme, je ne vois pas comment les États-Unis pourraient légitimement objecter à cela ou intervenir ». Officiellement, les pays pouvaient jouir de leur droit inaliénable à l’autodétermination48. Mais la réalité était différente car, pour Eisenhower, il était impossible de choisir librement le communisme : « Je ne crois pas néanmoins que cela arrivera49 ».

  • 50 Richard B. Wigglesworth, « Telegram From the Embassy in Canada to the Department of State », 24 jui (...)
  • 51 Roy R. Rubottom Jr., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (...)
  • 52 Eisenhower Library, « Memorandum of a Telephone Conversation Between Secretary of State Herter in W (...)

35Au contraire, le Canada proposa de servir de médiateur entre Cuba et les États-Unis avec l’aide du Mexique et du Brésil pour trouver une solution pacifique au différend50. La réponse de Washington fut négative : « Le Président n’accepte pas la proposition de bons services pour améliorer les relations entre les États-Unis et Cuba ». Il y avait une raison à cela : « Les Canadiens sont incapables de voir le problème cubain sous son véritable jour menaçant51 ». Par ailleurs, il fallait impérativement « établir qu’il ne s’agissait pas d’une simple querelle entre les États-Unis et Cuba » mais d’« un sujet de préoccupation pour tous les pays latino-américains ». Le secrétaire d’État Herter insista sur ce point. Une telle médiation « limiterait le problème à un simple différend entre les États-Unis et Cuba et nous souhaitons éviter cela52 ». A l’évidence, Ottawa, tout comme le reste de l’Amérique latine, voyait les choses avec une perspective différente.

La réunion du Conseil de sécurité de l’ONU

  • 53 Robert H. Johnson, « Memorandum of Discussion at the 451th Meeting of the National Security Council (...)
  • 54 Le Monde, « La plainte cubaine au conseil de sécurité », 13 juillet 1960.
  • 55 Le Monde, « M. Franck Church : ‘faire revivre les principes américains’ », 13 juillet 1960.

36 La Havane avait déposé plainte auprès du Conseil de sécurité des Nations unies contre les États-Unis « pour interférence dans les affaires internes de Cuba » et « agression économique ». Mais Washington maintint sa ligne de défense : la question devait d’abord être soumise à l’OEA53. Henry Cabot Lodge, ambassadeur auprès des Nations unies, nia en bloc : « Les États-Unis n’ont commis aucune agression et ont fait preuve d’une grande patience et d’une grande pondération54 ». Le sénateur Franck Church se montra plus critique vis-à-vis de la politique étrangère de son pays : « Nous avons négligemment fourni des armes à d’autres petits tyrans tels que Batista à Cuba, qui les a tournées contre son peuple, et nous nous étonnons maintenant de la violence des réunions anti-américaines à La Havane55 ».

  • 56 Le Monde, « Le conseil de sécurité examinera lundi la plainte de Cuba contre les Etats-Unis », 14 j (...)
  • 57 Thomas J. Hamilton, « Cuba’s U.N. Case May Go to O.A.S. », The New York Times, 16 juillet 1960.
  • 58 Jean Knecht, « Les Etats-Unis demanderont au Conseil de sécurité de se dessaisir de la plainte cuba (...)

37A la veille de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, le gouvernement mexicain publia un communiqué rappelant les liens qui l’attachaient à l’île : « Il existe au Mexique une profonde affection pour Cuba et nous comprenons et partageons ses aspirations d’amélioration économique et de justice sociale56 ». Cependant, les États-Unis réussirent à convaincre l’Argentine et l’Equateur de soumettre une résolution en leur nom, demandant à ce que l’ONU ne prenne aucune décision tant que l’OEA n’aurait pas statué sur la situation57. L’Equateur étant président en exercice du Conseil de sécurité, celle-ci fut adoptée à la majorité le 19 juillet 1960, grâce notamment au soutien des pays occidentaux58.

  • 59 The New York Times, « Excerpts From Cuban, U.S. and Ecuadoran Statements in Security Council Debate (...)
  • 60 Le Monde, « M. Raul Roa; nous sommes prêts à négocier avec les Etats-Unis sur un pied d’égalité », (...)

38 Raúl Roa, Ministre cubain des Affaires étrangères, rejeta la décision prise par le Conseil de sécurité, la qualifiant d’anti-juridique et accusa les États-Unis « d’agir envers Cuba comme envers le Guatemala en 195459 ». La suppression du quota sucrier était « un acte arbitraire d’agression économique ». Washington collait l’étiquette de « communiste » à Cuba pour justifier sa politique « d’agression, de calomnies et de représailles », car il était opposé à « l’autodétermination de Cuba ». Roa rappela la devise de son pays en termes de politique étrangère : « Ami de tous et esclave de personne ». Cuba défendrait seule sa souveraineté : « Nous n’avons pas compté sur les fusées soviétiques, mais sur la raison et l’héroïsme de notre peuple ». Le gouvernement révolutionnaire était néanmoins disposé à régler son différend avec les États-Unis « par des négociations diplomatiques et sur un pied d’égalité60 ».

  • 61 Jean Knecht, « La plainte de Cuba contre les Etats-Unis seraient soumises aux ministres de l’OEA. L (...)
  • 62 Le Monde, « ‘L’U.R.S.S. donnera à Cuba le soutien nécessaire’, affirme une déclaration de l’agence (...)
  • 63 Jean Knecht, « Moscou n’a pas mis son veto au renvoi de la plainte cubaine devant l’O.E.A. », Le Mo (...)

39Pour sa part, l’ambassadeur Lodge réaffirma « la volonté des États-Unis de ne pas renier la doctrine de Monroe et de ne pas permettre l’établissement dans l’hémisphère occidental d’un régime dominé par le communisme international61 ». Moscou souligna qu’il apporterait son concours à l’île : « Que personne au sein du gouvernement américain ne nourrisse l’illusion qu’en invoquant le fantôme de la défunte doctrine de Monroe, on pourrait recommencer l’épisode du Guatemala contre Cuba. L’Union soviétique, confiante en sa force, donnera à Cuba le soutien nécessaire ». Le gouvernement soviétique récusa également les accusations de Washington : « Il est bien connu que la révolution populaire de Cuba n’est pas une révolution socialiste et que les chefs du mouvement patriotique du peuple cubain, les chefs de la République cubaine, ne sont pas des communistes62 ». Néanmoins, l’Union soviétique ne fit pas usage de son droit de veto et opta pour l’abstention lors du vote63.

  • 64 Thomas J. Hamilton, « Security Council Sends Cuba Issue to America Unit », The New York Times, 20 j (...)
  • 65 Le Monde, « M. Fidel Castro : l’aide soviétique n’est pas dangereuse », 20 juillet 1960. Voir égale (...)

40 Suite au renvoi de la plainte devant l’OEA64, le gouvernement révolutionnaire annonça qu’il accepterait n’importe quelle instance pour y réaffirmer ses prérogatives souveraines. « Nous défendrons notre bon droit en tous lieux », déclara Fidel Castro, tout en soulignant que Cuba serait désavantagée à l’OEA, « où les États-Unis peuvent user et ont toujours usé de leur influence ». Selon La Havane, si les États-Unis cherchaient à porter leur différend avec Cuba devant l’OEA, c’était en raison de leur capacité d’influence au sein de l’institution où il était plus facile de « suborner et d’acheter » les pays membres. Le Premier ministre récusa toute critique portant sur l’éventuel danger représenté par Moscou en Amérique latine : « Nous n’avons jamais entendu parler d’une agression soviétique en Amérique latine, mais bien plutôt d’agressions nord-américaines au Nicaragua, à Haïti, au Guatemala et ailleurs65 ».

  • 66 Le Monde, « La présence de M. Raul Castro à Moscou est entourée d’une grande discrétion », 21 juill (...)
  • 67 Le Monde, « L’état de santé de Fidel Castro suscite des rumeurs contradictoires », 31 juillet 1960.
  • 68 Le Monde, « L’U.R.S.S. fournira à Cuba toute l’aide nécessaire, déclare M. Khrouchtchev à M. Raul C (...)
  • 69 Le Monde, « M. Khrouchtchev n’ira pas à Cuba avant la visite de M. Castro en U.R.S.S. », 30 juillet (...)

41La Havane poursuivrait donc ses relations avec l’Union soviétique et les autres pays socialistes. Le gouvernement cubain avait d’ailleurs dépêché Raúl Castro, Ministre des Forces armées, à Moscou pour une visite officielle66. Ce dernier revendiqua le caractère indépendant de la politique étrangère cubaine : « Il est absolument faux de dire que Cuba s’oriente vers l’U.R.S.S. La seule vérité est que Cuba ne s’oriente pas vers les États-Unis67 ». Pour sa part, le gouvernement soviétique réitéra au ministre cubain sa disposition à venir en aide à Cuba : « Le gouvernement de l’U.R.S.S. est prêt à fournir à Cuba du pétrole et d’autres marchandises en quantité correspondant pleinement à ses besoins. […] [Moscou] est en mesure d’assurer le ravitaillement de Cuba pour toutes les denrées indispensables qui lui sont actuellement refusées par les États-Unis et par certains pays capitalistes68 ». Par ailleurs, Fidel Castro reçut une invitation de la part de Khrouchtchev et un voyage de ce dernier à Cuba était également envisagé par les autorités de La Havane69.

  • 70 Robert H. Johnson, « Memorandum of Discussion at the 452th Meeting of the National Security Council (...)
  • 71 Le Monde, « L’état de santé de Fidel Castro suscite des rumeurs contradictoires », 31 juillet 1960, (...)
  • 72 The New York Times, « The Cuban Debate », 20 juillet 1960.

42Cuba entendait commercer avec le monde entier. Le 21 juillet 1960, Dulles informa le Conseil de sécurité nationale que la Chine, qui avait déjà acquis 130 000 tonnes de sucre cubain, comptait en acheter 500 000 autres. La communauté chinoise présente à Cuba s’élevait à près de 30 000 personnes70. Raúl Castro souligna en effet que toute la production sucrière cubaine avait été vendue, et ce « pour la première fois de notre histoire ». Il précisa que les 5,5 millions de tonnes produites en 1960 avaient été écoulées tout comme le stock de 1,3 millions de tonnes de 1959, grâce aux achats de l’Union soviétique et de la Chine. Sous Batista, Pékin avait déjà fait l’acquisition de 50 000 tonnes de sucre. Malgré les sanctions imposées par les États-Unis, Cuba parvenait donc à trouver d’autres alternatives71. La politique de sanctions et d’isolement contre Cuba promue par les États-Unis avait du mal à prospérer. Le New York Times lança une mise en garde : « Plus cette lutte durera, plus ce sera pire pour chaque pays concerné, pour Cuba, pour les États-Unis et pour chaque nation latino-américaine car la révolution cubaine a un grand effet partout dans l’hémisphère ». Le quotidien ajouta : « Dans la guerre, il y a la reddition inconditionnelle d’un côté, et une ligne de retrait que l’on peut laisser ouverte. Avec un adversaire aussi formidable que le Premier ministre Castro, on peut s’attendre à un combat jusqu’aux ultimes conséquences si l’on demande une reddition inconditionnelle72 ».

43Mais Washington souhaitait absolument éviter que l’exemple de Cuba ne soit suivi par d’autres pays du continent. À n’importe quel prix.

3. Ne pas encourager « de comportements similaires dans d’autres pays »

  • 73 Le Monde, « Une foule immense se rassemble à Bayamo pour entendre M. Fidel Castro », 27 juillet 196 (...)
  • 74 The New York Times, « Cuba’s 26 of July », 27 juillet 1960.

44 Le 26 juillet 1960, « plus d’un million de personnes », selon la presse occidentale, se réunirent à Bayamo pour écouter le Premier ministre cubain73. A cette occasion, le New York Times dressa un bilan social : « Il y a eu un ordre public remarquable et un degré d’honnêteté publique encore plus remarquable. De nombreuses constructions ont eu lieu : routes, écoles, hôpitaux, logements ouvriers et paysans et autres. La santé publique a été une priorité pour la première fois […]. Mais le plus important est qu’une révolution, en tant que révolution, a bien eu lieu74 ». A l’occasion de la fête nationale, Fidel Castro réaffirma la volonté de Cuba de choisir son propre destin : « Notre peuple aspire à vivre d’une manière différente à ce qu’il a vécu jusqu’à aujourd’hui ». Il dénonça une nouvelle fois la politique d’agression menée par les États-Unis :

  • 75 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

Avant, quand le paysan et l’ouvrier mouraient de faim, [les États-Unis] n’avaient pas supprimé le quota pour Cuba. […] Aujourd’hui, alors que ces sacs de sucre que nous produisons sont destinés à améliorer les conditions de vie du peuple, alors que les terres sont au peuple, alors que nous sommes en train de construire des maisons et des écoles pour le peuple et pour les enfants des campagnes, et des hôpitaux pour le peuple, alors que nous nous sommes promis d’éradiquer la misère, le chômage, la pauvreté, les maladies et l’analphabétisme […], on nous agresse et on supprime notre quota75.

45 Pour le Premier ministre, Washington souhaitait faire un exemple de Cuba afin de dissuader les autres pays du continent de suivre une voie similaire :

  • 76 Ibid.

En perpétrant cette agression […], [les États-Unis] ont lancé un message clair à nos frères d’Amérique latine, en leur disant de ne pas essayer d’être libres, de ne pas essayer de construire des écoles ou des hôpitaux, de ne pas tenter de récupérer les ressources de leur patrie, de ne pas tenter de récupérer les mines, le pétrole, les industries, les terres, l’économie et la pleine souveraineté76.

  • 77 Ibid.

46 Fidel Castro pointa également du doigt les campagnes menées par Washington en Amérique latine afin de rallier les gouvernements à sa cause, en échange d’un soutien économique : « Ils ont dit aux gouvernements d’Amérique latine : ‘Nous sommes disposés à t’acheter pour que tu t’unisses à nous contre la Révolution cubaine’. […] Ils sont disposés à soudoyer et à acheter des gouvernements, et ils l’ont affirmé sans pudeur, […] pour combattre et détruire la révolution cubaine77 ».

  • 78 Thomas S. Gates, « Letter From the Secretary of Defense (Gates) to the Secretary of State », 26 jui (...)

47Ce même jour, Thomas S. Gates, secrétaire à la Défense, confirma les propos du Premier ministre cubain dans une lettre au secrétaire d’État Herter. Dans cette missive, il milita en faveur de l’adoption de sanctions économiques plus sévères contre Cuba. « Il serait très dommageable pour les États-Unis de découvrir que nous avons appliqué des sanctions sur le sucre et sur le pétrole juste pour voir le gouvernement de Castro – possiblement avec l’aide soviétique – survivre et renforcer graduellement son influence sur le peuple et sur l’économie de Cuba et, peut-être comme conséquence, renforcer son influence sur les autres pays latino-américains ». L’exemple de Cuba était une véritable menace pour l’hégémonie des États-Unis sur le continent : « Si nous ne poursuivons pas nos efforts vis-à-vis de Cuba, nous encouragerions des comportements similaires dans d’autres pays [et] cela affecterait notre position internationale ». En effet, la Révolution cubaine avait eu un grand retentissement dans les pays du Tiers-monde qui voyaient dans l’île de la Caraïbe la matérialisation de leur aspiration à l’autodétermination et au contrôle de leur propre destinée78.

  • 79 Ibid.
  • 80 Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en tant de guerre, « Article 23 (...)

48 Un tel danger justifiait toutes les mesures, y compris les plus drastiques qui affecteraient la sécurité alimentaire de la population. Gates proposa de geler tous les comptes en banque cubains aux États-Unis, de décourager tout type de tourisme et d’imposer un embargo total sur les biens exportés à Cuba à partir du territoire étasunien. « Cette mesure bouleversera immédiatement l’économie cubaine ». Le secrétaire à la Défense insista sur l’importance d’imposer un embargo y compris sur les biens de première nécessité : « Cette mesure créera une pénurie temporaire pour ces biens qui sont essentiels à la vie de tous les jours dans l’économie civile ». Par ailleurs, outre l’embargo sur les pièces détachées imposé au secteur pétrolier, il fallait cibler tous les autres secteurs de l’économie nationale : « Cette mesure paralysera de manière temporaire les services et la production qui sont essentiels au bon fonctionnement de l’économie civile ». Les matières premières alimentaires, telles que « les céréales, le lard et le riz », étaient également concernées : « L’impact soudain d’une telle rupture de tout le commerce présenterait un sérieux problème dans le déroulement normal de la vie quotidienne à Cuba79 ». Gates était prêt à tout, y compris à violer l’article 23 de la Convention de Genève de 1949 qui interdisait expressément tout embargo sur les matières premières alimentaires et les médicaments, y compris en temps de guerre80.

  • 81 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Assistant Secretary of Sta (...)

49 Cet avis ne fut pas partagé par l’ambassadeur Bonsal. Dans un courrier du 2 août 1960, il fit part de ses réserves au Département d’État. Selon lui, la déclaration de Khrouchtchev avait été « providentielle » car elle avait été au « centre de l’attention » et avait relégué la suppression du quota sucrier au second plan. Mais cela n’était qu’une question de temps. « J’anticipe qu’elle ne nous sera pas favorable », avertit-il. Le diplomate mit également en garde Washington contre la décision prise d’inciter les entreprises étasuniennes à mettre un terme à leurs opérations à Cuba : « Le résultat immédiat de ces actions est, à l’évidence, l’augmentation de l’influence économique de nos ennemis à Cuba aux dépens de la nôtre ». Il était difficile de reprocher à Cuba de s’allier à l’Union soviétique si les États-Unis faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour rendre l’économie cubaine tributaire de l’aide de Moscou. La Russie et la Chine avaient acheté 2,2 millions de tonnes de sucre : « 1960 restera dans l’histoire cubaine comme l’année où les communistes ont augmenté leurs achats de sucre cubain de près de deux millions de tonnes alors que les États-Unis réduisaient les leurs de près d’un million de tonnes ». L’ambassadeur insista sur l’échec probable de la politique de sanctions des États-Unis : « Aucun des éléments de pression économique mentionnés ne mettra le gouvernement à genoux et ils sont de plus en plus interprétés, même par nos amis, comme des tentatives infructueuses de faire plier le gouvernement81 ».

  • 82 Ibid.

50Un changement de régime n’était guère probable à Cuba, selon le diplomate. En outre, « un nouveau gouvernement à Cuba qui devrait son existence à la destruction du gouvernement de Castro à travers les sanctions économiques des États-Unis serait faible à la fois au niveau national et au sein de l’hémisphère ». Si cela survenait, « Castro et ses partisans seraient les derniers martyrs de l’impérialisme américain82 ».

La proposition de médiation du Mexique

  • 83 Melville E. Osborne, « Memorandum of a Conversation », 3 août 1960, Department of State, Central Fi (...)

51Le 3 août 1960, le Mexique proposa à son tour aux États-Unis de jouer le rôle de médiateur avec l’aide du Brésil et du Canada afin de trouver une solution au conflit entre les deux pays. Le secrétaire d’État Herter rejeta poliment l’offre à l’aide d’un argument qui laissa l’ambassadeur mexicain dubitatif car il ne correspondait pas à la réalité : « Les États-Unis ont toujours été disposés et prêts, et c’est toujours le cas, à discuter de leurs problèmes bilatéraux avec Cuba, mais Cuba a constamment rejeté ces tentatives ». Le diplomate aztèque souligna que la Révolution cubaine suscitait « un grand enthousiasme en Amérique latine », laquelle partageait « les objectifs de la réforme économique et sociale » de l’île. Il insista sur la position de son pays et sur le fait que ses concitoyens s’identifiaient à Cuba : « Beaucoup de gens au Mexique se rappellent leur propre révolution qui a impliqué des expropriations […]. Dans son cœur, le peuple mexicain se souvient des difficultés qui ont émergé suite aux expropriations83 ».

52Le quotidien français Le Monde évoqua la sympathie éprouvée par le peuple mexicain à l’égard de la Révolution cubaine :

  • 84 Georges Friedman, « III. La logique de la lutte », Le Monde, 26 décembre 1960.

À Mexico, un tableau entièrement différent, brossé par des hommes ayant visité Cuba depuis deux ans, écrivains, éditeurs, universitaires parmi les plus brillants de l'intelligentsia mexicaine : Fidel Castro parle longtemps, certes, mais on a l'impression, en l’écoutant, non d’un démagogue mais d’un pédagogue qui patiemment éduque ce peuple composé en grande partie de paysans, d’ouvriers agricoles, noirs ou métis ; les dirigeants sont des hommes appliqués, qui préparent avec soin leurs réformes économiques et sociales ; rien d’improvisé chez eux, comme le prouve la continuité de la pensée, chez Fidel Castro, dans ses manifestes et discours depuis 1953 ; Fidel Castro lui-même, au témoignage de ceux qui l’ont approché de près, est une personnalité vigoureuse, rayonnante, d’une honnêteté et d’un idéalisme indiscutables84.

  • 85 Roy R. Rubottom Jr., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (...)

53Roy R. Rubottom, sous-secrétaire d’État pour les Affaires interaméricaines, admit cette réalité dans un mémorandum du 11 août 1960 destiné au secrétaire d’État. En Amérique latine, « il y a toujours un attachement sentimental à l’égard des objectifs de la révolution, particulièrement chez les classes populaires, chez certains étudiants et chez les travailleurs. La réaction au Mexique est unique en raison de sa propre histoire révolutionnaire et de l’identité des thèmes des révolutions cubaine et mexicaine : réforme agraire et expropriation d’intérêts étrangers », souligna-t-il. Si « une action militaire » était menée contre Cuba, elle susciterait un rejet « unanime » du continent. En outre, les pays latino-américains « ne soutiendraient pas les sanctions économiques contre Cuba en raison de leur propre vulnérabilité au même type de mesure85 ».

54L’administration Eisenhower ne souhaitait aucune médiation avec Cuba. L’objectif était de renverser le gouvernement de La Havane et d’installer un régime plus favorable aux intérêts des États-Unis. Pour cela, il fallait pour cela obtenir le soutien de l’OEA.

4. La réunion de l’organisation des États américains à San José

  • 86 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

55En août 1960, Fidel Castro émit une critique à l’égard de l’OEA, rappelant que l’organisme qui, sous la pression de Washington, s’apprêtait à étudier le cas de Cuba, était restée muette lors du coup d’État contre le Guatemala en 1954, se « faisant ainsi complice de cette agression ». Le scénario guatémaltèque ne se reproduirait pas à Cuba. Pour La Havane, l’OEA était un instrument destiné « à combattre les révolutions » : « Dès lors que l’on proclame les droits souverains de la nation, les pressions débutent. Il y a d’abord les pressions, puis les menaces, après les agressions et enfin l’OEA ». Cuba rejeta « la doctrine Monroe » qui transformait « les peuples d’Amérique en protectorats86 ».

56Pour La Havane, il ne faisait aucun doute que « la prochaine réunion de l’OEA [était] une manœuvre yankee contre Cuba ». Fidel Castro pointa du doigt les incohérences de l’organisation panaméricaine et la mit face à ses responsabilités :

  • 87 Ibid.

Il est curieux que cette réunion n’ait pas été convoquée quand les avions en provenance des États-Unis et, en de nombreuses occasions, pilotés par des yankees bombardaient nos champs de canne et nos centrales sucrières. Il est curieux que personne n’ait convoqué de réunion quand le gouvernement des États-Unis interférait dans les démarches de Cuba en vue d’acquérir des armes, interférait sans raison et sans droit dans toutes les démarches de Cuba en vue d’acquérir des avions pour nous défendre des avions qui brûlaient nos champs de canne. On n’a pas convoqué de réunion quand un bateau qui apportait des munitions à Cuba a mystérieusement explosé, coûtant la vie à des dizaines d’ouvriers, un bateau qui explose précisément quand a échoué la démarche du gouvernement américain auprès d’un de ces pays pour qu’il ne nous vende pas d’armes. La démarche échoue et, comme par hasard, le bateau explose au moment où il allait être déchargé. On n’a pas convoqué de réunion quand on nous a supprimé le quota sucrier. On n’a pas convoqué de réunion lorsque le Pentagone discutait de plans d’agression militaire contre notre patrie. Pourtant, [on convoque une réunion] quand l’Union soviétique déclare que si l’on commet le crime d’une agression contre notre pays, elle soutiendra Cuba, c’est-à-dire que si l’on ne commet pas de crime contre Cuba, il n’y aura pas de nécessité de soutenir Cuba. On ne convoque pas de réunion contre un éventuel crime, on convoque une réunion contre le soutien possible à la victime si le crime est commis87.

  • 88 Ibid.. Voir également : Le Monde, « Le Pérou demande la réunion des ministres américains des affair (...)
  • 89 Le Monde, « Le conseil de l’O.E.A. se réunit samedi. L’Argentine demande des explications à La Hava (...)

57La Havane dénonça également la manœuvre du Pérou qui avait accepté la demande des États-Unis de convoquer une réunion à leur place « pour discuter des interférences intercontinentales », en échange d’une rétribution financière. Fidel Castro fustigea cette attitude : « Quel curieux hasard ! Au moment même où le gouvernement du Pérou propose une réunion de l’OEA, en obéissant évidemment aux ordres de l’impérialisme yankee […], le gouvernement des États-Unis déclare qu’il effectue un prêt de 53 millions de dollars au gouvernent du Pérou ». Mais Cuba ne comptait pas subir la réunion : le Ministre des Affaires étrangères Raúl Roa parlerait au nom « des opprimés, des paysans, des ouvriers, des étudiants, des masses qui ne peuvent s’exprimer ». Cuba, « même toute seule », parlerait au nom du « Panaméen qui souhaite récupérer son canal, du Portoricain qui veut son indépendance ou du Guatémaltèque qui souhaite retrouver la liberté88 ». Pour sa part, Washington s’empressa de saluer l’action de Lima : « Les États-Unis accueillent avec satisfaction l’initiative du gouvernement péruvien89 ».

  • 90 Department of State, « Editorial Note », août 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-19 (...)
  • 91 Le Monde, « Cuba ne trouve aucun allié au sein de l’Organisation des Etats américains », 9 août 196 (...)

58Du 22 au 29 août 1960 se déroula la 7ème réunion consultative de l’OEA à San José, au Costa Rica. Les États-Unis avaient demandé au Pérou de présenter une résolution intitulée « La défense du système interaméricain et des principes démocratiques face aux menaces éventuelles ». Si aucun pays n’était mentionné de façon spécifique, la cible était à l’évidence Cuba et ses liens avec l’Union soviétique90. L’ambassadeur cubain Carlos Lechuga exprima son opposition à l’ordre du jour : « Ni dans sa forme ni dans son contenu il ne tient compte des réalités existant dans les Amériques... Il implique en particulier que l’Amérique latine est menacée d’une intervention soviétique, mais Cuba ne considère pas que l’Amérique soit menacée par une puissance extracontinentale ». Au contraire, selon le diplomate, « la véritable menace pesant sur l’Amérique latine et le principal obstacle à la solidarité interaméricaine résident dans la politique des États-Unis ». Au sujet des fusées soviétiques, il rappela que leur usage n’avait été évoqué que si Washington envahissait militairement Cuba et cela constituait non pas une menace mais « la solide garantie que la supériorité militaire et économique des États-Unis ne sera pas imposée à l’Amérique latine91 ».

  • 92 Le Monde, « La conférence des ministres des Affaires étrangères de l’O.E.A s’ouvre dans un climat o (...)
  • 93 The New York Times, « The Hemispheric Meeting », 16 août 1960.

59Pour la presse occidentale, une condamnation explicite de Cuba était peu probable : « Il serait étonnant, pense-t-on dans les milieux bien informés, que les vingt ministres des affaires étrangères d’Amérique latine prononcent une condamnation formelle du régime fidéliste, sachant que celui-ci bénéficie dans l’opinion publique des pays situés au sud du Río Bravo d’une popularité considérable92 ». Pour le New York Times, Washington ne devait pas sous-estimer le gouvernement révolutionnaire : « Le Premier ministre Fidel Castro a montré qu’il était l’ennemi le plus formidable que les États-Unis aient jamais affronté dans leurs rapports avec l’Amérique latine93 ».

60Quatre sujets étaient à l’ordre du jour :

  1. Le renforcement de la solidarité continentale et du système interaméricain face aux menaces d’intervention extracontinentale ;

  2. La coopération interaméricaine dans la défense des institutions démocratiques américaines face aux activités subversives de toute organisation ou gouvernement ;

  3. Une réflexion sur les facteurs économiques et sociaux qui sont à l’origine de l’instabilité politique dans l’hémisphère et l’intensification de l’action collective pour promouvoir une amélioration du niveau de vie des régions sous-développées des Amériques ;

    • 94 Organization of American States, « Seventh Meeting of Consultation of Ministers of Foreign Affairs  (...)

    Une prise en compte des tensions internationales existant dans la région de la Caraïbe, afin d’assurer l’harmonie, l’unité et la paix dans les Amériques94.

  • 95 Department of State, « Editorial Note », août 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-19 (...)

61Les États-Unis ne furent pas reçus à bras ouverts. Le secrétaire d’État Herter apporta son témoignage : « L’ambiance était tendue et les États-Unis étaient presque isolés et observés avec scepticisme au début de la réunion. Il est courant pour les Latino-américains de voir les États-Unis comme le grand méchant loup et de nous craindre, particulièrement de craindre la possibilité de nous voir exercer notre pouvoir prépondérant ». Le 24 août 1960, Herter lança les hostilités par le biais d’une « très forte déclaration » contre La Havane, suivi à cet effet par le Guatemala qui hébergeait sur son territoire les troupes paramilitaires entraînées par la CIA en prévision d’une invasion armée de Cuba. Washington espérait, par ses attaques, contraindre la délégation cubaine à quitter la réunion. « Si Cuba s’en va, il y aura davantage d’opportunités pour des conversations secrètes avec les autres membres », souligna Herter dans son compte-rendu téléphonique au Président Eisenhower95.

  • 96 Ibid.. Voir également : Le Monde, « Fièvre et confusion sur le problème cubain », 25 août 1960 ; Ju (...)
  • 97 Ibid.
  • 98 Le Monde, « Le Ministre des Affaires étrangères du Venezuela est démis de ses fonctions », 8 septem (...)
  • 99 Le Monde, « Manifestations à Caracas en faveur de Cuba », 30 août 1960. Voir également : The New Yo (...)

62L’Argentine et la Colombie se rangèrent du côté de Washington, tout comme le Guatemala. En revanche, le Mexique, le Honduras et Haïti, défendirent la position de Cuba. Washington regretta la position du gouvernement aztèque : « Le ministre des Affaires étrangères Tello a été un problème à l’OEA. Il a exprimé de la sympathie pour les Cubains96 ». D’autres nations latino-américaines étaient opposées à l’adoption d’une résolution contre Cuba, alors que le pays était victime d’une agression économique. Ainsi, Ignacio Luis Arcaya, Ministre des Affaires étrangères du Venezuela, fut si outré par le procédé où le pays victime de sanctions et d’agressions diverses se retrouvait assis sur le banc des accusés qu’il se rebella contre son propre gouvernement et refusa de signer le texte au nom du Venezuela. Washington dut exercer une pression directe auprès de Caracas, laquelle porta ses fruits : « Le Président Betancourt a finalement instruit l’ambassadeur vénézuélien auprès de l’OEA de signer la résolution et a retiré Arcaya de la conférence97 ». Ce dernier fut immédiatement démis de ses fonctions98, entraînant une crise gouvernementale au Venezuela avec le départ de plusieurs ministres appartenant au même parti politique. Plusieurs manifestations populaires de protestation eurent également lieu à Caracas. La presse française s’en fit écho : « Aux cris de ‘Romulo no, Cuba si’ et de ‘Cuba si, Yankees no’, d’importants groupes de manifestants ont défilé lundi après-midi devant le siège du Congrès et dans tout le centre de la capitale vénézuélienne99 ».

  • 100 The New York Times, « Peru Minister Resigns », 17 septembre 1960.
  • 101 Le Monde, « Le Ministre des Affaires étrangères du Venezuela est démis de ses fonctions », 8 septem (...)
  • 102 Le Monde, « Démission du Ministre des Affaires étrangères », 17 septembre 1960.

63Il en fut de même pour le Pérou – qui avait pourtant convoqué la réunion sur demande de Washington. Le ministre Raúl Porras Barrenechea, indigné par la subordination de son pays aux manœuvres de l’administration Eisenhower et par l’attaque contre une nation latino-américaine, refusa de signer la déclaration, exprimant un désaccord fort avec les deux premiers paragraphes relatifs à l’interférence extracontinentale qui ciblait implicitement Cuba, avant de remettre sa démission100. Le secrétaire d’État Herter évoqua cet incident : « Le gouvernement péruvien a également été contraint de rappeler son ministre des Affaires étrangères101 ». A son retour à Lima, Raúl Porras Barrenechea exprima son opposition à la déclaration de San José102.

  • 103 Le Monde, « La délégation cubaine quitte la conférence de l’O.E.A., qui condamne l’ingérence commun (...)

64La rébellion publique de deux ministres des Affaires étrangères contre leur propre gouvernement en pleine réunion de l’OEA était une première dans les annales de l’institution, et illustrait à quel point la politique de Washington à l’égard de Cuba suscitait le rejet au sein du continent. Les craintes de La Havane au sujet du pouvoir de contrainte dont pouvait faire usage le Département d’État étaient fondées. La presse française fit part des intimidations exercées sur les représentants des pays du Sud : « Les pressions dont les gouvernements latino-américains ont été l’objet, en coulisse, de la part de la délégation des États-Unis auront sans doute joué un rôle décisif dans l’élaboration de la déclaration de San-José103 ».

  • 104 Department of State, « Editorial Note », août 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-19 (...)

65Malgré les fortes pressions exercées par Washington, les résultats ne furent pas à la hauteur des espérances. « La résolution finale de la Septième réunion est bien en deçà de ce que nous aurions souhaité », regretta l’administration Eisenhower104. Au contraire, si les gouvernements latino-américains acceptèrent d’intégrer dans la Déclaration finale une condamnation de toute intervention ou menace d’intervention d’une puissance extracontinentale dans les affaires des républiques américaines (article 1) et de la « tentative des pouvoirs sino-soviétiques de profiter de la situation politique, économique ou sociale de tout État Américain » à leurs fins (article 2), ils consacrèrent les deux paragraphes les plus longs (articles 3 & 7) au rappel des principes inaliénables d’égalité souveraine entre les nations et à la condamnation de toute agression entre les pays du continent et de l’imposition de sanctions, en allusion évidente à la politique des États-Unis contre Cuba :

La Septième réunion de consultation des Ministres des Affaires étrangères […]

Réaffirme le principe de non-intervention par tout État américain dans les affaires internes ou externes des autres États américains, et réitère que chaque État a le droit de développer librement et naturellement sa vie culturelle, politique et économique, en respectant les droits des individus et les principes de moralité universelle. Par conséquent, aucun État américain ne peut intervenir dans le but d’imposer à un autre État américain son idéologie ou ses principes politiques, économiques ou sociaux. […]

Déclare que toute controverse entre États membres doit être résolue par des mesures en vue d’une solution pacifique qui sont envisagées dans le système interaméricain.

  • 105 Organization of American States, « Seventh Meeting of Consultation of Ministers of Foreign Affairs  (...)

Réaffirme sa foi dans le système régional et sa confiance dans l’Organisation des États américains, créée pour obtenir un ordre de paix et de justice qui exclut toute agression possible, promouvoir la solidarité parmi ses membres, renforcer leur collaboration et défendre leur souveraineté, leur intégrité territoriale et leur indépendance politique […]105.

  • 106 Ibid.

66 Par ailleurs, l’OEA rappela que l’aspiration à un meilleur niveau de vie, symbolisée par les réformes entreprises à Cuba, était une réalité continentale et devait devenir une priorité : « La solution au problème du sous-développement dans l’hémisphère est d’un intérêt vital à la sécurité collective de l’Occident ». Sans réformes de grande ampleur, les mouvements révolutionnaires seraient inévitables en Amérique latine car « le sous-développement économique [était] le facteur dominant dans l’instabilité politique et sociale ». A l’évidence, « les efforts nationaux et collectifs pour éradiquer le sous-développement [avaient] été insuffisants ». Rejetant implicitement les mesures coercitives imposées par Washington, l’Amérique latine rappela « l’obligation de coopération économique entre les États américains » afin « d’assurer la coopération de l’hémisphère dans la lutte contre le sous-développement économique106 ».

  • 107 Le Monde, « Les Etats-Unis retirent leur motion de censure contre le régime cubain », 29 août 1960.
  • 108 Le Monde, « M. Herter : le gouvernement de M. Fidel Castro marche la main dans la main avec le bloc (...)
  • 109 Le Monde, « M. Herter : la déclaration de San José dénonce clairement le gouvernement de M. Castro  (...)
  • 110 Tad Szulc, « U.S. Urges O.A.S. To Sift Charges Made By Cubans », The New York Times, 27 août 1960.

67Les États-Unis envisagèrent de présenter une motion de censure contre Cuba avant de se rétracter. Le Monde en expliqua les raisons : « Ce projet n’avait d’ailleurs aucune chance de réunir la majorité des deux tiers nécessaire à son adoption107 ». Lors de la conférence de presse postérieure à la réunion, le secrétaire d’Etat Herter tenta de convaincre l’opinion publique, sans grand succès, en réaffirmant que « le gouvernement de Fidel Castro march[ait] la main dans la main avec le bloc sino-soviétique108 ». Il tenta de sauver les apparences en annonçant que la Déclaration de San José « dénonçait clairement le gouvernement Castro, particulièrement le rôle qu'il a joué en facilitant les tentatives d’infiltration sino-soviétiques dans cet hémisphère109 ». Le New York Times retranscrivit plus fidèlement la réalité : « Les Latino-américains restent très largement peu convaincus par les accusations de M. Herter portées mercredi selon lesquelles Cuba se trouverait complètement sous la domination du communisme et que son régime suivrait un « ‘modèle bolchévique110’ ».

68Le Mexique, qui signa la Déclaration, tint pour sa part à apporter une précision en forme de désaveu pour la politique agressive des États-Unis et à souligner que le texte était d’abord et avant tout une réaffirmation des principes inaliénables des peuples à l’autodétermination quelle que soit leur orientation politique, et une condamnation de toute ingérence étrangère dans les affaires internes des pays souverains :

Pour ce qui concerne la « Déclaration de San José, Costa Rica », la délégation du Mexique souhaite souligner qu’en votant en faveur de ladite Déclaration, elle l’a fait en en ayant la compréhension suivante :

La délégation du Mexique souligne qu’en réaffirmant que chaque État dispose librement et naturellement du droit de développer sa vie culturelle, politique et économique, elle a écarté toute possibilité que cet attribut inséparable de la souveraineté, qui est le droit à l’autodétermination, puisse être remis en cause, même de manière théorique.

La délégation du Mexique pense également que le principe de non-intervention – qui est la base irremplaçable de la paix et de la compréhension entre États – a été renforcé de manière effective.

  • 111 Organization of American States, « Seventh Meeting of Consultation of Ministers of Foreign Affairs  (...)

Enfin, la délégation du Mexique est convaincue qu’il s’agit là d’une résolution de caractère général pour tous les États membres de l’Organisation et qu’en aucun cas il s’agit d’une condamnation ou d’une menace contre Cuba, dont les aspirations en faveur du progrès économique et la justice sociale ont le soutien entier du gouvernement et du peuple du Mexique111.

  • 112 The New York Times, « Cuba Tells O.A.S. Committee U.S. Tries to Overthrow Castro », 3 août 1960.

69Pour sa part, Cuba ne se laissa pas impressionner par l’adoption de la Déclaration de San José. La Havane avait déjà soumis un mémorandum à l’Organisation dénonçant la volonté de Washington de « renverser » le gouvernement révolutionnaire, rappelant les différents actes d’hostilité112. Au moment même où les gouvernements du continent débattaient des interférences extracontinentales, Fidel Castro réaffirma depuis La Havane que la politique étrangère de Cuba était une compétence souveraine :

Nous sommes amis de ceux qui seront nos amis. […] Nous échangeons nos produits avec ceux qui sont disposés à échanger les leurs avec les nôtres. Cuba ne sera plus un appendice de l’économie [des États-Unis]. Cuba ne votera plus aux Nations unies en suivant les requêtes [des États-Unis] mais en suivant les requêtes de sa dignité et de sa souveraineté. Nous serons amis des Soviétiques et de la République populaire de Chine car ils ont montré qu’ils étaient nos amis, alors que les États-Unis nous agressent et veulent nous détruire. […] Si nous devons choisir entre la soumission et le sacrifice, nous choisirons toujours le sacrifice. […]

  • 113 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

La Révolution n’est pas défendue par un groupe de généraux, ni par des unités de tanks entre les mains de castes […] Nous sommes le seul gouvernement d’Amérique à avoir armé les ouvriers et les paysans113.

  • 114 Le Monde, « M. Gromyko : les Etats-Unis veulent imposer leur volonté à l’Amérique latine par le tru (...)
  • 115 Osgood Caruthers, « Meddling In Cuba Denied By Soviet », The New York Times, 31 août 1960.

70De son côté, Andreï Gromyko, Ministre des Affaires étrangères de l’Union soviétique, répondit aux accusations portées contre l’URSS. Washington avait affirmé que « les actions agressives de certains pays de l’hémisphère occidental contre d’autres ne regardai[ent] pas les pays qui se trouvai[ent] en dehors du continent américain ». Le chef de la diplomatie russe ne laissa pas passer l’argument : « La logique du secrétaire d’État l’obligerait à conclure que les États-Unis n’ont rien à faire en Europe ». Il réfuta les accusations d’une immixtion de l’Union soviétique dans le continent et rappela que son pays ne possédait « à Cuba ou dans d’autres pays de l’Amérique latine ni banques, ni usines, ni plantations114 ». Gromyko questionna : « Est-ce que le fait d’acheter du sucre et de vendre du pétrole revient à s’immiscer dans les affaires internes cubaines ? […] Ce sont les États-Unis qui envoient des avions à Cuba pour incendier les champs de canne […] et qui essayent d’étrangler l’économie cubaine115 ».

  • 116 Le Monde, « Le gouvernement de Cuba est prêt à négocier avec celui des Etats-Unis pour régler leur (...)

71 Cuba refusa de signer la résolution, considérant que l’OEA avait cédé à la pression et n’avait pas fermement condamné la politique agressive des États-Unis à son encontre, se limitant à une déclaration de principes, alors que Washington tentait ouvertement d’imposer son idéologie et ses principes politiques, économiques et sociaux à un peuple souverain116. Le Ministre Roa dénonça la politique des États-Unis et rappela que Cuba était la victime du conflit : « Parce que nous ne voulons pas mourir, les États-Unis veulent nous tuer et cherchent des complices en Amérique latine ». Il mit l’OEA face à ses responsabilités et dénonça ses contradictions :

  • 117 Ibid.

La menace venant des pays communistes situés hors du continent américain est pour le moins hypothétique, alors que les agressions et les menaces des États-Unis sont bien réelles. C’est pourquoi Cuba est venue en tant que juge, et non comme accusée. Le climat de tension actuelle créé par les États-Unis contre Cuba n’est que le paravent qui masque la préparation d’une agression militaire organisée par Washington avec la participation de certains pays de l’Amérique latine. […] Les nations de l’Amérique latine sont-elles prêtes à venir en aide à Cuba si elle est envahie par les États-Unis ?117

  • 118 Ibid.

72 Roa conclut son intervention en exprimant la volonté de La Havane à régler de manière pacifique le différend : « Cuba est prête à résoudre le conflit avec les États-Unis par des négociations bilatérales, sur un pied d'égalité et à condition que les États-Unis ne prennent d’ici là aucune mesure unilatérale118 ».

  • 119 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)
  • 120 Department of State, « Editorial Note », 8 septembre 1960, Foreign Relations of the United States, (...)
  • 121 Le Monde, « Cuba critique le plan américain d’aide sociale », 9 septembre 1960.
  • 122 Le Monde, « La conférence économique interaméricaine adopte l’acte de Bogota par 19 voix contre une (...)

73 De son côté, Fidel Castro condamna « la page de trahison » écrite à San José, dénonçant la subornation des gouvernements latino-américains par les États-Unis qui « en pleine conférence ont accordé un crédit de 500 millions de dollars » d’aide économique, en plus de répartir le quota sucrier cubain entre les différents pays119. En effet, le Congrès des États-Unis venait d’adopter « une extension de 500 millions de dollars en assistance économique à l’Amérique latine120 ». Regino Boti, ministre cubain de l’Economie, s’étonna de « l’intérêt tardif » des États-Unis pour les problèmes du continent121. Pour La Havane, Washington « ne s’était jamais préoccupé de voter des crédits pour aider » l’Amérique latine avant 1959. « Cela montre la crainte que lui inspire la justice qui émane de la Révolution cubaine », souligna le Premier ministre, qui promit une réponse à la Déclaration de San José. La presse occidentale insista également sur ce point : « Presque tous [les délégués latino-américains] estiment en tout cas qu’un profond changement est intervenu dans l’attitude des États-Unis à l’égard de l'Amérique latine122 ».

74La Havane rejeta les deux premiers articles de la Déclaration dont le but était « d’obliger Cuba à renoncer à l’aide promise par l’Union soviétique au cas où notre patrie serait envahie ». Pour le gouvernement de l’île, il ne s’agissait en aucun cas d’une « intromission » mais d’une « offre généreuse d’aide à un petit peuple au cas où il serait envahi militairement par un pays puissant ». Le Premier ministre insista sur ce point :

Cela ne s’appelle pas intromission. Cela s’appelle solidarité avec un peuple qui lutte pour sa libération. Que voulaient-ils ? Que nous renoncions au soutien soviétique. Pourquoi ? Pour que nous soyons isolés, pour que nous restions faibles ? […] Mais le gouvernement révolutionnaire n’est pas disposé à tomber dans ce piège. Regardez un peu le caractère insolite de la situation. On ne condamne pas l’agression économique contre notre pays. On ne condamne pas les dizaines d’incursions aériennes. On ne condamne pas l’explosion de La Coubre causée par des mains mystérieuses. […] On ne condamne pas la politique de harcèlement contre Cuba de la part des États-Unis, qui ont fait pression sur de nombreux pays qui allaient nous vendre des armes et, quand ils n’ont pas réussi à faire pression sur les Belges, La Coubre a mystérieusement explosé. Même après l’explosion de La Coubre, le gouvernement yankee a de nouveau fait pression sur les Belges et, finalement, le gouvernement belge a cédé et a suspendu la vente d’armes à Cuba. […]

Nous n’avons même pas à justifier notre droit à acquérir des armes sur le marché qui nous conviendra, parce que le gouvernement yankee est même arrivé à faire plier la fermeté qu’avait maintenue un des gouvernements d’Europe [la Belgique]. […]

  • 123 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

Au Costa-Rica, ils n’ont pas eu un mot de condamnation pour les bombardements, pour l’agression économique, pour les campagnes terroristes payées par les services de renseignements yankee123.

  • 124 Ibid.
  • 125 Le Monde, « Le Sénat américain s’oppose à toute aide financière aux pays fournissant une aide milit (...)

75Pour La Havane, Washington, qui intervenait militairement dans le monde entier, « en Corée, à Formose, en Indochine, en Turquie », ne disposait pas d’autorité morale pour disserter sur d’éventuelles ingérences124. Au même moment, pour isoler davantage Cuba, le Sénat des Etats-Unis adopta un amendement du sénateur Styles H. Bridges qui interdisait toute aide financière aux pays qui « directement ou indirectement vend[raient] des armes, des munitions ou du matériel de guerre au gouvernement cubain, donne[raient] ou prête[raient] directement ou indirectement une aide militaire ou économique à ce gouvernement ». Pour Le Monde, le but recherché était limpide : « En menaçant de couper toute aide financière aux pays qui fourniraient des armes à Cuba, ou lui prêteraient une aide financière, Washington risque de pousser le gouvernement de M. Fidel Castro à rechercher exclusivement dans les pays de l’Est, auxquels il est déjà très lié, l'aide financière et militaire dont son pays a besoin125 ». Tel était l’objectif de l’administration Eisenhower.

  • 126 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

76Le 2 septembre 1960, Fidel Castro convoqua un immense rassemblement dans la capitale pour apporter la réponse de Cuba à l’OEA, laquelle porterait le nom de « Déclaration de La Havane ». Cuba n’avait rien à se reprocher si ce n’était « d’avoir brisé ses chaînes » et de « lutter pour un meilleur destin ». La seule aspiration des Cubains était « la liberté », c’est-à-dire que chaque citoyen puisse « vivre de son travail », « vivre du fruit de ses efforts » et récupérer ses terres et ses richesses naturelles. Le peuple de l’île revendiquait son droit à décider des « déterminations qui guident sa conduite », à choisir ses propres lois et ses propres institutions démocratiques, sans interférence aucune d’une quelconque puissance étrangère. Cuba avait le droit d’avoir un gouvernement qui place « les intérêts de son peuple et de sa patrie au-dessus de ceux de l’étranger vorace ». Le pays avait fait le choix du camp des paysans, des ouvriers, des jeunes, des enfants, des femmes et des personnes âgées et non pas celui des « privilégiés », car « les révolutions sont faites pour rectifier toutes les injustices126 ».

  • 127 Ibid.
  • 128 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Go (...)

77Par ailleurs, Cuba entretiendrait des relations diplomatiques et commerciales avec tous les pays du monde : « La politique de notre pays doit être d’amitié et de commerce avec tous les peuples ». La Havane, qui avait rétabli les relations avec l’Union soviétique en mai 1960, informa qu’elle nouerait des liens avec « les autres pays socialistes ». Enfin, Cuba établirait également « des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine », chose qu’aucun pays d’Amérique latine n’avait osé faire127. L’heure était à la réaffirmation de l’indépendance : « Nous sommes un pays libre en Amérique et nous décidons de notre politique nationale et internationale de manière démocratique et souveraine. Démocratique veut dire avec le peuple ; souveraine veut dire sans subordination aux diktats d’aucune puissance étrangère ». Cuba n’avait pas besoin de « l’autorisation de M. Herter » pour cela, en référence aux États-Unis. « Cuba est le territoire libre d’Amérique128 ».

Conclusion

78 Pour se débarrasser du gouvernement révolutionnaire et mettre un terme au processus de transformation socio-économique qui représentait un danger trop important pour sa domination et ses intérêts, l’administration Eisenhower adopta une politique agressive à l’encontre de Cuba en imposant des sanctions économiques en juillet 1960 et en faisant pression sur les autres nations occidentales afin qu’elles ne commercent pas avec l’île. L’objectif était de pousser Cuba à se rapprocher de l’Union soviétique pour survivre pour pouvoir ensuite accuser Fidel Castro d’avoir fait de son pays un satellite de Moscou. Ainsi, les États-Unis seraient en mesure d’adopter des sanctions encore plus drastiques contre Cuba.

79 La réunion de l’Organisation des États américains de 1960 fut un échec pour Washington qui ne parvint pas à convaincre les pays latino-américains que Cuba représentait une menace pour le continent. Pour sa part, le gouvernement révolutionnaire réaffirma, par le biais de la Déclaration de La Havane, son droit souverain à tisser des relations économiques et diplomatiques avec toutes les nations qui souhaitaient entretenir des rapports de collaboration avec l’île, sans distinction d’aucune sorte, politique basée sur la doctrine du Ministre Raúl Roa « ami de tous, esclaves de personne ». Moscou et La Havane établirent une alliance stratégique dictée par les circonstances et principalement par la politique étrangère hostile des États-Unis à l’égard de l’île.

80 En janvier 1962, à mesure que la politique agressive des États-Unis contre Cuba devenait plus intense et que la pression du Département d’État se faisait plus vive sur les gouvernements du continent, l’OEA s’aligna sur les exigences de l’administration Kennedy et décida de procéder à l’expulsion unilatérale de Cuba, en raison de son alliance avec l’Union soviétique. Néanmoins, six pays du continent, et non des moindres – le Mexique, l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Bolivie et l’Equateur – refusèrent de voter en faveur de la motion, affirmant qu’elle violait le principe de non-intervention dans les affaires internes d’un autre membre de l’OEA. Au fil du temps, tous les pays du continent se plièrent aux injonctions de Washington et rompirent les relations diplomatiques avec Cuba, à l’exception du Mexique et du Canada.

Haut de page

Bibliographie

Belair, Felix Jr., « President Is Firm », The New York Times, 10 juillet 1960.

Belair, Felix Jr., « Eisenhower and Herter Confer; Seek Hemisphere Unity on Cuba », The New York Times, 11 juillet 1960.

Bonsal, Philip W., « Telegram From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Department of State », 9 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611.37/7-960. Confidential. Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Bonsal, Philip W., « Letter From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) », 13 juillet 1960, Department of State, Central Files, 737.00/7-1360. Secret. Eyes Only. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Bonsal, Philip W., « Telegram From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) », 2 août 1960, Department of State, Central Files, 611.37/8-260. Secret. Eyes Only Priority. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Caruthers, Osgood, « Premier Vows Aid », The New York Times, 10 juillet 1960.

Caruthers, Osgood, « Meddling In Cuba Denied By Soviet », The New York Times, 31 août 1960.

Castro RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en conmemoración del VII Aniversario del 26 de Julio, en Las Mercedes, Estribaciones de la Sierra Maestra », 26 juillet 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f260760e.html (site consulté le 27 avril 2020).

Castro RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de clausura del Primer Congreso Latinoamericano de Juventudes », 6 août 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f060860e.html (site consulté le 29 avril 2020).

Castro RUZ, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de fusión de todas las organizaciones femeninas revolucionarias. Salón-Teatro de la CTC », 23 août 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f230860e.html (site consulté le 1er mai 2020).

Castro Ruz, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de graduación de los maestros voluntarios a su egreso de la Sierra Maestra, celebrado en el teatro Auditorium », 29 août 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f290860e.html (site consulté le 1er mai 2020).

Castro Ruz, Fidel, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la magna asamblea popular celebrada por el pueblo de Cuba en la Plaza de la República », 2 septembre 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f020960e.html (site consulté le 4 mai 2020).

Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en tant de guerre, « Article 23 : Envoi de médicaments, vivres et vêtements », 12 août 1949. https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/Article.xsp?action=openDocument&documentId=5657E815ED982CB8C12563BD002C0206 (site consulté le 29 mai 2020).

Department of State, « Editorial Note », 9 juillet 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Department of State, « Editorial Note », 10 juillet 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 998-99.

Department of State, « Editorial Note », août 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Department of State, « Editorial Note », 8 septembre 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Diario De La Marina, « Kubitschek ofrécese para mediar entre Cuba y los E. Unidos », 17 mars 1960.

Diario De La Marina, « Declina Washington la oferta brasileña de mediar con Cuba », 18 mars 1960.

Donhauser, R., « Memorandum of Discussion at the Department of State-Joint Chiefs of Staff Meeting, Pentagon, Washington », 8 juillet 1960, Department of State, State-JCS Meetings, Lot 70 D 328, July 1960. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Eisenhower, Dwight D., « Letter From President Eisenhower to Prime Minister Macmillan », 11 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman Files, International File, Secret. Presidential Handling. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Eisenhower, Dwight D., « Letter From President Eisenhower to Prime Minister Macmillan », 8 août 1960, Eisenhower Library, Whitman Files, International File, Secret. Presidential Handling. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Eisenhower Library, « Memorandum of a Telephone Conversation Between Secretary of State Herter in Washington and Secretary of State for External Affairs Green in Ottawa », 28 juillet 1960, Herter Papers, Telephone Conversations. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Freers, Edward L., « Telegram From the Embassy in the Soviet Union to the Department of State », 13 juillet 1960, Department of State, Central Files, 737.00/7-1360. Secret. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Friedman, G., « III. La logique de la lutte », Le Monde, 26 décembre 1960.

Gates, Thomas S., « Letter From the Secretary of Defense (Gates) to the Secretary of State », 26 juillet 1960, Eisenhower Library, File of the Office of the Special Assistant for National Security Affairs, Cuba. Secret. Foreign Relations of the United States 1958-1960.

Hamilton, Thomas J., « Cuba Bids U.N. Act On U.S. Reprisals », The New York Times, 12 juillet 1960.

Hamilton, Thomas J., « Cuba’s U.N. Case May Go to O.A.S. », The New York Times, 16 juillet 1960.

Hamilton, Thomas J., « Cuba Assails U.S. Bitterly in U.N.; Bids Council Act », The New York Times, 19 juillet 1960.

Hamilton, Thomas J., « Security Council Sends Cuba Issue to America Unit », The New York Times, 20 juillet 1960.

Herter, Christian A., « Circular Telegram From the Department of State to Certain Diplomatic Missions in the American Republics », 11 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611.37/7-1160. Secret. Priority. Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Johnson, Robert H., « Memorandum of Discussion at the 451th Meeting of the National Security Council », 15 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Johnson, Robert H., « Memorandum of Discussion at the 452th Meeting of the National Security Council », 21 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Jorden, William J., « Capital Looks To Pact », The New York Times, 10 juillet 1960.

Jorden, William J., « 500,000,000 Fund to Begin Latin Aid Is Studied », The New York Times, 16 juillet 1960.

Kenworthy, E. W., « U.S. Declines Brazil Offer to Seek Better Cuban Ties », The New York Times, 5 février 1960.

Khruschchev, Nikita, Khrushchev Remembers, Boston, Little, Brown & Co., 1970.

Knecht, Jean, « Les Etats-Unis s’apprêtent à lancer un ‘Plan Marshall’ pour l’Amérique latine », Le Monde, 12 juillet 1960.

Knecht, Jean, « Les Etats-Unis s’apprêtent à lancer un ‘Plan Marshall’ pour l’Amérique latine », Le Monde, 12 juillet 1960.

Knecht, Jean, « Les Etats-Unis demanderont au Conseil de sécurité de se dessaisir de la plainte cubaine au profit de l’Organisation des Etats américains », Le Monde, 19 juillet 1960.

Knecht, Jean, « La plainte de Cuba contre les Etats-Unis seraient soumises aux ministres de l’OEA. L’U.R.S.S. n’a pas encore défini sa position », Le Monde, 20 juillet 1960.

Knecht, Jean, « Moscou n’a pas mis son veto au renvoi de la plainte cubaine devant l’O.E.A. », Le Monde, 21 juillet 1960.

Le Monde, « Le Premier britannique et le président Frondizi évoquent le problème cubain », 7 juillet 1960.

Le Monde, « M. Khrouchtchev menace d’envoyer ses missiles sur les Etats-Unis en cas d’attaque contre Cuba », 11 juillet 1960.

Le Monde, « M. Khrouchtchev propose à Cuba de lui acheter le sucre dont les Etats-Unis ne veulent plus. Cuba saisit le Conseil de sécurité », 12 juillet 1960.

Le Monde, « M. Castro souffre d’un point de pleurésie », 12 juillet 1960.

Le Monde, « Le président Eisenhower : les Etats-Unis ne permettront pas l’installation à Cuba d’un régime dominé par l’Internationale communiste », 12 juillet 1960.

Le Monde, « La plainte cubaine au conseil de sécurité », 13 juillet 1960.

Le Monde, « M. Franck Church : ‘faire revivre les principes américains’ », 13 juillet 1960.

Le Monde, « M. Eisenhower annonce un nouveau programme d’aide à l’Amérique latine », 13 juillet 1960.

Le Monde, « Le conseil de sécurité examinera lundi la plainte de Cuba contre les Etats-Unis », 14 juillet 1960.

Le Monde, « Le Brésil juge insuffisant les projets de M. Eisenhower pour l’Amérique latine », 14 juillet 1960.

Le Monde, « Le Pérou demande la réunion des ministres américains des affaires étrangères », 15 juillet 1960.

Le Monde, « En réponse aux déclarations de M. Khrouchtchev, Washington réaffirme la validité de la doctrine de Monroe », 16 juillet 1960.

Le Monde, « Le conseil de l’O.E.A. se réunit samedi. L’Argentine demande des explications à La Havane », 16 juillet 1960.

Le Monde, « Le Conseil de l’O.E.A étudie la requête du Pérou sur les influences étrangères en Amérique latine », 18 juillet 1960.

Le Monde, « L’agence Tass : Washington n’évoque la doctrine de Monroe que pour justifier sa politique de brigandage », 19 juillet 1960.

Le Monde, « M. Raul Roa; nous sommes prêts à négocier avec les Etats-Unis sur un pied d’égalité », 20 juillet 1960.

Le Monde, « M. Cabot Lodge : maintenir la doctrine de Monroe », 20 juillet 1960.

Le Monde, « ‘L’U.R.S.S. donnera à Cuba le soutien nécessaire’, affirme une déclaration de l’agence Tass », 20 juillet 1960.

Le Monde, « M. Fidel Castro : l’aide soviétique n’est pas dangereuse », 20 juillet 1960.

Le Monde, « La résolution du Conseil de sécurité sur Cuba », 21 juillet 1960.

Le Monde, « La présence de M. Raul Castro à Moscou est entourée d’une grande discrétion », 21 juillet 1960.

Le Monde, « L’U.R.S.S. fournira à Cuba toute l’aide nécessaire, déclare M. Khrouchtchev à M. Raul Castro », 22 juillet 1960.

Le Monde, « Les Cubains fêteront mardi le septième anniversaire du mouvement fidéliste », 26 juillet 1960.

Le Monde, « Une foule immense se rassemble à Bayamo pour entendre M. Fidel Castro », 27 juillet 1960.

Le Monde, « ‘Nous voulons que la Cordillère des Andes devienne la Sierra Maestra du continent américain, déclare M. Fidel Castro pour le septième anniversaire de son mouvement », 28 juillet 1960.

Le Monde, « M. Khrouchtchev n’ira pas à Cuba avant la visite de M. Castro en U.R.S.S. », 30 juillet 1960.

Le Monde, « ‘Il s’agit de comprendre et non de punir Cuba’, déclare le candidat libéral à la présidence du Brésil », 30 juillet 1960.

Le Monde, « L’état de santé de Fidel Castro suscite des rumeurs contradictoires », 31 juillet 1960.

Le Monde, « Cuba ne trouve aucun allié au sein de l’Organisation des Etats américains », 9 août 1960.

Le Monde, « La conférence des ministres des Affaires étrangères de l’O.E.A s’ouvre dans un climat orageux », 18 août 1960.

Le Monde, « Fièvre et confusion sur le problème cubain », 25 août 1960.

Le Monde, « Le Sénat américain s’oppose à toute aide financière aux pays fournissant une aide militaire ou économique à Cuba », 26 août 1960.

Le Monde, « A la conférence de San José, intervention modérée sur la forme de M. Herter au cours du débat sur l’intervention soviétique dans les affaires américaines », 26 août 1960.

Le Monde, « M. Herter : le gouvernement de M. Fidel Castro marche la main dans la main avec le bloc sino-soviétique », 27 août 1960.

Le Monde, « Le gouvernement de Cuba est prêt à négocier avec celui des Etats-Unis pour régler leur différend déclare M. Raul Roa », 27 août 1960.

Le Monde, « Les Etats-Unis retirent leur motion de censure contre le régime cubain », 29 août 1960.

Le Monde, « Manifestations à Caracas en faveur de Cuba », 30 août 1960.

Le Monde, « La délégation cubaine quitte la conférence de l’O.E.A., qui condamne l’ingérence communiste dans les affaires américaines », 30 août 1960.

Le Monde, « M. Herter : la déclaration de San José dénonce clairement le gouvernement de M. Castro », 31 août 1960.

Le Monde, « Cuba ne renoncera pas à la protection des fusées soviétiques, déclare M. Fidel Castro », 31 août 1960.

Le Monde, « M. Gromyko : les Etats-Unis veulent imposer leur volonté à l’Amérique latine par le truchement de l’O.E.A. », 1 septembre 1960.

Le Monde, « Le gouvernement cubain reconnaît la Chine populaire et rompt ses relations diplomatiques avec Formose, annonce M. Fidel Castro », 5 septembre 1960.

Le Monde, « Le Ministre des Affaires étrangères du Venezuela est démis de ses fonctions », 8 septembre 1960.

Le Monde, « Cuba critique le plan américain d’aide sociale », 9 septembre 1960.

Le Monde, « La conférence économique interaméricaine adopte l’acte de Bogota par 19 voix contre une, celle de Cuba », 14 septembre 1960.

Le Monde, « Démission du Ministre des Affaires étrangères », 17 septembre 1960.

Le Monde, « Soixante-quatre députés brésiliens signent une déclaration approuvant la politique cubaine », 8 décembre 1960.

Macmillan, Harold, « Letter From Prime Minister Macmillan to President Eisenhower », 25 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman Files, International File, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Onis, Juan de, « Colombia Charts Course In O.A.S. », The New York Times, 20 juillet 1960.

Organization of American States, « Seventh Meeting of Consultation of Ministers of Foreign Affairs », 22-29 août 1960. http://www.oas.org/consejo/MEETINGS%20OF%20CONSULTATION/Actas/Acta%207.pdf (site consulté le 29 avril 2020).

Osborne, Melville E., « Memorandum of a Conversation », 3 août 1960, Department of State, Central Files, 611.37/8-360. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Phillips, Ruby Hart, « Castro Affirms Red Ties ; Challenges America’s Unit », The New York Times, 25 août 1960.

Phillips, Ruby Hart, « Red Chinese Sign A Five-Year Pact For Cuban Sugar », The New York Times, 24 juillet 1960.

Phillips, Ruby Hart, « Castro Backers Flock To Rally », The New York Times, 26 juillet 1960.

Phillips, Ruby Hart, « Castro Calls U.S. Ennemy of Latins », The New York Times, 27 juillet 1960.

Phillips, Ruby Hart, « Khrushchev Tells Cuba He Will Buy Sugar U.S. Barred », The New York Times, 11 juillet 1960.

Phillips, Ruby Hart, « Havana Charges Latins’s Betrayal », The New York Times, 29 août 1960.

Rubottom, Roy R. Jr., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) to the Secretary of State », 25 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611.37/6-2760. Secret, No Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Rubottom, Roy R. Jr., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) to the Secretary of State », 11 août 1960, Department of State, Central Files, 737.00/8-1160. Secret, No Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Sisco, Joseph J. & Michael H. NEWLIN, « Telegram From the Department of State to the Mission at the United Nations », 8 juillet 1960, Department of State, Central Files, 737.00-860. Confidential, Priority. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Smith, Gerard C., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Policy Planning (Smith) to the Secretary of State », 13 juillet 1960, Department of State, S/P Files, Lot 67 D 548, Chron File. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Schmidt, Dana Adams, « Some Latins Feel Cuban Crisis Forced U.S. Hemisphere Plan », The New York Times, 12 juillet 1960.

Schimdt, Dana Adams, « O.A.S. Sets Study of U.S.-Cuba Rift », The New York Times, 19 juillet 1960.

Schmidt, Dana Adams, « President Warns of ‘Action’ If Cuba Is Seized By Reds », The New York Times, 11 août 1960.

Szulc, Tad, « China Reds In Cuba Today To Negociate a Sugar Deal », The New York Times, 15 juillet 1960.

Szulc, Tad, « Kubitschek Asks Wider Latin Aid », The New York Times, 7 août 1960.

Szulc, Tad, « U.S. Urges O.A.S. To Stif Charges Made By Cubans », The New York Times, 27 août 1960.

The New York Times, « Brazilian Lauds Cuba », 7 avril 1960

The New York Times, « Cuba Accepts Agenda Points », 7 juillet 1960.

The New York Times, « Excerpts From Khrushchev’s Talk Pledging Aid To Cuba », 10 juillet 1960.

The New York Times, « Moscow Denounces Eisenhower For His Pledge to Bar Red Cuba », 11 juillet 1960.

The New York Times, « U.N. Plea By Cuba Expected Today », 11 juillet 1960.

The New York Times, « Mexico Clears Stand », 12 juillet 1960.

The New York Times, « Castro Draws Praise », 17 juillet 1960.

The New York Times, « Cuban Protest at U.N. », 12 juillet 1960.

The New York Times, «  Peru Urges O.A.S. Debate Red Threat ; U.S. Favors Parley », 14 juillet 1960.

The New York Times, « Peru’s Call to the O.A.S. », 15 juillet 1960.

The New York Times, « U.S. Statement On Monroe Doctrine », 15 juillet 1960.

The New York Times, « Excerpts From Cuban, U.S. and Ecuadoran Statements in Security Council Debate », 19 juillet 1960.

The New York Times, « Latin Resolution on Cuba », 19 juillet 1960.

The New York Times, « O.A.S. Session Opposed », 16 juillet 1960.

The New York Times, « The Cuban Debate », 20 juillet 1960.

The New York Times, « Cuba’s 26 of July », 27 juillet 1960.

The New York Times, « Cuba Tells O.A.S. Committee U.S. Tries to Overthrow Castro », 3 août 1960.

The New York Times, « State Department Transcript of Secretary’s Herter News Conference in Capital », 10 août 1960.

The New York Times, « Transcript of Eisenhower’s News Conference on Foreign and Domestic Matters », 11 août 1960.

The New York Times, « The Hemispheric Meeting », 16 août 1960.

The New York Times, « Caracas Shaken By Rift On O.A.S », 30 août 1960.

The New York Times, « Mexican Cites Hope of Caribbean Peace », 1er septembre 1960.

The New York Times, « Dr. Arcaya Back In Caracas », 6 septembre 1960.

The New York Times, « Foreign Minister Quits », 7 septembre 1960.

The New York Times, « Peru Minister Resigns », 17 septembre 1960.

Trussell, C. P., « Mansfield Urges Delay in Latin Aid », The New York Times, 9 août 1960.

Wicker, Tom, « Congress Votes Added Aid Funds ; Wind-Up Delayed », The New York Times, 1er septembre 1960.

Wigglesworth, Richard B., « Telegram From the Embassy in Canada to the Department of State », 24 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611-37/7-2460. Secret. Priority. Presidential Handling. Foreign Relations of the United States, 1958-1960.

Haut de page

Notes

1 Robert Donhauser, « Memorandum of Discussion at the Department of State-Joint Chiefs of Staff Meeting, Pentagon, Washington », 8 juillet 1960, Department of State, State-JCS Meetings, Lot 70 D 328, July 1960. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 992-93.

2 Jean Knecht, « Les Etats-Unis s’apprêtent à lancer un ‘Plan Marshall’ pour l’Amérique latine », Le Monde, 12 juillet 1960.

3 Joseph J. Sisco & Michael H. Newlin, « Telegram From the Department of State to the Mission at the United Nations », 8 juillet 1960, Department of State, Central Files, 737.00-860. Confidential, Priority. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 993-94.

4 Ibid.

5 The New York Times, « Peru’s Call to the O.A.S. », 15 juillet 1960.

6 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Department of State », 9 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611.37/7-960. Confidential. Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 995.

7 Gerard C. Smith, « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Policy Planning (Smith) to the Secretary of State », 13 juillet 1960, Department of State, S/P Files, Lot 67 D 548, Chron File. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1010-11.

8 Ruby Hart Phillips, « Khrushchev Tells Cuba He Will Buy Sugar U.S. Barred », The New York Times, 11 juillet 1960. Voir également : Nikita Khruschchev, Khrushchev Remembers, Boston, Little, Brown & Co., 1970.

9 Department of State, « Editorial Note », 9 juillet 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 996-98.

10 Le Monde, « M. Khrouchtchev menace d’envoyer ses missiles sur les Etats-Unis en cas d’attaque contre Cuba », 11 juillet 1960.

11 Ibid.

12 Le Monde, « M. Khrouchtchev propose à Cuba de lui acheter le sucre dont les Etats-Unis ne veulent plus. Cuba saisit le Conseil de sécurité », 12 juillet 1960. Voir également : The New York Times, « Excerpts From Khrushchev’s Talk Pledging Aid To Cuba », 10 juillet 1960.

13 Le Monde, « M. Castro souffre d’un point de pleurésie », 12 juillet 1960.

14 Osgood Caruthers, « Premier Vows Aid », The New York Times, 10 juillet 1960.

15 William J. Jorden, « Capital Looks To Pact », The New York Times, 10 juillet 1960.

16 Department of State, « Editorial Note », 9 juillet 1960, op. cit.. Voir également : Le Monde, « Le président Eisenhower : les Etats-Unis ne permettront pas l’installation à Cuba d’un régime dominé par l’Internationale communiste », 12 juillet 1960 ; Felix Belair Jr., « President Is Firm », The New York Times, 10 juillet 1960.

17 Le Monde, « En réponse aux déclarations de M. Khrouchtchev, Washington réaffirme la validité de la doctrine de Monroe », 16 juillet 1960 ; The New York Times, « U.S. Statement On Monroe Doctrine », 15 juillet 1960.

18 Le Monde, « L’agence Tass : Washington n’évoque la doctrine de Monroe que pour justifier sa politique de brigandage », 19 juillet 1960.

19 The New York Times, « Moscow Denounces Eisenhower For His Pledge to Bar Red Cuba », 11 juillet 1960.

20 Department of State, « Editorial Note », 10 juillet 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 998-99.

21 Jean Knecht, « Les Etats-Unis s’apprêtent à lancer un ‘Plan Marshall’ pour l’Amérique latine », Le Monde, 12 juillet 1960. Voir également : Le Monde, « M. Eisenhower annonce un nouveau programme d’aide à l’Amérique latine », 13 juillet 1960.

22 Felix Belair Jr., « Eisenhower and Herter Confer; Seek Hemisphere Unity on Cuba », The New York Times, 11 juillet 1960.

23 The New York Times, « Mexico Clears Stand », 12 juillet 1960.

24 Le Monde, « Le Brésil juge insuffisant les projets de M. Eisenhower pour l’Amérique latine », 14 juillet 1960. Voir également : Tad Szulc, « Kubitschek Asks Wider Latin Aid », The New York Times, 7 août 1960.

25 Le Monde, « ‘Il s’agit de comprendre et non de punir Cuba’, déclare le candidat libéral à la présidence du Brésil », 30 juillet 1960. Voir également : The New York Times, « Castro Draws Praise », 17 juillet 1960.

26 The New York Times, « Brazilian Lauds Cuba », 7 avril 1960

27 Le Monde, « Soixante-quatre députés brésiliens signent une déclaration approuvant la politique cubaine », 8 décembre 1960.

28 Dana Adams Schmidt, « Some Latins Feel Cuban Crisis Forced U.S. Hemisphere Plan », The New York Times, 12 juillet 1960.

29 C. P. Trussell, « Mansfield Urges Delay in Latin Aid », The New York Times, 9 août 1960.

30 The New York Times, « State Department Transcript of Secretary’s Herter News Conference in Capital », 10 août 1960.

31 Christian A. Herter, « Circular Telegram From the Department of State to Certain Diplomatic Missions in the American Republics », 11 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611.37/7-1160. Secret. Priority. Limit Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1006-07.

32 Philip W. Bonsal, « Letter From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) », 13 juillet 1960, Department of State, Central Files, 737.00/7-1360. Secret. Eyes Only. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1008-09.

33 Edward L. Freers, « Telegram From the Embassy in the Soviet Union to the Department of State », 13 juillet 1960, Department of State, Central Files, 737.00/7-1360. Secret. Confidential. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1011-12.

34 Dwight D. Eisenhower, « Letter From President Eisenhower to Prime Minister Macmillan », 11 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman Files, International File, Secret. Presidential Handling. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1000-05.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Harold Macmillan, « Letter From Prime Minister Macmillan to President Eisenhower », 25 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman Files, International File, Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1031-34.

42 Ibid.

43 Le Monde, « Le Premier britannique et le président Frondizi évoquent le problème cubain », 7 juillet 1960.

44 Dwight D. Eisenhower, « Letter From President Eisenhower to Prime Minister Macmillan », 8 août 1960, Eisenhower Library, Whitman Files, International File, Secret. Presidential Handling. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1049-52.

45 Ibid.

46 Robert H. Johnson, « Memorandum of Discussion at the 451th Meeting of the National Security Council », 15 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1014-19.

47 Ibid.

48 Dana Adams Schmidt, « President Warns of ‘Action’ If Cuba Is Seized By Reds », The New York Times, 11 août 1960.

49 The New York Times, « Transcript of Eisenhower’s News Conference on Foreign and Domestic Matters », 11 août 1960.

50 Richard B. Wigglesworth, « Telegram From the Embassy in Canada to the Department of State », 24 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611-37/7-2460. Secret. Priority. Presidential Handling. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1024-25. Voir également : E. W. Kenworthy, « U.S. Declines Brazil Offer to Seek Better Cuban Ties », The New York Times, 5 février 1960 ; Diario de la Marina, « Kubitschek ofrécese para mediar entre Cuba y los E. Unidos », 17 mars 1960 ; Diario de la Marina, « Declina Washington la oferta brasileña de mediar con Cuba », 18 mars 1960.

51 Roy R. Rubottom Jr., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) to the Secretary of State », 25 juillet 1960, Department of State, Central Files, 611.37/6-2760. Secret, No Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1027.

52 Eisenhower Library, « Memorandum of a Telephone Conversation Between Secretary of State Herter in Washington and Secretary of State for External Affairs Green in Ottawa », 28 juillet 1960, Herter Papers, Telephone Conversations. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1037-39.

53 Robert H. Johnson, « Memorandum of Discussion at the 451th Meeting of the National Security Council », 15 juillet 1960, op. cit. Voir également : The New York Times, « U.N. Plea By Cuba Expected Today », 11 juillet 1960 ; The New York Times, « Cuban Protest at U.N. », 12 juillet 1960 ; Thomas J. Hamilton, « Cuba Bids U.N. Act On U.S. Reprisals », The New York Times, 12 juillet 1960.

54 Le Monde, « La plainte cubaine au conseil de sécurité », 13 juillet 1960.

55 Le Monde, « M. Franck Church : ‘faire revivre les principes américains’ », 13 juillet 1960.

56 Le Monde, « Le conseil de sécurité examinera lundi la plainte de Cuba contre les Etats-Unis », 14 juillet 1960.

57 Thomas J. Hamilton, « Cuba’s U.N. Case May Go to O.A.S. », The New York Times, 16 juillet 1960.

58 Jean Knecht, « Les Etats-Unis demanderont au Conseil de sécurité de se dessaisir de la plainte cubaine au profit de l’Organisation des Etats américains », Le Monde, 19 juillet 1960. Voir également : Robert H. Johnson, « Memorandum of Discussion at the 451th Meeting of the National Security Council », 15 juillet 1960, op. cit.

59 The New York Times, « Excerpts From Cuban, U.S. and Ecuadoran Statements in Security Council Debate », 19 juillet 1960. Voir également : Thomas J. Hamilton, « Cuba Assails U.S. Bitterly in U.N.; Bids Council Act », The New York Times, 19 juillet 1960.

60 Le Monde, « M. Raul Roa; nous sommes prêts à négocier avec les Etats-Unis sur un pied d’égalité », 20 juillet 1960. Voir également : The New York Times, « O.A.S. Session Opposed », 16 juillet 1960.

61 Jean Knecht, « La plainte de Cuba contre les Etats-Unis seraient soumises aux ministres de l’OEA. L’U.R.S.S. n’a pas encore défini sa position », Le Monde, 20 juillet 1960. Voir également : Le Monde, « M. Cabot Lodge : maintenir la doctrine de Monroe », 20 juillet 1960.

62 Le Monde, « ‘L’U.R.S.S. donnera à Cuba le soutien nécessaire’, affirme une déclaration de l’agence Tass », 20 juillet 1960.

63 Jean Knecht, « Moscou n’a pas mis son veto au renvoi de la plainte cubaine devant l’O.E.A. », Le Monde, 21 juillet 1960. Voir également : Le Monde, « La résolution du Conseil de sécurité sur Cuba », 21 juillet 1960 ; The New York Times, « Latin Resolution on Cuba », 19 juillet 1960.

64 Thomas J. Hamilton, « Security Council Sends Cuba Issue to America Unit », The New York Times, 20 juillet 1960.

65 Le Monde, « M. Fidel Castro : l’aide soviétique n’est pas dangereuse », 20 juillet 1960. Voir également : Dana Adams Schimdt, « O.A.S. Sets Study of U.S.-Cuba Rift », The New York Times, 19 juillet 1960.

66 Le Monde, « La présence de M. Raul Castro à Moscou est entourée d’une grande discrétion », 21 juillet 1960.

67 Le Monde, « L’état de santé de Fidel Castro suscite des rumeurs contradictoires », 31 juillet 1960.

68 Le Monde, « L’U.R.S.S. fournira à Cuba toute l’aide nécessaire, déclare M. Khrouchtchev à M. Raul Castro », 22 juillet 1960.

69 Le Monde, « M. Khrouchtchev n’ira pas à Cuba avant la visite de M. Castro en U.R.S.S. », 30 juillet 1960.

70 Robert H. Johnson, « Memorandum of Discussion at the 452th Meeting of the National Security Council », 21 juillet 1960, Eisenhower Library, Whitman File, NSC Records. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1021-24. Au sujet des relations commerciales avec la Chine, voir également : Le Monde, « Les Cubains fêteront mardi le septième anniversaire du mouvement fidéliste », 26 juillet 1960 ; Tad Szulc, « China Reds In Cuba Today To Negociate a Sugar Deal », The New York Times, 15 juillet 1960.

71 Le Monde, « L’état de santé de Fidel Castro suscite des rumeurs contradictoires », 31 juillet 1960, op. cit. Voir également : Ruby Hart Phillips, « Red Chinese Sign A Five-Year Pact For Cuban Sugar », The New York Times, 24 juillet 1960.

72 The New York Times, « The Cuban Debate », 20 juillet 1960.

73 Le Monde, « Une foule immense se rassemble à Bayamo pour entendre M. Fidel Castro », 27 juillet 1960. Voir également : Ruby Hart Phillips, « Castro Backers Flock To Rally », The New York Times, 26 juillet 1960 ; Ruby Hart Phillips, « Castro Calls U.S. Ennemy of Latins », The New York Times, 27 juillet 1960.

74 The New York Times, « Cuba’s 26 of July », 27 juillet 1960.

75 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en conmemoración del VII Aniversario del 26 de Julio, en Las Mercedes, Estribaciones de la Sierra Maestra », 26 juillet 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f260760e.html (site consulté le 27 avril 2020). Voir également : Le Monde, « ‘Nous voulons que la Cordillère des Andes devienne la Sierra Maestra du continent américain, déclare M. Fidel Castro pour le septième anniversaire de son mouvement », 28 juillet 1960.

76 Ibid.

77 Ibid.

78 Thomas S. Gates, « Letter From the Secretary of Defense (Gates) to the Secretary of State », 26 juillet 1960, Eisenhower Library, File of the Office of the Special Assistant for National Security Affairs, Cuba. Secret. Foreign Relations of the United States 1958-1960, p. 1034-35.

79 Ibid.

80 Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en tant de guerre, « Article 23 : Envoi de médicaments, vivres et vêtements », 12 août 1949. https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/Article.xsp?action=openDocument&documentId=5657E815ED982CB8C12563BD002C0206 (site consulté le 29 mai 2020).

81 Philip W. Bonsal, « Telegram From the Ambassador in Cuba (Bonsal) to the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) », 2 août 1960, Department of State, Central Files, 611.37/8-260. Secret. Eyes Only Priority. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1040-45.

82 Ibid.

83 Melville E. Osborne, « Memorandum of a Conversation », 3 août 1960, Department of State, Central Files, 611.37/8-360. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1045-48. Voir également : The New York Times, « Mexican Cites Hope of Caribbean Peace », 1er septembre 1960.

84 Georges Friedman, « III. La logique de la lutte », Le Monde, 26 décembre 1960.

85 Roy R. Rubottom Jr., « Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) to the Secretary of State », 11 août 1960, Department of State, Central Files, 737.00/8-1160. Secret, No Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1053-54.

86 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de clausura del Primer Congreso Latinoamericano de Juventudes », 6 août 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f060860e.html (site consulté le 29 avril 2020).

87 Ibid.

88 Ibid.. Voir également : Le Monde, « Le Pérou demande la réunion des ministres américains des affaires étrangères », 15 juillet 1960.

89 Le Monde, « Le conseil de l’O.E.A. se réunit samedi. L’Argentine demande des explications à La Havane », 16 juillet 1960. Voir également : Le Monde, « Le Conseil de l’O.E.A étudie la requête du Pérou sur les influences étrangères en Amérique latine », 18 juillet 1960 ; The New York Times, «  Peru Urges O.A.S. Debate Red Threat ; U.S. Favors Parley », 14 juillet 1960.

90 Department of State, « Editorial Note », août 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1060-65.

91 Le Monde, « Cuba ne trouve aucun allié au sein de l’Organisation des Etats américains », 9 août 1960.

92 Le Monde, « La conférence des ministres des Affaires étrangères de l’O.E.A s’ouvre dans un climat orageux », 18 août 1960.

93 The New York Times, « The Hemispheric Meeting », 16 août 1960.

94 Organization of American States, « Seventh Meeting of Consultation of Ministers of Foreign Affairs », 22-29 août 1960. http://www.oas.org/consejo/MEETINGS%20OF%20CONSULTATION/Actas/Acta%207.pdf (site consulté le 29 avril 2020). Voir également : The New York Times, « Cuba Accepts Agenda Points », 7 juillet 1960.

95 Department of State, « Editorial Note », août 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1060-65, op. cit.. Voir également : Le Monde, « A la conférence de San José, intervention modérée sur la forme de M. Herter au cours du débat sur l’intervention soviétique dans les affaires américaines », 26 août 1960.

96 Ibid.. Voir également : Le Monde, « Fièvre et confusion sur le problème cubain », 25 août 1960 ; Juan de Onis, « Colombia Charts Course In O.A.S. », The New York Times, 20 juillet 1960.

97 Ibid.

98 Le Monde, « Le Ministre des Affaires étrangères du Venezuela est démis de ses fonctions », 8 septembre 1960 ; The New York Times, « Foreign Minister Quits », 7 septembre 1960.

99 Le Monde, « Manifestations à Caracas en faveur de Cuba », 30 août 1960. Voir également : The New York Times, « Caracas Shaken By Rift On O.A.S », 30 août 1960 ; The New York Times, « Dr. Arcaya Back In Caracas », 6 septembre 1960.

100 The New York Times, « Peru Minister Resigns », 17 septembre 1960.

101 Le Monde, « Le Ministre des Affaires étrangères du Venezuela est démis de ses fonctions », 8 septembre 1960, op. cit.

102 Le Monde, « Démission du Ministre des Affaires étrangères », 17 septembre 1960.

103 Le Monde, « La délégation cubaine quitte la conférence de l’O.E.A., qui condamne l’ingérence communiste dans les affaires américaines », 30 août 1960.

104 Department of State, « Editorial Note », août 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1060-65, op. cit.

105 Organization of American States, « Seventh Meeting of Consultation of Ministers of Foreign Affairs », 22-29 août 1960, op. cit.

106 Ibid.

107 Le Monde, « Les Etats-Unis retirent leur motion de censure contre le régime cubain », 29 août 1960.

108 Le Monde, « M. Herter : le gouvernement de M. Fidel Castro marche la main dans la main avec le bloc sino-soviétique », 27 août 1960.

109 Le Monde, « M. Herter : la déclaration de San José dénonce clairement le gouvernement de M. Castro », 31 août 1960.

110 Tad Szulc, « U.S. Urges O.A.S. To Sift Charges Made By Cubans », The New York Times, 27 août 1960.

111 Organization of American States, « Seventh Meeting of Consultation of Ministers of Foreign Affairs », 22-29 août 1960, op. cit.

112 The New York Times, « Cuba Tells O.A.S. Committee U.S. Tries to Overthrow Castro », 3 août 1960.

113 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de fusión de todas las organizaciones femeninas revolucionarias. Salón-Teatro de la CTC », 23 août 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f230860e.html (site consulté le 1er mai 2020). Voir également : Ruby Hart Phillips, « Castro Affirms Red Ties ; Challenges America’s Unit », The New York Times, 25 août 1960.

114 Le Monde, « M. Gromyko : les Etats-Unis veulent imposer leur volonté à l’Amérique latine par le truchement de l’O.E.A. », 1 septembre 1960.

115 Osgood Caruthers, « Meddling In Cuba Denied By Soviet », The New York Times, 31 août 1960.

116 Le Monde, « Le gouvernement de Cuba est prêt à négocier avec celui des Etats-Unis pour régler leur différend déclare M. Raul Roa », 27 août 1960.

117 Ibid.

118 Ibid.

119 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de graduación de los maestros voluntarios a su egreso de la Sierra Maestra, celebrado en el teatro Auditorium », 29 août 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f290860e.html (site consulté le 1er mai 2020). Voir également : Le Monde, « Cuba ne renoncera pas à la protection des fusées soviétiques, déclare M. Fidel Castro », 31 août 1960 ; William J. Jorden, « 500,000,000 Fund to Begin Latin Aid Is Studied », The New York Times, 16 juillet 1960 ; Ruby Hart Phillips, « Havana Charges Latins’s Betrayal », The New York Times, 29 août 1960.

120 Department of State, « Editorial Note », 8 septembre 1960, Foreign Relations of the United States, 1958-1960, p. 1069. Voir également : Tom Wicker, « Congress Votes Added Aid Funds ; Wind-Up Delayed », The New York Times, 1er septembre 1960.

121 Le Monde, « Cuba critique le plan américain d’aide sociale », 9 septembre 1960.

122 Le Monde, « La conférence économique interaméricaine adopte l’acte de Bogota par 19 voix contre une, celle de Cuba », 14 septembre 1960.

123 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en el acto de graduación de los maestros voluntarios a su egreso de la Sierra Maestra, celebrado en el teatro Auditorium », 29 août 1960, op. cit.

124 Ibid.

125 Le Monde, « Le Sénat américain s’oppose à toute aide financière aux pays fournissant une aide militaire ou économique à Cuba », 26 août 1960.

126 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la magna asamblea popular celebrada por el pueblo de Cuba en la Plaza de la República », 2 septembre 1960. http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1960/esp/f020960e.html (site consulté le 4 mai 2020).

127 Ibid.

128 Fidel Castro Ruz, « Discurso pronunciado por el Comandante Fidel Castro Ruz, Primer Ministro del Gobierno Revolucionario, en la magna asamblea popular celebrada por el pueblo de Cuba en la Plaza de la República », 2 septembre 1960, op. cit.. Voir également : Le Monde, « Le gouvernement cubain reconnaît la Chine populaire et rompt ses relations diplomatiques avec Formose, annonce M. Fidel Castro », 5 septembre 1960.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Lamrani, « L’administration Eisenhower et la politique d’isolement contre Cuba »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29375

Haut de page

Auteur

Salim Lamrani

Université de La Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search