Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Hors-dossierPistes de solution à la crise séc...

Hors-dossier

Pistes de solution à la crise sécuritaire de l’est de la République démocratique du Congo

Possible Solutions to the Security Crisis in Eastern Democratic Republic of Congo
Dominique Kenge Mukinayi

Résumés

Cet article aborde les conflits récurrents dans l’est de la République Démocratique du Congo en vue de tenter d’établir un lien éventuel de causalité entre d’une part les transformations de l’environnement politico-économique international, et d’autre part, les multiples enjeux régionaux et les déficiences de la gouvernance interne. Ce qui permet de mieux comprendre les mécanismes, la durée et l’intensité de cette crise, dans le but d’en identifier quelques pistes vers une solution durable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis son indépendance en juin 1960, la République Démocratique du Congo est épisodiquement confrontée à des crises sécuritaires majeures. Au cours de ces six décennies écoulées, l’environnement aussi bien national qu’international a enregistré de nombreux bouleversements. Ces bouleversements touchent tant bien les intérêts que les moyens mis en œuvre par les divers acteurs pour les atteindre. Dès lors, les pistes qui s’étaient avérées efficaces dans la résolution des conflits d’hier ne pourraient pas dans le contexte actuel.

2Depuis presque deux décennies, la République Démocratique du Congo [RDC] traverse une situation des conflits armés qui n’a cessé de se métamorphoser, au point que les Congolais parlent d’une interminable guerre. Les causes lointaines de ces conflits remontent à la migration massive des acteurs hutus du conflit rwandais de 1994 connu sous le vocable du « génocide rwandais » en passant par les rébellions multiformes. Le conflit congolais est passé par des ententes et accords qui n’ont pas débouché sur une situation sécuritaire paisible et durable. Ces conflits qui sont de nature composite sont à la fois très localisés, mais liés à plusieurs enjeux d’ordre territorial, social, identitaire et économique au niveau régional, national et international. Il serait imprudent de déclarer qu’il y a seulement un conflit à l’est de la RDC étant donné que les différentes parties qui composent ce territoire de l’Est ne présentent pas la même configuration quant à leur sécurité.

3À travers cet article nous abordons les conflits, décidément récurrents dans l’est du Congo, en vue de tenter d’établir un lien éventuel de causalité entre d’une part les transformations de l’environnement politico-économique international, et d’autre part, les multiples enjeux régionaux et les déficiences de la gouvernance interne. Ce qui permet de mieux comprendre les mécanismes, la durée et l’intensité de cette crise, dans le but d’en identifier quelques pistes vers une solution durable.

1. L’indépendance et l’épreuve de la guerre froide

4Les crises sécuritaires qui ont éclaté au Congo peuvent être regroupées en deux catégories. En premier lieu, celles qui procédaient des rivalités de la bipolarité idéologique est-ouest, et en second lieu, celles qui découlent des effets combinés de la crise de l’État westphalien et du virage technologique, prélude à l’économie postindustrielle.

  • 1 Ainsi, les sécessions katangaises et kasaïenne, par exemple, avaient-elles pris de l’ampleur à la s (...)
  • 2 Jelen Christian et Olivier Oudette, Main basse sur le Congo, in La guerre industrielle,
  • 3 Frédéric Vandewalle, « L’épopée des colonnes de l’Ommegang », Historique de l’Ommegang, 1964, p.1-4

5À l’époque de la bipolarité est-ouest, les crises congolaises avaient pour causes des visées stratégiques de centres de décisions idéologiques rivaux, lesquels recrutaient des groupes d’opposants et des États de la région comme partenaires d’exécution. Par ailleurs, à cause de la présence d’importantes gîtes de minerais des métaux lourds qui répondaient aux besoins de l’ère industrielle1, les régions du Sud-est du pays furent transformées en champs opérationnels de ces conflits. La confrontation des intérêts de puissances idéologiques était telle que la solution à ces crises dépendait des résolutions des institutions multilatérales. Dans le cas du Congo, le rejet de la résolution du Conseil de sécurité des Nations-Unies sur la sécession katangaise2 suscita une intervention militaire de l’Opération des Nations-Unies au Congo (ONUC) en 1962. Encore une fois, en 1964, plusieurs puissances occidentales, dont la Belgique, les États-Unis, l’Angleterre et la France organisèrent l’Opération Ommegang pour contrer la rébellion des Simbas prochinoises à l’Est3. De même, pour mettre fin à l’agression du pays en 1977, une expédition franco-marocaine, soutenue par les États-Unis, vola au secours du régime Mobutu, contre les ex-gendarmes katangais venus de l’Angola. Enfin, en 1978 les troupes françaises de la Légion étrangère furent larguées sur la ville de Kolwezi pour briser l’offensive des mêmes gendarmes katangais.

2. Le recul de l’État westphalien et le déclin de l’économie fordiste

  • 4 Source : Dictionnaire des relations internationales. Dalloz

6L’ordre westphalien réfère à un contexte international dans lequel les États ont exercé leur souveraineté politique et des fonctions régaliennes. La territorialité de ces États devrait correspondre aux limites de la nation conformément aux traités de Westaphalie qui consacrèrent la fin de la guerre des 30 ans. Ces traités reconnaissaient l’État et son autorité exclusive sur tout le territoire. Ils établissaient, en outre, l’égalité entre toutes les collectivités étatiques et la non-immixtion dans les affaires intérieures de chacune. Ceci a eu pour effet d’instaurer un équilibre de puissances qui était supposé éviter l’émergence de l’hégémonie des unes sur les autres4. Mais, à cause de profonds bouleversements intervenus dans le monde, l’ordre westphalien aurait perdu sa légitimité en tant que dispositif de fonctionnement interne et des relations interétatiques.

  • 5 Antheaume Benoit et Frédéric Giraut, Le territoire est mort – vive le territoire, IRD-Objectif Sud, (...)

7Malgré sa résilience éprouvée5, l’État en tant que construction sociopolitique est fortement désarticulé depuis les années 1980. L’État westphalien déstructuré par un double transfert des compétences, d’une part, par la montée en puissance des instances supranationales et d’autre part, par l’émergence d’un puissant paradigme localiste.

  • 6 Badie Bertrand, La fin des territoires : Essai sur le désordre international et l’utilité nationale (...)
  • 7 Michel Crosier et Friedberg Erhard, L’acteur et le système : Les contraintes de l’action collective(...)

8Subsidiairement à ce double processus, l’État nouveau, tout en continuant sa triple fonction de régulation, de stabilisation et de redistribution des ressources, est aussi confronté à une triple contrainte : d’une part, la défense de la souveraineté et de l’intégrité du territoire de plus en plus menacées6, la protection des droits individuels et enfin la protection des minorités. Ces dernières étant quelques fois établies dans un cadre transrégional, sinon transnational, leurs revendications constituent, dans certains cas, un véritable talon d’Achille pour les jeunes États. Les artefacts territoriaux, à différents paliers de gouvernement instaurés en la faveur du processus de décentralisation, servent des lieux d’expression des groupes visant à contrôler les incertitudes et enjeux d’accès aux ressources requises pour se créer une relation de pouvoir7. La territorialisation du pouvoir décentralisé, davantage basé sur des appartenances communautaires, a exacerbé le caractère ethniciste des revendications, plus particulièrement parmi les minorités ethniques.

9La remise en question du rôle du territoire étatique a coïncidé, malheureusement, avec une crise économique internationale majeure, causée par le déclin de la grande industrie fordiste. Au terme des Trente glorieuses, la croissance économique s’estompa et suscita toutes sortes de revendications, de grèves et insurrections. Les politiques keynésiennes, qui permettaient aux États d’entreprendre de grands projets générateurs d’emploi, se sont avérées inefficaces.

10Dans les pays du Nord cette crise occasionna l’éclatement de la demande des produits standards qui provoqua, d’abord, une forte inflation mondiale, ensuite, une stagflation, l’économie fordiste sombra définitivement. Il convient alors d’examiner de quelle manière les acteurs exploitèrent les fissures intervenues dans la texture de l’État-nation à différents paliers d’action dans le cas précis du conflit qui déchire le secteur oriental de la RDC depuis plus de deux décennies.

11Dans les pays du Sud, notamment en RDC, au même moment, la crise économique fordiste fut doublée d’une crise financière aiguë, due à une dette extérieure supérieure à la capacité de remboursement d’un État gangrené par la corruption. Le pays enregistra toute une décennie de croissance économique négative. On assista à une désindustrialisation rurale intégrale, avant d’observer une destruction quasi totale des structures d’économie formelle, consécutivement à une série d’émeutes populaires. Dès lors, autant le chaos dans la gouvernance économique et politique créa un vide qui attira des spéculateurs et autres criminels économiques extérieurs, autant une pauvreté noire suscita des enjeux d’accès aux richesses et autres conflits de convoitises partout à travers le pays.

12Des mesures d’inspiration néolibérales adoptées sous la pression conjuguée des économistes néoclassiques et des gouvernements de pays anglo-saxons de traditions conservatrices achevèrent de détruire les infrastructures socio-éducatives et sanitaires. La misère noire générée par le marasme économique dans un contexte de la longue crise politique dite de démocratisation poussa des activistes politiques et militaires à s’allier des groupes insurgés qui se réclamaient des minorités ethniques transfrontalières dans les Grands Lacs africains. Le renversement du régime Mobutu en 1997 par l’Alliance des forces démocratiques pour la libération (AFDL) ouvra une ère des massacres, des pillages, des viols et autres crimes qui pullulent dans la région.

13Les sources proches des organisations non gouvernementales estiment à près de douze millions, le nombre des personnes décédées des causses directement ou indirectement liées à la guerre.

14Les acteurs directement ou indirectement actifs sur les théâtres des opérations criminels à l’Est, à un moment à un autre, relèvent quant à eux, de plusieurs catégories. On les recrute notamment parmi :

  1. Les collectivités étatiques globales, notamment les puissances anglo-saxonnes comme les États-Unis. L’Angleterre, l’Allemagne et le Canada ;

  2. Les puissances régionales : le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi, l’Angola, le Zimbabwe, le Centrafrique et le Tchad ;

  3. Les groupes ethniques immigrés à différents moments de l’histoire : le Tutsi, les Hutus, les Hem ;

  4. Les groupes ethniques locaux : les Hema, les Nandi, les Bashô, les Babemba, etc. ;

  5. Les élites politiques, administratives, coutumières et militaires congolaises ;

  6. Les agents de la Mission des Nations-Unies au Congo (MONUC) et ceux des autres organisations non gouvernementales en mission à l’est du Congo.

15En 2020, un dénombrement, certainement non exhaustif, faisait état de 122 groupes armés dans les secteurs orientaux. Parmi les plus connus, on peut ressortir le panorama partiel ci-après :

Tableau 1 : Éléments d’analyse de quelques groupes armés de l’est du Congo entre 2000 et 2018

GROUPE ARMÉ

SECTEUR OCCUPÉ

COMPOSANTE

ANTÉCÉDENTS

Armée de résistance du Seigneur (LRA)

Nord de la RDC, Sud du Soudan et en Centrafrique

Bandes d’opposants au régime Museveni

Excès de crimes humanitaires, recrutement forcé des enfants ; le leader Joseph Koni inculpé à la CPI.

Conseil national pour la défense du peuple (CNDP)

Nord-Kivu, plus d’actions en Ouganda depuis 2006.

Ancienne administration rebelle pro-tutsie

Accord de sécurité Gouv-CNDP, occupation de Goma 2012

Mouvement du 23 mars (M23)

Nord-Kivu

1700 ex-soldats FARDC

Amnistie, réintégration militaire et politique

Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR)

Nord-Kivu

Ex-soldats hutus génocidaires

Inculpation du leader par la CPI ; divisions radicaux/modérés, actions épisodiques depuis 2013

L’ADF-Nalu

Nord-Kivu

Groupe rebelle et islamiste ougandaise

Usage d’engins explosifs

Forces nationales de libération (FNL)

Mangunda et Ruhuhu (au Burundi) et plateau d’Uvira

Hutus du Masisi

Tentative d’établir une base-arrière au Sud-Kivu contre le Burundi

Forces de défense locales Busumba (FDL)

Nord-Kivu

Alliance avec M23

Yakutumba

Sud-Kivu

Babembe, de Fizi

Allié temporel des Maï-Maï, collaboration avec le FNL, alliance avec les FDRL en 2013 dans le Masango (Sud-Kivu)

Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS)

Nord-Kivu

Hundes, transfuges des FARC

Violations de droits humains ; exode à la suite des affrontements avec le groupe NDC-Sheka

Maï MaïNyatura

Nord-Kivu

Milice hutue, alliée du FDRL

Sérieuses violations des droits humains, recrutement des enfants-soldats

Forces de défense nationale (FDN)

Sud-Kivu

Anciens soldats de FRDC

Forces de défense des intérêts du peuple congolais (FDIPC)

Nord-Kivu

Hutus de Rutshuru et Kiwandja

Coopérative pour la défense du Congo (CODEDO)

Ituri

Lendu

Très violent : massacres, viols, enlèvements et pillages

GROUPE ARMÉ

PARTENARIAT

ENJEU PRINCIPAL

DÉBUT

Global

Régional

National

Local/identitaire

Armée de résistance du Seigneur (LRA)

Opposition ethnique et renversement de régime ougandais

1987

Conseil national pour la défense du peuple (CNDP)

recrutement des jeunes

Soutien des pays anglo-saxons via le Rwanda

Soutien direct du Rwanda

Respect par le gouvernement congolais des accords du 23 mars 2009 : sécurité et décentralisation

Mouvement du 23 mars (M23)

2012

Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR)

Liens initiaux avec la France

Base arrière aux territoires de Masisi/Walikale/Lubero et Rutshuru

pour le retour au Rwanda

1994

L’ADF-Nalu

Al-Q-Qaïda via le Chabab

Recrutement en Ouganda, des 1000ers d’immigrants congolais en Ouganda

FNL

Liens avec les forces locales de Yakatumba

Gouvernance, sécurité

995

Forces nationales de libération (FNL)

Raids au Burundi et en RDC : recrutement des jeunes

Opposition au gouvernement du Burundi

2005

Forces de défense locales Busumba (FDL)

Défense des terres face aux CNDP

Yakutumba

Création du parti Reconstruction of Congo (PARC)

Défense du territoire du Fizi

Insécurité et pauvreté, violence comme moyen de positionnement

2007

Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS)

S’est associé avec les FARDC contre d’autres groupes : M23, dans le Masisi

Protection de la communauté contre les anciens CNDP,

Accès aux minerais de colombo-tantalite

2008

Maï MaïNyatura

Collaboration avec les FDRL contre les M23.

Collaboration avec les FARDC contre M23

Engagements militaires en tant que groupes autochtones

Protection des intérêts hutus de contre les anciens du CNDP

2010

Forces de défense nationale (FDN)

Pauvreté

Retour des éléments ralliés aux FRDC

Sentiment de marginalisation

2010

Coalition des groupes armés de l’Ituri (COGAI)/MRPC

Unifier Masisi et les milices de l’ITURI

2012

Forces de défense des intérêts du peuple congolais (FDIPC)

Défendre le territoire de Rutshuru contre les anciens M23

2013

Coopérative pour la défense du Congo (CODEDO)

Acquisition d’armes lourdes

Haut cadres originaires

Local, identitaire

Défense leurs intérêts contre les Hema

2017

Source : Wendy Bashi (2021) RDC – La nouvelle carte des groupes armés au Congo, GEC ; Dossier 20130 Les groupes armées à l’est de la RDC.

2.1. Les leçons du panorama des groupes armés

  • 8 Cas de l’ADF-Nalu qui entretiendrait des liens avec Al-Q-Qaïda via le Chaba.
  • 9  L’illustration est fournie par les pays qui soutiennent les Forces nationales de défense, lesquell (...)
  • 10 Tel est le cas de l’Armée de résistance du Seigneur (LNRA) qui cherche toujours à déstabiliser l’Ou (...)
  • 11 Cela s’observe, par exemple, dans le cas de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souvera (...)

16Le tableau ci-haut permet de noter l’existence des relations inextricables entre les groupes armés qui pullulent à l’est de la RDC, les collectivités territoriales et corporations et même leurs pays d’origine. Si d’une part, on observe des partenariats conclus entre des acteurs extracontinentaux et des groupes identitaires ou locaux8, d’autre part, ils existent entre ces derniers et des puissances régionales9. Des groupes identitaires antagonistes dans les États voisins se disputent le contrôle des territoires en RDC, dans le but, pour certains, d’y constituer des bases-arrières pour un retour en force, ultérieur10, et pour d’autres, d’accéder aux ressources naturelles destinées au financement des opérations militaires11. Divers autres facteurs sont avancés par les acteurs pour justifier leur engagement militaire. Ainsi, l’ADF-Nalu, par exemple, évoquait-elle le déficit de gouvernance et l’insécurité là où le CNDP évoquait le manque de respect par le gouvernement congolais des accords du 23 mars 2009 qui leur garantissait la sécurité et une certaine autonomie, tandis que les groupes constitués d’anciens éléments de FARDC évoquaient le sentiment de marginalisation. L’ADF-Nalu qui essuie la puissance de feu de l’armée ougandaise aurait établi des contacts avec Al-Q-Qaïda via le groupe Chabab de la Corne d’Afrique.

17On peut aussi remarquer qu’au niveau local, les groupes autochtones s’opposent à l’expropriation de leurs terres, alors que les non-autochtones cherchent à s’assurer le maintien de leur contrôle, soit pour la survie post-crise, soit dans une tentative de faire accréditer l’hypothèse d’antériorité de leur occupation, sinon tout simplement un simple besoin d’une base arrière. Enfin, les groupes s’assuraient leurs partenariats en fonction des ennemis en face, de leurs besoins et de leurs capacités d’accès aux ressources.

  • 12 Malheureusement ces informations n’étaient pas disponibles au moment de notre rédaction.

18Les causes de la crise sécuritaire de l’est de la RDC se sont complexifiées inextricablement. La complexité se révélerait plus forte si on procédait à une analyse croisée des circuits des minerais de sang avec les réseaux d’achats illégaux d’armes et munitions. Ce croisement aurait aussi l’avantage de ressortir un lien entre le niveau de misère dans la région et le coût d’acquisition des outils de distribution de la mort12.

19Cette fois, la crise s’est aggravée par la compétition entre firmes multinationales autour des enjeux d’accès aux ressources naturelles de la RDC, les hautes institutions nationales sombrèrent en crise, entraînant une corruption généralisée qui a affaibli l’administration publique, provoquant à son tour une désindustrialisation intégrale des collectivités rurales. Celles-ci sont totalement déconnectées des circuits de distribution de revenus. L’exercice du pouvoir par des milices armées a provoqué la misère, l’ignorance et les tracasseries administratives. En bref, cette situation permet de conclure que les causes de la crise sécuritaire de l’est du Congo s’inscrivent, d’abord, au registre du déclin de l’État congolais, ensuite, la brouille à répétition avec les acteurs globaux suivie de la crise interinstitutionnelle, et enfin la crise de régulation du système d’accumulation des richesses et enfin la crise militaro-sécuritaire.

20Il serait donc difficile dans ces conditions, de trouver une solution durable à la crise sans gérer d’une manière stratégique les intérêts de composantes essentielles que sont les acteurs globaux, les puissances régionales, dans une perspective de recomposition de l’État national avec ses éléments identitaires et de nombreux artefacts locaux.

21Le retour à la paix en RDC s’appuiera, certes, sur la résilience de l’État, malgré la désacralisation des frontières depuis la chute du mur de Berlin et les retombées de la globalisation. Mais, ce pays demeure un État fragile qui ne peut négliger tant de menaces à ses frontières. Cependant, le panorama ci-haut d’acteurs de la crise indique que ni les politiques économiques, ni la judiciarisation des conflits, moins encore les interventions militaires ne peuvent, seules, conduire à la résorption d’une crise aussi complexe. Tous les acteurs impliqués ont perdu leur crédibilité à la suite de leur insertion dans les circuits d’accumulation des revenus invisibles de l’économie de guerre.

22Néanmoins, l’émergence et la mise en pratique du concept de concertation a-t-elle offert un cadre privilégié d’identification de pistes de solution aux questions de gestion des collectivités. Il faudrait ainsi déterminer, tant soit peu, les responsabilités imputées aux différents acteurs impliqués, les uns par les autres, et vice-versa.

2.2. Des acteurs et des responsabilités

23Les groupes d’intérêt congolais imputent à des puissances occidentales des responsabilités qui diffèrent selon les groupes culturels, notamment les sphères anglo-saxonnes, latines, sans oublier la communauté des nations.

24Aux puissances anglo-saxonnes, notamment les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et le Canada, les groupes d’intérêt congolais incombent la responsabilité d’avoir inspiré et soutenu l’invasion du Congo par le Rwanda et toutes les incursions militaires qui en ont suivi. De même, les politiques menées par ces États envers les pays agresseurs que sont le Ruanda, l’Ouganda et le Burundi laissent croire que l’arbitrage de ces États comporterait inévitablement un conflit d’intérêts.

25Ainsi citerait-on, par exemple, le silence des gouvernements des États de ce groupe face aux nombreux cas de violation des droits et des atteintes à l’intégrité environnementale par les filiales de leurs firmes à des situations de violation des droits humains. Les investissements consentis par les firmes britanniques, américaines et allemandes, au Rwanda et en Ouganda transforment ces deux États en véritables technopoles pour le traitement des ressources pillées au Congo. Il en est de même des configurations prises par les infrastructures d’importance régionale comme les lignes de fibre optique qui posent la base technique de la division régionale, en faveur du contrôle de l’économie congolaise par le Rwanda. Cette perspective viserait à maintenir l’est de la RDC en position d’hinterland d’économie primaire autour du Rwanda qui se transforme en foyer industriel dynamique de traitement provenant d’outre Rift Valley. Enfin, les puissances anglo-saxonnes sont soupçonnées d’être à la base de l’embargo sur les achats d’armes qui frappent le pays depuis plus de 20 ans, alors que ses ennemis dans la région négocient librement leurs approvisionnements.

26Quant aux puissances latines, la Belgique et la France, alors que ces deux pays furent longtemps accusés, par le Rwanda, d’avoir soutenu des projets génocidaires, ils sont aujourd’hui accusés par des groupes congolais d’avoir fini par épouser toutes les thèses rwandaises pour se dédouaner de la rhétorique de Kigali. Hier perçus comme alliées des forces négatives, elles apparaissent aux yeux des Congolais comme des traîtres à leur cause.

27Enfin, la Mission de l’Organisation des Nations-Unies au Congo (MONUSCO), qui constitue à date la mission la plus vieille, la plus nombreuse et la plus coûteuse de l’histoire, elle est dénoncée aussi bien par le gouvernement congolais, les associations de la société civile que par les masses paysannes pour son inutilité. Tous les changements opérés dans la mission, les effectifs et le budget de l’organisation n’ont rien changé au drame quotidien des populations. Soit les massacres, les viols des femmes, le recrutement des enfants-soldats, l’incendie des propriétés et la destruction des récoltes. Les Casques bleus impliqués dans des incidents graves comme des meurtres, la vente d’armes à des miliciens, etc. sont rarement sanctionnés.

2.3. Les responsabilités des États de la région

28Deux États des Grands Lacs africains demeurent des foyers de tension dont l’est du Congo constitue le lieu de reflux des externalités négatives, il s’agit du Rwanda et de l’Ouganda. Toutes les agressions armées qu’a subies le territoire congolais, depuis 1996, sont parties du Rwanda, de l’Ouganda et parfois du Burundi. La situation s’est stabilisée à la frontière avec ce dernier pays, depuis le dernier changement de régime.

29Les agressions à l’est du Congo étaient perpétrées à l’origine par l’armée rwandaise, avant que ce pays ne procède, d’abord, par la manipulation des certaines unités de l’armée congolaise, ensuite, par l’instrumentalisation des groupes identitaires rwandophones établis sur le sol congolais. Depuis les premières incursions, le Rwanda a mis en place une véritable économie de prédation. Celle-ci porte particulièrement sur l’extraction des minerais de colombo-tantalite, la matière première des gadgets électroniques.

30Appuyés par de puissants alliés occidentaux, dont les États-Unis d’Amérique, le Canada, le Royaume-Uni et la France, le Rwanda exploite les tensions persistantes entre des groupes de réfugiés rwandais aussi bien hutus que tutsis, dans une partie de l’Est du pays dans le sous-traitement d’une guerre asymétrique dont la comptabilité macabre se chiffre aujourd’hui à une dizaine des millions de vies humaines, à la suite des conséquences directes ou indirectes du conflit.

31Après une invasion concomitante du territoire congolais en 1996-1997, les armées rwandaise et ougandaise se sont battues dans la ville de Kisangani en l’an 2000, infligeant à de nombreuses familles, immeubles et autres infrastructures des entailles difficiles à réparer.

  • 13 Médecins Sans Frontières, RD Congo : Silence on meurt – Témoignages, 2003, 256 p.

32Dans une série des témoignages13, Médecins sans Frontières avait décrit avec force détails les souffrances des populations congolaises sous l’invasion rwandaise sous des titres parlants :

  • Jean-Marc Biquet : « Déplacés – la fuite comme ultime ressource » (p25-32) ;

  • Françoise Saive et Jean-Marc Biquet : « Accès aux soins – un droit de l’homme refusé » (p.55-60) ;

  • Éric Dachy, Pacifique Kitanina et Karl Nawej – « Silence, on meurt » (p.7l) ;

  • LiebethSchokaet : « Des gens derrière des statistiques » (p. 95-101).

2.4. Les carences du gouvernement congolais

33Les équipes gouvernementales qui se sont succédé en RDC depuis la deuxième guerre de l’Est en 1998, sont l’objet de dénonciation provenant de trois milieux que sont : les organisations de la société civile, les masses paysannes et les groupes armés.

34Certaines associations de la société civile reprochent au gouvernement congolais, en premier lieu, l’absence d’une volonté politique de prendre des mesures militaires de défense du territoire et de protection des populations.

  • 14 Ruhanamirindi Marius, L’activisme des groupes armés au Kivu amoindrit les chances de la paix, Peace (...)

35D’autres créent des opportunités de paix, notamment le Développement International (SIDA), The National Partnership of Children and Youth in Peacebuilding (NPCYP) basée au Nord-Kivu depuis 2019 ; et « Action des Jeunes pour la Paix14 ».

36Par ailleurs, il observe un silence quasi complet qui frise la complicité avec l’ennemi. Le niveau de marasme de l’économie formelle a généré une telle misère que la corruption et les crimes d’expropriation se sont généralisés. Aussi, toute invitation adressée aux armées de pays qui, hier étaient des agresseurs, culmine la frustration et la colère et enfin, les accords de paix obtenus au terme de longues négociations ne sont pas suivis des financements annoncés par la partie gouvernementale.

37Enfin, les masses paysannes constituant le groupe qui a payé le plus lourd tribut de la présence quasi permanente de l’ennemi, les masses paysannes de l’est du Congo, exténuées, se plaignent du manque d’une riposte militaire appropriée, à même de les sortir définitivement des affres de la guerre. La guerre et son lot de violences, notamment les massacres, les viols, l’incendie des villages, les destructions des récoltes et de la petite infrastructure agraire, a déstructuré l’économie paysanne et affecté le mental de nombreuses personnes. L’omniprésence des groupes identitaires agressifs, présentant des revendications foncières qui visent à les exproprier, les traumatise depuis des décennies, sans espoir d’une solution durable.

38Quant aux groupes armés, ils accusent le gouvernement congolais, d’abord, de non-respect des termes des accords intervenus lors des négociations de paix antérieures pour pouvoir lui faire confiance, encore une fois ; ensuite, de n’avoir pas entrepris des actions susceptibles d’endiguer la chasse aux sorcières par des groupes autochtones et d’atteindre des compromis minimums sur les questions foncières. Enfin, l’inexistence d’une communication claire sur le statut juridique des membres de leurs membres.

39Si dans une situation complexe comme celle-ci, les acteurs ne se fixent pas toujours des objectifs clairs, il reste néanmoins que chacun se préoccupe de l’étendue des zones d’incertitude auxquelles ses perspectives sont confrontées. Aussi, les processus d’intégration des structures et des objectifs d’action collective ne sont pas de données naturelles qui surgiraient spontanément, leur existence n’irait pas de soi. Nous pourrions aussi retenir que toute relation qui s’accompagne de la négociation est un lieu de pouvoir dont le résultat découle du rapport de force. De même, si la violence constitue le moyen d’action le plus rétrograde dans une relation, la concertation émerge comme un progrès.

  • 15 Michel Crosier et Erhard Friedberg, L’acteur et le système, Édition du Seuil, 1997, p.64-75.

40Les populations congolaises de l’Est sont confrontées à l’incertitude sur leur sécurité, leur accès aux besoins primaires. Le déséquilibre dans leur relation avec d’autres acteurs locaux et extralocaux a amenuisé leur confiance envers tout autre acteur, collectivité ou palier de pouvoir. Les populations d’origine rwandaise poursuivent des objectifs différents aussi bien au regard de leur pays de départ. Si les Hutus luttent pour le retour au Rwanda, sinon l’acquisition des terres en RDC ; les Tutsis se battent pour contrer chez les Hutus leurs perspectives de retour au Rwanda. Quant aux États rwandais et congolais, le premier cherche un déversoir pour son trop-plein démographique, tandis que le second voit aux flux de réfugiés rwandais un projet de balkanisation de son territoire. Enfin, au niveau global, pendant que les puissances occidentales cherchent à se dédouaner de leur dette morale envers le Rwanda, ce dernier voit en ce comportement une opportunité de rapport de force pour la promotion de son projet expansionniste dans les Grands Lacs africains. La paix restera orpheline tant que la définition du cadre de vie et des relations sera encore court-circuitée. Enfin, dans un conflit sociopolitique majeur, tout acteur est toujours actif15. Même lorsqu’ils se taisent, ils le font par stratégie. Ainsi, faute d’une communication efficace respectant tous les prescrits, la zone d’incertitude paraît trop large, ce qui est susceptible de conduire les parties à une expression violente de leurs frustrations, plutôt que d’adapter le cadre de vie par le dialogue.

41Par ailleurs, si la crise des Grands Lacs a éclaté à la fin de l’ère de l’économie fordiste, son développement s’est opéré avec l’accélération des dévastations du néolibéralisme.

  • 16 Médecins sans Frontières, RD Congo : Silence on meurt, L’Harmattan, Paris, 2002, p.95-101.

42L’émergence du néolibéralisme au sein des espaces périphériques comme les Grands Lacs africains a été une période de destruction du collectif. Elle a laissé des entailles profondes sur les tissus économiques et sociaux. Dans ce contexte de pauvreté généralisée engendrée par les mesures d’ajustement structurelles, l’explosion démographique qui caractérise cette région a enclenché un processus de développement asymétrique. La chute vertigineuse des revenus des collectivités s’est accompagnée d’une forte croissance de la population. La misère qui en est résultée dans ce contexte de surpeuplement justifie en partie l’ampleur des tensions qui règnent dans la région où les malades et les morts ne sont plus rien que de simples statistiques16.

2.5. L’avènement du nouveau Président de la RDC, Félix Tshisekedi

  • 17 Déclaration de Félix-Antoine Tshisekedi, Président de la RDC.

43Depuis qu’il a pris le pouvoir le 24 janvier 2019, Félix Tshiskedi s’est assigné comme objectif de remettre la RDC sur le chemin de la paix en remédiant à l’instabilité chronique et à la violence dans la partie est de la RDC. On a pu observer plusieurs évolutions positives telles que la réapparition de la RDC comme acteur sur la scène régionale et internationale, la volonté exprimée de changer les mentalités dans les secteurs clés ainsi que l’amélioration des conditions de vie de la population. Ces évolutions positives ont suscité de l’espoir, mais pour une courte durée. Les infrastructures et les promesses qui ont suscité l’adhésion des Congolais n’ont pu se matérialiser en raison de la complexité des réalités sur le terrain qui bloquent la RDC sur le chemin de la croissance et du développement. La mise en déroute de la rébellion des Forces démocratiques alliées ainsi que de nombreux autres groupes armés opérant dans l’Est, promise par Félix Tshisekedi, est loin de se matérialiser. Face à l’exacerbation des violences dans l’est de la RDC, le Président Tshisekedi décrète le 6 mai 2021 l’état de siège conformément à l’article 85 de la Constitution pour éradiquer les violences des groupes armés et des massacres des civils. Il déclare que confier le pouvoir aux militaires permettrait de rétablir la sécurité dans la région, mais le nombre de civils tués dans les attaques est en grande partie inchangé17 en dépit de l’état de siège, divers groupes armés dont certains restent non identifiés ont continué à tuer les civils (672 civils tués le 10 septembre 2021).

  • 18 Déclaration du ministre des Affaires étrangères de la RDC, Christophe Lutundula (2021)
  • 19 Propos de Paul Kagame, Président du Rwanda, février 2022, Actualités, dw.com/fr/rdc-rwanda-ouganda- (...)

44En décembre 2021, la RDC et l’Ouganda ont signé un accord de coopération militaire visant entre autres à mutualiser les efforts et les moyens entre les deux pays afin de neutraliser les ennemis communs, promouvoir le développement économique et le bien-être des populations18. Mais la situation n’est toujours pas stable, car le Président rwandais Paul Kagame a proféré des menaces pour déployer des troupes rwandaises contre les rebelles des FDLR en RDC. Paul Kagame affirme qu’il y a un temps pour négocier et un temps pour trouver une solution sans demander la permission19. Ces propos menaçants démontrent à suffisance que la paix durable en RDC n’est pas à court terme.

  • 20 Mutamba Lukusa Gaston, Redresser l’économie du Congo-Kinshasa : Bilan et conditionnalité, Études af (...)

45Dès lors, parallèlement à des recommandations d’ordre sociopolitique, il convient de noter que l’instauration d’une paix durable est conditionnée, entre autres, par la stabilisation du cadre économique de la région, ce qui par voie de conséquence réfère à l’exercice de la bonne gouvernance, d’une justice indépendante, de l’existence de bonnes infrastructures de base efficaces et d’une administration honnête20.

3. Recommandations pour une paix durable

46Au terme de cet examen de la situation sécuritaire à l’est de la RDC, nous tentons ci-après de formuler, en guise de conclusion, les conditions générales dans lesquelles devrait s’inscrire le cadre d’une paix durable à l’est du Congo.

47C’est par une concertation efficace sur les zones d’incertitude des uns et des autres que les élites clés de différents groupes en conflit pourraient atteindre un compromis politique susceptible de conduire à une solution durable de la crise sécuritaire ;

48Un plan de pacification devrait en être dégagé, incluant des dispositions sur les statuts des communautés ; l’amnistie en faveur des membres de groupes armés, les modalités et ressources pour la démobilisation, reconversion et réinstallation aussi bien des miliciens que des enfants soldats ;

49Compte tenu de la prévalence des enjeux liés à la pauvreté et aux traumatismes dus à la violence, il va falloir faire appel à des interventions d’aide et de lutte à la pauvreté et privilégier des stratégies de réinsertion par la socialisation des miliciens démobilisés par rapport à la stratégie de judiciarisation.

50Par ailleurs, ce plan devrait s’accompagner des engagements relatifs à la stabilisation et à la relance économique de la région concernée par des dévastations pendant le conflit. Le volet économique devrait retenir l’attention des décideurs, en raison d’une part, d’une évolution asymétrique, entre la démographie et le régime d’accumulation des richesses ; ensuite, de la désindustrialisation quasiment intégrale de l’arrière-pays. Enfin, alors qu’une petite industrie agro-alimentaire de l’ère fordiste lorsqu’intervenait la déconnexion de l’arrière-pays, l’économie actuelle est bâtie sur la prédominance de l’économie servicielle, ce qui, surtout en milieu rural, pose le problème de dégradation du capital humain. L’émergence d’une dynamique nouvelle est donc conditionnée à la mise en œuvre d’un programme de reconversion des tissus économiques et sociaux.

51Dans ce contexte de faiblesse accentuée de la gouvernance économique et sociale, les coûts des opérations consécutives à l’instauration d’une paix durable sont très élevés. Leur financement requiert un montage articulé entre le gouvernement congolais, les institutions financières régionales et internationales, y compris des corporations privées actives sur le terrain.

52Si le compromis politique à atteindre concerne essentiellement les acteurs majeurs de territoires congolais de l’Est, il reste évident qu’on ne pourrait pas consolider la paix sans implication des puissances régionales, lesquelles, furent, malheureusement, à l’origine de la crise.

  • 21 Nations-Unies, « S/RES/2098 Conseil de sécurité – Monusco, 2013

53La restauration de la paix en République Démocratique du Congo préoccupe au plus haut point tant les institutions internationales que les organisations non gouvernementales de défense des droits de l’Homme après presque trois décennies de pillages et surtout de cruauté, dont les conséquences en grande abondance révoltent des gens normaux. C’est ainsi que le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a voté à l’unanimité la Résolution 2098 du 28 mars 2013 créant une brigade d’intervention à l’est de la République Démocratique du Congo21. Cette résolution a été adoptée à la suite de l’accord-cadre conclu, à Addis-Abeba, le 24 février 2013, entre les États membres de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs (CIRGL) sous la pression de l’Union Africaine (UA) et sous l’influence de Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations unies.

54Dans le premier chapitre, nous avons évoqué la faillite de l’État congolais ainsi que des enjeux économiques comme étant les causes du conflit. Le manque des véritables institutions (pouvoir judiciaire, pouvoir législatif, armée et services de sécurité) et d’un système politique démocratique ont conduit la RDC à sa faillite où il n’y a ni État de droit et de justice sociale.

55Concrètement, vu la déliquescence de l’État, il est absolument indispensable de mettre en œuvre quelques axes d’actions pour consolider la paix en République Démocratique du Congo. Ces axes constituent des stratégies de reconstruction du pays pour la restauration de la paix qui conduira à son développement.

3.1. La refondation de l’État

  • 22 Jean-François Hugo, « La République Démocratique du Congo, une guerre inconnue, Éditions Michalon, (...)

56La paix et la sécurité favorisent le développement et la prospérité d’un pays. Cependant, la guerre et les rébellions sont coûteuses, ruineuses et destructrices. Les différentes rébellions, les guerres ethniques ou interethniques ainsi que la mauvaise gestion de la chose publique ont sérieusement secoué l’État de la République Démocratique du Congo en le désarticulant dans ses fonctions régaliennes. Afin de restaurer la paix et la sécurité dans le pays, il est indispensable de rétablir ces fonctions régaliennes de l’État, car elles constituent des conditions sine qua none22 de tout développement. Il ne fait aucun doute que dans ce pays, la refondation de l’état doit passer par la restauration de l’administration du pays essentiellement, de la justice, de l’armée, de la police, des forces de sécurité et de la diplomatie qu’on voudrait nationales et républicaines. La RDC, malgré ses neufs frontières, n’a jamais su se doter d’une armée à la taille ni de son territoire ni de sa démographie, ni encore de sa position géostratégique. Ayant accédé à son indépendance il y a 61 ans, les différentes guerres et rébellions qui ont parsemé son histoire jusqu’à ce jour, ont chaque fois désintégré l’embryon de sa force de défense et ensuite détruit tous les efforts entrepris en vue de sa modernisation.

57Bien que les mesures de brassage et mixage avec les forces rebelles ainsi que les autres mouvements d’autodéfense Maï-Maï aient été souhaités, l’armée congolaise est à ce jour comme une juxtaposition incongrue de groupes armés sans lien philosophique ou historique entre eux. Ces conditions favorisent souvent une paix précaire et de façade en même temps que les intérêts égoïstes et inavoués qui sont dans l’esprit de genre de regroupements susceptibles de ne pas défendre la patrie ou encore de dissuader des voisins aux intentions malveillantes et démesurées.

58La RDC doit avoir une armée composée d’hommes et des femmes formés, instruits et cultivés. Cette armée devrait être équipée et motivée, une armée tournée en temps de paix vers les objectifs de développement du pays. Aussi longtemps que le pays n’aura pas d’armée nationale républicaine capable de sécuriser le peuple et les institutions, il n’y aura pas de paix. C’est pourquoi il est prioritaire de restructurer l’armée sur une nouvelle base, à même de garantir la stabilité, la sécurité et l’intégrité des frontières du territoire congolais. Pour restaurer sa crédibilité, cette nouvelle armée devra se doter d’une force de dissuasion dictée par les impératifs géographiques et géostratégiques compte tenu de la position du Congo-Kinshasa au centre de l’Afrique où il est entouré de neuf pays. La réhabilitation de l’État implique aussi un système efficace et dissuasif de défense nationale. Pour montrer l’importance du système de défense, le général DE GAULE avait déclaré en 1961 : « Un État, un gouvernement ne peuvent pas garder leur autorité, leur prestige s’ils ne sont pas aux yeux du peuple, responsables de la défense nationale. »

59C’est seulement sous cet angle que la RDC pourra retrouver sa place en Afrique et dans le monde, et pourra jouer son rôle de gendarme dans la communauté de pays des Grands Lacs et de puissance militaire afin de garantir une paix durable dans la région. Cela constitue un défi pour le gouvernement congolais.

  • 23 Vital, Kamerhe, « Les fondements de la politique transatlantique de la République Démocratique du C (...)

60D’une manière générale, l’Afrique subsaharienne connaît un déficit de défense souvent attribué au manque de moyens logistiques et financiers. Ces lacunes conduisent souvent à la mise en place des corps armés n’ayant aucun rapport ni avec le nombre d’habitants, ni même avec les superficies à défendre. Quelques pays, d’après certaines informations fragmentaires de ce moment, sortiraient du lot : il s’agit de l’Angola qui, après plusieurs années de guerre civile, s’est doté d’une véritable armée de type moderne, et, dans une moindre mesure, du Nigeria qui, reconnaissons-le, remplit la mission de stabilisation de la région de l’Afrique de l’Ouest23. La RDC n’échappe donc pas à cette réalité des États de l’Afrique subsaharienne sans réel système de défense nationale. En ce qui concerne la RDC, l’origine de cette faiblesse remonte au lendemain de son accession à l’indépendance.

61Au niveau du changement des mentalités, il y a lieu de mentionner que la corruption, les détournements, le clientélisme, le népotisme ainsi que le tribalisme doivent être bannis des grands services de l’État. L’indépendance de la magistrature doit être une réalité pour lutter contre la corruption et les détournements des deniers publics. L’accès à la fonction publique devrait se faire par l’instauration des concours d’admission sans favoritisme et l’on devrait procéder à la réhabilitation des grandes écoles de l’administration publique d’où sortiraient les cadres bien formés pour occuper des postes dans la fonction publique.

62La politique de bon voisinage et l’ouverture au monde, en vertu des règles du droit international, constituent également des facteurs de la refondation de l’État basés sur une diplomatie forte qui doit être assurée par les diplomates de carrière.

63La refondation de l’État congolais doit être caractérisée par la fin de l’impunité. Les forts ne doivent pas être immunisés et les faibles sacrifiés. Ainsi, la loi doit s’appliquer à tout le monde de la même manière.

3.2. La bonne gouvernance

  • 24 Grégoire Bakandeja, « Le rôle de la fiscalité et la bonne gouvernance réduisant l’inégalité… », Com (...)
  • 25 Maluma Munanga G.Tizi et Ngomper Ilunga, « Syndicats et bonne gouvernance dans l’administration et (...)
  • 26 Mbambi Monga « Question de justice : La justice comme condition de la paix. », Pensée agissante num (...)

64Le concept de bonne gouvernance ne date pas d’aujourd’hui étant donné qu’elle se fonde sur l’honnêteté de tout gestionnaire soucieux du développement harmonieux d’une communauté ou d’une entité donnée. Dans la plupart des États du monde, il y a un standard à respecter pour la transparence de la chose publique et la gestion orthodoxe des biens et finances de certains États. En RDC, l’absence du contrôle de la gestion de l’État semble être le point faible dans la conduite des affaires de l’État. Le parlement congolais n’a qu’une seule mission de légiférer, alors que la constitution lui attribue en plus le mandat de contrôler le gouvernement. Malheureusement, la mission de contrôle n’est pas exercée en raison de la volonté des hommes forts qui sont des protégés de la République faisant exception à la loi. Ainsi, la bonne gouvernance consiste, pour l’État, à respecter scrupuleusement les lois votées par les élus des citoyens24. Il s’agit aussi des règles rigides à respecter lorsque les bailleurs de fonds accordent des financements assortis de sanctions entre leurs mains. La bonne gouvernance implique qu’aucun pays ne peut se développer, progresser sans stabilité politique qui nécessite à la fois une transparence de la gestion et une responsabilité assumée par les gestionnaires grands et petits devant leurs administrés ou leurs mandats25. En RDC, malheureusement on assiste à la mal-gouvernance qui maintient le pays dans une crise depuis son accession à son indépendance. La question des inégalités et de la redistribution des revenus est au centre des débats au point de susciter des conflits politiques. Le but ultime de la redistribution des revenus est de réduire les disparités entre les ménages pour avoir une société équilibrée. Par société équilibrée, il faut entendre une société dont la majorité des membres estiment satisfaisante la manière dont les droits et les richesses sociales sont répartis au sein de l’unité sociale26. En d’autres termes, il s’agit d’une société où règne un équilibre entre d’une part, les exigences toujours nombreuses des membres et, d’autre part, la manière dont les institutions politiques et socio-économiques répartissent les droits et les richesses sociales disponibles.

65Aujourd’hui, en RDC, la répartition des biens sociaux premiers est loin de satisfaire toutes les couches de la société, ce qui est à la base du déséquilibre social dont l’exacerbation justifie les atteintes à la paix-concorde à l’intérieur d’un État. Le vol, le népotisme, la corruption et les détournements des fonds colossaux de l’État congolais ainsi que l’impunité sont des maux auxquels les populations assistent passivement jusqu’à ce jour. Les dirigeants de la RDC doivent s’approprier de la bonne gouvernance sans laquelle la restauration de la paix serait inexistante.

3.3. L’amélioration des conditions de vie des populations

66Le pays est aujourd’hui dans un difficile processus de reconstruction. Les nouvelles institutions mises en place, issues de la constitution promulguée en 2006, redonnent la légitimité à l’État. Cependant, cet État doit faire face à des défis majeurs post-conflit, notamment le défi économique, social, politique moral.

  • 27 Alternatives Sud, « Retour de l’État : pour quelles politiques sociales ? » Points de vue du Sud, C (...)

67Comme nous l’avons souligné, la faillite de l’État a fragilisé les institutions qui se sont effondrées progressivement. L’État n’existait plus, ayant perdu tous ses pouvoirs régaliens tels que le pouvoir judiciaire, l’armée, la diplomatie ainsi que les structures économiques. La mal-gouvernance est profonde et est devenue structurelle dans l’économie congolaise. Il faudra alors envisager une thérapeutique de choc pour organiser le retour de l’État, avec des politiques sociales véritablement orientées vers les bonnes conditions socio-économiques des Congolais. Cette faillite entraîne au sein de la population un sentiment d’angoisse, de peur et de désespoir. La réhabilitation de l’État doit s’opérer grâce à un nouveau type d’État social, doté d’autorités publiques mues par la volonté non seulement de gagner en légitimité, d’éviter des tensions sociales ou de s’attirer les faveurs des bailleurs de fonds internationaux, mais aussi principalement de rétablir la justice sociale., de lutter contre les inégalités et de reconstruire des solidarités objectives27.

68Possédant des terres arables, ses immenses forêts et cours d’eau ainsi que son potentiel hydroélectrique, l’État congolais n’a pas su régler les problèmes primaires de ses populations en leur donnant accès à l’alimentation, à l’eau potable et à l’électricité. Les fournitures en eau potable et en électricité représentent les taux les plus bas d’Afrique tandis que le manque de nourriture affecte les populations de l’ensemble du territoire congolais. La population n’a pas accès aux soins de santé appropriés en raison de la déliquescence des infrastructures, le vieillissement et le manque d’équipement approprié. Cette situation a poussé les malades congolais, surtout les mieux nantis, à prendre le chemin de l’Afrique du Sud ou des pays européens pour se faire soigner, tandis que les pauvres sont abandonnés ne sachant à quel saint se vouer. Il faudrait donc réhabiliter et doter les infrastructures existantes d’équipements modernes pour permettre à tout citoyen congolais d’accéder aux soins médicaux de qualité.

69La nourriture, l’eau, l’électricité, l’éducation, les soins de santé et le logement constituent des besoins fondamentaux de base que l’État doit assurer pour la réalisation de la justice sociale et distributive permettant au peuple congolais de vivre dans une société équilibrée.

70L’une des conditions essentielles est d’assurer économiquement la population en la mettant à l’abri des besoins élémentaires pour sa survie : nourriture, santé, logement, institutions scolaires, etc. La RDC est virtuellement riche au regard de ses potentialités. Il suffit de les évaluer correctement et définir les mécanismes d’exploitation. Mais comme la guerre en cours a pour effet de polariser sur elle les énergies disponibles et l’attention de l’État, les conditions minimales pour réaliser cet objectif ne sont envisageables qu’à moyen terme, à la fin des hostilités.

71Pour contribuer sérieusement au rétablissement de la paix au Congo-Kinshasa, la communauté internationale ne devra pas lésiner sur les moyens. Bien au contraire, elle devra adopter envers la RDC la même attitude de compréhension dont elle a fait preuve à l’endroit de la Russie, après la dislocation de l’empire soviétique à laquelle elle a accordé une assistance de plusieurs milliards de dollars ou à l’égard d’Afghanistan qui a reçu 4 milliards de dollars. Ce sont là des montants substantiels qui peuvent aider un pays sinistré, comme le Congo-Kinshasa, pour lui permettre de démarrer un programme de développement intégral.

72À l’état actuel où se trouve le Congo-Kinshasa, avec une économie sinistrée, des infrastructures sociales délabrées, etc., il ne peut se passer du concours des institutions de Breton Wood, non uniquement pour le remboursement de la dette, mais surtout pour faire face aux défis de la reconstruction et aux attentes de la population.

3.4. L’intégration des économies dans la région des Grands Lacs

  • 28 Grégoire Bakandeja, « La libre circulation comme facteur de paix dans la Région des Grands Lacs », (...)

73La libre circulation dans les pays des Grands Lacs semble une voie favorable pour la recherche de la paix. L’une des solutions primordiales pour restaurer la paix est l’intégration des économies des États conformément au Plan d’Action de Lagos (PAL)28. En fait, c’est ce plan qui institutionnalise le sous-régionalisme comme instrument du développement économique. Il s’agit bien évidemment de la liberté de circulation ou l’ouverture des frontières en vue de la facilitation des échanges économiques entre États.

74Au sens économique, il est à souligner que la mutualisation des intérêts économiques des États par la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes favoriserait sans doute une allocation optimale des ressources. Autrement dit, le consommateur congolais ou rwandais, ougandais ou burundais bénéficierait des biens et services produits dans la communauté de ces États au prix abordable. Ce qui favoriserait la concurrence entre différents producteurs qui produiraient à meilleurs prix et meilleure qualité. Cette politique d’intégration des économies des États de la sous-région permettrait de réduire les appétits et la convoitise des pays voisins qui chercheraient à renflouer leurs économies par des moyens conflictuels en envahissant la RDC. La mutualisation des intérêts économiques entre les États de la sous-région aboutirait à coup sûr à une paix durable dans la sous-région et en particulier en République Démocratique du Congo. Elle mettra fin aux conflits à répétitions que subit la RDC depuis presque trois décennies.

Conclusion

75En définitive, nous pourrions dire que pour avoir une paix durable en RDC, il est donc impératif d’approcher à la fois l’État congolais et la communauté internationale. Dans cette approche, on a intérêt à réconcilier les belligérants sans dire ni aux uns ni aux autres qui a raison et qui a tort, mais à leur montrer le bien-fondé d’une coexistence pacifique. Personne au monde ne veut jamais s’entendre dire qu’il a tort. La RDC vit dans la subversion parce que les conditions le permettent. S’il n’y avait pas eu de Congolais complices des envahisseurs, ceux-ci ne se seraient pas hasardés à attaquer la RDC ; en tout cas ils ne s’y seraient pas installés à demeure. Tout au plus, ils se seraient peut-être aventurés en s’appuyant sur les Tutsis immigrés, dits Banyamulenge, mais ils seraient déjà retirés devant la détermination générale de la population congolaise. De ce point de vue, les rebelles congolais portent une grave responsabilité devant l’histoire. Afin de bénéficier d’une paix interne durable et d'éviter qu’il y ait parmi les Congolais, des collaborateurs avec l’ennemi, il faut diagnostiquer les causes qui sont susceptibles de produire de tels collaborateurs. Il est vrai qu’il y aura toujours des insatisfaits, comme il y en a partout dans le monde, mais il existe des mécanismes pour barrer la route à ces genres d’individus.

Haut de page

Bibliographie

Alternatives Sud (2009). Retour de l’État : pour quelles politiques sociales ? Points de vue du Sud, Centre Tricontinental, Syllepse, Volume XVI-2009, Paris, p.171-182.

Badie, B. (1995). La fin des territoires : Essai sur le désordre international et l’utilité nationale de respect. CNRS, 278 p.

Bakandeja, G. (2012). La libre circulation comme facteur de paix dans la Région des Grands Lacs, Communication à la conférence de Bukavu, 5 avril 2012 organisée par le Réseau des Recherches pour la construction de la paix dans la région des Grands Lacs, in Les libres circulations dans l’ordre juridique communautaire africain.

Bakandeja, G. (2013). Le rôle de la fiscalité et la bonne gouvernance réduisant l’inégalité…. Communication à la conférence internationale de Vienne sur la fiscalité, croissance et développement, 18-19 janvier 2013.

Bashi, W. (2021). La nouvelle carte des groupes armés au Congo, https://www.dw.com/fr/rdc-nouvelle-cartographie-des-groupes-arm%C3%A9s/a-56652882

Battistella, D., Petiteville, F. et al., (2012). Dictionnaire des relations internationales, 3e édition, Dalloz.

Biquet, J-M. (2003). Déplacés – la fuite comme ultime ressource, dans Silence, on meurt. Médecins sans Frontières, p. 25-32.

Crosier, M. et Friedberg, E. (1977). L’acteur et le système : Les contraintes de l’action collective, Édition du Seuil, 450p.

Dachy É., Pacifique, K. et Karl, N. (2003). Silence, on meurt ; dans Silence, on meurt, Médecins sans Frontières

Deneault, A., Abadie, D. et al. (2008). Noir Canada – Pillage – corruption et criminalité en Afrique, Éco société, 348 p.

GEC (2013). Dossier : Les groupes armés à l’est de la RDC, 2013 https://www.thenewhumanitarian.org/fr/actualites/2013/10/31/les-groupes-armes-dans-l-est-de-la-rdc ; https://www.peaceinsight.org/ar/articles/lactivisme-des-groupes-arm%C3%A9s-%C3%A0-lest-de-la-rdc-amoindrit-lespoir-de-paix/?location=dr-congo&theme=

Kankwenda, M. (2004). Dynamiques des conflits et crises de développement en Afrique centrale, Dubois, Paris, p.452.

Maluma, Munanga G.Tizi et Ilunga, N. (1999). Syndicats et bonne gouvernance dans l’administration et entreprises publiques congolaises en période de guerre. In Revue de la faculté d’administration des affaires et sciences économiques, UPC, Kinshasa, p.116.

Mbambi M. (2000). Question de justice : La justice comme condition de la paix., Pensée agissante, n° 9, Actes des Troisièmes journées philosophiques, Kinshasa, p.66-67.

Ntheaume, B. et Giraut, F. (2005). Le territoire est mort – Vive le territoire, IRD – Objectif Sud, 384 p.

Onana, C. (2009). Ces tueurs tutsis – Au cœur de la tragédie congolaise, Deboiris, Paris, 320 p.

Rever, J. (2021). Rwanda – L’éloge du sang, Max Milo, p. 475.

Ruhanamirind, M. (2021). L’activisme des groupes armés à l’est de la RDC amoindrit l’espoir de paix, Peace Insight.

Saive, F. et Bicquet, J-M. (2003). Accès aux soins – un droit de l’homme refusé, dans Silence, on meurt, Médecins sans Frontières, p.55-60

Schoka, L. (2003). Des gens derrière des statistiques, dans Silence, on meurt, Médecins sans Frontières, Médecins sans Frontières, p.95-101.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, les sécessions katangaises et kasaïenne, par exemple, avaient-elles pris de l’ampleur à la suite du choix du gouvernement belge visant à s’assurer le contrôle de ces deux régions qui constituent des sources d’approvisionnements en matières premières industrielle.

À diverses époques, les autorités congolaises avaient dénoncé l’implication des puissances étrangères dans les crises sécuritaires successives : la Chine, l’URSS et l’Algérie lors des rébellions des mulelistes et celles des Simbas de l’Est en 1963-1964 ; l’URSS et le Cuba lors des deux guerres du Sud-Est (celles de 80 jours sur l’axe Kapanga-Sandoa en 1977 et celle de l’axe Kolwezi-Dilolo en 1978).

2 Jelen Christian et Olivier Oudette, Main basse sur le Congo, in La guerre industrielle,

L’aventure Aujourd’hui, 1969, p.49-82.

3 Frédéric Vandewalle, « L’épopée des colonnes de l’Ommegang », Historique de l’Ommegang, 1964, p.1-4.

4 Source : Dictionnaire des relations internationales. Dalloz

5 Antheaume Benoit et Frédéric Giraut, Le territoire est mort – vive le territoire, IRD-Objectif Sud, 2005, 384 p.

6 Badie Bertrand, La fin des territoires : Essai sur le désordre international et l’utilité nationale du respect, 1995, 140 p.

7 Michel Crosier et Friedberg Erhard, L’acteur et le système : Les contraintes de l’action collective, Édition du Seuil, 1977, p. 66-67.

8 Cas de l’ADF-Nalu qui entretiendrait des liens avec Al-Q-Qaïda via le Chaba.

9  L’illustration est fournie par les pays qui soutiennent les Forces nationales de défense, lesquelles procèdent à des raids au Burundi et en RDC où elles recrutent aussi des enfants-soldats.

10 Tel est le cas de l’Armée de résistance du Seigneur (LNRA) qui cherche toujours à déstabiliser l’Ouganda à partir du nord du Congo.

11 Cela s’observe, par exemple, dans le cas de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) qui exploite des gisements de colombo-tantalite dans le Masisi, au Sud-Kivu.

12 Malheureusement ces informations n’étaient pas disponibles au moment de notre rédaction.

13 Médecins Sans Frontières, RD Congo : Silence on meurt – Témoignages, 2003, 256 p.

14 Ruhanamirindi Marius, L’activisme des groupes armés au Kivu amoindrit les chances de la paix, Peace Insight, 22 septembre, 2021 L’activisme des groupes armés à l’est de la RDC amoindrit l’espoir de paix – Peace Insight

15 Michel Crosier et Erhard Friedberg, L’acteur et le système, Édition du Seuil, 1997, p.64-75.

16 Médecins sans Frontières, RD Congo : Silence on meurt, L’Harmattan, Paris, 2002, p.95-101.

17 Déclaration de Félix-Antoine Tshisekedi, Président de la RDC.

18 Déclaration du ministre des Affaires étrangères de la RDC, Christophe Lutundula (2021)

19 Propos de Paul Kagame, Président du Rwanda, février 2022, Actualités, dw.com/fr/rdc-rwanda-ouganda-armées-fdlr-adf/a-60750457, consulté le 17 février 2022.

20 Mutamba Lukusa Gaston, Redresser l’économie du Congo-Kinshasa : Bilan et conditionnalité, Études africaines, L’Harmattan, Paris, 2003, p. 218-219.

21 Nations-Unies, « S/RES/2098 Conseil de sécurité – Monusco, 2013

22 Jean-François Hugo, « La République Démocratique du Congo, une guerre inconnue, Éditions Michalon, Paris, 2006, p.99

23 Vital, Kamerhe, « Les fondements de la politique transatlantique de la République Démocratique du Congo : La RDC, terre d’espoir pour l’humanité. », Éditions Larcier, Bruxelles, 2011, p.66-67.

24 Grégoire Bakandeja, « Le rôle de la fiscalité et la bonne gouvernance réduisant l’inégalité… », Communication à la conférence internationale de Vienne sur la fiscalité, croissance et développement, 18-19 janvier 2013.

25 Maluma Munanga G.Tizi et Ngomper Ilunga, « Syndicats et bonne gouvernance dans l’administration et entreprises publiques congolaises en période de guerre ». In Revue de la faculté d’administration des affaires et sciences économiques, UPC, Kinshasa, 1999, p.116.

26 Mbambi Monga « Question de justice : La justice comme condition de la paix. », Pensée agissante numéro 9, Actes des Troisièmes journées philosophiques, Kinshasa (RDC), 2000

27 Alternatives Sud, « Retour de l’État : pour quelles politiques sociales ? » Points de vue du Sud, Centre Tricontinental, Syllepse, Volume XVI-2009, Paris, p.171-182.

28 Grégoire Bakandeja, « La libre circulation comme facteur de paix dans la Région des Grands Lacs », (Communication à la conférence de Bukavu, 5 avril 2012 organisée par le Réseau des Recherches pour la construction de la paix dans la région des Grands Lacs [Université Catholique de Bukavu, Université de Burundi, Université Libre de Bruxelles, Université Catholique de Louvain, Facultés universitaires Saint-Louis/Bruxelles], dans Les libres circulations dans l’ordre juridique communautaire africain, 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Kenge Mukinayi, « Pistes de solution à la crise sécuritaire de l’est de la République démocratique du Congo »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le , consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29430

Haut de page

Auteur

Dominique Kenge Mukinayi

Doctorant à l’Université d’Ottawa
dominique_ke2001@yahoo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search