Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Hors-dossierLes disparités socio-économiques ...

Hors-dossier

Les disparités socio-économiques dans le gouvernorat de Sidi Bouzid (centre ouest de la Tunisie)

Socio-Economic Disparities in The Governorate of Sidi Bouzid (Central-West of Tunisia)
Fadhel Heni et Mohsen Dhieb

Résumés

La présente recherche vise à étudier les disparités régionales, analyser les niveaux de développement, identifier les zones les plus développées et les zones défavorisées et déterminer les facteurs explicatifs dans le gouvernorat de Sidi Bouzid. L’analyse des indicateurs élémentaires nous a permis en effet de détecter la présence d’un certain nombre de disparités dans le gouvernorat de Sidi Bouzid en termes de développement économique et social des délégations. Nous avons eu recours à la méthode de la distance euclidienne qui nous a permis de mesurer la distance entre les délégations au niveau du développement. Cette méthode a souligné l’importance de l’écart entre Sidi Bouzid Ouest qui a l’indice de développement le plus élevé et le reste des délégations. Des écarts notables ont été également observés entre les délégations de Rgueb et Meknassy d’une part, et le reste des délégations d’autre part.
D’une façon générale, un contraste est apparu clairement entre les zones orientales et les zones occidentales du gouvernorat. Les délégations orientales ont obtenu un meilleur coefficient de développement en raison de l’importance de l’intervention de l’État, la proximité des pôles régionaux orientaux, où se trouvent notamment les principaux ports et aéroports, et l’importance des facteurs naturels propices aux activités agricoles.
Les zones occidentales marginalisées (7 délégations) ont un indice faible en raison de l’éloignement des zones côtières favorisées du pays, les conditions naturelles défavorables et l’absence de villes capables d’attirer les populations rurales et les afflux et de promouvoir le développement. La promotion des délégations défavorisées passe inévitablement par l’exploitation optimale de toutes les ressources disponibles, le développement équitable (discrimination positive…), la solidarité territoriale, la citoyenneté, la démocratie et la gouvernance territoriale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question des disparités spatiales a été longuement étudiée par les géographes. Elle constitue sans nul doute une contrainte au développement et à l’équité spatiale. C’est un phénomène ancien connu de diverses civilisations. La disparité entre les milieux, rural et urbain, les régions et les localités est un phénomène répandu non seulement dans les pays en développement, mais aussi dans tous les pays développés. Seules la prise de conscience et une planification rationnelle peuvent atténuer ce phénomène.

2En Tunisie, les inégalités régionales sont considérées comme l’un des marqueurs de l’espace tunisien, quand bien même elles varient dans le temps en termes d’acuité et de rythme d’aggravation ou d’atténuation selon les politiques mises en place. Elles constituent bien un facteur majeur d’organisation ou de désorganisation de l’espace et de détermination de la position des régions les unes par rapport aux autres. Même avant la période du Protectorat, la Tunisie a connu des inégalités spatiales immenses, non seulement naturelles, mais aussi anthropiques, conséquence directe de l’action de l’homme. La colonisation a soutenu les clivages préexistants (Belhédi, 2017a).

3Après l’indépendance, des disparités économiques et sociales se sont accentuées entre une Tunisie littorale orientale très humanisée, dynamique et prospère et une Tunisie intérieure défavorisée, caractérisée par la prédominance d’une activité agricole extensive, des montagnes accidentées, des Steppes semi-arides et des déserts repoussants (Sethom Hafedh, 1999).

4Géographiquement, Sidi Bouzid appartient à la région des Hautes Steppes. Administrativement, le gouvernorat fait partie de la région du Centre-Ouest tunisien, la plus pauvre des régions du pays. Entre autres effets, Sidi Bouzid a représenté le point de départ de la révolution tunisienne, qui s’est ensuite propagée progressivement dans le reste du pays. Les trois slogans ont été scandés haut et fort : développement, liberté et dignité nationale. Les disparités régionales sont considérées comme l’une des principales causes de la révolution tunisienne de 2010. Elles représentent bien un obstacle au développement équitable.

5Les disparités sont observées dans le gouvernorat de Sidi Bouzid à la fois sur le plan naturel, social et économique. Afin de réduire les inégalités régionales et d’intégrer les zones marginalisées, il existe plusieurs outils, dont la discrimination positive. Cet instrument nécessite de mesurer les disparités régionales et d’analyser les niveaux de développement afin d’identifier les zones privilégiées et les moins développées.

6Comment les disparités régionales apparaissent-elles entre les délégations ? Quelles sont les mesures qui peuvent les réduire ou en limiter la progression ? Quelles sont les méthodes pour en mesurer l’ampleur ? Comment identifier les zones privilégiées et celles défavorisées ? Quels sont les facteurs explicatifs ? Le rôle de l’État et l’éloignement par rapport aux pôles de développement (Sfax, Sousse et Tunis) sont-ils les facteurs les plus importants ? Quelles sont les conditions nécessaires pour parvenir à un développement équilibré qui contribue à l’essor économique et social de ces délégations ?

7L’objectif de cette recherche est d’étudier les disparités régionales, d’analyser les niveaux de développement, d’identifier les zones favorisées et celles les moins développées dans le gouvernorat de Sidi Bouzid et de remonter les facteurs explicatifs.

8Trois hypothèses guident notre réflexion. D’abord, nous supposons qu’il existe de fortes disparités régionales en termes de développement entre les délégations. Ensuite, les écarts entre délégations ne sont significatifs qu’entre Sidi Bouzid Ouest, la capitale du gouvernorat, dans laquelle se concentrent les divers services et équipements et toutes les autres délégations. Enfin, les délégations orientales du gouvernorat, plus proches des trois grands pôles de développement du pays (Tunis, Sousse et Sfax) ont des indices de développement plus forts que les délégations occidentales du gouvernorat.

9Pour vérifier ces hypothèses, nous étudierons, dans un premier temps, une synthèse de la revue de littérature sur les mesures de disparité et le volet méthodologique. Deuxièmement, nous présenterons et discutons les résultats de la recherche. Nous concluons en étayant notre point de vue sur les mesures à mettre en œuvre nécessaires pour parvenir à un développement plus équilibré qui contribuerait à réduire les disparités régionales existantes et à initier un processus de développement des zones défavorisées.

1. Revue de la littérature sur les mesures de disparité

10Avant d’aborder la question des mesures de disparité et les études qui l’ont abordée, il semble nécessaire de préciser ce concept.

1.1. Qu’est-ce que la disparité ?

11La notion de disparité évoque une inégalité (Merenne-Schoumaker, 1994 : 5) qui est une « différence perçue ou vécue comme une injustice, comme n’assurant pas les mêmes chances à chacun » (Brunet et al., 1992 : 253). Cette définition revêt certes une dimension juridique puisqu’elle nous amène à poser des questions de préjudices et de hiérarchies. Mais, dans le même sens, la disparité est aussi un état d’inégalité « ressentie, perçue et vécue comme une injustice » (Brunet et al., 1992 : 150). Quel serait donc le degré d’inégalité à partir duquel nous pouvons parler de disparités régionales ? Y a-t-il un seuil précis et mesurable à partir duquel une personne se sent victime d’iniquité spatiale ?

12Marc Cote et Michèle Joannon rappellent que « L’on parle de disparités lorsque ces différenciations atteignent des valeurs fortes, lorsqu’elles peuvent avoir un impact (quantitatif ou qualitatif, positif ou négatif) sur le fonctionnement du territoire et sur le développement de l’économie » (Cote et Joannon, 1999 : 5).

13Cette définition indique que la disparité suppose que deux conditions soient réunies : atteindre un écart sensible ; et prévoir les impacts négatifs qui en découlent. Cette proposition soulève quelques questions : si le terme « disparités régionales » s’applique aux fortes inégalités, comment qualifier celles qui ne le sont pas ? Y a-t-il un seuil mesurable pour distinguer les fortes disparités des inégalités faibles ou modérées ? Nous voyons que malgré la simplicité des définitions avancées par Brunet et d’autres auteurs, elles butent sur la question de la mesure de l’écart. Dans ce contexte, Aydalot souligne que les disparités sont les « écarts à une norme » (Aydalot, 1985 : 160). « Mais quelle norme choisir ? Norme d’identité ? Certainement pas, car il ne peut être question que tous les territoires soient identiques. Norme d’égalité ? Sans doute, mais selon quel indicateur : le niveau de vie, les revenus par habitant, les revenus par actif… ? » (Merenne-Schoumaker, 1994 : 5).

14La notion de disparité s’applique à certains types de variations géographiques comme celle des niveaux d’équipements pour lesquelles les disparités observées… (Cottineau et Vallée, 2022 : 5). D’une façon générale, la disparité est entendue comme une « différence de niveau dans les domaines économiques, sociaux, culturels… » (Brunet et al., 1992 : 150). Cette différence est préjudiciable, perçue ou vécue comme une injustice entre les pays, les milieux, les régions et les localités…

1.2. Mesurer les disparités : quels indicateurs et quelles méthodes choisir ?

15La mesure des indicateurs se heurte à plusieurs écueils, à savoir : la détermination de l’échelle spatiale et temporelle et le choix de ces indicateurs. Compte tenu de leur diversité (économique, sociale, culturelle, spatiale…), leur choix reste une question complexe. « En outre, le même indicateur, exprimé en valeurs absolues ou en valeurs relatives à un espace ou à une valeur initiale, peut donner des résultats différents » (Merenne-Schoumaker, 1994 : 7). Comment dès lors mesurer ces inégalités régionales ? Peut-on se fier à des indicateurs simples au risque de les multiplier et d’en perdre de la pertinence ? Dans quelle mesure y a-t-il, une fois les inégalités mesurées, atténuation ou aggravation des disparités (Belhédi, 1999) ?

16Certes, au niveau international et national, les indicateurs utilisés pour évaluer les disparités et le niveau de développement sont nombreux et variés. L’Indice de Développement Humain (IDH) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) demeure l’indicateur synthétique de développement le plus reconnu au niveau international pour comparer les niveaux de développement humain entre pays et le plus à même de concurrencer l’indicateur du PIB par tête (Goujon et Hermet, 2012). L’IDH est résumé en mesurant trois dimensions importantes du développement humain, à savoir la santé, l’éducation et le niveau de vie.

17En 2010, la méthodologie de l’IDH a été révisée par le PNUD. Les changements ne concernent pas l’indice de santé, toujours mesuré par l’espérance de vie à la naissance. En revanche, dans la composante éducation, le taux d’alphabétisation des adultes a été remplacé par les années de scolarisation escomptées pour les enfants et les années de scolarisation moyennes des adultes. La composante du revenu est mesurée dorénavant sur la base du revenu national brut, et le PIB par habitant utilisé jusque-là pour mesurer le niveau de vie a été remplacé par le revenu brut par habitant.

18Certains auteurs ont utilisé l’ancienne méthodologie du PNUD à une échelle régionale (Sabermahani et al., 2013, pour les 28 provinces de l’Iran en 2001 et 2009 ; Lipták, 2010, pour la Roumanie et de la Hongrie en 2004 et 2007 ; Goujon, 2008, et Goujon et Hermet, 2012, pour La Réunion et Mayotte). D’autres auteurs ont estimé cet indicateur à une échelle régionale en appliquant la nouvelle méthodologie du PNUD. Silva et Lopes (2012) ont élaboré un IDH pour 30 régions portugaises en 2004 et 2008. Hazell et al., (2012) ont estimé l’IDH pour les 13 provinces du Canada durant la période 2000-2011. D’autres auteurs ont appliqué cette méthodologie (Schrott et al., 2012, Felice et Vasta, 2012 et Benaabdelaali et al. 2013 pour le Maroc).

19Certains auteurs ont construit un indicateur de développement régional. Osberg (1985) a élaboré un indicateur du bien-être économique pour comparer l’évolution de cet indicateur dans six pays de l’OCDE (les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, la Norvège et la Suède). Cet indicateur comporte quatre indices : consommation, accumulation, inégalité et insécurité.

20D’autres études se sont appuyées sur la méthode de l’Analyse factorielle en Composantes Principales (ACP) pour comparer et classer les régions en fonction du niveau de développement économique et social. En Angleterre, Wong (2002) a utilisé 29 indicateurs économiques pour un groupe de zones locales en Angleterre. Selon la méthode de l’analyse factorielle, il a été possible de distinguer 5 types : les grandes villes dominantes (Big city syndrom Factor1), les banlieues prospères (Buoyant suburbia, Factor 2), les zones propices à la vie et au logement (Desirable living environment, Factor 3), les pôles de services locaux (Local service centers, Factor 4) et les petites zones d’activités (Small business culture, Factor 5).

21En Turquie, afin d’étudier le problème des disparités régionales en Turquie, Özaslan et al, (2006) se sont appuyés sur 58 variables qui incluent les aspects sociaux (démographie et emploi), l’éducation, la santé, les infrastructures et autres indicateurs du bien-être) et les domaines économiques (industrie, agriculture et finance…). L’étude a porté sur 81 provinces. Selon la méthode de l’analyse factorielle, les provinces ont été classées en 5 groupes selon leurs niveaux de développement économique et social.

22En Tunisie, pour déterminer le niveau de développement, de nombreuses méthodes ont été utilisées. L’indice de développement régional a été proposé sur la base de plusieurs indicateurs économiques, sociaux et régionaux depuis les années 1980. En 1982, Belhedi (1982) a construit un coefficient de développement régional fondé sur plusieurs variables : Coefficient Optimum Relatif de Développement (CORD). Ce coefficient a été amélioré par la suite par le même auteur (Belhedi, 1989, 1992, 2017b). Belhédi (1982) a appliqué pour la première fois en Tunisie la méthode de distance euclidienne pour évaluer les disparités régionales en 1982. Mais, cette méthode n’a pas été appliquée par la suite au niveau national, régional et local.

23L’Institut tunisien de la Compétitivité et des Études Quantitatives ITCEQ a également formulé un indice de développement régional depuis 2012, amélioré jusqu’en 2018 (ITCEQ 2012, 2014 et 2018). Certains auteurs ont également appliqué l’indice de développement régional dans une étude menée sur les disparités dans la région du Sud-est tunisien (Bechir et al., 2018). L’indice de développement humain a également été utilisé pour déterminer le niveau de développement dans d’autres recherches en Tunisie (Zidi, 2013 ; Bousnina, 2019). Nous utiliserons tout comme Belhédi (1982) la distance euclidienne pour démontrer les écarts au niveau régional, mais nous l’appliquerons seulement au niveau régional et local, dans un gouvernorat qui appartient à la région la plus pauvre du pays (Hautes Steppes) et est considéré comme le point de départ de la Révolution tunisienne. La méthode qui a été appliquée par Belhédi avait servi à évaluer les disparités régionales en 1982, mais depuis elle n’a point été expérimentée, et c’est ce que nous tentons d’entreprendre dans cette recherche.

2. Zone d’étude et méthodologie de recherche

24Le gouvernorat de Sidi Bouzid se compose désormais de 14 délégations, après la création des deux autres nouvelles délégations de Saïda et Hishiria. La zone d’étude enregistre des altitudes allant de 9 mètres (Sabkhet Noual) à 1356 mètres (Djebel Mghila). Ce contraste altitudinal s’explique par le fait que la partie occidentale est caractérisée par la prédominance des collines et des montagnes (djebels de Bou Hidma, Maloussi, Bou Dinar, AlKbar, Mghila…). Quant à la partie orientale, elle est dominée par de larges plaines où l’altitude dépasse rarement les 300 mètres.

2.1. Zone d’étude

25Le gouvernorat appartient au climat continental semi-aride. La zone aride supérieure couvre les parties nord et centrale, tandis que la partie sud appartient à la zone aride inférieure. La pluie est caractérisée par sa rareté et son irrégularité, sa moyenne annuelle variant entre 150 et 300 mm. La zone est connue par la rareté des eaux de surface. Les quantités sont estimées à environ 60 millions de m³. Les vallées (Oued El-Fakka et El-Lban…) et les lacs, qui étaient 39 lacs en 2016, sont les principales sources des eaux de surface. Le volume des eaux souterraines exploitées a atteint plus de 95 millions de m³ en 2016.

26La population du gouvernorat était de 429 912 habitants en 2014, soit 3,9 % de la population totale du pays. Sidi Bouzid est considéré comme un gouvernorat rural où le taux d’urbanisation ne représente que 27,1 % (contre 67,7 % au niveau national). Le taux d’analphabétisme est resté élevé, atteignant 29,2 % (contre 18,8 % au niveau national).

27La région a connu une expansion significative de l’agriculture irriguée. Malgré sa place croissante dans la production de légumes et de fruits, les activités non agricoles sont encore limitées au niveau de la production et de l’emploi. Le manque de développement des activités industrielles et de services a entraîné des difficultés au niveau de l’emploi de la main-d’œuvre, ce qui a conduit à un solde migratoire déficitaire. Le gouvernorat a perdu 9138 migrants (7384 entrants et 16 522 sortants) entre 2009 et 2014.

Figure 1. Le Gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie)

Figure 1. Le Gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie)

28Le phénomène du chômage est l’une des causes les plus importantes de l’émigration, puisqu’il atteint 17,7 %, alors que la moyenne nationale était de 14,8 % en 2014. Les taux de raccordement au réseau de l’eau potable et les taux de ménages possédant des voitures sont restés inférieurs à la moyenne nationale, atteignant respectivement : 50,3 % et 22,2 % (contre : 88,1 % et 27,2 %).

29Tous ces indicateurs ont fait de notre zone d’étude l’un des gouvernorats les plus défavorisés du pays. En effet, Sidi Bouzid se classait au 21e rang en termes d’indice de développement régional, sur les 24 gouvernorats du pays en 2018 (ITCEQ 2018, p.14).

2.2. La méthodologie de la recherche

30Le but de cette recherche est d’évaluer les niveaux de développement dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, d’analyser les niveaux de développement, d’identifier les zones les plus développées et les zones défavorisées et les facteurs explicatifs. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur un ensemble d’indicateurs socio-économiques 1 concernant :

  • Les indicateurs d’infrastructure et des équipements de base : la part des routes classées 2, Ratio : 1/distance par rapport aux métropoles (Tunis, Sousse-Sfax), Ratio : 1/la distance d’accès aux services (port, aéroport…), les taux de raccordement au réseau de l’eau potable.

  • Les indicateurs sanitaires : le nombre de médecins par 1000 h, le nombre de pharmacies par 1000 h et le nombre de lits par 1000 h.

  • La dimension sociale, démographique et éducative est analysée à travers les indicateurs suivants : solde migratoire, taux d’urbanisation, taux de dépendance, Ratio : 1/taux de bénéficiaires de couverture sociale (soins forfaits), taux de ménagers possédant des voitures, taux d’admis au bac, Ratio : 1/taux d’analphabétisme et taux de scolarité.

    • L’environnement économique et le marché du travail : Ratio : 1/taux de chômage, taux d’activité, nombre des points de vente en gros, investissements agricoles B et C, nombre d’entreprises privées par 1000 h et nombre d’entreprises agricoles par 1000 h.

  • 1 Nous excluons les deux délégations d’Essaida et d’Al-Hichriya en raison du manque de données.

31Afin de mesurer les disparités dans le développement entre 12 délégations1, nous nous sommes appuyés sur la méthode de la distance euclidienne. Elle est calculée selon la formule :

32La distance D entre les délégations i et j est déterminée en fonction des valeurs qu’elles affichent dans les dimensions (variables) x et y.

33Pour identifier les zones les plus développées et les zones défavorisées, nous avons classé les délégations selon la méthode des emboîtements (Cluster Analysis). Cette méthode est basée sur l’algorithme de Ward qui permet de regrouper les délégations sur la base de la petite distance qui les sépare.

34Le coefficient de développement régional permet de connaître le niveau de développement atteint par les délégations. Il identifie également les délégations développées et les moins développées. Cet indicateur est régional. Il résume diverses variables sociales, économiques et spatiales. Il se compose de l’indice des conditions de vie, de l’indice de l’environnement social et de l’indice des activités économiques.

35Pour formuler ce coefficient, nous nous sommes appuyés sur 21 indicateurs. Nous organisons les variables en 3 axes :

  • conditions de vie ;

  • dimension sociale ;

  • environnement économique et marché du travail.

36Nous avons dégagé une liste représentative et avons obtenu (8) volets couvrants : des indicateurs d’infrastructure et des équipements de base, des indicateurs sanitaires, des indicateurs de richesse, des aspects sociaux et démographiques, de l’éducation, des dimensions économiques et du marché d’emploi.

37Nous nous appuierons sur la méthode de la normalisation comparative. Elle consiste à placer tous les indicateurs entre 0 et 1 dans le but de comparer les différents indicateurs de diverses dimensions économiques, sociales et spatiales. Le calcul des sous-indices est basé sur la forme suivante :

Indice dimensionnel = (valeur constatée-valeur minimale)/(valeur maximale-valeur minimale)

38Le coefficient de développement est obtenu en calculant la moyenne arithmétique simple des 21 variables. L’indice le plus proche de 1 est le plus élevé en développement.

Figure 2. Les variables de l’indice du développement régional

Figure 2. Les variables de l’indice du développement régional

Conception de F. Heni

3. Résultats et discussion

39L’objectif de cette section est de répondre aux deux principales questions de la recherche : savoir comment se manifestent les disparités régionales ; et dans quelle mesure le rôle de l’État et le facteur de proximité ou d’éloignement des zones côtières constituent-ils les premiers facteurs explicatifs des inégalités entre les délégations orientales et les délégations occidentales du gouvernorat.

3.1. Les indicateurs élémentaires : multiplicité et diversité

40Cette sous-section vise à confirmer ou à infirmer notre première hypothèse qui suppose que le gouvernorat de Sidi Bouzid se caractérise par de fortes disparités régionales au niveau du développement économique et social entre les délégations.

41Pour tester cette hypothèse, nous avons utilisé plusieurs indicateurs socio-économiques.

Figure 3. Les disparités au sein du Gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie)

Figure 3. Les disparités au sein du Gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie)

42Sur le plan sanitaire, Sidi Bouzid Ouest occupe la première place en nombre de lits pour 1000 habitants. Ces services sont absents à la fois à Sidi Bouzid Est et à Souk Jdid. Les 9 délégations restantes, dont la plupart sont situées loin des pôles de développement orientaux, enregistrent des indicateurs nettement inférieurs à la moyenne régionale.

43Quant à l’indice de ménages possédant des voitures exprimant un certain niveau de vie, la délégation de Rgueb, délégation qui possède une vocation agricole riche, arrive en tête du gouvernorat, suivie de Sidi Bouzid Ouest, Ouled Haffouz et Sidi Bouzid Est. Le reste des délégations, dont la plupart sont situées dans la partie occidentale du gouvernorat et éloignées des pôles de développement, enregistrent des indicateurs inférieurs à la moyenne régionale.

44En termes d’infrastructures et d’équipements, au niveau du taux de raccordement au réseau de l’eau potable, 9 délégations enregistrent des indicateurs inférieurs à la moyenne régionale. Alors qu’au niveau de la part des routes classées, à l’exception des délégations de Sidi Bouzid Ouest, Meknassy, Souk Jdid et Mezzouna, le reste des délégations ont des valeurs très largement inférieures à la moyenne du gouvernorat. Leur faible développement est dû au fait que la plupart des délégations (8 au total) sont plus éloignées des pôles de développement (Sfax, Sousse et Tunis), soit l’un des facteurs de leur faible développement.

Tableau 2. Indicateurs de l’environnement social dans le gouvernorat Sidi Bouzid par délégation en 2017

Taux d’urbanisation

Solde migratoire

Taux de dépendance

Bénéficiaires de couverture sociale (soins forfaits)

Taux d’analphabétisme

Taux de scolarité

Sidi Bouzid Ouest

57,44

-2972

34,51

2,86

21,43

36,67

Rgueb

17,57

13

37,79

3,04

27,2

24,11

Ouled Haffouz

12,74

-246

36,3

5,1

30,45

34,04

Meknassy

62,1

-190

33,81

5,36

26,07

48,45

Sidi Bouzid Est

12,58

32

36,22

3,69

29,43

31,29

Sidi Ali Ben Aoun

32,95

-113

36,36

4,07

35,1

24,31

Bir Elhfay

16,91

91

36,23

3,25

31,08

26,16

Souk Jdid

0

-190

34,29

4,59

34,56

26,56

Mezzouna

29,84

-256

37,89

5,86

37,18

28,78

Jilma

14,47

-319

39,19

3,25

36,57

22,06

Cebalit Ouled Asker

16,49

84

37,45

4,56

35,05

22,48

Menzel Bouzaine

28,09

-100

36,02

6,07

33,85

37,09

Moyenne

25,1

-347,17

36,34

4,31

31,5

30,17

Source : INS 2014, Office de Développement du Centre Ouest 2017.

45Sidi Bouzid est un gouvernorat essentiellement rural. Seul un quart de la population environ vit dans les villes. Avec 62,1 %, Meknassy arrive en tête du gouvernorat en termes de taux d’urbanisation, suivie de Sidi Bouzid Ouest. Mais sept délégations sont en dessous de la moyenne régionale de 25,1 %. Étant donné que ces villes sont principalement intérieures et axées sur les services, elles ne sont pas en mesure d’offrir suffisamment d’emplois à leurs habitants. Cela a poussé nombre d’entre eux à quitter le gouvernorat, d’où un solde migratoire négatif. À l’exception de Bir Elhfay, Cebalit Ouled Asker, Sidi Bouzid Est et Rgueb, le reste des délégations sont considérées comme des espaces répulsifs de la population.

46Sept délégations enregistrent des valeurs d’indicateurs supérieures à la moyenne régionale en matière de taux d’analphabétisme et inférieures à la moyenne au niveau du taux de scolarisation.

Tableau 3. Indicateurs de l’environnement économique dans le gouvernorat Sidi Bouzid par délégation en 2017X 

Taux de chômage

Taux d’activité

Nombre d’entreprises privées par 1000 h

Nombre d’entreprises agricoles par 1000 h

Investissements agricoles B et C

Nombre des points de vente en gros

Sidi Bouzid Ouest

16,35

52,61

0,14

0,16

5860

7

Rgueb

9,16

43,36

0,07

0,19

10 123

56

Ouled Haffouz

16,1

39,29

0

0,51

13 964

11

Meknassy

31,17

41,21

0,16

0,04

1805

10

Sidi Bouzid Est

19,44

48,54

0,22

0,24

4421

2

Sidi Ali Ben Aoun

20

35,87

0

0,65

4928

1

Bir Elhfay

13,55

41,39

0,03

0,18

5375

1

Souk Jdid

16,05

37,11

0

0,04

1987

5

Mezzouna

18,62

39,46

0

0

1650

9

Jilma

13,15

35,2

0,07

0,1

4726

33

Cebalit Ouled Asker

19,53

35,33

0,09

0,05

1132

18

Menzel Bouzaine

26,82

38,81

0

0

1685

1

Moyenne

18,33

40,68

0,07

0,18

4804,67

12,83

Source : INS 2014, Office de Développement du Centre Ouest 2017.

47Ouled Hafouz est en tête du gouvernorat en termes d’investissements agricoles, suivie de Rgueb, tandis que Sidi Ali Ben Aoun occupe la première place en termes de nombre d’établissements agricoles pour 1000 habitants. Le nombre d’établissements privés varie entre les délégations : Sidi Bouzid Est occupe la première place ; Rgueb est en tête des délégations en nombre de points de vente en gros.

48Toutes ces données ont eu un impact sur le niveau des emplois. C’est ainsi que le taux de chômage le plus faible a été enregistré à Rgueb en raison de l’importance des investissements agricoles et de la proximité des zones orientales. Alors que le taux de chômage le plus élevé a été enregistré à Menzel Bouzaine en raison des conditions naturelles défavorables, de l’éloignement des pôles de développement et de l’absence des entreprises industrielles et agricoles. Six délégations ont enregistré un taux de chômage supérieur à la moyenne régionale.

49L’analyse des indicateurs élémentaires nous a permis de confirmer l’hypothèse qui indique l’existence de disparités notables dans le gouvernorat de Sidi Bouzid au niveau du développement économique et social entre les délégations. En analysant chaque indicateur séparément, il nous a été possible d’identifier les variations régionales du niveau de cet indicateur uniquement.

50Cependant, cette méthode ne nous a pas donné une idée générale sur la valeur des écarts entre les délégations. Nous n’avons donc pas été en mesure de déterminer le niveau de développement de toutes les délégations. En conséquence, à ce niveau d’analyse, l’acuité des disparités est restée ambiguë.

51Pour clarifier cette question et fournir une idée plus approfondie de l’ampleur et de la valeur des variances, nous nous sommes appuyés sur d’autres méthodes.

3.2. Les écarts et les types inter-locaux

52Cette sous-section vise à confirmer ou à infirmer la deuxième hypothèse qui suppose que les écarts inter-locaux ne sont significatifs qu’entre Sidi Bouzid Ouest, la capitale du gouvernorat, dans laquelle se concentrent les divers services et équipements et le reste des délégations dans lesquelles les niveaux de développement convergent, car elles sont situées dans un gouvernorat intérieur et appartiennent à la région la plus pauvre du pays.

53Pour confirmer ou infirmer cette hypothèse, il fallait mesurer les valeurs des écarts entre les délégations.

3.2.1. Les écarts inter-locaux

54Pour mesurer les écarts entre les délégations, nous nous sommes appuyés sur la méthode de la distance euclidienne. La matrice des distances a souligné l’importance de l’écart entre Sidi Bouzid Ouest et le reste des délégations. Cette différence est comprise entre 7,37 et 10,44. Elle a enregistré plus de 10 entre cette délégation et les délégations de : Jilma, Cebalit Ouled Asker, Menzel Bouziane et Souk Jdid.

55En revanche, la matrice a enregistré des différences importantes entre les délégations de Regueb et Meknassi et le reste des délégations. Cet écart est de 5,4 pour la première délégation et de 5,5 pour la seconde délégation.

56Si l’on exclut les trois délégations de Sidi Bouzid Ouest, Rgueb et Meknassy, la différence entre le reste des délégations a diminué puisqu’elle se situe entre 3,24 et 6,55.

Tableau 4 : Matrice des distances socio-économiques

 

Sidi Bouzid Ouest

Sidi Bouzid Est

Meknassy

Rgueb

Jilma

Sidi Ali Ben Aoun

Mezzouna

Cebalit Ouled Asker

Ouled Haffouz

Bir Elhfay

Menzel Bouzaine

Souk Jdid

Sidi Bouzid Ouest

0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sidi Bouzid Est

9,888

0

Meknassy

7,372

6,613

0

Rgueb

9,510

7,140

8,906

0

Jilma

10,441

6,385

8,077

5,498

0

Sidi Ali Ben Aoun

9,820

6,301

7,313

7,312

4,850

0

Mezzouna

9,890

6,696

6,204

7,350

5,860

6,558

0

Cebalit Ouled Asker

10,221

5,066

6,720

6,550

3,248

4,052

5,273

0

Ouled Haffouz

9,618

6,410

6,937

6,317

6,521

6,120

5,402

6,618

0

Bir Elhfay

9,442

5,715

7,235

6,192

3,511

3,864

6,203

3,955

6,162

0

Menzel Bouzaine

10,184

5,819

5,542

8,111

5,220

4,808

4,345

3,740

6,194

4,399

0

Souk Jdid

10,440

5,943

7,228

7,257

5,360

5,338

5,144

4,443

6,544

4,062

4,086

0

Source : Élaborés par nos calculs, à partir des données de l’INS (RGPH 2014) et de l’ODC.

3.2.2. Les types locaux

57Dans ce volet, nous visons à classer les délégations selon le niveau de développement, afin de pouvoir identifier les zones les plus développées et celles qui sont défavorisées. La méthode de classification ascendante hiérarchique permet de regrouper les délégations sur la base de la petite distance qui les sépare. En utilisant le logiciel SPSS, nous avons abouti à une typologie hiérarchique ascendante matérialisée par le dendrogramme utilisant la distance de Ward (Carte 8).

Figure 4. Typologie locale dans le gouvernorat de Sidi Bouzid 2017

Figure 4. Typologie locale dans le gouvernorat de Sidi Bouzid 2017

58Le graphique a fourni des données sur les écarts régionaux. Douze niveaux de développement peuvent être distingués. Selon cette méthode, les délégations peuvent être réparties en quatre groupes :

  • Groupe 1 : Il comprend la délégation de Sidi Bouzid Ouest qui représente la capitale du gouvernorat. Elle englobe les meilleures infrastructures et services sanitaires. Elle bénéficie également de bonnes conditions sociales par rapport au reste des délégations. Elle contient les indices les plus bas en termes de taux de bénéficiaires de couverture sociale (soins forfaits) et de taux d’analphabétisme. Cette délégation a enregistré le taux le plus élevé d’admis au bac. Elle se classe au premier rang pour ce qui est de l’indice de l’environnement économique et d’emploi. Cette position privilégiée est principalement due à l’importance de l’intervention de l’État.

  • Groupe 2 : Il se compose de Meknassy et Sidi Bouzid Est : les indicateurs de conditions de vie et de conditions sociales s’améliorent : Meknassy contient le taux d’urbanisation le plus élevé, tandis que Sidi Bouzid Est enregistre un solde migratoire positif du fait qu’il abrite le plus grand nombre d’entreprises. Cette délégation a profité de sa situation au centre du gouvernorat.

  • Groupe 3 : Il est constitué de Rgueb et Ouled Hafouz. Ces délégations bénéficient de leur localisation près de Sfax et de l’importance des investissements agricoles. Pour la délégation de Rgueb, c’est un facteur important d’amélioration des conditions de vie, économiques et d’emploi. Elles ont créé plusieurs emplois, ce qui a permis à la zone d’enregistrer le taux de chômage le plus bas. La délégation de Rgueb a enregistré un solde migratoire positif et elle s’est transformée en une zone attractive.

  • Groupe 4 : Il comprend le reste des délégations : Jilma, Sidi Ali ben Aoun, Mezzouna, Cebalit Ouled Asker, Bir Elhfay, Menzel Bouziane et Souk Jdid. Ce groupe a des indicateurs à valeurs faibles du niveau des conditions de vie. Le faible développement de cette zone s’explique par l’éloignement des régions orientales, où se trouvent les pôles de développement, ainsi que par des données naturelles défavorables.

59L’analyse des écarts entre les délégations a permis de confirmer la première sous-hypothèse qui indique l’existence de profondes disparités entre la capitale de gouvernorat (Sidi Bouzid Ouest) et le reste des délégations où les écarts se réduisent.

60En revanche, l’analyse a réfuté la deuxième sous-hypothèse, ce qui indique que les différences entre le reste des délégations (si l’on exclut Sidi Bouzid Ouest) sont faibles. Nous avons conclu qu’il existe des écarts importants entre les délégations de Rgueb et Meknassy d’une part, et le reste des délégations d’autre part.

61La méthode de la distance euclidienne nous a permis en général de mesurer les écarts régionaux entre les délégations, mais elle ne nous a pas précisé d’indicateur synthétique du niveau de développement de chaque délégation.

3.3. Un coefficient de développement

62Nous visons dans cette partie à vérifier les deux sous-hypothèses suivantes :

  • La capitale du gouvernorat a le plus fort indice de développement par rapport au reste des délégations.

  • Les espaces orientaux du gouvernorat, proches des pôles de développement (Tunis, Sousse et Sfax), ont des indices de développement élevés par rapport aux délégations occidentales du gouvernorat.

63Pour tester ces deux hypothèses, il est nécessaire de mesurer le niveau de développement de chaque délégation et de le comparer avec le reste des délégations. Il importe de formuler un indicateur de développement économique et social. Cet indicateur est régional. Il consiste à placer tous les indicateurs entre 0 et 1 dans le but de comparer les différents indicateurs de diverses dimensions économiques, sociales et spatiales.

64L’analyse sectorielle vise à clarifier davantage les résultats obtenus à l’aide du logiciel XLSTAT qui propose de nombreuses fonctions (Normaliser [n-1], Normaliser [n], Centrer…). Nous avons choisi la fonction : remettre à l’échelle de 0 à 1. L’analyse sectorielle se compose des indices : des conditions de vie, de l’environnement social et des activités économiques et de l’emploi.

Tableau 6. Indices sectoriels de développement 2017

Indice des conditions de vie

Indice social

Indice économique

Sidi Bouzid Ouest

0,796 9

0,749 6

0,509 2

Rgueb et Saida

0,544 3

0,562 7

0,634 5

Meknassy

0,506 4

0,768 4

0,229 2

Ouled Haffouz

0,576 4

0,445 5

0,481 6

Sidi Bouzid Est

0,412 8

0,538 9

0,490 7

Bir Elhfay

0,2027

0,5122

0,3122

Sidi Ali Ben Aoun

0,189 8

0,515 9

0,307

Mezzouna

0,4532

0,3416

0,1668

Souk Jdid

0,327 4

0,417 5

0,167 4

Jilma

0,196 3

0,350 1

0,359 8

Cebalit Ouled Asker

0,238 3

0,414 2

0,225 3

Menzel Bouzaine

0,208

0,431 5

0,074 7

Source : Élaborés par nos calculs, à partir des données de l’INS (RGPH 2014) et de l’ODCO

65La délégation de Sidi Bouzid Ouest bénéficie de bonnes conditions de vie, suivie par Ouled Haffouz. Alors que les délégations de Sidi Ali Ben Aoun et Jilma ont enregistré l’indice le plus faible.

66Meknassy bénéficie des meilleures conditions sociales et démographiques. Cette délégation enregistre le taux d’urbanisation le plus élevé dans le gouvernorat. L’indice le plus bas a été enregistré dans les délégations de Mezzouna et de Jilma.

67Rgueb occupe la première place en termes d’indice économique en raison de l’importance de ses activités agricoles qui lui ont permis d’attirer des investissements, de créer des emplois, de réduire l’immigration et d’améliorer les infrastructures. En revanche, Menzel Bouziane occupe la dernière place en raison de son faible potentiel agricole et de la limitation des autres secteurs.

Figure 5. Coefficient de développement socio-économique dans le gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie) en 2017

Figure 5. Coefficient de développement socio-économique dans le gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie) en 2017

68L’analyse des résultats a confirmé l’inégalité des niveaux de développement entre les délégations, nous pouvons distinguer entre les groupes suivants :

  • La délégation de Bouzid Ouest : elle a un bon indice de développement par rapport au reste des délégations du fait de l’importance de ses activités agricoles, industrielles et services. Elle a contribué à améliorer les infrastructures et à réduire le taux de chômage. Leur indice de développement a atteint 0,86.

  • Les délégations orientales : ce groupe bénéfice d’un meilleur niveau de développement qui dépasse la moyenne du gouvernorat. Rgueb représente la délégation la plus importante de ce groupe, avec un indice de 0,58, suivi de Meknassy, Ouled Hafouz et enfin Sidi Bouzid Est.

  • Les délégations occidentales : ce groupe se caractérise par un faible niveau de développement, allant de 0,34 à Bir Elhfay à 0,23 à Menzel Bouziane. Ces délégations sont considérées comme des zones marginales du fait de leur éloignement des pôles de développement (Sfax, Sousse et Tunis) et leurs potentialités naturelles qui ne sont pas adaptées aux activités agricoles (extension des montagnes…).

69L’analyse a confirmé la première sous-hypothèse, qui indique que la capitale Sidi Bouzid Ouest contient l’indice de développement le plus élevé. Elle reçoit les services, les équipements les plus importants et les établissements industriels et commerciaux qui y sont concentrés. La répartition inéquitable du développement est due à l’intervention de l’État, l’absence de collectivités locales et à la faible participation des composantes de la société civile et des populations locales à la prise de décision.

70L’analyse a également confirmé la deuxième sous-hypothèse qui indique que les espaces orientaux du gouvernorat qui sont proches des pôles de développement (Tunis, Sousse et Sfax) ont des indices de développement élevé par rapport aux délégations occidentales du gouvernorat. Cela signifie que plus nous nous dirigeons vers l’ouest, plus l’indice de développement diminuera. Cela confirme l’importance du facteur de la proximité ou de l’éloignement des zones côtières orientales, où se trouvent les pôles de développement (Tunis, Sousse et Sfax), pour expliquer les variations du niveau de développement dans les délégations.

71Dans quelle mesure cette affirmation peut-elle être confirmée ?

72Il semble que l’influence du rôle de l’État et le facteur de proximité aux pôles de développement ne soient pas absolus. Sur les totaux des 7 délégations les plus proches, seules 5 se situent aux premiers rangs en termes d’indice de développement. L’exception comprend la délégation de Mezzouna, qui est la plus proche de la ville de Sfax, alors qu’elle s’est classée neuvième au niveau de l’indice de développement. En revanche, Menzel Bouziane, qui se classe au cinquième rang en termes de proximité avec la ville de Sfax, se classe dernier en termes d’indice de développement. Ainsi, l’influence de l’intervention de l’État et le facteur de proximité ou d’éloignement des pôles de développement sont considérés comme relatifs. Ceci incite à rechercher d’autres facteurs tels que les facteurs naturels (l’extension des montagnes dans les zones occidentales, la faiblesse de l’extension des plaines…), l’importance des plaines dans les délégations occidentales et le manque de villes capables de fournir des emplois.

Conclusion : pour un développement équitable

73La présente recherche a confirmé la présence de disparités dans le gouvernorat de Sidi Bouzid au niveau du développement économique et social entre les délégations. Nous avons mis l’accent sur l’importance de l’écart entre Sidi Bouzid Ouest et le reste des délégations. En revanche, l’analyse a confirmé la présence des écarts importants entre les délégations de Rgueb et Meknassy d’une part et le reste des délégations d’autre part.

74La méthode de la normalisation comparative nous a permis de mesurer les niveaux de développement à travers le coefficient socio-économique qui a souligné l’importance de la délégation de Sidi Bouzid Ouest en termes d’infrastructures, de services sanitaires, des entreprises et des activités industrielles et de services. En tant que centre du gouvernorat, elle attire des investissements et des capitaux.

75En revanche, le contraste est apparu clairement entre les zones orientales et les zones occidentales du gouvernorat (figure 6). Les délégations orientales ont obtenu des coefficients de développement meilleurs. Elles ont bénéficié des facteurs principaux : l’importance du rôle de l’État pour Sidi Bouzid Ouest, la proximité des pôles urbains orientaux, où se trouvent les ports et aéroports et l’importance des facteurs naturels propices aux activités agricoles. La délégation de Rgueb a dominé ces zones en termes de développement. L’activité agricole a joué un rôle important pour attirer des investissements extérieurs de la délégation. Cela a contribué à l’amélioration des infrastructures et à l’augmentation des opportunités d’emploi. Cette zone a enregistré un solde migratoire positif.

Figure 6. Les disparités locales dans le gouvernorat de Sidi Bouzid

Figure 6. Les disparités locales dans le gouvernorat de Sidi Bouzid

Conception de Heni Fadhel

76Les régions occidentales (7 délégations) sont considérées comme une zone marginale dominée par la pauvreté et le chômage. Cela est dû à l’éloignement des zones côtières du pays et aux conditions naturelles dominées par les montagnes. Ces zones ont enregistré des coefficients de développement faibles inférieurs à la moyenne du gouvernorat. Menzel Bouziane est considérée comme la délégation la plus pauvre du gouvernorat.

77La promotion des délégations pauvres passe inévitablement par l’exploitation optimale de toutes les ressources disponibles (humaines, naturelles et spatiales), le développement équitable (discrimination positive : cet instrument permet de privilégier les zones les moins développées [Menzel Bouziane, Cebalit Ouled Asker, Jilma, Souk Jdid, Mezzouna, Sidi Ali Ben Aoun et Bir Elhfay] en donnant la priorité aux investissements, à la solidarité territoriale, la citoyenneté, la démocratie et la gouvernance territoriale, le démantèlement de leur isolement et l’intégration de ces espaces marginalisés et du gouvernorat de Sidi Bouzid dans les zones littorales développées.

Haut de page

Bibliographie

Aydalot, P. (1985). Économie régionale et urbaine. Coll. Économie, Economica, Paris.

Béchi, R., Ounalli N. et Sghaier, M. (2011). L’inégalité territoriale dans le Sud-est tunisien : une mise en évidence à travers l’analyse des indicateurs régionaux de développement. Revue canadienne des sciences régionales, (34)2-3 : 61-68.

Belhedi, A. (1982). Du problème régional. Contribution pour mesurer et réduire l’inégal développement : Première approche et application à la Tunisie. Revue tunisienne de Géographie, 9 : 9-42.

Belhedi, A. (1989). Société, espace et développement. Thèse d’État, 3 vol., FSHS, Université de Tunis, Tunis.

Belhedi, A. (1992). Société, espace et développement en Tunisie. FSHS, Université de Tunis, Tunis.

Belhedi, A. (1998). Quelques aspects du développement régional et local en Tunisie. Cahiers du CERES, 20 : 15-78.

Belhedi, A. (1999). Les disparités spatiales en Tunisie, état des lieux et enjeux. Méditerranée, tome 91, 1-2 : 63-72.

Belhedi, A. (2017a). Disparités spatiales et développement régional en Tunisie. Défis et enjeux. Conférence à Beit Al-Hikma, 7 décembre 2017, http://amorbelhedi.unblog.fr

Belhedi, A. (2017 b). Société, espace et développement en Tunisie. Publ de la FSHS, Université de Tunis, 2ère édit.

Belhedi, A. (2017 c). Développement des régions intérieures. Contraintes, spécificités et potentialités. Séminaire Pour un développement spécifique aux régions intérieures. U.R. BiCade, 15-17 mars 2017, FLHA, Université Manouba. Cf. http://amorbelhedi.unblog.fr

Ben Jelloul, M. (2014). Contestations collectives et soulèvement du 17 décembre 2010. La révolte des quartiers populaires de Sidi Bouzid (Tunisie). Les Cahiers d’EMAM 22 : 71-115.

Benabdelaali, W., Bennaghmouch, Z., Cheddadi, S. et Kamal, A. (2013). Disparités régionales de développement humain au Maroc. Région et Développement, 37 : 65-93.

Bousnina, A. (2019). Les disparités locales du développement humain en Tunisie. Les cahiers de Tunisie, 226/227– Université de Tunis.

Brunet R., Ferras R. et Théry H. (1992). Les mots de la géographie. Dictionnaire critique. Coll. Dynamiques du Territoire, Reclus – La Documentation Française, Paris.

Cottineau, C. et Vallée, J. (2022). Introduction. dans C. Cottineau et J. Vallée (dir), les inégalités dans l’espace géographique, ISTE éditions, 1-30.

Côte, M. et Joannon, M. (1999). Les disparités spatiales en Méditerranée sud et est. Méditerranée, tome 91, 1-2. Littoralisation et disparités spatiales Machrek Maghreb, 5-12.

Faycel Zidi. (2013). Politiques économiques et disparités régionales en Tunisie : une analyse en équilibre général micro-stimulé. Économies et finances. Thèse de doctorat en sciences économiques, Université de la Sorbonne nouvelle – Paris III, 2013.

Felice, E. & Vasta, M. (2012). Passive Modernization? The New Human Development Index and Its Components in Italy’s Regions (1871–2007), UHE Working Paper, 2012.

Goujon, M. (2008). L’indice de développement humain : une évaluation pour la Réunion. Région et Développement, 27 : 225-244.

Goujon M., Hermet F. (2012). L’indice de développement humain : une évaluation pour Mayotte. Région et Développement, 36, 229-244.

Hazel, l E., Gee K-F. & Sharpe A. (2012). The Human Development Index in Canada: Estimates For The Canadian Provinces And Territories, 2000–2011. CSLS Research Report, 02.

Institut National de la Statistique (2014). Sidi Bouzid à travers le Recensement général de la Population et de l’Habitat. https://www.ins.tn/publication/sidi-bouzid-travers-le-recensement-general-de-la-population-et-de-lhabitat-2014

ITCEQ (2012). Indicateur de développement régional. Étude comparative en termes de développement régional de la Tunisie. Note et analyses de l’ITCEQ, 8 : 25p.

ITCEQ, 2014). Inégalités régionales en Tunisie. Note et analyses de l’ITCEQ, 24 : 28p.

ITCEQ (2018). Indicateur de Développement régional : méthodologie et résultats. Notes et analyses de l’ITCEQ. Document de travail. Boussida S, Ben Rabeh I, Ben Salhine R, 24 : 23p.

Lars, O. (1985). The Measurement of Economic Well-Being, in D. Laidler (ed), Approaches to Economic Well-Being. Toronto: University of Toronto Press.

Lipták, K. (2010). Representation of Modified Human Development Index in Romania’s and Hungary’s Nuts2 Regions. Managerial Challenges of the Contemporary Society, Issue 1: 92–96.

MAS (2012). Principaux indicateurs du développement social en Tunisie. Bureau des Études, de la Planification et de la programmation (BEPP), 9p.

Mérenne-Schoumaker, B. (1994). Les disparités et les dynamiques territoriales : introduction méthodologique. Bulletin de la Société Géographique de Liège, 30 (1994/1) – Disparités et dynamiques territoriales en Belgique. https://popups.uliege.be/0770-7576/index.php?id=3039.

Metin, O., Bülent, D. & Hüseyin, Ö. (2006). Regional disparities and territorial indicators in Turkey: socio-economic development index (sedi). oecd territorial reviews oecd territorial reviews: Istanbul, Turkey.

Ministère du Développement régional et de la Planification (2012). Gouvernorat de Sidi Bouzid, indicateur de développement régional.

Office de Développement du Centre-Ouest (2017). Gouvernorat de Sidi Bouzid en chiffres. 127p.

Riadh, B. et al. (2018). Disparité locale et perspectives du développement territorial au Sud-est tunisien. Revue des régions arides, 44 : 275-285.

Sabermahani, A., Barouni, M., Seyedin, H. & Aryankhesal, A. (2013). Provincial Human Development Index, a Guide for Efficiency Level Analysis: The Case of Iran. Iranian Journal of Public Health, (42)2: 149-157.

Schrott, L., Gachter, M. & Theurl, E. (2012). Regional development in advanced countries: A within-country application of the Human Development Index for Austria. Working Papers in Economics and Statistics, 1–23.

Sethom, H. (1999). Personnalité des régions géographiques tunisiennes (en arabe). Centre d’édition universitaire, 333 p.

Silva, R., Lopes, A.F. (2012). A Regional Human Development Index for Portugal. CEFAGE-UE Working Paper, 05.

Tizaoui, H., 2014. La Révolution à Sidi Bouzid et à Kasserine. La grande sensibilité sociale d’une économie locale fragile et non structurée. (En arabe), Beyrouth, Les Editions de l’Arab Center for Research &Policy Studies (en arabe), pp. 215–284.

Wong, C. (2002). Developing Indicators to Inform Local Economic Development in England. Urban Studies, (39)10 : 1833–1863.

Haut de page

Notes

1 Nous excluons les deux délégations d’Essaida et d’Al-Hichriya en raison du manque de données.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29544/img-1.png
Fichier image/png, 306k
Titre Figure 2. Les variables de l’indice du développement régional
Crédits Conception de F. Heni
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29544/img-2.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 3. Les disparités au sein du Gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Figure 4. Typologie locale dans le gouvernorat de Sidi Bouzid 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29544/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 5. Coefficient de développement socio-économique dans le gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie) en 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29544/img-6.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 6. Les disparités locales dans le gouvernorat de Sidi Bouzid
Crédits Conception de Heni Fadhel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29544/img-7.png
Fichier image/png, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadhel Heni et Mohsen Dhieb, « Les disparités socio-économiques dans le gouvernorat de Sidi Bouzid (centre ouest de la Tunisie) »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29544 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29544

Haut de page

Auteurs

Fadhel Heni

Département de Géographie, Institut Supérieur des sciences humaines Jendouba. Laboratoire SYFACTE, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax
heni.fadhel[at]yahoo.fr

Mohsen Dhieb

Professor of Mapping Sciences King Abdulaziz University (and University of Sfax – Tunisia), Faculty of Arts and Humanities – Department of Geography and Geographic Information Systems.
mohsendhieb2003[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search