Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56DossierRessources naturelles et stratégi...

Dossier

Ressources naturelles et stratégie de positionnement des « gangs » dans la Région Métropolitaine de Port-au-Prince (Haïti)

Natural Resources and Positioning Strategy of “Gangs” in The Metropolitan Region of Port-au-Prince (Haiti)
Alexandra V. D. Pierre et Neptune Prince

Résumés

De plus en plus, des États luttent contre la disparition et la surexploitation des ressources naturelles. L’intérêt pour le sous-sol haïtien a été en 2013 évoqué par le Parlement haïtien au point d’inviter l’État à renforcer ses capacités de négociation et à s’informer de l’estimation réelle de ses minerais. Or, il arrive que, depuis 2018, les groupes armés opérant dans le département de l’Ouest se placent à des endroits où l’existence potentielle des ressources naturelles (depuis 1899) et des gisements (depuis 1937) ont été prospectés. S’agit-il des stratégiques territoriales mises en place par des acteurs ? Quels sens attribuer aux emplacements des groupes armés en termes de stratégies territoriales par rapport aux ressources potentielles ? Par un recours à la cartographie ancienne et des documents disponibles sur le sujet, les résultats d’une superposition des cartes ont permis de rendre compte des stratégies de positionnement des groupes armés sur des territoires historiquement stratégiques sur les plans économique et environnemental.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La République d’Haïti fait partie du centre de biodiversité endémique de la Caraïbe insulaire. Elle dispose de 30 zones clés pour la biodiversité (ZCBs) qui correspondent à 8 550 km2, soit 30,8 % d’une superficie limitée à 27 750 km2 (Brown et al., 2019 : 68-69). L’étendue de ses zones a été classée en troisième rang à l’échelle caribéenne, après les Bahamas et la République dominicaine. L’État haïtien a décerné le statut juridique d’aires protégées à 23 % de ces ZCBs. La différence des 77 % fait partie d’une liste administrative de 30 aires dites « à protéger », laquelle a été instaurée par le ministère de l’Environnement dans le suivi des écosystèmes naturels. Ainsi, pour faciliter la lecture du texte, l’ensemble groupé des aires protégées, des aires à protéger et des ZCBs a été cité en tant qu’aires de conservation. Le choix provient d’un parti pris théorique qui intègre la protection de la biodiversité et le développement économique des populations locales. En plus d’être considérées aires de conservation, plusieurs des ZCBs haïtiennes renferment des mines métallifères et non métallifères. Les mines ont été répertoriées dans des rapports géologiques détaillés produits entre 1899 et 1960 (Tippenhauer, 1899 ; Woodring, Brown et Burbank, 1924 ; Butterlin, 1960). Les années 1940 ont particulièrement été marquées par des investigations sur des gisements d’aluminium (Bergquist et Schmedemann, 1943 ; Goldich et Bergquist, 1948), et sur des dépôts de manganèse (Goddard, Gardner et Burbank, 1947). Toujours pour faciliter la lecture, l’ensemble formé par les ressources minières, les ressources minérales et les aires de conservation a été cité dans le texte en tant que ressources naturelles, étant donné que la nature fournit des biens et des services à même de générer des revenus profitables aux populations locales.

2Depuis 2018, deux journées de protestation de peyi lòk les 6 et 7 juillet (traduit du créole haïtien en français par « pays verrouillé ») ont ajouté une dimension de violence et de criminalité aux informations environnementales sur Haïti. Des statistiques criminelles sont désormais impliquées dans les considérations sur les écosystèmes naturels, suggérées par la présence de groupes armés ci-après appelés « gangs » dans ou à proximité des aires de conservation. Elles témoignent du nouveau rapport de force qui existe entre des autorités sans pouvoir et des gangs en puissance influençant la politique environnementale du pays. De ce fait, comment l’altération du Département de l’Ouest génère des dynamiques sociospatiales face aux stratégies liées aux aires de conservation ? Le présent article se propose de se pencher sur les menaces sécuritaires et criminelles pesant sur les ressources naturelles haïtiennes. L’objectif poursuivi est de mettre en tension le déploiement géographique des gangs et les stratégies de conservation de la biodiversité dans un croisement entre la géographie, la criminologie et la sociologie. Il s’agit d’éprouver l’hypothèse selon laquelle la prolifération des gangs provoque une territorialisation des contre-pouvoirs urbains qui influencent la protection des aires de conservation du Département de l’Ouest. Celui-ci a été privilégié comme terrain d’études parce qu’il préconise l’accès à une littérature plus abondante et plus accessible. À cela s’ajoute un cas critique qui pose plus de problèmes de violence et de criminalité associés à l’environnement que les autres départements. Les résultats ont permis de comprendre à quel point les ressources naturelles, ainsi que le contexte de violence et de criminalité organisées sont sujets à des stratégies actantielles et des jeux d’acteurs à échelles variables. Ils rejoignent les quelques études menées sur la complexité territoriale des aires protégées haïtiennes à partir du triplex biodiversité-mines-criminalité.

1. Matériaux et méthodes

1.1. Présentation du site de recherche

3Le Département de l’Ouest est découpé en 5 arrondissements subdivisés en 20 communes qui sont illustrés dans la figure 1 sur la localisation des ressources naturelles. D’une superficie de 4 982,56 km2, sa démographie est estimée à 4 029 705 habitants en 2015 selon le dernier rapport officiel de statistiques (IHSI, 2015 : 21, 77). Ce qui représente plus du tiers de la population haïtienne rassemblée dans ses seules limites géographiques. Les 80 % de cette population sont installés dans des villes dont l’extension remplace anarchiquement des terres cultivées. La tâche urbaine du département s’est construite à partir de la ville phagocyte de Port-au-Prince avant de s’étaler sur les 6 communes avoisinantes de Carrefour, Delmas, Pétion-ville, Tabarre, Cité Soleil, Kenscoff. Elle s’est étirée au nord vers les communes de Cabaret et de l’Arcahaie à partir de la Route Nationale 1 (RN1), au sud vers les communes de Gressier et de Léogâne à partir de la Route Nationale 2 (RN2). La « république urbaine » de Port-au-Prince, plus aussi nouvelle à force d’asseoir une hégémonie, est le chef-lieu du Département, la capitale, le centre politique et économique du pays (Anglade, 2019 : paragr.19). Elle concourt à une métropolisation qui asphyxie les aspirations nationales dans une démesure spatiale en fractionnement (Lombart et al. 2014 : paragr.7). Par conséquent, Port-au-Prince concentre 90 % de l’économie et des services urbains depuis l’occupation américaine (1915-1934) à nos jours (Prince, 2021 : 33 ; Bernardin, 1999 : paragr.8). Trois regroupements d’agglomération se partagent le Département : la Région métropolitaine de Port-au-Prince avec les sept communes de la tâche urbaine, la région des Palmes et le Centre de développement financier de la Gonâve instaurés pour des raisons de planification territoriale et de coopération externe (cf. figure 1).

Figure 1. Localisation des ressources naturelles dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Figure 1. Localisation des ressources naturelles dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Source : Pierre, 2022

4Outre la subdivision territoriale, la figure 1 met en évidence la géolocalisation des ressources naturelles. Le Département renferme alors un patrimoine naturel à valoriser : des ZCBs, des aires protégées de parcs nationaux, des aires à protéger de zones humides, des ressources minérales et des ressources minières non métalliques, à l’exception du nickel. Quand elles sont protégées, les aires de conservation sont publiques comme les Parcs des Matheux, du Canapé-Vert et de Pèlerin gérés par les pouvoirs publics ; le Parc de Martissant géré par la Fondation Connaissance et Liberté (FOCAL) ; le Parc la Visite soutenu par la Fondation Seguin. Certaines sont privées comme le parc Quisqueya appartenant à la Société anonyme d’Exploitation du Parc (SODEPA) et la Réserve écologique Wynne Farm appartenant à la famille Wynne et gérée par la Fondation Wynne pour l’environnement. Quand les aires de conservation ne sont pas classées, la Constitution de 1987 fait obligation à l’État haïtien d’organiser leur protection en les rendant accessibles à toutes et à tous selon l’article 254. C’est ainsi que les aires à protéger du Morne l’Hôpital, du Lac Azuéi et de Trou Caïman rentrent dans cette catégorie. Concernant les ressources minérales de pétrole, de Sources puantes, de Sources Matelas et les ressources minières de sable siliceux, de nickel et de sel, elles appartiennent au peuple même si elles sont localisées sur des propriétés privées et sont déléguées à des entreprises de régie. Ces ressources sont « séparées de la propriété du sol » conformément à l’article 1er du Décret du 8 mars 1976 encourageant la prospection minière sur toute l’étendue du territoire. Comme les mines et les minerais, les carrières d’argile, de gypse, de pouzzolane, de matière première pour le ciment, de calcaire marbrier, de granulat et de craie font partie du domaine public de l’État. Toutefois, contrairement aux mines et aux minerais, leur exploitation est laissée à la disposition du propriétaire du sol selon l’article 95 du Décret du 22 février 1968 relatif aux mines, minières et carrières.

5Le Département de l’Ouest ne centralise pas seulement les infrastructures de base du pays. Il est le siège d’opérations perpétrées par des gangs tels que présentés dans la figure 2. Plus de 50 % des 177 gangs de 3 000 membres et plus évoluant dans tout le pays y ont opéré en 2019 (Olivier, 2021 : paragr.12 ; Geffrard, 2021 : paragr.1, 3). Ces actes répétés de violence et de criminalité ont occasionné le déplacement de 16 851 personnes à Port-au-Prince rien que pour la période allant du 1er août au 1er septembre 2022 (ACLED)1. Ces estimations ont été suivies de loin par les communes de Cité Soleil (2 047 déplacés) et de Delmas (1 504 déplacés).

Figure 2. La dispersion des gangs à Port-au-Prince et le Département de l’Ouest (Haïti)

Figure 2. La dispersion des gangs à Port-au-Prince et le Département de l’Ouest (Haïti)

Source : Makyavèl Studios, 2022

6L’emprise territoriale des gangs décrite dans la figure 2 peut être évaluée à travers une concentration décroissante partant de Port-au-Prince vers des agglomérations limitrophes. Pendant que les gangs sont plus denses vers la baie, ils sont plus nombreux dans un espace géographique plus étalé vers l’intérieur des terres. Ils se sont fédérés en deux groupes principaux : G9 an fanmi e alye (traduit du créole haïtien en français par « famille et alliés ») dirigé par alias Barbecue et GPèp (traduit du créole haïtien en français par « peuple ») dirigé par alias Ti Gabriel. Le groupe G9 est une coalition créée lors des négociations de la Commission Nationale de Désarmement, de Démantèlement et de Réinsertion (CNDDR) sur le rétablissement de la paix dans la 3e circonscription électorale de Port-au-Prince. Les neuf concernés sont connus sous les noms de Micanor, Isca, Mathias, Djouma, Krisla, Ezéchiel, Sonson, Ti Junior et Barbecue, avant de s’agrandir au nombre de 15 (Francisque, 2021 : paragr. 9 ; BINUH, 2020 : paragr.15). Les opposants à G9 se sont regroupés en GPèp tout en voulant souligner leur appartenance au peuple. Le sigle a été initialement vulgarisé par un Groupe de Parlementaires prétextant être à l’Écoute du Peuple (GPèp) dans la 50e législature haïtienne. Contrairement à G9, GPèp ne possède pas de groupes constitués en dehors de son quartier général. Le groupe repose en majeure partie sur la vitalité de ses alliés compensée par l’allégeance du plus puissant gang d’Haïti : les 400 Mawozo (traduit du créole haïtien en français par « Bâtards »). Néanmoins, G9 et GPèp sont exposés à une troisième faction de groupes armés. Leur affiliation ne s’est pas encore ouvertement exprimée malgré une tendance générale à la fédération.

1.2. Description des matériaux et méthodes

7Les travaux de recherche se sont prêtés à une démarche analytique et interprétative basée sur le décompte et la localisation des ZCBs, des aires protégées et des aires à protéger, sur la localisation des ressources minières et minérales, et sur le déploiement géograhique des gangs. La figure 3 démontre un traitement d’informations qui suit 3 étapes : l’étude, l’analyse, les résultats.

Figure 3. Démarche méthodologique adoptée dans le cadre de la recherche

Figure 3. Démarche méthodologique adoptée dans le cadre de la recherche

Source : Pierre, 2022

8 La revue de la littérature a consisté en une étude descriptive des publications officielles et scientifiques sur les gangs et les ressources naturelles, et en une étude comparative des cartes sur les gangs et les aires de conservation. L’analyse a été documentaire en permettant de saisir l’ampleur du phénomène des gangs, et la distribution des aires de conservation et des ressources minières sur le territoire haïtien. Elle a été cartographique en conciliant d’une part, la localisation des ressources minières et minérales par rapport aux ZCBs, aux aires protégées, aux aires à protéger (par superposition de cartes) ; d’autre part, la localisation des ressources naturelles par rapport aux gangs (par comparaison de cartes). Les réflexions cartographiques ont été menées à l’échelle micro des communes. L’échelle macro des arrondissements a facilité l’inventaire des aires de conservation. À travers ces méthodes d’analyse, les résultats ont permis de questionner la répartition spatiale des gangs par rapport aux ressources naturelles du pays. La constitution du corpus documentaire à partir des rapports officiels, des articles scientifiques et des productions médiatiques récentes de 2021 et 2022 a servi de matériaux à l’interprétation des résultats.

1.3. Limite des analyses et de l’interprétation

9Les aires de conservation ont été considérées dans une vision élargie de la problématique environnementale combinée à celle de la violence et de la criminalité. En raison de la complexité du secteur minier, la localisation des aires de conservation sur de potentielles mines et carrières n’implique pas l’existence de ressources exploitables. Néanmoins, les cartes de ressources naturelles utilisées sont celles venant en support aux décisions officielles. Elles ont été introduites par le ministère de l’Environnement sur les aires de conservation en 2019 et supplées par le Parlement haïtien dans la démarche de suspension de toutes extractions minières depuis le 20 février 2013. Parallèlement aux considérations environnementales, les membres des gangs n’ont pas été interrogés. Cette décision provient de la délicatesse d’une situation d’insécurité actuellement sous investigation policière. La faiblesse méthodologique a été comblée par des informations tirées de rapports, d’articles de presse et de réseaux de contacts dans les quartiers sous domination des gangs. Elles ont été complétées par des publications audiovisuelles mettant en scène les gangs via des pages personnelles et de médias en ligne dans les réseaux sociaux.

10Concernant la représentation des aires de conservation sur les cartes, les aires protégées ont été délimitées contrairement aux aires à protéger. La délimitation des aires protégées est issue de la base de données mondiale sur les aires protégées alimentée par les États2. Celle des aires à protéger a été ajoutée par simple référencement géographique des collectivités territoriales. Les limites n’ont pas été précisées parce que ce geste est régi par une législation à mettre en place ou à mettre à jour. Ensuite, l’aire protégée du Parc la Visite n’a pas été considérée. La récession des écrits n’aboutit pas à des réflexions pertinentes sur l’analyse de la localisation des gangs. Il en ressort tout de même des articles de presse de 2011 qui ont signalé des pratiques courantes d’incendie pour fins de recul de la forêt et un cas de meurtres de quatre habitants à la suite d’affrontements avec la police nationale pour motif d’expulsion. Paradoxalement, la ressource minérale de Source Matelas a été explorée bien qu’elle n’ait pas été identifiée aire protégée ou aire à protéger. Des reportages témoignent d’une situation émergente de gangstérisation sous l’impulsion de l’allié de GPèp : Izo 5 Segonn (traduit du créole haïtien en français par « 5 Secondes ») à la tête du quartier précaire de Village de Dieu (cf. figure 2).

2. Résultats de l’étude

2.1. Des aires protégées préservant des ressources souterraines stratégiques

11La superposition des cartes des aires protégées (2019) et du potentiel minier (2018) a dégagé la localisation des aires de conservation et des gisements sur fond des communes dominées par les gangs en étude dans le Département de l’Ouest.

Figure 4. Localisation des groupes armés et des ressources naturelles dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Figure 4. Localisation des groupes armés et des ressources naturelles dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Source : Pierre, 2022

12L’analyse des figures 1 et 4 a révélé que seul l’Arrondissement de Léogâne ne possède pas de ZCBs, d’aires protégées ou à protéger. Cette observation conforte la vocation agricole de l’Arrondissement malgré une urbanisation galopante. D’une superficie totale de 1 016 km2, Léogane compte notamment plus de 42 000 exploitants répartis sur trois communes ; et plus de 90 % d’entre eux résident dans la même section communale que leur exploitation (MARNDR, 2012). L’Arrondissement de Port-au-Prince renferme la plus grande diversité d’aires protégées, intégrant un ZCB, deux parcs urbains et un parc naturel nationaux déjà déclarés, une aire à protéger, un parc privé attendant l’arrêté officiel d’aire protégée depuis mai 2019. L’Arrondissement de la Croix-des-Bouquets détient un nombre de quatre aires à protéger pour ses 1 930 km2 de superficie contre les 735, 78 km2 de superficie de Port-au-Prince. Néanmoins, il partage la plus grande forêt d’Haïti avec l’Arrondissement de Belle-Anse : la Forêt des Pins au sud du Département de l’Ouest. Deux des aires à protéger et une des aires protégées de la Croix-des-Bouquets sont également des ZCBs. L’Arrondissement de l’Arcahaie, quant à lui, détient un parc historique de 223,43 km2 et une aire à protéger : les îlets les Arcadins. L’Arrondissement de la Gonâve intègre deux aires à protéger au nord-est et au sud-ouest, lesquelles sont aussi des ZCBs.

13La comparaison des cartes des aires protégées (2019) et du potentiel minier (2018) a démontré que plusieurs des aires de conservation de l’Ouest se trouvent proches ou sur des sites d’éventuels gisements (cf. figure 4). Dans la commune de Port-au-Prince, le Morne l’Hôpital à protéger et le Parc protégé de Pèlerin sont sur des carrières de granulat ; la Réserve écologique privée Wynne Farm sur une mine de nickel. À Croix-des-Bouquets, le Parc à protéger de Source Zabeth se trouve sur un gisement de pétrole. Le Parc privé Quisqueya est à proximité de deux carrières respectives de calcaire marbrier et de matières premières servant à la fabrication du ciment. La ressource minérale de Sources puantes est sur une carrière de sable siliceux. La Forêt protégée des Pins est à proximité d’une carrière d’argile. À l’Arcahaie, l’extrémité nord-ouest du parc des Matheux englobe une carrière d’argile. La ressource minérale de Sources Matelas est sur une carrière de gypse. À la Gonâve, l’aire à protéger au nord-est est à proximité de mines de sel, de craie et de gisement de pétrole. Les aires à protéger de la Gonâve et les Arcadins entourent un gisement de pétrole dans les eaux marines du golfe de la Gonâve.

2.2. Des aires protégées sous la domination de groupes armés

14La comparaison de la carte des ressources naturelles avec celle des gangs a démontré que le territoire d’influence des gangs s’étend aux ZCBs, aires protégées et aires à protéger du Département de l’Ouest (cf. figure 4). Les groupes G9, GPèp et leurs alliés mènent leurs opérations criminelles dans des positions centrales aux échelles départementale et nationale laquelle est exacerbée par la présence de Port-au-Prince. Les 400 Marozo (traduit du créole haïtien en français par « bâtards »), alliés de GPèp et basés à Croix-des-Bouquets, contrôlent l’accès aux ressources naturelles au nord et à l’est du Département de l’Ouest. Autant les alliés de G9 que ceux de GPèp basés à Martissant bloquent l’accès aux ressources naturelles au sud du Département de l’Ouest. Leur déploiement tel que relevé dans les figures 5, 6, 7 entrave le fonctionnement des aires de conservation.

Figure 5. Localisation des groupes armés suivant les aires protégées de Port-au-Prince et de sa périphérie dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Figure 5. Localisation des groupes armés suivant les aires protégées de Port-au-Prince et de sa périphérie dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Source : Pierre, 2022

15 L’extension sud de Port-au-Prince affiche dans la figure 5 une composition hétérogène entre les gangs dominants de G9, et les alliés de GPèp de Village de Dieu et de Gran Ravin (traduit du créole haïtien en français par « Grande Ravine »). Cet ancrage territorial place le Parc protégé de Martissant dans une zone conflictogène ponctuée de gangs rivaux. Le Parc protégé du Canapé-Vert n’a pas de gangs connus dans sa proximité immédiate. Toutefois, il est ceinturé par des bidonvilles et une ravine. Le Morne l’Hôpital à protéger sert de couloir de circulation entre des gangs de G9 à Ti Bwa et Baz Pilat, des alliés de GPèp à Gran Ravin, le gang de Savane Pistache et le gang de Ti Makak (traduit du créole haïtien en français par « Petite Guenon ») bien établi au sud de Port-au-Prince, allié de Izo 5 Segonn. Une naturalité et une topographie accidentée favorisent pareil usage du Morne l’Hôpital. Le parc de Pèlerin est entouré du gang de Pèlerin qui est le plus proche, des gangs de Laboule et Thomassin sans accointance connue avec G9 et GPèp. Il est limité à l’est par une route, puis le lit d’une rivière saisonnière. L’accès à la Réserve Wynne Farm est pour lors contrôlé par le gang de Kenscoff.

16La figure 6 dénote des aires de conservation sous l’influence du gang des 400 Mawozo à la Croix-des-Bouquets. Allié de GPèp et dirigé par Lanmò 100 jou (traduit du créole haïtien en français par « Mort à 100 jours »), 400 Mawozo est connu pour ses démonstrations publiques de recrutement dans les médias sociaux et la libre circulation de fiches d’inscription auprès des jeunes.

Figure 6. Localisation des groupes armés suivant les aires protégées et à protéger de Croix-des-Bouquets dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Figure 6. Localisation des groupes armés suivant les aires protégées et à protéger de Croix-des-Bouquets dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Source : Pierre, 2022

17Ses membres dominent les aires à protéger de Trou Caïman, Azuéi, Source Zabeth et son système d’irrigation, le Parc privé Quisqueya. Ils contrôlent par ailleurs la route de Malpasse (RN8) qui conduit à la République dominicaine et à la forêt protégée des Pins. La forêt protégée des Pins sert de repère de marchandises volées et de repère de bandits suite aux raids de la police nationale tandis que son unité 1 a été recensée ZCB. 400 Mawozo a tenté d’installer un gang sous commande de Je rouj (traduit du créole haïtien en français par « Yeux rouges »), ancien responsable armé du marché de la Croix-des-Bouquets. Quatre des membres ont été lynchés par la population locale en avril 2022 (Impulse WebMédias, 2022 : paragr.1-2). 400 Mawozo a également tenté de reprendre la localité de Butte Boyer menant à la RN1 dans sa stratégie d’expansion. Le groupe rival de Chen Mechan (traduit du créole haïtien en français par « Chiens méchants »), allié de G9 depuis deux ans, est demeuré chef de son campement.

18La figure 7 révèle que l’accès aux ressources minérales à protéger de Sources puantes et non protégée de Source Matelas est jalonné de gangs, quel que soit le trajet emprunté.

Figure 7. Localisation des groupes armés suivant les ressources minérales de Cabaret et de Croix-des-Bouquets dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Figure 7. Localisation des groupes armés suivant les ressources minérales de Cabaret et de Croix-des-Bouquets dans le Département de l’Ouest (Haïti)

Source : Pierre, 2022

19Les gangs de la Région métropolitaine de Port-au-Prince affectent toutes les routes menant à la RN1 pour parvenir aux ressources minérales de l’Ouest : les routes de Duvivier avec des gangs d’affiliations inconnues dans une bataille de territoire entre G9 et GPèp, de Croix-des-Missions avec le gang Chen Mechan, de Canaan avec le gang de Canaan 50. Izo 5 Segonn, allié de GPèp basé à Village de Dieu et Jeff Larose à la tête de la masse hétéroclite des gangs de Canaan ont tenté d’implanter un gang à Source Matelas, dans la proximité de Sources puantes. Ils sont passés par la baie de Port-au-Prince dans la nuit du 7 au 8 octobre 2022 et sont parvenus au repli de la Police maritime (Haïti Libre, 2022). Une seconde tentative a occasionné la mort de 12 personnes et l’incendie d’une dizaine de maisons dans la nuit du 29 novembre 2022 (Le Nouvelliste, 2022). De cette façon, Sources puantes et Source Matelas passent dans le viseur de GPèp à travers Izo 5 Segonn. Il est à souligner que la source minérale de Source Matelas n’est pas une aire à protéger parce que le gypse y est extrait. La localité adjacente qui porte son nom dispose d’une société franco-vénézuélano-haïtienne de fabrication de ciment depuis les années 50 : Le Ciment d’Haïti (Butterlin, 1960 : paragr.5). Elle fermera ses portes en 1992 et deviendra Cimenterie nationale (CINA) en l’an 2000 après la modernisation de la régulation sur les entreprises publiques. Source Matelas héberge notamment le Port de Lafiteau, l’industrie agroalimentaire les Moulins d’Haïti. Sources Puantes possède des carrières recensées par le Bureau haïtien des mines et de l’énergie dans sa publication de 1998. La publication mise en ligne en 1999 affirme que 659 m3 de sable et 324 m3 de roches y sont exploités journalièrement.

3. Discussion : GPèp à la tête des ressources naturelles du Département de l’Ouest

20Le Département de l’Ouest comprend des territoires dans lesquels se développent les contre-pouvoirs urbains de G9 et de GPèp. D’ailleurs, G9 occupe les plus anciennes parties de la capitale dotées du port de Port-au-Prince (principal port international), du terminal de Varreux (principal terminal pétrolier), du wharf de Jérémie (principal port de cabotage). Ce gang est plus disséminé dans des quartiers précaires où l’électorat est important, à savoir Ti Bwa, Martissant, Bel-Air, Pont-Rouge, Wharf Jérémie, Delmas 2, Nan Boston, Nan Chabon. Si G9 s’est démultiplié le long de la frange côtière de Port-au-Prince, GPèp a préféré choisir des alliés dans des quartiers stratégiques tels Village de Dieu localisé dans la Baie de Port-au-Prince ; Gran Ravin dominant l’accès sud de Port-au-Prince ; Torcelle proche des quartiers prisés de Pernier, Bel-Vil, Vivy-Mitchell, Frère, Tabarre avec l’Ambassade américaine et les grands complexes commerciaux ; La Tremblay sous l’influence des 400 Mawozo. L’hypothèse de l’article concernant l’influence de la prolifération des gangs sur la protection des aires de conservation s’en trouve vérifiée car les gangs contrôlent l’accès aux différentes routes nationales qui les desservent telles la RN1, la RN2 et la RN8. En effet, en s’installant dans des espaces d’infrastructures stratégiques, G9 et GPèp ont fini par dominer la quasi-totalité des ressources naturelles d’Haïti, y compris celles du Département de l’Ouest.

21Les territoires du Département de l’Ouest où sévissent la violence et la criminalité intègrent des aires de conservation détentrices de potentiels gisements. Deux parcs privés sous l’influence de gangs sont localisés sur des ressources à haute valeur commerciale. La réserve écologique Wynn, sous la domination du gang de Kenscoff, est sur une mine de nickel. Le parc Quisqueya, sous la domination de 400 Mawozo, est sur une carrière de calcaire marbrier. L’aire à protéger du Morne L’Hôpital est encerclée au nord par Krisla gang de G9, Tilapli allié de GPèp, Savane Pistache convoitée par des gangs rivaux après la mort de Ti je (traduit du créole haïtien en français par « Petits yeux »), et au sud par Ti Makak allié de Izo 5 Segonn. Elle contribue aux 80 % de montagnes soutenant les activités extractives en Haïti (BME, 1998). Deux sources minérales à protéger sont sur des carrières de sable siliceux avec Sources Puantes ciblées par Izo 5 Segonn, et sur des gisements de pétrole avec Source Zabeth sous l’influence des 400 Mawozo. La source minérale non protégée de Source Matelas est sur une carrière de gypse et ciblée par Izo 5 Segonn. L’île satellite à protéger de la Gonâve concentre à elle seule des mines de sel et de craie, et un gisement de pétrole. Elle subit l’influence de bandits notoires ayant déserté Port-au-Prince, à savoir alias Vlaw de Baz Pilat appréhendé le 23 février 2019, Tèt Klowòks (traduit du créole haïtien en français par « Tête de Chlore ») de Canaan appréhendé le 16 août 2022. Le Parc national historique des Matheux est localisé sur une carrière d’argile. Il est desservi par la RN1 dont l’entrée est dominée par des alliés de Izo 5 Segonn.

22Les vagues de violence et de criminalité dans le Département de l’Ouest ont introduit les gangs en acteurs forts affectant les politiques de conservation de la biodiversité. Les principaux à opérer dans les aires de conservation du Département sont des alliés de GPèp tels ceux de Village de Dieu dirigés par Izo 5 Segonn et ceux de 400 Mawozo dirigés par Lanmò 100 jou. Leurs exactions ont dépassé la capacité de réponse de la Police nationale, voire de la Brigade de Sécurité des Aires protégées (BSAP). Compte tenu du contexte, la sécurité devient un enjeu faisant obstacle à la mise en œuvre des actions publiques et au déroulement des activités économiques dans les aires de conservation. Ce qui implique l’existence d’une diversité d’acteurs dépendant des ressources naturelles parallèlement aux gangs qui exercent des opérations pour fins d’enrichissement illicite. En réalité, la protection des aires de conservation nécessite la prise en compte simultanée des interventions des autorités publiques, des opérations des gangs et du flux d’activités des usagers. Par suite, toute action relative aux aires de conservation devient action de (co) gestion et de (co) gouvernance alimentée par des négociations dépendant des acteurs en présence.

Conclusion

23L’Humanité est exposée à la nécessité de lutter contre la disparition et la surexploitation des ressources naturelles, en particulier dans les petits états insulaires en développement comme Haïti. L’idée de construction biologique et sociale de la biodiversité de Pierre et Pierre (2020 : 24) sera reprise pour considérer ces ressources comme une construction sociale qui permet d’exprimer la nécessité de maintenir la résilience des écosystèmes au profit de la résilience des populations. En voulant rappeler l’importance du patrimoine national, l’article s’est proposé de mettre en lumière les territoires du Département de l’Ouest contenant des gisements prospectés depuis 1899 et des aires de conservation déclarées depuis 1937. Contrairement à la croyance populaire, les travaux géologiques et les textes juridiques ont démontré que les actions d’explorations minières ont précédé les gestes de déclaration d’aires protégées. En d’autres termes, le potentiel du sous-sol a été inventorié bien avant le potentiel du sol du pays. Ce sont autant de facteurs qui ont poussé à interroger les stratégies territoriales derrière les aires protégées et les parcs privés localisés sur des gisements. L’intérêt pour le sous-sol haïtien a été si important que le Parlement s’est senti obligé d’inviter l’État à renforcer ses capacités de négociation et à s’informer de l’estimation réelle de ses minerais. Les derniers documents disponibles ont surtout été des études menées par des institutions étrangères jugées trop globales dans leur diffusion pour appuyer une décision éclairée. Ce qui n’a pas empêché à l’État d’accueillir les ateliers 2016 du Cercle de réflexion et d’échange des dirigeants des administrations fiscales (CREDAF) sur la fiscalité des industries extractives tandis que le pays s’est toujours défendu être à vocation agricole.

24Les ressources naturelles du Département de l’Ouest, qu’elles soient des aires de conservation, des ressources minières et minérales, se trouvent largement exposées à l’installation des gangs. Elles deviennent alors inaccessibles à la population locale et échappent au contrôle des politiques de conservation. Depuis, des droits et devoirs élémentaires de la Constitution de 1987 sont violés de manière flagrante et systématique. Il convient de signaler les droits à un régime gouvernemental basé sur les libertés fondamentales, le respect des droits humains, la paix sociale et à un environnement-cadre naturel de vie de la population selon le préambule et l’article 253, les devoirs de sanctions touchant aux contrevenants à la protection de la faune et de la flore, et de création des forces armées garantissant la sécurité et l’intégrité du territoire selon les articles 257 et 264. La démarche interprétative axée sur une analyse cartographique et une approche interdisciplinaire à travers le triplex biodiversité-mines-criminalité a permis de saisir une tendance à l’effacement ou plus fortement, à la restriction des usages et des pratiques liés aux aires de conservation à cause de la terreur suscitée par les gangs. Leur émergence a eu comme conséquence latente l’absence de réactions sociales ayant ouvert la voie à des stratégies pluriactantielles. Par rapport à ce schéma, les gangs se sont dangereusement substitués à l’État dans la protection de ressources naturelles appartenant au peuple haïtien en contrôlant leur territoire de localisation.

25Les alliés de GPèp en Izo 5 Segonn et Lanmò 100 jou ont entamé un mouvement à deux vitesses à proximité des ressources naturelles du Département de l’Ouest. Izo 5 Segonn a instauré des groupes le long de la RN1 avec les gangs de Canaan, de Source Matelas, et nouvellement de Lafiteau avec Marquez et de Titanyen avec alias Boggy (Thélus, 2022). Localisé à l’entrée sud de Port-au-Prince, il domine également les eaux marines de la baie inversement à G9 concentré dans les parties terrestres. Ces expansions vers la RN1 suggèrent la constitution sous-jacente d’une fraction propre en cas de détachement avec GPèp. De plus, en s’établissant à la Croix-des-Bouquets, Lanmò 100 jou domine des éléments culturels de la société haïtienne, à savoir des habitations coloniales sucrières et le siège du rhum Barbancourt multiprimé de 160 ans. Il s’est évertué à déprécier une historiographie locale exemplaire par des opérations de violence et de criminalité. La littérature a su retracer les récits de l’auteur J. S. Alexis dans « les Arbres musiciens » (1957) sur la nature de Ganthier « magnifiée à travers des descriptions picturales métissées par le vécu haïtien », sur les travailleurs des champs de canne de la République dominicaine nommés braceros, et sur la renommée mondiale du Village artistique Noailles dans le travail du métal découpé (Pierre, 2022 : 183-186 ; Beralus, 2022 : paragr.7-9). Dans ces conditions, l’économie seule ne suffit pas à expliquer la préséance environnementale de GPèp malgré la faiblesse de productions spécialisées sur les valeurs quantitatives des ressources naturelles. La recherche demeure tout à fait ouverte à l’étude des intérêts parallèles en arrière-plan du positionnement des gangs dans le but de compléter cet article sur le Département de l’Ouest. Si le mouvement populaire de justice expéditive bwa kale a porté des coups mortels à plusieurs gangs, l’État n’a toujours pas repris le contrôle de ses « territoires perdus » pour répéter la ministre de la Justice en charge de la sécurité publique, Madame Emmelie Prophète Milcé (2023). Leur influence amoindrie ou en renouvellement latent demeure malgré tout sur les principales voies d’accès aux ressources naturelles du pays.

Haut de page

Bibliographie

Anglade, G. (2019). Communautés culturelles et ethniques et réseaux de communications. Netcom, 33-3/4. https://doi.org/10.4000/netcom.4882

Beralus, M. (2022, 28 avril). La guerre entre 400 Mawozo et Chen Mechan, une catastrophe humanitaire et patrimoniale. Ayibopost. https://ayibopost.com/la-guerre-entre-400-mawozo-et-chen-mechan-une-catastrophe-humanitaire-et-patrimoniale/ (consulté le 26 Octobre 2022)

Bernardin, E. A. (1999). La planification régionale en Haïti. Cybergeo. http://journals.openedition.org/cybergeo/4840 (consulté le 3 décembre 2022).

BINUH (2020). Enquête sur les affrontements de Cité-Soleil, Croix-des-Bouquets et Tabarre. https://binuh.unmissions.org/sites/default/files/rapport_denquete_sur_les_affrontements_de_croix-des-bouquets.pdf (Consulté le 10 septembre 2022)

BME (1998, mai). La problématique de l’exploitation des carrières dans le Département de l’Ouest. http://www.bme.gouv.ht/carriere/numero1/index.html (consulté le 26 octobre 2022)

BME (2018). Notice explicative de la carte du potentiel minier et énergétique d’Haïti. http://www.isc.ht/images/Notice%20explicative%20du%20potentiel%20minier.pdf (consulté le 11 septembre 2022)

Brown, N. A., Díaz D., Angarita I., Boodram, N., Bunting G. C., Cadiz-Hadeed, A., Fardin, F., Wege, D. (2019). Profil d’Écosystème : le hotspot de biodiversité des îles des Caraïbes – CEPF. https://canari.org/wp-content/uploads/2021/08/cepf-caribbean-islands-ecosystem-profile-2020-french.pdf (consulté le 24 septembre 2022)

Butterlin, J. (1960). V. Ressources minières (fig. 17). Dans J. Butterlin, Géologie générale et régionale de la République d’Haïti (p.175-178). https://books.openedition.org/iheal/5639#text (consulté le 8 novembre 2022)

Francisque, J. (2021, 10 janvier). Que veut réellement Jimmy Chérizier alias Barbecue ? Ayibopost. https://ayibopost.com/que-veut-reellement-jimmy-cherizier-alias-barbecue/ (consulté le 6 novembre 2022)

Geffrard, R. (2021, 2 juillet). Les différents gangs auraient plus de 3 000 soldats et autant d’armes, selon les autorités haïtiennes. Le Nouvelliste. https://lenouvelliste.com/article/230190/les-differents-gangs-auraient-plus-de-3-000-soldats-et-autant-darmes-selon-les-autorites-haitiennes (consulté le 12 Octobre 2022)

Haïti Libre (2022, 9 octobre). Haïti-Insécurité : Le gang « 5 secondes » attaque les installations des Moulins d’Haïti. Haïti Libre. https://www.haitilibre.com/article-37841-haiti-insecurite-le-gang-5-secondes-attaque-les-installations-des-moulins-d-haiti.html (consulté le 27 Novembre 2022)

IHSI (2015). Population totale, de 18 ans et plus, Ménages et densités estimés en 2015. https://www.humanitarianresponse.info/sites/www.humanitarianresponse.info/files/documents/files/estimat_poptotal_18ans_menag2015.pdf (consulté le 14 octobre 2022)

Impulse WebMédias (2022, 28 avril). Haïti Sécurité : Quatre membres du gang des 400 mawozo tués par la population de la Forêt des Pins. Impulse WebMédias. https://www.impulsewebmedias.com/haiti-securite-quatre-membres-du-gang-des-400-mawozo-tues-par-la-population-de-la-foret-des-pins/ (consulté le 17 Novembre 2022)

Lombart M., Pierrat K., Redon M. (2014). Port-au-Prince : un « projectorat » haïtien ou l’urbanisme de projets humanitaires en question. Cahier des Amériques, 75 | 2014. https://doi.org/10.4000/cal.3142

MARNDR (2012). Atlas agricole d’Haïti. http://agriculture.gouv.ht/statistiques_agricoles/Atlas/thematiques_speciphiques.html (consulté le 18 septembre 2022)

MdE (2019). Sixième rapport national sur la biodiversité d’Haïti. https://www.cbd.int/doc/nr/nr-06/ht-nr-06-fr.pdf (consulté le 9 octobre 2022)

Olivier, D. (2021, 13 avril). L’anatomie politique des gangs armés d’Haïti. Ayibopost. https://ayibopost.com/lanatomie-politique-des-gangs-armes-dhaiti/ (consulté le 3 novembre 2022)

Pierre A. V. D. & Pierre C. E. D. (2020). « La Biodiversité, la mer et les Caraïbes », dans Daniela Rovența‐Frumușani, Valentina Marinescu (sous la direction de), Concepts‐clés de la communication environnementale et du développement durable, Cluj‐Napoca, Presse universitaire Clujeană, p.18-25

Pierre, A. V. D. (2021). « Compte-rendu de lecture : Les Arbres musiciens de Jacques Stephen Alexis ». Legs et Littérature, No 18, p. 242-245

Prince, N. (2021). Fabrication des bidonvilles dans les pays du Sud : Jeux d’acteurs et modalité d’habiter. Le cas du quartier de Canaan (Port-au-Prince/Haiti) [Thèse de doctorat, Université de Lyon et Université Quisqueya]. HAL Open Science. https://theses.hal.science/tel-03624458/document (consulté le 28 novembre 2022)

Sénat, J. D. (2022, 30 novembre). Une attaque armée d’un gang fait 12 morts à Cabaret. Le Nouvelliste. https://lenouvelliste.com/article/239230/une-attaque-armee-dun-gang-fait-12-morts-a-cabaret (consulté le 2 décembre 2022)

Thélus, T. (2022, 1er décembre). « Chef gang boggy ke izo plase nan titanyen tiye plis pase 20 moun nan sous matla, grok rim » YouTube, 0 h 8 min https://www.youtube.com/watch?v=4CcOGjvwK-k (consulté le 3 décembre 2022)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des ressources naturelles dans le Département de l’Ouest (Haïti)
Crédits Source : Pierre, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Figure 2. La dispersion des gangs à Port-au-Prince et le Département de l’Ouest (Haïti)
Crédits Source : Makyavèl Studios, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29649/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 3. Démarche méthodologique adoptée dans le cadre de la recherche
Crédits Source : Pierre, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 4. Localisation des groupes armés et des ressources naturelles dans le Département de l’Ouest (Haïti)
Crédits Source : Pierre, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29649/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Figure 5. Localisation des groupes armés suivant les aires protégées de Port-au-Prince et de sa périphérie dans le Département de l’Ouest (Haïti)
Crédits Source : Pierre, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29649/img-5.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 6. Localisation des groupes armés suivant les aires protégées et à protéger de Croix-des-Bouquets dans le Département de l’Ouest (Haïti)
Crédits Source : Pierre, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29649/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 7. Localisation des groupes armés suivant les ressources minérales de Cabaret et de Croix-des-Bouquets dans le Département de l’Ouest (Haïti)
Crédits Source : Pierre, 2022
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29649/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra V. D. Pierre et Neptune Prince, « Ressources naturelles et stratégie de positionnement des « gangs » dans la Région Métropolitaine de Port-au-Prince (Haïti) »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29649

Haut de page

Auteurs

Alexandra V. D. Pierre

Doctorante en géographie et changements climatiques, en cotutelle internationale entre l’Université Quisqueya, rattachée à l’ERC2, et Nantes Université, rattachée au CNRS, LETG UMR 6554, spécialiste en andragogie et environnement, coordonnatrice au sein du ministère haïtien de l’Environnement

Articles du même auteur

Neptune Prince

Docteur en géographie et urbanisme, Maître en criminologie, Enseignant-chercheur à l’Université Quisqueya rattaché au Centre de Recherche et d’Appuis aux Politiques Urbaines (CRAPU), et à l’Université d’État d’Haïti rattaché à l’Observatoire des Quartiers-Littoraux et des Mers (QuaLittoMers)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search