Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56ÉditorialEn Haïti, des crises qui en cache...

Éditorial

En Haïti, des crises qui en cachent d’autres

In Haiti, Crises that Hide Others
Bénédique Paul, Renauld Govain et Evens Emmanuel

Texte intégral

Photographie 1. Le quotidien dans un contexte de violence des gangs à Port-au-Prince (Haïti).

Photographie 1. Le quotidien dans un contexte de violence des gangs à Port-au-Prince (Haïti).

Source : TED’ACTU/Ralph Tedy Erol, le 3 mars 2023.

1Les crises qui caractérisent le fonctionnement de la société haïtienne sont multiples. Elles vont au-delà de celles qui retiennent l’attention sur la scène internationale, à savoir les crises politique et sécuritaire. L’expression « une crise en cache une autre » utilisée par Soraya Boudia (2019) s’applique bien au cas d’Haïti. La crise politique a contribué à créer la crise d’insécurité qu’elle a éclipsée au début. Par la suite, la crise de l’insécurité a occupé le devant de la scène et a, à son tour, renforcé d’autres crises comme l’insécurité alimentaire, la crise économique, la crise de l’éducation, et toutes celles que les analystes de toute discipline et les spécialistes de la crisologie peuvent imaginer compte tenu du fonctionnement atypique de la République d’Haïti durant ces dernières décennies. Les éléments crisogènes sont à la fois internes et externes au pays situé à la croisée des chemins de différents phénomènes indésirables : trafic de produits illicites, d’armes, d’influence politique et toutes sortes d’interférences entravant la jouissance des droits, de la paix et du développement économique.

1. Haïti, un pays bien particulier avec ses nombreuses crises

2Dans la première partie du dossier, nous avons abordé les efforts de résilience de différentes catégories d’acteurs de la société haïtienne face aux crises (Paul, Emmanuel et Govain, 2022). Mais les crises n’ont pas cessé de se multiplier dans ce pays qui essaie péniblement de renouer avec son passé glorieux. Depuis quelques années, de nouvelles crises apparaissent et s’intensifient. Face à cette aggravation, les mécanismes et instruments internationaux n’ont pas pu aider à trouver de solutions. Les grands voisins d’Haïti, la République dominicaine, le Canada et les États-Unis n’ont répondu que par des déclarations et par l’accueil des ressources humaines qualifiées justement nécessaires, voire indispensables à la refondation de la nation haïtienne.

3Les impacts encore non estimés de ces crises, bien plus néfastes que les catastrophes naturelles, se ressentent d’abord sur l’éducation qui en pâtit très profondément (Govain, Paul et Emmanuel, 2023). Ce faisant, elles touchent directement l’avenir de la génération montante et consolident leurs effets pervers durables. Pour mieux perdurer, les crises affectent également les institutions antérieurement érigées en rempart contre les dérives. Dès lors, une menace existentielle affecte plus ou moins durablement la vie des couches les plus vulnérables et pourtant plus nombreuses (les enfants, les jeunes, les femmes, les personnes âgées, etc.). Dans ce contexte de déni international de collaboration avec Haïti, rappelant le lendemain de la proclamation de l’indépendance, la population, mise au ban des nations, semble ne pouvoir compter que sur ses propres ressources humaines, matérielles et symboliques pour sortir de ces crises. Mais la multiplication de ces dernières menace la capacité à mobiliser ces ressources.

2. La démarche du dossier

4Dans ce numéro spécial sur les crises en Haïti, un ensemble de sept analyses empiriques démontre les multiples formes de la crise en Haïti, mais également l’innovativité et la résilience dégagée par différents groupes jadis marginalisés pour reproduire la vie dans le pays.

5Tout d’abord, Renauld Govain traite de « De la crise de l’éducation à l’éducation à la crise en Haïti ». Il présente la crise de l’éducation comme résultant de deux facteurs principaux : le problème de gouvernance politique et administrative et la faiblesse des politiques éducatives qui en est un corollaire. Un troisième facteur crisogène est ce que l’auteur appelle la fondation de cette éducation sur une expérience d’acculturation où les apprenants ont toujours été contraints d’être scolarisés en français, une langue qu’ils ne connaissent pas, tandis que tous maîtrisent le créole. Ainsi, l’auteur plaide pour une inculturation de l’éducation haïtienne notamment sur le plan linguistique. Face à la persistance de la crise de l’éducation et à l’incapacité de l’État et des différentes couches de la société de pouvoir la résoudre, l’auteur propose de passer de la crise de l’éducation à l’éducation de la crise au travers d’un dispositif plus ou moins formel d’enseignement en vue de minimiser les conséquences négatives de la crise sur la vie des citoyens.

6La violation du droit des enfants à l’éducation dans les quartiers défavorisés de Port-au-Prince est une forme matérielle de la crise de l’éducation étudiée par Audyl Corgelas. Dans son « Analyse des impacts de l’insécurité sur le fonctionnement des écoles dans les quartiers urbains “chauds” à Port-au-Prince », l’auteur décrit différentes formes de violences subies par les enfants ainsi que les impacts des activités des groupes armés sur le fonctionnement des écoles dont plusieurs ont été obligées de fermer.

7La crise sécuritaire caractérisée par l’activité des groupes armés cache une crise environnementale décrite par Alexandra V. D. Pierre et Neptune Prince dans « Ressources naturelles et groupes armés dans le département de l’Ouest : pour quelles stratégies territoriales ? » En effet, selon l’analyse des auteurs, les aires protégées de la région métropolitaine de Port-au-Prince sont depuis quelques années le théâtre de groupes armés qui empêchent l’État et les organisations dédiées de continuer à maintenir la conservation de la biodiversité, des ressources naturelles et de ces espaces.

8Ketty Balthazard-Accou et ses coauteurs du Groupe des Sciences de la Durabilité (GESD) en Haïti ont réalisé une étude exploratoire inédite ayant pour titre « Les crises, les femmes et la production scientifique en Haïti ». Leurs résultats sont sans appel, les femmes de sciences en Haïti, bien qu’encore peu nombreuses, démontrent une grande résilience dans leur production scientifique. Ce faisant, même en étant en crise, le pays par ses filles continue de contribuer à la production des connaissances nécessaires au bien de l’humanité. Peu importe si celle-ci se détourne un peu d’Haïti.

9Comme il est ressorti dans N’Zengou-Tayo (1998) et Lamour (2017), les femmes sont les « poto mitan » de la société haïtienne, elles donnent l’exemple au sommet, mais aussi à la base. Dans l’étude à la fois sociologique et économique de Sandra Jean-Gilles et Bénédique Paul, il est argumenté les stratégies innovantes et solidaires déployées par les femmes Madan sara face à la crise sécuritaire. En particulier, ces femmes commerçantes qui font fonctionner une grande partie de l’économie haïtienne profitent de leur statut d’actrices de premier plan de l’économie dite informelle pour opérer la transformation des places marchandes traditionnelles afin de continuer à connecter divers pans de l’économie nationale, en temps de crises (Paul, 2022) et de chocs (Ciguino et Paul, 2022).

10Parlant des femmes, David Jean Simon et ses coauteurs ont montré dans leur article « La féminisation des chefs de ménage à Haïti » qu’elles sont de plus en plus présentes dans la direction des unités de consommation. Les auteurs nous disent qu’il ne faut pas minimiser les effets de la migration impulsée par les crises qui affectent la société haïtienne ces dernières années. Ils montrent également que dans cette dynamique de changement socio-institutionnel, les femmes situées en milieu rural s’en sortent moins bien.

11Comme les femmes, les paysans agriculteurs sont également parmi les groupes sociaux les plus durement frappés par les crises en Haïti. C’est cette catégorie socioéconomique qui est étudiée par Kervline GABELLUS et Bénédique PAUL dans leur article sur les « Déterminants du financement solidaire de l’agriculture en zones reculées : étude du cas de Jean Rabel, Haïti ». Les agriculteurs subissent en effet une double peine : en plus de l’exclusion sociale, ils n’ont pas accès aux circuits traditionnels de l’argent pour financer leurs activités (Paul, 2020). Face à l’exclusion financière, ils ont dû développer un circuit court de l’argent (à travers les Associations de Base de Cotisations et de Prêts, ABCP) qui leur permet de financer même partiellement leur production agricole et amoindrir les effets de la crise alimentaire qui les frappe curieusement bien plus que les autres groupes sociaux.

12Les crises, de quelque nature qu’elles soient, ne sont pas autogénérées. Il suffit de prendre le temps de rechercher leurs racines, « root causes ». Bénédique Paul dans son article qui réfute l’hypothèse de l’État failli, démontre que la crise institutionnelle observée en Haïti a des explications possibles dans l’échec des corps de contrôle. Or justement, ces corps de contrôle, à savoir des « tiers institués » sont là pour régler les conflits, prévenir les crises, et réguler les comportements. L’échec du contrôle social, politique et économique par ces corps pourtant coûteux pour le pays laisse la population seule devant ses besoins de justice et la défense de ses droits.

13L’article de Fritz Dorvilier aborde justement « Le non-recours à la Justice » comme « une expression de la crise de régulation juridique de la société haïtienne ». Il signale que la société haïtienne connaît une importante mutation qui fait augmenter les conflits et les actes de violence dans quasiment toutes les sphères de la vie citoyenne. Or, malgré ces conflits et actes de violence à répétition, les citoyens n’ont guère recours à la justice. De l’avis de l’auteur, loin de traduire un rejet institutionnel ou une prise de distance par rapport aux principes juridico-légaux institués par l’État, cette attitude met plutôt en évidence un sens pratique de prévoyance de la part des justiciables par rapport au quasi-dysfonctionnement du système judiciaire en Haïti.

Photographie 2. Sécheresse et insécurité alimentaire dans le sud d’Haïti

Photographie 2. Sécheresse et insécurité alimentaire dans le sud d’Haïti

Crédit : Guito Régis

3. Pour conclure

14Des crises, il y en aura toujours. Il faut simplement apprendre à vivre avec elles ou les résoudre, avec ou sans les autres. Dans le cas d’Haïti, l’histoire contemporaine peut démontrer que la population a le courage et les ressources nécessaires pour surmonter et résoudre ses problèmes. Après la catastrophe épouvantable du 12 janvier 2010, les forces d’Haïti et de l’international s’étaient réunies pour porter la résilience de la population à son paroxysme afin d’envisager une Haïti nouvelle (Pierre, 2010). Évidemment, les promesses n’ont pas été tenues, comme annoncées dans Martinez, Baranyi et Beaudet (2011). Quelques années après le séisme, la population s’était retrouvée presque seule face à ses défis. Cependant, les multiples crises qui se conjuguent dans le pays depuis 2018 replongent Haïti dans une situation bien singulière. L’essentiel des ressources du pays est détourné de l’objectif de développement durable de la société au point où c’est la prédominance du hors-État qui semble plus ancré dans cette entreprise purement existentielle et nationale. L’État lui-même se retrouve dans une situation d’État non gouvernemental (van Vliet, 2016) et incapable de résoudre les crises affectant sa population. Les amis d’Haïti assistent perplexes à l’amenuisement des forces et des énergies de la population. Celle-ci se retrouve impuissante face à des coalitions à la fois internes et externes animées d’intentions malveillantes. Ces coalitions alimentent des crises multiples qui usent les ressources et les capacités d’Haïti à se développer.

Haut de page

Bibliographie

Boudia, S. (2019). Quand une crise en cache une autre : la « crise des terres rares » entre géopolitique, finance et dégâts environnementaux. Critique internationale, (4), 85-103. https://doi.org/10.3917/crii.085.0085.

Ciguino, H. et Paul, B. (2022). Female entrepreneurship and financial literacy: the case of fruit merchants across the metropolitan area of Port-au-Prince, Proceedings of the 2022 LEIRD (LACCEI International Multiconference on Entrepreneurship, Innovation and Regional Development). http://dx.doi.org/10.18687/LEIRD2022.1.1.203.

Govain, R., Paul, B. et Emmanuel, E. (2023). Kriz enstitisyonèl ak pwoblèm edikasyon an Ayiti, Rechèch Etid Kreyòl 2, 91-114.

Lamour, S. (2017). Entre imaginaire et histoire : une approche matérialiste du poto mitan en Haïti. Thèse de doctorat en sociologie, Paris, Université Paris VIII. https://www.theses.fr/s113105.

N’Zengou-Tayo, M. J. (1998). « Fanm se poto mitan »: Haitian Woman, the Pillar of Society. Feminist review, 59, 118-142. https://doi.org/10.1080/014177898339497.

Martinez, A., Baranyi, S., et Beaudet, P. (2011). Haïti aujourd’hui, Haïti demain : Regards croisés. Ottawa, University of Ottawa Press.

Paul, B. (2022). Urban Agricultural activities, a Food System Resilience Strategy during Covid-19 in Haiti, Food Systems, 5(4): 327-336. https://doi.org/10.21323/2618-9771-2022-5-4-327-336

Paul, B., Emmanuel, E. et Govain, R. (2022). Vivre avec les crises en Haïti : la résilience mise à l’épreuve, Études caribéennes, 52. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.24747.

Pierre, S. (2010). Construction d’une Haïti nouvelle : vision et contribution du GRAHN. Québec, Presses internationales Polytechnique.

Van Vliet, G. (2016). Gouverner l’agriculture haïtienne autrement ? in Une étude exhaustive et stratégique du secteur agricole/rural haïtien et des investissements publics requis pour son développement. Van Vliet, G., Pressoir, G., Marzin, J. et Giordano, T. (dir.). 2016. Montpellier : CIRAD, 624 p., CIRAD/BID-Haïti, Chapitre 14. http://agritrop.cirad.fr/580373/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Le quotidien dans un contexte de violence des gangs à Port-au-Prince (Haïti).
Crédits Source : TED’ACTU/Ralph Tedy Erol, le 3 mars 2023.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29813/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Photographie 2. Sécheresse et insécurité alimentaire dans le sud d’Haïti
Crédits Crédit : Guito Régis
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29813/img-2.png
Fichier image/png, 484k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédique Paul, Renauld Govain et Evens Emmanuel, « En Haïti, des crises qui en cachent d’autres »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29813

Haut de page

Auteurs

Bénédique Paul

CREGED et CHIBAS, Université Quisqueya
AIHP-GEODE Caraïbe, Université des Antilles
benedique.paul@uniq.edu.ht

Articles du même auteur

Renauld Govain

Laboratoire Langue, Société, Éducation (LangSÉ)
Faculté de linguistique appliquée Université d’État d’Haïti
renauld.govain@ueh.edu.ht

Articles du même auteur

Evens Emmanuel

Université Quisqueya, ERC2, LMI-CARIBACT, Port-au-Prince, Haïti
evens.emmanuel@uniq.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search