Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Compte-rendu de lectureEt Nous ?

Compte-rendu de lecture

Et Nous ?

Bénédique Paul
Référence(s) :

Et Nous ?, Ericq Pierre, 2022, Port-au-Prince, C3 éditions, 252 pages.

Texte intégral

1Et Nous ? Tel est le titre très court, percutant et interpellateur du livre que nous propose Ericq Pierre. L’auteur, ex-Premier ministre désigné qui n’a jamais pris le poste pour des raisons expliquées dans le livre, est également un diplomate, fin connaisseur des rouages de la situation d’Haïti. Le lecteur de ce livre facile à lire reconnaîtra lui-même qu’Ericq Pierre est quelqu’un d’expérience et de grande connaissance sur la réalité haïtienne, une réalité continuellement marquée par la crise.

2Avec un style poétique pour parler d’économie, d’histoire, de politique et de sociologie, le Jérémien Ericq Pierre a réalisé, dans ce livre, un tour de force et revendique fièrement son origine de la ville des poètes. En effet, le livre est en réalité une collection de textes non chapitrés, au format journalistique, pour la plupart déjà publiés dans les magazines nationaux, entre juin 1986 et août 2020. C’est pourquoi l’historien Michel Soukar qui a préfacé la collection de textes, y trouve, à raison, un livre utile aux étudiants en histoire.

3Dans le livre, les sujets abordés sont nombreux : « stratégie du soupçon » qui détruit et mélange bons et mauvais en même temps, banalisation des choses importantes, la vie, la politique, même les morts, sans oublier les enfants et les femmes. Et Nous ? peint un tableau mitigé qui questionne les promesses de l’ère démocratique amorcée par la révolution post-1986 (Facchini et Paul, 2015), puisque, nous rappelle l’auteur, « la civilisation a commencé avec la sépulture » (p. 137), et qu’en Haïti, même le cimetière de Port-au-Prince est en crise. Si les morts pouvaient parler, peut-être qu’ils feraient une marche, pacifique ou violente.

4La plupart des textes, il y en a une cinquantaine dans le livre, d’une longueur de deux à cinq pages, garde encore aujourd’hui leur actualité. Une actualité qui suscite tantôt le sourire, tantôt des soupirs. Fait rare, le lecteur y trouve un compte rendu du livre de l’ancien ministre de l’Agriculture, l’agronome François Séverin (p. 147-149), mais également des démêlés de l’auteur avec le système dictatorial des Duvalier dont il a failli laisser sa peau.

5Le livre aborde des sujets difficiles dont certains sont de véritables perspectives de recherche. Il interroge nos rapports aux pays dits « amis d’Haïti », les faux comme les vrais, et fait le constat du traitement que le gouvernement haïtien a accordé au Venezuela qui a apporté à Haïti la plus grande aide au développement durant l’histoire récente du pays. On y trouve des informations détaillées et intéressantes sur la construction de la route Cayes – Jérémie et Carrefour Joffre – Port-de-Paix, deux villes n’ayant pas été l’objet d’investissements publics importants depuis plus de cinquante ans. L’auteur ne savait pas qu’à la suite de son texte du 6 juin 2014 (p. 197-203), le pont jeté sur la rivière Grande-Anse inauguré le 20 avril 1950 par le président Dumarsais Estimé allait être autant malmené par les événements d’origine hydrologique.

6Beaucoup de sujets abordés dans le livre ne font pas consensus. Et c’est peut-être un des aspects de l’originalité de l’auteur. Pourtant, il y prend des risques que d’habitude un diplomate évite de prendre. Par exemple, il a salué le courage du Conseil électoral provisoire de 2015 (p. 185-188) qui a par la suite mérité un recadrage de l’auteur (p. 189-191). De même, sur le déni des Nations Unies par rapport à son rôle dans l’introduction du choléra en Haïti, il interroge « Qu’est-ce qui empêche l’ONU de reconnaître formellement que le choléra a été introduit en Haïti par un contingent de Casques bleus venus du Népal où le choléra est endémique ? Pourquoi s’obstine-t-elle à nier ce qui est mis en évidence de façon scientifique irréfutable par beaucoup d’éminents spécialistes ? » (p. 212). Devant l’absence de réponse officielle, même si « en privé certains fonctionnaires de l’ONU reconnaissent qu’il s’agit d’un cas de négligence » (p. 211), il avance cette phrase peu diplomatique : « Je ne savais pas qu’il y a de la place dans la feuille de route de l’ONU pour le mépris des peuples ni pour le non-respect de leur dignité » (p. 213).

7Le livre interpelle chacun sur l’histoire passée, présente et future (p. 215). Dans certains cas, il essaie même de rétablir la vérité historique (p. 216). C’est triste lorsque l’auteur s’évertue à « rompre le silence » (p. 217-223), heureusement que ce n’est pas le dernier chapitre du livre. En effet, vers la fin du livre, le lecteur économiste du développement est servi avec des exemples détaillés dans un texte posant les bases d’une dynamique de développement régional. Celui-ci doit porter sur des choix sectoriels et géographiques stratégiques. L’auteur y fait des indications clairvoyantes (p. 243-246) et assume que « le choix à faire c’est d’investir en dehors de Port-au-Prince sur le court terme » (p. 245).

8Le développement économique d’Haïti nous concerne. Nous, qu’Ericq Pierre interpelle dans le dernier chapitre de son livre. Oui, « Nous » citoyens d’Haïti et de sa diaspora ; pas les voisins dominicains dont l’ex-président Lionel Fernandez proclame que l’État haïtien n’existe pas (p. 248) ; pas les Américains, car l’auteur assume que nous sommes « Trop loin de Dieu et trop près des États-Unis » (p. 251). Nous ? Ce sont les paysans qui ne sont pas encore partis et qui sont là sans être comptés ; ce sont les jeunes et les moins jeunes ; c’est l’homo haitianicus qui mérite d’être défini au regard de son identité propre (Paul, 2009). Mais en attendant, nous pouvons prendre plaisir à lire ce livre qui pourrait se voir reprocher d’avoir trop de pages blanches et un manque d’organisation dans certaines parties, mais qui offre en même temps une grande facilité de lecture.

Haut de page

Bibliographie

Facchini, F. et Paul, B. (2015). Le mouvement démocratique de 1986 et l’entrepreneuriat politique en Haïti.

Paul, B. (2009). L’Haïtianité : Institutions et Identité en Haïti. Unibook.com.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédique Paul, « Et Nous ? »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29816 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29816

Haut de page

Auteur

Bénédique Paul

Enseignant-chercheur et membre du CHIBAS et du CREGED, université Quisqueya
Chercheur associé et directeur adjoint UR 6-1 AIHP-GEODE CARAÏBE, Pôle Haïti, université des Antilles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search