Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56DossierLa féminisation de chefs de ménag...

Dossier

La féminisation de chefs de ménage à Haïti

The Feminization of Household Heads in Haiti
David Jean Simon, Kenson Joissaint, MBoh Delphin N’Gou, Ghislaine Joseph et Vénunyé Claude Kondo Tokpovi

Résumés

L’objectif de cet article était de dresser le profil des femmes cheffes de ménage et analyser les facteurs associés à ce phénomène à Haïti. Les données exploitées dans le cadre de ce travail de recherche proviennent des enquêtes démographiques et de santé réalisées à Haïti en 1994 et 2017 par l’Institut Haïtien de l’Enfance. L’analyse des données a été faite à deux niveaux : un niveau descriptif et un niveau explicatif multivarié à travers des modèles de régression multiniveaux. Les résultats ont révélé des changements au niveau du profil des femmes cheffes de ménage entre 1994 et 2017. De plus, il ressort que le milieu de résidence, l’âge, le niveau d’instruction, la taille du ménage et le niveau de vie sont les facteurs associés à la féminisation de chefs de ménage à Haïti.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les rapports hommes-femmes ont subi de profondes transformations au sein des couples et des familles/ménages durant ces dernières décennies dans les sociétés contemporaines (Wayack Pambè et Sawadogo, 2017 ; Gilbert, 2016 ; Champagne et al., 2015 ; Koïsse, 2011 ; Dungumaro, 2008). Les luttes pour les droits des femmes menées dès le début du XXe siècle sont la résultante des changements constatés dans ces rapports, surtout dans des pays comme la France et les États-Unis (Flexner et al., 1996 ; Gubin, 2004). Ces changements concernent l’accès à l’éducation, au droit de vote, à certaines professions qui étaient réservées exclusivement aux hommes, mais surtout l’accès au divorce et à une justice plus équitable (Maillé et Savoie, 2000). À Haïti, les luttes pour les droits des femmes ont aussi commencé dès le début du XXe siècle, notamment pendant l’occupation des États-Unis (1915-1934). Néanmoins, de façon officielle, c’est en 1934 que la première organisation de défense des droits des femmes appelée la « ligue féminine d’action sociale » a émergé sous l’influence intellectuelle de Madeleine Sylvain-Bouchereau (Lamour, 2022). Si ce moment marque un tournant important dans les luttes pour la défense des droits des femmes haïtiennes, c’est après la chute de la dictature des Duvalier que les luttes féministes à Haïti ont connues une expansion fulgurante avec la création de nombreuses organisations de défense des droits des femmes. Depuis, nous observons des changements tant sur le plan de la liberté individuelle que sur celui de leurs engagements (Dagenais et Lebel, 2010 ; Maillé, 2003 ; Pierce et Elisme, 2000) qui s’inscrivent dans la lignée des travaux initiés par le mouvement de la ligue féminine d’action sociale. Les femmes, dont leur rôle a été autrefois occulté dans les différentes sphères politiques, économiques et sociales de la société, se retrouvent de plus en plus au cœur des grands projets de développement et leurs apports prennent une dimension sociale et médiatique très importante. Elles prennent part à des congrès nationaux et internationaux, à la mise en place d’organisations féminines locales, de programmes sociaux et communautaires, entre autres (Vaillancourt et Jetté, 2018 ; Dagenais et Lebel, 2010 ; Maillé, 2003). Ce processus d’implication et d’engagement dégage une sphère de gouvernabilité et de respectabilité qui redéfinit les rapports sociaux de genre dans les familles/ménages ; tout au moins, disons que cela donne davantage de visibilité aux actions des femmes (Merzouki, 2016 ; Mauconduit, Émile et Paul, 2013 ; Barrère-Maurisson, 2012). Elles sont de plus en plus nombreuses à avoir de meilleurs niveaux d’éducation, à assumer leurs ambitions, à s’insérer dans le monde du travail – jusqu’à présent dominé par les hommes –, et à convoiter des postes de hautes responsabilités. Ainsi, nous assistons progressivement à une transformation des structures de pouvoir au sein des ménages (Lamour et al., 2018 ; Neptune-Anglade, 1986 ; Bouchereau, 1957).

2D’après les enquêtes démographiques et de santé (EDS) réalisées par l’Institut Haïtien de l’Enfance, la proportion de femmes ayant le statut de chef de ménage a crû durant le dernier quart de siècle. En effet, 38,6 % des ménages enquêtés en 1994 avaient à leur tête une femme contre 45,1 % en 2017, soit une hausse d’environ 7 points entre ces deux dates (Cayemittes et al., 1995 ; IHE et ICF, 2018). De nombreuses études menées en Afrique indiquent que les femmes instruites (non analphabètes) et celles qui travaillent sont plus susceptibles d’être cheffes de ménage (Acharya et al., 2010 ; Boateng et al., 2012 ; Moogi Gwako, 1997 ; Dodoo, 1993). D’autres auteurs soulignent que l’âge est un facteur non négligeable, car plus les femmes sont âgées plus elles sont sollicitées dans les prises de décision et plus elles sont susceptibles d’être cheffes de ménage (Gnoumou Thiombiano, 2014). Il y a lieu de noter que certains chercheurs sont parvenus à des résultats contraires à ceux susmentionnés. Dans l’article intitulé « Genre et vulnérabilité au Sénégal : les femmes chefs de ménage », Kebe et Charbit (2007) affirment que les femmes qui dirigent les ménages vivent le plus souvent dans la pauvreté et sont pour la plupart sans activités génératrices de revenus.

3Nous sommes donc en présence de la complexité des rapports de genre qui structurent l’identification, l’autorité et l’organisation du statut de chef de ménage. Le genre est entendu ici dans le sens de Joan Scott comme « élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et [il] est une façon première de signifier les rapports de pouvoir » (Scott, 1988 : 141). Les ménages à Haïti concentrent une grande partie des enjeux sociaux associés aux rapports de genre, dans la mesure où ils lient étroitement corps, émotion, respectabilité et pouvoir avec une représentation très normée des identités féminines et masculines. Dans cette logique, comme dans toutes les sociétés où le patriarche domine les récits nationaux, l’autorité du chef de famille ou du ménage est souvent attribuée aux hommes, et ce, même en leur absence. Les femmes et les enfants doivent se plier au bon vouloir de ces derniers (Lamaute-Brisson, 2012 ; Hippolyte-Manigat, 2002). Vu la complexité et la variabilité des dynamiques sociales, nous nous demandons si l’évolution de la féminisation de chefs de ménages à Haïti, comme l’ont démontré plusieurs études en Afrique, peut être inscrite dans la logique d’une évolution de la situation des femmes.

  • 1 Les ménages à Haïti, étant une réalité sociale mouvante, sont en perpétuelles transformations, en p (...)

4Tout en portant un regard critique sur les définitions des notions ménage et chef de ménage1 retenues dans le cadre des EDS, cet article ambitionne de répondre aux questions suivantes : quel est le portrait des femmes haïtiennes cheffes de ménage ? Quels sont les facteurs associés à la féminisation de chefs de ménage à Haïti ? Quelle serait l’origine des évolutions observées entre 1994 et 2017 ? L’article est organisé en six (6) sections. La section 1 présente la méthodologie à savoir les données, la sélection des variables et les types d’analyses utilisés en vue de répondre à nos différentes interrogations. La section 2 revient sur les notions de ménage et de chef de ménage tout en faisant ressortir leurs limites. Les caractéristiques sociodémographiques des chefs de ménage et le portrait des femmes cheffes de ménage sont détaillés dans les sections 3 et 4. Les facteurs associés à la féminisation de chefs de ménage à Haïti sont présentés dans la section 5. Dans la dernière section de l’article, nous avons discuté l’ensemble de nos résultats.

1. Méthodologie

1.1. Sources de données

5Les données exploitées dans le cadre de cet article proviennent des enquêtes démographiques et de santé réalisées à Haïti en 1994 et 2017. Ces enquêtes appartiennent au programme international des EDS ou DHS (Demographic and Health Survey). Elles ont pour objectif de fournir des informations sur la situation socio-économique des ménages, la santé maternelle et infantile à Haïti, la fécondité, la planification familiale et l’éducation (IHE et ICF, 2018). Elles sont aussi représentatives de la population des ménages et de la population nationale. En l’absence de recensement récent et régulier, la plupart des études sur la féminisation de chef de ménage dans les pays en développement ont été menées à partir des EDS (Kebe et Charbit, 2007 ; Mberu, 2007) qui sont fiables et qui recueillent des données sur de nombreuses variables utiles à l’analyse de ce phénomène.

6Financées principalement par l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), les EDS d’Haïti sont réalisées par l’Institut Haïtien de l’Enfance. Elles bénéficient par ailleurs de l’assistance technique de l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI) et de Macro International en ce qui concerne l’élaboration du plan d’échantillonnage et la formation des agents enquêteurs (IHE et ICF, 2018).

7De nature rétrospective, les EDS de 1994 et 2017 ont été conduites sur la base d’un plan d’échantillonnage stratifié à deux degrés et représentatif tant au niveau urbain/rural qu’à l’échelle départementale. Il convient également de mentionner que quatre questionnaires ont été administrés (questionnaire ménage, questionnaire femme, questionnaire homme et questionnaire pour les biomarqueurs) et trois groupes sociaux (enfants de moins de 5 ans, femmes âgées de 15 à 49 ans et hommes âgés de 15 à 59 ans) ont été mobilisés lors de la collecte des données (IHE et ICF, 2018).

8Afin de faciliter l’usage et l’accessibilité des données, les bases de données des EDS ont été découpées en plusieurs fichiers : Household Recode, Births Recode, Couples’Recode, Individual Recode, Children’s Recode et Men’s Recode. Les fichiers Household Recode, Individual Recode (communément appelé fichier femme), et Men’s Recode ont été exploités dans le cadre de cet article.

1.2. Population cible

9Notre population cible est constituée de l’ensemble des chefs de ménage enquêtés lors des EDS 1994 et 2017.

1.3. Variable d’intérêt

10La variable endogène est la féminisation de chefs de ménage. De nature dichotomique, elle a pris les valeurs :

1. Si le chef de ménage est une femme

0. Sinon

1.4. Variables explicatives

11Dans notre étude, deux groupes de variables ont été constitués pour mesurer les variations de la variable dépendante :

  • Individuel : âge, taille du ménage, nombre d’enfants de moins de 5 ans dans le ménage, niveau d’instruction, et niveau de vie.

  • Communautaire : région et milieu de résidence.

12Ces variables se révèlent pertinentes dans l’explication du phénomène de la féminisation de chefs de ménage dans les pays en développement (Pilon, 1996 ; Kebe et Charbit, 2007 ; Klasen et al., 2015 ; Wayack Pambè et Moussa, 2015).

1.5. Analyse des données

13L’analyse statistique des données a été faite à deux niveaux : un niveau descriptif et un niveau explicatif multivarié. L’approche descriptive est basée sur l’analyse uni/bivariée et l’analyse factorielle des correspondances multiples (AFCM).

14L’analyse univariée permet de présenter les caractéristiques sociodémographiques de notre échantillon. L’analyse bivariée a été utilisée pour dresser le/les profil(s) des femmes cheffes de ménage. Elle a permis en outre d’évaluer l’intensité et le sens de l’association entre la variable à expliquer et les variables explicatives (Bourbonnais, 2015). Ensuite, nous avons recouru à l’AFCM afin d’analyser non seulement, de façon visuelle, les proximités entre les modalités d’une même variable et les proximités entre les modalités de variables différentes (Renisio et Sinthon, 2014), mais aussi dégager les principales tendances et les oppositions les plus visibles entre les différents sous-groupes composant l’échantillon (Caumont et Ivanaj, 2017).

15En vue d’apporter des précisions supplémentaires sur la contribution de chacune des modalités des variables explicatives à l’accroissement ou à la diminution de chance pour une femme d’accéder au statut de chef de ménage, plusieurs modèles de régression multiniveaux (ou modèles hiérarchiques) ont successivement été estimés : 0/un modèle sans paramètre (modèle vide) afin d’évaluer l’existence d’un effet communautaire, 1/un modèle contenant les facteurs individuels uniquement (caractérisant le premier niveau) et trois modèles ajoutant aux facteurs individuels des facteurs communautaires (au second niveau) dont 2/un modèle contenant les variables communautaires, 3/un modèle contenant les variables individuelles et communautaires (Leckie, 2013).

  • 2 C’est le rapport des chances (odds ratio), qui est le rapport de deux probabilités : la probabilité (...)

16La comparaison du modèle vide et du modèle incluant les variables individuelles et communautaires a été faite par le test du rapport de vraisemblance. La différence de déviance (–2 log L) se distribue comme un Chi2 avec un nombre de degrés de liberté égal à la différence du nombre de paramètres estimés dans les deux modèles (Leckie, 2013). Ainsi, lorsque la décroissance (-2 log L) est statistiquement significative au seuil de 5 %, on a supposé que les modèles incluant les variables explicatives ajustent mieux les données que le modèle vide. En ce qui a trait à l’interprétation des résultats qui y découlent, nous avons fait appel aux adjusted Odds Ratios2 (ou rapports de cote ajustés).

1.6. Limites

  • 3 Parmi les 14 371 femmes âgées de 15 à 49 ans interrogées en 2017, 3018 avaient le statut de chef de (...)

17Les EDS n’ont pas été conçues principalement pour étudier ce type de phénomène. Ainsi, le choix des variables explicatives à explorer s’est fait en tenant compte des facteurs tirés de la littérature et des contraintes liées à nos données. La religion, le statut marital et le statut d’occupation sont des variables importantes pour étudier la féminisation de chefs de ménage dans les pays en développement (Pilon, 1996 ; Kebe et Charbit, 2007). Cependant, dans la mesure où ces informations n’ont été recueillies, dans les EDS, que pour les femmes en âge de procréer et les hommes âgés de 15 à 59 ans, elles ont été écartées de l’analyse3. À noter que la variable âge a permis de capter une partie des effets du statut marital qui évolue généralement dans le temps.

2. Ménage et Chef de ménage : des notions à géométrie variable

18Le concept de ménage a fait l’objet de beaucoup d’études (Pilon, 1996 ; Tichit, 2002). De la démographie à la sociologie, de l’économie à l’anthropologie, les tentatives de définition ne sont pas toujours cohérentes. Une littérature foisonnante a tenté de comprendre la variation des modèles de ménages dans le temps, l’espace et en fonction de critères sociaux, ainsi que la nature des rapports de genre et le mode de construction des identités sexuelles qui les façonnent. Les rapports de genre donnent lieu à des relations de pouvoir qui travaillent en profondeur l’organisation des ménages, mais aussi la conception de ces derniers.

19Ménage et chef de ménage ne sont pas des catégories universelles. En France, un ménage correspond à un « ensemble des personnes (apparentées ou non) qui partagent de manière habituelle un même logement (que celui-ci soit ou non leur résidence principale) et qui ont un budget en commun (Insee, 2020)4 ». Si en France les critères de logement, de ressources et d’âge sont pris en compte, au Portugal, les concepts de ménage et de chef de ménage ne sont définis que par la parenté (Lacombe et Lamy, 1989). Dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest, le mode d’organisation familiale et la hiérarchie sociale sont très présents dans les définitions de ces notions. À titre d’exemple, au Sénégal et en Côte d’Ivoire, la notion de ménage se confond avec celle de la famille, et l’individu qui assure la subsistance du groupe domestique est souvent désigné comme le chef (Van de Walle, 2006). Notons que chez certains groupes ethniques comme les Diolas et les Peuls, les personnes âgées sont reconnues comme les autorités morales, et par conséquent sont les chefs de famille/ménage (Antoine et al., 2015). Soulignons également la définition de Rosenhouse Persson (1989) avec le concept de « working head », qui privilégie le membre du ménage le plus actif sur le marché du travail. Nous comprenons bien qu’il n’existe pas de référents universels pour définir ce que serait un chef de ménage, même si le critère économique joue souvent un rôle déterminant dans l’attribution du rôle de chef de ménage. Par ailleurs, au cours des EDS, on constate qu’en présence du conjoint, le titre de chef de ménage est peu attribué aux femmes, même si elles tiennent toutes les responsabilités financières ou elles représentent les références morales dans les ménages (Wayack Pambè et Sawadogo, 2017 ; Koïsse, 2011). En ce sens, ces catégories devraient être perçues comme le produit de discours, d’idéologies ou de politiques sexistes ancrés dans des contextes patriarcaux.

20À Haïti, l’évolution de ces notions n’a pas encore fait l’objet d’études systématiques. Comme éléments d’informations, nous avons les définitions formulées par l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI). Dans le rapport final du recensement de 2003, le ménage renvoie à un « ensemble de personnes apparentées ou non qui vivent habituellement dans un même logement, mettant en commun leurs ressources, partageant leurs repas », et « l’individu dont l’autorité est reconnue par tous les membres du ménage en est le chef » (IHSI, 2005 : 23). Cette définition ne met pas en avant les éléments fondamentaux sur lesquels les pouvoirs d’un chef de ménage se construisent (généralement) dans la société haïtienne (Padgett et Warnecke, 2011). Premièrement, l’aspect économique n’apparaît pas dans la définition comme étant un élément essentiel dans la construction du pouvoir et/ou dans la prise de décision dans les ménages. Deuxièmement, les rapports de genre sont éclipsés par une harmonisation heureuse des ressources dans le ménage qui tend à prolonger le modèle de socialisation haïtienne qui attribue le rôle d’autorité aux hommes et celui de soumission aux femmes (Louis, 2007). Cet enfermement néglige les dynamiques d’émancipation des femmes haïtiennes qui aspirent à accéder à toutes les fonctions historiquement attribuées aux hommes. En effet, les dynamiques de changements enclenchés dans les rapports de genre à Haïti (Lamaute-Brisson, 2012), font que l’enjeu de l’autorité se jouerait non seulement sur le terrain économique (qui a le pouvoir de financer le ménage ?), mais ferait également émerger des tensions sur le terrain des rapports sociaux de sexe. La définition de l’IHSI du ménage – adoptée dans le cadre des EDS – néglige aussi le pouvoir des liens de parenté, des rapports sociaux, des rapports d’âge et les rapports à l’âge (rapports entre aîné et cadet, entre homme et femme, entre instruit et non instruit…) dans la construction du pouvoir de chef de ménage. Or, dans les dynamiques de groupe, « chef de ménage » est une notion à géométrie variable. Il est négociable et peut être négocié dans plusieurs sphères de pouvoir (Koïsse, 2011).

21La manière dont l’IHSI définit les notions de ménage et de chef de ménage ne tient pas aussi compte de l’évolution du contexte social, politique et culturel du pays. À Haïti, à l’intérieur d’un ménage, il peut y avoir des sous-ménages indépendants. Qu’en est-il alors de ces ménages hébergés qui restent invisibles aux approches « ménages » classiques ? Depuis le tremblement de terre de 2010 – qui a détruit de nombreux habitats – nous assistons à une cohabitation de plusieurs familles, appartenant le plus souvent aux parents ou grands-parents, sous un même toit. Si ces types de cohabitation renforcent certes la réalité de pluriparentalité, ils complexifient les logiques de pouvoir et d’accès au statut de chef de ménage. Les débats et analyses relatifs à l’organisation des ménages et l’identification des chefs de ménages à Haïti doivent prendre en considération la pluralisation des sphères de pouvoir et la variabilité des structures de ménages. Force est de constater que de multiples formes et structures de ménages se côtoient, s’organisant, par exemple, autour des familles nucléaires, élargies, monoparentales, pluriparentales, des foyers sans enfants ou avec des membres d’origine géographique multiple.

3. Caractéristiques sociodémographiques des chefs de ménage

  • 5 Prend en compte les catégories « pauvre » et « très pauvre » de la variable « Niveau de vie ».

22Le tableau 1 présente les caractéristiques sociodémographiques de l’ensemble des chefs de ménage enquêtés. En 1994, 5,3 % d’entre eux avaient moins de 25 ans et 31 % étaient âgés de 55 ans ou plus contre 4,3 % et 33,3 % en 2017, respectivement. L’âge moyen des chefs de ménage était estimé à 46,7 ans (SD ±16.4) en 1994 comparé à 48,9 ans (SD ±15.9) en 2017. La majorité des chefs de ménage vivait en milieu rural, dans le Grand Nord, et était issue de ménage composé de 4 à 7 membres. Près de 40 % d’entre eux appartenaient à des ménages pauvres5. Le niveau d’instruction des chefs de ménage a augmenté dans le temps. En effet, 1,7 % avaient le niveau supérieur en 1994 contre 6,4 % en 2017. En revanche, la proportion des sans instruction était passée de 47,4 % à 35 % durant cette période. Que ce soit en 1994 ou en 2017, la majorité des ménages enquêtés n’avait pas d’enfants âgés de moins de 5 ans.

Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des chefs de ménage enquêtés

Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des chefs de ménage enquêtés

4. Les femmes cheffes de ménage à Haïti : une variété de profils

23Les résultats du tableau 2 révèlent que la proportion de femmes cheffes de ménage était plus élevée chez les moins de 25 ans, les 75-79 ans et les 85 ans ou plus en 1994. Les données montrent également qu’elle était plus importante en milieu urbain, dans le département de l’Ouest, chez les personnes sans instruction et dans les ménages riches et très riches. Par ailleurs, en 1994, 44,4 % des ménages composés de moins de 4 membres étaient dirigés par des femmes contre 33,6 % parmi les ménages composés de plus de 7 membres. Pour ce qui est des données de 2017, presque les mêmes tendances ont été observées. Cependant, il importe de mentionner que les écarts (de proportion) entre certaines modalités de variables se resserrent de manière significative, ce qui laisse voir qu’il y a eu quelques changements au niveau du profil des femmes cheffes de ménage.

Tableau 2. Profils des femmes cheffes de ménage

Tableau 2. Profils des femmes cheffes de ménage

24Les analyses des correspondances multiples effectuées ont permis de mieux visualiser le profil des femmes cheffes de ménage au fil du temps. En effet, les figures 1 et 2 laissent voir qu’il peut varier d’une année à une autre.

Figure 1. Quantification et coordonnées factorielles des différentes modalités (EDS 1994)

Figure 1. Quantification et coordonnées factorielles des différentes modalités (EDS 1994)

Figure 2. Quantification et coordonnées factorielles des différentes modalités (EDS 2017)

Figure 2. Quantification et coordonnées factorielles des différentes modalités (EDS 2017)

5. Facteurs associés à la féminisation de chefs de ménage à Haïti

25Comme l’attestent Pilon (1996), Tichit (2002) et Koïsse (2011), la féminisation de chefs de ménage dans les pays en développement ne peut se résumer à un seul niveau d’explication à l’exclusion des autres, mais d’une imbrication de facteurs en résonnance les uns par rapport aux autres.

26Le tableau 3 montre que le milieu de résidence est un déterminant de la féminisation de chefs de ménage à Haïti en 1994. Ainsi, les ménages en milieu urbain avaient 2,6 fois plus de chance d’être dirigés par des femmes (aOR=2.60, IC95%=1.93-3.50) comparativement à ceux en milieu rural. En ce qui concerne l’âge, les femmes de moins de 25 ans (aOR=2.09, IC95%=1.53-2.85) et celles âgées de 85 ans ou plus (aOR=2.41, IC95%=1.47-3.97) avaient de plus grandes chances d’être cheffes de ménage. Par ailleurs, les femmes de niveau primaire (aOR=0.36, IC95%=0.31-0.42), secondaire (aOR=0.17, IC95%=0.13-0.22), et supérieur (aOR=0.06, IC95%=0.03-0.12) avaient moins de chance de se déclarer cheffes de ménage que celles sans instruction. Les ménages riches (Réf) étaient plus susceptibles d’être dirigés par des femmes que ceux très pauvres (aOR=0.54, IC95%=0.39-0.73) et pauvres (aOR=0.68, IC95%=0.53-0.87). Pour finir, les ménages dirigés par des femmes étaient plus susceptibles d’être de petite taille (moins de 4 membres) (aOR=1.19, IC95%=1.01-1.40).

Tableau 3. Facteurs explicatifs de la féminisation de chefs de ménage à Haïti (EDS 1994)

Tableau 3. Facteurs explicatifs de la féminisation de chefs de ménage à Haïti (EDS 1994)

*p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001

27Les résultats du modèle estimé avec les données de 2017 sont presque identiques à ceux de 1994. À noter qu’un grand changement est survenu au niveau de la variable âge. Les femmes 45-54 ans (aOR=0.80, IC95%=0.72-0.90), 55-64 ans (aOR=0.72, IC95%=0.64-0.82), 65-74 ans (aOR=0.55, IC95%=0.48-0.64) et 75-84 ans (aOR=0.71, IC95%=0.58-0.86) étaient moins enclines à être cheffes de ménage que celles âgées de 35 à 44 ans.

Tableau 4. Facteurs explicatifs de la féminisation de chefs de ménage à Haïti (EDS 2017)

Tableau 4. Facteurs explicatifs de la féminisation de chefs de ménage à Haïti (EDS 2017)

*p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001

6. Discussion

28Cet article avait pour objectifs de dresser le profil des femmes cheffes de ménage et d’analyser les facteurs associés à ce phénomène à Haïti. En s’appuyant sur les données des EDS réalisées en 1994 et 2017 à Haïti, il ressort que le profil des femmes cheffes de ménage peut varier d’une enquête à une autre. De plus, il a été constaté que le milieu de résidence, l’âge, le niveau d’instruction, la taille du ménage et le niveau de vie sont les facteurs associés à la féminisation de chefs de ménage à Haïti.

29Les femmes résidant en milieu urbain étaient significativement plus enclines à être cheffes de ménage comparativement à celles vivant en milieu rural. Ces résultats rappellent ceux de Pilon (1996) et de Tichit (2002) en Afrique. Dans les zones rurales haïtiennes, des relations de pouvoir se sont instituées historiquement entre les classes et les sexes (Neptune-Anglade, 1986 ; Louis, 2007). Même si les femmes participent grandement aux tâches ménagères et à l’entretien économique à travers des activités agricoles, artisanales ou commerciales (Padgett et Warnecke, 2011), leur contribution ne serait pas appréciée au point d’accéder au statut de chef de ménage (Neptune-Anglade, 1988). Elles auraient de préférence les étiquettes de « femmes normales », « bonnes épouses » ou encore « bonnes mères » (Lachaud, 2014). Il importe aussi de souligner que les femmes cheffes de ménage en milieu urbain ne jouissent pas des mêmes droits que celles en milieu rural qui ont un plus faible accès à l’emploi et au crédit (Ciguino et Paul, 2022). De ce fait, elles sont moins susceptibles de contribuer à la prise de décision au sein du ménage. En sus, les rapports de pouvoir entre hommes/femmes ne sont pas les mêmes entre les milieux de résidence. Bien que les femmes issues des zones rurales apportent une grande contribution aux activités agricoles, elles restent toujours marginalisées et sont assujetties à la domination masculine en raison de leur importance à la reproduction du lignage (Lamaute-Brisson, 2012).

30Les femmes âgées de 85 ans ou plus avaient de plus grandes chances d’accéder au statut de chef de ménage à Haïti en 1994. Nos résultats corroborent ceux de Kebe et Charbit (2007) au Sénégal et s’expliqueraient en grande partie par leur statut marital. Une forte proportion de femmes âgées de 85 ans ou plus à Haïti seraient veuves, séparées ou divorcées. Après la mort de leur conjoint, le statut de chef de ménage leur reviendrait automatiquement. En outre, soulignons, que ce soit dans les pays développés ou en développement, à la suite d’un divorce ou d’une séparation, certains partenaires (pères) s’éloignent du foyer familial et des enfants de façon définitive. Dans un tel contexte, les femmes seraient contraintes à porter la casquette « chef de ménage » et à assumer toutes les responsabilités du ménage, à savoir paiement du loyer, paiement des frais scolaires, entre autres (Paul, 2008). Les données de 1994 et de 2017 montrent que les cheffes de ménage peuvent être également très jeunes. Les étudiantes et les jeunes fonctionnaires qui vivent seules alimenteraient la catégorie des femmes cheffes de ménage à Haïti.

31Autre fait intéressant : en 2017, les femmes de 35 à 44 ans étaient plus susceptibles d’être à la tête d’un ménage que celles âgées de 45 ans ou plus. L’évolution de la monoparentalité ces dernières années pourrait expliquer ce résultat inattendu. L’absence des partenaires masculins co-résidents ne doit pas être négligée dans cette analyse. Entre 2010 et 2016, la société haïtienne a connu une importante vague d’émigration vers les pays de la Caraïbe et de l’Amérique du Sud (Finn et Umpierrez de Reguero, 2020 ; Audebert, 2017 ; Audebert, 2012). Le travail mené par Montalembert (2021) laisse entrevoir qu’une proportion assez conséquente de femmes âgées de 35 à 44 ans vivrait dans des ménages sans la présence de partenaire due à l’émigration masculine. Cette réalité aurait participé à une hausse de familles monoparentales (Lamaute-Brisson, 2012 ; IHE et ICF, 2018) et aurait fait émerger dans la société haïtienne des familles de plus en plus transnationales (Broughton et Delaplace, 2014). En conséquence, cela complexifierait les logiques de pouvoir dans les ménages touchés par l’absence d’un (e) conjoint (e). Lorsque le choix pour émigrer est porté sur le chef de ménage, il y a une délégation de pouvoir entre les conjoints, ce qui donnerait à certaines femmes l’accès au statut de chef de ménage (Koïsse, 2011). Le fait qu’une femme se retrouve cheffe de ménage, dans ces cas-là, renvoie parfois à des formes inédites d’arrangements résidentiels de couple, faisant de l’épouse une cheffe de ménage « par intérim » et sous la dépendance d’un conjoint résidant ailleurs, mais néanmoins présent moralement et économiquement dans la prise des décisions (Delaunay et al., 2018 ; Mondain et al., 2012). Pour modifier ces rapports de genre et de pouvoir, il faut investir dans l’éducation des femmes/filles et leur permettre d’accéder à des emplois décents et à des postes décisionnels (Walker et al., 2019).

32L’évolution de la proportion de femmes cheffes de ménage à Haïti résulterait en partie de l’urbanisation rapide (32 % en 1994 contre 54 % en 2017 [Banque Mondiale, 2023]), de la hausse de familles monoparentales et de l’importante vague d’émigration masculine qu’a connue le pays ces dernières années.

33Les données indiquent également que plus les ménages étaient riches, plus ils étaient susceptibles d’être dirigés par des femmes. Ces résultats vont à l’encontre de ceux de Wayack Pambè et Moussa (2015) à Ouagadougou qui affirment que les femmes qui dirigent les ménages vivent le plus souvent dans la pauvreté. Toutefois, il est nécessaire de prendre du recul vis-à-vis de ces résultats, car l’indicateur de niveau de vie des ménages présent dans les enquêtes démographiques et de santé a des limites (Fifita et al., 2015). Construit à partir des biens de consommation de base que possède un ménage, il ne tient pas compte d’autres composantes telles que le revenu, la source des revenus et la consommation des ménages (Howe et al., 2008).

34Il a été démontré que les chances pour les femmes sans instruction d’acquérir le statut de « chef de ménage » étaient très élevées. Narame (2020) parvient à la même conclusion dans son travail de recherche mené au Rwanda. Une explication plausible à ce constat mais limitée, est que les femmes sans instruction étaient généralement des femmes âgées. Comme il a été démontré précédemment, ces dernières avaient plus de chances d’être cheffes de ménages.

35Enfin, les ménages dirigés par des femmes étaient plus susceptibles d’être de petite taille. Cette observation est en conformité avec les travaux de Kebe et Charbit (2007) au Sénégal. La taille plus réduite des ménages dirigés par des femmes à Haïti peut constituer un facteur de vulnérabilité, car moins le ménage compte de membres, plus les conditions de vie vont être fortement dépendantes du revenu de la cheffe qui assure seule la charge du ménage. En revanche, lorsque les ménages ont une taille plus grande, d’autres membres peuvent contribuer aux dépenses du ménage.

Conclusion

36Une hausse de ménages placés sous la responsabilité des femmes a été observée à Haïti durant ces trois dernières décennies. En mobilisant les données des dernières EDS 1994 et 2017, il ressort que le profil des femmes cheffes de ménage peut varier dans le temps. En outre, nous avons constaté que la féminisation de chefs de ménages à Haïti est une réalité sociale multidimensionnelle.

37Si les résultats de cet article sont en cohérence avec ceux de plusieurs travaux menés dans les pays en développement, notons tout de même que les données utilisées n’ont pas été conçues pour étudier la féminisation de chefs de ménage à Haïti et sont limitées en variables. Ainsi, pour mieux appréhender ce phénomène social complexe et multidimensionnel (très peu étudié à Haïti), il serait opportun de mener des enquêtes spécifiques (quantitatives et qualitatives) tout en tenant compte des aspects socioculturels propres au pays dans la construction de la notion de chef de ménage.

Haut de page

Bibliographie

Acharya, D. R., Bell, J. S., Simkhada, P., van Teijlingen, E. R., & Regmi, P. R. (2010). Women’s autonomy in household decision-making : A demographic study in Nepal. Reproductive Health, 7(1), 15. https://doi.org/10.1186/1742-4755-7-15.

Antoine, P., Gning, S.B. et Dial F.B. (2015). Les chefs de ménage âgés au Sénégal : illusion statistique ou réalité ?, Actes du XVIIe colloque international de l’Aidelf sur Démographie et politiques sociales, Ouagadougou, novembre 2012, 14 p. ISBN : 978-2-9521220-4-7.

Audebert, C. (2012). La diaspora haïtienne : Territoires migratoires et réseaux transnationaux. Presses universitaires de Rennes.

Audebert, C. (2017). The recent geodynamics of Haitian migration in the Americas : Refugees or economic migrants? Revista Brasileira de Estudos de População, 34(1), 55‑71. https://doi.org/10.20947/S0102-3098a0007.

Banque Mondiale. (2023). Population urbaine (% de la population totale), Haïti. https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codePays=HTI&codeTheme=1&codeStat=SP.URB.TOTL.IN.ZS.

Barrere-Maurisson M.-A. (2012). L’évolution des rôles masculin et féminin au sein de la famille. Les Cahiers français : documents d’actualité, La Documentation Française, numéro spécial des Cahiers Français : « Comment va la famille ? » (371), pp.22-29. ⟨halshs-00760973⟩.

Boateng, G.O., Kuuire, V.Z., Ung, M., Amoyaw, J.A., Armah, F.A., & Luginaah, I.N. (2014). Women’s Empowerment in the Context of Millennium Development Goal 3: A Case Study of Married Women in Ghana. Social Indicators Research, 115, 137-158.

Bouchereau, M. S. (1957). Haïti et ses femmes : Une étude d’évolution culturelle. Port-au-Prince, Haïti : Les Éditions Fardin, 1957, 253 pp.

Bourbonnais, R. (2015). Économétrie. Dunod.

Broughton, E., et Delaplace, J. (2014). Les politiques migratoires des émergents : Des réponses adaptées aux nouveaux flux d’immigration ? In Le défi des émergents (p. 192‑197). Institut français des relations internationales. https://doi.org/10.3917/ifri.demon.2014.01.0192.

Caumont, D. et Ivanaj, S. (2017). Chapitre 4. Comment simplifier l’information avec l’analyse factorielle. Dans D. Caumont et S. Ivanaj (Dir), Analyse des données (pp. 115-159). Paris : Dunod.

Cayemittes, M. et al., (1995). Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-II), Haïti 1994/95. Calverton, Maryland Usa : Institut Haïtien de l’Enfance et Macro International Inc.

Champagne, C., Pailhé, A., et Solaz, A. (2015). Le temps domestique et parental des hommes et des femmes : Quels facteurs d’évolutions en 25 ans ? Économie et statistique, 478(1), 209‑242. https://doi.org/10.3406/estat.2015.10563.

Ciguino, H., et Paul, B. (2022). Les organisations de microfinance haïtiennes sont-elles résilientes face aux crises que traverse le pays : une étude exploratoire. Études caribéennes, 52. https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.24683.

Dagenais, H., & Lebel, E. (2010). In memoriam : Hommage aux féministes haïtiennes décédées le 12 janvier 2010. Recherches féministes, 23(1), I. https://doi.org/10.7202/044418ar.

Delaunay, V. Adjamagbo. A. Ouédraogo, A. Attané, A. et Ouédraogo, S. (2018). La monoparentalité en Afrique : Prévalence et déterminants. Analyse comparative Bénin, Burkina Faso et Togo. In Calvès A., Dial F., & Marcoux R. (Eds.), Nouvelles dynamiques familiales en Afrique, p. 67-92. Presses de l’Université du Québec. from http://www.jstor.org/stable/j.ctvggx3tg.10. ISBN 978-2-7605-5014-8.

Dodoo, F. N.-A. (1993). Insights into Spousal Differences in Reproductive Dis/Agreement. Sociological Focus, 26(3), 257‑270. https://doi.org/10.1080/00380237.1993.10570624.

Dungumaro, E. W. (2008). Gender Differentials in Household Structure and Socioeconomic Characteristics in South Africa. Journal of Comparative Family Studies, 39(4), 429‑451. https://doi.org/10.3138/jcfs.39.4.429.

Fifita, V. Nandy, S. Gordon, D. (2015). The advantages of the consensual approach to poverty measurement. https://www.poverty.ac.uk/sites/default/files/attachments/Advantages-of-Consensual-approach-to-%20poverty-measurement_Pacific-steering-group-briefing_2015.pdf.

Finn, V., & Umpierrez de Reguero, S. (2020). Inclusive Language for Exclusive Policies : Restrictive Migration Governance in Chile, 2018. Latin American Policy, 11(1), 42‑61. https://doi.org/10.1111/lamp.12176.

Flexner, E., Fitzpatrick, E. F., & Fitzpatrick, E. F. (1996). Century of struggle : The woman’s rights movement in the United States (Enl. ed). The Belknap Press of Harvard Univ. Press.

Gilbert, P. (2016). Classes, genre et styles de vie dans l’espace domestique. Actes de la recherche en sciences sociales, 215(5), 4. https://doi.org/10.3917/arss.215.0004.

Gnoumou Thiombiano, B. (2015). Genre et prise de décision au sein du ménage au Burkina Faso. Cahiers québécois de démographie, 43(2), 249‑278. https://doi.org/10.7202/1027979ar.

Gubin, E. (Éd.). (2004). Le siècle des féminismes. Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières.

Hippolyte-Manigat, M. (2002). Être femme en Haïti hier et aujourd’hui : Le regard des constitutions, des lois et de la société. Université Quisqueya.

Howe, L. D., Hargreaves, J. R., & Huttly, S. R. (2008). Issues in the construction of wealth indices for the measurement of socio-economic position in low-income countries. Emerging Themes in Epidemiology, 5(1), 3. https://doi.org/10.1186/1742-7622-5-3.

IHSI (2005). Recensement général de la population et de l’Habitat 2003. Principaux résultats. Ensemble pays, Port-au-Prince.

IHE & ICF. Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services (EMMUS-VI 2016-2017), 2018. p. 689 https://mspp.gouv.ht/site/downloads/rapport%20preliminaire%20emmus%20VI.

Kebe, M., & Charbit, Y. (2007). Genre et vulnérabilité au Sénégal : Les femmes chefs de ménage. Revue européenne des migrations internationales, 23(3), 51‑65. https://doi.org/10.4000/remi.4203.

Klasen, S., Lechtenfeld, T., & Povel, F. (2015). A Feminization of Vulnerability? Female Headship, Poverty, and Vulnerability in Thailand and Vietnam. World Development, 71, 36‑53. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2013.11.003.

Koïsse S. (2011). Les femmes chefs de ménage au Cameroun : entre vulnérabilité et ébranlement de la domination masculine : le cas de l’extrême nord. Thèse de doctorat, Université Paris Descartes.

Kolbe, A. R., Hutson, R. A., Shannon, H., Trzcinski, E., Miles, B., Levitz, N., Puccio, M., James, L., Noel, J. R., & Muggah, R. (2010). Mortality, crime and access to basic needs before and after the Haiti earthquake : A random survey of Port-au-Prince households. Medicine, Conflict and Survival, 26(4), 281‑297. https://doi.org/10.1080/13623699.2010.535279.

Lachaud, E. (2014). Imagining the Haitian Nation-Family From Domestic Patriarchalism t chalism to State A o State Authoritarianism uthoritarianism. City University of New York (CUNY).

Lacombe, B. et Lamy, M-J. (1989). Le ménage et la famille restreinte, illusion méthodologique de la statistique et de la démographie d’enquête. https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_5/b_fdi_18-19/24074.pdf. ISSN 0768-9829.

Lamaute-Brisson, N. (2012). Enquête auprès des ménages en Haïti et perspective de genre (1999-2005) (No. 113). Naciones Unidas Comisión Económica para América Latina y el Caribe (CEPAL). https://repositorio.cepal.org/bitstream/handle/11362/5838/S1200017_fr.pdf?sequence=1&isAllowed=y.

Lamour, S., Côté, D., et Alexis, D. (2018). Déjouer le silence : contre-discours sur les femmes haïtiennes. Éditions du Remue-ménage Mémoire d’encrier PressuniQ.

Lamour, S. (2022). Le 3 avril 1986 : Expression d’une mésentente politique en Haïti : retour sur un élément de la mémoire indocile du mouvement féministe haïtien. Recherches féministes, 35(1‑2), 57. https://doi.org/10.7202/1099911ar.

Leckie, G (2013). Module 11 : Three-Level Multilevel Models: Stata Practical. https://eprints.ncrm.ac.uk/id/eprint/3030.

Maillé, C., et Savoie, C. (2000). Le vingtième siècle des femmes. Globe : Revue internationale d’études québécoises, 3(2), 17. https://doi.org/10.7202/1000579ar.

Maillé, C. (2003). Myriam Merlet La participation politique des femmes en Haïti. Quelques éléments d’analyse. Port-au-Prince, Éditions Fanm Yo La, 2002, 110 p. Recherches féministes, 16(1), 208. https://doi.org/10.7202/007352ar.

Mauconduit, N. Émile, E. Paul, B. (2013). Women and Economic Development: Women Entrepreneurship Situation in Haiti. Haïti Perspectives, 3(2), 61-67.

Mberu, B. U. (2007). Household Structure and Living Conditions in Nigeria. Journal of Marriage and Family, 69(2), 513‑527. https://doi.org/10.1111/j.1741-3737.2007.00380.x.

Merzouki, L. (2016). La contribution des femmes à la croissance africaine. Géoéconomie, 79(2), 175. https://doi.org/10.3917/geoec.079.0175.

Mondain, N., Randall, S., Diagne, A., & Elliot, A. (2012). Les effets de l’émigration masculine sur les femmes et leur autonomie : Entre maintien et transformation des rapports sociaux de sexe traditionnels au Sénégal. Autrepart, 61(2), 81‑97. https://doi.org/10.3917/autr.061.0081.

Montalembert, E. D. (2021). Les dynamiques contemporaines des migrations africaines et haïtiennes vers le Brésil. Confins, 51. https://doi.org/10.4000/confins.38339.

Moogi Gwako, E. L. (1997). Conjugal power in rural Kenya families : Its influence on women’s decisions about family size and family planning practices. Sex Roles, 36(3‑4), 127‑147. https://doi.org/10.1007/BF02766264.

Narame, E. (2020). L’expérience scolaire des enfants rwandais élevés par des femmes cheffes de ménage. Alterstice, 9(2), 119-130. https://www.journal.psy.ulaval.ca/ojs/index.php/ARIRI/article/view/Narame_Alterstice9%282%29.

Neptune Anglade, M. (1986). L’autre moitié du développement : À propos du travail des femmes en Haïti. Éditions des Alizés ; Diffusion Karthala.

Paul, B. (2008). « Migration et pauvreté en Haïti : impacts économiques et sociaux des envois de fonds sur l’inégalité et la pauvreté » ? Communication à la Journée Thématique du Groupe d’Économie et Développement (Gdr), Université Bordeaux 4, le jeudi 16 octobre 2008.

Pierce, W. J., & Elisme, E. (2000). Suffering, Surviving, Succeeding: Understanding and Working with Haitian Women. Race, Gender & Class, 7(4), 60–76. http://www.jstor.org/stable/41955726.

Pilon, M. (1996). Les femmes chefs de ménage en Afrique : état des connaissances. In : Bisilliat Jeanne (ed.). Femmes du Sud, chefs de famille. Paris (Fra) ; Paris : Karthala ; ORSTOM, P. 235-256. (Hommes et Sociétés). Femmes du Sud, Chefs de Famille : Colloque International, Paris (FRA), 1994/11/28-30. ISBN 2-86537-674-5.

Padgett, A., & Warnecke, T. (2011). Diamonds in the Rubble : The Women of Haiti: Institutions, Gender Equity and Human Development in Haiti. Journal of Economic Issues, 45(3), 527‑558. https://doi.org/10.2753/JEI0021-3624450301.

Renisio, Y., et Sinthon, R. (2014). L’analyse des correspondances multiples au service de l’enquête de terrain : Pour en finir avec le dualisme « quantitatif »/« qualitatif ». Genèses, 97(4), 109‑125. https://doi.org/10.3917/gen.097.0109.

Rosenhouse Persson, S. (1989). Identifying the poor : Is “headship” a useful concept? World Bank.

Scott, J. (1988). Genre : Une catégorie utile d’analyse historique (É. Varikas, Trad.). Les Cahiers du GRIF, 37(1), 125‑153. https://doi.org/10.3406/grif.1988.1759.

Tichit, C. (2002). Les femmes chefs de ménage au Cameroun : entre autonomie, monoparentalité et isolement (Doctoral dissertation, Paris 10).

Vaillancourt, Y., et Jetté, C. (dir.). (2018). Une coopération Québec-Haïti innovante en agroalimentaire : L’économie sociale et solidaire en mouvement (1re éd.). Presses de l’Université du Québec. https://doi.org/10.2307/j.ctvggx4tx.

Van de Walle, E. (Éd.). (2006). African households: Censuses and surveys. M.E. Sharpe, Inc.

Walker, J., Pearce, C., Boe, K., & Lawson, M. (2019). The Power of Education to Fight Inequality : How increasing educational equality and quality is crucial to fighting economic and gender inequality. Oxfam. https://doi.org/10.21201/2019.4931.

Wayack Pambè, M. et Moussa, S. (2015). Inégalités entre les ménages dirigés par les hommes et ceux dirigés par les femmes à Ouagadougou : Entre déterminisme et spécificités. Cahiers québécois de démographie, 43(2), 315‑343. https://doi.org/10.7202/1027981ar.

Wayack Pambè, M., et Sawadogo, N. (2017). Dépasser le patriarcat pour mieux définir les féminismes africains ? Travail, genre et sociétés, n° 38(2), 187‑192. https://doi.org/10.3917/tgs.038.0187.

Zanuso, C., Roubaud, F., et Torelli, C. (2015). Le marché du travail en Haïti après le séisme : Quelle place pour les jeunes ? Autrepart, N° 71(3), 135‑156. https://doi.org/10.3917/autr.071.0135.

Haut de page

Notes

1 Les ménages à Haïti, étant une réalité sociale mouvante, sont en perpétuelles transformations, en particulier sous l’effet de la migration, du tremblement de terre de 2010, pour ne citer que ceux-là (Zanuso et al., 2015 ; Kolbe et al., 2010).

2 C’est le rapport des chances (odds ratio), qui est le rapport de deux probabilités : la probabilité que l’événement survienne et la probabilité que celui-ci ne survienne pas Ces rapports s’interprètent en termes d’écart par rapport à une modalité de référence (Bourbonnais, 2015).

3 Parmi les 14 371 femmes âgées de 15 à 49 ans interrogées en 2017, 3018 avaient le statut de chef de ménage. Alors que dans fichier ménage, 6043 femmes cheffes de ménage ont été enregistrées. Cela étant dit que des informations relatives à la religion, le statut marital et le statut d’occupation n’ont pas été collectées pour 3025 femmes.

4 https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1106.

5 Prend en compte les catégories « pauvre » et « très pauvre » de la variable « Niveau de vie ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des chefs de ménage enquêtés
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29921/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 2. Profils des femmes cheffes de ménage
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29921/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Titre Figure 1. Quantification et coordonnées factorielles des différentes modalités (EDS 1994)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29921/img-3.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 2. Quantification et coordonnées factorielles des différentes modalités (EDS 2017)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29921/img-4.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tableau 3. Facteurs explicatifs de la féminisation de chefs de ménage à Haïti (EDS 1994)
Légende *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29921/img-5.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 4. Facteurs explicatifs de la féminisation de chefs de ménage à Haïti (EDS 2017)
Légende *p < 0.05, **p < 0.01, ***p < 0.001
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/29921/img-6.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Jean Simon, Kenson Joissaint, MBoh Delphin N’Gou, Ghislaine Joseph et Vénunyé Claude Kondo Tokpovi, « La féminisation de chefs de ménage à Haïti »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/29921 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.29921

Haut de page

Auteurs

David Jean Simon

PhD en Démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Centre de Recherche de l’institut de Démographie de l’Université de Paris (CRIDUP)
djeansimon90@yahoo.fr

Articles du même auteur

Kenson Joissaint

PhD en Anthropologie, École des hautes études en sciences sociales
Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor)
joissaintkenson@yahoo.fr

MBoh Delphin N’Gou

Doctorant en Démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Centre de Recherche de l’institut de Démographie de l’Université de Paris (CRIDUP)
mbohdelphin@gmail.com

Ghislaine Joseph

Doctorante en Sociologie, Université Laval
Centre de Recherche Cultures Arts Sociétés (CELAT)
ghislainejoseph86@yahoo.fr

Vénunyé Claude Kondo Tokpovi

Doctorant en Mesure et Évaluation, Université Laval
Groupe de Recherche sur l’Inadaptation Psychosociale (GRIP)
kondotokpoviclaudevenunye@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search