Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Compte-rendu de lectureCompte-rendu du documentaire MAYA...

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu du documentaire MAYAPOLIS - Tourisme et expansion urbaine dans la Péninsule du Yucatan

Review of the Documentary MAYAPOLIS - Tourism and Urban Expansion on the Yucatan Peninsula
Olivier Dehoorne et Sopheap Theng
Référence(s) :

Ecriture et réalisation : Renaud Lariagon, Images : Paul Magnan et Abraham Puebla Castro. 2022 – 59 minutes, mis en ligne le 14 octobre 2023.
Version française : https://www.youtube.com/watch?v=rs_VQkb-DS4; version espagnole : https://www.youtube.com/watch?v=ak34C6KB_dU

Texte intégral

Tourisme et expansion urbaine dans la Péninsule du YucatanAfficher l’image
Crédits : Mayapolis

1Une très belle réalisation, un magnifique documentaire !

2Ce documentaire Mayapolis – Tourisme et expansion urbaine dans la péninsule du Yucatan nous convie à découvrir la Péninsule du Yucatan, les différentes étapes du processus de touristification de cette région depuis la création du premier hôtel international de Cancún (inauguré en 1974), les premiers pas d’un projet de tourisme orienté vers le luxe qui a rapidement cédé la place à un tourisme de masse all-inclusive, porté par les clientèles nord-américaines, notamment les Spring Breakers dès les années 1990. La Péninsule du Yucatan est désormais la région touristique la plus importante d’Amérique latine (25 millions de passagers à l’aéroport de Cancún en 2019, 3 millions de croisiéristes à Puerta Maya, sur l’île de Cozumel, en 2022). Les nouvelles stations balnéaires prolongent les dynamiques d’urbanisation sur la Riviera Maya, telles celles de Playa del Carmen et de Tulum (130 kilomètres plus au sud) ; sans oublier la ville de Mérida, entre gentrification et étalement urbain plus au nord, vers le littoral.

3La Péninsule du Yucatan constitue un excellent laboratoire pour étudier le tourisme, les enjeux socio-économiques, les défis territoriaux, les choix politiques, avec plus de cinquante années de recul.

4Le documentaire repose sur une solide ossature scientifique croisant les analyses d’une quinzaine de chercheurs1. Les étapes du questionnement scientifico-social peuvent être suivies le blog de recherche sur la plateforme d’OpenEdition : « Tourisme, espace et biens communs »2 ; le blog réunit également les différentes publications des chercheurs impliqués dans ce projet3.

5D’un grand intérêt scientifique, le documentaire constitue un excellent support pédagogique et s’adresse à un large public. Il expose les étapes de la construction touristique, sa diffusion spatiale et le processus de métropolisation et met l’accent sur les défis actuels. Il est organisé autour de six séquences :

  • Le tourisme et l’expansion urbaine dans la péninsule du Yucatan ;

  • Cancun-Riviera Maya : le boom du tourisme-immobilier ;

  • Mérida, entre touristes et investisseurs ;

  • Nature privatisée et enclosures vertes ;

  • Tourisme rural : quelles alternatives ;

  • Centres touristiques et extension métropolitaine.

Illustration 1. L’urbanisation de la presqu’île de Cancún

Illustration 1. L’urbanisation de la presqu’île de Cancún

Sources : capture d’écran MAYAPOLIS – Tourisme et expansion urbaine dans la péninsule du Yucatan, Images : Paul Magnan et Abraham Puebla Castro

Illustration 2. Aperçu cartographique des enjeux touristiques

Illustration 2. Aperçu cartographique des enjeux touristiques

a. Le tourisme moteur de l’urbanisation du Yucatan

b. Intérêts touristiques et mise en réserve des espaces naturels, un processus d’enclosure

Sources : capture d’écran MAYAPOLIS – Tourisme et expansion urbaine dans la péninsule du Yucatan, cartographie : Geocommunes – https://geocomunes.org

6Parmi les riches pistes de recherche ouverte dans l’étude du cas d’école que constituent Cancun et la Péninsule du Yucatan, se pose la question de la ségrégation qui s’impose dans cette urbanisation invasive ; une ségrégation brutale : fonctionnelle (les consommateurs en vacances vs. les quartiers où réside la multitude des travailleurs vivant directement ou indirectement du tourisme), mais également sociale et raciale.

7Les processus d’accaparement des terres sont aussi au cœur de la problématique. Dans un pays où la propriété foncière relevait du régime de la propriété sociale depuis la Révolution mexicaine, le morcellement et les privatisations des terres collectives s’accélèrent avec des interventions politiques. Nul n’est naïf sur les connexions à peine voilées entre l’argent des cartels et les constructions effrénées depuis plus de deux décennies.

8Rappelons que ce type de tourisme s’inscrit dans le registre de l’extractivisme : il construit sa rente sur l’extraction d’un bien naturel dont les profits ne concernent pas les habitants du lieu.

9Nous retiendrons les questionnements sur la dépossession des populations autochtones, les Mayas ; une dépossession d’identité et de territoire : « une dépossession du quotidien, de l’ordinaire, des conditions de vie » qui réduisent les populations à de simples objets folkloriques, pour quelques danses lors des escales des croisiéristes à Mahajual ou dans le cadre de « hameaux mayas » dans l’arrière-pays. Le marketing territorial emploie le « Monde Maya » comme une singularité, une attraction touristique qui donne un peu de saveur à des constructions touristiques littorales fortes banales. Le « Monde Maya » devient alors une marque commerciale.

10La conquête de l’espace à des fins touristiques s’étend sur l’ensemble de la Péninsule du Yucatan, des rivages à l’arrière-pays, à l’image des cénotes, les lieux sacrés mayas (comme Tsukàn) qui offrent d’originaux points de baignades. L’extension des différentes aires naturelles protégées traduit un nouveau processus d’enclosure, de fermeture de l’espace qui limite ou interdit des usages locaux dans le secteur primaire tandis qu’ils les réservent aux usages touristiques ; ainsi des espaces naturels protégés abritent de cossues résidences secondaires.

11Au terme de cette exploration de Mayapolis, les chercheurs constatent que l’économie actuelle, le tourisme est un mode de création de valeurs marchandes, notamment à travers la production d’espaces spécifiques (où convergent les consommations touristiques, des transactions immobilières spéculatives). Cette appropriation de l’espace, à travers sa touristification, « est une réponse aux nécessités de reproduction du capital, dans un schéma classique d’accumulation par dépossession ».

Haut de page

Bibliographie

« Tourisme, espace et biens communs », blog de recherche sur la plateforme d’OpenEdition : https://tebc.hypotheses.org/sesion-extraordinaria-jornada-de-estudio-2da-edicion

Kieffer, M. et S. Jouault (2022). Ecoturismo Communitario del Sureste de México. Ed.CEMCA, ENES Morelia-UNAM.

Samuel Jouault, S., Almeida Poot, M. et Montañez Giustinianovic, A. (2023). Turismo comunitario y conflictos socioterritoriales en la Península de Yucatán: de la amenaza a la resistencia. Teoría y Praxis. Sustentabilidad, Turismo y Recursos Naturales, 31 : 84-94. http://www.teoriaypraxis.uqroo.mx/doctos/numero31/TeoriayPraxis_Num31_Ed_Esp_2023.pdf

Haut de page

Notes

1 Marco Almeida Poot (Universidad Autónoma Metropolitana, Iztapalapa), Mathilde Córdoba Azcárate (University of California, San Diego), Claudia Davila Valdés (Universidad Autónoma De Yucatán), Yannick Deniau (Collectif Geocommunes), Samuel Jouault (Universidad Autónoma De Yucatán), Maxime Kieffer (ENES-Morelia, Universidad Nacional Autónoma de México), Manuel Francisco Lemas Valencia (Centro de Investigácion y de Estudios Avnzados, INP Médira), Alvaro López López (Instituto de Geografía, Univerisdad nacional Autónoma de MéEico), Clément Marie Dit Chirot (ESO Angers, Université d’Angers), Eliana Del Pilar Gonzalez Marquez (Centro de Investigácion y de Estudios Avanzados, IPN Mérida), Luis Alberto Salinas Arreortua (Instituto de Geografías, Univerisdad nacional Autónoma de México), Ana Garciá de Fuentes (Centro de Investigácion y de estudios Avanzados, INP Mérida), Gabriela Torres-Mazuera (CIESAS Peininsular), Manuel Xool Koh (ENES Mérida – Universidad Nacional Autónoma de Mexico), Mario TuzMay (Cooperativa U Kuchil Cuxtal).

2 https://tebc.hypotheses.org/sesion-extraordinaria-jornada-de-estudio-2da-edicion

3 Parmi les travaux majeurs, nous citerons ceux de Kieffer et Jouault (2022) et de Jouault, Almeida Poot et Montañez Giustinianovic (2023). De nombreuses autres études à lire sur le site.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. L’urbanisation de la presqu’île de Cancún
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30004/img-1.png
Fichier image/png, 2,8M
Crédits Sources : capture d’écran MAYAPOLIS – Tourisme et expansion urbaine dans la péninsule du Yucatan, Images : Paul Magnan et Abraham Puebla Castro
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30004/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Illustration 2. Aperçu cartographique des enjeux touristiques
Légende a. Le tourisme moteur de l’urbanisation du Yucatan
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30004/img-3.png
Fichier image/png, 695k
Légende b. Intérêts touristiques et mise en réserve des espaces naturels, un processus d’enclosure
Crédits Sources : capture d’écran MAYAPOLIS – Tourisme et expansion urbaine dans la péninsule du Yucatan, cartographie : Geocommunes – https://geocomunes.org
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30004/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne et Sopheap Theng, « Compte-rendu du documentaire MAYAPOLIS - Tourisme et expansion urbaine dans la Péninsule du Yucatan »Études caribéennes [En ligne], 56 | décembre 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/30004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.30004

Haut de page

Auteurs

Olivier Dehoorne

Maître de Conférences à l’université des Antilles, dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Sopheap Theng

Université des Antilles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search