Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57-58Hors dossierTourisme balnéaire face aux contr...

Hors dossier

Tourisme balnéaire face aux contraintes liées à l’érosion côtière en Basse Casamance (Sénégal) : cas de la commune de Kafountine

Seaside Tourism Facing Constraints Linked to Coastal Erosion in Basse Casamance (Senegal): Case of The Commune of Kafountine
Sadou Bocoum

Résumés

Le tourisme balnéaire étudié est l’un des premières formes de tourisme développé dans cette zone qui repose sur l’ouverture de la commune à l’atlantique qui offre une magnifique plage. La commune bénéficie également d’une importante densité de réseau hydrographique avec la ramification de bolongs bordés de mangrove favorable aux excursions. Malgré ces potentialités, le tourisme balnéaire fait face aujourd’hui à d’énormes contraintes liées à l’érosion côtière. Cette étude s’est fixée comme objectif d’analyser les répercussions de de l’érosion côtière sur le tourisme. L’étude s’est appuyée sur différentes phases d’observations sur le terrain et sur des enquêtes menées auprès de 292 chefs de concession repartis entre quatre localités de la commune (Kafountine 69%, Abéné 17%, Diannah 10%, et Diogué 4%). Nous avons réalisé également des cartes sur Arc Gis 9.3, après avoir utilisé le GPS pour la prise de points des différents campements dans la commune et Excel pour l’exploitation des données numériques. Les résultats montrent que la commune propose une offre infrastructurelle de qualité qui allie confort et calme et qui est essentiellement regroupé sur la zone côtière. Le secteur touristique en générale et le type balnéaire en particulier fait face aujourd’hui à d’énormes problèmes liés à l’érosion côtière qui entrave son épanouissement. Les contraintes liées à l’érosion côtière se matérialisent par la dégradation de campements, la réduction de la plage et la dégradation de la végétation côtière. Ce phénomène de l’érosion côtière est très connu dans la commune. D’après les enquêtes auprès de la population, 60% des enquêtés connaissent et vivent quotidiennement le phénomène d’érosion côtière. Les populations des îles, de Kafountine Batara et d’Abéné Badala sont les plus touchées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Basse Casamance abrite des forêts côtières luxuriantes, des mangroves, des îles et des canaux d’eau salée appelés bolongs. Elle a l’une des meilleures plages du Sénégal (Cap Skirring, Kafountine). Le tourisme est aujourd’hui à la base de la croissance économique de beaucoup de localités de la Basse Casamance. En l’espace d’un quart de siècle, il s’est imposé comme la deuxième source de revenus du pays après la pêche. La commune de Kafountine, localisée en Basse Casamance, est réputée par sa forte attractivité touristique due à la richesse naturelle, culturelle et cultuelle dont elle dispose. Le tourisme balnéaire fait partie des types de tourisme les plus pratiqués dans la zone. Depuis quelques années, le secteur fait face à l’érosion côtière est entrain de ravager le littoral et compromet la survie du secteur touristique.

2La menace d’érosion côtière liée à la mobilité du trait de côte engendrera des dégradations de la biodiversité à la fois terrestre et marine et aussi de sérieuses pertes en termes d’espaces et d’infrastructures (Ngom, 2019). D’après Colas (2006) « les côtes sableuses sont les plus érodées. Remaniées par les vagues et le vent, elles reculent sur plus de la moitié de leur linéaire ». C’est le type de côte que nous rencontrons dans la commune de Kafountine. Le phénomène d’érosion côtière semble avoir pris de l’ampleur au cours des dernières décennies dans cette zone que ce soit en partie continentale que dans les îles. Elle est un enjeu de plus en plus important. Elle constitue un phénomène complexe qui doit être considéré dans son ensemble, puisqu’elle est modifiée et/ou intensifiée par plusieurs facteurs (ZIP, 2006). Elle cause diverses conséquences sur le plan socio-économique et environnemental dont les effets pourront se sentir sur les activités traditionnelles sur le littoral.

3Plusieurs questions sont posées pour aborder cette question liée à l’érosion côtière à savoir : l’érosion est-elle une réalité connue sur le littoral de la commune de Kafountine ? Quelles perceptions ont les acteurs de ce phénomène ? Les installations touristiques sur le littoral sont-elles en menaces ? Existe-t-il déjà des hôtels ou campements dégradés ? La menace est-elle présente sur la plage et la végétation côtière ? Quelles sont les répercussions sur le tourisme ?

4Pour cette étude de l’érosion côtière, nous allons d’une part recueillir l’avis de la population afin de comprendre leurs perceptions sur le phénomène et d’autre part quantifier le fait réel à partir de la cartographie. Ce papier vise à approfondir cette problématique de l’érosion côtière dans la commune de Kafountine en analysant ses contraintes sur le secteur touristique marqué par d’importantes potentialités.

1. Matériels et méthodes

1.1. Collecte de données

5La collecte de données sur le terrain est une part importante de cette étude. Nous avons ainsi effectué 8 campagnes de terrain. Elle commence, dans un premier temps, par des observations (état du littoral et des infrastructures, etc.) sur terrain et des prises de photo à but illustratif. Nous avons ensuite soumis un questionnaire aux populations locales de quatre localités pour effectuer nos travaux de terrain. Il s’agit de trois localités sur la partie continentale de la commune (Kafountine, Abéné, et Diannah) et une localité en zone insulaire (Diogué).

1.1.1. Observation sur le terrain

6Cette phase consiste en un contact direct avec la réalité sur le terrain. Elle nous a permis de constater l’état de la dégradation du littoral et surtout des infrastructures touristiques de la commune de Kafountine. L’observation nous a aidés de voir l’ampleur du phénomène sur l’environnement et les activités socio-économiques et de constater que le phénomène est amplifié par certaines activités de l’homme à savoir l’extraction du sable marin, la déforestation. De même, nous avons pris des photos pour illustrer.

1.1.2. Enquêtes de terrain

7Un questionnaire a été soumis à la population afin de cerner l’importance du secteur touristique et les contraintes auxquelles il fait face. Il permet de recueillir des données quantitatives auprès des populations de la commune en général suivant un pas d’échantillonnage bien déterminé. La commune compte dix-neuf villages, mais nous avons choisi seuls quatre (Kafountine, Abéné, Diannah, et Diogué), les mieux dotés en infrastructures touristiques, et les plus visités par les touristes pour faire les enquêtes.

8Pour bien mener l’enquête sur le terrain auprès de la population cible, nous avons effectué un échantillonnage. Nous avons choisi de le réaliser en fonction de la proportion du nombre de concessions de chacun des villages identifiés. Ce travail d’échantillonnage a été facilité par la disposition de données du recensement démographiques de la commune de Kafountine de 2013. Ces données statistiques par village nous ont permis de prendre un échantillonnage de 10% des concessions par village pour être représentatif. Ce choix nous a permis d’interroger une personne par concession. Le nombre total de concessions des quatre villages étant 2919, la détermination d’un l’échantillon respectif de 10% nous a donné 292 ménages à interroger. Le tableau 1 détaille l’échantillonnage par localité.

Tableau 1 : Échantillons des localités

Villages

Nombre de concessions des localités

Nombres de chef de concessions enquêtés

Pourcentage

Kafountine

2011

201

69 %

Abéné

496

50

17 %

Diannah

290

29

10 %

Diogué

122

12

4 %

Total

2919

292

100 %

9Dans le cadre de nos enquêtes, nous avons choisi de travailler sur la concession. En effet, la concession constitue l’unité de l’échantillon et le chef de ménage l’unité de référence. Autrement dit, nous avons fait nos calculs à partir du nombre de concessions et nous avons interrogé tous les chefs de ménages qui se trouvent dans la concession. Ce choix se justifie par la difficulté de trouver un chef de concession, car dans ces localités la plupart des concessions sont constituées par le regroupement de divers ménages indépendants. Ainsi, le regroupement de plusieurs ménages indépendants rendait difficile de trouver un seul chef de concession pour mener l’enquête. Pour pallier cela, nous avons choisi d’interroger tous les chefs de ménages dans chaque concession. Les données ont été traitées sur Sphinx et Excel.

1.1.3. Collecte et traitement de données numérique pour la cartographie

10Le traitement des données numériques pour la cartographie s’est fait après la collecte de points de localisation des différentes structures d’hébergement sur le littoral à partir d’un GPS. Cette cartographie vise à montrer l’importance de la concentration de ces infrastructures sur le littoral et leur niveau d’exposition par rapport à l’érosion côtière. Nous avons utilisé Excel pour l’exploitation des données avant de réaliser les cartes sur ArcGIS 9.3. La carte de localisation est réalisée à partir des shapes du centre de suivi écologique (CSE).

2. Résultats et discussion

2.1. Richesse hydrographique et infrastructurelles du tourisme à Kafountine

11La commune de Kafountine est située au sud du Sénégal, notamment dans la région de Ziguinchor, particulièrement dans le département de Bignona et plus précisément dans la zone nord-ouest. La commune se trouve à l’ouest de la Basse Casamance (figure 1).

Figure 1 : Localisation de la commune de Kafountine

Figure 1 : Localisation de la commune de Kafountine

12Cette position géographique confère à la commune une richesse hydrologique importante propice au développement du tourisme balnéaire et du tourisme de découverte. En effet, à côté de l’océan atlantique et du fleuve Casamance, la commune possède des bolongs qui traversent la zone (marigot de Diouloulou, marigot de Kalissaye).

13La superficie de la Commune est de 908 km². Elle compte 19 villages dont 14 sont des îles et 5 sont situés dans la partie continentale. La partie insulaire couvre une superficie de 832 km² soit 91,63% du territoire et la partie continentale couvre 76 km² soit 8,37% du territoire. Cette carte montre qu’une bonne partie de la commune de Kafountine est en contact avec l’eau. L’ouverture de la commune sur l’océan atlantique offre la présence d’une très belle plage au sable fin et ensoleillé qui permet le développement du tourisme balnéaire. Cette plage reste accessible de manière générale.

14Les résultats de nos enquêtes révèlent que la plage de la commune de Kafountine n’est pas privatisée. En effet, 92% des enquêtés soutiennent que la plage est accessible à tous. Par contre, 6% des enquêtés pensent qu’elle est privatisée. Cette situation se justifie par le fait que certains propriétaires aménagent la devanture de leurs campements et interdisent la baignade pour ne pas déranger les touristes surtout en période de haute saison.

15Sur le plan climatique, la commune appartient au domaine sud soudanien côtier avec l’influence de la brise marine (alizé maritime pendant la saison sèche). Les températures sont relativement douces avec une moyenne qui tourne autour de 25°C (ANACIM, 2015). Les plus fortes températures sont enregistrées pendant les mois de Mai à Novembre. Néanmoins, la commune bénéficie d’une longue période de fraîcheur pouvant varier entre 4 et 7 mois. Ce domaine se caractérise par l’humidité et la forte présence du flux de mousson pendant la saison des pluies qui se traduit par l’importance des précipitations.

16La zone enregistre deux saisons : une saison sèche, plus longue, qui s’étale de novembre à mai et une saison des pluies de juin à octobre au cours de laquelle sont menées les activités agricoles. La hauteur moyenne de pluies est de 1 212 mm par an pour une durée de l’hivernage d’environ 4 mois durant laquelle il y a, en moyenne 65 jours de pluies (PLHA, 2010). Les facteurs naturels sont très déterminants pour le tourisme surtout celui côtier qui requiert une attention spécifique. Le climat est un facteur majeur de motivation et de satisfaction pour le touriste. L’ensoleillement de la commune est un facteur d’attrait touristique « sun tourism » surtout en haute saison qui coïncide en hivers froid en zone tempérée. Pendant cette période beaucoup de touristes descendent dans la zone pour profiter du soleil.

17Les bolongs sont longés par des forêts de mangrove ; d’où la concentration importante de cet écosystème dans la zone surtout dans les îles. Ces forêts sont protégées par des agents et concentrent une richesse importante et variée d’espèces fauniques et floristiques qui attire des touristes venant pour la balade et la découverte. La commune bénéficie de la présence de riches réserves ornithologiques comme le Kalissaye qui est le 3ième en Afrique de l’Ouest après le Banc d’Arquin de la Mauritanie et le parc de Djoudj de Saint Louis du Sénégal. Le Kalissaye offre une protection efficace à des colonies d'espèces pélagiques. Il se place parmi les plus grands sites d’accueil d’oiseaux migrateurs sur la côte ouest africaine (Badiane, 2011).

18L’environnement de la réserve de Kalissaye est marqué par le développement du tourisme avec d’importants sites touristiques dans les îles. La réserve de Kalissaye attire de nombreux touristes à cause de la présence d’oiseaux et des forêts de mangroves. Le développement du tourisme rural dans la zone, les visites et balades touristiques n’ont pas produit d’effets fâcheux sur les écosystèmes de la réserve. Le tourisme s’assimile à l’écotourisme et de plus en plus, beaucoup d’ornithologues viennent visiter la réserve de Kalissaye et ses sites satellites (héronnière de Kassel, flèche de Kafountine, mangrove des îles alentours) qui accueillent des centaines d’oiseaux migrateurs (Badiane, 2011).

Photo 1 : Héronnière de Kassel (BOCOUM, Mai 2017)

Photo 1 : Héronnière de Kassel (BOCOUM, Mai 2017)

19A côté, nous avons la présence de l’héronnière de Kassel créée en même temps que celle de Kalissaye en 1978. Elle couvre une superficie d’environ 90 ha. Elle sert de lieu de nidification et de reproduction des oiseaux. Elle a pour rôle principal de protéger les oiseaux de mer et les tortues marines, mais aussi les ultimes crocodiles et lamantins de cette zone. C’est une zone de haute diversité bien conservée à l’intérieur des eaux et dominée par une végétation de mangrove. Cette réserve est fréquentée par une importante faune aviaire et pressentie pour devenir une réserve ornithologique avec la présence de 5000 couples d’oiseaux nicheurs et 17 couples d’oiseaux d’autres espèces (rapport du Plan d’Aménagement et de Gestion de l’aire Marine d’Abéné 2010).

20On note aussi que l’Aire Marine Protégée d’Abéné est d’une importance capitale pour la protection des ressources halieutiques. Elle est à cheval entre les communes de Kafountine et de Kataba1 dans la région de Ziguinchor. Elle couvre une superficie de 119 km2 et s’étend de la frontière gambienne au quai de pêche de Kafountine (Diémé, 2014).

2.2. Des infrastructures touristiques de qualité

21La partie continentale de la commune (Kafountine, Abéné, et Diannah) concentre de nombreux campements ainsi que des auberges, discothèques et restaurants. Les enquêtes montrent l’importance de la capacité d’accueil des structures d’hébergement de la commune de Kafountine. En effet, 62% des personnes interrogées pensent que la capacité d’accueil dans la commune de Kafountine est importante pour satisfaire la demande touristique. En revanche, 22% pensent qu’elle est moyenne et 13% pensent qu’elle est faible. Ceci se justifie pour certains par l’importance certes du nombre de campements dans la zone mais pour la plupart avec un nombre de lit faible. Il y’a plus d’une quarantaine d’auberges, campements, résidences, bars-restaurants entre Kafountine Diannah et Abéné. La figure 3 ci-dessous montre le géo référencement des cinquante-trois structures d’hébergement de la commune.

Figure 2 : Localisation des campements et hôtels dans la commune de Kafountine

Figure 2 : Localisation des campements et hôtels dans la commune de Kafountine

22L’observation de la figure 2 montre que le village d’Abéné concentre beaucoup plus de campements ; au total il enregistre 27, contre 22 à Kafountine et 4 à Diannah. Ces structures d’hébergement offrent une qualité très appréciée. En effet, 58% des personnes interrogées jugent très bonne la qualité dans commune. En revanche, 23% pensent que la qualité est bonne et 16% pensent qu’elle est moyenne.

23Les campements aménagés à partir des matériaux locaux offrent une qualité très appréciée par les touristes. En effet, 58% des enquêtés jugent très bonne la qualité des réceptifs de la commune. En revanche, 23% pensent que la qualité est bonne et 16% pensent qu’elle est moyenne.

2.3. Incidences de l’érosion côtière sur le tourisme

2.3.1. Caractérisation de l’érosion côtière

24Elle est déjà une réalité dans de nombreux pays du monde, puisque plus de 70% des côtes sableuses sont aujourd’hui en érosion (Niang-Diop, 1995). Résultant d'une combinaison de plusieurs facteurs à la fois d'origine naturelle et humaine, qui interviennent à plusieurs échelles temporelles et spatiales. L'érosion côtière se manifeste lorsque la mer gagne du terrain sur la terre par l’action des vents, des mouvements de houles et de marées et quand les sédiments (sables) deviennent insuffisants pour constituer la protection naturelle des plages.

25Même si cette érosion est un processus d’origine naturelle qui a toujours existé et façonné les rivages du monde, il est de nos jours évident que son ampleur est loin d'être uniquement naturel. De nombreux facteurs humains concourent à aggraver ce phénomène et notamment :

  • le prélèvement de sables de plage, du fait d’une forte demande en matériaux de construction liée aux implantations humaines ;

  • la construction d’ouvrages perpendiculairement à la côte ;

  • les constructions à proximité des côtes ou sur les plages ;

  • la déforestation des dunes littorales et des mangroves qui jouent un rôle de stabilisation contre l’érosion côtière (UNESCO-IOC, 2012).

26Les îles situées au sud du Sénégal constituent un cas particulier dans un contexte global de changement climatique. Un particularisme dû à leur basse altitude et leur substrat facilement érodable, mais surtout à la dépendance et à l’attachement de la population locale à la riziculture qui se trouve être la principale activité de production alimentaire (Sarr, 2011).

27Ce phénomène de l’érosion côtière est très connu dans la commune. D’après les enquêtes auprès de la population, 60% des enquêtés connaissent et vivent quotidiennement le phénomène d’érosion côtière. Les populations des îles, de Kafountine Batara et d’Abéné Badala sont les plus touchées. Par ailleurs, 36% de la population enquêtée connaissent l’érosion côtière mais ne sont pas touchées par le phénomène. Ces populations habitent généralement des quartiers très loin de l’océan. Et seulement 4% des enquêtés ne connaissent pas le phénomène. Ces personnes fréquentent rarement la plage.

28La durée de la connaissance du phénomène dans la commune diffère d’une personne à une autre. Les enquêtes révèlent respectivement les perceptions suivantes sur la période du phénomène de l’érosion côtière : 48,6% il y’a 5-10 ans ; 32,4% il y’a 10-20 ans ; 9,7 % il y’a 20-30 ans et 4,1 % il y’a plus de 30 ans. Ces différentes réponses collectées par le biais des enquêtes justifient que l’érosion côtière n’est pas récente dans la zone.

29L’érosion côtière est un phénomène inquiétant dans la commune de Kafountine. La plage, le bâti et la végétation côtière sont exposés à de sérieuses menaces de l’avancée de l’eau. Ce phénomène se fait à un rythme rapide engendrant de grandes conséquences sur le plan socio-économique et environnemental dans la commune de Kafountine. La perception des populations sur la vitesse de l’avancée des eaux est recueillie en prenant comme indicateur la diminution de la plage. Cet indicateur donne une idée aux résidents sur la vitesse de la réduction de la plage. Certains résidents prennent également en référence les campements touchés par les eaux ou qui sont menacés pour expliquer le rythme de l’avancée des eaux. Les résultats des enquêtes révèlent que 48% de la population interviewée estiment que la vitesse de l’érosion côtière est rapide contre 20% qui estiment qu’elle est moyenne et 29% qu’elle est lente.

2.3.2. Menace de l’érosion côtière sur certaines infrastructures touristiques

30Les aménagements touristiques sont des leviers majeurs du tourisme. Ainsi, ceux localisés non loin des côtes sont les plus privilégiés du fait de la douceur du climat dont ils bénéficient. Ces installations font face à une menace de l’érosion côtière qui compromet la qualité de leur environnement et leur durabilité.

31La majorité des installations touristiques (campements, hôtels) dans la zone de Kafountine sont construites en haute plage. Ce qui fait que beaucoup d’entre elles font face quotidiennement aux menaces de l’érosion marine. Ces installations même si présentement ne sont pas totalement touchées par l’avancée des eaux, elles connaissent toutefois une menace qui met en péril leur durabilité. A Abéné, les campements comme Kossey, Lagadong, Atlantic, l’hôtel le Kalissaye et à Kafountine, le Bendoula, l’hôtel Karone, le Sitokoto, entre autres, sont présentement à quelques mètres des eaux. L’eau continue d’avancer, de creuser la plage et de ravager peu à peu les infrastructures mises en place.

Figure 3 : Niveau d’exposition des habitats et des campements au risque d’érosion côtière à Abéné et Diannah

Figure 3 : Niveau d’exposition des habitats et des campements au risque d’érosion côtière à Abéné et Diannah

32La carte 3 illustre l’importance des bâtiments et des campements sur la côte de la commune de Kafountine précisément sur l’axe Abéné Diannah. Dans ces deux localités, les installations qui se situent dans un rayon de 10 à 50 mètres ne sont pas importants nous avons les campements : le Baobab, Atlantic, le Kossey et Laga Ndongue. En revanche, nous constatons que la plupart des campements qui sont sur la zone sont installés à plus 100 mètres de l’eau ce qui fait qu’ils ne sont pas à un niveau d’exposition important à l’érosion côtière. Par contre, les campements sur la localité de Kafountine sont plus exposés au risque d’érosion côtière (Figure 4). En effet, cette situation se justifie par l’importance de la concentration humaine et d’activités sur cette partie de la commune.

Figure 4 : Niveau d’exposition des habitats et des campements au risque d’érosion côtière à Kafountine

Figure 4 : Niveau d’exposition des habitats et des campements au risque d’érosion côtière à Kafountine

33Les 2 cartes précédentes résument le niveau d’exposition des habitats et des campements au risque d’érosion côtière des localités de Kafountine, Abéné et Djiannah. En effet, le choix des deux cartes sur la même thématique est pris dans le but de faire un zoom, d’avoir plus d’informations et de faciliter leur lecture. La carte 4 montre l’importance de la concentration des habitats et de campements. Les campements Fouta djallon, Sitokoto, Cassoumay Ressort, Niokobok, Bendoula et l’hôtel Karone sont à un niveau d’exposition fort autrement dit ils se situent entre 10 et 50 mètres.

Figure 5 : Exposition au risque d’érosion des réceptifs touristique : Abéné, Diannah et Kafountine

Figure 5 : Exposition au risque d’érosion des réceptifs touristique : Abéné, Diannah et Kafountine

34Cette figure 5 permet de résumer les représentations sur le niveau d’exposition des réceptifs touristiques au risque d’érosion côtière des localités de Kafountine, Abéné et Diannah. En effet, nous avons fait deux cartes d’une même thématique dans le but de mieux visualiser les informations. En outre, la commune a un profil long donc si on fait une carte l’information sera synthétisée. De ce fait, les résultats de ces deux cartes ont permis de comprendre l’importance des infrastructures touristiques sur la partie continentale de la commune de Kafountine.

35En effet, les résultats montrent que 2% des bâtis sont sur un niveau de risque d’érosion côtière très élevé. Autrement dit, distance inférieure ou égale à 10 mètres du trait de côte, il s’agit du campement Mama Maria et La Nature qui sont déjà dégradés par les eaux. Ensuite, 13 % des bâtis se trouvent sur un niveau de risque d’érosion côtière élevé, c’est- à dire une distance inférieure ou égale à 50 mètres du trait de côte. Nous avons ici 3 résidences secondaires, 2 cabanes et 9 réceptifs touristiques dont l’hôtel Karone, les campements Bendoula, Kassoumay Ressort, Sitokoto, Fouta Djallon, Le Kossey, l’Atlantic, Laga Ndongue et Niokobok. En outre, 13% des bâtis sont considérés comme étant situés sur une zone à risque moyen. La distance de cette classe est comprise entre 50 et 100 mètres. De plus, 5 % des bâtis se situent sur un niveau de risque faible, autrement dit, une distance comprise entre 100 et 200 mètres. Et enfin, une distance de 200 mètres et plus est considérée comme un niveau de risque très faible, ce qui fait que 66% des bâtis sont exposés au risque d’érosion côtière. En somme, à travers cette représentation, le niveau de risque n’est pas très important jusqu’à 50 mètres (28%). Néanmoins, toutes ces installations sont menacées par l’érosion côtière vue l’ampleur du phénomène. Les campements de Maman Maria, de Sonko Bantang et de La Nature sont à moins de 10 mètres du trait de côte donc un risque très fort. En ce qui concerne le campement La Nature, une partie est rattrapée par les eaux de l’océan (Photo 1). A Kafountine, il y’a plus de bâtis qui se trouvent sur un niveau de risque très élevé.

Photo 2 : Destruction du campement La Nature par l’érosion côtière (Bocoum, Juin 2017).

Photo 2 : Destruction du campement La Nature par l’érosion côtière (Bocoum, Juin 2017).

Cliché A : Case, bar et restaurants détruits par l’érosion côtière (Bocoum, Juin 2017).

Cliché B : campement rattrapé par l’avancée des eaux (Bocoum, Avril 2016).

36La dégradation du bâti est très notée dans la commune de Kafountine sur l’île de Diogué (photo 3). L’île de Diogué fait face à l’embouchure du fleuve Casamance et reçoit des mouvements de vagues très intenses qui menacent les installations le long de la côte. Les bâtiments sont détruits par les mouvements de vagues et le village a enregistré beaucoup de déplacement de la population vers l’intérieur (quartier de Yamatogne ou Diogué diola) ou les autres îles comme Hilol. Le campement de Diogué est totalement englouti par l’érosion côtière.

Photo 3 : Campement de Jean Pierre à Diogué ruiné par le phénomène d’érosion côtière

Photo 3 : Campement de Jean Pierre à Diogué ruiné par le phénomène d’érosion côtière

Cliché A : Engloutissement du forage et du puits par l’eau

Cliché B : Destruction des bâtiments du campement par l’avancée des eaux

Crédit : Bocoum, juin 2017

2.3.3. Impacts de l'érosion côtière sur l’environnement

37La dégradation environnementale est très perceptible dans la commune de Kafountine. On note ainsi une menace forte sur la plage qui tend à disparaître dans certains lieux. De même, la faune et la flore sont en train de régresser de manière très inquiétante.

2.3.3.1. Rétrécissement de la plage

38Les effets de l’érosion côtière sur l’environnement dans la commune sont remarquables. La côte est régulièrement agressée par l’effet de l’avancée des eaux. D’après Pham (2008) cité par Sarr (2009), les courants et les vagues dus à la houle sont les principales causes de l’érosion côtière sur le littoral casamançais.

39Le tourisme balnéaire est plus répandu dans la zone mais au niveau des campements comme La Nature, la faisabilité de ce type de tourisme est pratiquement réduite car la plage est engloutie par l’eau. D’après le nouveau gérant de La Nature arrivé en 2003, il y’avait plus d’une vingtaine de mètres de plage mais aujourd’hui l’eau a totalement englouti la plage et même une partie du campement est atteinte par l’eau en marais haute (Photo 4).

Photo 4 : Plage totalement englouti devant le campement La Nature à Kafountine

Photo 4 : Plage totalement englouti devant le campement La Nature à Kafountine

Crédit : Bocoum, juillet 2017

40Au niveau de Diogué, la plage est également en grande partie engloutie par l’eau. D’après Faye (2010), les cordons sableux affectés par l’érosion côtière intéressent l’embouchure de la Casamance au Sud-ouest de Diogué (-18,10 m/an) et au Nord de Nikine, (-12,22 m/an). Dans la partie continentale, les campements sont construits sur le long du littoral (Cartes 2 et 3). Ainsi, la plupart font face à une menace constante de l’érosion côtière. Au-delà du quartier d’Ouchef ravagé, un phare était installé sur la côte depuis la période coloniale pour servir de repère aux bateaux, voiliers et piroguiers. Il était très haut et était localisé sur la plage près de la forêt ; une distance importante le séparait ainsi de l’eau. D’après l’ancien chef de village (un sage né en 1933 à Diogué), plus de 3 kilomètres séparaient la lampe de la mer il y’a environ une cinquantaine d’années. Selon Sarr (2009), le phare de signalisation qui est à l’embouchure a été déplacée trois fois en raison de l’érosion côtière. Plus de 3 kilomètres ont été alors perdus dans cette partie en l’espace de 50 ans. En 2010, le phare a été totalement rattrapé par les eaux, puis il s’est écroulé et a cessé de fonctionner entre 2011-2012.

Photo 5 : Phare de signalisation rattrapé par l’eau à Diogué

Photo 5 : Phare de signalisation rattrapé par l’eau à Diogué

Crédit : Bocoum, juin 2017

2.3.3.2. Dégradation de la faune et flore

41La végétation côtière est un indicateur important d’explication de la dynamique de la végétation côtière surtout la mangrove et les filaos. D’après le témoignage de la population, la zone côtière de Kafountine était touffue et il existait différents types d’espèces végétales. La côte était occupée par des filaos, des cocotiers, des eucalyptus, des baobabs, etc. Mais aujourd’hui beaucoup de plantes, ravagées par l’avancées des eaux, ont disparu (photos (5 et 6).

Photo 6 : Dégradation des filaos sur la côte de Kafountine

Photo 6 : Dégradation des filaos sur la côte de Kafountine

Cliché A : Filaos misent à terre par l’érosion côtière.

Cliché B : Filaos menacés de disparition.

Cliché C : Dégradation de filaos sur la côte de Diogué.

Crédit : Bocoum, juin 2017

42La zone littorale de la Commune de Kafountine est très frappée par la dégradation de filao. La côte de Diogué est quasiment anéantie et le peu d’espèces qui restent sont sous menace et risquent de disparaitre aussi dans peu de temps. Par exemple, l’érosion côtière a fait perdre à l’hôtel le Kalissaye trois rangs de filaos et trois rangs de cocotiers.

43Une des conséquences de l’érosion côtière la plus inquiétante dans le village de Diogué est l’élargissement continu du chenal au sud-est de l’île, le long duquel se trouve une forêt importante de mangrove. Ce phénomène a entrainé la réduction de l’écosystème de mangrove qui joue un rôle très important sur le plan socio-économique et écologique. D’après Tall (2013), l’élargissement est aujourd’hui à l’origine de l’immersion permanente des zones jadis faiblement immergées, sur lesquelles se reproduisent les arches, les crevettes et les petits poissons que les populations pouvaient pêcher en marée basse. C’est d’ailleurs ce phénomène qui explique, depuis quelques années, la forte baisse de la récolte des huîtres, des crevettes et des coquillages, mais aussi la disparition des arches au large de Diogué.

44Le phénomène d’affaissement de terrains (effondrement) fragilise les plantes car il y a d’une part, un déracinement progressif qui fait que la capacité de résistance de la plante reste faible. Les prairies sous-marines et les récifs coralliens sont également souvent frappés par des ensablements qui se traduisent par une perte générale de la biodiversité.

45D’après Tall (2013), au sein de l’île de Diogué, le phénomène d’ensablement est surtout noté sur la partie ouest du village. En effet, avec l’élargissement du chenal du cours principal de la Casamance, nous assistons à un mécanisme de dépôt de particules sableuses sur les berges du fleuve. Ces particules peuvent aussi être drainées jusque dans les périmètres à mangrove, et se mélanger ainsi avec la vase.

46En effet, Diogué a perdu une importante faune et flore qui attirait beaucoup de touristes. Le quartier d’Ouchef renfermait beaucoup de mares qui attiraient plusieurs espèces animales (oiseaux, crocodiles etc.) et beaucoup d’arbres fruitiers (cocotiers, baobabs). Ainsi, la dégradation de la forêt a entrainé le conflit entre éleveurs et agriculteurs car le peu d’espace qui restait est souvent utilisé pour la riziculture en saison des pluies.

Conclusion

47Ce papier a traité les contraintes touristiques liées à l’érosion côtière sur le littoral de la commune de Kafountine. Le tourisme constitue un important levier sur l’économie de la commune et repose sur l’importance du potentiel naturel existant (belle plage ensoleillée, importance des réseaux hydrographiques, une végétation luxuriante, etc.). Le type balnéaire est le plus développé même si depuis quelques temps il est touché par l’érosion côtière. Avec une topographie plane, le littoral de cette zone est globalement meuble et est caractérisé par de zones d’accrétion et de zones d’ablation. Au-delà des aspects naturels de cette côte, l’ampleur de l’érosion côtière est en d’autres termes facilités par les menaces de l’homme. Nous avons observé que différentes pratiques liées au tourisme contribuent à l’accroissement de ce phénomène à l’image de l’urbanisation, de l’occupation anarchique du littoral, de la déforestation ou de l’extraction du sable marin pour la construction.

48La majorité des installations touristiques (campements, hôtels) dans la zone de Kafountine est construite en haute plage, ce fait que la menace est prégnante. Les résultats ont montré que 2% des bâtis sont sur un niveau de risque d’érosion côtière très élevé et 13 % des bâtis se trouvent sur un niveau de risque d’érosion côtière élevé. En somme, le niveau de risque n’est pas très important jusqu’à 50 mètres (28%). Elle a favorisé la diminution des réceptifs dans la zone et la menace de certaines infrastructures. C’est le cas du campement La Nature de Kafountine qui est dégradé par l’eau est dorénavant non fonctionnel. Néanmoins, toutes ces installations sont menacées par l’érosion côtière.

49De même, l’érosion côtière a considérablement menacé les écosystèmes marins côtiers dans la commune de Kafountine. Des zones de végétation entière qui ne disposent pas des conditions écologiques pour s’adapter ont disparu, entraînant des risques accrus. Ce phénomène a entrainé également la dégradation environnementale. On a noté ainsi une menace forte sur la plage qui tend à disparaître dans certains lieux, la faune et la flore côtière sont en train de régresser de manière très inquiétante. La dégradation de la plage qui constitue l’un des piliers du tourisme balnéaire induit inévitablement à une baisse de la fréquentation qui a des répercussions sur la vie socio-économique de la commune.

Haut de page

Bibliographie

ACCC /UNESCO. Rapport du séminaire de clôture sur la Gestion Intégrée des Zones Côtières et les Changements Climatiques en Afrique de l’Ouest, Dakar/Sénégal, 5 pages, Juin 2012.

Badiane, S.D. (2011). Evaluation écologique de la Reserve ornithologique de Kalissaye, 76 pages.

Barry, M. (2016). Erosion côtière et impacts dans la commune de Kafountine (Basse Casamance). Mémoire de master, Université Assance seck de Ziguinchor, Département de Géographie, 123 pages.

Diabang, S. (2016). Bois-énergie et fumoir au quai de pêche de Kafountine. Mémoire universitaire, UASZ, 153 pages.

Diatta, I. (2012). Erosion du littoral casamançais de Nikine à Cabrousse. Mémoire de master II, UCAD. 98 pages.

Diémé, I. (2016). Entre priorités de développement touristique et déclin de la riziculture dans la commune Diembéring (Région de Ziguinchor) : quelle perspective pour un développement durable ? Mémoire de Master, Université Assane SECK de Ziguinchor, 108 pages.

Faye, I.B.N. (2010). Dynamique du trait de côte sur les littoraux sableux de la Mauritanie à Guinée-Bissau (Afrique de l’Ouest) : Approches régionale et locale par photo-interprétation, traitement d’images et analyse de cartes anciennes. Thèse de Géographie, Université de Bretagne Occidentale, Tome 1 et Tome 2, 321 pages.

Niang Diop, I. (1995). L’Erosion côtière sur la petite côte du Sénégal à partir de l’exemple de Rufisque : Passé- Présent-Futur. Thèse pour le grade de Docteur, Université d’Angers, 491 pages.

Paskoff, R. (2001). L’élévation du niveau de la mer et les espaces côtiers. Le mythe et la réalité. Institut Océanographique, collection « Propos », 190 pages.

PLD (2009). Plan Local de Développement de Kafountine. 76 pages.

PLHA (Juillet 2010). Plan Local d’Hydraulique et d’Assainissement.

Sarr, S. (2012). Vulnérabilité insulaire dans les rivières du sud (Casamance Atlantique). Mémoire de Master, UGB, 135 pages.

Tall, E.S.B. (2013). La dynamique de la mangrove et ses impacts environnementaux et socio-comiques à Diogué en Basse Casamance de 1979 à 2010, mémoire de master, Université Assance seck de Ziguinchor, Département de Géographie, 98 pages.

Thior, M. (2014). Impacts environnementaux et socio-économiques de l’érosion côtière dans la communauté rurale de Diembéring (basse Casamance). Mémoire, UASZ, 2014, 132 pages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la commune de Kafountine
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Photo 1 : Héronnière de Kassel (BOCOUM, Mai 2017)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Figure 2 : Localisation des campements et hôtels dans la commune de Kafountine
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Figure 3 : Niveau d’exposition des habitats et des campements au risque d’érosion côtière à Abéné et Diannah
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 4 : Niveau d’exposition des habitats et des campements au risque d’érosion côtière à Kafountine
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Figure 5 : Exposition au risque d’érosion des réceptifs touristique : Abéné, Diannah et Kafountine
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-7.png
Fichier image/png, 36k
Titre Photo 2 : Destruction du campement La Nature par l’érosion côtière (Bocoum, Juin 2017).
Légende Cliché A : Case, bar et restaurants détruits par l’érosion côtière (Bocoum, Juin 2017).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Cliché B : campement rattrapé par l’avancée des eaux (Bocoum, Avril 2016).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Photo 3 : Campement de Jean Pierre à Diogué ruiné par le phénomène d’érosion côtière
Légende Cliché A : Engloutissement du forage et du puits par l’eau
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Cliché B : Destruction des bâtiments du campement par l’avancée des eaux
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Photo 4 : Plage totalement englouti devant le campement La Nature à Kafountine
Crédits Crédit : Bocoum, juillet 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Photo 5 : Phare de signalisation rattrapé par l’eau à Diogué
Crédits Crédit : Bocoum, juin 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Photo 6 : Dégradation des filaos sur la côte de Kafountine
Légende Cliché A : Filaos misent à terre par l’érosion côtière.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Cliché B : Filaos menacés de disparition.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Cliché C : Dégradation de filaos sur la côte de Diogué.
Crédits Crédit : Bocoum, juin 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/30103/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sadou Bocoum, « Tourisme balnéaire face aux contraintes liées à l’érosion côtière en Basse Casamance (Sénégal) : cas de la commune de Kafountine »Études caribéennes [En ligne], 57-58 | Avril-Août 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/30103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.30103

Haut de page

Auteur

Sadou Bocoum

Doctorant en géographie en cotutelle entre le laboratoire CEDETE (Université d’Orléans France) et le laboratoire LGE (Université Assane SECK de Ziguinchor (Sénégal)
sadoubocoum22@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search