Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57-58Hors dossierCorps en lutte et terres asphyxié...

Hors dossier

Corps en lutte et terres asphyxiées : un regard sur les conséquences des sargasses en Martinique et en Guadeloupe

Fanny Sabourin Labrousse

Résumés

En Martinique et en Guadeloupe, depuis 2011, les habitant-e-s subissent le dérèglement des échouages de sargasses. Habituées des côtes atlantiques des territoires caribéens depuis des siècles, les flux et la circulation en haute mer de ces algues brunes évoluent désormais peu à peu, jusqu’à s’échouer massivement et de manière irrégulière sur les littoraux des Antilles, asphyxiant alors les populations. Année après année, les Martiniquais-e-s et les Guadeloupéen-ne-s cherchent et ajustent des solutions pour protéger leurs corps, leur terre et leur air, et deviennent en quelque sorte des expert-e-s profanes. En parallèle de l’attente de reconnaissance des préjudices causés par les pollutions au chlordécone des années 1970 à 1990 et après le non-lieu annoncé en janvier 2023, l’action de l’État semble encore plus attendue, bien que de multiples coopérations alternatives se créent localement pour agir face aux échouages des algues brunes. Cet article présente une analyse des impacts de la modification des flux de sargasses en Martinique et en Guadeloupe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis 2011, la façade atlantique des territoires caribéens est régulièrement envahie par les sargasses. Ces algues brunes, identifiées depuis le XVe siècle et reconnaissables en haute mer par les longs radeaux presque immobiles qu’elles forment, se développent de manière plus importante depuis plus d’une décennie. En fin de parcours, les radeaux de sargasses échouent sur les littoraux et se putréfient, relâchant alors des gaz toxiques qui impactent les populations locales à tous les niveaux. Regard sur les conséquences de ces échouages pour les Martiniquais-e-s et les Guadeloupéen-ne-s.

1. Les échouages de sargasses : définition du problème

2Les algues brunes dont il est question, ou Sargassum fluitans et Sargassum natans, sont des espèces pélagiques qui se forment dans la « Mer des Sargasses ». Identifiées depuis le xve siècle, les sargasses forment depuis 2011, de par les longs radeaux qu’elles constituent, la Great Atlantic Sargassum Belt (GASB) entre l’Afrique de l’Ouest et le golfe du Mexique (Wang, Hu et al., 2019). Les sargasses sont d’une grande richesse pour la biodiversité marine en haute mer et font office de dispositifs de concentration de poissons (DCP) naturels pour de nombreuses espèces qui s’y abritent, à tel point que les pêcheurs avaient pour habitude de les accrocher à leurs bateaux pour prélever les poissons qui s’y réfugiaient et s’y nourrissaient (Ménez, 2021). Avec un biotope si luxuriant, ces longs radeaux sont parfois qualifiés de « forêt tropicale flottante » (Hanelin, 2019). Sur terre, les quelques amas de sargasses échouées puis séchées servaient de fongicide pour l’agriculture.

3Depuis 2011, le paysage est moins radieux : l’intensité du phénomène a changé et les littoraux se retrouvent régulièrement asphyxiés par ces algues. Changement climatique, modification des courants marins, conséquences de l’agriculture intensive et de la déforestation des terres et mangroves au Brésil qui se traduirait par un excès de fertilisants sur le bassin versant de l’Amazone et de l’Orénoque les menant jusque dans l’océan Atlantique… les scientifiques ne s’accordent pas encore sur les causes de ce changement d’échelle (Galy, 2022), mais ses conséquences sont bien ressenties par la population. En effet, après 48 heures sur le rivage, les algues se putréfient et relâchent des émanations d’hydrogène sulfuré (H2S), reconnaissable par son odeur persistante d’œuf pourri, et d’ammoniac (NH3).

4L’année 2023 a pu être qualifiée d’« année à sargasses »1, à l’image des trois grandes phases d’échouages qui ont marqué la Martinique et la Guadeloupe depuis 2011 : sept mois pendant cette première année, 18 mois entre 2014 et 2015, et 22 mois entre 2017 et 2019 (Ménez, 2021). Ainsi en 2018, l’État a engagé 3 millions d’euros pour l’acquisition de matériel de ramassage ainsi qu’un appel à projet auquel sera dédié 1 million d’euros pour la recherche sur la valorisation2. En parallèle, à l’Assemblée nationale, la députée martiniquaise communiste Manuela Kéclard-Mondésir intervient pour alerter sur le « phénomène social total » que représentent les sargasses et demande que soit déclaré l’état de catastrophe naturelle (Ménez, 2021), afin de sécuriser l’indemnisation des dégâts dus aux échouages d’algues brunes. D’abord refusé, l’état de catastrophe naturelle est finalement accepté en octobre 20213 pour les communes qui en font la demande avant d’être abandonné en 2022 du fait du caractère récurrent du problème. Des solutions compensatoires pour gérer le phénomène et notamment la question du stockage ont alors été avancées4. D’un point de vue de la recherche scientifique, le projet ADAPTOM5, qui porte sur les solutions fondées sur la nature pour l’adaptation au changement climatique des Territoires d’Outre-mer insulaires français, a notamment permis de mener une expérimentation sur quelques plages martiniquaises et guadeloupéennes afin d’étudier le potentiel des sargasses dans la lutte contre l’érosion des littoraux.

5En Martinique et en Guadeloupe, les populations s’organisent entre elles, avec l’aide des communes, pour pallier l’absence de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui faciliterait les indemnisations des dégâts causés par les émanations des sargasses échouées. Dans un contexte politique et social marqué par les mobilisations locales organisées pour demander la reconnaissance et la réparation des préjudices causés par les pollutions au chlordécone qui ont empoisonné les sols et les eaux dès les années 1970, et ce pour plusieurs générations (Ferdinand, 2021), ce problème public donne un sentiment de déjà vu.

2. Le caractère universel et persistant des conséquences des sargasses

  • 6 “Chlordécone : un non-lieu qui soulève l’indignation”, par Laurent Radisson, Actu-environnement, 06 (...)
  • 7 Rapport de la Commission d’enquête sur le chlordécone, présidée par Serge Letchimy, enregistré à la (...)
  • 8 “La Martinique détient encore le triste record des cancers de la prostate”, par Amingo Thora et Flo (...)
  • 9 Depuis fin 2021, le cancer de la prostate liés à une surexposition au chlordécone est reconnu comme (...)
  • 10 “Chlordécone : un non-lieu qui soulève l’indignation”, op cit.
  • 11 Interview de Malcom Ferdinand dans le journal télévisé Martinique Soir du 06/01/2023 : https://la1e (...)
  • 12 Ibid.

6Le chlordécone est un pesticide utilisé entre 1972 et 1993 sur les bananeraies en Martinique et en Guadeloupe (Ferdinand, 2015) pour lutter contre le charançon du bananier. Provenant des États-Unis, son utilisation a été autorisée aux Antilles, et ce malgré son caractère toxique et persistant connu depuis 19696 et les alertes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Désormais totalement interdit – bien que peut-être toujours utilisé dans certains jardins privés7 –, le chlordécone est encore aujourd’hui présent dans le sang des habitant-e-s des deux territoires. En effet, d’après l’étude KANNARI réalisée pour Santé Publique France en 2018, plus de 90 % de la population antillaise en contient dans son sang et 5 % des personnes enquêtées en ont une imprégnation jusqu’à dix fois supérieure à l’imprégnation moyenne. Les conséquences sanitaires sont nombreuses et peuvent être graves : intoxications, troubles neurologiques et hormonaux, cancers (Ferdinand, 2021). En Martinique par exemple, on recense environ 227 cancers de la prostate pour 100 000 hommes : c’est plus du double de la France hexagonale qui en compte 908 9. Médiatisé ces dernières années par les mobilisations locales et son traitement par la justice, le chlordécone a laissé des traces sur les populations antillaises et leurs terres. Malgré cela, le 2 janvier 2023, le pôle santé publique et environnement du tribunal judiciaire de Paris a acté le non-lieu dans l’affaire du chlordécone10. Ce jugement, tant attendu car il aurait pu permettre, enfin, la reconnaissance de cet empoisonnement et des préjudices engendrés sur les populations, a été finalement très violent symboliquement : Malcom Ferdinand, docteur en sciences politiques et chercheur au CNRS, plaçant ses recherches dans la lignée de l’écologie décoloniale, évoque le sentiment de mépris, d’incompréhension et de colère : « on ajoute de l’insulte à la douleur »11 précisant que « les plans chlordécone ne sont aucunement une réponse à une demande de justice »12. Dans cette société postcoloniale, ce non-lieu laisse au cœur du débat la question de la réparation des traces laissées par l’héritage colonial de la France en Martinique et en Guadeloupe, et avec elle celle de l’égalité des territoires.

7Certain-e-s trouvent alors un écho dans l’affaire des sargasses qui ajoute une nouvelle couche à la complexe habitabilité des Antilles françaises : un Martiniquais interrogé dira « la terre est pourrie, l’air est pourri, et maintenant c’est au tour de la mer » (Ménez, 2021). En effet, après le chlordécone qui a empoisonné les sols et les corps, puis la brume des sables du Sahara affectant la pollution de l’air, désormais, les Martiniquais-e-s et les Guadeloupéen-ne-s voient aussi en mer, dans les sargasses, un risque qui les encercle.

8En s’échouant, les sargasses envahissent les rivages, les plages, les ports… et rendent ainsi impossible la pêche pour ces hommes et ces femmes qui en vivent et s’en nourrissent. De la même manière, les algues putréfiées émettent une odeur d'œuf pourri extrêmement forte et persistante qui dénote totalement avec la carte postale attendue par les touristes.

9Les sargasses putréfiées entravent également le bon fonctionnement écologique de ces milieux : en envahissant les plages, les algues brunes représentent un réel danger pour la reproduction des tortues marines, dont certaines sont en danger d’extinction13, qui laissent leurs œufs incuber pendant deux mois en moyenne dans le sable. De même, les engins de chantier qui servent justement à retirer les sargasses des plages représentent aussi une menace pour les œufs des tortues et doivent donc être maniés avec la plus grande vigilance.

10Ensuite, les sargasses ont un fort impact matériel : les émanations de gaz rongent les métaux. Dans les foyers, les riverain-e-s des zones atteintes par les échouages de chlordécone constatent, impuissant-e-s, la détérioration de leurs appareils électroniques. Téléviseurs, voitures, ordinateurs, réfrigérateurs… on les voit parfois, oubliés dans un jardin ou au bord d’une route, laissant la place à du nouveau matériel, parfois renouvelé tous les six mois. Les particules des gaz dans l’air attaquent également les cartes bancaires, les bijoux, les fermetures éclair en métal, mais aussi le carrelage ou les boiseries. Même les capteurs censés mesurer les particules toxiques dans l’air ne tiennent pas le coup plus de quelques mois. La corrosion systématique et persistante fait fi des catégories socio-économiques de ses victimes : « la panne est récurrente, égalitaire, démocratique » (Ménez, 2019). Les Martiniquais-e-s doivent alors faire preuve de créativité pour limiter les risques d’expositions à l’hydrogène sulfuré et à l’ammoniac : face aux émanations, une habitante du Robert interrogée par Florence Ménez, mesure elle-même le taux de gaz toxiques dans l’air. Il arrive que les capteurs électroniques fournis par Madininair et l’ARS affichent 0 ppm alors qu’elle sent pourtant bien l’odeur reconnaissable d’hydrogène sulfuré. Sa défiance est donc telle qu’elle en est venue à se servir de son bracelet en argent comme outil de mesure : plus la quantité de sargasses échouée est grande, donc les gaz toxiques présents dans l’air, plus le bracelet devient marron. Il retrouve en général sa couleur une fois la crise terminée, et sinon, elle le nettoie avec du bicarbonate de soude (Ménez, 2019).

  • 14 “Les algues sargasses arrivent en masse sur les côtes de Martinique”, par Peggy Pinel-Fereol, Marti (...)
  • 15 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

11Plus grave encore, les sargasses affectent la santé et les activités quotidiennes des populations qui en respirent les émanations. Maux de tête, nausées, problèmes respiratoires… Les gaz toxiques empêchent les Antillais-e-s de vivre leur vie normalement et les obligent à trouver des solutions de repli pour ne pas subir, sur leur santé, l’arrivée des échouages. Ainsi il arrive que les écoles primaires ouvrent leurs portes seulement par demi-journées ou ferment totalement, le temps des échouages, pour éviter une exposition trop importante aux gaz toxiques aux élèves et au personnel14. Par ailleurs, les communes s’organisent elles-mêmes pour récupérer les sargasses sur les rivages, avec les outils en leur possession ou en fonction des liens créés avec les collectivités voisines : il est arrivé que des citoyens accompagnent un maire, simplement munis de gants, pour récupérer à la main les algues comme cela a été le cas sur la plage du Diamant par exemple15.

12Par ailleurs, en fonction de l’intensité des arrivées des algues et donc selon la quantité de particules toxiques dans l’air, l’agence publique de surveillance de l’air, Madininair, et l’ARS peuvent conseiller aux habitants des zones touchées de ne pas rester à leur domicile et de se mettre à l’abri ailleurs le temps des échouages. Cette proposition de solution est une autre solution d’urgence et de court terme qui peut s’expliquer par la qualité aléatoire des épisodes d’échouages, mais qui démontre le manque de solutions viables à proposer aux habitant-e-s touché-e-s : toutes les personnes concernées ont-elles la possibilité d’aller se réfugier ailleurs le temps des échouages ?

13Ainsi, par leurs impacts de différentes natures, les sargasses rendent encore plus visibles les inégalités sociales et le manque d’action publique efficace pour ces territoires.

3. Le problème des sargasses : déclencheur de nouvelles formes de coopération

14Année après année, les sargasses arrivent, pourrissent, sont enlevées, puis de nouvelles font surface, et ainsi de suite. Les Martiniquais-e-s et les Guadeloupéen-ne-s, qui nourrissent toujours de grandes attentes en termes de reconnaissance juridique et de réparation des conséquences actuelles du chlordécone, s’organisent entre elles-eux pour protester et trouver des solutions (Vergès, 2008, 2020 ; Ferdinand, 2021 ; Ménez, 2021).

15Les littoraux sont des espaces publics au cœur de la vie caribéenne : activité économique avec le retour de pêche sur les petits ports, ainsi que de vrais espaces d’échange, de rencontre et de discussion sur les plages qui sont devenues des espaces de vie (Desse, 2006). Ainsi, face aux sargasses, les populations s’allient pour pouvoir se réapproprier ces espaces comme c’est le cas de celles et ceux qui déblaient avec leurs propres moyens les zones envahies par les algues brunes. Les Martiniquais-e-s et les Guadeloupéen-ne-s se réunissent alors pour recréer des espaces et des relations de confiance. Comme l’écrit Florence Ménez à propos de certaines victimes des échouages de sargasses,

  • 16 Ménez F. (2019). « La télé est morte. » Algues brunes, corrosion, contagion aux Antilles, Technique (...)

« [ces personnes] s’affichent en résistantes. Elles n’ont pas déserté leur maison, la plupart du temps héritée de leurs parents. Elles agissent dans des groupes pour une reconnaissance du problème, même si elles se disent laissées-pour-compte, abandonnées par les pouvoirs publics comme par une partie du voisinage qui a préféré déménager et revendre les maisons en dessous de leur valeur. »16

16Les émanations toxiques des sargasses sont si envahissantes qu’elles s’invitent dans les actes de consommation. En effet, alors que les billets de banque à destination des Antilles sont conçus spécifiquement pour survivre à l’humidité et à la salinité tropicales, ils sont attaqués par les émanations des algues :

  • 17 Ibid.

« Les sargasses s’immiscent ainsi jusque dans les échanges commerciaux concrets dont les pratiques évoluent : les billets de banque s’abîmant moins que la monnaie ou les cartes bancaires qui sont corrodées et démagnétisées en l’espace d’un an. (...) Les sargasses semblent avoir des effets plus puissants que ceux d’un climat tropical. »17

17En plus donc des biens électroniques à changer, les habitudes d’achat se voient modifiées par des gaz qui corrodent jusqu’à la monnaie.

  • 18 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

18Aussi et face à tant d’objets et de matériaux rongés par les gaz toxiques, comment ne pas transposer ces conséquences à son propre corps ? Et ce d’autant plus est sur un territoire déjà touché par la pollution au chlordécone qui continue encore d’affecter la santé des populations. C’est pourquoi les habitant-e-s réalisent une épidémiologie profane (Ménez, 2021) avec médecins et journalistes. Les crises sont révélatrices des relations sociales et des « modes relationnels entre les collectifs, et viennent accentuer les inégalités environnementales » (Ménez, 2021). Certain-e-s Martiniquais-e-s et les Guadeloupéen-ne-s créent alors eux-mêmes leurs propres outils de mobilisation : sur les groupes Facebook d’entraide, des personnes partagent des solutions, des actions opérées dans leurs communes, des pétitions, ou encore de tristes petites annonces, comme ce médecin qui demande « un capteur de mesure d’H2S pour aller sur un site proche, sans capteur, où il y a eu [la veille] 4 cas d’intoxication aiguë chez des ouvriers nécessitant une hospitalisation »18. On y trouve aussi des conseils juridiques donnés par des non-professionnels, comme cette dame qui, voyant les sargasses revenir en force, écrit pour inciter la population à agir :

  • 19 HCSP : Haut Conseil de la Santé Publique
  • 20 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

« Faites constater par huissier (vous pouvez mutualiser les coûts et payer à plusieurs) les échouages de sargasses, le fait que les sargasses ne sont pas ramassées dans les temps, ensuite rendez-vous chez votre médecin traitant qui vous donnera une attestation expliquant les symptômes que vous rencontrez lors d’expositions plus ou moins prolongées aux sargasses et alors, ce que malheureusement trop peu de personnes font et feront à nouveau : il faut se rendre à la gendarmerie et porter plainte contre X pour non-assistance à personnes en danger et non-respect de l’application du principe de précaution (comme ceci est recommandé par le HCSP19). »20

19Parmi toutes ces publications, le double sentiment de lassitude et d’abandon est frappant, à l’image de ce monsieur qui écrit :

  • 21 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

« La révolte n’est pas loin (...). Ils ne sont vraiment pas pressés en haut lieu. Ils ne se rendent pas compte de la détresse des habitants impactés. »21

  • 22 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

20Ou cet autre qui se sent, avec le reste des sociétés antillaises, « laissés pour compte »22.

Conclusion

21Alors qu’une loi pour l’égalité réelle des Outre-mer a été votée en février 201723, le sentiment d’abandon semble se perpétuer au fil des années en Martinique et en Guadeloupe. La première étape serait la reconnaissance juridique, que ce soit avec celle de la culpabilité de l’État dans l’affaire du chlordécone, ou avec celle de l’état de catastrophe naturelle dans le cas des échouages de sargasses. Sans cela, la mise en œuvre d’une action publique d’urgence d’une part, et de long terme d’autre part, pour lutter contre les sargasses paraît encore lointaine pour les populations martiniquaise et guadeloupéenne. Replacés dans leur contexte historique marqué par l’héritage esclavagiste et colonial, ces problèmes publics renforcent le déséquilibre des relations entre ces territoires caribéens et la France hexagonale. En attendant, ces territoires apprennent à compter sur d’autres formes de coopération : au niveau local, entre habitant-e-s, et régional et international, entre puissances publiques caribéennes et experts scientifiques, ces liens de coopération alternatifs semblent mener à des actions qui permettront aux Martiniquais-e-s et Guadeloupéen-ne-s de mieux vivre avec les échouages de sargasses : à terme, les algues brunes deviendront peut-être un bien commun capable d’alimenter de nouvelles opportunités économiques sur ces territoires insulaires (Galy, 2022).

Haut de page

Bibliographie

Bourrier M. et Nova N. (2019). (En)quêtes de pannes, Techniques & Culture, 72, p.12-29.

Dehoorne O. (2014). Les petits territoires insulaires : positionnement et stratégies de développement, Etudes caribéennes, 27-28.

Dereumeaux C. et Sapido A. pour Santé Publique France (2018). Imprégnation de la population antillaise par la chlordécone et certains composés organochlorés en 2013-2014 : Etude Kannari.

Desse M. (2006). La plage : reflet des fractures sociales et ethniques aux Antilles, Etudes caribéennes, 4.

Dooley J. (1972). Fishes associated with the pelagic sargassum complex, with a discussion of the sargassum community, Contributions in Marine Science, Vol. 16.

Ferdinand, M (2015). De l’usage du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe : l’égalité en question, Revue française des Affaires sociales, 2015/1-2, p. 163-183.

Ferdinand M. et Manglou M. (2021). Penser l’écologie politique depuis les Outre-mer français, Ecologie & Politique, 63, 2021/2, p. 11-26.

Ferdinand M. et Molinié E. (2021). Des pesticides dans les Outre-mer français. Etat des lieux et perspectives, Ecologie & Politique, 63, 2021/2, p. 81-94.

Galy K. (2022). La gestion des afflux massifs de sargasses dans la grande Caraïbe : nouvel enjeu de coopération régionale, Etudes caribéennes, 53.

Hanelin D. (2019). Sailing the Sargasso Sea for a floating golden forest: the application of genetic markers to investigating sargassum diversity and distribution in the field, sous la direction Pr. Brodie R., Faculty of Mount Holyoke College.

Ménez F. (2019). « La télé est morte. » Algues brunes, corrosion, contagion aux Antilles, Techniques & Culture, 72, « (En)quêtes de pannes. », p. 184-199.

Ménez F. (2021). Les lanceurs de SOS : entre mobilisations profanes et expertes pour la reconnaissance du problème des échouements de sargasses en Martinique, Ecologie & Politique, 63, 2021/2, p. 107-119.

Therme T. (2014). Les services d’usage indirect fournis par les écosystèmes marins et côtiers : l’exemple de la Guadeloupe, Etudes caribéennes, 27-28.

Thirot M., Daniel J. et Failler P. (2022). L’identité professionnelle de pêcheurs à l’épreuve de la protection de la biodiversité. Exemple des pêcheurs de Martinique, Etudes caribéennes, 51.

Vergès, F. (2020). La terre brûle, et partout les peuples se soulèvent. Tumultes, 54, p. 169-186.

Wang M., Hu C. et al. (2019). The great Atlantic Sargassum belt, Science, vol. 365, 6448, p. 83–87.

Haut de page

Notes

1 Expression employée par Thierry Thibaut, Professeur en Ecologie marine et Biodiversité à l’Institut Méditerranée d’Océanologie dans la chronique « Sargasses : un fléau sur les côtes, un paradis en haute mer » de Camille Crosnier, 21/03/2023, France Inter : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/camille-passe-au-vert/camille-passe-au-vert-du-mardi-21-mars-2023-1394457

2 Site de la Préfecture de Guadeloupe : https://www.guadeloupe.gouv.fr/Actions-de-l-Etat/Securite/Risques-naturels-et-technologiques/Dossier-Sargasses/Les-mesures-gouvernementales-d-urgence-contre-les-sargasses

3 “Les échouages massifs d’algues sargasse intégrés dans le régime d’indemnisation des catastrophes naturelles”, par Jean-Claude Samyde, Martinique 1ère, 21/10/2021 : https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/les-echouages-massifs-d-algues-sargasse-integres-dans-le-regime-d-indemnisation-des-catastrophes-naturelles-1134607.html.

4 “Sargasses : les communes impactées ne peuvent plus être classées en catastrophe naturelle“, par C. Borda, Guadeloupe 1ère, 20/07/2022 : https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/sargasse-les-communes-impactees-ne-peuvent-plus-etre-classees-en-catastrophe-naturelle-1305548.html.

5 Présentation du projet ADAPTOM : https://lienss.univ-larochelle.fr/adaptom

6 “Chlordécone : un non-lieu qui soulève l’indignation”, par Laurent Radisson, Actu-environnement, 06/01/2023 : https://www.actu-environnement.com/ae/news/chlordecone-non-lieu-ordonnance-appel-40931.php4#:~:text=Un%20scandale%20sanitaire%2C%20mais%20un,les%20Antilles%20françaises%20depuis%201972.

7 Rapport de la Commission d’enquête sur le chlordécone, présidée par Serge Letchimy, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 26 novembre 2019. URL : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cechlordec/l15b2440-ti_rapport-enquete.pdf.

8 “La Martinique détient encore le triste record des cancers de la prostate”, par Amingo Thora et Florin Hossu, RCI, 20/09/2022. URL : https://www.rci.fm/martinique/infos/Sante/La-Martinique-detient-encore-le-triste-record-des-cancers-de-la-prostate#:~:text=La%20Martinique%20détient%20encore%20le%20triste%20record%20des%20cancers%20de%20la%20prostate,-Santé&text=227%2C%202%20cas%20sur%20100,100%20000%20habitants%20par%20an.

9 Depuis fin 2021, le cancer de la prostate liés à une surexposition au chlordécone est reconnu comme une maladie professionnelle. Site du Gouvernement : https://www.gouvernement.fr/actualite/chlordecone-les-cancers-de-la-prostate-reconnus-comme-maladie-professionnelle.

10 “Chlordécone : un non-lieu qui soulève l’indignation”, op cit.

11 Interview de Malcom Ferdinand dans le journal télévisé Martinique Soir du 06/01/2023 : https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/non-lieu-dans-l-affaire-chlordecone-on-ajoute-de-l-insulte-a-la-douleur-explique-le-chercheur-malcom-ferdinand-1355050.html

12 Ibid.

13 Site du Réseau Tortues Marines Martinique : https://www.tortues-marines-antilles.org/menaces-reglementations

14 “Les algues sargasses arrivent en masse sur les côtes de Martinique”, par Peggy Pinel-Fereol, Martinique 1ère, 10/03/2023 : ibid.

15 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

16 Ménez F. (2019). « La télé est morte. » Algues brunes, corrosion, contagion aux Antilles, Techniques & Culture, 72, « (En)quêtes de pannes. », p. 184-199.

17 Ibid.

18 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

19 HCSP : Haut Conseil de la Santé Publique

20 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

21 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

22 Observation menée sur les groupes Facebook d’entraide face aux sargasses.

23 Site du Gouvernement : https://www.gouvernement.fr/action/pour-l-egalite-reelle-en-outre-mer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Sabourin Labrousse, « Corps en lutte et terres asphyxiées : un regard sur les conséquences des sargasses en Martinique et en Guadeloupe »Études caribéennes [En ligne], 57-58 | Avril-Août 2024, mis en ligne le 30 avril 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/31353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.31353

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search