Skip to navigation – Site map
Comptes-rendus de lecture

Ibiza mon amour : enquête sur l’industrialisation du plaisir

Jean-Marie Furt
Bibliographical reference

Michaud, Y., Ibiza mon amour : enquête sur l’industrialisation du plaisir, NIL éditions, 2012.

Full text

1Dans l’Art à l’état gazeux (2003), Yves Michaux, philosophe, fondateur de l’université de tous les savoirs, spécialiste de l’esthétique relevait déjà l’impact énorme du tourisme sur de nombreux aspects de la vie et notamment, sa capacité à mettre en valeur tout autant qu’à détruire. L’auteur présentait cette activité comme une expérience esthétique : le touriste étant à la recherche de sensations, hors de tout intérêt utilitaire pour simplement en jouir.

2Cette recherche d’hédonisme, au travers du soleil, de la mer et du sexe, traverse véritablement les quelques 350 pages de sa nouvelle production. Celle-ci apparait comme un acte d’amour pour Ibiza, cette île qui l’accueille plusieurs mois par an depuis les années 1980.

3Dès le début, le décor est planté par une tournée des bars, boîtes et clubs divers permettant aux «clubbers» de faire les 3 x huit, de s’étourdir de musique, d’alcool, mais aussi de sexe et de drogue. On est loin aujourd’hui d’une île au calme (Santiago, 1999), et l’auteur rappelle la lente évolution de ce petit territoire de 570 km². Longtemps oubliée de tous, délaissée par les héros, loin de l’Espagne mais aussi des Baléares, l’île a vécu d’une agriculture de subsistance dans une grande pauvreté. Elle n’en restait pas moins déjà accueillante à une population en rupture de ban dans laquelle on retrouva au fil du temps, intellectuels, homosexuels, juifs, nazis….

4La situation va véritablement changer avec l’arrivée des premiers beatniks américains, dans les années 1950-1960. Leurs motivations sont diverses. Mais ils apportent avec eux une certaine aisance financière et une grande liberté de mœurs (drogue, sexe, naturisme) et vont véritablement déclencher cette industrialisation de l’hédonisme qui sert maintenant de marque de fabrique à la destination. De 40 000 habitants à cette époque, l’ile va passer à 140 000 habitants et surtout recevoir à partir des années 1990, près de deux millions de touristes par an. Cette révolution s’appuie sur une certaine complicité de la population locale, mais aussi sur des entrepreneurs affairistes et des élus, souvent sans scrupules, qui sauront saisir et accompagner les évolutions de la demande touristique. Au risque de décevoir bon nombre d’analystes du développement touristique, le succès n’est pas du à un environnement préservé ou à une particulière sophistication du produit mais simplement à une adaptation du vieux sea sex and sun revu et corrigé en marque globale. L’Ibiza brand, utilisée et distillée de manière classique au travers d’une réinvention patrimoniale (vin, huile, bière) porte avant en tout en elle le message d’une immersion dans une fête interminable et un plaisir sans limite.

5Yves Michaud termine son livre en rappelant les risques de ce glissement continue vers l’addiction au plaisir. La transformation sociale, qu’elle génère, le lot de corruption cupidité, perte de sens, exploitation diverses qu’elle entraine et la nécessitée pour en sortir, non d’inventer un autre modèle de tourisme mais un autre rapport a la vie.

Top of page

Bibliography

Michaud Y. (2003). L’Art à l’état gazeux. Essai sur le triomphe de l’esthétique, Pluriel.

Santiago R. (1999). Majorque l’île au calme, Politechnica.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Marie Furt, « Ibiza mon amour : enquête sur l’industrialisation du plaisir », Études caribéennes [Online], 26 | Décembre 2013, Online since 15 December 2013, connection on 16 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6670

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals