Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38 | 1-2ArticlesUne approche synchronique de la t...

Articles

Une approche synchronique de la toponymie mauricienne

Yannick Bosquet

Résumés

Cet article propose d’examiner la toponymie mauricienne à partir d’une perspective synchronique privilégiant l’analyse des noms de lieux selon leurs constructions syntaxique, lexicale et référentielle. A travers cette analyse, l’article remet en question le caractère réputé "français" de la toponymie mauricienne, caractère qu’elle doit surtout à sa forme écrite. Partant du cadre général des langues à Maurice, qui est caractérisé par un trilinguisme effectif et une situation diglossique, il s’agit de décrire, dans un premier temps, l’arrière-plan sociolinguistique dans lequel la toponymie mauricienne évolue. Les cadres théorique et méthodologique de la toponymie synchronique sont ensuite présentés, ainsi que les critères d’analyse, pour enfin aborder l’analyse des toponymes officiels et des lieux dits, aussi appelés micro-toponymes, mauriciens. Il en ressort que la trame général de la toponymie mauricienne suit les principales caractéristiques structurelles de la toponymie générale ailleurs. Toutefois, la toponymie mauricienne contient des particularités structurelles ainsi que des particularités liées à l’usage qui sont en lien direct avec le contact des langues.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1La toponymie, qu’elle soit dite « officielle » ou de « lieu-dit », englobe les pratiques désignatives et (dé)nominatives d’un espace donné et peut être considérée comme étant le reflet de (re)configurations politiques, sociales, spatiales et/ou linguistiques au sein de cet espace. Dans le cas de l’île Maurice, ces (re)configurations découlent, entre autres, des trois phases successives de colonisation ayant apporté, chacune, leurs propres conséquences sociétales, linguistiques et, pour le cas qui nous intéresse, toponymiques. Il en résulte une société multi-ethnique marquée par un multilinguisme dynamique et des pratiques plurilingues. Toutefois, comme nous le verrons dans le cadre de cet article, la toponymie officielle de Maurice ne reflète pas ce multilinguisme et possède, en fait, comme principale caractéristique linguistique le fait d’être majoritairement produite en français, alors que l’anglais, par exemple, langue officielle de facto du pays, et le créole, langue nationale de facto, occupent peu de place dans la toponymie officielle. Pour comprendre cet état de choses, il faut bien évidemment remonter dans les méandres de l’histoire du pays. Et il n’est d’ailleurs pas étonnant que ce soit justement l’approche historique et étymologique qui a été privilégié dans l’étude de la toponymie mauricienne ; voir à titre d’exemple SHM (1997) et Mungur & Burrun (2010).

  • 1 Cet article reprend, en partie, des éléments de notre thèse de doctorat (Bosquet-Ballah 2015), nota (...)

2Pour notre part1, tout en ne niant pas l’intérêt de l’approche diachronique et étymologique, nous souhaitons revenir sur la toponymie mauricienne en y posant un regard synchronique inspiré des travaux issus du domaine de la toponymie synchronique (Löfström & Schnabel-Le Corre 2005, 2010 ; Bauer 2001). Outre la description des toponymes du point de vue de leur agencement interne (morphosyntaxique et lexical), propre à cette approche, nous proposons aussi de prêter une certaine attention à l’usage effectif des toponymes en contexte mauricien. Nous souhaitons ainsi montrer que, loin d’être uniquement forgée (et figée) en français, la toponymie mauricienne est également traversée par le contact des langues et que l’observation en synchronie, qui prône « une analyse des toponymes dans le système […] de la langue contemporaine en question » (Löfström & Schnabel-Le Corre 2010, 291), permet aussi de lire l’influence du contexte multilingue sur les noms de lieux.

3Pour ce faire, et afin de fournir une compréhension globale du cadre sociolinguistique à l’intérieur duquel la toponymie locale existe, nous proposerons, d’abord, une brève présentation de la situation des langues à Maurice et ferons quelques remarques d’ordre général et historique sur la toponymie mauricienne. Nous en viendrons ensuite à la présentation de l’approche synchronique et des choix méthodologiques opérés dans le cadre du recueil de corpus pour enfin en arriver à la description synchronique de notre corpus.

2. L’île Maurice : ses langues et ses toponymes

4Dans ce qui suit, nous abordons de façon succincte le contexte sociolinguistique mauricien, ainsi que les principaux constats des publications scientifiques ayant pris pour objet la toponymie mauricienne.

2.1 La situation des langues à Maurice

5Le contexte sociolinguistique mauricien a été largement décrit dans la bibliographie scientifique disponible ; voir à titre d’exemple, Stein (1982), Baggioni et Robillard (1990), Carpooran (2003) ou encore Atchia-Emmerich (2005). Pour les besoins de notre réflexion, nous nous limiterons à deux faits caractérisant l’île sur le plan sociolinguistique : son multilinguisme relativement impressionnant et la prégnance du concept de diglossie pour caractériser sa situation sociolinguistique.

  • 2 En fonction des descriptions et des recensements le nombre de langues dénombrées à Maurice, tant su (...)

6Plus de dix2 langues sont en effet concentrées sur une aire géographique étroite de 1865 km² pour une population qui avoisine aujourd’hui les 1,3 million de personnes. Parmi ces langues, on retrouve : (i) le créole, langue propre à l’île Maurice qui a émergé au sein de la matrice coloniale durant l’occupation française et qui est la principale langue des foyers mauriciens ; (ii) le français et l’anglais, langues présentes à Maurice du fait des colonisations respectives par ces deux pays, qui exercent des fonctions officielles et (iii) les langues dites ‘ancestrales’ (le bhojpuri, l’hindi, l’urdu, le mandarin, le hakka, le tamil, le telegu, le marathi, entre autres) qui sont des langues implantées à Maurice du fait de l’arrivée massive de travailleurs asiatiques après l’abolition de l’esclavage au XIXe siècle et dont l’usage est, aujourd’hui, limité à la sphère intra-communautaire. En revanche, pour ce qui est de la pratique effective des langues au quotidien, et cela depuis plusieurs décennies déjà, le multilinguisme mauricien semble s’être transformé en un trilinguisme effectif (Stein 1982) avec la pratique de trois langues : le créole, le français et l’anglais.

  • 3 Voir, à titre d’exemple, Chaudenson (1984), Baggioni & Robillard (1990) ou encore Carpooran (2005a)
  • 4 C’est en 2004 que le rapport Grafi Larmoni (trad. ‘graphie de l’harmonie’) visant à apporter une gr (...)

7Le concept de diglossie a été largement utilisé et adapté pour décrire la situation des langues à Maurice. Si la terminologie varie en fonction des auteurs3, la relation de hiérarchie et d’exclusion mutuelle, caractérisée par la diglossie, semble être une constante entre, d’une part, les langues européennes fortement standardisées et dites de prestige et, d’autre part, le créole, langue essentiellement orale jusqu’à sa standardisation en 20044, dont la genèse remonte à la période de l’esclavage et qui reste relativement stigmatisée dans les représentations. Pour les besoins de cet article, nous adopterons la terminologie et le point de vue proposés par Carpooran (2005a), selon lequel le plurilinguisme mauricien est marqué par la présence d’une triglossie entre l’anglais, le créole et le français étant donné leurs « fonctions différentes et complémentaires ainsi que la hiérarchie que l’on peut établir entre ces différentes fonctions » (Carpooran 2005a, 172). On retrouvera, à une extrémité de l’échelle diglossique, le créole dont l’usage, principalement oral, est réservé à des situations de communication familiale et ordinaire. L’anglais se trouve, quant à lui, à l’autre extrémité de cette échelle car il est utilisé dans des situations très formelles, voire officielles, et aussi à l’écrit. Le français occupe une position intermédiaire car on le retrouve surtout dans la sphère médiatique qui relève de l’écrit et, à l’oral, dans certaines situations relativement moins formelles mais qui relèvent néanmoins d’un certain prestige. Comme la toponymie officielle fait partie des éléments appartenant à la sphère dite scripto-formelle, l’absence du créole dans le marquage toponymique officiel n’est pas surprenant et l’on peut dire que le système diglossique est partiellement visible dans la toponymie mauricienne.

8Bien évidemment, la diglossie, observable d’un point de vue macro-sociolinguistique, n’empêche pas l’existence de contacts entre les langues, voire de fusion entre celles-ci, observable notamment par le biais de la perspective micro-sociolinguistique et dans les pratiques linguistiques des Mauriciens (Auckle 2018 ; Bosquet-Ballah 2014, 2017 ; Robillard 2005).

2.2 Vue d’ensemble de la toponymie mauricienne

  • 5 Société de l’histoire de l’île Maurice.

9Des rares études portant sur la toponymie mauricienne, on en compte deux se réclamant de la géographie (Abécassis 1995 ; Notter 2018), trois autres adoptent une perspective historique (Barnwell 1955 ; SHM5 1997 ; Mungur & Burrun 2010) et une seule (Carpooran 2005b) adopte une perspective linguistique. Cette dernière étude est la seule à proposer une analyse syntaxique d’un corpus toponymique, alors que les autres ont privilégié l’approche étymologique et historique.

2.2.1 La prégnance du français

10Comme Abécassis (1995, 43) le souligne, « l’essentiel des toponymes reste francophone et suit le même processus qu’une dénomination locale dans une région française ». Les auteurs s’accordent sur le statut majoritairement français de la toponymie mauricienne, tant du point de vue de sa forme linguistique contemporaine que de celui de son origine étymologique. Le caractère français de la toponymie mauricienne vient du fait du peuplement durable de l’île sous la colonisation française, période durant laquelle l’intérieur de l’île a également été défriché en vue de développements agricoles et infrastructurels, rendant ainsi l’activité cartographique et l’activité toponymique dynamiques. Toutefois, comme nous le verrons ultérieurement, une lecture synchronique permet de constater que derrière la forme française de la toponymie officielle se nouent des contacts entre les langues en présence.

2.2.2 La faible présence de la langue officielle dans la toponymie

11Comment expliquer la faible présence de la langue officielle dans la toponymie ? Cela tient principalement au fait que suite au peuplement durable de l’île par les Français, qui ont ainsi créé et développé plusieurs lieux en les marquant de leur langue, les Britanniques ont, pour leur part, opéré un mode de colonisation relativement passif sans réelle volonté d’angliciser la vie de l’île (Carpooran 2005b ; Toussaint 1969). Ceci a eu pour conséquence le maintien du système toponymique déjà en place, hormis quelques rares cas d’anglicisation par le biais de la traduction, sans pour autant que le terme anglais ne se substitue durablement et systématiquement au terme français. Quelques exemples sont Montagne Longue – Long Mountain, Rivière Noire – Black River, Grande Rivière Nord-Ouest – Grand River North West et dans l’usage effectif, la forme anglaise sera utilisée surtout pour des besoins administratifs et officiels, et donc écrits, alors que la forme française, qui est souvent d’ailleurs créolisée, sera privilégiée pour l’oral. Il existe peu de noms de lieux appartenant strictement à l’anglais : Rose-Hill, Cottage, Goodlands, Highlands, Midlands, Queen Victoria, The Vale, The Mount.

  • 6 Ceci a eu pour conséquence la création de doublons. Voir 4.5.2 infra pour plus de détails.

12L’on constate toutefois qu’en 1828, il y eut la volonté d’angliciser les odonymes (noms de rue) de la capitale et 194 rues allaient posséder une nouvelle nomenclature6 (Toussaint 1936). On retrouve encore de nombreuses rues dont le nom est en anglais, à l’instar de Sir William Newton Street ou Shakespeare Street. Ceci a donc pour résultat une situation au sein de laquelle les noms de lieux (villes, villages et localités) sont principalement désignés en français avec quelques exceptions anglaises, alors que la tendance pour l’odonymie, surtout dans les centres-villes, va surtout pour l’anglais – du moins en ce qui concerne l’affichage, car pour l’usage oral c’est autre chose.

2.2.3 Les langues indiennes

  • 7 Terme générique désignant la population d’origine indienne.

13Nous acceptons, avec Notter (2018, 43), que l’île « ne compte que très peu de toponymes dans les différentes langues du sous-continent asiatique ». L’on signalera, à titre d’exemples, les noms des villages de Panchvatti et Kewal Nagar. Ce dernier relève d’un cas de redénomination symbolique et mémorielle. Anciennement connu sous le nom de Belle-Rive, ce village de l’Est de l’île a été rebaptisé Kewal Nagar, en souvenir de Sir Seewosagur Ramgoolam, premier Chef de gouvernement mauricien et un des symboles de l’ascension sociale des Indo-Mauriciens7, qui y a vu le jour.

2.2.4 La toponymie hollandaise ou les pristine toponyms

14Si l’occupation hollandaise de l’île est un lointain fait du passé, il ne nous semble pas superflu de préciser que la toponymie contemporaine présente quelques vestiges linguistiques de cette époque, à l’instar des toponymes tels que Plaines Wilhems, Vlakte (aujourd’hui Flacq) ou de Zwarte River (aujourd’hui Rivière Noire). Ceux-ci peuvent être considérés comme des proto-toponymes dans la mesure où ils constituent les bases référentielles à partir desquelles les toponymes secondaires émanant de la colonisation française, et dont certains existent toujours, ont été construits, à l’instar de Centre de Flacq ou Petite Rivière Noire. Aussi, il nous semble pertinent de penser que l’activité toponymique hollandaise s’apparente à ce que Nash (2011) qualifie de « pristine place-naming » (littéralement ‘toponymie primitive ou primaire’).

2.2.5 Et le créole dans tout cela ?

15Nous avons évoqué l’influence des trois langues coloniales que le pays a connues et celui des langues indiennes sur la toponymie officielle et il nous reste maintenant à aborder la question de la place de la langue nationale de facto.

16Le créole, langue la plus parlée de l’île, est peu présent, voire quasi absent de la toponymie officielle et de la signalétique mauricienne, du moins sous des formes graphiques et lexicales qui sont propres à cette langue. Cette absence peut certainement s’expliquer par le fait que le créole ait été, jusqu’à récemment, une langue essentiellement orale et par ailleurs minorée sur le plan sociolinguistique. Cette explication semble d’autant plus viable quand on accepte avec Abéecassis (1995) que l’activité toponymique va de pair avec l’activité cartographique, qui elle-même a été produite uniquement dans les langues coloniales. Ceci est également soutenu par Notter (2018, 39) qui estime que l’utilisation du créole « est d’ailleurs plus importante au niveau de la microtoponymie informelle et à l’oral », en d’autres mots, des « lieux-dits ». Ainsi, il n’est pas interdit de penser que l’absence du créole de la toponymie officielle mauricienne serait à mettre au compte du processus de minoration de cette langue, lui-même renforcé par la structure de triglossie (Carpooran 2005a) qui a promu et maintenu l’usage des langues européennes dans les fonctions institutionnelles et scripto-formelles à laquelle appartient la toponymie. Signalons, également, que dans le cadre de la standardisation relativement récente de cette langue, l’Akademi Kreol Morisien, dans son rapport sur l’orthographe du Kreol Morisien, a statué en faveur du maintien des toponymes dans leur forme originale, c’est-à-dire que la créolisation officielle n’est pas prônée, du moins pour le moment.

  • 8 S’il est vrai que l’apposition est un phénomène qui existe également dans la toponymie française, i (...)

17Toutefois, si le créole, sous sa forme écrite, est absent de la toponymie officielle et de la signalétique, cette langue se manifeste ailleurs dans l’activité toponymique. D’abord, dans l’usage oral des toponymes, qui sont créolisés du fait de la pratique majoritaire de cette langue au quotidien. Ceci résulte, en synchronie, de l’existence de deux systèmes toponymiques : l’un en français, à l’écrit, et un autre en créole, à l’oral. Nous y reviendrons dans notre analyse synchronique. Ensuite, en ce qui concerne le créole dans la toponymie officielle mauricienne, si l’on suit Carpooran (2005b), il conviendrait de regarder au-delà de la forme graphique des toponymes. Ce dernier, qui propose une réflexion sur les particularités du français mauricien à partir de l’analyse de toponymes qui bénéficient d’une forme graphique française, s’interroge sur la structure syntaxique des toponymes formés avec les génériques Camp et Rivière, qui sont marqués par l’absence d’une préposition8 (Camp Ithier, Camp Yoloff, Rivière Patates, Rivière Cascade, etc.) et arrive à l’interprétation suivante :

« Si bien que pour nous, cet ensemble que nous venons de voir regroupe en fait des toponymes créoles auxquels on a attribué le statut francophone en raison du seul fait qu’ils ont bénéficié d’une graphie française sur les cartes » (Carpooran 2005b, 44).

18Ainsi, si l’on se fie à cet argument, le créole serait bien présent dans la toponymie, mais il aurait subi une assimilation graphique. De notre point de vue, cette assimilation graphique doit être appréhendée dans la perspective des processus sociolinguistiques de la triglossie et du contact des langues, propres au contexte mauricien. Loin de représenter une catégorie figée produite en une seule langue, la toponymie est un ‘lieu’ où se cristallisent des pratiques linguistiques et où des enjeux sociolinguistiques peuvent être appréhendés.

3. Mise en place du cadre d’analyse des toponymes

19Dans ce qui suit, nous proposons un descriptif de l’approche synchronique que nous adoptons dans le cadre de cet article et des analyses. La construction syntaxique des toponymes étant notre principal axe d’analyse, nous nous y consacrons plus longuement.

3.1 L’approche synchronique

20Tout en soulignant l’intérêt et l’importance de l’approche diachronique, des travaux relativement récents (Bauer 2001 ; Löfström & Schnabel-Le Corre 2005, 2010 ; Thériault 2007, 2009 ; Nash 2011) ont mis en lumière l’intérêt d’une approche synchronique dans l’analyse linguistique des toponymes, notamment en ce qui concerne leur construction. En déplaçant la focale du traditionnel objectif étymologique, ces travaux, à visée descriptiviste, ont pour vocation de proposer des classements toponymiques dans le but d’établir des régularités internes et propres aux toponymes. L’analyse des toponymes dans une perspective synchronique implique leur description structurelle (phonologique, morphologique, syntaxique, lexicologique et pragmatique) dans la langue contemporaine en question (Löfström & Schnabel-Le Corre 2010). Le postulat soutenu par l’approche synchronique est que le toponyme est un signe linguistique qui répond aux mêmes structures que les autres signes linguistiques, à l’exception toutefois que ce signe relève d’un acte conscient d’individuation d’un espace. En sus d’être soumis à des règles linguistiques propres à chaque langue, le toponyme répond également à des contraintes spécifiques liées à sa catégorie de nom propre et doit être analysé dans cette perspective. En sa qualité de nom propre, le toponyme connaît une structuration figée en syntagme possédant une structure interne, souvent complexe, qui intègre des éléments de nature linguistique différente (Löfström & Schnabel-Le Corre 2005).

3.1.1 L’axe syntaxique

  • 9 Dans le cadre de cet article, nous utiliserons aussi le terme « désignatif » pour faire référence à (...)

21Les auteurs semblent s’accorder sur le fait que l’agencement des constituants du toponyme peut être appréhendé par une dichotomie. À l’exception du cas des toponymes simples (constitués d’un seul mot), la structuration interne qui prévaut est celle qui associe un élément hypéronymique ou générique (élément visant à l’individuation catégorielle ou désignative) et un élément spécifique (élément visant à l’individuation sémiotique ou dénominative), mais la terminologie connaît des variations9.

  • 10 Nous préciserons, ici, que les appellatifs bourg et hill sont relativement peu présents dans la top (...)

22Pour Löfström & Schnabel-Le Corre (2005), cette dichotomie s’organise autour de la présence d’un proprial et d’un appellatif, le premier étant l’élément d’un toponyme construit à partir d’un nom propre existant comme dans Île de France, alors que le second exclut tout élément de nature propriale. Ainsi, Cité Kennedy, Mahebourg ou Rose Hill, trois toponymes mauriciens, sont composés chacun d'un élément appellatif (dit aussi désignatif ou classificateur) : cité, -bourg, Hill10 et d’un élément proprial (dit aussi appellatif ou distingueur) : Kennedy, Mahe- et Rose. Pour Bauer (2001), le toponyme est construit sur la base d’un classificateur et d’un distingueur. Dans son étude sur les microtoponymes canadiens, Thériault (2007) conçoit l’activité toponymique comme possédant une syntaxe propre qui révèle un langage locatif pur et particulier à travers le fonctionnement des prépositions et des syntagmes prépositionnels. Elle propose pour sa part une distinction entre la catégorie et le type. Le premier, s’apparentant au classificateur, est le « genre de lieu identifié ou le genre de générique » (montagnes, cours d’eau, chemins etc.) et le second est « le processus impliqué dans la démarche dénominative visant l’assignation d’un spécifique : processus généalogique, descriptif, topographique ou autre » (Thériault 2007, 50).

23Bien évidemment, l’agencement des deux constituants est soumis aux règles propres à chaque langue. Les auteurs précisent que l’appellatif peut prendre la forme d’un nom commun ou d’un adjectif. L’agencement des constituants toponymiques peut être de type direct ou indirect (sans ou avec une préposition).

3. 2 Les critères d’analyse

3. 2.1 Le critère structurel

24Le toponyme simple

Selon Löfström & Schnabel-Le Corre (2005), la structure toponymique la plus élémentaire, du point de vue de son agencement syntaxique, mais aussi la plus fréquente, est celle du toponyme simple constitué d’« un élément proprial unique » (par exemple Mauritius, Ebène, Paris). Celui-ci peut être accompagné d’un déterminant (par exemple La Réunion, Le Hochet) qui, du fait de sa nature cohésive avec le nom, est en fait un article lexicalisé.

25Le toponyme complexe

Le toponyme complexe, comme son nom l’indique, fait appel à plus d’une unité lexicale. Selon Löfström & Schnabel-Le Corre (2005), en se fiant au critère de l’agencement des constituants, l’on peut distinguer les catégories suivantes de toponymes complexes.

  1. La construction dite en groupe nominal renvoie à la co-présence de deux constituants, reliés par un outil grammatical, généralement une préposition comme dans Baie du Tombeau.

  2. La construction dite composée renvoie à deux sous-catégories. Il y a, d’une part, le toponyme soudé qui est un toponyme en apparence simple, mais qui est en fait composé de deux morphèmes. On retrouve ce type de composition dans les toponymes construits par postposition du morphème désignatif, à l’instar du morphème -ville comme dans Libreville ou avec le morphème -bourg comme dans Mahebourg, pour citer un exemple mauricien. D’autre part, il y a la composition dite juxtaposée qui se caractérise par l’adjonction de deux éléments de nature grammaticale différente, c’est-à-dire soit un nom commun et un adjectif (par exemple Mer Rouge), soit un nom commun et un nom propre (par exemple Port Louis).

  3. La construction dite coordonnée est marquée en général par l’usage ou non d’un trait d’union (par exemple Ille-et-Vilaine).

26Bauer (2001), qui s’intéresse spécifiquement à la construction des toponymes complexes, ne distingue pas entre toponymes juxtaposés et toponymes avec groupes nominaux. S’interrogeant sur l’absence de régularité de l’apparence de l’outil grammatical, il propose de concevoir que l’agencement des toponymes complexes peut se faire soit sur une base directe (sans préposition), soit sur une base indirecte (avec préposition) et cela en fonction de la nature de l’élément spécificateur. C’est le cas, respectivement, de Chemin Grenier et Baie du Tombeau.

3.2.2 Le critère référentiel

27Les toponymes désignant les particularités topographiques

  • L’hydronyme renvoie au nom donné à un cours d’eau.

  • L’oronyme renvoie au nom donné à un relief.

28Toponymes descriptifs et toponymes symboliques

Le toponyme descriptif et le toponyme symbolique visent à catégoriser la nature référentielle de l’élément spécificateur du nom de lieu (Bauer 2001). Les toponymes descriptifs visent à dénommer le lieu en référence à un objet topographique qui lui est propre. C’est le cas notamment du toponyme mauricien Montagne Longue. En revanche, les toponymes symboliques visent à commémorer un évènement ou un personnage célèbre comme le toponyme mauricien Queen Victoria.

29Dans le tableau ci-dessous, nous résumons la catégorisation des constructions toponymiques.

Tableau 1 : Grille de catégorisation des toponymes

  • 11 P renvoie à proprial (nom propre de personne ou de lieu existant), Dés renvoie à désignatif, Dén re (...)

Analyse syntaxique

Critères d’analyse

Typologie structurelle

Nature des constituants11

Exemples

Nombre de constituants

Un seul constituant

Toponyme simple

(Dét) P

La Flora, Vacoas

Deux constituants (ou plus)

Toponyme complexe soudé

Dés +Dén

Midlands, Mahebourg

Type de construction des constituants

Directe

Toponyme complexe composé

sans préposition

Dés + DénP

Dés + DénA

Port Louis

Cap Malheureux

Indirecte

Toponyme complexe composé avec préposition

Dés de (Dét) DénN

Rivière des Anguilles

Jardin de la Compagnie

Analyse référentielle

Nature des constituants

Désignatif

Descriptif

topographique

Mont, Trou, Bois, etc.

hydrographique

Rivière, Eau, Baie,

choronymique

Camp, Chemin, Allée

Dénominatif

Symbolique

proprial

Jacotet

poétique

Crève-Coeur

Descriptif

Adjectif antéposé

Gros, grand, petit etc.

3.3 Méthode de recueil de corpus en toponymie

30Il existe deux approches essentielles dans la constitution d’un corpus toponymique.

31La première approche, et sans doute la plus simple, consiste à utiliser les ressources documentaires officielles, à l’instar de la cartographie. Toutefois, la carte étant une représentation qui sera dictée par sa propre finalité (Bauer 2001, 13) – carte du réseau routier, carte de tourisme, etc. – l’approche documentaire tend à mettre de côté un nombre considérable de toponymes, en particulier les microtoponymes de par leur caractère oral et ‘officieux’.

32La seconde approche dans le recueil du corpus toponymique s’inspire de la méthode ethnographique. Elle prend la forme d’un recueil du corpus à partir du travail de terrain, par observation de l’affichage des toponymes, mais aussi par recueil de corpus durant des entretiens avec des informateurs. L’approche ethnographique est privilégiée par des chercheurs s’intéressant aux microtoponymes et aux dimensions sociales, culturelles, identitaires et symboliques des toponymes, à l’instar du courant « écololinguistique » (Nash 2011, 70). Plus que le toponyme en lui-même, c’est l’usage, voire ce que l’on peut qualifier de ‘vécu’ toponymique qui fait l’objet d’étude. Pour notre part, et au regard des objectifs que nous souhaitons atteindre, nous avons choisi de croiser ces deux approches méthodologiques. Nous explicitions et justifions nos choix ci-après.

3. 3.1 Mise en place d’une liste de toponymes

  • 12 Par exemple : « Terres de l’Etat à Riambel : la Squatting Unit reprend ses opérations la semaine pr (...)

33Nous avons entrepris de compiler une liste de toponymes à partir d’ouvrages qui y sont consacrés, notamment Mungur & Burrun (2010) et SHM (2005). Nous avons également prêté une attention particulière à l’usage toponymique au sein de documents officiels, notamment le Local Government Act (2003) et les amendements de 2011, le Report Of The Electoral Boundaries Commission On A Review Of The Boundaries Of The Constituencies (2009), et le Electoral Districts Boundaries of the Island of Mauritius (2000). Bien qu’il s’agisse de documents officiels, ces rapports et projets de lois possèdent la particularité de présenter une liste importante de lieux-dits ou de microtoponymes car ils sont précis dans la mise en place de frontières administratives. Nous n’avons pas réalisé d’enquête par entretiens, mais avons fait des observations en prêtant attention à la signalétique et à l’affichage, aux médias, notamment aux pages régionales des quotidiens L’Express12 et Le Matinal, et à quelques avis et communiqués diffusés à la radio à l’intention des habitants de régions spécifiques. Toutefois, il ne s’agit pas là d’une méthode qui a fait l’objet d’une recherche systématique. Nous avons un corpus de plus de 400 toponymes. Pour des raisons pratiques, il nous est impossible de le présenter dans sa totalité et nous en présentons quelques extraits ci-après. Les éléments toponymiques faisant l’objet de discussions spécifiques à partir des critères établis précédemment sont présentés au fur et à mesure de l’analyse dans la prochaine section de l’article.

Tableau 2 : Extrait du corpus de toponymes officiels

  • 13 Dans le tableau, la mise en italique d’un terme signifie que celui-ci provient de l’anglais. La mis (...)

Toponymes simples

Toponymes complexes13

Construction soudée

Construction directe

Construction indirecte

Abercombrie

Curepipe

Allée Brillant

Baie aux Tortues

Albion

Goodlands

Anse Cunat

Baie de Jacotet

Alma

Highlands

Anse Jonchée

Baie du Cap

Amaury

Anse La Raie°

Baie du Tombeau

Tableau 3 : Extrait du corpus des microtoponymes

  • 14 Pour ce toponyme, l’on se serait attendu à une construction avec la préposition ‘des’, comme c’est (...)

African Town

Butte aux Papayes

Armoury Bridge

Chemin des Vergues

Berthelot Peak

Croisée Vallée des Prêtres°

Butte Chaumont

Le Juge de Segrais Bridge

Canal Anglais°14

Quartier des Roses

Carré d’Aces

River des Calebasses

Karo Laliane

Rivulet des Pamplemousses

Karo Lalo

Ruisseau des Délices

4. Une analyse syntaxico-référentielle des toponymes mauriciens

4.1 Observations générales

34Une première lecture quantitative des constructions toponymiques, synthétisée dans le Tableau 4, permet de constater que la toponymie mauricienne est largement marquée par la construction complexe, à 75%, alors que la construction simple, identifiée comme construction la plus fréquente par Löfström & Schnabel-Le Corre (2005), représente seulement un quart de notre corpus. Au sein des toponymes complexes, c’est la construction dite directe (sans préposition) qui est majoritaire, avec plus de 50% du corpus, alors que la construction soudée est la moins présente. Si l’on se fie à Bauer (2001), qui précise que la construction directe est la plus courante des constructions complexes, ceci serait donc conforme aux tendances. Toutefois, l’auteur précise que cette construction, qui trouve ses origines dans la toponymie ancienne qui avait un caractère symbolique, fonctionne surtout par l’adjonction d’un nom propre (de personne ou de lieu) à un désignatif. Or, dans notre corpus, si la construction directe avec un nom propre est présente, nous observons des cas de construction directe avec un nom commun, suffisamment récurrents pour les signaler, soit une cinquantaine, ce qui représente 26% des constructions directes.

Tableau 4 : Relevé quantitatif des toponymes selon leur construction

Toponymes simples

Toponymes complexes

Construction soudée

Construction directe

Construction indirecte

Toponymes officiels

100

5

189

61

Microtoponymes

0

0

45

9

Total

100

5

234

70

Exemples

Sodnac, Tamarin

Highlands, Curepipe

Canal Anglais, Cité Valijee,

Baie aux tortues,

River des Calebasses

35Sur le plan linguistique, notre corpus confirme que les noms de lieux à forme graphique française sont effectivement majoritaires. Toutefois, la prise en compte des éléments microtoponymiques (Tableau 2) permet de faire apparaître des toponymes issus du créole et qui sont généralement absents des représentations cartographiques comme Dilo pouri, Karo lalo, Karo Laliann, Karo Kaliptis. Sur le plan des référents, il y a deux tendances principales qui se dégagent : le symbolique et le descriptif.

36Nous poursuivons nos analyses en fonction de la typologie des constructions toponymiques. Le Tableau 4 synthétise la grille d’analyse à partir de laquelle nous opérons.

4.2 Les toponymes simples

37Les noms de lieux ayant une construction simple représentent environ 25% de notre corpus et sont présents uniquement dans le corpus de la toponymie officielle et pas dans le corpus microtoponymique. Il n’y a pas de tendance particulière qui se dégage des toponymes simples et on recense les catégories référentielles que l’on retrouve ailleurs.

38Sur le plan structurel, signalons quelques cas, 20 au total, de toponymes simples construits avec un article lexicalisé : « L’Amitié, L’Avenir, L’Aventure, L’Escalier, L’Espérance, La Brasserie, La Caverne, La Chaussée, La Flora, La Gaulette, La Marie, La Martinière, La Preneuse, La Vigie, Le Bouchon, Le Hochet, Le Souffleur, Le Vallon, Les Casernes, Les Salines, The Mount, The Vale ».

39Observons aussi un certain nombre de toponymes anglais dans cette catégorie, soit sous la forme de : (i) propriaux patronymiques (Stanley, Wooton), (ii) propriaux toponymiques (Britannia, Holyrood, Cottage). Enfin, il y a les toponymes anglais simples lexicalisés comme The Vale ou The Mount, car on ne dirait pas Je vais à/au Mount mais Je vais à The Mount.

4.2.2 Les catégories référentielles habituelles de la toponymie simple

40- Les propriaux patronymiques

Les propriaux patronymiques confèrent une valeur symbolique et mémorielle au toponyme dans la mesure où ils visent généralement à commémorer un personnage ayant eu un rôle important en un lieu spécifique. Nous observons que plusieurs des toponymes simples de notre corpus, comme Amaury, Triolet, Lapérouse, Mangalkhan, Stanley répondent à cette logique symbolique et l’approche diachronique a permis d’établir qu’il s’agissait, dans ces cas, des noms d’anciens propriétaires terriens ou de personnes ayant vécu dans le lieu indiqué.

41- Les propriaux toponymiques

Il s’agit de noms de lieux désignant déjà un autre lieu ailleurs tels que Sébastopol, Bénarès, Souillac ou Surinam.

42- Les propriaux descriptifs

Relativement peu nombreux dans l’ensemble de la toponymie simple, ces noms de lieux sont généralement issus de noms communs désignant un élément de l’environnement local tels que la flore pour Moka, Pamplemousses, Bambous, Calebasses, Cassis, Mapou, La Flora, la topographie pour Le Vallon, La Caverne ou un lieu construit comme Les Casernes, Les Salines.

43- Les propriaux poétiques

Une dernière remarque est à faire au sujet des noms de lieux qu’il est possible de qualifier de « poétiques » suivant Bauer (2001, 24) dans la mesure où ces propriaux renvoient à des « entités imaginaires » désignées par des noms communs abstraits comme L’Amitié, L’Espérance, Constance.

4.3 Les toponymes complexes

44Nous aborderons d’abord les constructions dites soudées et indirectes, pour ensuite nous consacrer à la construction directe.

4.3.1 Les toponymes complexes soudés et les toponymes à construction indirecte

45- La construction soudée

  • 15 Une des hypothèses sur l’origine de ce nom de lieu mentionne l’existence d’un relais au 19e siècle (...)

Au nombre de 5 dans notre corpus, les toponymes à construction dite soudée sont les moins nombreux. Ceux-ci sont formés à partir de la composition de deux mots ou morphèmes, soit un spécifique adjectival et un générique comme dans Highlands, Goodlands ; soit un spécifique patronymique et un générique comme dans Mahebourg. On retrouve aussi la construction à l’aide d’un morphème et d’un générique dans Midlands. Il y a aussi le toponyme Curepipe que nous intégrons dans cette catégorie à cause de l’hypothèse sur son origine15. Enfin, notons que sur les cinq toponymes soudés, trois sont de l’anglais. Ceci irait dans le sens de la productivité de la construction soudée en anglais, car comme Löfström & Schnabel (2010, 296), le précisent, si la construction soudée n’est que marginalement productive en français, « dans d’autres langues, comme les langues germaniques, c’est une structure fréquente et productive ».

46- La construction indirecte

Avec seulement 61 cas dont Poste de Flacq, Rivière du Poste, Trou d’Eau Douce, la construction indirecte (avec préposition) est moyennement productive dans la toponymie mauricienne. À l’exception de quelques dénominatifs patronymiques symboliques (Mare d’Albert, Pointe d’Esny, Pointe d’Aché) et de quelques rares cas de dénominatifs poétiques (Pointe du Diable, Mare aux Songes), la plupart des dénominatifs sont de nature descriptive (Plaine des Papayes, Mare du Puits, Rivière des Galets).

4.3.2 Les toponymes complexes composés à construction directe

47Comme indiqué précédemment, cette construction est la plus productive dans la toponymie mauricienne. Étant faite sur la base de l’adjonction de mots issus de différentes catégories grammaticales (Adjectif, nom propre, nom commun), nous passerons en revue chacun des cas de figure, en fonction des langues.

48- Les toponymes composés à construction directe sur la base N1 + N2 en anglais

Les toponymes tels que Bell Village, dont le spécificateur est un nom propre, ou Union Park, dont le spécificateur est un nom commun, répondent à ce type de construction qui est marquée par l’absence d’une préposition. Conformément à la construction toponymique en anglais, le désignatif est postposé au dénominatif.

49- La construction directe sur la base N1+ A en anglais

Nous avons répertorié quelques exemples de toponymes à construction directe avec un adjectif (par exemple African Town, Black River, Long Mountain, New Grove, Rose-Hill). Ici encore, la syntaxe de l’anglais est respectée dans la mesure où le dénominatif adjectival est antéposé au désignatif. À l’exception d’African Town, désignant un quartier du village de Riambel, qui est un micro-toponyme à caractère ethnonymique et de ce fait symbolique, c’est une neutralité descriptive qui marque les toponymes complexes anglais. Ces adjectifs (Black, Long, etc.) visent à sémiotiser l’espace par le biais de la description d’un élément topographique caractéristique du lieu.

50- La construction directe dans les toponymes en français

Étant donné l’importance de cette catégorie dans notre corpus, mais aussi dans la construction toponymique en général, et ce qui nous semble être une particularité de la construction directe mauricienne, nous avons choisi d’y consacrer une sous-section entière (c.f. 4.4), mais dégageons ci-après les traits principaux de cette construction en fonction des récurrences.

  1. N1+ Adjectif

    Catégorie la plus récurrente dans le corpus des toponymes complexes, la construction directe avec un générique nominal et un spécificateur adjectival renvoie à une toponymie largement descriptive : Mare Longue, Montagne Blanche, Bois Puant, Beau Champs, Plaine verte, Quatre Cocos, Terre Rouge, Bel Air, Grand Bassin.

  2. N1 + N2 avec un nom propre de personne ou de lieu

    Deuxième catégorie la plus récurrente dans le corpus des toponymes complexes, la construction directe alliant un générique nominal et un spécificateur patronymique renvoie à des noms de lieux symboliques et mémoriels : Camp Levieux, Morcellement Carlos, Morcellement St André, Pointe Jérôme, Pont Thevenot, Port Louis, Tour Martello, Trou Fanfaron.

  3. N1 + N2 avec un commun

    Troisième catégorie dans la toponymie complexe directe, cette construction relie deux noms communs, sans préposition : Bois Mangues, Camp Diable, Montée Hussard, Mont Roches, Mare La Chaux, Montagne Bambous, Roche Terre, Rivière Papayes. Bien que le phénomène de l’apposition existe en toponymie française, le nombre relativement important dans notre corpus interpelle.

4.4 Spécificités de la construction directe

51Loin de représenter un cas particulier, la construction directe s’apparenterait à une règle toponymique. Pour Bauer (2001, 25), il s’agit d’une « construction fondamentale en toponymie » et pour Schnabel-Le Core (2005, 58), « le toponyme composé et juxtaposé est une structure fréquente » et il n’est donc pas surprenant de constater que cette construction est dominante dans la toponymie mauricienne (presque la moitié du corpus), qui de fait est marquée par un usage dominant du français. Toutefois, les études diachroniques ont permis d’établir que cette pratique a connu des variations en fonction de la nature du dénominatif (N2).

4.4.1 Les règles d’agencement de la construction directe

52En effet, quand le dénominatif nominal a pour fonction d’établir une relation de direction ou de description avec le classificateur, la construction indirecte (avec préposition) prévaut. Bauer (2001, 18), à la suite de Tamba et Bosredon (1999), précise qu’« un nom commun en position de N2 est précédé d’un article défini et de la préposition de ».

53Nous avons donc deux règles, que l’on peut résumer de la façon suivante, au regard de la structuration interne des toponymes :

  • La construction directe (N1 + N2) est relative à la nature propriale symbolique patronymique du N2 - Camp Levieux, Camp Ithier.

  • La construction indirecte (N1 de (le) N2) est relative à la nature descriptive du N2. Quand le N2 est un nom commun, l’agencement se fait par le biais d’une préposition et d’un article, alors que quand le N2 est un proprial toponymique existant, l’usage d’une préposition seule est obligatoire et dans ce dernier cas, le toponyme a pour fonction de décrire une direction. Ainsi, si l’on suit cette règle, Camp du Diable serait la forme correcte de Camp Diable.

  • 16 https://toponymie.gouv.qc.ca/ct/normes-procedures/regles-ecriture/articles-particules-liaison-relie (...)

54Ceci est aussi soutenu par la Commission de toponymie du Québec16 qui précise les règles de la liaison entre le générique et le spécifique :

  • Si le spécifique est un autre toponyme ou un nom commun, la construction se fait à l’aide « d’une particule de liaison (à, de, du) et, le cas échéant, d’un article (le, la, l’, les) ». Il s’agit en d’autres mots d’une construction indirecte.

  • Si le spécifique est un nom de personne, la construction se fait par apposition, c’est-à-dire sans particule de liaison ni article. Il s’agit donc d’une construction directe.

  • Deux exceptions à ces règles existent sur la base de l’usage courant ou de la tradition historique.

55Au regard de ce fonctionnement interne de la construction directe, certains toponymes tels que Montagne La Terre, Anse La Raie, Camp La Serpe, Contour Prunes, Camp Diable, interpellent car ils ne respecteraient pas la règle de la construction directe en toponymie. Ces cas nous semblent particuliers car bien que possédant une forme graphique française, ils connaissent une structure morphosyntaxique, qui ne correspondrait pas aux normes toponymiques du français. La construction toponymique par apposition existe, certes, en français, sur une base relativement exceptionnelle, mais notre corpus indique un nombre assez important de ces constructions, soit 50 toponymes, ce qui représente un quart des toponymes à construction directe.

56Nous poursuivons ci-après l’analyse des toponymes à construction directe à travers deux tableaux qui permettent une lecture croisée des noms de lieux complexes en fonction de la catégorie référentielle.

Tableau 1 : Classement des toponymes complexes selon leur structure interne et dans le champ lexical de la terre

Désignatifs

Construction directe

Construction indirecte

Dénominatif adjectival

Dénominatif nominal

Nom propre

Nom commun

Bois

Bois Sec, Bois Chéri, Grand Bois, Gros Bois, Joli Bois

Bois Marchand, Bois Pignolet

Bois Fond°, Bois Jacot°, Bois Mangues°

Bois d’Oiseaux, Bois des Amourettes

Terre

Terre Rouge, Belle Terre, Bonne Terre, Terre Cassée

-

Roche Terre°

-

Roche(s)

Roches Burnes, Roches Noires

-

Roche Bois°, Roche Terre°

Pointe aux Roches, Plaine des Roches

Trou

-

Trou Fanfaron, Trou Maho

-

Trou aux Biches, Trou aux Cerfs, Trou d’Eau Douce

Mont/ Montagne/ Montée 

Montagne Blanche, Montagne Longue, Mont Fleuri,

Mont Ida, Montagne Ory, Mont Choisy, Coteau Raffin

Montée Hussard°, Mont Roches°, Montagne Bambou° , Montagne La Terre°, Montée S°,

Montagne des Signaux,

Pointe

-

Pointe Brocus, Pointe Jérôme, Pointe Oscorne,

-

Pointe aux Canonniers, Pointe aux Feuilles, Pointe aux Piments, Pointe aux Roches, Pointe aux Sables, Pointe du Diable, Pointe des Grenadiers, Pointe de l’Arcade, Pointe des Mortiers, Pointe de Quatre Cocos, Pointe d’Esny, Point des deux Cocos, Pointe aux Caves, Pointe des papayes

 Plaine 

Plaine verte, Plaine Champagne,

Plaine Magnien Plaines Wilhems, Plaine Gersigny

Plaine des Papayes, Plaine des Roches, Plaine Lauzun

Tableau 6 : Classement des toponymes complexes selon leur structure interne et dans le champ lexical de l’eau

  • 17 Bien que nous ayons été tenté de classer ce toponyme parmi ceux ne respectant pas les règles du fra (...)

Désignatifs

Construction directe

Construction indirecte

Dénominatif adjectival

Dénominatif nominal

Nom propre

Nom commun

Anse

-

Anse Cunat, Anse Jonchée

-

Anse La Raie,

Baie

Grand Baie17

-

-

Baie aux tortues, Baie de Jacotet, Baie du Cap, Baie du Tombeau,

Eau

Eau Bleue, Eaux Bonnes, Eaux Bouillies, Eau-Coulée°

-

-

Trou d’eau Douce, Bras d’eau, Riche-en-Eau

Mare

Belle Mare, Riche Mare

Mare Chicose

Mare Tabac°, Mare Jacot°, Mare la Chaux°

Mare d’Australia, Mare d’Albert, Mare aux fougères, Mare aux Songes, Mare aux Vacoas, Mare aux Joncs, Mare aux Lubines, Mare aux Mullets, Mare du Puits

Rive/ Rivage/ Rivière

Beau Rivage, Belle Rive, Grande Rivière, Petite Rivière, Petite Rivière Noire

Rivière Cascade°, Rivière Dragons°, Rivière Papayes°, Rivière Patates° , Rivière la Chaux°

Rivière des Anguilles, Rivière des Créoles, Rivière des Galets, Rivière du Poste, Rivière du Rempart,

Bassin/ Etang

Beau Bassin, Grand Bassin, Bassin Blanc, Bel Etang

-

-

-

Bain

Bain Bœuf°

Bain des Dames

57Ces deux tableaux illustrent bien le fait que les toponymes mauriciens présentant une forme linguistique française respectent les règles toponymiques propres à cette langue à l’exception de ceux présentant une construction directe avec un spécificateur nominal (N2). Ces cas, loin d’être des cas isolés de la construction toponymique mauricienne, ont été signalés par le symbole « ° ».

58La récurrence de la construction par apposition dans la toponymie mauricienne nous apparaît comme une particularité dans la construction toponymique locale. Comment l’interpréter ? Parmi les options possibles, le point de vue normatif mènerait à penser que ces toponymes présentent une forme incorrecte et ne relèvent pas du français malgré leur forme graphique et lexicale française (Mangues, Patates, Bœuf, etc.). On pourrait aussi les classer comme appartenant au créole du point de vue de leur agencement syntaxique, caractérisé par l’absence de l’usage de la préposition, avec un habillage graphique français. Le problème, face à cette interprétation, est que pour bon nombre de Mauriciens, ces noms de lieux relèvent du français et l’on ne peut écarter la dimension représentationnelle dans l’étude linguistique. Ainsi en acceptant comme le fait Carpooran (2005b), qui lui-même suit Calvet (1999), que les pratiques et les représentations sont constitutives des langues, l’on peut juger viable l’interprétation suivant laquelle ces constructions renvoient à des particularités du français mauricien. De plus, comme signalé par la Commission de toponymie du Québec que nous avons cité plus haut, cette construction serait une exception à la règle et ces toponymes seraient liés à un usage courant et/ou à la tradition historique. Ainsi, selon nous, ceci indique que cette construction, de par sa récurrence, constitue une particularité de la toponymie mauricienne liée à l’usage linguistique local.

4.4.2 Un regard interlectal sur la toponymie mauricienne

59Nous avons donc, pour résumer, deux interprétations possibles que nous qualifions de « bipolaires » étant donné qu’elles se rapprochent chacune d’une des langues représentant des pôles tendanciels caractérisant la situation linguistique mauricienne : le français et le créole. Toutefois, nous estimons qu’il est possible de proposer une autre interprétation qui consisterait en une posture intermédiaire caractérisée par un certain degré de « mixocompatibilité » (Robillard, 2013). Il s’agit, pour nous, d’un processus d’« interlectalisation » des toponymes. Il nous paraît possible de voir en ces toponymes des formes métissées qui se situent dans une zone interlectale entre le français et le créole avec un caractère hybride alliant une syntaxe se rapprochant de celle du créole et une forme graphique se rapprochant de celle du français. Ces noms de lieux ne sont, en ce sens, ni créoles ni français mais à la fois créoles et français. Bien évidemment, une recherche diachronique pour observer les recensements de ces toponymes particuliers et leur évolution permettrait de valider ou d’invalider cette hypothèse et de montrer, peut-être, que certains toponymes auraient évolué à la fois en français et en créole pour enfin être figés, sur une carte ou sur une liste officielle, en français, le passage à l’écriture impliquant souvent un réflexe francisant, conscient ou inconscient.

60En acceptant l’idée d’une porosité entre les langues, qui deviennent des objets mouvants dont les locuteurs modèlent les contours, en particulier dans les contextes plurilingues, il est possible de se focaliser sur les toponymes comme étant des créations linguistiques des usagers, marquées par la pluralité, la fluidité et l’hybridité. Pour rendre compte de cette mouvance dans la construction toponymique, la « zone interlectale » de Prudent (1993), qui renvoie aux énoncés qui ne peuvent être assignés à une seule des langues présentes dans une situation plurilingue, nous semble pertinente car elle dépasse les clivages traditionnellement établis dans l’usage des langues :

« À continuer de regarder le français et le créole comme deux langues complètement distinctes voire antagoniques, et à vouloir en même temps se servir de catégories aussi approximatives que français créolisé ou créole francisé pour décrire la parole antillaise, on court le risque de la contradiction et de la confusion » (Prudent 1993, 30).

61Ainsi, les toponymes marqués par une forme graphique française mais une construction syntaxique créole pouvant, de surcroît, se trouver dans un usage administratif anglais comme Mountain La Selle ou River Patates, font partie du macro-système langagier local, productible et interprétable uniquement dans le contexte local. Comme le souligne Robillard (2013), au-delà de l’analyse des éléments linguistiques qui composent le macro-système langagier, il s’agit également de changer le regard porté sur les langues et les productions langagières des locuteurs. Ainsi, tout en acceptant le caractère figé de la construction toponymique qui est régi par des règles propres à chaque système linguistique, il nous semble possible de penser qu’au sein de la société créole et plurilingue qu’est Maurice, marquée à la fois par la diglossie et le contact des langues, les noms de lieux connaissent des reconfigurations structurelles originales et spécifiques.

4.4.3 Prégnance du caractère polylectal des toponymes complexes à construction directe avec un désignatif choronymique

  • 18 Un désignatif choronymique est un nom de lieu désignant un élément construit.
  • 19 ‘Lotissement’ en français dit ‘standard’.

62L’analyse des toponymes complexes avec un désignatif choronymique18 appelle le même constat. En effet, en considérant la série des toponymes formés avec les choronymes Camp, Morcellement19 et dans une moindre mesure Cité présentés dans le tableau suivant, on voit apparaître une construction qui ne correspond pas aux règles traditionnelles de la toponymie à construction directe. Les exemples Camp la Serpe, Camp la Boue, Cité la Cure, Morcellement la Falaise, entre autres, vont dans le sens d’une interprétation qui se situe dans une approche mixocompatible nous permettant d’y voir une interlectalisation du toponyme, construit sur la base directe. De plus, l’on peut s’interroger sur les groupes nominaux la Serpe et la boue qui, sous leur forme morphosyntaxique (déterminant suivi du nom) et graphique, s’apparentent au français. Toutefois, en considérant le processus d’agglutination propre au créole, il est possible d’y lire les lexèmes créoles laserp et labou. Il pourrait en être de même pour lakir et lafalez.

63Le cas des toponymes construits avec le désignatif Camp et un dénominatif ethnonymique (Créole, Mumbai/Bombaye, Yoloff), déjà signalé par Carpooran (2005b), interpelle également du point de vue de leur agencement syntaxique. Toutefois, ces toponymes sont particuliers car ils renvoient à des dénominations anciennes, issues de l’époque coloniale française et qui visaient à désigner des quartiers résidentiels dans la ville de Port-Louis. Ainsi, ils ne peuvent être mis sur le même pied d’égalité que des constructions créoles plus récentes telles que Dilo Pouri. Ce terme, tout comme celui de ‘quartier’, qui reste cependant moins présent dans la toponymie locale, trouve son origine dans la toponymie coloniale et représente un toponyme ancien. Nous souhaitons souligner que ces toponymes permettent de lire l’épaisseur historique et identitaire de l’organisation socio-spatiale mauricienne, basée sur des clivages ethniques. Ils disent la ségrégation propre à l’émergence de la spatialité mauricienne. Signalons aussi que cette logique identitaire dans le marquage et l’occupation de l’espace se retrouve aussi en région rurale car ces dénominations sont aussi présentes dans certains quartiers de certains villages.

Tableau 2 : Classement des choronymes

Tableau 2 : Classement des choronymes
  • 20 Dans le contexte mauricien, le terme ‘créole’ est aussi un ethnonyme qui désigne une partie de la p (...)

64Enfin, nous souhaitons signaler que notre corpus comprend aussi des toponymes qui appartiennent indiscutablement au créole, à l’instar de Dilo Pouri, Karo kaliptis, Karo laliann, Karo Lalo et Karo Esnouf. Ces lieux ont vu le jour à l’écart du développement car ils ont été investis, soit de façon illégale par des squatteurs, soit sous décision de l’État dans le but de reloger certaines familles démunies, comme c’est le cas notamment pour Karo Kaliptis, situé à l’est à la périphérie du village de Belle Mare, ou encore Dilo Pouri, situé dans le sud de l’île à proximité du Morne. Ces localités abritent souvent des familles créoles20, mises au ban du développement et de la mobilité sociale.

4.5 Usages de la toponymie

65Nous souhaitons terminer l’analyse synchronique des toponymes par quelques remarques sur l’usage toponymique en contexte local, pour souligner, encore une fois, le fait que, loin d’être figée uniquement en français, la toponymie mauricienne est marquée par le contact entre les langues qui façonnent le paysage linguistique mauricien.

4.5.1 De Dilo Pouri à Eau Pourrie

  • 21 Organisme public gérant la distribution de l’eau potable.
  • 22 Il s’agit d’un petit village situé près du Morne dans le sud de l’île et qui avait été investi par (...)

66D’abord, il nous a paru intéressant de faire état d’un processus de traduction ‘spontanée’ d’un toponyme créole en français, dont nous avons témoigné, lors de la radiodiffusion d’un communiqué de la Central Water Authority21 datant du 16 septembre 2014. Il s’agissait du microtoponyme Dilo Pouri22 qui figurait dans notre corpus de toponymes créoles et qui avait été traduit lors du communiqué à la radio en Eau Pourrie. Cette traduction, aussi anecdotique soit-elle, montre bien la prégnance du français dans la toponymie quand celle-ci fait l’objet d’une forme d’officialisation. Dès lors, il est possible de penser que d’autres (micro)toponymes créoles ont sans doute subi un phénomène de francisation par le biais de la traduction. Un autre exemple confortant cette hypothèse est le toponyme Karo Laliann désignant un quartier à la périphérie de la ville de Vacoas, et dont le désignatif avait été traduit en français Carreau pour des besoins de signalisation comme nous l’avons constaté sur une plaque signalétique.

4.5.2 La réalisation orale des toponymes officiels

67Si sur le plan de la toponymie officielle et donc de l’écrit, les noms de lieux possèdent, dans leur écrasante majorité, une forme graphique française, il est important de préciser que la norme à l’oral est loin de correspondre au français. Notre connaissance du terrain nous permet d’affirmer que les réalisations phonologiques des toponymes se font principalement en créole, à l’instar de [rosbrin] pour Roches-Brunes, [kirpip] pour Curepipe, [rislje] pour Richelieu.

68Un phénomène comparable existe pour certains odonymes tels que Royal Road, odonyme courant dans la signalétique des villes, que certains locuteurs francophones réaliseront à l’oral [ryrwajal], alors que la majorité des Mauriciens dira [larirwajal]. Et il sera rare d’entendre une réalisation anglaise en dehors d’un cadre officiel. Dans certains cas de redénomination de lieux ou de rues, il résulte également une coexistence de doublons opposant une appellation commune en créole à une appellation officielle en anglais et certains citadins peuvent se souvenir de cas tels que Lari bazar pour Sir William Newton Street ou encore Desforges Street ou Lari Desforges/ Deforz, maintenant appelée officiellement Sir Seewosagur Ramgoolam Street, pour citer un cas plus récent.

69Ainsi, s’il existe un système toponymique officiel qui fonctionne à l’écrit en français (ou en anglais pour l’odonymie) et pour des besoins signalétiques, il en existe un autre, au niveau des réalisations phonologiques en créole et pour des besoins de référence à l’espace. Nos observations nous conduisent à penser que, pour l’heure, ces deux systèmes coexistent en parallèle, car il est peu probable de voir par exemple le toponyme Roches-Brunes orthographié en créole, et aussi rare d’entendre une prononciation à la française du même toponyme dans une conversation en créole.

4.5.3 Qu’en est-il de la créolisation officielle des toponymes ?

70Par ailleurs, on assiste, de façon relativement récente, à la créolisation (ortho)graphique de certains toponymes tels que Porlwi (Port-Louis), Rozil (Rose-Hill), bien que ceux-ci n’occupent pas encore la signalétique officielle. Ces faits relèvent souvent de créations artistiques, individuelles ou évènementielles. Soulignons que, pour sa part, le document officiel sur la graphie du créole, Lortograf Kreol Morisien (2011), ne préconise pas (encore) la créolisation des toponymes, et des noms propres en général. En effet, l’Akademi Kreol Morisien a prôné le statu quo pour ce qui est de l’orthographe des noms de lieux, et des noms propres en général, en Kreol Morisien, en maintenant, pour le moment, « zot grafi ofisiel, mem si posibilite pou kreoliz zot pou kontigne existe lor plan literer ek artistik, ouswa lor bann baz non-ofisiel » (Akademi Kreol Morisien 2011, 44). Exception est faite pour certains toponymes déjà créolisés par l’usage. Signalons également que la dernière édition du Diksioner Morisien, parue en 2019, comprend une liste de noms de pays créolisés, mais pas encore de liste de noms de lieux locaux créolisés.

5. La créolisation orthographique des toponymes et la signalétique : des pistes de recherche à explorer et des champs d’action à investir

71Notre démarche principale, à travers cet article, était de proposer une lecture synchronique des toponymes mauriciens, dans le but de décrire cet ensemble, non plus du point de vue historique et étymologique, mais d’un point de vue structurel, en termes de composition des constituants toponymiques et des liens qui existent entre eux. Un des enjeux de cette lecture était de concilier l’approche synchronique qui prône une analyse des toponymes dans la langue du pays/ de la région dont il est question et le contexte multilingue mauricien, ce qui impliquait donc nécessairement de considérer plusieurs systèmes linguistiques et aussi l’interaction entre ces systèmes dans l’activité toponymique. Nous avions aussi pour ambition de montrer que, contrairement à ce qui pouvait être appréhendé selon une approche étymologique, la toponymie mauricienne n’était pas un terrain réservé au français, mais faisait également l’objet de contacts entre les langues et pour cela, nous avons aussi considéré l’usage toponymique.

72Au terme de cette analyse, nous pouvons dire que la toponymie mauricienne présente, dans les grandes lignes, des structures comparables à la toponymie générale et qu’on y retrouve les principales constructions du français et de l’anglais. La toponymie simple, construction la plus fréquente en toponymie, est présente mais de façon moins importante dans le corpus local. C’est la toponymie complexe qui marque une présence écrasante, avec une construction directe qui l’emporte, des constructions soudées moins importantes, alors que la toponymie coordonnée, elle, est totalement absente, du moins pour le corpus qui a été considéré. Gardons en tête que la toponymie mauricienne, qui a environ quatre siècles, est très récente et bénéficie d’une certaine transparence dans sa construction, comparée à la toponymie d’origine latine, par exemple, qui est beaucoup plus opaque de par son ancienneté. Enfin, une analyse plus fine de la construction directe en toponymie mauricienne a permis de proposer une interprétation selon laquelle certains toponymes présenteraient une construction hybride, appartenant à la fois au français et au créole. L’on a pu mettre en évidence que le multilinguisme mauricien était aussi présent dans la toponymie, donnant ainsi lieu à du contact linguistique que nous avons proposé de voir à travers la loupe de l’interlecte.

73Au terme de cette réflexion, nous souhaitons nous focaliser plus particulièrement sur la question de la visibilité du créole dans la toponymie mauricienne. Si l’on a pu voir que le créole était bel et bien présent dans la toponymie locale, par le biais de la structure linguistique ou dans l’usage oral, il n’en est pas moins vrai que cette langue n’est pas visible dans la toponymie officielle et dans l’affichage de celle-ci. Se posent alors les questions connexes de la créolisation des toponymes et de l’investissement de la signalétique. Il nous semble qu’il s’agit de pistes à explorer, du point de vue de la recherche scientifique, d’abord, en termes de créolisation des toponymes et de leur réception par les Mauriciens. En effet, si la créolisation de certains toponymes semble évidente, à l’instar de Rozil, Montagn Long, Rivier Nwar, Kat koko, le mode de créolisation d’autres noms de lieux tels que Trou d’Eau Douce (Trou Dilo Dou/ Trou-do-dous ?), Plaines des Papayes (Plenn-de-Papay/ Laplenn Papay ?) mériteraient discussion et la question de la réception des toponymes créolisés par la population reste entière. Dans les termes de la toponymie synchronique, il s’agirait d’investir le champ de la création des endonymes – noms de lieux dans la langue locale. Enfin, il y a l’angle glottopolitique à explorer et la question de la nécessité et de la pertinence d’une politique signalétique bilingue qui rende visible la langue nationale mauricienne dans l’espace public.

Haut de page

Bibliographie

Abécassis, Joëlle (1995) Représentation cartographique et dénomination toponymique de l’espace mauricien, Mémoire de DEA de Géographie, Université de la Réunion.

Akademi Kreol Morisien (2011) Rapor lor Lortograf Kreol Morisien, Carpooran (dir.), 69 p.

Atchia-Emmerich, Bilkiss (2005) La situation linguistique à lîle Maurice. Les développements récents à la lumière d’une enquête empirique, Thèse de Doctorat, Allemagne : Université Friedrich-Alexander.

Auckle, Tejshree (2017) « Le choix des codes dans la construction identitaire des jeunes internautes à l’Île Maurice : la place du plurilinguisme dans le domaine virtuel », Cahiers internationaux de sociolinguistique, n12, p. 125-132.

Bosquet-Ballah, Yannick (2017) « Anglicismes en francophonie : mixocompatibilité ou mixofugie ? Eléments de réponse à partir de l’étude de la presse et de l’environnement graphique de l’île Maurice » in Actes du Colloque du réseau OPALE, Québec, p. 247-272.

Bosquet-Ballah, Yannick (2015) Langue(s) et espace(s) en contexte plurilingue : Le cas de l’île Maurice, Thèse de Doctorat en cotutelle, Université de la Réunion/ Université de Maurice.

Bosquet-Ballah, Yannick (2014) « L’environnement graphique mauricien : entre diglossie, contact et fusion des langues », in Carpooran Arnaud (dir.) Langues créoles, mondialisation et éducation. Actes du XIIIe Colloque International des Etudes Créoles, CSU-EL, p. 311-339.

Baggioni, Daniel & Robillard (de), Didier (1990) Île Maurice : une francophonie paradoxale, Paris : L’Harmattan (Coll. « Espaces francophones »).

Barnwell, John (1955) « Early place-names of Mauritius, some comments and queries », Revue rétrospective de l’île Maurice, vol. 6, n° 1, p. 167-180.

Bauer, Laurent (2001) « De la diachronie à la synchronie : étude de la dénomination des voies de Cergy Pontoise », Langage et société, n° 96, p. 9-27.

Calvet, Louis-Jean (2007) « Pour une linguistique du désordre et de la complexité », Carnets d’Ateliers de Sociolinguistique, n° 1 [En ligne], téléchargé le 15 mai 2013 URL : https://www.u-picardie.fr/LESCLaP/spip.php?rubrique51, pagination au format PDF.

Carpooran, Arnaud (2003) Île Maurice des langues et des lois, Paris : L’Harmattan (coll. « Langues et développement »).

Carpooran, Arnaud (2005a) « Le trilinguisme mauricien en milieu scolaire », in Prudent, Lambert-Félix & al. (éds.) Du plurilinguisme à l’école, vers une gestion coordonnée des langues dans des contextes éducatifs sensibles, Berne : Peter Lang, p. 169-196.

Carpooran, Arnaud (2005b) « Quelques aspects linguistiques de la francophonie mauricienne à travers l’étude de trois champs lexicaux : la toponymie, l’enseignement et la cuisine » in Francophonie et plurilinguisme, Actes de la Journée de la Francophonie 2004, Université de Maurice, p. 37-64.

Carpooran, Arnaud (2007) « Diglossie et pédagogie convergente à Maurice : une cohabitation difficile ? », in Carpooran, Arnaud (dir.) Appropriation du français et pédagogie convergente dans l’océan Indien, Interrogations, applications, propositions…, Actes des Journées d’animation régionale du réseau « Observation du français et des langues nationales », Paris : Éditions des archives contemporaines, p. 147-161.

Central Statistics Office (2011) Population Census, Main Results, Ministry of Finance and Economic Development, Republic of Mauritius, Mauritius.

Chaudenson, Robert (1974) Le Lexique du parler créole de la Réunion, Paris : Champion, 2 tomes.

Chaudenson, Robert (1984) « Diglossie créole, diglossie coloniale », Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, vol. 9, n° 3-4, p. 19-29.

Commission de Toponymie du Québec, https://toponymie.gouv.qc.ca/

Ferguson, Charles A. (1959) « Diglossia », in Giglio, P. (1972) (éd.), Language and Social Context, Great-Britain : Penguin Books, p. 232-251.

Hudon, H. (1986) Méthodologie des inventaires toponymiques, Dossiers toponymiques, n° 16, Commission de toponymie, Québec, Canada.

Löfström, Jonas & Pansini, Valeria (2012) « Toponymes et cartographie, perspective historique et enjeux linguistiques », Comité français de cartographie, n° 211, p.127-138.

Löfström, Jonas & Schnabel-Le Corre, Betina (2005) « Description linguistique en toponymie contrastive dans une base de données multilingues », CORELA, H-S2 [En ligne], mis en ligne le 2 décembre 2005, téléchargé le 20 janvier 2013, URL http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1167, pagination au format PDF.

Löfström, Jonas & Schnabel, Betina (2010) « Comment analyser et comparer les toponymes de différentes langues dans une perspective synchronique », Nouvelle revue d’onomastique, n° 52, p. 291-318.

Mungur, B. & Burrun, B. (2010) An invitation to the charms of Mauritius and of Mauritian localities, Île Maurice : Éditions Le Printemps.

Nash, Joshua (2011) Insular Toponymies : Pristine place-naming on Norfolk Island, South Pacific and Dudley Peninsula, Kangaroo Island, South Australia, Thèse de Doctorat, University of Adelaïde.

Notter, Jean-Cyril (2018) Toponymie des îles créoles de l’océan Indien, Thèse de Doctorat, Université de la Réunion. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01950691 téléchargé le 20 février 2020.

Prudent, Lambert-Félix (1993) Pratiques langagières martiniquaises : genèse et fonctionnement d’un système créole. Thèse de Doctorat d’État, Université de Rouen Haute-Normandie.

Robillard (de), Didier (2005) « Quand les langues font le mur lorsque les murs font peut-être les langues : Mobilis in mobile ou la linguistique de Nemo », Revue de l’Université de Moncton, vol. 36, n° 1, p. 129-156, [En ligne] mis en ligne le 9 janvier 2006, téléchargé le 18 mai 2013, URL http://id.erudit.org/iderudit/011991ar

Robillard (de), Didier (2013) « Interlecte : un outil ou un point de vue autre sur « la » linguistique et les langues ? Sémiotique ou herméneutique ? » in Simonin, J. & al. (dir.) Sociolinguistique du contact Dictionnaire des termes et concepts, Lyon : ENS Éditions, p. 349-374.

Société D’histoire de l’île Maurice, (1997) Dictionnaire toponymique de l’île Maurice (3 volumes), Île Maurice.

Stein, Peter (1982) Connaissance et emploi des langues à l’île Maurice, Hamburg : Helmut Buske.

Thériault, M., 2007, Contexte théorique et pratique de l’inventaire microtoponymique en linguistique, Thèse de Doctorat, Université de Montréal.

Toussaint, Auguste (1936) Port-Louis, deux siècles d’histoire, Île Maurice [éd. ?].

Toussaint, Auguste (1969) « La langue française à l’île Maurice », Revue française d’histoire d’outremer, tome LVI, n° 205, p. 398-427.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend, en partie, des éléments de notre thèse de doctorat (Bosquet-Ballah 2015), notamment le corpus qui est ici présenté et une partie du contexte et l’analyse. Ceux-ci n’ont pas fait l’objet d’une publication.

2 En fonction des descriptions et des recensements le nombre de langues dénombrées à Maurice, tant sur le plan de la pratique effective que sur les plans identitaire et symbolique, varie entre 10 et 17. Voir à titre d’exemple Stein (1982 : 68 sq.) et Central Statistics Office (2011, 85).

3 Voir, à titre d’exemple, Chaudenson (1984), Baggioni & Robillard (1990) ou encore Carpooran (2005a).

4 C’est en 2004 que le rapport Grafi Larmoni (trad. ‘graphie de l’harmonie’) visant à apporter une graphie standardisée au créole mauricien sera officiellement avalisée. Ce premier rapport sera suivi de la parution de la première édition du Diksioner Morisien, en 2009 et du Rapor lor Lortograf Kreol Morisien, en 2011, visant à finaliser l’orthographe du créole à l’aube de son introduction en tant que matière optionnelle au cycle primaire en 2012. Signalons, entre autres choses, qu’une grammaire a aussi été publiée en 2011, que le Diksioner Morisien a connu une 3e édition en 2019, que le Kreol Morisien est maintenant enseigné au cycle secondaire et tertiaire, et qu’un projet de recherche est en ce moment en cours pour aménager la langue en vue de son éventuelle introduction au sein du Parlement, témoignant ainsi de la dynamique autour de la normalisation et de la diffusion d’une variété standardisée de cette langue dans différentes sphères de la société.

5 Société de l’histoire de l’île Maurice.

6 Ceci a eu pour conséquence la création de doublons. Voir 4.5.2 infra pour plus de détails.

7 Terme générique désignant la population d’origine indienne.

8 S’il est vrai que l’apposition est un phénomène qui existe également dans la toponymie française, il semblerait que ce soit surtout dans les cas où le nom mis en apposition est un nom propre désignant une personne, comme dans Tour Effeil, Canal Saint Martin. Plusieurs des toponymes évoqués par Carpooran (2005b) et sur lesquels nous reviendrons, sont construits sur la base de deux noms communs sans préposition(s).

9 Dans le cadre de cet article, nous utiliserons aussi le terme « désignatif » pour faire référence à l’élément hypéronymique qui insère le toponyme dans une catégorie (classificateur) et le terme « dénominatif » pour faire référence à l’élément qui précise l’appellatif ou le distingueur.

10 Nous préciserons, ici, que les appellatifs bourg et hill sont relativement peu présents dans la toponymie locale.

11 P renvoie à proprial (nom propre de personne ou de lieu existant), Dés renvoie à désignatif, Dén renvoie à dénominatif. Pour les éléments qui précisent la nature du Dén, A renvoie à adjectif ou adjectival, N renvoie à nom commun ou nominal, Dét renvoie à déterminant.

12 Par exemple : « Terres de l’Etat à Riambel : la Squatting Unit reprend ses opérations la semaine prochaine » dans L’Express du 4 avril 2012, « Case-Noyale : 300 squatters deviennent propriétaires » dans L’Express du 20 décembre 2013, « Pauvreté – Les endroits les plus squattés du pays » dans Le Matinal du 20 juillet 2013.

13 Dans le tableau, la mise en italique d’un terme signifie que celui-ci provient de l’anglais. La mise en gras signale un toponyme formé avec un nom propre et le symbole ° signale un toponyme à forme graphique française mais possédant une construction directe alors qu’une construction indirecte (avec préposition) serait attendue. La mise en gras et en italique signale des toponymes avec des éléments lexicaux du créole.

14 Pour ce toponyme, l’on se serait attendu à une construction avec la préposition ‘des’, comme c’est le cas pour d’autres toponymes construits avec deux noms.

15 Une des hypothèses sur l’origine de ce nom de lieu mentionne l’existence d’un relais au 19e siècle à cet endroit et dans lequel les voyageurs ralliant le nord au sud s’arrêtaient pour curer leur pipe.

16 https://toponymie.gouv.qc.ca/ct/normes-procedures/regles-ecriture/articles-particules-liaison-relier-generique-specifique.html

17 Bien que nous ayons été tenté de classer ce toponyme parmi ceux ne respectant pas les règles du français, nous acceptons qu’il s’agit, ici, d’une exception issue de l’ancien français.

18 Un désignatif choronymique est un nom de lieu désignant un élément construit.

19 ‘Lotissement’ en français dit ‘standard’.

20 Dans le contexte mauricien, le terme ‘créole’ est aussi un ethnonyme qui désigne une partie de la population mauricienne qui descend de l’esclavage et qui a connu divers degrés de métissage.

21 Organisme public gérant la distribution de l’eau potable.

22 Il s’agit d’un petit village situé près du Morne dans le sud de l’île et qui avait été investi par des squatteurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Classement des choronymes
URL http://journals.openedition.org/etudescreoles/docannexe/image/322/img-1.png
Fichier image/png, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Bosquet, « Une approche synchronique de la toponymie mauricienne »Études créoles [En ligne], 38 | 1-2 | 2021, mis en ligne le 30 mai 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudescreoles/322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescreoles.322

Haut de page

Auteur

Yannick Bosquet

y.bosquet[at]uom.ac.mu
University of Mauritius

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search